Rechercher dans ce blog

vendredi 23 septembre 2022

Dynamic timing verification


Demande dynamique_(puissance_électrique)/Demande dynamique (puissance électrique) :
La demande dynamique est le nom d'une technologie semi-passive pour prendre en charge la réponse à la demande en ajustant la demande de charge sur un réseau électrique. (C'est aussi le nom d'une organisation indépendante à but non lucratif au Royaume-Uni soutenue par une subvention caritative de la Fondation Esmée Fairbairn dédiée à la promotion de cette technologie.) Le concept est qu'en surveillant la fréquence du réseau électrique, ainsi en tant que leurs propres contrôles, les charges domestiques et industrielles intermittentes s'allument/s'éteignent à des moments optimaux pour équilibrer la charge globale du réseau avec la production, réduisant ainsi les inadéquations de puissance critiques. Comme cette commutation n'avancerait ou ne retarderait le cycle de fonctionnement de l'appareil que de quelques secondes, elle serait imperceptible pour l'utilisateur final. C'est le fondement du contrôle dynamique de la demande. Aux États-Unis, en 1982, un brevet (maintenant expiré) pour cette idée a été délivré à l'ingénieur en systèmes électriques Fred Schweppe. D'autres brevets ont été délivrés sur la base de cette idée. La demande dynamique est similaire aux mécanismes de réponse à la demande pour gérer la consommation domestique et industrielle d'électricité en réponse aux conditions d'approvisionnement, par exemple, en faisant en sorte que les clients de l'électricité réduisent leur consommation à des moments critiques ou en réponse aux prix. La différence est que les dispositifs de demande dynamique s'éteignent passivement lorsqu'une contrainte dans le réseau est détectée, tandis que les mécanismes de réponse à la demande répondent aux demandes transmises d'arrêt,
Densité dynamique/Densité dynamique :
En sociologie, la densité dynamique fait référence à la combinaison de deux choses : la densité de la population et la quantité d'interactions sociales au sein de cette population. Émile Durkheim a utilisé le terme pour expliquer pourquoi les sociétés passent de formes simples à des formes plus complexes, notamment en termes de division du travail au sein de cette société. Il a suggéré qu'il fallait à la fois une augmentation de la population et une augmentation de la fréquence des interactions sociales pour former des professions plus spécialisées, ce qui conduit ensuite à un nouveau type de société. Les gens de ce nouveau type de société sont moins indépendants et plus dépendants les uns des autres et développent donc ce qu'il a appelé la solidarité organique, où les gens ne sont plus liés par la même moralité et le même sens du but. Les critiques suggèrent qu'il ne s'agit pas d'une hypothèse vérifiable, et il ne s'ensuit pas non plus logiquement que la densité dynamique causerait ce nouveau type de solidarité, à supposer qu'elle ait réellement existé.
Dynamic design_analysis_method/Méthode d'analyse de conception dynamique :
La méthode d'analyse de conception dynamique (DDAM) est une procédure analytique développée par l'US Navy pour évaluer la conception d'équipements soumis à des charges dynamiques causées par des explosions sous-marines (UNDEX). L'analyse utilise une forme d'analyse de spectre de choc qui estime la réponse dynamique d'un composant à une charge de choc causée par le mouvement soudain d'un navire de guerre. Le processus analytique simule l'interaction entre le composant chargé par les chocs et sa structure fixe, et il s'agit d'une procédure d'ingénierie navale standard pour la dynamique structurelle à bord des navires.
Mappage de périphérique dynamique/Mappage de périphérique dynamique :
Le mappage dynamique des périphériques est une technologie pour les commutateurs KVM USB qui est parfois implémentée comme une alternative à l'émulation clavier et souris USB standard.
Remise dynamique/Remise dynamique :
L'escompte dynamique décrit un ensemble de méthodes dans lesquelles des conditions de paiement peuvent être établies entre un acheteur et un fournisseur pour accélérer le paiement de biens ou de services en échange d'un prix réduit ou d'une remise. Les méthodes d'escompte dynamiques sont utilisées pour les transactions interentreprises lorsqu'elles sont contractuelles ou contractuelles. les conditions de paiement anticipé préétablies peuvent ne pas exister ou la date de paiement n'est pas conforme aux conditions d'escompte convenues. L'escompte dynamique inclut la possibilité de s'entendre sur des conditions qui font varier l'escompte en fonction de la date de paiement anticipé. Plus le paiement est anticipé, plus la remise est importante. En outre, il inclut la possibilité pour l'acheteur ou le fournisseur de proposer une date de paiement anticipé et une remise pour un paiement unique à l'aide d'un courrier électronique ou d'un logiciel spécialisé. Grâce à l'utilisation de méthodes de remise dynamique, les organisations d'achat peuvent augmenter le nombre et la taille des les remises pour paiement anticipé qu'ils reçoivent et les fournisseurs peuvent être payés plus tôt à un coût du capital inférieur à celui des options alternatives. Une gamme de concepts est disponible pour mettre en œuvre l'escompte dynamique dans le financement de la chaîne d'approvisionnement (SCF): l'escompte dynamique peut être considéré comme une forme relativement simple, par laquelle le fournisseur accorde un escompte de règlement pour le paiement anticipé de ses factures - le montant de la réduction et le moment du paiement sont rapidement et librement négociables.
Choix_discret dynamique/Choix discret dynamique :
Les modèles de choix discrets dynamiques (DDC), également connus sous le nom de modèles de choix discrets de programmation dynamique, modélisent les choix d'un agent sur des options discrètes qui ont des implications futures. Plutôt que de supposer que les choix observés sont le résultat d'une maximisation de l'utilité statique, les choix observés dans les modèles DDC sont supposés résulter de la maximisation par un agent de la valeur actuelle de l'utilité, généralisant la théorie de l'utilité sur laquelle sont basés les modèles de choix discrets. L'objectif des méthodes DDC est d'estimer les paramètres structurels du processus de décision de l'agent. Une fois ces paramètres connus, le chercheur peut alors utiliser les estimations pour simuler le comportement de l'agent dans un état contrefactuel du monde. (Par exemple, comment la décision d'inscription d'un étudiant potentiel changerait en réponse à une augmentation des frais de scolarité.)
Répartition dynamique/Répartition dynamique :
En informatique, la répartition dynamique est le processus de sélection de l'implémentation d'une opération polymorphe (méthode ou fonction) à appeler au moment de l'exécution. Il est couramment utilisé et considéré comme une caractéristique principale des langages et des systèmes de programmation orientée objet (POO). Les systèmes orientés objet modélisent un problème comme un ensemble d'objets en interaction qui exécutent des opérations désignées par leur nom. Le polymorphisme est le phénomène dans lequel des objets quelque peu interchangeables exposent chacun une opération du même nom mais éventuellement de comportement différent. Par exemple, un objet File et un objet Database ont tous deux une méthode StoreRecord qui peut être utilisée pour écrire un enregistrement personnel dans le stockage. Leurs implémentations diffèrent. Un programme contient une référence à un objet qui peut être soit un objet File, soit un objet Database. Lequel il s'agit peut avoir été déterminé par un paramètre d'exécution, et à ce stade, le programme peut ne pas savoir ou ne pas s'en soucier. Lorsque le programme appelle StoreRecord sur l'objet, quelque chose doit choisir le comportement à adopter. Si l'on considère la POO comme l'envoi de messages à des objets, alors dans cet exemple, le programme envoie un message StoreRecord à un objet de type inconnu, laissant au système de support d'exécution le soin d'envoyer le message au bon objet. L'objet adopte le comportement qu'il implémente. La répartition dynamique contraste avec la répartition statique, dans laquelle la mise en œuvre d'une opération polymorphe est sélectionnée au moment de la compilation. Le but de la répartition dynamique est de différer la sélection d'une implémentation appropriée jusqu'à ce que le type d'exécution d'un paramètre (ou de plusieurs paramètres) soit connu. L'envoi dynamique est différent de la liaison tardive (également appelée liaison dynamique). La liaison de nom associe un nom à une opération. Une opération polymorphe a plusieurs implémentations, toutes associées au même nom. Les liaisons peuvent être faites au moment de la compilation ou (avec une liaison tardive) au moment de l'exécution. Avec la répartition dynamique, une implémentation particulière d'une opération est choisie au moment de l'exécution. Alors que la répartition dynamique n'implique pas une liaison tardive, la liaison tardive implique une répartition dynamique, puisque la mise en œuvre d'une opération à liaison tardive n'est connue qu'au moment de l'exécution.
Superposition de disque dynamique/superposition de disque dynamique :
La superposition de lecteur dynamique (DDO, également appelée : pilote de traduction de logiciel) est une technique logicielle permettant d'étendre un BIOS système qui ne prend pas en charge l'adressage de bloc logique (LBA) pour accéder à des lecteurs de plus de 504 Mio. La technologie a été poursuivie avec des types de problèmes similaires jusqu'à l'extension LBA-48. Cette technique remplace certains pilotes de contrôleur de disque dur du BIOS de la carte mère dans la RAM. Pour permettre l'accès à la taille complète d'un disque dur, le logiciel doit être chargé avant que d'autres programmes n'essayent d'accéder aux parties supérieures d'un disque de taille critique. Pour s'assurer que cette extension est chargée le plus tôt possible, l'enregistrement de démarrage principal du disque de démarrage est modifié et le logiciel installé au début du disque. Le fournisseur le plus répandu pour une telle extension est la société Ontrack qui octroie une licence pour son composant DDO à plusieurs des principaux fournisseurs de disques durs pour une intégration dans leurs outils de gestion et dans leurs produits. L'application d'un Dynamic Drive Overlay (DDO), tel que licencié à Samsung Corporation par exemple, par la version de Kroll Ontrack dans leur programme Disk Manager est pour l'installation de divers disques durs (Ultra/Super IDE/Parallel ATA) dans des ordinateurs qui ont des Puces BIOS qui ne reconnaissent pas les disques durs de plus de 137,4 gigaoctets. L'interface est un programme logiciel qui est chargé au démarrage par l'ordinateur et augmente le code BIOS, permettant ainsi au système de reconnaître et de lire les zones du disque dur qui ne seraient normalement pas accessibles par l'ancien BIOS.
Duo dynamique/Duo dynamique :
Duo dynamique peut faire référence à :
Efficacité dynamique/Efficacité dynamique :
En économie, l'efficacité dynamique est une situation dans laquelle il est impossible d'améliorer la situation d'une génération sans aggraver la situation d'une autre génération. Elle est étroitement liée à la notion de « règle d'or de l'épargne ».
Mobilité_électrophorétique dynamique/Mobilité électrophorétique dynamique :
La mobilité électrophorétique dynamique est un paramètre qui détermine l'intensité des phénomènes électroacoustiques, tels que le courant de vibration colloïdal et l'amplitude sonique électrique dans les colloïdes. Elle est similaire à la mobilité électrophorétique, mais à haute fréquence, à l'échelle du mégahertz. La mobilité électrophorétique habituelle est la limite basse fréquence de la mobilité électrophorétique dynamique.
Cryptage dynamique/Cryptage dynamique :
Le cryptage dynamique est un principe cryptographique qui permet à deux parties de modifier l'algorithme de cryptage pour chaque transaction.
Dynamic energy_budget_theory/Théorie du budget énergétique dynamique :
La théorie du budget énergétique dynamique (DEB) est une théorie métabolique formelle qui fournit un cadre quantitatif unique pour décrire dynamiquement les aspects du métabolisme (budgets énergétiques et massiques) de tous les organismes vivants au niveau individuel, sur la base d'hypothèses concernant l'absorption, le stockage, et l'utilisation de diverses substances. La théorie DEB adhère à des principes thermodynamiques rigoureux, est motivée par des modèles universellement observés, n'est pas spécifique à une espèce et relie différents niveaux d'organisation biologique (cellules, organismes et populations) comme le prescrivent les implications de l'énergétique. Des modèles basés sur la théorie DEB ont été appliqués avec succès à plus de 1000 espèces avec des applications réelles allant de la conservation, de l'aquaculture, de l'écologie générale et de l'écotoxicologie (voir aussi la collection Add-my-pet). La théorie contribue au fondement théorique du domaine émergent de l'écologie métabolique. L'explicitation des hypothèses et les prédictions qui en résultent permettent de tester par rapport à une grande variété de résultats expérimentaux aux différents niveaux d'organisation biologique. La théorie explique de nombreuses observations générales, telles que les relations d'échelle de la taille corporelle de certains traits physiologiques, et fournit un fondement théorique à la méthode largement utilisée de calorimétrie indirecte. Plusieurs modèles empiriques populaires sont des cas particuliers du modèle DEB, ou des approximations numériques très proches.
Entreprise dynamique/Entreprise dynamique :
L'Entreprise Dynamique est un concept d'architecture d'Entreprise basé sur la technologie Web 2.0. marquée par une croissance continue et transformatrice. L'entreprise dynamique est soutenue par un cadre de communication dynamique, qui vise à interconnecter les réseaux, les personnes, les processus et les connaissances. Ce concept a été introduit par Alcatel-Lucent en 2008. Le cadre de communication dynamique d'Alcatel-Lucent fournit : L'intégration des informations de processus et de la communication Une infrastructure intelligente Des outils personnalisés pour la collaboration
Modélisation_d'entreprise dynamique/Modélisation d'entreprise dynamique :
La modélisation d'entreprise dynamique (DEM) est une approche de modélisation d'entreprise développée par la société Baan et utilisée pour le système de planification des ressources d'entreprise Baan qui vise "à l'aligner et à l'implémenter dans l'architecture organisationnelle de l'entreprise utilisatrice finale". Selon Koning ( 2008), Baan a introduit la modélisation d'entreprise dynamique en 1996 comme "moyen de mise en œuvre du produit Baan ERP. La modélisation s'est concentrée sur une technique basée sur le réseau de Petri pour la modélisation des processus métier à laquelle les unités d'application Baan devaient être liées. DEM contient également un outil de diagramme de la chaîne d'approvisionnement du réseau logistique de l'entreprise et d'un diagramme de modélisation des fonctions de l'entreprise ».
Logique_épistémique_dynamique/Logique épistémique dynamique :
La logique épistémique dynamique (DEL) est un cadre logique traitant du changement des connaissances et de l'information. En règle générale, DEL se concentre sur des situations impliquant plusieurs agents et étudie comment leurs connaissances changent lorsque des événements se produisent. Ces événements peuvent modifier des propriétés factuelles du monde réel (ils sont appelés événements ontiques) : par exemple, un carton rouge est peint en bleu. Ils peuvent également provoquer des changements de connaissances sans modifier les propriétés factuelles du monde (on les appelle des événements épistémiques) : par exemple, une carte se révèle publiquement (ou en privé) être rouge. À l'origine, DEL se concentrait sur les événements épistémiques. Nous ne présentons dans cette entrée que quelques-unes des idées de base du framework DEL original ; plus de détails sur DEL en général peuvent être trouvés dans les références. En raison de la nature de son objet d'étude et de son approche abstraite, DEL est liée et a des applications dans de nombreux domaines de recherche, tels que l'informatique (intelligence artificielle), la philosophie (épistémologie formelle), l'économie (théorie des jeux) et les sciences cognitives. En informatique, DEL est par exemple très lié aux systèmes multi-agents, qui sont des systèmes où plusieurs agents intelligents interagissent et échangent des informations. En tant que combinaison de logique dynamique et de logique épistémique, la logique épistémique dynamique est un domaine de recherche jeune. Cela a vraiment commencé en 1989 avec la logique d'annonce publique de Plaza. Indépendamment, Gerbrandy et Groeneveld ont proposé un système traitant en outre d'annonce privée et qui s'inspirait des travaux de Veltman. Un autre système a été proposé par van Ditmarsch dont l'inspiration principale était le jeu Cluedo. Mais le système le plus influent et le plus original était celui proposé par Baltag, Moss et Solecki. Ce système peut traiter tous les types de situations étudiés dans les travaux ci-dessus et sa méthodologie sous-jacente est conceptuellement fondée. Nous présenterons dans cet article quelques-unes de ses idées de base. Formellement, DEL étend la logique épistémique ordinaire par l'inclusion de modèles d'événements pour décrire les actions, et un opérateur de mise à jour de produit qui définit la façon dont les modèles épistémiques sont mis à jour à la suite de l'exécution d'actions décrites par des modèles d'événements. La logique épistémique sera d'abord rappelée. Ensuite, les actions et les événements entreront en jeu et nous présenterons le cadre DEL.
