Rechercher dans ce blog

vendredi 18 novembre 2022

French brig Duc de Chartres 1780""


Architecture française/Architecture française :
L'architecture française se compose de nombreux styles architecturaux originaires de France ou d'ailleurs et développés sur les territoires français.
Art français / Art français :
L'art français comprend les arts visuels et plastiques (y compris l'architecture française, la menuiserie, les textiles et la céramique) originaires de la zone géographique de la France. La France moderne était le centre principal de l'art européen du Paléolithique supérieur, puis a laissé de nombreux monuments mégalithiques et, à l'âge du fer, bon nombre des découvertes les plus impressionnantes de l'art celtique primitif. La période gallo-romaine a laissé un style de sculpture provincial distinctif, et la région autour de la frontière franco-allemande moderne a conduit l'empire dans la production de masse de poteries romaines antiques finement décorées, qui ont été exportées à grande échelle vers l'Italie et ailleurs. Avec l'art mérovingien commence l'histoire des styles français en tant qu'élément distinct et influent dans le développement plus large de l'art de l'Europe chrétienne. On peut à juste titre dire que la France a été un chef de file dans le développement de l'art roman et de l'art gothique, avant que la Renaissance ne conduise l'Italie à devenir la principale source de développements stylistiques jusqu'à ce que la France corresponde à l'influence de l'Italie pendant les périodes rococo et néoclassicisme, puis retrouve le rôle principal. dans les Arts du XIXe au milieu du XXe siècle.
French art_dealers_committee / Comité des marchands d'art français :
Le Comité Professionnel des Galeries d'Art est une association professionnelle française créée en 1947 à Paris avec pour mission de représenter les galeries d'art françaises auprès des pouvoirs publics. Plus largement, son rôle est d'agir comme conseil, ou médiateur, au profit des professionnels de l'art, en leur apportant une assistance technique en matière fiscale, douanière, de sécurité sociale, etc. Par ses activités, le Comité joue un rôle actif dans le développement du marché de l'art. Il assure également le maintien de l'éthique et des normes professionnelles. Président : Patrick BongersVice-présidente : Nathalie Obadia Anciens présidents : 1947-1970 : Paul Martin 1970-1983 : Gildo Caputo 1983-1993 : Michel Dauberville 1993-2004 : Anne Lahumière Liste des membres : www.comitedesgaleries.com Sur demande auprès du Comité , l'Institut français CSA a réalisé fin 2005 une enquête de satisfaction vis-à-vis de la profession qui fournit un panorama des galeries d'art françaises et des indications sur la stabilité du marché et les attentes des marchands.
French art_salons_and_academies / Salons et académies d'art français :
Du XVIIe siècle au début du XXe siècle, la production artistique en France était contrôlée par des académies artistiques qui organisaient des expositions officielles appelées salons. En France, les académies sont des institutions et des sociétés savantes qui surveillent, encouragent, critiquent et protègent la production culturelle française. Les académies étaient plus institutionnelles et plus soucieuses de critique et d'analyse que ces rassemblements littéraires appelés aujourd'hui salons, plus axés sur les discours agréables en société, bien que certains rassemblements autour de personnalités comme Marguerite de Valois soient proches de l'esprit académique.
Articles_et_déterminants français/Articles et déterminants français :
En français, les articles et les déterminants sont requis sur presque tous les noms communs, beaucoup plus qu'en anglais. Ils sont fléchis pour s'accorder en genre (masculin ou féminin) et en nombre (singulier ou pluriel) avec le nom qu'ils déterminent, bien que la plupart n'aient qu'une seule forme plurielle (pour le masculin et le féminin). Beaucoup changent aussi souvent de prononciation lorsque le mot qui les suit commence par une voyelle. Alors que les articles sont en fait une sous-classe de déterminants (et dans les grammaires traditionnelles, la plupart des déterminants français sont à leur tour une sous-classe d'adjectifs), ils sont généralement traités séparément ; ainsi, ils sont également traités séparément ici.
Assistance française_à_Nguy%E1%BB%85n_%C3%81nh/Assistance française à Nguyễn Ánh :
L'assistance française à Nguyễn Phúc Ánh (communément appelé sous son nom d'époque l'empereur Gia Long), futur empereur fondateur de la dynastie Nguyễn, couvrit une période de 1777 à 1820. A partir de 1777, Mgr Pigneau de Béhaine, des Missions étrangères de Paris La société, s'était mise à protéger le jeune prince vietnamien qui fuyait l'offensive des Tây Sơn. Pigneau de Behaine est allé en France pour obtenir une aide militaire et a obtenu une alliance France-Vietnam qui a été signée par le traité de Versailles de 1787 entre le roi de France, Louis XVI, et le prince Nguyễn Phúc Ánh. Comme le régime français était sous pression considérable à la veille de la Révolution française, la France n'a pas été en mesure de donner suite à l'application du traité. Cependant, Mgr Pigneau de Béhaine persiste dans ses efforts et, avec l'appui de particuliers et de commerçants français, monte une force de soldats et d'officiers français qui contribuera à la modernisation des armées de Nguyễn Ánh, rendant possible sa victoire et sa reconquête de tout le Vietnam en 1802. Quelques officiers français resteront au Vietnam après la victoire, devenant d'éminents mandarins. Le dernier d'entre eux partit en 1824 suite à l'intronisation de Minh Mạng, successeur de Gia Long. Les termes du traité d'alliance de 1787 resteront encore l'une des justifications des forces françaises lorsqu'elles exigeront la remise de Đà Nẵng en 1847.
Attaque française_sur_les_Vaudois_(1686)/Attaque française sur les Vaudois (1686):
L'attaque française contre les Vaudois était une campagne militaire systématique en 1686 ordonnée par Louis XIV contre une petite communauté protestante de l'autre côté de la frontière française dans le Piémont. À la suite de la campagne, les Vaudois ont été expulsés de leurs foyers, mais ils sont revenus pendant la guerre de la Grande Alliance en vertu d'un accord conclu avec Victor Amadeus, duc de Savoie. En 1685, Louis XIV promulgue l'Edit de Fontainebleau, qui annule l'Edit de Nantes en 1598 en ordonnant la destruction des églises protestantes et la fermeture des écoles protestantes. Louis voulait empêcher la fuite des protestants vers le sud de la France et commença à faire pression sur les Vaudois, qui habitaient certaines vallées alpines au sud-ouest de Turin, car ils constituaient un groupe faible et vulnérable. La forteresse française de Pinerolo se trouvait à proximité des terres vaudoises et pouvait être utilisée comme tremplin pour toute éventuelle action militaire. Peu de temps après l'abrogation de l'édit de Nantes, Louis informa son ambassadeur, le marquis d'Arcy, de faire pression sur le duc pour qu'il refuse les droits à son sujets protestants comme l'avait fait Louis. Le duc a poliment refusé au début, mais la forte insistance des Français a finalement conduit Amadeus à se conformer à leurs demandes. Le 16 février 1686, d'Arcy rapporta à Louis qu'Amadeus avait officiellement demandé l'assistance militaire française. Louis a répondu avec une offre de cinq régiments d'infanterie et dix escadrons de cavalerie à diriger par le maréchal Catinat, le gouverneur de Casale. Le duc Amédée et les émissaires suisses ont tenté de convaincre les Vaudois de partir pacifiquement, mais ces derniers ont décidé de rester et de se battre.Des opérations militaires à grande échelle ont commencé le 21 avril. Les troupes françaises et piémontaises, au total environ 7 000 à 8 000, ont connu le succès dans le premiers combats. Une tentative de 500 Barbets, le nom français des Vaudois, d'attraper et de détruire un détachement isolé gardant les lignes de communication françaises échoua gravement, les Barbets subissant de graves pertes. Les Barbets se sont tournés vers la guérilla début mai, réflexion que les affrontements directs avec les Français et les Piémontais n'ont donné aucun résultat. À ce stade, 6 000 hommes, femmes et enfants vaudois avaient été emprisonnés. Finalement, cependant, les forces françaises et piémontaises ont éliminé toute opposition. Catinat écrivait le 9 mai : Le pays est complètement désolé ; il n'y a plus ni personne ni bétail. Le duc de Savoie a environ 8 000 âmes retenues prisonnières. J'espère que nous ne quitterons pas ce pays, et que la race des Barbets en sera entièrement éliminée. Les combats cessèrent en juin et Catinat retourna à Casale. Les Vaudois survivants continueraient à souffrir. Les Piémontais les ont placés dans des camps de prisonniers où beaucoup sont morts de malnutrition et de maladie. Il pouvait y avoir entre 10 000 et 12 000 Vaudois dans ces camps. Sur les 900 détenus à Verrue, il n'en restait que 150 fin octobre. En décembre 1686, le duc Amadeus conclut un accord avec les autorités suisses qui permettrait aux 4 000 à 5 000 Vaudois restants de se réinstaller en Allemagne protestante. Pendant la guerre de la Grande Alliance de 1689 à 1697, une bande de Vaudois se fraye un chemin depuis Genève vers leur patrie. Le duc Amadeus a signé un traité de paix avec eux et leur a permis de vivre sur ses terres sans persécution.
Enchère française/Enchère française :
Une vente aux enchères française (Offre à Prix Minimal, anciennement Mise en Vente) est une vente aux enchères à prix multiples utilisée pour la tarification des offres publiques initiales. Dans cette offre, la société annonce un prix minimum (de réserve). Les investisseurs placent des offres scellées pour la quantité et le prix. Lorsque les offres sont déposées, l'entreprise négocie un prix minimum et maximum avec le régulateur du marché (la Société des Bourses Françaises, ou SBF). Toute offre supérieure au prix maximum est éliminée en tant qu'ordre de marché virtuel. Les enchérisseurs qui ont offert entre le prix minimum et le prix maximum se voient attribuer des actions au prorata, chacun payant le prix minimum. Si la demande pour l'action est trop élevée, l'introduction en bourse peut être remplacée par une offre à prix fixe.
aviso français_Amiral_Charner/aviso français Amiral Charner :
Amiral Charner était un aviso de classe Bougainville de la marine française lancé le 7 octobre 1932. Il a été conçu pour opérer à partir des colonies françaises d'Asie et d'Afrique. Pendant la guerre franco-thaïlandaise, elle participe à la bataille de Koh Chang dans la nuit du 16 au 17 janvier 1941. Elle est sabordée dans la rivière Mỹ Tho en Indochine française le 10 mars 1945.
Aviso français_Amyot_d%27Inville/Aviso français Amyot d'Inville :
Amyot d'Inville (F782) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Elle a été transférée à la marine turque sous le nom de TCG Bartın (F-504).
aviso français_Bougainville/aviso français Bougainville :
Bougainville était un aviso de classe Bougainville de la marine française lancé le 25 avril 1931 et mis en service le 15 février 1933. Le navire a été conçu pour opérer à partir des colonies françaises d'Asie et d'Afrique et initialement stationné dans l'océan Indien. En 1935, il a été transféré pour servir dans l'est et le sud de la Méditerranée, et au début de 1939 à Djibouti, retournant à Toulon escortant un groupe de sous-marins après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Il s'est rangé du côté de la France de Vichy et a été coulé au large de Libreville par son navire jumeau Savorgnan de Brazza le 9 novembre 1940 lors de la bataille du Gabon. Bien que renfloué en mars 1941, Bougainville coule à nouveau et est finalement démantelé en 1952.
aviso français_Bouvet_(1865)/aviso français Bouvet (1865) :
Le Bouvet était un aviso à voile et à vapeur de la Marine française, navire de tête de sa classe. Elle est connue comme l'adversaire de la canonnière allemande SMS Meteor lors de la bataille de La Havane en 1870, au début de la guerre franco-prussienne.
aviso français_Commandant_Birot/aviso français Commandant Birot :
Le commandant Birot (F796) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française.
aviso français_Commandant_Blaison/aviso français Commandant Blaison :
Le commandant Blaison (F793) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française.
aviso français_Commandant_Bouan/aviso français Commandant Bouan :
Le commandant Bouan (F797) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Le navire est basé à Toulon.
aviso français_Commandant_Ducuing/aviso français Commandant Ducuing :
Le commandant Ducuing (F795) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Le navire est porté à domicile à Toulon.
aviso français_Commandant_L%27Herminier/aviso français Commandant L'Herminier :
Le commandant L'Herminier (F791) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française.
