Rechercher dans ce blog

mercredi 3 août 2022

Continuously compounded nominal and real returns


Contrôle continu/Contrôle continu :
L'évaluation continue est une forme d'examen pédagogique qui évalue les progrès d'un étudiant tout au long d'un cours prescrit. Il est souvent utilisé comme une alternative au système d'examen final. Les partisans de l'évaluation continue soutiennent que l'approche permet de suivre les progrès et a une chance d'offrir aux étudiants plus de soutien, de conseils et d'opportunités de s'améliorer pendant le cours ou le programme.
Audit continu/Audit continu :
L'audit continu est une méthode automatique utilisée pour effectuer des activités d'audit, telles que le contrôle et l'évaluation des risques, sur une base plus fréquente. La technologie joue un rôle clé dans les activités d'audit continu en aidant à automatiser l'identification des exceptions ou des anomalies, à analyser les modèles dans les chiffres des champs numériques clés, à examiner les tendances et à tester les contrôles, entre autres activités. L'aspect "continu" de l'audit et du reporting continus fait référence à la capacité en temps réel ou quasi réel de vérifier et de partager les informations financières. Non seulement cela indique que l'intégrité des informations peut être évaluée à tout moment, mais cela signifie également que les informations peuvent être vérifiées en permanence pour détecter les erreurs, les fraudes et les inefficacités. C'est l'audit le plus détaillé. Chaque instance d'audit continu a son propre pouls. Le délai retenu pour l'évaluation dépend en grande partie de la fréquence des mises à jour au sein des systèmes d'information comptable. L'analyse des données peut être effectuée en continu, horaire, quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, etc. selon la nature du cycle économique sous-jacent pour une assertion donnée.
Automate continu/Automate continu :
Un automate continu peut être décrit comme un automate cellulaire étendu de sorte que les états valides qu'une cellule peut prendre ne sont pas seulement discrets (par exemple, les états sont constitués d'entiers entre 0 et 3), mais continus, par exemple, la plage de nombres réels [0 ,1]. Les cellules restent cependant discrètement séparées les unes des autres. Un exemple est appelé réseau cellulaire de verbe computationnel (CVCN), dont les états des cellules sont dans la région de [0,1]. De tels automates permettent de modéliser plus finement certaines réactions physiques, comme la diffusion. Un tel modèle de diffusion pourrait éventuellement consister en une fonction de transition basée sur les valeurs moyennes du voisinage de la cellule. De nombreuses implémentations de l'analyse par éléments finis peuvent être considérées comme des automates continus, bien que ce degré d'abstraction loin de la physique du problème soit probablement inapproprié. Les automates spatiaux continus ressemblent aux automates continus en ce qu'ils ont des valeurs continues, mais ils ont également un ensemble continu d'emplacements plutôt que de restreindre les valeurs à une grille discrète de cellules.
Disponibilité continue/Disponibilité continue :
La disponibilité continue est une approche de la conception des systèmes informatiques et des applications qui protège les utilisateurs contre les temps d'arrêt, quelle qu'en soit la cause, et garantit que les utilisateurs restent connectés à leurs documents, fichiers de données et applications métier. La disponibilité continue décrit les méthodes de technologie de l'information pour assurer la continuité des activités. Au début de l'informatique, la disponibilité n'était pas considérée comme critique pour l'entreprise. Avec l'utilisation croissante de l'informatique mobile, l'accès mondial aux transactions commerciales en ligne et la communication interentreprises, la disponibilité continue est de plus en plus importante en raison de la nécessité de prendre en charge l'accès des clients aux systèmes d'information. Les solutions de disponibilité continue existent sous différentes formes et implémentations selon sur le fabricant du logiciel et du matériel. L'objectif de la discipline est de réduire les temps d'arrêt des utilisateurs ou des applications métier, qui peuvent avoir un impact important sur les opérations commerciales. Inévitablement, de tels temps d'arrêt peuvent entraîner une perte de productivité, une perte de revenus, l'insatisfaction des clients et, en fin de compte, nuire à la réputation d'une entreprise.
Continue big_q-Hermite_polynomials/Continuous big_q-Hermite polynomials :
En mathématiques, les grands polynômes q-Hermite continus sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma d'Askey de base. Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
Éleveur continu/ Éleveur continu :
Les reproducteurs continus sont des espèces animales qui peuvent se reproduire ou s'accoupler tout au long de l'année. Cela inclut les humains et les singes (chimpanzés, gorilles, orangs-outans et gibbons), qui peuvent avoir un enfant à tout moment de l'année. Chez les reproducteurs continus, les femelles sont sexuellement réceptives pendant l'œstrus, moment auquel les follicules ovariens mûrissent et l'ovulation peut se produire. La preuve de l'ovulation, la phase au cours de laquelle la conception est la plus probable, est annoncée aux mâles parmi de nombreux primates non humains via un gonflement et une rougeur des organes génitaux.
Coulée continue/coulée continue :
La coulée continue , également appelée coulée de brins , est le processus par lequel le métal en fusion est solidifié en une billette, une fleur ou une brame «semi-finie» pour un laminage ultérieur dans les usines de finition. Avant l'introduction de la coulée continue dans les années 1950, l'acier était coulé dans des moules fixes pour former des lingots. Depuis lors, la "coulée continue" a évolué pour améliorer le rendement, la qualité, la productivité et la rentabilité. Il permet une production à moindre coût de profilés métalliques de meilleure qualité, en raison des coûts intrinsèquement inférieurs de la production continue et standardisée d'un produit, ainsi qu'un contrôle accru du processus grâce à l'automatisation. Ce procédé est le plus utilisé pour couler l'acier (en termes de tonnage coulé). L'aluminium et le cuivre sont également coulés en continu. Sir Henry Bessemer, de la renommée des convertisseurs Bessemer, a reçu un brevet en 1857 pour la coulée de métal entre deux rouleaux contrarotatifs. Les grandes lignes de ce système ont récemment été mises en œuvre aujourd'hui dans la coulée de bandes d'acier.
Automatisation_configuration continue/Automatisation de la configuration continue :
L'automatisation continue de la configuration (CCA) est la méthodologie ou le processus d'automatisation du déploiement et de la configuration des paramètres et des logiciels pour les équipements de centre de données physiques et virtuels.
Transformation_refroidissement continu/Transformation refroidissement continu :
Un diagramme de phase de transformation par refroidissement continu (CCT) est souvent utilisé lors du traitement thermique de l'acier. Ces diagrammes sont utilisés pour représenter les types de changements de phase qui se produiront dans un matériau lorsqu'il est refroidi à différentes vitesses. Ces diagrammes sont souvent plus utiles que les diagrammes temps-température-transformation car il est plus pratique de refroidir les matériaux à une certaine vitesse (refroidissement à température variable), que de refroidir rapidement et de les maintenir à une certaine température (refroidissement isotherme).
Couverture continue_foresterie/foresterie à couverture continue :
La foresterie à couverture continue (communément appelée «CCF») est une approche de la gestion durable des forêts dans laquelle les peuplements forestiers sont maintenus dans une structure irrégulière en permanence, qui est créée et maintenue par la sélection et la récolte d'arbres individuels. Le terme "foresterie à couverture continue" n'équivaut pas exactement à un système sylvicole particulier, mais est caractérisé par des systèmes de sélection. Par exemple, le taillis avec des normes et la récolte de diamètre cible de Reiniger sont également une foresterie de couverture continue. Différents peuplements forestiers existants peuvent nécessiter différentes interventions sylvicoles pour obtenir une structure irrégulière continuellement productive.
Croiseur continu/Croiseur continu :
Une licence de croisière continue est une classe de permis de bateau délivrée sur les voies navigables du Royaume-Uni sous le contrôle du Canal and River Trust (une organisation caritative qui a remplacé British Waterways en juillet 2012). Le terme "Continuous Cruiser" désigne spécifiquement les bateaux et/ou les propriétaires opérant sous une telle licence.
Livraison continue/Livraison continue :
La livraison continue (CD) est une approche d'ingénierie logicielle dans laquelle les équipes produisent des logiciels en cycles courts, garantissant que le logiciel peut être publié de manière fiable à tout moment et, lors de la publication du logiciel, sans le faire manuellement. Il vise à créer, tester et publier des logiciels avec une plus grande rapidité et fréquence. L'approche permet de réduire le coût, le temps et le risque de livraison des modifications en permettant des mises à jour plus incrémentielles des applications en production. Un processus de déploiement simple et reproductible est important pour une livraison continue. Le CD contraste avec le déploiement continu, une approche similaire dans laquelle les logiciels sont également produits en cycles courts mais par le biais de déploiements automatisés plutôt que manuels.