Équation dynamique/Équation dynamique :
En mathématiques, l'équation dynamique peut faire référence à : l'équation aux différences en temps discret l'équation différentielle en temps continu le calcul de l'échelle de temps en temps discret et continu combiné
Équilibre dynamique/Équilibre dynamique :
En chimie, un équilibre dynamique existe une fois qu'une réaction réversible se produit. Les substances passent entre les réactifs et les produits à des vitesses égales, ce qui signifie qu'il n'y a pas de changement net. Les réactifs et les produits se forment à une vitesse telle que la concentration d'aucun ne change. C'est un exemple particulier de système en régime permanent. En physique, concernant la thermodynamique, un système fermé est en équilibre thermodynamique lorsque les réactions se produisent à des vitesses telles que la composition du mélange ne change pas avec le temps. Des réactions se produisent en effet, parfois vigoureusement, mais à tel point qu'on ne peut pas observer de changements de composition. Les constantes d'équilibre peuvent être exprimées en termes de constantes de vitesse pour les réactions réversibles.
Équilibre dynamique_(homonymie)/Équilibre dynamique (homonymie) :
En chimie, l'équilibre dynamique fait référence à une réaction réversible qui a atteint un état stationnaire. En économie, l'équilibre dynamique peut désigner : l'équilibre économique # l'équilibre dynamique l'équilibre intertemporel l'équilibre concurrentiel récursif
Facteur dynamique/Facteur dynamique :
En économétrie, un facteur dynamique (également appelé indice de diffusion) est une série qui mesure le co-mouvement de plusieurs séries temporelles. Il est utilisé dans certains modèles macroéconomiques. Un indice de diffusion est destiné à indiquer les changements de la fraction de séries chronologiques de données économiques qui augmentent ou diminuent sur l'intervalle de temps sélectionné, une augmentation ou une diminution de l'activité économique future, fournissent une certaine corrélation avec le sentiment commercial des entreprises. Formellement X t = Λ t F t + e t , {\displaystyle X_{t}=\Lambda _{t}F_{t}+e_{t},} où F t = ( F t ⊤ , … , F t - q ⊤ ) {\displaystyle F_{t}=(f_{t}^{\top },\dots ,f_{tq}^{\top })} est le vecteur des facteurs décalés des variables dans T × N {\ displaystyle T\times N} matrice X t {\displaystyle X_{t}} (T est le nombre d'observations et N est le nombre de variables), Λ t {\displaystyle \Lambda _{t}} sont les chargements factoriels, et e t {\displaystyle e_{t}} est l'erreur de facteur.
Analyse_financière dynamique/Analyse financière dynamique :
L'analyse financière dynamique (DFA) est une approche de simulation qui examine les risques d'une entreprise d'assurance de manière globale, par opposition à l'analyse actuarielle traditionnelle, qui analyse les risques individuellement. Plus précisément, DFA révèle les dépendances des aléas et leurs impacts sur le bien-être financier de la compagnie d'assurance, tels que la composition des activités, la réassurance, l'allocation d'actifs, la rentabilité, la solvabilité et la conformité. En plus de projeter des scénarios économiques futurs stochastiques en utilisant des générateurs de scénarios tels que des modèles de taux d'intérêt, de cycle de souscription et de risque juridictionnel, DFA relie également les scénarios aux modèles financiers de la compagnie d'assurance ciblée qui est analysée. De tels modèles révèlent non seulement le fonctionnement et la structure commerciale de l'entreprise, mais révèlent également les dépendances entre ses pratiques commerciales. Parce que DFA essaie de rendre compte de tous les aspects de l'entreprise, il produit une grande quantité de données. Par conséquent, l'analyse et la présentation efficaces des résultats revêtent une grande importance.
Dynamic fluid_film_equations/Équations dynamiques du film fluide :
Les films fluides, tels que les films de savon, sont couramment rencontrés dans l'expérience quotidienne. Un film de savon peut être formé en trempant un fil de contour fermé dans une solution savonneuse comme sur la figure de droite. Alternativement, un caténoïde peut être formé en plongeant deux anneaux dans la solution savonneuse et en les séparant ensuite tout en maintenant la configuration coaxiale. Les films fluides stationnaires forment des surfaces de surface minimale, ce qui conduit au problème de Plateau. D'autre part, les films fluides présentent de riches propriétés dynamiques. Ils peuvent subir d'énormes déformations en dehors de la configuration d'équilibre. De plus, ils présentent des variations d'épaisseur de plusieurs ordres de grandeur allant du nanomètre au millimètre. Ainsi, un film fluide peut afficher simultanément des phénomènes à l'échelle nanométrique et à l'échelle macroscopique. Dans l'étude de la dynamique des films fluides libres, tels que les films de savon, il est courant de modéliser le film sous forme de variétés bidimensionnelles. Ensuite, l'épaisseur variable du film est capturée par la densité bidimensionnelle ρ {\displaystyle \rho } . La dynamique des films fluides peut être décrite par le système suivant d'équations hamiltoniennes exactes non linéaires qui, à cet égard, sont un analogue complet des équations non visqueuses d'Euler de la dynamique des fluides. En fait, ces équations se réduisent aux équations dynamiques d'Euler pour les écoulements dans les espaces euclidiens stationnaires. Ce qui précède repose sur le formalisme des tenseurs, y compris la convention de sommation et l'élévation et l'abaissement des indices tensoriels.
Saut de fréquence dynamique/saut de fréquence dynamique :
L'un des principaux défis des réseaux sans fil basés sur la radio cognitive, tels que les réseaux régionaux sans fil (WRAN) IEEE 802.22, est de répondre à deux exigences apparemment contradictoires : assurer la satisfaction de la qualité de service (QoS) pour les services fournis par les réseaux radio cognitifs, tout en fournissant une détection de spectre fiable pour garantir la protection des utilisateurs sous licence. Pour effectuer une détection fiable, dans le mode de fonctionnement de base sur une seule bande de fréquence (le mode dit "écouter avant de parler"), il faut allouer des périodes de repos, dans lesquelles aucune transmission de données n'est autorisée. Une telle interruption périodique de la transmission des données pourrait altérer la qualité de service des systèmes radio cognitifs. Ce problème est résolu par un mode de fonctionnement alternatif proposé dans IEEE 802.22 appelé saut de fréquence dynamique (DFH) où la transmission de données des systèmes WRAN est effectuée en parallèle avec la détection du spectre sans aucune interruption.
Mise à l'échelle de la fréquence dynamique/Mise à l'échelle de la fréquence dynamique :
La mise à l'échelle dynamique de la fréquence (également connue sous le nom d'étranglement du processeur) est une technique de gestion de l'alimentation dans l'architecture informatique par laquelle la fréquence d'un microprocesseur peut être automatiquement ajustée "à la volée" en fonction des besoins réels, pour économiser l'énergie et réduire la quantité de chaleur générée par la puce. La mise à l'échelle dynamique des fréquences aide à préserver la batterie des appareils mobiles et à réduire les coûts de refroidissement et le bruit dans des environnements informatiques silencieux, ou peut être utile comme mesure de sécurité pour les systèmes surchauffés (par exemple après un mauvais overclocking). La mise à l'échelle dynamique de la fréquence apparaît presque toujours en conjonction avec la mise à l'échelle dynamique de la tension, car les fréquences plus élevées nécessitent des tensions d'alimentation plus élevées pour que le circuit numérique donne des résultats corrects. Le sujet combiné est connu sous le nom de mise à l'échelle dynamique de la tension et de la fréquence (DVFS). L'étranglement du processeur est également connu sous le nom de "sous-cadençage automatique". L'overclocking automatique (boosting) est également techniquement une forme de mise à l'échelle dynamique des fréquences, mais il est relativement nouveau et n'est généralement pas discuté avec l'étranglement.
Sélection de fréquence dynamique/Sélection de fréquence dynamique :
La sélection dynamique de fréquence (DFS) est un schéma d'attribution de canaux spécifié pour le LAN sans fil, communément appelé Wi-Fi. Il est conçu pour empêcher les interférences électromagnétiques avec d'autres utilisations de la bande de fréquences de la bande C antérieures au Wi-Fi, telles que les radars militaires, les communications par satellite et les radars météorologiques. Il a été normalisé en 2003 dans le cadre de l'IEEE 802.11h.
Connectivité_fonctionnelle_dynamique/Connectivité fonctionnelle dynamique :
La connectivité fonctionnelle dynamique (DFC) fait référence au phénomène observé selon lequel la connectivité fonctionnelle change sur une courte période. La connectivité fonctionnelle dynamique est une extension récente de l'analyse de connectivité fonctionnelle traditionnelle qui suppose généralement que les réseaux fonctionnels sont statiques dans le temps. Le DFC est lié à une variété de troubles neurologiques différents et a été suggéré comme une représentation plus précise des réseaux cérébraux fonctionnels. Le principal outil d'analyse du DFC est l'IRMf, mais le DFC a également été observé avec plusieurs autres médiums. La DFC est un développement récent dans le domaine de la neuroimagerie fonctionnelle dont la découverte a été motivée par l'observation de la variabilité temporelle dans le domaine en plein essor de la recherche sur la connectivité en régime permanent.
Dynamic game_difficulty_balancing/Équilibrage dynamique de la difficulté du jeu :
L'équilibrage dynamique de la difficulté du jeu (DGDB), également connu sous le nom d'ajustement dynamique de la difficulté (DDA) ou d'équilibrage dynamique du jeu (DGB), est le processus de modification automatique des paramètres, des scénarios et des comportements dans un jeu vidéo en temps réel, en fonction du joueur. capacité, afin d'éviter d'ennuyer (si le jeu est trop facile) ou de frustrer (s'il est trop difficile) le joueur. L'objectif de l'équilibrage dynamique des difficultés est de garder l'utilisateur intéressé du début à la fin, en offrant un bon niveau de défi. Traditionnellement, la difficulté du jeu augmente régulièrement au cours du jeu (soit de manière linéaire ou par étapes représentées par des niveaux). Les paramètres de cette augmentation (taux, fréquence, niveaux de départ) ne peuvent être modulés qu'au début de l'expérience en sélectionnant un niveau de difficulté. Pourtant, cela peut conduire à une expérience frustrante pour les joueurs expérimentés et inexpérimentés, car ils tentent de suivre un apprentissage présélectionné ou des courbes de difficulté posent de nombreux défis aux développeurs de jeux ; par conséquent, cette méthode de jeu n'est pas répandue.
Dynamic global_vegetation_model/Modèle dynamique global de végétation :
Un modèle dynamique de végétation mondiale (DGVM) est un programme informatique qui simule les changements de végétation potentielle et ses cycles biogéochimiques et hydrologiques associés en réponse aux changements climatiques. Les DGVM utilisent des séries chronologiques de données climatiques et, compte tenu des contraintes de latitude, de topographie et des caractéristiques du sol, simulent la dynamique mensuelle ou quotidienne des processus écosystémiques. Les DGVM sont le plus souvent utilisés pour simuler les effets du futur changement climatique sur la végétation naturelle et ses cycles du carbone et de l'eau. Les DGVM combinent généralement des sous-modèles de biogéochimie, de biogéographie et de perturbation. La perturbation est souvent limitée aux incendies de forêt, mais en principe, elle peut inclure n'importe lequel des éléments suivants : décisions de gestion des forêts/terres, chablis, dommages causés par les insectes, dommages causés par l'ozone, etc. établir des valeurs initiales réalistes pour leurs différents « pools » : carbone et azote dans la végétation vivante et morte, matière organique du sol, etc. correspondant à un couvert végétal historique documenté. Les DGVM sont généralement exécutés dans un mode spatialement distribué, avec des simulations effectuées pour des milliers de «cellules», des points géographiques supposés avoir des conditions homogènes dans chaque cellule. Les simulations sont effectuées à travers une gamme d'échelles spatiales, du global au paysage. Les cellules sont généralement disposées en points de réseau ; la distance entre les points de réseau adjacents peut être aussi grossière que quelques degrés de latitude ou de longitude, ou aussi fine que 30 secondes d'arc. Les simulations des États-Unis contigus dans le premier exercice de comparaison DGVM (LPJ et MC1) appelé projet VEMAP dans les années 1990 utilisaient un grain de réseau d'un demi-degré. Les simulations globales par le groupe PIK et ses collaborateurs utilisant 6 DGVM différents (HYBRID, IBIS, LPJ, SDGVM, TRIFFID et VECODE) ont utilisé la même résolution que le modèle de circulation générale (GCM) qui a fourni les données climatiques, 3,75 degrés de longitude x 2,5 degrés latitude, un total de 1631 cellules de grille terrestre. Parfois, les distances de réseau sont spécifiées en kilomètres plutôt qu'en mesure angulaire, en particulier pour les grains plus fins, de sorte qu'un projet comme VEMAP est souvent appelé grain de 50 km. Plusieurs DGVM sont apparues au milieu des années 1990. Le premier était apparemment IBIS (Foley et al., 1996), VECODE (Brovkin et al., 1997), suivi de plusieurs autres décrits ci-dessous : Plusieurs DGVM ont été développés par divers groupes de recherche à travers le monde : LPJ – Allemagne, Suède IBIS – Simulateur de biosphère intégré – US MC1 – USHYBRID – UK SDGVM – UK SEIB-DGVM – Japon TRIFFID – UK VECODE – Allemagne CLM-DVGM – US Ecosystem Demography (ED, ED2) VEGAS – USThe next generation of models – Earth system models (ex . CCSM, ORCHIDEE, JULES, CTEM ) – inclut désormais les rétroactions importantes de la biosphère vers l'atmosphère, de sorte que les déplacements de la végétation et les changements dans les cycles du carbone et hydrologiques affectent le climat. Les DGVM simulent généralement une variété de processus physiologiques des plantes et des sols. Les processus simulés par les différentes DGVM sont résumés dans le tableau ci-dessous. Les abréviations sont : NPP, production primaire nette ; PFT, type fonctionnel végétal ; SAW, eau disponible du sol ; LAI, indice de surface foliaire ; I, rayonnement solaire ; T, température de l'air ; Wr, approvisionnement en eau de la zone racine ; TEP, évapotranspiration potentielle ; vegc, carbone total de la végétation vivante. Références:
Hauteur dynamique/Hauteur dynamique :
La hauteur dynamique est un moyen de spécifier la position verticale d'un point au-dessus d'une référence verticale ; c'est une alternative à la hauteur orthométrique ou à la hauteur normale. Il peut être calculé en divisant le nombre géopotentiel de l'emplacement par la gravité normale à 45 degrés de latitude (une constante). La hauteur dynamique est constante si l'on suit le même potentiel de gravité lorsque l'on se déplace d'un endroit à l'autre. En raison des variations de gravité, les surfaces ayant une différence constante de hauteur dynamique peuvent être plus proches ou plus éloignées à divers endroits. Les hauteurs dynamiques sont généralement choisies de sorte que zéro corresponde au géoïde. La hauteur dynamique est la mesure de hauteur la plus appropriée lorsque l'on travaille avec le niveau de l'eau sur une vaste zone géographique ; il est utilisé par le système de référence des Grands Lacs aux États-Unis et au Canada. Lorsque le nivellement différentiel est effectué, le chemin correspond étroitement au suivi d'une valeur de hauteur dynamique horizontalement, mais pas à la hauteur orthométrique pour les changements verticaux mesurés sur la mire de nivellement. Ainsi, de petites corrections doivent être appliquées aux mesures sur le terrain pour obtenir soit la hauteur dynamique, soit la hauteur orthométrique habituellement utilisée en ingénierie. Les fiches de données du National Geodetic Survey des États-Unis donnent à la fois des valeurs dynamiques et orthométriques.
Vis de hanche dynamique/Vis de hanche dynamique :
La vis de hanche dynamique (DHS) ou la fixation par vis coulissante est un type d'implant orthopédique conçu pour la fixation de certains types de fractures de la hanche qui permet un glissement dynamique contrôlé du composant de la tête fémorale le long de la construction. C'est l'implant le plus couramment utilisé pour les fractures extracapsulaires de la hanche, fréquentes chez les patients ostéoporotiques âgés. Il y a 3 composants d'une vis de hanche dynamique, y compris une vis céphalique (insérée dans le col du fémur), une plaque latérale et plusieurs vis corticales (fixées dans la diaphyse fémorale proximale). L'idée derrière la compression dynamique est que le composant de la tête fémorale est autorisé à se déplacer le long d'un plan ; étant donné que l'os répond aux contraintes dynamiques, le fémur natif peut subir une cicatrisation primaire : les cellules se rejoignent le long des frontières, ce qui donne une articulation robuste ne nécessitant aucun remodelage.
