Rechercher dans ce blog

mardi 24 janvier 2023

Homogeneous linear transformation


Wikipédia : À propos/Wikipédia : À propos :
Wikipédia est une encyclopédie que tout le monde peut modifier, et des dizaines de millions de personnes la possèdent déjà ! Le but de Wikipédia est de profiter aux lecteurs en agissant comme une encyclopédie largement accessible et gratuite qui contient des informations sur toutes les branches de la connaissance. Hébergé par la Wikimedia Foundation, Wikipédia se compose d'un contenu librement modifiable, dont les articles ont également de nombreux liens pour guider les lecteurs vers plus d'informations. Écrit en collaboration par des bénévoles largement anonymes, toute personne ayant accès à Internet et en règle peut écrire et apporter des modifications aux articles de Wikipédia (sauf dans des cas limités où l'édition est restreinte pour éviter les perturbations ou le vandalisme). Depuis sa création le 15 janvier 2001, Wikipédia est devenu le plus grand site Web de référence au monde, attirant plus d'un milliard de visiteurs par mois. Il compte actuellement plus de soixante millions d'articles dans plus de 300 langues, dont 6 606 468 articles en anglais avec 122 473 contributeurs actifs au cours du mois dernier. Les principes fondamentaux de Wikipédia sont résumés dans ses cinq piliers. La communauté Wikipédia a développé de nombreuses politiques et directives, mais vous n'avez pas besoin de les connaître toutes avant de contribuer. Tout le monde est autorisé à ajouter ou à modifier le texte, les références et les images de Wikipédia. Ce qui est contribué est plus important que qui y contribue. Le contenu doit être conforme aux politiques de Wikipédia, y compris être vérifiable par une source fiable publiée. Les opinions, les croyances, les expériences personnelles des rédacteurs en chef, les recherches non examinées, les documents diffamatoires et les violations du droit d'auteur ne resteront idéalement pas. Le logiciel de Wikipédia permet d'annuler facilement les erreurs et les modifications sont surveillées et surveillées par des éditeurs expérimentés. Commencez par cliquer simplement sur le bouton Modifier en haut de n'importe quelle page modifiable ! Wikipédia diffère des références imprimées de manière importante. Il est continuellement créé et mis à jour, et les articles sur les nouveaux événements apparaissent en quelques minutes plutôt qu'en mois ou en années. Parce que n'importe qui peut améliorer Wikipédia, il est devenu plus complet que n'importe quelle autre encyclopédie. Ses contributeurs améliorent la qualité et la quantité des articles et suppriment la désinformation, les erreurs et le vandalisme. Tout lecteur qui reconnaît une erreur ou trouve des endroits dans des articles qui nécessitent plus d'informations (voir Wikipedia:Recherche avec Wikipedia) peut développer ou corriger des articles. Au fil du temps, les pages de Wikipédia ont tendance à devenir plus complètes et équilibrées. Wikipédia a testé la sagesse de la foule depuis 2001 et a constaté qu'il réussit. Comme l'affirme la loi de Linus, "Avec suffisamment de globes oculaires, tous les insectes sont superficiels!"
Homoeocera sahacon/Homoeocera sahacon :
Homoeocera sahacon est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae ! décrit pour la première fois par Herbert Druce en 1896. On le trouve au Panama.
Sandion Homoeocera / Sandion Homoeocera:
Homoeocera sandion est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae. On le trouve en Colombie.
Homoeocera stictosoma / Homoeocera stictosoma :
Homoeocera stictosoma est un papillon nocturne de la sous-famille des Arctiinae. On le trouve en Colombie et au Panama.
Homoeocera tolosa/Homoeocera tolosa :
Homoeocera tolosa est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae décrit pour la première fois par Herbert Druce en 1883. On le trouve en Équateur.
Homoeocera toulgoeti / Homoeocera toulgoeti :
Homoeocera toulgoeti est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae décrit pour la première fois par Xavier Lesieur en 1984. On le trouve en Équateur.
Homoeocera trizona/Homoeocera trizona :
Homoeocera trizona est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae décrit pour la première fois par Paul Dognin en 1906. On le trouve en Colombie et au Venezuela.
Homoeocerini/Homoeocerini :
Les Homoeocerini sont une tribu de punaises à pieds foliaires, de la sous-famille Coreinae érigée par Amyot et Serville en 1843. Les genres sont répartis de l'Afrique à l'Asie du Sud-Est.
Homoeocerus/Homoeocerus :
Homoeocerus est un genre de punaise à pieds foliaires de la famille des Coreidae. Il existe plus de 120 espèces décrites dans Homoeocerus, trouvées en Asie du Sud et de l'Est et en Afrique subsaharienne.
Homéochrome/Homéochrome :
Homoeochroma est un genre de papillons de nuit de la famille des Geometridae.
Homoeodera/Homoeodera :
Homoeodera est un genre de coléoptères appartenant à la famille des Anthribidae.
Homoeodera edithia/Homoeodera edithia :
Homoeodera edithia, le charançon du champignon d'Edith est une espèce de coléoptère appartenant à la famille des Anthribidae. L'espèce est endémique de Sainte-Hélène.
Homoeodera elateroides/ Homoeodera elateroides :
Homoeodera elateroides, le charançon fongique ressemblant à un coléoptère est une espèce de coléoptère appartenant à la famille des Anthribidae. L'espèce est endémique de Sainte-Hélène.
Homoeodera major / Homoeodera major :
Homoeodera major, le plus grand charançon fongique est une espèce de coléoptère appartenant à la famille des Anthribidae.
Homoeodera scolytoides/ Homoeodera scolytoides :
Homoeodera scolytoides est une espèce de coléoptère appartenant à la famille des Anthribidae.
Homoeographa/Homoeographa :
Homoeographa est un genre de papillons nocturnes décrit par Émile Louis Ragonot en 1888.
Homoeographa lanceolella / Homoeographa lanceolella :
Homoeographa lanceolella est une espèce de teigne du museau. Il a été décrit par Émile Louis Ragonot en 1888 et se trouve au Pérou.