Aviso français_D%27Entrecasteaux_(1931)/Aviso français D'Entrecasteaux (1931):
D'Entrecasteaux était un aviso de classe Bougainville de la marine française lancé en 1931. Le navire a été conçu pour opérer à partir des colonies françaises d'Asie et d'Afrique. Elle a été affectée à Madagascar, sous le contrôle français de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale. Au cours de l'opération Ironclad D'Entrecasteaux a combattu toute la flotte britannique impliquée dans les opérations de débarquement pendant 36 heures, avant d'être finalement endommagé et échoué. Alors que l'autre navire de surface français, le croiseur marchand armé MS Bougainville, a été détruit avec trois sous-marins lors des premières attaques, D'Entrecasteaux a réussi à esquiver les torpilles et à s'échapper du port de Diego Suarez. Le sloop a réussi à éviter les dommages causés par diverses attaques à la bombe et à la torpille et a continué à se battre tout au long de la journée. Il a échappé à la destruction car son faible tirant d'eau lui a permis de voir passer les torpilles en dessous. Le cuirassé britannique HMS Ramillies lui a tiré quelques salves sans effet. Cependant, le 6 mai 1942, il est finalement endommagé lors d'une autre attaque Swordfish. Le navire a commencé à prendre lentement de l'eau et s'est échoué avant de pouvoir couler. Un officier et 15 marins ont été tués lors des attaques.
Aviso français_D%27Estienne_d%27Orves/Aviso français D'Estienne d'Orves :
D'Estienne d'Orves (F781) est le premier navire de l'aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Elle a été transférée à la marine turque sous le nom de TCG Beykoz (F-503).
aviso français_D%27Iberville/aviso français D'Iberville :
D'Iberville était un aviso de la classe Bougainville de la marine française, conçu pour opérer à partir des colonies françaises d'Asie et d'Afrique. Elle a été lancée le 23 septembre 1934. Après que la France se soit rendue à l'Allemagne en juin 1940 pendant la Seconde Guerre mondiale, D'Iberville a servi dans la marine de Vichy France. Elle a été sabordée avec d'autres navires de la flotte française à Toulon, France, le 27 novembre 1942.
aviso_Drogou français/aviso Drogou français :
Drogou (F 782) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Elle a été transférée à la marine turque sous le nom de TCG Bodrum (F-501).
aviso français_Dumont_d%27Urville/aviso français Dumont d'Urville :
Dumont d'Urville était un aviso de classe Bougainville de la marine française, conçu pour opérer à partir des colonies françaises d'Asie et d'Afrique. Il a été construit par les Ateliers et Chantiers Maritime Sud-Ouest de Bordeaux et lancé le 21 mars 1931.
aviso français_D%C3%A9troyat/aviso français Détroyat :
Détroyat (F784) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves de la marine française.
aviso français_Enseigne_de_vaisseau_Jacoubet/aviso français Enseigne de vaisseau Jacoubet :
L'Enseigne de vaisseau Jacoubet (F794) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves de la Marine française.
aviso français_Jean_Moulin/aviso français Jean Moulin :
Jean Moulin (F785) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française.
aviso français_Kien_Chan_(1860)/aviso français Kien Chan (1860) :
Le Kien Chan était un navire de construction chinoise, initialement nommé Toey-Wan, acheté par la marine française en 1860 et commandé comme aviso.
aviso français_La_Grandi%C3%A8re/aviso français La Grandière :
La Grandière était un aviso de classe Bougainville de la marine française, conçu pour opérer à partir des colonies françaises d'Asie et d'Afrique. Elle est commandée dans le cadre du programme de 1937 et lancée le 22 juin 1939 sous le nom de Ville d'Ys, mais achevée sous le nom de La Grandière. Elle a servi dans la région du Pacifique Sud pendant la Seconde Guerre mondiale, puis a combattu pendant la guerre de Corée, participant au débarquement d'Inchon. Elle est ensuite retournée à des missions de surveillance dans les territoires français du Pacifique. Elle a été démolie en 1959.
aviso français_Latouche-Tr%C3%A9ville/aviso français Latouche-Tréville :
Le Latouche-Tréville était un sloop à vapeur à coque en bois aviso de la Marine française, un sistership du D'Estaing. Ils ont été conçus par Louis Dutard à la fois pour le service sur les stations étrangères et pour diverses fonctions dans les eaux nationales (y compris la protection des pêches).
aviso français_Lieutenant_de_vaisseau_Lavall%C3%A9e/aviso français Lieutenant de vaisseau Lavallée :
Le lieutenant de vaisseau Lavallée (F790) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Le nom du navire rend hommage au résistant abattu en déportation en 1944.
aviso français_Lieutenant_de_vaisseau_Le_H%C3%A9naff/aviso français Lieutenant de vaisseau Le Hénaff :
Le lieutenant de vaisseau Le Hénaff (F789) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves de la marine française.
aviso français_Premier-Ma%C3%AEtre_L%27Her/aviso français Premier-Maître L'Her :
Premier-Maître L'Her (F792) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française.
aviso_Quartier-Ma%C3%AEtre_Anquetil/aviso Quartier-Maître Anquetil :
Quartier-Maître Anquetil (F786) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Elle a été transférée à la marine turque sous le nom de TCG Bandırma (F-502).
aviso français_Rigault_de_Genouilly/aviso français Rigault de Genouilly :
Rigault de Genouilly (PG-80) était un aviso de classe Bougainville de la marine française. Elle a été conçue pour opérer à partir des colonies françaises d'Afrique, d'Asie et de l'océan Pacifique. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Rigault de Genouilly a servi aux côtés des Alliés jusqu'en juin 1940, puis dans les forces navales de Vichy France. Il a été coulé en juillet 1940.
aviso français_Savorgnan_de_Brazza/aviso français Savorgnan de Brazza :
Le Savorgnan de Brazza était l'un des huit avisos de la classe Bougainville construits pour la Marine nationale française dans les années 1930. Achevé en 1933, il est affecté à la Division navale d'Extrême-Orient (Division Navale de l'Extrême Orient) où il croise entre les îles de la Polynésie française et les côtes de l'Indochine française. Le navire retourna en France après le début de la Seconde Guerre mondiale en 1939 et joua un rôle mineur dans l'évacuation de Dunkerque en mai-juin 1940 après l'invasion de la France par les Allemands. Savorgnan de Brazza a navigué vers la Grande-Bretagne pour éviter d'être capturé plus tard en juin. Le navire est saisi par les Britanniques début juillet et transféré aux Français libres le mois suivant. Lors de la bataille de Dakar en septembre, elle transporte les négociateurs qui tentent en vain de persuader la garnison de Vichy de rejoindre les Français libres et participe à une tentative ratée de débarquer des troupes à l'extérieur de Dakar. Lors de la bataille du Gabon en novembre, le Savorgnan de Brazza a coulé l'un de ses navires jumeaux dont l'équipage s'était rangé du côté de Vichy France. Le navire a joué un rôle mineur dans la campagne d'Afrique de l'Est , au cours de laquelle il a bloqué le Somaliland français pendant la majeure partie de 1941. L'aviso est retourné en Grande-Bretagne au début de 1942 où il a été réaménagé et a ensuite été brièvement affecté à des tâches d'escorte de convoi au début de 1943. Savorgnan de Brazza a abattu un bombardier allemand en mars et a ensuite été transféré dans l'océan Indien où il a secouru les survivants d'un navire marchand torpillé en juillet. Le navire a été transféré dans le Pacifique Sud en 1944 et est retourné en France pour un autre long carénage en 1945. Savorgnan de Brazza a été envoyé en Indochine en 1946 pour renforcer les efforts français pour reprendre le contrôle du territoire et a joué un rôle mineur dans les premières étapes de la première guerre d'Indochine. Le navire alternerait le service au Vietnam et dans les eaux intérieures pour le reste de sa carrière. Elle a été mise hors service en décembre 1954 et ferraillée en 1957.
aviso français_Second-Ma%C3%AEtre_Le_Bihan/aviso français Second-Maître Le Bihan :
Le Second-Maître Le Bihan (F788) est un aviso de classe D'Estienne d'Orves dans la marine française. Elle a été transférée à la marine turque sous le nom de TCG Bafra (F-505).
aviso français_S%C3%A9sostris/aviso français Sésostris :
Sésostris était un bateau à aubes, initialement construit comme vapeur postal pour le service Proche-Orient des Messageries Maritimes. En 1852, elle devient aviso à vapeur dans la marine française.
Aviso_Talisman français/Talisman aviso français :
Le Talisman était un sloop de la marine française construit au Havre en 1862 et utilisé pour l'exploration géologique, biologique et hydrologique dans l'océan Atlantique et la mer Méditerranée à la fin du XIXe siècle. Il a d'abord servi de navire de communication ("aviso") et était à la fois propulsé par des voiles et des hélices. En 1883, il fut aménagé pour des travaux scientifiques sous la direction du professeur Alphonse Milne-Edwards, équipé d'un treuil de dragage d'une capacité de 20 tonnes, et apte à transporter sept scientifiques ainsi qu'un laboratoire. De juin à août 1883, le Talisman effectue une campagne de recherche dans le golfe de Gascogne, sur les côtes du Maroc, du Sénégal, des îles Canaries, du Cap-Vert et des Açores et dans la mer des Sargasses, récoltant par dragage d'importants matériaux, à des profondeurs jusqu'à 5 000 m (16 000 pieds). Parmi les scientifiques de l'expédition figuraient : Alphonse Milne-Edwards Henri Filhol Léopold de Folin Leon Valiant Louis-Alexandre Vincent L'une des découvertes les plus importantes a été la découverte de la viabilité des micro-organismes à des profondeurs de 5 km sous la surface (et par conséquent vivant à d'énormes pressions). Brachiopodes collectés lors des expéditions de 1880, 1881, 1882, 1883 sur le Travailleur et le Talisman sont conservés dans la collection Fischer-Œhlert et au Musée des sciences de Laval.
aviso français_Tancr%C3%A8de_(1862)/aviso français Tancrède (1862) :
Le Tancrède était un aviso de classe Lynx de la Marine française.
Cornemuse française/Cornemuse française :
La cornemuse française couvre un large éventail et une variété de styles de cornemuse et de cornemuse, de la cornemuse celtique et de la musique de Bretagne à la cabrette du nord de l'Occitanie. Les cornemuses du Centre-France (appelées en français cornemuse du centre ou musette du centre) sont de nombreux types différents, certaines soufflées à la bouche, d'autres soufflées à soufflet; certains noms de ces instruments incluent chevrette (qui signifie «petite chèvre», faisant référence à l'utilisation d'une peau de chèvre pour son sac), chabrette, chabretta, chabreta, cabreta, bodega et boha. On le trouve dans les régions françaises du Bourbonnais, du Nivernais et du Morvan. Un facteur distinctif de la plupart des cornemuses françaises est le placement du bourdon ténor à côté du chanter plutôt que dans le même stock que le bourdon basse. Dans les régions septentrionales de l'Occitanie : Auvergne, on trouve la cabreta soufflée (généralement) à soufflet, et dans le Limousin la chabreta soufflée à la bouche. La cabrette est très pratiquée dans les quartiers de Paris où les Auvergnats avaient tendance à s'installer ; cette cornemuse est dans la plupart des cas jouée sans bourdon, et avec un accordéon. La chabrette, tout en ayant un nom similaire, est une pipe assez différente, avec un bourdon de basse à triple alésage joué sur le bras du joueur plutôt que sur l'épaule. La forme du chabrette chanter ressemble à celle des premiers hautbois, y compris une clé en queue d'hirondelle pour la note la plus basse qui est placée sous une fontenelle. Les noms occitans font également référence à la chèvre. Dans la région occitane du Languedoc, et en particulier dans la région de Montanha negre (Montagne noire), la bodega est jouée. Il s'agit d'une très grande pipe soufflée à la bouche fabriquée à partir de la peau d'une chèvre entière. En Gascogne, on utilise une petite cornemuse soufflée à la bouche appelée boha (de bohar signifiant « souffler »). Il existe plusieurs écoles de tuyauterie. L'un des plus importants est le Conservatoire Occitan, situé dans la ville de Toulouse (Occitanie), mais il existe également des écoles importantes à Limoges, Aurillac, Belin, Mazamet et d'autres villes. Il y a aussi une école de cabrette jouant à Paris, avec environ 50 élèves. Bien que les tuyaux de France centrale soient généralement utilisés pour jouer de la musique traditionnelle, certains groupes pop occitans les utilisent également. Ces groupes comprennent La Talvera, Familha Artus et Tenareze.
