Rechercher dans ce blog

mercredi 16 novembre 2022

François de Noailles


François%C3%A7ois Val%C3%A9ry/François Valéry :
François Valéry (de son vrai nom : Jean-Louis Mougeot, né le 4 août 1954 à Oran, Algérie française) est un auteur-compositeur-interprète français.

Fran%C3%A7ois Van_Den_Bosch/François Van Den Bosch :
François Van Den Bosch (né le 8 septembre 1934) est un ancien cycliste belge. Il a participé aux épreuves de course sur route individuelles et par équipe aux Jeux olympiques d'été de 1956.
Fran%C3%A7ois Van_Hoorenbeek/François Van Hoorenbeek :
François Van Hoorenbeek était un tireur à la corde belge qui a participé aux Jeux olympiques d'été de 1920. En 1920, il remporte la médaille de bronze en tant que membre de l'équipe belge de tir à la corde.
Fran%C3%A7ois Van_Vlaslaer/François Van Vlaslaer :
François Van Vlaslaer (né le 4 avril 1897, date de décès inconnue) était un coureur cycliste français qui a participé au Tour de France 1929.
Fran%C3%A7ois Van_der_Elst/François Van der Elst :
François Van der Elst (1er décembre 1954 - 11 janvier 2017) était un footballeur belge qui a joué comme ailier droit. Van der Elst est né à Opwijk, dans le Brabant flamand. Avec Anderlecht, il a remporté deux titres nationaux et quatre coupes entre 1971 et 1980. Van der Elst a remporté la Coupe des vainqueurs de coupe d'Europe à deux reprises, en 1976 et 1978, marquant 18 buts dans la compétition, le 4e plus grand nombre de tous les joueurs. Il a également aidé la Belgique à prendre la deuxième place aux Championnats d'Europe de 1980 et a fait partie de l'équipe de la Coupe du monde en Espagne en 1982. Après sa carrière, Van der Elst possédait un bar de billard et de billard dans sa ville natale d'Opwijk. Le jour de l'An, il s'est effondré et a été réanimé par une équipe médicale d'urgence avant d'être placé dans un coma artificiel. Une période de soins intensifs a finalement conduit à sa mort des suites de lésions cardiaques subies à l'âge de 62 ans.
Fran%C3%A7ois Vanden_Eynde/François Vanden Eynde :
François Vanden Eynde ou Van Den Eynde (né le 15 février 1911) était un footballeur belge qui a joué comme attaquant. Né à Saint-Gilles , Bruxelles , il a passé sa carrière avec sa Royale Union Saint-Gilloise de 1930 à 1947. Il a remporté la Première Division belge en 1933, 1934 et 1935, l'équipe restant 60 matches sans défaite. Il a disputé 286 matchs et marqué 126 buts en première division belge. Vanden Eynde a remporté quatre sélections internationales pour la Belgique. Ses débuts ont eu lieu le 11 décembre 1932, lors d'une défaite 6-1 en amical à domicile contre l'Autriche. Ses seuls buts internationaux sont survenus le 25 février 1934, lorsqu'il a remplacé Stanley Vanden Eynde à la 34e minute et a marqué deux fois lors d'un match nul 4–4 contre l'État libre d'Irlande à Dalymount Park, Dublin, lors de la Coupe du monde de football 1934. qualification.Vanden Eynde est ensuite devenu l'entraîneur de l'Union SG. À l'automne 1964, il entraîne le club bruxellois lors de sa dernière apparition européenne avant une longue absence de 58 ans, une défaite 1-0 contre l'équipe italienne de la Juventus lors de la Coupe des foires interurbaines 1964-1965 . Il a entraîné l'Union SG pendant une saison.
Fran%C3%A7ois Vannson/François Vannson :
François Vannson (né le 20 octobre 1962 à Épinal) était membre de l'Assemblée nationale de France. Il a représenté le département des Vosges de 1993 à 2017 en tant que membre de l'Union pour un mouvement populaire.
Fran%C3%A7ois Varillon/François Varillon :
François Varillon (1905-1978) était un jésuite et théologien français. Il était aussi un écrivain d'une certaine importance. Il entre dans la Compagnie de Jésus, au noviciat, à 22 ans et est ordonné prêtre en 1937. Il remporte le Grand prix catholique de littérature en 1974 pour L'humilité de Dieu.
Vase Fran%C3%A7ois/Vase François :
Le Vase François est un grand cratère à volute attique décoré dans le style des figures noires. Il mesure 66 cm de haut et s'inspire des vases en bronze antérieurs. Il était utilisé pour le vin. Une étape importante dans le développement de la poterie grecque antique en raison du style de dessin utilisé ainsi que de la combinaison d'histoires connexes représentées dans les nombreuses frises, elle est datée d'environ 570/560 avant notre ère. Le vase François a été découvert en 1844 à Chiusi où une tombe étrusque dans la nécropole de Fonte Rotella a été trouvée située dans le centre de l'Italie. Il a été nommé d'après son découvreur Alessandro François et se trouve maintenant au Museo Archeologico de Florence. Il reste à savoir si le cratère a été utilisé en Grèce ou en Etrurie, et si les anses ont été cassées et réparées en Grèce ou en Etrurie. Le vase François a peut-être été fabriqué pour un symposium donné par un membre d'une famille aristocratique à Athènes solonienne (peut-être pour une occasion spéciale, comme un mariage), puis brisé et, après avoir été soigneusement réparé, envoyé en Étrurie, peut-être comme un exemple d'échange de cadeaux d'élite. Il porte les inscriptions Ergotimos mepoiesen et Kleitias megraphsen, signifiant « Ergotimos m'a fait » et « Kleitias m'a peint ». Il représente 270 personnages, dont 121 sont accompagnés d'inscriptions. Il est très inhabituel qu'un si grand nombre soit identifiable : les scènes représentées représentent un certain nombre de thèmes mythologiques. En 1900, le vase a été brisé en 638 morceaux par un gardien du musée en lançant un tabouret en bois contre le verre protecteur. Il a ensuite été restauré par Pietro Zei en 1902, suivi d'une deuxième reconstruction en 1973 incorporant des pièces précédemment manquantes.
Fran%C3%A7ois Vatable/François Vatable :
François Vatable (fin XVe siècle - 16 mars 1547) était un érudit humaniste français, helléniste et hébraïsant.
Fran%C3%A7ois Vatel/François Vatel :
François Vatel (prononciation française : [fʁɑ̃swa vatɛl]) (1631 - 24 avril 1671) était le majordome (en français, maître d'hôtel) de Nicolas Fouquet et du prince Louis II de Bourbon-Condé. Vatel est né en Suisse ou à Paris en 1625, 1631 ou 1635. On lui attribue largement la création de la crème Chantilly ( crème Chantilly ), une crème fouettée sucrée à la vanille, mais il n'y a pas de documentation contemporaine pour cette affirmation, et la crème fouettée aromatisée était connue au moins un siècle plus tôt. Vatel a servi le surintendant de Louis XIV Nicolas Fouquet lors de la fête d'inauguration au château de Vaux-le-Vicomte qui a eu lieu le 17 août 1661. Vatel était responsable d'un banquet extravagant pour 2 000 personnes organisé en l'honneur de Louis XIV par le Grand Condé en avril 1671 au château de Chantilly, où il mourut. Selon une lettre de Madame de Sévigné, Vatel était tellement bouleversé par le retard de la livraison des fruits de mer et par d'autres mésaventures qu'il s'est suicidé en se transperçant avec son épée, et son corps a été découvert lorsque quelqu'un est venu lui annoncer l'arrivée. du poisson. On pense que cet incident est à l'origine de l'idiome "mort faute de sauce au homard", une expression signifiant mourir ou être dévasté en raison d'une petite déception ou d'un accident.
Fran%C3%A7ois Vautier/François Vautier :
François Vautier (parfois écrit Vauthier), (né en 1589 à Arles et mort le 4 juillet 1652 à Paris) était un médecin et botaniste français.
Fran%C3%A7ois Vavasseur/François Vavasseur :
François Vavasseur (anglais : François Vavasseur ; 8 décembre 1605, à Paray-le-Monial - 16 décembre 1681 à Paris, France) était un jésuite humaniste et polémiste français. Il entre dans la Compagnie de Jésus le 25 octobre 1621, enseigne les humanités et la rhétorique pendant sept ans, puis la théologie positive et l'Écriture sainte à Bourges, puis à Paris. Son premier ouvrage fut une paraphrase du Livre de Job en hexamètres latins (1637), reprise et accompagnée d'un commentaire en 1679. Il publia aussi Theurgicon (1644), sur les miracles du Christ, "Elegiarum liber" (1656), " De ludicra dictione" (1656) ; prit une part active à la controverse janséniste ("Cornelius Jansenius Iprensis suspectus", Paris, 1650), et se défendit contre l'accusation d'avoir écrit des pamphlets concernant l'affaire Calaghan (De libello supposititio dissertatio, 1653). Dans ce dernier écrit, il définit avec précision le style des écrivains de Port-Royal avant les Provinciales : monotone et chargé de périodes compliquées. Il écrivit une critique acerbe et savante de l'"Epigrammatum delectus" de Port-Royal (1659), "De epigrammate liber et epigrammatum libri tres" (1669), montrant la connaissance de Catulle, de Martial et de l'anthologie grecque. Il est sensible à ce sujet et s'en prend à son interlocuteur René Rapin, qui a pratiquement déclaré qu'aucun moderne n'avait écrit une bonne épigramme (Remarques sur les nouvelles réflexions du RP Rapin Jésuite, touchant la poétique, 1675). Guillaume de Lamoignon, protecteur de Rapin, fait supprimer le pamphlet de Vavasseur. « Le père Vavasseur était un savant, un de ces esprits critiques et sévères qui trouvent de quoi mordre même dans les bonnes œuvres, et qui ne laissent rien passer » (Sainte-Beuve, « Port-Royal », III, 528). Ses autres œuvres comprennent des sermons, un commentaire sur Osee et une dissertation sur la beauté du Christ. Tous ses écrits ont été recueillis par le théologien Jean Leclerc (Amsterdam, 1709). Ses écrits latins avaient paru auparavant à Paris (1683).
Fran%C3%A7ois Vendasi/François Vendasi :
François Vendasi (né le 24 juin 1940) est un ancien membre du Sénat de France, représentant le département de la Haute-Corse. Il est membre du Parti radical de gauche.
Fran%C3%A7ois Verboven/François Verboven :
François Verboven était un gymnaste belge. Il a participé au concours multiple par équipe masculine aux Jeux olympiques d'été de 1920, remportant la médaille d'argent.
Fran%C3%A7ois Verger/François Verger :
François Verger (29 novembre 1911 - 24 octobre 2001) était un joueur français de hockey sur gazon qui a participé aux Jeux olympiques d'été de 1936. Il a été membre de l'équipe de France de hockey sur gazon, qui a terminé quatrième du tournoi olympique de 1936. Il a disputé quatre matchs en tant que demi-arrière.
Fran%C3%A7ois Vergucht/François Vergucht :
François Vergucht (né en 1887, date de décès inconnue) était un rameur belge qui a remporté une médaille d'argent en huit masculin aux Jeux olympiques d'été de 1908.
Fran%C3%A7ois Vergult/François Vergult :
François Vergult (né le 21 avril 1891, date de décès inconnue) était un joueur belge de hockey sur glace. Il a remporté le titre européen de 1913 et a terminé troisième aux Championnats d'Europe de 1914 et cinquième aux Jeux olympiques d'été de 1920.
Fran%C3%A7ois Vernadat/François Vernadat :
François B. Vernadat (né en 1954) est un informaticien français et canadien, qui a contribué à la modélisation, l'intégration et la mise en réseau d'entreprise au cours des 25 dernières années, spécialisé dans les architectures d'entreprise, la modélisation des processus métier, la conception et l'analyse des systèmes d'information, l'intégration et l'interopérabilité des systèmes. et l'analyse des systèmes à l'aide de réseaux de Petri.
Fran%C3%A7ois Verster/François Verster :
François Verster (né en 1969) est un réalisateur et documentariste sud-africain. Il a une vaste expérience dans l'écriture, la musique, le milieu universitaire et le cinéma. Après avoir obtenu une maîtrise avec distinction auprès du lauréat du prix Nobel de littérature JM Coetzee à l'Université de Cape Town, il a travaillé avec Barenholtz Productions à New York et en tant que membre de l'équipe sur divers longs métrages indépendants. Les débuts acclamés de Verster en tant que réalisateur/producteur de documentaires étaient Pavement Aristocrats: The Bergies of Cape Town. En 1998, Verster a créé Undercurrent Film & Television, une société basée au Cap qui vise à produire des programmes documentaires de qualité pour les marchés locaux et internationaux.
Fran%C3%A7ois Verwilt/François Verwilt :
François (Frans) Verwilt (vers 1623 à Rotterdam - 8 août 1691 à Rotterdam) était un peintre paysagiste hollandais de l'âge d'or.
Fran%C3%A7ois Victor_Alphonse_Aulard/François Victor Alphonse Aulard :
François Victor Alphonse Aulard (19 juillet 1849 - 23 octobre 1928) fut le premier historien professionnel français de la Révolution française et de Napoléon. Sa grande réussite a été d'institutionnaliser et de professionnaliser la pratique de l'histoire en France. Il argumente : Du point de vue social, la Révolution a consisté en la suppression de ce qu'on appelait le régime féodal, en l'émancipation de l'individu, en un plus grand partage de la propriété foncière, l'abolition des privilèges de la noblesse, l'établissement de l'égalité, la simplification de la vie. [...] La Révolution française se distinguait des autres révolutions en ce qu'elle n'était pas seulement nationale, car elle visait à profiter à toute l'humanité.
Fran%C3%A7ois Victor_Le_Tonnelier_de_Breteuil/François Victor Le Tonnelier de Breteuil :
François Victor Le Tonnelier de Breteuil (17 avril 1686 - 7 janvier 1743 à Issy) était un noble français. Il fut ministre de la guerre à deux reprises sous Louis XV. Il fut également chancelier, garde des sceaux de la Maison de la reine et commandeur, prévôt et grand maître des cérémonies de l'Ordre du Saint-Esprit (1721-1743). Il faisait partie de la famille Le Tonnelier de Breteuil. Il était marquis de Fontenay-Trésigny, sire de Villebert, seigneur de Breteuil, du Mesnil-Chassemartin, des Chapelles, de Villenevotte et de Palaiseau, baron de Boitron et de Preuilly.
