Rechercher dans ce blog

samedi 24 septembre 2022

Dəymədağlı


D%C5%82usko, Wa%C5%82cz_County/Dłusko, Wałcz County :
Dłusko [ˈdwuskɔ] (anciennement allemand : Gramswalde) est un village du district administratif de Gmina Człopa, dans le comté de Wałcz, dans la voïvodie de Poméranie occidentale, dans le nord-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 6 kilomètres (4 mi) à l'ouest de Człopa, 36 km (22 mi) au sud-ouest de Wałcz et 106 km (66 mi) à l'est de la capitale régionale Szczecin. Avant 1772, la région faisait partie du Royaume de Pologne, 1772-1945 Prusse et Allemagne. Pour en savoir plus sur son histoire, voir Comté de Wałcz. Le village compte 92 habitants.

D%C5%82usko Gryfi%C5%84skie/Dłusko Gryfińskie :
Dłusko Gryfińskie [ˈdwuskɔ ɡrɨˈfiɲskʲɛ] (allemand Linde) est un village du district administratif de Gmina Banie, dans le comté de Gryfino, dans la voïvodie de Poméranie occidentale, dans le nord-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 10 kilomètres (6 mi) au sud de Banie, 29 km (18 mi) au sud-est de Gryfino et 45 km (28 mi) au sud de la capitale régionale Szczecin. Pour l'histoire de la région, voir Histoire de la Poméranie.
D%C5%82utkowo/Dłutkowo :
Dłutkowo [dwutˈkɔvɔ] est un village du district administratif de Gmina Płoniawy-Bramura, dans le comté de Maków, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 8 kilomètres (5 mi) au nord de Maków Mazowiecki et à 80 km (50 mi) au nord de Varsovie.
D%C5%82utowo/Dłutowo :
Dłutowo [dwuˈtɔvɔ] est un village du district administratif de Gmina Naruszewo, dans le comté de Płońsk, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 6 kilomètres (4 mi) au sud-est de Naruszewo, 16 km (10 mi) au sud de Płońsk et 50 km (31 mi) au nord-ouest de Varsovie.
D%C5%82ut%C3%B3w/Dłutów :
Dłutów [ˈdwutuf] est un village du comté de Pabianice, dans la voïvodie de Łódź, dans le centre de la Pologne. C'est le siège de la gmina (district administratif) appelée Gmina Dłutów. Il se trouve à environ 11 kilomètres (7 mi) au sud de Pabianice et à 26 km (16 mi) au sud de la capitale régionale Łódź. Le village compte 1 000 habitants.
D%C5%82ut%C3%B3wek/Dłutówek :
Dłutówek [dwuˈtuvɛk] est un village du district administratif de Gmina Dłutów, dans le comté de Pabianice, dans la voïvodie de Łódź, dans le centre de la Pologne. Il se trouve à environ 3 kilomètres (2 mi) à l'ouest de Dłutów, 12 km (7 mi) au sud de Pabianice et 28 km (17 mi) au sud de la capitale régionale Łódź.
D%C5%82ut%C3%B3wka/Dłutówka :
Dłutówka [dwuˈtufka] est un village du district administratif de Gmina Baranowo, dans le comté d'Ostrołęka, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 5 kilomètres (3 mi) au sud de Baranowo, 21 km (13 mi) à l'ouest d'Ostrołęka et 104 km (65 mi) au nord de Varsovie.
D%C5%82u%C5%BCec/Dłużec :
Dłużec peut faire référence aux endroits suivants en Pologne : Dłużec, Voïvodie de Basse-Silésie (sud-ouest de la Pologne) Dłużec, Voïvodie de Petite-Pologne (sud de la Pologne) Dłużec, comté de Mrągowo dans la voïvodie de Varmie-Mazurie (nord de la Pologne) Dłużec, comté de Węgorzewo à Varmie- Voïvodie de Mazurie (nord de la Pologne)
D%C5%82u%C5%BCec, Lesser_Poland_Voivodeship/Dłużec, Lesser Poland Voivodeship :
Dłużec [ˈdwuʐɛt͡s] est un village de la Gmina Wolbrom, dans le comté d'Olkusz, dans la voïvodie de Petite-Pologne, en Pologne. Il se trouve à environ 4 kilomètres (2 mi) à l'ouest de Wolbrom, 17 km (11 mi) au nord-est d'Olkusz et 41 km (25 mi) au nord-ouest de la capitale régionale Cracovie.
D%C5%82u%C5%BCec, Voïvodie_de_Basse_Silésie/Dłużec, Voïvodie de Basse-Silésie :
Dłużec [ˈdwuʐɛt͡s] est un village du district administratif de Gmina Lwówek Śląski, dans le comté de Lwówek Śląski, dans la voïvodie de Basse-Silésie, dans le sud-ouest de la Pologne. Avant 1945, c'était en Allemagne. Il se trouve à environ 10 kilomètres (6 mi) à l'est de Lwówek Śląski et à 94 kilomètres (58 mi) à l'ouest de la capitale régionale Wrocław.
D%C5%82u%C5%BCec, Mr%C4%85gowo_County/Dłużec, Mrągowo County :
Dłużec [ˈdwuʐɛt͡s] (en allemand : Langendorf) est un village du district administratif de Gmina Piecki, dans le comté de Mrągowo, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. Il se trouve à environ 7 kilomètres (4 mi) à l'ouest de Piecki, 12 km (7 mi) au sud de Mrągowo et 50 km (31 mi) à l'est de la capitale régionale Olsztyn.
D%C5%82u%C5%BCec, W%C4%99gorzewo_County/Dłużec, Węgorzewo County :
Dłużec [ˈdwuʐɛt͡s] ( allemand : Langbrück ) est un village du district administratif de Gmina Węgorzewo , dans le comté de Węgorzewo , dans la voïvodie de Varmie-Mazurie , dans le nord de la Pologne , près de la frontière avec l' oblast de Kaliningrad en Russie . Il se trouve à environ 16 kilomètres (10 mi) au sud-ouest de Węgorzewo et à 80 km (50 mi) au nord-est de la capitale régionale Olsztyn. Le village compte 180 habitants.
D%C5%82u%C5%BCec Ma%C5%82y/Dłużec Mały :
Dłużec Mały [ˈdwuʐɛt͡s ˈmawɨ] (en allemand : Klein Langwalde) est un village du district administratif de Gmina Korsze, dans le comté de Kętrzyn, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. Le village compte 107 habitants.
D%C5%82u%C5%BCec Wielki/Dłużec Wielki :
Dłużec Wielki ( prononciation polonaise : [ˈdwuʐɛts ˈfjɛlkʲi] ; allemand : Groß Langwalde ) est un village du district administratif de Gmina Korsze , dans le comté de Kętrzyn , dans la voïvodie de Varmie-Mazurie , dans le nord de la Pologne . Il se trouve à environ 5 kilomètres (3 mi) au nord-ouest de Korsze, 24 km (15 mi) au nord-ouest de Kętrzyn et 60 km (37 mi) au nord-est de la capitale régionale Olsztyn. Le village compte 48 habitants.
D%C5%82u%C5%BCek, Voïvodie de Lubusz/Dłużek, Voïvodie de Lubusz :
Dłużek [ˈdwuʐɛk] ( allemand : Dolzig ) est un village du district administratif de Gmina Lubsko , dans le comté de Żary , dans la voïvodie de Lubusz , dans l'ouest de la Pologne . Il se trouve à environ 3 kilomètres (2 mi) au sud-ouest de Lubsko, 21 km (13 mi) au nord-ouest de Żary et 44 km (27 mi) au sud-ouest de Zielona Góra. Le village compte 347 habitants.
D%C5%82u%C5%BCek, Voïvodie de Varmie-Mazurie/Dłużek, Voïvodie de Varmie-Mazurie :
Dłużek [ˈdwuʐɛk] (allemand : Hartigswalde) est un village du district administratif de Gmina Jedwabno, dans le comté de Szczytno, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. Il se trouve à environ 4 kilomètres (2 mi) au nord-ouest de Jedwabno, à 21 km (13 mi) à l'ouest de Szczytno et à 29 km (18 mi) au sud-est de la capitale régionale Olsztyn.
D%C5%82u%C5%BCek-Kolonia/Dłużek-Kolonia :
Dłużek-Kolonia [ˈdwuʐɛk kɔˈlɔɲa] est une colonie du district administratif de Gmina Lubsko, dans le comté de Żary, dans la voïvodie de Lubusz, dans l'ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 4 kilomètres (2 mi) au sud-ouest de Lubsko, 20 km (12 mi) au nord-ouest de Żary et 45 km (28 mi) au sud-ouest de Zielona Góra.
D%C5%82u%C5%BCew/Dłużew :
Dłużew [ˈdwuʐɛf] est un village du district administratif de Gmina Siennica, dans le comté de Mińsk, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 15 kilomètres (9 mi) au sud de Mińsk Mazowiecki et à 45 km (28 mi) au sud-est de Varsovie. Le village compte 78 habitants.
D%C5%82u%C5%BCewo/Dłużewo :
Dłużewo [dwuˈʐɛvɔ] (allemand : Karlshorst) est un village du district administratif de Gmina Trzcianka, dans le comté de Czarnków-Trzcianka, dans la voïvodie de Grande-Pologne, dans le centre-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 5 kilomètres (3 mi) au nord de Trzcianka, 22 km (14 mi) au nord de Czarnków et 82 km (51 mi) au nord de la capitale régionale Poznań.
D%C5%82u%C5%BCka/Dłużka :
Dłużka [ˈdwuʂka] est un village du district administratif de Gmina Mińsk Mazowiecki, dans le comté de Mińsk, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 4 kilomètres (2 mi) au nord de Mińsk Mazowiecki et à 40 km (25 mi) à l'est de Varsovie.
D%C5%82u%C5%BCki/Dłużki :
Dłużki [ˈdwuʂki] ( allemand : Dlusken , 1938-1945 : Seebude ) est un village du district administratif de Gmina Gietrzwałd , dans le comté d' Olsztyn , dans la voïvodie de Varmie-Mazurie , dans le nord de la Pologne . Il se trouve à environ 6 kilomètres (4 mi) à l'ouest de Gietrzwałd et 24 km (15 mi) à l'ouest de la capitale régionale Olsztyn.
D%C5%82u%C5%BCniewice/Dłużniewice :
Dłużniewice [dwuʐɲɛˈvit͡sɛ] est un village du district administratif de Gmina Żarnów, dans le comté d'Opoczno, dans la voïvodie de Łódź, dans le centre de la Pologne. Il se trouve à environ 4 kilomètres (2 mi) à l'ouest de Żarnów, 19 km (12 mi) au sud-ouest d'Opoczno et 75 km (47 mi) au sud-est de la capitale régionale Łódź.
D%C5%82u%C5%BCniewo, Voïvodie_de Mazovie/Dłużniewo, Voïvodie de Mazovie :
Dłużniewo [dwuʐˈɲevɔ] est un village du district administratif de Gmina Baboszewo, dans le comté de Płońsk, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 6 kilomètres (4 mi) au nord-est de Baboszewo, 10 km (6 mi) au nord de Płońsk et 72 km (45 mi) au nord-ouest de Varsovie.