Ballet français/Ballet français :
Dans les cours françaises au XVIIe siècle, le ballet commence à s'épanouir avec l'aide de plusieurs hommes importants : le roi Louis XIV, Jean-Baptiste Lully, Pierre Beauchamps et Molière. La combinaison des différents talents et passions de ces quatre hommes a façonné le ballet jusqu'à ce qu'il soit aujourd'hui.
French ban_on_face_covering/Interdiction française de se couvrir le visage :
L'interdiction française de se couvrir le visage est un acte de adopté par le Sénat de France le 14 septembre 2010, entraînant l'interdiction du port du couvre-chef couvrant le visage, y compris les masques, casques, cagoules, niqābs et autres voiles couvrant le visage dans les lieux publics, sauf dans des circonstances précises. Cette interdiction ne s'applique pas au hijab, car il ne couvre pas le visage. L'interdiction s'applique également à la burqa, qui couvre tout le corps, si elle couvre le visage. Par conséquent, les costumes complets et les Zentais (vêtements moulants couvrant tout le corps) ont été interdits. Le projet de loi avait déjà été adopté par l'Assemblée nationale française le 13 juillet 2010. En avril 2011, la France est devenue le premier pays européen à interdire le voile intégral dans les espaces publics. Le débat public a exacerbé les inquiétudes concernant l'immigration, le nationalisme, la laïcité , la sécurité et la sexualité. Les arguments à l'appui de cette proposition incluent le fait que les couvre-visages empêchent l'identification claire d'une personne (ce qui peut constituer un risque pour la sécurité ou un obstacle social au sein d'une société qui repose sur la reconnaissance faciale et l'expression dans la communication), que le fait de forcer les femmes à couvrir leurs visages est sexiste, et que les musulmans qui continuent cette pratique devraient être contraints de s'assimiler aux normes sociales françaises traditionnelles. Les arguments contre incluent que l'interdiction empiète sur les libertés individuelles et qu'elle discrimine les interprétations de l'islam qui obligent ou encouragent les femmes à porter un couvre-visage, qu'elle enlève aux femmes le choix de décider de s'habiller selon une norme particulière de pudeur, et empêche l'anonymat dans des situations où il pourrait être socialement ou personnellement souhaitable. Les opposants ont accusé le président Nicolas Sarkozy de favoriser l'islamophobie et d'utiliser la loi à des fins politiques. Certains chercheurs ont postulé que l'interdiction "réduit le niveau d'études secondaires des filles musulmanes et affecte leur trajectoire sur le marché du travail et la composition de la famille à long terme" ainsi que la réduction de "l'intégration sociale des femmes musulmanes dans la société française". En avril 2011, il était illégal de porter un voile couvrant le visage ou d'autres masques dans les espaces publics. Les voiles, foulards et autres couvre-chefs qui ne couvrent pas le visage ne sont pas concernés par cette loi. La loi impose une amende pouvant aller jusqu'à 150 € et/ou une participation à l'éducation civique pour ceux qui enfreignent la loi. Le projet de loi sanctionne également, d'une amende de 30 000 € et d'un an de prison, quiconque force (par la violence, la menace ou l'abus de pouvoir) autrui à porter un couvre-visage ; ces peines peuvent être doublées si la victime est âgée de moins de 18 ans. En conséquence de la loi, les seules exceptions à une femme portant un voile couvrant le visage en public seront si elle voyage dans une voiture privée ou adore dans un lieu religieux. place. Selon la police française, alors qu'il y a cinq millions de musulmans en France, moins de 2 000 d'entre eux se couvriraient entièrement le visage avec un voile. Le port de tout signe religieux ostensible dans les écoles publiques était auparavant interdit en 2004 par une loi différente, la loi française sur la laïcité et les signes religieux ostensibles dans les écoles publiques. Cela a affecté le port du voile et du foulard islamiques dans les écoles, ainsi que des turbans et autres vêtements distinctifs. La loi a été contestée et portée devant la Cour européenne des droits de l'homme qui a confirmé la loi française le 1er juillet 2014, acceptant l'argument du gouvernement français selon lequel la loi était fondée sur "une certaine idée du vivre ensemble". En octobre 2018, le Comité des droits de l'homme des Nations unies a estimé que l'interdiction imposée par la France portait atteinte de manière disproportionnée au droit de deux femmes [plaignantes] de manifester leurs convictions religieuses et pouvait avoir pour effet de « les confiner chez elles, d'entraver leur accès aux services publics et les marginaliser. »
French basketball_clubs_in_international_competitions/Clubs français de basket dans les compétitions internationales :
Les clubs français de basket dans les compétitions européennes et mondiales est le record des clubs professionnels masculins de basket de la ligue française de haut niveau, la LNB Pro A, dans les compétitions internationales.
French basketball_league_system/Système de la ligue française de basket :
Le système de la ligue française de basket-ball est une série de compétitions interconnectées pour les clubs de basket-ball professionnels en France. Le système a un format hiérarchique avec un système de promotion et de relégation entre les compétitions à différents niveaux. Certaines des compétitions sont : la LNB Pro A, la LNB Pro B, la Nationale Masculine 1 (NM1), la Nationale Masculine 2 (NM2), la Nationale Masculine 3 (NM3) et la LNB Espoirs.
French battlecruiser_proposals/Propositions de croiseurs de bataille français :
Dans les années qui ont précédé le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914, la marine française a examiné plusieurs propositions de croiseurs de bataille. La Marine a publié des spécifications pour une conception de croiseur de bataille pour compléter une partie des 28 navires capitaux à construire d'ici 1920. Trois modèles, un par P. Gille et deux par le lieutenant Durand-Viel, ont été achevés en 1913. Les trois modèles étaient similaires à contemporain conceptions de cuirassés, en particulier la classe Normandie , qui a introduit une tourelle quadruple pour la batterie principale, qui a été adoptée pour les trois propositions. Les deux premiers appelaient au même canon de 340 mm (13,4 pouces) utilisé sur tous les super-dreadnoughts français, bien que le troisième proposait un canon beaucoup plus puissant de 370 mm (14,6 pouces). Bien que les études de conception soient terminées, la marine française n'a autorisé ni commencé la construction d'aucun croiseur de bataille avant le début de la guerre.
Cuirassé français_Bouvet/Cuirassé français Bouvet :
Bouvet était un cuirassé pré-dreadnought de la marine française qui a été construit dans les années 1890. Elle faisait partie d'un groupe de cinq cuirassés globalement similaires, avec Charles Martel , Jauréguiberry , Carnot et Masséna , qui ont été commandés en réponse à la classe britannique Royal Sovereign . Bouvet était le dernier navire du groupe à être construit, et sa conception était basée sur celle de Charles Martel. Comme ses demi-sœurs, elle était armée d'une batterie principale de deux canons de 305 mm (12 po) et de deux canons de 274 mm (10,8 po) dans des tourelles individuelles. Il avait une vitesse de pointe de 18 nœuds (33 km/h ; 21 mph), ce qui en faisait l'un des cuirassés les plus rapides au monde à l'époque. Bouvet s'est avéré être la conception la plus réussie des cinq, et elle a été utilisée comme base pour la classe Charlemagne suivante. Néanmoins, elle souffrit de défauts de conception qui réduisirent sa stabilité et contribuèrent à sa perte en 1915. Bouvet passa la majeure partie de sa carrière en temps de paix dans l'escadron méditerranéen à mener des exercices d'entraînement de routine. Cette période a été relativement calme, bien qu'elle ait été impliquée dans une collision avec le cuirassé Gaulois en 1903 qui a vu les capitaines des deux navires relevés de leur commandement. En 1906, elle participe à la réponse à l'éruption du Vésuve en Italie. Bouvet a été retiré du service de première ligne en 1907 et utilisé par la suite dans le cadre de la flotte d'entraînement. Le navire était le seul navire de son groupe de cinq demi-sœurs encore en service au déclenchement de la Première Guerre mondiale en juillet 1914. Une partie importante de l'armée française était stationnée en Afrique du Nord française, donc au début de la guerre, Bouvet et une grande partie du reste de la flotte ont été utilisés pour escorter des convois de troupes dans le sud de la France. Avec ce travail effectué fin août, le Bouvet et plusieurs autres cuirassés ont été utilisés pour patrouiller les expéditions de contrebande dans le centre de la Méditerranée. De novembre à fin décembre, il est stationné comme navire de garde à l'entrée nord du canal de Suez. Le navire rejoint ensuite les opérations navales au large des Dardanelles, où il participe à une série d'attaques contre les fortifications ottomanes gardant le détroit. Ceux-ci ont abouti à un assaut majeur le 18 mars 1915; lors de l'attaque, elle a été touchée environ huit fois par des obus mais n'a pas été gravement endommagée. En se retournant pour se retirer, elle a heurté une mine et a coulé en deux minutes; seuls 75 hommes ont été sauvés d'un effectif de 718. Deux cuirassés britanniques ont également été coulés par des mines ce jour-là, et la catastrophe a convaincu les Alliés d'abandonner la campagne navale en faveur d'un assaut amphibie sur la péninsule de Gallipoli.
Cuirassé français_Brennus/Cuirassé français Brennus :
Brennus a été le premier cuirassé pré-dreadnought construit pour la Marine Nationale (Marine française). Achevée en 1896, elle était le seul membre de sa classe, avec une batterie principale de canons lourds montés sur la ligne médiane et la première utilisation des chaudières Belleville. Elle a formé la base de plusieurs conceptions ultérieures, à commencer par Charles Martel. Comme achevé en 1893, le navire était très lourd et a dû être reconstruit au cours des trois années suivantes avant d'être prêt à entrer en service. Brennus a passé la majorité de son service dans l'escadron méditerranéen, et elle a servi de vaisseau amiral au début de sa carrière. En 1900, elle percute et coule accidentellement le destroyer Framée. Au fur et à mesure que de nouveaux cuirassés ont été mis en service dans la flotte, le Brennus a été relégué à l'escadron de réserve au début des années 1900, puis a servi de navire-école. Le navire avait été mis hors service avant le début de la Première Guerre mondiale en août 1914 et désarmé en 1915. Il a servi de source de pièces de rechange et d'équipement pour d'autres navires pendant la guerre. Sa coque a été rayée du registre naval en 1919 et a finalement été ferraillée trois ans plus tard.
Cuirassé français_Bretagne/Cuirassé français Bretagne :
Le Bretagne était le navire de tête de sa classe de trois cuirassés dreadnought construits dans les années 1910 pour la marine française. Le Bretagne est entré en service en février 1916, après le début de la Première Guerre mondiale. Il a passé l'essentiel de sa carrière de près de 25 ans dans l'escadron méditerranéen et a parfois servi de navire amiral. Pendant la Première Guerre mondiale, elle a couvert le barrage d'Otranto qui bloquait la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique, mais n'a vu aucune action. Le navire a été considérablement modernisé dans l'entre-deux-guerres et, lorsqu'il était en service actif, a effectué des croisières normales en temps de paix et des manœuvres d'entraînement en Méditerranée et dans l'océan Atlantique. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, la Bretagne escorta des convois de troupes et fut brièvement déployée dans l'Atlantique à la recherche de forceurs de blocus et de raids commerciaux allemands. L'Allemagne envahit la France le 10 mai 1940 et les Français ne se rendirent que six semaines plus tard, date à laquelle le cuirassé était stationné à Mers-el-Kébir, en Algérie française. Craignant que les Allemands ne s'emparent de la marine française, les Britanniques y attaquèrent les navires le 3 juillet 1940 après que les Français eurent refusé de se rendre ou de démilitariser la flotte; Bretagne a été touché quatre fois et a explosé, tuant la majorité de son équipage. Son épave a été récupérée en 1952 et démolie pour la ferraille.
