Rechercher dans ce blog

vendredi 9 décembre 2022

Glacier Burst


Glabre/Glabre :
Glabre (du latin glaber signifiant "chauve", "glabre", "rasé", "lisse") est le terme technique désignant un manque de poils, de duvet, de soies, de trichomes ou d'autres revêtements similaires. Une surface glabre peut être une caractéristique naturelle de tout ou partie d'une plante ou d'un animal, ou être due à une perte due à une condition physique, telle que l'alopécie universelle chez l'homme, qui fait tomber ou ne pas repousser les cheveux.
Glabu%C5%A1ovce/Glabušovce :
Glabušovce ( hongrois : Galábocs ) est un village et une municipalité du sud de la Slovaquie . Il est situé dans le district de Veľký Krtíš de la région de Banská Bystrica.
Glace, West_Virginia/Glace, Virginie-Occidentale :
Glace est une communauté non constituée en société du comté de Monroe, en Virginie-Occidentale, aux États-Unis. Glace se trouve à 27 km au nord-est d'Union.
Baie de Glace/Baie de Glace :
Glace Bay (gaélique écossais : Glasbaidh) est une communauté située dans la partie orientale de la municipalité régionale du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse, au Canada. Il fait partie de la zone générale appelée Industrial Cape Breton. Anciennement une ville constituée (1901-1995), le gouvernement municipal de Glace Bay a été dissous et la communauté a été fusionnée dans la plus grande municipalité régionale. Avant la fusion, Glace Bay était la quatrième plus grande zone urbaine de la province et la plus grande ville de la Nouvelle-Écosse en termes de population. Les communautés voisines comprennent Reserve Mines, Dominion et Tower Road.
Glace Bay-Dominion/Glace Bay-Dominion :
Glace Bay-Dominion est une circonscription électorale provinciale de la Nouvelle-Écosse, au Canada, qui élit un membre de la Chambre d'assemblée de la Nouvelle-Écosse. Le député à l'Assemblée législative depuis 2021 est John White du Parti progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse. Elle a été créée en 1933 lorsque la circonscription du Cap-Breton a été divisée en cinq circonscriptions électorales, dont l'une s'appelait Cap-Breton-Est. En 2001, le nom du district a été changé pour Glace Bay. En 2003, le district a perdu une petite zone à son extrémité sud au profit du Cap-Breton Ouest. À la suite de la redistribution de 2019, il a gagné la région du Dominion du centre du Cap-Breton et a été renommé Glace Bay-Dominion.
Glace Bay_(homonymie)/Glace Bay (homonymie) :
Glace Bay peut faire référence à : Glace Bay (gaélique écossais : Glasbaidh), une ville du Cap-Breton, Nouvelle-Écosse, Canada Baie de Glace (français : Ice Bay), le port de Glace Bay, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse, Canada HMCS Glace Bay, plusieurs navires de la Marine royale canadienne Glace Bay-Dominion, anciennement "Glace Bay", une circonscription électorale provinciale de la Nouvelle-Écosse, Canada, sur l'île du Cap-Breton Glace Bay High School, Glace Bay, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse, Canada
Glace Bay_Heritage_Museum/Musée du patrimoine de Glace Bay :
Le musée du patrimoine de Glace Bay ou l'ancien hôtel de ville est situé à Glace Bay, en Nouvelle-Écosse, dans l'ancien hôtel de ville. Le mémorial de la ville à ses mineurs de charbon décédés est situé sur le terrain du musée. Certains objets contenus dans le musée sont : Central School "1988" Time Capsule Joey Mullins' (Olympic Runner 1960 Olympics) chaussures de course originales De nombreuses photographies et artefacts miniers Collection d'annuaires et d'almanachs annuels Artefacts de pêche
Glace Bay_High_School/Glace Bay High School :
Glace Bay High School est une école secondaire de Glace Bay, en Nouvelle-Écosse, au Canada. L'école a été construite en 1989 et est située sur la rue Reserve.
Glaceau Smartwater/Glaceau Smartwater :
Glaceau Smartwater (stylisé comme smartwater) est une marque d'eau en bouteille appartenant à Energy Brands, une filiale de The Coca-Cola Company. Introduite en 1996 aux États-Unis, elle était en 2016 l'une des cinq premières marques d'eau embouteillée dans ce pays avec des ventes d'une valeur de près de 830 millions de dollars en 2017. La marque est également disponible dans d'autres pays, dont le Royaume-Uni, la France, l'Inde, Australie, Argentine, Brésil, Chili, Émirats arabes unis, Croatie, Singapour, Serbie, Roumanie, Malaisie et Canada.
Glaci Zancan/Glaci Zancan :
Glaci Teresinha Zancan (16 août 1935 - 29 juin 2007) était une biochimiste brésilienne, présidente de la Société brésilienne pour le progrès de la science (SBPC) de 1999 à 2003. Elle a fait son post-doctorat à l'Université de Buenos Aires, alors qu'elle travaillait avec Luis Federico Leloir, prix Nobel de médecine de 1970.
Glacie/Glacie :
Glacie peut faire référence à :
Tramway Aérien Glaciaire_Kaprun_III/Tramway Aérien Glaciaire Kaprun III :
Le tramway aérien glaciaire Kaprun III (Gletscherbahn Kaprun III) est la troisième section du tramway aérien sur la montagne Kitzsteinhorn à Kaprun, en Autriche. Il a été mis en service le 26 novembre 1966. Il porte actuellement la marque Gipfelbahn (Gipfel signifie «sommet» en allemand).
Glacial Drumlin_State_Trail / Sentier d'état glaciaire de Drumlin :
Le Glacial Drumlin State Trail est un sentier ferroviaire polyvalent situé dans l'État américain du Wisconsin. Il s'étend sur 84 km de Waukesha (près de Milwaukee) à Cottage Grove (près de Madison). Le sentier traverse ou s'approche des communautés du Wisconsin de Cottage Grove, Deerfield, Londres, Lake Mills, Jefferson, Helenville, Sullivan, Dousman, Genesee, Pays de Galles et Waukesha. À Lake Mills, il traverse Rock Lake sur l'un de ses nombreux anciens ponts de chemin de fer. Le sentier a été ouvert en 1986 et suit l'ancienne ligne principale Chicago and North Western Railway (C&NW) Madison – Milwaukee. Le nom fait référence à un drumlin, un relief glaciaire très courant dans la région.
Culture kame glaciaire/Culture kame glaciaire :
La culture Glacial Kame était une culture de peuples archaïques en Amérique du Nord qui occupait le sud de l'Ontario, du Michigan, de l'Ohio et de l'Indiana d'environ 8000 avant JC à 1000 avant JC. Le nom de cette culture dérive de la pratique de ses membres d'enterrer leurs morts au sommet des collines de gravier déposées par les glaciers. Parmi les types d'artefacts les plus courants trouvés sur les sites de Glacial Kame figurent des coquilles d'animaux marins et des produits fabriqués à partir d'un minerai de cuivre, connu sous le nom de cuivre flottant. Le site type de Glacial Kame est le site Ridgeway près du village de Ridgeway dans le comté de Hardin, Ohio. Le site a été découvert en 1856 par des ouvriers construisant une ligne de chemin de fer à proximité, qui ont extrait le kame pour le ballast ; le rapport détaillé du superviseur sur les fouilles a survécu jusqu'à nos jours et est une ressource de premier ordre pour la culture. Les archéologues spécialisés dans l'Ohio se sont familiarisés avec Glacial Kame plus tôt qu'avec les autres cultures de l'État; même aussi tard que dans les années 1930, les sites glaciaires de Kame étaient les seuls largement connus à part certains sites ultérieurs sur le rivage du lac Érié et quelques grands terrassements géométriques de Hopewell dans la partie sud de l'État. D'autres cultures régionales comprennent la culture de Maple Creek of le sud-ouest de l'Ohio, la culture de l'ocre rouge et la culture du vieux cuivre du Wisconsin. Pendant un certain temps, on a pensé que la culture Glacial Kame ne produisait pas de céramique, mais cette compréhension a été réfutée par la découverte de poterie de base sur le site Zimmerman près de Roundhead, Ohio. L'excavation des sites glaciaires de Kame donne souvent peu de pointes de projectiles - certains des sites les plus importants n'ont donné aucune pointe de projectile - et les quelques points qui ont été trouvés sont de styles divers. Pour cette raison, il semble que différents groupes de peuples Glacial Kame aient développé indépendamment différentes méthodes de fabrication de leurs pointes de projectiles. Cette diversité apparaît même au cœur de la culture dans les comtés de Champaign, Hardin et Logan dans l'ouest de l'Ohio; un grand site du comté de Logan n'a donné que trois points, chacun étant significativement différent des deux autres.
Lac glaciaire_Cape_Cod/lac glaciaire Cape Cod :
Le lac glaciaire Cape Cod était un lac glaciaire qui s'est formé à la fin du Pléistocène dans la baie moderne de Cape Cod. Après le retrait de l'inlandsis laurentidien, la fonte des glaces glaciaires s'est accumulée au niveau de la moraine terminale et a bloqué la fuite des eaux de fonte glaciaire, créant le lac. Le drainage du lac s'est produit à Bass River, à l'emplacement du canal de Cape Cod et du port d'Orléans.
