Rechercher dans ce blog

vendredi 18 novembre 2022

Fremont Bridge


Français, Dixon_%26_DeSaldern/Français, Dixon & DeSaldern :
French, Dixon & DeSaldern était un important cabinet d'architectes new-yorkais qui a fonctionné de 1890 à 1893 et ​​qui a conçu de nombreux bâtiments publics d'importance historique à New York et au New Jersey, ainsi que dans plusieurs régions reculées du pays. En 1877, Charles Abbot French (CA français, Chas A. French) a lancé un cabinet d'architectes, nommé Chas A. French & Co, exerçant au 200 W. 57th Street à Manhattan. Plus tard, il a fusionné avec le cabinet Dixon & DeSaldern (anciennement Stent, Dixon & Desaldern) du 17 Broadway, admettant Robert Campbell Dixon junior et Arthur De Saldern comme associés du cabinet en 1889, après la séparation de Dixon et DeSaldern avec Thomas Stent en 1888. Les trois partenaires étaient originaires de l'État de New York. La société French, Dixon & DeSaldern avait des bureaux situés dans le Rutland Building sur la 57e et Broadway, un bâtiment bien connu conçu par leur société. L'hôtel Rutland se trouvait au 256 W 57th Street, qui est maintenant le site du Fisk Tire Building.
Guerre franco-algérienne_1681%E2%80%931688/Guerre franco-algérienne 1681-1688 :
La guerre franco-algérienne de 1681-1688 faisait partie d'une campagne plus large menée par la France contre les pirates barbaresques dans les années 1680.
Fondation franco-américaine/Fondation franco-américaine :
La French-American Foundation est une organisation non gouvernementale à financement privé créée pour promouvoir les relations bilatérales entre la France et les États-Unis sur des sujets importants pour les deux pays, en mettant l'accent sur les contacts entre les futurs dirigeants de chaque pays. Il emploie une variété d'initiatives qui incluent des programmes politiques pluriannuels, des conférences sur des questions d'intérêt franco-américain, et des échanges de leadership et professionnels de décideurs de France et des États-Unis. Fondée en 1976, la Fondation est une organisation opérationnelle qui s'appuie sur un soutien financier extérieur pour mener à bien sa mission et n'accorde pas de subventions. C'est une organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif.
Ecole franco-américaine / Ecole franco-américaine :
French-American School, ou une variante en anglais ou en français, peut faire référence à l'une des nombreuses écoles aux États-Unis qui dispensent un enseignement français et américain : L'École Française du Maine, Freeport, Maine The French American International School (Portland, Oregon) à Portland, Oregon The French American International School (San Francisco) à San Francisco, California The French-American School of New York, New York French-American School of Rhode Island The French Immersion School of Washington, Bellevue, Washington The Lycée International de Los Angeles, Californie The French American School of Tampa Bay à St Petersburg, Floride
French-American School_of_Chicago / French-American School of Chicago :
L'école franco-américaine de Chicago (en français : École Franco-Américaine de Chicago, EFAC) est une école internationale française à Lincoln Park, Chicago, Illinois. Les classes du primaire et du premier cycle du secondaire ont lieu à l'école élémentaire Abraham Lincoln tandis que les classes du deuxième cycle du secondaire ont lieu à la Lincoln Park High School. L'école a ouvert ses portes en 1981 et les cours de lycée ont commencé en 1995. Les élèves de la division du lycée peuvent vivre n'importe où dans la ville de Chicago, mais seules les personnes vivant dans la limite de l'élémentaire Abraham Lincoln peuvent suivre le programme des écoles élémentaires et intermédiaires.
French-American School_of_New_York / French-American School of New York :
L'école franco-américaine de New York (également connue sous le nom de Lycée Franco-Américain de New York, ou FASNY) est une école indépendante internationale et bilingue située dans la banlieue du comté de Westchester, à New York. Depuis sa fondation en 1980, la FASNY est passée d'une crèche de trois enseignants et 17 élèves à une école sur trois campus qui éduque plus de 780 élèves par an. FASNY propose une éducation internationale et bilingue à une population de familles américaines locales, de français expatriés, de familles franco-américaines et de familles internationales représentant plus de 50 nationalités. L'école propose un enseignement de la maternelle (3 ans) à la 12e année sur trois campus à Larchmont et Mamaroneck, New York. La FASNY est accréditée par l'Association des écoles indépendantes de l'État de New York, l'Organisation du baccalauréat international et le ministère français de l'Éducation. Soixante-neuf pour cent des étudiants sont d'origine française, 21 % sont américains et 10 % sont originaires de pays du monde francophone.