Electrode_hydrogène dynamique/Électrode hydrogène dynamique :
Une électrode à hydrogène dynamique (DHE) est une électrode de référence, plus précisément un sous-type des électrodes à hydrogène standard pour les processus électrochimiques en simulant une électrode à hydrogène réversible avec un potentiel négatif d'environ 20 à 40 mV en plus.
Hyperinflation dynamique/Hyperinflation dynamique :
L'hyperinflation dynamique est un phénomène qui se produit lorsqu'une nouvelle respiration commence avant que le poumon n'ait atteint le volume d'équilibre statique. En termes plus simples, cela signifie qu'une nouvelle respiration commence avant que la quantité d'air habituelle n'ait été expirée, ce qui entraîne une accumulation d'air dans les poumons et provoque une inspiration et une expiration lorsque le poumon est presque plein.
Imagerie dynamique/Imagerie dynamique :
L'imagerie dynamique est la fusion de l'imagerie numérique, de l'édition d'images et de l'automatisation du flux de travail. Il est utilisé pour automatiser la création d'images en effectuant un zoom, un panoramique, une coloration et d'autres opérations de traitement d'image et de gestion des couleurs sur une copie d'un master numérique.
Incohérence dynamique/Incohérence dynamique :
En politique économique et en économie , l'incohérence dynamique ou l'incohérence temporelle est une situation dans laquelle les préférences d'un décideur changent au fil du temps de telle sorte qu'une préférence peut devenir incohérente à un autre moment. Cela peut être considéré comme l'existence de nombreux « moi » différents au sein des décideurs, chaque « moi » représentant le décideur à un moment différent dans le temps ; l'incohérence se produit lorsque toutes les préférences ne sont pas alignées. Le terme "incohérence dynamique" est plus étroitement lié à la théorie des jeux, tandis que "l'incohérence temporelle" est plus étroitement liée à l'économie comportementale.
Infrastructure dynamique/Infrastructure dynamique :
L'infrastructure dynamique est un concept de technologie de l'information lié à la conception des centres de données, dans lequel le matériel et les logiciels sous-jacents peuvent répondre de manière dynamique et plus efficace aux niveaux changeants de la demande. En d'autres termes, les ressources du centre de données telles que la puissance de stockage et de traitement peuvent être provisionnées (mises à disposition) pour répondre aux augmentations des besoins des utilisateurs. Le concept a également été appelé Infrastructure 2.0 et Centre de données de nouvelle génération.
Instabilité dynamique/Instabilité dynamique :
L'instabilité dynamique peut faire référence à l'un des nombreux phénomènes scientifiques suivants : Modes dynamiques des aéronefs, y compris l'instabilité dynamique des aéronefs Instabilité atmosphérique, en météorologie Instabilité dynamique des microtubules, en biologie Instabilité du tuyau d'incendie, en astrophysique Flutter, en aéroélasticité, une branche de la mécanique Instabilité hydrodynamique, en fluide dynamique Autres dans la catégorie : Instabilités dynamiques des fluides
Isolation dynamique/Isolation dynamique :
L'isolation dynamique est une forme d'isolation dans laquelle l'air extérieur frais circulant à travers l'isolation thermique dans l'enveloppe d'un bâtiment captera la chaleur des fibres d'isolation. Les bâtiments peuvent être conçus pour exploiter cela afin de réduire la perte de chaleur par transmission (valeur U) et de fournir de l'air préchauffé et sans courants d'air aux espaces intérieurs. C'est ce qu'on appelle l'isolation dynamique car la valeur U n'est plus constante pour une construction de mur ou de toit donnée mais varie avec la vitesse de l'air circulant à travers l'isolation (enveloppe de bâtiment adaptative au climat). L'isolation dynamique est différente des murs respirants. Les aspects positifs de l'isolation dynamique doivent être mis en balance avec l'approche plus conventionnelle de la conception des bâtiments qui consiste à créer une enveloppe étanche à l'air et à assurer une ventilation appropriée en utilisant soit une ventilation naturelle, soit une ventilation mécanique avec récupération de chaleur. L'approche étanche à l'air de la conception de l'enveloppe du bâtiment, contrairement à l'isolation dynamique, se traduit par une enveloppe du bâtiment qui offre une performance constante en termes de perte de chaleur et de risque de condensation interstitielle qui est indépendante de la vitesse et de la direction du vent. Dans certaines conditions de vent, un bâtiment à isolation dynamique peut avoir une perte de transmission de chaleur plus élevée qu'un bâtiment étanche à l'air avec la même épaisseur d'isolation. Souvent l'air entre à environ 15 C°.
Résolution_cinétique_dynamique_en_synthèse_asymétrique/Résolution cinétique dynamique en synthèse asymétrique :
La résolution cinétique dynamique en chimie est un type de résolution cinétique où 100% d'un composé racémique peut être converti en un composé énantiopur. Il est appliqué en synthèse asymétrique. La synthèse asymétrique est devenue un domaine très exploré en raison du défi de créer un composé avec une seule structure 3D. Encore plus difficile est la capacité de prendre un mélange racémique et de n'avoir qu'un seul produit chiral après une réaction. Une méthode qui est devenue un outil extrêmement utile est la résolution cinétique dynamique (DKR). DKR utilise un centre d'une molécule particulière qui peut être facilement épimérisée afin que les énantiomères (R) et (S) puissent s'interconvertir tout au long du processus de réaction. À ce stade, le catalyseur peut abaisser sélectivement l'énergie de l'état de transition d'un seul énantiomère, conduisant à un rendement de près de 100 % d'une voie de réaction par rapport à l'autre. La figure ci-dessous est un exemple de diagramme d'énergie pour un composé avec un isomère (R) et (S). Si un catalyseur est capable d'augmenter ΔΔG‡ à un degré suffisant, alors une voie dominera sur l'autre, conduisant à un seul produit chiral. La manipulation de la cinétique devient donc un moyen puissant d'obtenir des produits asymétriques à partir de matières premières racémiques. Il y a eu de nombreuses utilisations de DKR dans la littérature qui ont fourni de nouvelles méthodes dans les produits pharmaceutiques ainsi que des voies vers des produits naturels.
Dynamic knowledge_repository/Dynamic knowledge repository :
Le référentiel de connaissances dynamique (DKR) est un concept développé par Douglas C. Engelbart comme un axe stratégique principal pour permettre aux humains de résoudre des problèmes complexes. Il a proposé qu'un DKR nous permette de développer un QI collectif supérieur au QI de n'importe quel individu. Les références et la discussion du concept DKR d'Engelbart sont disponibles à l'Institut Doug Engelbart.
Diffusion dynamique de la lumière/diffusion dynamique de la lumière :
La diffusion dynamique de la lumière (DLS) est une technique en physique qui peut être utilisée pour déterminer le profil de distribution de taille de petites particules en suspension ou de polymères en solution. Dans le cadre du DLS, les fluctuations temporelles sont généralement analysées à l'aide de la fonction d'intensité ou d'auto-corrélation des photons (également appelée spectroscopie de corrélation des photons ou diffusion quasi-élastique de la lumière). Dans l'analyse du domaine temporel, la fonction d'autocorrélation (ACF) se désintègre généralement à partir d'un temps de retard nul, et une dynamique plus rapide due à des particules plus petites conduit à une décorrélation plus rapide de la trace d'intensité diffusée. Il a été montré que l'intensité ACF est la transformée de Fourier du spectre de puissance, et donc les mesures DLS peuvent être tout aussi bien réalisées dans le domaine spectral. Le DLS peut également être utilisé pour sonder le comportement de fluides complexes tels que des solutions polymères concentrées.
Dynamic line_rating_for_electric_utilities/Classement de ligne dynamique pour les services publics d'électricité :
L'évaluation dynamique de la ligne (DLR), également connue sous le nom d'évaluation thermique en temps réel (RTTR), est une philosophie d'exploitation de la transmission d'énergie électrique visant à maximiser la charge, lorsque les conditions environnementales le permettent, sans compromettre la sécurité. Des projets de recherche, de prototypage et pilotes ont été lancés dans les années 1990, mais l'émergence du « réseau intelligent » a stimulé les services publics d'électricité, les scientifiques et les fournisseurs à développer des solutions complètes et durables.
Dynamic link_matching/Dynamic link matching :
La correspondance de liens dynamiques est un système basé sur des graphiques pour la reconnaissance d'images. Il utilise des transformations en ondelettes pour coder les données d'image entrantes.
Éditeur de liens dynamique/Éditeur de liens dynamique :
En informatique, un éditeur de liens dynamique est la partie d'un système d'exploitation qui charge et relie les bibliothèques partagées nécessaires à un exécutable lorsqu'il est exécuté (au "run time"), en copiant le contenu des bibliothèques du stockage persistant vers la RAM, en remplissant le saut tables et déplacement des pointeurs. Le système d'exploitation spécifique et le format exécutable déterminent le fonctionnement et la mise en œuvre de l'éditeur de liens dynamique. La liaison est souvent désignée comme un processus exécuté lorsque l'exécutable est compilé, tandis qu'un éditeur de liens dynamique est une partie spéciale d'un système d'exploitation qui charge des bibliothèques partagées externes dans un processus en cours d'exécution, puis lie dynamiquement ces bibliothèques partagées au processus en cours d'exécution. Cette approche est également appelée liaison dynamique ou liaison tardive.
Test de charge dynamique/Test de charge dynamique :
L'essai de charge dynamique (ou chargement dynamique) est une méthode pour évaluer la capacité portante d'un pieu en appliquant une charge dynamique à la tête du pieu (une masse tombante) tout en enregistrant l'accélération et la déformation sur la tête du pieu. L'essai de charge dynamique est un essai dynamique à haute déformation qui peut être appliqué après l'installation des pieux pour les pieux en béton. Pour les pieux en acier ou en bois, les essais de charge dynamique peuvent être effectués pendant l'installation ou après l'installation. La procédure est normalisée par la méthode d'essai standard ASTM D4945-00 pour les essais dynamiques à forte contrainte des pieux. Elle peut être réalisée sur tous les pieux, quel que soit leur mode de pose. En plus de la capacité portante, l'essai de charge dynamique donne des informations sur la répartition de la résistance (résistance de l'arbre et palier d'extrémité) et évalue la forme et l'intégrité de l'élément de fondation. Les résultats de capacité portante de la fondation obtenus avec les essais de charge dynamique sont bien corrélés avec les résultats des essais de charge statique effectués sur le même élément de fondation.
Chargement dynamique/Chargement dynamique :
Le chargement dynamique est un mécanisme par lequel un programme informatique peut, au moment de l'exécution, charger une bibliothèque (ou un autre binaire) en mémoire, récupérer les adresses des fonctions et des variables contenues dans la bibliothèque, exécuter ces fonctions ou accéder à ces variables, et décharger le bibliothèque de mémoire. C'est l'un des 3 mécanismes par lesquels un programme informatique peut utiliser un autre logiciel ; les deux autres sont la liaison statique et la liaison dynamique. Contrairement à la liaison statique et à la liaison dynamique, le chargement dynamique permet à un programme informatique de démarrer en l'absence de ces bibliothèques, de découvrir les bibliothèques disponibles et d'acquérir potentiellement des fonctionnalités supplémentaires.
Logique dynamique/Logique dynamique :
La logique dynamique peut signifier : En informatique théorique, la logique dynamique (logique modale) est une logique modale pour raisonner sur le comportement dynamique En électronique numérique, la logique dynamique (électronique numérique) est une technique utilisée pour la conception de circuits combinatoires (cadencés) Logique dynamique de réseau de neurones (neurale) étudiée par Leonid Perlovsky En linguistique et en philosophie du langage, la sémantique dynamique est un cadre formel dans lequel le sens est compris comme la capacité d'un énoncé à mettre à jour un discours.
Logique dynamique_(électronique_numérique)/Logique dynamique (électronique_numérique) :
Dans la conception de circuits intégrés , la logique dynamique (ou parfois la logique cadencée ) est une méthodologie de conception dans les circuits logiques combinatoires , en particulier ceux mis en œuvre en technologie MOS . Elle se distingue de la logique dite statique en exploitant le stockage temporaire d'informations dans des capacités parasites et de grille. Il était populaire dans les années 1970 et a connu une résurgence récente dans la conception d'électronique numérique à grande vitesse, en particulier les processeurs d'ordinateurs. Les circuits logiques dynamiques sont généralement plus rapides que leurs homologues statiques et nécessitent moins de surface, mais sont plus difficiles à concevoir. La logique dynamique a un taux de basculement plus élevé que la logique statique, mais les charges capacitives basculées sont plus petites, de sorte que la consommation électrique globale de la logique dynamique peut être supérieure ou inférieure en fonction de divers compromis. Lorsqu'il se réfère à une famille logique particulière, l'adjectif dynamique suffit généralement à distinguer la méthodologie de conception, par exemple la conception CMOS dynamique ou SOI dynamique. La logique dynamique se distingue de la logique dite statique en ce que la logique dynamique utilise un signal d'horloge dans sa mise en œuvre de la combinaison circuits logiques. L'utilisation habituelle d'un signal d'horloge est de synchroniser les transitions dans les circuits logiques séquentiels. Pour la plupart des implémentations de la logique combinatoire, un signal d'horloge n'est même pas nécessaire. La terminologie statique/dynamique utilisée pour désigner les circuits combinatoires ne doit pas être confondue avec la façon dont les mêmes adjectifs sont utilisés pour distinguer les dispositifs de mémoire, par exemple la RAM statique de la RAM dynamique.
Logique dynamique_(logique_modale)/Logique dynamique (logique modale) :
En logique, philosophie et informatique théorique, la logique dynamique est une extension de la logique modale capable de coder les propriétés des programmes informatiques. Un exemple simple d'énoncé en logique dynamique est Le sol est sec → [ Il pleut ] Le sol est humide , {\displaystyle {\text{Le sol est sec}}\to [{\text{Il pleut}}]{ \text{Le sol est humide}},} qui stipule que si le sol est actuellement sec et qu'il pleut, alors le sol sera ensuite humide. La syntaxe de la logique dynamique contient un langage de propositions (comme "la terre est sèche") et un langage d'actions (comme "il pleut"). Les constructions modales de base sont [ une ] p {\displaystyle [a]p} , qui stipule qu'après avoir effectué l'action a, la proposition p doit tenir, et ⟨ une ⟩ p {\displaystyle \langle a\rangle p} , qui stipule que après avoir effectué l'action a, il est possible que p soit vérifié. Le langage d'action prend en charge les opérations a ; b {\displaystyle a\mathbin {;} b} (faire une action suivie d'une autre), a ∪ b {\displaystyle a\cup b} (faire une action ou une autre), et itération a ∗ {\displaystyle a{* }} (faire une action zéro ou plusieurs fois). Le langage de proposition prend en charge les opérations booléennes (et, ou, et non). La logique d'action est suffisamment expressive pour encoder des programmes. Pour un programme arbitraire, la précondition φ {\displaystyle \varphi } et la postcondition φ ′ {\displaystyle \varphi '} , l'instruction logique dynamique φ → [ P ] φ ′ {\displaystyle \varphi \to [P]\varphi '} encode l'exactitude du programme, rendant la logique dynamique plus générale que la logique de Hoare. Au-delà de son utilisation dans la vérification formelle des programmes, la logique dynamique a été appliquée pour décrire des comportements complexes découlant de la linguistique, de la philosophie, de l'IA et d'autres domaines.
Modèle de taille de lot dynamique/Modèle de taille de lot dynamique :
Le modèle dynamique de taille de lot dans la théorie des stocks est une généralisation du modèle économique de quantité de commande qui tient compte du fait que la demande pour le produit varie dans le temps. Le modèle a été introduit par Harvey M. Wagner et Thomson M. Whitin en 1958.
Analyse_mécanique_dynamique/Analyse mécanique dynamique :
L'analyse mécanique dynamique (en abrégé DMA) est une technique utilisée pour étudier et caractériser les matériaux. Il est très utile pour étudier le comportement viscoélastique des polymères. Une contrainte sinusoïdale est appliquée et la déformation dans le matériau est mesurée, permettant de déterminer le module complexe. La température de l'échantillon ou la fréquence de la contrainte sont souvent variées, entraînant des variations du module complexe ; cette approche peut être utilisée pour localiser la température de transition vitreuse du matériau, ainsi que pour identifier les transitions correspondant à d'autres mouvements moléculaires.