Lac glaciaire_Columbia/lac glaciaire Columbia :
Le lac glaciaire Columbia était le lac formé sur le fleuve Columbia barré de glace derrière le lobe Okanogan de la calotte glaciaire de la Cordillère lorsque le lobe couvrait 500 milles carrés (1 300 km2) du plateau de Waterville à l'ouest de Grand Coulee dans le centre de l'État de Washington pendant la glaciation du Wisconsin. . Le lac Columbia était une version beaucoup plus grande du lac moderne derrière le barrage de Grand Coulee. Le trop-plein du lac Columbia - le fleuve Columbia détourné - s'est écoulé d'abord par Foster Coulee, et à mesure que le barrage de glace grandissait, par le premier Moses Coulee, et enfin par le Grand Coulee.
Lac glaciaire_Iroquois/Lac glaciaire Iroquois :
Le lac glaciaire Iroquois était un lac proglaciaire préhistorique qui existait à la fin de la dernière période glaciaire il y a environ 13 000 ans. Le lac était essentiellement un élargissement de l'actuel lac Ontario qui s'est formé parce que le fleuve Saint-Laurent en aval du lac était bloqué par la calotte glaciaire près de l'actuel Mille-Îles. Le niveau du lac était d'environ 30 m (~ 100 pi) au-dessus du niveau actuel du lac Ontario. Le lac s'est drainé vers le sud-est, par un canal passant près de l'actuelle Rome, New York. Les plaines de sable de Rome ont plusieurs crêtes de sable qui, selon les géologues, se sont formées à cette époque. Le chenal suivait ensuite la vallée de la rivière Mohawk jusqu'à la rivière Hudson. Le lac était alimenté par le lac Érié primitif, ainsi que par le lac glaciaire Algonquin, une première manifestation partielle du lac Huron, qui se déversait directement dans le lac Iroquois à travers le sud de l'Ontario, le long le bord sud de la calotte glaciaire, contournant le lac Érié précoce. La fonte ultérieure du barrage de glace a entraîné un abaissement soudain du lac à son niveau actuel, un déclencheur potentiel de l'épisode du Younger Dryas.
Lac glaciaire_McKenzie/Lac glaciaire McKenzie :
Avant la période glaciaire du Pléistocène, environ deux millions d'années avant le présent (YBP), les rivières du Dakota du Nord, du Dakota du Sud et de l'est du Montana se drainaient vers le nord-est au Canada, puis dans la baie d'Hudson. Le lobe Keewatin de la calotte glaciaire continentale bloque l'écoulement de l'eau vers le nord et la retient le long du front de glace. Des lacs se sont formés, jusqu'à ce que les eaux trouvent un nouveau moyen de s'écouler. Initialement, les rivières coulant vers le nord suivaient le front du glacier vers l'est et dans une vallée qui passait entre Garrison et Riverdale, jusqu'à la région de Turtle Lake, puis dans le comté de Sheridan. C'est ce qu'on appelle la rivière préglaciaire McClean. Cette vallée a été bloquée par le glacier et le lac glaciaire identifié comme étant le lac McKenzie s'est formé. Finalement, le niveau d'eau a augmenté pour atteindre la crête sud à un point près de Riverdale - sur le site du barrage de garnison moderne et une tranchée de dérivation a été creusée. Le fleuve Missouri moderne suit cette voie.
Lac glaciaire_Nantucket_Sound/Lac glaciaire Nantucket Sound :
Le lac glaciaire Nantucket Sound était un lac glaciaire qui s'est formé à la fin du Pléistocène à l'intérieur du Nantucket Sound moderne. Après le retrait de l'inlandsis laurentidien, la fonte des glaces glaciaires a balayé la moraine terminale de Cape Cod et l'eau de fonte glaciaire s'est déposée dans le son moderne, créant le lac.
Lac glaciaire_Russell/Lac glaciaire Russell :
Au cours de la glaciation de Vashon, une série de lacs se sont formés le long de la marge sud de la calotte glaciaire de la Cordillère. Dans la dépression de Puget Sound, une série de lacs s'est développée, dont le lac Russell était le plus grand et le plus durable. La surface du début du lac Russell était à 160 pieds (49 m) au-dessus du niveau de la mer, se drainant à travers la ligne de partage à Shelton, Washington, dans le début du lac glaciaire Russell. Lorsque la marge de glace s'est retirée vers le nord, le lac s'est agrandi. Lorsqu'il a atteint la sortie du canal Clifton, les niveaux d'eau ont chuté à 120 pieds (37 m) au-dessus du niveau de la mer. Le nouveau lac de niveau plus long et plus bas est appelé Lake Hood. Le glacier a continué de se retirer jusqu'à ce que la sortie nord du canal Hood soit atteinte lorsque le niveau d'eau s'est égalisé avec le lac glaciaire Russell faisant partie de cette masse d'eau.Le lac Russell porte le nom du géologue Israel Cook Russell.Formant environ 17 000 ans avant le présent ( ybp) alors que le front de glace commençait à se retirer vers le nord. Une version ou une autre du lac Russell existait de 16 900 ans à 15 900 ans.
Lac glaciaire_Wisconsin/Lac glaciaire Wisconsin :
Le lac glaciaire du Wisconsin était un lac proglaciaire préhistorique qui existait il y a environ 18 000 à 14 000 ans, à la fin de la dernière période glaciaire, dans la partie centrale de l'actuel Wisconsin aux États-Unis.
Lacs glaciaires_State_Park/Parc d'État des lacs glaciaires :
Le parc d'État des lacs glaciaires est un parc d'État du Minnesota, aux États-Unis, à environ 8,0 km au sud de Starbuck. Il a été fondé en 1963 pour préserver une partie de la prairie vallonnée restante qui couvrait auparavant une grande partie de l'État. Situé dans les montagnes Leaf, le parc et la zone qui l'entoure contiennent de nombreuses formes de relief glaciaires créées par la glaciation wisconsonienne.
Glacial Lakes_State_Trail / Sentier d'État des lacs glaciaires :
Le Glacial Lakes State Trail est un sentier ferroviaire récréatif polyvalent situé dans le centre-sud du Minnesota, aux États-Unis. Développé à partir d'une ancienne pente du Burlington Northern Railroad, il traverse un paysage de lacs et de douces collines formées il y a 10 000 ans lors de la dernière période glaciaire. Le sentier s'étend actuellement sur 35 km depuis l'extérieur de Willmar à travers les communautés de Spicer, New London et Hawick jusqu'à la North Fork Crow River. Au-delà de cela, la voie ferrée non développée est ouverte à certaines utilisations récréatives sur 35 km supplémentaires à travers la ville de Richmond, mais certains des ponts ferroviaires d'origine sont fermés. La section aménagée est pavée en continu, avec des pistes parallèles en herbe ou des accotements pour l'équitation tout au long du parcours. Les cyclistes peuvent se connecter à un itinéraire en bordure de route de 3 miles (4,8 km) pour accéder au parc d'État de Sibley.
Glacial Ridge_National_Wildlife_Refuge/Glacial Ridge National Wildlife Refuge :
Le Glacial Ridge National Wildlife Refuge a été créé le 12 octobre 2004, le 545e National Wildlife Refuge aux États-Unis. Sa création est le résultat d'une coopération entre au moins 30 agences ou entités gouvernementales. La création du refuge a été dirigée par The Nature Conservancy, et la dotation initiale de 2 300 acres (9,3 km2) de terrain a été donnée par le Conservancy. À la lumière de sa taille finale prévue de 37 756 acres (153 km2), il est décrit par le US Fish and Wildlife Service comme "le plus grand projet de restauration de prairies à herbes hautes et de zones humides de l'histoire des États-Unis".
Rivière glaciaire_Warren/Warren de la rivière glaciaire :
Glacial River Warren, également connue sous le nom de River Warren, était une rivière préhistorique qui drainait le lac Agassiz dans le centre de l'Amérique du Nord entre environ 13 500 et 10 650 BP calibré (11 700 et 9 400 14C non calibré) il y a des années. Une partie de la partie la plus élevée de l'ancien chenal de la rivière a été désignée monument naturel national en 1966.
Limite glaciaire/Limite glaciaire :
Une frontière glaciaire est une ligne sur une carte représentant la plus grande avancée d'un glacier qui a reculé. Il fait généralement référence à l'étendue des glaciers continentaux plutôt qu'alpins. Dans l'hémisphère nord, les glaciers ont avancé du nord à l'époque du Pléistocène. La limite glaciaire représente donc l'étendue la plus méridionale des glaciers à cette époque. En Amérique du Nord, la limite de la calotte glaciaire la plus récente traverse les États de New York, du New Jersey, de Pennsylvanie, de l'Ohio, du Kentucky, de l'Indiana, de l'Illinois, du Missouri, du Kansas, du Nebraska, du Dakota du Sud, du Montana et de Washington. Il traverse également la frontière canado-américaine à plusieurs endroits. Voir Chronologie de la glaciation. Voir l'Atlas national des États-Unis pour une carte de la frontière en Amérique du Nord.
