Rechercher dans ce blog

lundi 15 août 2022

Cyclone Greg 1990""


Ruisseau Cyclone/ruisseau Cyclone :
Cyclone Creek est un ruisseau dans l'État américain du Dakota du Sud. Cyclone Creek a été le théâtre d'une tornade (cyclone), d'où son nom.
Cyclone Dagmar/Cyclone Dagmar :
Le cyclone Dagmar (également appelé cyclone Tapani en Finlande) et le cyclone Patrick par l'Université libre de Berlin) était une puissante tempête de vent européenne qui a balayé la Norvège le jour de Noël 2011, causant de graves dommages dans les zones côtières centrales, avant de continuer sur la Scandinavie. péninsule vers la mer Baltique et le golfe de Finlande. La tempête a causé 45 millions de dollars (2011 USD) de dégâts.
Cyclone Daman/Cyclone Daman :
Le cyclone tropical sévère Daman (désignation RSMC Nadi 04F, désignation JTWC 05P) a été le cyclone le plus puissant de la saison cyclonique 2007-2008 du Pacifique Sud. Le cyclone Daman a été la quatrième dépression tropicale et le premier cyclone tropical sévère à se former à l'est de la longitude 180° au cours de la saison cyclonique 2007-2008 du Pacifique Sud. En raison de la gravité de la tempête, le nom Daman a été retiré et remplacé par Denia. Le 3 décembre, le Centre météorologique régional spécialisé (CMRS) de Nadi, aux Fidji, a reclassé une perturbation tropicale, située à l'ouest des Îles Salomon, en dépression tropicale 04F. Le 5 décembre, alors que la dépression se déplaçait vers l'ouest dans l'archipel fidjien, le Joint Typhoon Warning Center (JTWC) et le RSMC Nadi l'ont transformée en cyclone Daman. Le 7 décembre, le cyclone a atteint son intensité maximale avec des vents de 185 km/h (115 mph 10 minutes soutenues) qui ont fait de Daman un cyclone de catégorie 4 sur l'échelle australienne d'intensité des cyclones tropicaux. Plus tard dans la journée, Daman a également atteint son intensité maximale en 1 minute avec des vents de 205 km/h (125 mph), ce qui en a fait un cyclone tropical de catégorie 3 sur l'échelle des ouragans Saffir-Simpson. Tôt le 8 décembre, le cyclone Daman a frôlé l'île fidjienne de Cikobia-i-Lau, causant des dégâts aux habitations, aux cultures et à la végétation. Daman s'est ensuite affaibli le lendemain en une dépression tropicale et s'est dissipé le 10 décembre.
Cyclone Damien/Cyclone Damien :
Le cyclone tropical sévère Damien a été le cyclone le plus puissant à avoir touché terre sur la côte ouest de l'Australie depuis le cyclone Christine en 2013. Il a également été le cyclone le plus puissant de la saison cyclonique de la région australienne 2019-2020. Cinquième dépression tropicale et troisième tempête nommée de la saison des cyclones de la région australienne 2019-2020, Damien est née d'un creux de mousson au-dessus de Kimberley. Alors qu'un creux de mousson a commencé à se développer sur certaines parties du Kimberley le 2 février 2020, le BOM a noté qu'une perturbation tropicale intérieure s'est formée sur le Territoire du Nord, dans le creux de la mousson. Le 4 février, il a quitté la terre et a émergé au-dessus de l'est de l'océan Indien, et le JTWC a nommé la perturbation Invest 92S. Une alerte de formation de cyclone tropical a été émise tôt le lendemain par le JTWC alors que la convection commençait à se développer régulièrement près du centre. Le lendemain, le JTWC a émis son premier avis sur le système en tant que tempête tropicale. Plusieurs heures plus tard, le BOM a emboîté le pas, transformant la tempête tropicale en cyclone de catégorie 1 et lui donnant le nom de Damien. En préparation de Damien, le Bureau australien de météorologie a émis une alerte rouge de Whim Creek à Mardie allant jusqu'au sud jusqu'à Millstream Chichester National Park et une alerte jaune de Port Hedland à Whim Creek s'étendant vers le sud jusqu'à Wittenoom. Des centres d'évacuation ont été mis en place à Karratha et à South Hedland. Une équipe de recherche et de sauvetage était également stationnée à Port Hedland. Damien a apporté des vents violents, de fortes pluies extrêmes / torrentielles et des inondations extrêmes en Australie occidentale lorsqu'il a touché terre près de Karratha le 8 février 2020. Des rafales de vent dépassant 125 mph (205 km / h) ont été enregistrées près de l'atterrissage indiquer. Plus de 230 mm (9,1 po) de pluie sont tombés à Karratha et Roebourne du 8 au 9 février 2020. Environ 9 500 personnes à Pilbara ont perdu l'électricité. Outre les lignes électriques tombées, des vents violents ont également déraciné de nombreux arbres et fait perdre leur toit à de nombreux bâtiments. L'aéroport de Karratha a été contraint de fermer le matin du 10 février 2020 après que le terminal a été endommagé et a perdu de l'électricité.
Cyclone Davis/Cyclone Davis :
Cyclone Davis peut faire référence à : Emmett Smith "Cyclone" Davis (1918–2015), officier et pilote de l'US Air Force James "Cyclone" Davis (1853–1940), homme politique américain
Cyclone Debbie/Cyclone Debbie :
Le cyclone tropical sévère Debbie en 2017 a été le cyclone tropical le plus puissant à frapper le Queensland depuis Marcia en 2015, et le cyclone tropical le plus coûteux d'Australie depuis Yasi en 2011. Formant une dépression tropicale le 23 mars, la dépression s'est progressivement intensifiée en un cyclone tropical nommé le 25 mars. Après s'être régulièrement renforcée au large pour devenir un système de catégorie 4, Debbie a finalement touché terre près d'Airlie Beach, à 12 h 40 AEST le 28 mars. Par la suite, Debbie s'est rapidement affaiblie dans une dépression tropicale à la fin du 28 mars, mais a continué à voyager vers le sud, causant des dégâts importants et des inondations dans les zones peuplées du sud-est du Queensland et des rivières du nord. Au total, la tempête a causé 3,5 milliards de dollars australiens (2,67 milliards de dollars) de dégâts et quatorze morts à travers l'Australie, principalement à la suite d'inondations extrêmes. Cela fait de Debbie le cyclone le plus meurtrier à avoir frappé l'Australie depuis Fifi en 1991.
Cyclone Dina/Cyclone Dina :
Le cyclone tropical intense Dina était un cyclone qui a provoqué des inondations record dans certaines parties de la Réunion. Issu d'une perturbation tropicale le 15 janvier 2002 près de l'archipel des Chagos, le précurseur de Dina s'est rapidement développé au sein d'une région favorisant la cyclogenèse tropicale. Le 17 janvier, le système avait développé suffisamment de convection organisée alors qu'il se déplaçait vers le sud-ouest pour être déclaré dépression tropicale. Une intensification rapide s'est produite peu de temps après, le système atteignant des vents supérieurs à 120 km/h (75 mph) le 18 janvier. Dina a atteint son intensité maximale le 20 janvier sous la forme d'un cyclone tropical intense avec des vents maximums soutenus de 215 km/h (135 mi/h). Quelques heures après avoir atteint sa force, la tempête a contourné l'île Rodrigues à environ 150 km (95 mi) au nord. Le 21 janvier, la tempête a balayé l'île Maurice et la Réunion comme un cyclone tropical intense avant de se diriger vers le sud. Une fois sur une trajectoire vers le sud, un affaiblissement constant s'est ensuivi et le système s'est finalement transformé en cyclone extratropical le 25 janvier. Les restes de la tempête se sont accélérés vers le sud-est et ont été notés pour la dernière fois le 28 janvier avant d'être absorbés dans un creux polaire. À Maurice et à la Réunion, les pluies torrentielles et les vents destructeurs du cyclone ont causé des dégâts étendus à « catastrophiques ». Toute l'île Maurice a perdu de l'électricité pendant la tempête et des dommages structurels étendus ont eu lieu. Les dommages agricoles et matériels se sont élevés respectivement à 47 millions de dollars et 50 millions de dollars dans la république. Neuf décès ont été attribués à la tempête à Maurice : cinq au large de l'île Rodrigues et quatre sur l'île principale. Des dégâts plus importants ont été observés à la Réunion où jusqu'à 2 102 mm (82,8 po) de pluie sont tombés en trois jours. Des inondations record à presque record ont détruit de nombreuses maisons, emporté des routes et causé des dégâts agricoles catastrophiques. Des vents destructeurs, mesurés jusqu'à 280 km/h (175 mph) ont également paralysé les communications. Au total, six personnes sont mortes sur l'île et les pertes ont été estimées à 200 millions d'euros (190 millions de dollars).
Cyclone Dinah/Cyclone Dinah :
Le cyclone tropical sévère Dinah était un cyclone tropical intense qui a touché les côtes sud du Queensland et de la Nouvelle-Galles du Sud, provoquant des inondations et des glissements de terrain en 1967. Il a été considéré par un responsable du Centre d'alerte aux cyclones tropicaux de Brisbane du Bureau de météorologie comme la plus forte tempête à approcher. les côtes sud du Queensland depuis le début des relevés fiables. Se formant le 22 janvier dans le bassin du Pacifique Sud, à près de 620 kilomètres au sud-est d'Honiara dans les îles Salomon, la perturbation qui serait finalement Dinah est restée désorganisée jusqu'au lendemain où le système a commencé à s'organiser sous les eaux chaudes de la mer de Corail. . Le 24 janvier, la perturbation a été transformée en cyclone tropical par la BoM et a été nommée Dinah, étant la cinquième tempête dans les archives du centre météorologique d'Australie au cours de la saison cyclonique de la région australienne 1966–67. Les conditions environnementales ont favorisé l'intensification de Dinah, devenant un violent cyclone tropical le 27 janvier tout en revenant vers le sud-sud-ouest. Le lendemain, il a traversé la Grande Barrière de Corail en tant que cyclone tropical sévère de catégorie 4 avant de traverser l'île Fraser le 29 janvier, où le phare de Sandy Cape a enregistré une pression barométrique minimale de 944,8 hPa sur Dinah, soit la pression la plus basse connue de le système. Il a ensuite battu toute l'île avant de bifurquer vers le sud-sud-est, loin des côtes du Queensland. L'affaiblissement a eu lieu en ralentissant, passant près de l'île Lord Howe en tant que cyclone tropical de catégorie 2 avant de subir une transition extratropicale le 31 janvier. Dinah est devenu extratropical dans la nuit de ce jour avant d'accélérer vers l'est, en s'approchant de la Nouvelle-Zélande. Le système a ensuite tourné vers le sud-est pour la dernière fois avant de traverser l'île du Nord. Il est réapparu dans l'océan Pacifique Sud le 3 février, où il s'est dissipé. Selon une étude, Dinah a causé les plus grandes vagues observées dans la partie sud du Queensland depuis des siècles. Le système a également infligé d'importants dégâts à l'île Heron lors de son passage dans la partie sud de l'État, en commençant par l'inondation de gonflements massifs du nord-est et un jour plus tard avec des vents violents. Bien que Dinah soit restée au large, ses bandes pluviales extérieures ont provoqué de fortes pluies et des rafales de vent qui ont déraciné des arbres, de la région de Rockhampton à Grafton en Nouvelle-Galles du Sud. Certaines institutions résidentielles ont perdu leurs toits à cause du vent, tandis que les cultures de bananes et de canne à sucre ont été détruites et inondées par les eaux de crue. De graves érosions ont été signalées dans les régions d'Emu Park et de Maryborough-Bundaberg. Des quantités massives de précipitations ont été enregistrées dans certaines parties du Queensland, de la Nouvelle-Galles du Sud et de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande en tant que vestige extratropical. Des ondes de tempête ont également été observées sur la Sunshine Coast, dans le Queensland. Les touristes de l'île Lord Howe ont été bloqués par la tempête, tandis que de nombreux habitants ont dû être secourus sur différentes plages en raison de fortes houles. Un homme de l'île du Nord en Nouvelle-Zélande aurait été noyé à cause de Dinah, tandis qu'un autre était porté disparu car sa voiture avait été submergée par les inondations. Les dégâts ont été décrits comme graves, mais les montants chiffrés étaient inconnus.