Méditation dynamique/Méditation dynamique :
La méditation dynamique est une forme de méditation dans laquelle des actions physiques sont impliquées. Le terme apparaît au début des années 1970 lorsque les descriptions d'Osho de son "Rajneesh Dhyan Yoga", développé dans des camps de méditation dans les montagnes indiennes, ont été traduites en anglais. Sa méthode prototypique porte toujours le nom de "Méditation Dynamique". Le terme s'est généralisé pour décrire toute approche de la méditation qui inclut le mouvement : par exemple Sama et Haḍra chez les mystiques soufis, les mouvements Gurdjieff, dans la Conscience corporelle dynamique ou Consapevolezza corporea dinamica créée en France par l'artiste et anthropologue Martino Nicoletti et d'autres danses sacrées, le Qigong et les nombreux exercices développés dans le Bouddhisme et le Taoïsme, en Inde ceux que l'on retrouve dans le Yoga et le Tantra, et le Latihan de Subud.
Méthode dynamique/Méthode dynamique :
La méthode dynamique est une procédure de détermination des masses des astéroïdes. La procédure tire son nom de son utilisation des lois newtoniennes de la dynamique, ou du mouvement, des astéroïdes lorsqu'ils se déplacent dans le système solaire. La procédure fonctionne en prenant plusieurs mesures de position pour déterminer la déviation gravitationnelle provoquée lorsque deux astéroïdes ou plus se croisent. La méthode repose sur le fait que le grand nombre d'astéroïdes connus signifie qu'ils se croiseront occasionnellement à des distances très proches. Si au moins l'un des deux corps en interaction est suffisamment grand, son influence gravitationnelle sur l'autre peut révéler sa masse. La précision de la masse déterminée est limitée par la précision et le moment des observations astrométriques appropriées effectuées pour déterminer la déviation gravitationnelle causée par une interaction donnée.Parce que la méthode repose sur la détection de la quantité de déviation gravitationnelle induite lors d'une interaction, la procédure fonctionne mieux pour les objets qui produiront une grande déviation dans leurs interactions avec d'autres objets. Cela signifie que la procédure fonctionne mieux pour les grands objets, mais elle peut également être appliquée efficacement aux objets qui ont des interactions étroites répétées les uns avec les autres, comme lorsque les deux objets sont en résonance orbitale l'un avec l'autre. Quelle que soit la masse des objets en interaction, la quantité de déviation sera plus grande si les objets se rapprochent l'un de l'autre et elle sera également plus grande si les objets passent lentement, laissant plus de temps à la gravité pour perturber les orbites des deux objets. Pour des astéroïdes suffisamment grands, cette distance peut atteindre environ 0,1 UA, pour des astéroïdes moins massifs, les conditions d'interaction devraient être meilleures en conséquence.
Dynamic microsimulation_pension_model/Modèle de pension de microsimulation dynamique :
Un modèle de retraite à microsimulation dynamique est un type de modèle de retraite projetant un système de retraite au moyen d'une microsimulation et générant l'historique complet de chaque individu dans un ensemble de données. Les résultats de ce modèle offrent à la fois des indicateurs agrégés (par exemple, le taux de remplacement total, la dette implicite) et des indicateurs individuels (par exemple, les flux de trésorerie individuels) du système de retraite. Grâce à la complexité des résultats, il est possible d'étudier la distribution des pensions, la pauvreté des retraités, l'impact des changements de la formule de pension, pour plus d'exemples, voir par exemple (Deloitte, 2011). Un ensemble individuel détaillé de données (administratives) devrait servir d'entrée de modèle.
Modalité dynamique/Modalité dynamique :
La modalité dynamique est une modalité linguistique qui est la capacité ou l'exigence du sujet à faire quelque chose. La modalité dynamique est non subjective contrairement à la modalité déontique similaire. La modalité dynamique est exprimée par « peut » ou « volonté ».
Mode dynamique_décomposition/Décomposition en mode dynamique :
La décomposition en mode dynamique (DMD) est un algorithme de réduction de dimensionnalité développé par Peter Schmid en 2008. Étant donné une série chronologique de données, DMD calcule un ensemble de modes dont chacun est associé à une fréquence d'oscillation fixe et à un taux de décroissance/croissance. Pour les systèmes linéaires en particulier, ces modes et fréquences sont analogues aux modes normaux du système, mais plus généralement, ce sont des approximations des modes et des valeurs propres de l'opérateur de composition (également appelé opérateur de Koopman). En raison des comportements temporels intrinsèques associés à chaque mode, la DMD diffère des méthodes de réduction de dimensionnalité telles que l'analyse en composantes principales, qui calcule des modes orthogonaux dépourvus de comportements temporels prédéterminés. Parce que ses modes ne sont pas orthogonaux, les représentations basées sur DMD peuvent être moins parcimonieuses que celles générées par PCA. Cependant, ils peuvent aussi être physiquement plus significatifs car chaque mode est associé à un comportement sinusoïdal amorti (ou piloté) dans le temps.
Module dynamique/module dynamique :
Le module dynamique (parfois module complexe) est le rapport de la contrainte à la déformation dans des conditions vibratoires (calculé à partir de données obtenues à partir d'essais de vibration libre ou forcée, en cisaillement, compression ou allongement). C'est une propriété des matériaux viscoélastiques.
Multipathing dynamique/Multipathing dynamique :
Dans le domaine de la technologie de stockage de données informatiques, le multipathing dynamique (DMP) est une technique d'amélioration des E/S multivoies qui équilibre les entrées/sorties (E/S) sur de nombreux chemins disponibles de l'ordinateur au périphérique de stockage pour améliorer les performances et la disponibilité. Le nom a été introduit avec le logiciel Veritas Volume Manager. L'utilitaire DMP ne prend pas de temps pour basculer, bien que le temps total de basculement dépende de la durée pendant laquelle le pilote de disque sous-jacent relance la commande avant d'abandonner.
Mutation dynamique/Mutation dynamique :
En génétique, une mutation dynamique est un élément héréditaire instable où la probabilité d'expression d'un phénotype mutant est fonction du nombre de copies de la mutation. Autrement dit, le produit de réplication (descendance) d'une mutation dynamique a une probabilité de mutation différente de celle de son prédécesseur. Ces mutations, typiquement de courtes séquences répétées de nombreuses fois, sont à l'origine de nombreuses maladies connues, dont les troubles de la répétition des trinucléotides. Robert I. Richards et Grant R. Sutherland ont appelé ces phénomènes, dans le cadre de la génétique dynamique, mutations dynamiques. L'expansion du triplet est causée par un glissement lors de la réplication de l'ADN. En raison de la nature répétitive de la séquence d'ADN dans ces régions, des structures en "boucle" peuvent se former pendant la réplication de l'ADN tout en maintenant un appariement de bases complémentaires entre le brin parent et le brin fille en cours de synthèse. Si la structure en boucle est formée à partir d'une séquence sur le brin fille, cela entraînera une augmentation du nombre de répétitions. Cependant, si la structure en boucle est formée sur le brin parent, une diminution du nombre de répétitions se produit. Il semble que l'expansion de ces répétitions soit plus fréquente que la réduction. Généralement, plus l'expansion est importante, plus ils sont susceptibles de provoquer une maladie ou d'augmenter la gravité de la maladie. Cette propriété se traduit par la caractéristique d'anticipation observée dans les troubles de répétition des trinucléotides. L'anticipation décrit la tendance de l'âge d'apparition à diminuer et la sévérité des symptômes à augmenter au fil des générations successives d'une famille affectée en raison de l'expansion de ces répétitions.
Analyse_réseau_dynamique/Analyse de réseau dynamique :
L'analyse dynamique des réseaux (ADN) est un domaine scientifique émergent qui rassemble l'analyse traditionnelle des réseaux sociaux (SNA), l'analyse des liens (LA), la simulation sociale et les systèmes multi-agents (SMA) au sein de la science des réseaux et de la théorie des réseaux. Les réseaux dynamiques sont une fonction du temps (modélisée comme un sous-ensemble des nombres réels) à un ensemble de graphiques ; pour chaque point de temps il y a un graphique. Cela s'apparente à la définition des systèmes dynamiques, dans lesquels la fonction va du temps à un espace ambiant, où au lieu de l'espace ambiant, le temps est traduit en relations entre des paires de sommets.
Polarisation_nucléaire dynamique/Polarisation nucléaire dynamique :
La polarisation nucléaire dynamique (DNP) résulte du transfert de la polarisation de spin des électrons aux noyaux, alignant ainsi les spins nucléaires dans la mesure où les spins des électrons sont alignés. Notez que l'alignement des spins d'électrons à un champ magnétique et à une température donnés est décrit par la distribution de Boltzmann sous l'équilibre thermique. Il est également possible que ces électrons soient alignés à un degré d'ordre supérieur par d'autres préparations de l'ordre de spin des électrons telles que : les réactions chimiques (conduisant au DNP induit chimiquement, CIDNP), le pompage optique et l'injection de spin. Le DNP est considéré comme l'une des nombreuses techniques d'hyperpolarisation. Le DNP peut également être induit à l'aide d'électrons non appariés produits par des dommages de rayonnement dans les solides. Lorsque la polarisation de spin électronique s'écarte de sa valeur d'équilibre thermique, les transferts de polarisation entre les électrons et les noyaux peuvent se produire spontanément par relaxation croisée électron-nucléaire et/ou mélange d'état de spin parmi les électrons. et les noyaux. Par exemple, le transfert de polarisation est spontané après une réaction chimique d'homolyse. D'autre part, lorsque le système de spin électronique est en équilibre thermique, le transfert de polarisation nécessite une irradiation micro-onde continue à une fréquence proche de la fréquence de résonance paramagnétique électronique (RPE) correspondante. En particulier, les mécanismes des processus DNP pilotés par micro-ondes sont classés en effet Overhauser (OE), effet solide (SE), effet croisé (CE) et mélange thermique (TM). Les premières expériences DNP ont été réalisées au début des années 1950 à de faibles champs magnétiques, mais jusqu'à récemment, la technique était d'une applicabilité limitée pour la spectroscopie RMN à haute fréquence et à champ élevé, en raison du manque de sources micro-ondes (ou térahertz) fonctionnant à la fréquence appropriée. . Aujourd'hui, de telles sources sont disponibles sous forme d'instruments clés en main, faisant du DNP une méthode précieuse et indispensable, en particulier dans le domaine de la détermination de la structure par spectroscopie RMN à l'état solide à haute résolution.
Emballage dynamique/Emballage dynamique :
L'emballage dynamique est une méthode utilisée dans les réservations de vacances à forfait pour permettre aux consommateurs de créer leur propre forfait de vols, d'hébergement et de location de voiture au lieu d'acheter un forfait prédéfini. Les forfaits dynamiques diffèrent des forfaits traditionnels en ce que le prix est toujours basé sur la disponibilité actuelle, les visites de groupe accompagnées sont rarement incluses et des modules complémentaires spécifiques au voyage, tels que le stationnement à l'aéroport et les billets de spectacle, sont souvent disponibles. Les forfaits dynamiques sont similaires en ce sens que souvent les tarifs aériens, hôteliers et de voiture ne sont disponibles que dans le cadre d'un forfait ou uniquement auprès d'un vendeur spécifique. Le terme "emballage dynamique" est souvent utilisé de manière incorrecte pour décrire le processus moins sophistiqué d'échange de divers composants de voyage dans un forfait, cependant, cette pratique est plus précisément décrite comme "groupement dynamique". Un véritable emballage dynamique exige la recombinaison automatisée des composants du voyage en fonction de l'inclusion de règles qui dictent non seulement le contenu du forfait, mais également des règles de tarification conditionnelles basées sur diverses conditions telles que les caractéristiques du voyage, les fournisseurs contribuant aux composants, le canal de distribution et conditions de vente. Les forfaits dynamiques sont principalement vendus en ligne, mais les agences de voyages en ligne vendront également par téléphone en raison des fortes marges et du prix de vente élevé du produit. L'emballage dynamique est dynamique à plusieurs niveaux. Premièrement, l'inventaire est approvisionné de manière dynamique, ce qui signifie que la solution d'emballage dynamique fournira les composants de vols, d'hébergement et de location de voiture pour le package en temps réel. Deuxièmement, ces composants sont dynamiquement combinés dans des packages. Troisièmement, le forfait est tarifé de manière dynamique et se voit généralement attribuer un prix total opaque.
Peinture dynamique/Peinture dynamique :
La peinture dynamique peut faire référence à : Peinture d'action Art génératif qui se met à jour en temps réel
Perfect_hashing dynamique/Hachage parfait dynamique :
En informatique, le hachage parfait dynamique est une technique de programmation permettant de résoudre les collisions dans une structure de données de table de hachage. Bien que plus gourmande en mémoire que ses homologues de table de hachage, cette technique est utile dans les situations où des requêtes, des insertions et des suppressions rapides doivent être effectuées sur un grand nombre d'éléments.
Positionnement dynamique/Positionnement dynamique :
Le positionnement dynamique (DP) est un système contrôlé par ordinateur pour maintenir automatiquement la position et le cap d'un navire en utilisant ses propres hélices et propulseurs. Les capteurs de référence de position, combinés aux capteurs de vent, aux capteurs de mouvement et aux compas gyroscopiques, fournissent des informations à l'ordinateur concernant la position du navire et l'ampleur et la direction des forces environnementales affectant sa position. Des exemples de types de navires qui emploient la DP comprennent les navires et les unités mobiles de forage en mer semi-submersibles (MODU), les navires de recherche océanographique, les navires câbliers et les navires de croisière. Le programme informatique contient un modèle mathématique du navire qui comprend des informations relatives au vent et à la traînée actuelle du navire et à l'emplacement des propulseurs. Cette connaissance, combinée aux informations du capteur, permet à l'ordinateur de calculer l'angle de braquage requis et la puissance du propulseur pour chaque propulseur. Cela permet des opérations en mer où l'amarrage ou l'ancrage n'est pas possible en raison de la profondeur de l'eau, de l'encombrement du fond marin (canalisations, gabarits) ou d'autres problèmes. Le positionnement dynamique peut être soit absolu en ce que la position est verrouillée sur un point fixe au-dessus du fond, soit relative à un objet en mouvement comme un autre navire ou un véhicule sous-marin. On peut également positionner le navire à un angle favorable par rapport au vent, aux vagues et au courant, appelé girouette. Le positionnement dynamique est utilisé par une grande partie de l'industrie pétrolière offshore, par exemple dans la mer du Nord, le golfe Persique, le golfe du Mexique, l'Afrique de l'Ouest et au large des côtes du Brésil. Il existe actuellement plus de 1800 navires DP.
Pression dynamique/Pression dynamique :
Dans la dynamique des fluides incompressibles, la pression dynamique (indiquée par , ou Q, et parfois appelée pression de vitesse) est la quantité définie par : q = 1 2 ρ u 2 {\displaystyle q={\frac {1}{ 2}}\rho \,u^{2}} où (en unités SI) : elle peut être considérée comme l'énergie cinétique du fluide par unité de volume. Pour un écoulement incompressible, la pression dynamique d'un fluide est la différence entre sa pression totale et sa pression statique. D'après la loi de Bernoulli, la pression dynamique est donnée par p 0 - p s = 1 2 ρ u 2 {\displaystyle p_{0}-p_{\text{s}}={\frac {1}{2}}\rho \, u^{2}} où p 0 {\displaystyle p_{0}} et p s {\displaystyle p_{\text{s}}} sont respectivement les pressions totale et statique.
Tarification dynamique/Tarification dynamique :
La tarification dynamique, également appelée tarification en cas de surtension, tarification à la demande ou tarification basée sur le temps, est une stratégie de tarification dans laquelle les entreprises fixent des prix flexibles pour des produits ou des services en fonction des demandes actuelles du marché. Les entreprises peuvent modifier les prix en fonction d'algorithmes qui tiennent compte des prix des concurrents, de l'offre et de la demande et d'autres facteurs externes du marché. La tarification dynamique est une pratique courante dans plusieurs secteurs tels que l'hôtellerie, le tourisme, le divertissement, la vente au détail, l'électricité et les transports publics. Chaque industrie adopte une approche légèrement différente de la tarification dynamique en fonction de ses besoins individuels et de la demande pour le produit.
