Rechercher dans ce blog

mercredi 14 décembre 2022

Goniurosaurus bawanglingensis


Gonionota mélobaphes/Gonionota mélobaphes :
Gonionota melobaphes est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1912. On le trouve au Panama et au Costa Rica. L'envergure est de 18–22 mm. Les ailes antérieures sont brun fauve, avec des nuances plus foncées et plus pâles, se rapprochant du fauve fuscous, sur et en dessous du milieu du pli et un peu avant l'apex, et brun fauve vers le termen. Une large tache de jaune, imprégnée d'ocre rougeâtre et légèrement tachetée d'écailles brunes s'étend de la base à un sixième de la longueur de l'aile le long du dos, à la moitié le long de la costa et à la fin de la cellule en dessous, étant quelque peu arqué et partiellement interrompu avant le milieu de l'aile. Vers l'apex, la côte extrême est étroitement blanche. Les ailes postérieures sont brun jaunâtre pâle.

Gonionota menura/Gonionota menura :
Gonionota menura est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve au Panama. L'envergure est d'environ 24 mm. Les ailes antérieures sont brun ambré avec le tiers basal légèrement tacheté de carmin. Un peu avant le milieu de la costa se trouve une petite tache carrée blanc ocre bordée de carmin et au tiers extérieur la costa est creusée et bordée d'une marque lunaire blanche bordée de carmin. Le reste de la costa est fuscous très finement bordé. Dans la cellule au tiers basal se trouve une tache fuscous entourée de quelques écailles carmin. La tache discale à l'extrémité de la cellule est obsolète et entre l'extrémité de la cellule et le terme se trouve une rangée transversale mal définie de taches fuscous. Les ailes postérieures sont blanc ocre à la base, virant au brun à l'apex.
Gonionota militaris/Gonionota militaris :
Gonionota militaris est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1914. On le trouve en Colombie. L'envergure est d'environ 25 mm. Les ailes antérieures sont fuscous pourpre foncé, devenant gris foncé vers le termen. Il y a une suffusion cramoisie plus brillante sous le milieu du disque et une large strie rouge cramoisi, rétrécie aux extrémités, le long du dos de la base aux deux tiers, le bord dorsal jaune vers un quart. Une étroite bande jaune suffuse se trouve le long de la côte des deux tiers jusqu'à près de l'apex, son bord costal blanc sauf vers les extrémités. Les ailes postérieures sont gris noirâtre.
Gonionota mimulina/Gonionota mimulina :
Gonionota mimulina est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Arthur Gardiner Butler en 1883. On le trouve au Chili. L'envergure est de 17–19 mm. Les ailes antérieures sont jaune soufre vif avec une bande le long de la base de la nervure costale rougeâtre, tachetée de noirâtre, et rejoignant au tiers basal le début d'une large tache triangulaire rougeâtre à bords noirâtres, qui s'étend presque jusqu'à l'apex, et est tachetée sur la marge costale et à son angle inférieur avec du blanc. Il existe une série externo-discale de minuscules points noirâtres, parfois obsolètes. Les ailes postérieures sont blanches comme neige, soyeuses et soyeuses.
Gonionota mitis/Gonionota mitis :
Gonionota mitis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1914. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont brunâtres ferrugineux clairs, plus profondes vers l'arrière et devenant fuscous ferrugineuses foncées sur la moitié costale, le bord costal fuscous foncé et avec une tache transversale jaunâtre oblique partant de la costa avant le milieu, atteignant la moitié de l'aile, coupée obliquement par une ligne ferrugineuse . Il y a une fine ligne blanchâtre le long de la côte du milieu jusqu'à près des trois quarts, et une tache d'irroration blanchâtre près au-delà, où une série de plusieurs points blanchâtres indistincts court vers le tornus. Les ailes postérieures sont jaune clair ocre, teintées de fulveux grisâtres vers l'apex.
Gonionota notodontella/Gonionota notodontella :
Gonionota notodontella est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1877. On le trouve en Colombie.
Gonionota oligarcha/Gonionota oligarcha :
Gonionota oligarcha est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 21 mm. Les ailes antérieures sont brun rosé, irrégulièrement mêlées de gris foncé et avec la côte étroitement imprégnée de jaunâtre ocre sauf vers la base, le bord costal est fuscous vers la base, blanchâtre en arrière. Les stigmates sont noirâtres, le plical au-delà du premier discal, le deuxième discal placé dans une tache ronde rose-rose. Il y a une rangée incurvée de petites taches gris noirâtre partiellement diffuses et confluentes près du termen, et une série terminale de points nuageux noirâtres. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Gonionota oriphanta/Gonionota oriphanta :
Gonionota oriphanta est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1928. On le trouve en Colombie. L'envergure est d'environ 21 mm. Les ailes antérieures sont jaunes, irrégulièrement marbrées et striées de cramoisi, surtout sur les nervures. Le bord costal est fuscous foncé, brièvement interrompu par du jaune pâle aux deux cinquièmes et aux deux tiers et avec une certaine suffusion fuscous vers la base de la costa, et deux ou trois marques fuscous foncées au-delà. Il y a une fine strie sombre oblique fuscous d'un tiers du dos au-dessus du milieu du disque, puis courbée autour de l'extrémité de la cellule à son angle inférieur, reliée au-dessus par une tache carrée de suffusion fuscous avec la partie médiane de la côte. Il y a une série transversale angulée de petites taches fuscous sombres et diffuses de la côte aux trois cinquièmes, vers le dos cassé vers l'intérieur jusqu'à près du milieu. Il existe également un fascia terminal de suffusion fusqueuse, comprenant une série subterminale de points jaunes. Les ailes postérieures sont gris blanchâtre.
Gonionota oxybela/Gonionota oxybela :
Gonionota oxybela est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve au Pérou. L'envergure est de 18–20 mm. Les ailes antérieures sont brun bistre avec des irrorations fauve-olive (verres) et dans la moitié externe de l'aile des écailles considérables ocre-fauve. La costa est fauve ocre mélangée à de l'olive fauve et à partir du tiers basal de la costa, une ligne fauve-olive mal définie s'étend jusqu'au pli où elle continue vers l'extérieur jusqu'au tornus. Les ailes postérieures sont sépia.
Gonionota paravexillata/Gonionota paravexillata :
Gonionota paravexillata est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve au Venezuela. L'envergure est d'environ 17 mm. Les ailes antérieures sont brun tabac. À partir du tiers basal de la costa, un large fascia écarlate se courbe vers l'intérieur et s'élargit jusqu'à la base de l'aile. La bande écarlate est mélangée avec de l'orange et quelques écailles sépia à travers le pli et le fascia est bordé vers l'extérieur par une ligne sépia mal définie. Sur la côte, juste au-delà du tiers apical, se trouve un petit triangle blanc bien défini d'où émerge un fascia sépia étroit, mal défini, incurvé vers l'extérieur, qui s'étend jusqu'au dos au niveau du tornus. Au bout de la cellule se trouve un petit point blanc précédé et suivi de quelques écailles fuscous. Le dos est étroitement bordé de fuscous. Les ailes postérieures sont brun tabac, légèrement plus foncées vers l'apex, chamois entre la cellule et la côte.
Périphérie Gonionota / Périphérie Gonionota :
Gonionota periphereia est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Clarke en 1964. On le trouve en Equateur. L'envergure est d'environ 20 mm. Les ailes antérieures sont de couleur brun sayal à roussâtre dans le tiers apical. Il y a une bande oblique vers l'extérieur de couleur chamois traversée par des barres brunes transversales et marquée de taches ocreuses rougeâtres mal définies du cinquième basal jusqu'au milieu de la côte environ. Le bord extrême du tiers basal de la costa est brun. Sur la côte, au-delà de la tache basale, se trouve un groupe triangulaire d'écailles noires et sur le quart apical de la côte se trouve une tache carrée jaune chamois contenant des écailles ocres rougeâtres. Les ailes postérieures sont d'un blanc ocre, un peu plus foncé vers l'apex.
Gonionota persistis/Gonionota persistis :
Gonionota persistis est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1914. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont jaunâtres clairs, striées de rouge cramoisi sur toutes les nervures et avec une fine strie cramoisie-fuscous le long de la costa, continue autour du termen jusqu'au tornus, la moitié antérieure de la costa plus largement striée de fuscous léger et avec un bande épaisse de suffusion fuscous légère des trois cinquièmes de la costa à un quart du dos. Les stigmates discaux sont petits et fuscous foncés et il y a une ligne transversale fuscous claire ondulée plutôt incurvée aux trois quarts, ainsi qu'une ligne subterminale similaire rouge cramoisi. Les ailes postérieures sont blanchâtres jaunâtres, plus jaunes le long des termes.
Phocodes Gonionota / Phocodes Gonionota :
Gonionota phocodes est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1909. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 16 mm. Les ailes antérieures sont brun violacé-ferrugineux avec quelques fines irrorations blanchâtres-ocreuses indéfinies, en particulier vers la côte antérieurement, et sur un fascia assez large d'avant le milieu de la côte jusqu'au tornus. Les ailes postérieures sont fuscous foncées, plus claires vers l'avant.
Phthiochrome gonionota/Phthiochrome gonionota :
Gonionota phthiochroma est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve en Bolivie. L'envergure est d'environ 23 mm. Les deux cinquièmes costaux des ailes antérieures sont chamois ocre, les trois cinquièmes dorsaux saumon ocre. Le bord extrême de la costa est blanc ocre. Le cinquième basal de l'aile, à l'intérieur de la costa, est saumon ocre et fauve ocre. Dans la cellule, au tiers basal se trouve une minuscule tache noire et une similaire à l'extrémité de la cellule. La moitié externe de l'aile porte quelques écailles noires éparses. Les ailes postérieures sont blanc ocre, légèrement plus foncées et avec une teinte rose à l'apex.
Gonionota pialea/Gonionota pialea :
Gonionota pialea est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1921. On le trouve au Brésil (Para). L'envergure est d'environ 15 mm. Les ailes antérieures sont brun ferrugineux avec une marque oblique légèrement plus pâle de la costa aux deux cinquièmes, suivie d'une suffusion plutôt plus foncée. Il y a une fine strigula blanche très oblique sur la costa aux trois quarts. Les stigmates discaux sont fuscous ferrugineux foncés, la première minute et la seconde assez petites. Il y a aussi une ligne terminale plus sombre. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Gonionota poecilia/Gonionota poecilia :
Gonionota poecilia est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve au Venezuela. L'envergure est de 16 à 19 mm. Les ailes antérieures sont brun sayal, avec des taches et des taches principalement écarlates et jaune orangé soulignées par un réticulum fuscous aux deux tiers dorsaux. Sur le tiers basal du dos se trouve une tache triangulaire de couleur de fond, sa base sur le bord dorsal et sur le tiers basal de la costa est un triangle jaune orangé contenant des écailles écarlates. Une marque en forme de coin de couleur similaire se trouve sur le tiers externe de la costa et au tiers basal, dans la cellule, se trouve une grande tache blanche suivie à l'extrémité de la cellule par une tache similaire, mais plus petite. Subterminalement, une rangée incurvée vers l'extérieur de tirets fuscous s'étend de la veine 9 à la veine lc et le bord terminal de l'apex autour du tornus à la base du dos est étroitement fuscous. Les ailes postérieures sont blanc ocre, virant à la base à la couleur argileuse vers les marges.