Déploiement continu/Déploiement continu :
Le déploiement continu (CD) est une approche d'ingénierie logicielle dans laquelle les fonctionnalités logicielles sont fournies fréquemment via des déploiements automatisés. Le CD contraste avec la livraison continue, une approche similaire dans laquelle les fonctionnalités logicielles sont également fréquemment livrées et considérées comme potentiellement capables d'être déployées mais ne sont en fait pas déployées. Une motivation majeure pour le déploiement continu est que le déploiement de logiciels sur le terrain le rend plus souvent plus facile pour trouver, attraper et corriger les bogues. Un bogue est plus facile à corriger lorsqu'il provient d'un code déployé il y a cinq minutes au lieu d'il y a cinq jours. Dans un environnement où les microservices centrés sur les données fournissent la fonctionnalité, et où les microservices peuvent avoir plusieurs instances, le CD consiste à instancier la nouvelle version d'un microservice et à retirer l'ancienne version une fois qu'elle a drainé toutes les requêtes en cours.
Approche en descente continue/Approche en descente continue :
L'approche en descente continue (CDA), également connue sous le nom de descente à profil optimisé (OPD), est une méthode par laquelle les aéronefs s'approchent des aéroports avant l'atterrissage. Il est conçu pour réduire la consommation de carburant et le bruit par rapport aux autres descentes conventionnelles. Au lieu d'approcher un aéroport en escalier, de ralentir et de demander la permission de descendre à chaque nouvelle altitude (inférieure), le CDA permet une descente en douceur et à angle constant jusqu'à l'atterrissage. Une approche en descente continue commence à partir du début de la descente, c'est-à-dire à l'altitude de croisière, et permet à l'aéronef de suivre son profil vertical individuel optimal jusqu'au seuil de piste. Certains aéroports appliquent des contraintes à ce profil optimal individuel.
Conception continue/Conception continue :
La conception évolutive, la conception continue, la conception évolutive ou la conception incrémentale est directement liée à toute application de conception modulaire, dans laquelle les composants peuvent être librement remplacés pour améliorer la conception, modifier les performances ou modifier une autre fonctionnalité ultérieurement.
Distillation continue/Distillation continue :
La distillation continue, une forme de distillation, est une séparation en cours dans laquelle un mélange est alimenté en continu (sans interruption) dans le procédé et les fractions séparées sont éliminées en continu en tant que flux de sortie. La distillation est la séparation ou la séparation partielle d'un mélange d'alimentation liquide en composants ou fractions par ébullition sélective (ou évaporation) et condensation. Le processus produit au moins deux fractions de sortie. Ces fractions comprennent au moins une fraction de distillat volatil, qui a bouilli et a été capturée séparément sous forme de vapeur condensée en un liquide, et pratiquement toujours une fraction de queue (ou résidu), qui est le résidu le moins volatil qui n'a pas été capturé séparément sous forme de liquide. vapeur condensée. Une alternative à la distillation continue est la distillation discontinue, où le mélange est ajouté à l'unité au début de la distillation, les fractions de distillat sont retirées séquentiellement dans le temps (l'une après l'autre) pendant la distillation, et la fraction de queue restante est éliminée à la fin de la distillation. fin. Étant donné que chacune des fractions de distillat est extraite à des moments différents, un seul point de sortie de distillat (emplacement) est nécessaire pour une distillation discontinue et le distillat peut simplement être commuté vers un récepteur différent, un récipient de collecte de fractions. La distillation discontinue est souvent utilisée lorsque de petites quantités sont distillées. Dans une distillation continue, chacun des courants de fraction est prélevé simultanément tout au long de l'opération ; par conséquent, un point de sortie séparé est nécessaire pour chaque fraction. En pratique lorsqu'il y a plusieurs fractions de distillat, les points de sortie de distillat sont situés à des hauteurs différentes sur une colonne de fractionnement. La fraction de fond peut être prélevée en fond de colonne ou d'unité de distillation, mais est souvent prélevée à partir d'un rebouilleur relié au fond de la colonne. Chaque fraction peut contenir un ou plusieurs composants (types de composés chimiques). Lors de la distillation de pétrole brut ou d'une charge d'alimentation similaire, chaque fraction contient de nombreux composants de volatilité similaire et d'autres propriétés. Bien qu'il soit possible d'exécuter une distillation continue à petite échelle ou en laboratoire, la distillation continue est le plus souvent utilisée dans un processus industriel à grande échelle.
Double_Hahn_polynômes continus/Polynômes de Hahn doubles continus :
En mathématiques , les polynômes de Hahn duaux continus sont une famille de polynômes orthogonaux dans le schéma Askey des polynômes orthogonaux hypergéométriques . Ils sont définis en termes de fonctions hypergéométriques généralisées par S n ( X 2 ; a , b , c ) = 3 F 2 ( − n , a + i X , a − i X ; a + b , a + c ; 1 ) . {\displaystyle S_{n}(x^{2};a,b,c)={}_{3}F_{2}(-n,a+ix,a-ix;a+b,a+c ;1).\ } Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés. Les polynômes étroitement liés comprennent les polynômes de Hahn duaux Rn(x;γ,δ,N), les polynômes de Hahn continus pn(x,a,b, a, b) et les polynômes de Hahn. Ces polynômes ont tous des q-analogues avec un paramètre supplémentaire q, comme les polynômes q-Hahn Qn(x;α,β, N;q), et ainsi de suite.
Double_q-Hahn_polynômes continus/Polynômes q-Hahn doubles continus :
En mathématiques , les polynômes q-Hahn continus duaux sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma d'Askey de base. Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
Service continu_nuit/Service continu pendant la nuit :
Les nuitées en service continu (CDO) sont également appelées «stand-ups», «naps» ou «high-speeds». Il s'agit d'une pratique de planification utilisée dans les opérations des compagnies aériennes régionales pour contourner ou «déjouer» les exigences minimales de repos des équipages de conduite du gouvernement. Quelques grandes compagnies aériennes peuvent également les utiliser. Un équipage travaillant un CDO effectuera généralement le dernier vol de nuit, aura du temps de service au sol (de 0 à 8 heures) à destination, puis effectuera le premier vol de retour le matin. Étant donné que la pause entre les vols n'est pas suffisante pour être considérée comme une période de repos hors service, les membres d'équipage restent continuellement en service, même s'ils ont pu bénéficier d'une chambre d'hôtel pour se reposer. Les membres d'équipage auraient normalement besoin d'un nombre spécifique d'heures de repos entre les quarts de travail en fonction de leurs pays et de leurs compagnies aériennes, mais en utilisant le terme service continu, ils peuvent aller au-delà de la période de repos spécifiée en raison de leur service. Un autre facteur est les retards. En raison de cette configuration; les retards pris tout au long de la journée qui entraînent un retard du dernier vol (premier vol d'un CDO) n'impactent pas le premier vol du lendemain. Cela réduirait simplement le temps passé par l'équipage au sol. L'horaire de nuit en service continu pouvait être effectué 3 à 5 fois de suite (c'est-à-dire, dos à dos).
Incorporation continue/Incorporation continue :
En mathématiques, on dit qu'un espace vectoriel normé est continuellement intégré dans un autre espace vectoriel normé si la fonction d'inclusion entre eux est continue. En un certain sens, les deux normes sont "presque équivalentes", même si elles ne sont pas toutes deux définies sur le même espace. Plusieurs des théorèmes d'intégration de Sobolev sont des théorèmes d'intégration continue.
