Rechercher dans ce blog

vendredi 18 novembre 2022

French corvette Babet 1793""


Brig français_Entreprenant_(1808) / Brig français Entreprenant (1808):
Entreprenant était le troisième d'une série de navires sous le même nom et avec le même capitaine dans la période 1807-1810. Elle a servi dans les Indes orientales jusqu'à ce que les Britanniques la capturent en 1810, puis la fassent rompre comme inapte à poursuivre son service.
Brick français_Euryale_(1863)/Brig français Euryale (1863) :
L'Euryale [ø.ʁjal] était un brick de classe Génie de la Marine française. Commencée en 1849 à Rochefort, la construction fut suspendue en 1853 et ne reprit qu'après huit ans. Elle a été lancée le 11 novembre 1863 et mise en service au début de l'année suivante comme navire de transport. En 1867, elle entre en collision avec un navire américain dans le port de San Francisco. Le gouvernement français a intenté une action en dommages-intérêts initialement accordée mais, après une longue procédure judiciaire qui s'est terminée devant la Cour suprême, l'équipage français a été jugé conjointement responsable et les dommages ont été partagés entre les deux parties. L'Euryale a fait naufrage sur l'île Starbuck dans le Pacifique central le 4 mars 1870.
Brick français_Foudre_(1796)/Brig français Foudre (1796) :
Foudre était un aviso gréé en brick que la marine française a lancé en 1796. La Royal Navy l'a capturée en mars 1799, seulement pour que les Français la reprennent le mois suivant. Les Britanniques l'ont reprise en 1800, l'ont remise en service, mais l'ont vendue en 1801.
Brick français_Friedland_(1807)/Brig français Friedland (1807) :
Friedland était le nom du navire de sa classe de français Illyrien ou brick de classe Friedland. Elle a été construite à Venise et lancée en juin 1807. La Royal Navy l'a capturée un an plus tard et l'a mise en service sous le nom de HMS Delight. Elle servit en Méditerranée et fut vendue en 1814.
Brick français_Furet_(1801)/Brig français Furet (1801) :
Furet, lancé en 1801, était un brick de la classe Abeille de la marine française. Le HMS Hydra l'a capturée le 27 février 1806, au large de Cadix.
Brigitte française_Gironde_(1793)/Brigade française Gironde (1793) :
Le brick français Gironde a été lancé à Rochefort en 1793 en tant que canon de classe Dédaigneuse de la marine française. En 1797, elle est rayée des listes et vendue. Elle est devenue corsaire opérant à partir de Bordeaux. La Royal Navy britannique l'a capturée en 1800 mais ne l'a jamais commandée; il l'a vendue en 1801.
Brig français_Griffon_(1806)/Brig français Griffon (1806) :
Le brick français Griffon , était un brick de classe Pallinure lancé en 1806. Après que le HMS Bacchante ait capturé Griffon en 1808, la Royal Navy l'a mis en service. Griffon a participé à une action qui a permis à son équipage de recevoir la Médaille du service général de la marine. Deux de ses officiers ont été soumis à des cours martiales notables, l'un pour meurtre et l'autre pour contrebande, le meurtrier étant pendu et le passeur renvoyé de la marine. La Marine a vendu Griffon en 1819 à Hills & Co., qui l'a ensuite utilisée comme baleinière basée à Londres. Elle a navigué vers la pêcherie des mers du Sud sous certains sous différents maîtres. Hill & Co. l'a ensuite vendue à Wilson & Co. qui l'a employée pour un dernier voyage de chasse à la baleine qui s'est terminé en 1850.
Brig français_G%C3%A9nie_(1808) / Brig français Génie (1808):
Le brick français Génie était un brick de la classe Sylphe lancé à Dunkerque en 1808. Il a été retiré du service en 1833.
Brick français_Hazard_(1788)/Brig français Hazard (1788) :
Le Hazard était un brick de 18 canons de la Marine française, navire de tête de sa classe.
Brick français_Inconstant_(1811)/Brig français Inconstant (1811) :
Inconstant était un brick de la classe Sylphe, l'un des 32, lancé en 1811 pour la marine française. En 1815, Napoléon l'utilisa pour fuir l'exil d'Elbe. Dans les années 1820, elle a participé à la guerre avec l'Espagne et a ensuite servi sur la station du Brésil. Elle a également servi sur la station de Guyane française. Elle est démolie à Brest en décembre 1843.
Brig français_I%C3%A9na_(1810)/Brig français Iéna (1810) :
L'Iéna était un brick de guerre de la Marine française. Elle a participé à la bataille de Pirano et s'est échappée après l'explosion de Mercure.
Brick français_Ligurienne_(1798)/Brig français Ligurienne (1798) :
La Ligurienne était un brick sectionnel de 16 canons de la marine française qui a été lancé en 1798. Les Britanniques l'ont capturée en 1800, mais ne l'ont pas mise en service.
Brig français_Lodi_(1797)/Brig français Lodi (1797) :
Lodi (ou Lody) était le brick de la marine vénitienne Giasone, lancé en 1795. Les Français l'ont capturée à Corfou en 1797. Elle a pris part à une action sanglante et peu concluante à un seul navire avec un corsaire britannique peu de temps après sa capture. Elle a continué à servir en Méditerranée en transportant des dépêches entre la France et Alexandrie, puis a déménagé aux Antilles où elle a soutenu la tentative française de vaincre la Révolution haïtienne à Saint Domingue. Le HMS Racoon l'a capturée le 11 juillet 1803; son sort ultérieur est inconnu.
Brick français_Lutin_(1788)/Brig français Lutin (1788) :
Lutin était un brick de classe Hasard lancé à Bayonne en 1788 pour la marine française. Peu de temps après le déclenchement de la guerre avec l'Angleterre, la Royal Navy britannique l'a capturé au large de Terre-Neuve. Les Britanniques l'ont mise en service sous le nom de HMS Lutin. Après environ deux ans sur la station de Terre-Neuve, Lutin a navigué vers Plymouth où la Marine l'a vendu.
Brick français_Mercure_(1806)/Brig français Mercure (1806) :
Le Mercure était un brick de la marine française. En novembre 1806, elle est mise en service à Gênes sous le général Lacombe-Saint-Michel. En 1808, elle était à Corfou, et en 1810 à Venise. Le 14 juin 1810, il est transféré à la marine du Royaume d'Italie, avec Cyclope et Écureuil, en échange de la frégate Favorite. Le 22 février 1812, alors qu'elle escortait le Rivoli de 74 canons nouvellement mis en service avec les bricks Mamelouk et Iéna, l'escadre rencontra une force britannique. Lors de la bataille de Pirano qui a suivi, Mercure a lutté contre le HMS Weazel pendant 45 minutes jusqu'à ce que ses chargeurs explosent soudainement, le coulant instantanément et tuant tous à bord à l'exception de trois hommes, qui ont été secourus par Weazel. L'épave du Mercure a été découverte en 2001 lorsqu'un bateau de pêche net a attrapé un de ses fusils. Des campagnes archéologiques ont été menées à partir de 2002, et la coque a été retrouvée en 2005, en bon état.
