Rechercher dans ce blog

vendredi 9 septembre 2022

Diphyllostomatini


Diphénylsulfone/Diphénylsulfone :
La diphénylsulfone est un composé organosoufré de formule (C6H5)2SO2. C'est un solide blanc soluble dans les solvants organiques. Il est utilisé comme solvant à haute température. Ces solvants à haute température sont utiles pour le traitement de polymères très rigides, par exemple le PEEK, qui ne se dissolvent que dans des solvants très chauds. Il est produit par la sulfonation du benzène avec de l'acide sulfurique et de l'oléum. Pour les procédés typiques, l'acide benzènesulfonique est un intermédiaire. Il est également produit à partir de chlorure de benzènesulfonyle et de benzène.

Diphénylacétylène/Diphénylacétylène :
Le diphénylacétylène est le composé chimique C6H5C≡CC6H5. La molécule est constituée de deux groupes phényle attachés à une unité C2. Solide incolore, il est utilisé comme élément de base en synthèse organique et comme ligand en chimie organométallique.
Diphénylalanine/Diphénylalanine :
La diphénylalanine est un terme qui a récemment été utilisé pour décrire l'acide aminé non naturel similaire aux deux acides aminés alanine et phénylalanine. Il a été utilisé pour la synthèse d'analogues de pseudopeptides capables d'inhiber certaines enzymes. Les énantiomères individuels de ce composé peuvent être synthétisés par amination électrophile d'un dérivé chiral d'oxazolidinone de l'acide 3,3-diphénylpropanoïque. Une utilisation historique du terme diphénylalanine fait référence au dipeptide de la phénylalanine (Phe-Phe).
Diphénylamine/Diphénylamine :
La diphénylamine est un composé organique de formule (C6H5)2NH. Le composé est un dérivé de l'aniline, constitué d'une amine liée à deux groupes phényle. Le composé est un solide incolore, mais les échantillons commerciaux sont souvent jaunes en raison des impuretés oxydées. La diphénylamine se dissout bien dans de nombreux solvants organiques courants et est modérément soluble dans l'eau. Il est utilisé principalement pour ses propriétés antioxydantes. La diphénylamine est largement utilisée comme antioxydant industriel, mordant de colorant et réactif et est également employée dans l'agriculture comme fongicide et antihelminthique.
Diphénylamine (data_page)/Diphénylamine (page de données) :
Cette page fournit des données chimiques supplémentaires sur la diphénylamine.
Diphénylbutadiyne/Diphénylbutadiyne :
Le diphénylbutadiyne est le composé organique de formule (C6H5C2)2. C'est un diyne commun. C'est le produit du couplage du phénylacétylène souvent avec des réactifs de cuivre., mais une variété de méthodes ont été développées. Le diphénylbutadiyne forme une variété de complexes métal-alcyne. Un exemple est le complexe organonickel (C5H5Ni)4C4(C6H5)2.
Diphénylbutylpipéridine/Diphénylbutylpipéridine :
Les diphénylbutylpipéridines sont une classe de médicaments antipsychotiques typiques qui ont tous été synthétisés, développés et commercialisés par Janssen Pharmaceutica.
Diphénylcarbazide/Diphénylcarbazide :
Le 1,5-diphénylcarbazide (ou simplement diphénylcarbazide, souvent abrégé DPC) est un composé chimique du groupe des carbazides. Il a une formule structurelle similaire à celle de la diphénylcarbazone et peut être facilement converti en celle-ci par oxydation.
Diphénylcarbazone/Diphénylcarbazone :
La 1,5-diphénylcarbazone (ou simplement diphénylcarbazone) est un composé chimique du groupe des carbazones (composés azotés de structure de base HN=N-CO-NH-NH2).
Diphénylchlorarsine/Diphénylchlorarsine :
La diphénylchloroarsine (DA) est le composé organoarsenic de formule (C6H5)2AsCl. Il est hautement toxique et a déjà été utilisé dans la guerre chimique. C'est également un intermédiaire dans la préparation d'autres composés organoarsenic. La molécule est constituée d'un centre As(III) pyramidal attaché à deux cycles phényle et à un chlorure. Il était également connu sous le nom d'huile d'éternuement pendant la Première Guerre mondiale par les Alliés.
Diphénylcyanoarsine/Diphénylcyanoarsine :
La diphénylcyanoarsine, également appelée Clark 2 (Chlor-Arsen-Kampfstoff 2, étant le successeur de Clark 1) par les Allemands, a été découverte en 1918 par Sturniolo et Bellinzoni et peu après utilisée comme le gaz Clark 1 associé par les Allemands pour la guerre chimique en la première Guerre mondiale. La substance provoque des nausées, des vomissements et des maux de tête. Cela peut entraîner par la suite, par exemple, un œdème pulmonaire (liquide dans les poumons).
Diphénylcyclopropénone/Diphénylcyclopropénone :
La diphénylcyclopropénone (diphencyprone) est un médicament expérimental administré par voie topique destiné au traitement de la pelade et de la pelade totale. L'immunothérapie topique utilisant la diphénylcyclopropénone peut également être une option de traitement efficace pour les verrues récalcitrantes. Il n'est approuvé ni par la Food and Drug Administration ni par l'Agence européenne des médicaments.
Diphényldichlorométhane/Diphényldichlorométhane :
Le diphényldichlorométhane est un composé organique de formule (C6H5)2CCl2. C'est un solide incolore qui est utilisé comme précurseur d'autres composés organiques.
Diphényléthylène/Diphényléthylène :
Diphényléthylène ou diphényléthène peut faire référence à : 1,1-diphényléthylène 1,2-diphényléthylène ou stilbène (E)-stilbène (trans-isomère) (Z)-stilbène (cis-isomère)
Diphényléthylènediamine/Diphényléthylènediamine :
La 1,2-diphényl-1,2-éthylènediamine, DPEN, est un composé organique de formule H2NCHPhCHPhNH2, où Ph est phényle (C6H5). Le DPEN existe sous trois stéréoisomères : méso et deux énantiomères S,S- et R,R-. Les diastéréoisomères chiraux sont utilisés dans l'hydrogénation asymétrique. Les deux diastéréomères sont des ligands bidentés.
Diphénylhexatriène/Diphénylhexatriène :
Le diphénylhexatriène est un hydrocarbure fluorescent utilisé dans l'étude des membranes cellulaires. Il est presque non fluorescent dans l'eau, mais il présente une forte fluorescence lorsqu'il est intercalé dans les membranes lipidiques. Il s'incorpore dans la bicouche lipidique et agit comme un lipide.
Diphénylcétène/Diphénylcétène :
Le diphénylcétène est une substance chimique de la famille des cétènes. Le diphénylcétène, comme la plupart des cétènes disubstitués, est une huile rouge-orange à température et pression ambiantes. Du fait des doubles liaisons successives dans la structure cétène R1R2C=C=O, le diphényl cétène est un hétérocumule. La réaction la plus importante du diphénylcétène est la cycloaddition [2+2] sur les liaisons multiples CC, CN, CO et CS.
Diphénylmercure/Diphénylmercure :
Le diphénylmercure est le composé organomercuriel de formule Hg(C6H5)2. C'est un solide blanc. Le composé présente un intérêt historique en tant que composé organométallique particulièrement stable mais il trouve peu d'utilisations en raison de sa forte toxicité.
Diphénylméthane/Diphénylméthane :
Le diphénylméthane est un composé organique de formule (C6H5)2CH2 (souvent abrégé CH2Ph2). Le composé est constitué de méthane dans lequel deux atomes d'hydrogène sont remplacés par deux groupes phényle. C'est un solide blanc. Le diphénylméthane est un squelette courant en chimie organique. Le groupe diphénylméthyle est également connu sous le nom de benzhydryle.
Diphénylméthanol/Diphénylméthanol :
Le diphénylméthanol est le composé organique de formule (C6H5)2CHOH. Aussi connu sous le nom de benzhydrol, c'est un solide blanc et le membre parent d'une grande classe d'alcools diaryliques.
Diphénylméthylpipérazine/Diphénylméthylpipérazine :
La 1-(diphénylméthyl)pipérazine, également connue sous le nom de benzhydrylpipérazine, est un composé chimique et un dérivé de la pipérazine. Il comporte un cycle pipérazine avec un groupe benzhydryle (diphénylméthyle) lié à l'un des azotes.
Diphénylphosphine/Diphénylphosphine :
La diphénylphosphine, également connue sous le nom de diphénylphosphane, est un composé organophosphoré de formule (C6H5)2PH. Ce liquide incolore et nauséabond s'oxyde facilement à l'air. C'est un précurseur des ligands organophosphorés à utiliser comme catalyseurs.
Oxyde de diphénylphosphine/oxyde de diphénylphosphine :
L'oxyde de diphénylphosphine est un composé organophosphoré de formule (C6H5)2P(O)H. C'est un solide blanc soluble dans les solvants organiques polaires.
Phosphite de diphényle/phosphite de diphényle :
Le diphénylphosphite est un diorganophosphite de formule (C6H5O)2P(O)H. La molécule est tétraédrique. C'est un liquide visqueux incolore. Les composés peuvent être préparés en traitant du trichlorure de phosphore avec du phénol. De nombreux analogues peuvent être préparés de manière similaire. Une réaction illustrative, le diphénylphosphite, les aldéhydes et les amines réagissent pour donner des aminophosphonates ( réaction de Kabachnik – Fields ).