Système_de_surveillance_des_émissions_continues/Système de surveillance continue des émissions :
Les systèmes de surveillance continue des émissions (CEMS) sont utilisés comme outil pour surveiller les flux de gaz effluents résultant de la combustion dans les procédés industriels. Le CEMS peut mesurer les gaz de combustion pour l'oxygène, le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone afin de fournir des informations pour le contrôle de la combustion dans les environnements industriels. Ils sont également utilisés comme moyen de se conformer aux normes d'émissions atmosphériques telles que le programme de pluie acide de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA), d'autres programmes d'émission fédéraux américains ou les normes d'émission autorisées par l'État. Les CEMS consistent généralement en des analyseurs pour mesurer les concentrations de gaz dans le flux, un équipement pour diriger un échantillon de ce flux de gaz vers les analyseurs s'ils sont distants, un équipement pour conditionner l'échantillon de gaz en éliminant l'eau et d'autres composants qui pourraient interférer avec la lecture, des équipements pneumatiques une plomberie avec des vannes pouvant être contrôlées par un API pour acheminer le gaz d'échantillon vers et depuis les analyseurs, un système d'étalonnage et de maintenance qui permet l'injection de gaz d'étalonnage dans la ligne d'échantillon et un système d'acquisition et de traitement des données (DAHS) qui collecte et stocke chaque point de données et peut effectuer les calculs nécessaires pour obtenir les émissions de masse totales. Un CEMS fonctionne à tout moment même si le processus qu'il mesure n'est pas activé. Ils peuvent collecter, enregistrer et rapporter en continu des données sur les émissions pour la surveillance des processus et/ou à des fins de conformité. Le système CEM standard se compose d'une sonde d'échantillonnage, d'un filtre, d'une ligne d'échantillonnage (ombilical), d'un système de conditionnement de gaz, d'un système de gaz d'étalonnage et d'une série d'analyseurs de gaz qui reflètent les paramètres surveillés. Les émissions typiques surveillées comprennent : le dioxyde de soufre, les oxydes d'azote, le monoxyde de carbone, le dioxyde de carbone, le chlorure d'hydrogène, les particules en suspension dans l'air, le mercure, les composés organiques volatils et l'oxygène. Les systèmes CEM peuvent également mesurer le débit d'air, l'opacité des gaz de combustion et l'humidité. Un système de surveillance qui mesure les particules est appelé PEMS. Aux États-Unis, l'EPA exige un système d'acquisition et de traitement des données pour collecter et rapporter les données. Les mesures de concentration peuvent être converties en masse/heure en incluant les mesures de débit. Les types de gaz mesurés et les calculs requis dépendent du type de source et chaque type de source a sa propre sous-partie sous 40 CFR partie 60 et partie 75. Les émissions de SO2 sont mesurées en livres par heure à l'aide d'un moniteur de concentration de polluants SO2 et d'un contrôleur de débit volumétrique. Pour les NOx, un moniteur de concentration de polluants NOx et un moniteur de gaz diluant sont utilisés pour déterminer le taux d'émission en poids par volume ou en poids par valeur calorifique (par exemple, lb/million Btu, lb/ft3, kg/kWh ou kg/m3) . Des mesures d'opacité sont parfois nécessaires, selon le type de source. La mesure du CO2 est parfois une exigence, mais s'il est surveillé, un moniteur de CO2 ou d'oxygène ainsi qu'un moniteur de débit doivent être utilisés. Le DAHS doit pouvoir collecter, enregistrer et stocker des données, généralement à des intervalles d'une minute. À des fins de conformité, un DAHS doit être en fonctionnement continu 24/7/365 même lorsqu'aucun processus n'est en cours. Pour une mesure valide, le DAHS doit enregistrer au moins une lecture toutes les 15 minutes pendant 3 trimestres sur 4. Les lectures sont ensuite moyennées toutes les heures.
Activateur_récepteur_érythropoïétine continu/Activateur continu des récepteurs de l'érythropoïétine :
L'activateur continu des récepteurs de l'érythropoïétine (CERA) est le terme générique désignant les médicaments d'une nouvelle classe d'agents stimulant l'érythropoïèse (ASE) de troisième génération. Dans les médias, ces agents sont communément appelés « EPO », abréviation d'érythropoïétine. Les CERA ont une demi-vie prolongée et un mécanisme d'action qui favorise une stimulation accrue des récepteurs de l'érythropoïétine par rapport aux autres ASE. Sous le nom commercial Mircera, Roche Pharmaceuticals a reçu l'approbation de la Food and Drug Administration (FDA) américaine en janvier 2008 pour commercialiser un activateur continu des récepteurs de l'érythropoïèse (méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta) pour le traitement de l'anémie chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique, y compris chez les personnes dialysées. . Ce problème semble avoir été résolu depuis que les cliniques de dialyse Fresenius Medical aux États-Unis administrent désormais ce médicament.) Le méthoxy polyéthylène glycol-époétine bêta a été approuvé par la Commission européenne en août 2007 et a été mis à disposition en Europe au début de 2008. En termes de structure, Mircera est similaire aux précédents médicaments synthétiques à base d'EPO, sauf qu'il est lié à un produit chimique appelé polyéthylène glycol (PEG), ce qui le fait durer plus longtemps dans le corps. Selon Roche, le produit a la demi-vie la plus longue de tous les agents stimulant l'érythropoïèse (ASE) approuvés par la FDA : jusqu'à 6 fois plus longtemps que la darbepoetin alfa et jusqu'à 20 fois plus longtemps que l'époétine. Les CERA promettent donc à la fois des dosages plus faibles – significatifs en raison du coût inhérent élevé de fabrication des médicaments à base de protéines recombinantes – et des injections moins fréquentes pour les patients. Les ASE sont administrés via des injections sous-cutanées, souvent dans les cabinets médicaux pour les patients qui n'ont pas les compétences ou la dextérité nécessaires pour s'injecter eux-mêmes. maladie rénale chronique. Dans les essais cliniques, CERA administré toutes les 3 à 4 semaines a démontré une efficacité similaire à celle de l'époétine alfa et de la darbépoétine alfa pour maintenir les concentrations d'hémoglobine dans la plage cible d'hémoglobine. CERA a généralement été bien toléré dans les essais cliniques.
Fièvre continue/Fièvre continue :
La fièvre continue est un type ou un schéma de fièvre dans lequel la température ne touche pas la ligne de base et reste au-dessus de la normale tout au long de la journée. La variation entre la température maximale et minimale en 24 heures est inférieure à 1°C (1,5°F). Cela se produit généralement en raison de certaines maladies infectieuses. Le diagnostic de fièvre continue repose généralement sur les signes et symptômes cliniques, mais certains tests biologiques, la radiographie pulmonaire et la tomodensitométrie sont également utilisés. La fièvre typhoïde est un exemple de fièvre continue et elle montre un schéma caractéristique en escalier, une augmentation progressive de la température avec un plateau élevé.
Thermoplastique renforcé de fibres continues/Thermoplastique renforcé de fibres continues :
Le thermoplastique renforcé de fibres continues est un matériau composite contenant des fibres continues hautes performances, telles que des fibres de carbone, des fibres de verre ou des fibres d'aramide, imprégnées d'une matrice de thermoplastiques tels que les polycarbonates. Le CFRTP peut être produit à la fois dans des formats de ruban et de feuille qui peuvent ensuite être formés à l'aide de techniques de thermoformage.
Filament_continu_winding_machine/Bobinoir à filament continu :
Une machine d'enroulement de filaments continus (CFW Machine / CW Machine) est une machine permettant de poser des enroulements de filaments en continu sur une bande d'acier cylindrique. La bande d'acier est transportée sur un mandrin se déplaçant vers l'avant qui est capable de s'effondrer et de revenir au début de la course. La bande d'acier est relâchée après que le mandrin s'effondre et est renvoyée en continu jusqu'au début de la course où elle est à nouveau enroulée sur le mandrin. Cette machine est principalement utilisée pour fabriquer des tuyaux et des raccords en plastique renforcé de fibres (FRP), en particulier des tuyaux en plastique renforcé de verre (GRP). Ils sont utilisés pour la fabrication de tuyaux de grand diamètre et il existe un diamètre minimum en dessous duquel la technique devient irréaliste. Les machines sont disponibles pour des diamètres de 0,25 à 4,0 m (9,8 à 157,5 po). Une zone de stockage et de mélange des matières premières pour les résines, les catalyseurs, etc. est nécessaire pour alimenter la machine. Cela impliquera généralement le chauffage du mélange chimique. La matière première est alimentée sur une bande d'acier continue. La bande d'acier avance d'une distance égale à sa largeur à chaque tour. Le mandrin n'avance pas et il n'y a pas de mandrin pliable dans le processus. Le processus d'enroulement filamentaire continu est également connu sous le nom de processus Drostholm. En plus de la bande d'avance continue, de nombreuses méthodes alternatives d'enroulement filamentaire existent également. Bien que le processus soit innovant à bien des égards, le travail effectué sur les machines s'est avéré comporter des risques HS&E causés par les fumées, les émissions, les risques d'incendie et les points de pincement mécaniques.
Flash_suppression continu/Suppression du flash continu :
La suppression continue du flash (CFS) est une version adaptée de la méthode originale de suppression du flash, signalée pour la première fois en 2004. Dans le CFS, le premier œil est présenté avec un stimulus statique, tel qu'un visage schématique, tandis que le deuxième œil est présenté avec une série de stimuli changeant rapidement. Le résultat est que le stimulus statique devient consciemment réprimé par les stimuli présentés dans le deuxième œil. Une variante du CFS pour supprimer un stimulus dynamique est également signalée. Le CFS supprime non seulement avec succès les images, mais il renforce la profondeur et la durée de la suppression par rapport aux méthodes précédentes, telles que la suppression du flash et la rivalité binoculaire. CFS a la magnitude de suppression la plus élevée et permet aux chercheurs de décupler le temps de suppression d'une image. En utilisant cette méthode, les sujets peuvent signaler une image présentée dans leur champ visuel comme étant invisible pendant plus de trois minutes. CFS a le temps de suppression le plus long par rapport aux autres méthodes. Le CFS ouvre la porte à l'étude des mécanismes de traitement préconscients impliqués dans la perception visuelle.
Tarière à vol continu/Tarière à vol continu :
La tarière continue (CFA), également connue sous le nom de pieux coulés à la tarière, est une technique utilisée dans la construction pour créer une fondation profonde en béton. La tarière à vol continu est utilisée au Royaume-Uni depuis 1966, mais son utilisation est relativement nouvelle aux États-Unis. Une foreuse à tarière continue est utilisée pour creuser un trou et du béton est injecté à travers un arbre creux sous pression lorsque la tarière est extraite. Le renfort est ensuite inséré après le retrait de la tarière. Cela crée un tas continu sans jamais laisser de trou ouvert. La tarière continue peut être utilisée pour construire un mur de pieux sécants qui peut être utilisé comme mur de soutènement ou comme étayage lors de l'excavation. Une fois les pieux initiaux mis en place avec du béton, d'autres puits sont forés entre eux, découpant les pieux d'origine, les nouveaux recevant des barres d'armature. Le résultat final est un mur continu de béton armé qui aide et protège les travailleurs pendant l'excavation.