Cuirassé français_Carnot/Cuirassé français Carnot :
Le Carnot était un cuirassé pré-dreadnought de la marine française. Elle a été posée en juillet 1891, lancée en juillet 1894 et achevée en juillet 1897. Elle faisait partie d'un groupe de cinq cuirassés globalement similaires, avec Charles Martel , Jauréguiberry , Bouvet et Masséna , qui ont été commandés en réponse à la classe Royal Sovereign britannique. Comme ses demi-sœurs, elle était armée d'une batterie principale de deux canons de 305 mm (12 po) et de deux canons de 274 mm (10,8 po) dans des tourelles individuelles. Elle avait une vitesse de pointe de 17,8 nœuds (33,0 km/h ; 20,5 mph). Carnot a eu une carrière assez calme. Elle a passé la majorité de sa vie de service dans les escadrons du nord et de la Méditerranée de la flotte française, où elle a participé à de vastes manœuvres annuelles. Elle a été retirée du service par le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914 et n'a donc pas vu d'action pendant le conflit. Elle est restée dans l'inventaire de la Marine française jusqu'en 1922, date à laquelle elle a été rayée du registre naval et vendue à la ferraille.
Cuirassé français_Charlemagne/Cuirassé français Charlemagne :
Charlemagne était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la marine française au milieu des années 1890, nom du navire de sa classe. Elle a passé la majeure partie de sa carrière affectée à l'escadron de la Méditerranée (escadre de la Méditerranée). Elle a participé à deux reprises à l'occupation du port de Mytilène sur l'île de Lesbos, alors propriété de l'Empire ottoman, une fois dans le cadre d'une expédition française et une autre dans le cadre d'une escadre internationale. Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé en août 1914, elle a escorté des convois de troupes alliées pendant les deux premiers mois. Charlemagne reçut l'ordre de se rendre aux Dardanelles en novembre 1914 pour se prémunir contre une sortie en Méditerranée du croiseur de guerre allemand SMS Goeben. En 1915, elle rejoint les navires britanniques pour bombarder les fortifications turques sous le commandement du contre-amiral (contre-amiral) Emile Guépratte. Le navire a été transféré plus tard cette année-là à l'escadron chargé d'empêcher toute ingérence des Grecs dans les opérations alliées sur le front de Salonique. Charlemagne est mis en réserve puis désarmé fin 1917. Il est condamné en 1920 puis vendu à la ferraille en 1923.
Cuirassé français_Charles_Martel/Cuirassé français Charles Martel :
Le Charles Martel était un cuirassé pré-dreadnought de la Marine française construit dans les années 1890. Achevé en 1897, il faisait partie d'un groupe de cinq cuirassés globalement similaires commandés dans le cadre de la réponse française à un important programme de construction navale britannique. Les cinq navires ont été construits selon les mêmes paramètres de conception de base, bien que les architectes individuels aient été autorisés à s'écarter les uns des autres dans d'autres détails. Comme ses demi-sœurs - Carnot, Jauréguiberry, Bouvet et Masséna -, elle était armée d'une batterie principale de deux canons de 305 mm (12 po) et de deux canons de 274 mm (10,8 po). Le navire avait une vitesse de pointe de 18 nœuds (33 km/h ; 21 mph). Charles Martel a passé sa carrière active dans l' Escadre de la Méditerranée (Escadron méditerranéen) de la flotte française, d'abord dans l'escadron actif, puis dans l' Escadre de réserve (Escadron de réserve). Elle participe régulièrement aux manœuvres de la flotte, et lors des exercices de 1901, le sous-marin Gustave Zédé la frappe avec une torpille d'entraînement. Charles Martel n'a passé que cinq ans dans l'escadron actif, après avoir été dépassé par des cuirassés plus modernes au cours d'une période de développement rapide de la technologie navale. Elle a passé les années 1902 à 1914 principalement en réserve, et la marine a mis le navire hors service au début de 1914, l'imposant et la transformant en navire de caserne. Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août, ses armes ont été retirées pour être utilisées sur le front et elle a brièvement servi de navire-prison. Charles Martel est condamné en 1919 et vendu à la ferraille l'année suivante.
Cuirassé français_Condorcet/Cuirassé français Condorcet :
Condorcet était l'un des six cuirassés semi-cuirassés de classe Danton construits pour la marine française au début des années 1900. Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé en août 1914, elle a recherché sans succès le croiseur de bataille allemand SMS Goeben et le croiseur léger SMS Breslau en Méditerranée occidentale et centrale. Plus tard ce mois-là, le navire a participé à la bataille d'Antivari dans la mer Adriatique et a aidé à couler un croiseur protégé austro-hongrois. Condorcet a passé la majeure partie du reste de la guerre à bloquer le détroit d'Otrante et les Dardanelles pour enfermer les navires de guerre allemands, austro-hongrois et turcs. Après la guerre, il fut modernisé en 1923-1925 et devint par la suite un navire-école. En 1931, le navire a été transformé en carcasse d'hébergement. Condorcet a été capturé intact lorsque les Allemands ont occupé la France de Vichy en novembre 1942 et a été utilisé par eux pour loger les marins de leur marine (Kriegsmarine). Elle a été gravement endommagée par les bombardements alliés en 1944, mais a ensuite été relevée et mise au rebut en 1949.
Cuirassé français_Courbet_(1911)/Cuirassé français Courbet (1911) :
Courbet était le navire de tête de sa classe de quatre cuirassés dreadnought, les premiers construits pour la marine française. Elle a été achevée peu de temps avant le début de la Première Guerre mondiale en août 1914. Elle a passé la guerre en Méditerranée, où elle a aidé à couler un croiseur austro-hongrois, couvert le barrage d'Otrante qui bloquait la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique, et a souvent servi de navire amiral. Bien qu'amélioré plusieurs fois avant la Seconde Guerre mondiale, il n'était pas considéré comme un cuirassé de première ligne dans les années 1930 et passa une grande partie de cette décennie comme navire d'entraînement au tir. Quelques semaines après l'invasion allemande de la France le 10 mai 1940, Courbet est rapidement réactivé. Elle soutient les troupes alliées dans la défense de Cherbourg à la mi-juin, se réfugiant peu après en Angleterre. Dans le cadre de l' opération Catapult , le navire a été saisi à Portsmouth par les forces britanniques le 3 juillet et a été remis aux Français libres une semaine plus tard. Elle a été utilisée comme batterie anti-aérienne stationnaire et comme navire d'hébergement là-bas. Courbet a été désarmé au début de 1941 et a été utilisé comme navire cible en 1943. Ses moteurs et ses chaudières ont été retirés en 1944 pour le préparer à être utilisé comme brise-lames lors du débarquement de Normandie (opération Neptune) en juin 1944. Il a été démoli in situ après la guerre.
Cuirassé français_Danton/Cuirassé français Danton :
Danton était un cuirassé semi-dreadnought de la marine française et le navire de tête de sa classe. C'était un saut technologique dans le développement des cuirassés pour la Marine française, car c'était le premier navire de la flotte avec des moteurs à turbine. Cependant, comme tous les cuirassés de son type, il a été achevé après le cuirassé HMS Dreadnought de la Royal Navy, et en tant que tel, il a été surclassé avant même d'être mis en service. Au cours de sa carrière, Danton a été envoyée en Grande-Bretagne pour honorer le couronnement de George V, et a ensuite servi pendant la Première Guerre mondiale comme escorte pour les navires de ravitaillement et les transports de troupes, les protégeant des éléments de la marine allemande. Alors qu'il était en route pour aider à un blocus, il fut torpillé et coulé le 19 mars 1917 par un sous-marin allemand, tuant 296 hommes. L'emplacement de l'épave est resté un mystère jusqu'à ce qu'une équipe d'enquête sous-marine découvre par inadvertance le cuirassé en décembre 2007. En février 2009, il a été confirmé que l'épave était Danton. Le navire est dans un état remarquablement bon pour son âge. Danton repose debout sur le fond de l'océan et la plupart de l'équipement d'origine serait intact.
Cuirassé français_Diderot/Cuirassé français Diderot :
Le Diderot était l'un des six cuirassés semi-cuirassés de classe Danton construits pour la marine française au début des années 1900. Peu de temps après le début de la Première Guerre mondiale, le navire a participé à la bataille d'Antivari dans la mer Adriatique et a aidé à couler un croiseur protégé austro-hongrois. Elle passa la majeure partie du reste de la guerre à bloquer le détroit d'Otrante et les Dardanelles pour empêcher les navires de guerre allemands, austro-hongrois et turcs de pénétrer en Méditerranée. Diderot participe brièvement à l'occupation de Constantinople après la fin de la guerre. Il a été modernisé en 1922-1925 et est ensuite devenu un navire-école. Le navire a été condamné en 1936 et plus tard vendu à la ferraille.
Cuirassé français_Dunkerque/Cuirassé français Dunkerque :
Le Dunkerque était le navire de tête de la classe de cuirassés Dunkerque construit pour la marine française dans les années 1930. La classe comprenait également Strasbourg. Les deux navires ont été les premiers navires capitaux à être construits par la marine française après la Première Guerre mondiale ; les classes prévues de Normandie et de Lyon avaient été annulées au début de la guerre et des problèmes budgétaires empêchaient les Français de construire de nouveaux cuirassés dans la décennie qui suivit la guerre. Dunkerque a été posée en décembre 1932, a été lancée en octobre 1935 et a été achevée en mai 1937. Elle était armée d'une batterie principale de huit canons de 330 mm/50 modèle 1931 disposés en deux tourelles quadruples et avait une vitesse de pointe de 29,5 nœuds ( 54,6 km/h ; 33,9 mph). Dunkerque et Strasbourg formaient la 1ère division de ligne de la marine française avant la Seconde Guerre mondiale. Les deux navires ont recherché des raiders commerciaux allemands dans les premiers mois de la guerre, et Dunkerque a également participé à des tâches d'escorte de convoi. Le navire a été gravement endommagé lors de l'attaque britannique à Mers-el-Kébir après l'armistice qui a mis fin à la première phase de la participation de la France à la Seconde Guerre mondiale, mais il a été renfloué et partiellement réparé pour retourner à Toulon pour des réparations complètes. Dunkerque a été sabordé en novembre 1942 pour empêcher sa capture par les Allemands, puis saisi et partiellement mis au rebut par les Italiens et plus tard les Allemands. Son épave est restée à Toulon jusqu'à ce qu'elle soit sinistrée en 1955, et ferraillée trois ans plus tard.
Cuirassé français_D%C3%A9mocratie/cuirassé français Démocratie :
Démocratie était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la marine française au milieu des années 1900. Elle était le quatrième membre de la classe Liberté, qui comprenait trois autres navires et était un dérivé de la classe République précédente, la principale différence étant l'inclusion d'une batterie secondaire plus lourde. La Démocratie transportait une batterie principale de quatre canons de 305 mm (12 pouces), comme la République , mais a monté dix canons de 194 mm (7,6 pouces) pour son armement secondaire à la place des canons de 164 mm (6,5 pouces) des navires précédents. Comme beaucoup de conceptions pré-dreadnought tardives, Démocratie a été achevée après que le cuirassé britannique révolutionnaire HMS Dreadnought soit entré en service, le rendant obsolescent. Dès son entrée en service, Démocratie rejoint l'escadron Méditerranée, basé à Toulon. Elle a immédiatement commencé la routine d'entraînement normale en temps de paix des manœuvres d'escadron et de flotte et des croisières vers divers ports de la Méditerranée. Elle a également participé à plusieurs revues navales pour de nombreux dignitaires français et étrangers. Après le déclenchement de la guerre en juillet 1914, Démocratie est utilisée pour escorter des convois de troupes transportant des éléments de l'armée française depuis l'Afrique du Nord française pour faire face aux Allemands envahissant le nord de la France. Elle a ensuite fumé pour contenir la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique , participant à la petite bataille d'Antivari en août. La menace croissante des sous-marins austro-hongrois et la réticence de la flotte austro-hongroise à s'engager dans la bataille ont conduit à une période de patrouilles monotones qui s'est terminée par l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la France, ce qui a permis à la flotte française de être retiré. Au milieu de 1916, elle s'est impliquée dans les événements en Grèce, étant stationnée à Salonique pour faire pression sur le gouvernement grec pour qu'il entre en guerre aux côtés des Alliés, mais elle a vu peu d'action pendant les deux dernières années de la guerre. Immédiatement après la fin de la guerre, elle a été envoyée en mer Noire, d'abord pour superviser la reddition des navires de guerre russes occupés par l'Allemagne, puis dans le cadre de l'intervention alliée dans la guerre civile russe. En mai 1919, elle transporte la délégation ottomane en France pour signer le traité de Sèvres. Le navire a été mis en réserve en 1920, rayé du registre naval en 1921 et démantelé plus tard cette année-là.
