Rechercher dans ce blog

samedi 21 janvier 2023

History of Square René-Viviani


Wikipédia : À propos/Wikipédia : À propos :
Wikipédia est une encyclopédie que tout le monde peut modifier, et des dizaines de millions de personnes la possèdent déjà ! Le but de Wikipédia est de profiter aux lecteurs en agissant comme une encyclopédie largement accessible et gratuite qui contient des informations sur toutes les branches de la connaissance. Hébergé par la Wikimedia Foundation, Wikipédia se compose d'un contenu librement modifiable, dont les articles ont également de nombreux liens pour guider les lecteurs vers plus d'informations. Écrit en collaboration par des bénévoles largement anonymes, toute personne ayant accès à Internet et en règle peut écrire et apporter des modifications aux articles de Wikipédia (sauf dans des cas limités où l'édition est restreinte pour éviter les perturbations ou le vandalisme). Depuis sa création le 15 janvier 2001, Wikipédia est devenu le plus grand site Web de référence au monde, attirant plus d'un milliard de visiteurs par mois. Il compte actuellement plus de soixante millions d'articles dans plus de 300 langues, dont 6 605 641 articles en anglais avec 120 549 contributeurs actifs au cours du mois dernier. Les principes fondamentaux de Wikipédia sont résumés dans ses cinq piliers. La communauté Wikipédia a développé de nombreuses politiques et directives, mais vous n'avez pas besoin de les connaître toutes avant de contribuer. Tout le monde est autorisé à ajouter ou à modifier le texte, les références et les images de Wikipédia. Ce qui est contribué est plus important que qui y contribue. Le contenu doit être conforme aux politiques de Wikipédia, y compris être vérifiable par une source fiable publiée. Les opinions, les croyances, les expériences personnelles des rédacteurs en chef, les recherches non examinées, les documents diffamatoires et les violations du droit d'auteur ne resteront idéalement pas. Le logiciel de Wikipédia permet d'annuler facilement les erreurs et les modifications sont surveillées et surveillées par des éditeurs expérimentés. Commencez par cliquer simplement sur le bouton Modifier en haut de n'importe quelle page modifiable ! Wikipédia diffère des références imprimées de manière importante. Il est continuellement créé et mis à jour, et les articles sur les nouveaux événements apparaissent en quelques minutes plutôt qu'en mois ou en années. Parce que n'importe qui peut améliorer Wikipédia, il est devenu plus complet que n'importe quelle autre encyclopédie. Ses contributeurs améliorent la qualité et la quantité des articles et suppriment la désinformation, les erreurs et le vandalisme. Tout lecteur qui reconnaît une erreur ou trouve des endroits dans des articles qui nécessitent plus d'informations (voir Wikipedia:Recherche avec Wikipedia) peut développer ou corriger des articles. Au fil du temps, les pages de Wikipédia ont tendance à devenir plus complètes et équilibrées. Wikipédia a testé la sagesse de la foule depuis 2001 et a constaté qu'il réussit. Comme l'affirme la loi de Linus, "Avec suffisamment de globes oculaires, tous les insectes sont superficiels!"
Histoire de_Sherry/Histoire de Sherry :
L'histoire du xérès est étroitement liée à celle de la production de vin espagnol, en particulier les fortunes politiques de la région de Cadix, où il trouve son origine avec la première colonie phénicienne de la péninsule ibérique. La région triangulaire entre les villes de Jerez de la Frontera, El Puerto de Santa María et Sanlúcar de Barrameda marque encore les limites de la dénomination moderne. L'un des plus anciens vins du monde, son évolution considérable a été marquée par l'influence de plusieurs des plus grands empires et civilisations du monde : les Phéniciens, les Grecs, les Romains, les Maures, les Espagnols et les Britanniques. Aujourd'hui, alors que Sherry ne jouit pas du niveau de popularité qu'il avait autrefois, il reste l'une des expressions les plus insolites et historiques du monde du vin.
Histoire des_Shetland/Histoire des Shetland :
L'Histoire des Shetland concerne l'archipel subarctique des Shetland en Ecosse. L'histoire ancienne des îles est dominée par l'influence des Vikings. À partir du XIVe siècle, elle fut incorporée au Royaume d'Écosse, puis au Royaume-Uni.
Histoire_de_l'islam_chiite/Histoire de l'islam chiite :
L'islam chiite, également connu sous le nom d'islam chiite ou chiisme, est la deuxième plus grande branche de l'islam après l'islam sunnite. Les chiites adhèrent aux enseignements de Muhammad et aux conseils religieux de sa famille (qui sont appelés les Ahl al-Bayt) ou de ses descendants connus sous le nom d'imams chiites. La lignée de Muhammad ne se poursuit qu'à travers sa fille Fatima Zahra et son cousin Ali qui, aux côtés des petits-fils de Muhammad, composent les Ahl al-Bayt. Ainsi, les chiites considèrent les descendants de Muhammad comme la véritable source de conseils. L'islam chiite, comme l'islam sunnite, a parfois été divisé en plusieurs branches ; cependant, seuls trois d'entre eux ont actuellement un nombre significatif d'adeptes, et chacun d'eux a une trajectoire distincte. D'un point de vue politique, l'histoire des chiites s'est déroulée en plusieurs étapes. La première partie était l'émergence des chiites, qui commence après la mort de Muhammad en 632 et dure jusqu'à la bataille de Karbala en 680. Cette partie coïncide avec l'Imamah d'Ali, Hasan ibn Ali et Hussain. La deuxième partie est la différenciation et la distinction des chiites en tant que secte distincte au sein de la communauté musulmane, et l'opposition des califes sunnites. Cette partie commence après la bataille de Kerbala et dure jusqu'à la formation des états chiites vers 900. Au cours de cette section, le chiisme s'est divisé en plusieurs branches. La troisième section est la période des États chiites. Le premier État chiite était la dynastie Idrisside (780–974) au Maghreb. Vient ensuite la dynastie Alavid (864–928) établie à Mazandaran (Tabaristan), au nord de l'Iran. Ces dynasties étaient locales, mais elles ont été suivies par deux grandes et puissantes dynasties. La dynastie fatimide s'est formée en Ifriqiya en 909 et a régné sur différentes régions du Maghreb, de l'Égypte et du Levant jusqu'en 1171. La dynastie Buyid a émergé à Daylaman, au nord de l'Iran, vers 930, puis a régné sur les parties centrale et occidentale de l'Iran et de l'Irak. jusqu'en 1048. En conséquence, la période du milieu du Xe au milieu du XIe siècle est souvent connue sous le nom de « siècle chiite » de l'islam. Au Yémen, les imams de diverses dynasties, généralement de la secte Zaidi, ont établi une structure politique théocratique qui a survécu de 897 à 1962. L'Iran, autrefois région à majorité sunnite, a subi un processus de conversion forcée à l'islam chiite sous les Saffavides entre le XVIe et le XVIIIe siècle. Le processus a également assuré la domination de la secte Twelver au sein du chiisme sur la Zaidiyyah et les sectes de l'isma'ilisme à l'époque moderne.