Homoeographa mexicana/Homoeographa mexicana :
Homoeographa mexicana est une espèce de teigne du museau décrite par Herbert H. Neunzig en 1994. On le trouve le long de la côte centre-ouest du Mexique. La longueur des ailes antérieures est d'environ 7 mm. Les ailes antérieures sont principalement ocre et brun rougeâtre. Les ailes postérieures sont pâles et fumées, mais plus foncées sur les nervures et près des bords costaux et externes.
Homéogryllus / Homéogryllus :
Homoeogryllus est un genre de cricket de la sous-famille Cachoplistinae et de la tribu Homoeogryllini. La répartition enregistrée est la suivante : Afrique et Malaisie péninsulaire.
Homéogryllus orientalis/ Homéogryllus orientalis :
Homoeogryllus orientalis (Desutter-Grandcolas, 1985), le grillon sud-africain, est une espèce de la tribu des Homoeogryllini de la sous-famille des Cachoplistinae. L'espèce est signalée en Afrique tropicale australe, y compris dans certaines parties du Mozambique et de l'Afrique du Sud. En Afrique du Sud, il a été signalé au sud des tropiques dans le Bushveld et dans l'État libre.
Homéoïde/homéoïde :
Un homéoïde est une coquille (une région délimitée) délimitée par deux ellipses concentriques similaires (en 2D) ou ellipsoïdes (en 3D). Lorsque l'épaisseur de la coquille devient négligeable, on parle d'homéoïde mince. Le nom homoeoid a été inventé par Lord Kelvin et Peter Tait.
Homéolabus/Homoéolabus :
Homoeolabus est un genre de charançons de la famille des coléoptères Attelabidae. Il existe au moins deux espèces décrites dans Homoeolabus.
Homoeolabus analis / Homoeolabus analis :
Homoeolabus analis , généralement connu sous le nom de charançon du roulement des feuilles ou charançon du roulement des feuilles de chêne , est une espèce de charançon du roulement des feuilles de la famille des coléoptères connus sous le nom d' Attelabidae . On le trouve en Amérique du Nord. Il est souvent la proie du charançon du voleur d'œufs et voleur de nid.
Homéomérie / Homéomérie :
Homoeomeria (également écrit homœomeria, homeomeria, homoeomery, homœomery, homeomery) est l'état ou la qualité d'être homogène dans les éléments ou principes premiers; la ressemblance ou l'identité des pièces.
Homoeomeria (mite) / Homoeomeria (mite):
Homoeomeria est un genre de papillons de la sous-famille des Lymantriinae. Le genre a été érigé par Hans Daniel Johan Wallengren en 1865.
Homoeomeria (philosophie) / Homoeomeria (philosophie):
Homoeomeria était une doctrine de la philosophie de l'ancien grec Anaxagore, comme le prétendait l'atomiste romain Lucrèce. On a supposé que les atomes constituant une substance devaient eux-mêmes avoir les propriétés saillantes observées de cette substance : ainsi les atomes d'eau seraient humides, les atomes de fer seraient durs, les atomes de laine seraient mous, etc. Cette doctrine dépend du sophisme de division. Le professeur Fleeming Jenkin a écrit que: "nous pouvons, avec beaucoup d'imagination, voir dans la doctrine de l'homéomérie, qui enseignait que toutes les choses contenaient les matériaux de tout le reste à l'état latent, une préfiguration de la théorie chimique qui prouve que nos corps sont faits des mêmes matériaux chimiques que les pois, les choux, etc., mais il faut une imagination élastique pour relier l'ancien et le nouveau credo ensemble."
Homoeomma/Homoeomma :
Homoeomma est un genre de tarentules d'Amérique du Sud qui a été décrit pour la première fois par Anton Ausserer en 1871. Il est considéré comme un synonyme principal de Calopelma, Butantania et de Cyclothoracoides. Ces tarentules sont généralement assez petites et s'enfouissent généralement à quelques centimètres sous un rocher ou une bûche.
Homoeomma elegans/Homoeomma elegans :
Homoeomma elegans est une espèce d'araignées de la famille des Theraphosidae. On le trouve en Argentine.
Homoeonema/Homoeonema :
Homoeonema platygonon est une espèce d'hydrozoaire des grands fonds de la famille des Halicreatidae. C'est la seule espèce du genre monotypique Homoeonema.
Homéonévrie/homéonévrie :
Homoeoneuria est un genre d'éphémères de la famille des Oligoneuriidae. Il y a au moins 5 espèces décrites dans Homoeoneuria.
Homoeoneuria ammophila/ Homoeoneuria ammophila :
Homoeoneuria ammophila est une espèce d'éphémère à pattes en broussailles de la famille des Oligoneuriidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Loi de 1973 sur le Conseil central de l'homéopathie/Loi de 1973 sur le Conseil central de l'homéopathie :
La loi de 1973 sur le Conseil central de l'homéopathie (loi 59 de 1973) est une loi désormais abrogée du Parlement indien visant principalement à structurer le rôle du Conseil central de l'homéopathie et à permettre la régularisation de la tenue d'un registre central des questions et entités liées au domaine de l'homéopathie. Il comprenait cinq chapitres lors de son adoption initiale. La loi a été modifiée en 2002, et l'amendement - Homoeopathy Central Council Amendment Act, 2002 (No. 51 of 2002) - a été adopté en décembre 2002. La loi a été abrogée et remplacée par la National Commission for Homeopathy Act, 2020 avec effet à partir du 7 octobre 2020.
Université d'homéopathie/Université d'homéopathie :
L'Université d'homéopathie est une université privée située à Jaipur, au Rajasthan, en Inde. Elle a été fondée en 2010.
Homoeoprepes/Homoeoprepes :
Homoeoprepes est un genre de papillons de nuit de la famille des Elachistidae.