Cuirassé français_France/Cuirassé français France :
La France était le dernier des quatre cuirassés de classe Courbet, les premiers cuirassés construits pour la marine française. Le navire a été achevé juste avant le début de la Première Guerre mondiale en août 1914. Même si la France n'était pas officiellement achevée, elle a transporté le président français en Russie pendant la crise de juillet pour des consultations. Elle a passé la guerre à couvrir le barrage d'Otranto qui bloquait la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique et servait parfois de navire amiral. Après la guerre, la France et son navire jumeau Jean Bart ont participé à l'occupation de Constantinople et ont ensuite été envoyés en mer Noire en 1919 pour soutenir les troupes alliées lors de l'intervention dans le sud de la Russie. Les équipages fatigués par la guerre des deux navires se sont brièvement mutinés, mais cela a été facilement réprimé et elle est revenue en France au milieu de l'année. Percutant un rocher inexploré au large des côtes françaises en 1922, il sombra quatre heures plus tard.
Cuirassé français_Gaulois/Cuirassé français Gaulois :
Le Gaulois était l'un des trois cuirassés pré-dreadnought de classe Charlemagne construits pour la Marine nationale française au milieu des années 1890. Achevée en 1899, elle a passé la majeure partie de sa carrière affectée à l'escadron de la Méditerranée ( Escadre de la Méditerranée ). Le navire a accidentellement percuté deux autres navires de guerre français au début de sa carrière, bien qu'aucun n'ait été gravement endommagé, ni le Gaulois. Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale en août 1914, Gaulois a escorté des convois de troupes de l'Afrique du Nord française vers la France pendant un mois et demi. Il reçut l'ordre de rejoindre les Dardanelles en novembre 1914 pour se prémunir contre une sortie en Méditerranée de l'ex-croiseur de bataille allemand Yavuz Sultan Selim. En 1915, les Gaulois se joignent aux navires britanniques pour bombarder les fortifications ottomanes. Elle a été gravement endommagée lors d'un de ces bombardements en mars et a dû s'échouer pour éviter de couler. Elle a été renflouée et envoyée à Toulon pour des réparations permanentes. Gaulois retourna aux Dardanelles et couvrit l'évacuation alliée en janvier 1916. Elle était en route vers les Dardanelles après un radoub en France lorsqu'elle fut torpillée et coulée le 27 décembre par un sous-marin allemand; quatre membres d'équipage ont été perdus.
Cuirassé français_Henri_IV/Cuirassé français Henri IV :
Henri IV était un cuirassé pré-dreadnought de la marine française construit pour tester certaines des idées de l'éminent architecte naval Louis-Émile Bertin. Elle a commencé la Première Guerre mondiale comme garde à Bizerte. Elle a été envoyée pour renforcer la force navale alliée dans la campagne des Dardanelles de 1915, bien qu'une partie de son armement secondaire ait été retirée pour être transférée en Serbie en 1914. Par la suite, elle a été reléguée à des rôles de deuxième ligne avant d'être envoyée à Tarente comme dépôt navire en 1918. Elle a été rayée de la liste de la marine en 1920 et ferraillée l'année suivante.
Cuirassé français_I%C3%A9na/Cuirassé français Iéna :
Iéna [je.na] était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la marine française ( Marine nationale ). Achevé en 1902 et nommé d'après l'une des victoires de Napoléon, le navire a été affecté à l'escadron méditerranéen et y est resté pendant toute la durée de sa carrière, servant souvent de navire amiral. Elle participe aux manœuvres annuelles de la flotte et effectue de nombreuses visites dans les ports français de la Méditerranée. En 1907, alors qu'Iéna est à quai pour un carénage, il se produit une explosion de chargeur probablement causée par la décomposition de l'ancien propulseur Poudre B. Il a tué 120 personnes et gravement endommagé le navire. Des enquêtes sont lancées par la suite et le scandale qui s'ensuit contraint le ministre de la Marine à démissionner. Alors que les dommages auraient pu être réparés, le navire obsolète était considéré comme ne valant ni le temps ni la dépense; sa carcasse récupérée a été utilisée comme cible de tir en 1909, puis vendue à la ferraille en 1912.
Cuirassé français_Jaur%C3%A9guiberry/Cuirassé français Jauréguiberry :
Le Jauréguiberry était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la Marine française (Français : Marine Nationale) dans les années 1890. Construit en réponse à un programme d'expansion navale de la Royal Navy britannique, il faisait partie d'un groupe de cinq cuirassés à peu près similaires, dont Masséna, Bouvet, Carnot et Charles Martel. Jauréguiberry était armé d'une batterie mixte de canons de 305 mm (12 po), 274 mm (10,8 po) et 138 mm (5,4 po). Les contraintes de déplacement imposées par le commandement naval français ont produit une série de navires nettement inférieurs à leurs homologues britanniques, souffrant d'une stabilité médiocre et d'un armement mixte difficile à contrôler dans les conditions de combat. En temps de paix, le navire a participé à des exercices d'entraînement de routine et à des croisières en mer Méditerranée, principalement dans le cadre de l'escadron méditerranéen. Le navire a été impliqué dans plusieurs accidents, dont une explosion de chaudière et une détonation accidentelle de torpille qui a retardé son entrée en service en 1897. Deux autres explosions de torpilles se sont produites en 1902 et 1905, et il s'est échoué lors d'une visite à Portsmouth en août 1905. Par 1907, elle avait été transférée à la division de réserve, bien qu'elle ait continué à participer à des manœuvres et à d'autres activités en temps de paix. Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale en juillet 1914, Jauréguiberry escorte des convois de troupes d'Afrique du Nord et d'Inde vers la France. Il soutient les troupes françaises lors de la campagne de Gallipoli, notamment lors du débarquement au cap Helles en avril 1915, avant de devenir garde à Port-Saïd de 1916 jusqu'à la fin de la guerre. A son retour en France en 1919, il devient une barque d'hébergement jusqu'en 1932. Le navire est vendu à la ferraille en 1934.
Cuirassé français_Jean_Bart_(1911)/Cuirassé français Jean Bart (1911):
Le Jean Bart était le deuxième des quatre cuirassés de la classe Courbet, les premiers dreadnoughts construits pour la marine française. Elle a été achevée avant la Première Guerre mondiale dans le cadre du programme de construction navale de 1910. Il passa la guerre en Méditerranée et participa au naufrage du croiseur protégé austro-hongrois Zenta le 16 août 1914. Il fut torpillé par un sous-marin austro-hongrois en décembre et se rendit à Malte pour des réparations qui durent trois mois et demi. Elle a passé le reste de la guerre à couvrir le barrage d'Otranto qui bloquait la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique et servait parfois de navire amiral. Après la guerre, elle et son navire jumeau la France ont participé à l'occupation de Constantinople et ont ensuite été envoyés en mer Noire en 1919 pour soutenir les troupes alliées lors de l'intervention dans le sud de la Russie. L'équipage fatigué de la guerre de Jean Bart s'est brièvement mutiné, mais il a été facilement réprimé et elle est revenue en France au milieu de l'année. Elle a été partiellement modernisée à deux reprises au cours des années 1920, mais a été jugée en trop mauvais état pour être réaménagée à nouveau dans les années 1930. Dès lors, il devient navire-école en 1934 puis est désarmé et encaissé comme navire de logement en 1935-1936 à Toulon. Les Allemands l'ont capturée intacte lorsqu'ils ont occupé Toulon en 1942 et l'ont utilisée pour tester de grandes ogives à charge creuse. Elle a été coulée par les bombardements alliés en 1944, et après la fin de la guerre, a été renflouée et ferraillée à partir de la fin de 1945.
Cuirassé français_Jean_Bart_(1940)/Cuirassé français Jean Bart (1940):
Le Jean Bart était un cuirassé rapide français, le deuxième et dernier membre de la classe Richelieu. Construits en réponse à la classe italienne Littorio, les Richelieu étaient basés sur leurs prédécesseurs immédiats de la classe Dunkerque avec le même agencement non conventionnel qui regroupait leur batterie principale à l'avant dans deux tourelles quadruples. Ils ont été agrandis pour accueillir une batterie principale beaucoup plus puissante de huit canons de 380 mm (15 pouces) (par rapport aux canons de 330 mm (13 pouces) des Dunkerques), avec un blindage accru pour les protéger des canons du même calibre. Jean Bart a été établi en 1936 et a été lancé en 1940, à la suite du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Le navire n'était pas complet au moment où l'Allemagne remporta la bataille de France et Jean Bart fut transporté à Casablanca pour échapper à l'avancée des troupes allemandes. Elle n'avait installé qu'une seule de ses tourelles principales, ainsi qu'une poignée de canons antiaériens. Pendant leur séjour à Casablanca, les Français ont tenté de préparer le navire à l'action autant que possible compte tenu de l'infrastructure limitée et des pièces nécessaires pour terminer le navire. Son armement anti-aérien a été lentement renforcé au fur et à mesure que les canons devenaient disponibles et qu'un radar de recherche était installé en 1942. En novembre, les forces américaines et britanniques ont envahi l'Afrique du Nord française dans le cadre de l' opération Torch ; Jean Bart a d'abord aidé à résister à l'attaque, s'engageant dans un duel de tir avec le cuirassé USS Massachusetts avant d'être gravement endommagé par des bombardiers en piqué américains. Suite à la défection des forces françaises dans la région du côté allié, les Français ont tenté de faire terminer le navire aux États-Unis, mais les demandes n'ont abouti à rien car la marine américaine n'avait aucun intérêt dans le projet. Le Jean Bart fut donc réparé autant que possible à Casablanca, puis y passa le reste de la guerre comme navire-école. En 1945, les discussions sur le sort du navire envisageaient de le convertir en porte-avions, de l'achever en cuirassé ou de l'abandonner complètement. La décision a finalement été prise de l'achever en tant que cuirassé, un processus qui a pris plusieurs années. La plupart des travaux sur le navire ont été achevés en 1955, lorsqu'il est officiellement entré en service actif, et il a effectué deux croisières à l'étranger pour visiter le Danemark et les États-Unis peu de temps après. Pour la première et la dernière fois de l'une ou l'autre de leurs carrières, Richelieu et Jean Bart ont navigué ensemble le 30 janvier 1956. Jean Bart a participé à l' intervention française dans la crise de Suez en novembre 1956, y compris un bref bombardement à quatre coups de Port Saïd . Réduit en réserve en août 1957, il servit de navire de caserne jusqu'en 1961. Il resta, inutilisé, dans l'inventaire de la Marine nationale française jusqu'en 1970, date à laquelle il fut rayé du registre naval et vendu à la ferraille.