Cyclone Dinéo/Cyclone Dinéo :
Le cyclone tropical Dineo a été l'un des cyclones tropicaux les plus meurtriers jamais enregistrés dans le sud-ouest de l'océan Indien et dans l'hémisphère sud dans son ensemble. Il s'agit du premier cyclone tropical à frapper le Mozambique depuis le cyclone Jokwe en 2008.
Cyclone Dirk/Cyclone Dirk :
Le cyclone Dirk était une grande et profonde tempête de vent européenne qui a touché l'Europe occidentale de la péninsule ibérique à l'Islande à partir du 22 décembre 2013.
Cyclone Donna/Cyclone Donna :
Le cyclone tropical sévère Donna a été le cyclone tropical hors saison le plus puissant de l'hémisphère sud au cours du mois de mai. La vingt et unième perturbation tropicale, la troisième tempête nommée et le deuxième cyclone tropical sévère de la saison cyclonique annuelle, Donna s'est formée à partir d'une zone de temps perturbé qui a été surveillée pour la première fois à l'ouest-nord-ouest des Fidji le 1er mai 2017. La perturbation a dérivé vers l'est au milieu d'un environnement de plus en plus favorable, et il a été désigné Dépression tropicale 21F tard le 2 mai. Douze heures plus tard, il s'est intensifié dans une catégorie 1 sur l'échelle des cyclones tropicaux australiens et a été désigné cyclone tropical Donna alors que le mouvement de la tempête se déplaçait vers l'ouest puis vers le sud. Après avoir atteint son pic initial en tant que cyclone de catégorie 4 au début du 6 mai, les effets du cisaillement du vent et de la remontée d'eau ont affaibli la tempête. Cependant, il s'est réintensifié en cyclone de catégorie 5 le 8 mai. Peu de temps après, Donna est entrée dans une région de fort flux d'ouest et a commencé à s'affaiblir rapidement. Continuant à accélérer en direction du sud, Donna s'est finalement affaiblie dans une dépression tropicale le 10 mai. Le 16 mai, les restes de Donna s'étaient complètement dissipés. Secouant la chaîne d'îles de Vanuatu, Donna a causé de graves dommages dans les provinces du nord, bien que l'étendue exacte soit inconnue en l'absence de bonnes communications.
Cyclone Dovi/Cyclone Dovi :
Le nom Dovi a été utilisé pour deux cyclones tropicaux dans l'océan Pacifique Sud. Cyclone Dovi (2003) - un cyclone tropical violent de catégorie 5 qui a touché le sud des îles Cook et Niue. Cyclone Dovi (2022) - un cyclone tropical sévère de catégorie 4 qui a traversé la Nouvelle-Calédonie.
Cyclone Drena/Cyclone Drena :
Le cyclone tropical sévère Drena était un puissant cyclone tropical qui a causé des dégâts importants dans toute la Nouvelle-Zélande. Une dépression tropicale s'est formée le 2 janvier 1997. Après avoir traversé Vanuatu et émergé dans la mer de Corail, la tempête a commencé à s'intensifier et, le 6 janvier, avait atteint son intensité maximale. Après avoir atteint son intensité maximale, Drena a commencé à s'affaiblir. Le cyclone Drena a ensuite balayé la Nouvelle-Calédonie, faisant quelques dégâts. Après être passé à un cyclone extratropical le 9 janvier, Drena a eu un impact sur la Nouvelle-Zélande. Les dommages ont totalisé 6,7 millions de dollars et 3 personnes ont été tuées. Environ 140 personnes ont été évacuées après l'inondation de 44 maisons. Après la saison, Drena a pris sa retraite.
Cyclone Dumazile/Cyclone Dumazile :
Le cyclone tropical intense Dumazile était un puissant cyclone tropical qui a provoqué des inondations à Madagascar et à la Réunion début mars 2018. Dumazile est originaire d'une zone de basse pression qui s'est formée dans le sud-ouest de l'océan Indien près d'Agaléga le 27 février. Le système s'est concentré en une perturbation tropicale le 2 mars et a été nommé le lendemain, car il s'est intensifié en une tempête tropicale. Dans des conditions propices à l'intensification, Dumazile s'est renforcé au cours des deux jours suivants et a atteint son intensité maximale le 5 mars sous la forme d'un cyclone tropical intense, avec des vents soutenus de 10 minutes de 165 km/h (105 mph), des vents soutenus d'une minute de 205 km /h (125 mph), et une pression centrale de 945 hPa (27,91 inHg). Le système s'est affaibli régulièrement au cours des deux jours suivants en raison de l'augmentation du cisaillement du vent alors qu'il se dirigeait vers le sud-est. Dumazile est devenu post-tropical le 7 mars et s'est finalement complètement dissipé le 10 mars près des îles Kerguelen. Le cyclone Dumazile a touché la Réunion moins de deux mois après le cyclone Berguitta, interrompant les réparations en cours des ponts et les efforts de reconstruction. Des pluies torrentielles, atteignant 1 600 mm (63 po) à Salazie, ont provoqué d'importantes inondations à travers l'île. Les inondations, les glissements de terrain et les chutes d'arbres ont causé d'importants dommages et perturbations au réseau routier de La Réunion, en particulier dans les zones côtières et montagneuses. La réfection de l'autoroute entre l'Îlet Furçy et Cilaos a été considérablement retardée. De grosses vagues le long de la côte ont provoqué l'érosion, entraînant l'effondrement des infrastructures du front de mer et la fermeture des plages. Des ports ont également été endommagés par les vagues et le port de Saint-Gilles a été obstrué par des débris. Le secteur agricole a subi environ 3 millions d'euros (3,73 millions de dollars) de dommages, les récoltes ayant été détruites par les inondations et les rafales de vent. La reprise à la Réunion a ensuite été davantage entravée par le cyclone Fakir en avril. Les côtes nord et est de Madagascar ont connu environ 210 mm (8,3 po) de pluie. Des inondations se sont produites à Toamasina à la suite de systèmes de drainage défectueux qui avaient été endommagés par le cyclone Ava en janvier. Certaines parties de la ville ont perdu de l'électricité pendant la tempête. De graves inondations dans la région de Diana ont bloqué les routes, inondé les maisons et endommagé les cultures. La RN6 en particulier a connu plusieurs accidents et pannes, et un tronçon de 18 m (59 pi) de la route s'est effondré. Des vents violents dans les villes côtières ont entraîné la chute d'arbres, l'érosion des plages et des dommages aux biens et aux infrastructures. Le district d'Ambalavola a été laissé sous l'eau, les eaux usées s'écoulant dans les quartiers. Deux personnes sont mortes à Madagascar pendant la tempête : l'une à Ankorondrano et l'autre à Ambatoroka.
Cyclone Egon/Cyclone Egon :
Le cyclone Egon est une tempête européenne qui a touché le nord de la France, la Belgique et l'Allemagne dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 janvier 2017. Il a fait trois morts, des coupures de courant généralisées, des dégâts de vent et d'importantes chutes de neige, principalement en France et en Allemagne, mais également au Benelux, en Autriche et en Suisse. La tempête a été la première à dépasser le seuil de déclaration de 200 millions d'euros avec Perils.org depuis le cyclone Niklas en mars 2015. Le total des dommages assurés a été estimé à 275 millions d'euros (déclaration finale des sinistres).
Cyclone Elaine/Cyclone Elaine :
Le cyclone tropical sévère Elaine était un cyclone tropical sévère qui s'est formé au cours de la saison cyclonique de la région australienne 1998–99. Elaine, ainsi que le cyclone Vance, ont tous deux touché terre et causé des destructions en Australie occidentale. Elaine avait touché terre le 20 mars, tandis que Vance a touché terre le 23 mars. Elaine s'est formée après un creux de mousson, qui a engendré une zone de basse pression le 12 mars. La dépression s'est déplacée vers l'ouest dans un environnement favorable et s'est intensifiée en cyclone tropical Elaine le 15 mars. 24 heures plus tard, le 16 mars, Elaine a atteint le statut de cyclone tropical sévère. Deux jours plus tard, Elaine a atteint son apogée de 185 kilomètres par heure (115 mph). Par la suite, la tempête est entrée dans une période d'affaiblissement. Le 20 mars, Elaine a été déclassée en cyclone tropical. Elaine a touché terre au-dessus de l'Australie occidentale avec des vents de 56 kilomètres à l'heure (35 mph). Plus de 1 000 personnes ont été évacuées des zones d'impact. Elaine a dégénéré en une dépression résiduelle, quelques heures après l'impact.
Cyclone Elita/Cyclone Elita :
Le cyclone tropical Elita était un cyclone tropical inhabituel qui a touché terre à Madagascar à trois reprises. Cinquième tempête nommée de la saison cyclonique 2003–04 du sud-ouest de l'océan Indien, Elita s'est développée dans le canal du Mozambique le 24 janvier 2004. Elle s'est renforcée au statut de cyclone tropical avant de frapper le nord-ouest de Madagascar le 28 janvier; c'était la première tempête à frapper l'ouest de Madagascar à cette intensité depuis le cyclone Cynthia en 1991. Elita s'est affaiblie au statut de dépression tropicale en traversant l'île, et après être sortie dans le sud-ouest de l'océan Indien, elle s'est tournée vers l'ouest et s'est déplacée à terre dans l'est de Madagascar le 31 janvier. Après avoir de nouveau traversé l'île, le cyclone atteint le canal du Mozambique et s'intensifie à nouveau. Elita s'est tournée vers le sud-est pour toucher terre le 3 février le long du sud-ouest de Madagascar. Deux jours plus tard, il a subi une transition extratropicale ; par la suite, le système restant s'est déplacé de manière erratique avant de se dissiper le 13 février. Elita a laissé tomber de fortes pluies de plus de 200 mm (8 pouces), qui ont endommagé ou détruit des milliers de maisons à Madagascar. Plus de 50 000 personnes se sont retrouvées sans abri, principalement dans les provinces de Mahajanga et Toliara. Les inondations causées par la tempête ont détruit plus de 450 km² (170 milles carrés) de terres agricoles, y compris d'importantes cultures vivrières. Dans toute l'île, le cyclone a fait 33 morts, son impact étant encore aggravé par le cyclone Gafilo environ deux mois plus tard. Ailleurs, Elita a apporté des pluies et des dégâts au Mozambique et au Malawi, et sa circulation extérieure des vents a produit une mer agitée et de fortes rafales aux Seychelles, à Maurice et à la Réunion.