Brick français_Milan_(1807)/Brig français Milan (1807) :
Milan était un brick français construit à Saint Malo, à partir de plans conçus par François Pestel qui avait déjà servi pour Curieux en 1800 et pour Palinure en 1804. Elle a servi dans la Marine française pendant quatre ans avant que le HMS Surveillante et la Seine ne la capturent. Elle est devenue le HMS Achates dans la Royal Navy et a servi jusqu'à la fin des guerres napoléoniennes.
Brick français_Nettuno_(1807)/Brig français Nettuno (1807) :
Nettuno était un brick français de classe Illyrien ou Friedland construit à Venise et lancé en juin 1807. Le HMS Unite l'a capturé un an plus tard au large de Zara. La Royal Navy l'a mise en service en tant que HMS Cretan. Elle a servi en Méditerranée. Elle fut vendue en 1814. Entre 1815 et 1831, elle fit cinq voyages comme baleinière.
Brick français_Nisus_(1805)/Brig français Nisus (1805) :
Le brick français Nisus était un brick de classe Palinure de la marine française, lancé en 1805. La Royal Navy a capturé Nisus à la Guadeloupe en 1809. Les Britanniques l'ont mise en service sous le nom de HMS Guadaloupe (ou Guadeloupe) et l'ont vendue en novembre 1814.
Brig français_N%C3%A9arque_(1804)/Brig français Néarque (1804) :
Le brick français Néarque était un brick de la classe Abeille lancé à Lorient en 1804. Elle fit un voyage dans les Caraïbes en 1805. Après que la frégate HMS Niobe l'eut capturée en mars 1806, la Royal Navy l'emmena à Plymouth, mais la déposa apparemment. en ordinaire. Elle disparaît ensuite des registres jusqu'à sa vente en 1814.
Brick français_Observateur/Brig français Observateur :
Le brick français Observateur , qui a été lancé en 1800 pour la marine française , était un brick de 16 canons de classe Vigilant , l'un des six construits selon une conception de Pierre-Alexandre-Laurent Forfait . La Royal Navy l'a capturée en 1806 et l'a mise en service en tant que HMS Observateur. Il participa à deux actions, une pour la Marine française et une pour la Royal Navy, et une campagne avant son désarmement en 1810. La Marine ne réussit à le vendre qu'en 1814.
Brig français_Oreste_(1805)/Brig français Oreste (1805) :
L'Oreste était un brick de 16 canons, le nom du navire de sa classe. Elle avait été construite sur un dessin du notaire Granville et lancée au Havre en 1805. Les Britanniques la capturèrent en 1810, la rebaptisèrent HMS Wellington, mais ne la commandèrent jamais. Elle a été démantelée en 1812.
Brig français_Palinure_(1804)/Brig français Palinure (1804) :
Palinure était le nom de la classe Palinure de bricks de 16 canons de la marine française et a été lancé en 1804. Au service français, elle a capturé Carnation avant que Circé ne la capture à son tour. Après avoir été embarquée dans la Royal Navy sous le nom de HMS Snap, elle a participé à deux campagnes qui ont qualifié son équipage pour la Médaille du service général de la marine (NGSM). Elle a été démantelée en 1811.
Brig français_Pandour_(1804)/Brig français Pandour (1804) :
Le brick français Pandour était un brick de la marine française lancé en 1804 que la Royal Navy captura en 1806. En 1807, il devint baleinier dans les pêcheries des mers du Sud, mais fut perdu à la fin de 1809.
Brick français_Phaeton_(1804)/Brig français Phaeton (1804) :
Le brick français Phaeton était un brick de classe Palinure lancé en 1804. Les Britanniques l'ont capturé en 1806 et l'ont rebaptisé HMS Mignonne. En 1807, ils l'ont rebaptisée HMS Musette. Elle fut vendue en 1814.
Brig français_Renard_(1810)/Brig français Renard (1810) :
Le Renard était un brick de 16 canons de classe Abeille de la Marine française, lancé en 1810 à Gênes. Elle est connue pour sa bataille contre le brick HMS Swallow, l'un des premiers exploits du lieutenant Charles Baudin.
Brick français_Ronco_(1808)/Brig français Ronco (1808) :
Ronco était un brick français de classe Illyrien ou Friedland construit à Venise et lancé en avril 1808. Le HMS Unite l'a capturé moins de deux mois plus tard. La Royal Navy l'a mis en service en tant que HMS Tuscan. Elle a servi en Méditerranée et a participé à une action qui a valu à son équipage une Médaille du service général de la marine. Elle a été mise en vente pour la première fois en 1816 et vendue en 1818. A cette époque, des intérêts mercantiles l'ont achetée et elle est devenue baleinière, effectuant six voyages avant d'être condamnée comme n'étant plus en état de naviguer en mars 1840 et vendue en avril lors de son septième voyage.
Brick français_Serpent_(1807)/Brig français Serpent (1807) :
Le Serpent était un brick de la marine française de la classe Palinure, lancé en 1807 à Paimbeouf (Nantes) sous le nom de Rivolli, mais rebaptisé. Le HMS Acasta l'a capturée en 1808 dans les Caraïbes et la Royal Navy britannique l'a mise en service là-bas sous le nom de HMS Pert mais l'a rebaptisée Asp. La marine s'en débarrasse en 1814. Elle effectue ensuite cinq voyages comme baleinière et fait naufrage en décembre 1828 lors de son sixième voyage.
