Rechercher dans ce blog

lundi 15 août 2022

Cyclically adjusted price-to-earnings ratio


Phosphodiestérase spécifique du guanylate cyclique/phosphodiestérase spécifique du guanylate cyclique :
La phosphodiestérase spécifique du guanylate cyclique (EC 3.1.4.52, cyclique bis(3->5')diguanylate phosphodiesterase, c-di-GMP-specific phosphodiesterase, c-di-GMP phosphodiesterase, phosphodiesterase, phosphodiesterase A1, PDEA1, VieA) est une enzyme de nom systématique cyclique bis(3->5')diguanylate 3-guanylylhydrolase. Cette enzyme catalyse la réaction chimique suivante di-3',5'-guanylate cyclique + H2O ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} 5'-phosphoguanylyl(3'->5')guanosineCette enzyme nécessite Mg2+ ou Mn2+ pour son activité. Il est inhibé par Ca2+ et Zn2+.
Cyclique (mathématiques)/Cyclique (mathématiques) :
Il existe de nombreux termes en mathématiques qui commencent par cyclique : Règle de chaîne cyclique, pour les dérivées, utilisée en thermodynamique Code cyclique, codes linéaires fermés sous des permutations cycliques Convolution cyclique, une méthode de combinaison de fonctions périodiques Décomposition cyclique (théorie des graphes) Décomposition cyclique (théorie des groupes ) Extension cyclique, une extension de champ avec groupe de Galois cyclique Théorie des graphes : Graphe cyclique, un graphe connexe 2-régulier Graphe cyclique (algèbre), un diagramme représentant les cycles déterminés en prenant les puissances des éléments du groupe Graphe circulant, un graphe à symétrie cyclique Cycle (théorie des graphes), un chemin non trivial dans un graphe d'un nœud à lui-même Graphe cyclique, un graphe contenant au moins un cycle de graphe Groupe cyclique, un groupe généré par un seul élément Homologie cyclique, une approximation de la théorie K utilisée dans non -géométrie différentielle commutative Module cyclique, un module généré par un seul élément Notation cyclique, une manière d'écrire les permutations Nombre cyclique, un nombre tel que permu cyclique tations des chiffres sont des multiples successifs du nombre Ordre cyclique, une relation ternaire définissant une façon d'arranger un ensemble d'objets dans un cercle Permutation cyclique, une permutation avec une orbite non triviale Polygone cyclique, un polygone auquel on peut donner un cercle circonscrit Cyclique décalage, également connu sous le nom de décalage circulaire Symétrie cyclique, symétrie de rotation n fois de l'espace tridimensionnel
ADP-ribose cyclique/ADP-ribose cyclique :
Le ribose ADP cyclique, fréquemment abrégé en cADPR, est un nucléotide d'adénine cyclique (comme l'AMPc) avec deux groupes phosphate présents sur 5' OH de l'adénosine (comme l'ADP), en outre connecté à un autre ribose en position 5', qui, à son tour , ferme le cycle par liaison glycosidique à l'azote 1 (N1) de la même base adénine (dont la position N9 a la liaison glycosidique à l'autre ribose). La liaison N1-glycosidique à l'adénine est ce qui distingue le cADPR de l'ADP-ribose (ADPR), l'analogue non cyclique. cADPR est produit à partir de nicotinamide adénine dinucléotide (NAD+) par des ADP-ribosyl cyclases (EC 3.2.2.5) dans le cadre d'un second système messager.
Récepteurs AMP_cycliques/récepteurs AMP cycliques :
Les récepteurs AMP cycliques des moisissures visqueuses sont une famille distincte de récepteurs couplés aux protéines G. Ces récepteurs contrôlent le développement de Dictyostelium discoideum. Chez D. discoideum, les récepteurs AMP cycliques coordonnent l'agrégation de cellules individuelles dans un organisme multicellulaire et régulent l'expression d'un grand nombre de gènes régulés par le développement. Les séquences d'acides aminés des récepteurs contiennent des proportions élevées de résidus hydrophobes regroupés en 7 domaines, d'une manière qui rappelle les rhodopsines et d'autres récepteurs censés interagir avec les protéines G. Cependant, alors qu'un cadre 3D similaire a été proposé pour rendre compte de cela, il n'y a pas de similarité de séquence significative entre ces familles : les récepteurs d'AMPc portent ainsi leur propre signature « 7TM » unique.
Dégivrage cyclique/Dégivrage cyclique :
Cyclic Defrost est un magazine australien spécialiste de la musique électronique. Il a été fondé et édité par Sebastian Chan, avec les éditeurs actuels Bob Baker Fish, Chris Downton et Peter Hollo. Il couvre la musique électronique indépendante, l'avant-rock, l'art sonore expérimental et le hip hop du champ gauche.
GMP-AMP_synthase cyclique/GMP-AMP synthase cyclique :
La GMP-AMP synthase cyclique (cGAS, cGAMP synthase), appartenant à la famille des nucléotidyltransférases, est un capteur d'ADN cytosolique qui active une réponse interféron de type I. Il fait partie de la voie de détection de l'ADN cGAS-STING. Il se lie à l'ADN microbien ainsi qu'à l'ADN du soi qui envahit le cytoplasme et catalyse la synthèse de cGAMP. Le cGAMP fonctionne alors comme un second messager qui se lie à la protéine du réticulum endoplasmique STING et l'active pour déclencher la production d'IFN de type I. Les souris dépourvues de cGAS sont plus vulnérables à une infection mortelle par des virus à ADN et des virus à ARN. De plus, le cGAS s'est avéré être un capteur immunitaire inné des rétrovirus, y compris le VIH. Le gène humain codant pour le cGAS est MB21D1 sur le chromosome 6.
Poètes cycliques/Poètes cycliques :
Poètes cycliques est un terme abrégé désignant les premiers poètes épiques grecs, contemporains approximatifs d'Homère. On n'en sait pas plus sur ces poètes que sur Homère, mais les érudits modernes les considèrent comme ayant composé oralement, tout comme Homère. À l'époque classique, les premiers poèmes épiques survivants ont été attribués à ces auteurs, tout comme l'Iliade et l'Odyssée ont été attribuées à Homère. Avec Homère, dont l'Iliade ne couvre que 50 jours de la guerre, ils couvrent le "cycle" complet de la guerre, d'où le nom. La plupart des érudits modernes placent Homère au 8ème siècle avant JC. Les autres poètes énumérés ci-dessous semblaient avoir vécu aux VIIe-Ve siècles av. À l'exception d'Homère, aucune des œuvres des poètes cycliques ne survit.
Adénosine_monophosphate cyclique/Adénosine monophosphate cyclique :
L'adénosine monophosphate cyclique (AMPc, AMP cyclique ou adénosine monophosphate 3',5'-cyclique) est un second messager important dans de nombreux processus biologiques. L'AMPc est un dérivé de l'adénosine triphosphate (ATP) et est utilisé pour la transduction du signal intracellulaire dans de nombreux organismes différents, véhiculant la voie dépendante de l'AMPc.
Alcool déshydrogénase_cyclique_(quinone)/Alcool déshydrogénase cyclique (quinone) :
L'alcool déshydrogénase cyclique (quinone) (EC 1.1.5.7, alcool déshydrogénase cyclique, MCAD) est une enzyme dont le nom systématique est alcool cyclique:quinone oxydoréductase. Cette enzyme catalyse la réaction chimique suivante alcool cyclique + quinone ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} cétone cyclique + quinolCette enzyme oxyde une grande variété d'alcools cycliques.
Algèbre cyclique/Algèbre cyclique :
En algèbre , une algèbre de division cyclique est l'un des exemples de base d'une algèbre de division sur un corps et joue un rôle clé dans la théorie des algèbres simples centrales .
Alcoyl_amino_carbènes cycliques/Alcoylaminocarbènes cycliques :
En chimie, les cycliques (alkyl) (amino) carbènes (CAAC) sont une famille de ligands carbène singulet stables développés par le professeur Guy Bertrand et son groupe en 2005 à UC Riverside (maintenant à UC San Diego). Contrairement aux carbènes N-hétérocycliques (NHC) populaires qui possèdent deux substituants "amino" adjacents au centre "carbène", les CAAC possèdent un substituant "amino" et un atome de carbone sp3 "alkyle". Cette configuration spécifique fait des CAAC de très bons donneurs σ (HOMO supérieur) et accepteurs π (LUMO inférieur) par rapport aux NHC. De plus, la stabilisation réduite des hétéroatomes du centre carbène dans les CAAC par rapport aux NHC donne également lieu à un ΔEST plus petit (48,3 contre 72,7 kcal mol-1).
Modèle_alternance_cyclique/Modèle alterné cyclique :
Le modèle d'alternance cyclique (en abrégé CAP) est un modèle de deux modèles d'électroencéphalogramme alternatif (EEG) de longue durée qui se produisent pendant le sommeil, comme décrit par Terzano et al., en 1985. Il s'agit d'un modèle d'activité corticale spontanée, qui continue et en l'absence de stimulation sensorielle. C'est la réorganisation du cerveau endormi mise au défi par la modification des conditions environnementales et elle se caractérise par une activité électrocorticale périodique anormale qui se reproduit avec une fréquence pouvant aller jusqu'à une minute. Il est considéré comme "le marqueur EEG du sommeil instable". CAP ne se produit pas pendant REM. Dans le syndrome de Lennox-Gastaut, la PAC module la survenue de crises cliniques et de décharges épileptiques généralisées au moyen d'un mécanisme de contrôle de porte. La PAC est un marqueur de l'instabilité du sommeil et se retrouve pendant le sommeil à mouvements oculaires non rapides. CAP est organisé en séquences de cycles successifs composés de deux phases, A et B. La phase A implique des événements phasiques, c'est-à-dire non continus. Les sous-types de la phase A de CAP permettent des ajustements adaptatifs des états en cours aux entrées internes et externes. La phase B fait référence au rythme de fond pendant la CAP. De plus, la CAP implique des activités cérébrales et est influencée par les fonctions autonomes et motrices. L'interaction entre la CAP et les fluctuations neurovégétatives et les événements moteurs détermine la physiopathologie de plusieurs troubles du sommeil et l'effet des médicaments sur le traitement par pression positive continue (CPAP) (la CPAP est utilisée pour traiter l'apnée obstructive du sommeil ou OSA). La CAP est un marqueur de l'instabilité NREM et est aussi "l'horloge maîtresse" qui accompagne les transitions d'étapes maintenues dans les phases de sommeil, notées à la fois dans l'EEG et par les fonctions autonomes par des fluctuations régulières. La CAP est diminuée dans la narcolepsie, l'atrophie multisystématisée, dans certains cas d'administration de médicaments, avec un traitement CPAP pour l'OSA et pendant le sommeil de récupération nocturne après une privation de sommeil prolongée. Il existe une relation entre la CAP et les éveils qui permet des ajustements de la vigilance pendant le sommeil. S'il y a un échec dans cette relation pendant le sommeil, des troubles du sommeil peuvent se développer. Rechtschaffen et Kales ont développé les critères standard pour la stadification du sommeil en 1968. En 1992, l'AASM a défini les éveils comme des marqueurs de perturbation du sommeil, ce qui est nocif pour le sommeil. Selon Boselli et al., en 1998, il a été noté que les éveils spontanés sont naturels pendant le sommeil et augmentent au cours de la vie.