Azoture de diphénylphosphoryle/Azide de diphénylphosphoryle :
L'azide de diphénylphosphoryle (DPPA) est un composé organique. Il est largement utilisé comme réactif dans la synthèse d'autres composés organiques.
Diphénylprolinol/Diphénylprolinol :
Le diphénylprolinol (D2PM), ou (R/S)-(±)-diphényl-2-pyrrolidinyl-méthanol, est un inhibiteur de la recapture de la noradrénaline-dopamine qui est utilisé comme médicament de synthèse.
Diphénylpropylamine/Diphénylpropylamine :
La diphénylpropylamine est un dérivé de la propylamine et peut faire référence à : 2,2-diphénylpropylamine 2,3-diphénylpropylamine 3,3-diphénylpropylamine
Diphénylpyraline/Diphénylpyraline :
La diphénylpyraline (DPP; commercialisée sous les noms Allergen, Arbid, Belfene, Diafen, Hispril, Histyn, Lergobine, Lyssipol, Mepiben, Neargal) est un antihistaminique de première génération à effets anticholinergiques de la classe des diphénylpipéridines. Il est commercialisé en Europe pour le traitement des allergies. On a également découvert que la DPP agissait comme un inhibiteur de la recapture de la dopamine et produisait une hyperactivité chez les rongeurs. Il s'est avéré utile dans le traitement du parkinsonisme.
Diphénylsilanediol/Diphénylsilanediol :
Le diphénylsilanediol, Ph2Si(OH)2, est un silanol. La molécule tétraédrique forme des colonnes à liaisons hydrogène à l'état solide. Il peut être préparé par hydrolyse du diphényldichlorosilane Ph2SiCl2. Le diphénylsilanediol peut agir comme anticonvulsivant, de la même manière que la phénytoïne. Bien que le composé soit stable dans des conditions normales, la présence d'impuretés basiques peut accélérer la condensation des groupes silanol.
Diphénylzinc/Diphénylzinc :
Le diphénylzinc est un composé organozincique. Il est couramment utilisé comme équivalent synthétique d'un synthon Ph−. Le diphénylzinc sans solvant existe sous forme de molécules dimères PhZn(μ-Ph)2ZnPh à l'état solide. Le diphénylzinc est disponible dans le commerce. Il peut être préparé par réaction de phényllithium avec du bromure de zinc : 2 PhLi + ZnBr2 → Ph2Zn + 2 LiBrIl peut également être préparé par réaction de bromure de phénylmagnésium avec du chlorure de zinc ou du diphénylmercure avec du zinc métallique.
Diphépanol/Diphépanol :
Le diphépanol est un antitussif.
Diphète Bopape/Diphète Bopape :
Heniel Diphete D. Bopape (né en 1957) est un romancier, dramaturge et journaliste sud-africain.
Diphéteur/Diphéteur :
Diphetor est un genre d'éphémères de la famille des Baetidae,
Diphile/Diphile :
Diphilus ( grec : Δίφιλος ), de Sinope , était un poète de la nouvelle comédie attique et un contemporain de Ménandre (342-291 avant JC). Il est fréquemment cité avec Ménandre et Philémon, considérés comme les trois plus grands poètes de la Nouvelle Comédie. Il remporta au moins trois victoires à la Lenaia, le plaçant troisième devant Philémon et Ménandre. Bien que la plupart de ses pièces aient été écrites et jouées à Athènes, il mourut à Smyrne. Son corps a été rendu et enterré à Athènes. Selon Athénée, il était en relations intimes avec la célèbre courtisane Gnathaena. Athénée cite le poète comique Machon à l'appui de cette affirmation. Machon est également à l'origine de l'affirmation selon laquelle Diphilus a joué dans ses propres pièces. Un essai anonyme sur la comédie de l'Antiquité rapporte que Diphilus a écrit 100 pièces. De ces 100 pièces, 59 titres et 137 fragments (ou citations) survivent. D'après les fragments existants, les pièces de Diphilus semblent avoir présenté de nombreux personnages de base désormais principalement associés aux comédies du dramaturge romain Plaute , qui a traduit et adapté un certain nombre de pièces de Diphilus. Des soldats fanfarons, des cuisiniers bavards, des courtisanes et des parasites figurent tous dans les fragments. Contrairement à ses contemporains les plus prospères, Ménandre et Philémon, Diphile semble avoir eu une préférence pour les sujets mythologiques si populaires dans la Moyenne Comédie. autre pièce), il était très habile dans la construction de ses intrigues. Terence nous dit aussi qu'il a introduit dans l'Adelphi (ii. I) une scène du Συναποθνήσκοντες, qui avait été omise par Plaute dans son adaptation (Commorientes) de la même pièce. Selon l'Encyclopædia Britannica Eleventh Edition: The style of Diphilus était simple et naturel, et son langage dans l'ensemble bon Grenier ; il accordait une grande attention à la versification et était censé avoir inventé un type particulier de mètre. Les anciens hésitaient à le classer parmi les écrivains de la comédie nouvelle ou moyenne. Par son penchant pour les sujets mythologiques (Hercule, Thésée) et son introduction sur scène (par un audacieux anachronisme) des poètes Archiloque et Hipponax comme rivaux de Sapho, il se rapproche de l'esprit de ce dernier.
Diphilus (médecin) / Diphilus (médecin):
Diphilus , ( grec : Δίφιλος ), médecin grec de Siphnus , l'une des Cyclades , qui était un contemporain de Lysimaque , roi de Thrace , vers le début du 3ème siècle avant JC. Il écrivit un ouvrage intitulé De la diète propre aux personnes en bonne et mauvaise santé, fréquemment cité par Athénée, mais dont il ne reste que de courts fragments conservés par lui.
Diphlébie/Diphlébie :
Diphlebia est un genre de demoiselles de la famille des Lestoideidae. Ils sont communément appelés rockmasters. Ces demoiselles sont très grandes et épaisses. Les espèces de ce genre se trouvent dans l'est de l'Australie, à l'exception d'une espèce qui se trouve en Nouvelle-Guinée. Les mâles sont vivement modelés. Ils sont de couleur bleu ou vert bleuté et noir. Leur couleur bleue leur vaut aussi le nom de demoiselles d'azur. Ils se reposent les ailes déployées. Leurs ailes sont généralement brun noirâtre ou ont des marques blanches. Ces demoiselles ont plusieurs veines transversales anténodales présentes. Les deux veines transversales basales s'étendent à travers les espaces costaux et sous-costaux. Les larves sont larges et plates. Ils ont de longues branchies saccoïdes leur permettant de respirer sous l'eau. La dent interne de leurs palpes labiaux est allongée. Les caractères spécifiques de la larve sont le milieu ventral, la largeur distale, la largeur basale et la longueur du lobe médian.
Diphlebia coerulescens/Diphlebia coerulescens :
Diphlebia coerulescens, connue sous le nom de rockmaster saphir, est une espèce australienne de demoiselle à larges ailes. Il fait partie d'un groupe connu sous le nom de demoiselles d'azur. On le trouve dans le Queensland et le nord-est de la Nouvelle-Galles du Sud dans l'est de l'Australie, où on le trouve dans les ruisseaux et les rivières à débit rapide. L'entomologiste d'origine anglaise, Robin Tillyard, a décrit le saphir rockmaster comme une sous-espèce du rockmaster tropical, Diphlebia euphaeoides dans 1913, avant de le réévaluer en tant qu'espèce distincte sur la base de la forme distincte de l'appendice anal mâle, ainsi que des différences de taille et de couleur des adultes. Le mâle saphir rockmaster a un corps principalement bleu vif et noir avec des ailes sombres. Il se distingue du rockmaster tropical par la plus grande taille de deux marques bleues proéminentes à la base (extrémité avant) et sous les terga 4 à 6. Son abdomen supérieur de son abdomen autrement noir a souvent des marques bleues aux extrémités avant du terga. Les ailes sont plus étroites que celles du rockmaster tropical, mais plus larges que les autres membres du genre, et sont d'un brun fumé plutôt que noir. Les pattes sont principalement noir brunâtre, mais ont un peu de bleu sur la partie supérieure des fémurs médians et postérieurs. La femelle saphir rockmaster est principalement brune et vert olive, et a également des ailes de couleur fumée. Ses pattes sont brun foncé avec les segments supérieurs brun clair des fémurs médian et postérieur. Le dessus de son abdomen est d'un vert olive foncé, avec une ligne dorsale plus foncée bien en évidence le long de la ligne médiane, qui s'élargit en un motif à peu près triangulaire à l'extrémité arrière de chaque segment (tergum).