Séparation continue de la mousse/Séparation continue de la mousse :
La séparation continue de la mousse est un processus chimique étroitement lié au fractionnement de la mousse dans lequel la mousse est utilisée pour séparer les composants d'une solution lorsqu'ils diffèrent par leur activité de surface. Dans toute solution, les composants tensioactifs ont tendance à s'adsorber aux interfaces gaz-liquide tandis que les composants tensioactifs restent dans la solution en vrac. Lorsqu'une solution est expansée, la plupart des composants tensioactifs s'accumulent dans la mousse et la mousse peut être facilement extraite. Ce procédé est couramment utilisé dans les projets à grande échelle tels que le traitement des eaux usées en raison d'un flux continu de gaz dans la solution. Deux types de mousse peuvent se former à partir de ce processus. Ce sont de la mousse humide (ou kugelschaum) et de la mousse sèche (ou polyederschaum). La mousse humide a tendance à se former dans la partie inférieure de la colonne de mousse, tandis que la mousse sèche a tendance à se former dans la partie supérieure. La mousse humide est plus sphérique et visqueuse, et la mousse sèche a tendance à avoir un diamètre plus grand et moins visqueuse. La mousse humide se forme plus près du liquide d'origine, tandis que la mousse sèche se développe aux limites extérieures. En tant que tel, ce que la plupart des gens comprennent généralement comme de la mousse n'est en fait que de la mousse sèche. La configuration de la séparation continue de la mousse consiste à fixer une colonne au sommet du récipient de solution à mousser. De l'air ou un gaz spécifique est dispersé dans la solution à travers un diffuseur. Une colonne de collecte au sommet recueille la mousse en cours de production. La mousse est ensuite collectée et effondrée dans un autre récipient. Dans le processus de séparation de mousse continue, une conduite de gaz continue est introduite dans la solution, provoquant ainsi la formation de mousse continue. La séparation continue de la mousse peut ne pas être aussi efficace pour séparer les solutés que pour séparer une quantité fixe de solution.
Congélateurs continus/Congélateurs continus :
Les congélateurs continus sont des congélateurs industriels qui produisent en continu de la crème glacée ou des desserts glacés sans interruption et sont utilisés dans la production alimentaire.
Fonction continue/Fonction continue :
En mathématiques, une fonction continue est une fonction telle qu'une variation continue (c'est-à-dire un changement sans saut) de l'argument induit une variation continue de la valeur de la fonction. Cela signifie qu'il n'y a pas de changements brusques de valeur, appelés discontinuités. Plus précisément, une fonction est continue si des changements arbitrairement petits de sa valeur peuvent être assurés en se limitant à des changements suffisamment petits de son argument. Une fonction discontinue est une fonction qui n'est pas continue. Jusqu'au XIXe siècle, les mathématiciens s'appuyaient largement sur des notions intuitives de continuité et ne considéraient que les fonctions continues. La définition epsilon-delta d'une limite a été introduite pour formaliser la définition de la continuité. La continuité est l'un des concepts fondamentaux du calcul et de l'analyse mathématique, où les arguments et les valeurs des fonctions sont des nombres réels et complexes. Le concept a été généralisé aux fonctions entre espaces métriques et entre espaces topologiques. Ces dernières sont les fonctions continues les plus générales, et leur définition est à la base de la topologie. Une forme plus forte de continuité est la continuité uniforme. Dans la théorie de l'ordre, en particulier dans la théorie des domaines, un concept connexe de continuité est la continuité de Scott. A titre d'exemple, la fonction H(t) désignant la hauteur d'une fleur en croissance à l'instant t serait considérée comme continue. En revanche, la fonction M(t) désignant le montant d'argent sur un compte bancaire à l'instant t serait considérée comme discontinue, car elle "saute" à chaque instant où l'argent est déposé ou retiré.
Fonction continue_(set_theory)/Fonction continue (théorie des ensembles) :
En théorie des ensembles, une fonction continue est une séquence d'ordinaux telle que les valeurs supposées aux étapes limites sont les limites (limite suprema et limite infima) de toutes les valeurs aux étapes précédentes. Plus formellement, soit γ un ordinal, et s := ⟨ s α | α < γ ⟩ {\displaystyle s:=\langle s_{\alpha }|\alpha <\gamma \rangle } être une γ-séquence d'ordinaux. Alors s est continue si à chaque limite ordinale β < γ, s β = lim sup { s α : α < β } = inf { sup { s α : δ ≤ α < β } : δ < β } {\displaystyle s_{ \beta }=\limsup\{s_{\alpha } :\alpha <\beta \}=\inf\{\sup\{s_{\alpha } :\delta \leq \alpha <\beta \} :\delta <\beta \}} et s β = lim inf { s α : α < β } = sup { inf { s α : δ ≤ α < β } : δ < β } . {\displaystyle s_{\beta }=\liminf\{s_{\alpha } :\alpha <\beta \}=\sup\{\inf\{s_{\alpha } :\delta \leq \alpha <\beta \}:\delta <\beta \}\,.} Alternativement, si s est une fonction croissante alors s est continue si s : γ → range(s) est une fonction continue lorsque les ensembles sont chacun équipés de la topologie d'ordre. Ces fonctions continues sont souvent utilisées dans les cofinalités et les nombres cardinaux. Une fonction normale est une fonction à la fois continue et croissante.
Calcul_fonctionnel continu/Calcul fonctionnel continu :
En mathématiques , en particulier en théorie des opérateurs et en théorie de l'algèbre C * , un calcul fonctionnel continu est un calcul fonctionnel qui permet l'application d'une fonction continue aux éléments normaux d'une algèbre C * .
Fonctions continues_sur_un_espace_compact_Hausdorff/Fonctions continues sur un espace Hausdorff compact :
En analyse mathématique, et en particulier en analyse fonctionnelle, un rôle fondamental est joué par l'espace des fonctions continues sur un espace de Hausdorff compact à valeurs dans les nombres réels ou complexes. Cet espace, noté C ( X ) , {\ displaystyle {\ mathcal {C}} (X),} est un espace vectoriel en ce qui concerne l'addition ponctuelle de fonctions et la multiplication scalaire par des constantes. C'est, de plus, un espace normé de norme définie par la norme uniforme. La norme uniforme définit la topologie de convergence uniforme des fonctions sur X . {\displaystyle X.} L'espace C ( X ) {\displaystyle {\mathcal {C}}(X)} est une algèbre de Banach par rapport à cette norme. (Rudin 1973, §11.3)
Jeu continu/Jeu continu :
Un jeu continu est un concept mathématique, utilisé dans la théorie des jeux, qui généralise l'idée d'un jeu ordinaire comme le tic-tac-toe (zéros et croix) ou les dames (dames). En d'autres termes, il étend la notion de jeu discret, où les joueurs choisissent parmi un ensemble fini de stratégies pures. Les concepts de jeu continu permettent aux jeux d'inclure des ensembles plus généraux de stratégies pures, qui peuvent être infiniment infinies. En général, un jeu avec des ensembles de stratégies indénombrables n'aura pas nécessairement une solution d'équilibre de Nash. Si, cependant, les ensembles de stratégies doivent être compacts et les fonctions d'utilité continues, alors un équilibre de Nash sera garanti; c'est par la généralisation de Glicksberg du théorème du point fixe de Kakutani. La classe des jeux continus est pour cette raison généralement définie et étudiée comme un sous-ensemble de la classe plus large des jeux infinis (c'est-à-dire les jeux avec des ensembles de stratégies infinis) dans lesquels les ensembles de stratégies sont compacts et les fonctions d'utilité continues.
Géométrie continue/Géométrie continue :
En mathématiques, la géométrie continue est un analogue de la géométrie projective complexe introduite par von Neumann (1936, 1998), où au lieu que la dimension d'un sous-espace soit dans un ensemble discret 0, 1, ..., n, il peut s'agir d'un élément de l'intervalle unitaire [0,1]. Von Neumann a été motivé par sa découverte des algèbres de von Neumann avec une fonction de dimension prenant une gamme continue de dimensions, et le premier exemple d'une géométrie continue autre que l'espace projectif était les projections du facteur hyperfini de type II.
