Rechercher dans ce blog

vendredi 21 octobre 2022

European Universities Table Tennis Championships


Transonic_Wind_Tunnel européenne/Soufflerie transsonique européenne :
La soufflerie transsonique européenne (ETW) est une soufflerie transsonique à nombre de Reynolds élevé utilisant l'azote comme gaz d'essai. C'est l'une des plus grandes souffleries cryogéniques au monde. Il est situé à Cologne, en Allemagne. ETW a été construit et est exploité par les quatre pays européens France, Allemagne, Grande-Bretagne et Pays-Bas. L'ETW est en service depuis 1994. ETW fournit des nombres de Reynolds en vol réel en raison à la fois de l'augmentation de la pression et de la diminution de la température. Une variation indépendante du nombre de Reynolds et du chargement aéroélastique peut y être effectuée. Ils se spécialisent dans les tests du nombre de Reynolds de vol pour les modèles à pleine portée et à demi-portée dans des conditions de croisière et aux limites extrêmes de l'enveloppe de vol.
Droit européen des transports/Droit européen des transports :
European Transport Law est une revue de droit scientifique. Il publie des notes de jurisprudence sur les décisions judiciaires en droit des transports de toute l'Europe, ainsi que des articles en néerlandais, anglais, français, allemand, italien et espagnol sur tous les domaines du droit des transports. Le droit européen des transports peut être abrégé en ETL pour les citations scientifiques. La revue a été fondée à Anvers, en Belgique, en 1965 par l'avocat belge Robert Wijffels. M. Wijffels est décédé en 2010, mais son cabinet d'avocats de la famille continue de publier la revue sur une base annuelle. 2012 marquera le 47e volume du droit européen des transports.
European Transport_Workers%27_Federation/Fédération européenne des travailleurs des transports :
La Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF) représente plus de 5 millions de travailleurs des transports de plus de 200 syndicats des transports à travers l'Europe, de l'Union européenne, de l'Espace économique européen et d'Europe centrale et orientale, dans plus de 30 pays. Le travail d'ETF est motivé par sa vision d'un transport équitable : des emplois de qualité avec des services de transport sûrs et fiables pour les clients.
Transporteur européen_Transporteur/Transporteur européen :
Le transporteur européen de transport (ETC) transporte divers éléments de charge utile, tels que des éléments de mise en service, des instruments scientifiques, des consommables, des équipements de soutien orbital, des unités de remplacement orbitales et des éléments de réapprovisionnement, ainsi que des éléments scientifiques, tels que des conteneurs. Cela s'applique en particulier aux éléments de charge utile européens qui ne peuvent pas être lancés dans le rack de leur charge utile en raison de capacités d'arrimage et de transport limitées. En orbite, l'ETC sert d'établi et d'installation de rangement, prenant en charge le Biolab, le laboratoire de science des fluides (FSL), le module européen de physiologie (EPM) et le support de tiroir européen (EDR). Depuis sa première utilisation dans le laboratoire de Columbus, l'ETC a été utilisé comme rack de transport au sein du module logistique polyvalent (MPLM). Il permet l'approvisionnement et le retour réguliers de tous les éléments d'expérience et de service nécessaires au fonctionnement continu des installations de charge utile européennes à l'intérieur du module Columbus. L'ETC peut transporter jusqu'à 410 kg (881 lb) de charge utile et d'articles d'expérimentation, logés dans des sacs de transfert de fret standardisés (CTB). Ils sont compatibles avec les normes ISS pour le transport dans le MPLM et le véhicule de transfert automatisé (ATV) et l'utilisation à bord des modules partenaires de l'ISS comme Destiny, Kibo et Columbus. L'ETC est équipé de six conteneurs de rangement gréés dans des tailles optimisées. Il existe deux conteneurs plus petits de 6 PU (1 PU = Panel Unit = 44–45 mm de hauteur) pour les CTB pleine et demi-taille et quatre conteneurs de 12 PU qui peuvent être remplis avec n'importe quelle combinaison de CTB, jusqu'à la taille triple. De plus, l'ETC est équipé de trois poches de rangement sans gravité, une en bas et deux en haut. Ces poches étendent la capacité du volume de rangement à 1000 L au lieu des 800 L standard, mais ne peuvent être utilisées et remplies qu'en apesanteur.
Commission européenne du voyage/Commission européenne du voyage :
La Commission européenne du tourisme (ETC) est une association d'organisations nationales du tourisme (ONT) basée à Bruxelles. Il a été créé en 1948 pour promouvoir l'Europe en tant que destination touristique sur les marchés long-courriers en dehors de l'Europe, à l'origine les États-Unis et plus tard le Canada, l'Amérique latine et l'Asie-Pacifique. ETC compte actuellement 33 membres NTO et 14 membres associés du secteur privé. L'association vise à sensibiliser les autorités nationales européennes et le grand public à l'importance du tourisme par le partage des meilleures pratiques et la coopération en matière d'information et de promotion du marché.
Système_européen_d'information_et_d'autorisation_de_voyage/Système européen d'information et d'autorisation de voyage :
Le système européen d'information et d'autorisation de voyage (ETIAS) est un système d'autorisation électronique de l'Union européenne pour les visiteurs exemptés de visa voyageant dans l'Union européenne ou dans l'espace Schengen (y compris les pays de l'AELE), à l'exception de la République d'Irlande, qui est membre de la zone commune de voyage. Il est similaire à d'autres autorisations de voyage électroniques, comme l'ESTA des États-Unis ainsi que les systèmes mis en place par l'Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande et prévus par le Royaume-Uni. L'autorisation de voyage ETIAS sera requise pour voyager dans l'espace Schengen ainsi qu'en Bulgarie, en Croatie, à Chypre et en Roumanie. L'Irlande, membre de l'UE, ne participera pas initialement à ETIAS, mais pourrait le rejoindre à l'avenir. Il est prévu qu'ETIAS soit disponible à partir de mai 2023, mais il ne sera pas obligatoire avant novembre 2023, avec une période de grâce de 6 mois prévue pour permettre aux voyageurs et au personnel éligibles de se familiariser avec le nouveau système et d'attraper d'éventuels problèmes techniques. problèmes.
Arbre_européen_de_l'année/Arbre européen de l'année :
L'arbre européen de l'année est un concours annuel organisé pour trouver "l'arbre le plus adorable" d'Europe. Le concours est organisé par l'Environmental Partnership Association (EPA), une organisation soutenue par l'Association européenne des propriétaires fonciers et la Commission européenne.
Triarchie européenne/Triarchie européenne :
European Triarchy ( Die europäische Triarchie ) était un livre de Moses Hess publié à Leipzig en 1841. European Triarchy a été initialement publié de manière anonyme dans le but de donner une impulsion révolutionnaire à la philosophie de l'histoire de Hegel . Hess affirme que les trois pays de la Triarchie - la France, l'Allemagne et l'Angleterre - luttaient déjà pour l'émancipation de l'humanité. Frederick Engels et Karl Marx ont tous deux lu le livre. Engels a rencontré Hess dans les bureaux du Rheinische Zeitung, Cologne, en 1842. Selon George Lichtheim, c'est Hess qui a converti Engels au communisme deux ans avant qu'il ne se lance dans son partenariat de toute une vie avec Karl Marx. En fait, c'est parce que Hess a soutenu que la révolution éclaterait d'abord en Angleterre qui a conduit Engels à déménager à Manchester, le centre névralgique de l'industrie anglaise. Alors que son père pensait qu'Engels acquerrait une expérience de première classe dans les affaires en travaillant au centre de l'économie mondiale, Frederick y voyait une opportunité d'en apprendre davantage sur la lutte des classes. Steven Marcus soutient que, alors que les radicaux basés en Europe pourraient regarder le cœur industriel d'Angleterre à travers des lunettes teintées de rose, c'est en s'y installant et en travaillant sur son livre La condition de la classe ouvrière en Angleterre (1845) qu'Engels développe une approche plus empirique de l'écriture politique et que ce choix découle de la lecture de la triarchie européenne de Hess.
Trophée Européen/Trophée Européen :
Le trophée européen (anciennement nommé trophée nordique entre 2006 et 2009) était un tournoi de hockey sur glace organisé chaque année, traditionnellement composé d'équipes des ligues de hockey sur glace de niveau supérieur dans les pays d'Europe. Avec 32 équipes participantes de sept pays en 2013, le Trophée Européen était à l'époque le plus grand tournoi de hockey sur glace actif en Europe. À partir de la saison 2014-15, le Trophée européen a été remplacé par la Ligue des champions de hockey, une compétition plus formelle qui comprenait également tous les champions des grandes ligues nationales européennes. La Suède et la Finlande ont toujours participé, et ils étaient les deux seuls pays participants. lorsque le tournoi a été nommé "Nordic Trophy". Le tournoi a débuté en 2006 sous le nom de "Nordic Trophy" avec huit équipes, quatre de Suède et quatre de Finlande. En 2010, plusieurs équipes de pays européens hors Scandinavie ont accepté de rejoindre le tournoi, qui a changé son nom en European Trophy en conséquence. Au tournoi de 2013, huit pays étaient représentés : la Suède, la Finlande, l'Autriche, la République tchèque, l'Allemagne, la Slovaquie, la Suisse et la Norvège. Aucune équipe n'a remporté le tournoi plus d'une fois.
Trophée Européen_Junior/Trophée Européen Junior :
European Trophy Junior (anciennement appelé Nordic Trophy Junior entre 2007 et 2009) était l'édition junior du tournoi de hockey sur glace European Trophy. Le Trophée Européen Junior était destiné aux joueurs de hockey sur glace de moins de 20 ans. Il se disputait chaque année en août. Le tournoi a été annulé après 2010.