Fran%C3%A7ois Victor_Massena,_3e_duc_de_Rivoli/François Victor Massena, 3e duc de Rivoli :
François Victor Masséna, 3e prince d'Essling et 3e duc de Rivoli (né le 2 avril 1799 à Antibes, mort le 16 avril 1863) était un ornithologue amateur. Il était le plus jeune des quatre enfants d'André Masséna, 2e prince d'Essling et d'Anne Marie Rosalie Lamare. Ses frères et sœurs étaient Victoire Thècle Masséna, Marie Anne Elisabeth Masséna et Jacques Prosper Masséna. Masséna a accumulé une grande collection d'oiseaux de 12 500 spécimens, qu'il a vendue au Dr Thomas Bellerby Wilson en 1846. Wilson a donné la collection à l'Académie des sciences naturelles de Philadelphie. Massena a décrit un certain nombre de nouveaux perroquets avec son neveu Charles de Souancé, dont la perruche à joues vertes. Le trogon à queue ardoisée, le pic à mante pourpre et le colibri de Rivoli ont tous été nommés en son honneur. En 1823, il épousa Anna Massena, duchesse de Rivoli et ils eurent quatre enfants. Le colibri d'Anna a été nommé en son honneur par son confrère ornithologue René Primevère Lesson.
Fran%C3%A7ois Victor_M%C3%A9rat_de_Vaumartoise/François Victor Mérat de Vaumartoise :
François Victor Mérat de Vaumartoise (5 juillet 1780 à Paris - 13 mars 1851 à Paris) était un médecin, botaniste et mycologue français. En 1803, il obtient son doctorat en médecine avec une thèse sur l'empoisonnement aux métaux lourds, puis devient chef de clinique à l'Hôpital de la Charité à Paris. Il fut membre de l'Académie nationale de médecine, membre correspondant de la Société linnéenne de Lyon (1824-1851) et membre de la Société nationale et centrale d'agriculture. Il fut Officier de la Légion d'honneur (1847) et Chevalier de l'Ordre du Christ de Portugal (1828). Au cours de ses dix années à la Charité, il a soigné et guéri de nombreux patients atteints de saturnisme. Il était l'autorité taxonomique du genre de champignons lichénisés Lasallia et des genres botaniques Corvisartia (famille des Astéracées), Lerouxia (famille des Primulacées) et Robertia (famille des Ranunculacées). Son intérêt botanique et médical s'est rencontré dans son rapport sur l'utilisation de la racine de grenade pour lutter contre les infections par le ténia. Il a reçu une récompense monétaire de l'Académie des sciences pour ce travail.
Fran%C3%A7ois Vidal/François Vidal :
François Vidal (14 juillet 1832 - 25 mai 1911) était un poète et activiste provençal français.
Fran%C3%A7ois Viellard-Migeon/François Viellard-Migeon :
François Viellard-Migeon (1803-1886) était un homme politique français. Il a servi dans le Corps législatif de 1869 à 1870 et au Sénat français de 1876 à 1886.
Fran%C3%A7ois Viens/François Viens :
François Viens (né le 7 mars 1975) est un joueur de racquetball à la retraite canadien de Delson, au Québec. Viens était un spécialiste du double au cours de sa carrière, jouant généralement du côté droit. Il a remporté quatre championnats canadiens en double, trois avec Vincent Gagnon, avec qui il a également remporté les championnats panaméricains 2007 et un avec Corey Osborne.
Fran%C3%A7ois Viger/François Viger :
François Viger (30 novembre 1752 - 20 août 1824) était un agriculteur, un marchand et une personnalité politique du Bas-Canada. Il représenta Kent à l'Assemblée législative du Bas-Canada de 1800 à 1808. Il est né à Boucherville, fils de François Viger et de Josephte Chénier. En 1789, il épouse Clémence Babin. Viger ne se présente pas aux élections de 1808. Il décède à Boucherville à l'âge de 71 ans.
Fran%C3%A7ois Viger_(Jésuite)/François Viger (Jésuite):
François Viger, en latin Franciscus Vigerus (1590-1647), était un érudit jésuite français. Il est né à Rouen. Il composa une précieuse traduction latine de la Praeparatio evangelica d'Eusèbe de Césarée avec des notes, publiée à Paris en 1628. Il écrivit également un traité de grec, De praecipuis linguae graecae idiotismis, en 1632.
Fran%C3%A7ois Vilamitjana/François Vilamitjana :
François Antoine Vilamitjana (3 août 1846 - 1928) était un marin français qui a participé aux Jeux olympiques d'été de 1900. Il est né à Pau. Il était le barreur du bateau français Martha 1, qui a remporté une médaille d'argent et une médaille de bronze dans les courses de la classe 1 à 2 tonnes. Il a également participé à la classe Open avec le bateau Martha 27, mais n'a pas terminé la course.
Fran%C3%A7ois Villeroy_de_Galhau/François Villeroy de Galhau :
François Villeroy de Galhau (né le 24 février 1959) est un fonctionnaire et banquier français, gouverneur de la Banque de France et président de droit de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution depuis 2015.
Fran%C3%A7ois Villiers/François Villiers :
François Villiers (2 mars 1920 - 29 janvier 2009) Chevalier de la Légion d'honneur était un réalisateur français. On lui doit plusieurs films, de Hans le marin en 1949, à Manika, une vie plus tard, en 1989, qui remporte le Prix du Public à Cannes.
Fran%C3%A7ois Villon/François Villon :
François Villon ( français moderne : [fʁɑ̃swa vijɔ̃] , moyen français : [frɑ̃nˈswɛ viˈlɔ̃n] ; vers 1431 - après 1463) est le poète français le plus connu de la fin du Moyen Âge . Il a été impliqué dans un comportement criminel et a eu de multiples rencontres avec les autorités chargées de l'application de la loi. Villon a écrit sur certaines de ces expériences dans ses poèmes.
Fran%C3%A7ois Villon_(film)/François Villon (film):
François Villon est un film dramatique historique français de 1945 réalisé par André Zwoboda et mettant en vedette Serge Reggiani, Jean-Roger Caussimon et Henri Crémieux. Il retrace la vie de l'écrivain du XVe siècle François Villon. Le film est inspiré de la pièce If I Were King de Justin Huntly McCarthy.
Fran%C3%A7ois Vincent/François Vincent :
François Vincent (né le 10 avril 1936) est un haltérophile français. Il a participé à l'épreuve masculine des poids mi-lourds aux Jeux olympiques d'été de 1960.
Fran%C3%A7ois Vincent_Henri_Antoine_de_Stuers/François Vincent Henri Antoine de Stuers :
François Vincent Henri Antoine de Stuers (29 novembre 1792 - 29 décembre 1881) était un général néerlandais, commandant de l'armée des Indes.
Fran%C3%A7ois Vincent_Latil/François Vincent Latil :
François Vincent Mathieu Latil (né le 2 février 1796 à Aix-en-Provence - décédé le 4 mars 1890 à Saint-Girons), est un peintre français.
Fran%C3%A7ois Visconti/François Visconti :
François Visconti est un peintre français du XIXe siècle de l'école de Barbizon. Visconti était actif, depuis au moins le début des années 1870, dans la région de Fontainebleau en France. Bien qu'il ne soit pas aussi connu que beaucoup de ses contemporains, ses œuvres ont été acceptées lors d'expositions aux côtés de Jean-Baptiste-Camille Corot, Charles-François Daubigny et Narcisse Virgilio Díaz, entre autres. Depuis sa mort, les œuvres de Visconti sont restées à collectionner, ce qui a entraîné un flux régulier de ventes aux enchères réussies, notamment chez Christie's (New York, 2000), Bernaerts (Anvers, 2008) et Bruun Rasmussen (Danemark, 2007), entre autres.
Fran%C3%A7ois Vivares/François Vivares :
François Vivares (Saint-Jean-du-Bruel 11 juillet 1709 - 28 novembre 1780 Londres) était un paysagiste français, actif en Angleterre.
Fran%C3%A7ois Vi%C3%A8te/François Viète :
François Viète, seigneur de la Bigotière ( latin : Franciscus Vieta ; 1540 - 23 février 1603) était un mathématicien français dont les travaux sur la nouvelle algèbre ont été une étape importante vers l'algèbre moderne, en raison de son utilisation innovante des lettres comme paramètres dans les équations. Il était avocat de métier et a été conseiller privé d'Henri III et d'Henri IV de France.
Fran%C3%A7ois Vola/François Vola :
François Vola, guitariste et compositeur, est né à Nice, France, en 1953. Il est double national (France et USA). Il est le filleul de Louis Vola (bassiste du Hot Club de France de Django Reinhardt). Il a commencé à jouer de la guitare de manière semi-professionnelle à l'âge de 14 ans. En 1974, à 20 ans, il a déménagé aux États-Unis, a étudié le bluegrass et le swing et a joué dans plusieurs groupes. Vola a joué sur plusieurs albums et enregistré trois des siens, en 1983 François Vola avec le violoneux Byron Berline (Stephen Stills, Linda Ronstadt, The Rolling Stones) et le banjoiste John Hickman. En 1996, un album de jazz électrique Old World, New World avec le mandoliniste Emory Lester, et en 1997 A Night in Conover, un album de jazz acoustique, avec le fils de Django Babik Reinhardt et Emory Lester. Aux États-Unis, Vola a joué sur scène avec Tony Rice, Wyatt Rice, Byron Berline, David Grisman, Bill Keith, Emory Lester, Babik Reinhardt, Tony Williamson, Dan Crary, Roland White et d'autres. Il a joué plusieurs fois au prestigieux festival Merle Watson ainsi que dans d'autres festivals et événements. Il a remporté deux prix de l'école des arts de la Caroline du Nord pour ses compositions et a été invité à jouer l'une de ses pièces avec le Western Piedmont Symphony de la Caroline du Nord. En 1998, Vola revient en France où il poursuit sa carrière musicale. Vola joue sur des guitares qu'il construit. En 2019 il sort un nouveau CD Bluegrass nommé "Back To Bluegrass", très bien accueilli par les magazines musicaux. Retour au Bluegrass : http://bluegrassmusic.com/content/2019/reviews/francois-vola/ Retour au Bluegrass : https://acousticguitar.com/cd-review-francois-vola-back-to-bluegrass/
Fran%C3%A7ois Vranck/François Vranck :
François Vranck (orthographe alternative Vrancke, Vrancken, Franchois Francken : 1511 ), (Zevenbergen, 1555 ? – La Haye, 11 octobre 1617) était un avocat et homme d'État néerlandais qui joua un rôle important dans la fondation de la République néerlandaise.
Fran%C3%A7ois Vyncke/François Vyncke :
François Vyncke (né le 9 janvier 1892, date de décès inconnue) était un coureur de fond belge. Il a participé au 5000 mètres masculin aux Jeux olympiques d'été de 1920.
Fran%C3%A7ois V%C3%A9ron/François Véron :
François Véron (Paris, vers 1575 - Charenton, 1649) était un polémiste jésuite français.
Fran%C3%A7ois V%C3%A9ron_Duverger_de_Forbonnais/François Véron Duverger de Forbonnais :
François Véron Duverger de Forbonnais (1722-1800) était un économiste politique français et contributeur à l'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.
Fran%C3%A7ois V%C3%A9rove/François Vérove :
François Vérove (22 janvier 1962 - 29 septembre 2021), également connu sous le nom de Le Grêlé (le " Pockmarked Man "), était un tueur en série , violeur et policier français qui a assassiné au moins trois personnes entre 1986 et 1994 dans l'Île-de -Région France. Il a reçu son surnom des cicatrices d'acné vues sur son visage par des témoins après son premier meurtre. Vérove s'est suicidé en septembre 2021 en réalisant qu'il était sur le point d'être identifié. Le premier meurtre de Vérove, celui de Cécile Bloch, 11 ans, a eu lieu dans le 19e arrondissement de Paris en 1986. L'année suivante, il a assassiné deux adultes dans le 4e arrondissement. Il était lié à deux autres meurtres en 1991 et 1994, ainsi qu'à deux viols en 1987 et 1994. Au cours de sa frénésie criminelle, Vérove appartenait à diverses forces de police françaises; il a été membre de la Gendarmerie Nationale entre 1983 et 1988, servant comme motard dans la Garde Républicaine, puis est devenu officier dans la Police Nationale à Paris jusqu'à sa retraite en 2019. Il a brièvement exercé des fonctions électives de conseiller municipal à Prades- le-Lez , Hérault , entre 2019 et 2020. Le 24 septembre 2021, Vérove a reçu une convocation de la police pour fournir un échantillon d'ADN dans le cadre d'une enquête sur le meurtre de Bloch. Sa femme a signalé sa disparition le 27 septembre. Deux jours plus tard, Vérove se suicida par overdose de barbituriques dans un appartement loué au Grau-du-Roi, Gard. Il a laissé derrière lui une note de suicide dans laquelle il a avoué ses crimes.
Fran%C3%A7ois Wagner/François Wagner :
François Wagner (né le 16 novembre 1890 ; date de décès inconnue) était un gymnaste luxembourgeois qui a participé aux Jeux olympiques d'été de 1912. En 1912, il était membre de l'équipe luxembourgeoise qui a terminé quatrième de la compétition par équipe, système européen et cinquième de l'épreuve par équipe, système libre.
Fran%C3%A7ois Wahl/François Wahl :
François Wahl (13 mai 1925 - 15 septembre 2014) était un éditeur et structuraliste français.
Fran%C3%A7ois Walferdin/François Walferdin :
François Hippolyte Walferdin (8 juin 1795 - 25 janvier 1880) était un homme politique, physicien, collectionneur d'art, éditeur et écrivain français.
Fran%C3%A7ois Walth%C3%A9ry/François Walthéry :
François Walthéry (né le 17 janvier 1946 à Argenteau près de Liège) est un dessinateur de bande dessinée belge, surtout connu pour sa série mettant en scène une hôtesse de l'air aventureuse, Natacha.