Buzzsaw glaciaire / Buzzsaw glaciaire :
Le buzzsaw glaciaire est une hypothèse affirmant que l'érosion par les glaciers à base chaude est essentielle pour limiter la hauteur des montagnes au-dessus d'un certain seuil d'altitude. A cela s'ajoute l'hypothèse que les grands massifs montagneux sont nivelés vers l'altitude de la ligne d'équilibre (ELA), qui agirait comme un « niveau de base climatique ». Partant de l'hypothèse, il a été prédit que le climat local limite la hauteur maximale que les massifs montagneux peuvent atteindre sous l'effet des forces tectoniques élévatrices. Il s'ensuit que le climat local étant plus frais à des latitudes plus élevées, les plus hautes montagnes y sont plus basses par rapport aux tropiques où la glaciation est et a été plus limitée. Le mécanisme derrière l'effet buzzsaw glaciaire serait l'érosion de petits glaciers qui sont pour la plupart incapables de s'éroder bien en dessous de l'altitude de la ligne d'équilibre puisqu'ils n'atteignent pas ces altitudes en raison d'une ablation accrue. Au lieu de cela, les grands glaciers de vallée peuvent facilement dépasser l'altitude de la ligne d'équilibre et ne contribuent donc pas à un effet de scie sauteuse glaciaire. On dit que c'est le cas des champs de glace patagoniens où l'absence d'effet buzzsaw entraîne des taux de soulèvement tectonique rapides. Alpes françaises. Des auteurs tels qu'Egholm et ses collègues ont affirmé que l'effet de scie sauteuse glaciaire peut expliquer les altitudes des montagnes à travers le monde. Certains des massifs montagneux connaissant les taux de soulèvement les plus élevés sont ceux pour lesquels les effets de scie sauteuse glaciaire sont écartés. Le concept a été critiqué, car les taux d'érosion mesurés dans les Pyrénées n'indiquent pas une tendance générale vers un certain niveau. Dans le cas de la Norvège, il a été proposé que la surface paléique élevée ait été façonnée par un effet de scie circulaire glaciaire. Cependant cette proposition est difficilement conciliable avec le fait que la surface paléique consiste en une succession d'étapes à différents niveaux. D'autres cirques glaciaires, qui, dans l'hypothèse du buzzsaw, contribuent à niveler le paysage, ne sont associés à aucun niveau de paléosurface de la surface paléique composite, et l'ELA moderne ou l'ELA du dernier maximum glaciaire ne correspond à aucun niveau donné de la surface paléique. Les plaines élevées de l'ouest du Groenland ne sont également liées à aucun effet de scie circulaire glaciaire.
Séisme glaciaire/séisme glaciaire :
Les tremblements de terre glaciaires sont des tremblements de terre aussi importants que la magnitude 5,1 qui se produisent dans les zones glaciaires où le glacier se déplace à plus d'un kilomètre par an. Le nombre de tremblements de terre glaciaires au Groenland montre un pic chaque année en juillet, août et septembre, et le nombre augmente avec le temps. Dans une étude utilisant des données de janvier 1993 à octobre 2005, plus d'événements ont été détectés chaque année depuis 2002, et deux fois plus d'événements ont été enregistrés en 2005 qu'il n'y en avait eu au cours de toute autre année. Cette augmentation du nombre de tremblements de terre glaciaires au Groenland peut être une réponse au réchauffement climatique. Des ondes sismiques sont également générées par le Whillans Ice Stream, une grande rivière de glace en mouvement rapide qui se déverse de la calotte glaciaire de l'Antarctique occidental dans la plate-forme de glace de Ross. . Deux rafales d'ondes sismiques sont émises chaque jour, chacune équivalant à un tremblement de terre de magnitude 7, et sont apparemment liées à l'action des marées de la mer de Ross. Au cours de chaque événement, une région du glacier de 96 sur 193 kilomètres (60 sur 120 miles) se déplace jusqu'à 0,67 mètre (2,2 pieds) en environ 25 minutes, reste immobile pendant 12 heures, puis se déplace d'un demi-mètre supplémentaire. Les ondes sismiques sont enregistrées sur des sismographes autour de l'Antarctique, et même aussi loin que l'Australie, à plus de 6 400 kilomètres. Parce que le mouvement se déroule sur une si longue période de temps - 10 à 25 minutes - il ne peut pas être ressenti par les scientifiques debout sur le glacier en mouvement. On ne sait pas si ces événements sont liés au réchauffement climatique.
Erratique glaciaire/Erratique glaciaire :
Un erratique glaciaire est une roche déposée par les glaciers qui diffère du type de roche originaire de la région dans laquelle elle repose. Les blocs erratiques, qui tirent leur nom du mot latin errare ("errer"), sont emportés par les glaces glaciaires, souvent sur des distances de plusieurs centaines de kilomètres. Les erratiques peuvent varier en taille de cailloux à de gros rochers comme Big Rock (16 500 tonnes ou 18 200 tonnes courtes) en Alberta. Les géologues identifient les erratiques en étudiant les roches entourant la position de l'erratique et la composition de l'erratique lui-même. Les blocs erratiques sont significatifs car : Ils peuvent être transportés par les glaciers, et ils font ainsi partie d'une série d'indicateurs qui marquent la trajectoire du mouvement des glaciers préhistoriques. Leur origine lithographique peut être retracée jusqu'à la roche mère, permettant de confirmer la trajectoire de l'écoulement glaciaire. Ils peuvent être transportés par rafting sur glace. Cela permet de quantifier l'étendue des inondations glaciaires résultant de la rupture des barrages de glace qui libèrent les eaux stockées dans les lacs proglaciaires tels que le lac Missoula. Les erratiques libérés par les radeaux de glace qui se sont échoués puis ont fondu, laissant tomber leur charge, permettent de caractériser les marques des hautes eaux pour les inondations transitoires dans des zones comme le lac Lewis temporaire. Les erratiques largués par les icebergs qui fondent dans l'océan peuvent être utilisés pour suivre les mouvements glaciaires de l'Antarctique et de la région arctique pendant les périodes précédant la rétention record. Aussi connus sous le nom de dropstones, ceux-ci peuvent être corrélés avec les températures et les niveaux des océans pour mieux comprendre et calibrer les modèles du climat mondial.
Glacial erratic_boulders_of_Estonia/Blocs erratiques glaciaires d'Estonie :
Les blocs erratiques glaciaires d'Estonie sont de gros blocs de roche qui ont été formés et déplacés en Estonie par l'action glaciaire au cours des périodes glaciaires précédentes. Avant l'occupation soviétique de l'Estonie, ces gros rochers étaient un symbole d'identité nationale. Ils sont maintenant enregistrés et protégés par le gouvernement estonien. Les blocs erratiques glaciaires se trouvent en quantités particulièrement importantes en Estonie. La plupart des rochers de plus de 30 mètres de circonférence trouvés dans le nord de l'Europe se trouvent en Estonie, qui compte 62 rochers connus de cette taille. Certains grands particulièrement ont été trouvés dans la mer, dont certains près d'Osmussaar qui mesurent 100 mètres de diamètre. On pense que les rochers d'Osmussaar y ont été poussés par les glaciers du cratère de météorite de Neugrund. Les rochers estoniens ont joué un rôle important dans le développement de l'idée que le nord de l'Europe était autrefois recouvert de glaciers. Le premier à suggérer que les rochers ont été déplacés par les glaciers a été le minéralogiste russe Vasily Severgin qui a été amené à cette conclusion par leur similitude avec la roche du sous-sol finlandais au tout début de 1815. Cependant, Severgin devait plus tard retirer cette théorie en faveur de la théorie de la dérive de Charles Lyell qui croyait avoir été emporté par des icebergs. Cependant, dans les années suivantes du XIXe siècle, la théorie de la glaciation a lentement pris de l'ascendant.
Blocs_erratiques_glaciaires_de_Island_County,_Washington/Blocs erratiques glaciaires du comté d'Island, Washington :
Les blocs erratiques glaciaires du comté d'Island sont un vestige de la glaciation du Pléistocène qui a créé le Puget Sound et transformé les surfaces de ce qui sont maintenant les principales masses continentales du comté d'Island : Whidbey Island et Camano Island. Au sud de Deception Pass, les surfaces et les plages des deux îles sont entièrement composées de till glaciaire : 5 blocs erratiques glaciaires abondants reposent sur les îles, leurs plages et sous les eaux proches du rivage.