Cyclone Eloïse/Cyclone Eloïse :
Le cyclone tropical Eloise a été le cyclone tropical le plus puissant à avoir touché le pays du Mozambique depuis le cyclone Kenneth en 2019 et le deuxième des trois cyclones tropicaux consécutifs à avoir touché le Mozambique au cours de la saison cyclonique 2020-21 du sud-ouest de l'océan Indien. Septième dépression tropicale, cinquième tempête nommée et deuxième cyclone tropical de la saison, les origines d'Eloïse peuvent être attribuées à une perturbation sur la partie centrale du bassin sud-ouest de l'océan Indien qui s'est transformée en dépression tropicale le 16 janvier et s'est renforcée en une tempête tropicale le 17 janvier, bien que la tempête ait eu une force et une organisation limitées. Le lendemain, la tempête est entrée dans un environnement plus favorable et s'est rapidement intensifiée en une violente tempête tropicale le 18 janvier. Tard le 19 janvier, Eloïse a touché terre dans le nord de Madagascar sous la forme d'une tempête tropicale modérée, entraînant de fortes pluies et des inondations. La tempête a traversé Madagascar et est entrée dans le canal du Mozambique aux premières heures du 21 janvier. Après s'être déplacée vers le sud-ouest à travers le canal du Mozambique pendant 2 jours supplémentaires, Eloise s'est transformée en un cyclone équivalent à la catégorie 1, en raison du faible cisaillement du vent et des températures élevées à la surface de la mer. Tôt le 23 janvier, Eloïse a culminé en tant que cyclone tropical équivalent à la catégorie 2 sur l'échelle Saffir-Simpson alors que le centre de la tempête commençait à se déplacer à terre au Mozambique. Peu de temps après, Eloïse a touché terre juste au nord de Beira, au Mozambique, avant de s'affaiblir rapidement. Par la suite, Eloïse s'est affaiblie en une dépression résiduelle au-dessus des terres le 25 janvier, se dissipant peu de temps après. Les préparatifs de l'avancée de la tempête ont eu lieu à Madagascar avant l'atterrissage d'Eloïse et dans plusieurs autres pays africains. Pour Madagascar, des avertissements et des alertes généralisés ont été émis à l'approche de la tempête au nord de Madagascar. Pour le Mozambique, des alertes élevées ont été mises en place pour les parties centrales du pays. Les intervenants humanitaires se sont préparés à intervenir après le passage des tempêtes. Le port de Beira a également fermé pendant environ 40 heures et des fournitures limitées d'articles non alimentaires d'urgence ont été distribuées. De nombreuses familles ont été hébergées dans des tentes dans des centres d'hébergement et ont reçu des kits de nourriture, d'hygiène et de protection contre le COVID-19. Les autorités zimbabwéennes ont mis en garde contre les ravins et les inondations soudaines, qui pourraient endommager les infrastructures. Plusieurs provinces du nord de l'Afrique du Sud devaient connaître de fortes pluies, ce qui a provoqué de graves avertissements de risque pour elles. Les équipes de gestion des catastrophes ont été placées en état d'alerte maximale avant la tempête. Des inondations extrêmes se sont produites dans tout le centre du Mozambique, de nombreuses zones étant inondées en raison de fortes pluies continues des semaines avant l'atterrissage d'Eloïse. Plus de 100 000 personnes ont été déplacées et les barrages sont à un point critique. Les infrastructures ont pris un coup dur. Environ 100 000 personnes ont été évacuées au 23 janvier, bien que ce nombre devrait atteindre 400 000. Les inondations et les dégâts ont été moins importants que prévu. Les abris fragiles mis en place pour le cyclone ont été soit endommagés, soit détruits. Beira a été complètement inondée et les impacts étaient comparables à ceux du cyclone Idai, bien qu'ils aient été beaucoup moins graves. Les terres agricoles ont également été endommagées. Des équipes ont été envoyées pour évaluer les dégâts et les réparer. Il y a eu 27 décès confirmés, dont un à Madagascar, 11 au Mozambique, trois au Zimbabwe, 10 en Afrique du Sud et deux à Eswatini. Onze personnes supplémentaires sont actuellement portées disparues. Les dommages actuels causés par la tempête sont estimés à plus de 10 millions de dollars (2021 USD) en Afrique australe.
Cyclone Emma_(2006)/Cyclone Emma (2006):
Le cyclone tropical Emma était un cyclone tropical faible mais exceptionnellement important qui a touché une partie importante de l'Australie occidentale au cours de la saison cyclonique de la région australienne 2005-2006. Formé à partir d'une zone de basse pression le 25 février, le précurseur d'Emma s'est lentement dirigé vers le sud. Bien que classé tropical, la structure du système représentait celle d'une tempête de mousson. Cependant, un faible cisaillement du vent et un écoulement bien développé ont progressivement permis à la convection de se développer près du centre de circulation. Alors que le système s'approchait de la côte de Pilbara en Australie occidentale le 27 février, il s'est intensifié en cyclone de catégorie 1 et a atteint des vents soutenus de pointe de 10 minutes de 75 km / h (45 mph). Après s'être déplacée vers l'intérieur des terres près de Mardie, Emma s'est affaiblie jusqu'à une dépression tropicale mais est devenue extrêmement grande; sa couverture nuageuse obscurcissait la majeure partie de l'Australie occidentale. Les restes de la faible tempête ont persisté jusqu'au 1er mars, date à laquelle ils se sont dissipés au-dessus de la grande baie australienne. Bien qu'il s'agisse d'une faible tempête, les précipitations d'Emma ont provoqué des inondations dans de nombreuses régions de l'Australie occidentale. À Karratha, six personnes ont dû être secourues après que leurs voitures se soient échouées dans les eaux de crue. Les dommages les plus importants ont eu lieu le long de la rivière Murchison qui a gonflé à environ 20 km (12 mi) de largeur. Bien qu'une seule ville ait été menacée par le fleuve, de vastes zones de terres agricoles ont été inondées par l'expansion du fleuve, entraînant des pertes agricoles substantielles. Malgré les inondations importantes, aucun décès n'a été signalé à la suite d'Emma.
Cyclone Emma_(2008)/Cyclone Emma (2008):
Le cyclone Emma était un cyclone extratropical qui a traversé plusieurs pays principalement d'Europe centrale, le samedi 1er mars 2008, tuant au moins douze personnes en Autriche, en Allemagne, en Pologne et en République tchèque. Les vitesses du vent ont atteint jusqu'à 155–180 km/h (96–112 mph) en Autriche et en République tchèque. Des perturbations majeures des infrastructures et des blessés ont également été signalés en Belgique, en France, en Suisse et aux Pays-Bas. Un avion de la Lufthansa a failli s'écraser en tentant d'atterrir par vent de travers à Hambourg.
Cyclone Emnati/Cyclone Emnati :
Le cyclone tropical intense Emnati était un cyclone tropical qui a touché Madagascar, seulement deux semaines après le cyclone Batsirai. La sixième perturbation tropicale, le deuxième cyclone tropical et le deuxième cyclone tropical intense de la saison cyclonique du sud-ouest de l'océan Indien 2021–22, Emnati s'est formé à partir d'une zone de temps perturbé qui a été notée pour la première fois le 15 février 2022. Elle s'est poursuivie vers l'ouest, et s'est régulièrement intensifié avant d'être nommé Emnati un jour plus tard. En raison de l'air sec actuel et du cisaillement du vent, la tempête avait eu du mal à s'intensifier de manière significative, et elle est devenue plus tard un équivalent de catégorie 1 sur l'échelle de Saffir-Simpson. Après avoir réussi à fermer son noyau aux facteurs d'interdiction, la tempête s'est rapidement intensifiée dans une catégorie équivalente à 4 jours plus tard, formant un petit œil autour de son CDO. Emnati a ensuite subi un long cycle de remplacement du mur oculaire, qui a fortement affaibli la tempête à mesure qu'elle se rapprochait de Madagascar. Finalement, il s'est affaibli pour devenir un cyclone équivalent à la catégorie 1 avant de toucher terre dans le pays.
Cyclone Enawo/Cyclone Enawo :
Le cyclone tropical intense Enawo a été le cyclone tropical le plus puissant de la saison cyclonique 2016-2017 du sud-ouest de l'océan Indien. Enawo a été le cyclone tropical le plus puissant à avoir frappé Madagascar depuis Gafilo en 2004, tuant 78 personnes et causant 400 millions de dollars de dégâts. Formant une tempête tropicale modérée le 3 mars, Enawo a d'abord dérivé et s'est intensifié lentement. Il s'est transformé en cyclone tropical le 5 mars et en un cyclone tropical intense le 6 mars. Enawo a touché terre dans la région de Sava le 7 mars juste après avoir atteint son intensité maximale, et il est revenu dans l'océan Indien sous forme de dépression post-tropicale tard le 9 mars, avant de se dissiper deux jours plus tard. Les impacts les plus graves ont été observés dans les districts d'Antalaha et de Maroantsetra.
Cyclone Éric/Cyclone Éric :
Le cyclone tropical sévère Eric a été l'un des deux cyclones tropicaux à affecter les nations insulaires de Vanuatu et de Fidji en une semaine en janvier 1985. La dépression peu profonde précurseur s'est développée dans le creux de la mousson le 13 janvier, à l'ouest d'Espiritu Santo, Vanuatu. Le 16 janvier, la tempête a développé des vents de force ouragan et Eric a commencé à subir un approfondissement rapide. Alors que deux agences différentes diffèrent sur le moment et la force d'Eric à son apogée, on pense qu'il a atteint son apogée le 17 janvier en traversant le groupe d'îles Fidji. Peu de temps après son apogée, Eric a commencé à s'affaiblir régulièrement et, le 20 janvier, le cyclone tropical sévère Eric avait cessé d'exister en tant que cyclone tropical. Le cyclone Eric combiné à une autre tempête (cyclone Nigel) a fait 25 morts. Eric a causé 40 millions de dollars (1985 USD) de dommages. Au total, 299 fermes ont été touchées ainsi que l'aéroport de Nadi. Environ 30 000 personnes se sont retrouvées sans abri. De graves dégâts aux cultures ont également été signalés. Viti Levu a subi les pires effets du cyclone Eric. Au lendemain de la tempête, un certain nombre de pays du premier monde ont distribué de l'aide aux victimes d'Eric.