European Trotting_Derby/European Trotting Derby :
L'European Trotting Derby, également appelé UET Grand Prix et Grand Prix de l'UET, est un événement annuel d'attelage du groupe 1 organisé par l'Union européenne du trot, UET. La finale se déroule sur un hippodrome d'un des pays membres de l'UET. L'événement est ouvert aux trotteurs nés en Europe âgés de 4 ans et a été couru pour la première fois en 1985. La finale 2009 sera organisée par l'hippodrome de Tampere, en Finlande, et dispose d'une bourse d'environ 607 000 $ US, soit 460 000 €.
Union européenne du trot/Union européenne du trot :
L'Union Européenne du Trot, ou en anglais, l'Union européenne du trot, également connue sous son acronyme, UET, est l'instance dirigeante du trot européen. L'objectif principal de la fédération "est la promotion des courses de trot et de l'élevage de chevaux en Europe ainsi que leur intégrité et leur prestige dans le monde". Son siège est dans le pays du secrétariat général et l'actuel président de la fédération est le suédois Patrik Sandin. L'UET compte 18 associations membres.
Championnat_d'Europe_des_courses_de_camions/Championnat d'Europe des courses de camions :
Le FIA ​​European Truck Racing Championship est une série de courses sur route de camions de sport automobile pour semi-tracteurs sanctionnée par la Fédération Internationale de l'Automobile et organisée par ETRA Promotion GmbH.
Tunisiens européens/Tunisiens européens :
Les Tunisiens européens sont des Tunisiens dont l'ascendance se situe dans les groupes ethniques d'Europe, notamment les Français. D'autres communautés comprennent celles du sud de l'Europe et du nord-ouest de l'Europe. Avant l'indépendance, il y avait 255 000 Européens en Tunisie en 1956. En 1926, il y avait 90 000 Italiens en Tunisie, contre 70 000 Français, malgré le fait que la Tunisie était un protectorat français, ainsi que 8 396 Maltais.
Championnat d'Europe Twenty20_Championship/Championnat d'Europe Twenty20 :
Le Championnat d'Europe Twenty20 est un tournoi de cricket disputé pour la première fois en juillet 2007 à Belfast, en Irlande du Nord. Il s'agissait du premier tournoi international Twenty20 avant le premier championnat du monde Twenty20 plus tard dans la même année. L'événement s'est déroulé du 20 juillet au 22 juillet 2007 et les équipes participantes étaient le Danemark, l'Irlande, les Pays-Bas et l'Écosse. Le tournoi inaugural, prévu en juillet 2007, a en fait été annulé à peine 2 mois avant la tenue de l'événement. L'annulation était le résultat de l'extension de la série ODI entre les Pays-Bas, l'Irlande et les Antilles, qui devait avoir lieu immédiatement avant le championnat d'Europe Twenty20, pour inclure l'Écosse. Comme la plupart des joueurs participants étaient des amateurs et devaient demander un congé à leurs professions respectives, il a été décidé d'annuler le tournoi. Un tournoi européen innovant Twenty20 a été organisé au Carmel & District Cricket Club en juillet 2008. Ce tournoi à huit équipes a été soutenu par le Conseil international de cricket et a réuni des équipes internationales représentatives de la République tchèque, de la Slovaquie, de la Croatie, de la Russie et de l'Estonie ainsi que les hôtes. et une équipe du Cricket Board of Wales. Le tournoi a été remporté par l'Estonie qui a battu la République tchèque en finale. L'événement devrait également être organisé à nouveau au Carmel en juillet 2009.
Organisation technique_européenne_du_pneu_et_de_la_jante/Organisation technique européenne du pneu et de la jante :
L'Organisation technique européenne du pneu et de la jante (ETRTO) existe pour spécifier et harmoniser les tailles de jantes et leurs pneumatiques associés dans toute l'Union européenne. Les dimensions ETRTO s'appliquent aux jantes et aux pneus des véhicules de tous types, y compris les vélos. Le grand avantage du dimensionnement ETRTO est qu'il est sans ambiguïté ; auparavant, on utilisait des dimensions nominales qui étaient interprétées de différentes manières par différents pays et fabricants - un problème pour l'utilisateur final. L'ETRTO travaille en liaison avec l'Organisation internationale de normalisation pour élaborer des normes pertinentes.
Championnats d'Europe U15_Badminton/Championnats d'Europe U15 Badminton :
Les Championnats d'Europe de badminton U15 sont un tournoi organisé par Badminton Europe (BE) depuis 2014 et se tient une fois tous les deux ans pour couronner les meilleurs joueurs juniors de badminton d'Europe. Le tournoi se déroule généralement parallèlement aux championnats d'Europe de badminton par équipes masculines et féminines.
Championnats d'Europe de badminton U17/Championnats d'Europe de badminton U17 :
Les Championnats d'Europe de badminton U17 sont un tournoi organisé par Badminton Europe (BE) et se tient une fois tous les deux ans pour couronner les meilleurs joueurs juniors de badminton d'Europe. Initialement connue sous le nom de Polonia Cup à ses débuts en 1990, le nom actuel a été adopté en 2005. L'épreuve individuelle a eu lieu pour la première fois en 2009.
Championnats d'Europe de Beach Volleyball U22/Championnats d'Europe de Beach Volleyball U22 :
Les Championnats d'Europe de volleyball de plage U22 sont un tournoi de volleyball de plage mixte pour les équipes nationales U22. Il est organisé chaque année par la Confédération Européenne de Volleyball (CEV). Organisé pour la première fois en 1999, il était à l'origine un tournoi des moins de 23 ans jusqu'en 2013, date à laquelle il était réservé aux athlètes de moins de 22 ans.
Championnats d'Europe de judo U23/Championnats d'Europe de judo U23 :
Les Championnats d'Europe de judo U23 sont des compétitions annuelles de judo organisées par l'Union européenne de judo pour les judokas européens âgés de 23 ans et moins. Le dernier concours a eu lieu à Budapest, en Hongrie. Le prochain concours aura lieu à Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine.
Fédération Européenne d'Ultimate_Fédération/Fédération Européenne d'Ultimate :
La Fédération européenne d'ultimate (EUF) est l'instance dirigeante du sport d'ultimate en Europe. Dans le cadre de l'EFDF et de la World Flying Disc Federation, l'EUF travaille à la coordination et au développement de l'ultimate en Europe et à la promotion de ses idéaux Spirit of the Game. L'EUF coordonne les associations d'ultimate en Europe et soutient l'ultimate dans les pays où il n'y a pas d'organisation locale. L'EUF organise des tournois pour les équipes européennes, développe des programmes éducatifs et des cours pour elles, et soutient d'autres activités d'intérêt. Son conseil d'administration est élu tous les deux ans, la dernière élection a eu lieu en octobre 2014.
Coupe d'Europe Ultramarathon_Cup/Coupe d'Europe Ultramarathon :
La Coupe d'Europe d'Ultramarathon était un événement annuel de coupe couvrant certaines des plus grandes courses d'Ultramarathon en Europe de 1992 à 2019.
European Under-18_All-Star_Game_2009/European Under-18 All-Star Game 2009 :
Le match européen des étoiles des moins de 18 ans 2009 a eu lieu le 18 septembre 2009 à la Spodek Arena. L'équipe bleue a joué contre l'équipe blanche. Les deux équipes étaient composées des meilleurs joueurs européens, qui n'ont pas plus de 18 ans.
Championnat_d'Europe de baseball des moins de 21 ans/Championnat d'Europe de baseball des moins de 21 ans :
Le Championnat d'Europe de baseball des moins de 21 ans est un tournoi international de baseball bi-annuel sanctionné et créé par la Confédération européenne de baseball (CEB).
Championnats d'Europe de tennis de table des moins de 21 ans/Championnats d'Europe de tennis de table des moins de 21 ans :
Les Championnats d'Europe des moins de 21 ans sont un tournoi annuel de tennis de table organisé sous l'autorité de l'Union européenne de tennis de table (ETTU). L'introduction de l'événement au calendrier du tennis de table a été approuvée lors du Congrès de l'ETTU en 2015, avec la première compétition organisée à Sotchi, en Russie, en février 2017.
Championnat_d'Europe de baseball des moins de 23 ans/Championnat d'Europe de baseball des moins de 23 ans :
Le Championnat d'Europe de baseball des moins de 23 ans est organisé tous les deux ans entre les équipes nationales de baseball en Europe, régies par la Confédération européenne de baseball (CEB).
European Underground_Rare_Event_Calorimeter_Array/European Underground Rare Event Calorimeter Array :
L'European Underground Rare Event Calorimeter Array (EURECA) est une expérience planifiée de recherche de matière noire utilisant des détecteurs cryogéniques et une masse d'absorbeur pouvant atteindre 1 tonne. Le projet sera construit dans le Laboratoire souterrain de Modane et réunira des chercheurs travaillant sur les expériences CRESST et EDELWEISS. EURECA figurait en bonne place dans la feuille de route ASPERA des expériences de physique des astroparticules en Europe.
European Underwater_Federation/Fédération européenne sous-marine :
La Fédération européenne sous-marine (EUF) est une organisation faîtière représentant les intérêts des organisations de formation de plongeurs opérant à la fois dans les secteurs à but non lucratif et à but lucratif en Europe.
European Underwater_and_Baromedical_Society/European Underwater and Baromedical Society :
L'European Underwater and Baromedical Society (EUBS) est une source principale d'informations sur la physiologie de la plongée et de la médecine hyperbare dans le monde entier. L'organisation a été initialement formée sous le nom de Société européenne sous-marine et biomédicale en 1971 et a été affiliée à la Société médicale sous-marine pendant plusieurs années. Son but est de promouvoir l'avancement de la médecine de plongée et hyperbare et l'éducation des personnes impliquées dans le domaine; EUBS fournit un forum et un journal pour l'échange d'informations et promeut la recherche en médecine de la plongée.