Blocs_erratiques_glaciaires_du_comté_de_King,_Washington/blocs erratiques glaciaires du comté de King, Washington :
Les blocs erratiques glaciaires du comté de King sont de gros blocs de roche erratiques glaciaires qui ont été déplacés dans le comté de King, Washington par l'action glaciaire au cours des périodes glaciaires précédentes. La glaciation glaciaire du Pléistocène de Puget Sound a créé de nombreuses caractéristiques géographiques de la région, y compris Puget Sound lui-même, et les erratiques sont l'un des vestiges de cette époque. Selon Nick Zentner du département des sciences géologiques de l'Université centrale de Washington, "les roches canadiennes [sont] éparpillées dans toute la plaine de Puget, s'étendant de la péninsule olympique jusqu'à la chaîne des Cascades". Des erratiques peuvent être trouvés à des altitudes allant jusqu'à environ 1 300 à 1 600 pieds (400 à 490 m) dans la région d'Enumclaw, ainsi que des kames, des drumlins et peut-être aussi les monticules uniques de Mima. Le sol de Seattle, la plus grande ville du comté (et de l'État), est constitué d'environ 80 % de dérive glaciaire, dont la plupart sont des dépôts glaciaires de Vashon (till), et presque toutes les principales collines nommées de la ville sont caractérisées comme des drumlins (Beacon Hill, First Hill, Capitol Hill, Queen Anne Hill) ou les hautes terres dérivantes (Magnolia, West Seattle). Les blocs de plus de 3 mètres de diamètre sont "rares" dans le till de Vashon, mais peuvent être trouvés, comme le montre le tableau ci-dessous.
Blocs_erratiques_glaciaires_du_comté_de_Kitsap,_Washington/blocs erratiques glaciaires du comté de Kitsap, Washington :
Les blocs erratiques glaciaires du comté de Kitsap sont de gros blocs de roche erratiques glaciaires qui ont été déplacés dans le comté de Kitsap, Washington par l'action glaciaire au cours des périodes glaciaires précédentes. Le comté de Kitsap a été si largement formé par la glaciation que, selon J Harlen Bretz, presque toute traversée est-ouest à travers la péninsule de Kitsap (partagée avec deux autres comtés) décrira un profil ascendant et descendant à travers les crêtes de till.
Blocs_erratiques_glaciaires_du_comté_de_Snohomish,_Washington/blocs erratiques glaciaires du comté de Snohomish, Washington :
Les blocs erratiques glaciaires du comté de Snohomish sont de gros blocs de roche erratiques glaciaires qui ont été déplacés vers le comté de Snohomish, Washington par l'action glaciaire au cours des périodes glaciaires précédentes.
Glacial erratic_boulders_of_the_Puget_Sound_region/Blocs erratiques glaciaires de la région de Puget Sound :
De nombreux blocs erratiques glaciaires (souvent simplement appelés erratiques glaciaires) peuvent être trouvés dans la région de Puget Sound aussi loin au sud que la région de Yelm où le lobe de Puget du glacier a atteint son étendue maximale. La glaciation glaciaire du Pléistocène de Puget Sound a créé de nombreuses caractéristiques géographiques de la région, y compris Puget Sound lui-même, et les erratiques sont l'un des vestiges de cette époque. Selon Nick Zentner du département des sciences géologiques de l'Université centrale de Washington, "les roches canadiennes [sont] éparpillées dans toute la plaine de Puget, s'étendant de la péninsule olympique jusqu'à la chaîne des Cascades". Des erratiques peuvent être trouvés à des altitudes allant jusqu'à environ 1 300 à 1 600 pieds (400 à 490 m) dans la région d'Enumclaw, ainsi que des kames, des drumlins et peut-être aussi les monticules uniques de Mima. Le sol de Seattle, la plus grande ville de l'État, est constitué d'environ 80 % de dérive glaciaire, dont la plupart sont des dépôts glaciaires de Vashon (till), et presque toutes les principales collines nommées de la ville sont caractérisées comme des drumlins (Beacon Hill, First Hill, Capitol Hill , Queen Anne Hill) ou les hautes terres dérivantes (Magnolia, West Seattle). Les blocs de plus de 3 mètres de diamètre sont "rares" dans le till de Vashon, mais peuvent être trouvés, comme le montre le tableau ci-dessous.
Erratiques glaciaires_sur_et_autour_R%C3%BCgen/Erratiques glaciaires sur et autour de Rügen :
Voici une liste d'erratiques sur et autour de Rügen - la plus grande île au large de la côte baltique de l'Allemagne. Un erratique est généralement défini (en Allemagne) comme un bloc individuel de roche reposant à la surface du sol qui a un volume d'au moins un mètre cube et qui a été transporté par un glacier jusqu'à son emplacement actuel pendant la période glaciaire. Avant l'établissement des théories de l'ère glaciaire, de nombreuses histoires et légendes étaient tissées autour des "blocs erratiques" géants de roche. Sur Rügen, il y a beaucoup de grands blocs erratiques intéressants en raison de l'emplacement particulier de l'île pendant les périodes glaciaires et en raison de l'érosion côtière continue. Au New Stone Age, les gens ont construit des tombes mégalithiques à partir d'erratiques. Sur Rügen, beaucoup d'entre eux ont survécu. Jusqu'au 19ème siècle, de grands blocs erratiques étaient utilisés comme carrières, afin de produire des matériaux de construction pour les monuments (par exemple en 1854 les colonnes prussiennes près de Neukamp et Groß Stresow ou pour la tour Ernst Moritz Arndt sur le Rugard, pour les défenses côtières et portuaires, les pavés et meules. De nombreux erratiques ont été victimes du développement de Rügen. Aujourd'hui, les erratiques sont considérés comme des monuments naturels qui méritent d'être conservés et ont une plus grande importance. Les données sur les plus grands erratiques de Rügen sont données dans le tableau ci-dessous. pages d'articles individuels.
Géologie glaciaire_de_la_rivière_Genesee/Géologie glaciaire de la rivière Genesee :
La rivière Genesee coule vers le nord depuis sa source dans le nord de la Pennsylvanie pour se jeter dans le lac Ontario à Rochester, New York. La vallée fluviale actuelle a été considérablement modifiée par rapport aux vallées fluviales préglaciaires. Un lobe du dernier glacier (Wisconsonien) a poussé vers le sud presque jusqu'à la ligne de Pennsylvanie, remodelant de façon spectaculaire les schémas de drainage du centre et de l'ouest de New York.
Histoire glaciaire_du_Minnesota/Histoire glaciaire du Minnesota :
L'histoire glaciaire du Minnesota est plus définie depuis le début de la dernière période glaciaire, qui s'est terminée il y a environ 10 000 ans. Au cours du dernier million d'années, la majeure partie du Midwest des États-Unis et une grande partie du Canada ont été recouvertes à un moment ou à un autre d'une calotte glaciaire. Ce glacier continental a eu un effet profond sur les caractéristiques de surface de la zone sur laquelle il s'est déplacé. De grandes quantités de roche et de sol ont été raclées des centres glaciaires jusqu'à ses marges en déplaçant lentement la glace et redéposées sous forme de dérive ou de till. Une grande partie de cette dérive a été déversée dans d'anciennes vallées fluviales préglaciaires, tandis qu'une partie a été entassée dans des ceintures de collines (moraines terminales) à la marge du glacier. Le principal résultat de la glaciation a été la modification de la topographie préglaciaire par le dépôt de dérive sur la campagne. Cependant, les glaciers continentaux possèdent un grand pouvoir d'érosion et peuvent en fait modifier la surface terrestre préglaciaire par décapage et abrasion plutôt que par le dépôt de la dérive. Les marques de la glaciation ont considérablement modifié la topographie du Minnesota. Le changement le plus important a probablement été dans le caractère et l'étendue du drainage. À l'époque préglaciaire, il y a des raisons de croire que la majeure partie de l'eau de pluie ou de fonte des neiges était rapidement renvoyée dans l'océan. Aujourd'hui, une grande partie des précipitations est retenue temporairement à la surface des lacs. Les ruisseaux serpentent d'un lac à l'autre et seule une partie des précipitations totales est emportée par les rivières. Une telle topographie pourrait être qualifiée d'immature car les cours d'eau n'ont pas encore pu s'établir en un réseau drainant rapidement et efficacement les terres. Le fleuve Mississippi a creusé une profonde vallée sous les chutes Saint-Antoine, mais même les eaux de ce grand fleuve ne s'écoulent pas librement vers l'océan à cause du lac Pépin, qui agit comme un bassin de stockage pour une partie de l'eau. Les cours d'eau ne sont activement engagés dans leur travail érosif que depuis les 10 000 dernières années, la durée estimée depuis que le dernier glacier a commencé son retrait final. Cette durée est relativement insignifiante par rapport à la longue histoire de la Terre.
Kame glaciaire / Kame glaciaire :
Le kame glaciaire peut faire référence à : Un kame déposé par un glacier La culture du kame glaciaire
Lac glaciaire/Lac glaciaire :
Un lac glaciaire est une masse d'eau issue de l'activité glaciaire. Ils se forment lorsqu'un glacier érode la terre puis fond, remplissant la dépression créée par le glacier.