Cyclic and_separating_vector/Cyclique et vecteur séparateur :
En mathématiques, la notion de vecteur cyclique et séparateur est importante dans la théorie des algèbres de von Neumann, et en particulier dans la théorie de Tomita-Takesaki. Une notion apparentée est celle d'un vecteur qui est cyclique pour un opérateur donné. L'existence de vecteurs cycliques est garantie par la construction Gelfand-Naimark-Segal (GNS).
Catégorie cyclique/Catégorie cyclique :
En mathématiques , la catégorie cyclique ou catégorie de cycle ou catégorie de cycles est une catégorie d'ensembles finis ordonnés cycliquement et de cartes de degré 1 entre eux. Il a été introduit par Connes (1983).
Automate_cellulaire_cyclique/Automate_cellulaire_cyclique :
Un automate cellulaire cyclique est une sorte de règle d'automate cellulaire développée par David Griffeath et étudiée par plusieurs autres chercheurs sur les automates cellulaires. Dans ce système, chaque cellule reste inchangée jusqu'à ce qu'une cellule voisine ait une valeur modulaire exactement supérieure d'une unité à celle de la cellule elle-même, auquel cas elle copie la valeur de sa voisine. Les automates cellulaires cycliques unidimensionnels peuvent être interprétés comme des systèmes de particules en interaction, tandis que les automates cellulaires cycliques de dimensions supérieures présentent un comportement complexe en spirale.
Code cyclique/Code cyclique :
Dans la théorie du codage, un code cyclique est un code en bloc, où les décalages circulaires de chaque mot de code donnent un autre mot qui appartient au code. Ce sont des codes de correction d'erreurs qui ont des propriétés algébriques qui sont pratiques pour une détection et une correction efficaces des erreurs.
Composé cyclique/Composé cyclique :
Un composé cyclique (ou composé cyclique) est un terme désignant un composé dans le domaine de la chimie dans lequel une ou plusieurs séries d'atomes dans le composé sont reliées pour former un cycle. Les cycles peuvent varier en taille de trois à plusieurs atomes et inclure des exemples où tous les atomes sont du carbone (c'est-à-dire sont des carbocycles), aucun des atomes n'est du carbone (composés cycliques inorganiques) ou où des atomes de carbone et non carbone sont présents (composés hétérocycliques). En fonction de la taille du cycle, de l'ordre des liaisons des liaisons individuelles entre les atomes du cycle et de leurs arrangements dans les cycles, les composés carbocycliques et hétérocycliques peuvent être aromatiques ou non aromatiques; dans ce dernier cas, ils peuvent varier d'être complètement saturés à avoir un nombre variable de liaisons multiples entre les atomes du cycle. En raison de la formidable diversité permise, en combinaison, par les valences des atomes communs et leur capacité à former des anneaux, le nombre de structures cycliques possibles, même de petite taille (par exemple, < 17 atomes au total) se chiffre en plusieurs milliards. Exemples de composés cycliques : composés cycliques naturels entièrement carbonés (carbocycliques) et plus complexes En plus de leur complexité et de leur nombre, la fermeture d'atomes en cycles peut verrouiller des atomes particuliers avec une substitution distincte (par des groupes fonctionnels) de sorte que la stéréochimie et la chiralité du composé en résultent, y compris certaines manifestations propres aux anneaux (par exemple, les isomères de configuration). De plus, selon la taille de l'anneau, les formes tridimensionnelles de structures cycliques particulières - généralement des anneaux de cinq atomes et plus - peuvent varier et s'interconvertir de telle sorte qu'une isomérie conformationnelle s'affiche. En effet, le développement de ce concept chimique important est né historiquement en référence aux composés cycliques. Enfin, les composés cycliques, en raison des formes, des réactivités, des propriétés et des bioactivités uniques qu'ils engendrent, constituent la majorité de toutes les molécules impliquées dans la biochimie, la structure et la fonction des organismes vivants, et dans les molécules artificielles telles que les médicaments, pesticides, etc...
Test de corrosion cyclique/Test de corrosion cyclique :
Les essais de corrosion cyclique (CCT) ont évolué ces dernières années, en grande partie au sein de l'industrie automobile, comme un moyen d'accélérer les défaillances de corrosion réelles, dans des conditions contrôlées en laboratoire. Comme son nom l'indique, le test comprend différents climats qui sont cyclés automatiquement afin que les échantillons testés subissent le même type d'environnement changeant que celui rencontré dans le monde naturel. L'intention étant de provoquer le type d'échec qui pourrait se produire naturellement, mais plus rapidement, c'est-à-dire accéléré. Ce faisant, les fabricants et les fournisseurs peuvent prédire avec plus de précision la durée de vie de leurs produits. Jusqu'au développement du test de corrosion cyclique, le test traditionnel au brouillard salin était pratiquement tout ce que les fabricants pouvaient utiliser à cette fin. Cependant, ce test n'a jamais été conçu dans ce but. Étant donné que les conditions de test spécifiées pour les tests de brouillard salin ne sont pas typiques d'un environnement naturel, ce type de test ne peut pas être utilisé comme un moyen fiable de prédire l'espérance de durée de vie « réelle » pour les échantillons testés. Le seul but du test au brouillard salin est de comparer et de contraster les résultats avec l'expérience précédente pour effectuer un audit de qualité. Ainsi, par exemple, un test de pulvérisation peut être utilisé pour « contrôler » un processus de production et prévenir des problèmes ou défauts de fabrication potentiels, qui pourraient affecter la résistance à la corrosion. Pour recréer ces différents environnements dans une chambre climatique, il faut des procédures de test beaucoup plus flexibles que celles disponible dans une chambre de brouillard salin standard. L'absence de corrélation entre les résultats obtenus lors des tests traditionnels au brouillard salin et la corrosion atmosphérique « réelle » des véhicules a laissé l'industrie automobile sans méthode de test fiable pour prédire la durée de vie de leurs produits. Cela était et reste particulièrement préoccupant dans une industrie où les garanties anti-corrosion ont progressivement augmenté et s'étendent désormais sur plusieurs années pour les véhicules neufs. Avec la pression toujours croissante des consommateurs pour une meilleure résistance à la corrosion des véhicules et quelques défaillances de corrosion « très médiatisées » parmi certains constructeurs automobiles - avec des conséquences commerciales désastreuses, l'industrie automobile a reconnu la nécessité d'un type différent de test de corrosion. Un tel test devrait simuler les types de conditions qu'un véhicule pourrait rencontrer naturellement, mais recréer et accélérer ces conditions, avec une bonne répétabilité, dans le confort du laboratoire. Le CCT est efficace pour évaluer une variété de types de corrosion, y compris la corrosion galvanique et la corrosion caverneuse. L'une des premières machines d'essais cycliques introduites était l'armoire Prohesion.
Couverture cyclique/Couverture cyclique :
En topologie algébrique et en géométrie algébrique , une couverture cyclique ou revêtement cyclique est un espace de couverture pour lequel l'ensemble des transformations de couverture forme un groupe cyclique . Comme pour les groupes cycliques, il peut y avoir des couvertures cycliques finies et infinies. Les couvertures cycliques se sont avérées utiles dans les descriptions de la topologie des nœuds et de la géométrie algébrique des variétés de Calabi-Yau. objets à partir d'objets existants via, par exemple, une extension de champ par un élément racine. Les puissances de l'élément racine forment un groupe cyclique et fournissent la base d'une couverture cyclique. Un faisceau de lignes sur une variété projective complexe avec un indice de torsion peut induire un revêtement galoisien cyclique avec un groupe cyclique d'ordre r {\displaystyle r} .
Cyclic delay_diversity/Cyclic delay diversity :
La diversité de retard cyclique (CDD) est un schéma de diversité utilisé dans les systèmes de télécommunication basés sur OFDM, transformant la diversité spatiale en diversité de fréquence et évitant ainsi les interférences intersymboles. Le CDD a été introduit en 2001 et peut gagner en diversité de fréquence au niveau du récepteur sans modifier la structure du récepteur SISO. L'idée du CDD pour l'OFDM avait également été déposée sous forme de demande de brevet en septembre 2000.
Di-AMP cyclique/Di-AMP cyclique :
Le di-AMP cyclique (également appelé c-di-AMP et c-di-adénosine monophosphate) est un second messager utilisé dans la transduction du signal chez les bactéries et les archées. Il est présent dans de nombreuses bactéries Gram-positives, certaines espèces Gram-négatives et les archées du phylum euryarchaeota. C'est l'un des nombreux seconds messagers nucléotidiques omniprésents, notamment l'adénosine monophosphate cyclique (AMPc), le monophosphate de guanosine cyclique (cGMP), le pentaphosphate de guanosine ((p)ppGpp) et le di-GMP cyclique (c-di-GMP). Le c-di-AMP est un nucléotide de signalisation utilisé dans les voies de signalisation qui déclenchent des sorties en utilisant des récepteurs ou des protéines cibles pour détecter les concentrations de c-di-AMP dans la cellule. Chez les bactéries, le di-AMP cyclique a été impliqué dans le contrôle de la croissance, l'homéostasie de la paroi cellulaire, la formation de biofilm bactérien et l'expression des gènes de virulence, la régulation et les réponses au stress thermique et osmotique, la sporulation, le transport du potassium, la lyse et la résistance aux antibiotiques.Chez l'homme, Le di-AMP cyclique a été impliqué dans le contrôle de la réponse immunitaire innée et de la réponse antivirale contre les agents pathogènes. Le dinucléotide est également produit par de nombreux agents pathogènes humains, incitant à l'exploration de nombreuses voies de régulation du c-di-AMP tant chez l'homme que chez les bactéries.