Union européenne/Union européenne :
L'Union européenne (UE) est une union politique et économique supranationale de 27 États membres situés principalement en Europe. L'union a une superficie totale de 4 233 255,3 km2 (1 634 469,0 milles carrés) et une population totale estimée à environ 447 millions. L'UE a souvent été décrite comme une entité politique sui generis (sans précédent ni comparaison) combinant les caractéristiques d'une fédération et d'une confédération. Contenant 5,8 % de la population mondiale en 2020, l'UE a généré un produit intérieur brut nominal (PIB ) d'environ 17 100 milliards de dollars américains en 2021, soit environ 18 % du PIB nominal mondial. De plus, tous les États de l'UE ont un indice de développement humain très élevé selon le Programme des Nations Unies pour le développement. Sa pierre angulaire, l'union douanière, a ouvert la voie à l'établissement d'un marché intérieur unique basé sur un cadre juridique et une législation normalisés qui s'appliquent dans tous les États membres dans ces matières, et uniquement dans les matières où les États ont convenu d'agir de concert. Les politiques de l'UE visent à garantir la libre circulation des personnes, des biens, des services et des capitaux au sein du marché intérieur ; promulguer des lois dans le domaine de la justice et des affaires intérieures ; et maintenir des politiques communes en matière de commerce, d'agriculture, de pêche et de développement régional. Les contrôles des passeports ont été abolis pour les voyages à l'intérieur de l'espace Schengen. La zone euro est un groupe composé des 19 États membres de l'UE qui ont pleinement mis en œuvre l'union économique et monétaire et utilisent l'euro. A travers la politique étrangère et de sécurité commune, l'union a développé un rôle dans les relations extérieures et la défense. Elle maintient des missions diplomatiques permanentes dans le monde entier et se représente auprès des Nations Unies, de l'Organisation mondiale du commerce, du G7 et du G20. En raison de son influence mondiale, l'Union européenne a été décrite par certains chercheurs comme une superpuissance émergente. L'union a été établie avec sa citoyenneté lorsque le traité de Maastricht est entré en vigueur en 1993, et a ensuite été incorporée en tant que personne juridique de droit international dès son entrée. en vigueur du traité de Lisbonne en 2009, mais ses débuts remontent à ses prédécesseurs les plus anciens, constitués principalement par un groupe d'États fondateurs connus sous le nom de Inner Six (Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas et Allemagne de l'Ouest) à le début de l'intégration européenne institutionnalisée moderne en 1948 et au-delà, à savoir l'Union occidentale (WU, 1954 rebaptisée Union de l'Europe occidentale, UEO), l'Autorité internationale de la Ruhr (AIR), la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), la Communauté économique européenne (CEE, 1993 rebaptisée Communauté européenne, CE) et Communauté européenne de l'énergie atomique (Euratom), instituées respectivement par le traité de Bruxelles de 1948, le 19 48 Conférence de Londres à Six, Traité de Paris de 1951, Traité de Rome de 1957 et Traité Euratom de 1957. Ces organes de plus en plus fusionnés, connus plus tard collectivement sous le nom de Communautés européennes, se sont développés depuis, avec leur successeur légal, l'UE, à la fois en taille grâce à l'adhésion de 21 autres États ainsi qu'en puissance grâce à l'acquisition de divers domaines politiques relevant de leurs attributions en vertu des traités susmentionnés, ainsi que de nombreux autres, tels que le traité de Bruxelles modifié, le traité de fusion, l'Acte unique européen, le traité d'Amsterdam et le traité de Nice. En 2012, l'UE a reçu le prix Nobel de la paix. Bien que le Royaume-Uni soit devenu en 2020 le seul État membre à quitter l'UE, plusieurs autres pays aspirent ou négocient pour y adhérer.
European Union%27s_scientific_cooperation_beyond_the_bloc/Coopération scientifique de l'Union européenne au-delà du bloc :
La collaboration scientifique de l'Union européenne au-delà du bloc décrit les cadres de coopération bilatérale de l'Union européenne et des projets spécifiques en science et technologie avec des pays et des blocs régionaux situés au-delà de l'Union européenne.
European Union_(Accessions)_Act_1994/European Union (Accessions) Act 1994 :
La loi de 1994 sur l'Union européenne (adhésions) est une loi du Parlement du Royaume-Uni qui a ratifié et légiféré pour l'adhésion de l'Autriche, de la Finlande et de la Suède à l'Union européenne. La loi mentionne également la Norvège qui n'a pas ratifié et adhéré à la suite d'un vote «non» lors du référendum norvégien sur l'adhésion à l'Union européenne de 1994. Il a reçu la sanction royale le 3 novembre 1994.
Union européenne_(adhésions)_Act_2003/Union européenne (adhésions) Act 2003 :
La loi de 2003 sur l'Union européenne (adhésions) (c 35) est une loi du Parlement du Royaume-Uni qui a ratifié et légiféré pour l'adhésion de la République tchèque, de l'Estonie, de Chypre, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Hongrie, de Malte, de la Pologne, de la Slovénie et de La Slovaquie a rejoint l'Union européenne le 1er mai 2004. Elle a reçu la sanction royale le 13 novembre 2003.
Union européenne_(adhésions)_Act_2006/Union européenne (adhésions) Act 2006 :
La loi de 2006 sur l'Union européenne (adhésions) (c 2) est une loi du Parlement du Royaume-Uni qui a ratifié et légiféré pour l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'Union européenne. Elle a reçu la sanction royale le 16 février 2006. La loi est modifiée par les articles 3, 4 et 6 de l'ordonnance de 2011 sur le traité de Lisbonne (modifications terminologiques) (SI 2011/1043).
Union européenne_(Amendement)_Act_2008/Union européenne (Amendement) Act 2008 :
La loi de 2008 sur l'Union européenne (modification) (c. 7) était une loi du Parlement du Royaume-Uni. Il donne effet dans la loi du Royaume-Uni au traité de Lisbonne, qui y a été signé par le Premier ministre de l'époque, Gordon Brown, le 14 décembre 2007. Le projet de loi a été débattu pour la première fois à la Chambre des communes le 21 janvier 2008 et a adopté sa deuxième lecture ce jour-là par un vote de 362-224; Le Premier ministre Gordon Brown était absent ce jour-là et a laissé le projet de loi être défendu par le secrétaire aux Affaires étrangères de l'époque, David Miliband, qui l'a présenté à la Chambre des communes. Un amendement conservateur dirigé par le secrétaire aux Affaires étrangères de l'époque, William Hague, pour organiser un référendum à l'échelle du Royaume-Uni sur l'approbation finale du traité de Lisbonne a été rejeté par le gouvernement travailliste lors d'un débat en commission le 5 mars 2008, par 311-248 à la Chambre des Chambre des communes. La promulgation par sanction royale est intervenue le 19 juin 2008. La loi ne ratifie pas réellement le traité; il ajoute simplement le traité de Lisbonne aux traités énumérés à l'article 1, paragraphe 2, de la loi de 1972 sur les communautés européennes. La ratification effective du traité par le Royaume-Uni a eu lieu lorsque le gouvernement britannique a déposé les instruments de ratification à Rome le 16 juillet 2008 .La loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait) a abrogé cette loi le 31 janvier 2020.
European Union_(Approval_of_Treaty_Amendment_Decision)_Act_2012/European Union (Approval of Treaty Amendment Decision) Act 2012 :
La loi de 2012 sur l'Union européenne (approbation de la décision de modification du traité) (c. 15) était une loi du Parlement du Royaume-Uni qui, en vertu de l'article 3 de la loi de 2011 sur l'Union européenne, a approuvé la décision du Conseil européen du 25 mars 2011 modifiant l'article 136 de le traité sur le fonctionnement de l'Union européenne en ce qui concerne un mécanisme de stabilité pour les États membres dont la monnaie est l'euro. Elle a été adoptée par le Parlement le 10 octobre 2012 et a reçu la sanction royale le 31 octobre 2012. La loi a été abrogée par la loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait).
Union européenne_(Approvals)_Act_2015/European Union (Approvals) Act 2015 :
La loi de 2015 sur l'Union européenne (approbations) (c. 37) était une loi du Parlement du Royaume-Uni qui, en vertu de l'article 8 de la loi de 2011 sur l'Union européenne, a modifié l'article 352 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne pour permettre à la Macédoine devenir observateur dans les travaux de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne. Il a reçu la sanction royale le 17 décembre 2015. La loi a été abrogée par la loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait).
European Union_(Croatian_Accession_and_Irish_Protocol)_Act_2013/European Union (Croatian Accession and Irish Protocol) Act 2013 :
La loi de 2013 sur l'Union européenne (adhésion de la Croatie et protocole irlandais) (c. 5) est une loi du Parlement du Royaume-Uni présentée à la Chambre des communes par William Hague. La loi a pris des dispositions consécutives au traité d'adhésion de la République de Croatie à l'Union européenne et au protocole sur les préoccupations du peuple irlandais relatif au traité de Lisbonne. Le projet de loi a été discuté les 6 et 27 novembre 2012 et adopté et envoyé à la Chambre des Lords le 27 novembre 2012. Il a eu sa troisième lecture à la Chambre des Lords le 21 janvier 2013. La sanction royale a été donnée le 31 janvier 2013. Il y a six articles de la Loi. Les sections 1 et 2 ont été abrogées le 28 novembre 2018 par le règlement de 2018 sur la loi de 2018 sur le retrait de l'Union européenne (modifications consécutives).
Union européenne_(Finance)_Act_2015/L'Union européenne (Finance) Act 2015 :
La loi de 2015 sur les finances de l'Union européenne (c. 32) était une loi du Parlement du Royaume-Uni promulguée pour approuver, aux fins de l'article 7, paragraphe 1, de la loi de 2011 sur l'Union européenne, la décision du Conseil du 26 mai 2014 sur le système des ressources propres de l'Union européenne; et de modifier la définition des "traités" et des "traités de l'UE" à l'article 1, paragraphe 2, de la loi de 1972 sur les Communautés européennes afin d'inclure cette décision. Il a reçu la sanction royale le 21 juillet 2015. La loi a été abrogée par la loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait).