Fran%C3%A7ois Wartel/François Wartel :
Pierre-François Wartel (né à Versailles le 3 avril 1806 ; mort à Paris le 3 août 1882) était un ténor et professeur de musique français. Son épouse était Thérèse Wartel, une pianiste de talent, et leur fils Émile était une basse qui chanta et créa plusieurs rôles d'opéra entre 1857 et 1870 au Théâtre Lyrique et fonda plus tard sa propre école de chant.
Fran%C3%A7ois Watrin/François Watrin :
François Watrin (29 janvier 1772 à Beauvais - 22 novembre 1802 à Port-au-Prince) était un commandant d'infanterie français pendant les guerres de la Révolution française.
Fran%C3%A7ois Weber/François Weber :
François Weber (21 décembre 1898 - 27 janvier 1961) était un footballeur luxembourgeois. Il a participé au tournoi masculin aux Jeux olympiques d'été de 1928.
Fran%C3%A7ois Weigel/François Weigel :
François Weigel (né en 1964 à Trèves, Allemagne de l'Ouest) est un pianiste, chef d'orchestre et compositeur français.
Fran%C3%A7ois Wenner/François Wenner :
François Wenner (19 juillet 1889 - 1964) était un administrateur colonial belge. Il a été commissaire/gouverneur de la province de Lusambo au Congo belge de 1940 à 1944.
François%C3%A7ois Werl%C3%A9/François Werlé :
François Jean Werlé (6 septembre 1763 - 16 mai 1811) était un général de brigade du Premier Empire français qui a combattu pendant les guerres napoléoniennes et est mort en combattant les Britanniques pendant la guerre de la Péninsule.
Fran%C3%A7ois Wesemael/François Wesemael :
François Wesemael (20 janvier 1954 au Vietnam - 28 septembre 2011 à Montréal, Québec) était un astrophysicien canadien spécialisé dans la modélisation des atmosphères stellaires. Il était largement reconnu pour ses talents de communication et de sensibilisation, et superviseur de projets étudiants.
Fran%C3%A7ois Weyergans/François Weyergans :
François Weyergans ( français: [vɛjɛʁɡɑ̃s] ; 2 août 1941 - 27 mai 2019) était un écrivain et réalisateur belge. Son père, Franz Weyergans, était belge et également écrivain, tandis que sa mère était originaire d'Avignon en France. François Weyergans est élu à l'Académie française le 26 mars 2009, occupant le 32e siège devenu vacant avec le décès d'Alain Robbe-Grillet en 2008.
Fran%C3%A7ois Willi_Wendt/François Willi Wendt :
François Willi Wendt (16 novembre 1909 - 15 mai 1970) est un peintre non figuratif français d'origine allemande appartenant à la Nouvelle Ecole de Paris. Après s'être exilé d'Allemagne en 1937, il a adopté la France comme pays natal. En France, il devient « l'un des meilleurs et des plus personnels peintres de sa génération, un artiste d'une grande pureté et d'une forte culture. Son exactitude, son manque de prétention et son sens moral retardèrent la renommée qu'il méritait". Dans des expositions collectives, il fut associé aux peintres les plus célèbres de la Nouvelle Ecole de Paris, notamment Roger Bissière, André Lanskoy, Serge Poliakoff, Pierre Soulages, et Nicolas de Staël, il est également associé à de nombreux peintres aujourd'hui plus connus.
Fran%C3%A7ois Will%C3%A8me/François Willème :
François Willème (27 mai 1830 - 31 janvier 1905) était un artiste français (peintre, sculpteur et photographe). Willème a développé et breveté un procédé de production de sculptures de portraits utilisant des projections de photos synchronisées pour créer des photosculptures.
Fran%C3%A7ois Winnepenninckx/François Winnepenninckx :
François Winnepenninckx (26 mars 1919 - 15 octobre 1988) était un footballeur belge. Il a disputé un match pour l'équipe nationale belge de football en 1939.
Fran%C3%A7ois Wittert/François Wittert :
François Wittert (vers 1571 - 12 juin 1610) était un amiral néerlandais au service de la République néerlandaise.
Fran%C3%A7ois Wong/François Wong :
François Huỳnh (黃長發) (né le 28 mars 1985) est un acteur de télévision masculin de Hong Kong actuellement avec la chaîne de télévision de Hong Kong TVB.
Fran%C3%A7ois X._Matthieu/François X. Matthieu :
François "Francis" Xavier Matthieu (2 avril 1818 - 4 février 1914) était un pionnier canadien-français du pays de l'Oregon. Il a été éduqué aux valeurs américaines par un instituteur radical. Matthieu est devenu impliqué dans la rébellion armée de 1837-1838 contre la domination britannique au Canada, pour laquelle il a été forcé de fuir son Québec natal pour la sécurité aux États-Unis, où il a travaillé comme charpentier et commerçant de fourrures. Matthieu était parmi ceux qui ont assisté aux réunions de Champoeg de mai 1843, qui ont voté pour établir un gouvernement provisoire de l'Oregon en vue de rejoindre éventuellement les États-Unis. Il a acquis une renommée durable pour être l'un des deux individus qui ont brisé une égalité 51-51, faisant basculer le résultat en faveur des États-Unis contre la domination britannique. Matthieu a été le fondateur de la petite communauté de Butteville, Oregon, a formé la première loge maçonnique de l'Oregon en 1855 et a été élu premier président de l'association des pionniers de l'Oregon réorganisée en 1873. Il a également siégé deux fois à la législature de l'Oregon, remportant l'élection pour mandats de deux ans en novembre 1874 et 1878. Dans ses années 90, Matthieu est revenu aux yeux du public en tant qu'icône de l'histoire des pionniers de l'Oregon, non seulement pour son vote décisif en 1843, mais en tant que dernier participant survivant des 102 hommes qui ont assisté à la 1843 Rencontres Champoeg.
Fran%C3%A7ois Xaver_Henri_Verbeeck/François Xaver Henri Verbeeck :
François Xaver Henri Verbeeck ou Frans Verbeeck (Anvers, baptisé le 21 février 1686 - Anvers, 28 mai 1755) était un peintre flamand connu principalement pour ses scènes de genre et ses peintures de compagnies joyeuses et galantes.
Fran%C3%A7ois Xavier_Aubry/François Xavier Aubry :
François Xavier Aubry (3 décembre 1824 - 18 août 1854) était un marchand et explorateur canadien-français du sud-ouest américain. Ses réalisations incluent des records de vitesse sur le sentier Santa Fe et l'exploration précoce du 35e parallèle au nord-ouest de la division continentale nord-américaine.
Fran%C3%A7ois Xavier_Bazin/François Xavier Bazin :
François-Xavier Bazin (10 mai 1824 - 1er août 1865) était un important archétier et maître archetier français, et fut le premier de la dynastie Bazin. Bazin est né à Mirecourt de Joseph Eustache Bazin (1785-1863), greffier judiciaire, et de Marguerite Laurent. Des experts notables suggèrent qu'il a été influencé et aurait étudié avec Dominique Peccatte et Jean-Baptiste Vuillaume à Paris, puis s'est établi à Mirecourt vers 1840. Il était frère de Charles-Nicolas Bazin I et père de Charles Nicolas Bazin II. Le 25 août 1845, il épouse Jeanne Hélène Maucotel, brodeuse. Ils eurent six enfants, dont Charles Nicolas Bazin, l'archetier. Un catalogue de Louis Bazin & Fils le mentionne "Manufacture d'Archets de violons - Maison fondée en 1840". En tant que premier archetier Bazin de premier plan, il a alimenté l'ascension sociale de la famille. Il investit dans l'immobilier, dont le vignoble des Hauts de Chaumont. Bazin a enseigné l'archèterie à son fils Charles Nicolas Bazin. Il est décédé à l'âge de 41 ans, apparemment du choléra. François-Xavier n'a fabriqué qu'un petit nombre d'arcs, mais cela a suffi à asseoir la réputation de la famille. Il faisait d'excellents archets dans le style Peccatte. Ses archets sont rares. Bazin était un maître archetier, très influencé par Dominique Peccatte. Selon l'expert italien de l'archet Paolo Sarri : "Deux sont les périodes de son travail. La première, caractérisée par des lignes qui rappellent des auteurs tels que Nicolas Maline et Joseph Fonclause, avec des formes anguleuses a influencé l'école peccatienne. À la fin des années 50, suite à la mode actuelle, il revient à un style plus doux proche de celui de Voirin." Il a ajouté: "En raison de sa mort prématurée, les arcs de François Xavier ne sont pas si faciles à trouver"
Fran%C3%A7ois Xavier_Bon_de_Saint_Hilaire/François Xavier Bon de Saint Hilaire :
François Xavier Bon de Saint Hilaire (1678-1761), président de la Cour des comptes de Montpellier, démontra en 1709 qu'il pouvait fabriquer du tissu à partir de soie d'araignée. De nombreux cocons ont été bouillis, lavés et séchés et le fil a été recueilli avec de fins peignes. Quelques chaussettes et gants ont été produits. Il a également affirmé avoir fabriqué des médicaments guérissant l'apoplexie, la léthargie et le coma des araignées. Son rapport, publié en 1710, fut réédité plusieurs fois et fut traduit en plusieurs langues dont le chinois. Le scientifique français a également fait l'une des premières aventures dans la culture de masse de la soie d'araignée, en gardant les créatures dans des caisses de cinquante et cent, pour découvrir, à son retour après une durée considérable, que les araignées s'étaient éclaircies jusqu'à quelques membres restants. Il est nommé à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1750.
Fran%C3%A7ois Xavier_Gosselin/François Xavier Gosselin :
François Xavier Gosselin (1861 - 28 mai 1916) était un notaire et une personnalité politique du Yukon. Il a été commissaire de l'or pour le Yukon de 1907 à 1912. Il est né au Québec, où il a travaillé comme notaire pendant 14 ans. En octobre 1898, il vint à Dawson City. En janvier de l'année suivante, Gosselin est nommé agent du bois et des terres de la Couronne pour le Yukon. Il mourut d'une insuffisance cardiaque à l'hôtel Yukonia de Dawson City en 1916.
Fran%C3%A7ois Xavier_Joseph_Jacquin/François Xavier Joseph Jacquin :
François Xavier Joseph Jacquin ou Frans Jaquin (1756 à Bruxelles - 1er novembre 1826 à Louvain) était un peintre et dessinateur flamand connu pour ses portraits, natures mortes et paysages. Il était recherché comme portraitiste de dignitaires religieux, de la noblesse et de la bourgeoisie. En tant que peintre de natures mortes, il a créé des pièces de gibier et des natures mortes en trompe-l'œil de gibier à plumes.
Fran%C3%A7ois Xavier_Nguy%C3%AAn_Quang_S%C3%A1ch/François Xavier Nguyên Quang Sách :
François Xavier Nguyên Quang-Sách (25 mai 1925 - 7 juillet 2013) était un évêque catholique vietnamien. Ordonné prêtre en 1956, il est nommé évêque en 1976 et devient évêque du diocèse de Da Nang en 1988. Il prend sa retraite en 2002.
Fran%C3%A7ois Xavier_Nguy%C3%AAn_Van_Sang/François Xavier Nguyên Van Sang :
François Xavier Nguyên Van Sang (8 janvier 1932 - 5 octobre 2017) était un évêque catholique romain. Ordonné prêtre en 1958, Nguyên Van Sang a été évêque auxiliaire de l'archidiocèse catholique romain de Há Nô, au Vietnam, de 1981 à 1990. Il a ensuite été évêque du diocèse catholique romain de Thái Bính de 1990 à 2009.
Fran%C3%A7ois Xavier_Tabao_Manjarimanana/François Xavier Tabao Manjarimanana :
François Xavier Tabao Manjarimanana (né en 1927 à Ankatafana) était un pasteur malgache et prélat du diocèse catholique romain de Mananjary. Il a été nommé évêque en 1975. Il est décédé en 1999.
Fran%C3%A7ois Xavier_Talbert/François Xavier Talbert :
François Xavier Talbert, dit l'abbé Talbert (1725, Besançon - 4 juin 1805, Lviv, Ukraine), était un prédicateur et écrivain français du XVIIIe siècle. Il fut chanoine à Besançon puis à Paris avant d'émigrer en Ukraine où il mourut. Parallèlement à Jean-Jacques Rousseau, il traite la question proposée par l'Académie de Dijon sur l'Origine de l'inégalité parmi les hommes (1754) et remporte le prix. En plus de ses Sermons, il écrivit des Éloges de Louis XV, de Montaigne, de Bossuet, de Massillon et d'autres grandes figures françaises, couronnées par plusieurs académies. Il a contribué l'article « preux » (courageux, galant, vaillant) au Supplément de l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert. Il est l'un des membres fondateurs de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté.
Fran%C3%A7ois Xavier_d%27Entrecolles/François Xavier d'Entrecolles :
François Xavier d'Entrecolles (1664 à Lyon - 1741 à Pékin ; nom chinois : 殷弘绪, Yin Hongxu) était un prêtre jésuite français, qui a appris la technique chinoise de fabrication de porcelaine grâce à ses recherches en Chine à Jingdezhen avec l'aide de convertis catholiques chinois entre 1712 et 1722, sous le règne de l'empereur Kangxi. Ses observations ont été publiées dans une longue lettre en 1712 et soigneusement étudiées dans plusieurs pays européens, même si la porcelaine de Meissen fabriquait déjà de la porcelaine à pâte dure en Allemagne à cette époque. L'auteur de la lettre a été donné comme Père d'Entrecolles ("Père d'Entrecolles"), et il est encore très souvent appelé ainsi.