Diphlebia euphoeoides/Diphlebia euphoeoides :
Diphlebia euphoeoides, parfois orthographié Diphlebia euphaeoides, connu sous le nom de rockmaster tropical, est une espèce australienne de demoiselle à larges ailes. Il fait partie d'un groupe connu sous le nom de demoiselles d'azur. On le trouve dans le Queensland (Australie) et en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il se produit généralement près des lacs, des cascades ou des ruisseaux à des altitudes relativement basses, et est parfois vu près des mares sèches. Exceptionnellement pour les demoiselles, c'est un insecte relativement gros avec ses ailes déployées au repos. Il est souvent confondu avec les libellules, bien que, comme la plupart des demoiselles, la forme ne soit pas aussi robuste que les libellules et les yeux ne se rencontrent pas comme chez la plupart des libellules. Les larves sont larges et plates, avec de longues branchies saccoïdes pour respirer sous l'eau. La dent interne des palpes labiaux est allongée. Les caractères spécifiques de la larve sont le milieu ventral, la largeur distale, la largeur basale et la longueur du lobe médian. Les schémas moteurs des larves étaient similaires à ceux des larves des Coenagrionidae. Le rockmaster tropical mâle a un corps bleu vif et noir avec des ailes sombres. Il se distingue du saphir rockmaster ( Diphlebia coerulescens ) par la plus petite taille des marques bleues à la base (extrémité avant) et sous les terga 4 à 6. Son abdomen est par ailleurs noir. Ses ailes sont les plus larges du genre et les ailes postérieures sont plus larges que les ailes antérieures. Les pattes sont noir brunâtre. Le rockmaster tropical femelle est principalement brun et jaune-vert, et a également des ailes de couleur fumée. La transformation de l'œuf à l'adulte se fait par une métamorphose incomplète. Comme la forme adulte, la nymphe est aussi un prédateur. Les œufs sont pondus sous l'eau sur de la mousse et des roseaux vers novembre. La phase nymphal dure environ un an. Les adultes émergent généralement en septembre et octobre. C'est une espèce peu commune, bien qu'elle ne soit pas considérée comme menacée. Il a été décrit en 1907 par un jeune entomologiste d'origine anglaise, Robin Tillard. Il avait collecté le lectotype à Mervyn Creek dans le Queensland en janvier 1905. Forster a collecté ce qui est maintenant classé comme la même espèce autour de Port Moresby en Nouvelle-Guinée en 1910 et l'a nommé Diphlebia reinholdi.
Diphlebia hybridoides/Diphlebia hybridoides :
Diphlebia hybridoides est une espèce de demoiselle australienne de la famille des Lestoideidae, communément appelée rockmaster géant. Il est endémique du nord-est du Queensland, où il habite les ruisseaux dans les forêts. Diphlebia hybridoides est une grande demoiselle d'apparence solide avec une coloration bleu-gris et noire saisissante. Il est assis avec ses ailes à bandes sombres déployées.
Diphlebia lestoides/Diphlebia lestoides :
Diphlebia lestoides est une espèce de demoiselle australienne de la famille des Lestoideidae, communément appelée rockmaster d'eau vive. Il est endémique du sud-est de l'Australie, où il habite les ruisseaux et les rivières. Diphlebia lestoides est une grande demoiselle d'apparence solide ; le mâle est de couleur bleue à grise avec des marques noires, tandis que la femelle a une coloration plus discrète. Il est assis avec ses ailes blanches marquées déployées.
Diphlebia nymphoides/Diphlebia nymphoides :
Diphlebia nymphoides est une espèce de demoiselle australienne de la famille des Lestoideidae, communément appelée rockmaster à pointe de flèche. Il est endémique de l'est de l'Australie, où il habite les ruisseaux et les rivières. Diphlebia nymphoides est une grande demoiselle d'apparence solide ; le mâle adulte est d'un bleu brillant avec une queue rayée de noir et de bleu, tandis que la femelle a une coloration plus discrète. Il est assis avec ses ailes légèrement teintées déployées.
Diphlébiidés/Diphlébiidés :
Les Diphlebiidae ne sont plus reconnus comme une famille biologique. C'était le nom donné à une petite famille de demoiselles, les demoiselles azur, avec des espèces en deux genres : Diphlebia et Philoganga. Diphlebia se trouve en Australie et Philoganga se trouve en Asie du Sud-Est. Ce sont de grandes demoiselles au corps épais. Ils se reposent les ailes déployées. Les Diphlebiidae étaient également connus sous le nom de Philogangidae. Diphlebiidae est désormais scindé : Le genre Diphlebia est désormais considéré comme appartenant à la famille des Lestoideidae. Le genre Philoganga est désormais considéré comme appartenant à la famille des Philogangidae.
Diphleps/Diphleps :
Diphleps est un genre de punaises sauteuses de la famille des Miridae. Il y a environ cinq espèces décrites chez Diphleps.
Diphleps unica/Diphleps unica :
Diphleps unica est une espèce de punaise sauteuse de la famille des Miridae. On le trouve en Amérique du Nord.
Diphloréthol/Diphloréthol :
Le diphloréthol est un phlorotanin présent dans l'algue brune Cystophora retroflexa.
Diphone/Diphone :
En phonétique, un diphone est une paire adjacente de téléphones dans un énoncé. Par exemple, dans [daɪfəʊn], les diphones sont [da], [aɪ], [ɪf], [fə], [əʊ], [ʊn]. Le terme est généralement utilisé pour désigner un enregistrement de la transition entre deux téléphones. Dans le schéma suivant, un flux de téléphones est représenté par P1, P2, etc., et les diphones correspondants sont représentés par D1-2, D2-3, etc. : |P1===|P2===|P3= ==|P4===|P5===|P6===| |D1-2=|D2-3=|D3-4=|D4-5=|D5-6=| Si le nombre de phonèmes dans une langue est P, le nombre théorique de diphones possibles est P2. Cependant, comme toutes les langues ont des restrictions sur les sons qui peuvent se produire les uns à côté des autres (voir phonotactique), le nombre de diphones dans chaque langue est généralement beaucoup plus petit que P2. L'espagnol compte environ 800 diphones et l'allemand environ 2 500. Les diphones sont utiles dans la synthèse vocale. Lorsque des diphones préenregistrés sont combinés pour créer une parole synthétisée, les sons résultants sont beaucoup plus naturels que la simple combinaison de téléphones simples. En effet, la prononciation de chaque téléphone varie en fonction des téléphones environnants.
Diphoon/Diphoon :
Diphoorn est un hameau des Pays-Bas et fait partie de la municipalité de Coevorden dans la Drenthe. Il a été mentionné pour la première fois en 1542 sous le nom de dix Diephoorn. L'étymologie n'est pas claire. Diphoorn dépend de Sleen, cependant il a son propre code postal. En 1842, elle abritait 82 personnes.
Diphosgène/Diphosgène :
Le diphosgène est un composé chimique organique de formule ClCO2CCl3. Ce liquide incolore est un réactif précieux dans la synthèse de composés organiques. Le diphosgène est apparenté au phosgène et a une toxicité comparable, mais il est plus pratique à manipuler car il s'agit d'un liquide, alors que le phosgène est un gaz.
Diphosphagermylène/Diphosphagermylène :
Les diphosphagermylènes sont une classe de composés contenant un atome de germanium divalent lié à deux atomes de phosphore. Bien que ces composés ressemblent aux diamidocarbènes, tels que les carbènes N-hétérocycliques (NHC), les diphosphagermylènes présentent des caractéristiques de liaison distinctes de celles des diamidocarbènes. Contrairement aux composés NHC, dans lesquels il existe un chevauchement effectif NC p (π) -p (π) entre les paires isolées d'azotes plans et une orbitale p vide d'un carbène, les systèmes contenant P-Ge p (π) -p (π) les chevauchements sont rares. Jusqu'en 2014, la géométrie des atomes de phosphore dans tous les diphosphatetrylènes précédemment signalés était pyramidale, avec une interaction P-Ge p (π) -p (π) minimale. Il a été suggéré que l'absence de p(π)-p(π) dans les liaisons Ge-P est due à la barrière énergétique élevée associée à l'obtention d'une configuration planaire au phosphore, ce qui permettrait une p(π)-p( π) chevauchement entre la paire isolée de phosphore et l'orbitale P vide de Ge. L'absence de stabilisation π qui en résulte contribue à la difficulté associée à l'isolement du diphosphagermylène et des doubles liaisons Ge-P. Cependant, l'utilisation de centres de phosphore stériquement encombrants a permis l'isolement de diphosphagermylènes avec un centre de phosphore plan avec une interaction P-Ge p(π)-p(π) significative.
Diphosphane/Diphosphane :
Le diphosphane, ou diphosphine, est un composé inorganique de formule chimique P2H4. Ce liquide incolore est l'un des nombreux hydrures de phosphore binaires. C'est l'impureté qui provoque généralement l'inflammation des échantillons de phosphine dans l'air.
Diphosphate-purine nucléoside_kinase/Diphosphate-purine nucléoside kinase :
En enzymologie, une diphosphate-purine nucléoside kinase (EC 2.7.1.143) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique diphosphate + un nucléoside purique ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} phosphate + un mononucléotide puriqueAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont le diphosphate et nucléoside purique, alors que ses deux produits sont le phosphate et le mononucléotide purique. Cette enzyme appartient à la famille des transférases, plus précisément celles transférant des groupements contenant du phosphore (phosphotransférases) avec un groupement alcool comme accepteur. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est diphosphate:purine nucléoside phosphotransférase. Cette enzyme est également appelée pyrophosphate-purine nucléoside kinase.
Diphosphate%E2%80%94glycérol phosphotransférase/Diphosphate—glycérol phosphotransférase :
En enzymologie, une diphosphate-glycérol phosphotransférase (EC 2.7.1.79) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique diphosphate + glycérol ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} phosphate + glycérol 1-phosphateAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont le diphosphate et le glycérol, alors que ses deux produits sont le phosphate et le glycérol 1-phosphate. Cette enzyme appartient à la famille des transférases, plus précisément celles transférant des groupements contenant du phosphore (phosphotransférases) avec un groupement alcool comme accepteur. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est diphosphate:glycérol 1-phosphotransférase. D'autres noms couramment utilisés comprennent la PPi-glycérol phosphotransférase et la pyrophosphate-glycérol phosphotransférase.