Di-GMP cyclique/Di-GMP cyclique :
Le di-GMP cyclique (également appelé diguanylate cyclique et c-di-GMP) est un second messager utilisé dans la transduction du signal dans une grande variété de bactéries. Le di-GMP cyclique n'est pas connu pour être utilisé par les archées et n'a été observé que chez les eucaryotes dans Dictyostelium. Le rôle biologique du di-GMP cyclique a été découvert pour la première fois lorsqu'il a été identifié comme un activateur allostérique d'une cellulose synthase trouvée dans Gluconacetobacter xylinus afin de produire de la cellulose microbienne. Dans sa structure, il s'agit d'un cycle contenant seulement deux bases de guanine liées par du ribose et phosphate. Le contact avec les surfaces augmente le c-di-GMP, ce qui augmente la transcription, la traduction et la post-traduction des exopolysaccharides (EPS) et d'autres composants de la matrice de substances polymères extracellulaires (voir la revue de Jenal et al 2017). Chez les bactéries, certains signaux sont communiqués en synthétisant ou en dégradant le di-GMP cyclique. Le di-GMP cyclique est synthétisé par des protéines à activité diguanylate cyclase. Ces protéines ont généralement un motif GGDEF caractéristique, qui fait référence à une séquence conservée de cinq acides aminés. La dégradation du di-GMP cyclique est affectée par des protéines à activité phosphodiestérase. Ces protéines ont un motif d'acides aminés EAL ou HD-GYP. Les processus connus pour être régulés par le di-GMP cyclique, au moins dans certains organismes, comprennent la formation de biofilms (comme les matrices EPS trouvées par Steiner et al 2013), la motilité (en particulier la transition motile à sessile, voir la revue par Jenal et al 2017) et la production de facteurs de virulence. Les niveaux de di-GMP cycliques sont régulés à l'aide de divers mécanismes. De nombreuses protéines avec des domaines GGDEF, EAL ou HD-GYP se retrouvent avec d'autres domaines qui peuvent recevoir des signaux, tels que les domaines PAS. On pense que les enzymes qui dégradent ou synthétisent le di-GMP cyclique sont localisées dans des régions spécifiques de la cellule, où elles influencent les récepteurs dans un espace restreint. Chez Gluconacetobacter xylinus, le c-di-GMP stimule la polymérisation du glucose en cellulose en tant qu'activateur allostérique de haute affinité de l'enzyme cellulose synthase. Certaines enzymes diguanylate cyclase sont inhibées allostériquement par le di-GMP cyclique. Les niveaux de di-GMP cycliques régulent d'autres processus via un certain nombre de mécanismes. La Gluconacetobacter xylinus cellulose synthase est stimulée allostériquement par le di-GMP cyclique, présentant un mécanisme par lequel le di-GMP cyclique peut réguler l'activité de la cellulose synthase. Il a été démontré que le domaine PilZ se lie au di-GMP cyclique et on pense qu'il est impliqué dans la régulation dépendante du di-GMP cyclique, mais le mécanisme par lequel il le fait est inconnu. Des études structurelles récentes des domaines PilZ de deux espèces bactériennes ont démontré que les domaines PilZ changent radicalement de conformation lors de la liaison au di-GMP cyclique. Cela conduit à la forte inférence que les changements conformationnels dans les domaines PilZ permettent à l'activité des protéines effectrices ciblées (telles que la cellulose synthase) d'être régulée par le di-GMP cyclique. Les ribocommutateurs appelés ribocommutateur di-GMP-I cyclique et ribocommutateur di-GMP-II cyclique régulent l'expression des gènes en réponse aux concentrations de di-GMP cyclique dans une variété de bactéries, mais pas toutes les bactéries connues pour utiliser le di-GMP cyclique. Pour un examen des rôles de c-di-GMP dans Caulobacter crescentus, Pseudomonas aeruginosa, Komagataeibacter xylinus/​Gluconacetobacter xylinus, Myxococcus xanthus, Bdellovibrio bacteriovorus et Pseudomonas fluorescens, voir Jenal et al 2017.
Cyclic di-GMP-II_riboswitch/Cyclic di-GMP-II riboswitch :
Les riboswitches di-GMP-II cycliques (également riboswitches c-di-GMP-II) forment une classe de riboswitches qui se lient spécifiquement au di-GMP cyclique, un second messager utilisé dans de multiples processus bactériens tels que la virulence, la motilité et la formation de biofilm. Les ribocommutateurs cycliques di-GMP II ne sont structurellement pas apparentés aux ribocommutateurs cycliques di-GMP-I, bien qu'ils aient la même fonction. Les ribocommutateurs di-GMP-II cycliques ont été découverts par la bioinformatique et sont courants chez les espèces de la classe Clostridia et du genre Deinococcus . On les trouve également dans certaines autres lignées bactériennes. Il existe un chevauchement important entre les espèces qui utilisent des ribocommutateurs di-GMP-I cycliques et di-GMP-II cycliques, car les deux classes de ribocommutateurs sont courantes chez Clostridia. Dans les souches de Clostridium difficile, un riboswitch di-GMP-II cyclique se trouve adjacent à un intron catalytique de groupe I. Les introns du groupe I sont des ribozymes qui catalysent l'épissage de la molécule d'ARN dans laquelle ils sont intégrés. Dans le cas associé au riboswitch, le résultat de la réaction d'épissage catalysée par l'intron est contrôlé par le riboswitch en réponse aux niveaux de di-GMP cycliques. La réaction d'épissage est également régulée in vitro par les niveaux de triphosphate de guanosine, puisque les introns du groupe I nécessitent un dérivé de la guanosine pour leur activité. Les introns du groupe I fonctionnent dans le cadre d'éléments égoïstes, où ils réduisent la probabilité que l'élément ait un impact négatif sur l'hôte en interrompant un gène codant pour une protéine. Cependant, l'intron de groupe I associé à un riboswitch di-GMP-II cyclique n'est pas égoïste puisqu'il semble remplir une fonction utile pour la cellule. Ils montrent également que les cellules naturelles utilisent des ribozymes allostériques pour réguler l'expression des gènes, un mécanisme couramment utilisé dans les aptamères modifiés mais non observé auparavant dans la nature. Les ribocommutateurs di-GMP-II cycliques sont une structure pseudo-nouée. La plupart de ces riboswitches conservent un motif structurel entortillé qui permet une courbure dans la tige concernée, facilitant vraisemblablement le pseudonœud. Plusieurs positions de nucléotides sont hautement conservées, dont beaucoup autour des boucles terminales impliquées dans l'interaction pseudo-nœud.
Cyclic di-GMP-I_riboswitch/Cyclic di-GMP-I riboswitch :
Les ribocommutateurs di-GMP-I cycliques sont une classe de ribocommutateurs qui se lient spécifiquement au di-GMP cyclique, qui est un second messager utilisé dans une variété de processus microbiens, notamment la virulence, la motilité et la formation de biofilm. Les ribocommutateurs di-GMP-I cycliques ont été initialement identifiés par la bioinformatique comme une structure conservée de type ARN appelée «motif GEMM». Ces ribocommutateurs sont présents dans une grande variété de bactéries et sont les plus courants chez Clostridia et certaines variétés de Pseudomonadota. Les riboswitches sont présents dans des agents pathogènes tels que Clostridium difficile, Vibrio cholerae (qui cause le choléra) et Bacillus anthracis (qui cause l'anthrax). Geobacter uraniumreducens devrait avoir 30 instances de ce riboswitch dans son génome. On prévoit qu'un bactériophage qui infecte C. difficile porte un ribocommutateur di-GMP-I cyclique, qu'il pourrait utiliser pour détecter et exploiter l'état physiologique des bactéries qu'il infecte. La découverte de cette classe de riboswitch répond à la question de savoir comment les gènes sont régulés en réponse aux niveaux de di-GMP cycliques dans de nombreuses bactéries différentes. Cependant, certaines bactéries chez lesquelles le di-GMP cyclique a été étudié sont dépourvues de ribocommutateurs di-GMP-I cycliques, par exemple Pseudomonas aeruginosa. Les ribocommutateurs di-GMP-I cycliques sont le premier type de ribocommutateur à découvrir dont le rôle n'est pas principalement dans la régulation du métabolisme, mais fait plutôt partie de la signalisation. Une deuxième classe de riboswitch qui se lie au di-GMP cyclique est appelée le riboswitch di-GMP-II cyclique. Les deux classes de ribocommutateurs cycliques se liant au di-GMP ne partagent aucune séquence ou caractéristique structurelle connue. Des structures tridimensionnelles à haute résolution de ribocommutateurs di-GMP-I cycliques ont été déterminées à l'aide de la cristallographie aux rayons X. Certains homologues de la structure de ribocommutateur c-di-GMP-I fonctionnent en fait comme des ribocommutateurs qui reconnaissent une autre molécule de signalisation, l'AMP- cyclique BPF.
Système_enzymatique cyclique/Système enzymatique cyclique :
Un système enzymatique cyclique est un système théorique de deux enzymes partageant un seul substrat ou cofacteur, également appelé dispositif de commutation biochimique. Il a été utilisé comme implémentation biochimique d'un dispositif de calcul simple, agissant comme une diode chimique.
Cadre cyclique/cadre cyclique :
Un exécutif cyclique est une alternative à un système d'exploitation en temps réel. C'est une forme de multitâche coopérative, dans laquelle il n'y a qu'une seule tâche. La seule tâche est généralement réalisée sous la forme d'une boucle infinie dans main(), par exemple en C. Le schéma de base consiste à parcourir une séquence répétitive d'activités, à une fréquence définie (AKA time-triggered cyclic executive). Par exemple, considérons l'exemple d'un système embarqué conçu pour surveiller un capteur de température et mettre à jour un écran LCD. L'écran LCD peut avoir besoin d'être écrit vingt fois par seconde (c'est-à-dire toutes les 50 ms). Si le capteur de température doit être lu toutes les 100 ms pour d'autres raisons, nous pourrions construire une boucle de l'apparence suivante : Le cycle extérieur de 100 ms est appelé le cycle majeur. Dans ce cas, il existe également un cycle mineur interne de 50 ms. Dans ce premier exemple, les cycles extérieurs et intérieurs ne sont pas évidents. Nous pouvons utiliser un mécanisme de comptage pour clarifier les cycles majeurs et mineurs.