Moniteur de glycémie en continu/Moniteur de glycémie en continu :
Un moniteur de glycémie en continu (CGM) est un dispositif utilisé pour surveiller la glycémie de manière continue par les personnes atteintes de diabète nécessitant de l'insuline, par exemple les personnes atteintes de diabète de type I, de type II ou d'autres types de diabète (par exemple le diabète gestationnel). Un glucomètre en continu se compose de trois parties : une petite électrode placée sous la peau, un émetteur envoyant des lectures à intervalles réguliers (allant de toutes les 5 à 15 minutes) et un récepteur séparé. Les CGM actuellement approuvés utilisent une technologie enzymatique qui réagit avec les molécules de glucose dans le liquide interstitiel en générant un courant électrique. Ce courant électrique (proportionnel à la concentration de glucose) est ensuite relayé à partir d'un émetteur fixé au capteur vers un lecteur qui affiche les données au patient. Le test traditionnel par piqûre au doigt des niveaux de glucose dans le sang mesure le niveau à un moment donné. L'utilisation du CGM permet d'afficher les tendances de la glycémie au fil du temps. Les utilisateurs doivent calibrer les appareils CGM avec des mesures de glycémie traditionnelles. La CGM est une technologie de plus en plus adoptée qui s'est avérée bénéfique pour les personnes atteintes de diabète. Certaines études ont démontré une réduction du temps passé en hypoglycémie ou une baisse de l'hémoglobine glyquée, deux résultats favorables. Une revue systématique Cochrane a révélé qu'il existe des preuves limitées et contradictoires de l'efficacité des systèmes de surveillance continue de la glycémie chez les enfants, les adultes ou les patients atteints de diabète mal contrôlé. Cependant, l'utilisation de glucomètres en continu semble abaisser les taux d'hémoglobine A1c, plus qu'une simple surveillance par des tests sanguins capillaires, en particulier lorsqu'ils sont utilisés par des personnes atteintes de diabète mal contrôlé avec une pompe à insuline intégrée. Cependant, il existe des limites importantes : les systèmes CGM ne sont pas suffisamment précis pour détecter l'hypoglycémie, un effet secondaire courant du traitement du diabète. Ceci est particulièrement problématique car certains appareils offrent des fonctions d'alarme pour avertir des épisodes hypoglycémiques et les gens peuvent se fier à ces alarmes. Pourtant, selon la revue systématique Cochrane mentionnée ci-dessus, l'utilisation de glucomètres en continu n'augmente pas le risque d'hypoglycémie ou d'acidocétose. Certains fabricants avertissent les utilisateurs de ne se fier qu'aux mesures CGM et l'Institut national pour l'excellence de la santé et des soins recommande de valider les valeurs hypoglycémiques via des tests de glycémie par piqûre au doigt. Une autre limitation est que les niveaux de glucose sont prélevés dans le liquide interstitiel plutôt que dans le sang. Comme il faut du temps pour que le glucose se déplace de la circulation sanguine dans le liquide interstitiel, il existe un décalage inhérent entre le taux de glucose sanguin actuel et le niveau mesuré par le CGM. Ce délai varie en fonction de la personne et de l'appareil, et est généralement de 5 à 20 minutes.
Group_action continue/Action de groupe continue :
En topologie , une action de groupe continue sur un espace topologique X est une action de groupe d'un groupe topologique G qui est continue : c'est-à-dire, G × X → X , ( g , X ) ↦ g ⋅ X {\ displaystyle G \ fois X \ to X,\quad (g,x)\mapsto g\cdot x} est une application continue. Avec l'action de groupe, X est appelé un G-space. Si est un homomorphisme de groupe continu de groupes topologiques et si X est un G-espace, alors H peut agir sur X par restriction : h ⋅ x = f ( h ) x {\displaystyle h\cdot x=f(h)x} , faisant de X un H-espace. Souvent f est soit une inclusion, soit une carte de quotient. En particulier, tout espace topologique peut être considéré comme un espace G via G → 1 {\displaystyle G\to 1} (et G agirait de manière triviale.) Deux opérations de base consistent à prendre l'espace des points fixés par un sous-groupe H et celui de former un quotient par H. Nous écrivons X H {\displaystyle X^{H}} pour l'ensemble de tous les X dans X tel que h x = x {\displaystyle hx=x} . Par exemple, si nous écrivons F ( X , Y ) {\ displaystyle F (X, Y)} pour l'ensemble des applications continues d'un G-space X à un autre G-space Y, alors, avec l'action ( g ⋅ f ) ( X ) = g F ( g - 1 X ) {\displaystyle (g\cdot f)(x)=gf(g^{-1}x)} , F ( X , Y ) G {\displaystyle F(X ,Y) ^ {G}} se compose de f tel que F ( g X ) = g F ( X ) {\ displaystyle f (gx) = gf (x)} ; c'est-à-dire que f est une application équivariante. Nous écrivons F G ( X , Y ) = F ( X , Y ) G {\displaystyle F_{G}(X,Y)=F(X,Y)^{G}} . Notez, par exemple, pour un G-espace X et un sous-groupe fermé H, F G ( G / H , X ) = X H {\displaystyle F_{G}(G/H,X)=X^{H}} .
Rafales continues/rafales continues :
Les rafales continues ou rafales stochastiques sont des vents qui varient aléatoirement dans l'espace et dans le temps. Des modèles de rafales continues sont utilisés pour représenter la turbulence atmosphérique, en particulier la turbulence en air clair et les vents turbulents lors des tempêtes. La Federal Aviation Administration (FAA) et le Département de la Défense des États-Unis fournissent des exigences pour les modèles de rafales continues utilisés dans la conception et la simulation des aéronefs.
Récolte continue/Récolte continue :
En agriculture, la récolte continue est la disponibilité d'une culture sur une période prolongée au cours de la saison de croissance. Chaque culture a une fenêtre de récolte pendant laquelle elle est prête à être cueillie. Certains sont récoltés en enlevant la plante entière, par exemple en coupant une tête de laitue. D'autres peuvent être cueillis sur des périodes variables : les pois et le maïs peuvent avoir une fenêtre de deux semaines, les concombres six ou huit, les tomates produisent jusqu'à la fin de la saison. Pour fournir une récolte continue tout au long de la saison d'une culture avec une fenêtre de récolte plus courte, des techniques de plantation en succession sont utilisées, y compris des plantations multiples à des moments différents et la plantation de cultivars avec des dates de maturité différentes. De cette façon, avec un timing efficace, une nouvelle plantation ou variété d'une culture arrive toujours à maturité au fur et à mesure que la précédente se termine.
Perfusion_péritonéale_hyperthermique_continue/Perfusion péritonéale hyperthermique continue :
La perfusion péritonéale hyperthermique continue (CHPP) est une procédure dans laquelle la cavité abdominale est baignée dans un liquide chaud contenant des médicaments anticancéreux. C'est une sorte de thérapie par hyperthermie.
Système d'encre continu/Système d'encre continu :
Un système d'encre en continu (CIS), également appelé système d'alimentation en encre en continu (CISS), système à flux continu (CFS), système de recharge automatique d'encre (AIRS), système d'alimentation en encre en vrac (BFIS) ou Le système de distribution d'encre à axe (OIDS) est une méthode permettant de distribuer un grand volume d'encre liquide à une tête d'impression à jet d'encre relativement petite. De nombreuses imprimantes professionnelles et professionnelles intègrent un système d'encre continu dans leur conception pour augmenter la capacité d'impression. Certaines entreprises du marché secondaire construisent également des accessoires de mise à niveau pour convertir certains modèles d'imprimantes grand public en systèmes à flux continu. De tels systèmes ont été désapprouvés par la plupart des fabricants d'imprimantes, car ils ont été considérés comme une menace pour leur modèle commercial consistant à vendre l'imprimante elle-même en tant que produit d'appel et à tirer profit des cartouches d'encre de remplacement, ce qui a entraîné des poursuites contre des entreprises du marché secondaire ou mis en œuvre des droits numériques. mesures de gestion dans leurs appareils (voir modèle Rasoir et lames). Certains fabricants ont introduit de nouveaux modèles dotés de systèmes d'encre continue. Cela a été considéré comme une décision bienvenue par les utilisateurs, en particulier les propriétaires de petites entreprises qui s'appuient sur des solutions d'impression en masse, comme les cybercafés et les petites imprimeries.
Contrôle continu/Contrôle continu :
L'inspection continue (inspection carcasse par carcasse) est le système d'inspection de la viande et de la volaille de l'USDA, dit « continu » car aucun animal destiné à l'alimentation humaine ne peut être abattu ou habillé sans la présence permanente d'un inspecteur. L'inspecteur examine chaque animal avant l'abattage (inspection ante mortem) et la carcasse et les parties après l'abattage (inspection post mortem). Dans les usines de transformation (par opposition aux abattoirs), les inspecteurs n'ont pas besoin d'être présents à tout moment, mais doivent plutôt effectuer une visite au moins une fois par jour. Cette inspection est également considérée comme continue.
Intégration continue/Intégration continue :
En génie logiciel, l'intégration continue (CI) est la pratique consistant à fusionner toutes les copies de travail des développeurs dans une ligne principale partagée plusieurs fois par jour. Grady Booch a d'abord proposé le terme CI dans sa méthode de 1991, bien qu'il ne préconise pas l'intégration plusieurs fois par jour. La programmation extrême (XP) a adopté le concept de CI et a préconisé l'intégration plus d'une fois par jour - peut-être jusqu'à des dizaines de fois par jour.