European Union_(Future_Relationship)_Act_2020/European Union (Future Relationship) Act 2020 :
La loi de 2020 sur l'Union européenne (relations futures) (c. 29) est une loi du Parlement du Royaume-Uni qui met en œuvre l'accord de commerce et de coopération UE-Royaume-Uni conclu entre le Royaume-Uni et l'Union européenne et l'Euratom en décembre 2020. Le projet de loi pour la loi a été présenté à la Chambre des communes par le chancelier du duché de Lancaster Michael Gove le 30 décembre 2020, dans le but de promulguer le projet de loi le même jour. L'accord commercial a été appliqué à titre provisoire immédiatement après la fin de la période de transition du Brexit le 31 décembre 2020, la loi faisant office de ratification de l'accord par le Parlement britannique. Avant que l'accord n'entre pleinement en vigueur, la version anglaise du traité doit faire l'objet d'une vérification juridique et d'un nettoyage ("scrubbed"), et doit être adoptée par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne. La Chambre des communes a été rappelée de la suspension - la Chambre des Lords siégeait déjà - pour permettre le débat sur la législation, et elle a été adoptée par 521 voix contre 73.
Union européenne_(Notification_of_Withdrawal)_Act_2017/Loi de 2017 sur l'Union européenne (notification de retrait) :
La loi de 2017 sur l'Union européenne (notification de retrait) (c. 9) était une loi du Parlement du Royaume-Uni habilitant le Premier ministre à adresser au Conseil de l'Union européenne la mise en demeure requise par l'article 50 du traité. sur l'Union européenne – pour avoir entamé des négociations en vue du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il a été adopté à la suite du résultat du référendum sur l'adhésion à l'Union européenne du Royaume-Uni de 2016 qui s'est tenu le 23 juin, au cours duquel 51,9 % des électeurs ont voté en faveur de la sortie de l'Union européenne.
European Union_(Referendum)_Act_2016_(Gibraltar)/European Union (Referendum) Act 2016 (Gibraltar):
La loi de 2016 sur l'Union européenne (référendaire) était une loi du Parlement de Gibraltar, qui met en œuvre la loi de 2015 sur le référendum de l'Union européenne du Royaume-Uni à Gibraltar. C'était la première fois qu'un référendum était organisé à Gibraltar sur la question du maintien de l'adhésion à l'UE depuis que le territoire avait rejoint le Royaume-Uni en 1973 et c'était la première fois qu'un territoire britannique d'outre-mer participait à un référendum à l'échelle du Royaume-Uni. La loi est entrée en vigueur le 26 janvier 2016 et a reçu l'assentiment du gouverneur de Gibraltar le 28 janvier 2016.
European Union_(Referendum)_Bill_2013%E2%80%9314/European Union (Referendum) Bill 2013–14 :
Le projet de loi 2013-2014 sur l'Union européenne (référendum) était un projet de loi d'initiative parlementaire du Parlement du Royaume-Uni visant à prévoir un référendum sur l'adhésion à l'Union européenne qui se tiendrait en 2017 à la suite de la renégociation des conditions entre l'Union européenne et le gouvernement du Royaume-Uni. Le projet de loi a cessé d'être examiné par le Parlement après janvier 2014 et n'est pas devenu loi. Cependant, un projet de loi ultérieur ayant le même objectif, la loi de 2015 sur le référendum de l'Union européenne, a ensuite été présenté à la Chambre des communes par le gouvernement conservateur nouvellement élu en mai 2015 et a été adopté et a reçu la sanction royale le 17 décembre 2015.
Union européenne_(Retrait)_(No._2)_Act_2019/Union européenne (Retrait) (No. 2) Act 2019 :
La loi de 2019 sur l'Union européenne (retrait) (n ° 2), communément appelée loi Benn d'après le député travailliste Hilary Benn en tant que présidente de la commission restreinte de sortie de l'Union européenne qui l'a présentée, était une loi du Parlement du Royaume-Uni qui a obligé le Premier ministre du Royaume-Uni à demander une prolongation de la date de retrait du Brexit - alors prévue pour le 31 octobre 2019 - dans certaines circonstances. Les principales dispositions de la loi étaient déclenchées si la Chambre des communes ne donnait pas son consentement à un accord de retrait ou à un départ sans accord avant le 19 octobre 2019. La loi proposait une nouvelle date de retrait du 31 janvier 2020, que le Premier ministre était obligé d'accepter si la proposition était acceptée par le Conseil européen. La loi contenait également des dispositions qui détaillaient la marche à suivre si une autre date était proposée par le Conseil européen, exigeaient des rapports réguliers sur l'état d'avancement de toute négociation entre l'UE et le Royaume-Uni et définissaient le format de la lettre que le Premier ministre devait doit adresser au président du Conseil européen au cas où celui-ci serait amené à solliciter une prolongation. Il a également supprimé le pouvoir discrétionnaire du Premier ministre de ne pas modifier le jour de sortie en réponse à une prolongation. La loi a reçu la sanction royale le 9 septembre 2019 et est entrée en vigueur le même jour. Le projet de loi a été proposé par des députés de l'opposition et d'arrière-ban après que Boris Johnson est devenu Premier ministre. Il a été adopté après qu'ils ont pris le contrôle de l'agenda parlementaire dans la perspective de la prorogation controversée - et plus tard déclarée nulle - du Parlement. Le gouvernement s'est farouchement opposé au projet de loi, et Boris Johnson et d'autres eurosceptiques ont à plusieurs reprises qualifié la loi de " loi sur la reddition ". Le gouvernement a été soupçonné d'examiner les options sur la manière d'annuler l'effet de la loi. Le 19 octobre, Johnson a envoyé la lettre au président du Conseil européen Donald Tusk demandant une prolongation de la date de retrait du Brexit conformément à la loi. Cela a été officiellement approuvé le 28 octobre. Le 30 octobre 2019, le jour nommé «jour de sortie» dans la législation britannique a donc été remplacé par le 31 janvier 2020 à 23h00. La loi a été abrogée le 23 janvier 2020 par la loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait).
Acte_(de retrait)_de_l'Union_européenne/Acte_de_l'Union_européenne (de retrait) :
Plusieurs lois du Parlement relatives au Brexit sont appelées loi sur l'Union européenne (retrait) : la loi de 2017 sur l'Union européenne (notification de retrait), qui a habilité le Premier ministre à invoquer l'article 50 du traité sur l'Union européenne ; Le European Union (Withdrawal) Act 2018, qui abrogera le droit européen ou le transposera dans le droit britannique lors du Brexit ; La loi de 2019 sur l'Union européenne (retrait), qui obligeait le Premier ministre à demander un report du Brexit ; La loi de 2019 sur l'Union européenne (retrait) (n° 2), qui oblige le Premier ministre à demander un deuxième report du Brexit.
Union européenne_(Retrait)_Act_2018/Loi de 2018 sur l'Union européenne (Retrait) :
La loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait) (également connue sous le nom de Great Repeal Act) est une loi du Parlement du Royaume-Uni qui prévoit à la fois l'abrogation de la loi de 1972 sur les Communautés européennes et l'approbation parlementaire requise pour tout accord de retrait. négocié entre le gouvernement du Royaume-Uni et l'Union européenne. L'adoption du projet de loi par les deux chambres du Parlement s'est achevée le 20 juin 2018 et il est devenu loi par sanction royale le 26 juin. La loi doit permettre "de couper la source du droit de l'UE au Royaume-Uni ... et de retirer la compétence des institutions de l'UE à légiférer pour le Royaume-Uni". Le gouvernement 2017-2019 de Theresa May la considérait comme la législation constitutionnelle la plus importante à avoir été adoptée par le Parlement depuis l'acte sur les Communautés européennes lui-même en 1972. droit britannique, et ainsi "créer une nouvelle catégorie de droit interne pour le Royaume-Uni : le droit européen conservé" (également connu sous le nom de "REUL"). Cela donne également au gouvernement un pouvoir restreint d'adapter et de supprimer les lois qui ne sont plus pertinentes. Il fait dépendre la ratification future de l'accord de retrait, en tant que traité entre le Royaume-Uni et l'UE, de la promulgation préalable d'une autre loi du Parlement pour approuver les conditions finales du retrait lorsque les négociations sur le Brexit seront terminées. Il a fixé au 21 janvier 2019 (au plus tard) la date à laquelle le gouvernement devra décider de la marche à suivre si les négociations n'avaient pas abouti à un accord de principe, tant sur les modalités de retrait que sur le cadre des relations futures entre le Royaume-Uni et l'UE. , et pour le débat parlementaire sur cette décision gouvernementale. La loi était l'un des nombreux projets de loi prévus concernant les transactions internationales et le contrôle des frontières, y compris la circulation des marchandises. La loi est entrée pleinement en vigueur le vendredi 31 janvier 2020 à 23h00, heure moyenne de Greenwich, bien qu'elle ait été modifiée par le La loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait) qui a sauvé l'effet de la loi de 1972 sur les Communautés européennes (ECA 1972) pendant la période de mise en œuvre et a officiellement ratifié et incorporé l'accord de retrait dans le droit national après que le Royaume-Uni ait officiellement quitté l'Union européenne.
Union européenne_(Retrait)_Acte_2019/Loi de 2019 sur l'Union européenne (Retrait) :
La loi de 2019 sur l'Union européenne (retrait) , communément appelée loi Cooper-Letwin , était une loi du Parlement du Royaume-Uni qui prévoyait des dispositions pour des prolongations de la période définie à l'article 50 du traité sur l'Union européenne concernant le Le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Il a été présenté à la Chambre des communes par la députée travailliste Yvette Cooper et le député conservateur Sir Oliver Letwin le 3 avril 2019, dans le cadre d'un processus inhabituel où le gouvernement du Royaume-Uni n'avait pas le contrôle des affaires des Communes ce jour-là. La loi a été abrogée le 23 janvier 2020 par la loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait).