Diphosphate%E2%80%94sérine phosphotransférase/Diphosphate—sérine phosphotransférase :
En enzymologie, une diphosphate-sérine phosphotransférase (EC 2.7.1.80) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique diphosphate + L-sérine ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} phosphate + O-phospho-L-sérineAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont le diphosphate et la L-sérine, alors que ses deux produits sont le phosphate et la O-phospho-L-sérine. Cette enzyme appartient à la famille des transférases, plus précisément celles transférant des groupements contenant du phosphore (phosphotransférases) avec un groupement alcool comme accepteur. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est diphosphate:L-sérine O-phosphotransférase. D'autres noms couramment utilisés comprennent la pyrophosphate-sérine phosphotransférase et la pyrophosphate-L-sérine phosphotransférase.
Diphosphène/Diphosphène :
Le diphosphène est un composé répondant à la formule (PH)2. Il existe sous la forme de deux isomères géométriques, E et Z. Le diphosphène est également le membre parent de toute la classe des composés diphosphène de formule (PR) 2, où R est un groupe organyle.
Diphosphènes/Diphosphènes :
Le diphosphène est un type de composé organophosphoré qui possède une double liaison phosphore-phosphore, notée RP = P-R '. Ces composés ne sont pas courants mais présentent un intérêt théorique. Normalement, les composés de formule empirique RP existent sous forme de cycles. Cependant, comme d'autres liaisons multiples entre les éléments lourds du groupe principal, les doubles liaisons P = P peuvent être stabilisées par un grand encombrement stérique des substitutions. Le premier diphosphène bis (2,4,6-tri-tert-butylphényl) diphosphène isolé a été illustré par Masaaki Yoshifuji et ses collègues en 1981, dans lequel le diphosphène est stabilisé par deux groupes phényles volumineux.
Diphosphines/Diphosphines :
Les diphosphines, parfois appelées bisphosphanes, sont des composés organophosphorés les plus couramment utilisés comme ligands phosphines bidentés en chimie inorganique et organométallique. Ils sont identifiés par la présence de deux groupes phosphino liés par un squelette, et sont généralement chélatants. Une grande variété de diphosphines ont été synthétisées avec différents lieurs et groupes R. L'altération du lieur et des groupes R modifie les propriétés électroniques et stériques des ligands, ce qui peut entraîner des géométries de coordination et un comportement catalytique différents dans des catalyseurs homogènes.
Diphosphoglycérate/Diphosphoglycérate :
Diphosphoglycérate peut faire référence à : 1,3-Diphosphoglycérate 2,3-Diphosphoglycérate
Acide diphosphoglycérique/Acide diphosphoglycérique :
Acide diphosphoglycérique peut faire référence à : Acide 1,3-diphosphoglycérique Acide 2,3-diphosphoglycérique
Diphosphoinositol-pentakisphosphate kinase/Diphosphoinositol-pentakisphosphate kinase :
En enzymologie, une diphosphoinositol-pentakisphosphate kinase (EC 2.7.4.24) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique ATP + 1D-myo-inositol 5-diphosphate pentakisphosphate ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} ADP + 1D-myo-inositol bisdiphosphate tétrakisphosphate ( configuration isomérique inconnue)Ainsi, les deux substrats de cette enzyme sont l'ATP et le 1D-myo-inositol 5-diphosphate pentakisphosphate, alors que ses 3 produits sont l'ADP, le 1D-myo-inositol bisdiphosphate et le tétrakisphosphate (configuration isomérique inconnue). Cette enzyme appartient à la famille des transférases, plus précisément celles transférant des groupements contenant du phosphore (phosphotransférases) avec un groupement phosphate comme accepteur. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est ATP:1D-myo-inositol-5-diphosphate-pentakisphosphate phosphotransférase. D'autres noms couramment utilisés comprennent la PP-IP5 kinase, la diphosphoinositol pentakisphosphate kinase et l'ATP:5-diphospho-1D-myo-inositol-pentakisphosphate phosphotransférase.
Diphosphoinositol-polyphosphate diphosphatase/Diphosphoinositol-polyphosphate diphosphatase :
En enzymologie, une diphosphoinositol-polyphosphate diphosphatase (EC 3.6.1.52) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique diphospho-myo-inositol polyphosphate + H2O ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} myo-inositol polyphosphate + phosphateAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont le polyphosphate de diphospho-myo-inositol et H2O, alors que ses deux produits sont le polyphosphate et le phosphate de myo-inositol. Cette enzyme appartient à la famille des hydrolases, plus précisément celles agissant sur les anhydrides d'acides dans les anhydrides phosphorés. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est diphospho-myo-inositol-polyphosphate diphosphohydrolase. D'autres noms couramment utilisés incluent la diphosphoinositol-polyphosphate phosphohydrolase et le DIPP.
Diphosphomévalonate décarboxylase/Diphosphomévalonate décarboxylase :
La diphosphomévalonate décarboxylase (EC 4.1.1.33), plus communément appelée dans la littérature scientifique mévalonate diphosphate décarboxylase, est une enzyme qui catalyse la réaction chimique ATP + (R) -5-diphosphomévalonate ⇌ {\ displaystyle \ rightleftharpoons} ADP + phosphate + isopentényle diphosphate + CO2Cette enzyme convertit le mévalonate 5-diphosphate (MVAPP) en diphosphate d'isopentényle (IPP) par décarboxylation dépendante de l'ATP. Les deux substrats de cette enzyme sont l'ATP et le mévalonate 5-diphosphate, alors que ses 4 produits sont l'ADP, le phosphate, l'isopentényl diphosphate et le CO2. La mévalonate diphosphate décarboxylase catalyse la dernière étape de la voie du mévalonate. La voie du mévalonate est responsable de la biosynthèse des isoprénoïdes à partir de l'acétate. Cette voie joue un rôle clé dans de multiples processus cellulaires en synthétisant des isoprénoïdes stérols, tels que le cholestérol, et des isoprénoïdes non stérols, tels que le dolichol, l'hème A, l'ARNt isopentényltransférase et l'ubiquinone. Cette enzyme appartient à la famille des lyases, en particulier la carboxy -lyases, qui clivent les liaisons carbone-carbone. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est ATP:(R)-5-diphosphomévalonate carboxy-lyase (ajoutant l'ATP isopentényl-diphosphate formant). D'autres noms couramment utilisés incluent la pyrophosphomévalonate décarboxylase, la mévalonate-5-pyrophosphate décarboxylase, l'acide pyrophosphomévalonique décarboxylase, la 5-pyrophosphomévalonate décarboxylase, la mévalonate 5-diphosphate décarboxylase et l'ATP:(R)-5-diphosphomévalonate carboxy-lyase (déshydratant).
Diphosphore/Diphosphore :
Le diphosphore est un produit chimique inorganique de formule chimique P2. Contrairement à l'azote, son voisin pnictogène plus léger qui forme une molécule N2 stable avec une triple liaison azote-azote, le phosphore préfère une forme tétraédrique P4 car les liaisons pi PP sont riches en énergie. Le diphosphore est donc très réactif avec une énergie de dissociation des liaisons (117 kcal/mol ou 490 kJ/mol) deux fois moins élevée que celle du diazote. La distance de liaison a été mesurée à 1,8934 Å.
Tétrachlorure de diphosphore/tétrachlorure de diphosphore :
Le tétrachlorure de diphosphore est un composé inorganique de formule chimique P2Cl4. C'est un liquide incolore qui se décompose près de la température ambiante et s'enflamme à l'air.
Tétrafluorure de diphosphore/tétrafluorure de diphosphore :
Le tétrafluorure de diphosphore est un composé gazeux de phosphore et de fluor de formule P2F4. Deux atomes de fluor sont connectés à chaque atome de phosphore et il existe une liaison entre les deux atomes de phosphore. Le phosphore peut être considéré comme ayant un état d'oxydation +2, comme l'indique le nom de difluorure de phosphore.
Tétraiodure de diphosphore/Tétraiodure de diphosphore :
Le tétraiodure de diphosphore est un solide cristallin orange de formule P2I4. Il a été utilisé comme agent réducteur en chimie organique. C'est un exemple rare de composé contenant du phosphore à l'état d'oxydation +2 et peut être classé comme un sous-halogénure de phosphore. C'est le plus stable des tétrahalogénures de diphosphore.
Trisulfure de diphosphore/Trisulfure de diphosphore :
Le trisulfure de diphosphore (parfois appelé trisulfure de phosphore) est un sulfure de phosphore de formule P2S3. La substance est très instable et difficile à étudier.
Diphosphotransférase/Diphosphotransférase :
Les diphosphotransférases sont des enzymes phosphotransférases qui agissent sur les groupes pyrophosphate. Ils sont classés sous le numéro CE 2.7.6.
Diphotérine/Diphotérine :
La Diphotérine est une solution de décontamination utilisée en premiers soins pour le traitement d'urgence des déversements chimiques aux yeux et au corps.
Diphridas/Diphridas :
Diphridas était un général spartiate dans la guerre de Corinthe. En 391 av. J.-C., il fut placé à la tête des forces spartiates en Asie Mineure, dont le précédent commandant, Thibron, avait été tué dans une embuscade. Diphridas a poursuivi la politique de son prédécesseur consistant à lancer des raids de pillage sur le territoire du satrape persan de la région de Struthas. Ces raids ont été très réussis; Diphridas a capturé à un moment donné le gendre de Struthas, et avec le pillage qu'il a pris, il a pu embaucher des mercenaires pour agrandir sa force.