Brick français_Speedy_(1782)/Brig français Speedy (1782) :
Speedy était un brick de 130 tonnes (bm) appartenant au British Post Office Packet Service que la marine française captura au large de la Barbade en juillet 1782 et mit en service à la Martinique. La Royal Navy l'a repris en décembre. Elle est ensuite devenue un navire marchand. Le 15 juillet, après avoir navigué pendant 50 jours, les frégates françaises de 32 canons Friponne, Lieutenant le Chevalier de Blachon et Résolue, capitaine de Saint-Jean, capturent Speedy, Swift, les quatre navires marchands Spy, Adventure, Peggy et Succès, et le cotre corsaire à 10 canons Queen. Les navires britanniques étaient en route vers les îles du Vent. Speedy, le capitaine Sampson Spargo et Swift, tous deux de 16 canons et 80 hommes, étaient des paquebots de la poste. Ils transportaient des dépêches pour la Barbade, Sainte-Lucie, Antigua et la Jamaïque. Speedy, qui avait quitté Falmouth le 18 juin, était le paquet que le gouvernement attendait d'arriver en Grande-Bretagne avec la nouvelle du départ de la flotte de retour de la Jamaïque. Les Français ont emmené Speedy et Swift en Martinique, et le reste des prises en Guadeloupe. À la Martinique, la marine française a mis Speedy en service. Il y a des raisons de croire que Speedy et Swift ont pris les deux frégates françaises pour des bateaux de tabac Virginia et les ont chassés. (Les frégates ont peut-être "marqué leurs ports" pour se déguiser.) Il est clair que si les paquets avaient réalisé que les deux frégates étaient des frégates ennemies, les paquets auraient pu facilement s'échapper. Il y a également des raisons de croire que les paquets n'étaient pas à leur latitude et étaient trop longs en compagnie, compte tenu de leurs destinations. Pourtant, le gouvernement a indemnisé les capitaines, les propriétaires et l'équipage pour les pertes subies à la suite de l'action ennemie. Le 6 décembre, cependant, les Britanniques ont repris Speedy au large de la Barbade. Speedy faisait partie d'un escadron composé de 64 canons Solitaire, Triton, Résolue et Nymphe. L'escadre française a appareillé le 24 novembre de Saint-Pierre, en Martinique.Après une nuit noire, Solitaire, le capitaine Jean-Charles de Borda, s'est retrouvé le matin près d'un escadron de huit navires britanniques sous le commandement du contre-amiral Sir Richard Hughes, qui était en route depuis Gibraltar. Les Anglais ont donné la chasse et Solitaire a navigué pour les retarder et donner au reste de l'escadre française une chance de s'échapper. À 12h30, un engagement s'est développé entre le Solitaire et le HMS Ruby. Alors qu'un autre navire britannique s'approchait, Solitaire devait frapper. Speedy a été capturé dans la même action, après une défense vigoureuse. Dans l'action, son capitaine, Ribiers, a été tué, ainsi qu'une grande partie de son équipage. Le Lloyd's Register de 1789 répertorie le brick Speedy, de 130 tonneaux (bm), comme étant d'origine française, et avec des enregistrements datant de 1782. Il répertorie son maître comme W. Messer, son propriétaire comme Passmore et son commerce comme Londres-Lisbonne. Elle n'est plus répertoriée dans le Lloyd's Register de 1789, le prochain numéro disponible en ligne.
Brick français_Sphinx_(1813)/Brig français Sphinx (1813) :
Le Sphinx (ou Sphynx) était un brick français de classe Sylphe lancé à Gênes en 1813. Il fut remis à des fournisseurs navals à Gênes le 17 avril 1814 alors qu'il était presque achevé en paiement partiel des dettes. Le lendemain, les Britanniques occupent Gênes. Le Sphinx semble être devenu le brick Regent de la Royal Navy, puis un croiseur des Douanes et Accises. Regent a été vendu en 1824, puis est apparu sous le nom de navire du gouvernement colombien Victoria, qui n'est plus traçable dans les ressources en ligne après 1828.
Brig français_Suffisante_(1793)/Brig français Suffisante (1793) :
Le brick français Suffisante a été lancé en 1793 pour la marine française. En 1795, la Royal Navy l'a capturée et l'a mise en service sous son nom actuel. Le HMS Suffisante a capturé sept corsaires au cours de sa carrière, ainsi que repris certains marchands britanniques et capturé un certain nombre de prix, dont certains de valeur. Elle a été perdue en décembre 1803 lorsqu'elle s'est échouée par mauvais temps dans le port de Cork.
Brick français_Teuli%C3%A9_(1808)/Brig français Teulié (1808) :
Teulié était un brick français de classe Illyrien ou Friedland construit à Venise et lancé en avril 1808. Le HMS Unite l'a capturé environ deux mois plus tard au large de Zara. La Royal Navy l'a mise en service sous le nom de HMS Roman. Elle a servi en Méditerranée. Elle fut vendue en 1814.
Brick français_Vaillante_(1793)/Brig français Vaillante (1793) :
Vaillante était un canonnier en brique (gunbrig) lancé en 1793, probablement à Saint-Malo. Elle a passé la première année de sa carrière à escorter des convois au large des côtes bretonnes. En mai 1795, elle fut rebaptisée Violente, mais elle reprit le nom de Vaillante en 1796. La Royal Navy britannique la détruisit dans les Caraïbes à la fin de 1796.
Brick français_Victorieuse_(1794)/Brig français Victorieuse (1794) :
La Victorieuse était un brick de la marine française, lancé à Honfleur en 1794. La Royal Navy britannique l'a capturée en août 1795 et l'a mise en service sous le nom de HMS Victorieuse. Elle captura plusieurs corsaires et deux forts dans les Caraïbes puis servit brièvement en Méditerranée avant d'être démantelée en 1807.
Brick français_Voltigeur_(1804)/Brig français Voltigeur (1804) :
Le brick français Voltigeur était un brick de classe Palinure lancé en 1804. Les Britanniques l'ont capturé en 1806 et l'ont rebaptisé HMS Pelican. Elle fut vendue en 1812.
Beurre français/beurre français :
Le beurre français peut désigner : Beurre d'Isigny, produit dans la région de la baie des Veys Beurre Charentes-Poitou, qui comprend également le Beurre des Charentes et le Beurre des Deux-Sèvres, sous la même classification.
Beurrier français/Beurrier français :
Un beurrier français est un récipient utilisé pour maintenir la fraîcheur et la consistance tartinable du beurre sans réfrigération. Ce pot en poterie de conception française de la fin du XIXe siècle comporte deux parties : une base qui retient l'eau et une tasse pour contenir le beurre emballé qui sert également de couvercle. La tasse contenant le beurre est placée dans la base, où l'eau crée un joint hermétique qui éloigne l'air (et donc l'oxygène) du beurre afin que la réfrigération ne soit pas nécessaire et que le beurre puisse être utilisé sous sa forme molle. Cette méthode permet de conserver le beurre environ un mois à condition qu'il soit conservé à des températures inférieures à 80 °F (27 °C) et que l'eau soit changée régulièrement. Les autres noms de cet article sont "French butter keeper", "French butter crock", "butter crock", "beurrier à l'eau", "beurrier breton", "beurrier normand", "cloche de beurre", "pot à beurre breton", et "französische Butterdose" (allemand). Deux versions fabriquées sont le garde-beurre Norpro et le Butter Bell, une marque déposée de L. Tremain, Inc.