Planification prioritaire_dynamique/Planification prioritaire dynamique :
L'ordonnancement prioritaire dynamique est un type d'algorithme d'ordonnancement dans lequel les priorités sont calculées pendant l'exécution du système. L'objectif de l'ordonnancement dynamique des priorités est de s'adapter aux progrès dynamiques et de former une configuration optimale de manière autonome. Il peut être très difficile de produire des politiques bien définies pour atteindre l'objectif en fonction de la difficulté d'un problème donné. La planification de la première échéance la plus précoce et la planification de la moindre marge de temps sont des exemples d'algorithmes de planification de priorité dynamique.
Problème dynamique_(algorithmes)/Problème dynamique (algorithmes) :
Les problèmes dynamiques de la théorie de la complexité computationnelle sont des problèmes énoncés en termes de données d'entrée changeantes. Dans sa forme la plus générale, un problème de cette catégorie est généralement énoncé comme suit : étant donné une classe d'objets d'entrée, trouvez des algorithmes et des structures de données efficaces pour répondre à une certaine requête sur un ensemble d'objets d'entrée chaque fois que les données d'entrée sont modifiées, c'est-à-dire, les objets sont insérés ou supprimés. Les problèmes de cette classe ont les mesures de complexité suivantes : Espace – la quantité d'espace mémoire nécessaire pour stocker la structure de données ; Temps d'initialisation - temps nécessaire à la construction initiale de la structure de données ; Temps d'insertion - temps requis pour la mise à jour de la structure de données lorsqu'un élément d'entrée supplémentaire est ajouté ; Temps de suppression – temps nécessaire à la mise à jour de la structure de données lorsqu'un élément d'entrée est supprimé ; Temps de requête – temps nécessaire pour répondre à une requête ; Autres opérations spécifiques au problème en questionL'ensemble des calculs d'un problème dynamique est appelé un algorithme dynamique. De nombreux problèmes algorithmiques énoncés en termes de données d'entrée fixes (appelés problèmes statiques dans ce contexte et résolus par des algorithmes statiques) ont des versions dynamiques significatives.
Analyse_de_programme_dynamique/Analyse de programme dynamique :
L'analyse dynamique de programmes est l'analyse de logiciels informatiques effectuée en exécutant des programmes sur un processeur réel ou virtuel. Pour que l'analyse dynamique du programme soit efficace, le programme cible doit être exécuté avec suffisamment d'entrées de test pour couvrir presque toutes les sorties possibles. L'utilisation de mesures de test de logiciels telles que la couverture de code permet d'augmenter les chances qu'une tranche adéquate de l'ensemble de comportements possibles du programme ait été observée. De plus, il faut veiller à minimiser l'effet de l'instrumentation sur l'exécution (y compris les propriétés temporelles) du programme cible. L'analyse dynamique s'oppose à l'analyse de programme statique. Les tests unitaires, les tests d'intégration, les tests système et les tests d'acceptation utilisent des tests dynamiques.
Programmation dynamique/Programmation dynamique :
La programmation dynamique est à la fois une méthode d'optimisation mathématique et une méthode de programmation informatique. La méthode a été développée par Richard Bellman dans les années 1950 et a trouvé des applications dans de nombreux domaines, de l'ingénierie aérospatiale à l'économie. Dans les deux contextes, il s'agit de simplifier un problème compliqué en le décomposant en sous-problèmes plus simples de manière récursive. Bien que certains problèmes de décision ne puissent pas être séparés de cette façon, les décisions qui s'étendent sur plusieurs points dans le temps se séparent souvent de manière récursive. De même, en informatique, si un problème peut être résolu de manière optimale en le décomposant en sous-problèmes, puis en trouvant de manière récursive les solutions optimales aux sous-problèmes, on dit alors qu'il a une sous-structure optimale. Si les sous-problèmes peuvent être imbriqués de manière récursive dans des problèmes plus grands, de sorte que les méthodes de programmation dynamique soient applicables, alors il existe une relation entre la valeur du problème plus grand et les valeurs des sous-problèmes. Dans la littérature sur l'optimisation, cette relation est appelée l'équation de Bellman.
Langage_de_programmation dynamique/Langage de programmation dynamique :
En informatique, un langage de programmation dynamique est une classe de langages de programmation de haut niveau qui, lors de l'exécution, exécutent de nombreux comportements de programmation courants que les langages de programmation statiques exécutent lors de la compilation. Ces comportements pourraient inclure une extension du programme, en ajoutant un nouveau code, en étendant des objets et des définitions, ou en modifiant le système de type. Bien que des comportements similaires puissent être émulés dans presque tous les langages, avec différents degrés de difficulté, de complexité et de coûts de performances, les langages dynamiques fournissent des outils directs pour les utiliser. Beaucoup de ces fonctionnalités ont d'abord été implémentées en tant que fonctionnalités natives dans le langage de programmation Lisp. La plupart des langages dynamiques sont également typés dynamiquement, mais pas tous. Les langages dynamiques sont souvent (mais pas toujours) appelés langages de script, bien que ce terme, dans son sens le plus étroit, se réfère à des langages spécifiques à un environnement d'exécution donné.
Dynamic provisioning_environment/Environnement de provisionnement dynamique :
L'environnement de provisionnement dynamique (DPE) est une manière simplifiée d'expliquer un environnement informatique de serveur en réseau complexe où des instances informatiques de serveur ou des machines virtuelles (VM) sont provisionnées (déployées ou instanciées) à partir d'une console d'administration centralisée ou d'une application client par l'administrateur du serveur, l'administrateur réseau , ou tout autre utilisateur autorisé. L'administrateur de serveur ou l'administrateur réseau a la capacité d'analyser le contrôle de l'environnement d'approvisionnement aux utilisateurs ou aux comptes dans l'environnement réseau (utilisateurs finaux, unités organisationnelles, comptes réseau, autres administrateurs). Les serveurs ou machines virtuelles provisionnés peuvent se trouver à l'intérieur du pare-feu, à l'extérieur du pare-feu ou hébergés selon la définition du pool de prise en charge des ressources informatiques du serveur en réseau. Du point de vue de l'utilisateur final/client, le serveur demandé est déployé automatiquement. À partir d'une application client ou de bureau facile à utiliser, tout administrateur ou utilisateur final désigné peut facilement instancier une instance de serveur ou une instance de machine virtuelle (VM). L'instance de serveur est provisionnée pour l'administrateur éligible ou l'utilisateur final sans que personne n'ait à toucher physiquement l'infrastructure de serveur de support. La définition du serveur ou de la machine virtuelle pour instancier l'application cliente donne à l'utilisateur final ou à l'administrateur la possibilité de définir le système d'exploitation et les applications qui s'exécuteront dans l'instance de serveur à provisionner automatiquement. L'environnement de provisionnement dynamique de poste de travail (DPE de bureau) ou l'environnement de provisionnement dynamique de client (DPE client) est le scénario dans lequel un DPE est utilisé pour provisionner des instances d'informatique client ou d'ordinateur de bureau. Origine du DPE (environnement de provisionnement dynamique) : documenté pour la première fois en 2007 ; Cambridge, Massachusetts. DPE peut être un environnement indépendant du fournisseur ou un environnement défini par un fournisseur spécifique. Un environnement de provisionnement dynamique (DPE) est flexible et peut être défini comme prenant en charge un ensemble d'applications hétérogènes, défini comme prenant en charge une seule application, ou peut être créé dans un modèle d'appliance pour déployer une application discrète personnalisée pour un scénario d'utilisation spécifique. Du point de vue du système d'exploitation, une infrastructure de serveur DPE peut exister sur un système d'exploitation de serveur (infrastructure de serveur homogène) ou exister sur un ensemble défini de serveurs avec différents systèmes d'exploitation (infrastructure de serveur hétérogène). Les instances de serveur ou les machines virtuelles fournies par le DPE peuvent être un système d'exploitation de serveur spécifique ou plusieurs systèmes d'exploitation de serveur. Même idée pour les systèmes clients instanciés par le DPE. Le client instancié par le DPE peut être un ou plusieurs systèmes d'exploitation client/de bureau. Les composants d'un DPE varient en fonction de la densité de l'environnement informatique. Comprendrait généralement des serveurs ou des instances de serveur virtuel, un serveur d'annuaire, une connectivité réseau (TCP/IP), une couche de gestion, des outils de gestion de machine virtuelle, des outils de provisionnement de serveur, une application client, une interface client.
Psychiatrie dynamique/Psychiatrie dynamique :
La psychiatrie dynamique est basée sur l'étude des processus émotionnels, de leurs origines et des mécanismes mentaux qui les sous-tendent. Elle est en contraste direct avec la psychiatrie descriptive, qui est basée sur l'étude des symptômes observables et des phénomènes comportementaux plutôt que sur les processus psychodynamiques sous-jacents. La plupart des psychiatres modernes croient qu'il est plus utile de combiner les deux approches dans un modèle biopsychosocial. Schopenhauer est un ancêtre de la psychiatrie dynamique moderne.
Publication dynamique/Publication dynamique :
La publication de page dynamique est une méthode de conception de publications dans laquelle des modèles de mise en page sont créés qui peuvent contenir différents contenus dans différentes publications. En utilisant cette méthode, les concepteurs de pages ne travaillent pas sur des pages finies, mais plutôt sur divers modèles de mise en page et éléments de contenu, qui peuvent ensuite être combinés pour créer un certain nombre de pages finies. Dans les cas où le même contenu est utilisé dans plusieurs mises en page, la même mise en page est utilisée pour plusieurs ensembles de contenu différents, ou les deux, la publication de pages dynamiques peut offrir des avantages significatifs d'efficacité par rapport à un système traditionnel de conception page par page. Cette technologie est souvent mise à profit dans les solutions d'impression Web pour les intranets d'entreprise afin de permettre la personnalisation et la commande de documents imprimés, les flux de travail d'automatisation de la publicité au sein des agences de publicité, les solutions de génération de catalogues pour les détaillants et les solutions d'impression numérique à la demande variables pour une personnalisation hautement personnalisée. commercialisation. La sortie de ces solutions est souvent imprimée par une presse d'impression numérique. La publication dynamique est souvent considérée comme un sous-ensemble de la publication automatisée qui permet de générer de longs documents, tels que des manuels ou des livres à partir d'un référentiel de contenu. La publication dynamique est souvent utilisée pour créer des documents de grande valeur, tels que des publicités, des supports, des brochures, des catalogues, du publipostage, des livres électroniques et d'autres documents à la demande ou dans des workflows d'impression de données variables. La publication dynamique est souvent associée à la création XML et aux technologies liées aux initiatives du Web sémantique.
Quartz dynamique_recristallisation/Recristallisation quartz dynamique :
Le quartz est le minéral unique le plus abondant dans la croûte terrestre (bien que derrière le groupe des feldspaths pris collectivement), et en tant que tel est présent dans une très grande proportion de roches à la fois sous forme de cristaux primaires et de grains détritiques dans les roches sédimentaires et métamorphiques. La recristallisation dynamique est un processus de recroissance cristalline dans des conditions de stress et de température élevée, couramment appliqué dans les domaines de la métallurgie et de la science des matériaux. La recristallisation dynamique du quartz se produit de manière relativement prévisible par rapport à la température, et compte tenu de son abondance, la recristallisation du quartz peut être utilisée pour déterminer facilement les profils de température relatifs, par exemple dans les ceintures orogéniques ou les intrusions proches.
Dynamic random-access_memory/Mémoire dynamique à accès aléatoire :
La mémoire dynamique à accès aléatoire ( RAM dynamique ou DRAM ) est un type de mémoire à semi-conducteur à accès aléatoire qui stocke chaque bit de données dans une cellule mémoire , généralement constituée d'un minuscule condensateur et d'un transistor , tous deux généralement basés sur un métal-oxyde-semi-conducteur technologie (MOS). Alors que la plupart des conceptions de cellules de mémoire DRAM utilisent un condensateur et un transistor, certaines n'utilisent que deux transistors. Dans les conceptions où un condensateur est utilisé, le condensateur peut être chargé ou déchargé ; ces deux états sont pris pour représenter les deux valeurs d'un bit, appelées classiquement 0 et 1. La charge électrique des condensateurs s'évapore progressivement ; sans intervention, les données sur le condensateur seraient bientôt perdues. Pour éviter cela, la DRAM nécessite un circuit de rafraîchissement de mémoire externe qui réécrit périodiquement les données dans les condensateurs, les restaurant à leur charge d'origine. Ce processus de rafraîchissement est la caractéristique déterminante de la mémoire vive dynamique, contrairement à la mémoire vive statique (SRAM) qui ne nécessite pas de rafraîchissement des données. Contrairement à la mémoire flash, la DRAM est une mémoire volatile (par opposition à une mémoire non volatile), car elle perd rapidement ses données lorsque l'alimentation est coupée. Cependant, la DRAM présente une rémanence limitée des données. La DRAM prend généralement la forme d'une puce de circuit intégré, qui peut être constituée de dizaines à des milliards de cellules de mémoire DRAM. Les puces DRAM sont largement utilisées dans l'électronique numérique où une mémoire informatique à faible coût et de grande capacité est requise. L'une des plus grandes applications de la DRAM est la mémoire principale (familièrement appelée « RAM ») dans les ordinateurs et les cartes graphiques modernes (où la « mémoire principale » est appelée la mémoire graphique). Il est également utilisé dans de nombreux appareils portables et consoles de jeux vidéo. En revanche, la SRAM, qui est plus rapide et plus chère que la DRAM, est généralement utilisée lorsque la vitesse est plus importante que le coût et la taille, comme les mémoires cache des processeurs. Le besoin de rafraîchir la DRAM exige des circuits et une synchronisation plus compliqués que la SRAM. Ceci est compensé par la simplicité structurelle des cellules de mémoire DRAM : un seul transistor et un condensateur sont nécessaires par bit, contre quatre ou six transistors en SRAM. Cela permet à la DRAM d'atteindre des densités très élevées avec une réduction simultanée du coût par bit. L'actualisation des données consomme de l'énergie et diverses techniques sont utilisées pour gérer la consommation d'énergie globale. La DRAM a connu une augmentation de 47 % du prix par bit en 2017, la plus forte hausse en 30 ans depuis la hausse de 45 % en 1988, alors que ces dernières années, le prix a baissé. Une "caractéristique clé du marché de la DRAM est qu'il n'y a actuellement que trois grands fournisseurs - Micron Technology, SK Hynix et Samsung Electronics" en 2018, qui "gardent un contrôle assez strict sur leur capacité". Il y a aussi Kioxia (anciennement Toshiba Memory Corporation après la scission de 2017. Il existe ensuite d'autres fabricants qui fabriquent et vendent des DIMM (mais pas les puces DRAM qu'ils contiennent), comme Kingston Technology, et certains fabricants qui vendent de la DRAM empilée (utilisée par exemple dans les supercalculateurs exascale les plus rapides), séparément comme Viking Technology, ou d'autres vendant de tels produits intégrés dans d'autres produits, comme par Fujitsu dans ses CPU, et AMD dans les GPU, puis aussi Nvidia, avec HBM2 dans certaines de leurs puces GPU.
Plage dynamique/Plage dynamique :
La plage dynamique (en abrégé DR, DNR ou DYR) est le rapport entre les valeurs les plus grandes et les plus petites qu'une certaine quantité peut prendre. Il est souvent utilisé dans le contexte de signaux, comme le son et la lumière. Il est mesuré soit sous forme de rapport, soit sous forme de valeur logarithmique de base 10 (décibel) ou de base 2 (doublements, bits ou arrêts) de la différence entre les valeurs de signal les plus petites et les plus grandes. L'audio et la vidéo reproduits électroniquement sont souvent traités pour s'adapter le matériel original avec une large plage dynamique dans une plage dynamique enregistrée plus étroite qui peut plus facilement être stockée et reproduite ; ce traitement est appelé compression de plage dynamique.
Plage dynamique_(homonymie)/Plage dynamique (homonymie) :
Le terme plage dynamique peut signifier : Plage dynamique, la plage dynamique est un terme fréquemment utilisé dans de nombreux domaines pour décrire le rapport entre les valeurs les plus petites et les plus grandes possibles d'une quantité variable. Imagerie à plage dynamique élevée, l'intention de HDRI est de représenter la large gamme de niveaux d'intensité trouvés dans des scènes réelles. Rendu à plage dynamique élevée, HDRR est le rendu de scènes d'infographie en utilisant des calculs d'éclairage effectués dans une plage dynamique plus large que la plage de sortie finale. Rapport de contraste, le rapport de contraste est une métrique d'un système d'affichage, défini comme le rapport de la luminosité de la couleur la plus claire et la plus sombre que le système est capable de produire. Plage d'exposition, la plage d'intensités lumineuses qu'un appareil photo peut capturer. Un système de caméra avec une plage d'exposition plus élevée pourra enregistrer plus de détails dans les zones sombres et claires d'une image.