Lac glaciaire_outburst_flood/Inondation de débordement du lac glaciaire :
Une crue de débordement de lac glaciaire (GLOF) est un type de crue de débordement causée par la rupture d'un barrage contenant un lac glaciaire. Un événement similaire à un GLOF, où une masse d'eau contenue par un glacier fond ou déborde du glacier, est appelé un jökulhlaup. Le barrage peut être constitué de glace glaciaire ou d'une moraine terminale. L'échec peut se produire en raison de l'érosion, d'une accumulation de pression de l'eau, d'une avalanche de roches ou de neige abondante, d'un tremblement de terre ou de cryoséisme, d'éruptions volcaniques sous la glace ou d'un déplacement massif d'eau dans un lac glaciaire lorsqu'une grande partie d'un glacier adjacent s'effondre. dans ça. L'augmentation de la fonte des glaciers en raison du changement climatique, ainsi que d'autres effets environnementaux du changement climatique (c'est-à-dire la fonte du pergélisol) signifie que les régions glaciaires sont susceptibles de voir des risques d'inondation accrus dus aux GLOF. Cela est particulièrement vrai dans l'Himalaya où les géologies sont plus actives.
Forme de relief glaciaire/Forme de relief glaciaire :
Les reliefs glaciaires sont des reliefs créés par l'action des glaciers. La plupart des reliefs glaciaires d'aujourd'hui ont été créés par le mouvement de grandes calottes glaciaires au cours des glaciations du Quaternaire. Certaines régions, comme la Fennoscandie et le sud des Andes, présentent de nombreuses occurrences de reliefs glaciaires; d'autres régions, comme le Sahara, présentent des reliefs glaciaires fossiles rares et très anciens.
Mouvement glaciaire/Mouvement glaciaire :
Le mouvement glaciaire est le mouvement des glaciers, qui peut être assimilé à des rivières de glace. Il a joué un rôle important dans la sculpture de nombreux paysages. La plupart des lacs du monde occupent des bassins creusés par les glaciers. Le mouvement glaciaire peut être rapide (jusqu'à 30 mètres par jour (98 pieds/j), observé sur Jakobshavn Isbræ au Groenland) ou lent (0,5 mètre par an (20 pouces/an) sur les petits glaciers ou au centre des calottes glaciaires) , mais est généralement d'environ 25 centimètres par jour (9,8 po / j).
Période glaciaire/Période glaciaire :
Une période glaciaire (alternativement glaciaire ou glaciation) est un intervalle de temps (des milliers d'années) au sein d'une période glaciaire qui est marquée par des températures plus froides et des avancées glaciaires. Les interglaciaires, en revanche, sont des périodes de climat plus chaud entre les périodes glaciaires. La dernière période glaciaire s'est terminée il y a environ 15 000 ans. L'Holocène est l'interglaciaire actuel. Une période sans glaciers sur Terre est considérée comme un état climatique à effet de serre.
Vernis glaciaire/Vernis glaciaire :
Le polissage glaciaire est une caractéristique des surfaces rocheuses où les glaciers sont passés sur le substratum rocheux, généralement du granit ou d'autres roches dures ignées ou métamorphiques. La glace en mouvement transportera des cailloux et des grains de sable retirés des niveaux supérieurs qui, à leur tour, broient une surface lisse ou rainurée sur la roche sous-jacente. La présence d'un tel poli indique que la glaciation était relativement récente (à l'échelle des temps géologiques) ou a ensuite été protégée par les dépôts, car ce poli sera ensuite perdu en raison des processus d'altération (tels que l'exfoliation).
Refuge glaciaire/Refuge glaciaire :
Un refuge glaciaire (pluriel refuge) est une région géographique qui a rendu possible la survie de la flore et de la faune à l'époque des périodes glaciaires et a permis la recolonisation post-glaciaire. Différents types de refuges glaciaires peuvent être distingués, à savoir les refuges nunatak, périphériques et de basse altitude. Les refuges glaciaires ont été suggérés comme une cause majeure des modèles de distribution de la flore et de la faune aux latitudes tempérées et tropicales. Cependant, malgré l'utilisation continue des refuges historiques pour expliquer la distribution des espèces modernes, en particulier chez les oiseaux, des doutes ont été émis sur la validité de ces inférences, car une grande partie de la différenciation entre les populations observée aujourd'hui peut s'être produite avant ou après leur restriction aux refuges.
Relique glaciaire/Relique glaciaire :
Une relique glaciaire est une population d'une espèce adaptée au froid qui a été laissée pour compte alors que l'aire de répartition de l'espèce a changé après la fin d'une période glaciaire. Les reliques glaciaires se trouvent généralement dans des enclaves "dans des conditions relativement bénignes". Exemples : La biogéographie de diverses espèces aquatiques considérées comme des reliques glaciaires qui se trouvent dans le lac Sommen est probablement liée à une géographie différente au début de l'histoire du lac. Une théorie prétend que les espèces aquatiques ont été transférées du lac de glace de la Baltique par un système de verrouillage naturel en relation avec une avancée temporaire du front de glace pendant le Dryas récent. Sur terre, la présence inhabituelle de bouleaux nains près de Sund est également considérée comme un vestige d'un passé géologique froid.
Série glaciaire/Série glaciaire :
La série glaciaire fait référence à une séquence particulière de formes de relief en Europe centrale qui se sont formées pendant la glaciation du Pléistocène sous les calottes glaciaires, le long de leurs marges et sur leurs avant-pays lors de chaque avancée glaciaire.
Calmar glaciaire/calmar glaciaire :
Le calmar glaciaire est un nom commun pour plusieurs calmars et peut faire référence à : Galiteuthis glacialis, une espèce de calmar de verre de la convergence antarctique Psychroteuthis glacialis, la seule espèce connue du genre monotypique Psychroteuthis
Flux glaciaire/Flux glaciaire :
Un ruisseau glaciaire est une zone canalisée formée par un glacier dans laquelle l'eau liquide s'accumule et s'écoule. Les cours d'eau glaciaires sont aussi communément appelés "courant de glacier" ou/et "courant d'eau de fonte glaciaire". Le mouvement de l'eau est influencé et dirigé par la gravité et la fonte des glaces. La fonte des glaces forme différents types de courants glaciaires tels que les courants supraglaciaires, englaciaires, sous-glaciaires et proglaciaires. L'eau pénètre dans les cours d'eau supraglaciaires qui se trouvent au sommet du glacier en filtrant à travers la neige dans la zone d'accumulation et en formant des bassins de neige fondante dans la zone FIRN. L'eau s'accumule au sommet du glacier dans les lacs supraglaciaires et dans les canaux de cours d'eau supraglaciaires. L'eau de fonte s'écoule ensuite à travers différents cours d'eau entrant soit à l'intérieur du glacier dans des canaux englaciaires, soit sous le glacier dans des canaux sous-glaciaires. Enfin, l'eau quitte le glacier par des ruisseaux ou des lacs proglaciaires. Les cours d'eau proglaciaires n'agissent pas seulement comme point terminus mais peuvent également recevoir de l'eau de fonte. Les cours d'eau glaciaires peuvent jouer un rôle important dans l'échange d'énergie et dans le transport des eaux de fonte et des sédiments.
Stries glaciaires / Stries glaciaires :
Les stries ou stries glaciaires sont des égratignures ou des entailles creusées dans le substratum rocheux par l'abrasion glaciaire. Ces rayures et gouges ont été reconnues pour la première fois comme le résultat d'un glacier en mouvement à la fin du 18e siècle, lorsque les alpinistes suisses les ont associées pour la première fois à des glaciers en mouvement. Ils ont également noté que s'ils étaient visibles aujourd'hui, les glaciers devaient également reculer. Les stries glaciaires sont généralement multiples, droites et parallèles, représentant le mouvement du glacier à l'aide de fragments de roche et de grains de sable, intégrés à la base du glacier, comme outils de coupe. De grandes quantités de gravier grossier et de rochers transportés sous le glacier fournissent le pouvoir abrasif nécessaire pour creuser des rainures glaciaires en forme de creux. Des sédiments plus fins également à la base du glacier en mouvement érodent et polissent davantage la surface du substratum rocheux, formant une chaussée glaciaire. La glace elle-même n'est pas un matériau assez dur pour changer la forme de la roche, mais parce que la glace a de la roche incrustée dans la surface basale, elle peut efficacement abraser le substrat rocheux. La plupart des stries glaciaires ont été exposées par le retrait des glaciers depuis le dernier maximum glaciaire ou le petit âge glaciaire plus récent. En plus d'indiquer la direction d'écoulement de la glace glaciaire, la profondeur et l'étendue de l'altération des stries peuvent être utilisées pour estimer la durée d'exposition post-glaciaire de la roche. Un exemple exceptionnel de rainures glaciaires peut être trouvé aux rainures glaciaires de Kelleys Island, Ohio (un site naturel national), dont le plus impressionnant mesure 120 mètres (400 pieds) de long, 10 mètres (35 pieds) de large et jusqu'à 3 mètres (10 pieds) de profondeur. Ces rainures ont creusé le calcaire de Columbus. Des stries couvrent les côtés et le fond des rainures. D'autres exemples de stries glaciaires peuvent être trouvés dans l'ancien chemin du glacier de Moiry, au sud de Grimentz, Anniviers, Valais, Suisse, le long de l'actuel chemin du glacier, au nord-est de l'emplacement 2016 de la langue du glacier (images ).