Gonionota praeclivis/Gonionota praeclivis :
Gonionota praeclivis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1921. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 16 mm. Les ailes antérieures sont fuscous rougeâtres avec une strie fuscous foncée le long du dos d'un quart à deux tiers. Le deuxième stigmate discal est petit et blanc et il y a une légère marque blanchâtre très oblique sur la côte aux deux tiers. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Gonionota prolectans/Gonionota prolectans :
Gonionota prolectans est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1926. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 23–24 mm. Les ailes antérieures sont brunes, sur la moitié costale plus ou moins cramoisie sauf vers le termen et avec une tache indéfinie de suffusion cramoisie-jaunâtre vers la costa un peu avant le milieu, son bord antérieur formant une petite tache jaune plus distincte. Le deuxième stigmate discal est minuscule et blanc et il y a une marque blanche semifusiforme sur la côte environ aux trois quarts. Les veines ont tendance à être marquées de très fines lignes sombres fuscous, avec une strie plus forte sur 1b. Il y a aussi une ligne terminale blanche diffuse, avec une certaine irroration qui la précède. Les ailes postérieures sont grises.
Gonionota pyrocausta/Gonionota pyrocausta :
Gonionota pyrocausta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve en Colombie.
Gonionota pyrrhotrota/Gonionota pyrrhotrota :
Gonionota pyrrhotrota est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1932. On le trouve en Bolivie.
Gonionota rhacina/Gonionota rhacina :
Gonionota rhacina est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1912. On le trouve au Guatemala. L'envergure est d'environ 20 mm. Les ailes antérieures sont brun rougeâtre fauve, avec une tache fauve rougeâtre à la base du dos, s'étendant jusqu'au bord supérieur de la cellule jusqu'à un tiers de la base où elle est étroitement produite jusqu'à la costa, un groupe de noirâtres séparés écailles se trouvant à son bord extérieur sur la cellule. Au-delà, le milieu de la costa est profondément sinueux, la partie déprimée étroitement blanche. Les ailes postérieures sont gris rougeâtre.
Gonionota rosacée/Gonionota rosacée :
Gonionota rosacea est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par William Trowbridge Merrifield Forbes en 1931. On le trouve en Haïti, à Cuba et en République dominicaine.
Gonionota satrapis/Gonionota satrapis :
Gonionota satrapis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1914. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 18–19 mm. Les ailes antérieures sont jaunes, abondamment réticulées de pourpre. Les stigmates discaux sont représentés par de modérés points ronds jaune pâle, les seconds teintés de blanchâtre. Il y a un fascia fuscous plutôt sombre du milieu de la costa au dos avant le milieu, étroit sur la costa mais considérablement dilaté en arrière vers le dos, attenant au premier stigmate discal et relié par une saillie au second. Il y a une tache tornale fuscous irrégulière, atteignant le deuxième stigmate discal, et reliée par une ligne irrégulière à l'extrémité costale du fascia, la moitié dorsale de l'aile entre celui-ci et le fascia imprégné de cramoisi. Les ailes postérieures sont jaune blanchâtre.
Gonionota saulopis/Gonionota saulopis :
Gonionota saulopis est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1909. On le trouve en Bolivie et au Pérou. L'envergure est de 22–23 mm. Les ailes antérieures sont brun ferrugineux foncé, avec des stries irrégulières transversales plus claires légèrement irriguées de blanchâtre, les espaces intermédiaires généralement plus ou moins mêlés de gris noirâtre sauf vers la côte. Il y a une bande transversale incurvée légèrement plus pâle avant le milieu, irrifiée de blanc et de rose pâle vers la costa et vers les deux cinquièmes postérieurs de la costa, les stries deviennent blanches, en partie teintées de rose pâle. Le premier stigmate discal est noirâtre et distinct, précédé d'un petit point noirâtre obliquement au-dessus, le second est gris foncé et indistinct. Les ailes postérieures sont blanches avec une tache apicale fusqueuse foncée couvrant les deux cinquièmes de l'aile, le bord antérieur étant droit.
Gonionota séléné/Gonionota séléné :
Gonionota selene est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve à Santa Catarina, au Brésil. L'envergure est d'environ 20 mm. Les ailes antérieures sont roussâtres, à la base du dos une légère tache jaune de chrome s'étendant sur le pli et bordée sur le bord extérieur d'un court tiret fuscous. La costa est brun gris sauf aux deux tiers une marque blanche en forme de coin. Aux deux cinquièmes de la costa se trouve un court fascia transversal jaune de chrome n'atteignant pas le milieu de l'aile et à l'extrémité de la cellule se trouve un petit point fuscous. Le dos, au-delà de la tache basale jaune de chrome, est largement fuscous au termen à la nervure 3. La zone dorsale sombre est recouverte d'avellaneous (brun grisâtre terne) dans la partie centrale et de l'apex à la nervure 5 est mal définie, zone carrée jaune de chrome. Les ailes postérieures sont ocre blanchâtre, virant à la base au brun pâle à l'apex et grisâtres fuscous dans la région anale.
Gonionota sphénogramme/Gonionota sphénogramme :
Gonionota sphenogramma est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve au Venezuela. L'envergure est de 17–18 mm. Les ailes antérieures sont brunes avec une poussière grise prononcée, en particulier dans la moitié basale. Aux deux cinquièmes basaux de la costa se trouve une petite tache blanche précédée de gris foncé et le tiers basal de la costa est jaunâtre. La costa au milieu est gris foncé, recourbée et suivie vers l'extérieur par une excavation peu profonde, cette dernière blanche, élargie vers l'extérieur en une marque en forme de coin, bordée de jaunâtre. Sur la costa, précédant l'apex, se trouve une fine rayure blanche et la tache discale au tiers basal est gris foncé, à l'extrémité de la cellule blanche. Le tornus est saupoudré de gris foncé. Les ailes postérieures sont gris clair imprégnées de brunâtre vers les marges.
Gonionota teganitis/Gonionota teganitis :
Gonionota teganitis est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1909. On le trouve au Pérou. L'envergure est de 17–18 mm. Les ailes antérieures sont brun rougeâtre foncé avec le bord costal rougeâtre terne sur les deux cinquièmes basaux et une très petite marque blanc carmin sur la costa aux deux cinquièmes, le bord costal extrême entre celui-ci et la sinuation sombre fuscous. Il y a une tache blanche en forme de coin sur la sinuation costale, bordée en avant de rouge carmin. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Gonionota tenebralis/Gonionota tenebralis :
Gonionota tenebralis est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par George Hampson en 1906. On le trouve à Santa Catarina, au Brésil. L'envergure est de 16 à 20 mm. Les ailes antérieures sont fuscous, superposées et imprégnées de brun rougeâtre et à partir du tiers basal de la costa, un fascia chamois olive tout défini s'étend jusqu'au pli puis continue jusqu'au tornus. De l'apex à la nervure 2, on trouve un fascia transverse olive chamois mal défini. Les ailes postérieures sont sépia.
Gonionota transversa/Gonionota transversa :
Gonionota transversa est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par John Frederick Gates Clarke en 1971. On le trouve à Paraná, au Brésil. L'envergure est de 17 à 19 mm. Les ailes antérieures sont brun dresden avec le tiers basal de l'aile, à l'exception d'une tache rectangulaire de couleur de fond sur la costa, chamois, mêlée d'ocre orange et de fuscous. Le tiers extérieur de l'aile est chamois, mais cette couleur est presque obscurcie par des taches plus foncées et des irrorations (mouchetures). Sur la costa, au tiers apical, se trouve une tache chamois et dans la cellule, au tiers, une paire de petites taches discales fuscouseuses. Au bout de la cellule se trouve une tache similaire, mais plus petite. Les ailes postérieures sont blanc ocre, légèrement plus foncées vers les marges.
Gonionota uberrima/Gonionota uberrima :
Gonionota uberrima est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1914. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont ferrugineuses avec une tache jaune foncé occupant les deux cinquièmes basaux, sauf le tiers costal, son bord externe convexe et prolongé jusqu'à la costa en une strie mince, une ligne ferrugineuse claire traverse cette tache au quart de l'aile, se terminant par son angle dorsal. Il y a une courte strigula blanche oblique sur la costa aux trois quarts. Les ailes postérieures sont fulveuses cuivrées.
Gonionota ustimacula/Gonionota ustimacula :
Gonionota ustimacula est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1874. On le trouve au Chili. L'envergure est d'environ 26 mm. La variété zelleri diffère de la forme typique par une tache grise arrondie sur le disque des ailes antérieures sous la tache costale cunéiforme, à laquelle elle est unie par une nébuleuse jaunâtre pâle. Il y a aussi une série externo-discale arquée de taches gris foncé, la plus haute de la série en partie jaune et rejoignant l'angle inférieur de la tache cunéiforme. Les ailes postérieures sont brun bronze brillant au lieu de blanc.
Gonionota vexillata/Gonionota vexillata :
Gonionota vexillata est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Pérou. L'envergure est de 21–22 mm. Les ailes antérieures sont brunes teintées de violet, le bord dorsal parfois imprégné de fuscous violacé foncé et d'une tache jaune foncé allongée mêlée de cramoisi vif s'étendant de la base du dos le long de la costa jusqu'au milieu, puis se projetant vers le bas jusqu'à la fin de la cellule, marquée de fuscous violacé vers la base de la costa et deux fois interrompue en arrière. Le premier stigmate discal est indistinct et noirâtre. Le bord costal est blanc sur une courte distance vers les deux tiers, bordé en dessous de suffusion rose. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Gonionota vivida/Gonionota vivida :
Gonionota vivida est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1926. On le trouve en Bolivie. L'envergure est de 17–19 mm. Les ailes antérieures sont jaune vif plus ou moins irrégulièrement teintées d'orange rosé avec le bord costal blanc sauf à la base, étroitement teinté de jaune clair en dessous sauf vers le milieu, plus fortement en arrière. En dessous, une large bande brun ferrugineux suffuse se trouve de la base au-dessus du milieu, occupant presque la moitié costale de l'aile, au-delà, une légère suffusion brunâtre s'étend au-dessus du milieu jusqu'à près de l'apex. Les stigmates discaux sont minuscules et noirâtres, parfois obsolètes et il existe un fascia terminal étroit de suffusion brun ferrugineux. Les ailes postérieures sont gris-rosé ou brun-rosé clair.
Gonionotophis/Gonionotophis :
Gonionotophis est un genre de serpents, communément appelés serpents terrestres africains et serpents limeurs, de la famille des Lamprophiidae. Le genre est endémique d'Afrique centrale.
Goniopalpia/goniopalpia :
Goniopalpia est un genre de papillon monotypique de la famille des Crambidae décrit par George Hampson en 1903. Il ne contient qu'une seule espèce, Goniopalpia delicatalis, décrite dans le même article, qui se trouve en Inde.