Histoire du_Shimer_College/Histoire du Shimer College :
Shimer College a été fondé en 1852, lorsque la ville pionnière de Mt. Carroll, Illinois, dépourvue d'école publique, a incorporé le Mt. Carroll Seminary sans terrain, sans enseignants et sans argent à cette fin.Fondé comme non confessionnel, il a été affilié aux baptistes de 1896 aux années 1950, puis à l'Église épiscopale entre 1959 et 1973, après quoi elle est redevenue non confessionnelle. un collège féminin, un collège féminin et enfin un collège mixte Great Books. Tout au long de son existence, il a été impliqué dans une série de crises et de changements profonds. De ce fait, le collège est souvent symbolisé par un phénix qui renaît de ses propres cendres. Les crises tout au long de l'histoire de Shimer ont inclus trois abandons du collège par son conseil d'administration en 1855, 1973 et 1977; un incendie catastrophique en 1906; faillites en 1974 et 1977; et des luttes pour la gouvernance en 1966 et 2010. Les professeurs et les étudiants ont toujours travaillé ensemble pour maintenir la viabilité du collège. Le collège a subi deux déménagements très disputés, de Mount Carroll, Illinois à Waukegan, Illinois en 1978 et de Waukegan à Chicago en 2006. En 2017, Shimer College est devenu la Shimer School of Great Books au North Central College. Les caractéristiques qui ont été notées pour se reproduire tout au long de l'histoire de Shimer incluent un degré unique d'implication des étudiants dans l'administration des affaires de l'école. L'école maintient une tradition d'accueil de tous les élèves dès qu'ils sont prêts et capables d'apprendre, admettant des élèves que de nombreuses écoles considéreraient comme trop jeunes. L'école a maintenu des normes particulièrement élevées de performance académique et de charge de travail requise. Au 19ème siècle, il envoyait des étudiants sur la côte Est prêts à sauter les premières années d'université. Aux 20e et 21e siècles, les étudiants de Shimer avaient parmi les scores GRE et les taux d'études supérieures les plus élevés du pays.
Histoire de_Shimizu_S-Pulse/Histoire de Shimizu S-Pulse :
Shimizu S-Pulse (清水エスパルス, Shimizu Esuparusu) a passé 14 saisons dans l'élite du football japonais, la J. League. Au cours de ces saisons, le club a connu beaucoup de succès dans les compétitions de coupe nationales, remportant la Coupe de l'Empereur, la Coupe de la J. League, la Coupe des vainqueurs de coupe d'Asie et la Super Coupe du Japon à deux reprises. Le club a également atteint cinq autres finales de coupe.
Histoire du_shinto/Histoire du shintoïsme :
L'histoire du shinto est le développement du shinto, la religion traditionnelle du Japon. Bien que les historiens se demandent à quel moment il convient de désigner le shinto comme une religion distincte, la vénération des kami remonte à la période japonaise Yayoi (300 avant JC à 300 après JC). Le bouddhisme est entré au Japon à la fin de la période Kofun (300 à 538 après JC) et s'est répandu rapidement. La syncrétisation religieuse a rendu le culte kami et le bouddhisme fonctionnellement inséparables, un processus appelé shinbutsu-shūgō. Les kami en sont venus à être considérés comme faisant partie de la cosmologie bouddhiste et étaient de plus en plus représentés de manière anthropomorphique. La première tradition écrite concernant le culte des kami a été enregistrée dans le Kojiki et le Nihon Shoki du VIIIe siècle. Au cours des siècles suivants, le shinbutsu-shūgō a été adopté par la maison impériale japonaise. Pendant l'ère Meiji (1868 à 1912), les dirigeants nationalistes du Japon ont expulsé l'influence bouddhiste du culte kami et ont formé le shintoïsme d'État, que certains historiens considèrent comme l'origine du shintoïsme en tant que religion distincte. Les sanctuaires subissaient une influence croissante du gouvernement et les citoyens étaient encouragés à vénérer l'empereur en tant que kami. Avec la formation de l'empire japonais au début du XXe siècle, le shintoïsme a été exporté vers d'autres régions d'Asie de l'Est. Après la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, le shintoïsme a été officiellement séparé de l'État. Même parmi les experts, il n'y a pas de théories établies sur ce qu'est le Shinto ou dans quelle mesure il devrait être inclus, et il n'y a pas de théories établies sur le début de l'histoire du Shinto. L'érudit shintoïste Okada Chuangji dit que "l'origine" du shintoïsme s'est achevée de la période Yayoi à la période Kofun, mais quant au moment de l'établissement d'un shintoïsme systématique, il dit que ce n'est pas clair. Il existe quatre théories principales. La théorie selon laquelle il a été établi au 7ème siècle avec le système Ritsuryo (Okada Souji et al.) La théorie selon laquelle la conscience du "Shinto" est née et établie à la Cour Impériale au 8ème-9ème siècle (Masao Takatori et al. ) La théorie selon laquelle le shintoïsme a imprégné les provinces aux XIe et XIIe siècles (Inoue Kanji et al.) La théorie selon laquelle Yoshida Shinto a été fondée au XVe siècle (Toshio Kuroda et al.)Cet article couvrira toutes les théories
Histoire de_Shint%C5%8D_Mus%C5%8D-ry%C5%AB/Histoire de Shintō Musō-ryū :
Shintō Musō-ryū, ou Shindō Musō-ryū (神道夢想流)[1] est une école traditionnelle (ko-ryū) de l'art martial japonais du jōjutsu, l'art de manier le bâton court japonais (jō). L'art a été créé dans le but de vaincre un épéiste au combat en utilisant le jō, en mettant l'accent sur la distance, le timing et la concentration appropriés. De plus, une variété d'autres armes sont également enseignées. L'art a été fondé par le samouraï Musō Gonnosuke Katsuyoshi (夢想 權之助 勝吉, vers 1605, dates de naissance et de décès inconnues) au début de la période Edo (1603-1868) et, selon la légende, a été utilisé pour la première fois dans un duel avec Miyamoto Musashi (宮本 武蔵, 1584-1645). L'art original créé par Musō Gonnosuke a évolué et a été ajouté depuis sa création jusqu'aux temps modernes. L'art a été amené avec succès hors de son domaine d'origine à Fukuoka et hors du Japon lui-même aux 19e et 20e siècles. La propagation du Shintō Musō-ryū au-delà du Japon est en grande partie l'effort de Takaji Shimizu (Shimizu Takaji, 1896-1978), considéré comme le 25e [2] directeur. Avec l'aide de ses propres étudiants et la coopération de la communauté du kendo, Shimizu a répandu le Shintō Musō-ryū dans le monde entier.
Histoire de_Shiraz/Histoire de Shiraz :
La ville de Shiraz, en Iran, a plus de 4000 ans.