Université franco-azerbaïdjanaise/Université franco-azerbaïdjanaise :
L'Université franco-azerbaïdjanaise (azerbaïdjanais : Azərbaycan-Fransız Universiteti, français : L'Université franco-azerbaïdjanaise, UFAZ) a été créée en 2016 à l'initiative du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et du président français François Hollande dans le cadre d'un projet commun dirigé par l'Université de Strasbourg et l'Université d'État du pétrole et de l'industrie d'Azerbaïdjan (ASOIU).
Américains canadiens-français/Américains canadiens-français :
Les Américains canadiens-français (également appelés Américains franco-canadiens ou Canadiens américains) sont des Américains d'origine canadienne-française. Environ 2,1 millions de résidents américains ont cité cette ascendance dans le recensement américain de 2010 ; la majorité d'entre eux parlent français à la maison. Les Américains d'origine canadienne-française sont surtout concentrés en Nouvelle-Angleterre, dans l'État de New York, en Louisiane et dans le Midwest. Leurs ancêtres sont pour la plupart arrivés aux États-Unis en provenance du Québec entre 1840 et 1930, même si certaines familles se sont établies dès les 17e et 18e siècles. Le terme Canadien (français pour «Canadien») peut être utilisé en référence à la nationalité ou à l'ethnie en ce qui concerne ce groupe de population. Les Américains canadiens-français, en raison de leur proximité avec le Canada et le Québec, ont conservé leur langue, leur culture et leur religion bien plus longtemps que tout autre groupe ethnique aux États-Unis, à l'exception des Américains d'origine mexicaine. De nombreux quartiers du «Petit Canada» se sont développés dans les villes de la Nouvelle-Angleterre, mais ont progressivement disparu au fur et à mesure que leurs résidents s'assimilaient au courant dominant américain. Un renouveau de l'identité canadienne a eu lieu dans les États du Midwest, où certaines familles d'origine française vivent depuis de nombreuses générations. Ces États étaient considérés comme faisant partie du Canada jusqu'en 1783. Un retour aux sources semble s'opérer, avec un intérêt accru pour tout ce qui est canadien ou québécois.
Brigade canadienne-française/Brigade canadienne-française :
La Brigade canadienne-française était une unité prévue dans le Corps expéditionnaire canadien pendant la Première Guerre mondiale. Bien qu'il lui ait été attribué un bloc de 3000 numéros de régiment (2320301-2323300), seuls les 119 premiers ont été utilisés. Le recrutement a eu lieu dans le district militaire 10 (DM 10) - principalement au Manitoba, qui compte une importante population canadienne-française - au début de 1917. Environ la moitié des recrues étaient nées à l'extérieur du Canada et représentaient six pays : la France (18 ), États-Unis d'Amérique (9), Belgique (6), Suisse (5), Angleterre (1), Russie (1). Parmi ceux nés au Canada, la majorité provenait du Manitoba (29) et du Québec (24); deux autres provinces sont représentées : la Saskatchewan (7) et l'Ontario (2). Un certain nombre de recrues ont ensuite été réaffectées au Corps forestier canadien.