Homoeoprepes felisae/Homoeoprepes felisae :
Homoeoprepes felisae est un papillon de la famille des Elachistidae. Il a été décrit par Clarke en 1962. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 24–27 mm. Les ailes antérieures sont fuscous avec un léger éclat violet rougeâtre. Il y a une petite tache blanche ocre au quart apical. Il y a sept groupes d'écailles surélevées au quatrième apical. Les ailes postérieures sont grises avec une teinte cuivrée.
Homoeoprepes sympatrica/Homoeoprepes sympatrica :
Homoeoprepes sympatrica est un papillon de la famille des Elachistidae. Il a été décrit par Clarke en 1962. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 18–19 mm. Les ailes antérieures sont fuscous, recouvertes de rouge rouille. A la base du pli avec une petite tache noire et une tache similaire au cinquième basal sur le pli. Des taches noires similaires d'écailles surélevées se trouvent aux deux cinquièmes, dans la cellule et à l'extrémité de la cellule. Ces taches sont entourées d'écailles rouges et ocre. Les ailes postérieures sont grisâtres luisantes, plus pâles à la base.
Homoeoprepes trochiloides/Homoeoprepes trochiloides :
Homoeoprepes trochiloides est un papillon de la famille des Elachistidae. Il a été décrit par Walsingham en 1909. On le trouve au Costa Rica. L'envergure est d'environ 25 mm. Les ailes antérieures sont violacées irisées, ou bleuâtres, grises, barbouillées de ferrugineux foncé, qui devient brun châtain riche dans certaines lumières, surtout vers l'apex. Cette teinte sombre commence à la base de la costa, où elle forme une tache allongée de mise à l'échelle diffuse, à peine séparée d'une grande tache médiane commençant près du milieu de la base, suivant la cellule presque jusqu'à son extrémité externe et diffusée vers le haut jusqu'à la costa et vers le bas au milieu du pli. Il y a un patch d'écailles de châtaignier en partie soulevées sur la cellule à un tiers de la base, ainsi que quelques échelles similaires dans le pli un peu au-delà, et, à l'extrémité extérieure de la cellule une forte tache d'or terne soulevé écailles, mélangées à fuscous, d'où une riche strie de châtaignier est produite à l'apex, quelque peu dilatée vers le haut jusqu'à la costa au-dessus. Les ailes postérieures sont cuivreuses pâles.
Homéoptéryx/Homoéoptéryx :
Homoeopteryx est un genre de papillons de nuit de la famille des Saturniidae décrit pour la première fois par Felder en 1874.
Homoeosaurus / Homoeosaurus :
Homoeosaurus est un genre éteint de reptiles sphénodontes. Il a été trouvé dans le calcaire en Bavière, en Allemagne, ainsi qu'en France et au Royaume-Uni. Il était apparenté au tuatara moderne, même s'il était beaucoup plus gracile. Il y avait plusieurs espèces variant considérablement en taille et en morphologie.
Homoeosoma/Homoeosoma :
Homoeosoma est un genre de papillons de nuit de la famille des Pyralidae.
Homoeosoma achroeella/Homoeosoma achroeella :
Homoeosoma achroeella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Émile Louis Ragonot en 1887, et est connu du Kazakhstan et de la Turquie.
Homoeosoma albescentellum/Homoeosoma albescentellum :
Homoeosoma albescentellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Émile Louis Ragonot en 1887. On le trouve dans l'ouest de l'Amérique du Nord, notamment en Californie, au Nevada et à Washington.
Homoeosoma albicosta/Homoeosoma albicosta :
Homoeosoma albicosta est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. On le trouve en Australie.
Homoeosoma albosparsum/Homoeosoma albosparsum :
Homoeosoma albosparsum est un papillon de nuit de la famille des Pyralidae décrit par Arthur Gardiner Butler en 1881. Il est endémique des îles hawaïennes de Kauai, Oahu, Maui et Hawaii. Les larves se nourrissent des fleurs de Wilkesia gymnoxiphium mais ne blessent pas les graines. Lorsqu'il n'y a plus de fleurs pour se nourrir, les larves presque développées pénètrent dans la tige et se nourrissent de la moelle, qui occupe une partie considérable de la tige. Les cocons se forment à l'intérieur de la tige évidée. Certaines des larves se transforment rapidement en pupes puis en papillons adultes, tandis que d'autres restent longtemps larves dans le cocon et sont probablement capables d'attendre la prochaine saison de floraison.
Homoeosoma ammonastes/Homoeosoma ammonastes :
Homoeosoma ammonastes est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Caroline du Nord.
Homoeosoma anaspila/Homoeosoma anaspila :
Homoeosoma anaspila est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il est endémique de la Nouvelle-Zélande. On le trouve dans les îles du Nord et du Sud ainsi que dans les îles Kermadec.
Homoeosoma ardaloniphas/Homoeosoma ardaloniphas :
Homoeosoma ardaloniphas est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve en Amérique du Nord, notamment dans le Dakota du Nord. L'envergure est d'environ 25 mm.
Homoeosoma asbenicola/Homoeosoma asbenicola :
Homoeosoma asbenicola est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Rothschild en 1921. On le trouve au Niger.
Homoeosoma asylonnastes/Homoeosoma asylonnastes :
Homoeosoma asylonnastes est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve en Amérique du Nord, notamment au Tennessee et en Virginie-Occidentale.
Homoeosoma atechna/Homoeosoma atechna :
Homoeosoma atechna est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. On le trouve en Australie.
Homoeosoma basalis/Homoeosoma basalis :
Homoeosoma basalis est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Rothschild en 1921. On le trouve au Niger.
Homoeosoma botydella/Homoeosoma botydella :
Homoeosoma botydella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1888. On le trouve au Niger et en Afrique du Sud.
Homoeosoma calcella/Homoeosoma calcella :
Homoeosoma calcella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1887. On le trouve en Russie et en Bulgarie. L'envergure est d'environ 24 mm.
Homoeosoma candefactella/Homoeosoma candefactella :
Homoeosoma candefactella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1887, et est connu de Chypre et de Turquie.