Goniopectinidae/Goniopectinidae :
Goniopectinidae est une famille d'échinodermes appartenant à l'ordre Paxillosida.Genera : Chrispaulia Gale, 2005 Goniopecten Perrier, 1881 Pectinidiscus Ludwig, 1907 Prionaster Verrill, 1899
Goniophile/Goniophile :
Goniophila est un genre de papillons de nuit de la famille des Erebidae. Le genre a été érigé par George Hampson en 1926.
Goniophlébium/Goniophlébium :
Goniophlebium est un genre de fougères de la famille des Polypodiacées, sous-famille des Microsoroideae, selon la classification Pteridophyte Phylogeny Group de 2016 (PPG I).
Goniophlebium formosanum/Goniophlebium formosanum :
Goniophlebium formosanum est une espèce de fougère de la famille des Polypodiacées, présente au Fujian (Chine), au Japon et à Taïwan. C'est un épiphyte qui pousse sur des troncs d'arbres ou des rochers, avec des stipes de couleur paille, de 15–20 cm de long, et un limbe oblong d'environ 30–50 × 10–15 cm.
Goniopholididae/Goniopholididae :
Les Goniopholididae sont une famille éteinte de crocodyliformes néosuchiens semi-aquatiques de taille moyenne. Leur plan corporel et leur morphologie convergent vers les crocodiliens vivants. Ils vivaient à travers la Laurasie (Asie, Europe et Amérique du Nord) entre le Jurassique moyen (peut-être le Jurassique précoce, voir ci-dessous) et le Crétacé supérieur.
Goniopholis/Goniopholis :
Goniopholis (qui signifie "écaille inclinée") est un genre éteint de crocodyliformes goniopholidés qui vivait en Europe et en Afrique au cours du Jurassique supérieur et du Crétacé inférieur. Étant semi-aquatique, il ressemble beaucoup aux crocodiles modernes. Il mesurait de 2 à 4 mètres de long et aurait eu un style de vie très similaire à celui de l'alligator américain ou du crocodile du Nil.
Goniophora/Goniophora :
Goniophora est un genre éteint de palourdes. Il a vécu de l'Ordovicien au Permien.
Goniophotomètre/Goniophotomètre :
Un goniophotomètre est un appareil utilisé pour mesurer la lumière émise par un objet sous différents angles. L'utilisation des goniophotomètres a augmenté ces dernières années avec l'introduction des sources lumineuses à LED, qui sont principalement des sources lumineuses dirigées, où la distribution spatiale de la lumière n'est pas homogène. Si une source lumineuse est homogène dans sa distribution de lumière, on parle de source lambertienne. En raison de réglementations strictes, la répartition spatiale de la lumière est d'une grande importance pour l'éclairage automobile et sa conception.
Goniophotométrie/Goniophotométrie :
La goniophotométrie ou mesure de diffusion optique goniométrique est la technique de mesure de la distribution angulaire de la lumière, éventuellement dépendante de la longueur d'onde, diffusée à partir d'une surface. La goniophotométrie est utilisée pour mesurer les distributions d'intensité des lampes et des luminaires et pour évaluer le brillant des peintures et autres finitions de surface.
Goniophtalme/Goniophtalme :
Goniophthalmus est un genre de mouches de la famille des Tachinidae.
Goniophylle/Goniophylle :
Goniophylla est un genre de papillon monotypique de la famille des Erebidae. Sa seule espèce, Goniophylla fragilis, est connue de l'État australien du Queensland. Le genre et l'espèce ont été décrits pour la première fois par Turner en 1945.
Goniophyllum/Goniophyllum :
Goniophyllum est un genre silurien de corail rugueux connu de Suède, de Norvège, du Canada, du Royaume-Uni et des États-Unis. Il est facilement identifiable par ses "couvercles" et sa forme carrée distincte. Le genre a été décrit par Milne-Edwards et Haime en 1851.
Goniophysète/Goniophysète :
Goniophysetis est un genre de papillons de nuit de la famille des Crambidae.
Goniophysetis actalellus/Goniophysetis actalellus :
Goniophysetis actalellus est un papillon de la famille des Crambidae. On le trouve à Madagascar.
Goniophysète lactée/Goniophyse lactée :
Goniophysetis lactealis est un papillon de nuit de la famille des Crambidae. On le trouve au Kenya.
Goniophysetis malgassellus/Goniophysetis malgassellus :
Goniophysetis malgassellus est un papillon de la famille des Crambidae. On le trouve à Madagascar.
Goniophyto/Goniophyto :
Goniophyto est un genre de vraies mouches de la famille des Sarcophagidae.
Goniopleure/Goniopleure :
Goniopleura est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. On le trouve en Asie du Sud-Est. Il est parfois traité comme un sous-genre d'Aulexis.
Goniopora/Goniopora :
Goniopora, souvent appelé corail pot de fleurs, est un genre de corail pierreux colonial trouvé dans les lagons et les eaux troubles. Les Goniopora ont de nombreux polypes ressemblant à des marguerites qui s'étendent vers l'extérieur à partir de la base, chacun muni de 24 tentacules urticants qui entourent une bouche.
Goniopora columna/Goniopora columna :
Goniopora columna est une espèce de corail pierreux colonial de la famille des Poritidae.
Goniopora stokesi/Goniopora stokesi :
Goniopora stokesi est une espèce de corail pierreux colonial. Comme les autres espèces du genre Goniopora, il porte les noms communs de « corail pot de fleurs » et de « corail marguerite ». L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe son statut comme quasi menacé.
Goniopora tenuidens/Goniopora tenuidens :
Goniopora tenuidens est une espèce de corail pierreux colonial de la famille des Poritidae. Il se produit dans les eaux peu profondes de la région tropicale de l'Indo-Pacifique. L'Union internationale pour la conservation de la nature a évalué son état de conservation comme étant « le moins préoccupant ».
Toxine Goniopora/Toxine Goniopora :
La toxine Goniopora (GPT) est une toxine polypeptidique du corail marin de l'espèce Goniopora. Deux toxines issues de cette source ont été identifiées, l'une agissant sur les canaux sodiques et l'autre agissant sur les canaux calciques.
Gonioprocris/Gonioprocris :
Gonioprocris est un genre de papillons de nuit de la famille des Zygaenidae.
Goniops/Goniops :
Goniops est un genre de mouches à cheval et à chevreuil de la famille des Tabanidae.
Gonioptéris/Gonioptéris :
Goniopteris est un genre de fougères de la famille des Thelypteridaceae, sous-famille des Thelypteridoideae, dans la classification Pteridophyte Phylogeny Group de 2016 (PPG I). D'autres sources plongent Goniopteris dans un genre Thelypteris très largement défini.
Goniopteris verecunda/Goniopteris verecunda :
Goniopteris verecunda, synonyme Thelypteris verecunda, est une espèce rare de fougère connue sous le nom commun de fougère vierge Barrio Charcas. Il est endémique de Porto Rico, où il n'est connu que de trois localités. C'est une espèce en voie de disparition sur la liste fédérale des États-Unis. Cette fougère a été décrite pour la première fois en 1985 sous le nom de Thelypteris verecunda. Il a été placé sur la liste des espèces en voie de disparition en 1993. À cette époque, on savait qu'il existait à trois endroits à Quebradillas, Hatillo et San Sebastián à Porto Rico. Deux de ces localités ne comptent qu'un seul individu chacune. Au Barrio Bayaney à Hatillo, il y a 20 plantes. Cette fougère terrestre a deux types de frondes, des feuilles stériles de quelques centimètres de long et des frondes fertiles plus étroites jusqu'à 15 centimètres de long. Les limbes sont couverts de poils et les sores ont des touffes de poils blancs.
Goniopteris yaucoensis/Goniopteris yaucoensis :
Goniopteris yaucoensis, synonyme Thelypteris yaucoensis, est une espèce rare de fougère connue sous le nom commun de fougère vierge de Porto Rico. Il est endémique de Porto Rico, où il n'est connu que de trois localités. C'est une espèce en voie de disparition sur la liste fédérale des États-Unis. Cette fougère a été placée sur la liste des espèces menacées en 1993. À cette époque, on savait qu'elle existait à trois endroits : deux à Yauco et un à Ciales à Porto Rico. Il y avait un total d'environ 65 plantes connues à tous les trois combinés. Cette fougère terrestre a des frondes jusqu'à 52 centimètres de long avec les lames divisées en 13 à 15 paires de segments.
Goniopteroloba/Goniopteroloba :
Goniopteroloba est un genre de papillons de nuit de la famille des Geometridae.
Gonioréflectomètre/Gonioréflectomètre :
Un gonioréflectomètre est un appareil de mesure d'une fonction de distribution de réflectance bidirectionnelle (BRDF). L'appareil se compose d'une source lumineuse éclairant le matériau à mesurer et d'un capteur qui capte la lumière réfléchie par ce matériau. La source de lumière doit être capable d'éclairer et le capteur doit être capable de capturer des données à partir d'un hémisphère autour de la cible. Les dimensions de rotation hémisphérique du capteur et de la source lumineuse sont les quatre dimensions du BRDF. La partie « gonio » du mot fait référence à la capacité de l'appareil à mesurer sous différents angles. Plusieurs appareils similaires ont été construits et utilisés pour capturer des données pour des fonctions similaires. La plupart de ces appareils utilisent une caméra au lieu du capteur de mesure de l'intensité lumineuse pour capturer un échantillon bidimensionnel de la cible. Les exemples incluent : un gonioréflectomètre spatial pour capturer le SBRDF (McAllister, 2002). un portique de caméra pour capter le champ lumineux (Levoy et Hanrahan, 1996). un dispositif sans nom pour capturer la fonction de texture bidirectionnelle (Dana et al., 1999).
Goniorhynque/Goniorhynque :
Goniorhynchus est un genre de papillons de nuit de la famille des Crambidae.
Goniorhynchus butyrosa/Goniorhynchus butyrosa :
Goniorhynchus butyrosa est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Arthur Gardiner Butler en 1879. On le trouve en Chine, en Thaïlande et au Japon.
Goniorhynchus calamitalis/Goniorhynchus calamitalis :
Goniorhynchus calamitalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Snellen en 1898. On le trouve en Indonésie (Lombok, Java).
Goniorhynchus chalybealis/Goniorhynchus chalybealis :
Goniorhynchus chalybealis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Snellen en 1892. On le trouve à Java.
Goniorhynchus clausalis/Goniorhynchus clausalis :
Goniorhynchus clausalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Hugo Theodor Christoph en 1881. On le trouve au Japon et en Chine.
Goniorhynchus exemplaris/Goniorhynchus exemplaris :
Goniorhynchus exemplaris est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par George Hampson en 1898. On le trouve au Japon et en Chine.
Goniorhynchus flaviguttalis/Goniorhynchus flaviguttalis :
Goniorhynchus flaviguttalis est un papillon de nuit de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Warren en 1896. On le trouve en Inde.
Goniorhynchus gratalis/Goniorhynchus gratalis :
Goniorhynchus gratalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Julius Lederer en 1863. On le trouve en Indonésie (île d'Ambon, Java), au nord-est de l'Inde, en Birmanie
Goniorhynchus gulielmalis/Goniorhynchus gulielmalis :
Goniorhynchus gulielmalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par William Jacob Holland en 1900. On le trouve à Buru en Indonésie.