Fran%C3%A7ois Xavier_de_Schwarz/François Xavier de Schwarz :
François Xavier de Schwarz ou François-Xavier-Nicolas Schwartz (8 janvier 1762 - 9 octobre 1826) est né à Baden mais rejoint l'armée française en 1776. Il devient officier de cavalerie pendant les guerres de la Révolution française, combattant avec le 2e régiment de hussards en de nombreuses actions dont Jemappes, Fleurus et Neuwied. Après avoir été capturé lors d'une invasion avortée de l'Irlande, il est promu au commandement du 5e régiment de hussards. Il a dirigé l'unité dans la guerre de la deuxième coalition, notamment à Hohenlinden et dans la poursuite ultérieure des Autrichiens. Sous le Premier Empire, il se distingue à Austerlitz en décembre 1805. Un an plus tard, il devient général de brigade après avoir combattu à Prenzlau, Stettin et Golymin. Après avoir été affecté en Espagne pour combattre dans la guerre péninsulaire, il a subi des défaites aux mains des forces espagnoles en Catalogne au col de Bruch et à Manresa. En septembre 1810, il fut capturé à La Bisbal et passa le reste des guerres napoléoniennes sous la garde des Britanniques. L'historien Charles Oman a qualifié Schwarz de malchanceux.
Fran%C3%A7ois Yabr%C3%A9/François Yabré :
François Yabré Tobasegnou (né le 10 mai 1991) est un footballeur international burkinabé qui joue en tant que défenseur de l'équipe roumaine de Liga II Oțelul Galați.
Fran%C3%A7ois Yinga/François Yinga :
François Yinga (né en 1966) est un lutteur camerounais. Il a concouru dans le style libre masculin 62 kg aux Jeux olympiques d'été de 1988.
Fran%C3%A7ois Zahoui/François Zahoui :
François Zahoui (né le 21 août 1962) est un ancien joueur et entraîneur de football ivoirien qui dirige l'équipe nationale de la République centrafricaine. Il a été le premier footballeur africain à évoluer en Serie A.
Fran%C3%A7ois Zalacain/François Zalacain :
François Zalacain (né le 11 février 1940 en France) est un producteur de disques et le fondateur de Sunnyside Records. Sunnyside Records a pris la première place du sondage DownBeat Critics 2011. Une fille en robe de marin saute à la corde. Elle est jolie, elle est libre, elle s'amuse. C'est le logo de Sunnyside Records. L'ami du fondateur François Zalacain, Chris Coffey, l'a découverte sur un tampon en caoutchouc dans un magasin de Greenwich Village en 1980. "Cela dit tout ce que nous voulons dire. La musique, c'est rebondir, danser. Et ma femme a aimé ça." Sans contrat contraignant, sans mission spécifique et acceptant tous les styles de jazz, Sunnyside est un label indépendant décontracté. Nous sortons simplement de la musique que nous aimons, d'un disque coquet de boléros du chanteur espagnol Martirio à un disque éloquent du pianiste Laurent Coq. Nous accordons également une licence aux albums de labels européens qui, autrement, ne seraient pas disponibles aux États-Unis. Zalacain a créé l'entreprise en 1982 après une carrière chez IBM. Il a rencontré le pianiste Harold Danko un soir au Village Vanguard et une amitié s'en est suivie. Lorsque Danko a eu l'idée de faire un disque en duo avec le bassiste Rufus Reid, Zalacain a loué le studio Penthouse Recordings surplombant l'East River et a enregistré l'album. Peu de temps après, il a enregistré Kirk Lightsey jouant du piano solo. Un album de Lee Konitz a suivi, et sans le vouloir, Zalacain avait créé une maison de disques. Deux décennies plus tard, des centaines de CD composent le catalogue de Sunnyside. La relation de Sunnyside avec leurs artistes ressemble plus à une liaison qu'à un mariage, a expliqué Zalacain. "Ils restent avec nous parce qu'ils aiment rester." Certains artistes sont avec le label depuis de nombreuses années. Et d'autres commencent tout juste la vie du jazz. Habituellement, Sunnyside trouve de nouveaux artistes à travers ses artistes actuels. "Cela se passe de la façon dont vous vous faites des amis", a-t-il déclaré. "Un ami vous invite chez lui - vous vous faites un nouvel ami." En plus de la bonne musique, Sunnyside recherche une voix unique. "C'est ce que vous cherchez", a déclaré Zalacain. "Pourquoi une chanteuse de jazz va-t-elle attirer votre oreille ? Parce qu'elle a quelque chose d'unique. C'est pareil avec les instrumentistes." Le plus grand frisson jusqu'à présent est survenu en 2003 lorsque l'album de la chanteuse brésilienne Luciana Souza, Brazilian Duos, a été nominé pour un Grammy. "La nomination a été très surprenante, car il s'agissait d'un disque de chansons brésiliennes. Elle a chanté en portugais. Être nominée pour le meilleur album vocal de jazz a été une heureuse surprise", a déclaré Zalacain. L'équipe s'est rendue au Madison Square Garden pour l'événement et a attendu trois heures pour la catégorie Jazz Vocal Album. Diana Krall a gagné, comme le groupe s'y attendait, alors ils sont partis pour un bon dîner au restaurant branché franco-thaï Vong. Quand ils sont arrivés, l'hôte leur a demandé d'où ils venaient. Ils lui ont dit qu'ils avaient été aux Grammy Awards. Il a dit "Mon père était musicien." « C'était le fils de Lee Morgan ! s'écria Zalacain. "Nous n'avons pas gagné le Grammy mais nous avons rencontré le fils de Lee Morgan ce soir-là." Avec une distribution plus large, d'abord Ryko en 2002 et tous les magasins d'électronique, le label a ajouté de nombreuses licences à son catalogue, la plupart venant de France. Sunnyside licencie également des albums du label espagnol Karonte. " J'ai été surpris de constater qu'il y avait un goût aux États-Unis pour cette musique ", a déclaré Zalacain. "Il y a un goût non seulement pour la musique enregistrée ici mais aussi pour la musique d'ailleurs." Alors que de nombreux artistes de Sunnyside apportent des influences de leurs terres natales à leur musique, la plupart d'entre eux vivent actuellement à New York. "La nationalité n'a aucune importance, mais nous aimons qu'ils vivent ici", a-t-il déclaré. "C'est difficile d'avoir une liaison avec des gens qui ne sont pas dans votre ville."
Fran%C3%A7ois Zdenek_Eberl/François Zdenek Eberl :
François Zdenek Eberl (25 mai 1887 - 8 octobre 1962) était un peintre né dans l'empire austro-hongrois qui a travaillé principalement à Paris, en France. À son apogée, son nom figurait parmi ceux de ses collègues peintres et amis personnels Pablo Picasso, Amedeo Modigliani et Maurice de Vlaminck.
Fran%C3%A7ois Zimeray/François Zimeray :
François Zimeray est avocat, ancien homme politique, militant des droits de l'homme et diplomate. Né le 4 juillet 1961, il a été député européen du Parti socialiste européen de 1999 à 2004. Ancien maire de Petit-Quevilly, il a été président de la région Grand Rouen - Normandie de 2001 à 2008. Il a été nommé le 13 février 2008 ambassadeur de France itinérant aux droits de l'homme par Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner. En 2013, il est nommé ambassadeur de France au Royaume du Danemark par le président François Hollande et le ministre Laurent Fabius. Il a failli perdre la vie lors de la fusillade de Copenhague en 2015, l'attaque terroriste islamiste du 14 février 2015, où il a été pris pour cible avec d'autres militants.
Fran%C3%A7ois Zocchetto/François Zocchetto :
François Zocchetto (né le 14 décembre 1958) est un avocat et homme politique français qui a été membre du Sénat de France de 2001 à 2017, représentant le département de la Mayenne. Il est membre de l'Alliance centriste et caucus avec l'Union centriste. En 2019, il rejoint le cabinet d'avocats indépendant De Gaulle Fleurance & Associés à Paris en tant qu'associé.
Fran%C3%A7ois Zoko/François Zoko :
Bernard François Dassise Zoko (né le 13 septembre 1983), connu sous le nom de François Zoko, est un footballeur professionnel ivoirien qui est joueur-entraîneur de la Midland Football League Premier Division du côté de Newark.
Fran%C3%A7ois Zola/François Zola :
François Zola (né Francesco Antonio Giuseppe Maria Zolla ; 7 août 1796 - 27 mars 1847) était un ingénieur français d'origine italienne. Il a construit le barrage de Zola, créant le lac Zola près du Tholonet à Aix-en-Provence. Zola était un ingénieur italien d'ascendance grecque, né à Venise en 1795 ; sa mère était française. Il vivait à Paris avec sa femme Émilie Aubert quand leur fils, l'écrivain Émile Zola, est né en 1840. La famille s'installe à Aix-en-Provence quand Émile avait trois ans. François mourut quatre ans plus tard, en 1847.
Fran%C3%A7ois Zourabichvili/François Zourabichvili :
François Zourabichvili ( géorgien : ფრანსუა ზურაბიშვილი ; 28 août 1965 - 19 avril 2006) était un philosophe français spécialisé dans les œuvres de Gilles Deleuze et Baruch Spinoza .
Fran%C3%A7ois al-Hajj/François al-Hajj :
François al-Hajj ( arabe : اللواء فرنسوا الحاج ; prononciation arabe : [franswaː al-haːʤ] , 28 juillet 1953 - 12 décembre 2007) était un général de division libanais . Il a été assassiné par une voiture piégée le 12 décembre 2007.
Fran%C3%A7ois et_Michel_Anguier/François et Michel Anguier :
François (vers 1604–1669) et Michel Anguier (1612–1686) étaient deux frères et sculpteurs français.
Fran%C3%A7ois d%27Agincourt/François d'Agincourt :
François d'Agincourt (également d'Agincour, Dagincourt, Dagincour) (1684 - 30 avril 1758) était un claveciniste, organiste et compositeur français. Il a passé la majeure partie de sa vie à Rouen, sa ville natale, où il a travaillé comme organiste de la cathédrale de Rouen et de trois petites églises. Très estimé de son vivant, d'Agincourt fut l'un des organistes de la chapelle royale. Le seul livre de musique pour clavecin qu'il a conservé contient des pièces magistrales inspirées de François Couperin ; il existe également une quarantaine d'œuvres pour orgue qui survivent dans des copies manuscrites.
Fran%C3%A7ois d%27Aguilon/François d'Aguilon :
François d'Aguilon (également d'Aguillon ou en latin Franciscus Aguilonius) (4 janvier 1567 - 20 mars 1617) était un jésuite, mathématicien, physicien et architecte des Pays-Bas espagnols. D'Aguilon est né à Bruxelles; son père était secrétaire de Philippe II d'Espagne. Il devint jésuite à Tournai en 1586. En 1598, il s'installa à Anvers, où il contribua à la construction de l'église Saint Carolus Borromeus. En 1611, il ouvrit une école spéciale de mathématiques à Anvers, réalisant un rêve de Christopher Clavius ​​pour une école mathématique jésuite ; en 1616, il y est rejoint par Grégoire de Saint-Vincent. Les géomètres notables formés à cette école comprenaient Jean-Charles della Faille, André Tacquet et Theodorus Moretus. Son livre, Opticorum Libri Sex philosophis juxta ac mathematicis utiles, ou Six livres d'optique, est utile aux philosophes et aux mathématiciens. Il a été publié par Balthasar I Moretus à Anvers en 1613 et illustré par le célèbre peintre Peter Paul Rubens. Il comprenait l'une des premières études sur la vision binoculaire. Il a également donné les noms que nous utilisons maintenant à la projection stéréographique et à la projection orthographique, bien que les projections elles-mêmes soient probablement connues d'Hipparque. Ce livre a inspiré les travaux de Desargues et Christiaan Huygens. Il est mort à Anvers, âgé de 50 ans.
Fran%C3%A7ois d%27Alesso_d%27%C3%89ragny/François d'Alesso d'Éragny :
François d'Alesso, marquis d'Éragny (21 novembre 1643 - 18 août 1691) était un soldat français qui fut brièvement gouverneur général des Antilles françaises.
Fran%C3%A7ois d%27Amboise/François d'Amboise :
François d'Amboise (1550 - 1619) était un juriste et écrivain français. Il fut conseiller au Parlement de Bretagne et avocat général au Grand Conseil.
Fran%C3%A7ois d%27Astier_de_La_Vigerie/François d'Astier de La Vigerie :
François d'Astier de La Vigerie (7 mars 1886 - 9 octobre 1956) était un chef militaire français pendant deux guerres mondiales. Sa famille était originaire du Vivarais et fut anoblie en 1829 sous la Restauration française. Son père, le baron Raoul d'Astier de La Vigerie, était officier d'artillerie, et sa mère, Jeanne, née Masson-Bachasson de Montalivet, était la petite-fille de Camille, comte de Montalivet, qui avait été ministre de l'Intérieur sous Louis -Philippe Ier de France. François d'Astier a été élevé en partie à Paris et en partie au château de Rançay à Niherne.
Fran%C3%A7ois d%27Aubert/François d'Aubert :
François d'Aubert (né le 31 octobre 1943 à Boulogne-Billancourt) est un homme politique français. Il est auditeur à la Cour des comptes. A partir de 2002, il est ministre délégué à la recherche dans le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Du 26 juillet 2007 au 16 avril 2009, il a été président de la Cité des Sciences et de l'Industrie.
Fran%C3%A7ois d%27Aubusson_de_La_Feuillade/François d'Aubusson de La Feuillade :
François d'Aubusson de La Feuillade, connu sous le nom de 6e duc de Roannais (1631-1691) était un officier militaire et noble français qui a servi dans les guerres de Louis XIV et est devenu maréchal de France. Il a également été à l'origine de la conception et de la construction de la Place des Victoires, l'un des monuments les plus célèbres du Paris moderne.
Fran%C3%A7ois d%27Escoubleau_de_Sourdis/François d'Escoubleau de Sourdis :
François d'Escoubleau de Sourdis (25 octobre 1574 - 1628) était un prélat catholique français, archevêque de Bordeaux et fondateur du Collège irlandais en 1603.
Fran%C3%A7ois d%27Harcourt/François d'Harcourt :
François d'Harcourt, 12e duc d'Harcourt (10 décembre 1928 - 5 novembre 2020) était un homme politique français.
Fran%C3%A7ois d%27Orbay/François d'Orbay :
François d'Orbay (1634-1697) était un dessinateur et architecte français qui a travaillé en étroite collaboration avec Louis Le Vau et Jules Hardouin Mansart.
Fran%C3%A7ois d%27Orcival/François d'Orcival :
Amaury de Chaunac-Lanzac (né le 11 février 1942), mieux connu sous le nom de François d'Orcival, est un journaliste et essayiste conservateur français. Il est président du comité de rédaction de Valeurs Actuelles et siège au conseil d'administration de l'éditeur Valmonde.