Cyclone Erica/Cyclone Erica :
Le cyclone tropical sévère Erica de mars 2003 était un puissant cyclone qui a gravement touché la Nouvelle-Calédonie et a été considéré comme le pire à avoir affecté le pays depuis le cyclone Beti. Le système était le huitième cyclone et le cinquième cyclone tropical sévère de la saison cyclonique 2002–03 du Pacifique Sud. Le cyclone Erica s'est développé à partir d'un creux de mousson le 4 mars juste au large du Queensland. À l'origine, la tempête s'est déplacée lentement vers l'est puis vers le nord au début de son existence. Cependant, l'augmentation du cisaillement du vent a fait dégénérer la tempête en une dépression tropicale. Après que les conditions soient redevenues plus favorables au développement, les vestiges se sont régénérés en cyclone tropical le 10 mars. S'intensifiant régulièrement, Erica a atteint son intensité maximale le 13 mars en tant qu'équivalent de catégorie 5 sur l'échelle d'intensité australienne. Le même jour, Erica a longé la côte de la Nouvelle-Calédonie avant de toucher terre à l'extrémité sud de l'île à L'Île-des-Pins. Cependant, au même moment, le cyclone est également entré dans une zone à fort cisaillement du vent et a ainsi commencé à s'affaiblir. Après avoir dépassé l'île, une transition extratropicale a commencé, affaiblissant le cyclone alors qu'il se déplaçait vers le sud-est. Le 15 mars, Erica a achevé sa transition vers un cyclone extratropical et s'est ensuite complètement dissipée deux jours plus tard. Le cyclone Erica a gravement touché la nation insulaire de Nouvelle-Calédonie, provoquant des vents intenses et de fortes pluies. On estime que 892 familles ont été touchées par le cyclone sur l'île et deux personnes ont été tuées. Jusqu'à 60 % des habitants de la côte ouest ont perdu l'électricité. Le 17 mars, seules 17 des 66 écoles secondaires de l'île fonctionnaient. Après la tempête, on craignait que l'épidémie de dengue existante sur l'île ne se propage. Erica a causé 15 millions de dollars (2003 USD) de dommages, principalement en Nouvelle-Calédonie. Suite aux morts et aux dégâts, le nom "Erica" ​​a ensuite été retiré.
Cyclone Ernest/Cyclone Ernest :
Le cyclone tropical intense Ernest était l'un des deux cyclones tropicaux intenses de la saison cyclonique 2004-2005 du sud-ouest de l'océan Indien. Huitième perturbation tropicale de la saison, Ernest s'est formé à partir d'une zone persistante d'orages dans le centre de l'océan Indien. Il s'est d'abord déplacé vers le sud-ouest, s'intensifiant en tempête tropicale Ernest le 20 janvier en se déplaçant dans le canal du Mozambique. Après avoir frappé Mayotte, la tempête s'est rapidement intensifiée pour atteindre des vents de pointe de 165 km/h (vents de 105 mph en 10 minutes) au large de la côte ouest de Madagascar. Ernest s'est légèrement affaibli avant de frapper la partie sud-ouest de ce pays le 23 janvier, provoquant des inondations généralisées et des rafales de vent. Le lendemain, le cyclone est devenu extratropical avant de se dissiper le 25 janvier. À Mayotte, Ernest a produit des rafales de vent maximales de 98 km/h (61 mph). La tempête a attiré l'humidité du Malawi, provoquant une période de neuf jours de conditions sèches. Quelques jours après qu'Ernest ait frappé Madagascar, la tempête tropicale Felapi a touché la même région et provoqué de nouvelles inondations. Les effets combinés des tempêtes ont tué 78 personnes et laissé plus de 32 000 sans-abri. Les dégâts généralisés aux cultures ont déclenché des protestations alimentaires, bien que le Programme alimentaire mondial ait fourni un approvisionnement d'urgence en riz aux résidents touchés.
Cyclone Ernie/Cyclone Ernie :
Le cyclone tropical sévère Ernie a été l'un des cyclones tropicaux à renforcement le plus rapide jamais enregistré. Ernie a été le premier cyclone tropical sévère de catégorie 5 dans la région australienne depuis le cyclone Marcia en 2015, et également le cyclone tropical le plus puissant de la région australienne depuis le cyclone Ita en 2014. Ernie est passé d'une dépression tropicale à un cyclone au sud de l'Indonésie dans le nord-est. l'océan Indien le 6 avril 2017, et s'est intensifié extrêmement rapidement pour devenir un cyclone tropical sévère de catégorie 5. Quelques jours plus tard, le 10 avril, le système a été rétrogradé en dessous de l'intensité cyclonique après une période d'affaiblissement rapide (mais pas aussi rapide que son intensification), située au sud-ouest de sa position d'origine. Ernie n'a eu aucun impact connu sur les terres.
Cyclone Ésaü/Cyclone Ésaü :
Le cyclone tropical sévère Esau a été le cyclone tropical le plus puissant jamais enregistré en Nouvelle-Calédonie. Une dépression tropicale peu profonde s'est développée dans le creux de la mousson le 24 février, à environ 370 km (230 mi) au nord-est de Port Vila, Vanuatu. Au cours de la journée suivante, le système s'est progressivement développé en se déplaçant vers le sud-ouest sous l'influence d'un flux de direction du nord, avant de passer sur l'île de Pentecôte au nord de Vanuatu le 25 février. Après avoir traversé la Pentecôte, le système a continué à se déplacer vers le sud-ouest et est passé près de l'île de Malampa avant que la dépression ne tourne vers le nord et exécute une petite boucle dans le sens des aiguilles d'une montre en passant au-dessus de l'île d'Espiritu Santo. Le système a ensuite été nommé Esaü le 26 février, après s'être transformé en cyclone tropical. Au cours des deux jours suivants, le système s'est déplacé vers le sud-ouest en direction de l'Australie et loin des îles de Vanuatu. Esau a ensuite exécuté une deuxième boucle dans le sens des aiguilles d'une montre le 28 février, avant de culminer en tant que cyclone tropical de catégorie 4 à la fois sur l'échelle d'intensité des cyclones tropicaux australiens et sur l'échelle des vents d'ouragan Saffir-Simpson. Après avoir culminé, le système s'est déplacé vers le sud-est et a menacé le sud du Vanuatu, avant de tourner vers le sud et de menacer le territoire français d'outre-mer de la Nouvelle-Calédonie. Esaü a touché terre sur le territoire français le 4 mars, en tant que cyclone tropical sévère de catégorie 3 avant de dégénérer en cyclone extratropical le 5 mars. Les restes du système ont touché terre sur l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande le 8 mars, avant d'être remarqués pour la dernière fois le lendemain au-dessus de l'océan Pacifique Sud. Esaü a causé des dégâts minimes et un mort, car il a touché les îles Salomon, le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande. Le système a affecté le nord des îles Vanuatu entre le 25 et le 27 février et le 2 et le 3 mars, avec de fortes pluies et des vents violents allant jusqu'à 80 km/h (50 mph), mais n'a causé aucun dommage. Esau a produit des vents violents sur les îles Salomon de Rennell et de Bellona et a renversé plusieurs bananiers, cocotiers et papayers. Le système a également détruit plusieurs maisons et gravement inondé divers jardins de taro et cultures vivrières. Esaü a produit des vents de force ouragan sur la Nouvelle-Calédonie, tandis que d'importantes inondations ont été signalées sur le territoire. Plusieurs routes ont été bloquées lorsque le système a abattu des arbres et endommagé des bâtiments, tandis que l'électricité et les communications ont également été coupées sur l'île. Une personne s'est noyée alors qu'elle tentait de traverser une rivière près de Hienghène, tandis qu'un jeune enfant a disparu sur l'île de Lifou mais a ensuite été retrouvé sain et sauf par des résidents locaux. Les vestiges extratropicaux d'Esaü ont touché terre sur l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande le 8 mars, où de la grêle et une tornade se seraient produites. Le nom Esau a ensuite été retiré de la liste des noms de cyclones tropicaux pour le bassin du Pacifique Sud.
Cyclone Evan/Cyclone Evan :
Le cyclone tropical sévère Evan était considéré comme le pire cyclone tropical à avoir touché la nation insulaire des Samoa depuis le cyclone Val en 1991 et était autrefois la tempête la plus puissante à avoir touché les îles principales jusqu'à Winston en 2016. Le système a été noté pour la première fois le 9 décembre 2012. , comme une faible dépression tropicale à environ 700 km (435 mi) au nord-est de Suva, Fidji. Au cours des deux jours suivants, la dépression s'est progressivement développée avant d'être nommée Evan le 12 décembre, car elle s'était transformée en cyclone tropical. Au cours de cette journée, le système s'est déplacé vers les îles Samoa et s'est progressivement intensifié, avant que le système ne ralentisse et n'affecte gravement les îles Samoa le lendemain avec des rafales de vent allant jusqu'à 210 km/h (130 mph). La tempête s'est déplacée vers l'est et a touché les îles françaises de Wallis et Futuna avant d'affecter les Samoa et les Samoa américaines. Le 16 décembre, Evan s'est tourné vers le sud et a mis en parallèle les régions occidentales des Fidji.
Cyclone Fakir/Cyclone Fakir :
Le cyclone tropical Fakir était un cyclone tropical de courte durée mais dommageable qui a touché la Réunion et l'île Maurice fin avril 2018. météo qui s'est développée au nord-nord-est de Madagascar le 20 avril 2018. Le système s'est concentré en une dépression tropicale le 23 avril et a reçu le nom de Fakir plus tard dans la journée. Il s'est rapidement intensifié en se déplaçant rapidement vers le sud-sud-est malgré la présence d'un cisaillement de vent hostile, et a atteint son pic d'intensité tôt le 24 avril, quelques heures avant de passer juste à l'est de la Réunion. Fakir a succombé au cisaillement du vent peu de temps après et s'est affaibli aussi rapidement qu'il s'était renforcé, devenant un cyclone post-tropical le 25 avril. Le système résiduel a ralenti et tourné vers l'est-nord-est tout en continuant de s'affaiblir, et s'est dissipé le lendemain. Fakir a été le cinquième et dernier d'une série de cyclones à avoir touché la Réunion au premier semestre 2018, après les cyclones Ava, Berguitta, Dumazile et Eliakim. Des vents violents en rafales, des inondations et des glissements de terrain résultant de fortes pluies se sont produits à la Réunion du 25 au 26 avril, causant de graves dommages à l'agriculture et aux infrastructures. Les écoles et les entreprises ont été fermées avant le mauvais temps et les vols ont été retardés dans les aéroports de l'île. Des lignes électriques ont été abattues ou endommagées par des arbres tombés dans de nombreuses régions, entraînant des pannes de courant généralisées. L'approvisionnement en eau a également été interrompu dans certaines régions. Les inondations et les coulées de boue ont affecté les bâtiments et les équipements publics dans toute la Réunion, provoquant des dégâts matériels importants et entraînant d'importants coûts de réparation. Une coulée de boue a tué deux personnes à L'Étang-Salé. L'agriculture a été fortement touchée, avec des récoltes ruinées par de fortes pluies et des coulées de boue et du bétail noyé par les eaux de crue. Le total des dommages à la Réunion a dépassé 15 millions d'euros (17,7 millions de dollars). Immédiatement après la tempête, des déclarations de catastrophe ont été émises dans 15 municipalités et des opérations de nettoyage ont commencé. Au cours des mois suivants, une aide a été distribuée aux agriculteurs pour les aider à récupérer les pertes et à redémarrer leurs exploitations. Cependant, les prix des fruits et légumes sont restés élevés jusqu'à six mois après Fakir. Dans l'île Maurice voisine, des avertissements de cyclone ont été émis et les écoles ont été fermées le 24 avril. Cependant, les impacts ont été beaucoup moins graves qu'à la Réunion, se limitant à des arbres tombés, des chaussées inondées et de légers dégâts aux cultures.