Fleur cyclique/Fleur cyclique :
Une fleur cyclique est un type de fleur formé d'une série de verticilles; ensembles d'organes identiques attachés autour de l'axe en un même point. La plupart des fleurs consistent en un seul verticille de sépales appelé calice ; un seul verticille de pétales appelé corolle ; un ou plusieurs verticilles d'étamines (appelés ensemble l'androcée); et un seul verticille de carpelles appelé le gynécée. Il s'agit d'un arrangement cyclique. Certaines fleurs contiennent des parties florales disposées en spirale. Ces fleurs ne sont pas cycliques. Cependant, dans le cas courant de sépales disposés en spirale sur une fleur autrement cyclique, le terme hémicyclique peut être utilisé. Le suffixe -cyclique est utilisé pour désigner le nombre de verticilles contenues dans une fleur. Le cas le plus courant est la fleur pentacyclique, qui contient cinq spires : un calice, une corolle, deux spires d'étamines et une seule spire de carpelles. Un autre cas courant est la fleur tétracyclique, qui ne contient qu'un seul verticille d'étamines, et donc seulement quatre verticilles au total. Des fleurs tricycliques se produisent également, généralement là où il y a un seul périanthe indifférencié. Les fleurs à plus de cinq verticilles ne sont pas rares non plus. La plus grande variation se produit dans le calice et l'androcée. Des calices de jusqu'à neuf verticilles ont été enregistrés et jusqu'à 12 verticilles d'étamines ont été observées.
Forme cyclique/Forme cyclique :
La forme cyclique est une technique de construction musicale, impliquant plusieurs sections ou mouvements, dans laquelle un thème, une mélodie ou un matériau thématique se produit dans plus d'un mouvement en tant que dispositif unificateur. Parfois, un thème peut apparaître au début et à la fin (par exemple, dans le Quatuor à cordes en la mineur de Mendelssohn ou la Symphonie n° 3 de Brahms) ; d'autres fois, un thème apparaît sous une forme différente dans chaque partie (par exemple la Symphonie fantastique de Berlioz et la Symphonie "Orgue" de Saint-Saëns). La technique a une histoire complexe, étant tombée en désuétude aux époques baroque et classique, mais son utilisation a augmenté régulièrement au cours du XIXe siècle. La messe cyclique de la Renaissance, qui incorpore une partie généralement bien connue du plain-chant comme cantus firmus dans chacun des ses sections, est une première utilisation de ce principe d'unité sous une forme à plusieurs sections. Des exemples peuvent également être trouvés dans la musique instrumentale de la fin du XVIe et du XVIIe siècle, par exemple dans les canzones, les sonates et les suites de compositeurs tels que Samuel Scheidt, dans lesquelles une basse de sol peut se reproduire dans chaque mouvement Lorsque les mouvements sont suffisamment courts et commencent à être entendus comme une seule entité plutôt que plusieurs, les frontières commencent à s'estomper entre la forme cyclique et la forme de variation. La technique cyclique ne se trouve généralement pas dans la musique instrumentale des compositeurs les plus célèbres des époques baroque et "haute classique", bien qu'il puisse encore être trouvé dans la musique de figures telles que Luigi Boccherini et Carl Ditters von Dittersdorf.Néanmoins, à l'époque classique, la technique cyclique se retrouve dans plusieurs œuvres de Mozart : Dans le Quatuor à cordes en ré mineur K. 421, tous les quatre mouvements sont unifiés par le motif "FACCCC". Dans le Quatuor à cordes n°18 en la majeur K. 464, différents motifs rythmiques du concept "long-court-court-court" du premier mouvement et du deuxième mouvement se combinent dans le finale. Mladjenović, Bogunović, Masnikosa et Radak déclarent que la Fantaisie de Mozart, K. 475, avec sa structure en plusieurs mouvements inscrite dans une forme sonate en un mouvement, a commencé quelque chose que Liszt a terminé plus tard dans sa Sonate pour piano en si mineur. Joseph Haydn utilise la technique cyclique à la fin de la Symphonie n° 31, où la musique rappelle l'appel du cor entendu au tout début de l'œuvre. Dans la musique vocale sacrée des périodes baroque et classique, il existe plusieurs exemples de technique cyclique, tels comme la Messe en si mineur de Johann Sebastian Bach et la Messe en ut majeur de Mozart, K. 317, Spatzenmesse en ut majeur K. 220, Litaniae de venerabili alteris sacramento K. 243, et surtout Requiem en ré mineur K. 626, où le "DNA " du motif de l'hymne luthérien, "DC#-DEF", imprègne toute l'œuvre. Bien que d'autres compositeurs utilisaient déjà cette technique, c'est l'exemple de Beethoven qui a vraiment popularisé la forme cyclique pour les compositeurs romantiques ultérieurs. Dans la Cinquième Symphonie de Beethoven, une grande partie du mouvement scherzo est rappelée pour terminer la section de développement du finale et conduire à la récapitulation ; le finale de la Neuvième Symphonie présente rapidement des réminiscences explicites des trois mouvements précédents avant de découvrir l'idée qui en sera le thème principal; tandis que la Sonate pour piano op. 101 et Sonate pour violoncelle op. 102 n ° 2 rappellent de même les mouvements antérieurs avant leurs finales. Dans les années 1820, Franz Schubert et le jeune Felix Mendelssohn ont écrit de nombreuses œuvres cycliques importantes : Schubert, dans le Wanderer Fantasy (1822) a créé un design à double fonction « 4 en 1 » qui laissera sa marque des décennies plus tard sur Liszt, tandis que Mendelssohn, dans des œuvres telles que l' Octuor (1825) et le Quatuor à cordes n ° 2 (1827), a créé des formes musicales hautement intégrées qui se sont avérées influentes pour les compositeurs romantiques ultérieurs. Un autre modèle significatif a été donné par Hector Berlioz dans sa Symphonie fantastique programmatique de 1830, dont "l'idée fixe" sert de thème cyclique tout au long des cinq mouvements. Dans les années 1840, la technique est déjà bien établie, se retrouvant dans plusieurs œuvres de Robert Schumann, Fanny Hensel, Niels Gade, Franz Berwald et les premières compositions de César Franck. Au milieu du siècle, Franz Liszt dans des œuvres telles que le si mineur La Sonate pour piano (1853) a beaucoup contribué à populariser les techniques cycliques de transformation thématique et de forme à double fonction établies par Schubert et Berlioz. La sonate de Liszt commence par un énoncé clair de plusieurs unités thématiques et chaque unité est largement utilisée et développée tout au long de la pièce. À la fin du siècle, la forme cyclique était devenue un principe de construction extrêmement courant, probablement parce que la longueur et la complexité croissantes des œuvres à mouvements multiples exigeaient une méthode unificatrice plus forte que la simple relation clé. Au début du XXe siècle, Vincent d'Indy, élève de Franck, promeut l'usage du terme « cyclique » pour qualifier la technique. Le terme est plus discutable dans les cas où la ressemblance est moins évidente, comme dans le œuvres de Beethoven, qui utilisaient des fragments très basiques. La Symphonie n° 5 de Beethoven est un exemple de forme cyclique dans laquelle un thème est utilisé tout au long de la symphonie, mais avec une orchestration différente. Le motif de quatre notes "court-court-court-long" est intégré dans chaque mouvement.
Graphique cyclique/Graphique cyclique :
En mathématiques, un graphe cyclique peut signifier un graphe qui contient un cycle, ou un graphe qui est un cycle, avec différentes définitions de cycles. Voir : Cycle (théorie des graphes), un cycle dans un graphe Forêt (théorie des graphes), un graphe non orienté sans cycles Graphe biconnecté, un graphe non orienté dans lequel chaque arête appartient à un cycle Graphe acyclique orienté, un graphe orienté sans cycles Fortement graphe connexe, un graphe orienté dans lequel chaque arête appartient à un cycle Graphe apériodique, un graphe orienté dans lequel les longueurs de cycle n'ont pas de diviseur commun non trivial Pseudoforest, un graphe orienté ou non orienté dans lequel chaque composant connexe comprend au plus un cycle Graphe cyclique, un graphe qui a la structure d'un seul cycle Graphe pancyclique, un graphe qui a des cycles de toutes les longueurs possibles Détection de cycle (théorie des graphes), le problème algorithmique de trouver des cycles dans des graphesD'autres concepts portant le même nom incluent Cycle graph (algèbre), un graphe qui illustre les sous-groupes cycliques d'un groupe Graphe circulant, un graphe avec un automorphisme qui permute cycliquement ses sommets.
Groupe cyclique/Groupe cyclique :
En théorie des groupes, une branche de l'algèbre abstraite, un groupe cyclique ou groupe monogène est un groupe généré par un seul élément. Autrement dit, il s'agit d'un ensemble d'éléments inversibles avec une seule opération binaire associative, et il contient un élément g tel que tous les autres éléments du groupe peuvent être obtenus en appliquant à plusieurs reprises l'opération de groupe à g ou son inverse. Chaque élément peut être écrit comme une puissance de g en notation multiplicative, ou comme un multiple de g en notation additive. Cet élément g est appelé générateur du groupe. Tout groupe cyclique infini est isomorphe au groupe additif de Z, les entiers. Tout groupe cyclique fini d'ordre n est isomorphe au groupe additif de Z/nZ, les entiers modulo n. Tout groupe cyclique est un groupe abélien (ce qui signifie que son opération de groupe est commutative), et tout groupe abélien de type fini est un produit direct de groupes cycliques. Chaque groupe cyclique d'ordre premier est un groupe simple, qui ne peut pas être décomposé en groupes plus petits. Dans la classification des groupes simples finis, l'une des trois classes infinies est constituée des groupes cycliques d'ordre premier. Les groupes cycliques d'ordre premier font ainsi partie des blocs de construction à partir desquels tous les groupes peuvent être construits.
Guanosine_monophosphate cyclique/guanosine monophosphate cyclique :
Le monophosphate de guanosine cyclique (cGMP) est un nucléotide cyclique dérivé du triphosphate de guanosine (GTP). cGMP agit comme un second messager un peu comme l'AMP cyclique. Son mécanisme d'action le plus probable est l'activation de protéines kinases intracellulaires en réponse à la liaison d'hormones peptidiques imperméables à la membrane à la surface externe de la cellule.