Goniorhynchus hampsoni/Goniorhynchus hampsoni :
Goniorhynchus hampsoni est un papillon de la famille des Crambidae. On le trouve au Pérou et au Costa Rica.
Goniorhynchus marasmialis/Goniorhynchus marasmialis :
Goniorhynchus marasmialis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par George Hampson en 1898. On le trouve sur les îles de Bali et de Timor en Asie du Sud-Est maritime.
Goniorhynchus marginalis/Goniorhynchus marginalis :
Goniorhynchus marginalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Warren en 1896. On le trouve en Inde (Khasi Hills).
Goniorhynchus obscurus/Goniorhynchus obscurus :
Goniorhynchus obscurus est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par George Hampson en 1898. On le trouve sur l'île d'Ambon en Indonésie.
Goniorhynchus octosema/Goniorhynchus octosema :
Goniorhynchus octosema est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par George Hampson en 1912. On le trouve à Singapour.
Goniorhynchus pasithea/Goniorhynchus pasithea :
Goniorhynchus pasithea est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par James Farish Malcolm Fawcett en 1916. On le trouve en Afrique orientale.
Goniorhynchus pectinalis/Goniorhynchus pectinalis :
Goniorhynchus pectinalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par George Hampson en 1898. On le trouve en Malaisie.
Goniorhynchus plumbeizonalis/Goniorhynchus plumbeizonalis :
Goniorhynchus plumbeizonalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par George Hampson en 1896. On le trouve dans l'état indien du Meghalaya, au Myanmar et en Thaïlande.
Goniorhynchus salaconalis/Goniorhynchus salaconalis :
Goniorhynchus salaconalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Herbert Druce en 1895. On le trouve au Panama et au Costa Rica.
Goniorrachis/Goniorrachis :
Goniorrhachis est un genre de plantes à fleurs de la famille des légumineuses, Fabaceae. Il appartient à la sous-famille des Detarioideae. Il contient une seule espèce, Goniorrhachis marginata, originaire de l'est du Brésil.
Goniosaurus/Goniosaure :
Goniosaurus est un genre éteint de plésiosaure du Crétacé supérieur (âge Maastrichtien) de la Nekum Chalk, aux Pays-Bas. La seule espèce décrite à ce jour, G. binskhorsti n'est représentée que par une dent isolée, comprimée et élancée décrite par Hermman Meyer et une dent référée et une vertèbre cervicale qui montre qu'il s'agissait d'un élasmosauridé, comme beaucoup d'autres plésiosaures du Crétacé supérieur d'Europe.
Gonioscie/gonioscie :
Gonioscia est un genre de papillons de nuit de la famille des Erebidae. Le genre a été érigé par George Hampson en 1926.
Gonioscopie/gonioscopie :
Gonioscopie une procédure ophtalmologique de routine qui mesure l'angle entre l'iris et la cornée (l'angle iridocornéen), à l'aide d'une goniolentille (également connue sous le nom de gonioscope) avec une lampe à fente ou un microscope opératoire. Son utilisation est importante pour diagnostiquer et surveiller diverses affections oculaires associées au glaucome.
Goniosème/goniosème :
Goniosema est un genre de papillons de nuit de la sous-famille des Arctiinae. Le genre a été décrit par Turner en 1899.
Goniosema anguliscripta/Goniosema anguliscripta :
Goniosema anguliscripta est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae. Il a été décrit par Thomas Pennington Lucas en 1890. On le trouve en Australie, où il a été signalé en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Queensland.
Goniosème euraphota/Goniosema euraphota :
Goniosema euraphota est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae. Il a été décrit par Turner en 1940. On le trouve en Australie, où il a été signalé dans le Queensland.
Goniostemme/Goniostemme :
Goniostemma est un genre de plante de la famille des Apocynaceae, décrit pour la première fois en tant que genre en 1834. Il contient deux espèces connues, l'une originaire de Chine, l'autre de l'Inde et du Bangladesh. EspèceGoniostemma acuminata Wight - Inde, Bangladesh Goniostemma punctatum Tsiang & PT Li - Yunnan
Goniostemma punctatum/Goniostemma punctatum :
Goniostemma punctatum est une espèce de plante de la famille des Apocynaceae. Il est endémique de Chine. Il pousse dans les forêts de montagne.
Gonioterme/Gonioterme :
Gonioterma est un genre de papillons de nuit de la sous-famille Stenomatinae.
Gonioterma advocata/Gonioterma advocata :
Gonioterma advocata est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 25–26 mm. Les ailes antérieures sont lilas blanchâtres, le bord costal blanc. Les stigmates sont sombres et fuscous, la plicale et la première discale sont petites, la plicale très obliquement postérieure, la seconde discale modérée et transversale, avec une petite tache sombre et nuageuse parfois divisée adjacente en arrière. Il y a des écailles fuscous sombres dispersées indiquant vaguement une ligne postmédiane et de petites taches fuscous sombres sur la côte au milieu et aux quatre cinquièmes, la seconde envoyant une série fortement incurvée de points fuscous sombres au dos avant le tornus. Une série marginale de points fuscous foncés se trouve autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres-gris ocre avec un long poil-crayon ocre blanchâtre dense partant de la base se trouvant dans un pli sous-dorsal.
Gonioterma aesiocopia/Gonioterma aesiocopia :
Gonioterma aesiocopia est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Mexique (Vera Cruz) et au Panama. L'envergure est d'environ 21 mm. Les ailes antérieures sont gris souris pâle, avec une tache fuscous bien visible sur la cellule à un tiers, un petit point fuscous dans le pli en dessous et un peu au-delà, et un point obscur à l'extrémité de la cellule. La costa est tachée de brun jaunâtre de la base à l'apex, et une bande blanche semblable à un nuage commençant à la base est parallèle à la costa presque jusqu'à l'apex, envoyant une ramification atténuée le long de l'extrémité extérieure de la cellule, de là pointant vers l'intérieur le long de la cellule; une étroite bande blanche suit le termen de l'apex au tornus. Les ailes postérieures sont gris jaunâtre pâle.
Gonioterma alsiosum/Gonioterma alsiosum :
Gonioterma alsiosum est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Panama. L'envergure est d'environ 35 mm. Les ailes antérieures sont testacées, avec une tache de suffusion gris bleuâtre au-delà de l'extrémité de la cellule (seulement apparente dans certaines lumières), n'atteignant pas le termen ou costa. Devant elle, à l'extrémité de la cellule, se trouve une seule tache ronde noirâtre entre les nervures 5 et 6. Les ailes postérieures sont gris fauve, ocre pâle le long de la côte.
Gonioterma anna/Gonioterma anna :
Gonioterma anna est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve dans les Guyanes et au Brésil. L'envergure est de 18–21 mm. Les ailes antérieures sont d'un rose terne très clair avec trois taches costales triangulaires, équidistantes, brun noirâtre, les deux externes grandes et très proéminentes, la basale au tiers basal de la costa plus petite. À l'extrémité de la cellule se trouve une petite tache transversale brun foncé et de l'extrémité de la tache costale externe s'étend une rangée incurvée vers l'extérieur de petits points brun foncé équidistants à travers l'aile jusqu'au dos. Le bord terminal extrême est d'un noir profond. Les ailes postérieures sont blanchâtres avec des pointes jaunes.
Gonioterma argicerauna/Gonioterma argicerauna :
Gonioterma argicerauna est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Colombie. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont ocre grisâtre pâle, légèrement teintées de gris le long de la côte vers l'apex. Il y a une ligne blanchâtre indistincte et indistincte qui court autour de la marge supérieure de la cellule et une marque transversale à l'extrémité de la cellule. Il existe une série presque marginale de petites taches blanchâtres indistinctes autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre.
Gonioterma bolistis/Gonioterma bolistis :
Gonioterma bolistis est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil (Amazonas). L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont blanc ocre avec une petite marque fuscous foncée très oblique sur la côte à un quart, et une petite tache noirâtre sur le dos à un quart, quelques écailles brunâtres tendant à indiquer une ligne courbe irrégulière entre celles-ci. Les stigmates sont très petits, indistincts, fuscous, le plical obliquement au-delà du premier disque, une légère suffusion brunâtre irrégulière vers la zone médiane du dos. Il y a une tache noirâtre modérée au milieu de la côte, où une faible ligne courbe irrégulière indéfinie d'irroration brunâtre s'étend jusqu'au dos aux trois quarts. Il y a une assez grande tache noirâtre semi-ovale sur la costa aux quatre cinquièmes, où une série courbe de points fuscous sombres s'étend jusqu'au tornus. Il existe également une série terminale de points sublinéaires sombres et flous. Les ailes postérieures sont ocre blanchâtre pâle.
Gonioterma bryophanes/Gonioterma bryophanes :
Gonioterma bryophanes est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 27–28 mm. Les ailes antérieures sont gris verdâtre terne, la partie antérieure du disque baignée de gris verdâtre foncé. Il y a une bande sous-costale plus claire avec un brillant blanchâtre. Le stigmate plical est noirâtre et il y a une série de courtes marques longitudinales irrégulières indistinctes d'irroration blanchâtre le long de la marge supérieure de la cellule, et une autre série au-dessus de la partie postérieure de ce parallèle avec la costa jusqu'à près de l'apex, puis courbée près de la termen au-dessous du milieu. Il y a aussi six points blancs presque marginaux le long du termen. Les ailes postérieures sont grises, plus foncées vers l'arrière.
Gonioterma burmanniana/Gonioterma burmanniana :
Gonioterma burmanniana est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Caspar Stoll en 1782. On le trouve au Brésil. Les adultes sont jaune blanchâtre, avec les ailes antérieures rectangulaires aiguës aux extrémités, avec quatre marques côtières d'un noir profond. La première marque basale et la troisième plus grande que la quatrième, et beaucoup plus grande que la première et que la seconde. Il y a une ligne submarginale légèrement incurvée vers l'extérieur de points noirs, se terminant par la quatrième marque costale et la frange est cuivreuse noirâtre. Les ailes postérieures ont une légère teinte aeneous et la frange est cuivreuse le long de la partie antérieure du bord extérieur.
Gonioterma chlorina/Gonioterma chlorina :
Gonioterma chlorina est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par William D. Kearfott en 1911. On le trouve à São Paulo, au Brésil. L'envergure est de 24–27 mm. Les ailes antérieures sont d'un vert chloré brillant, chez les mâles sous certaines lumières et sous certains angles, une teinte blanchâtre plus claire est visible, en particulier entre le bord supérieur de la cellule et la côte, à l'extrémité de la cellule et dans une ligne terminale étroite. Chez les femelles, cette teinte blanche est permanente et parallèle à la costa de l'extrême base au milieu du termen. Il est interrompu au milieu de la costa et envoie un étroit éperon incurvé au point à l'extrémité de la cellule, puis à la marge postérieure. Il est quelque peu tacheté sur toute sa longueur par la couleur de fond. Chez les femelles, la ligne terminale blanchâtre est beaucoup plus nette. Il y a une tache brun foncé, presque noire, sur le pli aux deux cinquièmes de la longueur de l'aile à partir de la base et à l'extrémité de la cellule se trouve un point plus intense de la couleur de fond, entouré d'écailles blanchâtres. Les ailes postérieures sont brun ocre terne.