D%C5%82u%C5%BCniewo, Voïvodie_de Podlachie/Dłużniewo, Voïvodie de Podlachie :
Dłużniewo [dwuʐˈɲevɔ] est un village du district administratif de Gmina Łomża, dans le comté de Łomża, dans la voïvodie de Podlachie, dans le nord-est de la Pologne. Il se trouve à environ 7 kilomètres (4 mi) au sud-ouest de Łomża et 78 km (48 mi) à l'ouest de la capitale régionale Białystok.
D%C5%82u%C5%BCniewo Du%C5%BCe/Dłużniewo Duże :
Dłużniewo Duże [dwuʐˈɲɛvɔ ˈduʐɛ] est un village du district administratif de Gmina Staroźreby, dans le comté de Płock, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 8 kilomètres (5 mi) au nord-est de Staroźreby, 29 km (18 mi) au nord-est de Płock et 80 km (50 mi) au nord-ouest de Varsovie.
D%C5%82u%C5%BCni%C3%B3w/Dłużniów :
Dłużniów ([ˈdwuʐɲuf] ; ukrainien : Довжнів) est un village du district administratif de Gmina Dołhobyczów, dans le comté de Hrubieszów, dans la voïvodie de Lublin, dans l'est de la Pologne, près de la frontière avec l'Ukraine. Il se trouve à environ 14 kilomètres (9 mi) au sud de Dołhobyczów, 40 km (25 mi) au sud de Hrubieszów et 134 km (83 mi) au sud-est de la capitale régionale Lublin. Le village compte 40 habitants.
D%C5%82u%C5%BCyce/Dłużyce :
Dłużyce [dwuˈʐɨt͡sɛ] (allemand : Großendorf) est un village du district administratif de Gmina Ścinawa, dans le comté de Lubin, dans la voïvodie de Basse-Silésie, dans le sud-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 3 kilomètres (2 mi) au sud-est de Ścinawa, 17 kilomètres (11 mi) à l'est de Lubin et 51 kilomètres (32 mi) au nord-ouest de la capitale régionale Wrocław . Le village compte 110 habitants.
D%C5%82u%C5%BCyna/Dłużyna :
Dłużyna peut désigner les lieux suivants : Dłużyna, Voïvodie de Grande-Pologne (centre-ouest de la Pologne) Dłużyna, Voïvodie de Varmie-Mazurie (nord de la Pologne) Dłużyna, Voïvodie de Poméranie occidentale (nord-ouest de la Pologne)
D%C5%82u%C5%BCyna, Voïvodie de Grande-Pologne/Dłużyna, Voïvodie de Grande-Pologne :
Dłużyna [dwuˈʐɨna] est un village du district administratif de Gmina Włoszakowice, dans le comté de Leszno, dans la voïvodie de Grande-Pologne, dans le centre-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 5 kilomètres (3 mi) au nord de Włoszakowice, 19 km (12 mi) au nord-ouest de Leszno et 61 km (38 mi) au sud-ouest de la capitale régionale Poznań. Le village compte 465 habitants.
D%C5%82u%C5%BCyna, Voïvodie de Varmie-Mazurie/Dłużyna, Voïvodie de Varmie-Mazurie :
Dłużyna [dwuˈʐɨna] (allemand : Langenreihe) est un village du district administratif de Gmina Elbląg, dans le comté d'Elbląg, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. Il se trouve à environ 9 kilomètres (6 mi) au sud-est d'Elbląg et à 72 km (45 mi) au nord-ouest de la capitale régionale Olsztyn. Le village compte 210 habitants.
D%C5%82u%C5%BCyna, West_Pomeranian_Voivodeship/Dłużyna, West Pomeranian Voivodeship :
Dłużyna [dwuˈʐɨna] (allemand Marienaue) est un village du district administratif de Gmina Banie, dans le comté de Gryfino, dans la voïvodie de Poméranie occidentale, dans le nord-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 3 kilomètres (2 mi) à l'est de Banie, 23 km (14 mi) au sud-est de Gryfino et 37 km (23 mi) au sud de la capitale régionale Szczecin. Pour l'histoire de la région, voir Histoire de la Poméranie.
D%C5%82u%C5%BCyna Dolna/Dłużyna Dolna :
Dłużyna Dolna [dwuˈʐɨna ˈdɔlna] est un village du district administratif de Gmina Pieńsk, dans le comté de Zgorzelec, dans la voïvodie de Basse-Silésie, dans le sud-ouest de la Pologne, près de la frontière allemande. Il se trouve à environ 6 kilomètres (4 mi) à l'est de Pieńsk, 12 kilomètres (7 mi) au nord-est de Zgorzelec et 135 kilomètres (84 mi) à l'ouest de la capitale régionale Wrocław. Le village compte 900 habitants.
D%C5%82u%C5%BCyna G%C3%B3rna/Dłużyna Górna :
Dłużyna Górna [dwuˈʐɨna ˈɡurna] (en allemand : Ober Langenau) est un village du district administratif de Gmina Pieńsk, dans le comté de Zgorzelec, dans la voïvodie de Basse-Silésie, dans le sud-ouest de la Pologne, près de la frontière allemande. Avant 1945, c'était en Allemagne. Il se trouve à environ 8 kilomètres (5 mi) à l'est de Pieńsk, 14 kilomètres (9 mi) au nord-est de Zgorzelec et 133 kilomètres (83 mi) à l'ouest de la capitale régionale Wrocław. Le village compte environ 400 habitants.
D%C5%8D/Dō :
Dō peut faire référence à : Dō (architecture) Dō (armure) Dō (arts martiaux) Dō (philosophie)
D%C5%8D-maru/Dō-maru :
Dō-maru (胴丸), ou "enveloppement corporel", était un type d'armure de poitrine (dou ou dō) portée par la classe des samouraïs du Japon féodal. Dō-maru a commencé à apparaître au 11ème siècle comme armure pour les petits samouraïs et serviteurs. Comme le style ō-yoroi, il est devenu plus courant pendant la guerre de Genpei à la fin du XIIe siècle.
Autoroute D%C5%8D-%C5%8C/autoroute Dō-Ō :
L'autoroute Dō-Ō (道央自動車道, Dōō Jidōsha-dō) est une autoroute nationale à Hokkaido, au Japon. Il appartient et est exploité par East Nippon Expressway Company.
D%C5%8D (architecture)/Dō (architecture) :
Dō (堂, temple, sanctuaire, hall, salle de réception; aussi boutique, magasin). Il est très souvent utilisé dans le bouddhisme japonais comme suffixe au nom de certains des nombreux bâtiments qui peuvent faire partie d'un temple japonais. (D'autres terminaisons, par exemple -den comme dans butsuden, existent.) Le préfixe peut être le nom d'une divinité qui lui est associée (par exemple Yakushi-dō, un nom habituellement traduit par "Yakushi Hall") ou exprimer la fonction du bâtiment dans le l'enceinte du temple (par exemple, hon-dō, ou hall principal). dō, mandara-dō, miei-dō, mi-dō, sō-dō, Yakushi-dō et zen-dō. À quelques exceptions près, par exemple les mots hondō, hokke-dō et kon-dō, ces termes n'indiquent aucune structure particulière. Le suffixe est parfois utilisé aussi dans un contexte profane, comme par exemple dans le mot shokudō (食堂, lit. food building, signifiant restaurant ou cafétéria). La taille d'un dō est mesurée en ken, où un ken est l'intervalle entre deux piliers d'un bâtiment de style traditionnel. Un kon-dō par exemple est un 9x7 ken. Le mot est généralement traduit en anglais par "bay" et est mieux compris comme une indication de proportions que comme une unité de mesure.
D%C5%8D (armure)/Dō (armure) :
Dō ou dou (cuirasse ou cuirasse) est l'un des principaux composants de l'armure japonaise portée par la classe des samouraïs et les fantassins (ashigaru) du Japon féodal.
D%C5%8D (arts_martiaux)/Dō (arts martiaux) :
Dō est la vocalisation continue du kanji japonais 道, correspondant au chinois mandarin (pinyin) dào, qui signifie "voie", avec des connotations de "philosophie, doctrine" (voir Tao). Dans les arts martiaux asiatiques, le mot a été largement adopté comme terme désignant une "école" ou une "discipline", en particulier dans les lignées "Old School" (koryū-古流) des arts martiaux japonais, comme le Kashima Shin-ryū (鹿島神流), bien que son utilisation dans la grande communauté des arts martiaux soit devenue beaucoup plus répandue comme synonyme de jutsu 術 "technique, méthode".
D%C5%8Dbutsu no_Oisha-san/Dōbutsu no Oisha-san :
Dōbutsu no Oisha-san ( japonais :動物 の お 医 者 さ ん, lit. "Mr. Veterinarian") est une série de mangas shōjo japonaisécrite et illustrée par Noriko Sasaki . Il a été publié de 1988 à 1993 dans le magazine Hana to Yume, propriété de Hakusensha, avec un total de 12 volumes. Il a reçu une adaptation dramatique télévisée, qui a été diffusée sur ANN d'avril à juin 2003 et comportait 11 épisodes.
D%C5%8Dbutsu sh%C5%8Dgi/Dōbutsu shōgi :
Dōbutsu shōgi (ど う ぶ つ し ょ う ぎ, "animal chess") est une petite variante du shogi pour les jeunes enfants. Il a été inventé par la joueuse professionnelle de shogi Madoka Kitao (北尾 ま ど か, Kitao Madoka ) , en partie pour attirer les jeunes filles vers le jeu. Il se joue sur un plateau 3 × 4 et suit généralement les règles du shogi standard, y compris les gouttes, sauf que les pièces ne peuvent se déplacer que d'une case à la fois et que le roi atteint le camp ennemi comme moyen supplémentaire de gagner la partie. Les pièces sont carrées, comme des blocs pour enfants, ont des personnages de dessins animés de l'animal concerné plutôt que des kanji pour les identifier, et ont souvent des points sur les côtés et les coins des directions dans lesquelles les pièces peuvent se déplacer. Le jeu a été commercialisé à l'étranger sous le nom de "Attrapons le lion!"
D%C5%8Dbutsu uranai/Dōbutsu uranai :
Dōbutsu uranai (動物占い en japonais) ou cartomancie zoologique est une tendance récente de la divination japonaise basée sur un horoscope animal. Chaque personne est classée dans un type d'animal en fonction de sa date de naissance et, en fonction de son type d'animal, elle est censée avoir certains traits de personnalité. Il existe quatre catégories d'animaux, chacune représentant une position sur deux axes : égocentrique vs soucieux des autres et concentré vs facilement distrait.
D%C5%8Gare de Dbutsuen-mae/Gare de Dōbutsuen-mae :
La station Dōbutsuen-mae (動物園前駅, Dōbutsuenmae-eki, Shinsekai) est une station de métro du métro d'Osaka à Nishinari-ku, Osaka, Japon. Le nom en anglais signifie "devant le zoo". C'est l'une des stations les plus proches du zoo de Tennōji et de Tsutenkaku. La gare est située à proximité de la gare de Shin-Imamiya exploitée par JR West et Nankai Electric Railway, mais aucune connexion physique n'existe entre ces deux gares.