Guanosine_monophosphate cyclique%E2%80%93adénosine_monophosphate/Guanosine monophosphate cyclique–adénosine monophosphate :
Le monophosphate de guanosine cyclique – adénosine monophosphate (GMP-AMP cyclique, cGAMP) est le premier dinucléotide cyclique trouvé dans les métazoaires. Dans les cellules de mammifères, le cGAMP est synthétisé par la GMP-AMP synthase cyclique (cGAS) à partir de l'ATP et du GTP lors de la stimulation de l'ADN cytosolique. Le cGAMP produit par le cGAS contient des liaisons phosphodiester mixtes, l'une entre le 2'-OH du GMP et le 5'-phosphate de l'AMP et l'autre entre le 3'-OH de l'AMP et le 5'-phosphate du GMP. Cette molécule, appelée 2 ′3′-cGAMP (cyclique [G(2',5')pA(3',5')p]), fonctionne comme un second messager endogène induisant une réponse d'interféron de type I dépendante de STING. Le cGAMP s'est également avéré être un adjuvant efficace qui stimule la production d'anticorps spécifiques à l'antigène et les réponses des lymphocytes T chez la souris. Le cGAMP exerce des fonctions antivirales dans la cellule où il est produit, mais peut également traverser les membranes cellulaires par diffusion passive à travers les jonctions lacunaires pour exercer des effets sur les cellules voisines. Il peut même être emballé dans des lentivirus (tels que le VIH-1), des poxvirus et des virus de l'herpès, et dans des conditions de culture cellulaire, il s'est avéré qu'il transmettait un signal antiviral aux cellules infectées par ces virus ; cependant, il y a des raisons de penser qu'au moins le VIH est capable d'échapper à ce mécanisme par certains moyens. Ces dernières années, la signalisation cGAMP a été identifiée chez les procaryotes, y compris Vibrio cholerae, qui expriment un analogue bactérien du cGAS. Dans ces organismes, le cGAS est codé dans le cadre d'un opéron aux côtés des phospholipases activées par le cGAMP (par exemple CapV dans V. cholerae). Lors d'une infection par un bactériophage, cGAS est activé et cGAMP est synthétisé, activant CapV qui dégrade la membrane cellulaire et déclenche la mort cellulaire avant que le phage ne puisse terminer son cycle de réplication.
Homologie cyclique/homologie cyclique :
Dans la géométrie non commutative et les branches connexes des mathématiques, l'homologie cyclique et la cohomologie cyclique sont certaines théories de (co)homologie pour les algèbres associatives qui généralisent la (co)homologie de Rham des variétés. Ces notions ont été introduites indépendamment par Boris Tsygan (homologie) et Alain Connes (cohomologie) dans les années 1980. Ces invariants ont de nombreuses relations intéressantes avec plusieurs branches plus anciennes des mathématiques, notamment la théorie de Rham, la (co)homologie de Hochschild, la cohomologie de groupe et la théorie K. Les contributeurs au développement de la théorie incluent Max Karoubi, Yuri L. Daletskii, Boris Feigin, Jean-Luc Brylinski, Mariusz Wodzicki, Jean-Louis Loday, Victor Nistor, Daniel Quillen, Joachim Cuntz, Ryszard Nest, Ralf Meyer et Michael Puschnigg .
Langage cyclique/Langage cyclique :
En informatique, plus particulièrement en théorie des langages formels, un langage cyclique est un ensemble de chaînes fermé par rapport à la répétition, à la racine et au décalage cyclique.
Masse cyclique/Masse cyclique :
Dans la musique de la Renaissance, la messe cyclique était un cadre de l' Ordinaire de la messe catholique romaine , dans laquelle chacun des mouvements - Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus et Agnus Dei - partageait un thème musical commun, généralement un cantus firmus , donc ce qui en fait un tout unifié. La messe cyclique a été la première forme multi-mouvements de la musique occidentale à être soumise à un seul principe d'organisation. La période de composition des messes cycliques allait d'environ 1430 à environ 1600, bien que certains compositeurs, en particulier dans les centres musicaux conservateurs, les aient écrites après cette date. Les types de messes cycliques comprennent la messe "devise" (ou masse "tête-motif"), la messe cantus-firmus, la messe paraphrase, la messe parodique, ainsi que les messes basées sur des combinaisons de ces techniques.
Moussage_microcellulaire_cyclique/Mousse microcellulaire cyclique :
Le moussage microcellulaire cyclique fait référence à la technique de fabrication de plastique microcellulaire à l'état solide dans laquelle le polymère est moussé séquentiellement. Le concept a été introduit pour la première fois dans un article de recherche dans une revue internationale à comité de lecture, Materials Letters sur l'acrylonitrile butadiène styrène comme polymère de base. Dans la partie droite, les images électroniques à balayage décrivent le concept de moussage microcellulaire cyclique. Clairement, on peut voir qu'avec le moussage microcellulaire répété, la taille des cellules augmente de manière significative et simultanément l'épaisseur de la paroi cellulaire diminue. De plus, dans l'article de recherche, ces polymères moussés microcellulaires cycliques ont été exposés à des excitations ultrasonores en raison desquelles les parois cellulaires se sont rompues et une microstructure cellulaire ouverte s'est développée. Les autres images décrivent les micrographies électroniques à balayage de l'influence des ondes ultrasonores sur les attributs morphologiques microcellulaires. Certes, on observe clairement que les cellules deviennent interconnectées et poreuses ce qui ouvre un vaste champ nouveau de recherche sur les polymères microcellulaires.
Modèle cyclique/Modèle cyclique :
Un modèle cyclique (ou modèle oscillant) est l'un des nombreux modèles cosmologiques dans lesquels l'univers suit des cycles auto-entretenus infinis ou indéfinis. Par exemple, la théorie de l'univers oscillant brièvement envisagée par Albert Einstein en 1930 a théorisé un univers suivant une série éternelle d'oscillations, chacune commençant par un Big Bang et se terminant par un Big Crunch ; dans l'intervalle, l'univers se dilaterait pendant un certain temps avant que l'attraction gravitationnelle de la matière ne la fasse s'effondrer et subir un rebond.
Module cyclique/Module cyclique :
En mathématiques, plus précisément en théorie des anneaux, un module cyclique ou module monogène est un module sur un anneau généré par un élément. Le concept est analogue au groupe cyclique, c'est-à-dire un groupe généré par un élément.
Négation cyclique/Négation cyclique :
Dans la logique à plusieurs valeurs avec des valeurs de vérité ordonnées linéairement, la négation cyclique est une fonction de vérité unaire qui prend une valeur de vérité n et renvoie n - 1 comme valeur si n n'est pas la valeur la plus basse; sinon, il renvoie la valeur la plus élevée. Par exemple, supposons que l'ensemble des valeurs de vérité soit {0,1,2}, que ~ désigne la négation et que p soit une variable comprise entre les valeurs de vérité. Pour ces choix, si p = 0 alors ~p = 2 ; et si p = 1 alors ~p = 0. La négation cyclique a été initialement introduite par le logicien et mathématicien Emil Post.
Neutropénie cyclique/neutropénie cyclique :
La neutropénie cyclique (CyN) est un trouble hématologique rare et une forme de neutropénie congénitale qui a tendance à se produire environ toutes les trois semaines et à durer quelques jours à la fois en raison de l'évolution des taux de production de neutrophiles par la moelle osseuse. Il provoque une condition temporaire avec un faible nombre absolu de neutrophiles et, comme les neutrophiles constituent la majorité des globules blancs en circulation, il expose le corps à un risque grave d'inflammation et d'infection. Par rapport à la neutropénie congénitale sévère, elle répond bien au traitement par le facteur de stimulation des colonies de granulocytes (filgrastim), qui augmente le nombre de neutrophiles, raccourcit la durée du cycle et diminue la gravité et la fréquence des infections.
Nucléotide cyclique/nucléotide cyclique :
Un nucléotide cyclique (cNMP) est un nucléotide à phosphate unique avec un arrangement de liaison cyclique entre les groupes sucre et phosphate. Comme les autres nucléotides, les nucléotides cycliques sont composés de trois groupes fonctionnels : un sucre, une base azotée et un seul groupe phosphate. Comme on peut le voir sur les images de l'adénosine monophosphate cyclique (AMPc) et de la guanosine monophosphate cyclique (cGMP), la partie "cyclique" est constituée de deux liaisons entre le groupe phosphate et les groupes hydroxyle 3' et 5' du sucre, très souvent un ribose. Leur signification biologique comprend un large éventail d'interactions protéine-ligand. Ils ont été identifiés comme messagers secondaires dans la signalisation hormonale et ionique dans les cellules eucaryotes, ainsi que comme composés effecteurs allostériques des protéines de liaison à l'ADN dans les cellules procaryotes. L'AMPc et le GMPc sont actuellement les nucléotides cycliques les mieux documentés, mais il existe des preuves que le CMPc (cytosine) est également impliqué dans la messagerie cellulaire eucaryote. Le rôle de l'uridine monophosphate cyclique (cUMP) est encore moins bien connu. La découverte des nucléotides cycliques a grandement contribué à la compréhension des mécanismes des kinases et des phosphatases, ainsi qu'à la régulation des protéines en général. Bien que plus de 50 ans se soient écoulés depuis leur découverte initiale, l'intérêt pour les nucléotides cycliques et leur importance biochimique et physiologique se poursuit.
Cyclic nucleotide-binding_domain/Cyclic nucleotide-binding_domain :
Les protéines qui se lient aux nucléotides cycliques (cAMP ou cGMP) partagent un domaine structurel d'environ 120 résidus. La mieux étudiée de ces protéines est l'activateur du gène du catabolite procaryote (également connu sous le nom de protéine du récepteur de l'AMPc) (gène crp) où un tel domaine est connu pour être composé de trois hélices alpha et d'un barillet bêta antiparallèle à huit brins distinctif. structure. Il existe six acides aminés invariants dans ce domaine, dont trois sont des résidus de glycine qui sont considérés comme essentiels pour le maintien de l'intégrité structurelle du bêta-barillet. Les protéines kinases dépendantes de l'AMPc et du GMPc (cAPK et cGPK) contiennent deux copies en tandem du domaine de liaison aux nucléotides cycliques. Les cAPK sont composés de deux sous-unités différentes, une chaîne catalytique et une chaîne régulatrice, qui contient les deux copies du domaine. Les cGPK sont des enzymes à chaîne unique qui incluent les deux copies du domaine dans leur section N-terminale. Les canaux ioniques activés par les nucléotides cycliques des vertébrés contiennent également ce domaine. Deux de ces canaux cationiques ont été entièrement caractérisés, l'un se trouve dans les cellules en bâtonnets où il joue un rôle dans la transduction du signal visuel.
Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_1/Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_1 :
Le canal alpha 1 nucléotidique cyclique, également connu sous le nom de CNGA1, est un gène humain codant pour une protéine de canal ionique. Le CNGA1 exprimé de manière hétérologue peut former un canal fonctionnel perméable au calcium. Dans les photorécepteurs en bâtonnets, cependant, CNGA1 forme un hétérotétramère avec CNGB1 dans un rapport de 3: 1. L'ajout du canal CNGB1 confère des propriétés modifiées, notamment une cinétique de canal plus rapide et un courant activé par l'AMPc plus important. Lorsque la lumière frappe les photorécepteurs en bâtonnets, les concentrations de cGMP diminuent, provoquant une fermeture rapide des canaux CNGA1/B1 et, par conséquent, une hyperpolarisation du potentiel membranaire.
Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_2/Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_2 :
Le canal nucléotidique cyclique alpha 2, également connu sous le nom de CNGA2, est un gène humain codant pour une protéine de canal ionique.
Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_3/Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_3 :
Le canal cationique alpha-3 dépendant des nucléotides cycliques est une protéine qui, chez l'homme, est codée par le gène CNGA3.
Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_4/Cyclic nucleotide-gated_channel_alpha_4 :
Le canal cationique activé par les nucléotides cycliques alpha-4 est une protéine qui, chez l'homme, est codée par le gène CNGA4. Le CNGA4 est une sous-unité modulatrice des canaux membranaires activés par les nucléotides cycliques des vertébrés qui transduisent les signaux odorants (Munger et al., 2001). [Fourni. par OMIM]
Cyclic nucleotide_gated_channel_beta_3/Cyclic nucleotide gated channel beta 3 :
Le canal nucléotidique cyclique bêta 3, également connu sous le nom de CNGB3, est un gène humain codant pour une protéine de canal ionique.
Cyclic nucleotide_phosphodiesterase/Cyclic nucleotide phosphodiesterase :
Les phosphodiestérases nucléotidiques 3'5'-cycliques sont une famille de phosphodiestérases. Généralement, ces enzymes hydrolysent certains nucléoside 3',5'-phosphate cyclique en certains nucléoside 5'-phosphate contrôlant ainsi les niveaux cellulaires des seconds messagers cycliques et les vitesses de leur dégradation. Quelques exemples de nucléoside 3',5'-phosphate cyclique comprennent : 3',5'-AMP cyclique 3',5'-cyclique dAMP 3',5'-cyclique IMP 3',5'-cyclique GMP 3',5 '-CMP cyclique Il existe 11 familles distinctes de phosphodiestérases (PDE1 – PDE11) avec une variété d'isoformes et d'épissage ayant une structure tridimensionnelle unique, des propriétés cinétiques, des modes de régulation, une localisation intracellulaire, une expression cellulaire et des sensibilités aux inhibiteurs.
Cyclic nucleotide%E2%80%93gated_ion_channel/Cyclic nucleotide–gated ion channel :
Les canaux ioniques nucléotidiques cycliques ou canaux CNG sont des canaux ioniques qui fonctionnent en réponse à la liaison des nucléotides cycliques. Les canaux CNG sont des canaux cationiques non sélectifs qui se trouvent dans les membranes de divers types de tissus et de cellules et sont importants dans la transduction sensorielle ainsi que dans le développement cellulaire. Leur fonction peut être le résultat d'une combinaison de la liaison de nucléotides cycliques (cGMP et cAMP) et d'un événement de dépolarisation ou d'hyperpolarisation. Initialement découverts dans les cellules qui composent la rétine de l'œil, les canaux CNG ont été trouvés dans de nombreux types de cellules différents dans les règnes animal et végétal. Les canaux CNG ont une structure très complexe avec diverses sous-unités et domaines qui jouent un rôle essentiel dans leur fonction. Les canaux CNG jouent un rôle important dans la fonction de diverses voies sensorielles, notamment la vision et l'olfaction, ainsi que dans d'autres fonctions cellulaires clés telles que la libération d'hormones et la chimiotaxie. Des canaux CNG existent également chez les procaryotes, y compris de nombreux spirochètes, bien que leur rôle précis dans la physiologie bactérienne reste inconnu.
Numéro cyclique/Numéro cyclique :
Un nombre cyclique est un nombre entier pour lequel les permutations cycliques des chiffres sont des multiples entiers successifs du nombre. Le plus connu est le nombre à six chiffres 142857, dont les six premiers multiples entiers sont 142857 × 1 = 142857 142857 × 2 = 285714 142857 × 3 = 428571 142857 × 4 = 571428 142857 × 5 = 714285 142857 × 6 = 82
Nombre cyclique_(théorie_des_groupes)/Numéro cyclique (théorie des groupes) :
Un nombre cyclique est un entier naturel n tel que n et φ(n) soient premiers entre eux. Ici φ est la fonction totient d'Euler. Une définition équivalente est qu'un nombre n est cyclique si et seulement si tout groupe d'ordre n est cyclique. Tout nombre premier est clairement cyclique. Tous les nombres cycliques sont sans carré. Soit n = p1 p2 … pk où les pi sont des nombres premiers distincts, alors φ(n) = (p1 − 1)(p2 − 1)...(pk – 1). Si aucun pi ne divise aucun (pj – 1), alors n et φ(n) n'ont pas de diviseur commun (premier), et n est cyclique. Les premiers nombres cycliques sont 1, 2, 3, 5, 7, 11, 13, 15, 17, 19, 23, 29, 31, 33, 35, 37, 41, 43, 47, 51, 53, 59, 61 , 65, 67, 69, 71, 73, 77, 79, 83, 85, 87, 89, 91, 95, 97, 101, 103, 107, 109, 113, 115, 119, 123, 127, 131, 133 , 137, 139, 141, 143, 145, 149, ... (séquence A003277 dans l'OEIS).
Copolymère_d'oléfine cyclique/Copolymère d'oléfine cyclique :
Le copolymère d'oléfine cyclique (COC) est un polymère amorphe fabriqué par plusieurs fabricants de polymères. Le COC est une classe relativement nouvelle de polymères par rapport à des produits tels que le polypropylène et le polyéthylène. Ce matériau plus récent est utilisé dans une grande variété d'applications, notamment les films d'emballage, les lentilles, les flacons, les écrans et les dispositifs médicaux.
Commande cyclique/Commande cyclique :
En mathématiques, un ordre cyclique est un moyen d'organiser un ensemble d'objets dans un cercle. [nb] Contrairement à la plupart des structures de la théorie des ordres, un ordre cyclique n'est pas modélisé comme une relation binaire, telle que "a < b". On ne dit pas que l'est est "plus dans le sens des aiguilles d'une montre" que l'ouest. Au lieu de cela, un ordre cyclique est défini comme une relation ternaire [a, b, c], signifiant "après a, on atteint b avant c". Par exemple, [juin, octobre, février], mais pas [juin, février, octobre], cf. image. Une relation ternaire est appelée ordre cyclique si elle est cyclique, asymétrique, transitive et connexe. La suppression de l'exigence "connectée" entraîne un ordre cyclique partiel. Un ensemble avec un ordre cyclique est appelé un ensemble cycliquement ordonné ou simplement un cycle. [nb] Certains cycles familiers sont discrets, n'ayant qu'un nombre fini d'éléments : il y a sept jours de la semaine, quatre directions cardinales, douze notes dans gamme chromatique, et trois pièces en pierre-papier-ciseaux. Dans un cycle fini, chaque élément a un "élément suivant" et un "élément précédent". Il existe également des cycles à variation continue avec une infinité d'éléments, comme le cercle unitaire orienté dans le plan. Les ordres cycliques sont étroitement liés aux ordres linéaires plus familiers, qui organisent les objets sur une ligne. Tout ordre linéaire peut être plié en cercle et tout ordre cyclique peut être coupé en un point, ce qui donne une ligne. Ces opérations, ainsi que les constructions associées d'intervalles et de cartes de couverture, signifient que les questions sur les ordres cycliques peuvent souvent être transformées en questions sur les ordres linéaires. Les cycles ont plus de symétries que les ordres linéaires, et ils apparaissent souvent naturellement comme des résidus de structures linéaires, comme dans les groupes cycliques finis ou la ligne projective réelle.
Ozone cyclique/ozone cyclique :
L'ozone cyclique est une forme théoriquement prédite d'ozone. Comme l'ozone ordinaire (O3), il aurait trois atomes d'oxygène. Il serait différent de l'ozone ordinaire dans la façon dont ces trois atomes d'oxygène sont disposés. Dans l'ozone ordinaire, les atomes sont disposés en ligne courbe ; dans l'ozone cyclique, ils formeraient un triangle équilatéral. Certaines des propriétés de l'ozone cyclique ont été prédites théoriquement. Il devrait avoir plus d'énergie que l'ozone ordinaire. Il est prouvé que de minuscules quantités d'ozone cyclique existent à la surface des cristaux d'oxyde de magnésium dans l'air. L'ozone cyclique n'a pas été fabriqué en vrac, bien qu'au moins un chercheur ait tenté de le faire à l'aide de lasers. Une autre possibilité de stabiliser cette forme d'oxygène est de la produire à l'intérieur d'espaces confinés, par exemple, le fullerène. On a émis l'hypothèse que, si l'ozone cyclique pouvait être fabriqué en vrac et s'il s'avérait avoir de bonnes propriétés de stabilité, il pourrait être ajouté à l'oxygène liquide pour améliorer l'impulsion spécifique du carburant de fusée. Actuellement, la possibilité d'ozone cyclique est confirmée dans diverses approches théoriques.
Peptide cyclique/Peptide cyclique :
Les peptides cycliques sont des chaînes polypeptidiques qui contiennent une séquence circulaire de liaisons. Cela peut se faire par une connexion entre les extrémités amino et carboxyle du peptide, par exemple dans la cyclosporine ; une liaison entre l'extrémité amino et une chaîne latérale, par exemple dans la bacitracine ; l'extrémité carboxyle et une chaîne latérale, par exemple dans la colistine ; ou deux chaînes latérales ou des arrangements plus compliqués, par exemple dans l'amanitine. De nombreux peptides cycliques ont été découverts dans la nature et de nombreux autres ont été synthétisés en laboratoire. Leur longueur varie de seulement deux résidus d'acides aminés à des centaines. Dans la nature, ils sont fréquemment antimicrobiens ou toxiques ; en médecine, ils ont diverses applications, par exemple en tant qu'antibiotiques et agents immunosuppresseurs. La chromatographie en couche mince (TLC) est une méthode pratique pour détecter les peptides cycliques dans l'extrait brut de la biomasse.
Permutation cyclique/Permutation cyclique :
En mathématiques , et en particulier en théorie des groupes , une permutation cyclique (ou cycle ) est une permutation des éléments d'un ensemble X qui associe les éléments d'un sous-ensemble S de X les uns aux autres de manière cyclique, tout en fixant (c'est-à-dire , mappant sur eux-mêmes) tous les autres éléments de X. Si S a k éléments, le cycle est appelé k-cycle. Les cycles sont souvent désignés par la liste de leurs éléments entre parenthèses, dans l'ordre dans lequel ils sont permutés. Par exemple, étant donné X = {1, 2, 3, 4}, la permutation (1, 3, 2, 4) qui envoie 1 à 3, 3 à 2, 2 à 4 et 4 à 1 (donc S = X) est un 4-cycle, et la permutation (1, 3, 2) qui envoie 1 vers 3, 3 vers 2, 2 vers 1 et 4 vers 4 (donc S = {1, 2, 3} et 4 est un élément fixe ) est un cycle 3. Par contre, la permutation qui envoie 1 vers 3, 3 vers 1, 2 vers 4 et 4 vers 2 n'est pas une permutation cyclique car elle permute séparément les couples {1, 3} et {2, 4}. L'ensemble S est appelé l'orbite du cycle. Chaque permutation sur un nombre fini d'éléments peut être décomposée en cycles sur des orbites disjointes. Les parties cycliques individuelles d'une permutation sont également appelées cycles, ainsi le deuxième exemple est composé d'un 3-cycle et d'un 1-cycle (ou point fixe) et le troisième est composé de deux 2-cycles, et noté (1, 3 ) (2, 4).