Fran%C3%A7ois d%27Orl%C3%A9ans,_Prince_of_Joinville/François d'Orléans, Prince of Joinville :
François d'Orléans, prince de Joinville (14 août 1818 - 16 juin 1900) était le troisième fils de Louis Philippe, roi des Français, et de son épouse Maria Amalia de Naples et de Sicile. Amiral de la marine française, François était célèbre pour avoir ramené la dépouille de Napoléon de Sainte-Hélène en France, ainsi qu'un artiste talentueux, avec 35 aquarelles connues. Il a épousé la princesse Francisca du Brésil, fille de l'empereur Pedro I et sœur de l'empereur Pedro II. La dot reçue par François lors du mariage est devenue la ville brésilienne de Joinville. Le petit-fils de François et Francisca, Jean, est devenu le prétendant orléaniste au trône de France éteint, une revendication transmise à son fils, petit-fils et maintenant arrière-petit-fils Jean, comte de Paris, actuel prétendant orléaniste à la couronne de France.
Fran%C3%A7ois d%27Orl%C3%A9ans-Longueville,_duc_de_Fronsac/François d'Orléans-Longueville, duc de Fronsac :
François III d'Orléans (1570 – 1631), duc de Château-Thierry et de Fronsac, comte de Saint-Pol fut gouverneur d'Orléans, Blois et Tours et général des guerres de Religion. Il était le deuxième fils né d'Eleonor de Neuchâtel. François III est créé comte de Saint-Pol en 1601. En janvier 1608, il hérite du titre de duc de Fronsac lorsque son fils unique, Léonor II, 1er duc de Fronsac meurt sans héritier.
Fran%C3%A7ois de_Baillou/François de Baillou :
François de Baillou (vers 1700-1774) était un luthier scientifique français. Issu d'une famille française installée à Milan, François de Baillou a mené des recherches sur un large éventail de sujets scientifiques. Opticien distingué, il produisit de nombreux microscopes et télescopes en trente ans (1734-1764). En 1750, il reçoit le titre de « Regio Cesareo Ottico » [Opticien impérial] de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche (1717-1780) par l'intermédiaire du comte Harnach, gouverneur de Milan. De ses brochures publiées sur ses instruments d'optique, nous apprenons qu'il fabriquait des télescopes mono- et binoculaires de différentes tailles et dans différentes versions (théâtre, de poche, astronomique, terrestre), des microscopes simples et composés, des caméras obscures et des lanternes magiques, ainsi que des objectifs et des cylindres pour anamorphoses. De nombreux instruments de Baillou sont aujourd'hui conservés dans des collections publiques et privées.
Fran%C3%A7ois de_Bar/François de Bar :
François de Bar (1538 - 25 mars 1606) était un moine et érudit bénédictin français. Il est né à Seizencourt, près de Saint-Quentin, et ayant étudié à l'Université de Paris est entré dans l'Ordre de Saint-Benoît. Il devint bientôt prieur de l'abbaye d'Anchin, près de Pecquencourt, et passa une grande partie de son temps dans la précieuse bibliothèque du monastère, étudiant l'histoire ecclésiastique, en particulier celle de Flandre. Il a également dressé un catalogue des manuscrits de l'abbaye d'Anchin et annoté nombre d'entre eux. Pendant la Révolution française, ses manuscrits passèrent à la bibliothèque de Douai. Bar mourut à Anchin le 25 mars 1606.
Fran%C3%A7ois de_Bas/François de Bas :
François de Bas (10 septembre 1840 - 22 février 1931) était un général et historien militaire néerlandais. Il a fondé presque à lui seul la section d'histoire militaire de l'état-major néerlandais. Il est co-auteur d'importants ouvrages historiques sur l'armée des États néerlandais et la campagne de 1815, qui a culminé avec la bataille de Waterloo. Ce dernier ouvrage est toujours la source faisant autorité sur le rôle néerlando-belge dans cette bataille, car il contient des copies de rapports d'après-bataille d'officiers néerlandais qui ont participé à la bataille, dont les originaux ont été perdus lors d'un bombardement de la Royal Air Force. Archives de l'armée néerlandaise en 1945. : 376 fn. 19
Fran%C3%A7ois de_Bassompierre/François de Bassompierre :
François de Bassompierre (12 avril 1579 - 12 octobre 1646) était un courtisan français. Fils de Christophe de Bassompierre (1547-1596), il est né au château d'Haroué en Lorraine. Il descendait d'une vieille famille qui avait servi pendant des générations les ducs de Bourgogne et de Lorraine, et après avoir été éduqué avec ses frères en Bavière et en Italie, fut introduit à la cour du roi Henri IV de France en 1598. Il devint un grand favori du roi et partageait pleinement les dissipations de la vie de cour. En 1600, il participa à la brève campagne de Savoie, et en 1603 combattit en Hongrie contre les Turcs pour l'empereur Rodolphe II. En 1614, il assista Marie de Médicis, aujourd'hui reine mère, dans sa lutte contre les nobles, mais sur son échec en 1617 est resté fidèle au jeune roi Louis XIII et a aidé les royalistes lorsqu'ils ont mis en déroute les partisans de Marie aux Ponts-de-Cé en 1620. Ses services lors du soulèvement huguenot de 1621-1622 lui ont valu la dignité de maréchal de France . Il était avec l'armée du roi lors du siège de La Rochelle en 1628, et en 1629 se distingua dans la campagne contre les rebelles huguenots du Languedoc, notamment au siège de Privas. En 1615, Bassompierre avait acheté à Henri, duc de Rohan, le poste convoité de colonel général des Suisses et des Grisons ; à ce titre, il fut envoyé lever des troupes en Suisse lorsque Louis XIII marcha contre la Savoie en 1629, et après une courte campagne en Italie sa carrière militaire prit fin. En tant que diplomate, sa carrière fut un échec. En 1621, il se rendit à Madrid en tant qu'envoyé extraordinaire pour arranger le différend concernant la saisie des forts de la Valteline par l'Espagne, et signa l'infructueux traité de Madrid. En 1625, il fut envoyé en Suisse pour une mission tout aussi futile, et en 1626 à Londres pour assurer la rétention des ecclésiastiques catholiques et des préposés d'Henrietta Maria, épouse du roi Charles Ier d'Angleterre. L'influence personnelle d'Henri IV avait dissuadé Bassompierre de se marier avec Charlotte de Montmorency, fille du connétable Montmorency, plus tard princesse de Condé, et entre 1614 et 1630 il épousa secrètement Louise Marguerite, veuve de François, prince de Conti, et par elle s'impliqua dans le complot visant à renverser Richelieu le "Jour des Dupes" (1630). Sa part n'était qu'infime, mais sa femme était une amie intime de Marie de Médicis, et son hostilité envers le cardinal éveilla ses soupçons. Par ordre de Richelieu, Bassompierre fut arrêté à Senlis le 25 février 1631 et mis à la Bastille, où il resta jusqu'après la mort de Richelieu en 1643. A sa libération, ses fonctions lui furent restituées et il passa la plupart de son temps à la château de Tillières en Normandie, jusqu'à sa mort. Il laisse un fils, François de la Tour, par la princesse de Conti (Louise Marguerite de Lorraine), et un fils illégitime, Louis de Bassompierre, ensuite évêque de Saintes. Ses Mémoires, qui sont une source importante pour l'histoire de son temps , ont été publiés pour la première fois à Cologne en 1665. Il a également laissé un récit incomplet de ses ambassades en Espagne, en Suisse et en Angleterre (Cologne, 1668) et un certain nombre de discours sur divers sujets. Au cours de son ambassade auprès de Charles Ier d'Angleterre en 1626, Bassompierre a été diverti par le maître des cérémonies Sir Lewes Lewkenor, qui l'a escorté à une pièce de théâtre, «Lucnar est venu m'apporter un très riche cadeau du roi, composé de quatre diamants sertis dans un losange et d'une grande pierre à la fin; et le même soir envoyé de nouveau me chercher pour entendre une excellente pièce anglaise.
Fran%C3%A7ois de_Beauharnois_de_la_Chaussaye,_Baron_de_Beauville/François de Beauharnois de la Chaussaye, Baron de Beauville :
François de Beauharnois de la Chaussaye, baron de Beauville (bap 19 septembre 1665 / 1668 - 8 ou 9 octobre 1746 à La Chaussée, près d'Orléans) était un administrateur naval et colonial français en France même et en Nouvelle-France, et membre de la Maison de Beauharnais.
Fran%C3%A7ois de_Beaumont/François de Beaumont :
François de Beaumont, baron des Adrets (c. 1512/1513 - 2 février 1587) était un chef militaire provincial. Il a combattu pour la monarchie Valois pendant les guerres d'Italie se distinguant sous le maréchal de Brissac. Il a lutté contre la couronne pour les rebelles huguenots pendant les premières guerres de religion françaises. Se conduisant avec une grande brutalité dans ses campagnes, il soutint la couronne dans les guerres civiles qui suivirent. Retiré, il mourut sur ses terres en 1587.
Fran%C3%A7ois de_Beauvais,_Seigneur_de_Briquemault/François de Beauvais, Seigneur de Briquemault :
François de Beauvais, seigneur de Briquemault (c. 1502-1572) était un chef des huguenots pendant les premières guerres de religion. Il était le fils d'Adrien de Briquemault et d'Alexane de Sainte Ville. Sa première campagne fut sous le comte de Brissac dans les guerres piémontaises. A son retour en France en 1554, il rejoint l'amiral Coligny. Chargé de la défense de Rouen, en 1562, il démissionne au profit de Gabriel Montgomery, à qui le prince de Condé en a confié la tâche, et passe en Angleterre, où il conclut le traité de Hampton Court le 20 septembre. Il revint ensuite en France et prit Dieppe aux catholiques avant la conclusion de la paix. Si sa part dans la deuxième guerre de religion fut moins importante, il joua un rôle très actif dans la troisième. Il combattit à Jarnac, Roche-Abeille et Montcontour, assista au siège de Poitiers, faillit être capturé par les catholiques à Bourg-Dieu, ravitailla Vézelay et faillit surprendre Bourges. En 1570, chargé par Coligny d'arrêter l'armée des princes dans sa remontée de la vallée du Rhône, il traverse la Bourgogne et effectue sa jonction avec l'amiral à Saint-Étienne en mai. Le 21 juin suivant, il contribua à la victoire d'Arnay-le-Duc, puis fut employé pour négocier un mariage entre le prince de Navarre et Elisabeth Ire d'Angleterre. Se trouvant à Paris la nuit de la Saint-Barthélemy, il se réfugia dans la maison de l'ambassadeur d'Angleterre, mais y fut arrêté. Avec son ami Arnaud de Cavagnes, il fut livré au parlement et manqua de courage face à ses juges, cherchant à échapper à la mort par des moyens indignes. Il fut néanmoins condamné, le 27 octobre 1572, à la dernière peine et à la confiscation de ses biens, et le 29 octobre lui et Cavagnes furent exécutés.
Fran%C3%A7ois de_Beauvilliers,_1er_duc_de_Saint-Aignan/François de Beauvilliers, 1er duc de Saint-Aignan :
François-Honorat de Beauvilliers, 1er duc de Saint-Aignan (30 octobre 1607 - 16 juin 1687), né à Paris, était un chef militaire, administrateur et homme de lettres français. Il était pair de France et membre de l'Académie française.
Fran%C3%A7ois de_Belleforest/François de Belleforest :
François de Belleforest (1530 - 1er janvier 1583) était un auteur, poète et traducteur français prolifique de la Renaissance. Il est né à Samatan (actuel département du Gers), dans une famille pauvre, et son père (militaire) a été tué alors qu'il avait sept ans. Il séjourne quelque temps à la cour de Marguerite de Navarre, voyage à Toulouse et Bordeaux (où il rencontre George Buchanan), puis à Paris où il entre en contact avec des membres de la jeune génération littéraire, dont Pierre de Ronsard, Jean Antoine de Baïf, Jean Dorat, Rémy Belleau, Antoine Du Verdier et Odet de Turnèbe. En 1568, il devint historiographe du roi. Il est mort à Paris. Belleforest a écrit sur la cosmographie, la morale, la littérature et l'histoire, et il a traduit les œuvres de Matteo Bandello, Boccace, Antonio de Guevara, Lodovico Guicciardini, Polydore Vergil, Saint Cyprien, Sebastian Münster, Achille Tatius, Cicéron et Démosthène en français. Il est également l'auteur du premier roman pastoral français, La Pyrénée (ou La Pastorale amoureuse) (1571) calquée sur la Diane de Jorge de Montemayor. Ses Grandes Annales sont un tract polémique contre François Hotman. Sa production totale comprend plus de 50 volumes. Son œuvre la plus réussie fut très probablement sa traduction et adaptation des "histoires tragiques" de l'Italien Matteo Bandello, qui s'appuya sur l'œuvre de Pierre Boaistuau et comprit finalement sept volumes (1564-1582). L'un de ces contes pourrait être la source du Hamlet de Shakespeare.
Fran%C3%A7ois de_Boffa/François de Boffa :
François de Boffa était un escrimeur suisse. Il a participé à l'épreuve de sabre masculin aux Jeux olympiques d'été de 1900.
Fran%C3%A7ois de_Boigne/François de Boigne :
Le lieutenant François Eugène Marie Antoine de Boigne était un pilote français pendant la Première Guerre mondiale, qui est devenu un as du vol pendant la guerre. Il a été crédité de six victoires aériennes entre le 3 mai 1917 et le 9 octobre 1918 dans le cadre de l'Escadrille 82 et de l'Escadrille 69.
Fran%C3%A7ois de_Boivin/François de Boivin :
François de Boivin, baron de Villars (mort en 1618) était un chroniqueur français. Il entre au service du maréchal Charles de Brissac, comme secrétaire, et l'accompagne en Piémont en 1550 lorsque le maréchal va prendre le commandement des troupes françaises dans la guerre d'Espagne. Restant dans ce service, il fut envoyé après la défaite des Français à St Quentin en 1557 pour assurer le roi de France Henri II du soutien de Brissac. Il participa aux négociations qui aboutirent au traité de Cateau-Cambrésis en avril 1559, mais ne put empêcher Henri II de céder les conquêtes faites par Brissac. de quelques inconvénients, vaut le témoignage d'un témoin oculaire de la guerre. Une édition, soigneusement révisée, figure dans les Mémoires relatifs de l'histoire de France, tome x., édités par JF Michaud et JJF Poujoulat (1850). Il écrivit également Instruction sur les affaires d'état (1610).