D%C5%8Gare de Dbutsuen/Gare de Dōbutsuen :
La gare de Dōbutsuen (動物園駅, Dōbutsuen-eki, lit. "Zoo Station") était une station de monorail à Inuyama, préfecture d'Aichi, au Japon. Il a été fermé le 28 décembre 2008, en raison de la fin de l'exploitation du monorail.
D%C5%8Dbutsuk%C5%8Den Station/Dōbutsukōen Station :
La gare de Dōbutsukōen (動物公園駅, Dōbutsukōen-eki) est une station de monorail sur le monorail urbain de Chiba à Wakaba-ku dans la ville de Chiba, préfecture de Chiba, au Japon. Il est situé à 5,2 kilomètres du terminus nord de la ligne à la gare de Chiba.
D%C5%8Dgaku-ji/Dōgaku-ji :
Dōgaku-ji (童学寺) est un temple Zentsū-ji Shingon à Ishii, préfecture de Tokushima, au Japon. La statue en bois assise de la période Heian de Yakushi Nyorai a été désignée bien culturel important. Le temple est le deuxième des 20 Fudasho Bangai.
D%C5%8Dgen/Dōgen :
Dōgen Zenji (道元禅師; 26 janvier 1200 - 22 septembre 1253), également connu sous le nom de Dōgen Kigen (道元希玄), Eihei Dōgen (永平道元), Kōso Jōyō Daishi (高祖承陽大師) ou Busshō Dentō (仏性伝東国師), était un prêtre bouddhiste japonais, écrivain, poète, philosophe et fondateur de l'école Sōtō du Zen au Japon. Initialement ordonné moine à l'école Tendai de Kyoto, il fut finalement mécontent de son enseignement et se rendit en Chine pour rechercher ce qu'il croyait être un bouddhisme plus authentique. Il y resta cinq ans, s'entraînant finalement auprès de Tiantong Rujing, un éminent professeur de la lignée chinoise Caodong. À son retour au Japon, il a commencé à promouvoir la pratique du zazen (méditation assise) à travers des œuvres littéraires telles que Fukan zazengi et Bendōwa. Il finit par rompre complètement les relations avec la puissante école Tendai et, après plusieurs années de frictions probables entre lui et l'establishment, quitta Kyoto pour la campagne montagneuse où il fonda le monastère Eihei-ji, qui reste aujourd'hui le temple principal de l'école Sōtō. . Dōgen est connu pour ses nombreux écrits, dont son œuvre la plus célèbre, le recueil de 95 essais appelé le Shōbōgenzō, mais aussi Eihei Kōroku, un recueil de ses discours, poésies et commentaires, et Eihei Shingi, le premier code monastique zen écrit au Japon. , entre autres.
D%C5%8Dgenzaka/Dōgenzaka :
Dōgenzaka (道玄坂) est un quartier de Shibuya, Tokyo, Japon. En octobre 2020, la population de ce district était de 591. Le code postal de Dōgenzaka est 150–0043. Les points de repère locaux ici incluent Shibuya 109, Bunkamura et la statue de Hachikō.
D%C5%8Dgo Onsen/Dōgo Onsen :
Dōgo Onsen (道後温泉) est une source chaude située dans la ville de Matsuyama, préfecture d'Ehime, sur l'île de Shikoku, au Japon.
D%C5%8Dgojima/Dōgojima :
Dōgo (島後) est l'une des îles Oki dans la mer du Japon. L'île, d'une superficie de 241,58 km², compte une population d'environ 14 849 personnes. L'île est administrée par la ville d'Okinoshima dans la préfecture de Shimane. Une grande partie de l'île se trouve à l'intérieur des frontières du parc national de Daisen-Oki.
D%C5%8Gare de Dgoyama/Gare de Dōgoyama :
La gare de Dōgoyama (道後山駅, Dōgoyama-eki) est une gare de la ligne JR West Geibi située à Kōo, Saijō-chō, Shōbara, préfecture d'Hiroshima, au Japon.
D%C5%8Dh%C5%8Station Dji/Station Dōhōji :
La gare de Dōhōji (道法寺駅, Dōhōji-eki) est une gare ferroviaire sur la ligne Hokuriku Railroad Ishikawa dans la ville de Hakusan, Ishikawa, Japon, exploitée par l'opérateur ferroviaire privé Hokuriku Railroad (Hokutetsu).
D%C5%8Din/Dōin :
Dōin (道因, 1090 - vers 1179 ; prénom Fujiwara no Atsuyori) était un poète waka japonais de la fin de la période Heian. Un de ses poèmes a été inclus dans l'Ogura Hyakunin Isshu, et quarante et un de ses poèmes ont été inclus dans les recueils impériaux.
D%C5%8Djima Rice_Exchange/Dōjima Rice Exchange :
La bourse du riz Dōjima (堂島米市場, Dōjima kome ichiba, 堂島米会所, Dōjima kome kaisho), située à Osaka, était le centre du système japonais de courtiers en riz, qui s'est développé de manière indépendante et privée à l'époque d'Edo et serait considéré comme les précurseurs d'un système bancaire moderne. Il a été créé pour la première fois en 1697, officiellement sanctionné, parrainé et organisé par le shogunat en 1773, réorganisé en 1868 et entièrement dissous en 1939, absorbé par l'Agence gouvernementale du riz (日本米穀株式会社)(cf.ja:食糧管理制度). L'économie japonaise a connu une croissance rapide tout au long du XVIIe siècle, culminant avec la période connue sous le nom de Genroku (1688-1704) au cours de laquelle les marchands ont prospéré comme jamais auparavant. C'est à cette époque que les courtiers en riz et les changeurs (両替商, ryōgaeshō) rassemblèrent leurs boutiques et entrepôts dans la région de Dōjima ; on peut dire que la Bourse du riz a été créée en 1697, l'année où elle a reçu une licence du shogunat. Étant donné que les membres de la classe des samouraïs, y compris les daimyō (seigneurs féodaux) étaient payés en riz et non en espèces, les courtiers en riz et les changeurs ont joué un rôle crucial et incroyablement rentable dans l'émergence de l'économie moderne du Japon. Au cours de la période Edo, l'ensemble de l'économie passerait non seulement du riz à la monnaie, mais verrait également l'introduction et la diffusion du papier-monnaie initiées et facilitées par les hommes de Dōjima. L'année 1710 marque le début de ce développement, qui a également entraîné l'émergence du concept de commerce à terme (延べ米nobemai). Les marchands d'Osaka, comme les courtiers de riz de Kyoto trois cents ans auparavant, ont développé une emprise de plus en plus monopolistique sur le commerce du riz, déterminant les prix non seulement à Osaka, mais dans toute la région de Kinai (provinces d'origine), et ayant indirectement un grand effet sur les prix. à Édo. Ces développements économiques parmi les marchands de riz étaient étroitement liés à des développements parallèles dans d'autres métiers et à la formation d'un certain nombre de réseaux de différents types de guildes, notamment kabunakama, rakuichi et rakuza, qui se sont développés à partir des anciens types de guildes connus sous le nom de tonya et za. . Dans les premières années des années 1730, à la suite de mauvaises récoltes et de problèmes commerciaux, le prix du riz s'effondre. Bien que cela ait semblé bon pour les acheteurs à première vue, cela a fait des ravages dans une économie qui reposait encore en grande partie sur le riz comme moyen d'échange. Les samouraïs, dont les revenus étaient en riz, ont paniqué sur le taux de change en pièces de monnaie, et pendant ce temps, les spéculateurs et diverses conspirations au sein de la communauté des courtiers ont joué à des jeux avec le système, gardant de vastes stocks de riz dans les entrepôts, ce qui garantissait des prix bas. Une série d'émeutes contre les spéculateurs et contre le système conspirateur et manipulateur dans son ensemble éclata en 1733 ; la famine était généralisée et, pendant ce temps, les spéculateurs agissaient pour "accaparer" le marché et contrôler les prix. Ce fut la première d'une série d'émeutes, appelées uchikowashi (打壊し), qui augmenteraient en fréquence et en ampleur au cours du siècle suivant environ. Le shogunat a fixé un prix plancher en 1735, obligeant les marchands d'Edo à vendre pas moins d'un ryō pour 1,4 koku, et à Osaka pas moins de 42 momme par koku. Une amende de 10 mommes a été imposée à toute personne ayant payé moins. Au cours de la quinzaine d'années, jusqu'aux environs de 1750, le shogunat intervient à plusieurs reprises pour tenter de stabiliser ou de contrôler l'économie. Bien qu'en 1730, le budget de l'État dans son ensemble soit en équilibre (dépenses = recettes), les interventions du shogun au cours des années suivantes conduisent par inadvertance à un effondrement économique. Tokugawa Yoshimune a fait tant de tentatives de réformes et de contrôles qu'il est devenu connu sous le nom de Kome Kubō ou Kome Shōgun (le Shogun du riz). Dans le même temps, des tentatives de politique monétaire ont été faites, qui ont largement abouti à résoudre les problèmes de l'économie du riz, tout en entraînant une dépréciation de la monnaie. Le shogunat a rétabli la Bourse du riz en 1773, sous le parrainage, la réglementation et l'organisation du gouvernement; le shogunat a également établi son propre entrepôt de riz à cette époque. L'impulsion directe en fut une série d'émeutes, à la suite de famines, plus tôt cette année-là. En général, cependant, à ce stade, le gouvernement a réalisé l'extrême puissance économique de la Bourse du riz pour soutenir l'ensemble de l'économie nationale, déterminer les taux de change et même créer du papier-monnaie. Une proportion incroyable des transactions monétaires de la nation était gérée par les marchands privés et indépendants de Dōjima, qui stockaient le riz pour la plupart des daimyō, l'échangeant contre du papier-monnaie. Dōjima détenait ce qui était essentiellement des "comptes bancaires" pour un grand nombre de samouraïs et de daimyō, gérant les dépôts, les retraits, les prêts et les paiements d'impôts. Bien que le shogunat ait finalement eu peu de sens de la théorie économique moderne, et commettrait ainsi de graves erreurs dans sa politique monétaire et financière au cours du siècle suivant environ, il a néanmoins reconnu la nécessité d'un contrôle gouvernemental de ces politiques; les taux de change, les normes monétaires et autres devaient être fixés par le gouvernement, et non laissés entre les mains d'une classe marchande de plus en plus riche et puissante qui était censée être au bas du système de classe néo-confucéen mibunsei. Réorganisé à l'époque Meiji avec presque tous les autres éléments de l'économie et de la politique, le Dōjima Rice Exchange a été officiellement dissous en 1939, lorsque sa fonction a été dépassée et remplacée par l'Agence gouvernementale du riz.