Gonioterma choleroptila/Gonioterma choleroptila :
Gonioterma choleroptila est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane. L'envergure est de 16–21 mm. Les ailes antérieures sont blanches, teintées de fuscous, plus ou moins parsemées de fuscous foncé et avec un point fuscous foncé près de la base au milieu, et un à la base de la costa. Il y a une petite tache foncée fuscous sur la costa à un quart, et de plus grandes arrondies au milieu et aux quatre cinquièmes. Les stigmates sont petits et foncés, le plical à mi-chemin entre le discal. Une série courbe de points fuscous sombres et nuageux se trouve de la troisième tache costale au dos avant le tornus et il y a une série marginale de points fuscous sombres autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres, vers l'apex légèrement teintées de jaunâtre.
Gonioterma chromolitha/Gonioterma chromolitha :
Gonioterma chromolitha est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Bolivie. L'envergure est d'environ 24 mm. Les ailes antérieures sont blanc ocre, le bord costal ocre gris pâle, vers la base gris foncé. Il y a trois taches bleu indigo foncé sur la côte, les deux premières petites, au quart et au milieu, la troisième plus grande, aux quatre cinquièmes. Il y a une tache de suffusion gris brunâtre couvrant la moitié dorsale d'un quart au tornus, limitée en arrière par une nuance gris cuivré foncé incurvée à partir de la troisième tache costale. Les stigmates plicaux et seconds discaux forment des taches cuivrées-violacées imprégnées, chacune reliée au dos par une nuance cuivrée-violacée foncée, une suffusion violacée foncée vers le dos entre celles-ci. Il y a une série marginale de points bleu indigo foncé autour de l'apex et de la partie supérieure du termen, le plus grand au-dessus de l'apex. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre, le bord terminal plus teinté d'ocre.
Gonioterma compressa/Gonioterma compressa :
Gonioterma compressa est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Venezuela et au Mexique (Tabasco). L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont gris pierre pâle, avec des marques brun rouille pâle qui ont tendance à projeter des écailles brun rouille plutôt plus intensément colorées le long de leurs marges. Celles-ci consistent d'abord en une grande tache dorsale irrégulière couvrant les deux cinquièmes du dos, projetant un léger angle sur le pli, et un angle de projection plus fort vers le haut presque jusqu'à la côte, mais n'atteignant pas la base. Deuxièmement, une ombre fasciée cassée et plutôt oblique vers l'extérieur un peu au-delà du milieu, formant une tache costale, un patch en saillie vers l'intérieur à l'extrémité de la cellule, et une courte tache de longueur sur le dos, reliée à la tache cellulaire par un ligne sinueuse étroite. Troisièmement, une tache costale avant l'apex, reliée au tornus par une ligne étroite de taches convexes vers l'extérieur sur les veines. Autour de l'apex et du termen se trouve également une ligne de taches brunes semi-détachées. La costa est étroitement teintée d'ocre. Les ailes postérieures sont gris brun pâle.
Gonioterma conchita/Gonioterma conchita :
Gonioterma conchita est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Guatemala et en Colombie. L'envergure est de 26–27 mm. Les ailes antérieures sont brun clair, légèrement teintées de violet, le bord costal extrême est blanchâtre. Le deuxième stigmate discal est fuscous, tendant à être double transversalement et il y a des taches fuscous nuageuses indéfinies sur la costa au milieu et aux trois quarts. Il y a une série marginale de points fuscous plutôt sombres autour de la partie postérieure de la costa et du termen. Les ailes postérieures sont ocre pâle jaunâtre.
Gonioterma crambitella/Gonioterma crambitella :
Gonioterma crambitella est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1889. On le trouve en Amérique du Nord, où il a été signalé en Arizona, au Texas et en Arkansas. L'envergure est d'environ 22 mm. Les ailes antérieures sont d'un blanc plutôt brillant avec une suffusion de légères écailles ocreuses le long des nervures et des nervures. Sur l'extrême marge costale à la base se trouvent quelques écailles grises-fuscouseuses, et un seul point de la même couleur se trouve à l'extrémité de la cellule discale au milieu de l'aile. Les ailes postérieures sont blanc grisâtre, avec une légère teinte ocre. Les adultes volent d'avril à août.
Gonioterma crocoptila/Gonioterma crocoptila :
Gonioterma crocoptila est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane. L'envergure est d'environ 16 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres fuscous avec le bord costal blanchâtre ocre. Les stigmates sont sombres et fuscous, le plical à mi-chemin entre le discal. Il y a des taches fuscous sombres sous-triangulaires sur la costa au milieu et aux quatre cinquièmes, à partir de ces derniers, une série courbe de points fuscous sombres s'étend jusqu'au dos avant le tornus. Il y a aussi une série marginale de points noirâtres autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre avec un long poil-crayon jaune ocre plutôt foncé allongé le long du dos à partir de la base.
Gonioterma descitum/Gonioterma descitum :
Gonioterma descitum est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Panama. L'envergure est d'environ 25 mm. Les ailes antérieures sont argileuses fauves pâles, avec trois taches côtières brun rouille. Une petite au quart et la seconde, plus grande, au milieu. Le troisième est le plus grand et se trouve au quatrième extérieur. À partir de la dernière, une fine ligne de taches brunes à peine séparées descend jusqu'au tornus, très incurvé vers l'extérieur vers le termen. Une nuance brune est diffusée du flexus vers l'extérieur, traversant le pli, et est suivie d'une nuance brune plus étroite apparaissant avant le milieu du dos et s'étendant obliquement vers l'arrière presque jusqu'à la première tache costale. Une nuance similaire légèrement indiquée se courbe vers l'extérieur à partir du deuxième point costal, mais est perdue avant d'atteindre le dos. Une série de petites taches brunes étroites s'étend le long du termen à la base des cils argileux fauve pâle. Les ailes postérieures sont jaunes.
Gonioterma diatriba/Gonioterma diatriba :
Gonioterma diatriba est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Guatemala. L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtre fauve terne, un peu parsemées d'écailles fauve-brunâtres, variables dans l'intensité de leur couleur. A l'extrême base de la costa se trouve une tache noirâtre, et quelques écailles noirâtres dans le pli près de sa base. Deux taches costales noirâtres, l'une au milieu, l'autre à mi-chemin entre celle-ci et l'apex, et au-dessous d'elles, et à égale distance de chacune, se trouve une tache ronde légèrement plus petite de la même couleur à l'extrémité de la cellule. Deux lignes parallèles de petites taches sombres fuscous, émanant respectivement des extrémités supérieures et inférieures de la tache costale externe, ont tendance à converger, uniquement à leurs extrémités inférieures sur le dos avant le tornus, la série externe suivant la marge autour de l'apex et termen , l'autre série la précédant légèrement. Les ailes postérieures sont gris brunâtre, avec une ligne pâle, suivie d'une légère ombre, courant le long de la base des cils à peine plus pâles.
Gonioterma dimetropis/Gonioterma dimetropis :
Gonioterma dimetropis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1932. On le trouve au Mexique (Guerrero).
Gonioterma expansa/Gonioterma expansa :
Gonioterma expansa est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil (Rio de Janeiro). L'envergure est d'environ 21 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres ocre avec d'assez grandes taches fuscous sombres triangulaires sur la côte au milieu et aux trois quarts. Le deuxième stigmate discal est petit et foncé fuscous. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre, le dos avec un groupe de longs poils expansibles ocre-blanchâtre s'étendant sur l'abdomen, mais non rassemblés en un crayon défini.
Gonioterma exquisita/Gonioterma exquisita :
Gonioterma exquisita est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par W. Donald Duckworth en 1964. On le trouve au Brésil (Minas Gerias). L'envergure est de 21–23 mm. Les ailes antérieures sont blanches avec la base de la costa étroitement fuscous et avec trois taches costales triangulaires fuscous, une au tiers basal, une près du milieu et une au quatrième apical. Du coin externe de la tache apicale, une rangée de points fuscous s'étend de l'apex le long du termen jusqu'au tornus et il y a une tache noire à la base de la cellule à partir de laquelle une large bande de brun olivâtre s'étend jusqu'à l'angle interne. À partir de l'apex de la tache costale moyenne, une tache grise irrégulière s'étend transversalement autour de la tache basale jusqu'à la marge intérieure et il y a une tache brun olivâtre en forme de croissant à l'extrémité de la cellule, ainsi qu'une tache grise irrégulière, ombré de brun olivâtre, s'étendant du tornus à l'apex de la tache costale apicale. Les ailes postérieures sont gris clair avec une marge costale blanchâtre chez les mâles, fortement ombrées de fuscous chez les femelles.
Gonioterma fastigata/Gonioterma fastigata :
Gonioterma fastigata est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane. L'envergure est de 23–24 mm. Les ailes antérieures sont ocre pâle avec le bord costal jaune ocre, bordé en dessous sur les deux tiers postérieurs avec une suffusion ocre ou fusqueuse plus profonde, plus forte et plus foncée en arrière. Il y a une strie brunâtre clair ou fuscousue du milieu de la base parallèle à la costa jusqu'à un tiers. Une strie similaire mieux marquée va du dos près de la base à une tache au milieu de la costa, où une strie similaire se dirige vers le tornus devenant faible dans le disque et fusionnée dans une suffusion terminale ocreuse plus profonde ou légèrement fuscous très indéfinie. Il y a une strie similaire moins marquée ou presque obsolète le long du dos. Les ailes postérieures sont jaunâtre blanchâtre pâle, avec le termen teinté de jaune ocre.
Gonioterma gubernata/Gonioterma gubernata :
Gonioterma gubernata est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane, en Guyane française et au Brésil. L'envergure est d'environ 20 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres fuscous avec le bord costal extrême blanc et les stigmates sombres fuscous, le premier discal élargi en une tache ronde modérée, le plical obliquement au-delà. Il y a une petite tache fuscous sombre sur la costa à un quart, une un peu plus grande au milieu, indiquant l'origine d'une courte série de plusieurs points fuscous sombres nuageux au-delà de la cellule, et une tache triangulaire modérée aux trois quarts, où une série assez fortement incurvée de points noirs fuscous s'étend jusqu'au dos avant le tornus. Il y a aussi une série marginale de points fuscous foncés autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre.
Gonioterma ignobilis/Gonioterma ignobilis :
Gonioterma ignobilis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1854. On le trouve en Guyane française, en Guyane, au Panama, au Costa Rica, au Venezuela et au Brésil (Amazonas). L'envergure est d'environ 22 mm. Les ailes antérieures sont d'un blanc craie terne, parsemées au-delà du milieu d'écailles brunes éparses. Une petite tache brune se trouve à la base de la costa, une grande tache brune au milieu de la costa, une tache brune encore plus grande diffusée vers l'extérieur à l'extrémité de la cellule. Un petit groupe d'écailles brunes sur la cellule, à environ un tiers de la base, avec d'autres en dessous au milieu du pli. Il y a aussi une série de points bruns courbés vers l'extérieur avant le termen, angulés vers l'intérieur avant d'atteindre la costa, et une deuxième série marginale le long de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont gris brun pâle.