Survie glaciaire_hypothèse/Hypothèse de survie glaciaire :
Selon l'hypothèse du refuge glaciaire cryptique du nord (ou hypothèse de survie glaciaire), au cours de la dernière période glaciaire, des espèces végétales et animales tolérantes au froid (par exemple, l'épinette de Norvège et les lemmings norvégiens) ont persisté dans des microrefuges libres de glace au nord des Alpes en Europe. L'hypothèse alternative d'absence de persistance et d'immigration postglaciaire des plantes et des animaux des refuges du sud en Europe (paradigme des refuges du sud) est parfois aussi appelée l'hypothèse de la tabula rasa. Au cours des dernières années, les plantes et les animaux ont persisté pendant de longues périodes de changement climatique, y compris plusieurs périodes glaciaires et interglaciaires. Il y a un débat de longue date sur ce qui est arrivé aux espèces qui habitaient les régions de haute latitude pendant la période glaciaire du Pléistocène. Deux scénarios principaux sont généralement envisagés. Le premier scénario propose une extinction totale des espèces dans les zones glaciaires avec des événements de survie dans des refuges périphériques au sud et des migrations postglaciaires massives successives dans des zones vides (hypothèse tabula rasa). Le deuxième scénario propose une survie in situ à long terme dans les régions glaciaires (hypothèse de survie glaciaire), soit dans des micro-refuges nord isolés libres de glace au bord de la calotte glaciaire, soit sur des montagnes exposées non couvertes de glace à l'intérieur de la calotte glaciaire ( hypothèse nunatak). Pour les espèces boréales et tolérantes au froid, l'hypothèse de la survie glaciaire est crédible, bien que controversée, et un nombre croissant de données de biologie moléculaire l'étaye pour les espèces végétales et animales. Un certain nombre d'études récentes indiquent que plusieurs régions du nord (au-dessus des latitudes> 45 ° N) ont soutenu des populations d'arbres boréales et tempérées à faible densité à la fin de l'Holocène ou au début de l'Holocène [par exemple, l'Amérique du Nord, l'Eurasie, les Alpes, la Scandinavie]. Ces dernières années plusieurs études ont combiné des éléments de preuve provenant de trois disciplines majeures pour déduire l'existence de refuges passés : archives fossiles, modèles de distribution des espèces et études moléculaires/phylogéographiques. De cette manière, il devrait être possible de mieux décrire les voies de migration complexes suivies par les espèces et les populations entrant et sortant des refuges à travers le temps et l'espace. Des recherches ont également été menées pour suggérer que certaines espèces d'arbres tolérantes au froid ont pu survivre aux basses températures grâce à la présence d'un coléoptère co-dépendant du nom de G. intermedia.
Glacial till_plains_(Ohio)/Plaines de till glaciaires (Ohio) :
Les plaines de till glaciaires sont un relief de plaine de till dans le nord de l'Ohio, situé près de la rive du lac Érié et créé par le retrait de la glaciation du Wisconsin. Étant donné que le till glaciaire est un sol très fertile, l'agriculture dans les plaines de till glaciaire est très productive. La région possède des collines morainiques légèrement vallonnées laissées par le retrait des glaciers, ainsi que de petites crêtes sablonneuses, qui se sont formées sous forme de dunes côtières pendant les périodes où le lac Érié était plus haut qu'il ne l'est aujourd'hui (il y a 14 000 à 12 000 ans).
Glacialisaurus/Glacialisaurus :
Glacialisaurus est un genre de dinosaure sauropodomorphe. Il a vécu au stade Pliensbachien de la période du Jurassique inférieur il y a environ 186 à 182 millions d'années dans ce qui est aujourd'hui le centre des montagnes transantarctiques de l'Antarctique. Il est connu à partir de deux spécimens; l'holotype (spécimen portant le nom), un tarse partiel (cheville) et un métatarse, et un fémur gauche partiel. Les fossiles ont été collectés par une équipe dirigée par le paléontologue William R. Hammer lors d'une expédition sur le terrain de 1990 à 1991 dans la formation Hanson de l'Antarctique. Ils ont été décrits en 2007 et ont constitué la base du nouveau genre et de l'espèce Glacialisaurus hammeri. Le nom du genre se traduit par "glacé" ou "lézard congelé", et le nom de l'espèce rend hommage à Hammer. Ce dinosaure a été classé comme un massospondylidé, un groupe de sauropodomorphes basaux de taille moyenne (divergents précoces ou "primitifs") qui existaient pendant le Trias supérieur et le Jurassique précoce sur tous les continents sauf l'Australie. Sa longueur a été estimée à 6,2 m (20 pi). Glacialisaurus était un grand dinosaure herbivore, même s'il était de taille moyenne pour un massospondylidé. Glacialisaurus était différent des autres sauropodomorphes dans des caractéristiques telles comme ayant une crête épicondylienne médiale robuste sur le fémur inférieur, une crête d'adducteur robuste s'étendant de l'extrémité supérieure du condyle médial fémoral et un deuxième métatarsien avec une bordure avant faiblement convexe à l'extrémité supérieure.
Glaciar Nord/Glaciar Nord :
Glacier Norte peut faire référence à Glaciar Norte (Popocatépetl) Glacier Norte (Iztaccíhuatl)
Glaciar Norte_(Popocat%C3%A9petl)/Glaciar Norte (Popocatépetl):
Glaciar Norte était un glacier situé sur le pic volcanique de Popocatépetl dans l'État mexicain de Puebla. En 1964, on estimait que le glacier mesurait 600 mètres (2000 pieds) de long et couvrait 0,2 kilomètre carré (0,077 mile carré) du côté nord du Popocatépetl. Glaciar Norte est relié au Glaciar del Ventorrillo, qui se trouve à l'ouest. Dans une étude publiée en 2006, tous les glaciers du sommet du Popocatépetl avaient essentiellement disparu en raison de l'augmentation de l'activité volcanique. Dans les années 1990, la taille des glaciers a considérablement diminué, en partie à cause des températures plus chaudes mais en grande partie à cause de l'activité volcanique accrue. Au début de 2001, les glaciers de Popocatepetl avaient disparu; la glace est restée sur le volcan, mais n'a plus montré les traits caractéristiques des glaciers tels que les crevasses.
Glaciar Rocoso_Cove/Glaciar Rocoso Cove :
Glaciar Rocoso Cove est une petite crique ouverte, faisant partie de False Bay, sur l'île Livingston, dans les îles Shetland du Sud, en Antarctique. Il mesure 920 m de large et entaille sur 180 m la côte sud-est de la péninsule Hurd à l'est-nord-est de Binn Peak et au sud-sud-ouest de Nusha Hill. La région a été visitée par les chasseurs de phoque du début du XIXe siècle. La crique est nommée de manière descriptive par l'Espagne en relation avec un glacier rocheux qui s'y déverse.
Glaciarcula/Glaciarcula :
Glaciarcula est un genre de brachiopodes appartenant à la famille des Laqueidae.Les espèces de ce genre se trouvent en Europe du Nord.Espèce : Glaciarcula friellei (Davidson, 1878) Glaciarcula spitzbergensis (Davidson, 1852)
Glaciarium/Glaciarium :
Le Glaciarium était la première patinoire gelée mécaniquement au monde et était situé à Londres, en Angleterre. Un article du numéro du 8 juin 1844 de Littell's Living Age intitulé "The Glaciarium" rapportait: Cet établissement, qui a été déplacé à Grafton street East 'Tottenham-court-road [sic], a été ouvert lundi après-midi. La zone de glace artificielle est extrêmement pratique pour ceux qui souhaitent s'adonner au passe-temps gracieux et viril du patinage. Une patinoire ultérieure a été ouverte par John Gamgee dans une tente dans un petit bâtiment juste à côté de Kings Road à Chelsea, Londres, le 7 janvier 1876. En mars, elle a déménagé dans un lieu permanent au 379 Kings Road, où une patinoire mesurant 40 par 24 pieds ont été établis. La patinoire était basée sur une surface en béton, avec des couches de terre, de poils de vache et de planches de bois. Au sommet de ceux-ci étaient posés des tuyaux de cuivre ovales transportant une solution de glycérine avec de l'éther, du peroxyde d'azote et de l'eau. Les tuyaux étaient recouverts d'eau et la solution était pompée, congelant l'eau en glace. Gamgee avait découvert le procédé en tentant de développer une méthode pour congeler de la viande à importer d'Australie et de Nouvelle-Zélande, et l'avait brevetée dès 1870. Gamgee exploitait la patinoire sur une base réservée aux membres et tentait d'attirer une clientèle aisée, expérimentée dans le patin à glace en plein air pendant les hivers dans les Alpes. Il a installé une galerie d'orchestre, qui pouvait également être utilisée par les spectateurs, et a décoré les murs avec des vues sur les Alpes suisses. La patinoire s'est d'abord avérée un succès, et Gamgee a ouvert deux autres patinoires plus tard dans l'année : à Rusholme à Manchester et au " Floating Glaciarium" à Charing Cross à Londres, ce dernier beaucoup plus grand à 115 par 25 pieds. Cependant, le processus était coûteux et la brume qui montait de la glace dissuadait les clients, forçant Gamgee à fermer le Glaciarium à la fin de l'année, et toutes ses patinoires avaient fermé à la mi-1878. Cependant, le Southport Glaciarium a ouvert ses portes en 1879, en utilisant la méthode de Gamgee.