D%C5%8Station Djima/Station Dojima :
La gare de Dōjima (堂島駅, Dōjima-eki) est une gare ferroviaire sur la ligne Banetsu West dans la ville d'Aizuwakamatsu, préfecture de Fukushima, au Japon, exploitée par East Japan Railway Company (JR East).
D%C5%8Œuvre Djin / Œuvre Dojin :
Dōjin Work (ド ー ジ ン ワ ー ク, Dōjin Wāku ) est une série de mangas japonais à quatre panneaux écrite et illustrée par Hiroyuki. L'histoire tourne autour d'une jeune fille nommée Najimi Osana qui est sur le point de faire ses débuts dans le monde de la création de dōjin avec l'aide de ses amis expérimentés. Les aspects de ce que c'est que d'être un artiste dōjin sont des thèmes communs tout au long de l'histoire. La série a été publiée pour la première fois dans le magazine Manga Time Kirara Carat le 28 novembre 2004, publié par Houbunsha. Depuis lors, le manga a également été sérialisé dans deux autres magazines publiés par la même société nommés Manga Time Kirara et Manga Time Kirara Forward. Le manga a terminé la sérialisation dans Manga Time Kirara le 9 février 2008 et les chapitres rassemblés en 6 volumes tankōbon. Une adaptation d'une série télévisée animée diffusée au Japon entre le 4 juillet 2007 et le 19 septembre 2007.
D%C5%8Djinsha/Dōjinsha :
Dōjinsha (同人社) était une école à Koishikawa, Tokyo fondée par Masanao Nakamura. Il a été créé en 1873 et fermé en 1891.
D%C5%8Djunkai/Dōjunkai :
Dōjunkai ( shinjitai : 同 潤 会, kyūjitai : 同 潤 會) était une société créée un an après le tremblement de terre de Kantō de 1923 pour fournir des logements collectifs en béton armé (et donc résistants aux tremblements de terre et au feu) dans la région de Tokyo. Son nom officiel était Zaidan-hōjin Dōjunkai (財団法人同潤会), c'est-à-dire la société Dōjunkai. Le suffixe kai signifie organisation, et dōjun était un terme inventé pour suggérer la propagation des bienfaits nutritifs de l'eau de la rivière et de la mer. Il était supervisé par le ministère de l'Intérieur. La société a existé de 1924 à 1941; il a été impliqué dans la construction entre 1926 et 1934, principalement de 1926 à 1930, construisant 16 complexes. Le dernier complexe, l'appartement Uenoshita, a finalement été démoli en 2013.
D%C5%8Dj%C5%8D-ji/Dōjō-ji :
Dōjō-ji (道成寺) est un temple bouddhiste de l'école Tendai dans la ville de Hidakagawa, préfecture de Wakayama, au Japon. Fondé à l'époque de Nara, il a donné son nom à un certain nombre de pièces, notamment le drame nô Dōjōji. Le temple possède de nombreuses statues qui sont désignées trésors nationaux ou biens culturels importants, ainsi que plusieurs structures avec la désignation de biens culturels importants. L'enceinte du temple a été désignée lieu historique national en 2013.
D%C5%8Dj%C5%8D-Gare de Minamiguchi/Gare de Dōjō-minamiguchi :
La gare de Dōjō-minamiguchi (道場南口駅, Dōjō-minamiguchi-eki) est une gare de Kita-ku, Kobe, préfecture de Hyōgo, au Japon.
Station D%C5%8Dj%C5%8D/Station Dojō :
La gare de Dōjō (道場駅, Dōjō-eki) est une gare de la ligne Fukuchiyama de la West Japan Railway Company (JR West) (ligne JR Takarazuka) à Kita-ku, Kobe, préfecture de Hyōgo, au Japon.
D%C5%8Dj%C5%8D kun/Dōjō kun :
Dōjō kun (道場訓) est un terme d'arts martiaux japonais signifiant littéralement "règles de la salle d'entraînement". Ils sont généralement affichés à l'entrée d'un dōjō ou à «l'avant» du dōjō (shomen) et décrivent les comportements attendus et interdits. Dans certains styles d'arts martiaux, ils sont récités à la fin d'un cours.
D%C5%8Dj%C5%8Dji/Dōjōji :
Dōjōji (道成寺) peut faire référence à : Dōjō-ji, le temple éponyme de la préfecture de Wakayama Dōjōji (pièce de Nô) Dōjōji, une pièce de 1957 de Yukio Mishima Musume Dōjōji, drame de danse Kabuki basé sur la pièce de Nô qui peut aussi être appelé Dojoji
D%C5%8Dj%C5%8Dji (jeu_nô)/Dōjōji (jeu nô) :
Dōjōji (道成寺) est une célèbre pièce de Nô de la quatrième catégorie ("divers"), d'auteur inconnu. Traditionnellement, on dit qu'il a été écrit par Kan'ami et révisé par Zeami, tandis que d'autres l'attribuent à Kanze Nobumitsu ; il existe de nombreuses variantes dans différents textes, et une adaptation populaire pour le théâtre kabuki est intitulée Musume Dojoji. Il est issu d'une pièce de théâtre plus longue du XVe siècle appelée Kanemaki ("Enveloppé dans une cloche"). Il se déroule dans le temple bouddhiste Dōjō-ji dans la province de Kii, racontant l'histoire d'un esprit serpent vengeur et d'une cloche de temple. C'est pratiquement la seule pièce de nô à utiliser un accessoire substantiel - une énorme cloche.
Station D%C5%8Dj%C5%8Dji/Station Dojōji :
La gare de Dōjōji (道成寺駅, Dōjōji-eki) est une gare ferroviaire de voyageurs située dans la ville de Gobō, préfecture de Wakayama, au Japon, exploitée par la West Japan Railway Company (JR West).
D%C5%8Dka/Dōka :
Un dōka (道歌, "way poem") est un waka japonais éthique avec une leçon. Les poèmes bien versés de dōka contiennent le dogme central, attirant les Japonais et faciles à mémoriser.
D%C5%8Dkai/Dōkai :
La Société de la Voie ( japonais :道 会 (ど う か い), Hepburn : Dōkai ) est une nouvelle religion japonaise fondée par Matsumura Kaiseki en 1907 qui synthétise des aspects de la pensée chrétienne , confucéenne , taoïste et traditionnelle japonaise . Ses quatre principes principaux sont le théisme (japonais : 信神), la culture éthique (japonais : 修徳), l'amour du prochain (japonais : 愛隣) et la croyance en la vie éternelle (japonais : 永生).
D%C5%8Dki no_Sakura/Dōki no Sakura :
"Dōki no Sakura" (同期の桜, Fleurs de cerisier synchronisées) est une gunka japonaise (composition de musique militaire) Au cours des dernières étapes de la guerre du Pacifique, elle était chantée dans tout le Japon. Il compare les fleurs de cerisier au destin des soldats diplômés d'une académie militaire. La chanson a été composée par Nōshō Ōmura. Bien que l'on pense que Yaso Saijō a écrit les paroles originales, il n'a pas écrit les paroles directement. Initialement publié sous le nom de "Sen'yū no Uta" (戦友の唄, Chanson des camarades) en 1939, les troisième et quatrième couplets n'ont pas été ajoutés ainsi que les premier, deuxième et cinquième couplets originaux jusqu'en 1944 environ. Dans la version révisée, l'histoire de deux pilotes de kamikaze a été établie. Dans la chanson, même si un pilote meurt, son lien avec un autre pilote survivant reste fort. Avant leur mission, les pilotes de kamikaze chantaient "Dōki no Sakura" ensemble.
D%C5%8Dkoku/Dōkoku :
"Dōkoku" (慟哭(どうこく), lit. "Wailing") est une chanson enregistrée par la chanteuse japonaise Shizuka Kudo pour son huitième album studio, Rise Me. Il est sorti par Pony Canyon en tant que premier single de l'album le 3 février 1993. "Dōkoku" est la chanson thème de la série télévisée CX getsuku Ano Hi ni Kaeritai , mettant en vedette Momoko Kikuchi et Kudo elle-même dans le rôle de deux sœurs qui tombent amoureuses du même homme. Kudo a interprété la chanson lors du 44e Kōhaku Uta Gassen, marquant sa sixième apparition consécutive à l'émission annuelle. Avec plus d'un million d'exemplaires vendus, "Dōkoku" reste le single le plus vendu de Kudo à ce jour. En 2015, DAM a demandé à ses utilisateurs de sélectionner leurs chansons préférées de Shizuka Kudo pour chanter au karaoké et a compilé une liste des dix meilleures; "Dōkoku" est arrivé au numéro deux.
D%C5%8Dky%C5%8D/Dōkyō :
Dōkyō (道鏡, 700 - 13 mai 772) était un moine japonais de la secte bouddhique Hossō et une personnalité politique de premier plan de l'époque de Nara.
D%C5%8Dky%C5%ABsei (jeu_vidéo)/Dōkyūsei (jeu vidéo) :
Dōkyūsei (同級生, lit. camarades de classe) est un jeu vidéo de simulation de rencontres pour adultes. Il s'agit du premier jeu de la série Dōkyūsei de simulations de rencontres sur le thème des adultes par ELF Corporation. Il est sorti en 1992. Un remake a été annoncé en octobre 2020 et sorti le 26 février 2021 au Japon. Les localisations anglaises et chinoises à venir du remake ont été annoncées, et devraient sortir sous le nom de Dōkyūsei : Bangin' Summer sur Steam ; il était auparavant prévu de sortir le 11 mars 2022 mais a été reporté au 14 avril pour passer un examen par la plateforme.
D%C5%8Dky%C5%ABsei (video_game_series)/Dōkyūsei (série de jeux vidéo) :
Dōkyūsei (同級生, lit. "Classmates") est une série de simulations de rencontres sur le thème des adultes créée par ELF Corporation. Le Dōkyūsei original, sorti à l'origine en 1992 pour le micro-ordinateur NEC PC-9801, est généralement considéré comme le précurseur de la simulation de rencontres moderne. Il a été suivi de suites : Dōkyūsei 2 et Kakyūsei (下級生, signifiant Lower Classmates), qui ont également connu un grand succès. Il y avait un OAV de quatre épisodes fabriqué à partir de Dōkyūsei, un OAV de 12 épisodes a été fabriqué à partir de Dōkyūsei 2, et à la fois un OAV et une série télévisée de Kakyūsei. En 2004, ELF a sorti le prochain de la série de jeux, Kakyūsei 2. Un jeu de mahjong Game Boy Color avec des personnages de Dōkyūsei 1 appelé Jankyūsei (雀級生) a également été créé. Le disque d'extension Dōkyūsei 2 (Nanpa 2 Special), Dōkyūsei 2 SP, a également été transformé en OVA, cette extension est également appelée Sotsugyōsei (卒業生, signifiant The Graduate). Malgré son titre, la plupart des personnages féminins ne sont pas des camarades de classe du personnage principal.