Histoire de merde/Histoire de merde :
History of Shit ( Histoire de la merde ) est un livre de 1978 du psychanalyste français Dominique Laporte (1949-1984). Il utilise une méthode idiosyncratique de généalogie historique dérivée, entre autres, de Friedrich Nietzsche, Sigmund Freud, Georges Bataille et Michel Foucault, pour montrer comment le développement des techniques d'assainissement en Europe occidentale a affecté la formation des notions modernes d'individualité. Laporte examine cette influence à travers les processus historiques d'urbanisation, l'apothéose du nationalisme, les pratiques d'échange capitaliste et la réforme linguistique.
Histoire de_Shreveport,_Louisiane/Histoire de Shreveport, Louisiane :
La ville de Shreve était à l'origine contenue dans les limites d'une section de terrain vendue à la société par les Indiens indigènes Caddo en 1835, pendant la période d'enlèvement des Indiens. En 1838, la paroisse de Caddo a été créée à partir de la grande paroisse de Natchitoches (prononcé "NACK-a-dish") et Shreve Town a été désignée comme siège de la paroisse. Shreveport reste aujourd'hui le siège de la paroisse de Caddo Parish. Le 20 mars 1839, la ville a été incorporée sous le nom de "Shreveport".
Histoire de_Shrewsbury/Histoire de Shrewsbury :
La ville de Shrewsbury dans le Shropshire, en Angleterre, a une histoire qui remonte au moins jusqu'à l'an 901, mais elle aurait pu être colonisée plus tôt. Au début du Moyen Âge, la ville était un centre du commerce de la laine, et ce fut un sommet de son importance. Pendant la révolution industrielle, relativement peu de développement a eu lieu dans la ville, bien qu'elle ait servi de ville ferroviaire importante après le développement du transport ferroviaire dans la région. La ville conserve aujourd'hui une grande partie de son architecture historique.
Histoire du_Shrewsbury_Town_F.C./Histoire du Shrewsbury Town FC :
L'histoire du Shrewsbury Town Football Club, un club de football anglais basé à Shrewsbury, dans le Shropshire, remonte à la formation du club en 1886.
Histoire du_Shropshire/Histoire du Shropshire :
Le Shropshire a été créé lors de la division de la Mercie saxonne en comtés au 10ème siècle. Elle est mentionnée pour la première fois en 1006. Après la conquête normande, elle connut un développement important, suite à l'octroi des principaux domaines du comté à d'éminents Normands, tels Roger De Montgomery et son fils Robert de Bellême. La région de Coalbrookdale du comté est désignée «le berceau de la révolution industrielle», en raison des développements technologiques importants qui s'y sont produits.
Histoire de_Sialkot/Histoire de Sialkot :
Histoire de Sialkot (pendjabi : سیالکوٹ دی تریخ ; ourdou : تاريخ سیالکوٹ), la capitale du district de Sialkot, est une ville située au nord-est de la province du Pendjab au Pakistan au pied des sommets enneigés du Cachemire près de la Rivière Chenab. La ville est à environ 125 km (78 mi) au nord-ouest de Lahore et à seulement quelques kilomètres de Jammu en Inde.
Histoire_de_la_Sibérie/Histoire de la Sibérie :
L'histoire ancienne de la Sibérie a été fortement influencée par les civilisations nomades sophistiquées des Scythes (Pazyryk) à l'ouest des montagnes de l'Oural et des Xiongnu (Noin-Ula) à l'est de l'Oural, toutes deux florissantes avant l'ère chrétienne. Les steppes de Sibérie étaient occupées par une succession de peuples nomades, dont le peuple khitan, divers peuples turcs et l'empire mongol. À la fin du Moyen Âge, le bouddhisme tibétain s'est répandu dans les régions situées au sud du lac Baïkal. Pendant l'Empire russe, la Sibérie était principalement développée en tant que province agricole. Le gouvernement l'a également utilisé comme lieu d'exil, envoyant Avvakum, Dostoïevski et les décembreistes, entre autres, dans des camps de travail dans la région. Au XIXe siècle, le chemin de fer transsibérien a été construit, soutenant l'industrialisation. Cela a également été facilité par la découverte et l'exploitation de vastes réserves de ressources minérales sibériennes.
Histoire_de_la_Sicile/Histoire de la Sicile :
L'histoire de la Sicile a été influencée par de nombreux groupes ethniques. Elle a vu la Sicile contrôlée par des puissances extérieures – phéniciennes et carthaginoises, grecques, romaines, vandales et ostrogothes, grecques byzantines, aghlabides, fatimides, kalbides, normandes, aragonaises et espagnoles – mais aussi connaître d'importantes périodes d'indépendance, comme sous les Sicaniens indigènes, Elymians et Sicels , et plus tard comme l' émirat de Sicile , le comté de Sicile et le royaume de Sicile . Le Royaume a été fondé en 1130 par Roger II, appartenant à la famille siculo-normande d'Hauteville. Pendant cette période, la Sicile était prospère et politiquement puissante, devenant l'un des États les plus riches de toute l'Europe. A la suite de la succession dynastique, le royaume passa donc aux mains des Hohenstaufen. A la fin du XIIIe siècle, avec la Guerre des Vêpres siciliennes entre les couronnes d'Anjou et d'Aragon, l'île passa à ces dernières. Au cours des siècles suivants, le Royaume entre dans l'union personnelle avec les couronnes espagnole et bourbonienne, tout en conservant une indépendance effective jusqu'en 1816. La Sicile est fusionnée avec le Royaume d'Italie en 1861. Bien qu'aujourd'hui Région autonome, à statut spécial, de la République de L'Italie, elle, a sa propre culture distincte. La Sicile est à la fois la plus grande région de l'État moderne d'Italie et la plus grande île de la mer Méditerranée. Son emplacement central et ses ressources naturelles lui ont valu d'être considéré comme un emplacement stratégique crucial en grande partie en raison de son importance pour les routes commerciales méditerranéennes. Cicéron et al-Idrisi ont décrit respectivement Syracuse et Palerme comme les plus grandes et les plus belles villes du monde hellénique et du Moyen Âge.