Cyclone Fanele/Cyclone Fanele :
Le cyclone tropical intense Fanele a été le premier cyclone de statut de cyclone tropical à frapper l'ouest de Madagascar depuis le cyclone Fame un an auparavant. Il s'est formé le 18 janvier 2009 dans le canal du Mozambique et s'est rapidement organisé car il est resté presque stationnaire. Fanele s'est finalement tourné vers la côte sud-ouest de Madagascar, atteignant des vents de pointe de 185 km/h (115 mph), selon le bureau Réunion Météo-France (MFR). Il s'est affaibli avant de débarquer dans la région de Menabe au sud-ouest de Morondava, et s'est rapidement affaibli sur terre. Fanele s'est brièvement intensifié après avoir atteint les eaux libres, pour devenir un cyclone extratropical le 23 janvier. Le cyclone a causé de lourds dégâts près de l'endroit où il s'est déplacé à terre et le long de son chemin, faisant dix morts. Fanele a frappé Madagascar deux jours seulement après que la tempête tropicale Eric a balayé la partie nord-est du pays. Les deux tempêtes ont touché plus de 50 000 personnes, dont au moins 4 000 se sont retrouvées sans abri. Fanele a frappé le pays lors d'une série de manifestations gouvernementales et, par conséquent, les efforts de secours ont été entravés.
Cyclone Fani/Cyclone Fani :
La tempête cyclonique extrêmement sévère Fani () a été le pire cyclone tropical à avoir frappé l'État indien d'Odisha depuis le cyclone Odisha de 1999. Deuxième tempête nommée et première tempête cyclonique sévère de la saison cyclonique 2019 du nord de l'océan Indien, Fani est née d'une dépression tropicale qui s'est formée à l'ouest de Sumatra dans l'océan Indien le 26 avril. Le cisaillement vertical du vent a d'abord entravé le développement de la tempête, mais les conditions sont devenues plus favorables pour Fani le 30 avril. Fani s'est rapidement intensifié en une tempête cyclonique extrêmement violente et a atteint son intensité maximale le 2 mai, avec des vents soutenus d'une minute équivalant à un ouragan majeur de catégorie 5. Fani s'est légèrement affaibli avant de toucher terre, et sa structure convective s'est rapidement dégradée par la suite, dégénérant en une dépression résiduelle le 4 mai et se dissipant le lendemain. Il a été remplacé par le cyclone Amphan en 2020 qui a causé des dégâts globaux plus importants. Avant l'atterrissage de Fani, les autorités indiennes et bangladaises ont déplacé au moins un million de personnes chacune des zones situées sur la trajectoire prévue de Fani vers des terrains plus élevés et vers des abris contre les cyclones, ce qui aurait réduit le nombre de morts et de victimes. Fani a tué au moins 89 personnes dans l'est de l'Inde et au Bangladesh et causé environ 8,1 milliards de dollars de dégâts en Inde et au Bangladesh, principalement à Odisha, en Inde.
Cyclone Fantala/Cyclone Fantala :
Cyclone tropical très intense Fantala a été le cyclone tropical le plus intense enregistré dans le sud-ouest de l'océan Indien en termes de vents soutenus. Dans le cadre de la saison cyclonique 2015-2016, Fantala s'est formé le 11 avril au sud de Diego Garcia, une île du centre de l'océan Indien. Avec une crête au sud, la tempête s'est déplacée vers l'ouest pendant plusieurs jours tout en gagnant en force, aidée par des eaux chaudes et une diminution du cisaillement du vent. Tard le 17 avril, le bureau de Météo-France à la Réunion (MFR) a estimé des vents de pointe de 10 minutes à 250 km / h (155 mph), faisant de Fantala le cyclone tropical le plus puissant du bassin en termes de vents soutenus de 10 minutes. Le Joint Typhoon Warning Center (JTWC) a estimé des vents de pointe d'une minute à 285 km/h (180 mph), ce qui équivaut à une intensité de catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson, également la plus forte jamais enregistrée dans le sud-ouest de l'océan Indien, en termes de vitesse maximale du vent soutenu. Tôt le 18 avril, Fantala a atteint son intensité maximale, avec une pression centrale minimale de 910 millibars (27 inHg). Alors qu'il était proche de son intensité maximale, Fantala est passé près du groupe Farquhar des Seychelles, endommageant la plupart des bâtiments du petit archipel. Plus tard le 18 avril, Fantala s'était affaibli en un cyclone tropical intense et avait ralenti son mouvement vers l'avant, inversant finalement sa direction de mouvement. Après avoir fluctué en force, le système désorganisé a de nouveau inversé la direction, se rapprochant le plus de Madagascar. Fantala a dégénéré en un reste de dépression le 24 avril, et les restes ont continué vers la Tanzanie. Là-bas, de fortes pluies ont provoqué des inondations qui ont emporté des routes et des maisons, tuant 13 personnes. Les pluies se sont étendues plus loin au Kenya, avec des effets similaires.
Cyclone Favio/Cyclone Favio :
Le cyclone tropical intense Favio a été le premier cyclone tropical connu qui est passé au sud de Madagascar pour frapper l'Afrique en tant que cyclone tropical intense. Tôt le 11 février 2007, une zone de temps perturbé s'est formée à l'Est de Madagascar. Quatre jours plus tard, Favio a été nommé comme intensifié à une tempête tropicale modérée tout en se déplaçant vers le sud-ouest. Le 18 février, la tempête s'est transformée en violente tempête tropicale. Ensuite, il a tourné vers l'ouest en direction générale du Mozambique. Continuant à s'intensifier, Favio a été transformé en cyclone tropical au début du 19 février. Par la suite, la tempête a commencé à s'approfondir rapidement; la petite tempête a atteint le statut de cyclone tropical intense le lendemain avant de culminer en intensité. Cependant, le cyclone s'était quelque peu affaibli avant de toucher terre le 22 février dans la province d'Inhambane au Mozambique. Il s'est rapidement affaibli au-dessus de la terre et s'est dissipé le lendemain. Tout en se renforçant, Favio a apporté de fortes pluies dans le sud de Madagascar. Après avoir touché terre, le cyclone tropical intense Favio a causé des dégâts considérables à Vilanculos au Mozambique, où le cyclone a tué quatre personnes et en a blessé au moins 70 dans la ville. Environ 80% de la ville a été détruite. Dans l'ensemble, un total de dix personnes ont été tuées par la tempête et près de 100 autres ont été blessées, et combinée à une inondation antérieure, la tempête a causé 71 millions de dollars (2007 USD) de dégâts. Environ 130 000 maisons ont été endommagées et 130 écoles ont été rasées par le cyclone tropical. À travers le pays, un total de 33 000 personnes se sont retrouvées sans abri pendant le système. Le cyclone Favio a détruit 277 000 ha (684 480 acres) de cultures. Au Zimbabwe, 400 poteaux électriques ont été abattus. Au lendemain de la tempête, un certain nombre d'organismes ont fourni une assistance aux victimes du cyclone Favio au Mozambique. Une agence a fait don de 626 500 dollars pour aider à transporter 50 000 moustiquaires dans la zone dévastée. Au total, 5 500 pains de savon, 1 600 seaux, 50 baignoires et plus de 180 latrines ont été distribués aux victimes de la zone dévastée. Dans l'ensemble, le gouvernement a été félicité pour la façon dont il a géré la catastrophe.
Cyclone Fay/Cyclone Fay :
Le cyclone Fay était un cyclone tropical intense de fin de saison qui a frappé l'Australie-Occidentale pendant la saison cyclonique de la région australienne 2003-2004. Formé à partir d'une zone de basse pression le 12 mars, Fay a été le seul cyclone de catégorie 5 de la saison. Le système avait une pression minimale de 910 mbar (hPa; 26,87 inHg) et des vents maximums soutenus de 210 km/h (130 mph). Se déplaçant vers le sud-ouest et finalement vers le sud, Fay s'est progressivement renforcé en parallèle à la côte nord-ouest de l'Australie et a touché terre sur la côte de Pilbara le matin du 27 mars en tant que cyclone de catégorie 4. Bien qu'aucun décès n'ait été signalé, le cyclone a entraîné des précipitations record en Australie, ce qui a entraîné une forte baisse de la production d'or du pays. Le cyclone a également causé des dégâts mineurs dans la région de Pilbara en Australie occidentale. Au printemps 2005, le Bureau australien de météorologie a retiré le nom Fay de l'utilisation, et il ne sera plus jamais utilisé comme nom de cyclone.
Cyclone Felleng/Cyclone Felleng :
Cyclone tropical intense Felleng était un puissant cyclone tropical qui a causé des destructions aux Seychelles, à Madagascar et à la Réunion. Septième perturbation tropicale, sixième tempête nommée et troisième cyclone tropical intense de la saison cyclonique du sud-ouest de l'océan Indien 2012-2013, Felleng est née d'une zone de convection atmosphérique intégrée dans la zone de convergence intertropicale. Au total, Felleng a causé 18 morts et plus de 10 millions de dollars de dommages.
Cyclone Fergus/Cyclone Fergus :
Le cyclone Fergus était un cyclone tropical, devenu plus tard un cyclone extratropical, qui a touché les îles du sud-ouest de l'océan Pacifique. Il a duré du 23 décembre 1996 au 1er janvier 1997 et a atteint des vitesses allant jusqu'à 165 kilomètres par heure, ou 90 miles par heure. En plus de ses vents, la tempête a provoqué de fortes pluies et de graves inondations, causant des dommages matériels importants dans certaines régions.