Plage dynamique_compression/Compression de la plage dynamique :
La compression de plage dynamique (DRC) ou simplement la compression est une opération de traitement du signal audio qui réduit le volume des sons forts ou amplifie les sons faibles, réduisant ou comprimant ainsi la plage dynamique d'un signal audio. La compression est couramment utilisée dans l'enregistrement et la reproduction du son, la diffusion, la sonorisation en direct et dans certains amplificateurs d'instruments. Une unité matérielle électronique dédiée ou un logiciel audio qui applique la compression est appelé un compresseur. Dans les années 2000, les compresseurs sont devenus disponibles sous forme de plugins logiciels qui s'exécutent dans un logiciel de station de travail audio numérique. Dans la musique enregistrée et en direct, les paramètres de compression peuvent être ajustés pour modifier la façon dont ils affectent les sons. La compression et la limitation sont identiques dans leur processus mais diffèrent dans leur degré et leur effet perçu. Un limiteur est un compresseur avec un rapport élevé et, généralement, un temps d'attaque court.
Recompilation dynamique/Recompilation dynamique :
En informatique, la recompilation dynamique est une caractéristique de certains émulateurs et machines virtuelles, où le système peut recompiler une partie d'un programme pendant l'exécution. En compilant pendant l'exécution, le système peut adapter le code généré pour refléter l'environnement d'exécution du programme et potentiellement produire un code plus efficace en exploitant des informations qui ne sont pas disponibles pour un compilateur statique traditionnel.
Recristallisation dynamique/Recristallisation dynamique :
La recristallisation dynamique (DRX) est un type de processus de recristallisation, trouvé dans les domaines de la métallurgie et de la géologie. Dans la recristallisation dynamique, par opposition à la recristallisation statique, la nucléation et la croissance de nouveaux grains se produisent pendant la déformation plutôt qu'après dans le cadre d'un traitement thermique séparé. La réduction de la taille des grains augmente le risque de glissement des joints de grains à des températures élevées, tout en diminuant également la mobilité des dislocations dans le matériau. Les nouveaux grains sont moins sollicités, provoquant une diminution du durcissement d'un matériau. La recristallisation dynamique permet de nouvelles tailles et orientations de grains, ce qui peut empêcher la propagation des fissures. Plutôt que de provoquer la fracture du matériau, la déformation peut initier la croissance d'un nouveau grain, consommant des atomes de grains préexistants voisins. Après recristallisation dynamique, la ductilité du matériau augmente. Dans une courbe contrainte-déformation, le début de la recristallisation dynamique peut être reconnu par un pic distinct de la contrainte d'écoulement dans les données de travail à chaud, en raison de l'effet adoucissant de la recristallisation. Cependant, tous les matériaux n'affichent pas des pics bien définis lorsqu'ils sont testés dans des conditions de travail à chaud. L'apparition de DRX peut également être détectée à partir du point d'inflexion dans les tracés du taux d'écrouissage en fonction de la contrainte. Il a été démontré que cette technique peut être utilisée pour établir l'apparition de DRX lorsque celle-ci ne peut pas être déterminée sans ambiguïté à partir de la forme de la courbe de débit. Si des oscillations de contrainte apparaissent avant d'atteindre l'état stationnaire, alors plusieurs cycles de recristallisation et de croissance des grains se produisent et le comportement de contrainte est dit de type cyclique ou à pics multiples. Le comportement de contrainte particulier avant d'atteindre l'état d'équilibre dépend de la taille de grain initiale, de la température et de la vitesse de déformation. La DRX peut se présenter sous diverses formes, notamment : Recristallisation dynamique géométrique Recristallisation dynamique discontinue Recristallisation dynamique continue La recristallisation dynamique dépend de la vitesse de création et de mouvement des dislocations. Cela dépend également du taux de récupération (la vitesse à laquelle les dislocations s'annihilent). L'interaction entre l'écrouissage et la récupération dynamique détermine la structure du grain. Il détermine également la susceptibilité des grains à divers types de recristallisation dynamique. Quel que soit le mécanisme, pour que la cristallisation dynamique se produise, le matériau doit avoir subi une déformation critique. La taille du grain final augmente avec l'augmentation de la contrainte. Pour obtenir des structures à grains très fins, les contraintes doivent être élevées. Certains auteurs ont utilisé le terme « postdynamique » ou « métadynamique » pour décrire la recristallisation qui se produit pendant la phase de refroidissement d'un processus de travail à chaud ou entre des passes successives. Cela souligne le fait que la recristallisation est directement liée au processus en question, tout en reconnaissant qu'il n'y a pas de déformation concurrente.
Rectangle dynamique/Rectangle dynamique :
Un rectangle dynamique est une figure à angle droit à quatre côtés (un rectangle) avec une symétrie dynamique qui, dans ce cas, signifie que le rapport d'aspect (largeur divisée par la hauteur) est une valeur distinguée dans la symétrie dynamique, un système de proportionnement et un design naturel méthodologie décrite dans les livres de Jay Hambidge. Ces rectangles dynamiques commencent par un carré, qui se prolonge (à l'aide d'une série d'arcs et de points de croisement) pour former la figure souhaitée, qui peut être le rectangle d'or (1 : 1,618...), le rectangle 2:3, le double carré (1:2), ou un rectangle racine (1:√φ, 1:√2, 1:√3, 1:√5, etc.).
Détente dynamique/Relaxation dynamique :
La relaxation dynamique est une méthode numérique qui, entre autres, peut être utilisée pour effectuer une « recherche de forme » pour les structures de câbles et de tissus. Le but est de trouver une géométrie où toutes les forces sont en équilibre. Dans le passé, cela se faisait par modelage direct, en utilisant des chaînes et des poids suspendus (voir Gaudi), ou en utilisant des films de savon, qui ont la propriété de s'ajuster pour trouver une "surface minimale". La méthode de relaxation dynamique est basée sur la discrétisation du continuum considéré en regroupant la masse aux nœuds et en définissant la relation entre les nœuds en termes de rigidité (voir aussi la méthode des éléments finis). Le système oscille autour de la position d'équilibre sous l'influence des charges. Un processus itératif est suivi en simulant un processus pseudo-dynamique dans le temps, chaque itération étant basée sur une mise à jour de la géométrie, similaire à l'intégration Leapfrog et liée à l'intégration Velocity Verlet.
Réplication dynamique/Réplication dynamique :
La réplication dynamique peut faire référence à : Réplication dynamique (finance) Grille de données#Réplication dynamique
Réserve dynamique/Réserve dynamique :
La réserve dynamique, dans le contexte de la théorie du budget énergétique dynamique, fait référence à l'ensemble des métabolites (principalement des polymères et des lipides) qu'un organisme peut utiliser à des fins métaboliques. Ces composés chimiques peuvent cependant avoir des fonctions métaboliques actives. Ils ne sont pas simplement "mis de côté pour une utilisation ultérieure". La réserve diffère de la structure en premier lieu par sa dynamique. La réserve a un renouvellement implicite, car elle est synthétisée à partir de la nourriture (ou d'autres substrats dans l'environnement) et utilisée par les processus métaboliques se produisant dans les cellules. Le chiffre d'affaires de la structure dépend de l'entretien d'un organisme. L'entretien n'est pas nécessaire pour la réserve. Un œuf fraîchement pondu se compose presque exclusivement de réserve et respire à peine. Les composés chimiques dans la réserve ont le même chiffre d'affaires, tandis que celui de la structure peut avoir un chiffre d'affaires différent, et cela dépend donc du composé.
Index_réponse dynamique/Index de réponse dynamique :
L'indice de réponse dynamique (DRI) est une mesure de la probabilité de dommages à la colonne vertébrale résultant d'une charge de choc verticale telle qu'elle pourrait être rencontrée dans un environnement militaire (c'est-à-dire lors d'une explosion de mine ou dans un siège éjectable). Le DRI est un nombre sans dimension qui est proportionnel à la compression vertébrale maximale subie lors de l'événement. Le DRI est dérivé comme la solution d'une équation qui modélise la colonne vertébrale humaine comme un système d'amortisseur à ressort à un seul degré de liberté. Le modèle utilise une équation différentielle linéaire ordinaire du second ordre avec des coefficients constants avec la compression vertébrale comme variable. La fonction de forçage dans l'équation est la charge de choc accélératrice délivrée au bassin par l'événement. L'équation est donnée ci-dessous : ré 2 X ré t 2 + 2 ⋅ ζ ⋅ ω ⋅ ré X ré t + ω 2 ⋅ X = ré 2 z ré t 2 {\displaystyle {d^{2}X \over dt^{2}}+ 2\cdot \zeta \cdot \omega \cdot {dX \over dt}+\omega ^{2}\cdot X={d^{2}z \over dt^{2}}} Dans cette équation, X désigne la compression vertébrale, et d2z/dt2 désigne l'accélération du choc en fonction du temps (l'entrée). Les coefficients ω et ζ sont la fréquence et l'amortissement spinaux groupés, ω = 52,90 radians/seconde, ζ = 0,224. Le DRI est défini en termes de compression vertébrale maximale (Xmax) calculée à partir de l'équation différentielle, DRI = (ω2/G)·Xmax, où G est l'accélération de la gravité (9,806 m/s2). La mesure DRI a été dérivée de recherches sur des cadavres, ainsi que sur des «volontaires volontaires» (essentiellement des aviateurs qui ont activé le mécanisme du siège éjectable). La valeur DRI limite selon le STANAG 4569 de l'OTAN est de 17,7 avec 10% de risque de blessure grave. Cela correspond à une compression vertébrale maximale d'environ 62 mm. Une règle empirique simple pour les chocs de courte durée (beaucoup moins d'environ un quart de cycle, ce qui signifie beaucoup moins d'environ 30 ms) est DRI = 3,96·ΔV, où ΔV est l'impulsion totale délivrée par le choc en mètres. par seconde. ΔV est simplement l'intégrale sous la courbe d'accélération du choc, équivalente à la vitesse de "décollage" de l'objet subissant une charge de choc. Pour une impulsion constante, le DRI diminue lorsque la durée de l'impulsion augmente au-delà d'environ 30 ms.
Revêtement dynamique/Revêtement dynamique :
Le revêtement dynamique, également connu sous le nom de «berme de galets», utilise du gravier ou des roches de la taille d'un galet pour imiter une plage de galets naturelle dans le but de réduire l'énergie des vagues et d'arrêter ou de ralentir l'érosion côtière. Contrairement aux digues, le revêtement dynamique est conçu pour permettre à l'action des vagues de réorganiser les pierres dans un profil d'équilibre, perturbant l'action des vagues et dissipant l'énergie des vagues lorsque les galets se déplacent. Cela peut réduire la réflexion des vagues qui contribue souvent à l'affouillement des plages.
Mesure_risque dynamique/Mesure de risque dynamique :
En mathématiques financières, une mesure de risque conditionnelle est une variable aléatoire du risque financier (en particulier le risque de baisse) comme si elle était mesurée à un moment donné dans le futur. Une mesure de risque peut être considérée comme une mesure de risque conditionnelle sur l'algèbre sigma triviale. Une mesure de risque dynamique est une mesure de risque qui traite de la question de savoir comment les évaluations du risque à différents moments sont liées. Il peut être interprété comme une séquence de mesures de risque conditionnelles. Une approche différente de la mesure dynamique du risque a été suggérée par Novak.
Renversement dynamique/Renversement dynamique :
Un hélicoptère est sensible à une tendance au roulis, appelée renversement dynamique, lorsqu'il est proche du sol, en particulier lors du décollage ou de l'atterrissage. Pour qu'un renversement dynamique se produise, un facteur doit d'abord faire rouler ou pivoter l'hélicoptère autour d'un patin ou d'une roue de train d'atterrissage jusqu'à ce que son angle de renversement critique soit atteint. Puis, au-delà de ce point, la poussée du rotor principal continue le roulis et la récupération est impossible. Si l'angle de capotage critique est dépassé, l'hélicoptère roule sur le côté quelles que soient les corrections apportées aux commandes cycliques. Le capotage dynamique commence lorsque l'hélicoptère commence à pivoter autour de son patin ou de sa roue. Cela peut se produire pour diverses raisons, y compris l'incapacité à retirer un dispositif d'arrimage ou de fixation de patin, ou si le patin ou la roue entre en contact avec un objet fixe en vol stationnaire vers le côté, ou si l'équipement est coincé dans la glace, l'asphalte mou ou la boue. Un capotage dynamique peut également se produire si le pilote n'utilise pas la bonne technique d'atterrissage ou de décollage ou lors d'opérations en pente. Quelle qu'en soit la cause, si le train ou le dérapage devient un point de pivot, un retournement dynamique est possible si le pilote n'utilise pas la bonne technique corrective. Une fois démarré, le basculement dynamique ne peut pas être arrêté par l'application de la commande cyclique opposée seule. Par exemple, si le dérapage droit entre en contact avec un objet et devient le point de pivot tandis que l'hélicoptère commence à rouler vers la droite, même avec le cyclique complètement à gauche appliqué, le vecteur de poussée du rotor principal et son moment suit l'avion alors qu'il continue de rouler vers la droite. L'application rapide du collectif vers le bas est le moyen le plus efficace d'empêcher le retournement dynamique de se développer. Le renversement dynamique peut se produire dans les hélicoptères équipés de patins et de roues, et dans tous les types de systèmes de rotor.
Corde dynamique/Corde dynamique :
Une corde dynamique est une corde spécialement construite, quelque peu élastique, utilisée principalement dans l'escalade, l'escalade sur glace et l'alpinisme. Cette élasticité, ou étirement, est la propriété qui rend la corde dynamique, contrairement à une corde statique qui n'a qu'un léger allongement sous charge. Une plus grande élasticité permet à une corde dynamique d'absorber plus lentement l'énergie d'une charge soudaine, comme l'arrêt de la chute d'un grimpeur, en réduisant la force maximale sur la corde et donc la probabilité de défaillance catastrophique de la corde. Une corde tressée est le type de corde dynamique le plus couramment utilisé actuellement. Depuis 1945, le nylon a, en raison de sa durabilité et de sa résistance supérieures, remplacé tous les matériaux naturels dans la corde d'escalade.
Routage dynamique/Routage dynamique :
Le routage dynamique, également appelé routage adaptatif, est un processus par lequel un routeur peut transférer des données via une route différente pour une destination donnée en fonction des conditions actuelles des circuits de communication au sein d'un système. Le terme est le plus souvent associé à la mise en réseau de données pour décrire la capacité d'un réseau à "contourner" les dommages, tels que la perte d'un nœud ou d'une connexion entre les nœuds, tant que d'autres choix de chemin sont disponibles. Le routage dynamique permet à autant de routes que possible de rester valides en réponse au changement. Les systèmes qui n'implémentent pas le routage dynamique sont décrits comme utilisant le routage statique, où les routes à travers un réseau sont décrites par des chemins fixes. Un changement, tel que la perte d'un nœud ou la perte d'une connexion entre nœuds, n'est pas compensé. Cela signifie que tout ce qui souhaite emprunter un chemin affecté devra soit attendre que la panne soit réparée avant de reprendre son parcours, soit échouer à atteindre sa destination et abandonner le parcours.
Mise à l'échelle dynamique/Mise à l'échelle dynamique :
La mise à l'échelle dynamique (parfois appelée mise à l'échelle Family-Vicsek) est un test décisif qui montre si un système en évolution présente une auto-similarité. En général, on dit qu'une fonction présente une mise à l'échelle dynamique si elle satisfait : f ( x , t ) ∼ t θ φ ( x t z ) . {\displaystyle f(x,t)\sim t^{\theta }\varphi \left({\frac {x}{t^{z}}}\right).} Ici l'exposant θ {\displaystyle \theta } est fixé par l'exigence dimensionnelle [ F ] = [ t θ ] {\displaystyle [f]=[t^{\theta }]} . La valeur numérique de F / t θ {\displaystyle f/t^{\theta }} doit rester invariante malgré que l'unité de mesure de t {\displaystyle t} soit modifiée par un certain facteur puisque φ {\displaystyle \varphi} est un quantité sans dimension. Beaucoup de ces systèmes évoluent de manière auto-similaire en ce sens que les données obtenues à partir de l'instantané à tout moment fixe sont similaires aux données respectives extraites de l'instantané de tout moment antérieur ou ultérieur. Autrement dit, le système est similaire à lui-même à des moments différents. Le test décisif d'une telle auto-similarité est fourni par la mise à l'échelle dynamique.