D%C5%8Dky%C5%ABsei 2/Dōkyūsei 2 :
Dōkyūsei 2 (同級生 2) est un jeu vidéo édité par ELF Corporation et la suite de Dōkyūsei. Dōkyūsei 2 est sorti en 1995 pour la version MS-DOS et en 1997 pour Microsoft Windows. Une version PlayStation est sortie le 7 août 1997. Le joueur joue le rôle d'un lycéen. Pendant les vacances d'hiver de la dernière année scolaire (du 22 décembre au 7 janvier), il doit choisir une fille pour être sa petite amie. Il a 15 choix à faire, certains sont ses camarades de classe et d'autres doivent être rencontrés en ville. Le joueur doit rencontrer les filles et se lier d'amitié avec l'une d'elles jusqu'à ce que la relation se développe à un point tel que la fille est prête à devenir sa petite amie.
D%C5%8Dk%C5%8D/Dōkō :
Dōkō (同好) est un magazine japonais pour hommes gais publié exclusivement pour les membres de Dōkō Shumi no Kai (同好趣味の会), un groupe d'hommes gais fondé à Osaka, au Japon, vers octobre 1959. Il a commencé à paraître en 1960 sous le titre Dōsei (同性), et le titre a été changé en Dōkō (同好) à partir du quatrième numéro. Sous la direction de Seiichi Mōri (毛利晴一 Mōri Seiichi), qui avait également été impliqué dans une organisation politique conservatrice, le tirage du magazine a atteint plus de 1 000 exemplaires à son apogée. Le titre du magazine a été changé en Seishin (清心) vers 1968. Selon un article Junan no 16-nichikan (受難の16日間) de l'éditeur, publié dans le numéro 30/31, la police a fait une descente dans son bureau et a confisqué tous les matériel lié au magazine. Il a été emprisonné et interrogé pendant 16 jours. La police a conclu que les anciens numéros du magazine contenaient de l'obscénité et qu'il était peut-être illégal que le magazine vende des photos homoérotiques aux abonnés.
D%C5%8Dmei Seisha/Dômei Seisha :
Le Dōmei Seisha (japonais :同盟政社, lit. Union Association) était un parti politique au Japon.
D%C5%8Dmei Tsushin/Dōmei Tsushin :
Dōmei News Agency (同盟通信社, Dōmei Tsūshinsha, traduction littérale Federated News Agency) était l'agence de presse officielle de l'Empire du Japon.
D%C5%8Dmei Yakazu/Dōmei Yakazu :
Dōmei Yakazu (矢数 道明, Yakazu Dōmei, 7 décembre 1905 - 21 octobre 2002) était un médecin japonais qui a contribué à la restauration de la médecine kampo au Japon. En 1979, il a reçu le prix pour l'ensemble de ses réalisations 最高優功賞 (Saikō Yūkō Shō) de l'Association médicale japonaise pour ses contributions à la médecine orientale.
D%C5%8Dmoto/Dōmoto :
Dōmoto, Domoto ou Doumoto (écrit : 堂本) est un nom de famille japonais. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Akiko Dōmoto (堂本 暁子, né en 1932), homme politique japonais Inshō Dōmoto (堂本 印象, 1891–1975), peintre japonais Kaneji Domoto (堂本 兼次, 1912–2002), architecte et paysagiste japonais Koichi Domoto (堂本 光一, né en 1979), idole japonaise, auteur-compositeur-interprète, compositeur, parolier, personnalité de la télévision, doubleur et acteur Tsuyoshi Domoto (堂本 剛, né en 1979), idole japonaise, chanteur, auteur-compositeur, acteur et personnalité de la télévision
D%C5%8Dmy%C5%8D-ji/Dōmyō-ji :
Dōmyō-ji (道明寺) est un temple bouddhiste et un couvent à Fujiidera, Osaka, préfecture d'Osaka, au Japon. Il a été fondé au VIe siècle et est affilié au bouddhisme Shingon.
Station D%C5%8Dmy%C5%8Dji/Station Dōmyōji :
La gare de Dōmyōji (道明寺駅, Dōmyōji-eki) est une gare ferroviaire de jonction située dans la ville de Fujiidera, préfecture d'Osaka, au Japon, exploitée par l'opérateur ferroviaire privé Kintetsu Railway.
D%C5%8Dng/Dōng :
Dōng (chinois simplifié : 东 ; chinois traditionnel : 東 ; pinyin : Dōng "Est") est un nom de famille chinois. Sa forme vietnamienne est Đồng, Đông. Il est classé 360e sur le poème des cent noms de famille. Une origine de Dong est la simplification du nom de famille Dongfang, qui provient de Fu Xi. Au milieu de la dynastie Zhou, Dongguan (東關) la famille Ji (姬) réduit le nom de famille à Dong (東) en Jin (晉國). Les gens de Donghu (東胡) reçoivent le nom de famille Dong (東) avec le nom de la tribu.
D%C5%8Domae ruins/Dōnomae ruins :
Les ruines de Dōnomae (堂の前遺跡, Dōnomae iseki) sont un site archéologique contenant les ruines d'une colonie fortifiée de la période Heian située dans ce qui fait maintenant partie de la ville de Sakata, Yamagata dans la région de Tōhoku au Japon. Le site a été désigné lieu historique national du Japon en 1979.
D%C5%8Site Dnosora/Site Dōnosora :
Le site de Dōnosora (堂之上遺跡, Dōnosora iseki) est un site archéologique et les ruines d'une colonie de la période Jōmon du début au milieu dans le quartier Kugono de la ville de Takayama, Gifu dans la région de Chūbu au Japon. Les ruines ont été désignées lieu historique national du Japon en 1980.
D%C5%8Dnoue Site/Donoue Site :
Le site de Dōnoue (堂ノ上遺跡, Dōnoue iseki) est un site archéologique avec les ruines d'un complexe administratif gouvernemental de la période Nara à Heian situé dans ce qui est maintenant le quartier Jinryo de la ville d'Ōtsu dans la préfecture de Shiga dans la région du Kansai au Japon. . Le site est protégé en tant que lieu historique national depuis 1978, et la zone sous protection a été agrandie en 2002.
D%C5%8Dse M%C5%8D_Nigerarenai/Dōse Mō Nigerarenai :
Dōse Mō Nigerarenai (ど う せ も う 逃 げ ら れ な い, "De toute façon, je ne m'enfuirai pas") est une série de mangas japonais de romance josei écrite et illustrée par Kazumi Kazui. Il est publié par Shogakukan, avec une sérialisation sur le magazine manga Petit Comic du 8 juillet 2011 au 10 septembre 2015, et est complété en dix volumes. Il est publié en français par Soleil. Une adaptation d'une série dramatique télévisée en direct créée en septembre 2021.
D%C5%8Dsei/Dōsei :
Dōsei (同棲, lit. Cohabitation) est un jeu japonais de simulation sociale pour adultes développé par Tactics, une marque de Nexton. Il est sorti le 23 mai 1997 pour les PC Windows, le même jour que To Heart by Leaf. Le gameplay de Dōsei suit une intrigue ramifiée qui propose des scénarios prédéterminés avec des cours d'interaction, et se concentre sur l'attrait du seul personnage principal féminin Manami Minase. Le joueur assume le rôle du protagoniste Masaki Yamada qui vit avec Manami peu de temps après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires. Masaki gagne de l'argent grâce à un travail et, à son retour à la maison, il aura souvent des relations sexuelles avec Manami; ce processus de travail dans la journée et de sexe la nuit se répète plusieurs fois tout au long du jeu. Dōsei a été réédité le 14 septembre 2000, avec le titre Dōsei Memorial Selection. La bande originale du jeu est sortie avec la bande originale de Moon en août 2000 au Comiket 58. Quatre des membres du personnel qui ont créé le jeu - Itaru Hinoue, Shinji Orito, Miracle Mikipon et Shinory - sont devenus plus tard quatre des membres fondateurs de la marque de roman visuel. Clé.
Station D%C5%8Dsen/Station Dosen :
La gare de Dōsen (洞泉駅, Dōsen-eki) est une gare ferroviaire de la ville de Kamaishi, Iwate, Japon, exploitée par East Japan Railway Company (JR East).
D%C5%8Dshi/Dōshi :
Dōshi (道志村, Dōshi-mura) est un village situé dans la préfecture de Yamanashi au Japon. Au 1er juin 2019, le village avait une population estimée à 1676 habitants dans 623 ménages et une densité de population de 21 personnes au km². La superficie totale du village est de 79,57 km².
D%C5%8Dshi Club/Dōshi Club :
Dōshi Club peut faire référence à : Dōshi Seisha, un ancien parti politique au Japon initialement connu sous le nom de Dōshi Club Dōshi Club (années 1900), un ancien parti politique au Japon Dōshi Club (1947-1948), un ancien parti politique au Japon
D% C5% 8Dshi Club_ (1947% E2% 80% 9348) / Dōshi Club (1947–48):
Le Dōshi Club ( japonais :同志 ク ラ ブ, lit. Fellow Thinkers Club ) était un parti politique au Japon.
D%C5%8Dshi Seisha/Dōshi Seisha :
Le Dōshi Seisha (japonais : 同志政社, lit. Fellow Thinkers' Association) était un parti politique au Japon.
D%C5%8Dshikai/Dōshikai :
Dōshikai peut faire référence à : Dōshikai (1960-1962), un ancien parti politique au Japon Ekirakukai, un ancien parti politique au Japon connu à l'origine sous le nom de Dōshikai Rikken Dōshikai, un ancien parti politique au Japon
D%C5%8Dshikai (1960%E2%80%931962)/Dōshikai (1960-1962) :
Le Dōshikai (japonais : 同志会, lit. Fellow Thinkers' Association) était un parti politique au Japon.
D%C5%8Dshir%C5%8D de_Gozaru/Doshirō de Gozaru :
Dōshirō de Gozaru (道士郎でござる, "I'm Doshiro") est une série de mangas japonais écrite et illustrée par Hiroyuki Nishimori. Il a été publié en série dans le magazine manga shōnen de Shogakukan Weekly Shōnen Sunday de mai 2004 à janvier 2006, avec ses chapitres rassemblés en huit volumes tankōbon.
D%C5%8Gare de Dshishamae/Gare de Dōshishamae :
La gare de Dōshishamae (同志社前駅, Dōshishamae-eki) est une gare de Kyōtanabe, Kyoto, Japon. Il est situé près de l'entrée des campus Kyōtanabe de l'Université Doshisha, du Collège féminin d'arts libéraux Doshisha et du lycée international Doshisha, d'où le nom de la station, qui signifie littéralement "avant" ou "devant" Doshisha.
D%C5%8Dshite Kimi_o_Suki_ni_Natte_Shimattandar%C5%8D%3F/Dōshite Kimi ou Suki ni Natte Shimattandarō ? :
"Dōshite Kimi o Suki ni Natte Shimattandarō?" (ど う し て 君 を 好 き に な っ て し ま っ た ん だ ろ う?, lit. Why Did I Have to End Up Falling Completely in Love with You? ), Sorti le 16 juillet 2008, est le 23e single japonais de Tōhōshinki. Environ deux mois avant la sortie officielle de la chanson, une fuite de l'enregistrement a rapporté de nombreux hits sur Internet. Le 22 juillet 2008, Tohoshinki est devenu le premier artiste asiatique non japonais à avoir trois succès numéro un sur le classement hebdomadaire des singles Oricon, lorsque leur single "Dōshite Kimi o Suki ni Natte Shimattandarō?" atteint la première place avec des ventes hebdomadaires de 68 417 exemplaires. Après l'invitation et la performance de Tohoshinki dans le prestigieux festival de musique de fin d'année japonais, Kōhaku Uta Gassen, le groupe a de nouveau connu une augmentation des ventes en 2009 ainsi qu'un intérêt pour le clip vidéo sur les sites de streaming en ligne des téléspectateurs japonais.