Histoire de_Sierra_Leone/Histoire de la Sierra Leone :
La Sierra Leone a été habitée pour la première fois par des peuples autochtones africains il y a au moins 2 500 ans. Les Limba ont été la première tribu connue à habiter la Sierra Leone. La forêt tropicale dense a partiellement isolé la région des autres cultures ouest-africaines et est devenue un refuge pour les peuples fuyant la violence et les djihads. La Sierra Leone a été nommée par l'explorateur portugais Pedro de Sintra, qui a cartographié la région en 1462. L'estuaire de Freetown a fourni un bon port naturel aux navires pour abriter et reconstituer l'eau potable, et a attiré davantage l'attention internationale alors que le commerce côtier et transatlantique a supplanté trans- commerce saharien. Au milieu du XVIe siècle, le peuple Mane a envahi, subjugué presque tous les peuples autochtones côtiers et militarisé la Sierra Leone. La crinière s'est rapidement mélangée aux populations locales et les différentes chefferies et royaumes sont restés dans un état de conflit continuel, de nombreux captifs étant vendus à des marchands d'esclaves européens. La traite atlantique des esclaves a eu un impact significatif sur la Sierra Leone, car ce commerce a prospéré aux XVIIe et XVIIIe siècles, et plus tard en tant que centre des efforts anti-esclavagistes lorsque le commerce a été aboli en 1807. Les abolitionnistes britanniques avaient organisé une colonie pour les loyalistes noirs. à Freetown, et cela est devenu la capitale de l'Afrique occidentale britannique. Un escadron naval y était basé pour intercepter les navires négriers, et la colonie s'est rapidement développée à mesure que les Africains libérés étaient libérés, rejoints par des soldats afro-caribéens et africains qui avaient combattu pour la Grande-Bretagne pendant la guerre d'indépendance américaine. Les descendants des colons noirs étaient collectivement appelés les Créoles ou Krios. Pendant l'ère coloniale, les Britanniques et les Créoles ont accru leur contrôle sur la région environnante, assurant la paix afin que le commerce ne soit pas interrompu, supprimant la traite des esclaves et la guerre entre les chefferies. En 1895, la Grande-Bretagne a tracé des frontières pour la Sierra Leone qu'elle a déclarée être son protectorat, ce qui a conduit à une résistance armée et à la guerre fiscale des huttes de 1898. Par la suite, il y a eu des dissensions et des réformes alors que les créoles recherchaient des droits politiques, des syndicats formés contre les employeurs coloniaux, et les paysans demandaient plus de justice à leurs chefs. La Sierra Leone a joué un rôle important dans la liberté politique et le nationalisme africains modernes. Dans les années 1950, une nouvelle constitution a uni la colonie de la Couronne et le protectorat, qui étaient auparavant gouvernés séparément. La Sierra Leone a obtenu son indépendance du Royaume-Uni le 27 avril 1961 et est devenue membre du Commonwealth des Nations. Les divisions ethniques et linguistiques restent un obstacle à l'unité nationale, avec les Mende, les Temne et les Créoles comme blocs de pouvoir rivaux. Environ la moitié des années écoulées depuis l'indépendance ont été marquées par des gouvernements autocratiques ou des guerres civiles.
Histoire de_Sierra_Leone_(1961%E2%80%931978)/Histoire de la Sierra Leone (1961–1978) :
En avril 1961, la Sierra Leone est devenue politiquement indépendante de la Grande-Bretagne. Il a conservé un système de gouvernement parlementaire et était membre du Commonwealth britannique des nations. Le Parti populaire de la Sierra Leone (SLPP), dirigé par Sir Milton Margai, a remporté la première élection générale au suffrage universel pour adultes en mai 1962. À la mort de Sir Milton en 1964, son demi-frère, Sir Albert Margai, lui a succédé au poste de Premier ministre. . Sir Albert a tenté d'établir un État à parti unique avec la coopération immédiate de l'opposition All People' Congress, mais a rencontré une résistance féroce de la part de certains cadres de son parti, le Parti populaire de Sierra Leone (SLPP), et a finalement abandonné l'idée. Lors d'élections très disputées en mars 1967, l'APC remporte la pluralité des sièges parlementaires. En conséquence, le gouverneur général (représentant le monarque britannique) Henry Josiah Lightfoot Boston a déclaré Siaka Stevens - chef de l'APC et maire de Freetown - comme nouveau Premier ministre. En quelques heures, Stevens et Lightfoot-Boston ont été placés en résidence surveillée par le brigadier David Lansana, le commandant des forces militaires de la Sierra Leone (SLMF), au motif que la détermination du bureau devrait attendre l'élection des représentants tribaux à la maison. . Un groupe d'officiers supérieurs de l'armée est passé outre à cette action en prenant le contrôle du gouvernement le 23 mars, en arrêtant le brigadier Lansana et en suspendant la constitution. Le groupe s'est constitué en Conseil national de réforme (NRC) avec le brigadier Andrew Juxon-Smith comme président. Le NRC est à son tour renversé en avril 1968 par une « révolte de sergents », le Mouvement révolutionnaire anti-corruption. Des membres du NRC ont été emprisonnés, des officiers de l'armée et de la police ont été déposés, la constitution démocratique a été restaurée et le pouvoir a été rendu à Stevens, qui a enfin assumé le poste de Premier ministre. Après le retour au régime civil, des élections partielles ont eu lieu à partir du l'automne 1968 et un cabinet entièrement composé d'APC a été nommé. La tranquillité n'est pas complètement rétablie : en novembre 1968, l'état d'urgence est déclaré après des troubles provinciaux, et en mars 1971, le gouvernement survit à un coup d'État militaire infructueux. En avril 1971, une constitution républicaine a été adoptée en vertu de laquelle Stevens est devenu président. Lors des élections partielles de 1972, l'opposition SLPP s'est plainte d'intimidation et d'obstruction procédurale par l'APC et la milice. Ces problèmes sont devenus si graves qu'il a boycotté les élections générales de 1973 ; en conséquence, l'APC a remporté 84 des 85 sièges élus. En juillet 1974, le gouvernement a découvert un prétendu complot de coup d'État militaire. Comme en 1971, les dirigeants sont jugés et exécutés. En 1977, des manifestations étudiantes contre le gouvernement ont perturbé la politique sierra-léonaise. Une élection générale a été déclenchée plus tard cette année-là au cours de laquelle la corruption était à nouveau endémique; l'APC a remporté 74 sièges et le SLPP 15.