Dynamic scattering_mode/Mode de diffusion dynamique :
George Heilmeier a proposé l'effet de diffusion dynamique qui provoque une forte diffusion de la lumière lorsque le champ électrique appliqué à un mélange spécial de cristaux liquides dépasse une valeur seuil. Une cellule DSM nécessite les ingrédients suivants : un cristal liquide à anisotropie diélectrique négative (aligne l'axe longitudinal du LC perpendiculairement au champ électrique), alignement homéotrope du LC (c'est-à-dire perpendiculaire aux plans du substrat), dopage du LC avec une substance qui augmente la conductivité du LC pour permettre à un courant de circuler. Sans tension appliquée, la cellule LC avec le LC aligné homéotropiquement est claire et transparente. Avec l'augmentation de la tension et du courant, le champ électrique tente d'aligner le long axe moléculaire du LC perpendiculairement au champ tandis que le transport d'ions à travers la couche a tendance à aligner le LC perpendiculairement aux plaques de substrat. En conséquence, un motif de régions rayées répétitives appelées domaines de Williams est généré dans la cellule. L'augmentation supplémentaire de la tension fait que ce motif régulier est remplacé par un état turbulent qui diffuse fortement la lumière. Cet effet appartient à la classe des effets électro-hydrodynamiques dans les CL. Des affichages électro-optiques peuvent être réalisés avec l'effet dans le mode de fonctionnement transmissif et réfléchissant. Les tensions de commande requises pour la diffusion de la lumière sont de l'ordre de plusieurs dizaines de volts, et le courant non trivial dépend de la surface des segments activés. Historiquement, l'effet DSM était donc mal adapté aux écrans des appareils alimentés par batterie.
Notation dynamique/Score dynamique :
La notation dynamique est une technique de prévision des revenus, des dépenses et des déficits budgétaires du gouvernement qui intègre des prévisions sur le comportement des personnes et des organisations en fonction des changements de politique budgétaire, généralement des taux d'imposition. La notation dynamique dépend de modèles de comportement des agents économiques qui prédisent comment ils réagiraient une fois que le taux d'imposition ou un autre changement de politique entrerait en vigueur. Cela signifie que l'incertitude induite dans les prévisions est plus grande dans la mesure où la politique proposée est différente de la politique actuelle. Malheureusement, tout modèle de ce type dépend fortement du jugement et rien ne prouve qu'il soit plus efficace ou plus précis. Par exemple, un modèle de notation dynamique peut inclure un modèle économétrique d'une phase de transition à mesure que la population s'adapte à la nouvelle politique, plutôt que l'alternative dite de notation statique de l'hypothèse standard selon laquelle le comportement des personnes est immédiatement et directement sensible aux prix. Le résultat de l'analyse dynamique dépend donc fortement des hypothèses sur les comportements futurs et les taux de changement. L'analyse dynamique est potentiellement plus précise que l'alternative, si le modèle économétrique saisit correctement la manière dont les ménages et les entreprises réagiront à un changement de politique. Cela a été attaqué comme étant basé sur des hypothèses par rapport à la notation statique qui fait des hypothèses plus simples sur le changement de comportement en raison de l'introduction d'une nouvelle politique.
Échangeur de chaleur à surface raclée dynamique/Échangeur de chaleur à surface raclée dynamique :
L'échangeur de chaleur à surface raclée dynamique (DSSHE) est un type d'échangeur de chaleur utilisé pour évacuer ou ajouter de la chaleur à des fluides, principalement des denrées alimentaires, mais également d'autres produits industriels. Ils ont été conçus pour résoudre des problèmes spécifiques qui entravent un transfert de chaleur efficace. Les DSSHE améliorent l'efficacité en éliminant les couches d'encrassement, en augmentant la turbulence dans le cas d'un écoulement à haute viscosité et en évitant la génération de cristaux et d'autres sous-produits du procédé. Les DSSHE intègrent un mécanisme interne qui retire périodiquement le produit de la paroi de transfert de chaleur. Les côtés sont grattés par des lames en matière plastique rigide pour éviter d'endommager la surface raclée.
Secrets dynamiques/Secrets dynamiques :
Dynamic Secrets est un nouveau système de gestion de clés pour les communications sécurisées. Il a été proposé par Sheng Xiao, Weibo Gong et Don Towsley. La première publication académique avait été nominée pour le prix INFOCOM 2010 du meilleur article. Plus tard, une monographie a été publiée par Springer pour étendre ce schéma à un cadre. Les secrets dynamiques peuvent être appliqués à tous les systèmes de communication bidirectionnels et à certains systèmes de communication unidirectionnels pour améliorer leur sécurité de communication. Il y a trois avantages principaux : 1. les clés de chiffrement et d'authentification sont rapidement et automatiquement mises à jour pour n'importe quelle paire d'appareils de communication 2. le processus de mise à jour de la clé se lie au processus de communication et entraîne des coûts de calcul et de bande passante négligeables 3. Utilisez une clé clonée dans l'un ou l'autre l'authentification ou la communication cryptée est garantie d'être détectée. la détection n'a pas de fausses alarmes et ne coûte aucune ressource informatique / réseau. (les secrets dynamiques rompent automatiquement la communication sécurisée lorsque la clé de clonage et la clé légitime coexistent. Cependant, afin de découvrir qui est l'attaquant, il prend d'autres mesures et consomme de la puissance de calcul et de la bande passante du réseau.)
Sémantique dynamique/Sémantique dynamique :
La sémantique dynamique est un cadre de logique et de sémantique du langage naturel qui traite le sens d'une phrase comme son potentiel à mettre à jour un contexte. En sémantique statique, connaître le sens d'une phrase revient à savoir quand elle est vraie ; en sémantique dynamique, connaître le sens d'une phrase signifie connaître « le changement qu'elle provoque dans l'état informationnel de quiconque accepte l'information qu'elle véhicule ». Dans la sémantique dynamique, les phrases sont mappées à des fonctions appelées potentiels de changement de contexte, qui prennent un contexte d'entrée et renvoient un contexte de sortie. La sémantique dynamique a été initialement développée par Irene Heim et Hans Kamp en 1981 pour modéliser l'anaphore, mais a depuis été largement appliquée à des phénomènes tels que la présupposition, les pluriels, les questions, les relations de discours et la modalité.
Ensemble dynamique/Ensemble dynamique :
L'ensemble dynamique peut faire référence à : Un ensemble (type de données abstrait) qui prend en charge l'insertion et/ou la suppression d'éléments Dynaset - Une structure de données fréquemment utilisée dans l'accès aux bases de données relationnelles
Rhéomètre à cisaillement dynamique/Rhéomètre à cisaillement dynamique :
Un rhéomètre à cisaillement dynamique, communément appelé DSR, est utilisé pour la recherche et le développement ainsi que pour le contrôle qualité dans la fabrication d'une large gamme de matériaux. Les rhéomètres à cisaillement dynamique sont utilisés depuis 1993 lorsque Superpave a été utilisé pour caractériser et comprendre les propriétés rhéologiques à haute température des liants d'asphalte à la fois à l'état fondu et solide et est fondamental pour formuler la chimie et prédire les performances d'utilisation finale de ces matériaux. Ceci est fait en dérivant le module complexe (G*) du module de stockage (réponse élastique, G') et du module de perte (comportement visqueux, G") donnant G* en fonction de la contrainte sur la déformation. Il est utilisé pour caractériser la comportement viscoélastique des liants bitumineux à des températures intermédiaires de 10° à 150 °C (50° à 302 °F).
Similitude dynamique_(Reynolds_and_Womersley_numbers)/Similitude dynamique (nombres de Reynolds et Womersley) :
En mécanique des fluides , la similitude dynamique est le phénomène selon lequel lorsqu'il existe deux vaisseaux géométriquement similaires (même forme, tailles différentes) avec les mêmes conditions aux limites (par exemple, sans glissement, vitesse médiane) et les mêmes nombres de Reynolds et de Womersley, alors les débits de fluide seront identiques. Cela peut être vu à partir de l'inspection de l'équation sous-jacente de Navier-Stokes, avec des corps géométriquement similaires, des nombres de Reynolds et de Womersley égaux aux fonctions de vitesse (u',v',w') et de pression (P') pour toute variation de débit.
Simulation dynamique/Simulation dynamique :
La simulation dynamique (ou simulation de système dynamique) est l'utilisation d'un programme informatique pour modéliser le comportement variable dans le temps d'un système dynamique. Les systèmes sont généralement décrits par des équations différentielles ordinaires ou des équations aux dérivées partielles. Une simulation résout le système d'équation d'état pour trouver le comportement des variables d'état sur une période de temps spécifiée. L'équation est résolue par des méthodes d'intégration numérique pour produire le comportement transitoire des variables d'état. La simulation de systèmes dynamiques prédit les valeurs des variables d'état du système modèle, car elles sont déterminées par les valeurs d'état passées. Cette relation est trouvée en créant un modèle du système.
Réseaux monofréquence dynamiques/Réseaux monofréquence dynamiques :
Les réseaux dynamiques à fréquence unique (DSFN) sont une technique de macrodiversité d'émetteur pour les réseaux cellulaires basés sur OFDM. DSFN est basé sur l'idée de réseaux à fréquence unique (SFN), qui est un groupe d'émetteurs radio qui envoient le même signal simultanément sur la même fréquence. Le terme provient du monde de la radiodiffusion, où un réseau de diffusion est un groupe d'émetteurs qui envoient le même programme de télévision ou de radio. Les systèmes de communication numérique sans fil basés sur le schéma de modulation OFDM sont bien adaptés au fonctionnement SFN, car l'OFDM en combinaison avec un schéma de correction d'erreur directe peut éliminer les interférences intersymboles et les évanouissements causés par la propagation par trajets multiples sans utiliser d'égalisation complexe. Le concept de DSFN implique que le groupement SFN est modifié dynamiquement dans le temps, d'un intervalle de temps à l'autre. L'objectif est d'obtenir une utilisation efficace du spectre pour les services de communication monodiffusion ou multidiffusion en liaison descendante dans des systèmes cellulaires contrôlés de manière centralisée sur la base, par exemple, du schéma de modulation OFDM. Un algorithme de planification centralisé attribue chaque paquet de données à un certain intervalle de temps, canal de fréquence et groupe d'émetteurs de station de base. Le DSFN peut être considéré comme une combinaison d'ordonnancement de paquets, de macro-diversité et d'allocation dynamique des canaux (DCA). L'algorithme de planification peut être encore étendu pour attribuer dynamiquement d'autres paramètres de gestion de ressources radio à chaque tranche de temps et émetteur, tels qu'un schéma de modulation et un schéma de correction d'erreurs, en vue d'optimiser l'efficacité. Le DSFN permet d'augmenter la force du signal reçu vers un terminal mobile entre plusieurs émetteurs de station de base par rapport aux schémas de communication sans macrodiversité. Ainsi, DSFN peut améliorer la zone de couverture et réduire la probabilité de panne. Alternativement, DSFN peut permettre la même probabilité de panne avec un schéma de modulation et de codage d'erreur moins robuste mais plus efficace, et ainsi améliorer l'efficacité spectrale dans l'émetteur bit/s/Hz/station de base par rapport à un schéma de communication sans macrodiversité. Le DSFN ressemble au transfert progressif CDMA en liaison descendante. Une différence est que dans le cas CDMA, les interférences dans le même canal provenant des transmissions vers d'autres utilisateurs sont plus efficacement évitées en donnant aux autres utilisateurs d'autres codes d'étalement. Une forme spéciale de DSFN est la transmission continue DSFN, où tous les émetteurs de la station de base transmettent toujours à pleine puissance, sans blocage des émetteurs non utilisés et sans contrôle de puissance. Ce concept est très similaire aux réseaux cellulaires virtuels (VCN), où une cellule virtuelle est un groupe de stations de base émettant en utilisant le même code d'étalement, ou un groupe d'émetteurs OFDM forment un réseau à fréquence unique. Les schémas DSFN peuvent être décrits comme une forme de contrôle de puissance "virtuel".
Dynamic site_acceleration/Accélération de site dynamique :
Dynamic Site Acceleration (DSA) est un groupe de technologies qui rendent la livraison de sites Web dynamiques plus efficace. Les fabricants de contrôleurs de livraison d'applications et de réseaux de diffusion de contenu (CDN) utilisent une foule de techniques pour accélérer les sites dynamiques, notamment : Gestion améliorée des connexions, en multiplexant les connexions client et HTTP keep-alive Prélecture des réponses Web non cachables Contrôle dynamique du cache À la volée Compression Mise en cache pleine page Déchargement Terminaison SSL Attribution TTL basée sur la réponse (flexion) Optimisation TCP Optimisation de la route
Soaring dynamique / Soaring dynamique :
Le soaring dynamique est une technique de vol utilisée pour gagner de l'énergie en traversant à plusieurs reprises la frontière entre des masses d'air de différentes vitesses. De telles zones de gradient de vent se trouvent généralement près des obstacles et près de la surface, la technique est donc principalement utile aux oiseaux et aux opérateurs de planeurs radiocommandés, mais les pilotes de planeurs sont parfois capables de planer dynamiquement dans des cisaillements de vent météorologiques à des altitudes plus élevées. . Le soaring dynamique est parfois confondu avec le soaring de pente qui est une technique pour atteindre l'élévation.
Mise à jour dynamique du logiciel/Mise à jour dynamique du logiciel :
En informatique, la mise à jour dynamique des logiciels (DSU) est un domaine de recherche relatif à la mise à niveau des programmes en cours d'exécution. Le DSU n'est actuellement pas largement utilisé dans l'industrie. Cependant, les chercheurs ont développé une grande variété de systèmes et de techniques pour mettre en œuvre le DSU. Ces systèmes sont généralement testés sur des programmes réels. Les systèmes d'exploitation et les langages de programmation actuels ne sont généralement pas conçus avec DSU à l'esprit. En tant que telles, les implémentations DSU utilisent généralement des outils existants ou implémentent des compilateurs spécialisés. Ces compilateurs préservent la sémantique du programme d'origine, mais instrumentent soit le code source, soit le code objet pour produire un programme pouvant être mis à jour dynamiquement. Les chercheurs comparent les variantes de programmes compatibles DSU au programme d'origine pour évaluer les frais généraux de sécurité et de performance.
Speckle dynamique/Speckle dynamique :
En physique, le speckle dynamique est le résultat de l'évolution temporelle d'un motif de speckle où les variations des éléments diffusants responsables de la formation du motif d'interférence dans la situation statique produisent les changements observés dans le motif de speckle, où ses grains changent leur intensité (niveau de gris) ainsi que leur forme dans le temps. Un exemple facile à observer est le lait : placez du lait dans une cuillère à café et observez la surface à la lumière directe du soleil. Il y aura un motif "dansant" visible de points colorés. Là où le lait sèche sur la cuillère au bord, la tache est considérée comme statique. Ceci est une preuve directe du mouvement thermique des atomes, qui provoque le mouvement brownien des particules colloïdales dans le lait, qui à son tour se traduit par le chatoiement dynamique visible à l'œil nu.