Homoeosoma capsitanella/Homoeosoma capsitanella :
Homoeosoma capsitanella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Pierre Chrétien en 1911. On le trouve dans les territoires palestiniens et en Israël. L'envergure est de 18–20 mm.
Homoeosoma caradjellum/Homoeosoma caradjellum :
Homoeosoma caradjellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Roesler en 1965. On le trouve dans l'Extrême-Orient russe.
Homoeosoma centrosticha/Homoeosoma centrosticha :
Homoeosoma centrosticha est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. On le trouve en Australie.
Homoeosoma contracta/Homoeosoma contracta :
Homoeosoma contracta est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. On le trouve en Australie.
Homoeosoma costalbella/Homoeosoma costalbella :
Homoeosoma costalbella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Hans Georg Amsel en 1954 et est connu d'Irak.
Homoeosoma deceptorium/Homoeosoma deceptorium :
Homoeosoma deceptorium est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Carl Heinrich en 1956. On le trouve dans une grande partie de l'est de l'Amérique du Nord, y compris la Floride, la Géorgie, l'Illinois, l'Indiana, le Maryland, la Caroline du Nord, l'Ohio, l'Oklahoma, l'Ontario et la Virginie-Occidentale.
Homoeosoma electellum/Homoeosoma electellum :
Homoeosoma electellum, la teigne américaine du tournesol, est une espèce de papillon de nuit de la famille des Pyralidae. Il est originaire d'Amérique du Nord mais on le trouve aussi en Amérique du Sud. L'envergure est de 18 à 20 mm. Les adultes ont des ailes blanc cassé avec un certain nombre de taches d'écailles foncées ainsi que des écailles foncées sur le tiers distal de l'aile. Les larves sont un ravageur du canola et du tournesol. D'autres plantes alimentaires enregistrées comprennent le coton et les oranges.
Mandataire d'Homoeosoma/ Mandataire d'Homoeosoma :
Homoeosoma emandator est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Carl Heinrich en 1956. On le trouve en Amérique du Nord.
Homoeosoma ephestidiella/Homoeosoma ephestidiella :
Homoeosoma ephestidiella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par George Hampson en 1896. On le trouve en Inde, ainsi que sur l'archipel malais, les Fidji, les îles du Pacifique à l'est des Samoa et les Samoa américaines elles-mêmes. Les larves se nourrissent d'Ageratum conyzoides. Ils se nourrissent des capitules de leur plante hôte.
Homoeosoma eremophasma/Homoeosoma eremophasma :
Homoeosoma eremophasma est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Arizona.
Homoeosoma fornacella/Homoeosoma fornacella :
Homoeosoma fornacella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. On le trouve en Australie.
Homoeosoma gravosellum/Homoeosoma gravosellum :
Homoeosoma gravosellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Roesler en 1965 et est connu de Croatie et de Roumanie.
Homoeosoma illuviellum/Homoeosoma illuviellum :
Homoeosoma illuviellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1888. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Alberta, au Nouveau-Mexique et en Oklahoma. L'envergure est d'environ 28 mm.
Homoeosoma impressale/Homoeosoma impressale :
Homoeosoma impressale est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par George Duryea Hulst en 1886. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Arizona et en Californie. Les larves se nourrissent de graines et de téguments dans les capitules de diverses espèces de Cirsium (y compris Cirsium canescens et Cirsium occidentale) et de genres étroitement apparentés.
Homoeosoma incognitellum / Homoeosoma incognitellum :
Homoeosoma incognitellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Roesler en 1965. On le trouve en France.
Homoeosoma inornatellum/Homoeosoma inornatellum :
Homoeosoma inornatellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par George Duryea Hulst en 1900. On le trouve en Amérique du Nord, notamment au New Jersey et en Pennsylvanie.
Homoeosoma inustella/Homoeosoma inustella :
Homoeosoma inustella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1884. On le trouve en Espagne, en France, en Italie, en Suisse, en Autriche, en République tchèque, en Slovaquie, en Hongrie, en Roumanie, en Bulgarie, en Macédoine du Nord, en Ukraine, en Biélorussie et en Russie. L'envergure est d'environ 20 mm.
Homoeosoma ischnopa/Homoeosoma ischnopa :
Homoeosoma ischnopa est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Alfred Jefferis Turner en 1947. On le trouve en Australie.
Homoeosoma lechriosema/Homoeosoma lechriosema :
Homoeosoma lechriosema est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Alfred Jefferis Turner en 1947. On le trouve en Australie.
Homoeosoma masaiensis/Homoeosoma masaiensis :
Homoeosoma masaiensis est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Boris Balinsky en 1991 et est connu d'Afrique du Sud.
Homoeosoma matsumurella/Homoeosoma matsumurella :
Homoeosoma matsumurella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Shibuya en 1927 et est connu du Japon et de la Russie. L'envergure est d'environ 24 mm. Les ailes antérieures sont testacées mêlées de fuscous, surtout sur la zone côtière. Les ailes postérieures sont blanchâtres, teintées de brun pâle sauf dans les zones basales et internes.
Homoeosoma miguelensis/Homoeosoma miguelensis :
Homoeosoma miguelensis est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Meyer, Nuss et Speidel en 1997 et est connu des Açores.
Homoeosoma nanophasma/Homoeosoma nanophasma :
Homoeosoma nanophasma est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Herbert H. Neunzig en 1997. On le trouve dans l'État américain de Floride.
Nébulelle d'Homoeosoma/nébulelle d'Homoeosoma :
Homoeosoma nebulella, la teigne eurasienne du tournesol, est un papillon de nuit de la famille des Pyralidae. On le trouve en Europe, en Russie, en Anatolie, au Moyen-Orient et en Afrique de l'Ouest. L'envergure est de 20 à 27 mm. Les larves se nourrissent d'Asteraceae telles que Cirsium vulgare, Senecio jacobaea, Tanacetum vulgare et Leucanthemum vulgare. C'est un ravageur sérieux du tournesol, Helianthus annuus, en Europe de l'Est et en Ukraine et un ravageur potentiel du tournesol en France. La chenille est grise avec une tête jaune-brun et trois bandes longitudinales sur la face dorsale.