Diphros/Diphros :
Diphros ( grec : Δίφρος ) était un tabouret grec ancien sans dossier et avec quatre pieds tournés. Il était facilement transportable et donc d'usage courant. Les dieux sont représentés assis sur diphroi sur la frise du Parthénon ; les femmes les utilisaient chez elles. Le diphros pliable s'appelait δίφρος ὀκλαδίας diphros okladias. Diphros était aussi appelé la selle de planche de char, sur laquelle deux pouvaient se tenir debout, le conducteur ἡνίοχος heniochos et le combattant παραιβάτης paraibatês. Ces objets ne sont qu'une partie du corps plus vaste du mobilier ancien attesté dans les textes et les images.
Diphtamide/Diphtamide :
Le diphtamide est un acide aminé histidine modifié post-traductionnel présent dans le facteur d'élongation archéen et eucaryote 2 (eEF-2).
Diphthera (papillon)/Diphthera (papillon) :
Diphtherinae est une sous-famille monotypique de papillons nocturnes de la famille des Nolidae érigée par Michael Fibiger et J. Donald Lafontaine en 2005. Son seul genre, Diphthera, a été érigé par Jacob Hübner en 1809. Le genre a été déplacé des Noctuidae en 2013 après l'analyse phylogénétique de Reza Zahiri et al. (2013).
Diphthera festiva/Diphthera festiva :
Diphthera festiva, le papillon hiéroglyphique, est une espèce de papillon de nuit de la famille des Nolidae et est le seul papillon de sa sous-famille des Diphtherinae. On le trouve dans les régions tropicales et subtropicales d'Amérique du Sud (aussi loin au sud que la Bolivie et le Brésil), d'Amérique centrale, d'Amérique du Nord et des Caraïbes. En Amérique du Nord, l'espèce a une distribution sud-est de la Caroline du Sud à l'ouest du Texas le long de la côte du golfe. Des parasites ont été enregistrés aussi loin au nord que le Michigan et le Missouri. L'envergure est de 37 à 48 mm (1,5 à 1,9 po). Cette espèce est parfois considérée comme un ravageur du soja. Il a été décrit par Johan Christian Fabricius en 1775.
Diphtérie/Diphtérie :
La diphtérie est une infection causée par la bactérie Corynebacterium diphtheriae. La plupart des infections sont asymptomatiques ou ont une évolution clinique bénigne, mais dans certaines épidémies, plus de 10 % des personnes diagnostiquées avec la maladie peuvent mourir. Les signes et les symptômes peuvent varier de légers à graves et commencent généralement deux à cinq jours après l'exposition. Les symptômes apparaissent souvent assez progressivement, en commençant par un mal de gorge et de la fièvre. Dans les cas graves, une tache grise ou blanche se développe dans la gorge. Cela peut bloquer les voies respiratoires et créer une toux aboyante comme dans le croup. Le cou peut gonfler en partie à cause de l'hypertrophie des ganglions lymphatiques. Une forme de diphtérie qui implique la peau, les yeux ou les organes génitaux existe également. Les complications peuvent inclure une myocardite, une inflammation des nerfs, des problèmes rénaux et des problèmes de saignement dus à de faibles niveaux de plaquettes. La myocardite peut entraîner une fréquence cardiaque anormale et une inflammation des nerfs peut entraîner une paralysie. La diphtérie se transmet généralement entre les personnes par contact direct ou par voie aérienne. Il peut également être propagé par des objets contaminés. Certaines personnes sont porteuses de la bactérie sans présenter de symptômes, mais peuvent tout de même transmettre la maladie à d'autres. Les trois principaux types de C. diphtheriae provoquent différentes sévérités de la maladie. Les symptômes sont dus à une toxine produite par la bactérie. Le diagnostic peut souvent être fait sur la base de l'aspect de la gorge avec confirmation par culture microbiologique. Une infection antérieure peut ne pas protéger contre l'infection. Un vaccin contre la diphtérie est efficace pour la prévention et disponible dans un certain nombre de formulations. Trois ou quatre doses, administrées en même temps que le vaccin contre le tétanos et le vaccin contre la coqueluche, sont recommandées pendant l'enfance. Des doses supplémentaires de vaccin diphtérie-tétanos sont recommandées tous les dix ans. La protection peut être vérifiée en mesurant le niveau d'antitoxine dans le sang. La diphtérie peut être prévenue chez les personnes exposées ainsi que traitées avec les antibiotiques érythromycine ou benzylpénicilline. Une trachéotomie est parfois nécessaire pour ouvrir les voies respiratoires dans les cas graves. En 2015, 4 500 cas ont été officiellement signalés dans le monde, contre près de 100 000 en 1980. On pense qu'environ un million de cas par an se sont produits avant les années 1980. La diphtérie survient actuellement le plus souvent en Afrique subsaharienne, en Inde et en Indonésie. En 2015, elle a entraîné 2 100 décès, contre 8 000 décès en 1990. Dans les zones où elle est encore courante, les enfants sont les plus touchés. Il est rare dans le monde développé en raison de la vaccination généralisée, mais peut réapparaître si les taux de vaccination diminuent. Aux États-Unis, 57 cas ont été signalés entre 1980 et 2004. Le décès survient chez 5 à 10 % des personnes diagnostiquées. La maladie a été décrite pour la première fois au 5ème siècle avant JC par Hippocrate. La bactérie a été identifiée en 1882 par Edwin Klebs.
Antitoxine diphtérique/Antitoxine diphtérique :
L'antitoxine diphtérique (DAT) est un médicament composé d'anticorps utilisés dans le traitement de la diphtérie. Il n'est plus recommandé pour la prévention de la diphtérie. Il est administré par injection dans une veine ou un muscle. Les effets secondaires sont fréquents. Ils comprennent la maladie sérique et les réactions allergiques, y compris l'anaphylaxie. L'antitoxine diphtérique est fabriquée à partir du plasma sanguin de chevaux qui ont été immunisés contre la toxine diphtérique. Il agit en neutralisant les toxines produites par Corynebacterium diphtheriae. L'antitoxine diphtérique a été développée et est entrée en usage médical à la fin des années 1800. Il figure sur la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé. Aux États-Unis, il peut être obtenu auprès du Center for Disease Control. Il n'est pas disponible dans de nombreux pays, dont beaucoup en Europe à partir de 2008.
Toxine diphtérique/toxine diphtérique :
La toxine diphtérique est une exotoxine sécrétée par Corynebacterium diphtheriae, la bactérie pathogène responsable de la diphtérie. Le gène de la toxine est codé par un prophage appelé corynephage β. La toxine provoque la maladie chez l'homme en pénétrant dans le cytoplasme cellulaire et en inhibant la synthèse des protéines.
Vaccin contre la diphtérie/Vaccin contre la diphtérie :
Le vaccin contre la diphtérie est un vaccin à base d'anatoxine contre la diphtérie, une maladie causée par Corynebacterium diphtheriae. Son utilisation a entraîné une diminution de plus de 90 % du nombre de cas dans le monde entre 1980 et 2000. La première dose est recommandée à l'âge de six semaines avec deux doses supplémentaires à quatre semaines d'intervalle, après quoi elle est efficace à environ 95 % pendant l'enfance. Trois doses supplémentaires sont recommandées pendant l'enfance. On ne sait pas si d'autres doses plus tard dans la vie sont nécessaires. Le vaccin contre la diphtérie est très sûr. Les effets secondaires importants sont rares. Une douleur peut survenir au site d'injection. Une bosse peut se former au site d'injection qui dure quelques semaines. Le vaccin est sûr à la fois pendant la grossesse et chez les personnes dont la fonction immunitaire est faible. Le vaccin contre la diphtérie est administré en plusieurs combinaisons. Certaines combinaisons (vaccins Td et DT) incluent le vaccin contre le tétanos, d'autres (appelées vaccin DTC ou vaccin DTaP selon l'antigène coquelucheux utilisé) sont fournies avec les vaccins contre le tétanos et la coqueluche, et d'autres encore incluent des vaccins supplémentaires tels que le vaccin Hib, le vaccin contre l'hépatite B , ou vaccin antipoliomyélitique inactivé. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) en recommande l'utilisation depuis 1974. Environ 84 % de la population mondiale est vaccinée. Il est administré par injection intramusculaire. Le vaccin doit être conservé au froid mais pas congelé. Le vaccin contre la diphtérie a été développé en 1923. Il figure sur la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé.
Stomatite diphtérique/stomatite diphtérique :
La stomatite diphtérique est une maladie récemment découverte et n'a jusqu'à présent été signalée que chez les manchots aux yeux jaunes (Megadyptes antipodes). Ses symptômes ressemblent à ceux de la diphtérie humaine et se caractérisent par des lésions infectieuses au niveau de la bouche qui gênent la déglutition et provoquent des troubles respiratoires. L'infection est causée par Corynebacterium amycolatum, une bactérie aérobie à Gram positif et touche principalement les très jeunes poussins. Cependant, il semble probable qu'un agent déclencheur (par exemple un virus) pourrait être impliqué dans ce qui fait de la corynebactérie un pathogène secondaire. La maladie a été une cause sérieuse de mortalité au cours des saisons de reproduction 2002 et 2004 du manchot aux yeux jaunes. Il semble que seules l'île du sud de la Nouvelle-Zélande et l'île Stewart/Rakiura aient été touchées.