Régulation du trajet continu/Régulation du trajet continu :
Le règlement sur le voyage continu était une restriction imposée par le gouvernement canadien qui empêchait (apparemment) ceux qui, « de l'avis du ministre de l'Intérieur », ne « venaient pas du pays de leur naissance ou de leur citoyenneté par un voyage continu et/ou grâce à des billets achetés avant de quitter le pays de leur naissance ou de leur nationalité." Cependant, dans les faits, le règlement n'affecterait que l'immigration de personnes en provenance de l'Inde. Adopté par décret le 8 janvier 1908, le règlement serait la première tentative du gouvernement canadien de restreindre l'immigration. En pratique, la réglementation ne s'appliquait qu'aux navires qui commençaient leur voyage en Inde, car la grande distance nécessitait généralement une escale au Japon ou à Hawaï. Cette réglementation est intervenue à un moment où le Canada acceptait un nombre massif d'immigrants (plus de 400 000 en 1913 seulement – ​​un chiffre qui demeure inégalé à ce jour), presque tous venus d'Europe.
Problème de sac à dos continu/Problème de sac à dos continu :
En informatique théorique , le problème du sac à dos continu (également connu sous le nom de problème du sac à dos fractionnaire ) est un problème algorithmique d' optimisation combinatoire dans lequel le but est de remplir un récipient (le «sac à dos») avec des quantités fractionnaires de différents matériaux choisis pour maximiser le valeur des matériaux choisis. Cela ressemble au problème classique du sac à dos, dans lequel les objets à placer dans le conteneur sont indivisibles ; cependant, le problème du sac à dos continu peut être résolu en temps polynomial alors que le problème du sac à dos classique est NP-difficile. C'est un exemple classique de la façon dont un changement apparemment mineur dans la formulation d'un problème peut avoir un impact important sur sa complexité de calcul.
Extension_linéaire continue/Extension linéaire continue :
En analyse fonctionnelle, il est souvent pratique de définir une transformation linéaire sur un espace vectoriel normé complet X {\displaystyle X} en définissant d'abord une transformation linéaire sur un sous-ensemble dense de X T {\displaystyle {\mathsf {T}}} {\displaystyle X} puis en étendant T {\displaystyle {\mathsf {T}}} à tout l'espace via le théorème ci-dessous. L'extension résultante reste linéaire et bornée (donc continue). Cette procédure est connue sous le nom d'extension linéaire continue.
Opérateur_linéaire continu/Opérateur linéaire continu :
Dans l' analyse fonctionnelle et les domaines connexes des mathématiques , un opérateur linéaire continu ou une cartographie linéaire continue est une transformation linéaire continue entre des espaces vectoriels topologiques . Un opérateur entre deux espaces normés est un opérateur linéaire borné si et seulement si c'est un opérateur linéaire continu.
Ventilation_obligatoire_continue/Ventilation obligatoire continue :
La ventilation obligatoire continue (CMV) est un mode de ventilation mécanique dans lequel les respirations sont délivrées en fonction de variables définies. Toujours utilisé au bloc opératoire, dans l'ancienne nomenclature CMV désignait la « ventilation mécanique contrôlée » (« control mode ventilation »), un mode de ventilation caractérisé par un ventilateur qui ne fait aucun effort pour détecter l'effort respiratoire du patient. En ventilation forcée continue, le ventilateur peut être déclenché soit par le patient, soit mécaniquement par le ventilateur. Le ventilateur est réglé pour délivrer une respiration en fonction des paramètres sélectionnés par l'opérateur. « Ventilation mécanique contrôlée » est une extension obsolète pour « CMV » ; La "ventilation obligatoire continue" est désormais acceptée dans la nomenclature standard de la ventilation mécanique. Aujourd'hui, le CMV peut assister ou contrôler dynamiquement, en fonction de la présence transitoire ou de l'absence d'effort respiratoire spontané. Ainsi, le CMV d'aujourd'hui aurait été appelé ACV (assist-control ventilation) dans l'ancienne nomenclature, et la forme originale du CMV appartient au passé. Mais malgré l'amélioration technologique continue au cours du dernier demi-siècle, le CMV peut parfois encore être inconfortable pour le patient.
Théorème de mappage continu/Théorème de mappage continu :
En théorie des probabilités, le théorème de cartographie continue stipule que les fonctions continues préservent les limites même si leurs arguments sont des séquences de variables aléatoires. Une fonction continue, dans la définition de Heine, est une fonction qui transforme des séquences convergentes en séquences convergentes : si xn → x alors g(xn) → g(x). Le théorème de cartographie continue stipule que cela sera également vrai si nous remplaçons la séquence déterministe {xn} par une séquence de variables aléatoires {Xn}, et remplaçons la notion standard de convergence des nombres réels "→" par l'un des types de convergence de variables aléatoires. Ce théorème a été prouvé pour la première fois par Henry Mann et Abraham Wald en 1943, et il est donc parfois appelé théorème de Mann-Wald. Pendant ce temps, Denis Sargan s'y réfère comme le théorème général de transformation.
Diffusion_marine_continue/Diffusion marine continue :
Une diffusion maritime continue, ou CMB, est un service de diffusion météorologique maritime exploité par la Garde côtière canadienne. Les CMB sont programmés à partir des divers centres des Services de communications et de trafic maritimes sur les côtes de l'Atlantique, du Pacifique et de l'Arctique du Canada, ainsi que sur les côtes des Grands Lacs. La programmation est diffusée en anglais et en français sur la côte atlantique et le long du fleuve Saint-Laurent, et en anglais seulement sur les Grands Lacs, la côte arctique et la côte pacifique. Le contenu d'un CMB est une boucle continue d'informations météorologiques maritimes, fournies par Environnement Canada et mises à jour plusieurs fois par jour, ainsi que des diffusions en direct d'avis sélectionnés aux navigateurs, à la navigation et aux pêcheurs. La plupart des enregistrements sont réalisés à l'aide de vraies voix humaines, avec un système informatisé de synthèse vocale fournissant des informations à partir de points d'observation météorologiques automatisés. Au besoin, un officier d'une station SCTM peut interrompre une transmission CMB et diffuser un message urgent en direct, comme un avertissement de navigation ou un message de relais de détresse. Les CMB sont transmis sur plusieurs fréquences : 161,65 MHz (Canal 21B) 161,75 MHz (Canal 23B) 161,775 MHz (Canal 83B) 161,85 MHz (Canal 25B) 162 MHz (Canal 28B) fréquences radio.
Mémoire continue/Mémoire continue :
Le terme mémoire continue a été inventé par Hewlett-Packard (HP) pour décrire une caractéristique unique de certaines calculatrices HP par laquelle la calculatrice pouvait supporter en interne la plupart, ou dans les modèles ultérieurs, la totalité du contenu de la mémoire utilisateur (via la mémoire CMOS sauvegardée par batterie ). Depuis son introduction sur le HP-25C, cette fonctionnalité a lentement évolué selon le modèle pour finalement signifier le maintien du contenu de presque toute la mémoire de la calculatrice, y compris la RAM système et de travail, les options, les paramètres, les drapeaux et d'autres informations sur l'état de la calculatrice. Avant l'introduction du HP-25C en 1976, toute la mémoire vive (RAM) de la calculatrice était volatile, c'est-à-dire que son contenu (en particulier les données utilisateur dans les registres de stockage et tous les programmes utilisateur) était effacé lorsque la calculatrice était éteinte. Trois premiers modèles dotés de cette mémoire continue améliorée - les HP-25C, HP-29C et HP-19C - avaient en fait les mots "Mémoire continue" imprimés en caractères blancs bien visibles sur la marge inférieure de leurs plaques frontales. Le «C» dans les désignations de modèle était de distinguer ces modèles au sein de la gamme de produits de calculatrice HP. HP n'a pas imprimé cette phrase sur les modèles suivants car la nouveauté de la mémoire continue s'était alors estompée et aussi parce qu'elle ne pouvait plus la revendiquer comme une fonctionnalité unique aux calculatrices HP (Texas Instruments appellera plus tard leur fonctionnalité identique "Constant Memory" ). Lors de leur introduction au cours des 9 années suivantes (environ 1979-1987), les modèles HP suivants ainsi présentés avaient simplement des désignations dans lesquelles la lettre "C" suivait le numéro de modèle, par exemple le HP-34C et la série Voyager HP-10C, HP- 11C, HP-12C, HP-15C et HP-16C.