D%C5%8Dshite Suki_to_Itte_Kurenai_no/Dōshite Suki à Itte Kurenai non :
" Dōshite Suki to Itte Kurenai no " ( japonais :ど う し て 好 き と い っ て く れ な い の ) est le quatrième single de Carlos Toshiki & Omega Tribe sorti par VAP le 21 juillet 1989. La chanson a été utilisée comme chanson thème et chanson de fin pour le programme du Tokyo Broadcasting System Hitachi Sekai Fushigi Hakken!, plus tard utilisé dans le troisième album du groupe, Bad Girl. La face B, "Buraindo Purofīru" a été utilisée dans l'album de compilation du groupe Our Graduation. La chanson s'est classée au 24e rang des charts Oricon. Les deux chansons ont été composées par Tetsuji Hayashi, qui était le compositeur de la version précédente du groupe Kiyotaka Sugiyama & Omega Tribe. La face B a été écrite par Yasushi Akimoto, qui était l'un des paroliers de S. Kiyotaka & Omega Tribe.
D%C5%8Dsh%C5%8D/Dôshô :
Dōshō (道昭, 629–700 CE) était un moine japonais crédité d'avoir joué un rôle influent dans la fondation du bouddhisme au Japon. En 653 de notre ère, il se rendit en Chine, étudiant auprès du moine bouddhiste Xuanzang, dont les voyages en Inde furent immortalisés dans le livre Journey to the West. Ses études se sont concentrées sur le Weishi de Xuanzang, variante chinoise du Yogācāra indien, mais il a également été exposé au Chán chinois pendant son séjour, ce qui conduira plus tard à son influence sur la fondation du bouddhisme zen japonais. En Chine, l'école est connue sous le nom de Wéishí-zōng (唯識宗, école "Conscience seulement") ou Fǎxiàng-zōng (法相宗, école "Caractéristiques du Dharma"). Au Japon, il est connu sous le nom de Hossō-shū (法相宗) ou Yuishiki-shū (唯識宗). Après son retour de Chine, Dōshō devient prêtre à Gangō-ji, l'un des grands temples, le Nanto Shichi Daiji, à Nara, au Japon. Ses enseignements étaient basés sur la philosophie de la conscience seule enseignée par Xuanzang, qu'il appelait en japonais Hossō. C'est à Gangō-ji qu'il fonda plus tard la première salle de méditation du Japon. Il y a une légende à propos de son retour de Chine qui dit que Xuanzang lui avait donné une bouilloire magique. Chaque fois qu'un médicament était préparé dans la bouilloire, il pouvait guérir n'importe quelle maladie. Le moine voyageant avec Dōshō aurait été guéri avant de se lancer dans le voyage en mer vers le Japon. Cependant, alors qu'ils étaient en mer, une grande tempête s'abattit sur eux. Un devin à bord a dit que le dieu de la mer voulait la bouilloire. Dōshō a d'abord résisté, mais a finalement cédé et la tempête s'est immédiatement calmée.
D%C5%8Dsh%C5%ABsei/Dōshūsei :
Dōshūsei (道州制) est une proposition d'organiser le Japon en un seul circuit (dō) d'Hokkaido et plusieurs nouveaux états (shū) qui sont chacun une combinaison de plusieurs préfectures. Les États et le circuit sont proposés pour avoir une plus grande autonomie régionale, similaire au Royaume-Uni. Il a été proposé par l'administration Junichiro Koizumi, mais n'a pas encore été concrétisé. La plupart des partis politiques en 2012 ont soutenu cette réforme.
D%C5%8Dsojin/Dōsojin :
Dōsojin (道祖神, littéralement, « divinité ancêtre de la route ») est un nom générique pour un type de kami shinto populairement vénéré à Kantō et dans les régions voisines du Japon où, en tant que divinités tutélaires des frontières et des chemins, ils sont censés protéger les voyageurs, les pèlerins, des villages et des individus en "phase de transition" à cause d'épidémies et d'esprits maléfiques. Aussi appelé Sae no kami ou Sai no kami (障の神・塞の神), Dōrokujin (道陸神) ou Shakujin (石神, littéralement : "kami de pierre"). Les dōsojin sont souvent représentés comme un couple humain, des organes génitaux masculins ou féminins sculptés, de grosses pierres ou des statues, ou même de grands poteaux le long d'une route. Les Dōsojin sont parfois hébergés dans de petits sanctuaires shinto en bordure de route appelés hokora. Dans les zones rurales, les Dōsojin peuvent être trouvés aux limites des villages, dans les cols de montagne ou le long des routes secondaires, et dans les zones urbaines, ils peuvent être vus aux coins des rues ou près des ponts. Lorsqu'ils ont la forme d'un phallus, ils sont associés à la naissance, à la procréation et à l'harmonie conjugale. Lorsqu'ils sont représentés comme un couple humain, les Dōsojin sont vénérés comme des divinités du mariage et de la fertilité.
D%C5%8Dsuru Ieyasu/Dosuru Ieyasu :
Dōsuru Ieyasu (どうする家康) est une prochaine série télévisée dramatique historique japonaise mettant en vedette Jun Matsumoto dans le rôle de Tokugawa Ieyasu. La série est le 62e drame de la taïga NHK.
D%C5%8Dtaku/Dōtaku :
Les dōtaku (銅鐸) sont des cloches japonaises fondues à partir de bronze relativement fin et richement décorées. Les dotaku ont été utilisés pendant environ 400 ans, entre le deuxième siècle avant JC et le deuxième siècle de notre ère (correspondant à la fin de l'ère Yayoi), et n'étaient presque utilisés que comme décorations pour les rituels. Ils étaient richement décorés de motifs représentant la nature et les animaux, parmi lesquels figurent la libellule, la mante religieuse et l'araignée. Les historiens pensent que les dōtaku étaient utilisés pour prier pour de bonnes récoltes, car les animaux présentés sont des ennemis naturels des insectes nuisibles qui attaquent les rizières. Selon le folklore japonais, les dōtaku étaient utilisés comme cloches d'urgence (comme la cloche d'une tour de guet) ; destiné surtout en cas d'invasion, en particulier des envahisseurs de la péninsule coréenne. Lorsque les sentinelles ont repéré des envahisseurs, elles ont sonné le dōtaku comme une alarme, afin que les gens puissent se cacher ou cacher leurs biens, et pour alerter les guerriers afin qu'ils se préparent à repousser l'ennemi. Il existe un musée dotaku consacré aux cloches dans la ville de Yasu, dans la préfecture de Shiga, au centre du Japon.
D%C5%8Dtanuki/Dōtanuki :
Dōtanuki (同田貫) est le nom d'une école japonaise de forgerons de la province de Higo qui produisait des épées dans la tradition de Bizen pendant la période féodale du Japon.
D%C5%8Dtei shain_to_yoromeki_fujin/Dōtei shain to yoromeki fujin :
Dōtei shain to yoromeki fujin (童貞社員とよろめき夫人, Mme Stagger et les nouveaux employés) est un film japonais en noir et blanc de 1958 réalisé par Haku Komori et produit par Shintoho.
D%C5%8Station Dtoku/Station Dōtoku :
La gare de Dōtoku (道徳駅, Dōtoku-eki) est une gare ferroviaire exploitée par la ligne Tokoname de Meitetsu située dans le quartier de Minami, Nagoya, préfecture d'Aichi, au Japon. Il est situé à 2,4 kilomètres ferroviaires du terminus de la ligne à la gare de Jingū-mae.
D%C5%8Dtonbori/Dōtonbori :
Dōtonbori ou Dōtombori (道頓堀, prononcé [doːtomboɾi]) est l'une des principales destinations touristiques d'Osaka, au Japon, longeant le canal Dōtonbori du pont Dōtonboribashi au pont Nipponbashi dans le quartier Namba du quartier Chuo de la ville. Historiquement quartier des théâtres, c'est aujourd'hui un quartier populaire de vie nocturne et de divertissement caractérisé par son ambiance excentrique et ses grandes enseignes lumineuses. L'une des caractéristiques les plus importantes de la région, un panneau d'affichage pour la société de confiserie Glico affichant l'image d'un coureur franchissant une ligne d'arrivée, est considérée comme une icône d'Osaka au Japon.
Autoroute D%C5%8Dt%C5%8D/autoroute Dōtō :
L'autoroute Dōtō (道東自動車道, Dōtō Jidōsha-dō, lit. "East Hokkaidō Expressway) est une autoroute nationale à 2 voies à Hokkaidō, au Japon. Elle appartient et est exploitée par East Nippon Expressway Company. Elle forme la section médiane de la Autoroute Trans-Hokkaidō.
D%C5%8Dwa Meiky%C5%AB/Dōwa Meikyū :
Dōwa Meikyū (童話迷宮) est le dixième single de Yukari Tamura, sorti le 2 août 2006. Dōwa Meikyū est la première chanson thème d'ouverture de la série télévisée Otogi-Jushi Akazukin (おとぎ銃士 赤ずきん). Les faces B, tu me manques et Tenshi no Oshigoto ouvraient et terminaient respectivement les chansons thématiques de l'émission de radio de Yukari, Snuggery of Black Bunny (田村ゆかりの黒うさぎの小部屋, Tamura Yukari no Kuro Usagi no Kobeya).
D%C5%8Dyamach%C5%8D/Dōyamachō :
Dōyamachō (japonais : 堂山町) est un quartier de la région d'Umeda à Osaka, au Japon. Il est proche de la gare JR d'Osaka et d'Umeda, de nombreux restaurants, bars, izakaya, karaoké, salons de massage, clubs d'accueil, hôtels et magasins se concentrent dans la région. De nombreux salariés, OL (femmes de bureau) et étudiants s'arrêtent à Dōyamachō pour s'amuser le soir avant de rentrer chez eux. C'est l'un des plus grands quartiers de divertissement du Japon. Dōyamachō a attiré une scène gay à plus petite échelle que Shinjuku ni-chōme à Tokyo.
D%C5%8Dza/Dōza :
Dōza (銅座) était le monopole du cuivre officiellement sanctionné du shogunat Tokugawa ou la guilde du cuivre (za) qui a été créée en 1636 et (1701–1712, 1738–1746, 1766–1768). Initialement, le shogunat Tokugawa était intéressé à assurer une valeur constante en pièces de cuivre frappées; et cela a conduit à la nécessité perçue de s'occuper de l'approvisionnement en cuivre. Ce titre de bakufu identifie une agence de réglementation chargée de superviser la frappe des pièces de monnaie en cuivre et de superviser toutes les mines de cuivre, l'extraction du cuivre et les activités d'extraction du cuivre au Japon.