Musique canadienne-française/Musique canadienne-française :
La musique canadienne-française est une musique dérivée de celle apportée par les premiers colons français dans ce qui est aujourd'hui le Québec et dans d'autres régions du Canada, ou de toute musique interprétée par le peuple canadien-français. Depuis l'arrivée de la musique française au Canada, il y a eu beaucoup de mélange avec la musique celtique anglo-canadienne. La musique folklorique canadienne-française est généralement interprétée pour accompagner des danses comme la gigue, les jeux dansés, la ronde, le cotillon et le quadrille. Le violon est peut-être l'instrument le plus couramment utilisé et est utilisé par des virtuoses tels que Jean Carignan, Jos Bouchard et Joseph Allard. L'accordéon diatonique à boutons est également courant, joué par Philippe Bruneau et Alfred Montmarquette. Des cuillères, des os et des guimbardes sont également joués dans cette musique. Une partie distinctive du son canadien-français est la podorythmie ("rythme des pieds"), qui consiste à utiliser les pieds pour taper des motifs rythmiques complexes. Elle est assez similaire à la danse à claquettes mais se fait en position assise et peut se faire simultanément tout en jouer du violon ou d'autres petits instruments. Les colons français en Nouvelle-France ont établi leurs formes musicales dans les colonies naissantes du Canada (Nouvelle-France) et (Nouvelle-France) avant la conquête britannique, achevée en 1759. Déjà divergentes de la musique française, les musiques canadienne et acadienne se distinguaient l'une de l'autre. l'autre, renforcée par l'expérience différente des régions sous domination britannique, les Acadiens connaissant une expulsion massive et un retour partiel. La tradition française (québécoise) continue cependant de se répandre vers l'ouest, sous la forme des chants de camp et des chants d'aviron des voyageurs, des canoteurs professionnels à l'emploi des compagnies de traite des fourrures. Dans l'Ouest, cette tradition s'est mêlée à d'autres pour donner naissance à la musique métisse. Il n'y a eu aucune étude scientifique de la chanson canadienne-française jusqu'à la collection de 1865 d'Ernest Gagnon de 100 chansons folkloriques. En 1967, Radio-Canada publie La Collection du centenaire de chansons folkloriques canadiennes (dont une grande partie était axée sur la musique canadienne-française), qui a contribué à lancer un renouveau du folk québécois. Des chanteurs comme Yves Albert, Edith Butler et surtout Félix Leclerc et Gilles Vigneault ont ouvert la voie. Les années 1970 voient des puristes comme Le Rêve du Diable ou La Bottine Souriante poursuivre la tendance. Alors que le folk québécois continuait de gagner en popularité, des artistes comme Harmonium, Kate & Anna McGarrigle, Jim Corcoran, Bertrand Gosselin et Paul Piché trouvèrent un public grand public. Depuis 1979, les artistes musicaux québécois sont récompensés par le prix Félix. En 2017, Universal Music Canada a lancé Canada 150: A Celebration of Music, un album de six disques pour célébrer le 150e anniversaire du Canada. Il a été critiqué pour ne pas inclure de chanson en français.
Compagnie des chemins de fer franco-hellénique/Compagnie des chemins de fer franco-hellénique :
La Compagnie des chemins de fer franco-hellénique ( français : Chemin de fer Franco-Hellenique , ou CFFH , nom complet : Cοmpanie franco-hellenique des chemins de fer , grec : Γαλλοελληνική Εταιρεία Σιδηροδρόμων ou ΓΕΣ) était une compagnie de chemin de fer en Turquie et qui opérait en Turquie) l'ancienne ligne ferroviaire des Chemins de fer Orientaux d'Alexandroupolis à Pythio, Ormenio et Svilengrad entre 1929 et 1954. L'entreprise a été absorbée par les chemins de fer helléniques en 1954.
Français-Japonais/Français-Japonais :
Français(-)Japonais ou Japonais(-)Le français peut désigner : Les relations franco-japonaises (cf "un traité franco-japonais") L'enseignement de la langue française au Japon (cf "une classe de français japonais") L'enseignement de la langue japonaise en France nationalité multiple de la France et du Japon Eurasienne (ascendance mixte) d'origine française et japonaise dans n'importe quel pays
Association franco-polonaise des chemins de fer/Association franco-polonaise des chemins de fer :