Gonioterma indecora/Gonioterma indecora :
Gonioterma indecora est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1854. On le trouve au Brésil.
Gonioterma inga/Gonioterma inga :
Gonioterma inga est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 22 mm. Les ailes antérieures sont d'un bleu terne clair, mais plus foncées que chez Stenoma inflata. Il y a deux taches côtières noires profondes, l'une au milieu, l'autre au cinquième apical. Le bord costal extrême est rouge rouille, la couleur du dessous. Il y a une faible rangée incurvée vers l'extérieur de petits points noirs de la tache costale externe au dos, parallèle au bord terminal et une rangée similaire sur le bord terminal. Les ailes postérieures sont jaune clair.
Gonioterma latipennis/Gonioterma latipennis :
Gonioterma latipennis est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Colombie et en Guyane française. L'envergure est de 21–23 mm. Les ailes antérieures sont ocre blanchâtre, la côte irrégulièrement imprégnée de vert olive foncé, en dessous de quelques fines marques blanchâtres irrégulières éparses. Le stigmate plical est minuscule et foncé, avec plusieurs points marginaux blancs autour de l'apex, plus gros sur la côte. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre avec un long poil-crayon gris-ocre clair partant de la base et se trouvant dans un pli sous-dorsal.
Gonioterma linteata/Gonioterma linteata :
Gonioterma linteata est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. L'espèce a été décrite pour la première fois par Edward Meyrick en 1916. On la trouve en Guyane française. L'envergure est de 21–22 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres, avec une teinte fuscous très faible et avec le bord costal plus blanc. Les stigmates sont petits et foncés, le plical très obliquement au-delà du premier discal. Il y a quelques écailles fuscous foncées éparses indiquant une faible ligne postmédiane irrégulière et de petites taches noirâtres sur la côte au milieu et aux quatre cinquièmes, la seconde envoyant une rangée incurvée de points noirâtres au dos avant le tornus. Une rangée marginale de points noirâtres se trouve autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres, avec le dos élargi pour former un pli contenant un long pinceau à cheveux blanchâtre-ocre à partir de la base.
Gonioterma mistrella/Gonioterma mistrella :
Gonioterma mistrella est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Amérique du Nord, où il a été signalé dans le Mississippi, le Missouri, l'Ohio, l'Illinois, le Texas, le Kansas, la Pennsylvanie, le Nouveau-Mexique, le Manitoba et le Mexique. L'envergure est de 20 à 23 mm. Les ailes antérieures sont ocre clair, finement tachetées et recouvertes d'écailles brun plus foncé. À la fin de la cellule se trouve un petit point noir rond bien visible. Les ailes postérieures sont fuscous foncées. Les adultes volent principalement de mai à octobre. Les larves se nourrissent de Phleum pratense. Les larves sont roses avec une bande dorsale foncée et une tête marron.
Gonioterma notifera/Gonioterma notifera :
Gonioterma notifera est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Paraguay. L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres ocre avec une très petite tache fuscous foncée sur la côte à un quart, une moyenne triangulaire arrondie au milieu et une plus grande aux trois quarts. Le stigmate plical est minuscule et sombre et fuscous et le deuxième discal est petit. Il y a six points marginaux sombres et fuscous autour de l'apex et de la partie supérieure du termen, le plus grand apical. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre avec un poil-crayon blanchâtre-ocre modéré couché le long du dos à partir de la base.
Gonioterma pacatum/Gonioterma pacatum :
Gonioterma pacatum est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Guatemala. L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont brillantes, ocre blanchâtre soyeux, avec deux taches costales brun foncé, l'une au milieu, l'autre au-delà. Il y a aussi une très petite tache sombre à la base de la costa, et parfois un minuscule point brun au bout de la cellule. Les ailes postérieures sont soyeuses, blanc jaunâtre.
Gonioterma périscelta/Gonioterma périscelta :
Gonioterma periscelta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou. L'envergure est de 16–18 mm. Les ailes antérieures sont gris brunâtre avec le bord costal extrême blanchâtre et avec une petite tache fuscous pâle sur la costa avant un tiers, et de plus grandes taches fuscous nuageuses au milieu et aux trois quarts. Les stigmates sont nuageux et foncés, le plical très obliquement au-delà du premier discal, plus près du second. Il y a une teinte fuscouseuse épaisse très indéfinie passant autour de la marge postérieure de la cellule jusqu'au stigmate plical, puis directement jusqu'au dos. Une série courbe de points fuscous sombres et nuageux se trouve de la troisième tache costale au tornus et il y a une série marginale de points fuscous sombres autour de la partie postérieure de la costa et du termen. Les ailes postérieures sont gris noirâtre.
Gonioterma phortax/Gonioterma phortax :
Gonioterma phortax est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane, au Venezuela et au Brésil (Amazonas). L'envergure est de 15–20 mm. Les ailes antérieures sont ocre blanchâtre, légèrement teintées de gris, chez les mâles plus blanchâtres vers la costa. Il y a une petite tache fuscous sombre sur la costa au-delà d'un quart, et des taches fuscous sombres semi-ovales un peu plus grandes sur la costa au-delà du milieu et aux cinq sixièmes, à partir de cette dernière une série courbe de points fuscous sombres s'étend jusqu'au dos avant le torne. Les stigmates sont très petits, foncés fuscous, parfois peu marqués, la plicale très oblique au-delà de la première discale. Il y a une série terminale de points noirs fuscous. Les ailes postérieures sont blanchâtres pâles jaunâtres, chez les femelles, elles sont teintées de gris.
Gonioterma pléonastes/Gonioterma pléonastes :
Gonioterma pleonastes est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont ocre grisâtre clair avec le bord costal ocre jaunâtre et avec une petite marque fuscous foncée oblique à la base de la costa. La zone sous-costale est largement imprégnée de blanchâtre ocre sur la moitié antérieure, comprenant une ligne tiret noirâtre vers la base et une mince strie noirâtre le long du pli de la base au milieu, terminée par le stigmate plical. Le premier stigmate discal est représenté par une tache noirâtre allongée, le second par un point noirâtre, la zone discale autour de ceux-ci irrégulièrement marquée de suffusion brun foncé. Le dos est largement imprégné de brun foncé de la base aux deux tiers et trois taches costales brun foncé, devenant noirâtre sur le bord costal, la première à un quart est petite et la seconde au milieu est un peu plus grande, la troisième est trouvé aux quatre cinquièmes, où une série courbe de points fuscous nuageux court vers le dos avant le tornus. Il y a une série terminale de points noirâtres. Les ailes postérieures sont grises.
Gonioterma projecta/Gonioterma projecta :
Gonioterma projecta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 19–20 mm pour les mâles et de 22–23 mm pour les femelles. Les ailes antérieures sont blanchâtres fuscous avec le bord costal extrême blanc. Les stigmates sont petits et foncés, le plical à mi-chemin entre le discal. Il y a une petite tache foncée fuscous sur la costa à un quart, et des modérées au milieu et aux trois quarts. Une teinte transversale grise sinueuse indistincte partielle se trouve au-delà de la cellule et il y a une série assez fortement incurvée de points fuscous sombres de la troisième tache costale au dos avant le tornus, ainsi qu'une série marginale de points fuscous sombres autour de l'apex et termes. Les ailes postérieures sont blanchâtres ocre, avec le bord apical fuscous.
Gonioterma seppiana/Gonioterma seppiana :
Gonioterma seppiana est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve aux Guyanes. L'envergure est d'environ 20 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres fuscous avec le bord costal extrême blanchâtre ocre. Les stigmates sont fuscous foncés, le plical très obliquement au-delà du premier discal. Il y a une strie fuscous foncée et diffuse le long du dos d'un cinquième à deux tiers, et une certaine suffusion fuscous indéfinie entre celle-ci et les stigmates. Une petite tache fuscous sombre se trouve sur la costa à un quart et il y a plutôt de grandes taches noirâtres triangulaires sur la costa au milieu et aux quatre cinquièmes, la première indiquant l'origine d'une ligne courbe nuageuse à peine définie d'irroration fuscous passant derrière la cellule, la seconde donnant lieu à une série courbe de points noirs fuscous courant vers le dos avant le tornus. Il y a aussi une série marginale de points noirs autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont blanchâtres jaunâtres, légèrement teintées de grisâtres vers l'avant.
Goniotermasie/Goniotermasie :
Goniotermasia est un genre de papillons de nuit de la famille des Noctuidae.
Gonioteuthis/Gonioteuthis :
Gonioteuthis (qui signifie calmar étroit ou calmar mince) est un genre de bélemnite, un groupe éteint de céphalopodes. Il a atteint une longueur de corps (à l'exclusion des tentacules) de 8 pouces (20 centimètres) et s'est nourri de petits animaux marins. Des fossiles de Gonioteuthis ont été trouvés aux Pays-Bas, en Allemagne et en Suède dans des roches datées de la fin du Crétacé, il y a plus précisément 85 à 70 millions d'années.
Goniothalamus/Goniothalamus :
Le goniothalamus est l'un des plus grands genres de plantes paléotropicales de la famille des Annonacées.
Goniothalamus amuyon/Goniothalamus amuyon :
Goniothalamus amuyon est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire des Philippines. Dans les provinces de Batangas et de Bohol, il est communément appelé amúyong ou amúyon. Dans la région d'Ilocos et la province de Pangasinan, il est communément appelé sagiát. Francisco Manuel Blanco , le moine et botaniste augustin espagnol qui a été le premier à décrire formellement l'espèce en utilisant le basionyme Uvaria amuyon , l'a nommée d'après son nom tagalog.
Goniothalamus aurantiacus/Goniothalamus aurantiacus :
Goniothalamus aurantiacus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Thaïlande. Piya Chalermglin et Richard MK Saunders, les botanistes qui ont d'abord formellement décrit l'espèce, l'ont nommée d'après ses pétales internes de couleur orange (aurantiacus en latin).
Goniothalamus calvicarpus/Goniothalamus calvicarpus :
Goniothalamus calvicarpus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Chine, du Laos et de Thaïlande. William Grant Craib, le botaniste britannique qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après son fruit sans poils (calvus et -carpus en latin).
Goniothalamus calycinus/Goniothalamus calycinus :
Goniothalamus calycinus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. C'est un arbre endémique de la péninsule malaise.
Goniothalamus chartaceus/Goniothalamus chartaceus :
Goniothalamus chartaceus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire du Vietnam. Hui-lin Li, le botaniste chinois qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après ses feuilles papyracées (chartaceus en latin).
Goniothalamus cheliensis/Goniothalamus cheliensis :
Goniothalamus cheliensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Chine et de Thaïlande. Il a été rapporté que des molécules bioactives isolées de ses racines avaient une activité cytotoxique dans des tests avec des cellules cancéreuses humaines en culture.
Goniothalamus chinensis/Goniothalamus chinensis :
Goniothalamus chinensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. On le trouve en Chine et au Vietnam.
Goniothalamus curtisii/Goniothalamus curtisii :
Goniothalamus curtisii est une espèce de plante de la famille des Annonacées. C'est un arbre endémique de la péninsule malaise.
Goniothalamus elegans/Goniothalamus elegans :
Goniothalamus elegans est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Thaïlande et du Vietnam. Suzanne Jovet-Ast, la botaniste française qui a été la première à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après ses feuilles fines et flexibles élégantes (elegans en latin).