D%C5%8Rivière Dzan/Rivière Dozan :
La rivière Dōzan (銅山川, Dōzan-gawa) est le plus grand bras de la rivière Yoshino et traverse les préfectures d'Ehime et de Tokushima au Japon. Son nom est dérivé de la mine de cuivre Besshi qui est maintenant fermée. Dans la préfecture de Tokushima, on l'appelle la rivière Iyo (伊予川 Iyo-gawa).
D%C5%8Dzen Ueno/Dōzen Ueno :
Dōzen Ueno (上野道善, 1939-présent) est un prêtre bouddhiste japonais de l'école Kegon. De 2007 à 2010, il est le 219e grand prêtre (bettō) du Tōdai-ji. Il préside actuellement en tant que moine senior et est président du conseil d'administration de Tōdaiji Gakuen.
D%C5%93uil-sur-le-Mignon/Dœuil-sur-le-Mignon :
Dœuil-sur-le-Mignon (prononciation française : [dœj syʁ lə miɲɔ̃]) est une commune du département de la Charente-Maritime dans le sud-ouest de la France.
D%C5%99enice/Dřenice :
Dřenice est une municipalité et un village du district de Chrudim dans la région de Pardubice en République tchèque. Elle compte environ 400 habitants.
D%C5%99etovice/Dřetovice :
Dřetovice est une municipalité et un village du district de Kladno dans la région de Bohême centrale de la République tchèque. Elle compte environ 500 habitants.
D%C5%99evnice/Dřevnice :
La Dřevnice (en allemand : Drewnitz) est une rivière de la République tchèque. C'est un affluent gauche de la rivière Morava. Il prend sa source dans les hautes terres de Vizovice ( Vizovická vrchovina ) à une altitude de 560 m et coule vers Otrokovice , où il se jette dans la rivière Morava . Il mesure 41,6 km de long et sa superficie de bassin est de 435 km2. Il traverse Kašava, Březová, Slušovice, Lípa, Želechovice nad Dřevnicí, Zlín et Otrokovice. Le barrage de Slušovice est construit sur la rivière.
D%C5%99evnovice/Dřevnovice :
Dřevnovice est une municipalité et un village du district de Prostějov dans la région d'Olomouc en République tchèque. Elle compte environ 500 habitants. Dřevnovice se trouve à environ 16 kilomètres (10 mi) au sud de Prostějov, 31 km (19 mi) au sud d'Olomouc et 213 km (132 mi) au sud-est de Prague.
D%C5%99evohostice/Dřevohostice :
Dřevohostice est un bourg du district de Přerov dans la région d'Olomouc en République tchèque. Elle compte environ 1 500 habitants.
D%C5%99ev%C3%ADkov/Dřevíkov :
Dřevíkov est une colonie du district de Chrudim en République tchèque. Elle a probablement été fondée en 1542 et depuis 1961, elle fait partie de la municipalité de Vysočina.
D%C5%99ev%C4%8Dice/Dřevčice :
Dřevčice est une municipalité et un village du district de Prague-Est dans la région de Bohême centrale de la République tchèque. Elle compte environ 800 habitants.
D%C5%99ev%C4%9Bnice/Dřevěnice :
Dřevěnice est un village et une municipalité du district de Jičín dans la région de Hradec Králové en République tchèque.
D%C5%99e%C5%A1%C3%ADn/Dřešín :
Dřešín est une municipalité et un village du district de Strakonice dans la région de Bohême du Sud en République tchèque. Elle compte environ 300 habitants. Dřešín se trouve à environ 15 kilomètres (9 mi) au sud-ouest de Strakonice, 56 km (35 mi) à l'ouest de České Budějovice et 114 km (71 mi) au sud-ouest de Prague.
D%C5%99%C3%ADnov/Dřínov :
Dřínov est le nom de plusieurs localités en République tchèque : Dřínov (district de Kladno), un village de la région de Bohême centrale Dřínov (district de Kroměříž), un village de la région de Zlín Dřínov (district de Mělník), un village de la région de Bohême centrale
D%C5%99%C3%ADnov (Kladno_District)/Dřínov (Kladno District) :
Dřínov est une municipalité et un village du district de Kladno dans la région de Bohême centrale de la République tchèque. Elle compte environ 300 habitants.
D%C5%99%C3%ADnov (Krom%C4%9B%C5%99%C3%AD%C5%BE_District)/Dřínov (Kroměříž District):
Dřínov est une municipalité et un village du district de Kroměříž dans la région de Zlín en République tchèque. Elle compte environ 400 habitants. Dřínov se trouve à environ 12 kilomètres (7 mi) à l'ouest de Kroměříž, 33 km (21 mi) à l'ouest de Zlín et 222 km (138 mi) au sud-est de Prague.
D%C5%99%C3%ADnov (M%C4%9Bln%C3%ADk_District)/Dřínov (district de Mělník) :
Dřínov est une municipalité et un village du district de Mělník dans la région de Bohême centrale de la République tchèque. Elle compte environ 500 habitants.
D%C5%99%C3%ADsy/Dřísy :
Dřísy est une municipalité et un village du district de Prague-Est dans la région de Bohême centrale de la République tchèque. Elle compte environ 1 000 habitants.
D%C5%99%C3%ADte%C4%8D/Dříteč :
Dříteč est une municipalité et un village du district de Pardubice dans la région de Pardubice en République tchèque. Elle compte environ 600 habitants.
D%C5%99%C3%ADte%C5%88/Dříteň :
Dříteň ( allemand : Zirnau ) est une municipalité et un village du district de České Budějovice dans la région de Bohême du Sud de la République tchèque . Elle compte environ 1 700 habitants. Dříteň se trouve à environ 21 kilomètres (13 mi) au nord-ouest de České Budějovice et à 105 km (65 mi) au sud de Prague.
D%C5%ABda/Dūda :
Le dūda est un instrument letton à cordes frottées constitué d'une fine planche de bois tirée en forme de croissant par 2 à 3 cordes en catgut. Une vessie de porc est fixée entre la planche et les cordes, agissant comme un résonateur.
D%C5%ABda (nom de famille)/Dûda (nom de famille) :
Dūda est un patronyme balte. Les personnes notables portant le nom incluent: Andrejs Dūda (né en 1981), nageur letton Rimantas Dūda (né en 1953), peintre lituanien
D%C5%ABdas/Dūdas :
Les dūdas ou somas stabules sont un type de cornemuse originaire de Lettonie, populaire du XVIe au XVIIIe siècle.
D%C5%ABdmai%C5%A1is/Dūdmaišis :
Dūdmaišis ou Labonoro dūda est une cornemuse lituanienne avec un seul chanter et un bourdon. La cornemuse lituanienne était traditionnellement jouée lors de divers événements, notamment les festivités du 1er mai et les chants de printemps. Une publication de 1955 de la Fondation Lituanus notait que: "Le Labanoro Dūda ou cornemuse était à une époque très largement utilisé, bien qu'il soit presque oublié." Les Dūdmaišis sont faits de peau de mouton, de bœuf, de chèvre ou de chien ou d'estomac de mouton. Un tube de soufflage est fixé au sommet. D'un côté du sac se trouve une pipe avec des trous pour les doigts, de l'autre côté se trouvent un ou deux tuyaux de bourdon sans trous pour les doigts, qui jouent sur un seul ton. Les embouchures des tuyaux, qui ont des anches en plume d'oie ou en canne, sont généralement à l'intérieur du sac. À l'extrémité extérieure sont attachées des pointes courbées en forme de corne en bois de pommier ou de pin. Les cornemuses sont mentionnées dans des sources écrites à partir du XVIe siècle. Il était connu sur tout le territoire de la Lituanie, mais au milieu du XXe siècle, il ne survivait que près des frontières orientales de la Lituanie. Il était joué lors de fêtes, de mariages, de tavernes et de marchés. Les cornemuses étaient souvent accompagnées de violons, de clarinettes, de cimbalom, de basetle et de tambours.
D%C5%ABk%C5%A1tas/Dūkštas :
Dūkštas (prononciation ; polonais : Dukszty) est une ville de l'est de la Lituanie, à 26 km (16 mi) au nord d'Ignalina, sur la rive du lac Dūkštas.
Manoir D%C5%ABk%C5%A1tas / Manoir Dūkštas :
Le manoir Dūkštas est un ancien manoir résidentiel du village de Dūkšteliai, municipalité du district d'Ignalina, en Lituanie. Les travaux de reconstruction du manoir ont commencé en 2005 ; cependant, il est resté bloqué jusqu'en 2010, date à laquelle il a été poursuivi.
D%C5%ABk%C5%A1tos/Dūkštos :
Dūkštos est un village de la municipalité du district de Vilnius, en Lituanie. Selon le recensement de 2011, le village comptait 311 habitants, contre 164 en 1979.
D%C5%ABk%C5%A1tos Eldership/Dūkštos Eldership :
Dūkštos Eldership (lituanien : Dūkštų seniūnija) est un ancien en Lituanie, situé dans la municipalité du district de Vilnius, à l'est de Vilnius.
D%C5%AB%C5%A1 d%C4%ABdam_ke_mal%C4%81%27ek_dar-e_mey-x%C4%81ne_zadand/Dūš dīdam ke malā'ek dar-e mey-xāne zadand :
Dūš dīdam ke malā'ek dar-e meyxāne zadand est un ghazal du poète persan du XIVe siècle Hafez de Chiraz. Le poème est non. 184 dans l'édition des œuvres de Hafez par Muhammad Qazvini et Qasem Ghani (1941), et 179 dans l'édition de Parviz Natel-Khānlari (2e éd. 1983). Il a été rendu célèbre en anglais par une traduction bien connue de Gertrude Bell (1897) : "La nuit dernière, j'ai rêvé que des anges se tenaient sans / La porte de la taverne et frappait". Dans ce poème clairement soufie, Hafez décrit une vision lorsqu'il sentit que des anges lui donnaient du vin. Il exprime son étonnement que, malgré son statut modeste, on lui accorde ce privilège. Dans la seconde moitié du poème, il exprime sa gratitude envers Dieu et fait référence à la doctrine selon laquelle l'abandon total à l'Amour est le moyen le plus sûr d'atteindre la connaissance du Divin. L'interprétation du rôle joué par les anges dans ce poème et leur rôle dans la création d'Adam a été très débattue par les érudits de Hafez.
D%C5%AFl (Pelh%C5%99imov_District)/Důl (Pelhřimov District) :
Důl est un village et une municipalité (obec) du district de Pelhřimov dans la région de Vysočina en République tchèque. La municipalité couvre une superficie de 2,32 kilomètres carrés (0,90 milles carrés) et compte 55 habitants (au 2 octobre 2006). Důl se trouve à environ 15 kilomètres (9 mi) à l'ouest de Pelhřimov, 42 km (26 mi) à l'ouest de Jihlava et 83 km (52 ​​mi) au sud-est de Prague.