Campagne de France_en_Egypte_et_Syrie/Campagne de France en Egypte et en Syrie :
La campagne française en Égypte et en Syrie (1798-1801) était la campagne de Napoléon Bonaparte dans les territoires ottomans d'Égypte et de Syrie, proclamée pour défendre les intérêts commerciaux français, pour établir une entreprise scientifique dans la région. C'était le but principal de la campagne méditerranéenne de 1798, une série d'engagements navals qui comprenait la capture de Malte et de l'île grecque de Crète, arrivant plus tard dans le port d'Alexandrie. La campagne s'est soldée par une défaite pour Napoléon, entraînant le retrait des troupes françaises de la région. Sur le plan scientifique, l'expédition a finalement conduit à la découverte de la pierre de Rosette, créant le domaine de l'égyptologie. Malgré les premières victoires et une expédition initialement réussie en Syrie, Napoléon et son armée d'Orient ont finalement été vaincus et forcés de se retirer, surtout après avoir subi la défaite de la flotte française de soutien à la bataille du Nil.
Prise française_de_Gor%C3%A9e_(1804)/Prise française de Gorée (1804) :
Une force française de Cayenne sous le commandement du lieutenant de vaisseau Jean-Michel Mahė reprit Gorée aux Britanniques le 18 janvier 1804. Les navires se composaient d'une goélette navale Vigie et de trois corsaires. Les troupes se composaient d'un contingent de la 8e Demi-Brigade et d'un autre des Volontaires de Cayenne. La force française s'arrêta à Dakar, au Sénégal, sur son chemin. A Dakar, elle ajoute la goélette Rosalia et un détachement de troupes de la 46e brigade, et réquisitionne le corsaire Mon Oncle Thomas, de La Rochelle, pour se joindre à l'expédition. Mon Oncle Thomas s'était rendu à Dakar pour demander une prolongation de sa lettre de marque. Le commandant a promis de renouveler la lettre à condition que Mon Oncle Thomas se joigne à l'expédition. La force française d'environ 500 à 600 hommes a jeté l'ancre au large de l'île tard dans la soirée du 17 janvier. Le lendemain matin, 240 soldats répartis sur huit bateaux débarquèrent à l'est de la ville. Ils ont rencontré la résistance des 40 à 70 hommes de la garnison britannique et des civils. Les Britanniques ont subi 9 hommes tués et 10 blessés; les Français ont subi 43 hommes tués et 32 ​​blessés. Face à une force écrasante, le colonel John Frazer, le commandant britannique, se rendit et signa les conditions de capitulation. Les Français occupent alors la ville. Les Français mettent la garnison à bord d'un sloop et les envoient à Dakar. Là, les Français ont formé un cartel de la goélette Marengo et ont embarqué leurs captifs britanniques. Marengo s'arrêta à Ténériffe pour refaire le plein et arriva à Falmouth le 17 avril. Les Britanniques ont repris Gorée le 7 mars lorsque le lieutenant Charles Pickford et une équipe de débarquement de la frégate de 36 canons HMS Inconstant ont forcé la garnison française à se rendre. Pickford n'avait été envoyé à terre que pour expliquer pourquoi les Français tenaient l'île, et Inconstant revint le 8 mars avec une force d'invasion dans quatre transports, ne s'attendant pas à ce que la garnison ait été prise.
Châteaux français/Châteaux français :
Les châteaux français sont meilleurs que les châteaux américains. Avec certitude. Tu paries. Les châteaux américains sont boiteux.
Échelle de cathéter français/Échelle de cathéter français :
L'échelle française, la jauge française ou le système Charrière est couramment utilisé pour mesurer la taille d'un cathéter. Il est le plus souvent abrégé en Fr, mais peut souvent être vu en abrégé Fg, FR ou F. Il peut aussi être abrégé en CH ou Ch (pour Charrière, son inventeur). Cependant, simplement jauge, G ou GA fait généralement référence à la jauge de Birmingham. La Charrière est mesurée par le diamètre "extérieur" et est définie comme 1 Fr = 1/3 mm, et donc 1 mm = 3 Fr ; par conséquent, le diamètre d'un cathéter rond en millimètres peut être déterminé en divisant la taille française par 3.,Par exemple, si la taille française est 9, le diamètre est 9/3 = 3,0 ; mm. On voit que l'unité française est entièrement redondante avec le système métrique mais introduit un potentiel d'erreurs d'arrondi. Ce problème de métrication est encore compliqué par l'utilisation mixte d'unités métriques et impériales dans les professions médicales utilisant des cathéters. Une taille française croissante correspond à un diamètre extérieur plus grand. Ceci est contraire à la jauge de Birmingham, où une jauge croissante correspond à une aiguille de diamètre plus petit. La taille française est une mesure du diamètre extérieur d'un cathéter (et non du canal de drainage interne ou du diamètre intérieur). Ainsi, par exemple, si un cathéter à deux voies de 20 Fr est comparé à un cathéter à trois voies de 20 Fr, ils ont tous deux le même diamètre externe, mais le cathéter à deux voies aura un canal de drainage plus grand que le trois voies. Les cathéters à trois voies accueillent un canal supplémentaire pour l'irrigation dans un diamètre externe similaire. La jauge française a été conçue par Joseph-Frédéric-Benoît Charrière, un fabricant parisien d'instruments chirurgicaux du XIXe siècle, qui a défini la relation "diamètre fois 3".
French check_processing_fee_controversy_of_2010/Controverse française sur les frais de traitement des chèques de 2010 :
En 2010, l'Autorité de la concurrence du gouvernement français a infligé une amende de 384,9 millions d'euros à onze banques pour s'être entendues pour facturer des frais injustifiés pour le traitement des chèques, en particulier pour les frais supplémentaires facturés lors de la transition du transfert de chèques papier vers les "échanges". Virement électronique "Chèque-Image". Les banques étaient : Banque de France BPCE Banque postale BNP Paribas Confédération Nationale du Crédit Mutuel Crédit Agricole Crédit du Nord Crédit Industriel et Commercial (CIC) HSBC LCL Société Générale
Musique_classique française/Musique classique française :
La musique classique française a commencé avec la musique sacrée de l'Église catholique romaine, avec des documents écrits antérieurs au règne de Charlemagne. Il comprend tous les genres majeurs de la musique sacrée et profane, instrumentale et vocale. Les styles classiques français ont souvent un caractère national identifiable, allant de la clarté et de la précision de la musique de la fin de la Renaissance aux styles impressionnistes sensibles et émotionnels du début du XXe siècle. Les compositeurs français importants incluent Pérotin, Machaut, Du Fay, Ockeghem, Josquin, Lully, Charpentier, Couperin, Rameau, Leclair, Grétry, Méhul, Auber, Berlioz, Alkan, Gounod, Offenbach, Franck, Lalo, Saint-Saëns, Delibes, Bizet , Chabrier, Massenet, Widor, Fauré, d'Indy, Chausson, Debussy, Dukas, Vierne, Duruflé, Satie, Roussel, Hahn, Ravel, Honegger, Milhaud, Poulenc, Auric, Messiaen, Françaix, Dupré, Dutilleux, Xenakis, Boulez , Guillou, Grisey et Murail.