Glaciarium (musée)/Glaciarium (musée) :
Glaciarium est un centre d'interprétation des glaciers moderne, construit pour divertir et éduquer sur la glace, les glaciers et le champ de glace de la Patagonie méridionale. Il est situé dans la ville d'El Calafate, porte d'entrée des glaciers, dans la province de Santa Cruz, en Patagonie, au sud de l'Argentine. Il a ouvert le 17 janvier 2011, avec une cérémonie à laquelle a assisté la présidente Cristina Fernández de Kirchner. Le bâtiment a été conçu par le bureau d'architecture Santiago Cordeyro Arquitectos et l'architecte Pablo Güiraldes. Le centre est dédié à la glace et aux glaciers et est conçu pour éduquer les visiteurs en profondeur sur ces phénomènes naturels. Le directeur scientifique est le glaciologue Pedro Skvarca. Le bâtiment est formé d'un hall principal et de trois salles d'exposition, soit un total de 2 500 mètres carrés (27 000 pieds carrés). Deux salles abritent les expositions glaciologiques permanentes qui comprennent des dioramas, du multimédia, des modèles 3D et d'autres ressources modernes. La troisième salle est un lieu culturel et une salle de cinéma où sont projetés des documentaires 3D et d'autres films.
Allegheny_Plateau glaciaire/Plateau d'Allegheny glaciaire :
Le plateau glaciaire d'Allegheny est la partie du plateau d'Allegheny qui se trouve dans la zone couverte par la dernière glaciation. En conséquence, cette zone du plateau d'Allegheny a un relief plus faible et des pentes plus douces que le plateau d'Allegheny non glaciaire relativement accidenté. En général, le glaciaire se trouve au nord et à l'ouest du non glaciaire et forme un arc du nord-est au sud-est de l'Ohio entre les plaines de till glaciaire et le plateau non glaciaire d'Allegheny. Le plateau glaciaire d'Allegheny s'étend dans une ceinture du sud de l'État de New York et du bassin central de la rivière Susquehanna. Une petite zone du plateau d'Allegheny a été glaciaire au cours de l'étape du Wisconsin, de la fin de l'étape illinoienne et des glaciations pré-illinoiennes B et G de l'étape pré-illinoienne. Cette zone – de quelques centaines de kilomètres carrés seulement en raison du blocage que constitue le relief escarpé des montagnes en bordure de la calotte glaciaire – ne contient que d'anciennes dérives aujourd'hui enfouies par de longues périodes de développement des sols. Les principales villes du plateau glaciaire d'Allegheny sont Pittsburgh, Akron et Youngstown.
Roche glaciaire/roche glaciaire :
Une roche glaciaire est une roche qui montre des preuves d'avoir été exposée à un glacier. Généralement, il présente des stries ou des rayures profondes, causées davantage par les débris transportés par le glacier que par la glace elle-même. Les roches glaciaires peuvent également être erratiques, c'est-à-dire ne pas appartenir aux roches locales mais y avoir été transportées par le glacier. Là où un glacier actuel recule, son ancienne étendue peut être mesurée par la distribution des roches glaciaires. Des roches glaciaires plus importantes dans n'importe quelle zone signifient qu'elles ont été sous la glace à un moment donné. Ainsi, ils ont produit la preuve que l'Arabie saoudite était autrefois recouverte d'une calotte glaciaire.
Glacicavicola bathyscioides/Glacicavicola bathyscioides :
Glacicavicola bathyscioides est une espèce de coléoptère aveugle des cavernes de la famille des Leiodidae. Il est endémique des grottes de l'ouest des États-Unis.
Glacidorbidés/Glacidorbidés :
Les Glacidorbidae sont une famille taxonomique d'escargots d'eau douce.
Glacidorbis/Glacidorbis :
Glacidorbis est un genre d'escargots d'eau douce minuscules avec un opercule, des mollusques gastéropodes aquatiques ou des micromollusques de la famille des Glacidorbidae. Ce genre s'est avéré quelque peu énigmatique en termes d'appartenance à la taxonomie des gastéropodes. On pensait auparavant qu'il appartenait à la famille des Hydrobiidae ou même aux Basommatophora.
Glacidorbis hedleyi/ Glacidorbis hedleyi :
Glacidorbis hedleyi est une espèce d'escargot d'eau douce minuscule avec un opercule, un mollusque gastéropode aquatique ou un micromollusque de la famille des Glacidorbidae. Glacidorbis hedleyi est l'espèce type du genre Glacidorbis. La localité type est Blue Lake, Mont Kosciuszko, Nouvelle-Galles du Sud, Australie. La forme de la coquille est planispirale. La largeur de la coquille est de 2 mm, rarement jusqu'à 2,8 mm.
Glacidorbis occidentalis/Glacidorbis occidentalis :
Glacidorbis occidentalis est une espèce d'escargots d'eau douce minuscules avec un opercule, des mollusques gastéropodes aquatiques ou des micromollusques de la famille des Glacidorbidae. Cette espèce est endémique d'Australie. Cette espèce était auparavant placée au sein des Hydrobiidae.
Glaciecola/Glaciecola :
Glaciecola est un genre de bactérie aérobie de la famille des Alteromonadaceae.
Glaciecola nitratireducens/Glaciecola nitratireducens :
Glaciecola nitratireducens est une bactérie psychrophile. Il est Gram négatif, aérobie, en forme de bâtonnet, mobile et halophile. Sa souche type est FR1064(T) (=KCTC 12276(T)=JCM 12485(T)). Son génome a été séquencé.
Glaciecola pallidula/Glaciecola pallidula :
Glaciecola pallidula est une bactérie psychrophile trouvée dans les habitats de la banquise antarctique, étant l'espèce type de son genre. Il est pigmenté, psychrophile et chimiohétérotrophe strictement aérobie. Sa souche type est (ACAM 615T).
Glaciecola punicea/Glaciecola punicea :
Glaciecola punicea est une bactérie psychrophile trouvée dans les habitats de la banquise antarctique, étant l'espèce type de son genre. Il est pigmenté, psychrophile et chimiohétérotrophe strictement aérobie. Sa souche type est (ACAM 611T). Son génome a été séquencé.
Glacier/Glacier :
Un glacier (États-Unis : ; Royaume-Uni : ) est un corps persistant de glace dense qui se déplace constamment sous son propre poids. Un glacier se forme là où l'accumulation de neige dépasse son ablation pendant de nombreuses années, souvent des siècles. Il acquiert des caractéristiques distinctives, telles que des crevasses et des séracs, au fur et à mesure qu'il s'écoule lentement et se déforme sous les contraintes induites par son poids. En se déplaçant, il abrase la roche et les débris de son substrat pour créer des reliefs tels que des cirques, des moraines ou des fjords. Bien qu'un glacier puisse couler dans un plan d'eau, il ne se forme que sur terre et se distingue de la glace de mer et de la glace de lac beaucoup plus mince qui se forme à la surface des plans d'eau. Sur Terre, 99 % de la glace glaciaire est contenue dans de vastes calottes glaciaires (également appelées « glaciers continentaux ») dans les régions polaires, mais les glaciers peuvent être trouvés dans les chaînes de montagnes sur tous les continents autres que le continent australien, y compris la haute latitude de l'Océanie. pays insulaires océaniques comme la Nouvelle-Zélande. Entre les latitudes 35°N et 35°S, les glaciers n'existent que dans l'Himalaya, les Andes et quelques hautes montagnes en Afrique de l'Est, au Mexique, en Nouvelle-Guinée et sur Zard-Kuh en Iran. Avec plus de 7 000 glaciers connus, le Pakistan a plus de glace glaciaire que tout autre pays en dehors des régions polaires. Les glaciers couvrent environ 10% de la surface terrestre de la Terre. Les glaciers continentaux couvrent près de 13 millions de km2 (5 millions de milles carrés), soit environ 98 % des 13,2 millions de km2 (5,1 millions de milles carrés) de l'Antarctique, avec une épaisseur moyenne de 2 100 m (7 000 pieds). Le Groenland et la Patagonie possèdent également d'immenses étendues de glaciers continentaux. Le volume des glaciers, sans compter les calottes glaciaires de l'Antarctique et du Groenland, a été estimé à 170 000 km3. De nombreux glaciers des climats tempérés, alpins et polaires saisonniers stockent l'eau sous forme de glace pendant les saisons les plus froides et la libèrent plus tard sous forme d'eau de fonte, car les températures estivales plus chaudes provoquent la fonte du glacier, créant une source d'eau particulièrement importante pour les plantes, les animaux et utilisations humaines lorsque les autres sources peuvent être rares. Cependant, dans les environnements de haute altitude et de l'Antarctique, la différence de température saisonnière n'est souvent pas suffisante pour libérer l'eau de fonte. Étant donné que la masse glaciaire est affectée par les changements climatiques à long terme, par exemple les précipitations, la température moyenne et la couverture nuageuse, les changements de masse glaciaire sont considérés parmi les indicateurs les plus sensibles du changement climatique et sont une source majeure de variations du niveau de la mer. Un gros morceau de glace comprimée, ou un glacier, apparaît en bleu, comme de grandes quantités d'eau apparaissent en bleu. En effet, les molécules d'eau absorbent les autres couleurs plus efficacement que le bleu. L'autre raison de la couleur bleue des glaciers est le manque de bulles d'air. Les bulles d'air, qui donnent une couleur blanche à la glace, sont expulsées par la pression, ce qui augmente la densité de la glace créée.