Histoire_du_sikhisme/Histoire du sikhisme :
Guru Nanak a fondé la foi sikhe dans la région du Pendjab, dans la partie nord du sous-continent indien, et l'actuel Pakistan, à la fin du XVe siècle. Il était le premier des dix gourous sikhs. Le dixième, Guru Gobind Singh, officialisa ses pratiques le 13 avril 1699. Il baptisa cinq sikhs de différentes régions de l'Inde, avec des origines sociales différentes, pour former Khalsa fauj (ਖ਼ਾਲਸਾ ਫੌਜ). Ces cinq Bien-Aimés, les Pañj Piārē, l'ont ensuite baptisé dans le giron de Khalsa. Cela donne à l'ordre de Khalsa une histoire d'environ 500 ans. La théorie et l'analyse historiques suggèrent que le sikhisme a vu le jour au début de la période médiévale du mouvement Bhakti et aussi après des invasions répétées par les dirigeants musulmans sur la communauté hindoue pendant le règne moghol, qui a duré entre (1526 et 1857 après JC), en particulier dans la région du Nord. Inde. Dans la région non divisée du Pendjab, le fils aîné de toutes les familles hindoues du Punjabi a été nommé et représenté en tant que Sardars et a protégé leur famille et les communautés indiennes des tyrannies des dirigeants musulmans et de leur torture. Bien que l'histoire de la foi sikh soit étroitement associée avec l'histoire du Pendjab et la situation socio-politique dans le nord-ouest du sous-continent indien au 17ème siècle. Depuis le règne de l'Inde par l'empereur moghol Jahangir (r. 1605–1627), le sikhisme est entré en conflit avec les lois mogholes, car elles affectaient les successions politiques des moghols tout en chérissant les saints soufis de l'islam. Les dirigeants moghols ont tué de nombreux sikhs éminents pour avoir refusé d'obéir à leurs ordres et pour s'être opposés à la persécution des sikhs. Sur les dix gourous sikhs au total, deux, Guru Arjan Dev et Guru Tegh Bahadur, ont été torturés et exécutés, et des proches de plusieurs gourous (tels que les fils de sept et neuf ans de Guru Gobind Singh) ont été brutalement tués, ainsi que avec de nombreuses autres principales figures vénérées du sikhisme (telles que Banda Bahadur (1716), Bhai Mati Das, Bhai Sati Das et Bhai Dayala), qui ont également été torturées et tuées par les dirigeants moghols pour avoir refusé leurs ordres et pour s'être opposés à la persécution des sikhs et hindous. Par la suite, le sikhisme s'est militarisé pour s'opposer à l'hégémonie moghole. L'émergence de la Confédération sikhe sous les misls et de l'Empire sikh sous le règne du maharajah Ranjit Singh (r. 1792–1839) a été caractérisée par la tolérance religieuse et le pluralisme avec des chrétiens, des musulmans et des hindous aux postes de pouvoir. La création de l'empire sikh en 1799 est généralement considérée comme l'apogée du sikhisme dans la sphère politique, au cours de son existence (de 1799 à 1849), l'empire sikh en est venu à inclure le Cachemire, le Ladakh et Peshawar. Un certain nombre de paysans musulmans et hindous se sont convertis au sikhisme. Hari Singh Nalwa , le commandant en chef de l'armée sikh le long de la frontière nord-ouest de 1825 à 1837, a pris la frontière de l'empire sikh jusqu'à l'embouchure du col de Khyber. L'administration laïque de l'Empire sikh a intégré des réformes militaires, économiques et gouvernementales innovantes. Les organisations sikhes, dont le chef Khalsa Dewan et Shiromani Akali Dal dirigées par Maître Tara Singh, se sont fermement opposées à la partition de l'Inde, considérant la possibilité de la création du Pakistan comme invitant à la persécution. Les mois qui ont précédé la partition de l'Inde en 1947 ont vu de violents conflits au Pendjab entre sikhs et musulmans, qui ont vu la migration religieuse effective des sikhs et hindous punjabi du Pendjab occidental et reflété une migration religieuse similaire des musulmans punjabi du Pendjab oriental. Actuellement, la plupart des sikhs vivent dans l'État indien du Pendjab, où ils formaient environ 60 % de la population de l'État.
Histoire du_Sikkim/Histoire du Sikkim :
L'histoire du Sikkim commence avec le contact des indigènes Lepchas avec les premiers colons tibétains. Historiquement, le Sikkim était un État monarchique souverain dans l'est de l'Himalaya. Plus tard, un protectorat de l'Inde suivi d'une fusion avec l'Inde et d'une reconnaissance officielle en tant qu'État de l'Inde. Les Lepchas étaient les principaux habitants ainsi que le souverain du pays jusqu'en 1641. Les Lepchas sont généralement considérés comme le premier peuple, indigène au Sikkim comprend également Darjeeling. L'établissement du royaume bouddhiste sous le Chogyal au 17ème siècle suivi de la domination britannique au Sikkim et par la suite de l'inclusion en Inde en tant qu'État officiel de la nation après l'indépendance. Le Sikkim a émergé comme un régime politique à part entière dans un contexte d'incursions du Tibet et du Bhoutan, au cours desquelles le royaume a joui de degrés divers d'indépendance. Au début du XVIIIe siècle, l'Empire britannique a cherché à établir des routes commerciales avec le Tibet, ce qui a conduit le Sikkim à tomber sous la suzeraineté britannique jusqu'à l'indépendance en 1947. Initialement, le Sikkim est resté un pays indépendant, jusqu'à ce qu'il fusionne avec l'Inde en 1975 après un référendum décisif. De nombreuses dispositions de la constitution indienne ont dû être modifiées pour tenir compte des traités internationaux et entre le Sikkim et l'Inde.
Histoire_de_la_Silésie/Histoire de la Silésie :
Dans la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. (âge du bronze tardif), la Silésie appartenait à la culture lusacienne. Environ 500 Scythes avant JC sont arrivés, et plus tard des Celtes dans le sud et le sud-ouest. Au 1er siècle avant JC, Silingi et d'autres peuples germaniques se sont installés en Silésie. Pour cette période, nous avons écrit des rapports d'auteurs antiques qui ont inclus la région. Les Slaves sont arrivés sur ce territoire vers le 6ème siècle. Les premiers États connus de Silésie étaient ceux de la Grande Moravie et de la Bohême. Au 10ème siècle, Mieszko I a incorporé la Silésie dans Civitas Schinesghe, un état polonais. Il est resté une partie de la Pologne jusqu'à la fragmentation de la Pologne. Ensuite, il a été divisé entre les ducs Piast, descendants de Władysław II l'Exil, Haut Duc de Pologne. Au Moyen Âge, la Silésie était divisée entre de nombreux duchés dirigés par divers ducs de la dynastie Piast. Pendant ce temps, l'influence culturelle et ethnique allemande a augmenté en raison des immigrants des composantes germanophones du Saint Empire romain germanique , à mesure que l'économie de la région se développait et que des villes étaient fondées sous le droit municipal allemand. Entre les années 1289-1292, le roi de Bohême Venceslas II devint suzerain de certains duchés de Haute-Silésie. La Silésie devint par la suite une possession de la couronne de Bohême sous le Saint Empire romain germanique au 14ème siècle, et passa avec cette couronne à la monarchie des Habsbourg en 1526. Le duché de Crossen fut hérité par le margraviat de Brandebourg en 1476 et, avec la renonciation par le roi Ferdinand Ier et les domaines de Bohême en 1538, il est devenu une partie intégrante du Brandebourg. En 1742, la majeure partie de la Silésie fut saisie par le roi Frédéric le Grand de Prusse lors de la guerre de Succession d'Autriche et devint par la suite la province prussienne de Silésie. Après la Première Guerre mondiale, la Basse-Silésie, ayant de loin une majorité allemande, est restée avec l'Allemagne tandis que la Haute-Silésie, après une série d'insurrections des habitants polonais, a été divisée. Une partie a rejoint la Deuxième République polonaise et a été administrée en tant que voïvodie de Silésie. La province prussienne de Silésie en Allemagne était divisée en provinces de Basse-Silésie et de Haute-Silésie. La Silésie autrichienne (officiellement : duché de Haute et Basse Silésie ; presque identique à la Silésie tchèque moderne), la petite partie de la Silésie conservée par l'Autriche après les guerres de Silésie, est devenue une partie de la nouvelle Tchécoslovaquie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne nazie a envahi les parties polonaises de la Haute-Silésie. Les Juifs ont fait l'objet d'un génocide pendant l'Holocauste, tandis que les plans allemands envers les Polonais impliquaient un nettoyage ethnique et une extermination biologique. En 1945, les deux provinces ont été occupées par l'Union soviétique. En vertu des exigences de l'accord de Potsdam, la majeure partie de ce territoire a ensuite été transférée à la République populaire de Pologne. La plupart de la population allemande, qui n'avait pas été évacuée ou avait fui, a été expulsée par l'administration polonaise nouvellement arrivée, tandis que les Polonais expulsés des régions frontalières polonaises orientales se sont ensuite installés dans la région.