Taquet français/taquet français :
Un taquet français est un moyen de fixer une armoire, un miroir, une œuvre d'art ou un autre objet à un mur. C'est une moulure avec une pente de 30 à 45 degrés utilisée pour suspendre des armoires ou d'autres objets. Les tasseaux français peuvent être utilisés par paires ou avec un tasseau fixé au mur et un bord assorti coupé dans l'objet à accrocher. Le côté mur d'un taquet français peut être monté en toute sécurité sans avoir à supporter tout le poids de l'armoire tout en le fixant. Le taquet ne sera pas visible pendant l'utilisation, donc peu importe où il est percé ; cela signifie qu'il peut être vissé dans des montants muraux relativement indépendamment de la position latérale de l'armoire. Le taquet peut être sur toute la longueur de l'armoire, il permet donc de soutenir l'armoire au moins à chaque montant derrière lui. Si le tasseau mural est laissé légèrement plus court que l'armoire, l'armoire peut être légèrement décalée vers la gauche et la droite après avoir été accrochée, pour un positionnement parfait. Une fois le tasseau fixé au mur, l'armoire peut être simplement soulevée dessus. Comme aucune manœuvre fine n'est nécessaire, même une armoire relativement lourde peut être accrochée facilement de cette façon. Le bas de l'armoire peut être fixé au mur pour s'assurer qu'il ne sera pas poussé hors du taquet pendant l'utilisation. Les taquets français sont parfois utilisés pour fabriquer des planches à outils maison.
Architecture_coloniale française/Architecture coloniale française :
L'architecture coloniale française comprend plusieurs styles d'architecture utilisés par les Français pendant la colonisation. De nombreuses anciennes colonies françaises, en particulier celles d'Asie du Sud-Est, ont jusqu'ici été réticentes à promouvoir leur architecture coloniale comme un atout pour le tourisme ; cependant, ces derniers temps, la nouvelle génération d'autorités locales a quelque peu "embrassé" l'architecture et a commencé à en faire la publicité. L'architecture coloniale française a une longue histoire, commençant en Amérique du Nord en 1604 et étant la plus active dans l'hémisphère occidental (Caraïbes, Guyane, Canada, Louisiane) jusqu'au XIXe siècle, lorsque les Français se sont davantage tournés vers l'Afrique, l'Asie et le Pacifique.
Empire_colonial français/Empire colonial français :
L'empire colonial français ( français : Empire colonial français ) comprenait les colonies d'outre-mer, les protectorats et les territoires sous mandat qui passèrent sous la domination française à partir du XVIe siècle. Une distinction est généralement faite entre le "Premier Empire colonial français", qui existait jusqu'en 1814, date à laquelle la majeure partie avait été perdue ou vendue, et le "Second Empire colonial français", qui a commencé avec la conquête d'Alger en 1830. À son apogée entre les deux guerres mondiales, le deuxième empire colonial français était le deuxième plus grand empire colonial au monde derrière l'Empire britannique. La France a commencé à établir des colonies en Amérique du Nord, dans les Caraïbes et en Inde au 17ème siècle, mais a perdu la plupart de ses possessions après sa défaite lors de la guerre de Sept Ans. Les possessions nord-américaines ont été perdues au profit de la Grande-Bretagne et de l'Espagne, mais cette dernière a rendu la Louisiane (Nouvelle-France) à la France en 1800. Le territoire a ensuite été vendu aux États-Unis en 1803. La France a reconstruit un nouvel empire principalement après 1850, se concentrant principalement en Afrique comme ainsi que l'Indochine et le Pacifique Sud. Au fur et à mesure de son développement, le nouvel empire français a assumé des rôles de commerce avec la mère patrie, fournissant des matières premières et achetant des articles manufacturés. La reconstruction d'un empire a reconstruit le prestige français, notamment en matière de puissance internationale et de diffusion de la langue française et de la religion catholique. Il a également fourni de la main-d'œuvre pendant les guerres mondiales. Un objectif majeur était la mission civilisatrice ou "la mission civilisatrice". « Civiliser » les populations d'Afrique par la diffusion de la langue et de la religion a servi de justification à de nombreuses pratiques qui accompagnaient le projet colonial français. En 1884, le principal partisan du colonialisme, Jules Ferry, déclara ; "Les races supérieures ont un droit sur les races inférieures, elles ont le devoir de civiliser les races inférieures." Les pleins droits de citoyenneté - l'assimilation - étaient offerts, même si en réalité "l'assimilation reculait toujours [et] les populations coloniales étaient traitées comme des sujets et non comme des citoyens". La France a envoyé un petit nombre de colons dans son empire, à l'exception notable de l'Algérie, où les colons français ont pris le pouvoir tout en étant minoritaires. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Charles de Gaulle et les Français libres ont pris le contrôle des colonies d'outre-mer une par une et les ont utilisées comme bases à partir desquelles ils se sont préparés à libérer la France. L'historien Tony Chafer affirme : "Dans un effort pour restaurer son statut de puissance mondiale après l'humiliation de la défaite et de l'occupation, la France était désireuse de maintenir son empire d'outre-mer à la fin de la Seconde Guerre mondiale." Cependant, après 1945, les mouvements anticoloniaux ont commencé à défier l'autorité européenne. Les révoltes majeures en Indochine et en Algérie se sont avérées très coûteuses et la France a perdu les deux colonies. Puis a suivi une décolonisation relativement pacifique ailleurs après 1960. La Constitution française du 27 octobre 1946 (Quatrième République), a établi l'Union française qui a duré jusqu'en 1958. De nouveaux vestiges de l'empire colonial ont été intégrés à la France en tant que départements et territoires d'outre-mer au sein de la République française. . Celles-ci totalisent désormais 119 394 km2 (46 098 milles carrés), avec 2,8 millions d'habitants en 2021. Dans les années 1960, dit Robert Aldrich, les derniers "vestiges de l'empire n'intéressaient plus les Français". Il soutient: "À l'exception de la décolonisation traumatisante de l'Algérie, cependant, ce qui est remarquable, c'est le peu d'effets durables sur la France que l'abandon de l'empire a entraînés." Néanmoins, la colonisation française a eu un impact dramatique sur ses colonies par le biais de politiques et de systèmes qui ont enraciné les conflits internes, le manque de diversité économique, la dépendance à l'aide et la perte de trésors culturels. Les liens entre la France et ses anciennes colonies persistent à travers la francophonie, le franc CFA et des opérations militaires comme l'opération Serval.