Homoeosoma nevadellum/Homoeosoma nevadellum :
Homoeosoma nevadellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Roesler en 1965 et est connu d'Espagne.
Homoeosoma nimbella/Homoeosoma nimbella :
Homoeosoma nimbella est un papillon nocturne de la famille des Pyralidae. On le trouve en Europe. L'envergure est de 16 à 21 mm. Les papillons volent de mai à août selon l'endroit. Les larves se nourrissent probablement des fleurs ou des fruits des espèces d'Asteraceae.
Homoeosoma obatricostella/Homoeosoma obatricostella :
Homoeosoma obatricostella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Émile Louis Ragonot en 1887, et est connu d'Iran.
Homoeosoma oslarellum/Homoeosoma oslarellum :
Homoeosoma oslarellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Harrison Gray Dyar Jr. en 1905. On le trouve en Californie, aux États-Unis.
Homoeosoma oxycercus/Homoeosoma oxycercus :
Homoeosoma oxycercus est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Californie et au Nevada.
Homoeosoma parvalbum/Homoeosoma parvalbum :
Homoeosoma parvalbum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par André Blanchard et Ed Knudson en 1985. On le trouve au Texas, aux États-Unis.
Homoeosoma pédionnastes/Homoeosoma pédionnastes :
Homoeosoma pedionnastes est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Floride et au Maryland.
Homoeosoma pelosticta/Homoeosoma pelosticta :
Homoeosoma pelosticta est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Alfred Jefferis Turner en 1947. On le trouve en Australie.
Homoeosoma phaeoboreas/Homoeosoma phaeoboreas :
Homoeosoma phaeoboreas est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par RL Goodson et Herbert H. Neunzig en 1993. On le trouve dans l'État de Washington, dans l'ouest des États-Unis.
Homoeosoma phaulopa/Homoeosoma phaulopa :
Homoeosoma phaulopa est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Alfred Jefferis Turner en 1947. On le trouve en Australie.
Homoeosoma picoensis/Homoeosoma picoensis :
Homoeosoma picoensis est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Meyer, Nuss et Speidel en 1997 et est connu des Açores.
Homoeosoma privata/Homoeosoma privata :
Homoeosoma privata est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Francis Walker en 1875 et est connu de Sainte-Hélène.
Homoeosoma punctistrigella/Homoeosoma punctistrigella :
Homoeosoma punctistrigella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1888. On le trouve en Inde, en Israël et en Russie. L'envergure est d'environ 28 mm.
Homoeosoma quinquepunctella/Homoeosoma quinquepunctella :
Homoeosoma quinquepunctella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Warren en 1914. On le trouve en Afrique du Sud.
Homoeosoma scopulella/Homoeosoma scopulella :
Homoeosoma scopulella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1888. On le trouve en Afrique du Sud.
Homoeosoma sinuella/Homoeosoma sinuella :
Homoeosoma sinuella est un papillon nocturne de la famille des Pyralidae. On le trouve en Europe. L'envergure est de 18 à 23 mm. Les papillons volent de mai à août selon l'endroit. Les larves se nourrissent d'espèces de Plantago.
Homoeosoma soaltheirellum/Homoeosoma soaltheirellum :
Homoeosoma soaltheirellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Roesler en 1965 de Soaltheira, au Portugal, d'où son épithète d'espèce est dérivée. Il a également été signalé en Espagne.
Homoeosoma stenopis/Homoeosoma stenopis :
Homoeosoma stenopis est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Alfred Jefferis Turner en 1904. On le trouve en Australie.
Homoeosoma stenotea/Homoeosoma stenotea :
Homoeosoma stenotea est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par George Hampson en 1926. On le trouve au Zimbabwe et en Afrique du Sud.
Homoeosoma straminea/ Homoeosoma straminea :
Homoeosoma straminea est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Walter Rothschild en 1921. On le trouve au Niger.
Homoeosoma striatellum/Homoeosoma striatellum :
Homoeosoma striatellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Harrison Gray Dyar Jr. en 1905. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Arizona, en Californie et au Nevada. L'envergure est de 18 à 22 mm. Les ailes antérieures sont gris pâle et les nervures sont toutes bordées de noir. La couleur de fond est saupoudrée de noirâtre. Les ailes postérieures sont blanchâtres et cendrées à la marge.
Homoeosoma stypticellum/Homoeosoma stypticellum :
Homoeosoma stypticellum est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Augustus Radcliffe Grote en 1878. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Alberta, en Illinois, au Massachusetts, au Minnesota, en Caroline du Nord, en Oklahoma, en Caroline du Sud, au Tennessee, à Washington et en Virginie occidentale.
Homoeosoma termella/Homoeosoma termella :
Homoeosoma termella est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Ragonot en 1901. On le trouve en Afrique du Sud.
Homoeosoma uncanale/Homoeosoma uncanale :
Homoeosoma uncanale est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par George Duryea Hulst en 1886. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Arizona et en Californie.
Homoeosoma vagella/Homoeosoma vagella :
Homoeosoma vagella, la chenille de la fleur de macadamia, est une espèce de teigne du museau du genre Homoeosoma. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1848. On le trouve en Australie. Les larves se nourrissent de Macadamia ternifolia. Ils détruisent les fleurs de leur plante hôte.
Homéothèle / Homéothèle :
Homoeothele est un genre monotypique d'araignées terrestres australiennes contenant la seule espèce, Homoeothele micans. Il a été décrit pour la première fois par Eugène Simon en 1908 et n'a été trouvé qu'en Australie.
Homoeothrix/ Homoeothrix :
Homoeothrix peut faire référence à : Homoeothrix (cyanobactéries), un genre de bactéries de l'ordre Oscillatoriales Homoeothrix (mouche), un genre de mouches de la famille des Tephritidae
Homoeothrix (cyanobactéries)/Homoeothrix (cyanobactéries) :
Homoeothrix est un genre de cyanobactéries.