Cuirassé français_Justice/Cuirassé français Justice :
Justice était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la marine française au milieu des années 1900. Elle était le deuxième membre de la classe Liberté, qui comprenait trois autres navires et était un dérivé de la classe République précédente, la principale différence étant l'inclusion d'une batterie secondaire plus lourde. La Justice transportait une batterie principale de quatre canons de 305 mm (12 pouces), comme la République , mais a monté dix canons de 194 mm (7,6 pouces) pour son armement secondaire à la place des canons de 164 mm (6,5 pouces) des navires précédents. Comme beaucoup de conceptions pré-dreadnought tardives, Justice a été achevée après que le cuirassé britannique révolutionnaire HMS Dreadnought soit entré en service, le rendant obsolescent. Dès son entrée en service, le Justice devient le vaisseau amiral de la 2ème Division de l'Escadron Méditerranée, basé à Toulon. Elle a immédiatement commencé la routine d'entraînement normale en temps de paix des manœuvres d'escadron et de flotte et des croisières vers divers ports de la Méditerranée. Elle a également participé à plusieurs revues navales pour de nombreux dignitaires français et étrangers. En septembre 1909, les navires de la 2e division traversent l'Atlantique vers les États-Unis pour représenter la France à la célébration Hudson-Fulton. Elle est entrée en collision avec son navire jumeau Démocratie à deux reprises, la première en décembre 1913 et la seconde en août 1914, bien qu'elle n'ait pas été gravement endommagée dans les deux accidents. Après le déclenchement de la guerre en juillet 1914, la Justice est utilisée pour escorter des convois de troupes transportant des éléments de l'armée française depuis l'Afrique du Nord française pour faire face aux Allemands envahissant le nord de la France. Elle a ensuite fumé pour contenir la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique , participant à la petite bataille d'Antivari en août. La menace croissante des sous-marins austro-hongrois et la réticence de la flotte austro-hongroise à s'engager dans la bataille ont conduit à une période de patrouilles monotones qui s'est terminée par l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la France, ce qui a permis à la flotte française de être retiré. Au milieu de 1916, elle s'est impliquée dans les événements en Grèce, étant stationnée à Salonique pour faire pression sur le gouvernement grec pour qu'il entre en guerre aux côtés des Alliés, mais elle a vu peu d'action pendant les deux dernières années de la guerre. Immédiatement après la fin de la guerre, elle a été envoyée en mer Noire, d'abord pour superviser la reddition des navires de guerre russes occupés par l'Allemagne, puis pour rejoindre l'intervention alliée dans la guerre civile russe, aidant à défendre Odessa et Sébastopol de la bolcheviks. En avril 1919, des équipages fatigués par la guerre ont exigé de retourner en France, ce qui a conduit à une mutinerie à bord du Justice et de deux autres cuirassés, bien qu'elle ait été rapidement réprimée. La justice a été utilisée pour remorquer le cuirassé paralysé Mirabeau vers la France, devenant par la suite un navire-école. Elle n'a servi à ce titre que brièvement, cependant, et a été mise en réserve en avril 1920, désarmée en mars 1921 et vendue à la ferraille en décembre.
Cuirassé français_Libert%C3%A9/Cuirassé français Liberté :
Liberté était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la marine française au milieu des années 1900. Il était le navire de tête de la classe Liberté, qui comprenait trois autres navires et était un dérivé de la classe République précédente, la principale différence étant l'inclusion d'une batterie secondaire plus lourde. Liberté portait une batterie principale de quatre canons de 305 millimètres (12 pouces), comme la République , mais a monté dix canons de 194 mm (7,6 pouces) pour son armement secondaire à la place des canons de 164 mm (6,5 pouces) des navires précédents. Comme beaucoup de conceptions pré-dreadnought tardives, Liberté a été achevée après que le cuirassé britannique révolutionnaire HMS Dreadnought soit entré en service, le rendant obsolète. Dès son entrée en service, Liberté est affecté à la 2ème Division de l'Escadron Méditerranée, basée à Toulon. Elle a immédiatement commencé la routine d'entraînement normale en temps de paix des manœuvres d'escadron et de flotte et des croisières vers divers ports de la Méditerranée. Elle a également participé à plusieurs revues navales pour de nombreux dignitaires français et étrangers. En septembre 1909, les navires de la 2e division traversent l'Atlantique vers les États-Unis pour représenter la France à la célébration Hudson-Fulton. La carrière active de Liberté a été interrompue le 25 septembre 1911 lorsqu'un incendie s'est déclaré dans l'un des magasins de propulseur du navire et a conduit à une détonation des charges qui y étaient stockées, détruisant le navire dans une formidable explosion qui a tué 286 membres de son équipage. L'explosion a également endommagé plusieurs autres navires et tué des membres d'équipage sur six navires voisins. Une enquête a révélé que le propulseur français standard, Poudre B, était sujet à une décomposition qui le rendait très instable; il avait probablement été le coupable de plusieurs autres incendies de munitions sur d'autres navires. L'épave est restée à Toulon jusqu'en 1925, date à laquelle sa coque détruite a été renflouée, remorquée en cale sèche et démolie.
Cuirassé français_Lorraine/Cuirassé français Lorraine :
Le Lorraine était un cuirassé de la marine française construit dans les années 1910, nommé en l'honneur de la région de Lorraine en France. Il était membre de la classe Bretagne, aux côtés de ses deux navires jumeaux, Bretagne et Provence. La Lorraine est mise en chantier en août 1912 au chantier naval des Chantiers de Penhoët, lancée en septembre 1913 et mise en service dans la flotte en mars 1916, après le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Elle est armée d'une batterie principale de dix canons de 340 mm (13 po ) canons et avait une vitesse de pointe de 20 nœuds (37 km/h ; 23 mph). Lorraine a passé l'essentiel de sa carrière dans l'escadron français de la Méditerranée. Pendant la Première Guerre mondiale, elle était stationnée à Corfou pour empêcher la flotte austro-hongroise de quitter la mer Adriatique, mais elle n'a vu aucune action. Elle a été considérablement modernisée dans les années 1920 et 1930, et en 1935, sa tourelle de 340 mm au milieu du navire a été retirée et des installations aéronautiques ont été installées à sa place. Après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la Lorraine a transporté une cargaison d'or du Trésor français aux Bermudes avant de retourner opérer en Méditerranée. Lors de la capitulation française en juillet 1940, la Lorraine est amarrée à Alexandrie, où elle est désarmée par la Royal Navy. Après avoir rejoint les Forces navales françaises libres en décembre 1942, la Lorraine est réaménagée pour le service actif. Elle a fourni un appui au tir pour les débarquements de l' opération Dragoon en août-septembre 1944 et a bombardé les positions allemandes autour de La Rochelle en avril 1945. Après la fin de la guerre, la Lorraine a été utilisée comme navire-école de tir puis comme navire de caserne jusqu'à la fin de 1953, lorsqu'il a été frappé et vendu à des démolisseurs de navires.
Cuirassé français_Mass%C3%A9na/Cuirassé français Masséna :
Masséna était un cuirassé pré-dreadnought de la marine française, construit dans les années 1890. Elle faisait partie d'un groupe de cinq cuirassés globalement similaires, avec Charles Martel , Jauréguiberry , Bouvet et Carnot , qui ont été commandés en réponse à la classe britannique Royal Sovereign . Elle a été nommée en l'honneur du maréchal de France André Masséna. Masséna dépassait considérablement son poids de conception et souffrait de graves problèmes de stabilité qui empêchaient le tir précis de ses canons; en conséquence, elle a été considérée comme une conception infructueuse. Masséna a servi dans les escadrons nord et méditerranéen au cours de sa carrière, qui comprenait une période en tant que navire amiral de l'escadron nord. Elle a été retirée du service avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914. L'année suivante, elle a été encombrée à Toulon. Elle a ensuite été remorquée jusqu'au cap Helles à l'extrémité de la péninsule de Gallipoli où, le 9 novembre 1915, elle a été sabordée pour créer un brise-lames pour protéger l'évacuation du corps expéditionnaire allié qui se retirait de la campagne de Gallipoli.
Cuirassé français_Mirabeau/Cuirassé français Mirabeau :
Mirabeau était l'un des six cuirassés semi-dreadnought de classe Danton construits pour la Marine Nationale (Marine française) dans la première décennie du XXe siècle. Achevé en 1911, le navire a souvent servi de navire amiral avant le début de la Première Guerre mondiale trois ans plus tard. Mirabeau a passé la guerre en Méditerranée et a passé la plupart de son temps à bloquer le détroit d'Otrante et les Dardanelles pour empêcher les navires de guerre allemands, austro-hongrois et ottomans de pénétrer en Méditerranée. Elle a également participé à la tentative d'assurer l'acquiescement grec aux opérations alliées en Macédoine à la fin de 1916. Mirabeau a brièvement participé à l'occupation de Constantinople après la fin de la guerre à la fin de 1918 et a été déployé en mer Noire au début de 1919 lors de l'intervention alliée. dans la guerre civile russe. Elle s'est échouée en février 1919 au large de la Crimée et n'a pu être renflouée tant que certains de ses canons, armures et chaudières n'ont pas été retirés. Après son retour en France plus tard cette année-là, le navire a été rayé de la Liste de la Marine. Mirabeau a été donné à une société de sauvetage en paiement pour le sauvetage d'un autre cuirassé et démantelé en 1922.
Cuirassé français_Paris/Cuirassé français Paris :
Paris était le troisième navire de quatre cuirassés de classe Courbet, les premiers cuirassés construits pour la marine française. Elle a été achevée avant la Première Guerre mondiale dans le cadre du programme de construction navale de 1911. Elle passa la guerre en Méditerranée, passant la majeure partie de 1914 à fournir un soutien de tir à l'armée monténégrine jusqu'à ce que son navire jumeau Jean Bart soit torpillé par le sous-marin U-12 le 21 décembre. Elle a passé le reste de la guerre à couvrir le barrage d'Otranto qui bloquait la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique. Le Paris a soutenu les troupes françaises et espagnoles en 1925 pendant la troisième guerre du Rif avant de devenir un navire-école en 1931. Il a été modernisé lors de trois radoubs distincts entre les guerres, même s'il n'était pas considéré comme un cuirassé de première classe. Elle est restée dans ce rôle jusqu'à la bataille de France , qui a commencé le 10 mai 1940, après quoi elle a été réarmée à la hâte. Elle a soutenu les troupes alliées dans la défense du Havre en juin jusqu'à ce qu'elle soit endommagée par une bombe allemande, mais elle s'est réfugiée plus tard ce mois-là en Angleterre. Dans le cadre de l' opération Catapult , elle a été saisie à Plymouth par les forces britanniques le 3 juillet. Elle a été utilisée comme navire de dépôt et navire de caserne par les marines royale et polonaise pour le reste de la guerre. Rendu aux Français en juillet 1945, il est remorqué à Brest le mois suivant et utilisé comme navire de dépôt jusqu'à ce qu'il soit frappé le 21 décembre 1955.
Cuirassé français_Patrie/Cuirassé français Patrie :
Patrie était le deuxième et dernier membre de la classe République de cuirassés pré-dreadnought de la marine française construits entre sa pose de la quille en avril 1902 et sa mise en service en juillet 1907. Armé d'une batterie principale de quatre canons de 305 mm (12,0 po), il est surclassé avant même d'entrer en service par le cuirassé britannique révolutionnaire HMS Dreadnought, mis en service en décembre précédent et armé d'une batterie de dix canons du même calibre. Bien que construit selon une conception obsolète, Patrie s'est avéré être un cheval de bataille de la flotte française, en particulier pendant la Première Guerre mondiale. Pendant la carrière du navire en temps de paix, Patrie a servi avec l'escadron méditerranéen ; cette période a été occupée par des exercices d'entraînement et des croisières en Méditerranée occidentale et dans l'Atlantique. Elle a servi de vaisseau amiral de l'escadron jusqu'à ce qu'elle soit remplacée par des navires plus récents en 1911. Après le déclenchement de la guerre en juillet 1914, Patrie a été utilisée pour escorter des convois de troupes transportant des éléments de l'armée française d'Afrique du Nord française pour faire face aux Allemands envahissant le nord de la France. Elle a ensuite fumé pour contenir la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique , participant à la petite bataille d'Antivari en août. La menace croissante des sous-marins austro-hongrois et la réticence de la flotte austro-hongroise à s'engager dans la bataille ont conduit à une période d'inactivité qui s'est terminée par un transfert du navire à la division des Dardanelles combattant dans la campagne de Gallipoli, où elle a bombardé forces ottomanes. Après le retrait des Alliés de Gallipoli en 1916, Patrie s'impliqua dans les événements en Grèce, étant stationné à Salonique pour faire pression sur le gouvernement grec pour qu'il entre en guerre aux côtés des Alliés. Elle a fourni des hommes à une équipe de débarquement qui a débarqué à Athènes pour soutenir un coup d'État pro-allié. Elle vit peu d'activité en 1917 et 1918 après le coup d'État réussi. Après la fin de la guerre à la fin de 1918, elle a été envoyée à Constantinople pour soutenir l'intervention alliée dans la guerre civile russe, bien qu'elle n'ait joué aucun rôle actif et ait servi de navire de caserne. Il devient alors navire-école, rôle qu'il remplit à un titre ou à un autre jusqu'en 1936, date à laquelle il est retiré du service et vendu à la ferraille l'année suivante.