Union européenne_(Retrait)_Act_2019_(Gibraltar)/Loi de 2019 sur l'Union européenne (Retrait) (Gibraltar) :
La loi de 2019 sur l'Union européenne (retrait), également connue sous le nom de projet de loi d'abrogation, est une loi du Parlement de Gibraltar annoncée par le ministre en chef Fabian Picardo, qui a transposé le droit de l'Union européenne directement applicable dans le droit de Gibraltar dans le cadre de la sortie du Royaume-Uni de la Union européenne (Brexit). Il a le même effet que la loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait) du même nom au Royaume-Uni. Le projet de loi a été adopté avec le soutien de la coalition au pouvoir GSLP-libéral et d'un député indépendant. Les sociaux-démocrates de Gibraltar de l'opposition n'avaient pas initialement l'intention de soutenir le projet de loi, mais ont ensuite voté pour, mais contre certaines parties de la législation.
Union européenne_(accord_de_retrait)_Act_2020/Loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait) :
La loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait) (c. 1) est une loi du Parlement du Royaume-Uni qui prévoit la ratification de l'accord de retrait du Brexit et son incorporation dans le droit interne du Royaume-Uni. Il s'agit de la législation constitutionnelle la plus importante à avoir été adoptée par le Parlement du deuxième ministère Johnson. L'accord de retrait était le résultat des négociations sur le Brexit. Le 24 juillet 2018, le gouvernement a publié un livre blanc sur le projet de loi proposé et sur le fonctionnement de la législation. Le projet de loi a été présenté pour la première fois par le gouvernement lors de la deuxième session de la 57e législature le 21 octobre 2019 avec le long titre "Un projet de loi visant à mettre en œuvre et à prendre d'autres dispositions en rapport avec l'accord entre le Royaume-Uni et l'UE en vertu de l'article 50 (2) du traité sur l'Union européenne qui fixe les modalités du retrait du Royaume-Uni de l'UE". Ce projet de loi n'a plus été débattu après la deuxième lecture à la Chambre des communes le 22 octobre 2019 et est devenu caduc le 6 novembre lorsque le Parlement a été dissous en vue des élections générales de 2019. Le projet de loi a été réintroduit immédiatement après les élections générales et a été le premier projet de loi à être présenté à la Chambre des communes lors de la première session de la 58e législature, avec des modifications par rapport au projet de loi précédent, par le gouvernement réélu et a été lu une première fois. le 19 décembre, immédiatement après la première lecture du projet de loi sur les hors-la-loi et avant le début du débat sur le discours de la reine. La deuxième lecture a eu lieu le 20 décembre et la troisième le 9 janvier 2020. Cette loi a reçu la sanction royale le 23 janvier 2020, neuf jours avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Union européenne_(accord_de_retrait)_Act_2020_(Gibraltar)/Loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait) (Gibraltar) :
La loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait) est une loi du Parlement de Gibraltar qui intègre l'accord de retrait du Brexit dans la loi de Gibraltar dans le cadre de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) le 31 janvier 2020. La loi a reçu la sanction royale deux jours avant que la loi de 2020 sur l'Union européenne (accord de retrait) ne reçoive sa sanction royale après son adoption par le Parlement britannique.
Union européenne_(groupe_de_résistance)/Union européenne (groupe de résistance) :
L'Union européenne (allemand : Europäische Union, prononciation allemande : [ˌɔɪ̯.ʁo.ˈpɛː.ɪʃə ʔu.ˈni̯oːn] (écouter)) était un groupe de résistance antifasciste en Allemagne nazie, qui s'est formé autour d'Anneliese et Georg Groscurth et Robert Havemann. D'autres membres importants étaient Herbert Richter et Paul Rentsch.
Acte_Union européenne/Acte de l'Union européenne :
L'acte de l'Union européenne (ou projet de loi de l'Union européenne) peut faire référence à plusieurs textes législatifs.
European Union_Act_2011/European Union Act 2011 :
La loi de 2011 sur l'Union européenne (c. 12) était une loi du Parlement du Royaume-Uni, exigeant la tenue d'un référendum sur les modifications du traité sur l'Union européenne ou du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. Présenté à la Chambre des communes par le secrétaire d'État principal de Sa Majesté aux affaires étrangères et du Commonwealth, William Hague, le 11 novembre 2010, le projet de loi a reçu sa deuxième lecture par 330-195 le 7 décembre et a été adopté par la Chambre des communes le 8 mars 2011. Le projet de loi a été lu une deuxième fois dans les Lords le 22 mars, après un accueil hostile par les pairs. La loi a reçu la sanction royale le 19 juillet 2011. La loi a été abrogée par la loi de 2018 sur l'Union européenne (retrait).
Mission_consultative_de_l'Union_européenne_Ukraine/Mission de conseil de l'Union européenne en Ukraine :
La mission de conseil de l'Union européenne en Ukraine (EUAM Ukraine) est une mission civile de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l'Union européenne. Il vise à aider les autorités ukrainiennes à réformer le secteur de la sécurité civile. Il fournit des conseils stratégiques et un soutien pratique pour rendre le secteur de la sécurité civile ukrainien plus efficace, efficient, transparent et bénéficier de la confiance du public. L'EUAM Ukraine travaille avec un certain nombre d'institutions chargées de l'application de la loi et de l'État de droit en Ukraine, et elle a officiellement commencé ses activités le 1er décembre 2014, à la demande du gouvernement ukrainien. L'EUAM Ukraine emploie plus de 300 personnes qui opèrent à Kyiv, Lviv, Odessa, Kharkiv et Marioupol met en œuvre son "mandat de mission" selon ces trois principaux piliers d'activité : Conseils stratégiques Conseils pratiques et formation pour les partenaires ukrainiens Coopération et coordination avec les homologues et parties prenantes ukrainiens et internationaux
European Union_Agency_for_Asylum/Agence de l'Union européenne pour l'asile :
L'Agence de l'Union européenne pour l'asile (EUAA) est une agence créée par le règlement de l'Union européenne 439/2010 dans le cadre de l'espace de liberté, de sécurité et de justice pour accroître la coopération des États membres de l'UE en matière d'asile, améliorer la mise en œuvre du régime d'asile européen commun , et soutenir les États membres sous pression.
Agence_de_l'Union_européenne_pour_la_cybersécurité/Agence de l'Union européenne pour la cybersécurité :
L'Agence de l'Union européenne pour la cybersécurité - auto-désignation ENISA de l'abréviation de son nom d'origine - est une agence de l'Union européenne. Elle est pleinement opérationnelle depuis le 1er septembre 2005. L'Agence est située à Athènes, en Grèce, et possède un deuxième bureau à Héraklion, en Grèce. L'ENISA a été créée en 2004 par le règlement européen n° 460/2004 sous le nom d'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information. Le règlement de l'ENISA est le règlement UE n° 2019/881 du Parlement européen et du Conseil du 17 avril 2019 relatif à l'ENISA (l'Agence de l'Union européenne pour la cybersécurité) et à la certification de cybersécurité des technologies de l'information et de la communication et abrogeant le règlement UE n° 526/2013 (cybersécurité Loi). L'Agence travaille en étroite collaboration avec les États membres de l'UE et d'autres parties prenantes pour fournir des conseils et des solutions ainsi que pour améliorer leurs capacités en matière de cybersécurité. Elle soutient également le développement d'une réponse coopérative aux incidents ou crises de cybersécurité transfrontaliers de grande ampleur et élabore depuis 2019 des schémas de certification de cybersécurité. L'ENISA aide la Commission, les États membres et, par conséquent, le monde des affaires à répondre aux exigences en matière de sécurité des réseaux et de l'information, y compris la législation actuelle et future de l'UE. L'ENISA s'efforce en fin de compte de servir de centre d'expertise pour les États membres et les institutions de l'UE afin de demander conseil sur des questions liées à la sécurité des réseaux et de l'information. L'ENISA soutient l'organisation des exercices paneuropéens de cybersécurité "Cyber ​​Europe" depuis 2010.
European Union_Agency_for_Law_Enforcement_Training/Agence de l'Union européenne pour la formation des forces de l'ordre :
Le CEPOL, ou Agence de l'Union européenne pour la formation des forces de l'ordre, est une agence de l'Union européenne dédiée à la formation des forces de l'ordre. L'institution a été fondée en 2000 et a adopté son mandat légal actuel le 1er juillet 2016. Elle est basée à Budapest, en Hongrie.
European Union_Agency_for_Railways/Agence de l'Union européenne pour les chemins de fer :
L'Agence de l'Union européenne pour les chemins de fer (ERA) est une agence de l'Union européenne (UE) qui établit des exigences obligatoires pour les chemins de fer européens et les fabricants sous la forme de spécifications techniques d'interopérabilité (STI), qui s'appliquent au système ferroviaire transeuropéen. L'ERA publie un document récapitulant l'état des STI. L'ERA fixe des objectifs de sécurité communs, des méthodes de sécurité communes et des indicateurs de sécurité communs, conformément à la directive 2004/49/CE et ses modifications. L'ERA héberge également un certain nombre de bases de données, parmi lesquelles un registre des règles nationales applicables restantes.