Cyclone Filao/Cyclone Filao :
Le cyclone tropical Filao était un cyclone tropical d'intensité modérée qui a provoqué des inondations généralisées au Mozambique en 1988. D'abord classé comme une dépression tropicale au nord de Madagascar, le système s'est déplacé vers le sud-ouest, traversant la partie nord du pays avant d'entrer dans le canal du Mozambique le 27 février, où ça a commencé à s'approfondir. Plus tard dans la journée, la dépression a été transformée en tempête tropicale modérée. Deux jours plus tard, Filao a atteint une intensité de tempête tropicale sévère alors qu'il commençait à caler. Le 1er mars, la tempête a atteint l'intensité cyclonique juste avant de tourner vers l'ouest. Plus tard dans la journée, Filao a atteint son intensité maximale, avec des vents de 135 km/h (85 mph) et une pression barométrique minimale de 954 mbar (hPa) ; 28,17 pouces de mercure. Dans les 24 heures, cependant, le système s'est déplacé à terre près de Quelimane dans le centre du Mozambique, et plusieurs heures plus tard, Filao s'est dissipé à l'intérieur des terres. Le cyclone Filao a tué 100 personnes au Mozambique, principalement dans les zones rurales. Les dégâts ont été les plus importants à Quelimane, où les rafales de vent ont atteint 105 km/h (65 mph) et les précipitations ont totalisé 104 mm (4,1 po). Là, 57 personnes ont été tuées et 7 375 se sont retrouvées sans abri. Ailleurs, la rivière Pungwe et la rivière Limpopo ont connu de graves inondations, la première subissant sa pire inondation de la décennie. Les services électriques et téléphoniques ont également été coupés tandis qu'une route qui reliait le Mozambique au Zimbabwe a été détruite. Au total, 5 500 ha (14 000 acres) de cultures ont été détruits. Les dommages ont totalisé 10 millions de dollars, dont 1,5 million de dollars de dommages matériels.
Cyclone Firinga/Cyclone Firinga :
Le cyclone tropical Firinga a produit des précipitations record sur le département français d'outre-mer de la Réunion. C'était la sixième tempête nommée de la saison, s'étant développée le 24 janvier 1989 dans le sud-ouest de l'océan Indien. Étant donné le nom de Firinga, il s'est déplacé généralement vers le sud-ouest pendant une grande partie de sa durée. Alors que le cyclone s'approchait de Maurice tard le 28 janvier, il a atteint des vents de pointe de 135 km/h (85 mph). Firinga est passé à 50 km (31 mi) à l'ouest de l'île, produisant des rafales de vent de 190 km/h (120 mph) qui ont détruit 844 maisons. De lourds dégâts aux cultures se sont produits sur l'île et les dommages à l'échelle nationale ont été estimés à 60 millions de dollars (1989 USD). Une personne a été tuée à Maurice. Après avoir dépassé Maurice, Firinga a frappé la Réunion tôt le 29 janvier avec des rafales de vent aussi fortes que 216 km/h (134 mph). La tempête a laissé tomber des pluies torrentielles dans la partie sud de l'île, y compris des totaux sur 24 heures de 1309 mm (51,5 po) au Pas de Bellecombe et de 1199 mm (47,2 po) à Casabois, qui ont tous deux établi des records pour les emplacements. Les pluies ont provoqué des inondations généralisées et entraîné 32 coulées de boue. Firinga a isolé plusieurs villes en raison des inondations et des coupures d'électricité et d'eau. Au total, 2 746 maisons ont été endommagées ou détruites, laissant 6 200 personnes sans abri. Les dommages ont été estimés à environ ₣ 1 milliard (1989 francs, 157 millions de dollars 1989 USD), et il y a eu 10 morts sur l'île. Firinga s'est ensuite dissipé le 7 février après avoir affaibli et exécuté une boucle vers le sud-est.
Cyclone Forrest/Cyclone Forrest :
La tempête cyclonique extrêmement sévère Forrest, également appelée tempête tropicale Forrest dans le bassin du WPAC avant son croisement thaïlandais, était un puissant cyclone tropical qui a provoqué l'évacuation de 600 000 personnes au Bangladesh fin novembre 1992. Originaire d'une zone de perturbations météorologiques près de des îles Caroline le 9 novembre, Forrest a été classée comme dépression tropicale trois jours plus tard au-dessus de la mer de Chine méridionale. Se dirigeant généralement vers l'ouest, le système s'est régulièrement organisé en une tempête tropicale, passant le Vietnam au sud, avant de frapper la Thaïlande le long de la péninsule malaise le 15 novembre. Une fois au-dessus du golfe du Bengale, Forrest s'est tourné vers le nord le 17 novembre et s'est considérablement intensifié. Il a atteint son intensité maximale le 20 novembre en tant que cyclone équivalent à la catégorie 4 sur l' échelle des ouragans Saffir – Simpson avec des vents de 230 km / h (145 mph). Des conditions environnementales hostiles ont rapidement affecté le cyclone alors qu'il tournait brusquement vers l'est-nord-est. Forrest a touché terre dans le nord-ouest du Myanmar en tant que système d'affaiblissement le 21 novembre avant de se dissiper tôt le lendemain. La majorité des décès associés à Forrest résultent d'un accident d'avion le 14 novembre au Vietnam qui a tué 30 des 31 occupants. En Thaïlande, le système a provoqué une importante onde de tempête, endommagé ou détruit 1 700 maisons et tué deux personnes. Les pertes agricoles dans les zones les plus durement touchées ont été estimées à 800 millions de livres (32 millions de dollars). Le 20 novembre, alors que Forrest atteignait son intensité maximale, des craintes ont surgi dans tout le Bangladesh qu'une répétition du cyclone catastrophique d'avril 1991 se produise. En conséquence, des plans d'évacuation massive ont été adoptés dans les zones côtières du pays, avec des plans pour déplacer jusqu'à 2 millions de personnes. Mais la tempête s'est brusquement tournée vers l'est et l'évacuation réussie de 600 000 habitants a épargné d'innombrables vies. Seuls deux décès ont été enregistrés et les dégâts globaux étaient légers, bien que la moitié de toutes les maisons de l'île Saint-Martin aient été endommagées.
Cyclone Fran/Cyclone Fran :
Le cyclone tropical sévère Fran a été le troisième cyclone tropical en quatre semaines à avoir touché Vanuatu en 1992. Fran s'est formé le 4 mars puis s'est progressivement intensifié. Les vents ont atteint la force coup de vent le 5 mars et la force ouragan quelques jours plus tard. Le cyclone Fran a atteint le puissant équivalent de catégorie 5 sur l'échelle des ouragans Saffir-Simpson près de Vanuatu. La tempête s'est quelque peu affaiblie en raison de l'interaction terrestre, mais s'est brièvement intensifiée après s'être éloignée de la terre. Fran s'est progressivement affaibli au cours des jours suivants dans des conditions moins favorables. Pendant ce temps, la tempête est passée au nord de la Nouvelle-Calédonie. Finalement, en tant que système de catégorie 2 à l'échelle australienne, Fran a touché terre dans le Queensland le 16 mars. Le violent cyclone tropical Fran s'est tourné vers le sud-est et s'est finalement dirigé vers la mer. Le système s'est dissipé le lendemain. Sur Efate, plus de 130 maisons ont perdu leur toit. Le long du Queensland, deux rivières ont subi d'importantes inondations, mais aucun décès n'a été attribué à ce cyclone. Le total des dommages causés par le système était de 8 à 10 millions de dollars australiens (1992 AUD). Des dégâts modérés ont également été signalés aux Fidji. En Nouvelle-Calédonie, la tempête a provoqué des inondations et des glissements de terrain.
Cyclone Freda/Cyclone Freda :
Le cyclone tropical sévère Freda était un cyclone tropical intense qui s'est développé pendant la saison cyclonique du Pacifique Sud 2012-2013 et a affecté la Nouvelle-Calédonie et les Îles Salomon en tant que cyclone tropical faible. Le système qui allait devenir le cyclone Freda a été classé pour la première fois le 26 décembre 2012 comme une perturbation tropicale. Il s'est progressivement développé et a été classé comme cyclone tropical et nommé Freda lorsqu'il a traversé les îles Salomon le 28 décembre. Aux îles Salomon, aucune victime et des dégâts modérés n'ont été signalés. En Nouvelle-Calédonie, une personne s'est noyée tandis qu'une autre a été portée disparue après avoir tenté de traverser un pont. En Nouvelle-Calédonie, de graves dégâts et deux décès ont été signalés après que Freda eut touché le territoire vers la nouvelle année 2012-2013. Alors que le système passait près de la Nouvelle-Calédonie, il a commencé à s'affaiblir rapidement et est devenu une dépression tropicale le 1er janvier.
Cyclone Funa/Cyclone Funa :
Le cyclone tropical sévère Funa a été le deuxième cyclone tropical le plus puissant au cours de la saison cyclonique du Pacifique Sud 2007-2008, causant de graves dégâts dus aux inondations et au vent dans certaines régions de Vanuatu. Le troisième cyclone tropical et le deuxième cyclone tropical sévère de la saison à se former à l'ouest de 160°E, Funa s'est formé à partir d'une zone de temps perturbé dans le creux de la mousson au nord-est de Vanuatu le 16 janvier 2008. S'intensifiant régulièrement à mesure qu'il se déplaçait vers le à l'est puis au sud, Funa a atteint son intensité maximale avec des vents soutenus de 10 minutes de 175 km / h (110 mph). Cependant, le cyclone a rencontré des conditions défavorables alors qu'il progressait plus au sud, avant de se transformer en cyclone extratropical le 21 janvier. Le cyclone Funa a gravement touché des régions de Vanuatu, en particulier les infrastructures de la chaîne insulaire. Des régions de la côte ont également été inondées par des inondations causées par une forte onde de tempête associée à Funa. Au large, le navire de croisière Pacific Star a subi de lourds dommages à cause des fortes vagues du cyclone. Les restes du cyclone ont ensuite provoqué des vents violents en Nouvelle-Zélande, entraînant des pannes de courant et des incendies.
Cyclone Funso/Cyclone Funso :
Le cyclone tropical intense Funso était un puissant cyclone tropical qui a provoqué des inondations au Mozambique et au Malawi en janvier 2012. Il s'agissait du huitième cyclone tropical, de la sixième tempête nommée et du deuxième cyclone tropical à se former au cours de la saison des cyclones 2011-2012 dans le sud-ouest de l'océan Indien. . Funso a également été le premier cyclone tropical intense depuis Gelane en 2010 et la première tempête à toucher le Mozambique depuis Jokwe en 2008.
Cyclone Fury/Cyclone Fury :
Cyclone Fury est un western américain de 1951 réalisé par Ray Nazarro et mettant en vedette Charles Starrett.
Cyclone Gafilo/Cyclone Gafilo :
Le cyclone tropical très intense Gafilo était à la fois le cyclone tropical le plus intense jamais enregistré dans le sud-ouest de l'océan Indien et le cyclone tropical le plus intense au monde en 2004. Étant exceptionnellement grand et intense, Gafilo était le cyclone le plus meurtrier et le plus destructeur de la 2003–04 Saison cyclonique du sud-ouest de l'océan Indien. Selon la base de données internationale EM-DAT sur les catastrophes, Gafilo a tué au moins 363 personnes. Gafilo a également causé des dommages d'environ 250 millions de dollars (2004 USD) à Madagascar, ce qui en fait l'une des tempêtes les plus dévastatrices à avoir frappé le pays selon des enregistrements fiables. Se formant au sud de Diego Garcia, il s'est intensifié en une tempête tropicale modérée le 3 mars. Un jour plus tard, Gafilo est devenu un cyclone tropical, et il s'est finalement intensifié en un cyclone tropical très intense le 6 mars, avant de toucher terre sur Madagascar tôt le lendemain. Après avoir traversé l'île, Gafilo a émergé dans le canal du Mozambique et a de nouveau touché terre à Madagascar le 9 mars. Après une boucle terrestre de trois jours, le système est arrivé dans l'océan Indien le 13 mars et s'est transformé en dépression subtropicale le 14 mars. Gafilo est ensuite devenu extratropical le lendemain et s'est affaibli, avant de se dissiper le 18 mars.