Diphtérocome/Diphtérocome :
Le diphtérocome est un genre de papillons nocturnes de la famille des Noctuidae.
Diphtérocome autumnalis/Diphtérocome autumnalis :
Diphtherocome autumnalis est un papillon de nuit de la famille des Noctuidae. On le trouve à Taïwan.
Diphtérocome discibrunnea/Diphtérocome discibrunnea :
Diphtherocome discibrunnea est une espèce de papillon de nuit de la famille des Noctuidae. On le trouve en Inde.
Diphtérocome pallida/Diphtérocome pallida :
Diphtherocome pallida est une espèce de papillon de nuit de la famille des Noctuidae. On le trouve en Inde.
Pulchra diphtérocome/pulchra diphtérocome :
Diphtherocome pulchra est un papillon nocturne de la famille des Noctuidae. On le trouve à Taïwan.
Diphtéroglyphe/Diphtéroglyphe :
Diphtheroglyphus est un genre d'acariens de la famille des Acaridae.
Diphtérophoridés/Diphtérophoridés :
Diphtherophoridae est une famille de nématodes appartenant à l'ordre Triplonchida.Genera : Diphtherophora de Man, 1880 Longibulbophora Yeates, 1967 Triplonchium Cobb, 1920 Tylolaimophorus de Man, 1880
Diphtérophorine/Diphtérophorine :
Diphtherophorina est un sous-ordre de nématodes terrestres, étant l'un des trois qui constituent le sous-ordre Triplonchida.
Diphtéroptille/Diphtéroptille :
Diphtheroptila est un genre de papillons de la famille des Gracillariidae.
Diphtheroptila brideliae/Diphtheroptila brideliae :
Diphtheroptila brideliae est un papillon nocturne de la famille des Gracillariidae. Il est connu d'Afrique du Sud. Les larves se nourrissent de Bridelia micrantha. Ils minent probablement les feuilles de leur plante hôte.
Diphtheroptila ochridorsellum/Diphtheroptila ochridorsellum :
Diphtheroptila ochridorsellum est un papillon nocturne de la famille des Gracillariidae. Il est connu de la Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. Les larves se nourrissent de Glochidion ferdinandi. Ils minent probablement les feuilles de leur plante hôte.
Diphtheroptila oxyloga/Diphtheroptila oxyloga :
Diphtheroptila oxyloga est un papillon nocturne de la famille des Gracillariidae. Il est connu d'Afrique du Sud et du Zimbabwe. Les larves se nourrissent des espèces de Bridelia. Ils minent probablement les feuilles de leur plante hôte.
Diphthine synthase/Diphthine synthase :
En enzymologie, une diphthine synthase (EC 2.1.1.98) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique S-adénosyl-L-méthionine + 2-(3-carboxy-3-aminopropyl)-L-histidine ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} S-adénosyl-L-homocystéine + 2-[3-carboxy-3-(méthylammonio)propyl]-L-histidineAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont la S-adénosyl méthionine et la 2-(3-carboxy-3-aminopropyl) -L-histidine, alors que ses deux produits sont la S-adénosylhomocystéine et la [[2-[3-carboxy-3-(méthylammonio)propyl]-L-histidine]]. Cette enzyme appartient à la famille des transférases, en particulier celles qui transfèrent les méthyltransférases à un groupe carboné. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est S-adénosyl-L-méthionine:2-(3-carboxy-3-aminopropyl)-L-histidine méthyltransférase. D'autres noms couramment utilisés incluent S-adénosyl-L-méthionine: facteur d'élongation 2 méthyltransférase et diphthine méthyltransférase.
Diphthine%E2%80%94ammoniac ligase/Diphthine—ammoniac ligase :
En enzymologie, une diphthine-ammoniac ligase (EC 6.3.1.14, diphtamide synthase, diphtamide synthétase) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique ATP + diphtine + NH3 ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} ADP + phosphate + diphtamideLes 3 substrats de cette enzyme sont l'ATP, la diphthine et le NH3, alors que ses 3 produits sont l'ADP, le phosphate et le diphtamide. Cette enzyme appartient à la famille des ligases, plus précisément celles formant des liaisons carbone-azote comme les ligases acides-D-amino-acides (peptides synthases). Le nom systématique de cette classe d'enzymes est diphthine:ammoniac ligase (formant ADP). D'autres noms couramment utilisés incluent la diphtamide synthase et la diphtamide synthétase.
Diphtongue/Diphtongue :
Une diphtongue (DIF-thawng, DIP-, -⁠thong; du grec ancien δίφθογγος (díphthongos) 'deux sons', de δίς (dís) 'deux fois', et φθόγγος (phthóngos) 'son'), également connu sous le nom de vol plané voyelle, est une combinaison de deux voyelles adjacentes dans la même syllabe. Techniquement, une diphtongue est une voyelle avec deux cibles différentes : c'est-à-dire que la langue (et/ou d'autres parties de l'appareil vocal) bouge pendant la prononciation de la voyelle. Dans la plupart des variétés d'anglais, l'expression "pas de cow-boy de l'autoroute" () a cinq diphtongues distinctes, une dans chaque syllabe. Les diphtongues contrastent avec les monophtongues, où la langue ou d'autres organes de la parole ne bougent pas et la syllabe ne contient qu'un seul son de voyelle. Par exemple, en anglais, le mot ah est prononcé comme une monophtongue (), tandis que le mot ow est prononcé comme une diphtongue dans la plupart des variétés (). Lorsque deux voyelles adjacentes apparaissent dans des syllabes différentes (par exemple dans le mot anglais re-elect), le résultat est décrit comme un hiatus, et non comme une diphtongue. (Le mot anglais hiatus () est lui-même un exemple à la fois de hiatus et de diphtongues.) Les diphtongues se forment souvent lorsque des voyelles séparées sont exécutées ensemble dans un discours rapide au cours d'une conversation. Cependant, il existe également des diphtongues unitaires, comme dans les exemples anglais ci-dessus, qui sont entendues par les auditeurs sous forme de sons à une seule voyelle (phonèmes).
Diphu/Diphu :
Diphu (Pron:ˈdɪfu:) est le siège social du district de Karbi Anglong dans l'état d'Assam en Inde. Cette petite ville est une station de montagne touristique populaire pour les habitants des villes voisines.
Circonscription de l'Assemblée de Diphu/Circonscription de l'Assemblée de Diphu :
La circonscription de l'Assemblée de Diphu est l'une des 126 circonscriptions de l'Assemblée législative de l'Assam en Inde. Diphu fait partie de la circonscription du district autonome de Lok Sabha. Ce siège est réservé aux tribus répertoriées (ST).
Diphu Government_College/Diphu Government College :
Le Diphu Government College, créé en 1964, est un collège général situé à Diphu, Karbi Anglong, Assam. Ce collège est affilié à l'Université d'Assam. Ce collège propose différents cours en arts, commerce et sciences.
Diphu Law_College/Diphu Law College :
Le Diphu Law College, populairement connu sous le nom de DLC, est une école de droit gouvernementale située à PHE Colony, Diphu à Karbi Anglong dans l'État indien d'Assam. Le Diphu Law College a été créé en 1979.
Diphu Medical College_and_Hospital/Diphu Medical College and Hospital :
Diphu Medical College and Hospital est une faculté de médecine avec un hôpital attenant situé à Diphu, Assam. Il a commencé à fonctionner à partir du 25 novembre 2019. Il s'agit de la 7e faculté de médecine de l'État. Le collège relève du ministère d'État de la Santé et du Bien-être familial, Assam. Il est reconnu par le Conseil médical de l'Inde et affilié à l'Université des sciences de la santé Srimanta Sankaradeva, Guwahati.
Passe Diphu/Passe Diphu :
Le col de Diphu est un col de montagne autour de la zone des frontières tripoints contestées de l'Inde, de la Chine et du Myanmar. Diphu Pass est également une approche stratégique de l'est de l'Arunachal Pradesh en Inde. Il se trouve sur la ligne McMahon. Il est situé dans le district d'Anjaw dans l'Arunachal Pradesh, à 120 km au nord-est du siège du district à Hawai via la route Hawai-Walong-Dong-Kibithu-Kaho-Dhipu Pass. Kaho sur LAC est à 40 km à l'ouest du col de Dhipu. La piste d'atterrissage de Walong, à 60 km, a la connectivité aérienne la plus proche. En octobre 1960, la Chine et la Birmanie ont délimité leur frontière jusqu'au col de Diphu, situé à 5 miles au sud du bassin versant des chaînes de montagnes. Cependant, cela a provoqué une querelle diplomatique avec l'Inde, qui s'attendait à ce que le triple point soit au niveau du bassin versant. Le différend est devenu une partie du désaccord frontalier en cours entre la Chine et l'Inde concernant l'Arunachal Pradesh.
Gare de Diphu/Gare de Diphu :
La gare de Diphu (code de gare : DPU) est la gare principale de la ville de Diphu, siège du district de Karbi Anglong dans l'Assam. Il fait partie de la division ferroviaire de Lumding de la zone Northeast Frontier Railway des chemins de fer indiens. Il est situé sur la ligne principale du tronçon Lumding – Dibrugarh des chemins de fer indiens . De nombreux trains importants comme Dibrugarh Rajdhani Express, Brahmaputra Mail, Kamrup Express, etc. passent par cette gare.