Modélisation continue/Modélisation continue :
La modélisation continue est la pratique mathématique consistant à appliquer un modèle à des données continues (données qui ont un nombre et une divisibilité potentiellement infinis d'attributs). Ils utilisent souvent des équations différentielles et s'opposent à la modélisation discrète. La modélisation est généralement décomposée en plusieurs étapes : Faire des hypothèses sur les données : Le modélisateur décide de ce qui influence les données et de ce qui peut être ignoré en toute sécurité. Faire des équations pour ajuster les hypothèses. Résolution des équations. Vérification des résultats : Divers tests statistiques sont appliqués aux données et au modèle et comparés. Si le modèle réussit la vérification, le mettre en pratique. Si le modèle échoue à la vérification, le modifier et le soumettre à nouveau à la vérification ; s'il persiste à ajuster plus mal les données qu'un modèle concurrent, il est abandonné.
Module continu/Module continu :
En mathématiques, un module continu est un module M tel que tout sous-module de M est essentiel dans une sommation directe et tout sous-module de M isomorphe à une sommation directe est lui-même une sommation directe. L'anneau d'endomorphisme d'un module continu est un anneau propre.
Surveillance continue/Surveillance continue :
La surveillance continue est le processus et la technologie utilisés pour détecter les problèmes de conformité et de risque associés à l'environnement financier et opérationnel d'une organisation. L'environnement financier et opérationnel se compose de personnes, de processus et de systèmes travaillant ensemble pour soutenir des opérations efficaces et efficientes. Des contrôles sont mis en place pour traiter les risques au sein de ces composants. Grâce à une surveillance continue des opérations et des contrôles, les contrôles faibles ou mal conçus ou mis en œuvre peuvent être corrigés ou remplacés, améliorant ainsi le profil de risque opérationnel de l'organisation. Les investisseurs, les gouvernements, le public et les autres parties prenantes continuent d'exiger de plus en plus une gouvernance d'entreprise et une transparence commerciales plus efficaces.
Surveillance continue_et_contrôle_adaptatif_(gestion_des_eaux_pluviales)/Surveillance continue et contrôle adaptatif (gestion des eaux pluviales) :
La surveillance continue et le contrôle adaptatif (CMAC) est une catégorie de meilleures pratiques de gestion des eaux pluviales qui permet une plus large gamme de fonctionnement des bassins de rétention et de rétention. Les systèmes CMAC se composent généralement d'un capteur de niveau d'eau, d'une vanne actionnée et d'une connexion Internet. Les applications spécifiques du CMAC incluent la protection contre les inondations, le traitement de la qualité de l'eau, la réutilisation de l'eau et la protection des canaux.
Mouvement continu_pot_washing/Lavage de casseroles à mouvement continu :
Les systèmes de lavage de casseroles à mouvement continu sont, dans leur forme la plus basique, des éviers à trois compartiments avec un compartiment de lavage à agitation. Le plus couramment utilisé dans l'industrie de la restauration, le terme lavage de casseroles à mouvement continu décrit les systèmes de lavage qui n'ont pas de cycle de lavage défini (alias : sans cycle) ou qui nécessitent un accompagnateur. Contrairement aux anciens systèmes d'évier à trois compartiments où un employé était attaché à une machine pendant des heures pour nettoyer la vaisselle sale, les systèmes de lavage de casseroles à mouvement continu permettent aux employés de déposer n'importe quel nombre ou type de casseroles et de poêles dans le système et de s'en aller. Plus tard, n'importe quel employé peut passer et déplacer des articles de vaisselle vers d'autres compartiments du système. Ces systèmes sont appelés "mouvement continu" car ils ne cessent jamais de fonctionner. Lorsque la machine est allumée, ils sont toujours en marche et toujours en lavage. Le mouvement créé est une agitation très turbulente créée par un flux de fluide en mouvement continu alimenté par un système motorisé.
Murmures continus/Murmures continus :
Les souffles cardiaques sont le plus souvent organisés selon le moment, en souffles cardiaques systoliques et en souffles cardiaques diastoliques. Cependant, les souffles continus ne peuvent pas être directement classés dans l'une ou l'autre catégorie. Ces souffles sont dus au flux sanguin d'une chambre ou d'un vaisseau à haute pression vers un système à basse pression. Persistance du canal artériel. La persistance du canal artériel (PDA) est une connexion anormale entre l'aorte et l'artère pulmonaire, qui devrait normalement être fermée pendant la petite enfance. Comme la pression aortique est supérieure à la pression pulmonaire, un souffle continu se produit. Ce souffle est souvent décrit comme un souffle mécanique ou souffle de Gibson. Il porte le nom de George Alexander Gibson, qui l'a caractérisé en 1898. Fenêtre aortopulmonaire. Shunts. Habituellement, un shunt gauche-droit à travers une petite communication interauriculaire en présence d'une obstruction de la valve mitrale.
Pression_artérielle_non-invasive_continue/Pression artérielle non invasive continue :
La pression artérielle continue non invasive (CNAP) est la méthode de mesure de la pression artérielle en temps réel sans aucune interruption (en continu) et sans canulation du corps humain (non invasive).
Obsolescence continue/Obsolescence continue :
L'obsolescence continue ou la révolution perpétuelle est un phénomène où les tendances de l'industrie, ou d'autres éléments qui ne correspondent pas immédiatement aux besoins techniques, imposent une réadaptation continue d'un système. Un tel travail n'augmente pas l'utilité du système, mais est nécessaire pour que le système continue à remplir ses fonctions.
Fonctionnement continu/Fonctionnement continu :
Dans les télécommunications, le fonctionnement continu est une opération dans laquelle certains composants, tels que des nœuds, des installations, des circuits ou des équipements, sont dans un état opérationnel à tout moment. Le fonctionnement continu nécessite généralement qu'il y ait une configuration entièrement redondante, ou au moins un degré de redondance X sur Y suffisant pour les équipements compatibles, où X est le nombre de composants de rechange et Y est le nombre de composants opérationnels. Cet article incorpore du matériel du domaine public du document General Services Administration : "Federal Standard 1037C". (à l'appui de MIL-STD-188)
Optimisation continue/Optimisation continue :
L'optimisation continue est une branche de l'optimisation en mathématiques appliquées. Contrairement à l'optimisation discrète, les variables utilisées dans la fonction objectif doivent être des variables continues, c'est-à-dire choisies parmi un ensemble de valeurs réelles entre lesquelles il n'y a pas d'écart ( valeurs d'intervalles de la ligne réelle). En raison de cette hypothèse de continuité, l'optimisation continue permet l'utilisation de techniques de calcul.
Variable continue ou_discrète/Variable continue ou discrète :
En mathématiques et en statistiques, une variable quantitative peut être continue ou discrète si elle est généralement obtenue respectivement par mesure ou comptage. Si elle peut prendre deux valeurs réelles particulières de sorte qu'elle puisse également prendre toutes les valeurs réelles entre elles (même les valeurs qui sont arbitrairement proches l'une de l'autre), la variable est continue dans cet intervalle. Si elle peut prendre une valeur telle qu'il existe un écart non infinitésimal de chaque côté de celle-ci ne contenant aucune valeur que la variable puisse prendre, alors elle est discrète autour de cette valeur. Dans certains contextes, une variable peut être discrète dans certaines plages de la droite numérique et continue dans d'autres.
Attention_partielle continue/Attention partielle continue :
Linda Stone, rédactrice et consultante en technologie, a inventé le terme d'attention partielle continue en 1998 pour décrire un comportement adaptatif moderne consistant à diviser continuellement son attention. Stone a précisé que l'attention partielle continue n'est pas la même chose que le multitâche. Là où le multitâche est motivé par un désir conscient d'être productif et efficace, le CPA est un processus automatique motivé uniquement par "un désir d'être un nœud actif sur le réseau" ou par la volonté de se connecter et de rester connecté, en scannant et en optimisant les opportunités. , des activités et des contacts pour ne rien manquer de ce qui se passe. L'attention partielle continue n'est pas nécessairement un état dysfonctionnel. Cependant, cela peut entraîner une augmentation du stress et une diminution de la capacité à se concentrer et à se concentrer sur le moment présent, interdisant la réflexion, la contemplation et la prise de décision réfléchie. La connectivité constante associée à une attention partielle continue peut également affecter les relations, réduire les niveaux de productivité et conduire à une surstimulation et à un manque d'épanouissement. Les recherches de Stone se sont concentrées sur des exemples aux États-Unis, bien qu'elle ait postulé que « nous ne nous retrouverons peut-être pas tous dans la même ère d'attention au même moment. l'expression de l'idéal à l'extrême et subissant des conséquences imprévues et moins qu'agréables, donnant naissance et lançant un nouvel idéal tout en intégrant le meilleur de ce qui a précédé."