Histoire du_Sind/Histoire du Sind :
L'histoire du Sind fait référence à l'histoire de la province pakistanaise moderne du Sind, ainsi qu'aux régions voisines qui sont périodiquement passées sous son emprise. Le Sindh était le site de l'un des berceaux des civilisations, la civilisation de la vallée de l'Indus de l'âge du bronze qui s'est épanouie à partir d'environ 3000 avant JC et a décliné rapidement 1000 ans plus tard, à la suite des migrations indo-aryennes qui ont envahi la région par vagues entre 1500 et 500 avant JC. Les tribus indo-aryennes ont donné naissance à la civilisation védique de l'âge du fer, qui a duré jusqu'à 500 av. À cette époque, les Védas ont été composés. En 518 avant JC, l'empire achéménide a conquis la vallée de l'Indus et a établi une satrapie hindoue dans le Sind. Suite à l'invasion d'Alexandre le Grand, le Sind est devenu une partie de l'empire Maurya. Après son déclin, les Indo-Grecs, les Indo-Scythes et les Indo-Parthes ont régné sur le Sind. Le Sindh est parfois appelé le Bab-ul Islam (trad. «Porte de l'Islam»), car il a été l'une des premières régions du sous-continent indien à tomber sous la domination islamique. Certaines parties de la province moderne ont été soumises par intermittence à des raids de l'armée de Rashidun lors des premières conquêtes musulmanes, mais la région n'est pas tombée sous la domination musulmane jusqu'à ce que l'invasion arabe du Sind se produise sous le califat omeyyade, dirigé par Muhammad ibn Qasim en 712. CE. Par la suite, le Sind a été gouverné par une série de dynasties comprenant Habbaris, Soomras, Sammas, Arghuns et Tarkhans. L'empire moghol a conquis le Sind en 1591 et l'a organisé en Subah de Thatta, la division impériale de premier niveau. Le Sindh est redevenu indépendant sous la dynastie Kalhora. Les Britanniques ont conquis le Sind en 1843 après la bataille d'Hyderabad de la dynastie Talpur. Le Sindh est devenu une province distincte en 1936 et, après l'indépendance, est devenu une partie du Pakistan. Le Sindh abrite deux sites du patrimoine mondial désignés par l'UNESCO : la nécropole de Makli et Mohenjo-daro.
Histoire de_Singapour/Histoire de Singapour :
L'histoire de l'État moderne de Singapour remonte à sa fondation au début du XIXe siècle ; cependant, les preuves suggèrent qu'une colonie commerciale importante existait sur l'île au 14ème siècle. Le dernier souverain du royaume de Singapour, Parameswara, a été expulsé par les Majapahit ou les Siamois avant de fonder Malacca. Singapour relève alors du sultanat de Malacca puis du sultanat de Johor. En 1819, l'homme d'État britannique Stamford Raffles a négocié un traité par lequel Johor permettra aux Britanniques de localiser un port de commerce sur l'île, menant finalement à l'établissement de la colonie de la Couronne de Singapour en 1867. Les raisons importantes de la montée de Singapour étaient sa position nodale. à la pointe de la péninsule malaise bordée par les océans Pacifique et Indien, la présence d'un port naturel abrité, ainsi que son statut de port franc. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Singapour a été envahie et occupée par l'Empire japonais de 1942 à 1945. Lorsque les Japonais se sont rendus, Singapour est revenue au contrôle britannique, avec des niveaux croissants d'autonomie gouvernementale, ce qui a entraîné la fusion de Singapour avec la Fédération de Malaisie pour former la Malaisie en 1963. Cependant, les troubles sociaux, les tensions raciales et les différences politiques entre Le Parti d'action populaire (PAP) au pouvoir à Singapour et le Parti de l'alliance de Malaisie ont entraîné l'expulsion de Singapour de la Malaisie. Singapour est devenue une république indépendante le 9 août 1965. Confrontée à un grave chômage et à une crise du logement en partie causée par l'incendie de Bukit Ho Swee, Singapour s'est lancée dans un programme de modernisation de la fin des années 1960 aux années 1970, axé sur l'établissement d'une industrie manufacturière, le développement de grandes lotissements publics et en investissant massivement dans l'éducation et les infrastructures publiques. Dans les années 1990, le pays était devenu l'une des nations les plus prospères du monde, avec une économie de marché libre très développée et de solides liens commerciaux internationaux. Il a maintenant le produit intérieur brut par habitant le plus élevé d'Asie, qui est le 7e au monde, et il est classé 9e sur l'indice de développement humain des Nations Unies.
Histoire de_Singapore_Airlines/Histoire de Singapore Airlines :
Cet article explore l'histoire de Singapore Airlines, le porte-drapeau de la République de Singapour et basé à l'aéroport de Singapour Changi. Singapore Airlines, également connue sous ses abréviations SIA ou SQ, a souvent été classée tout au long de son histoire parmi les meilleures ou les meilleures compagnies aériennes au monde. Classée compagnie aérienne 5 étoiles par Skytrax au cours des 2 dernières décennies, elle a a également été classé parmi les 10 premiers transporteurs aériens mondiaux en termes d'échelle de revenus-passagers-kilomètres, et 10e au monde pour le volume de passagers internationaux transportés.Singapore Airlines est également l'une des plus grandes compagnies aériennes en Asie, avec des vols sans escale ou des vols directs vers des destinations en Asie, en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique du Nord. Le slogan de la compagnie aérienne est "A Great Way To Fly". La compagnie aérienne est remarquable pour ne pas avoir changé de manière significative sa livrée tout au long de son histoire, ainsi que la Singapore Girl, qui a été introduite pour la première fois en 1972.
History of_Singapore_General_Hospital/Histoire de l'hôpital général de Singapour :
L'hôpital général de Singapour (SGH) est le premier hôpital général de Singapour et aussi son hôpital le plus ancien et le plus grand. Il est situé le long d'Outram Road, au cœur d'un centre médical connu sous le nom de campus d'Outram (comprenant plusieurs institutions médicales, dont le Health Promotion Board et la Health Sciences Authority). L'histoire de l'hôpital s'étend sur près de deux siècles et remonte à l'ère coloniale britannique du XIXe siècle à Singapour.
Histoire des_Indiens_de_Singapour/Histoire des Indiens de Singapour :
L'histoire des Indiens de Singapour fait référence au modèle de migration et d'installation des Indiens ethniques à Singapour de 1819 à nos jours. Il comprend également l'histoire sociale et politique de la communauté indienne à Singapour pendant cette période.