Cyclone Gaja/Cyclone Gaja :
La tempête cyclonique très sévère Gaja était le sixième cyclone nommé de la saison cyclonique 2018 du nord de l'océan Indien, après les cyclones Sagar, Mekunu, Daye, Luban et Titli. Se formant le 5 novembre sous la forme d'un système dépressionnaire au-dessus du golfe de Thaïlande, le système a traversé le sud de la Thaïlande et la péninsule malaise et a finalement traversé la mer d'Andaman. Le système faible s'est intensifié en une dépression au-dessus du golfe du Bengale le 10 novembre et s'est encore intensifié en une tempête cyclonique le 11 novembre, nommée Gaja. Après avoir suivi l'ouest-sud-ouest pendant plusieurs jours dans la baie du Bengale, Gaja a touché terre dans le sud de l'Inde le 16 novembre, s'est déplacé vers l'ouest à travers Vedaranyam, Thiruthuraipoondi, Muthupet, Pudukkottai, Adirampattinam, Pattukkottai et Peravurani. La tempête a survécu à sa traversée dans la mer d'Oman ; cependant, il a dégénéré en une dépression résiduelle dans des conditions hostiles seulement quelques jours plus tard, avant de se dissiper tôt le 22 novembre. 45 personnes ont été tuées par la tempête. 8 personnes ont été tuées dans la seule ville de Pattukottai. Gaja a eu de graves répercussions dans le sud de l'Inde, en particulier au Tamil Nadu. Après le cyclone Gaja, le Tamil Nadu a demandé 15 000 crores de roupies au gouvernement central indien pour reconstruire.
Cyclone Gamede/Cyclone Gamede :
Le cyclone tropical intense Gamede a été l'un des cyclones tropicaux les plus humides jamais enregistrés, laissant tomber plus de 5,5 m (18 pieds) de pluie sur une période de neuf jours sur l'île de la Réunion dans le sud-ouest de l'océan Indien. Septième tempête nommée de la saison cyclonique 2006-2007 du sud-ouest de l'océan Indien, Gamede s'est formée au sud de Diego Garcia le 19 février en tant que perturbation tropicale. Il s'est déplacé généralement vers l'ouest et s'est régulièrement intensifié, atteignant le statut de cyclone tropical le 23 février. Pendant deux jours, Gamede a calé au nord-ouest des îles Mascareignes en tant que cyclone tropical intense, au cours duquel il a atteint des vents maximums soutenus de 10 minutes de vents de 165 km/h ( 105 mph), selon le bureau météorologique de Météo-France à la Réunion (MFR). Le Joint Typhoon Warning Center (JTWC) basé aux États-Unis a estimé des vents de pointe d'une minute à 195 km / h (120 mph), ce qui équivaut à une catégorie 3 sur l' échelle Saffir-Simpson . Pendant quatre jours, Gamede est resté à moins de 400 km (250 mi) de la Réunion avant d'accélérer vers le sud. Le 2 mars, Gamede est passé à un cyclone extratropical au sud-est de Madagascar. Le MFR a suivi la tempête pendant quatre jours supplémentaires. Le cyclone Gamede est d'abord passé près de Saint-Brandon, où ses rafales de vent de 160 km/h (99 mi/h) ont endommagé quelques fenêtres. Lorsque la tempête s'est arrêtée pendant quelques jours, cela a entraîné une période prolongée de fortes pluies et de marées hautes pour les îles Mascareignes. Un pluviomètre au cratère Commerson a enregistré des quantités record de précipitations dans le monde sur une période de 3 à 9 jours, avec un total de 5512 mm (217 po). Seul le cyclone Hyacinthe en 1980 a enregistré un total pluviométrique plus élevé. Le déluge de Gamede a provoqué des inondations à travers la Réunion, emportant un pont dans la partie sud de l'île. Les dommages monétaires à la Réunion ont été estimés à plus de 165 millions d'euros (120 millions de dollars). Deux personnes ont été tuées chacune à la Réunion et à proximité de l'île Maurice. Les bandes pluviales extérieures de la tempête ont touché le sud-est de Madagascar, devenant le quatrième cyclone tropical à toucher le pays en deux mois. Plus tard, de hautes vagues de Gamede ont inondé des parties côtières de la province sud-africaine du KwaZulu-Natal.
Cyclone Gati/Cyclone Gati :
La tempête cyclonique très sévère Gati a été le cyclone tropical le plus puissant jamais enregistré à toucher terre en Somalie, et l'un des rares cyclones tropicaux à le faire dans le pays. Septième dépression, troisième tempête cyclonique et deuxième tempête cyclonique très violente de la saison cyclonique 2020 du nord de l'océan Indien, Gati s'est formée à partir d'une zone de basse pression dans la mer d'Oman, le 21 novembre. La tempête s'est ensuite intensifiée de manière explosive, devenant un cyclone tropical très violent et atteignant son intensité maximale, le lendemain. Gati s'est légèrement affaibli avant de toucher terre dans le nord-est de la Somalie le 22 novembre. Gati a été le premier cyclone de force ouragan à toucher terre en Somalie. Gati s'est alors affaibli et s'est désorganisé en se déplaçant vers l'intérieur des terres. Le JTWC a publié son dernier avis sur Gati peu de temps après son entrée dans le golfe d'Aden le 23 novembre. Gati a provoqué de fortes pluies sur la Somalie, culminant à 128 mm (5,0 po) à Bosaso. Environ 10 000 animaux ont été tués par Gati à Ufeyn. La tempête a tué au moins 9 personnes et déplacé environ 42 000 autres dans le pays et causé des millions de dollars de dégâts. Des impacts mineurs ont également été observés sur l'île yéménite de Socotra et dans les hautes terres éthiopiennes.
Cyclone Gavin/Cyclone Gavin :
Le cyclone tropical sévère Gavin a été le cyclone tropical le plus intense à affecter les Fidji, depuis le cyclone Oscar de la saison cyclonique 1982–83 et a été le premier des trois cyclones tropicaux à affecter les nations insulaires de Tuvalu et Wallis et Futuna pendant la saison 1996–97. Le système qui allait devenir Gavin a été identifié pour la première fois le 2 mars, comme une faible dépression tropicale qui s'était développée dans le creux de mousson de basse pression. Au cours des deux jours suivants, la dépression s'est progressivement développée, avant d'être nommée Gavin par RSMC Nadi au début du 4 mars, car elle s'était transformée en cyclone tropical.
Cyclone Gavin_(1985)/Cyclone Gavin (1985) :
Le cyclone tropical Gavin a été le troisième cyclone tropical nommé à avoir touché Fidji, ainsi que le quatrième à avoir touché Vanuatu, au cours de la saison cyclonique 1984-85 du Pacifique Sud. Le système a été noté pour la première fois comme une dépression tropicale le 2 mars, alors qu'il était situé dans un creux de mousson de basse pression entre Espiritu Santo et Rotuma. Au cours des deux jours suivants, le système s'est progressivement développé, avant d'être classé comme cyclone tropical et nommé Gavin le 4 mars.
Cyclone Gène/Cyclone Gène :
Le cyclone tropical sévère Gene a été la tempête la plus meurtrière ainsi que le cyclone tropical le plus dommageable de la saison cyclonique du Pacifique Sud 2007-2008 à l'est de 160ºE. RSMC Nadi a surveillé Gene en tant que 12e perturbation tropicale, ainsi que le quatrième cyclone tropical et le troisième cyclone tropical sévère à se former à l'ouest de 160ºE pendant la saison cyclonique 2007–08 du Pacifique Sud. Gene a également été reconnu par RSMC Nadi comme le cinquième cyclone tropical et le quatrième cyclone tropical sévère à se former dans l'océan Pacifique Sud au cours de la saison 2007-08. Le 25 janvier, une perturbation tropicale s'est formée dans l'archipel fidjien et a été désignée comme perturbation tropicale 12F. Le lendemain, il a été transformé en dépression tropicale, tandis que le 27 janvier, RSMC Nadi a nommé la dépression Cyclone Gene. Plus tard dans la journée, Gene a touché terre aux Fidji et a causé 8 morts et 51 millions de dollars (2008, F $). Le cyclone Gene s'est ensuite lentement intensifié pour devenir un cyclone de catégorie trois à la fois sur l' échelle des ouragans Saffir – Simpson et sur l' échelle australienne d'intensité des cyclones . Gene a ensuite pris un virage vers le sud en direction de 25 ° S qui marque la limite de la zone de responsabilité du RSMC Nadi avec le Centre d'alerte aux cyclones tropicaux (TCWC) à Wellington, en Nouvelle-Zélande. Gene a ensuite traversé 25°S le 3 février et Nadi a publié son dernier avis. Le cyclone Gene a continué comme cyclone tropical pendant trois jours avant de devenir un cyclone extratropical. Tôt le 6 février, TCWC Wellington a publié son dernier avis sur le cyclone tropical Gene, le déclarant extratropical. Le cyclone Gene a causé des dégâts considérables à plusieurs des îles principales des Fidji, notamment Viti Levu, Vanua Levu, Taveuni, Yasawa, Mamanuca et d'autres groupes d'îles périphériques, tout en tuant un total de 8 personnes. Le cyclone a également causé de graves dommages à l'île Futuna de Vanautu après que ses bandes extérieures ont frappé l'île avec des vents violents et de fortes pluies pendant 12 heures.
Cyclone George/Cyclone George :
Cyclone tropical sévère George était l'un des cyclones tropicaux australiens les plus puissants jamais enregistrés, atteignant une pression barométrique minimale de 902 mbar (hPa; 26,64 inHg). C'était aussi le cyclone tropical le plus puissant au monde en 2007 et le dernier cyclone tropical de la région australienne à atteindre ce record à ce jour. Le cyclone s'est formé le 26 février 2007 dans le Top End du Territoire du Nord, et s'est intensifié lorsqu'il est entré dans le golfe Joseph Bonaparte, avant de traverser la côte nord du Kimberley. Il s'est déplacé au-dessus de l'océan Indien, s'intensifiant en cyclone de catégorie 4, et a finalement traversé la côte de Pilbara juste à l'est de Port Hedland à son intensité maximale. Après une analyse plus approfondie du Bureau de météorologie, George a été reclassé dans la catégorie 5. Le cyclone a causé des dommages importants à la ville de Port Hedland et à de nombreux camps miniers isolés autour de la ville. Les pertes dans le Territoire du Nord se sont élevées à au moins 12 millions de dollars australiens (9,5 millions de dollars américains). Deux personnes sont mortes et plus d'une douzaine d'autres ont été infectées lors d'une épidémie de mélioïdose à la suite des inondations du Territoire du Nord. Les dommages assurés en Australie-Occidentale se sont élevés à 8 millions de dollars australiens (6,2 millions de dollars américains) et il y a eu 3 morts.