Diphucéphale/Diphucéphale :
Diphucephala est un genre de coléoptères appartenant à la famille des Melolonthidae.Les espèces de ce genre se trouvent en Australie.Espèce : Diphucephala affinis Waterhouse, 1837 Diphucephala angusticeps MacLeay, 1886 Diphucephala aurolimbata Blanchard, 1850 Diphucephala aurulenta (Kirby, 1818) Diphucephala azureipennis MacLeay, 1886 Diphucephala barnardi MacLeay, 1886 Diphucephala bernhardti Hawkeswood, 1992 Diphucephala beryllina Burmeister, 1855 Diphucephala carteri Blackburn, 1906 Diphucephala castanoptera Waterhouse, 1837 Diphucephala childrenii Waterhouse, 1837 Diphucephala coerulea MacLeay, 1883 Diphucephala colaspidoides (Gyllenhal, 1817) Diphucephala concinna Lea, 1930 Diphucephala crebra Blackburn, 1906 Diphucephala cribripennis Lea, 1924 Diphucephala cuprea MacLeay, 1886 Diphucephala dentipes Oke, 1951 Diphucephala dicksoniae Lea, 1930 Diphucephala edwardsi Waterhouse, 1837 Diphucephala elegans Blackburn, 1892 Diphucephala fulgidaMéricatan3 Boisduval, 18 1830 Diphucephala glabra Lea, 1930 Diphucephala hirtipennis MacLeay, 1883 Diphucephala hirtipes Lea, 1916 Diphucephala hopei Waterhouse, 1837 Diphucephala humeralis MacLeay, 1886 Diphucephala ignota MacLeay, 1886 Diphucephala insularis Lea, 1916 Diphucephala lateralis MacLeay, 1886 Diphucephala laticeps MacLeay, 1886 Diphucephala laticollis Lea, 1895 Diphucephala latipennis MacLeay, 1883 Diphucephala lineata Boisduval, 1835 Diphucephala mastersi MacLeay, 1886 Diphucephala minima MacLeay, 1886 Diphucephala montana Lea, 1930 Diphucephala nigritarsis Lea, 1917 Diphucephala nitens MacLeay, 1886 Diphucephala nitidicollis MacLeay, 1886 Diphucephala obscura MacLeay, 1886 Diphucephala obsoleta MacLeay, 1886 Diphucephala parviceps Lea, 1924 Diphucephala parvula Waterhouse, 1837 Diphucephala prasina MacLeay, 1886 Diphucephala puberula Blackburn, 1906 Diphucephala pubescens MacLeay, 1886 Diphucephala pubiventris Burmeister, 1855 Diphucephala pulchella Waterhouse, 1837 Diphucephala Bpulcherima ackburn, 1906 Diphucephala purpureitarsis MacLeay, 1886 Diphucephala pygidialis Lea, 1916 Diphucephala pygmaea Waterhouse, 1837 Diphucephala quadratigera Blanchard, 1850 Diphucephala rectipennis Blackburn, 1906 Diphucephala regalis Lea, 1917 Diphucephala richmondia MacLeay, 1886 Diphucephala rufipes Waterhouse, 1837 Diphucephala rugosa Boisduval, 1835 Diphucephala rugosula Dalle Torre, 1912 Diphucephala sericea (Kirby, 1818) Diphucephala smaragdula Boisduval, 1835 Diphucephala sordida Blackburn, 1906 Diphucephala spreta Blackburn, 1892 Diphucephala tantilla Lea, 1917 Diphucephala tarsalis Lea, 1916 Diphucephala waterhousei Burme5ister, 1916
Diphucrânie/Diphucrânie :
Diphucrania est un genre de coléoptères de la famille des Buprestidae, contenant les espèces suivantes : Diphucrania aberrans (Barker, 2001) Diphucrania acuducta (Kirby, 1837) Diphucrania adusta (Barker, 2001) Diphucrania aenea (Barker, 2007) Diphucrania aenigma (Barker, 2007 ) Diphucrania aeruginosa (Barker, 2007) Diphucrania albertisii (Gestro, 1877) Diphucrania albosparsa (Gory & Laporte, 1839) Diphucrania aquilonia (Bellamy, 1991) Diphucrania armstrongi (Barker, 2001) Diphucrania augustgoerlingi (Barker, 2001, aurocyaneaterlingi) 1934) Diphucrania bedfordi (Obenberger, 1935) Diphucrania bilyi (Barker, 2007) Diphucrania borealis (Barker, 2007) Diphucrania brooksi (Barker, 2001) Diphucrania broomensis (Barker, 2001) Diphucrania browni (Carter, 1934) Diphucrania carterellus (Obenberger, 1934 ) Diphucrania carteri (Obenberger, 1924) Diphucrania chalcophora (Barker, 2001) Diphucrania chlorata (Barker, 2007) Diphucrania clermonti (Théry, 1945) Diphucrania corpulenta (Barker, 2001) Diphuc rania cupreata (Barker, 2007) Diphucrania cupreicollis (Hope, 1846) Diphucrania cupreola (Barker, 2001) Diphucrania cupripennis (Guérin-Méneville, 1830) Diphucrania cyanea (Barker, 2001) Diphucrania cyaneopyga (Carter, 1923) Diphucrania cyanura,18 ) Diphucrania derbyensis (Barker, 2001) Diphucrania duodecimmaculata (Fabricius, 1801) Diphucrania elliptica (Carter, 1923) Diphucrania elongatula (Blackburn, 1888) Diphucrania ernestadamsi (Barker, 1999) Diphucrania erythrocephala (Barker, 20Barker, 2010) Excelsiorcrania Diphucrania fascigera (Obenberger, 1919) Diphucrania fraternus (Kerremans, 1900) Diphucrania fritilla (Barker, 2007) Diphucrania frontalis (Kerremans, 1898) Diphucrania fulgidicollis (Macleay, 1888) Diphucrania furfurosa (Barker, 2007) Diphucrania7) gibbera9 goldingi (Barker, 2007) Diphucrania gouldii (Hope, 1846) Diphucrania guttata (Barker, 2007) Diphucrania heroni (Carter, 1934) Diphucrania impressicollis (Macleay, 1872) Dip hucrania inops (Kerremans, 1898) Diphucrania kohouti (Barker, 2001) Diphucrania laticollis (Carter, 1923) Diphucrania leai (Barker, 2007) Diphucrania leucosticta (Kirby, 1818) Diphucrania macmillani (Barker, 2001) Diphucrania macqueeni (Barker, 201) maculata (Gory & Laporte, 1839) Diphucrania marmorata (Gory & Laporte, 1839) Diphucrania minuta (Barker, 2007) Diphucrania minutissima (Thomson, 1879) Diphucrania miyama (Barker, 2007) Diphucrania modesta (Kerremans, 1898) Diphucrania montana (Barker, 2007) Diphucrania myallae (Carter, 1934) Diphucrania nigripennis (Macleay, 1888) Diphucrania nigrita (Kerremans, 1898) Diphucrania nigromaculata (Kerremans, 1895) Diphucrania nitidiventris (Carter, 1934) Diphucrania niveosparsa (Carter7), 1948 ) Diphucrania nubeculosa (Germar, 1848) Diphucrania oblonga (Kerremans, 1903) Diphucrania obscura (Blackburn, 1887) Diphucrania opima (Thomson, 1879) Diphucrania ovalis (Carter, 1923) Diphucrania parva (Noir brûlure, 1887) Diphucrania patricia (Carter, 1935) Diphucrania pauperula (Kerremans, 1898) Diphucrania prasina (Carter, 1923) Diphucrania puella (Kerremans, 1898) Diphucrania pulchella (Carter, 1923) Diphucrania pulleni (Barker, 2001) Diphucrania reg (Thomalisson) , 1879) Diphucrania robertfisheri (Barker, 1999) Diphucrania roseocuprea (Hope, 1846) Diphucrania rubicunda (Kerremans, 1898) Diphucrania rubricata (Barker, 2007) Diphucrania rubriceps (Barker, 2007) Diphucrania scabiosa (Boisduval, 1835) 1898) Diphucrania semiobscura (Kerremans, 1898) Diphucrania sexnotata (Fauvel, 1891) Diphucrania speciosa (Barker, 2001) Diphucrania stellata (Barker, 2001) Diphucrania stigmata Gory & Laport, 1839 Diphucrania storeyi (Barker, 2007) Diphucrania subbifa (2007) Diphucrania subbifa ) Diphucrania suehasenpuschae (Barker, 2007) Diphucrania tasmanica (Kerremans, 1898) Diphucrania trimentula (Barker, 2001) Diphucrania tyleri (Barker, 2007) Diphucrania tyrrhena (Carter, 1923) Diphucrania ustulata (Barker, 2007) Diphucrania vicina (Kerremans, 1898) Diphucrania violacea (Kerremans, 1903) Diphucrania viridiceps (Kerremans, 1898) Diphucrania viridipurea (Carter, 1924) Diphucrania wagneri (Barker, 2007) Diphucrania (Barkeri, wat) westwoodii (Gory & Laporte, 1839) Diphucrania williamsi (Barker, 2007) Diphucrania wilsonensis (Barker, 2007)
Carrière_Diphwys Casson/Carrière Diphwys Casson :
La carrière de Diphwys Casson (parfois connue sous le nom de carrière de Diphwys ou carrière de Diffwys) était une importante carrière d'ardoise dans la ville de Blaenau Ffestiniog, Gwynedd, au nord du Pays de Galles. C'était l'un des principaux utilisateurs du chemin de fer Ffestiniog.