Polytope cyclique/polytope cyclique :
En mathématiques , un polytope cyclique , noté C ( n , d ), est un polytope convexe formé comme une coque convexe de n points distincts sur une courbe normale rationnelle dans Rd , où n est supérieur à d . Ces polytopes ont été étudiés par Constantin Carathéodory, David Gale, Theodore Motzkin, Victor Klee et d'autres. Ils jouent un rôle important en combinatoire polyédrique : d'après le théorème de la borne supérieure, prouvé par Peter McMullen et Richard Stanley, le bord Δ(n,d) du polytope cyclique C(n,d) maximise le nombre fi d'éléments i-dimensionnels faces parmi toutes les sphères simpliciales de dimension d − 1 à n sommets.
Préfixe cyclique/Préfixe cyclique :
Dans les télécommunications, le terme préfixe cyclique fait référence au préfixe d'un symbole, avec une répétition de la fin. Le récepteur est généralement configuré pour rejeter les échantillons de préfixe cyclique, mais le préfixe cyclique a deux objectifs : Il fournit un intervalle de garde pour éliminer les interférences intersymboles du symbole précédent. Il répète la fin du symbole afin que la convolution linéaire d'un canal à trajets multiples sélectif en fréquence puisse être modélisée comme une convolution circulaire, qui à son tour peut se transformer dans le domaine fréquentiel via une transformée de Fourier discrète. Cette approche permet un traitement simple dans le domaine fréquentiel, tel que l'estimation et l'égalisation du canal. Pour que le préfixe cyclique remplisse ses objectifs, il doit avoir une longueur au moins égale à la longueur du canal à trajets multiples. Le concept de préfixe cyclique est traditionnellement associé aux systèmes OFDM, mais le préfixe cyclique est maintenant également utilisé dans les systèmes à porteuse unique pour améliorer la robustesse à la propagation par trajets multiples.
Pompe cyclique/Pompe cyclique :
Une pompe cyclique est un appareil qui déplace un fluide dans une direction unidirectionnelle périodique d'un système de confinement à un autre tout en surmontant des conditions statiques qui, sans intervention, ne bougeraient pas. L'intervention prédite par la pompe modifie les pressions, les volumes et parfois les températures des fluides (gazeux, liquides, colloïdaux, plasmiques, etc.) de telle manière que les fluides sont transportés vers d'autres chambres ou enceintes (y compris les tuyaux), donc "coulant" dans une direction constante, ayant généralement des caractéristiques de pulsation (comme c'est le cas avec le cœur humain) ou de mouvement uniforme (comme c'est le cas avec une pompe à huile de moteur automobile). Les pompes cycliques sont généralement incorporées dans des machines pour traiter toutes sortes de fluides associés à la fonctionnalité de cette machine.
Cyclic pyranopterin_monophosphate_synthase/Cyclic pyranopterin monophosphate synthase :
La pyranoptérine monophosphate synthase cyclique (EC 4.1.99.18, MOCS1A, MoaA, MoaC, protéine de biosynthèse du cofacteur du molybdène 1) est une enzyme portant le nom systématique GTP 8,9-lyase (formation de pyranoptérine monophosphate cyclique). Cette enzyme catalyse la réaction chimique suivante GTP ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} pyranoptérine cyclique monophosphate + diphosphateCette enzyme catalyse une étape précoce de la biosynthèse de la molybdoptérine.
Quadrilatère cyclique/Quadrilatère cyclique :
En géométrie euclidienne, un quadrilatère cyclique ou quadrilatère inscrit est un quadrilatère dont les sommets reposent tous sur un seul cercle. Ce cercle est appelé cercle circonscrit ou cercle circonscrit, et les sommets sont dits concycliques. Le centre du cercle et son rayon sont respectivement appelés circumcenter et circumradius. Les autres noms de ces quadrilatères sont le quadrilatère concyclique et le quadrilatère à cordes, ce dernier puisque les côtés du quadrilatère sont des cordes du cercle circonscrit. Habituellement, le quadrilatère est supposé convexe, mais il existe également des quadrilatères cycliques croisés. Les formules et propriétés données ci-dessous sont valables dans le cas convexe. Le mot cyclique vient du grec ancien κύκλος (kuklos), qui signifie « cercle » ou « roue ». Tous les triangles ont un cercle circonscrit, mais pas tous les quadrilatères. Un exemple de quadrilatère qui ne peut pas être cyclique est un losange non carré. Les caractérisations de section ci-dessous indiquent les conditions nécessaires et suffisantes qu'un quadrilatère doit satisfaire pour avoir un cercle circonscrit.
Réduction cyclique/Réduction cyclique :
La réduction cyclique est une méthode numérique pour résoudre de grands systèmes linéaires en divisant à plusieurs reprises le problème. Chaque étape élimine les lignes et les colonnes paires ou impaires d'une matrice et reste sous une forme similaire. L'étape d'élimination est relativement coûteuse mais le découpage du problème permet un calcul parallèle.
Cyclic redundancy_check/Cyclic redundancy check :
Un contrôle de redondance cyclique (CRC) est un code de détection d'erreur couramment utilisé dans les réseaux numériques et les dispositifs de stockage pour détecter les modifications accidentelles des données numériques. Les blocs de données entrant dans ces systèmes se voient attribuer une courte valeur de contrôle, basée sur le reste d'une division polynomiale de leur contenu. Lors de la récupération, le calcul est répété et, si les valeurs de contrôle ne correspondent pas, des mesures correctives peuvent être prises contre la corruption des données. Les CRC peuvent être utilisés pour la correction d'erreurs (voir les filtres de bits). Les CRC sont ainsi appelés parce que la valeur de contrôle (vérification des données) est une redondance (elle étend le message sans ajouter d'informations) et l'algorithme est basé sur des codes cycliques. Les CRC sont populaires car ils sont simples à mettre en œuvre dans du matériel binaire, faciles à analyser mathématiquement et particulièrement efficaces pour détecter les erreurs courantes causées par le bruit dans les canaux de transmission. Étant donné que la valeur de contrôle a une longueur fixe, la fonction qui la génère est parfois utilisée comme fonction de hachage.
Sel cyclique/Sel cyclique :
Le sel cyclique est le sel transporté par le vent lorsqu'il entre en contact avec les vagues déferlantes. On estime que plus de 300 millions de tonnes de sel cyclique se déposent chaque année à la surface de la Terre, et il est considéré comme un facteur important de la teneur en chlore de l'eau des rivières de la Terre. En général, les dépôts de sel cycliques sont plus faibles sur les sites situés plus à l'intérieur des terres et sont plus abondants le long du littoral, bien que ce schéma varie en fonction des conditions environnementales données. L'utilisation du terme "cyclique" fait référence au cycle dans lequel le sel se déplace de la mer à terre et est ensuite emporté par l'eau de pluie vers la mer. Le sel (et les autres matières solides) ne peuvent pas s'évaporer comme le fait l'eau. Au lieu de cela, il quitte la surface de l'océan en fines gouttelettes d'impacts de gouttes ou d'éclatements de bulles. Les crêtes de vagues et autres turbulences forment de l'écume. Lorsque des gouttes éclaboussent ou que des bulles éclatent, de fines gouttelettes de soluté sont éjectées de l'eau ou de la surface des bulles dans l'air. Certaines des gouttelettes sont suffisamment petites pour permettre à l'eau de s'évaporer avant qu'elle ne retombe dans la mer, laissant dans l'air une particule de résidu solide suffisamment légère pour rester suspendue par le mouvement brownien et être emportée par le vent.
Sédiments cycliques/Sédiments cycliques :
Les sédiments cycliques (également appelés sédiments rythmiques) sont des séquences de roches sédimentaires caractérisées par des motifs répétitifs de différents types de roches (strates) ou faciès au sein de la séquence. Les processus qui génèrent une cyclicité sédimentaire peuvent être soit autocycliques, soit allocycliques, et peuvent entraîner des piles de cycles sédimentaires de centaines, voire de milliers de mètres d'épaisseur. L'étude de la stratigraphie séquentielle s'est développée à partir de controverses sur les causes de la sédimentation cyclique.
Ensemble cyclique/Ensemble cyclique :
En musique, un ensemble cyclique est un ensemble « dont les éléments alternés déroulent des cycles complémentaires d'un même intervalle ». Ces cycles sont ascendants et descendants, étant liés par inversion puisque complémentaires : Dans l'exemple ci-dessus, comme expliqué, un intervalle (7) et son complément (-7 = +5), crée deux séries de hauteurs à partir de la même note (8 ): P7 : 8 +7= 3 +7= 10 +7= 5...1 +7= 8 I5 : 8 +5= 1 +5= 6 +5= 11...3 +5= 8 Selon George Perle, "un réseau de Klumpenhouwer est un accord analysé en termes de ses sommes et différences dyadiques", et, "ce type d'analyse des combinaisons triadiques était implicite dans", son "concept de l'ensemble cyclique depuis le début". Un ensemble apparenté est un ensemble créé en joignant deux ensembles liés par inversion de sorte qu'ils partagent une seule série de dyades. 0 7 2 9 4 11 6 1 8 3 10 5 (0 + 0 5 10 3 8 1 6 11 4 9 2 7 (0 ________________________________________ = 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 (0 Les deux cycles peuvent également être alignés comme des paires de dyades somme 7 ou somme 5. Ensemble, ces paires de cycles forment un complexe d'ensemble, "tout ensemble cyclique du complexe d'ensemble peut être identifié de manière unique par ses deux sommes adjacentes", et en tant que tel, l'exemple ci-dessus montre p0p7 et i5i0.
Tamisage cyclique/Tamisage cyclique :
En mathématiques combinatoires , le tamisage cyclique est un phénomène par lequel l'évaluation d'une fonction génératrice pour un ensemble fini aux racines de l'unité compte les classes de symétrie d'objets sur lesquelles un groupe cyclique agit.