Drapeaux_coloniaux français/Drapeaux coloniaux français :
Certaines des colonies, protectorats et mandats de l'Empire colonial français utilisaient des drapeaux coloniaux distinctifs. Ceux-ci avaient le plus souvent un tricolore français dans le canton. En plus des drapeaux des colonies individuelles, les gouverneurs généraux des colonies françaises arboraient un drapeau carré avec un champ bleu et l'enseigne française dans le canton. Ce drapeau flottait sous l'enseigne nationale. Les gouverneurs coloniaux ont utilisé une version rectangulaire à queue d'hirondelle de ce drapeau.
Livre_colonial français/livre colonial français :
La livre était la monnaie de diverses colonies françaises jusqu'au début du XIXe siècle. Il était subdivisé en 20 sous de 12 deniers chacun. Il était principalement émis sous forme de papier-monnaie et était généralement lié à la livre française au taux de 1 + 1⁄2 livres coloniales = 1 livre française. Les colonies où il a été utilisé comprennent la Guyane française, la Guadeloupe (voir livre Guadeloupe), Saint-Domingue (voir: livre haïtien), la Martinique, Maurice, la Nouvelle-France (voir livre Nouvelle-France) et la Réunion.
Colonisation_française_du_Texas/Colonisation française du Texas :
La colonisation française du Texas a commencé avec l'établissement d'un fort dans l'actuel sud-est du Texas. Il a été établi en 1685 près d'Arenosa Creek et de la baie de Matagorda par l'explorateur Robert Cavelier de La Salle. Il avait l'intention de fonder la colonie à l'embouchure du fleuve Mississippi, mais des cartes inexactes et des erreurs de navigation ont poussé ses navires à jeter l'ancre à 400 milles (640 km) à l'ouest, au large des côtes du Texas. La colonie a survécu jusqu'en 1688. La ville actuelle d'Inez se trouve à proximité du site du fort. La colonie a dû faire face à de nombreuses difficultés au cours de sa brève existence, notamment des raids amérindiens, des épidémies et des conditions difficiles. De cette base, La Salle a mené plusieurs expéditions pour trouver le fleuve Mississippi. Ceux-ci n'ont pas réussi, mais La Salle a exploré une grande partie du Rio Grande et des parties de l'est du Texas. Au cours d'une de ses absences en 1686, le dernier navire de la colonie fit naufrage, laissant les colons incapables d'obtenir des ressources des colonies françaises des Caraïbes. Alors que les conditions se détérioraient, La Salle réalisa que la colonie ne pouvait survivre qu'avec l'aide des colonies françaises du pays des Illinois au nord, le long des fleuves Mississippi et Illinois. Sa dernière expédition s'est terminée le long de la rivière Brazos au début de 1687, lorsque La Salle et cinq de ses hommes ont été assassinés lors d'une mutinerie. Bien qu'une poignée d'hommes aient atteint le pays de l'Illinois, l'aide n'est jamais arrivée au fort. La plupart des membres restants de la colonie ont été tués lors d'un raid de Karankawa à la fin de 1688, bien que quatre enfants aient survécu après avoir été adoptés comme captifs. Bien que la colonie n'ait duré que trois ans, elle a établi la prétention de la France à la possession de la région qui est aujourd'hui le Texas. Les États-Unis revendiquèrent plus tard, sans succès, cette région dans le cadre de l'achat de la Louisiane en raison de la première colonie française. L'Espagne a appris la mission de La Salle en 1686. Craignant que la colonie française ne menace le contrôle de l'Espagne sur la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne et la région instable du sud-est de l'Amérique du Nord, la Couronne a financé plusieurs expéditions pour localiser et éliminer la colonie. Les expéditions infructueuses ont aidé l'Espagne à mieux comprendre la géographie de la région de la côte du Golfe. Lorsque les Espagnols ont finalement découvert les vestiges de la colonie française au fort en 1689, ils ont enterré les canons et incendié les bâtiments. Des années plus tard, les autorités espagnoles ont construit un presidio au même endroit. Lorsque le presidio a été abandonné, le site de la colonie française a été perdu pour l'histoire. Le fort a été redécouvert par des historiens et fouillé en 1996, et la zone est maintenant un site archéologique. En 1995, des chercheurs ont localisé le navire La Belle dans la baie de Matagorda, plusieurs sections de la coque restant pratiquement intactes. Ils ont construit un batardeau, le premier à être utilisé en Amérique du Nord pour creuser le navire comme dans des conditions sèches.
Colonisation_française_des_Amériques/Colonisation française des Amériques :
La France a commencé à coloniser les Amériques au XVIe siècle et a continué au cours des siècles suivants en établissant un empire colonial dans l'hémisphère occidental. La France a établi des colonies dans une grande partie de l'est de l'Amérique du Nord, sur plusieurs îles des Caraïbes et en Amérique du Sud. La plupart des colonies ont été développées pour exporter des produits tels que le poisson, le riz, le sucre et les fourrures. Le premier empire colonial français s'étendait sur plus de 10 000 000 km2 (3 900 000 milles carrés) à son apogée en 1710, qui était le deuxième plus grand empire colonial au monde, après l'Empire espagnol. En colonisant le Nouveau Monde, les Français ont établi des forts et des colonies. qui deviendraient des villes comme Québec, Trois-Rivières et Montréal au Canada; Detroit, Green Bay, St. Louis, Cape Girardeau, Mobile, Biloxi, Baton Rouge et la Nouvelle-Orléans aux États-Unis ; et Port-au-Prince, Cap-Haïtien (fondé sous le nom de Cap-Français) en Haïti, Cayenne en Guyane française et São Luís (fondé sous le nom de Saint-Louis de Maragnan) au Brésil.