Agence_de_l'Union_européenne_pour_la_coopération_des_régulateurs_de_l'énergie/Agence de l'Union européenne pour la coopération des régulateurs de l'énergie :
L'Agence de l'Union européenne pour la coopération des régulateurs de l'énergie (ACER) est une agence de l'Union européenne créée par le troisième paquet énergie en 2009. Elle a été créée en 2010 et a son siège à Ljubljana, en Slovénie. Le 6 mai, le conseil d'administration a désigné Alberto Pototschnig en tant que premier directeur. En choisissant son directeur et ses présidents, l'ACER a fait un pas en avant pour devenir pleinement opérationnelle. Le 1er janvier 2020, Christian Pilgaard Zinglersen a été nommé deuxième directeur de l'ACER. La base pour la création de l'ACER est le règlement 713/2009 du Parlement européen et du Conseil du 13 juillet 2009. Le règlement décrit la création et le statut juridique, les tâches, l'organisation et les dispositions financières. L'ACER est la deuxième organisation intergouvernementale dont le siège est à Slovénie. Le premier était le Centre international pour la promotion des entreprises (ICPE).
Agence_de_l'Union_européenne_pour_le_programme_spatial/Agence de l'Union européenne pour le programme spatial :
L'Agence de l'Union européenne pour le programme spatial (EUSPA) est une agence spatiale qui gère le programme spatial de l'Union européenne comme l'une des agences de l'Union européenne (UE). Elle a été initialement créée en tant qu'Autorité européenne de surveillance des systèmes mondiaux de navigation par satellite (GSA) en 2004, réorganisée en Agence européenne des systèmes mondiaux de navigation par satellite (également GSA) en 2010 et établie sous sa forme actuelle le 12 mai 2021. L'EUSPA est une entité distincte de l'Agence spatiale européenne (ESA), bien que les deux entités travaillent en étroite collaboration.
Championnats_de_boxe_amateur_de_l'Union_européenne/Championnats de boxe amateur de l'Union européenne :
Les Championnats de boxe amateur de l'Union européenne sont une compétition pour les boxeurs amateurs de l'Union européenne et de ses pays candidats (la Turquie est donc l'un des principaux participants). Les championnats sont organisés par l'instance dirigeante du continent, la Confédération européenne de boxe (EUBC). La première édition du tournoi masculin a eu lieu en 2003 à Strasbourg en France et celle des femmes en 2006 à Porto Torres en Italie. Le tournoi masculin a eu lieu chaque année de 2003 à 2009 et tous les quatre ans depuis 2014, tandis que le tournoi féminin a eu lieu chaque année de 2006 à 2011 et tous les quatre ans depuis 2013.
Initiative_anti-corruption_de_l'Union_européenne_en_Ukraine/Initiative anti-corruption de l'Union européenne en Ukraine :
L'Initiative de l'Union européenne contre la corruption, EUACI, est le plus grand programme d'assistance technique dans la lutte contre la corruption en Ukraine mis en œuvre par l'Union européenne. Le programme a été créé en juin 2017 et devait durer trois ans (2017-2019). Il a été principalement financé par la Commission européenne et cofinancé par l'Agence danoise de développement international. En 2021, la Cour des comptes européenne a estimé que le soutien de l'UE aux réformes en Ukraine était inefficace dans la lutte contre la grande corruption.
Accord_d'association_Union_européenne/Accord d'association_Union européenne :
Un accord d'association avec l'Union européenne ou simplement un accord d'association (AA) est un traité entre l'Union européenne (UE), ses États membres et un pays tiers qui crée un cadre de coopération entre eux. Les domaines fréquemment couverts par ces accords incluent le développement des liens politiques, commerciaux, sociaux, culturels et sécuritaires. Les accords d'association sont de vastes accords-cadres entre l'UE (ou ses prédécesseurs) et ses États membres, et un État extérieur qui régit leurs relations bilatérales. La disposition relative à un accord d'association a été incluse dans le traité de Rome, qui a institué la Communauté économique européenne, en tant que moyen de permettre la coopération de la Communauté avec le Royaume-Uni, qui s'était retiré des négociations sur le traité lors de la conférence de Messine de 1955. Selon le Service européen pour l'action extérieure, pour qu'un accord soit qualifié d'AA, il doit répondre à plusieurs critères : 1. La base juridique de la conclusion [des accords d'association] est l'article 217 TFUE (ancien art. 310 et art. 238 CET)2. Volonté d'établir une coopération économique et politique étroite (plus qu'une simple coopération) ; 3. Création d'organismes paritaires de gestion de la coopération, compétents pour prendre des décisions qui lient les parties contractantes ; 4. Offrir le traitement de la nation la plus favorisée ; 5. Prévoir une relation privilégiée entre la CE et son partenaire ; 6. Depuis 1995, la clause sur le respect des droits de l'homme et des principes démocratiques est systématiquement incluse et constitue un élément essentiel de l'accord ; 7. Dans un grand nombre de cas, l'accord d'association remplace un accord de coopération intensifiant ainsi les relations entre les partenaires. L'UE conclut généralement des accords d'association en échange d'engagements de réforme politique, économique, commerciale ou des droits de l'homme dans un pays. En échange, le pays peut se voir offrir un accès en franchise de droits à certains ou à tous les marchés de l'UE (biens industriels, produits agricoles, etc.) et une assistance financière ou technique. Les AA les plus récemment signés comprennent également un accord de libre-échange (ALE) entre l'UE et le pays tiers. Les accords d'association doivent être acceptés par l'Union européenne et doivent être ratifiés par tous les États membres de l'UE et l'État concerné.
Agence_de_la_sécurité_aérienne_de_l'Union_européenne/Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne :
L'Agence de l'Union européenne pour la sécurité aérienne (AESA) est une agence de l'Union européenne (UE) chargée de la sécurité de l'aviation civile. Il procède à la certification, à la réglementation et à la normalisation et effectue également des enquêtes et des contrôles. : §4.3 Il collecte et analyse les données de sécurité, rédige et conseille sur la législation en matière de sécurité et coordonne avec des organisations similaires dans d'autres parties du monde. : §4.3 L'idée d'une autorité de sécurité aérienne au niveau européen remonte à 1996, mais l'agence n'a été légalement établie qu'en 2002; il a commencé ses travaux en 2003. : §4.3
Union_européenne_Baroque_Orchestra/Orchestre baroque de l'Union européenne :
L'Orchestre baroque de l'Union européenne (EUBO) est une initiative de formation qui permet à de jeunes interprètes de musique baroque de l'Union européenne d'acquérir une expérience orchestrale dans le cadre de leur développement de carrière. Son but est de faire le pont entre les études en conservatoire et une carrière professionnelle. Le succès du projet, sous la direction des plus grands musiciens baroques du monde, se mesure au nombre d'anciens membres de l'EUBO qui jouent désormais dans les plus grands orchestres baroques d'Europe. Fondé en 1985 et basé à l'origine dans l'Oxfordshire, au Royaume-Uni, l'orchestre a déménagé à Anvers après le Brexit.
European Union_Bill_2004%E2%80%932005/Projet de loi de l'Union européenne 2004-2005 :
Le projet de loi de l'Union européenne 2004-2005 (projet de loi 45) était un projet de loi du Parlement du Royaume-Uni qui proposait de ratifier la Constitution européenne et de l'incorporer dans le droit interne du Royaume-Uni et de modifier la loi de 1972 sur les Communautés européennes pour l'inclure dans la liste des traités et organiser un référendum dans tout le Royaume-Uni et à Gibraltar sur l'opportunité d'approuver le projet de Constitution, qui serait supervisé par la Commission électorale. Le projet de loi a été présenté pour la première fois au cours de la session parlementaire de 2004/2005 et a fait l'objet d'une deuxième lecture. Il est tombé à la fin de cette législature. Le projet de loi a été réintroduit dans le nouveau parlement et la session 2005/2006, mais il a été retiré après sa première lecture par Jack Straw le 6 juin 2005 à la suite de votes "non" lors des référendums qui ont eu lieu sur la ratification de la Constitution européenne en France et dans les Pays-Bas. Si le référendum avait eu lieu, il aurait été le premier référendum à l'échelle du Royaume-Uni depuis le référendum sur l'adhésion aux Communautés européennes de 1975, qui à l'époque était le seul référendum national à se tenir. Aucune date n'a jamais été fixée pour le référendum proposé, mais on s'attendait à ce qu'il se tienne au cours des six premiers mois de 2006, avec la possibilité qu'il aurait pu se tenir le même jour que les élections locales britanniques de 2006 qui ont été programmées et dûment tenues le 4 mai 2006. Document de recherche de la Bibliothèque de la Chambre des communes pour le projet de loi sur l'Union européenne.
Mission_d'assistance_aux_frontières_de_l'Union_européenne_vers_la_Moldavie_et_l'Ukraine/Mission d'assistance aux frontières de l'Union européenne en Moldavie et en Ukraine :
La mission d'assistance aux frontières de l'Union européenne en Moldavie et en Ukraine (EUBAM Moldova et Ukraine) a été lancée en 2005. Elle promeut le contrôle des frontières, les douanes et les normes et pratiques commerciales qui répondent aux normes de l'Union européenne et répondent aux besoins de ses deux pays partenaires. Il s'agit d'un organe consultatif et technique basé à Odessa, en Ukraine. Il dispose d'un bureau de liaison à Chișinău, en Moldavie, et de six bureaux extérieurs ; trois du côté moldave de la frontière commune et trois du côté ukrainien. Les activités de l'EUBAM visent à promouvoir le développement économique et à renforcer la sécurité régionale. La Mission contribue à la coopération transfrontalière et au renforcement de la confiance, contribuant à améliorer l'efficacité, la transparence et la sécurité le long de la frontière entre la Moldavie et l'Ukraine.