Fran%C3%A7ois de_Bonal/François de Bonal :
François de Bonal (né en 1734 au château de Bonal, près d'Agen ; décédé à Munich en 1800) était évêque de Clermont. Il avait été vicaire général du diocèse d'Agen et directeur des Carmélites de France lorsqu'il fut nommé évêque de Clermont, en 1776. A la veille de la Révolution française, alors qu'il mettait en garde ses diocésains contre la licence de la presse , il a prédit que les visites de Dieu arrivaient. Il se rendit comme l'un des députés du clergé aux États généraux de 1789. A Target, qui parlait du « Dieu de paix », il répondit que le Dieu de paix était aussi le Dieu d'ordre et de justice. De sa prison, Louis XVI fait demander son avis pour savoir s'il doit recevoir la communion pascale. En réponse, il s'est montré sympathique, mais a conseillé au monarque de s'abstenir "pour avoir sanctionné des décrets destructeurs de la religion". Bonal faisait surtout allusion à la constitution civile du clergé. Ayant refusé de prêter le serment de fidélité à la constitution, il a été contraint de quitter son diocèse et son pays. Il passa en Flandre puis en Hollande, fut capturé et condamné à la déportation par les Français, mais réussit à s'évader et passa les dernières années de sa vie dans diverses villes d'Allemagne. Il était l'auteur d'un Testament spirituel.
Fran%C3%A7ois de_Bonne,_Duke_of_Lesdigui%C3%A8res/François de Bonne, Duc de Lesdiguières :
François de Bonne, duc de Lesdiguières (prononciation française : [fʁɑ̃swa də bɔn dyk də lediɡjɛʁ], 1er avril 1543 - 21 septembre 1626) était un soldat français des guerres de religion françaises et connétable de France, et l'un des six maréchaux avoir été promu maréchal général de France.
Fran%C3%A7ois de_Bourbon,_Prince_of_Conti/François de Bourbon, Prince de Conti :
François de Bourbon, prince de Conti (19 août 1558 - 3 août 1614) était le troisième fils de Louis de Bourbon, prince de Condé, une lignée cadette de la maison de Bourbon, et de sa première épouse Eléanor de Roucy de Roye. Il reçut le titre de marquis de Conti et entre 1581 et 1597 fut élevé au rang de prince. Le titre de Prince de Conti était honorifique et ne portait aucune compétence territoriale.
Fran%C3%A7ois de_Bovet/François de Bovet :
François de Bovet (21 mars 1745, Grenoble - 6 avril 1838, Paris) fut évêque de Sisteron de 1789 à 1812, et de 1817 à 1820 archevêque de Toulouse. Il est sacré évêque le 13 septembre 1789 à Paris. En raison de la persécution religieuse, il a dû quitter la France pendant une grande partie de la Révolution. Il n'a pas démissionné de son évêché conformément au Concordat de 1801, mais a conservé son diocèse jusqu'en 1812. Comme son consécrateur n'est pas connu et que certains des évêques vivants aujourd'hui peuvent lui faire remonter leur lignée épiscopale, la personne de François de Bovet est très important pour l'histoire de l'Église catholique. Cette lignée dite de Bovet comprend huit membres de l'épiscopat dispersés entre la Malaisie (quatre), l'Indonésie (un), Taïwan (un) et la Chine (deux).
Fran%C3%A7ois de_Callata%C3%BF/François de Callataÿ :
François de Callataÿ (né en 1961) est un historien belge de l'Antiquité, professeur à l'École pratique des hautes études (Paris/Sorbonne), qui a écrit d'importantes études sur la monnaie et la finance dans le monde méditerranéen antique.
Fran%C3%A7ois de_Calli%C3%A8res/François de Callières :
François de Callières, sieur de Rochelay et de Gigny (14 mai 1645, Thorigny-sur-Vire, Basse-Normandie - 5 mars 1717, Paris) était membre de l'Académie française, diplomate et écrivain, envoyé spécial de Louis XIV qui était l'un des trois plénipotentiaires français qui ont signé la paix de Ryswick en 1697; son De la manière de négocier avec les souverains , 1716 ("Sur la manière de négocier avec les souverains", traduit par La pratique de la diplomatie ), basé sur ses expériences de négociation du traité et ayant ses origines dans une lettre au régent, Philippe , duc d'Orléans, à qui l'ouvrage est dédié, devient un manuel de diplomatie du XVIIIe siècle : Thomas Jefferson en possède un exemplaire dans sa bibliothèque de Monticello. À propos de ce livre, John Kenneth Galbraith a déclaré: "On se demande pourquoi il fallait en dire plus sur le sujet." Le volume complémentaire, en revanche, De la science du monde et des connaissances utiles à la conduite de la vie est moins connu, bien qu'il ait été rapidement traduit en anglais et ait fait l'admiration de Jefferson et Harold Nicolson.
Fran%C3%A7ois de_Camps/François de Camps :
François de Camps (1643-1723), nommé abbé de Signy après le refus du pape Alexandre VIII de consentir à sa nomination comme évêque de Pamiers, était un antiquaire d'Amiens dont les dissertations sur les médailles furent publiées dans les Mercure de Paris de 1719-1723. .
Fran%C3%A7ois de_Candie/François de Candie :
François de Candie était un noble savoyard nommé Vidame de Genève de 1377 à 1385 et capitaine du château de l'Ile sur le Rhône en 1377. En 1368, il reçut de la princesse Mathide de Savoie la seigneurie sur les châteaux de Salagine à Bloye et Rumilly, Haute-Savoie.
Fran%C3%A7ois de_Casembroot/François de Casembroot :
François de Casembroot (Liège, 26 juillet 1817 - La Haye, 14 avril 1895) était un officier de la Marine royale néerlandaise. Casembroot a été nommé commandant du navire de guerre de 16 canons Medusa, qui a patrouillé la côte japonaise de 1862 à 1864. Le 11 juillet 1863, le navire a été attaqué dans le détroit de Shimonoseki par les navires et les batteries du daimyō de Chōshū, Mōri Takachika, qui suivait un « ordre impérial d'expulser les barbares » (攘夷実行の勅命 – Jōi jikkō no chokumei). Casembroot a réussi à réagir et à s'échapper, mais avec des dégâts importants. Quatre marins ont été tués au combat et 5 autres ont été blessés. L'année suivante, en septembre 1864, Casembroot participe aux représailles alliées contre Chōshū, toujours sur la Méduse, lors du bombardement de Shimonoseki. De retour aux Pays-Bas, Casembroot a été félicité pour ses actions au Japon, a été anobli et a été décoré avec ses hommes. En 1865, Casembroot a écrit un récit de ses aventures au Japon, intitulé De medusa in wateren van Japan ("La Méduse dans les eaux du Japon").
Fran%C3%A7ois de_Cauvigny_de_Colomby/François de Cauvigny de Colomby :
François de Cauvigny, sieur de Colomby (Caen, c. 1588 - 1648) était un poète français, traducteur, conseiller du roi et "orateur du roi pour les discours d'État".
Fran%C3%A7ois de_Champflour/François de Champflour :
François de Champflour (décédé après 1649) était militaire et administrateur en Nouvelle-France. Il a été gouverneur de Trois-Rivières de 1639 à 1645. Il est né en Auvergne, France. Il est nommé gouverneur en 1639 par le gouverneur Montmagny. Champflour servit comme commandant du fort Richelieu d'août 1642 à décembre 1643. À l'automne 1645, il se rendit en France pour régler ses affaires avec l'intention de revenir, mais ne le fit finalement pas. En 1646, il obtient le fief de Champflour à Trois-Rivières par la Compagnie des Cent-Associés. En 1649, il vend ce fief à Jacques Leneuf de La Poterie. La rue Champflour à Trois-Rivières est nommée en son honneur.
Fran%C3%A7ois de_Chancy/François de Chancy :
François de Chancy (1600-1656) était un chanteur luthiste et compositeur français. Il fut maître de musique du cardinal de Richelieu en 1631, maître de musique de chambre (1635) et chambriste de la Chapelle du Roi (1649). François de Chancy était très apprécié de Mersenne, qui incluait des pièces de Chancy dans ses traités. Il est mort à Paris dans la cinquantaine. Il participe et collabore à la musique vocale des ballets de cour suivants : Ballet de la prospérité des armes de France, 1641 Ballet du dérèglement des passions, 1648 Ballet des fêtes de Bacchus, 1651
Fran%C3%A7ois de_Chantelouve/François de Chantelouve :
François de Chantelouve (François de Grossombre) était un poète et dramaturge français du XVIe siècle. Catholique engagé, il écrivit une tragédie sur l'assassinat de l'amiral Coligny : Tragédie de feu Gaspard de Coligny (1575). Il composa également une tragédie biblique, Pharaon (1577).
Fran%C3%A7ois de_Charette/François de Charette :
François Athanase de Charette de la Contrie (2 mai 1763 - 29 mars 1796) était un militaire et homme politique royaliste franco-breton. Il a servi dans la marine française pendant la guerre d'indépendance américaine et a été l'un des chefs de la révolte en Vendée contre la Révolution française. Son petit-neveu Athanase-Charles-Marie Charette de la Contrie était un chef militaire réputé et arrière-petit-fils de Charles X, l'avant-dernier roi de France.
Fran%C3%A7ois de_Chasseloup-Laubat/François de Chasseloup-Laubat :
François, marquis de Chasseloup-Laubat (18 août 1754 - 3 octobre 1833), général et ingénieur militaire français, est né à Saint-Sornin (Charente Inférieure), d'une famille noble, et entra dans le génie français en 1774. Il était encore subalterne au déclenchement de la Révolution, devenant capitaine en 1791. Sa capacité d'ingénieur militaire fut reconnue dans les campagnes de 1792 et 1793. L'année suivante, il se distingua dans diverses actions et fut promu successivement chef de bataillon et colonel. Il fut chef du génie lors du siège de Mayence en 1793, après quoi il fut envoyé en Italie. Il y commandait les positions et les lignes d'avance de l'armée de Bonaparte. Il a été promu brigadier-général avant la fin de la campagne, et a ensuite été employé à fortifier la nouvelle frontière du Rhin de la France.Son travail en tant que chef des ingénieurs dans l'armée d'Italie (1799) a été remarquablement réussi, et après la bataille de Novi il fut nommé général de division. Lorsque Napoléon prend le terrain en 1800 pour récupérer les désastres de 1799, il choisit à nouveau Chasseloup comme ingénieur général. Pendant la paix de 1801-1805, il fut principalement employé à reconstruire les défenses du nord de l'Italie, et en particulier le célèbre Quadrilatère. Son chef-d'œuvre est la grande forteresse d'Alessandria sur le Tanaro. En 1805 il reste en Italie avec André Masséna, mais fin 1806 Napoléon, alors engagé dans la campagne de Pologne, l'appelle à la Grande Armée, avec laquelle il a servi dans la campagne de 1806–07, dirigeant les sièges de Colberg, Danzig et Stralsund. Pendant la domination napoléonienne en Allemagne, Chasseloup reconstruisit de nombreuses forteresses, notamment Magdebourg. Lors de la campagne de 1809, il servit de nouveau en Italie. En 1810, Napoléon le nomme conseiller d'État. Sa dernière campagne fut celle de 1812 en Russie. Il se retira peu après du service actif, bien qu'en 1814 il fut occasionnellement engagé dans l'inspection et la construction de fortifications. Louis XVIII le fait pair de France et chevalier de Saint-Louis. Il refusa de rejoindre Napoléon aux Cent-Jours, mais après la seconde Restauration, il vota à la chambre des pairs contre la condamnation du maréchal Ney. En politique, il appartenait au parti constitutionnel. Le roi le créa marquis. Les dernières années de Chasseloup furent principalement employées à mettre de l'ordre dans ses manuscrits, tâche qu'il dut abandonner faute de vue. Son seul ouvrage publié est Correspondance d'un général français, etc. sur divers sujets (Paris, 1801, réédité Milan, 1805 et 1811, sous le titre Correspondance de deux généraux, etc., essais sur quelques parties d'artillerie et de fortification ). Les plus importants de ses papiers sont en manuscrit au Dépôt des Fortifications, Paris. En tant qu'ingénieur, Chasseloup était un adepte, bien que des vues avancées, de l'ancien système bastionné perfectionné par Vauban. Il succéda à bien des égards à l'ingénieur HJB de Bousmard, dont l'Essai général de fortification fut publié en 1797 et qui tomba, en tant qu'officier prussien, à la défense de Dantzig en 1807 contre la propre attaque de Chasseloup. Son front tel qu'appliqué à Alessandria, contient de nombreuses élaborations de la trace bastionnelle, avec, en particulier, des flancs masqués dans la tenaille, qui servaient de flancs supplémentaires aux bastions. Le bastion lui-même fut soigneusement et minutieusement retranché. Le ravelin ordinaire qu'il remplaça par une lourde caponnière casematée à l'exemple de Montalembert, et, comme celui de Bousmard, son propre ravelin était un ouvrage large et puissant poussé au-delà du glacis. Sa femme, la fille de François Fresneau de La Gataudière, lui amena le Château de la Gataudière, à Marennes, Charente-Maritime ; son fils cadet, Prosper de Chasseloup-Laubat, était ministre de la Marine sous Napoléon III.
Fran%C3%A7ois de_Chennevi%C3%A8res/François de Chennevières :
François de Chennevières (22 novembre 1699 à La Rochefoucauld - 13 novembre 1779) était un poète et librettiste français du XVIIIe siècle. Entre autres ouvrages, Chennevières est l'auteur d'un recueil de poèmes, les Loisirs de M. de C*** (La Haye, Neaulme, 1764 2 vol. in-18). On lui doit aussi Célime, ou le Temple de l'indifférence détruite par l'amour, ballet en un acte présenté par l'Académie royale de musique le 28 septembre 1756 (Paris, aux dépens de l'Académie, Vve Delormel et fils, 1756) . Il écrit aussi Détails militaires dont la connaissance est nécessaire à tous les officiers et principalement aux commissaires des guerres (Paris, P.-J. Mariette, 1742, 2 vol. in-12). Son portrait a été gravé par Étienne Ficquet. Il était proche de Voltaire avec qui il échangeait une correspondance ainsi qu'avec Moncrif, Fontenelle, Marmontel et Gentil-Bernard.