Dynamic spectrum_management/Gestion dynamique du spectre :
La gestion dynamique du spectre (DSM), également appelée accès dynamique au spectre (DSA), est un ensemble de techniques basées sur des concepts théoriques de la théorie de l'information sur les réseaux et de la théorie des jeux qui fait l'objet de recherches et de développements pour améliorer les performances d'un réseau de communication en tant que ensemble. Le concept de DSM puise également des principes dans les domaines de l'optimisation inter-couches, de l'intelligence artificielle, de l'apprentissage automatique, etc. Il a été récemment rendu possible par la disponibilité de la radio logicielle en raison du développement de processeurs suffisamment rapides à la fois sur les serveurs et sur les terminaux. Ce sont des techniques d'optimisation coopérative. Cela peut également être comparé ou lié à l'optimisation d'un lien dans le réseau en raison de la perte de performances sur de nombreux liens affectés négativement par cette seule optimisation. Il est le plus souvent appliqué pour optimiser les performances de la ligne d'abonné numérique (DSL) d'un réseau. Une autre application potentielle du DSM concerne la radio cognitive. Les principes importants et communs du DSM incluent : Adaptation de la liaison Gestion de la bande passante MIMO multi-utilisateurs Pré-annulation des interférences estimées Combinaison des canaux inutilisés (non pré-alloués) pour un seul utilisateur ou liaison
Dynamic stall_on_helicopter_rotors/Dynamic stall on helicopter_rotors :
Le décrochage dynamique est l'un des phénomènes dangereux sur les rotors d'hélicoptère, ce qui peut provoquer l'apparition de fortes charges d'air de torsion et de vibrations sur les pales du rotor. Contrairement aux aéronefs à voilure fixe, dont le décrochage se produit à une vitesse de vol relativement faible, le décrochage dynamique sur un rotor d'hélicoptère émerge à des vitesses élevées ou/et lors de manœuvres avec des facteurs de charge élevés d'hélicoptères, lorsque l'angle d'attaque (AOA) de la pale varie fortement en raison du battement des pales en fonction du temps, du pas cyclique et de l'afflux de sillage. Par exemple, lors d'un vol vers l'avant à la vitesse proche de VNE, vitesse à ne jamais dépasser, les pales qui avancent et reculent atteignent presque leurs limites de fonctionnement alors que les écoulements sont toujours attachés aux surfaces des pales. Autrement dit, les pales qui avancent fonctionnent à des nombres de Mach élevés, de sorte que de faibles valeurs d'AOA sont nécessaires, mais une séparation du flux induite par les chocs peut se produire, tandis que la pale qui recule fonctionne à des nombres de Mach beaucoup plus faibles, mais les valeurs élevées d'AoA entraînent le décrochage (voir également la compressibilité de la pale qui avance et le décrochage de la pale qui recule).
État stable dynamique/État stable dynamique :
Un système géomorphologique dit en régime permanent dynamique a des valeurs qui oscillent entre des maxima et des minima autour d'une valeur moyenne centrale. Le flux de sédiments d'un bassin de drainage non perturbé change à court terme au fur et à mesure que les pluies torrentielles vont et viennent, que les pentes individuelles se rompent lors de mouvements de masse et que les berges s'effondrent. À long terme, le flux de sédiments d'un bassin versant oscille autour d'une valeur moyenne, produisant un état dynamique stable, à moins qu'il n'y ait des changements significatifs dans les conditions aux limites telles que le climat, la couverture végétale ou le taux de soulèvement.
Dynamic Steering_response/Réponse dynamique de la direction :
La réponse dynamique de la direction (DSR) est un système de direction assistée avancé et de sécurité du véhicule qui peut contrecarrer une direction instable ou difficile qui peut être causée par des forces externes telles que des vents de travers forts ou des routes inégales en fournissant une assistance de direction appropriée à partir de l'appareil à gouverner. Le DSR aide le conducteur en déterminant le rapport de direction correct dans le système de direction assistée d'un véhicule afin de fournir des corrections de direction pour stabiliser les véhicules et augmenter la sécurité. Le système détermine le rapport de direction (la quantité de braquage du volant par rapport à la quantité de braquage des roues du véhicule) en fonction de facteurs tels que les conditions routières actuelles et la vitesse du véhicule. Ce système fonctionne en ayant un moteur électrique attaché à l'appareil à gouverner d'un véhicule réduisant ou augmentant le couple nécessaire pour diriger en fonction de la situation. Ainsi, moins d'intervention physique de la part du conducteur est nécessaire pour créer une expérience de conduite plus confortable dans l'ensemble. Le DSR a été mis en œuvre pour la première fois dans la León Cupra R 2002 de SEAT. Mais selon Acumen Research and Consulting, au 04 février 2020, parmi les entreprises qui ont fabriqué systèmes DSR, "les principaux concurrents sont BMW, Ford Motor, Volvo, ZF-TRW, AUDI, Robert Bosch GmbH, Denso Corporation, Danfoss et Knorr-Bremse". Mais la mise en œuvre de DSR ne se limite pas aux voitures commerciales, car les bus et les véhicules industriels ont également profité de la technologie.
Stéréochimie dynamique/Stéréochimie dynamique :
En chimie, la stéréochimie dynamique étudie l'effet de la stéréochimie sur la vitesse de réaction d'une réaction chimique. La stéréochimie intervient dans : les réactions stéréospécifiques les réactions stéréosélectives ou asymétriques les processus de racémisation
Équilibre_général_stochastique dynamique/Équilibre général stochastique dynamique :
La modélisation d'équilibre général stochastique dynamique (en abrégé DSGE, ou DGE, ou parfois SDGE) est une méthode macroéconomique qui est souvent employée par les autorités monétaires et budgétaires pour l'analyse des politiques, expliquant les données historiques des séries chronologiques, ainsi qu'à des fins de prévision future. La modélisation économétrique DSGE applique la théorie de l'équilibre général et les principes microéconomiques de manière flexible pour postuler des phénomènes économiques, tels que la croissance économique et les cycles économiques, ainsi que des effets politiques et des chocs de marché.
Dynamic Stock_Modelling / Modélisation des actions dynamiques:
La modélisation dynamique des stocks (DSM) est un nouveau développement dans la comptabilité des flux de matières et considère explicitement le rôle des stocks en cours d'utilisation dans l'utilisation passée, présente et future des matières.
Déformation dynamique_vieillissement/Déformation dynamique :
Le vieillissement dynamique sous contrainte (DSA) pour la science des matériaux est une instabilité dans l'écoulement plastique des matériaux, associée à l'interaction entre les dislocations en mouvement et les solutés diffusants. Bien que parfois le vieillissement de déformation dynamique soit utilisé de manière interchangeable avec l'effet Portevin – Le Chatelier (ou rendement dentelé), le vieillissement de déformation dynamique fait spécifiquement référence au mécanisme microscopique qui induit l'effet Portevin – Le Chatelier. Ce mécanisme de renforcement est lié au renforcement en solution solide et a été observé dans une variété d'alliages substitutionnels et interstitiels fcc et bcc, de métalloïdes comme le silicium et d'intermétalliques ordonnés dans des plages spécifiques de température et de vitesse de déformation.
Facteur de structure dynamique/Facteur de structure dynamique :
En physique de la matière condensée, le facteur de structure dynamique (ou facteur de structure dynamique) est une fonction mathématique qui contient des informations sur les corrélations inter-particules et leur évolution dans le temps. Il s'agit d'une généralisation du facteur de structure qui considère les corrélations à la fois dans l'espace et dans le temps. Expérimentalement, on peut y accéder le plus directement par diffusion inélastique des neutrons ou diffusion Raman des rayons X. Le facteur de structure dynamique est le plus souvent noté S ( k → , ω ) {\displaystyle S({\vec {k}},\omega )} , où k → {\displaystyle {\vec {k}}} (parfois q → {\displaystyle {\vec {q}}} ) est un vecteur d'onde (ou nombre d'onde pour les matériaux isotropes), et ω {\displaystyle \omega } une fréquence (parfois exprimée en énergie, ℏ ω {\displaystyle \hbar \ oméga } ). Il est défini comme suit : S ( k → , ω ) ≡ 1 2 π ∫ - ∞ ∞ F ( k → , t ) exp ⁡ ( je ω t ) ré t {\ displaystyle S ({\ vec {k}}, \ omega )\equiv {\frac {1}{2\pi }}\int _{-\infty }^{\infty }F({\vec {k}},t)\exp(i\omega t)\, dt} Ici, est appelée la fonction de diffusion intermédiaire et peut être mesurée par spectroscopie d'écho de spin neutronique. La fonction de diffusion intermédiaire est la transformée de Fourier spatiale de la fonction de van Hove G ( r → , t ) {\ displaystyle G ({\ vec {r}}, t)} : F ( k → , t ) ≡ ∫ G ( r → , t ) exp ⁡ ( - je k → ⋅ r → ) ré r → {\displaystyle F({\vec {k}},t)\equiv \int G({\vec {r}},t)\exp( -i{\vec {k}}\cdot {\vec {r}})\,d{\vec {r}}} Ainsi, nous voyons que le facteur de structure dynamique est la transformée de Fourier spatiale et temporelle du temps de van Hove- fonction de corrélation de paire dépendante. On peut montrer (voir ci-dessous) que la fonction de diffusion intermédiaire est la fonction de corrélation des composantes de Fourier de la densité : F ( k → , t ) = 1 N ⟨ ρ k → ( t ) ρ - k → ( 0 ) ⟩ {\displaystyle F({\vec {k}},t)={\frac {1}{N}}\langle \rho _{\vec {k}}(t)\ rho _{-{\vec {k}}}(0)\rangle } La structure dynamique est exactement ce qui est sondé dans la diffusion inélastique cohérente des neutrons. La section efficace différentielle est : ré 2 σ ré Ω ré ω = une 2 ( E f E je ) 1 / 2 S ( k → , ω ) {\displaystyle {\frac {d^{2}\sigma }{d\ Oméga d\oméga }}=a^{2}\left({\frac {E_{f}}{E_{i}}}\right)^{1/2}S({\vec {k}}, \omega )} où a {\displaystyle a} est la longueur de diffusion.
Sous-structuration dynamique/Sous-structuration dynamique :
La sous-structuration dynamique (DS) est un outil d'ingénierie utilisé pour modéliser et analyser la dynamique des systèmes mécaniques au moyen de ses composants ou sous-structures. En utilisant l'approche de sous-structuration dynamique, on est capable d'analyser le comportement dynamique des sous-structures séparément et de calculer ultérieurement la dynamique assemblée à l'aide de procédures de couplage. La sous-structuration dynamique présente plusieurs avantages par rapport à l'analyse du système entièrement assemblé : Les sous-structures peuvent être modélisées dans le domaine le plus approprié, par exemple les sous-structures obtenues expérimentalement peuvent être combinées avec des modèles numériques. Les systèmes volumineux et/ou complexes peuvent être optimisés au niveau de la sous-structure. La charge de calcul numérique peut être réduite car la résolution de plusieurs sous-structures est moins exigeante en termes de calcul que la résolution d'un seul grand système. Les modèles de sous-structure de différents groupes de développement peuvent être partagés et combinés sans exposer les détails de la modélisation. La sous-structuration dynamique est particulièrement adaptée à la simulation des vibrations mécaniques, ce qui a des implications sur de nombreux aspects du produit tels que le son/l'acoustique, la fatigue/la durabilité, le confort et la sécurité. De plus, la sous-structuration dynamique est applicable à n'importe quelle échelle de taille et de fréquence. C'est donc un paradigme largement utilisé dans les applications industrielles allant de l'ingénierie automobile et aérospatiale à la conception d'éoliennes et de machines de précision de haute technologie.
Dynamic synchronous_transfer_mode/Mode de transfert synchrone dynamique :
Le mode de transfert synchrone dynamique (DTM) est une technologie de réseau optique normalisée par l'Institut européen des normes de télécommunications (ETSI) en 2001 à partir de la spécification ETSI ES 201 803-1. Le DTM est un multiplexage temporel et une technologie de réseau à commutation de circuits qui combine commutation et transport. Il est conçu pour fournir une qualité de service (QoS) garantie pour les services de streaming vidéo, mais peut également être utilisé pour les services basés sur les paquets. Il est commercialisé pour les réseaux de médias professionnels, les réseaux de télévision mobile, les réseaux de télévision numérique terrestre (TNT), dans les réseaux de diffusion de contenu et dans les réseaux orientés grand public, tels que les réseaux "triple play".
Syntaxe dynamique/Syntaxe dynamique :
La syntaxe dynamique (DS) est un formalisme grammatical et une théorie linguistique dont l'objectif général est d'expliquer les processus en temps réel de compréhension et de production du langage, et de décrire les structures linguistiques comme se produisant étape par étape dans le temps. Dans l'approche DS, la connaissance syntaxique est comprise comme la capacité d'analyser progressivement la structure et le contenu de la langue parlée et écrite en contexte et en temps réel. Bien qu'il postule des représentations similaires à celles utilisées dans les grammaires catégorielles combinatoires (CCG), il construit ces représentations de gauche à droite mot par mot. Ainsi, il diffère des autres modèles syntaxiques qui font généralement abstraction des caractéristiques de la conversation quotidienne telles que l'interruption, le retour en arrière et l'autocorrection. De plus, elle diffère des autres approches en ce qu'elle ne postule pas un niveau de structure syntaxique indépendant des mots. La DS est apparue à la fin des années 1990 et au début des années 2000 grâce au travail de personnalités telles que Ruth Kempson, Ronnie Cann, Wilfried Meyer-Viol et Dov Gabbay. Le premier ouvrage de longueur monographique dans le cadre a été publié en 2001 sous le titre Dynamic Syntax: the flow of Understanding. Il s'inscrivait dans des tendances plus larges de la pensée linguistique du XXe siècle, en particulier dans la syntaxe, la sémantique, la pragmatique et la phonologie. The Dynamics of Language (2005) de Ronnie Cann, Ruth Kempson et Lutz Marten a suivi le titre de 2001 et a élargi la discussion et la couverture empirique du cadre. Les années suivantes ont vu une extension de la couverture empirique du cadre aux structures de modélisation en japonais, coréen, dialectes du grec moderne, espagnol médiéval et une variété de langues bantoues, dont le swahili, le rangi et le siswati. Des travaux plus récents ont également exploré la manière dont le cadre peut naturellement être étendu pour modéliser le dialogue.
Dynamic systems_development_method/Méthode de développement des systèmes dynamiques :
La méthode de développement de systèmes dynamiques (DSDM) est un cadre de livraison de projet agile, initialement utilisé comme méthode de développement de logiciels. Lancé pour la première fois en 1994, DSDM cherchait à l'origine à fournir une certaine discipline à la méthode de développement rapide d'applications (RAD). Dans les versions ultérieures, le DSDM Agile Project Framework a été révisé et est devenu une approche générique de la gestion de projet et de la livraison de solutions plutôt que de se concentrer spécifiquement sur le développement de logiciels et la création de code et pourrait être utilisé pour des projets non informatiques. Le cadre de projet DSDM Agile couvre un large éventail d'activités tout au long du cycle de vie du projet et comprend des fondations et une gouvernance solides, qui le distinguent de certaines autres méthodes Agiles. Le cadre de projet DSDM Agile est une approche itérative et incrémentielle qui embrasse les principes du développement Agile, y compris l'implication continue des utilisateurs/clients. DSDM fixe le coût, la qualité et le temps dès le départ et utilise la hiérarchisation MoSCoW de la portée en musts, should, coulds and will not haves pour ajuster le livrable du projet pour répondre à la contrainte de temps indiquée. DSDM est l'une des nombreuses méthodes agiles de développement de logiciels et de solutions non informatiques, et fait partie de l'Agile Alliance. En 2014, DSDM a publié la dernière version de la méthode dans le «DSDM Agile Project Framework». Dans le même temps, le nouveau manuel DSDM a reconnu la nécessité de fonctionner parallèlement à d'autres cadres de prestation de services (en particulier ITIL) PRINCE2, Gestion de programmes réussis et PMI. La version précédente (DSDM 4.2) ne contenait que des conseils sur l'utilisation de DSDM avec une programmation extrême.
Terrain dynamique/Terrain dynamique :
Un terrain dynamique est la représentation du terrain (par exemple, montagnes, collines, vallées) avec la possibilité de modification pendant une simulation (par exemple, un soldat constructif (c'est-à-dire une entité de l'espace de combat) creusant une tranchée).
Tests dynamiques/Tests dynamiques :
Le test dynamique (ou analyse dynamique) est un terme utilisé en génie logiciel pour décrire le test du comportement dynamique du code. Autrement dit, l'analyse dynamique fait référence à l'examen de la réponse physique du système à des variables qui ne sont pas constantes et qui changent avec le temps. Dans les tests dynamiques, le logiciel doit en fait être compilé et exécuté. Cela implique de travailler avec le logiciel, de donner des valeurs d'entrée et de vérifier si la sortie est comme prévu en exécutant des cas de test spécifiques qui peuvent être effectués manuellement ou à l'aide d'un processus automatisé. Cela contraste avec les tests statiques. Les tests unitaires, les tests d'intégration, les tests système et les tests d'acceptation utilisent des tests dynamiques. Les tests d'utilisabilité impliquant une version fictive réalisée en papier ou en carton peuvent être qualifiés de tests statiques en tenant compte du fait qu'aucun programme n'a été exécuté ; ou, en tant que dynamiques lorsque l'on considère l'interaction entre les utilisateurs et une telle version fictive est effectivement la forme la plus élémentaire d'un prototype.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

East Thompson, Connecticut

Slave oriental/slave oriental : Le slave oriental peut désigner : les langues slaves orientales, l'une des trois branches des langu...