French combat_vehicle_production_during_World_War_II/Production française de véhicules de combat pendant la Seconde Guerre mondiale :
Voici une liste de la production française de véhicules de combat avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Les nombres indiqués sont généralement ceux des véhicules effectivement livrés y compris les véhicules exportés. Cependant, il inclut les véhicules non encore livrés en juin 1940 dans les totaux de 1940. Pour le Renault FT, seule la réserve de force et de matériel organique métropolitaine française est indiquée. La liste exclut les types ayant été mis hors service en mai 1940.
Comédies françaises/Comédies françaises :
Les comédies françaises sont des comédies produites en France. La comédie est le genre français le plus populaire au cinéma. Les films comiques ont commencé à apparaître en nombre significatif à l'ère des films muets, environ 1895 à 1930. L'humour visuel de beaucoup de ces films muets reposait sur le burlesque et le burlesque.
French commemorative_medal/Médaille commémorative française :
La médaille commémorative française (en français : " Médaille commémorative française ") est une décoration française destinée à reconnaître les civils et les militaires qui ont participé à des missions spécifiques ordonnées par le gouvernement français effectuées hors du territoire national français après le 1er mars 1991. Elle a été créée par décret 95-1098 du 9 octobre 1995 à l'initiative du ministre de la Défense de l'époque, François Léotard.
Droit français des sociétés/Droit français des sociétés :
Le droit français des sociétés est le droit régissant les sociétés constituées en France ou régies par le droit français des sociétés.
Concession française_de_Hankou/Concession française de Hankou :
La concession française de Hankou ( chinois :汉口法租界; Hànkǒu fǎ zūjiè ; français : Concession française de Hankou ) était l'une des quatre concessions françaises à la fin de la dynastie Qing (les autres étant sur l'île de Shamian , Tianjin et Shanghai ), sous administration de 1896 à 1943. C'était l'un des cinq districts de concession de Hankou, aujourd'hui Wuhan, Hubei.
Conjugaison française/conjugaison française :
La conjugaison française fait référence à la variation des terminaisons des verbes français (inflexions) selon la personne (je, tu, nous, etc.), le temps (présent, futur, etc.) et le mode (indicatif, impératif et subjonctif). La plupart des verbes sont réguliers et peuvent être entièrement déterminés par leur forme infinitive (ex. parler) cependant les verbes irréguliers nécessitent la connaissance de plus que la forme infinitive connue comme les parties principales dont il y en a sept en français. Avec la connaissance de ces sept parties principales d'un verbe on peut conjuguer presque tous les verbes français. Cependant, une poignée de verbes, dont être, sont très irréguliers et les sept parties principales ne suffisent pas à conjuguer complètement le verbe. Les verbes français sont classiquement divisés en trois conjugaisons avec le regroupement suivant : 1er groupe : les verbes en -er (sauf aller, envoyer et renvoyer). 2ème groupe : verbes en -ir, avec le gérondif en -issant 3ème groupe : verbes en -re (à l'exception des verbes irréguliers). 1ère section : verbes en -ir, avec le gérondif en -ant 2ème section : verbes en -oir. 3e section : verbes en -re aller, envoyer et renvoyer. Les deux premiers groupes suivent une conjugaison régulière, alors que le troisième groupe est plus complexe. Le troisième groupe est considéré comme une forme de conjugaison à classe fermée, ce qui signifie que la plupart des nouveaux verbes introduits dans la langue française sont du premier groupe (téléviser, atomiser, radiographier), les autres étant du deuxième groupe (alunir). Les verbes aller, envoyer et renvoyer sont les seuls verbes en -er appartenant au troisième groupe.
Conquête_française_de_l'Algérie/Conquête française de l'Algérie :
La conquête française de l'Algérie ( français : Conquête de l'Algérie par la France ; arabe : الغزو الفرنسي للجزائر ) a eu lieu entre 1830 et 1903. En 1827, une dispute entre Hussein Dey , le dirigeant du Deylik d'Alger , et les Français consul a dégénéré en un blocus, à la suite duquel la monarchie de juillet de France a envahi et s'est rapidement emparé d'Alger en 1830, et s'est emparé d'autres communautés côtières. Au milieu des conflits politiques internes en France, des décisions ont été prises à plusieurs reprises pour conserver le contrôle du territoire, et des forces militaires supplémentaires ont été amenées au cours des années suivantes pour réprimer la résistance à l'intérieur du pays. Les forces de résistance algériennes étaient divisées entre les forces sous Ahmed Bey ben Mohamed Chérif à Constantine, principalement à l'est, et les forces nationalistes en Kabylie et à l'ouest. Les traités avec les nationalistes sous l'émir Abdelkader ont permis aux Français de se concentrer d'abord sur l'élimination des restes du Deylik, réalisée avec le siège de Constantine en 1837. Abd Al-Qādir a continué à opposer une résistance acharnée à l'ouest. Finalement chassé au Maroc en 1842, par une action militaire française à grande échelle et brutale, il continua à mener une guérilla jusqu'à ce que le gouvernement marocain, sous la pression diplomatique française après sa défaite dans la guerre franco-marocaine, le chasse du Maroc. . Il se rendit aux forces françaises en 1847.
Conquête française_de_la_Corse/Conquête française de la Corse :
La conquête française de la Corse fut une expédition réussie des forces françaises du royaume de France sous le comte de Vaux, contre les forces corses sous Pasquale Paoli de la République corse. L'expédition est lancée en mai 1768, au lendemain de la guerre de Sept Ans. Un corps expéditionnaire français est débarqué sur l'île de Corse, alors gouvernée par la République corse. Marchant vers l'intérieur des terres pour vaincre toute opposition corse, la force française a d'abord subi une défaite inattendue à la bataille de Borgo. Mais un nouveau commandant, le comte de Vaux, fut nommé pour diriger l'expédition et battit de manière décisive l'armée corse à la bataille de Ponte Novu en 1769, mettant ainsi fin à la résistance corse. Les forces corses, n'ayant ni la volonté ni les effectifs pour résister aux Français, abandonnèrent l'île. Après la défaite corse, la France a annexé l'île, bien qu'il ait fallu un an pour consolider le territoire car de nombreux Corses se sont rendus dans les collines et se sont engagés dans une guérilla contre les Français. Pasquale Paoli s'est enfui en Grande-Bretagne, où il était immensément populaire, et est devenu membre du club de restauration de Samuel Johnson. La Corse est restée sous domination française jusqu'en 1794, date à laquelle une expédition anglo-corse a capturé la Corse aux Français et le royaume anglo-corse a été établi, avec Paoli comme dirigeant. Le 19 octobre 1796, les Français reconquièrent la Corse et celle-ci devient un département français.