Homoeothrix (mouche) / Homoeothrix (mouche):
Homoeothrix est un genre de tephritidés ou de mouches des fruits de la famille des Tephritidae.
Homoeothrix lindigi/Homoeothrix lindigi :
Homoeothrix lindigi est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Homoeothrix de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha/Homoeotricha :
Homoeotricha est un genre de tephritidés ou de mouches des fruits de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha arisanica/Homoeotricha arisanica :
Homoeotricha arisanica est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha atrata/Homoeotricha atrata :
Homoeotricha atrata est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha brevicornis/Homoeotricha brevicornis :
Homoeotricha brevicornis est une espèce de tephritidés ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha leporis / Homoeotricha leporis :
Homoeotricha leporis est une espèce de tephritidés ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha longipennis/Homoeotricha longipennis :
Homoeotricha longipennis est une espèce de téphritidés ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha omnistellata/Homoeotricha omnistellata :
Homoeotricha omnistellata est une espèce de tephritidés ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotricha procusa/Homoeotricha procusa :
Homoeotricha procusa est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Homoeotricha de la famille des Tephritidae.
Homoeotrichaceae/ Homoeotrichaceae :
Les Homoeotrichaceae sont une famille de cyanobactéries.
Homoeoxipha/Homoeoxipha :
Homoeoxipha est un genre de « grillons à queue d'épée », dans la sous-famille des Trigonidiinae et la tribu des Trigonidiini.
Homoephloeus/Homoephloeus :
Homoephloeus licheneus est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae et la seule espèce du genre Homoephloeus. Il a été décrit par Gahan en 1892.
Homoériodictyol/Homoériodictyol :
L'homoeriodictyol est une flavanone masquant l'amertume extraite de la Yerba Santa (Eriodictyon californicum), une plante poussant en Amérique. propriété modifiant le goût : sel de sodium d'homoériodictyol, ériodictyol et stérubine. Le sel de sodium de l'homoériodictyol a suscité l'activité de masquage amer la plus puissante en réduisant de 10 à 40 % l'amertume de la salicine, de l'amarogentine, du paracétamol et de la quinine. Cependant, aucune activité masquant l'amertume n'a été détectée avec les émulsions d'acide linoléique amer. Selon les scientifiques de Symrise, le sel de sodium d'homoeriodictyol semble être un modificateur de goût avec un grand potentiel dans les applications alimentaires et pharmaceutiques. Une enquête sur les parents structurels basée sur l'eriodictyol et l'homoeriodictyol a révélé que le vanillylamide de l'acide 2,4-dihydroxybenzoïque provoque une activité de masquage amer. A 0,1 g/L, ce dérivé de la vanilline a pu réduire l'amertume d'une solution de caféine à 0,5 g/L d'environ 30 %.
Poésie homoérotique/Poésie homoérotique :
La poésie homoérotique est un genre de poésie traitant implicitement de l'interaction romantique ou sexuelle entre personnes de même sexe. La tradition érotique masculine-masculine englobe des poèmes de poètes majeurs tels que Abu Nuwas, Michelangelo, Walt Whitman, Federico García Lorca, WH Auden, Fernando Pessoa et Allen Ginsberg. Dans la tradition féminin-féminin, les auteurs peuvent inclure ceux tels que Sappho, "Michael Field", "Marie-Madeleine" et Maureen Duffy. D'autres poètes ont écrit des poèmes et des lettres aux connotations homoérotiques envers des individus, comme Emily Dickinson à sa belle-sœur Susan Huntington Gilbert.
Homoérotisme / Homoérotisme :
L'homoérotisme est l'attirance sexuelle entre membres du même sexe, homme-homme ou femme-femme. Le concept diffère du concept d'homosexualité : il se réfère spécifiquement au désir lui-même, qui peut être temporaire, alors que "l'homosexualité" implique un état d'identité ou d'orientation sexuelle plus permanent. C'est un concept beaucoup plus ancien que l'idée d'homosexualité du XIXe siècle, et il est représenté ou manifesté tout au long de l'histoire des arts visuels et de la littérature. On le retrouve aussi sous des formes performatives ; du théâtre à la théâtralité des mouvements en uniforme (par exemple, le Wandervogel et Gemeinschaft der Eigenen). Selon l'Oxford English Dictionary, il s'agit "d'une tendance pour les émotions érotiques à être centrées sur une personne du même sexe ; ou d'une personne homo-érotique". Il s'agit d'une dichotomie relativement récente qui a été étudié dans les premiers temps de la poésie antique au théâtre moderne par des érudits modernes. Ainsi, les chercheurs ont analysé le contexte historique dans de nombreuses représentations homoérotiques telles que la mythologie classique, la littérature de la Renaissance, les peintures et les peintures sur vase de la Grèce antique et la poterie romaine antique. Bien que l'homoérotisme puisse différer de l'homoérotisme interpersonnel - en tant qu'ensemble de traditions artistiques et performatives, dans lequel de tels sentiments peuvent être incarnés dans la culture et ainsi exprimés dans la société au sens large - certains auteurs ont cité l'influence des expériences personnelles chez des auteurs anciens tels que Catulle. , Tibulle et Properce dans leur poésie homoérotique.
Homofentanyl/homofentanyl :
L'homofentanyl (N-phénylpropylnorfentanyl, analogue du fentanyl propyle) est un dérivé opioïde qui a été vendu comme drogue de synthèse. C'est un homologue du fentanyl, avec des effets analgésiques et sédatifs similaires mais une puissance plus faible, environ 14 fois plus forte que la péthidine.
Homofonie/Homofonie :
Homofonia a été le premier talk-show télévisé d'intérêt gay en Pologne en 2006-2008 sur le réseau iTV. Il était entièrement dédié à la communauté gay. Les sujets de l'émission allaient de "Est-ce que gay OK?" à "l'art gay". Le programme était en quelque sorte controversé, avant même la diffusion du premier épisode. Les invités les plus notables comprenaient donc Maciej Nowak et Krystian Legierski.