Cuirassé français_Provence/Cuirassé français Provence :
La Provence était l'un des trois cuirassés de classe Bretagne construits pour la marine française dans les années 1910, nommés en l'honneur de la région française de Provence ; elle avait deux navires jumeaux, Bretagne et Lorraine. La Provence est entrée en service en mars 1916, après le déclenchement de la Première Guerre mondiale . Elle était armée d'une batterie principale de dix canons de 340 mm (13,4 po) et avait une vitesse de pointe de 20 nœuds (37 km / h; 23 mph). La Provence a passé l'essentiel de sa carrière dans l'escadron français de la Méditerranée, où elle a servi de navire amiral de la flotte. Pendant la Première Guerre mondiale, elle était stationnée à Corfou pour empêcher la flotte austro-hongroise de quitter la mer Adriatique, mais elle n'a vu aucune action. Elle a été considérablement modernisée dans les années 1920 et 1930 et a effectué des croisières et des manœuvres d'entraînement normales en temps de paix dans la Méditerranée et l'océan Atlantique. Elle a participé à des patrouilles de non-intervention pendant la guerre civile espagnole. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la Provence a mené des patrouilles et des balayages dans l'Atlantique pour rechercher des raiders de surface allemands. Elle était stationnée à Mers-el-Kébir lorsque la France capitula le 22 juin 1940. Craignant que les Allemands ne s'emparent de la marine française, la Royal Navy britannique attaqua les navires à Mers-el-Kébir. Le Provence a été endommagé et a coulé dans le port, mais il a été renfloué et déplacé à Toulon, où il est devenu le navire amiral de la flotte d'entraînement. Fin novembre 1942, les Allemands occupent Toulon et, pour les empêcher de s'emparer de la flotte, les Français sabordent leurs navires, dont la Provence. Elle a été élevée en juillet 1943 et certains de ses canons ont été utilisés pour la défense côtière dans la région; les Allemands le sabordent une seconde fois à Toulon en tant que blockship en 1944. Le Provence est finalement renfloué en avril 1949 et vendu à des démolisseurs de navires.
Cuirassé français_Richelieu/Cuirassé français Richelieu :
Le Richelieu était un cuirassé rapide français, le navire de tête de la classe Richelieu. Construits en réponse à la classe italienne Littorio, les Richelieu étaient basés sur leurs prédécesseurs immédiats de la classe Dunkerque avec le même agencement non conventionnel qui regroupait leur batterie principale à l'avant dans deux tourelles quadruples. Ils ont été agrandis pour accueillir une batterie principale beaucoup plus puissante de huit canons de 380 mm (15 pouces) (par rapport aux canons de 330 mm (13 pouces) des Dunkerques), avec un blindage accru pour les protéger des canons du même calibre. Richelieu a été établi en 1935 et a été lancé en 1939, juste avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Alors que la guerre avec l'Allemagne devenait de plus en plus probable, les travaux sur le navire furent précipités pour le préparer à sa mise en service en avril 1940. Achevé quelques jours seulement avant que les Allemands ne remportent la bataille de France en juin, Richelieu s'enfuit à Dakar en Afrique occidentale française pour la garder sous le commandement français. contrôler. Là, elle a subi des attaques britanniques répétées qui avaient pour but soit de contraindre le cuirassé à rejoindre les Forces navales françaises libres, soit de la couler; ceux-ci inclus lors de l' opération Catapult en juillet 1940 et de la bataille de Dakar en septembre. Endommagé lors des deux attaques, le navire fut lentement réparé avant d'être finalement remis sous contrôle français libre après l'invasion alliée de l'Afrique du Nord en novembre 1942. Après avoir été envoyé aux États-Unis pour des réparations et une modernisation en profondeur, le navire servit avec les Britanniques. Home Fleet au début de 1944 avant d'être déployé dans la flotte de l'Est pour des opérations contre les Japonais dans l'océan Indien. Celles-ci comprenaient plusieurs opérations de bombardement et en mai 1945, elle était présente lors de la bataille du détroit de Malacca, bien qu'elle soit trop loin pour engager les navires japonais avant qu'ils ne soient coulés. Richelieu faisait partie de la force qui a libéré Singapour après la capitulation japonaise en septembre, et elle a ensuite opéré en Indochine française dans le cadre de l'effort initial pour restaurer la domination coloniale française. Rappelé en France en décembre 1945, il fut réparé et légèrement modernisé en 1946. Le navire connut un entraînement relativement limité dans l'immédiat après-guerre et, en 1952, il fut retiré du service actif pour être utilisé comme navire-école d'artillerie. En 1956, il est mis en réserve et est ensuite utilisé comme navire-école stationnaire et navire-caserne jusqu'en 1967, date à laquelle la Marine française décide de le mettre au rebut. Elle a été vendue à la ferraille en 1968, et démantelée en Italie de 1968 à 1969.
Cuirassé français_R%C3%A9publique/Cuirassé français République :
République était un cuirassé pré-dreadnought, le navire de tête de la classe République construit pour la marine française construit au début des années 1900. Mis sur cale en décembre 1901, il est lancé en septembre 1902 et mis en service en janvier 1907. Armée d'une batterie principale de quatre canons de 305 mm (12,0 in), elle est surclassée avant même d'entrer en service par le cuirassé britannique révolutionnaire HMS Dreadnought, qui avait avait été mis en service en décembre dernier et était armé d'une batterie de dix canons du même calibre. Bien que construit selon une conception obsolète, République s'est avéré être un cheval de bataille de la flotte française, en particulier pendant la Première Guerre mondiale. Pendant la carrière en temps de paix du navire, République a servi avec l'escadron méditerranéen ; cette période a été occupée par des exercices d'entraînement et des croisières en Méditerranée occidentale et dans l'Atlantique. Il était amarré près du cuirassé Liberté lorsque ce dernier explosa accidentellement en 1911, et il fut endommagé par des débris volants. Après le déclenchement de la guerre en juillet 1914, République a été utilisé pour escorter des convois de troupes transportant des éléments de l'armée française d'Afrique du Nord française pour faire face aux Allemands envahissant le nord de la France. Elle a ensuite fumé pour contenir la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique , participant à la petite bataille d'Antivari en août. La menace croissante des sous-marins austro-hongrois et la réticence de la flotte austro-hongroise à s'engager dans la bataille ont conduit à une période de patrouilles monotones qui s'est terminée par l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la France, ce qui a permis à la flotte française de être retiré. En 1916, République a été envoyée pour couvrir le retrait de la campagne de Gallipoli, et s'est ensuite impliquée dans les événements en Grèce, étant stationnée à Salonique pour faire pression sur le gouvernement grec pour qu'il entre en guerre aux côtés des Alliés. Elle a fourni des hommes à une équipe de débarquement qui a débarqué à Athènes pour soutenir un coup d'État pro-allié. Elle vit peu d'activité en 1917 et 1918 après le coup d'État réussi. En janvier 1918, il se fait retirer la moitié de ses canons principaux pour être utilisés par l'armée française et est reclassé comme navire-école. Il a servi dans ce rôle jusqu'à ce qu'il soit remplacé par d'autres navires en 1920. République a été mis hors service en mai 1921 et démantelé en Italie à partir de novembre.
Cuirassé français_Saint_Louis/Cuirassé français Saint Louis :
Le Saint Louis était le dernier des trois cuirassés pré-dreadnought de classe Charlemagne construits pour la marine française au milieu des années 1890. Elle a passé la majeure partie de sa carrière affectée à l' escadre de la Méditerranée et était généralement choisie pour servir de vaisseau amiral. Le navire a été impliqué dans deux incidents d'éperonnage accidentels avec deux autres navires de guerre français au cours de sa carrière, dont l'un a coulé un sous-marin. Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé, elle a escorté des convois de troupes alliées pendant les deux premiers mois. Saint Louis reçut l'ordre de rejoindre les Dardanelles en novembre 1914 pour se prémunir contre une sortie en Méditerranée du croiseur de guerre allemand SMS Goeben. En 1915, elle est transférée en Méditerranée orientale où elle participe au bombardement des positions turques en Palestine et dans la péninsule du Sinaï. Le navire est retourné aux Dardanelles en mai et a fourni un appui-feu pendant la campagne de Gallipoli. Saint Louis est transféré dans l'escadron chargé d'empêcher toute ingérence des Grecs dans les opérations alliées sur le front de Salonique en mai 1916, après un long carénage en France. Le navire fut mis en réserve en avril 1917 et devint brièvement un navire-école en 1919–20. Elle a été convertie pour servir de carcasse d'hébergement en 1920 et répertoriée pour élimination comme ferraille en 1931. Saint Louis n'a cependant trouvé d'acheteur qu'en 1933.
Cuirassé français_Strasbourg/Cuirassé français Strasbourg :
Strasbourg était le deuxième et dernier membre de la classe Dunkerque de cuirassés rapides construits pour la Marine française dans les années 1930. Elle et son navire jumeau Dunkerque ont été conçus pour vaincre la classe allemande Deutschland de croiseurs lourds qui avaient été établis à partir de la fin des années 1920, et en tant que tels étaient équipés d'une batterie de huit canons de 330 mm (13 po) pour contrer les six 280 canons de mm (11 po) des Deutschlands. Strasbourg a été établie en novembre 1934, lancée en décembre 1936 et mise en service en septembre 1938 alors que la situation internationale en Europe se détériorait régulièrement en raison du comportement de plus en plus agressif de l'Allemagne nazie. Strasbourg a été affecté à la flotte de l'Atlantique lors de son entrée en service; ses seules activités importantes en temps de paix consistaient en des visites au Portugal en mai 1939 et une tournée en Grande-Bretagne en mai et juin de la même année. Elle a passé les deux mois suivants à s'entraîner avec d'autres unités de la flotte et en septembre, la France et la Grande-Bretagne ont déclaré la guerre à l'Allemagne suite à son invasion de la Pologne, déclenchant la Seconde Guerre mondiale. Les deux navires de classe Dunkerque formaient le noyau de la Force de Raid (Raiding Force), chargée de protéger la marine marchande alliée dans l'Atlantique central. L'unité a été rapidement divisée en deux groupes, Strasbourg et d'autres unités étant détachées en tant que Force X, basée à Dakar. Avec une Italie de plus en plus belligérante menaçant d'entrer en guerre en avril 1940, la Force X a été rappelée en Méditerranée pour agir comme un moyen de dissuasion, bien que la défaite des forces françaises lors de la bataille de France ait rendu la situation sans objet. L'armistice précisait que Strasbourg et le reste de la flotte française seraient démilitarisés, et elle et plusieurs autres cuirassés étaient stationnés à Mers-el-Kébir à l'époque. À tort, sous l'impression que les Allemands cherchaient à s'emparer des navires, la Force H britannique a été envoyée soit pour forcer les navires à continuer à se battre, soit pour les détruire. Lorsque les Français ont refusé l'ultimatum, les Britanniques ont ouvert le feu, mais Strasbourg a échappé aux Britanniques et s'est enfui à Toulon. Là, elle a servi de navire amiral des Forces de haute mer nouvellement créées jusqu'à ce que les Allemands tentent de s'emparer de la flotte lors de l'affaire Anton, entraînant sa destruction lors du sabordage de la flotte française à Toulon en novembre 1942. L'épave a ensuite été saisie. par les Italiens, qui ont soulevé Strasbourg puis ont commencé à démanteler le navire, et ont ensuite été pris par les Allemands. Le navire a ensuite été bombardé et coulé une deuxième fois par des bombardiers américains en août 1944, et a finalement été vendu à la ferraille en 1955.
Cuirassé français_Suffren/Cuirassé français Suffren :
Le Suffren était un cuirassé prédreadnought construit pour la Marine Nationale (Marine française) dans la première décennie du XXe siècle. Achevé en 1902, le navire est affecté à l' Escadre de la Méditerranée pendant la majeure partie de sa carrière et sert souvent de vaisseau amiral. Elle a eu une carrière mouvementée puisqu'elle est entrée en collision à deux reprises avec des navires français et a eu deux fois des arbres d'hélices cassés avant le début de la Première Guerre mondiale en 1914. Suffren a été affectée aux opérations navales au large des Dardanelles, où elle a participé à une série d'attaques sur le Fortifications ottomanes gardant le détroit. Il est modérément endommagé lors des combats du 18 mars 1915 et doit être envoyé à Toulon pour réparation. Une fois terminé, le navire est revenu pour fournir un soutien de tir aux forces alliées pendant la campagne de Gallipoli. Suffren a fourni un feu de couverture lorsque les Alliés se sont retirés de la péninsule et ont accidentellement coulé l'un des navires d'évacuation. Après réparation, le navire est affecté à l'escadre française chargée d'empêcher toute ingérence des Grecs dans les opérations alliées sur le front de Salonique. Alors qu'il était en route vers Lorient pour un radoub, le Suffren fut torpillé au large de Lisbonne par un sous-marin impérial allemand le 26 novembre 1916 et coula de toutes ses forces.