Glacier, Colombie_Britannique/Glacier, Colombie-Britannique :
Glacier, qui comprenait autrefois de petites collectivités, se trouve à l'approche ouest du col Rogers, dans le sud-est de la Colombie-Britannique. Le nom dérive du Grand Glacier, qui dans les années 1880 était à un peu plus d'un mile de la gare d'origine.
Glacier, Washington/Glacier, Washington :
Glacier est un lieu désigné par le recensement dans la vallée de la rivière North Fork Nooksack, à une altitude de 906 pieds, à seulement 10 miles au nord-ouest du sommet du mont Baker qui s'élève à près de 10 000 pieds au-dessus, dans le comté de Whatcom, Washington, États-Unis. La population était de 211 au recensement de 2010. Glacier est la communauté la plus proche de Mt. Baker et à 20 miles de route du domaine skiable de Mt. Baker. Le Glacier Public Service Center, composé à la fois du personnel du Service forestier des États-Unis et du Service des parcs nationaux, se trouve à moins d'un mile à l'est.
Glacier (DC_Comics)/Glacier (DC Comics) :
Sigrid Nansen est un super-héros dans les bandes dessinées américaines publiées par DC Comics, apparaissant pour la première fois dans Super Friends # 9 (décembre 1977). À l'origine le premier personnage à utiliser le nom Icemaiden, ils ont remplacé le héros connu sous le nom de Ice pendant un certain temps. Ils font partie des rares super-héros sur le thème de la glace dans l'univers DC. Le personnage est finalement réintroduit pendant " Infinite Frontier ", adoptant une nouvelle identité en tant que Glacier et s'identifiant comme non binaire.
Glacier (bande)/Glacier (bande) :
Glacier (appelé GLACIER) est un groupe de rock visual kei d'Okinawa, au Japon. Makoto, Nao et Aki sont amis depuis qu'ils sont écoliers. Les trois membres ont commencé le groupe à Okinawa. Ils ont sorti un CD single Nangoku Shōjo d'un label japonais Crown Records le 23 juillet 2008.
Glacier (danse_travail)/Glacier (danse travail) :
Glacier est une œuvre de danse nominée aux Bessie Awards de la chorégraphe contemporaine Liz Gerring.
Glacier (homonymie)/Glacier (homonymie) :
Un glacier est une formation géologique de glace. Glacier peut aussi faire référence à :
Glacier (lutteur)/Glacier (lutteur) :
Raymond M. Lloyd (né le 13 mai 1964) est un artiste martial américain, lutteur professionnel et acteur. Il est surtout connu pour ses apparitions avec la World Championship Wrestling de 1996 à 1999 sous le nom de ring Glacier.
Glacier 3000/Glacier 3000 :
Glacier 3000 (officiellement Gstaad 3000 AG) est une société qui exploite plusieurs téléphériques et remontées mécaniques dans la région des Diablerets en Suisse romande. Elle a été créée en 2005 et a repris les actifs de la SA Glacier 3000 Région Les Diablerets-Gstaad (fondée en 1993) alors en faillite. L'entreprise est désormais basée à Gstaad. Le téléphérique principal a été inauguré en 1964 et reconstruit en 1999. Il relie le Col du Pillon (1 546) au Scex Rouge (2 950 m). La société exploite également des remontées mécaniques sur le glacier de Tsanfleuron. En 2005, les droits de Glacier 3000 ont été achetés par un triumvirat composé de l'homme d'affaires français Jean Claude Mimran, de l'homme d'affaires britannique et directeur de Formule 1 Bernie Ecclestone et du promoteur immobilier suisse local Marcel Bach.
Glacier Bancorp/Glacier Bancorp :
Glacier Bancorp, Inc. est une société de portefeuille régionale multibancaire dont le siège est à Kalispell, dans le Montana. Il s'agit d'une société qui succède à la société du Delaware constituée à l'origine en 1990. La société fournit des services bancaires commerciaux à partir d'emplacements dans le Montana, l'Idaho, l'Utah, Washington, le Wyoming, le Colorado et l'Arizona par l'intermédiaire de sa filiale bancaire en propriété exclusive, Glacier Bank. La société propose une large gamme de produits et services bancaires, notamment : la banque de détail et la banque ; immobilier; prêts commerciaux, agricoles et à la consommation ; et services de montage de prêts hypothécaires. Glacier Bancorp Inc. dessert les particuliers, les petites et moyennes entreprises, les organismes communautaires et les entités publiques.
Glacier Basin_Campground_Ranger_Station/Glacier Basin Campground Ranger Station :
Le poste de garde forestier du terrain de camping du bassin des Glaciers dans le parc national des Rocheuses a été construit en 1930 selon une conception de la Direction des plans et des conceptions du Service des parcs nationaux. La structure rustique en rondins et en pierre du National Park Service a été conçue pour se fondre dans le paysage et continue de fonctionner comme un poste de garde forestier.
Glacier Bay_Bassin/Bassin de Glacier Bay :
Le bassin de Glacier Bay, dans le sud-est de l'Alaska, aux États-Unis, englobe la baie de Glacier et les montagnes et glaciers environnants, qui a été proclamée pour la première fois monument national des États-Unis le 25 février 1925, et qui a ensuite été agrandie et désignée le 2 décembre 1980. en tant que parc national et réserve de Glacier Bay en vertu de la loi sur la conservation des terres d'intérêt national de l'Alaska , couvrant une superficie de 3 283 000 acres (1 329 000 ha). En 1986, l'UNESCO a déclaré une superficie de 57 000 acres (23 000 ha) au sein d'une réserve mondiale de la biosphère. C'est la plus grande biosphère protégée par l'UNESCO au monde. En 1992, l'UNESCO a inclus cette zone dans le cadre d'un site du patrimoine mondial, s'étendant sur une superficie de 24 300 000 acres (98 000 km2) qui comprenait également le Wrangell-St. Parc national Elias, parc national Kluane (Canada) et parc Tatshenshini-Alsek (Canada). Une partie du parc national est également désignée zone sauvage couvrant 2 658 000 acres (1 076 000 ha). Les glaciers actuels couvrent une superficie de 1 375 milles carrés (3 560 km2) et représentent 27 % de la superficie du parc. Jusqu'au début des années 1700, la région était un grand glacier unique de glace solide. Depuis, il s'est retiré et est devenu le plus grand parc aquatique protégé du monde. Glacier Bay, sur le golfe de l'Alaska, était connu sous le nom de Grand Pacific Glacier, d'environ 4 000 pieds (1 200 m) d'épaisseur et d'environ 20 miles (32 km) de largeur. Au cours des 200 dernières années, les glaciers ont reculé, exposant 65 milles (105 km) d'océan, et dans ce processus, ils ont laissé 20 autres glaciers distincts sur leur passage. En 1890, le nom "Glacier Bay" en tant que tel a été donné à la baie par le capitaine Lester A. Beardslee de l'US Navy. Il a été proclamé pour la première fois monument national des États-Unis le 25 février 1925 par le président Calvin Coolidge. La baie des Glaciers possède de nombreuses branches, criques, lagons, îles et canaux qui offrent des perspectives d'exploration scientifique et de plaisir visuel. Ainsi, la région est populaire comme destination de croisière pendant la saison estivale. Cependant, il existe des restrictions imposées par le National Park Service sur le nombre de navires pouvant opérer en une journée à 2 navires de croisière, 3 bateaux d'excursion, 6 navires affrétés et 25 navires privés. La baie a reçu en moyenne environ 443 975 visiteurs récréatifs par an de 2012 à 2021, avec 89 768 visiteurs en 2021. Selon un score touristique, le meilleur moment pour visiter le parc national et réserve de Glacier Bay est de la mi-juillet à la mi-août pour les activités dans les régions chaudes. Météo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Huppert's reagent

Wikipédia : À propos/Wikipédia : À propos : Wikipédia est une encyclopédie que tout le monde peut modifier, et des dizaines de millions...