European Union_Border_Assistance_Mission_to_Rafah/Mission d'assistance aux frontières de l'Union européenne à Rafah :
La mission d'assistance aux frontières de l'Union européenne au point de passage de Rafah (EU BAM Rafah) était la deuxième mission civile de gestion de crise de l'UE dans les territoires palestiniens, l'autre étant la mission de police de l'Union européenne pour la bande de Gaza (EU COPPS). La Mission a été lancée le 24 novembre 2005 pour surveiller les opérations au point de passage de Rafah entre la bande de Gaza et l'Égypte, conformément aux principes convenus pour le passage de Rafah du 15 novembre 2005, qui font partie de l'Accord sur les déplacements et l'accès (AMA), conclu par Israël et l'Autorité palestinienne. Lorsque la Mission a été déployée pour la première fois, elle se composait d'environ 70 personnes, dont une équipe spéciale de sécurité. Le 13 juin 2007, à la suite de la prise de contrôle du Hamas dans la bande de Gaza, le chef de mission de l'EU BAM a déclaré une suspension temporaire des opérations au point de passage car l'Autorité palestinienne ne pouvait pas assurer la sécurité des observateurs de l'UE. Pendant les 19 mois de présence des contrôleurs de l'UE au terminal (c'est-à-dire de fin novembre 2005 à juin 2007), près de 450 000 personnes au total ont emprunté le point de passage, avec une moyenne d'environ 1 500 personnes par jour. Depuis 2007, l'Union européenne a une politique de non-contact avec le Hamas.
European Union_Capacity_Building_Mission_in_Mali/Mission de renforcement des capacités de l'Union européenne au Mali :
La mission de renforcement des capacités de l'UE au Mali (EUCAP Sahel Mali) a été lancée le 15 avril 2014 dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l'Union européenne en tant que mission de renforcement des capacités afin de former les forces de sécurité intérieure au Mali.EUCAP Sahel Mali a été lancé à l'invitation du gouvernement malien et constitue un élément clé de l'approche et de la stratégie régionales de l'Union européenne pour la sécurité et le développement au Sahel. Visant à accompagner le gouvernement malien dans la réforme de ses forces de sécurité intérieure, il apporte assistance et conseil stratégique à la police nationale, à la gendarmerie nationale et à la garde nationale, en vue d'améliorer leur efficacité opérationnelle, de rétablir leurs chaînes hiérarchiques respectives. , renforcer le rôle des autorités judiciaires et administratives et faciliter le redéploiement des forces vers le nord du pays. 136 Européens et 53 Maliens contribuent actuellement à la mission. Outre l'EUCAP Sahel Mali, il y a actuellement d'autres opérations de paix au Mali. Il s'agit de la mission de formation de l'UE EUTM Mali, de la mission de maintien de la paix de l'ONU MINUSMA et de la mission de l'Union africaine MISAHEL. En plus de coopérer et de se coordonner étroitement avec la MINUSMA, l'EUCAP Sahel Mali travaille aux côtés de la société civile car elle a un rôle majeur à jouer pour soutenir les réformes du gouvernement et s'assurer que la population malienne les comprend.
European Union_Capacity_Building_Mission_in_Niger/Mission de renforcement des capacités de l'Union européenne au Niger :
EUCAP Sahel Niger est une mission civile de renforcement des capacités au Niger, lancée par l'UE en 2012 dans le cadre de sa politique de sécurité et de défense commune (PSDC). Depuis 2021, le chef de mission est Antje Pittelkau, un haut gradé de la police allemande.
European Union_Centers_of_Excellence_in_the_United_States/Centres d'excellence de l'Union européenne aux États-Unis :
Les centres d'excellence de l'Union européenne aux États-Unis sont un réseau de huit programmes universitaires dédiés à la promotion de l'étude de l'Union européenne ainsi qu'au renforcement des liens entre les peuples de l'UE et des États-Unis. Les centres fonctionnent par le biais de programmes d'enseignement, ainsi que de recherches universitaires et de sensibilisation communautaire. Leur développement a permis la croissance et l'amélioration des études européennes dans l'enseignement supérieur américain et en a fait une source d'information pour un large public américain. Les centres reçoivent un financement de la Délégation de l'Union européenne aux États-Unis et le titre de "Centres d'excellence" est décerné à ceux dont la programmation est de la plus haute qualité, variété et profondeur.
Union_européenne_Central_American_Association_Agreement/Accord d'association d'Amérique centrale de l'Union européenne :
L'accord d'association entre l'Union européenne et l'Amérique centrale (EU-CAAA) est un accord de libre-échange entre l'Union européenne (UE) et le Marché commun d'Amérique centrale. L'accord a été signé le 29 juin 2012 à Tegucigalpa. L'accord d'association devra être formellement ratifié par l'Union européenne et tous ses États membres (à l'exception de la Croatie), ainsi que le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Nicaragua et le Panama et est appliqué à titre provisoire depuis le 1er août 2013. son entrée en vigueur, il créera une zone de libre-échange entre l'UE et l'Amérique centrale.
Centre_de_l'Union_européenne_à_Taiwan/Centre de l'Union européenne à Taïwan :
Le Centre de l'Union européenne à Taïwan (EUTW ; chinois :臺灣歐洲聯盟中心) est une alliance universitaire à Taïwan, financée par la Commission européenne, fondée par l'Université nationale de Taïwan (NTU). Son siège social est également situé à NTU.
Union_européenne_Chamber_Orchestra/Orchestre de chambre de l'Union européenne :
L'Orchestre de chambre de l'Union européenne (EUCO) est un orchestre de chambre financé par la Commission européenne, fondé en 1981 et initialement connu sous le nom d'Orchestre de chambre de la Communauté européenne. L'orchestre a fait des tournées dans le monde entier et diffusé sur BBC Radio 3. Il a joué avec à cette temps faisant ses débuts avec Peter Donohoe, Nikolai Demidenko, Amandine Savary, Sheku Kanneh-Mason et Tasmin Little. L'orchestre a produit 18 CD.
Chambre_de_commerce_de_l'Union_européenne_en_Chine/Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine :
La Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine (Chambre européenne) est une organisation non gouvernementale à but non lucratif créée pour soutenir et représenter les intérêts des entreprises de l'Union européenne opérant en Chine. L'objectif principal de la Chambre européenne est de plaider pour un meilleur environnement des affaires. Il le fait par le biais de ses services aux membres de plaidoyer, d'intelligence économique et de communauté. L'organisation a son siège à Pékin, en Chine.
Tribunal_de_la_fonction_civile_de_l'Union_européenne/Tribunal_de_la_fonction_publique_de_l'Union_européenne :
Le Tribunal de la fonction publique de l'Union européenne était une juridiction spécialisée au sein de la Cour de justice de l'Union européenne. Elle a été créée le 2 décembre 2005. Elle a cessé d'exister le 1er septembre 2016.
Comité_Union européenne/Comité de l'Union européenne :
Le Comité de l'Union européenne est un comité restreint de la Chambre des Lords du Parlement du Royaume-Uni. Son mandat est "d'examiner les documents de l'Union européenne et d'autres questions relatives à l'Union européenne", ainsi que de "représenter la Chambre, le cas échéant, dans le cadre de la coopération interparlementaire au sein de l'Union européenne". documents est menée par les sous-comités, chacun traitant d'un domaine politique distinct. La commission principale supervise les travaux des sous-commissions, approuve leurs rapports et examine les propositions transversales, telles que le traité de Lisbonne et le cadre financier pluriannuel. À partir de 2020, la commission s'est également concentrée sur la mise en œuvre du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les membres de la commission ont représenté la Chambre des lords lors de plusieurs réunions interparlementaires, telles que la COSAC et les réunions de commissions mixtes au Parlement européen. Dans le cadre de leur travail de représentation de l'Assemblée dans la coopération interparlementaire au sein de l'UE, les commissions contribuent à la base de données IPEX, qui rassemble des informations sur le contrôle parlementaire national de tous les États membres de l'UE.
Système_de_comités_de_l'Union_européenne/Système de comités de l'Union européenne :
Le système de comités de l'Union européenne est une catégorie informelle de comités impliqués dans le traitement de la législation de l'Union européenne (UE). Les comités, qui sont actifs dans différentes phases du processus législatif de l'UE, comprennent des groupes d'experts de la Commission (qui aident à générer des idées politiques et à formuler projets de propositions), les groupes de travail du Conseil (qui aident à décider de la législation) et les comités de comitologie (qui surveillent la mise en œuvre des lois). Les différents comités sont présidés par différentes institutions — généralement la Commission européenne ou le Conseil de l'Union européenne — et comprennent différents types de membres, allant des acteurs publics aux acteurs privés. Les comités du Parlement européen (qui traitent les propositions de la Commission) et des comités associés au Service européen pour l'action extérieure (bien que les comités associés à cette organisation relativement nouvelle ne soient pas encore bien compris). Les questions entourant le système de comités de l'Union européenne incluent leur transparence, puisque certains des comités décrits ci-dessus sont informels mais assez puissants pour façonner et décider de la législation. Depuis la fin des années 1990, une attention croissante a été accordée au système des commissions (principalement du Parlement européen) afin de mettre en lumière leur fonctionnement, leur mandat et leur impact sur les résultats législatifs européens.
European Union_Contest_for_Young_Scientists/Concours de l'Union européenne pour les jeunes scientifiques :
Le concours de l'Union européenne (UE) pour les jeunes scientifiques est une foire scientifique initiée par la Commission européenne. Il fait partie des programmes-cadres de l'Union européenne pour la recherche et le développement technologique et est géré par la direction générale de la recherche de la Commission européenne. Le concours de l'UE a été créé pour promouvoir les idéaux de coopération et d'échange entre les jeunes scientifiques. Il offre une vitrine annuelle des meilleures réalisations scientifiques des étudiants européens et suscite ainsi un large intérêt médiatique. Le concours de l'UE est organisé chaque année dans un pays européen différent. Chaque année, une nouvelle organisation hôte locale coopère avec la Commission européenne pour organiser l'événement. Le concours de l'UE a été lancé en 1989 lorsque le président de la Commission européenne, Jacques Delors, a relevé le défi de Royal Philips Electronics des Pays-Bas d'organiser l'expo-sciences étudiante à l'échelle européenne. Philips organise cet événement annuel depuis 1968, mais a estimé que le moment était venu pour l'Union européenne de prendre en charge l'organisation après 20 concours Philips réussis. En plus de passer plusieurs jours dans la salle d'exposition pour juger, les concurrents se rendent dans divers musées et attractions scientifiques de la ville hôte. Les gagnants du concours participent à une conférence de presse après la cérémonie de remise des prix.