Cyclone Geralda/Cyclone Geralda :
Le cyclone tropical intense Geralda était un puissant cyclone tropical qui a causé des dégâts catastrophiques à Madagascar fin janvier 1994, parmi les plus puissants à avoir frappé le pays. C'était aussi le cyclone tropical le plus intense au monde en 1994. Il est né d'une zone de basse pression au-dessus de l'océan Indien le 25 janvier. Au cours des jours suivants, la dépression s'est progressivement intensifiée, atteignant son intensité maximale avec des vents soutenus de dix minutes. de 200 km/h (125 mph) le 31 janvier. Le cyclone Geralda a touché terre près de Toamasina, Madagascar après s'être affaibli par rapport à son intensité maximale. Quelques heures après avoir débarqué, le système s'était considérablement affaibli et, le 5 février, Geralda avait dégénéré en une dépression terrestre, et il est devenu extratropical trois jours plus tard. Les restes de Geralda se sont dissipés le 12 février. Geralda a été le deuxième cyclone en autant de mois à frapper l'est de Madagascar, après Daisy en janvier. Geralda a produit des rafales de vent aussi fortes que 350 km/h (220 mph), qui étaient les plus élevées au monde depuis plusieurs décennies. Le cyclone a également laissé tomber de fortes pluies qui ont provoqué des inondations, en particulier dans les vallées. Environ 80% de la ville de Toamasina a été détruite, y compris la plupart des écoles, des maisons et des églises. Le cyclone a gravement endommagé les routes et les voies ferrées, ce qui a par la suite interrompu les efforts de secours. Dans la capitale Antananarivo, Geralda a tué 43 personnes après avoir inondé de nombreuses maisons. Au total, plus de 40 000 maisons ont été détruites, laissant 356 000 personnes sans abri. Dans tout le pays, le cyclone a tué 231 personnes et causé plus de 10 millions de dollars de dégâts (1994 USD). Le travail de secours à la suite de la tempête a été entravé par un manque de coordination et l'armée malgache a été déployée pour aider les victimes de la tempête. Peu de stocks ont été pré-positionnés, entraînant une forte hausse des prix alimentaires. Plusieurs pays et départements des Nations Unies ont fait don d'argent ou de fournitures au pays.
Cyclone Gillian/Cyclone Gillian :
Le cyclone tropical sévère Gillian a été le deuxième plus puissant de la saison cyclonique de la région australienne 2013-2014 et le plus puissant du bassin en quatre ans. Il s'est développé le 8 mars 2014 dans le golfe de Carpentaria au large du nord de l'Australie. Il a dérivé vers le sud-est, se déplaçant sur le nord-ouest du Queensland le 10 mars sous la forme d'un faible cyclone tropical, puis s'est tourné vers le sud-ouest et plus tard vers l'ouest. Le cisaillement défavorable du vent, l'interaction terrestre et l'air sec ont empêché une grande partie du renforcement et, pendant plusieurs jours, Gillian a été une faible dépression tropicale. La tempête s'est déplacée vers le nord et s'est courbée vers l'ouest autour de l'extrémité supérieure du nord-ouest de l'Australie, puis s'est déplacée sur plusieurs îles d'Indonésie, d'abord Timor le 18 mars. Le 21 mars, Gillian est redevenue un cyclone tropical en s'éloignant de l'Indonésie. Le lendemain, il est passé juste au sud-est de l'île Christmas sous la forme d'une tempête qui s'intensifiait, puis Gillian a subi un approfondissement rapide. Le 23 mars, le Bureau of Meteorology (BoM) a estimé des vents soutenus de pointe sur 10 minutes à 220 km / h (140 mph). Le même jour, le Joint Typhoon Warning Center (JTWC) a estimé des vents soutenus de pointe d'une minute à 260 km / h (160 mph), ce qui en fait une catégorie 5 sur l' échelle des vents d'ouragan Saffir – Simpson . L'augmentation du cisaillement du vent a provoqué un affaiblissement rapide du cyclone, et BoM et JTWC ont interrompu les avis sur Gillian le 26 mars. Le cyclone a touché le nord de l'Australie avec des rafales de vent et quelques précipitations, tandis que sur l'île indonésienne de Java, il a produit de fortes vagues. Alors qu'elle se déplaçait près de l'île Christmas, Gillian a abattu des milliers d'arbres et endommagé le toit de l'un des plus anciens bâtiments de l'île. Les vents ont soufflé à 96 km/h (60 mph), ce qui en fait le premier cyclone à affecter l'île Christmas en six ans. La tempête a également affecté la recherche du vol 370 de Malaysia Airlines manquant.
Cyclone Gina/Cyclone Gina :
Le nom Gina a été utilisé pour six cyclones tropicaux dans le monde. Dans le Pacifique Sud : Cyclone Gina (1960) – Tempête de fin de saison restée au large. Cyclone Gina (1989) - Faible tempête qui a touché Samoa. Cyclone Gina (2003) - un cyclone tropical violent de catégorie 3 hors saison qui a touché les îles Salomon. Cyclone Gina (2022) – une faible tempête hors saison qui a affecté le Vanuatu et la Nouvelle-Calédonie. Dans la Région Australienne : Cyclone Gina (1968) – Resté au large. tempête tropicale qui a acheté des impacts à Madagascar et au Mozambique.
Cyclone Giovanna/Cyclone Giovanna :
Cyclone tropical intense Giovanna était un puissant cyclone tropical qui a touché Madagascar. Giovanna était la neuvième dépression tropicale, la septième tempête nommée et le troisième cyclone tropical de la saison cyclonique 2011-2012 du sud-ouest de l'océan Indien. Giovanna a été accusée de 35 morts le long de la côte de Madagascar, de La Réunion et de Maurice, et c'était le premier cyclone tropical intense à toucher Madagascar depuis le cyclone Bingiza en février 2011.
Cyclone Giri/Cyclone Giri :
La tempête cyclonique extrêmement sévère Giri (désignation IMD : BOB 04, désignation JTWC 04B, également connue sous le nom de Cyclone Giri) était un puissant cyclone tropical en termes de vitesse de vent soutenue d'une minute qui a causé des dommages catastrophiques dans certaines parties du Myanmar fin octobre 2010. d'une zone de basse pression au-dessus du golfe du Bengale le 19 octobre, le système a commencé comme une faible dépression à 250 km (155 mi) au sud du Myanmar. Au cours des jours suivants, la dépression a subi une intensification explosive, atteignant son intensité maximale avec des vents de 195 km/h (120 mph 3 minutes soutenues) le 22 octobre. Le cyclone Giri a touché terre à environ 50 km (31 mi) au nord-ouest de Kyaukpyu, peu de temps après avoir culminé. Quelques heures après avoir débarqué, le système s'était considérablement affaibli. Le lendemain, Giri avait dégénéré en une dépression tropicale et l'avis final a été émis sur la tempête. Contrairement au cyclone Nargis en 2008, le gouvernement du Myanmar a pris des mesures pour assurer la sécurité des résidents sur le passage du cyclone Giri. On estime que 53 000 personnes ont évacué Kyaukphyu avant l'arrivée de la tempête. Dans tout le centre du Myanmar, au moins 157 personnes auraient été tuées par Giri. Des milliers de structures près de l'endroit où la tempête a touché terre ont été détruites, laissant plus de 70 000 personnes sans abri. Un effort de secours international a commencé peu de temps après le passage de la tempête pour aider les survivants de la tempête. Au départ, les médias locaux et étrangers ont d'abord critiqué le gouvernement du Myanmar pour ne pas avoir suffisamment averti les habitants de la tempête et plus tard pour avoir gardé le silence sur la situation. Cependant, l'attention s'est ensuite portée sur les pertes en vies humaines et les efforts de secours.
Cyclone Gita/Cyclone Gita :
Le cyclone tropical sévère Gita a été le cyclone tropical le plus intense à avoir touché les Tonga depuis le début des enregistrements fiables. Deuxième tempête nommée et premier cyclone tropical majeur de la saison cyclonique du Pacifique Sud 2017-2018, Gita est née d'un creux de mousson qui était actif dans le Pacifique Sud début février 2018. Classé pour la première fois comme une perturbation tropicale le 3 février, le système naissant serpenté près de Vanuatu pendant plusieurs jours avec peu de développement. Après avoir acquis une trajectoire régulière vers l'est près de Fidji, il s'est organisé en cyclone tropical de catégorie 1 le 9 février près de Samoa. Tournant vers le sud dans le sens des aiguilles d'une montre, le système s'est rapidement intensifié et est devenu un violent cyclone tropical le 10 février près de Niue. Tout au long de son parcours dans le Pacifique Sud, le cyclone Gita a touché plusieurs nations et territoires insulaires. Les Tonga ont été les plus durement touchées, avec de graves dommages sur les îles de Tongatapu et ʻEua ; deux morts et quarante et un blessés sont survenus dans le royaume. Au moins 171 maisons ont été détruites et plus de 1 100 ont subi des dommages. Des vents violents ont détruit des maisons et laissé les deux îles en grande partie sans électricité. Des pluies torrentielles et des vents dévastateurs ont provoqué des perturbations généralisées aux Samoa et aux Samoa américaines, provoquant des déclarations d'urgence dans les deux. Les îles périphériques des îles fidjiennes Lau ont été considérablement touchées, en particulier Ono-i-Lau et Vatoa. Wallis et Futuna, Niue et Vanuatu ont également été touchés, mais les impacts dans ces régions ont été mineurs. Le total des dommages causés par Gita est estimé à plus de 252 millions de dollars américains, principalement aux Samoa américaines et aux Tonga.
Cyclone Glenda/Cyclone Glenda :
Le cyclone tropical sévère Glenda était parmi les cyclones tropicaux les plus puissants à menacer l'Australie-Occidentale, bien qu'il se soit considérablement affaibli avant de toucher terre et se soit déplacé à terre dans une région peu peuplée. Il a commencé par une dépression tropicale le 15 mars dans le golfe de Carpentarie. La perturbation précurseur a dérivé au-dessus de Top End et plus tard dans la partie nord-est de l'Australie occidentale, et après avoir émergé dans l'océan Indien, elle s'est transformée en tempête tropicale. Aidé par des conditions environnementales favorables, Glenda s'est rapidement intensifié pour atteindre le statut de catégorie 5 sur l'échelle des cyclones australiens, et avec une intensité maximale de 910 mbar, il figurait parmi les cyclones les plus puissants jamais enregistrés dans la région australienne. Le 30 mars, il s'est déplacé à terre près d'Onslow en tant que cyclone de catégorie 3, et le lendemain, il a dégénéré en une dépression tropicale résiduelle au-dessus de la terre. La perturbation précurseur a produit de fortes pluies dans la région de Kimberley en Australie-Occidentale, provoquant des inondations record et des dommages aux routes. Des dommages mineurs ont été signalés lors de l'atterrissage final de Glenda. En raison de la faible population et des préparatifs effectués, le cyclone n'a fait ni mort ni blessé. Cependant, son nom a ensuite été retiré de la liste des noms de cyclones tropicaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Elementary OS

Élément 21_(société)/Élément 21 (société) : Element 21 est une entreprise de fabrication d'équipements de golf et de pêche basée à ...