History of_Sinhala_software/History of Sinhala software :
Les logiciels en langage cinghalais pour ordinateurs sont présents depuis la fin des années 1980 (Samanala écrit en C) mais aucun système standard de représentation des caractères n'a été mis en place, ce qui a abouti à des systèmes et des polices de caractères propriétaires. À la suite de cela, le CINTEC (Computer and Information Technology Council of Sri Lanka) a introduit le cinghalais dans la norme UNICODE (technologie de caractères 16 bits). L'ICTA a conclu le travail commencé par le CINTEC pour approuver et normaliser l'Unicode cinghalais au Sri Lanka.
Histoire du_Sinn_F%C3%A9in/Histoire du Sinn Féin :
Sinn Féin ("We Ourselves", souvent mal traduit par "Ourselves Alone") est le nom d'un parti politique irlandais fondé en 1905 par Arthur Griffith. Il est ensuite devenu le centre de diverses formes de nationalisme irlandais, en particulier le républicanisme irlandais. Après le soulèvement de Pâques en 1916, son nombre de membres grandit, avec une réorganisation à son Ard Fheis en 1917. Sa scission en 1922 en réponse au traité anglo-irlandais qui conduisit à la guerre civile irlandaise et vit les origines de Fianna Fáil et Fine Gael, les deux partis qui ont depuis dominé la politique irlandaise. Une autre scission dans l'organisation restante du Sinn Féin dans les premières années des troubles en 1970 a conduit au Sinn Féin d'aujourd'hui, qui est un parti républicain, nationaliste de gauche et laïc.
Histoire_des_relations_sino-coréennes/Histoire des relations sino-coréennes :
L'histoire des relations sino-coréennes remonte à la préhistoire.
Histoire_des_relations_sino-russes/Histoire des relations sino-russes :
Avant le XVIIe siècle, la Chine et la Russie se trouvaient aux extrémités opposées de la Sibérie, qui était peuplée de nomades indépendants. Vers 1640, les colons russes avaient traversé la majeure partie de la Sibérie et fondé des colonies dans le bassin du fleuve Amour. De 1652 à 1689, les armées chinoises ont chassé les colons russes, mais après 1689, la Chine et la Russie ont conclu la paix et établi des accords commerciaux. Au milieu du XIXe siècle, l'économie et l'armée chinoises étaient loin derrière les puissances coloniales. Il a signé des traités inégaux avec les pays occidentaux et la Russie, par lesquels la Russie a annexé le bassin de l'Amour et Vladivostok. L'Empire russe et les puissances occidentales ont exigé de la Chine de nombreuses autres concessions, telles que des indemnités pour les émeutes anti-occidentales, le contrôle des tarifs chinois et des accords extraterritoriaux comprenant l'immunité légale pour les étrangers et les entreprises étrangères. Pendant ce temps, la culture et la société russes, en particulier l'élite, ont été occidentalisées. Le dirigeant de la Russie ne s'appelait plus officiellement tsar mais empereur, une importation d'Europe occidentale. Les problèmes qui ne concernaient que la Russie et la Chine concernaient principalement la frontière russo-chinoise puisque la Russie, contrairement aux pays occidentaux, bordait la Chine. De nombreux Chinois se sont sentis humiliés par la soumission de la Chine aux intérêts étrangers, ce qui a contribué à une hostilité généralisée envers l'empereur de Chine. En 1911, la Révolution Xinhai éclate et conduit à l'établissement de la République de Chine. Cependant, le nouveau régime chinois, connu sous le nom de gouvernement Beiyang, a été contraint de signer des traités plus inégaux avec les pays occidentaux et avec la Russie. Ces dernières années, la Russie et la Chine ont signé un accord frontalier.À la fin de 1917, Moscou et Petrograd ont été repris par un groupe communiste, les bolcheviks, pendant la révolution d'octobre, qui a provoqué la guerre civile russe entre l'Armée rouge bolchevique et l'anticommuniste White les forces. Le gouvernement chinois de Beiyang s'est rangé du côté des Blancs et, avec la plupart des Occidentaux, a envoyé des troupes pour lutter contre les Rouges. En 1922, les Rouges remportent la guerre civile et fondent un nouveau pays : l'Union soviétique. En 1923, les Soviétiques ont apporté aide et soutien au Kuomintang, une faction chinoise qui s'était opposée au gouvernement Beiyang. En alliance avec le petit Parti communiste chinois (PCC), le Kuomintang a pris le pouvoir en 1928 et les deux pays ont établi des relations diplomatiques. Les relations sino-soviétiques sont restées agitées et les deux pays ont mené deux guerres pendant les dix années suivantes. Néanmoins, les Soviétiques, sous Joseph Staline, ont aidé le gouvernement du Kuomintang de Chiang Kai-shek contre le Japon impérial. Staline a dit au chef des communistes, Mao Zedong, de coopérer avec le régime chinois du Kuomintang, mais une fois au pouvoir, le Kuomintang a orchestré une violente purge massive des communistes, appelée massacre de Shanghai. En 1937, le Kuomintang et les communistes ont formé une nouvelle alliance pour s'opposer à l'invasion japonaise de la Chine, mais ils ont repris le combat en 1942. Après la défaite du Japon en 1945, les deux factions chinoises ont signé une trêve, mais la guerre civile chinoise bientôt a éclaté à nouveau entre eux. En 1949, avec le soutien soviétique, les communistes ont remporté la guerre civile chinoise et ont établi la République populaire de Chine, qui a conclu une alliance avec les Soviétiques. Mao est devenu le premier dirigeant de la Chine communiste. Les partisans les plus radicaux de Mao, connus sous le nom de "Gang of Four", ont progressivement éliminé la plupart de ses rivaux tout au long de ses 27 années au pouvoir. La tension idéologique entre les deux pays est apparue après la mort de Staline en 1953. Nikita Khrouchtchev a dénoncé les crimes de Staline en 1956 et les deux régimes ont commencé à se critiquer. Au début, la critique était indirecte et discrète, mais en 1961, Mao a accusé la direction soviétique de révisionnisme et l'alliance a ouvertement pris fin. Les deux pays se disputaient le contrôle des États communistes étrangers et des mouvements politiques, et de nombreux pays avaient deux partis communistes rivaux qui concentraient leurs tirs l'un sur l'autre. En 1969, une brève guerre frontalière entre les deux pays a eu lieu. Khrouchtchev avait été remplacé par Leonid Brejnev en 1964, qui avait abandonné de nombreuses réformes soviétiques critiquées par Mao. Cependant, la rhétorique anti-soviétique de la Chine s'est intensifiée sous l'influence des plus proches partisans de Mao, la Bande des Quatre. Mao est mort en 1976 et le Gang des Quatre a perdu le pouvoir en 1978. Après une période d'instabilité, Deng Xiaoping est devenu le nouveau chef de la Chine. La différence philosophique entre les deux pays s'est quelque peu atténuée depuis que les nouveaux dirigeants chinois ont abandonné l'anti-révisionnisme. Les réformes internes de la Chine n'ont pas mis fin immédiatement au conflit avec l'Union soviétique. En 1979, la Chine envahit le Vietnam, qui était un allié soviétique. La Chine a également envoyé de l'aide aux moudjahidines contre l'invasion soviétique de l'Afghanistan. En 1982, Brejnev a prononcé un discours proposant la réconciliation avec la Chine et Deng a accepté de rétablir les relations diplomatiques. En 1985, Mikhaïl Gorbatchev est devenu secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique, a réduit les garnisons soviétiques à la frontière sino-soviétique et en Mongolie, a repris le commerce et a abandonné le problème frontalier qui avait provoqué une guerre ouverte 16 ans plus tôt. En 1989, il a retiré le soutien soviétique du gouvernement communiste d'Afghanistan. Le rapprochement s'est accéléré après la chute de l'Union soviétique et son remplacement par la Fédération de Russie en 1991. Les relations sino-russes depuis 1991 sont actuellement étroites et cordiales. Les deux pays maintiennent une solide alliance géopolitique et régionale et des niveaux commerciaux importants.