Homogalax/Homogalax :
Homogalax (du grec "ομογάιαξ") est un genre éteint d'ongulés aux doigts impairs ressemblant à des tapirs. Il a été décrit sur la base de plusieurs découvertes de fossiles du nord-ouest des États-Unis, la majorité des restes provenant de l'État du Wyoming. Les découvertes datent de l'Éocène inférieur il y a entre 56 et 48 millions d'années. En général, Homogalax était très petit, n'atteignant que le poids des pécaris d'aujourd'hui, avec un maximum de 15 kg. L'analyse phylogénétique suggère que le genre est un membre basal du clade qui comprend les rhinocéros et les tapirs d'aujourd'hui (collectivement appelés Ceratomorpha). Contrairement à ceux-ci, Homogalax était adapté à la locomotion rapide.
Homogamie/Homogamie :
L'homogamie peut faire référence à : Homogamie (biologie), un terme utilisé en biologie dans 4 sens distincts Homogamie (sociologie), mariage entre des individus qui sont, d'une manière culturellement importante, similaires les uns aux autres
Homogamie (biologie)/Homogamie (biologie) :
L'homogamie est utilisée en biologie dans quatre sens distincts : La consanguinité peut être appelée homogamie. L'homogamie fait référence à la maturation simultanée des organes reproducteurs mâles et femelles (des plantes), également connue sous le nom d'hermaphrodisme simultané ou synchrone et est l'antonyme de la dichogamie. De nombreuses fleurs semblent être homogames, mais certaines d'entre elles peuvent ne pas être strictement fonctionnellement homogames, car pour diverses raisons, la reproduction mâle et femelle ne se chevauchent pas complètement. Dans la famille des marguerites, les capitules sont constitués de nombreuses petites fleurs appelées fleurons, et sont soit homogames, soit hétérogames. Les têtes hétérogames sont constituées de deux types de fleurons, les fleurons ligulés près du bord et les fleurons discoïdes au centre. Les têtes homogames sont constituées d'un seul type de fleurons, soit tous des fleurons ligulés, soit tous des fleurons discoïdes. L'homogamie peut être utilisée comme une forme de choix d'un partenaire en fonction des caractéristiques recherchées chez un partenaire sexuel.
Homogamie (sociologie)/Homogamie (sociologie) :
L'homogamie est le mariage entre des individus qui sont, d'une manière culturellement importante, similaires les uns aux autres. C'est une forme d'accouplement assorti. L'union peut être basée sur le statut socio-économique, la classe, le sexe, la caste, l'ethnie ou la religion, ou l'âge dans le cas de ce qu'on appelle l'homogamie d'âge. Il peut également faire référence aux coutumes de socialisation d'un groupe particulier en ce sens que les personnes similaires ont tendance à socialiser les unes avec les autres.
Homogénéité (désambiguïsation)/Homogénéité (désambiguïsation) :
L'homogénéité est une similitude de structure constituante. L'homogénéité, l'homogénéité ou l'homogénéisation peut également faire référence à :
Homogénéité (physique)/Homogénéité (physique) :
En physique, un matériau ou un système homogène a les mêmes propriétés en tout point ; il est uniforme sans irrégularités. Un champ électrique uniforme (qui a la même intensité et la même direction en chaque point) serait compatible avec l'homogénéité (tous les points subissent la même physique). Un matériau construit avec différents constituants peut être décrit comme effectivement homogène dans le domaine des matériaux électromagnétiques, lorsqu'il interagit avec un champ de rayonnement dirigé (lumière, fréquences micro-ondes, etc.). Mathématiquement, l'homogénéité a la connotation d'invariance, car toutes les composantes de l'équation ont le même degré de valeur, que chacun de ces composants soit mis à l'échelle ou non à des valeurs différentes, par exemple, par multiplication ou addition. La distribution cumulative correspond à cette description. "L'état d'avoir une fonction ou des valeurs de distribution cumulative identiques".
Homogénéité et_hétérogénéité/Homogénéité et hétérogénéité :
L'homogénéité et l'hétérogénéité sont des concepts relatifs à l'uniformité d'une substance, d'un processus ou d'une image. Une caractéristique homogène est uniforme dans sa composition ou son caractère (c'est-à-dire la couleur, la forme, la taille, le poids, la taille, la distribution, la texture, la langue, le revenu, la maladie, la température, la radioactivité, la conception architecturale, etc.) ; celui qui est hétérogène est nettement non uniforme dans au moins une de ces qualités.
Homogénéité et_hétérogénéité_(statistiques)/Homogénéité et hétérogénéité (statistiques) :
En statistique, l'homogénéité et son contraire, l'hétérogénéité, surviennent dans la description des propriétés d'un ensemble de données, ou de plusieurs ensembles de données. Ils se rapportent à la validité de l'hypothèse souvent pratique selon laquelle les propriétés statistiques de n'importe quelle partie d'un ensemble de données global sont les mêmes que n'importe quelle autre partie. Dans la méta-analyse, qui combine les données de plusieurs études, l'homogénéité mesure les différences ou les similitudes entre plusieurs études (voir aussi Hétérogénéité des études). L'homogénéité peut être étudiée à plusieurs degrés de complexité. Par exemple, les considérations d'homoscédasticité examinent dans quelle mesure la variabilité des valeurs de données change dans un ensemble de données. Cependant, les questions d'homogénéité s'appliquent à tous les aspects des distributions statistiques, y compris le paramètre de localisation. Ainsi, une étude plus détaillée examinerait l'évolution de l'ensemble de la distribution marginale. Une étude de niveau intermédiaire pourrait passer de l'examen de la variabilité à l'étude des changements dans l'asymétrie. En plus de cela, des questions d'homogénéité s'appliquent également aux distributions conjointes. Le concept d'homogénéité peut être appliqué de différentes manières et, pour certains types d'analyse statistique, il est utilisé pour rechercher d'autres propriétés qui pourraient devoir être traitées comme variant dans un ensemble de données une fois que certains types initiaux de non-homogénéité ont été traités. avec.