Cuirassé français_Vergniaud/Cuirassé français Vergniaud :
Le Vergniaud était l'un des six cuirassés semi-dreadnought de classe Danton construits pour la marine française à la fin des années 1800. Lorsque la Première Guerre mondiale a commencé en août 1914, elle a recherché sans succès le croiseur de bataille allemand SMS Goeben et le croiseur léger SMS Breslau en Méditerranée occidentale et a escorté des convois. Plus tard ce mois-là, le navire a participé à la bataille d'Antivari dans la mer Adriatique et a aidé à couler un croiseur protégé austro-hongrois. Vergniaud passa la majeure partie du reste de la guerre à bloquer le détroit d'Otrante et les Dardanelles pour empêcher les navires de guerre allemands, austro-hongrois et turcs de pénétrer en Méditerranée. Elle a brièvement participé à l'occupation de Constantinople après la fin de la guerre et a été déployée en mer Noire au début de 1919 lors de l'intervention alliée dans la guerre civile russe. L'équipage du navire s'est mutiné après la mort d'un de ses membres lorsqu'une manifestation contre l'intervention contre les bolcheviks a été réprimée dans le sang. Vergniaud est revenu en France et a ensuite été placé en réserve après un bref déploiement en Méditerranée orientale. Il a été condamné en 1921 et utilisé comme navire cible jusqu'en 1926. Le navire a été vendu à la ferraille deux ans plus tard.
Cuirassé français_Voltaire/Cuirassé français Voltaire :
Le Voltaire était l'un des six cuirassés semi-dreadnought de classe Danton construits pour la marine française dans la première décennie du XXe siècle. Peu de temps après le début de la Première Guerre mondiale, le navire a participé à la bataille d'Antivari dans la mer Adriatique et a aidé à couler un croiseur protégé austro-hongrois. Elle passa la majeure partie du reste de la guerre à bloquer le détroit d'Otrante et les Dardanelles pour empêcher les navires de guerre allemands, austro-hongrois et turcs de pénétrer en Méditerranée. Voltaire a été touché par deux torpilles tirées par un sous-marin allemand en octobre 1918, mais n'a pas été sérieusement endommagé. Après la guerre, il fut modernisé en 1923-1925 et devint par la suite un navire-école. Elle a été condamnée en 1935 et plus tard vendue à la ferraille.
Cuirassé français_V%C3%A9rit%C3%A9/Cuirassé français Vérité :
Vérité était un cuirassé pré-dreadnought construit pour la marine française au milieu des années 1900. Elle était le deuxième membre de la classe Liberté, qui comprenait trois autres navires et était un dérivé de la classe République précédente, la principale différence étant l'inclusion d'une batterie secondaire plus lourde. Vérité transportait une batterie principale de quatre canons de 305 mm (12 pouces), comme la République , mais a monté dix canons de 194 mm (7,6 pouces) pour son armement secondaire à la place des canons de 164 mm (6,5 pouces) des navires précédents. Comme beaucoup de conceptions pré-dreadnought tardives, Vérité a été achevée après que le cuirassé britannique révolutionnaire HMS Dreadnought soit entré en service et l'ait rendu obsolète. Avant même d'être mis en service dans la flotte, Vérité transporte le président Armand Fallières lors d'un tour de la mer Baltique en 1908. Après son entrée officielle en service, Vérité est affecté à la 2e division de l'escadron de la Méditerranée, basée à Toulon. Elle s'est ensuite lancée dans la routine d'entraînement normale en temps de paix des manœuvres d'escadron et de flotte et des croisières dans divers ports de la Méditerranée. Elle a également participé à plusieurs revues navales pour de nombreux dignitaires français et étrangers. En septembre 1909, les navires de la 2e division traversent l'Atlantique vers les États-Unis pour représenter la France à la célébration Hudson-Fulton. Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale en juillet 1914, la Justice fut utilisée pour escorter des convois de troupes transportant des éléments de l'armée française depuis l'Afrique du Nord française pour faire face aux Allemands envahissant le nord de la France. Elle a ensuite fumé pour contenir la marine austro-hongroise dans la mer Adriatique , participant à la petite bataille d'Antivari en août. Le navire a été transféré à la division des Dardanelles en septembre, a bombardé les fortifications côtières ottomanes en novembre, puis a patrouillé pour la contrebande expédiée dans l'Empire ottoman jusqu'à la mi-décembre, date à laquelle il a quitté la région. Elle a vu peu d'activité jusqu'en 1916 lorsque les Alliés ont commencé un effort pour forcer la Grèce à entrer en guerre à leurs côtés; elle a abattu un zeppelin allemand au-dessus de Salonique en mai et a rejoint un blocus du pays en décembre. Vérité a vu peu d'activité supplémentaire pour le reste de la guerre, a été mis en réserve en 1919 après la fin de la guerre et a été vendu à des démolisseurs de navires italiens en 1921.
Barbe française/Barbe française :
C'est un style de coiffure faciale qui se compose d'une moustache et d'une barbe coiffées ou liées séparément.
Industrie_du_vélo_française/Industrie_du_vélo_française :
L'industrie française du vélo et l'histoire du vélo sont intimement liées. Au cours du dernier siècle et demi, l'industrie a connu deux booms et se poursuit au 21e siècle, bien qu'elle soit moins dominante aujourd'hui.
Dirigeables français_exploités_par_l'USN/Diriges dirigeables français exploités par l'USN :
Les archives concernant l'histoire des dirigeables français au service de l'US Navy sont fragmentaires. Un certain nombre de dirigeables de différentes classes ont été exploités par l'US Navy (USN) pendant la Première Guerre mondiale à partir de la base navale française de Paimbœuf , qui a été désignée station aérienne de l'US Navy à partir du 1er mars 1918. Il semble qu'au moins 13 dirigeables de fabrication française étaient exploités par l'USN depuis Paimbœuf ; six ont finalement été expédiés aux États-Unis et un a été renvoyé en France avant l'armistice. La marine a exploité ou commandé quatre dirigeables de type Astra-Torres, un T-2 - le capitaine Caussin, deux types CM et trois ou quatre types VZ.
Blocus français_du_R%C3%ADo_de_la_Plata/Blocus français du Río de la Plata :
Le blocus français du Río de la Plata était un blocus naval de deux ans imposé par la France à la Confédération argentine dirigée par Juan Manuel de Rosas. Il a fermé Buenos Aires au commerce naval. Il a été imposé en 1838 pour soutenir la Confédération péruvienne-bolivienne dans la guerre de la Confédération , mais s'est poursuivi après la fin de la guerre. La France n'a pas débarqué de forces terrestres, mais a plutôt profité de la guerre civile uruguayenne et des guerres civiles argentines , soutenant Fructuoso Rivera et Juan Lavalle contre Manuel Oribe et Rosas. Après deux ans sans les résultats escomptés, la France a signé le traité Mackau-Arana avec la Confédération argentine, mettant fin aux hostilités.
Bouline française/Boline française :
Certains considèrent qu'une chaise de chaise française est identique à une chaise de chaise portugaise, c'est-à-dire une chaise de chaise à deux boucles pouvant servir de chaise de mât. Un nœud différent est cependant également connu sous le nom de bouline française. Cette forme de bouline est similaire à une bouline standard mais il y a plusieurs boucles de sorte qu'il y a moins de risque d'endommager un objet délicat fixé par la bouline. Comme avec une chaise de chaise standard, le nœud ne peut pas se serrer. La pression est répartie sur une zone plus large que dans le cas d'une chaise de chaise standard. Le principal avantage de cette méthode est que le nœud peut être noué d'une seule main. Un moyen pratique d'attacher une bouline française peut être :
Tresse française/tresse française :
Une tresse française, également appelée tresse française, est un type de coiffure tressée. La tresse froncée à trois brins comprend trois sections de cheveux qui sont tressées ensemble du sommet de la tête à la nuque.
Pain français_(homonymie)/Pain français (homonymie) :
Le pain français ou la baguette est un pain long, fin et blanc fait à la française. Le pain français peut également faire référence à : Marraqueta, un petit pain blanc ibérique et sud-américain French Bread (développeur de jeux), un développeur de jeux vidéo japonais
Brique française-aviso_Go%C3%A9land_(1787)/Brique française-aviso Goéland (1787) :
Goéland était le nom du navire d'une classe de deux navires de "brick-avisos" (brigs de conseil), construit selon une conception de Raymond-Antoine Haran et lancé en 1787. Il a servi la marine française pendant plusieurs années en transportant des dépêches jusqu'en 1793 HMS Penelope et le HMS Proserpine l'ont capturée au large de Jérémie. La Royal Navy l'a brièvement mise en service sous le nom de Goelan et l'a vendue en 1794. En tant que brick marchand Brothers, elle semble avoir navigué comme baleinier dans la pêche à la baleine australe britannique jusqu'en 1808 environ, puis a fait du commerce entre Londres et le Brésil. Elle n'est plus répertoriée après 1815.
Brig français_Ad%C3%A8le/Brig français Adèle :
Plusieurs navires français nommés Adèle ont opéré sur le théâtre de l'océan Indien à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Au moins deux étaient des bricks corsaires que la Royal Navy britannique captura, l'un en novembre 1800 et l'autre en décembre 1807. Cet article concerne la deuxième Adèle
Brick français_Albanaise_(1790)/Brig français Albanaise (1790) :
Le brick français Albanaise (ou Albanaise) est lancé en 1790. En juin 1800, la Royal Navy le capture en Méditerranée et le met en service sous le nom de HMS Albanaise. En novembre 1800, son équipage se mutine, prend le commandement du navire et le conduit à Malaga où ils le livrent aux Espagnols. Les Espagnols l'ont rendue plus tard aux Français, qui ne l'ont pas remise en service.
Brig français_Alerte_(1787)/Brig français Alerte (1787) :
Le brick français Alerte est lancé en avril 1787. La Royal Navy le capture à Toulon en août 1793 et ​​le rebaptise HMS Vigilante. Les Britanniques l'ont incendiée lors de l'évacuation de Toulon en décembre de la même année. Après que les Français l'ont reconstruite sous le nom d'Alerte, elle a servi à la bataille de la baie d'Aboukir. Les Britanniques la reprirent en juin 1799 et la mirent en service sous le nom de HMS Minorca. Minorque est vendue en 1802.
Brig français_Amarante_(1793)/Brig français Amarante (1793) :
Le brick français Amarante (également Amaranthe), a été lancé en 1793 à Honfleur pour la marine française. La Royal Navy britannique l'a capturée à la fin de 1796 et l'a mise en service sous le nom de HMS Amaranthe. Elle a capturé un navire français lors d'une action à un seul navire avant de faire naufrage près de Cap Canaveral, en Floride, en 1799.
Brig français_Argus_(1800)/Brig français Argus (1800) :
L'Argus était un brick de 16 canons de la Marine française, lancé en 1800 et démantelé à Cayenne en 1807.
Brick français_Belliqueuse_(1793)/Brig français Belliqueuse (1793) :
Le Belliquese était un brick de 12 canons de la marine française lancé en 1793 sous le nom de navire de sa classe et vendu en 1797 pour servir de corsaire. La Royal Navy britannique l'a capturée en 1798. Bien que la Royal Navy l'ait nommée HMS Bellete et ait pris ses mesures, elle ne l'a jamais commandée; elle a été vendue en 1801.
Brick français_Brave_(1793)/Brig français Brave (1793) :
Brave, lancé au Havre en 1793, était le nom d'une classe de deux navires de canonnières gréées en brick, c'est-à-dire des canonnières. La marine française l'a rebaptisée Arrogante en mai 1795. La Royal Navy l'a capturée les 23 ou 24 avril 1798. La Royal Navy britannique l'a mise en service sous le nom de HMS Arrogante, mais l'a rebaptisée HMS Insolent environ quatre mois plus tard. Elle est vendue en juin 1818.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gernon Bay

Allemand%E2%80%93Guerre polonaise/Guerre germano-polonaise : Guerre germano-polonaise peut faire référence à : Guerre germano-polonaise...