Fran%C3%A7ois de_Chevert/François de Chevert :
François de Chevert (2 février 1695 - 24 janvier 1769) était un général français.Chevert est né à Verdun, Meuse. Il entre en service en 1706, devient major au régiment de Beauce à Toul en 1728, puis en 1739 lieutenant-colonel. Il se distingua en Flandre, en Piémont et en Allemagne et fut récompensé par un commandement plus important, comme lieutenant-colonel d'un régiment de grenadiers. Dans le cadre de la force française, il a mené le siège de Prague dans la guerre de Succession d'Autriche avec ses grenadiers en 1741 et a aidé à défendre la ville contre les troupes autrichiennes. Nommé brigadier, il participe aux opérations du Dauphiné et d'Italie, notamment à la bataille de Casteldelfino, et devient maréchal de camp en 1744. Lors de la campagne de Provence, il s'empare des îles Sainte-Marguerite, après coup d'Etat il fut nommé lieutenant-général en 1748. Avec ce titre, il commanda la force d'accompagnement française lors de la victoire d'Hastenbeck. L'année suivante, il commanda également la force d'accompagnement lors de la victoire française à Lutterburg. Au cours de cette illustre carrière au cours de laquelle il gravit tous les échelons importants de la hiérarchie, Chevert semble n'avoir connu que des succès, à l'exception d'une petite défaite à la bataille de Meer (ou Mehr) en 1758, où une grande partie de son corps se composait de troupes vertes et de miliciens. Simple major de régiment, il est décoré de l'ordre de chevalier de Saint-Louis en 1742, devient commandeur en 1754, est décoré de la grande croix en 1758 et fait chevalier de l'aigle blanc de Pologne la même année. Il mourut à Paris, à l'âge de 73 ans, occupant le poste de gouverneur de Givet et de Charlemont.
Fran%C3%A7ois de_Civille/François de Civille :
François de Civille, seigneur de Saint-Mards (1537-1610), était un soldat et diplomate français. La famille Civille de Rouen était d'origine espagnole.
Fran%C3%A7ois de_Clermont-Tonnerre/François de Clermont-Tonnerre :
François de Clermont-Tonnerre (1629 - 15 février 1701) était un aristocrate et clerc français. Il a été comte de Noyon, évêque de Noyon, pair de France et membre du Conseil d'État.
Fran%C3%A7ois de_Clermont-Tonnerre_(homme politique)/François de Clermont-Tonnerre (homme politique) :
François de Clermont-Tonnerre (1906-1979) était un aristocrate français et un homme politique conservateur agraire.
Fran%C3%A7ois de_Coligny/François de Coligny :
François de Coligny (1557-1591) comte de Coligny et seigneur de Châtillon-sur-Loing était un général protestant français des guerres de religion. Il était le fils de Gaspard II de Coligny (1519-1572), amiral de France (amiral de Coligny).
Fran%C3%A7ois de_Coligny_d%27Andelot/François de Coligny d'Andelot :
François d'Andelot de Coligny (18 avril 1521, Châtillon-sur-Loing - 27 mai 1569, Saintes, Charente-Maritime) fut l'un des chefs de file du protestantisme français pendant les guerres de religion. Fils de Gaspard Ier de Coligny, il était le frère cadet d'Odet, cardinal de Châtillon et de Gaspard de Coligny amiral.
Fran%C3%A7ois de_Coninck/François de Coninck :
François de Coninck (9 août 1902 - après 1928) était un rameur belge qui a remporté une médaille de bronze dans le duo avec barreur aux Jeux olympiques d'été de 1928.
Fran%C3%A7ois de_Coss%C3%A9-Brissac/François de Cossé-Brissac :
François de Cossé-Brissac, 13e duc de Brissac (19 février 1929 - 6 avril 2021), était un aristocrate français. Il a occupé le titre noble de duc de Brissac de 1993 jusqu'à sa mort en 2021.
Fran%C3%A7ois de_Coss%C3%A9_Brissac,_11e_duc_de_Brissac/François de Cossé Brissac, 11e duc de Brissac :
Anne Marie Timoléon François de Cossé Brissac, 11e duc de Brissac (1868-1944), était un aristocrate et auteur français. Il a occupé le titre noble français de duc de Brissac de 1883 à 1944.
Fran%C3%A7ois de_Cr%C3%A9quy/François de Créquy :
François de Blanchefort de Créquy, plus tard marquis de Marines, du 2 octobre 1629 au 3 février 1687, était un noble et soldat français du XVIIe siècle, qui a servi dans les guerres de Louis XIV de France. Il est issu d'une famille puissante et bien connectée, son grand-père Charles Ier de Blanchefort (1578-1638) étant maréchal de France. Récompensé pour avoir soutenu les royalistes pendant la guerre civile de 1648-1653, son frère aîné Charles (1623-1687) était conseiller principal de Louis tandis que François menait une brillante carrière militaire. Promu Maréchal en 1668, comme les autres soldats français de sa génération, il est éclipsé par Condé et Turenne. Il tomba en disgrâce en avril 1672 et, bien que réintégré par la suite, ne parvint pas à retrouver son ancien prestige. Il se retira du service en 1684 et mourut à Paris en 1687.
Fran%C3%A7ois de_Cuvilli%C3%A9s/François de Cuvilliés :
François de Cuvilliés, parfois appelé l'Ancien (23 octobre 1695, Soignies, Hainaut - 14 avril 1768, Munich), était un décorateur et architecte bavarois d'origine belge. Il a joué un rôle déterminant dans l'introduction du style rococo à la cour de Wittelsbach à Munich et en Europe centrale en général.
Fran%C3%A7ois de_Cuvilli%C3%A9s_the_Younger/François de Cuvilliés le Jeune :
François de Cuvilliés le Jeune (24 octobre 1731 - 10 janvier 1777) était un architecte, graveur, dessinateur, ingénieur et auteur allemand. Il était le fils de François de Cuvilliés (l'Ancien).
Fran%C3%A7ois de_Dainville/François de Dainville :
François de Dainville (21 janvier 1909 - 15 janvier 1971) était un géographe, historien et prêtre jésuite français. Il a été professeur et directeur de recherche à l'École pratique des hautes études depuis 1963, connu pour ses travaux dans le domaine de l'histoire de l'éducation et de la cartographie du XVIe au XVIIIe siècle.
Fran%C3%A7ois de_Dinteville/François de Dinteville :
François de Dinteville (1477-1530) était un évêque catholique français. Après une formation juridique à Pavie comme docteur des deux lois, il devient évêque de Sisteron en 1506. Il est évêque d'Auxerre de 1513 à sa mort. Les Heures de François de Dinteville (1525) furent acquises par le British Museum en 1852 et se trouvent aujourd'hui à la British Library. Son successeur fut un autre François de Dinteville, François de Dinteville (1498-1556), son neveu, qui avait été évêque de Riez de 1527 à 1530. Dinteville le Jeune tient le diocèse d'Auxerre jusqu'à sa mort le 27 septembre 1556.
Fran%C3%A7ois de_Fleury/François de Fleury :
François-Louis Teissèdre de Fleury (28 août 1749-1799) était un noble français qui a rejoint l'armée royale en 1768 et s'est ensuite porté volontaire pour combattre dans l'armée continentale pendant la guerre d'indépendance américaine. En Amérique, il fit preuve de bravoure à Piscataway en mai 1777, après quoi il fut nommé officier du génie. Il a combattu au Brandywine en septembre et a été blessé à Germantown début octobre. Il servit habilement pendant le siège de Fort Mifflin où il fut de nouveau blessé en novembre. George Washington le nomma assistant de Friedrich Wilhelm von Steuben à Valley Forge au printemps 1778. Il servit pendant la campagne de Monmouth en juin 1778 et combattit dans le Rhode Island en août. Alors qu'il dirigeait l'une des colonnes d'attaque à Stony Point en juillet 1779, Fleury remporta un prix pour avoir été le premier attaquant à pénétrer dans le bastion britannique. Autorisé à rentrer en France plus tard cette année-là, il retourna combattre à Yorktown en octobre 1781. De retour dans l'armée française, il commanda en Inde et dans l'océan Indien jusqu'en 1790, date de son retour en France. Au début de la guerre d'indépendance française, il a été grièvement blessé et a ensuite démissionné de l'armée. Il reçut une pension en juin 1796 et mourut en 1799. La médaille De Fleury, du nom de Fleury, est décernée à des membres exceptionnels du United States Army Corps of Engineers.
Fran%C3%A7ois de_Fossa/François de Fossa :
François de Fossa (nom complet : François de Paule Jacques Raymond de Fossa) (31 août 1775 - 3 juin 1849) était un guitariste et compositeur classique français.
Fran%C3%A7ois de_Franquetot_de_Coigny/François de Franquetot de Coigny :
François de Franquetot de Coigny (16 mars 1670 - 18 décembre 1759) était maréchal de France, comte, et à partir de 1747, duc de Coigny. Il est né au château de Coigny près de Coutances, en Normandie, fils de Robert-Jean de Coigny et de Marie-Françoise de Matignon. Son oncle était Charles-Auguste de Goyon-Matignon, maréchal de France et son neveu Jacques Ier, prince de Monaco. Comme son père, il poursuit une carrière militaire. Il devint brigadier en 1702, maréchal de camp en 1703 et lieutenant général en 1709. Ses victoires les plus notables furent à San Pietro et Guastalla, qu'il remporta en 1734 avec le maréchal de Broglie contre les Autrichiens dans la guerre de Succession de Pologne. Il est fait maréchal de France en 1734. Dans la guerre de Succession d'Autriche, il remplace le maréchal de Broglie en 1743 pour défendre les positions françaises sur le Rhin. Dans les années 1720, il était membre du Club de l'Entresol, un groupe de réflexion des premiers temps modernes.
Fran%C3%A7ois de_Galiffet_de_Caffin/François de Galiffet de Caffin :
François de Galiffet de Caffin (1666 – 1746) était un officier militaire en Nouvelle-France. Il fut gouverneur de Trois-Rivières de 1709 à 1720. Fils de Pierre de Galiffet, seigneur de Honon, et de Marguerite de Bonfils, il est né en Provence et vint en Nouvelle-France en 1688. En 1689, il fut nommé commandant à Trois-Rivières et, en 1692, maire de Québec. Il épousa Catherine, la fille de Charles Aubert de La Chesnaye en 1697. De 1699 à 1708, Galiffet servit comme lieutenant du roi à Montréal. En 1705, il reçoit la croix de Saint-Louis. En tant que gouverneur de Trois-Rivières, il rétablit la garnison de la ville. Galiffet recommanda de confier au clergé séculier la charge de la paroisse, tenue par les récollets, et critiquée par le clergé pour son train de vie scandaleux.Gallifet rentra en France en 1720 et se retira à Avignon.
Fran%C3%A7ois de_Gant%C3%A8s/François de Gantès :
François de Gantès (1596-1679) était un aristocrate français, propriétaire terrien et commandant militaire.
Fran%C3%A7ois de_Gaulle/François de Gaulle :
François de Gaulle (prononciation française : [fʁɑ̃swa d(ə) ɡol] ; 13 février 1922 - 2 avril 2020) était un prêtre et missionnaire catholique français.
Fran%C3%A7ois de_Grenaille/François de Grenaille :
François de Grenaille (1616-1680), sieur de Chatonnières, était un écrivain français.
Fran%C3%A7ois de_Grossouvre/François de Grossouvre :
François de Grossouvre (29 mars 1918 - 7 avril 1994) était un homme politique français qui a été nommé en 1981 par le président nouvellement élu François Mitterrand avec les tâches de superviser la sécurité nationale et d'autres questions sensibles, en particulier celles concernant le Liban, la Syrie, la Tunisie, le Maroc , le Gabon, les pays du golfe Persique, le Pakistan et les deux Corées. Il était également responsable de la branche française de l'opération Gladio, les armées secrètes paramilitaires restées en arrière créées par l'OTAN pendant la guerre froide. Il a été retrouvé mort avec des blessures par balle au palais de l'Élysée, la résidence officielle du président français. Le verdict officiel était le suicide.
Fran%C3%A7ois de_Harlay_de_Champvallon/François de Harlay de Champvallon :
François de Harlay de Champvallon (François III de Harlay ; 14 août 1625 - 6 août 1695) était le cinquième archevêque de Paris.
Fran%C3%A7ois de_Haze/François de Haze :
François de Haze (inhumé à Hugli-Chinsura, le 26 octobre 1676) travailla pour la Compagnie hollandaise des Indes orientales comme opperhoofd à Deshima (1669-1670), en Perse (1671-1673) et au Bengale (1673-1676). En 1684, sa fille Maria (décédée en 1721) épousa Willem Adriaan van der Stel. Maria de Haze a tenté de se suicider en 1705, en se noyant dans la fontaine.
Fran%C3%A7ois de_H%C3%A9rain/François de Hérain :
François de Hérain (10 novembre 1877 - 28 mai 1962) était un peintre, sculpteur et graveur français qui avait d'abord travaillé comme médecin. Il a fait de nombreuses peintures de scènes en Algérie française et au Maroc et est l'auteur de plusieurs livres d'art. Il a remporté le Prix Charles Blanc de l'Académie française pour Peintres et sculpteurs écrivains d'art en 1961. Son épouse, Eugénie Hardon, épousa plus tard le maréchal Philippe Pétain.Il a vécu à Paris et aux Baux de Provence, où un carré, Place François de Hérain, a été nommé en son honneur.
Fran%C3%A7ois de_Joyeuse/François de Joyeuse :
François de Joyeuse (24 juin 1562 - 23 août 1615) était un homme d'église et homme politique français.