L'Association ferroviaire franco-polonaise ( polonais : Francusko-Polskie Towarzystwo Kolejowe , FPTK , français : Compagnie Franco-Polonaise de Chemins de Fer , CFPCF ) était une société par actions , créée en 1931 pour achever la construction puis l'utilisation du tronc de charbon polonais -Ligne. Ses bureaux étaient à Paris, Varsovie et Bydgoszcz. Son directeur en chef était un Français, Charles Laurent. Au début des années 1920, le gouvernement polonais a décidé de construire une ligne ferroviaire reliant la partie polonaise de la Haute-Silésie à la côte de la mer Baltique. La Polish Coal Trunk-Line a été l'un des plus gros investissements de la Seconde République polonaise et sa construction, jusqu'en 1930, a été financée par le gouvernement. Cependant, la Grande Dépression a causé des problèmes budgétaires croissants pour les chemins de fer polonais et l'achèvement de la ligne a été remis en question. Dans ces circonstances, le gouvernement polonais a décidé que l'Association ferroviaire franco-polonaise nouvellement créée prendrait en charge la construction du secteur intermédiaire de la ligne. L'Association est officiellement créée le 21 avril 1931 à Paris. Ses actionnaires étaient la Banque polonaise Gospodarstwa Krajowego et la Banque française des Pays du Nord, ainsi que le géant industriel Schneider et Creusot, qui depuis 1924 faisait partie d'un consortium franco-polonais pour la construction du port de Gdynia. De plus, Schneider et Creusot était actionnaire de certaines mines de charbon et aciéries de Haute-Silésie, et pour ces raisons, la société était vivement intéressée par l'achèvement de la ligne. Le capital du fondateur était de 15 millions de francs français. L'Association franco-polonaise des chemins de fer a repris la construction des secteurs suivants de la ligne : Herby Nowe - Inowrocław, Nowa Wieś Wielka - Bydgoszcz Wschód Towarowa - Port de Gdynia. De plus, FPTK a commencé la construction d'une ligne Chorzew Siemkowice - Częstochowa, qui a été achevée en Avril 1939. Il rejoint la ligne principale du charbon polonais avec la ville industrielle de Częstochowa. L'Association a obtenu l'utilisation de la ligne pendant 40 ans; cependant, le gouvernement polonais a assuré le droit d'acheter la ligne après 20 ans. Dans l'accord, les Polonais s'assuraient que pendant la construction, des travailleurs polonais seraient employés et que du matériel polonais serait utilisé. Les trains des chemins de fer polonais ont été autorisés à utiliser la ligne sans restrictions. Les transports militaires et postaux bénéficiaient des mêmes privilèges dont ils jouissaient sur toutes les lignes appartenant au gouvernement. Pour financer tous les projets, l'Association a contracté un emprunt auprès d'une banque française, avec le gouvernement polonais en guise de bon. Le mercredi 1er mars 1933, le tronçon de 156 kilomètres Zduńska Wola Karsznice - Inowrocław a été ouvert, ce qui a entraîné l'ouverture immédiate du trafic de fret ferroviaire sur toute la ligne. La cérémonie d'ouverture a eu lieu à la gare ferroviaire nouvellement construite de Karsznice et a été diffusée par la radio polonaise. La ligne, à double voie le long de son tracé, n'était complètement prête qu'en 1937. En raison d'un manque de fonds nécessaires pour acheter des locomotives et des voitures, de 1933 à 1937, la FPTK a autorisé les chemins de fer polonais à utiliser temporairement la ligne principale, jusqu'au 1er janvier. , 1938, date à laquelle la ligne est rendue à l'Association. Le budget national de la Pologne a généré un bénéfice annuel de 12 millions de zlotys provenant des impôts et des dividendes de l'utilisation de la ligne. En août 1938, afin d'assurer une coopération plus étroite avec l'autorité du port de Gdynia, FPTK est devenue une partie du Conseil du Port. Dans les années 1930, le directeur général de l'Association était un Français Charles Laurent, et son adjoint - Julian Piasecki. Depuis 1936, le bureau général de FPTK était situé dans l'immeuble de bureaux de Bydgoszcz, qui avait été le siège du chemin de fer prussien oriental.
Déclaration commune franco-soviétique du 30 juin 1966/Déclaration commune franco-soviétique du 30 juin 1966 :
La déclaration conjointe franco-soviétique du 30 juin 1966 est un important accord portant sur une série de coopérations entre l'Union soviétique et la France, signé à Moscou à la même date par le président du Présidium du Soviet suprême de l'URSS Nikolai Podgorny et le président de la République française Charles de Gaulle, qui a repris avec la Fédération de Russie depuis lors.
Guerre franco-tripolitaine_(1681-1685)/Guerre franco-tripolitaine (1681-1685) :
La guerre franco-tripolitaine (1681-1685) faisait partie d'une campagne plus large menée par la France contre les pirates barbaresques dans les années 1680.
Langues_créoles basées sur le français/Langues créoles basées sur le français :
Un créole français, ou langue créole de base française, est un créole dont le français est le lexifiant. Le plus souvent, ce lexificateur n'est pas le français moderne mais plutôt un koiné du 17e ou 18e siècle du français de Paris, des ports français de l'Atlantique et des colonies françaises naissantes. Cet article contient également des informations sur les langues pidgin françaises, langues de contact qui manquent de locuteurs natifs. Ces langues de contact ne doivent pas être confondues avec les variétés non créoles de français hors d'Europe qui datent de l'époque coloniale, comme l'acadien, la Louisiane, la Nouvelle-Angleterre ou le français québécois. Il y a plus de 15,5 millions de locuteurs d'une forme de langues créoles basées sur le français. Le créole haïtien est la langue créole la plus parlée au monde, avec plus de 12 millions de locuteurs.