Gare_de_Diphwys/Gare de Diphwys :
La gare de Diphwys se trouvait sur le même site que la dernière gare de Great Western Railway au cœur de Blaenau Ffestiniog dans ce qui était alors le Merionethshire, aujourd'hui Gwynedd, au Pays de Galles.
Diphya/Diphya :
Diphya est un genre de tisserands à longue mâchoire qui a été décrit pour la première fois par H. Nicolet en 1849. D. tanasevitchi et D. albulum ont été transférés de Lophomma en 2007.
Diphydontosaure/Diphydontosaure :
Diphydontosaurus est un genre éteint de reptile rhynchocéphale du Trias supérieur d'Angleterre et d'Italie. Ce petit animal était apparenté au tuatara vivant (Sphenodon). Il peut avoir atteint une longueur de 10 centimètres (4 po). Il est plus dérivé que Gephyrosaurus, mais plus primitif que Planocephalosaurus, et partage des traits avec les deux.
Diphyes/Diphyes :
Diphyes peut faire référence à : Diphyes (hydrozoaires), un genre d'hydrozoaires de la famille des Diphyidae Diphyes, un genre de plantes de la famille des Orchidaceae, synonyme de Bulbophyllum Diphyes, un genre de guêpes de la famille des Ichneumonidae, synonyme de Diphyus
Diphyes (hydrozoaires)/Diphyes (hydrozoaires) :
Diphyes est un genre d'hydrozoaires appartenant à la famille des Diphyidae.Le genre a une distribution cosmopolite.Espèce : Diphyes antarctica Moser, 1925 Diphyes bojani (Eschscholtz, 1825) Diphyes chamissonis Huxley, 1859 Diphyes dispar Chamisso & Eysenhardt, 1821 Diphyes truncata Quoy & Gaimard, 1833
Diphyes dispar/Diphyes dispar :
Diphyes dispar est une espèce de siphonophores de la famille des Diphyidae.
Diphyidés/Diphyidés :
Les Diphyidae sont une famille de siphonophores. Ce sont des siphonophores coloniaux avec deux nectophores (cloches nageuses) disposés l'un derrière l'autre. L'avant comprend un somatocyste (extension du système gastrovasculaire), tandis que l'arrière n'en a pas. Le somatocyste contient souvent une gouttelette d'huile pour le contrôle de la flottabilité. Un nectosac (cavité centrale à parois musculaires) dans chaque nectophore permet à l'organisme de nager efficacement.
Diphyllarium/Diphyllarium :
Diphyllarium est un genre de plantes à fleurs de la famille des légumineuses, Fabaceae. Il appartient à la sous-famille des Faboideae.
Diphylleia/Diphylleia :
Diphylleia est un groupe de petites herbes de la famille des Berberidaceae décrites comme un genre en 1803. Elle est originaire de l'est des États-Unis et de l'Asie orientale. Diphylleia grayi, également connue sous le nom de fleur squelette, a des pétales blancs qui deviennent translucides avec la pluie. Une fois secs, ils redeviennent blancs.
Diphylleia cymosa/Diphylleia cymosa :
Diphylleia cymosa, la feuille parapluie, est une plante ornementale de la famille des Berberidaceae, originaire des États-Unis. Il est endémique des forêts de feuillus du sud-est des États-Unis et fleurit à la fin du printemps.
Diphylleia grayi/Diphylleia grayi :
Diphylleia grayi, la fleur squelette, est une espèce de plante vivace de la famille des Berberidaceae. Il est originaire du nord et du centre du Japon.
Diphylleia rotans/Diphylleia rotans :
Diphylleia rotans est un microorganisme eucaryote. Il est remarquable pour avoir un génome mitochondrial riche en gènes, le plus grand connu en dehors des jakobids.
Diphyllidea/Diphyllidea :
Diphyllidea est un ordre monotypique de Cestoda (ténias). Les membres de cet ordre sont des parasites intestinaux des poissons élasmobranches, y compris les raies et les requins.
Diphyllobothriase/Diphyllobothriase :
La diphyllobothriase est l'infection causée par les ténias du genre Diphyllobothrium (généralement D. latum et D. nihonkaiense). La diphyllobothriase survient principalement dans les régions où le poisson cru est régulièrement consommé; ceux qui consomment du poisson cru sont à risque d'infection. L'infection est souvent asymptomatique et ne présente généralement que des symptômes bénins, qui peuvent inclure des troubles gastro-intestinaux, une perte de poids et de la fatigue. Rarement, une carence en vitamine B12 (pouvant entraîner une anémie) et des obstructions gastro-intestinales peuvent survenir. L'infection peut être durable en l'absence de traitement. La diphyllobothriase est généralement diagnostiquée en recherchant des œufs ou des segments de ténia dans les selles passées. Le traitement avec des médicaments antiparasitaires est simple, efficace et sûr.
Diphyllobothriidae/Diphyllobothriidae :
Diphyllobothriidea est une famille de cestodes (ténias). Les membres de cette famille sont des parasites intestinaux des vertébrés. Chez la plupart des espèces, les hôtes définitifs sont des mammifères marins ou aquatiques tels que les cétacés et les pinnipèdes, le premier hôte intermédiaire étant généralement un crustacé et le second intermédiaire un poisson. Le genre Diphyllobothrium se trouve à l'âge adulte chez les mammifères et les oiseaux piscivores, y compris le chat domestique. Le genre Spirometra a tendance à avoir un vertébré terrestre ou semi-aquatique comme deuxième hôte intermédiaire, les adultes se produisant généralement chez les félins.
Diphyllobothriidea/Diphyllobothriidea :
Diphyllobothriidea est un ordre de Cestoda (ténias). Les membres de cet ordre sont des parasites intestinaux des vertébrés. Ils infectent les mammifères comme hôtes définitifs et utilisent soit des copépodes (un groupe de petits crustacés trouvés dans la mer et presque tous les habitats d'eau douce, par exemple Spirometra) soit à la fois des copépodes et des poissons comme dans le ténia des larges comme hôtes intermédiaires.
Diphyllobothrium/Diphyllobothrium :
Diphyllobothrium est un genre de ténias qui peut provoquer une diphyllobothriase chez l'homme par la consommation de poisson cru ou insuffisamment cuit. La principale espèce à l'origine de la diphyllobothriase est D. latum, connue sous le nom de ténia large ou poisson, ou ténia large du poisson. D. latum est un cestode pseudophylle qui infecte les poissons et les mammifères. D. latum est originaire de Scandinavie, de l'ouest de la Russie et des pays baltes, bien qu'il soit maintenant également présent en Amérique du Nord, en particulier dans le nord-ouest du Pacifique. En Extrême-Orient russe, D. klebanovskii, ayant le saumon du Pacifique comme deuxième hôte intermédiaire, a été identifié. D'autres membres du genre Diphyllobothrium comprennent D. dendriticum (le ténia du saumon), qui a une aire de répartition beaucoup plus large (tout l'hémisphère nord), D. pacificum, D. cordatum, D. ursi, D. lanceolatum, D. dalliae et D. yonagoensis, qui n'infectent que rarement les humains. Au Japon, l'espèce la plus courante dans l'infection humaine est D. nihonkaiense, qui n'a été identifiée comme une espèce distincte de D. latum qu'en 1986. Plus récemment, une étude moléculaire a révélé que D. nihonkaiense et D. klebanovskii étaient une seule espèce.
Diphyllobothrium dendriticum/Diphyllobothrium dendriticum :
Diphyllobothrium dendriticum est un gros cestode pseudophylle de la famille des Diphyllobothriidae. Pendant de nombreuses années, l'infection par D. dendriticum a été négligée. La diphyllobothriase n'est pas une maladie potentiellement mortelle et la plupart des cas humains sont bénins, voire asymptomatiques. La distribution originale de D. dendriticum est circumboréale, mais elle a également été trouvée en Argentine et au Chili.
Diphyllobothrium elegans/Diphyllobothrium elegans :
Diphyllobothrium elegans est une espèce de ténias. Il a été trouvé chez le phoque à capuchon (Cystophora cristata).
Diphyllobothrium mansonoides/Diphyllobothrium mansonoides :
Diphyllobothrium mansonoides (également connu sous le nom de Spirometra mansonoides) est une espèce de ténia (cestodes) endémique à l'Amérique du Nord. L'infection par D. mansonoides chez l'homme peut entraîner une sparganose. Justus F. Mueller a signalé cet organisme pour la première fois en 1935. D. mansonoides est similaire à D. latum et Spirometra erinacei. Lorsque l'organisme a été découvert, le scientifique ne savait pas si D. mansonoides et S. erinacei étaient des espèces distinctes. L'analyse PCR des deux vers a montré qu'il s'agissait d'organismes distincts mais étroitement liés.
Diphyllocalyx/Diphyllocalyx :
Diphyllocalyx est un genre de plantes à fleurs appartenant à la famille des Verbenaceae. Son aire de répartition naturelle est Cuba. myrtifolius (Griseb.) Greuter & R. Rankin Diphyllocalyx nipensis (Urb.) Greuter & R. Rankin Diphyllocalyx urquiolae Greuter & R. Rankin
Diphyllocis/Diphyllocis :
Diphyllocis est un genre de coléoptères des champignons des arbres de la famille des Ciidae.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Elena Bryukhovets

Trilogie des éléments/Trilogie des éléments : La trilogie Elements est une trilogie de films de la cinéaste indo-canadienne Deepa Mehta...