Goniothalamus expansus/Goniothalamus expansus :
Goniothalamus expansus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Thaïlande et du Vietnam. William Grant Craib, le botaniste britannique qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après ses stigmates étendus (expansus en latin).
Goniothalamus gabriacianus/Goniothalamus gabriacianus :
Goniothalamus gabriacianus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire du Cambodge, de la province de Hainan en Chine, du Laos, de Thaïlande et du Vietnam. Henri Ernest Baillon, le botaniste français qui a été le premier à décrire formellement l'espèce en utilisant le basionyme Oxymitra gabriaciana, l'a nommée d'après Paul-Pierre Gabriac, un fonctionnaire français au Vietnam, qui a fourni l'un des spécimens qu'il a examinés.
Goniothalamus gardneri/Goniothalamus gardneri :
Goniothalamus gardneri est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Elle est endémique du Sri Lanka.
Goniothalamus giganteus/Goniothalamus giganteus :
Goniothalamus giganteus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie, du Myanmar, de Sumatra et de Thaïlande. Joseph Dalton Hooker et Thomas Thomson, les botanistes britanniques qui ont été les premiers à décrire formellement l'espèce, l'ont nommée d'après ses fleurs exceptionnellement grandes (giganteus en latin).
Goniothalamus grandiflorus/Goniothalamus grandiflorus :
Goniothalamus grandiflorus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Nouvelle-Guinée et des îles Salomon. Il a été formellement décrit pour la première fois par Otto Warburg, un botaniste juif allemand, en utilisant le basionyme Beccariodendron grandiflorum après ses grandes fleurs.
Goniothalamus griffithii/Goniothalamus griffithii :
Goniothalamus griffithii est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Birmanie et de Thaïlande. Joseph Dalton Hooker et Thomas Thomson, les botanistes britanniques qui ont été les premiers à décrire officiellement l'espèce, l'ont nommée en l'honneur de William Griffith, un autre botaniste britannique qui a recueilli le spécimen qu'ils ont examiné.
Goniothalamus holttumii/Goniothalamus holttumii :
Goniothalamus holttumii est une espèce de plante de la famille des Annonacées. C'est un arbre endémique de la péninsule malaise.
Goniothalamus hookeri/Goniothalamus hookeri :
Goniothalamus hookeri est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Elle est endémique du Sri Lanka.
Goniothalamus laoticus/Goniothalamus laoticus :
Goniothalamus laoticus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire du Laos et de Thaïlande. Il a été initialement décrit par les botanistes français Achille Eugène Finet et François Gagnepain en utilisant le basionyme Mitrephora laotica. En Thaïlande, il est communément appelé Khao Lam-dong et est utilisé comme médicament traditionnel.
Dernier igma de Goniothalamus/dernier igma de Goniothalamus :
Goniothalamus lastigma est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Birmanie et de Thaïlande. Cecil Ernest Claude Fischer, le botaniste qui a été le premier à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après ses larges stigmates (latus en latin).
Goniothalamus macrocalyx/Goniothalamus macrocalyx :
Goniothalamus macrocalyx est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Elle est endémique au Vietnam.
Goniothalamus macrophyllus/Goniothalamus macrophyllus :
Goniothalamus macrophyllus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Bornéo, de Java, de la péninsule malaise, de Sumatra et de Thaïlande. Carl Ludwig Blume, le botaniste germano-néerlandais qui a d'abord décrit formellement l'espèce en utilisant le basionyme Unona macrophylla, l'a nommée d'après ses grandes feuilles (formes latinisées du grec μακρός, makrós et φύλλον, phúllon). Il est communément appelé Penawar Hitam dans la péninsule malaise, Ki Cantung en Indonésie, Limpanas Putih au Brunei et Chin Dok Diao en Thaïlande.
Goniothalamus maewongensis/Goniothalamus maewongensis :
Goniothalamus maewongensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Thaïlande. Richard MK Saunders et Piya Chalermglin, qui ont d'abord décrit officiellement l'espèce, l'ont nommée d'après le parc national de Mae Wong en Thaïlande où le spécimen type a été collecté.
Goniothalamus majestatis/Goniothalamus majestatis :
Goniothalamus majestatis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est endémique de Sulawesi en Indonésie.
Goniothalamus malayanus/Goniothalamus malayanus :
Goniothalamus malayanus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Bornéo, de la péninsule malaise, des îles Nicobar, de Sumatra et de Thaïlande. Joseph Dalton Hooker et Thomas Thomson, les botanistes britanniques qui ont d'abord officiellement décrit l'espèce, l'ont nommée d'après une partie de son habitat, la Malaisie britannique (maintenant appelée péninsule malaise).
Goniothalamus monospermus/Goniothalamus monospermus :
Goniothalamus monospermus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire des Fidji. Asa Gray, le botaniste américain qui a d'abord décrit formellement l'espèce en utilisant le basionyme Richella monosperma, l'a nommée d'après la graine solitaire de son fruit (formes latinisées du grec μόνος, mónos et σπέρμα, spérma) qui ont des franges notables en forme d'ailes.
Goniothalamus montanus/Goniothalamus montanus :
Goniothalamus montanus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. C'est un arbre endémique de la péninsule malaise.
Goniothalamus nitidus/Goniothalamus nitidus :
Goniothalamus nitidus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Bornéo. Elmer Drew Merrill, le botaniste américain qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après ses feuilles brillantes (nitidus en latin).
Goniothalamus puncticulifolius/Goniothalamus puncticulifolius :
Goniothalamus puncticulifolius est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Bornéo et des Philippines. Elmer Drew Merrill, le botaniste américain qui a été le premier à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après ses feuilles finement tachetées (punctatus en latin) (-folius en latin).
Goniothalamus repevensis/Goniothalamus repevensis :
Goniothalamus repevensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire du Cambodge, du Laos et de Thaïlande. Achille Eugène Finet et François Gagnepain, les botanistes français qui ont d'abord formellement décrit l'espèce, l'ont nommée d'après le mont Knang-Repeuh au Cambodge où Jean Baptiste Louis Pierre a recueilli le spécimen de lectotype qu'ils ont examiné.
Goniothalamus rhynchantherus/Goniothalamus rhynchantherus :
Goniothalamus rhynchantherus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire du Kerala et du Tamil Nadu en Inde. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Goniothalamus ridleyi/Goniothalamus ridleyi :
Goniothalamus ridleyi est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Bornéo, de Malaisie péninsulaire, de Sumatra et de Thaïlande. George King, qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après le botaniste anglais Henry Nicholas Ridley qui a recueilli le spécimen examiné par King.
Goniothalamus rongklanus/Goniothalamus rongklanus :
Goniothalamus rongklanus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Thaïlande. Richard Saunders et Piya Chalermglin ont d'abord décrit officiellement l'espèce et l'ont nommée d'après le parc national de Phu Hin Rong Kla en Thaïlande.
Goniothalamus rotundisepalus/Goniothalamus rotundisepalus :
Goniothalamus rotundisepalus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie péninsulaire et de Thaïlande. Murray Ross Henderson, le botaniste écossais qui a été le premier à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après ses sépales arrondis en arc de cercle (rotundatus en latin).
Goniothalamus salicina/Goniothalamus salicina :
Goniothalamus salicina est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Elle est endémique du Sri Lanka.
Goniothalamus sawtehii/Goniothalamus sawtehii :
Goniothalamus sawtehii est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Birmanie et de Thaïlande. Cecil Ernest Claude Fischer, le botaniste qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée en l'honneur de Maung Saw Teh, un collectionneur de plantes qui a fourni le spécimen examiné par Fischer.
Goniothalamus scortechinii/Goniothalamus scortechinii :
Goniothalamus scortechinii est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie péninsulaire et de Thaïlande. George King, le botaniste britannique qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée en l'honneur de Benedetto Scortechini, un prêtre italien et membre de la Linnean Society de Londres et de la Nouvelle-Galles du Sud qui a collecté de nombreux échantillons botaniques importants en Malaisie péninsulaire.
Goniothalamus simonsii/Goniothalamus simonsii :
Goniothalamus simonsii est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est endémique du Meghalaya en Inde.
Goniothalamus tamirensis/Goniothalamus tamirensis :
Goniothalamus tamirensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire du Cambodge, du Laos, de la Malaisie péninsulaire, de la Thaïlande et du Vietnam. Les botanistes français JB Louis Pierre et François Gagnepain, qui ont été les premiers à décrire formellement l'espèce, l'ont nommée d'après la région du Cambodge dans laquelle elle a été collectée, qu'ils enregistrent sous le nom de "monts Tamir".
Tapis goniothalamus/tapis goniothalamus :
Goniothalamus tapis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie péninsulaire, de Sumatra et de Thaïlande. Friedrich Anton Wilhelm Miquel, les botanistes néerlandais qui ont d'abord décrit formellement l'espèce, l'ont nommée d'après un nom vernaculaire local, Kajoe-tapis, de Pariaman Sumatra où le spécimen qu'il a examiné a été trouvé.
Goniothalamus tavoyensis/Goniothalamus tavoyensis :
Goniothalamus tavoyensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Birmanie et de Thaïlande. Debabarta Chatterjee, qui a été la première à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après une ville du Myanmar qui s'appelait à l'époque Tavoy, mais qui a depuis été renommée Dawei.
Goniothalamus tenuifolius/Goniothalamus tenuifolius :
Goniothalamus tenuifolius est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie péninsulaire, de Thaïlande et du Vietnam. George King, le botaniste britannique qui a été le premier à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après son feuillage élancé (tenui- en latin) feuillu (-folius en latin).
Goniothalamus thwaitesii/Goniothalamus thwaitesii :
Goniothalamus thwaitesii est une espèce de petit arbre de la famille des Annonacées. Il est endémique des Ghâts occidentaux de l'Inde et du Sri Lanka.
Goniothalamus tortilipetalus/Goniothalamus tortilipetalus :
Goniothalamus tortilipetalus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie péninsulaire et de Thaïlande. Murray Ross Henderson, le botaniste écossais qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après ses pétales tordus (tortilis en latin).
Goniothalamus undulatus/Goniothalamus undulatus :
Goniothalamus undulatus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Thaïlande et du Vietnam. Henry Nicholas Ridley, le botaniste anglais qui a été le premier à décrire officiellement l'espèce, l'a nommée d'après les bords ondulés (undulatus en latin) de ses feuilles.
Goniothalamus uvarioides/Goniothalamus uvarioides :
Goniothalamus uvarioides est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Malaisie péninsulaire et de Thaïlande. George King, le botaniste britannique qui a été le premier à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après ses fruits qui, selon lui, ressemblaient davantage à ceux du genre Uvaria qu'à ceux de Goniothalamus.
Goniothalamus velutinus/Goniothalamus velutinus :
Goniothalamus velutinus est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est originaire de Bornéo. Herbert Airy Shaw, le botaniste anglais qui a été le premier à décrire formellement l'espèce, l'a nommée d'après les poils denses et veloutés (velutinus en latin) de ses rameaux et de ses pétioles.