Modélisation par blocs d'homogénéité/Modélisation par blocs d'homogénéité :
En mathématiques appliquées à l'analyse des structures sociales, la modélisation par blocs d'homogénéité est une approche de la modélisation par blocs, qui convient le mieux à une approche préliminaire ou principale des réseaux valorisés, lorsqu'une connaissance préalable de ces réseaux n'est pas disponible. Cela est dû au fait que la modélisation par blocs d'homogénéité met l'accent sur la similitude des forces de lien (lien) au sein des blocs par rapport au modèle de liens. Dans cette approche, les valeurs de lien (lien) (ou les données statistiques calculées sur celles-ci) sont supposées être égales (homogènes) au sein des blocs. "que l'incohérence d'un bloc empirique avec son bloc idéal peut être mesurée par la variabilité intra-bloc des valeurs appropriées". Les blocs idéaux nouvellement formés, qui sont appropriés pour la modélisation par blocs des réseaux valorisés, sont ensuite présentés avec les définitions de leurs incohérences de blocs. Une approche similaire à la modélisation par blocs d'homogénéité, traitant de l'approche directe pour l'équivalence structurelle, a été précédemment suggérée par Stephen P. Borgatti et Martin G. Everett (1992).
Critère d'homogénéité/Critère d'homogénéité :
L'homogénéité est une propriété commune des systèmes de vote. La propriété est satisfaite si, dans toute élection, le résultat ne dépend que de la proportion de bulletins de chaque type possible. Plus précisément, si chaque bulletin de vote est répété le même nombre de fois, le résultat ne devrait pas changer.
Homogène (grande_propriété_cardinale)/Homogène (grande propriété cardinale) :
En théorie des ensembles et dans le contexte d'une grande propriété cardinale, un sous-ensemble, S, de D est homogène pour une fonction f si f est constante dans des sous-ensembles finis de S. Plus précisément, étant donné un ensemble D, soit P < ω ( D ) {\displaystyle {\mathcal {P}}_{<\omega }(D)} soit l'ensemble de tous les sous-ensembles finis de D (voir Powerset#Sous-ensembles de cardinalité limitée) et soit f : P < ω ( D ) → B {\displaystyle f:{\mathcal {P}}_{<\omega }(D)\to B} soit une fonction définie dans cet ensemble. Sous ces conditions, S est homogène pour f si, pour tout entier naturel n, f est constant dans l'ensemble P = n ( S ) {\displaystyle {\mathcal {P}}_{=n}(S)} . Autrement dit, f est constant sur les n-uplets non ordonnés des éléments de S.
Serbie homogène/Serbie homogène :
La Serbie homogène est un discours écrit de Stevan Moljević. Dans ce travail, contrairement aux présomptions d'Ilija Garašanin qui croyait que la force de l'État découle de sa taille et de ses principes organisationnels, Moljević a souligné que l'État tirait sa force du degré auquel sa population s'identifie au sein de l'État. Moljević croyait que le Royaume de Serbie victorieux en 1918 avait commis une grave erreur en décidant d'établir la Yougoslavie au lieu de définir clairement les frontières de la Serbie. Juste après l'effondrement de la Yougoslavie pendant la courte guerre d'avril, Moljević a créé le concept de Serbie "homogène". et la Yougoslavie trialiste. La carte présentée dans cet ouvrage attribue à la Croatie le territoire du nord de la Dalmatie avec une importante population serbe. avec la Serbie homogène. John R. Lampe a souligné des détails importants tels que le fait que le Comité national central avait un statut secondaire tandis que Moljević n'a pris de l'importance dans ce comité qu'en 1943, sapant la perception selon laquelle la Serbie homogène de Moljević était la pièce maîtresse d'un ensemble cohérent de Objectifs de guerre chetnik. Il n'y a aucune preuve que les massacres de musulmans commis par des Chetniks étaient une conséquence directe du tract de Moljević, compte tenu de la structure de commandement fragmentée et très faible de Mihailović qui militait contre tout programme d'annihilation systématique.
Alignement homogène/Alignement homogène :
Dans les cristaux liquides, l'alignement homogène, parfois appelé alignement planaire, est l'état d'alignement où les molécules s'alignent parallèlement à un substrat. La méthode opposée est l'alignement homéotrope. Pour un alignement plan, des polyimides peuvent être utilisés. L'un des plus populaires est le PI-2555. La surface doit être frottée avec du papier ou avec un velours ou un tissu similaire afin de rendre l'axe d'alignement parallèle au frottement. Cependant, le mécanisme exact de cet alignement n'est pas tout à fait clair.
Elargissement homogène/Elargissement homogène :
L'élargissement homogène est un type d'élargissement du spectre d'émission dans lequel tous les atomes rayonnant à partir d'un niveau spécifique considéré rayonnent avec des chances égales. Si un émetteur optique (par exemple un atome) présente un élargissement homogène, sa largeur de raie spectrale est sa largeur de raie naturelle, avec un profil lorentzien.
Catalyse homogène/Catalyse homogène :
En chimie, la catalyse homogène est une catalyse par un catalyseur soluble dans une solution. La catalyse homogène fait référence à des réactions où le catalyseur est dans la même phase que les réactifs, principalement en solution. En revanche, la catalyse hétérogène décrit des processus où les catalyseurs et le substrat sont dans des phases distinctes, généralement solide-gaz, respectivement. Le terme est utilisé presque exclusivement pour décrire des solutions et implique une catalyse par des composés organométalliques. La catalyse homogène est une technologie établie qui continue d'évoluer. Une application majeure illustrative est la production d'acide acétique. Les enzymes sont des exemples de catalyseurs homogènes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ibn Shahriyar

Wikipédia : À propos/Wikipédia : À propos : Wikipédia est une encyclopédie que tout le monde peut modifier, et des dizaines de millions...