D%C5%AFm Radost/Dum Radost :
Dům Radost (traduit du tchèque : House of Joy) est un bâtiment fonctionnaliste à Prague, en République tchèque. Il est situé à côté de la place Winston Churchill dans le quartier de Žižkov. Il a été construit de 1932 à 1934. Ce bâtiment de 52 mètres (171 pieds) de haut avec 13 étages et un plan en croix inspiré par l'architecte français Le Corbusier était autrefois le plus haut immeuble de bureaux du pays. Le complexe sert de bureaux, d'appartements, de théâtre, de cinéma, de café et d'observatoire depuis 2019. Depuis 1964, c'est un monument culturel de la République tchèque.
D%C5%AFm pro_dva/Dum pro dva :
Dům pro dva (en anglais : House for Two) est un film dramatique tchécoslovaque de 1988 réalisé par Miloš Zábranský. Ce film met en vedette deux des acteurs tchèques les plus reconnus, Ondřej Vetchý qui joue Dan, et Jiří Schmitzer dans le rôle de Bóza.
D%C5%AFras/Důras :
Důras est un nom de famille tchèque. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Michal Důras (né en 1981), joueur de hockey tchèque Oldřich Duras (1882–1957), parfois Důras, maître d'échecs tchèque
D%C5%B1rr%C5%A9 Sade/Dûrrù Sade :
Dűrrũ Sade (né en 1902, date de décès inconnue) était un lutteur turc. Il a participé à l'épreuve gréco-romaine des poids moyens aux Jeux olympiques d'été de 1924.
D%C5%B5r Cymru_Welsh_Water/Dŵr Cymru Eau galloise :
Dŵr Cymru Welsh Water est une société à but non lucratif qui fournit des services d'eau potable et d'assainissement à la majeure partie du Pays de Galles et à certaines parties de l'ouest de l'Angleterre qui bordent le Pays de Galles. Au total, il dessert environ 1,4 million de foyers et d'entreprises et environ trois millions de personnes - et fournit près de 830 millions de litres d'eau potable par jour.
D%C5%BAwierszno Ma%C5%82e/Dźwierszno Małe :
Dźwierszno Małe [ˈd͡ʑvjɛrʂnɔ ˈmawɛ] (en allemand : Klein Dreidorf) est un village du district administratif de Gmina Łobżenica, dans le comté de Piła, dans la voïvodie de Grande-Pologne, dans le centre-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 9 kilomètres (6 mi) au nord-est de Łobżenica, 46 km (29 mi) au nord-est de Piła et 106 km (66 mi) au nord de la capitale régionale Poznań.
D%C5%BAwierszno Wielkie/Dźwierszno Wielkie :
Dźwierszno Wielkie [ˈd͡ʑvjɛrʂnɔ ˈvjɛlkʲɛ] Allemand : Groß Dreidorf) est un village du district administratif de Gmina Łobżenica, dans le comté de Piła, dans la voïvodie de Grande-Pologne, dans le centre-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 9 kilomètres (6 mi) au nord-est de Łobżenica, 46 km (29 mi) à l'est de Piła et 105 km (65 mi) au nord de la capitale régionale Poznań.
D%C5%BAwiersztyny/Dźwiersztyny :
Dźwiersztyny [d͡ʑvjɛrʂˈtɨnɨ] (allemand : Schwirgstein) est un village du district administratif de Gmina Pasym, dans le comté de Szczytno, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. mi) à l'ouest de Szczytno et à 30 km (19 mi) au sud-est de la capitale régionale Olsztyn.
D%C5%BAwierzchno/Dźwierzchno :
Dźwierzchno [ˈd͡ʑvjɛʂxnɔ] (allemand : Kaisertreu) est un village du district administratif de Gmina Złotniki Kujawskie, dans le comté d'Inowrocław, dans la voïvodie de Couïavie-Poméranie, dans le centre-nord de la Pologne. Il se trouve à environ 5 kilomètres (3 mi) au sud-ouest de Złotniki Kujawskie, à 15 km (9 mi) au nord-ouest d'Inowrocław, à 29 km (18 mi) au sud de Bydgoszcz et à 41 km (25 mi) au sud-ouest de Toruń. .
D%C5%BAwierze%C5%84ski M%C5%82yn/Dźwierzeński Młyn :
Dźwierzeński Młyn [d͡ʑvjɛˈʐɛɲski ˈmwɨn] est une ancienne colonie du district administratif de Gmina Koczała, dans le comté de Człuchów, dans la voïvodie de Poméranie, dans le nord de la Pologne. Il se trouve à environ 9 kilomètres (6 mi) au nord de Koczała, 43 km (27 mi) au nord-ouest de Człuchów et 114 km (71 mi) au sud-ouest de la capitale régionale Gdańsk. Pour plus de détails sur l'histoire de la région, voir Histoire de la Poméranie.
D%C5%BAwierznia/Dźwierznia :
Dźwierznia [ˈd͡ʑvjɛʐɲa] est un village du district administratif de Gmina Iłowo-Osada, dans le comté de Działdowo, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. Il se trouve à environ 5 kilomètres (3 mi) à l'est d'Iłowo-Osada, à 15 km (9 mi) au sud-est de Działdowo et à 69 km (43 mi) au sud de la capitale régionale Olsztyn. Le village compte 110 habitants.
D%C5%BAwierzno/Dźwierzno :
Dźwierzno peut faire référence aux lieux suivants : Dźwierzno, voïvodie de Couïavie-Poméranie (centre-nord de la Pologne) Dźwierzno, comté de Płock dans la voïvodie de Mazovie (centre-est de la Pologne) Dźwierzno, comté de Żuromin dans la voïvodie de Mazovie (centre-est de la Pologne) Dźwierzno, comté de Człuchów dans la voïvodie de Poméranie (nord de la Pologne)
D%C5%BAwierzno, Cz%C5%82uch%C3%B3w_County/Dźwierzno, Człuchów County :
Dźwierzno [ˈd͡ʑvjɛʐnɔ] est un village du district administratif de Gmina Koczała, dans le comté de Człuchów, dans la voïvodie de Poméranie, dans le nord de la Pologne. Il se trouve à environ 6 kilomètres (4 mi) au nord-ouest de Koczała, 41 km (25 mi) au nord-ouest de Człuchów et 115 km (71 mi) au sud-ouest de la capitale régionale Gdańsk. Pour plus de détails sur l'histoire de la région, voir Histoire de la Poméranie. Le village compte 14 habitants.
D%C5%BAwierzno, Voïvodie de Couïavie-Poméranie/Dźwierzno, Voïvodie de Couïavie-Poméranie :
Dźwierzno [ˈd͡ʑvjɛʐnɔ] (allemand : Schwiersen) est un village du district administratif de Gmina Chełmża, dans le comté de Toruń, dans la voïvodie de Couïavie-Poméranie, dans le centre-nord de la Pologne. Il se trouve à environ 9 kilomètres (6 mi) à l'est de Chełmża et à 21 km (13 mi) au nord de Toruń. Le village compte 480 habitants.
D%C5%BAwierzno, P%C5%82ock_County/Dźwierzno, Płock County :
Dźwierzno [ˈd͡ʑvjɛʐnɔ] est un village du district administratif de Gmina Radzanowo, dans le comté de Płock, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 8 kilomètres (5 mi) à l'ouest de Radzanowo, 9 km (6 mi) au nord-est de Płock et 92 km (57 mi) au nord-ouest de Varsovie.
D%C5%BAwierzno, %C5%BBuromin_County/Dźwierzno, Żuromin County :
Dźwierzno [ˈd͡ʑvjɛʐnɔ] est un village du district administratif de Gmina Bieżuń, dans le comté de Żuromin, dans la voïvodie de Mazovie, dans le centre-est de la Pologne. Il se trouve à environ 4 kilomètres (2 mi) à l'est de Bieżuń, 14 km (9 mi) au sud de Żuromin et 109 km (68 mi) au nord-ouest de Varsovie.
D%C5%BAwierzuty/Dźwierzuty :
Dźwierzuty [d͡ʑvjɛˈʐutɨ] (allemand : Mensguth) est un village du comté de Szczytno, dans la voïvodie de Varmie-Mazurie, dans le nord de la Pologne. C'est le siège de la gmina (district administratif) appelée Gmina Dźwierzuty. Il se trouve à environ 18 kilomètres (11 mi) au nord de Szczytno et à 31 km (19 mi) à l'est de la capitale régionale Olsztyn. En 2006, le village comptait 1 380 habitants.
D%C5%BAwiga%C5%82a/Dźwigała :
Dźwigała est un nom de famille polonais. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Adam Dźwigała (né en 1995), footballeur polonais Dariusz Dźwigała (né en 1969), footballeur polonais
D%C5%BAwiniacz/Dźwiniacz :
Dźwiniacz peut faire référence aux lieux suivants : Dźwiniacz Dolny, Pologne Dźwiniacz Górny, Pologne Dzvynyach, Ukraine
D%C5%BAwiniacz Dolny/Dźwiniacz Dolny :
Dźwiniacz Dolny [ˈd͡ʑvʲiɲat͡ʂ ˈdɔlnɨ] (ukrainien : Дзвиняч Долішній Dzvyniach Dolishniy) est un village du district administratif de Gmina Ustrzyki Dolne, dans le comté de Bieszczady, dans la voïvodie des Basses-Carpates, dans le sud-est de la Pologne. Il se trouve à environ cinq kilomètres (trois milles) au nord-ouest d'Ustrzyki Dolne et à soixante-quinze kilomètres (quarante-sept milles) au sud-est de la capitale régionale Rzeszów. Le village compte environ quatre cents habitants.
D%C5%BAwiniacz G%C3%B3rny/Dźwiniacz Górny :
Dźwiniacz Górny [ˈd͡ʑvʲiɲat͡ʂ ˈɡurnɨ] ( ukrainien : Дзвиняч Горішній Dzvyniach Horishnii ) est un ancien village du district administratif de Gmina Lutowiska , dans le comté de Bieszczady , dans la voïvodie des Basses-Carpates , dans le sud-est de la Pologne . Il se trouve à environ 13 kilomètres (8 mi) au sud-est de Lutowiska, 35 km (22 mi) au sud-est d'Ustrzyki Dolne et 113 km (70 mi) au sud-est de la capitale régionale Rzeszów.
D%C5%BAwirzyno/Dźwirzyno :
Dźwirzyno [d͡ʑviˈʐɨnɔ] (en allemand : Kolberger Deep) est un village du district administratif de Gmina Kołobrzeg, dans le comté de Kołobrzeg, dans la voïvodie de Poméranie occidentale, dans le nord-ouest de la Pologne. Il se trouve à environ 12 kilomètres (7 mi) à l'ouest de Kołobrzeg et à 98 km (61 mi) au nord-est de la capitale régionale Szczecin. Le village compte 580 habitants.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gila band""

Gilanlar/Gilanlar : Mets Gilanlar (également, Mets-Gilaylar et Bol'shoy Gilanlar) est un hameau de la province d'Ararat en Armé...