Goniothalamus wynaadensis/Goniothalamus wynaadensis :
Goniothalamus wynaadensis est une espèce de plante de la famille des Annonacées. Il est endémique de l'Inde.
Goniothorax/Goniothorax :
Goniothorax ruber est une espèce de crabe de la famille des Epialtidae et la seule espèce du genre Goniothorax.
Goniothrips/Goniothrips :
Les goniothrips sont un genre de thrips de la famille des Phlaeothripidae.
Goniotipula/Goniotipula :
Goniotipula est un genre de vraie tipule.
Goniotorna/Goniotorna :
Goniotorna est un genre de papillons nocturnes appartenant à la sous-famille des Tortricinae de la famille des Tortricidae.
Goniotorna angusta/Goniotorna angusta :
Goniotorna angusta est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna chersopis/Goniotorna chersopis :
Goniotorna chersopis est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna chondrocentra/Goniotorna chondrocentra :
Goniotorna chondrocentra est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna decipiens/Goniotorna decipiens :
Goniotorna decipiens est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna deinozona/Goniotorna deinozona :
Goniotorna deinozona est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna erratica/Goniotorna erratica :
Goniotorna erratica est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar. Les larves se nourrissent des espèces Bignonia vetusta et Lonicera et Ficus.
Goniotorna heteropa/Goniotorna heteropa :
Goniotorna heteropa est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna iecoricolor/Goniotorna iecoricolor :
Goniotorna iecoricolor est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna illustra/Goniotorna illustra :
Goniotorna illustra est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna insatiata/Goniotorna insatiata :
Goniotorna insatiata est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna irresoluta/Goniotorna irresoluta :
Goniotorna irresoluta est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna lacrimosa/Goniotorna lacrimosa :
Goniotorna lacrimosa est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna leucophrys/Goniotorna leucophrys :
Goniotorna leucophrys est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna macula/Goniotorna macula :
Goniotorna macula est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Mégalogonie Goniotorna / Mégalogonie Goniotorna :
Goniotorna megalogonia est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna melanoconis/Goniotorna melanoconis :
Goniotorna melanoconis est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna mesostena/Goniotorna mesostena :
Goniotorna mesostena est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna mianta/Goniotorna mianta :
Goniotorna mianta est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna micrognatha/Goniotorna micrognatha :
Goniotorna micrognatha est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna mucida/Goniotorna mucida :
Goniotorna mucida est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna niphotoma/Goniotorna niphotoma :
Goniotorna niphotoma est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna pleuroptila/Goniotorna pleuroptila :
Goniotorna pleuroptila est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve en Afrique du Sud.
Polyopes Goniotorna/Polyopes Goniotorna :
Goniotorna polyops est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna praeornata/Goniotorna praeornata :
Goniotorna praeornata est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna praerupta/Goniotorna praerupta :
Goniotorna praerupta est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna rhodolemme/Goniotorna rhodolemme :
Goniotorna rhodolemma est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna rhodoptila/Goniotorna rhodoptila :
Goniotorna rhodoptila est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna suspiciosa/Goniotorna suspiciosa :
Goniotorna suspiciosa est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna synastra/Goniotorna synastra :
Goniotorna synastra est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar et sur la Grande Comore aux Comores.
Goniotorna trignoma/Goniotorna trignoma :
Goniotorna trignoma est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Trigodes Goniotorna/Goniotorna trigodes :
Goniotorna trigodes est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna vadoni/Goniotorna vadoni :
Goniotorna vadoni est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna valentini/Goniotorna valentini :
Goniotorna valentini est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Bioko, une île de l'Atlantique au large de la Guinée équatoriale.
Goniotorna verticillata/Goniotorna verticillata :
Goniotorna verticillata est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna vinacea/Goniotorna vinacea :
Goniotorna vinacea est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotorna vulpicolor/Goniotorna vulpicolor :
Goniotorna vulpicolor est une espèce de papillon de nuit de la famille des Tortricidae. On le trouve à Madagascar.
Goniotrichales/Goniotrichales :
Goniotrichales est un ordre d'algues rouges.
Goniotrope/Goniotrope :
Goniotropis est un genre de carabes de la famille des Carabidae. Il y a au moins 40 espèces décrites dans Goniotropis.
Goniotropis kuntzeni/Goniotropis kuntzeni :
Goniotropis kuntzeni est une espèce de carabes de la famille des Carabidae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord. Les adultes peuvent être trouvés sur les arbres la nuit. Les larves creusent des terriers qu'elles ferment avec leur disque terminal, capturant des proies avec leur disque terminal et traînant des proies dans le terrier.
Goniotropis parca/Goniotropis parca :
Goniotropis parca est une espèce de carabes de la famille des Carabidae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Gonioze/Goniozus :
Goniozus est un genre de guêpes parasites de la famille des Bethylidae. Il y a au moins 20 espèces décrites dans Goniozus.
Gonippa/Gonippa :
Gonippa est un genre de papillon monotypique de la famille des Erebidae. Sa seule espèce, Gonippa perusia, se trouve au Suriname. Le genre et l'espèce ont été décrits pour la première fois par Heinrich Benno Möschler en 1883.
Gonippo Raggi/Gonippo Raggi :
Gonippo Raggi (6 mai 1875 - 22 octobre 1959) était un artiste italien qui a fourni des peintures murales pour de nombreuses églises et institutions ecclésiastiques aux États-Unis.
Gonipterini/Gonipterini :
Gonipterini est une tribu de charançons de la sous-famille des Curculioninae. Les larves et les adultes se trouvent généralement sur les eucalyptus, où ils se nourrissent du feuillage. Les larves sont apodes et ressemblent à des limaces. Les adultes ont un corps large et un rostre court et robuste. Gonipterus gibberus et Gonipterus scutellatus (charançon de l'eucalyptus) ont été introduits d'Australie en Amérique du Sud, où ils sont devenus des espèces nuisibles dans les plantations d'eucalyptus. Le contrôle de Gonipterus en Amérique du Sud a été largement réalisé suite à l'introduction depuis l'Australie d'une petite guêpe parasite qui attaque les œufs du charançon, fournissant un exemple de contrôle biologique.
Goniptère/Goniptère :
Gonipterus est un genre de charançons de la famille des Curculionidae. Il existe environ 20 espèces décrites dans le genre, dont la plupart sont originaires d'Australie. Ce sont tous des plantes qui se nourrissent et beaucoup sont spécifiques à une seule espèce hôte. Gonipterus gibberus et Gonipterus scutellatus infestent un certain nombre d'espèces d'eucalyptus et se sont répandus dans d'autres parties du monde où ces arbres ont été plantés.
Gonipterus gibberus/Gonipterus gibberus :
Gonipterus gibberus est une espèce de charançon de la famille des Curculionidae. Il est communément appelé coléoptère de l'eucalyptus, charançon de l'eucalyptus ou charançon du gommier. Il se nourrit et se reproduit sur les eucalyptus et est endémique à l'Australie.
Gonipterus scutellatus/Gonipterus scutellatus :
Gonipterus scutellatus est une espèce de charançon de la famille des Curculionidae. Il est communément appelé coléoptère de l'eucalyptus, charançon de l'eucalyptus ou charançon du gommier. Il se nourrit et se reproduit sur les eucalyptus et est endémique à l'Australie.
Gonista/Gonista :
Gonista est un genre de sauterelles de la famille des Acrididae, de la sous-famille des Gomphocerinae et de la tribu des Ochrilidiini ; espèces sont réparties en Chine et en Asie du Sud-Est.
Gonistyle/Gonistyle :
Gonistylum est un genre de mouches parasites de la famille des Tachinidae. Il y a une espèce décrite dans Gonistylum, G. ruficorne.
Gonit Sora/Gonit Sora :
Gonit Sora ( assamais : গণিত চ'ৰা ) est un magazine Web multilingue (anglais et assamais) consacré à la publication d'articles bien écrits et originaux liés à la science et à la technologie en général et aux mathématiques en particulier. Gonit Sora est une tentative de combler le fossé entre l'enseignement des mathématiques en classe et les mathématiques pratiques et amusantes de la vie réelle. Le site Web s'efforce de vulgariser l'enseignement et la compréhension des mathématiques à tous les niveaux. Le nom du site est en assamais et signifie « porte d'entrée vers les mathématiques ». Fondé le 21 avril 2011 par deux anciens élèves de l'Université de Tezpur, le site Web publie des articles explicatifs, des interviews et des quiz. Deka Baruah. D'éminents mathématiciens, dont Radha Charan Gupta et Sujatha Ramdorai, ont rédigé des articles pour Gonit Sora.
Gonitelle/Gonitelle :
Gonitella est un genre de mouches appartenant à la famille des mouches Lesser Dung.
Gonium/Gonium :
Gonium est un genre d'algues coloniales, membre de l'ordre des Chlamydomonadales. Les colonies typiques ont 4 à 16 cellules, toutes de même taille, disposées dans une plaque plane, sans différenciation antéro-postérieure. Dans une colonie de 16 cellules, quatre sont au centre et les 12 autres sont sur les quatre côtés, trois chacune. Une description par GM Smith (1920, p. 94) : Gonium Mueller 1773 : Colonies de 4-8-16 cellules disposées dans une plaque quadrangulaire plate et noyées dans une matrice gélatineuse commune ou reliées par de larges brins gélatineux. Cellules ovoïdes à piriformes, avec un seul chloroplaste en forme de coupe contenant un pyrénoïde. Chaque cellule avec deux cils de longueur égale, des vacuoles contractiles à la base des cils et un ocelle. Colonies à quatre et huit cellules avec les cils du même côté ; colonies à seize cellules avec les quatre cellules centrales ayant leurs cils du même côté et les douze cellules marginales avec des cils disposés radialement. Reproduction asexuée par division simultanée de toutes les cellules de la colonie pour former des autocolonies, ou par formation de 2 à 4 zoospores dans chaque cellule. Reproduction sexuée isogame, par fusion de zoogamètes biciliés.
Goniurellia/Goniurellia :
Goniurellia est un genre de tephritidés ou de mouches des fruits de la famille des Tephritidae.
Goniurellia apicalis/Goniurellia apicalis :
Goniurellia apicalis est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Goniurellia de la famille des Tephritidae.
Goniurellia ebejeri/Goniurellia ebejeri :
Goniurellia ebejeri est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Goniurellia de la famille des Tephritidae.
Goniurellia lacerata/Goniurellia lacerata :
Goniurellia lacerata est une espèce de téphritidés ou de mouches des fruits du genre Goniurellia de la famille des Tephritidae.
Goniurellia longicauda/Goniurellia longicauda :
Goniurellia longicauda est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Goniurellia de la famille des Tephritidae.
Goniurellia munroi/Goniurellia munroi :
Goniurellia munroi est une espèce de tephritidae ou de mouches des fruits du genre Goniurellia de la famille des Tephritidae.
Goniurellia octoradiata/Goniurellia octoradiata :
Goniurellia octoradiata est une espèce de tephritidés ou de mouches des fruits du genre Goniurellia de la famille des Tephritidae.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ibn al-Rūmi

Wikipédia : À propos/Wikipédia : À propos : Wikipédia est une encyclopédie que tout le monde peut modifier, et des dizaines de millions...