Histoire de_Sint-Oedenrode/Histoire de Sint-Oedenrode :
Sint-Oedenrode est une ville modérément urbanisée et chef-lieu de l'ancienne commune du même nom (depuis 2017 partie de Meierijstad) dans la province du Brabant du Nord. La ville est située dans le Meierij de 's-Hertogenbosch. Sint-Oedenrode compte 17 928 habitants (1er août 2013, source : CBS) et a une superficie de 64,25 km². La municipalité a traditionnellement des droits de ville depuis 1232 et était autrefois connue sous le nom de " Vlek " (bourg de marché). Aujourd'hui, c'est encore une grande ville. Du sud-est au nord-ouest, la ville est coupée par la rivière Dommel.
Histoire de_Sioux_City,_Iowa/Histoire de Sioux City, Iowa :
L'Iowa se trouve dans la prairie à herbes hautes des Grandes Plaines nord-américaines, historiquement habitée par des locuteurs de langues sioux. La région de Sioux City, Iowa, était habitée par Yankton Sioux lorsqu'elle a été atteinte pour la première fois par des trappeurs de fourrure espagnols et français au 18ème siècle. En 1803, sous la présidence de Thomas Jefferson, la France vendit une vaste partie du centre de l'Amérique du Nord aux États-Unis d'Amérique. Cet «achat de la Louisiane» était largement inexploré par les colons blancs. Jefferson a envoyé le Corps of Discovery, sous Lewis et Clark, pour documenter scientifiquement le territoire. En 1804, l'expédition Lewis et Clark remonta le Missouri et installa un camp près de ce qui allait devenir Sioux City, Iowa. Le 20 août, un membre de l'expédition, le Sgt. Charles Floyd est mort de "coliques bileuses" et a été enterré sur une falaise surplombant la rivière. À l'époque de Lewis et Clark, la tribu Omaha des Amérindiens était présente juste en aval de cette région, et les Yankton Sioux étaient en amont. William Thompson a établi un poste de traite près de Floyd's Bluff en 1848 et avait très tôt l'ambition de fonder une ville. Cependant, les espoirs de Thompson ne se sont jamais réalisés; les colons plus en amont, entre les rivières Floyd et Big Sioux, ont rencontré plus de succès.
Histoire_de_Sioux_Falls,_Dakota_du_Sud/Histoire de Sioux Falls, Dakota du Sud :
Cet article traite de l'histoire de Sioux Falls, Dakota du Sud Sioux Falls est la plus grande ville de l'État américain du Dakota du Sud. Fondée en 1856, la ville a été abandonnée, pillée, réinstallée et est devenue plus tard une ville avec une population de 153 888 personnes au recensement de 2010.
Histoire de_Sirhind/Histoire de Sirhind :
Sirhind est l'ancien nom de Fatehgarh Sahib. Il est situé sur l'autoroute Delhi-Lahore. Il a une population d'environ 60.851. C'est maintenant un quartier général de district dans l'État du Pendjab ; le nom du district est Fatehgarh Sahib.
Histoire du_Skat/Histoire du Skat :
L'histoire du jeu de Skat ou Scat a commencé au début du 19e siècle en Thuringe. Le jeu s'est rapidement répandu dans l'Europe germanophone ainsi qu'aux États-Unis et est aujourd'hui l'un des jeux de cartes les plus populaires en Allemagne, tout en étant considéré comme le jeu de cartes national allemand.
Histoire de_Skipton/Histoire de Skipton :
La petite ville de Skipton dans le North Yorkshire, en Angleterre, existe depuis 1085, est répertoriée dans le Domesday Book et a joué un rôle dans l'histoire pendant la guerre civile anglaise et en tant que site d'un camp de prisonniers de guerre pendant les deux la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale.
Histoire de_Skopje/Histoire de Skopje :
L'histoire de Skopje, en Macédoine du Nord, remonte à au moins 4000 ; des vestiges de colonies néolithiques ont été découverts dans l'ancienne forteresse de Kale qui surplombe le centre-ville moderne. La colonie semble avoir été fondée à cette époque par les Paioniens, un peuple qui habitait la région. Elle devint la capitale de la Dardanie, qui s'étendait de Naissus à Bylazora au IIe siècle av. L'expansion romaine vers l'est a amené Scupi sous la domination romaine à la veille du 1er siècle après JC. Lorsque l'Empire romain a été divisé en moitiés orientale et occidentale en 395 après JC, Scupi est passé sous la domination byzantine de Constantinople. Pendant une grande partie du début de la période médiévale, la ville a été contestée entre les Byzantins et l'Empire bulgare. Elle servit de capitale bulgare de 972 à 992. Après 1018, elle fut capitale du thème byzantin de la Bulgarie après la chute du Premier Empire bulgare. En 1189, la ville faisait partie du royaume serbe, devenant plus tard la capitale de l'empire serbe. En 1392, la ville a été conquise par les Turcs ottomans et ils ont nommé la ville Üsküb. La ville est restée sous la domination ottomane pendant plus de 500 ans. Pendant cette période, il était célèbre pour son architecture orientale. En 1913, après les guerres des Balkans, Skopje est devenue une partie du Royaume de Serbie et, après la Première Guerre mondiale, la ville est devenue une partie du nouveau Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (Royaume de Yougoslavie). Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a été conquise par l'armée bulgare, qui collaborait avec les Allemands nazis. En 1944, elle est devenue la capitale de la Macédoine démocratique (plus tard République socialiste de Macédoine), qui était un État fédéral faisant partie de la Yougoslavie fédérale démocratique (plus tard République fédérative socialiste de Yougoslavie). La ville s'est développée rapidement après la Seconde Guerre mondiale, mais cette tendance a été interrompue en 1963 lorsqu'elle a été frappée par un tremblement de terre catastrophique. En 1991, elle est devenue le centre de la capitale de la Macédoine indépendante. Skopje était le lieu de naissance de la célèbre sœur religieuse missionnaire, Mère Teresa de Calcutta.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Hunton Andrews Kurth

Wikipédia : À propos/Wikipédia : À propos : Wikipédia est une encyclopédie que tout le monde peut modifier, et des dizaines de millions...