Fran%C3%A7ois de_La_Boullaye-Le_Gouz/François de La Boullaye-Le Gouz :
François de La Boullaye-Le Gouz (1623 – 1668/1669 ?), était un aristocrate français et un grand voyageur. Il a publié un récit de voyage en français, enrichi de récits de première main sur l'Inde, la Perse, la Grèce, le Moyen-Orient, le Danemark, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Angleterre, l'Irlande et l'Italie. Il est considéré comme l'un des premiers véritables carnets de voyage, en ce sens qu'il contient des informations utiles pour les vrais voyageurs. En 1647, il visita Viterbe et rencontra le noble italien Federico Capponi. À son retour en Italie en 1650, Federico étant décédé, La Boullaye rencontra son parent, le cardinal Luigi Capponi et dédia la première édition imprimée de son ouvrage au cardinal. La préface comprend une illustration de l'aventurier présentant l'œuvre à Capponi. Il est décédé à Ispahan, en Iran.
Fran%C3%A7ois de_La_Mothe_Le_Vayer/François de La Mothe Le Vayer :
François de La Mothe Le Vayer ( français: [də la mɔt lə veje] , août 1588 - 9 mai 1672), était un écrivain français connu pour utiliser le pseudonyme Orosius Tubero . Il fut admis à l'Académie française en 1639 et fut le précepteur de Louis XIV.
Fran%C3%A7ois de_La_Rochefoucauld/François de La Rochefoucauld :
François de La Rochefoucauld peut faire référence à : François III de La Rochefoucauld (1521-1572), courtisan et soldat français François de La Rochefoucauld (écrivain) (1613-1680), auteur français François de La Rochefoucauld (cardinal) (1558-1645) , cardinal français de l'Église catholique François de La Rochefoucauld, marquis de Montendre (1672-1739), maréchal de l'armée britannique François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld, duc de La Rochefoucauld (1747-1827), réformateur social français François, duc de La Rochefoucauld (1765-1848)
Fran%C3%A7ois de_La_Rochefoucauld,_Marquis_de_Montandre/François de La Rochefoucauld, Marquis de Montandre :
Le maréchal François de La Rochefoucauld, marquis de Montandre, également connu sous le nom de François de La Rochefoucauld, (septembre 1672 - 11 août 1739) était un soldat britannique, arrivé en Angleterre en tant que réfugié huguenot. Après avoir servi comme officier subalterne pendant la guerre Williamite en Irlande, il reçoit le commandement du régiment d'infanterie de Francis du Cambon et dirige son régiment aux Pays-Bas pendant la guerre de Neuf Ans. Il a également combattu au siège de Badajoz et à la bataille d'Alcantara pendant la guerre de Succession d'Espagne. Il a ensuite été Master General of the Ordnance en Irlande.
Fran%C3%A7ois de_La_Rochefoucauld_(cardinal)/François de La Rochefoucauld (cardinal):
François de La Rochefoucauld (8 décembre 1558 - 14 février 1645) était un cardinal français et une "figure importante de l'église française de la Contre-Réforme".
Fran%C3%A7ois de_La_Rochefoucauld_(écrivain)/François de La Rochefoucauld (écrivain) :
François VI, duc de La Rochefoucauld, prince de Marcillac ( français: [fʁɑ̃swa d (ə) la ʁɔʃfuko] ; 15 septembre 1613 - 17 mars 1680) était un moraliste français accompli de l'ère de la littérature classique française et auteur de Maximes et Mémoires , les deux seules œuvres publiées de sa dense œuvre littéraire. Ses Maximes dépeignent la nature insensible de la conduite humaine, avec une attitude cynique envers la vertu putative et des aveux d'affection, d'amitié, d'amour et de loyauté. Leonard Tancock considère Maximes comme "l'un des textes les plus profondément ressentis et les plus intensément vécus de la littérature française", avec son "expérience, ses goûts et ses dégoûts, ses souffrances et ses petites rancunes ... cristallisés en vérités absolues". Né à Paris en 1613 , à une époque où la cour royale hésitait entre aider la noblesse et la menacer, il était considéré comme un exemple du noble accompli du XVIIe siècle. Jusqu'en 1650, il porte le titre de prince de Marcillac. Son arrière-grand-père François III, comte de La Rochefoucauld, a été tué lors du massacre de la Saint-Barthélemy, étant huguenot.
Fran%C3%A7ois de_La_Rocque/François de La Rocque :
François de La Rocque ( français: [fʁɑ̃swa dəlaʁɔk] ; 6 octobre 1885 - 28 avril 1946) était le chef de la ligue française de droite la Croix de Feu de 1930 à 1936 avant de former le Parti social français nationaliste plus modéré (1936 –1940), qui a été décrit par plusieurs historiens, comme René Rémond et Michel Winock, comme un précurseur du gaullisme.
Fran%C3%A7ois de_La_V%C3%A9rendrye/François de La Vérendrye :
François de La Vérendrye (1715 - 31 juillet 1794) était un explorateur canadien. Il était le troisième fils de Pierre Gaultier de Varennes, sieur de La Vérendrye. Il est né à Sorel, en Nouvelle-France, en 1715 et a participé activement aux activités commerciales de son père, de Fort Kaministiquia à la rivière Saskatchewan Nord. En 1738, il faisait partie de l'expédition de son père dans le pays Mandan, dans l'actuel Dakota du Nord. En 1739, il accompagne son frère Louis-Joseph et, ensemble, ils découvrent la rivière Saskatchewan. En 1742-1743, lui et son frère ont voyagé vers le sud-ouest à travers le territoire mandan, atteignant probablement le Wyoming et voyant les montagnes Rocheuses. Ils furent les premiers Européens à traverser les Grandes Plaines du Nord et à atteindre les montagnes. (Voir le voyage des frères Verendrye dans les montagnes Rocheuses pour plus de détails sur l'expédition.) François est ensuite retourné vers l'est et a servi dans l'armée pendant la guerre de Sept Ans. Il décède le 31 juillet 1794 à Montréal. Il était l'un des deux frères à utiliser le titre "Chevalier" l'autre étant Louis-Joseph. Cela provoque une certaine confusion lors de la lecture des traductions anglaises des revues de l'époque. En 1762, il devient connu sous le nom de Sieur du Tremblay. À sa mort, le nom La Vérendrye disparaît.
Fran%C3%A7ois de_Labat/François de Labat :
François de Labat (1697-1780) était un économiste français.
Fran%C3%A7ois de_Labouchere/François de Labouchere :
François de Labouchere, né à Saint-Jean-le-Vieux (Ain) le 18 septembre 1917 et tué au combat aérien le 5 septembre 1942, est un pilote français de la Seconde Guerre mondiale.
Fran%C3%A7ois de_Labriolle/François de Labriolle :
François Champagne de Labriolle (17 février 1926 - 11 octobre 2019), était agrégé de grammaire français et docteur en slavistique.De Labriolle est professeur honoraire de langue et littérature russes à l'Institut national des langues et civilisations orientales, dont il était vice-président (1971-1986) puis président (1986-1993). Il a écrit et publié sur la littérature russe et les républiques baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie). Il est le fils de Pierre de Labriolle, professeur à la Sorbonne, membre de l'Institut de France, et père du diplomate français Jacques Champagne de Labriolle, diplômé en langues bantoues de l'INALCO.
Fran%C3%A7ois de_Lamothe/François de Lamothe :
François de Lamothe (1928-2011) était un directeur artistique français. Il a conçu les décors de plusieurs productions entre les années 1950 et les années 2000, dont Le Samouraï de Jean-Pierre Melville. Il a été nominé quatre fois pour le César du meilleur design de production.
Fran%C3%A7ois de_Laval/François de Laval :
François-Xavier de Montmorency-Laval, communément appelé François de Laval (30 avril 1623 - 6 mai 1708), était un prélat français de l'Église catholique. Consacré évêque en 1658, il dirige le Vicariat apostolique de la Nouvelle-France de 1658 à 1674 puis devient le premier évêque du diocèse de Québec depuis son érection en 1674 jusqu'à sa retraite en raison de problèmes de santé en 1688. Il continue à travailler à New France jusqu'à sa mort en 1708. Parmi ses réalisations figure la fondation du Séminaire de Québec en 1663. Laval est membre de la famille Montmorency, mais renonce à ses droits d'héritier pour poursuivre sa carrière ecclésiastique. Il a été béatifié par le pape Jean-Paul II le 22 juin 1980 et le pape François l'a déclaré saint le 3 avril 2014.
Fran%C3%A7ois de_Linares/François de Linares :
François Jean Antonin Gonzalez de Linarès (7 juillet 1897 - 2 mars 1956) était un général français qui a commandé les forces pendant la Seconde Guerre mondiale sous le général Jean de Lattre de Tassigny et au Vietnam sous le général Raoul Salan.
Fran%C3%A7ois de_Lorraine/François de Lorraine :
François de Lorraine (1506-1525) était le seigneur de Lambesc et un commandant de l'armée française sous François Ier de France. Il était le fils de René II, duc de Lorraine et de Philippa de Gueldre. Il commanda la bande noire de Landsknechts renégats à la bataille de Pavie, et dans le combat acharné qui s'ensuivit entre la bande noire et les Landsknechts impériaux de Frundsberg, Lorraine fut tuée.
Fran%C3%A7ois de_Loys/François de Loys :
Louis François Fernand Hector de Loys (1892-1935) était un géologue pétrolier suisse. On se souvient de lui aujourd'hui pour avoir affirmé avoir découvert un primate jusque-là inconnu, le singe de De Loys, lors d'une expédition de prospection pétrolière en 1920 au Venezuela. L'identité de l'animal qu'il a photographié a depuis longtemps été établie avec une confiance considérable comme étant un singe araignée, et l'identification en tant que nouvelle espèce est généralement considérée comme un canular.
Fran%C3%A7ois de_Mahy/François de Mahy :
François Césaire de Mahy (22 juillet 1830, Saint-Pierre, Réunion - 19 novembre 1906, Paris) était un homme politique français.
Fran%C3%A7ois de_Mailly/François de Mailly :
François de Mailly (1658-1721) était un archevêque et cardinal français.
Fran%C3%A7ois de_Malherbe/François de Malherbe :
François de Malherbe (prononciation française : [fʁɑ̃swa də malɛʁb], 1555 - 16 octobre 1628) était un poète, critique et traducteur français.
Fran%C3%A7ois de_Maucroix/François de Maucroix :
François de Maucroix, né à Noyon, (Oise) en 1619, mort en 1708, était un poète et traducteur français.
Fran%C3%A7ois de_Mazi%C3%A8res/François de Mazières :
François de Mazières (né le 22 mai 1960) est un homme politique français. Il a été député à l'Assemblée nationale, représentant les Yvelines de juin 2012 à juin 2017. Il est maire de Versailles depuis mars 2008.
Fran%C3%A7ois de_Menthon/François de Menthon :
Le comte François de Menthon (8 janvier 1900 - 2 juin 1984) était un homme politique français et professeur de droit.
Fran%C3%A7ois de_Montmorency/François de Montmorency :
François de Montmorency, duc de Montmorency (17 juillet 1530 - 6 mai 1579) était un soldat, diplomate et pair français qui a servi comme gouverneur de Paris. Il était duc de Montmorency, comte de Dammartin, baron de Châteaubriant et seigneur de L'Isle-Adam, grand maître de France et maréchal de France. Il a combattu pour la France dans les guerres Habsbourg-Valois et pour la couronne dans les premières guerres de religion françaises avant que la rivalité de sa famille avec la maison de Guise ne le pousse à la rébellion en 1574. Restauré en grâce en 1575, il mourut quelques années plus tard.
Fran%C3%A7ois de_Montmorency-Bouteville/François de Montmorency-Bouteville :
François de Montmorency-Bouteville (1600 - 22 juin 1627) était le deuxième fils de Louis de Montmorency, comte de Bouteville, vice-amiral de France sous Henri IV. En 1612, il devint prieur du Plessis-Grimoult en nom, et en personne en 1616. Il resta prieur jusqu'en 1618 où il démissionna au profit de son frère Louis. François succède à son frère Henri en 1616 et devient duc de Luxembourg et gouverneur de Senlis. Il servit avec distinction aux sièges de Saint-Jean-d'Angély, Montauban, Royan et Montpellier. Après s'être battu en duel contre le comte de Pontgibaud, il tua le marquis de Portes en 1625. Le duel était depuis longtemps interdit, mais la peine de mort était rarement appliquée. Le cardinal Richelieu, qui croyait que la sévérité de la peine contribuait à son manque d'application, a plaidé pour sa libéralisation. Un édit de février 1626 restreignit la peine de mort aux duels dans lesquels l'un des participants mourut, ou les seconds se battirent également en duel. Il a été enregistré par le parlement le 24 mars. Montmorency-Bouteville a affronté et tué Jacques de Matignon, comte de Thorigny, le 25 mars. Il blesse le baron de la Frette en 1627, puis s'enfuit à Bruxelles pour échapper aux foudres de Louis XIII. Finalement, Louis XIII fit savoir que Montmorency-Bouteville pouvait revenir en France, mais pas à Paris ni à la cour. François d'Harcourt Beuvron, un parent de Thorigny, était déterminé à venger la mort de Thorigny. Sur l'insistance de Louis XIII, un dîner de réconciliation fut organisé à Bruxelles, mais échoua, et par la suite Beuvron lança un défi. Le 12 mai 1627 à la place Royale à Paris, Montmorency-Bouteville affronta Beuvron sans mort, mais le second de Montmorency-Bouteville, François de Rosmadec, comte de Chappelles, affronta et tua le second de Beuvron, le marquis de Bussi d'Amboise. Alors que Beuvron se réfugie en Angleterre, Montmorency-Bouteville et Rosmadec, malgré leur noblesse, sont décapités place de Grève à Paris le 22 juin 1627. Son fils posthume, François-Henri, devient maréchal de France ; sa fille Élisabeth-Angélique a épousé à son tour Gaspard IV de Coligny (fils de Gaspard III) et Christian Ludwig I zu Mecklenburg (fils d'Adolf Friedrich I).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gladiator 2000 film 2005 soundtrack""

Heureux d'être_gay / Heureux d'être gay : " Glad to Be Gay " est une chanson du groupe britannique de punk rock / new...