Union européenne_Union_douanière/Union douanière de l'Union européenne :
L'Union douanière de l'Union européenne (EUCU), anciennement connue sous le nom d'Union douanière communautaire, est une union douanière composée de tous les États membres de l'Union européenne (UE), de Monaco et du territoire britannique d'outre-mer d'Akrotiri et de Dhekelia. Certains territoires détachés des États de l'UE ne participent pas à l'union douanière, généralement en raison de leur séparation géographique. En plus de l'EUCU, l'UE est en union douanière avec Andorre, Saint-Marin et la Turquie (à l'exception de certaines marchandises), par le biais d'accords bilatéraux distincts. Il n'y a pas de barrières tarifaires ou non tarifaires au commerce entre les membres de la douane et - contrairement à une zone de libre-échange - les membres de l'union douanière imposent un tarif extérieur commun sur toutes les marchandises entrant dans l'union. La Commission européenne négocie pour et au nom de l'Union dans son ensemble dans les accords commerciaux internationaux, plutôt que chaque membre État négociant individuellement. Il représente également l'Union au sein de l'Organisation mondiale du commerce et de tout différend commercial arbitré par son intermédiaire.
Système_d'échange_de_émissions_de_l'Union_européenne/Système d'échange de quotas d'émission de l'Union européenne :
Le système d'échange de quotas d'émission de l'Union européenne (EU ETS) est un système de "plafonnement et d'échange" dans lequel une limite est imposée au droit d'émettre des polluants spécifiés sur une zone et les entreprises peuvent échanger des droits d'émission dans cette zone. Il couvre environ 45 % des émissions de gaz à effet de serre de l'UE. Selon le principe "cap and trade", un maximum (plafond) est fixé sur la quantité totale de gaz à effet de serre pouvant être émise par toutes les installations participantes. Les quotas d'émission de l'UE sont ensuite mis aux enchères ou attribués gratuitement, et peuvent ensuite être échangés. Les installations doivent surveiller et déclarer leurs émissions de CO2, en s'assurant qu'elles remettent suffisamment de quotas aux autorités pour couvrir leurs émissions. Si les émissions dépassent ce qui est permis par ses quotas, une installation doit acheter des quotas à d'autres. A l'inverse, si une installation a bien réussi à réduire ses émissions, elle peut vendre ses crédits restants. Cela permet au système de trouver les moyens les plus rentables de réduire les émissions sans intervention significative du gouvernement. Le système a été divisé en un certain nombre de "périodes d'échange". La première période d'échange ETS a duré trois ans, de janvier 2005 à décembre 2007. La deuxième période d'échange s'est déroulée de janvier 2008 à décembre 2012, coïncidant avec la première période d'engagement du protocole de Kyoto. La troisième période d'échange a duré de janvier 2013 à décembre 2020. Par rapport à 2005, date à laquelle l'EU ETS a été mis en place pour la première fois, les plafonds proposés pour 2020 représentent une réduction de 21 % des gaz à effet de serre. Cet objectif a été atteint avec six ans d'avance puisque les émissions dans l'ETS sont tombées à 1,812 milliards (109) de tonnes en 2014. La quatrième phase a débuté en janvier 2021 et se poursuivra jusqu'en décembre 2030. Les réductions d'émissions à atteindre sur cette période ne sont pas claires car de novembre 2021, car le Green Deal européen nécessite un resserrement de l'objectif actuel de réduction de l'EU ETS pour 2030 de -43% par rapport à 2005. La commission européenne propose dans son paquet "Fit for 55" d'augmenter l'objectif de réduction de l'EU ETS pour 2030 à −61 % par rapport à 2005.
Union_européenne_Global_Strategy/Stratégie globale de l'Union européenne :
La stratégie globale pour la politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne, en abrégé la stratégie globale de l'Union européenne (EUGS), est la doctrine actualisée de l'Union européenne pour améliorer l'efficacité de la défense et de la sécurité de l'Union et de ses États membres, la protection des civils, la coopération entre les forces armées des États membres, la gestion de l'immigration, les crises, etc. Adoptée le 28 juin 2016, elle remplace la stratégie européenne de sécurité de 2003. L'EUGS est complétée par un document intitulé Plan de mise en œuvre en matière de sécurité et de défense (IPSD). Le concept d'autonomie stratégique fait partie de la stratégie globale de l'Union européenne. Il fait référence à la capacité de l'Union européenne à défendre l'Europe et à agir militairement dans son voisinage sans trop compter sur les États-Unis. L'idée qui sous-tend l'autonomie stratégique, dans la mesure où elle informe la stratégie globale européenne, est que les Européens ont collectivement la capacité et la volonté de se défendre dans une perspective de sécurité et de défense.
European Union_IBM_competition_cases/Cas de concurrence IBM de l'Union européenne :
Le 26 juillet 2010, la Commission européenne a annoncé deux enquêtes antitrust distinctes sur International Business Machines (IBM). Les deux affaires étaient liées à un abus présumé de la position dominante d'IBM sur le marché des mainframes. Le premier cas faisait suite à des plaintes déposées par les fournisseurs d'émulateurs mainframe T3 Technologies et TurboHercules, rejoints plus tard par Neon Enterprise Software, et portait sur le lien présumé entre le matériel mainframe d'IBM et son système d'exploitation mainframe, empêchant potentiellement les clients d'exécuter des applications mainframe critiques sur des systèmes non -Serveurs IBM. La deuxième affaire était une enquête ouverte de la propre initiative des CE qui examinait le comportement discriminatoire allégué d'IBM envers les fournisseurs concurrents de services de maintenance de l'ordinateur central. Dans sa réaction initiale à la décision de la CE, IBM a déclaré que les allégations avaient été avancées par des "mandataires satellites" de son rival Microsoft. (Microsoft a fait l'objet d'une série d'affaires antitrust de l'UE.) IBM a également noté que la société détient de nombreux brevets américains (dont certains ont également été déposés en Europe) sur ses technologies matérielles mainframe pour protéger ses milliards de dollars en cours dans de nouveaux mainframe investissements technologiques, que les vendeurs n'ont pas cherché et n'ont pas payé pour les licences de ces brevets, et qu'IBM ne devrait pas être tenue de soutenir la contrefaçon de ses propres brevets.
European Union_Institute_for_Security_Studies/Institut d'études de sécurité de l'Union européenne :
L'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (EUISS) est une agence de l'Union européenne (UE) basée à Paris dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité commune (PESC). L'EUISS est une agence autonome jouissant d'une totale liberté intellectuelle. Elle effectue des recherches sur les questions de sécurité pertinentes pour l'UE et offre un forum de débat. En sa qualité d'agence de l'UE, elle propose également des analyses et des prévisions au Haut Représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell.
Mission_État_de_droit_intégrée_de_l'Union_européenne_en_Iraq/Mission intégrée de l'Union européenne sur l'état de droit en Iraq :
EUJUST LEX est une mission de l'Union européenne visant à soutenir et à former les juges, les agents pénitentiaires et d'autres travailleurs du secteur de la justice en Irak, afin d'améliorer l'état de droit et la protection des droits de l'homme. EUJUST LEX fait partie du service d'action extérieure de l'Union européenne. La mission compte environ 50 à 60 personnes, dont des membres de plusieurs États de l'UE (et non membres de l'UE). Il est divisé en trois équipes principales - soutenant respectivement les tribunaux, la police et les prisons.
Office de la propriété intellectuelle de l'Union européenne/Office de la propriété intellectuelle de l'Union européenne :
L'Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO ; français : Office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle), fondé en 1994, est l'agence de l'Union européenne chargée de l'enregistrement de la marque de l'Union européenne (EUTM) (anciennement connue sous le nom de " marque communautaire ») et le dessin ou modèle communautaire enregistré (DMC), deux droits de propriété intellectuelle unitaires valables dans les 27 États membres de l'UE. Chaque année, elle enregistre en moyenne 135 000 marques de l'UE et près de 100 000 dessins et modèles. L'EUIPO est également responsable de la tenue d'un registre des œuvres orphelines. Les œuvres enregistrées ont certains actes autorisés en vertu de la directive sur les œuvres orphelines. L'EUIPO est basé à Alicante, sur la côte sud-est de l'Espagne, et l'Office compte cinq langues de travail : l'anglais, le français, l'allemand, l'italien et l'espagnol. L'office traite également les demandes de marques et de dessins et modèles dans les 23 langues officielles de l'UE. L'EUIPO était auparavant connu sous le nom d'Office de l'harmonisation dans le marché intérieur (OHMI). L'OHMI a subi quelques réformes et l'Office ainsi que plusieurs postes et le conseil de direction ont été renommés pour refléter ces changements. Depuis mars 2016, l'OHMI est connu sous son nom actuel. Le chef de l'agence est passé de président à directeur exécutif.
Centre_de_renseignement_et_de_situation_de_l'Union_européenne/Centre de renseignement et de situation de l'Union européenne :
Le Centre de renseignement et de situation de l'UE (EU INTCEN) est une "fonction de renseignement civil" de l'Union européenne (UE). Structurellement, il s'agit d'une direction du Service pour l'action extérieure (SEAE) et relève directement du haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. L'article 4 du traité sur l'Union européenne, entre autres, stipule expressément que "la sécurité nationale demeure de la seule responsabilité de chaque État membre". Les produits analytiques de l'EU INTCEN sont basés sur les renseignements des services de renseignement et de sécurité des États membres de l'UE.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Germs: Biological Weapons and America's Secret War

Allemagne national_speedway_team/Équipe nationale allemande de speedway : L'équipe nationale allemande de speedway est l'équipe...