Étapes cycliques/Étapes cycliques :
Les étapes cycliques sont des formes de lit rythmiques associées à une instabilité d'écoulement supercritique de Froude. Ils sont un type d'onde de sédiments et sont créés lorsque de l'eau chargée de sédiments supercritiques (courants de turbidité) descend la pente à travers les lits de sédiments. Chaque 'étape' a une pente raide, et ensemble elles ont tendance à migrer vers l'amont. Au fond de l'océan, ce phénomène s'est révélé possible pour la première fois en 2006, bien qu'il ait été observé dans des écoulements à ciel ouvert plus d'une décennie auparavant. Des caractéristiques géologiques semblant être des étapes cycliques sous-marines ont été détectées dans les basses terres du nord de Mars dans la région d'Aeolis Mensae, fournissant des preuves d'un ancien océan martien.
Stress cyclique/Stress cyclique :
Le stress cyclique est la répartition des forces (c'est-à-dire les contraintes) qui changent au fil du temps de manière répétitive. À titre d'exemple, considérons l'une des grandes roues utilisées pour entraîner une nacelle élévatrice telle qu'un téléski. Le câble métallique enroulé autour de la roue exerce une force vers le bas sur la roue et l'arbre d'entraînement supportant la roue. Bien que l'arbre, la roue et le câble bougent, la force reste presque verticale par rapport au sol. Ainsi un point de la surface de l'arbre moteur subira une tension lorsqu'il est dirigé vers le sol et une compression lorsqu'il est dirigé vers le ciel.
Sous-espace cyclique/Sous-espace cyclique :
En mathématiques, en algèbre linéaire et en analyse fonctionnelle, un sous-espace cyclique est un certain sous-espace spécial d'un espace vectoriel associé à un vecteur dans l'espace vectoriel et à une transformation linéaire de l'espace vectoriel. Le sous-espace cyclique associé à un vecteur v dans un espace vectoriel V et une transformation linéaire T de V est appelé le sous-espace T-cyclique généré par v. Le concept de sous-espace cyclique est un élément de base dans la formulation du théorème de décomposition cyclique dans algèbre linéaire.
Succession cyclique/Succession cyclique :
La succession cyclique est un modèle de changement de végétation dans lequel un petit nombre d'espèces ont tendance à se remplacer au fil du temps en l'absence de perturbations à grande échelle. Les observations de remplacement cyclique ont fourni des preuves contre les vues clémentiennes traditionnelles d'une communauté climacique à l'état final avec des compositions d'espèces stables. La succession cyclique est l'un des nombreux types de succession écologique, un concept en écologie communautaire. Lorsqu'elle est utilisée au sens strict, la « succession cyclique » fait référence à des processus qui ne sont pas déclenchés par des perturbations exogènes massives ou des changements physiques à long terme dans l'environnement. Cependant, des processus cycliques plus larges peuvent également être observés dans les cas de succession secondaire dans lesquels des perturbations régulières telles que des épidémies d'insectes peuvent «réinitialiser» une communauté entière à un stade antérieur. Ces exemples diffèrent des cas classiques de succession cyclique discutés ci-dessous en ce que des groupes d'espèces entiers sont échangés, par opposition à une espèce pour une autre. Aux échelles de temps géologiques, les cycles climatiques peuvent entraîner des changements cycliques de la végétation en modifiant directement l'environnement physique.
Chirurgie_cyclique_théorème/Théorème de chirurgie cyclique :
En topologie tridimensionnelle , une branche des mathématiques , le théorème de chirurgie cyclique stipule que, pour une variété tridimensionnelle compacte, connexe, orientable et irréductible M dont la frontière est un tore T , si M n'est pas un espace à fibres de Seifert et r , s sont des pentes sur T telles que leurs remplissages de Dehn ont un groupe fondamental cyclique, alors la distance entre r et s (le nombre minimal de fois que deux courbes fermées simples dans T représentant r et s doivent se croiser) est au plus 1. Par conséquent, il sont au plus trois remplissages de Dehn de M avec groupe fondamental cyclique. Le théorème est apparu dans un article de 1987 écrit par Marc Culler, Cameron Gordon, John Luecke et Peter Shalen.
Symétrie cyclique_en_trois_dimensions/Symétrie cyclique en trois dimensions :
En géométrie tridimensionnelle, il existe quatre séries infinies de groupes de points en trois dimensions (n ​​≥ 1) avec une symétrie de rotation ou de réflexion n fois autour d'un axe (d'un angle de 360 ​​° / n) qui ne modifie pas l'objet. Ce sont les groupes de symétrie finis sur un cône. Pour n = ∞ ils correspondent à quatre groupes de frises. La notation de Schönflies est utilisée. Les termes horizontal (h) et vertical (v) impliquent l'existence et la direction des réflexions par rapport à un axe de symétrie vertical. La notation Coxeter est également indiquée entre parenthèses et, entre parenthèses, la notation orbifold.
Vecteur cyclique/Vecteur cyclique :
Un opérateur A sur un espace de Banach (de dimension infinie) ou un espace de Hilbert H a un vecteur cyclique f si les vecteurs f, Af, A2f,... s'étendent sur H. De manière équivalente, f est un vecteur cyclique pour A dans le cas où l'ensemble de tous les vecteurs de la forme p(A)f, où p varie sur tous les polynômes, est dense dans H.
Voltamétrie cyclique/Voltamétrie cyclique :
La voltamétrie cyclique (CV) est un type de mesure électrochimique potentiodynamique. Dans une expérience de voltamétrie cyclique, le potentiel de l'électrode de travail est augmenté linéairement en fonction du temps. Contrairement à la voltamétrie à balayage linéaire, une fois que le potentiel défini est atteint dans une expérience CV, le potentiel de l'électrode de travail est augmenté dans la direction opposée pour revenir au potentiel initial. Ces cycles de rampes de potentiel peuvent être répétés autant de fois que nécessaire. Le courant à l'électrode de travail est tracé en fonction de la tension appliquée (c'est-à-dire le potentiel de l'électrode de travail) pour donner la trace du voltammogramme cyclique. La voltamétrie cyclique est généralement utilisée pour étudier les propriétés électrochimiques d'un analyte en solution ou d'une molécule adsorbée sur l'électrode.
Syndrome de vomissements cycliques/Syndrome de vomissements cycliques :
Le syndrome des vomissements cycliques (SVC) est une affection fonctionnelle chronique de pathogénie inconnue. CVS se caractérise par des épisodes récurrents d'une durée d'un jour à plusieurs semaines. Chaque épisode est divisé en quatre phases : inter-épisode, prodrome, vomissements et récupération. La phase inter-épisodique (phase asymptomatique) se caractérise par l'absence de symptômes perceptibles, des activités quotidiennes normales peuvent avoir lieu et cette phase dure généralement d'une semaine à un mois. La phase prodromique est connue sous le nom de phase pré-émétique, caractérisée par le sentiment initial d'un épisode imminent, toujours capable de réduire les médicaments oraux. La phase émétique ou de vomissement se caractérise par des nausées persistantes intenses et des vomissements répétés qui durent généralement des heures à des jours. La phase de récupération est généralement la phase où les vomissements cessent, les nausées diminuent ou sont absentes et l'appétit revient. Ce syndrome est le plus souvent observé chez les enfants généralement âgés de 3 à 7 ans, mais le diagnostic chez l'adulte est assez courant. On pense que ce trouble est étroitement lié aux migraines et aux antécédents familiaux de migraines.
Cyclica/Cyclica :
Cyclica est un genre de papillon monotypique de la famille des Geometridae. Sa seule espèce, Cyclica frondaria, se trouve dans les États américains de l'Arizona, du Nouveau-Mexique et du Texas. Le genre et l'espèce ont été décrits pour la première fois par Augustus Radcliffe Grote en 1882.
Asymétrie cyclique/Asymétrie cyclique :
L'asymétrie cyclique est un terme économique qui décrit tout déséquilibre important dans les facteurs économiques se produisant pour des réactions purement cycliques d'un marché ou d'une nation. Cela peut inclure les taux d'emploi, le maintien de la dette, les taux d'intérêt, la solidité des obligations ou les déséquilibres du marché boursier.
Histoire cyclique/Histoire cyclique :
L'histoire cyclique ou l'histoire cyclique peut faire référence à : Théorie du cycle social Cycle des yugas, des âges ou des étapes
Dynamique_industrielle cyclique/Dynamique industrielle cyclique :
La dynamique industrielle est l'étude des moyens et des processus par lesquels les industries changent au fil du temps, à travers leurs propres processus d'évolution - tels qu'analysés pour la première fois par Joseph Schumpeter. C'est l'étude complémentaire à celle de la statique comparative d'une industrie, qui domine encore l'analyse économique. La dynamique industrielle, telle qu'étudiée par des chercheurs tels que Carlsson et Eliasson, révèle les forces sous-jacentes fondamentales qui animent l'évolution de l'industrie. Certaines industries, en particulier celles qui connaissent une rotation rapide des produits ou des niveaux élevés de dépenses en capital, révèlent une dynamique particulière passant par des reprises et des ralentissements intrinsèques qui ne sont pas nécessairement liés aux fluctuations économiques plus larges. C'est ce qu'on appelle la dynamique industrielle cyclique. Ils ont récemment fait l'objet d'investigations dans la littérature spécialisée.
Monotonie cyclique/Monotonie cyclique :
En mathématiques, la monotonie cyclique est une généralisation de la notion de monotonie au cas de la fonction à valeurs vectorielles.
Allocation_d'actifs_tactique cyclique/Allocation d'actifs tactique cyclique :
Les mouvements des cours des actions et des rendements obligataires sont liés aux changements de l'environnement économique. L'approche cyclique de l'allocation d'actifs tactique implique de surveiller l'environnement économique pour les modèles qui ont historiquement conduit à des tendances dans les mouvements des marchés boursiers. Les lignes directrices de ces modèles peuvent être suivies pour déterminer les changements dans la direction du marché à un niveau de précision variable. Ceci est très utile pour une décision d'investissement car un point d'inversion exact est pratiquement impossible à déterminer. Les investisseurs peuvent utiliser ces informations pour améliorer leurs performances en modifiant leurs allocations stratégiques d'actifs. De cette façon, un investisseur disposant d'une composition d'actifs d'actions et d'obligations pourrait utiliser l'approche cyclique de la répartition tactique des actifs pour rééquilibrer le montant de son argent investi dans chacun d'une manière favorable en fonction du cycle économique. Par exemple, l'investisseur pourrait augmenter l'allocation en obligations et diminuer l'allocation en actions lorsqu'il s'attend à ce que l'économie se dirige vers une récession. Historiquement, les obligations ont surperformé les actions en période de récession.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecebalia thyrraenica

Ecclesine/Ecclesine : Ecclesine est un nom de famille. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Patrick Ecclesine, ph...