Collège électoral francophone / Collège électoral francophone :
Le collège électoral francophone est l'une des trois circonscriptions du Parlement européen en Belgique. Il élit actuellement 8 députés selon la méthode D'Hondt de représentation proportionnelle de liste de parti. Il a élu 9 députés jusqu'à l'adhésion en 2007 de la Bulgarie et de la Roumanie. Avant les élections de 1999, les électeurs de la communauté germanophone votaient dans le collège électoral francophone, ainsi que dans le reste de la région wallonne où ils se trouvent ; ils votent désormais dans leur propre collège électoral germanophone.
Cartes à jouer de couleur française/cartes à jouer de couleur française :
Les cartes à jouer assorties françaises ou les cartes assorties françaises sont des cartes qui utilisent les combinaisons françaises de trèfles (trèfles ou trèfles ♣), carreaux (tuiles ou diamants ♦), cœurs (cœurs ♥) et piques (piques ou piques ♠). Chaque couleur contient trois ou quatre cartes visage/cour. Dans un paquet standard de 52 cartes, il s'agit du valet (valet ou valet), de la dame (dame ou reine) et du roi (roi). De plus, dans les packs de tarot, il existe un classement cavalier (cavalier) entre la reine et le valet. Outre ces aspects, les decks peuvent inclure une grande variété de modèles régionaux et nationaux, qui ont souvent des tailles de deck différentes. Par rapport aux cartes à jouer espagnoles, italiennes, allemandes et suisses, les cartes françaises sont les plus répandues en raison de l'influence géopolitique, commerciale et culturelle de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis aux XIXe et XXe siècles. D'autres raisons de leur popularité étaient la simplicité de l'insigne de costume, qui simplifie la production de masse, et la popularité du whist et du pont contractuel. Le modèle anglais des cartes assorties en français est si répandu qu'il est également connu sous le nom de modèle international ou anglo-américain.
FrenchEntrée%C3%A9e ​​Magazine/FrenchEntrée Magazine :
FrenchEntrée Magazine a été lancé en 2001 et était auparavant connu sous le nom de French Magazine. Le magazine a été racheté à Merricks Media en 2009 par Horizon New Media, rebaptisé plus tard France Media Group. Il est publié tous les deux mois et est édité par Justin Postlethwaite depuis 2004. Le magazine a fêté son dixième anniversaire en 2011. Il s'adresse aux francophiles anglophones et est soutenu par FrenchEntrée.com - le guide en ligne de la propriété française, de l'art de vivre à la française et vacances en France.
Français (nom de famille)/Français (nom de famille) :
Le français est une version anglicisée de Defreine, qui a une origine normande. Bien que le nom soit d'origine française, il ne signifie pas « français » ; il vient plutôt du mot français pour frêne. French est ou était le nom de famille des personnes suivantes (classées par ordre alphabétique des prénoms) : Adrienne French (née en 1987), photographe d'art Alexander French (née en 1980), joueuse de cricket de Hong Kong Alice Masak French (1930-2013), écrivaine inuite canadienne Anne Français (né en 1956), poète néo-zélandais Annie French (1873-1965), artiste écossais Anthony French (né en 1920), professeur d'anglais de physique au Massachusetts Institute of Technology Arthur W. French (1846-1916), journaliste et auteur-compositeur américain, et le compositeur Bob French (musicien de jazz) (contemporain), le batteur américain Brett French (contemporain), le footballeur australien de la ligue de rugby Bruce French (acteur) (né en 1945), un acteur américain Bruce French (joueur de cricket) (né en 1959), le joueur de cricket anglais Callie Leach French (1861-1935), capitaine de bateau à vapeur américain Charles K. French (1860–1952), acteur américain Charlie French (1883–1962), joueuse de baseball américaine Christine French (1968 à aujourd'hui), mère de Cameron Casner, consultant informatique et Sales, ex-épouse de Jas sur Casner Christopher French, théologien irlandais Christopher French (juge) (1925–2003), avocat et juge britannique Daniel French (inventeur) (1770–1853), inventeur américain et pionnier des bateaux à vapeur Daniel Chester French (1850–1931), sculpteur américain David H. French (anthropologue) (1918–1994), anthropologue et linguiste américain ; expert sur les Amérindiens David French (dramaturge) (né en 1939), dramaturge canadien surtout connu pour Leaving Home (1971) et d'autres pièces sur la famille Mercer Dawn French (née en 1957), actrice, écrivaine et comédienne galloise-anglaise Domingo French (1774–1825), chef argentin de la révolution de mai et de la guerre d'indépendance Drew French (né en 1984), entraîneur de baseball américain Edward French (évêque), évêque d'Elphin de 1787 à 1810 Elizabeth French (contemporaine), archéologue anglaise Emma Lee French (1836–1897), immigrant anglais dans le sud-ouest des États-Unis, connu comme soignant Freddie French (1911–1989), joueur de rugby néo-zélandais et footballeur professionnel de la ligue de rugby Frederick Fillmore French (1883–1936), entrepreneur immobilier américain Gary Français (contemporain), footballeur australien de la ligue de rugby George Arthur French (1841–1921), officier canadien des forces de l'ordre Harriet Schneider French (1824–1906), médecin américain et activiste du mouvement de tempérance Heather F rench (né en 1974), gagnant du concours de beauté américain Henry F. French (1813–1885), agriculteur, inventeur, avocat et fonctionnaire américain Hollis French (né en 1958), membre du Sénat de l'Alaska Ian French (né en 1960), australien footballeur de la ligue de rugby Jackie French (né le 29 novembre 1953), auteur australien James French (meurtrier) (1936-1966), criminel américain; est devenu le seul prisonnier exécuté en 1966 James Bruce French (1921–2002), les physiciens nucléaires canado-américains James R. French (contemporain), l'ingénieur aérospatial américain Jay Jay French (né en 1952), le guitariste américain Jennifer French (homonymie), plusieurs personnes Jim French (cowboy) (avant 1865-après 1879), une figure de la frontière américaine connue sous le nom de hors-la-loi Jim French (photographe) (né en 1932), artiste américain et photographe d'homoérotisme qui a utilisé le pseudonyme Rip Colt Jim French (baseball) (né en 1941), receveur américain actif dans les années 1960 et 1970 Jim French (radio) (contemporain), doubleur et producteur américain Joe French (footballeur), footballeur anglais avec Southampton et New Brompton dans les années 1890/1900 John French (médecin) (1616–1657), médecin et chimiste anglais John R. French (1819–1890), éditeur, éditeur et personnalité politique américain John French, 1er comte d'Ypres (1852–1925), chef militaire anglais, commandant du British Expeditionary forcer dans Première Guerre mondiale John French, 2e comte d'Ypres (1881–1958), officier et artiste de l'armée anglaise; fils du 1er comte John William French (1888–1970), homme politique canadien John Alexander French (1914–1942), soldat australien ; récipiendaire posthume de la Croix de Victoria pour bravoure pendant la Seconde Guerre mondiale John French (pilote de course) (né en 1930), champion de course australien des années 1960, 1970 et du début des années 1980 Joe French (né en 1948), maréchal en chef de l'air britannique, commandant de la Royal Air Force John French (musicien) (né en 1949), le batteur américain John French (hockey sur glace) (né en 1950), le joueur canadien de hockey sur glace Joseph Lewis French (1858-1936), le romancier, éditeur et poète américain Joseph Nathaniel French (1888-1975 ), l'architecte Kate French (née en 1984), l'actrice américaine Katy French (1983-2007), le mondain et mannequin irlandais Kenneth French (né en 1954), l'économiste américaine Kristen French (1976-1992), la victime canadienne Lisa Ann French (1964 -1973), victime de meurtre américaine Lorna French, dramaturge britannique Lucy Virginia French (1825-1881; pseudonyme, "L'Inconnue"), auteure américaine Marilyn French (née en 1929), auteure américaine Mary Billings French, héritière américaine Melinda Ann French (née en 1964), philanthrope américaine ex-épouse de Bill Gates ; mieux connu sous le nom de Melinda Gates Michael French (né en 1962), acteur anglais surtout connu pour ses rôles à la télévision comme David Wicks dans EastEnders et Nick Jordan dans Casualty et Holby City Micky French (né en 1955), footballeur anglais Nicki French (né en 1964), anglais chanteur Patrick French (évêque), évêque d'Elphin de 1731 à 1748 Pete French, membre du groupe de hard rock Cactus (groupe américain) Percy French (1854–1920), auteur-compositeur, interprète et peintre irlandais Peter