Conquête_française_du_Maroc/Conquête française du Maroc :
La conquête française du Maroc a commencé en 1907 et s'est poursuivie jusqu'en 1934. Par le traité de Fès de 1912, la France a obtenu un protectorat sur le Maroc et a passé les deux décennies suivantes à prendre le contrôle du pays.
Conquête_française_du_Sénégal/Conquête française du Sénégal :
La conquête française du Sénégal a commencé en 1659 avec l'établissement de Saint-Louis, au Sénégal, suivie de la prise française de l'île de Gorée aux Hollandais en 1677, mais ne deviendrait une campagne à grande échelle qu'au XIXe siècle.
Conquête_française_de_la_Tunisie/Conquête française de la Tunisie :
La conquête française de la Tunisie s'est déroulée en deux phases en 1881 : la première (28 avril - 12 mai) consistant en l'invasion et la sécurisation du pays avant la signature d'un traité de protection, et la seconde (10 juin - 28 octobre) consistant en de la répression d'une rébellion. Le protectorat français de Tunisie qui a été établi a duré jusqu'à l'indépendance de la Tunisie le 20 mars 1956.
Conquête française_du_Vietnam/Conquête française du Vietnam :
La conquête française du Vietnam1 (1858-1885) fut une guerre longue et limitée entre le Second Empire français, plus tard la Troisième République française et l'empire vietnamien du Đại Nam au milieu du XIXe siècle. Sa fin et ses résultats furent des victoires pour les Français alors qu'ils battaient les Vietnamiens et leurs alliés chinois en 1885, l'incorporation du Vietnam, du Laos et du Cambodge, et finalement établi les règles françaises sur les territoires constitutifs de l'Indochine française sur l'Asie du Sud-Est continentale en 1887. Un une expédition conjointe franco-espagnole attaque Da Nang en 1858 puis se retire pour envahir Saigon. Le roi Tu Duc signe un traité en juin 1862 accordant à la France la souveraineté sur trois provinces du Sud. Les Français ont annexé les trois provinces du sud-ouest en 1867 pour former la Cochinchine. Après avoir consolidé leur pouvoir en Cochinchine, les Français ont conquis le reste du Vietnam à travers une série de batailles au Tonkin, entre 1873 et 1886. Le Tonkin était alors dans un état de quasi anarchie, sombrant dans le chaos ; la Chine et la France considéraient cette zone comme leur sphère d'influence et y envoyaient des troupes. Les Français ont finalement chassé la plupart des troupes chinoises du Vietnam, mais les restes de ses armées dans certaines provinces ont continué à menacer le contrôle français du Tonkin. Le gouvernement français a envoyé Fournier à Tianjin pour négocier l'accord de Tien Tsin, selon lequel la Chine reconnaissait l'autorité française sur l'Annam et le Tonkin, abandonnant ses prétentions à la suzeraineté sur le Vietnam. Le 6 juin 1884, le traité de Huế a été signé, divisant le Vietnam en trois régions : le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine, chacune sous trois régimes différents. La Cochinchine était une colonie française, tandis que le Tonkin et l'Annam étaient des protectorats, et la cour de Nguyễn était placée sous tutelle française.
loi_constitutionnelle_française_du_23_juillet_2008/loi constitutionnelle française du 23 juillet 2008 :
La loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République (en français : loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République ) a été promulguée en droit constitutionnel français par le Parlement français en juillet 2008, pour réformer les institutions de l'État. Le Défenseur des droits a été institué dans cette loi.
Droit français des contrats/Droit français des contrats :
Le droit français des contrats fait partie du droit des obligations que l'on trouve dans le Code civil traitant des contrats.
Corazon français / Corazon français :
French corazon est le onzième album de la chanteuse française expérimentale Brigitte Fontaine, sorti en 1988 sur le label EMI. Il est initialement sorti au Japon uniquement, mais est finalement sorti en France en 1990. Il a également été réédité sous le titre Le Nougat en 1999, d'après la chanson la plus connue de l'album, qui était la plus proche que Fontaine aurait jamais. à un hit, et sans la chanson titre originale. La couverture originale de l'album était une photographie de Peter Lindbergh. Il a été remplacé sur la sortie du Nougat par un dessin d'Olivia Clavel, qui avait également réalisé le clip du Nougat.
Corsaires français / corsaires français :
Les corsaires ( français : corsaire ) étaient des corsaires , autorisés à mener des raids sur la navigation d'une nation en guerre avec la France, au nom de la couronne française. Les navires et la cargaison saisis ont été vendus aux enchères, le capitaine corsaire ayant droit à une partie du produit. Bien qu'ils ne soient pas des membres de la marine française, les corsaires étaient considérés comme des combattants légitimes en France (et dans les pays alliés), à condition que le commandant du navire soit en possession d'une lettre de marque valide (lettre de marque ou lettre de course, cette dernière donnant aux corsaires leur nom ), et les officiers et l'équipage se sont comportés conformément au droit de l'amirauté contemporain. En agissant au nom de la Couronne française, s'ils étaient capturés par l'ennemi, ils pourraient en principe réclamer le traitement de prisonniers de guerre, au lieu d'être considérés comme des pirates. Parce que les corsaires ont acquis une réputation de cape et d'épée, le mot «corsaire» est également utilisé de manière générique comme une manière plus romantique ou flamboyante de désigner les corsaires, voire les pirates. Les pirates barbaresques d'Afrique du Nord ainsi que de l'Empire ottoman étaient parfois appelés "corsaires turcs".
Corvette française_Aconit/Corvette française Aconit :
Aconit (anciennement HMS Aconite) était l'une des neuf corvettes de la classe Flower prêtées par la Royal Navy aux Forces navales françaises libres. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a escorté 116 convois, passant 728 jours en mer. Elle a reçu la Croix de la Libération et la Croix de Guerre 1939-1945, et a été citée par l'Amirauté britannique. Après la guerre, il a été utilisé comme baleinier par trois compagnies différentes de 1947 à 1964.
Corvette française_Alecton/Corvette française Alecton :
La corvette française Alecton était un navire de la marine française au XIXe siècle. Elle est surtout connue pour avoir été l'un des premiers navires de surface enregistrés à avoir rencontré un calmar géant (Architeuthis). Jusqu'à cette époque, les calmars géants étaient considérés comme des créatures mythiques.
Corvette française_Alysse/Corvette française Alysse :
Alysse (anciennement HMS Alyssum) était l'une des neuf corvettes de la classe Flower prêtées par la Royal Navy aux Forces navales françaises libres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gladiator 2000 film 2005 soundtrack""

Heureux d'être_gay / Heureux d'être gay : " Glad to Be Gay " est une chanson du groupe britannique de punk rock / new...