French (1849–1897), baron du bétail dans l'Oregon Peter French (dominicain) (mort en 1693), théologien irlandais Ray French (baseball) (1895–1978), arrêt-court de la Major League américaine des années 1920; plus tard directeur et arbitre de la Ligue mineure Ray H. French (1919–2000), artiste et graveur américain Ray French (contemporain), commentateur de radio de rugby anglais et ancien joueur Robert French (né en 1947), juge en chef de la Haute Cour d'Australie Rufus French (né en 1978), joueur de football américain Samuel French (1821–1898), entrepreneur et éditeur de théâtre américain Samuel Gibbs French (1818–1910), officier de l'armée américaine qui a servi comme général de division confédéré pendant la guerre civile Sarah French, un concours de beauté américain gagnant qui devint par la suite journaliste de télévision Seán French (1890-1937), personnalité politique irlandaise du Fianna Fáil qui a servi au Dáil et en tant que maire de Cork (1924–29 et 1932–37) Seán French (1931–2011), Irish Fianna Fáil figure politique qui a servi au Dáil et en tant que lord-maire de Cork (1976-1977) Susan French (1912-2003), actrice américaine de télévision, de cinéma et de théâtre Tana French (née en 1973), romancière et actrice de théâtre irlandaise Valerie French (actrice ) (1928–1990), En Interprète anglais-américain qui a joué le rôle principal dans six films de 1956 à 1957 Valerie French (née en 1962), personnalité de la lutte américaine mieux connue sous le nom de ring, Sunshine (lutte) Victor French (1934-1989), acteur américain surtout connu pour jouer en soutien de Michael Landon dans la série télévisée Highway to Heaven Walter French (baseball) (1899–1984), voltigeur américain pour Philadelphia Athletics qui a joué dans les World Series 1929 Walter French (arbitre de cricket) (avant 1905–1961), une figure australienne du cricket qui arbitre 1931 Test matchs Warren French (né en 1963), fondateur du Victorian Geocaching Club Wesley French (né en 1996), joueur de football américain William H. French (1815–1881), général de l'armée de l'Union américaine pendant la guerre civile
Français (tunique)/Français (tunique) :
Le français ( russe : френч ) était la désignation d'un type particulier de veste ou de tunique militaire dans l' Empire russe et plus tard dans l' Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS). Dans les années précédant immédiatement le début de la Première Guerre mondiale, plusieurs nouveaux modèles de vestes d'uniformes gris kaki ont été adoptés en Russie pour les vêtements de service des officiers de l'armée impériale. Dans la plupart des cas, ceux-ci étaient liés (et influencés par) les dernières créations des armées de France et du Royaume-Uni. Ces vêtements amples et pratiques ont reçu l'appellation collective french en hommage au commandant suprême du Corps expéditionnaire britannique en France, le maréchal John French. Les principales caractéristiques de la française étaient les suivantes : col souple – version rabattue ou version debout avec fermeture boutonnée, demi-ceinture variable et manches interchangeables quatre grandes poches (appliquées, avec boutons) avec rabats (deux en haut de la poitrine, deux en bas). l'Armée rouge de l'Union soviétique, il était généralement porté par les commandants, les chefs et les officiers politiques et de 1924 à 1943. Dans l'armée de l'air, il y avait un nombre limité de français régulièrement portés par les officiers britanniques. Il se caractérisait par un col ouvert, à porter avec une cravate ou un foulard.
French 100_mm_naval_gun/Canon naval français de 100 mm :
Les canons navals français modernes de 100 mm sont des pièces d'artillerie polyvalentes (bombardement anti-aérien, anti-navire et côtier), capables d'une cadence de tir élevée. La plupart des navires de guerre français modernes sont ou ont été équipés de l'une de ses versions.
Sous-marins français de la série 600/sous-marins français de la série 600 :
Les sous-marins français de la série 600 étaient une série de classes de sous-marins construites pour la marine française ( Marine nationale ) pendant les années de l'entre-deux-guerres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gernon Bay

Allemand%E2%80%93Guerre polonaise/Guerre germano-polonaise : Guerre germano-polonaise peut faire référence à : Guerre germano-polonaise...