Mouvement_passif continu/Mouvement passif continu :
Les dispositifs de mouvement passif continu (CPM) sont utilisés pendant la première phase de la rééducation après une intervention chirurgicale des tissus mous ou un traumatisme. Les objectifs de la rééducation de phase 1 sont les suivants : contrôler la douleur postopératoire, réduire l'inflammation, fournir un mouvement passif dans un plan de mouvement spécifique et protéger la réparation ou le tissu en cours de guérison. Le CPM est effectué par un dispositif CPM, qui déplace constamment l'articulation dans une amplitude de mouvement contrôlée ; la plage exacte dépend de l'articulation, mais dans la plupart des cas, la plage de mouvement augmente avec le temps. Le CPM est utilisé après divers types de chirurgie reconstructive des articulations, comme l'arthroplastie du genou et la reconstruction du LCA. Ses mécanismes d'action pour aider à la récupération des articulations dépendent de la chirurgie pratiquée. Un mécanisme est le mouvement du liquide synovial pour permettre une meilleure diffusion des nutriments dans le cartilage endommagé et la diffusion d'autres matériaux vers l'extérieur; tels que le sang et les déchets métaboliques. Un autre mécanisme est la prévention de la formation de tissu cicatriciel fibreux dans l'articulation, ce qui tend à diminuer l'amplitude de mouvement d'une articulation. Le concept a été créé par Robert B. Salter MD en 1970 et, avec l'aide de l'ingénieur John Saringer, un appareil a été créé en 1978.
Autorité_de_paiement_continue/Autorité de paiement continue :
Une autorité de paiement continu (CPA) est un type de paiement automatique régulier par lequel une personne autorise un fournisseur à prélever de l'argent sur un compte de crédit ou de débit chaque fois que le fournisseur estime que de l'argent lui est dû. Ils sont souvent utilisés par les prêteurs sur salaire, les sites Web pornographiques et les sites d'abonnement tels que ceux des magazines. Les autorisations de paiement continu ne doivent pas être confondues avec les accords de prélèvement automatique ou les ordres permanents. Souvent, il n'y a aucune trace écrite d'eux, et le payeur (dont la carte de crédit ou de débit est liée au CPA) peut les annuler en contactant le vendeur ou sa banque. Des inquiétudes ont été exprimées concernant l'abus des CPA par des entreprises pour retirer de l'argent des comptes de clients sans méfiance, qui souvent ne réalisent pas les termes et conditions associés à l'utilisation du service.
Tâche de performance continue/Tâche de performance continue :
Une tâche de performance continue, un test de performance continu ou CPT, est l'un des nombreux types de tests neuropsychologiques qui mesurent l'attention soutenue et sélective d'une personne. L'attention soutenue est la capacité à maintenir une concentration constante sur une activité ou des stimuli continus et est associée à l'impulsivité. L'attention sélective est la capacité de se concentrer sur les stimuli pertinents et d'ignorer les stimuli concurrents. Cette compétence est associée à la distractibilité. Il existe une variété de CPT, les plus couramment utilisés étant le CPT visuel et auditif intégré (IVA-2), le test des variables d'attention (TOVA) et le CPT-III de Conners. Ces tests d'attention sont souvent utilisés dans le cadre d'une batterie de tests pour comprendre le "fonctionnement exécutif" d'une personne ou sa capacité à trier et gérer les informations. Ils peuvent également être utilisés spécifiquement pour soutenir ou aider à exclure un diagnostic de trouble déficitaire de l'attention. De plus, certains CPT, tels que QbTest et Quotient, combinent des mesures d'attention et d'impulsivité avec une analyse de suivi de mouvement. Ces types de CPT peuvent aider les professionnels de la santé avec des informations objectives concernant les trois principaux symptômes du TDAH : l'hyperactivité, l'inattention et l'impulsivité.
Modulation de phase continue/Modulation de phase continue :
La modulation de phase continue (CPM) est une méthode de modulation des données couramment utilisée dans les modems sans fil. Contrairement à d'autres techniques de modulation de phase numérique cohérente où la phase de la porteuse se remet brusquement à zéro au début de chaque symbole (par exemple M-PSK), avec CPM, la phase de la porteuse est modulée de manière continue. Par exemple, avec QPSK, la porteuse saute instantanément d'un sinus à un cosinus (c'est-à-dire un déphasage de 90 degrés) chaque fois qu'un des deux bits de message du symbole actuel diffère des deux bits de message du symbole précédent. Cette discontinuité nécessite qu'un pourcentage relativement important de la puissance se produise en dehors de la bande prévue (par exemple, une puissance hors bande fractionnaire élevée), ce qui conduit à une faible efficacité spectrale. En outre, le CPM est généralement mis en œuvre sous la forme d'une forme d'onde à enveloppe constante, c'est-à-dire que la puissance de la porteuse transmise est constante. Par conséquent, le CPM est attrayant car la continuité de phase donne une efficacité spectrale élevée et l'enveloppe constante donne une excellente efficacité énergétique. Le principal inconvénient est la grande complexité de mise en œuvre requise pour un récepteur optimal.
Poset continu/Position continu :
En théorie de l'ordre, un poset continu est un ensemble partiellement ordonné dans lequel chaque élément est le supremum dirigé des éléments qui s'en rapprochent.
Pression_positive_continue des voies respiratoires/Pression positive continue des voies respiratoires :
La pression positive continue (CPAP) est une forme de ventilation à pression positive (PAP) dans laquelle un niveau constant de pression supérieur à la pression atmosphérique est continuellement appliqué aux voies respiratoires supérieures d'une personne. L'application d'une pression positive peut être destinée à prévenir l'effondrement des voies respiratoires supérieures, comme cela se produit dans l'apnée obstructive du sommeil, ou à réduire le travail respiratoire dans des conditions telles que l'insuffisance cardiaque décompensée aiguë. La thérapie CPAP est très efficace pour gérer l'apnée obstructive du sommeil. L'observance et l'acceptation de l'utilisation de la thérapie CPAP peuvent être un facteur limitant, 8 % des personnes arrêtant l'utilisation après la première nuit et 50 % au cours de la première année.
Prédicat continu/Prédicat continu :
Le prédicat continu est un terme inventé par Charles Sanders Peirce (1839–1914) pour décrire un type particulier de prédicat relationnel qui se traduit par la limite d'un processus récursif d'abstraction hypostatique. Voici une des discussions définitives de Peirce sur le concept : Lorsque nous avons analysé une proposition de manière à jeter dans le sujet tout ce qui peut être retiré du prédicat, il ne reste plus au prédicat à représenter que la forme de connexion entre les différents sujets exprimés sous la forme propositionnelle. Ce que je veux dire par "tout ce qui peut être retiré du prédicat" s'explique mieux en donnant un exemple de quelque chose qui n'est pas si amovible. Mais prenez d'abord quelque chose de amovible. "Caïn tue Abel." Ici, le prédicat apparaît comme « — tue — ». Mais nous pouvons retirer le meurtre du prédicat et faire en sorte que ce dernier « — se trouve dans la relation — à — ». Supposons que nous essayions d'enlever plus du prédicat et de mettre le dernier sous la forme "- exerce la fonction de relation de la relation - à -" puis de mettre "la fonction de relation avec la relation" dans un autre sujet laisser comme prédicat "- exercices - en ce qui concerne - à -." Mais ce "exercices" exprime "exerce la fonction". Bien plus, il exprime « exerce la fonction de relation », de sorte que nous constatons que, bien que nous puissions mettre cela dans un sujet séparé, cela continue tout de même dans le prédicat. Enoncé sous une autre forme, dire que « A est dans le rapport R à B », c'est dire que A est dans un certain rapport à R. Séparons cela ainsi : « A est dans le rapport R¹ (où R¹ est la relation d'un rapport à la relation dont il est le rapport) à R à B". Mais A est dit ici dans un certain rapport avec le rapport R¹. Si bien qu'on peut exprimer le même fait en disant : « A est dans le rapport R¹ au rapport R¹ au rapport R à B », et ainsi de suite à l'infini. Un prédicat qui peut ainsi être analysé en parties toutes homogènes au tout, je l'appelle un prédicat continu. C'est très important dans l'analyse logique, parce qu'évidemment un prédicat continu ne peut être un composé que de prédicats continus, et ainsi quand on a poussé l'analyse jusqu'à ne laisser qu'un prédicat continu, on l'a poussée jusqu'à ses éléments ultimes. (CS Peirce, "Lettres à Lady Welby" (14 décembre 1908), Selected Writings, pp. 396–397).
Production continue/Production continue :
La production continue est une méthode de production en flux utilisée pour fabriquer, produire ou traiter des matériaux sans interruption. La production continue est appelée processus continu ou processus à flux continu car les matériaux, qu'il s'agisse de vrac sec ou de fluides qui sont traités, sont en mouvement continu, subissent des réactions chimiques ou sont soumis à un traitement mécanique ou thermique. Le traitement continu s'oppose à la production par lots. Continu signifie généralement un fonctionnement 24 heures sur 24, sept jours sur sept avec des arrêts de maintenance peu fréquents, tels que semestriels ou annuels. Certaines usines chimiques peuvent fonctionner pendant plus d'un à deux ans sans arrêt. Les hauts fourneaux peuvent fonctionner de quatre à dix ans sans s'arrêter.
Paysage_urbain_productif continu/Paysage urbain productif continu :
Le paysage urbain productif continu (CPUL) est un concept de design urbain intégrant la culture alimentaire dans la conception des villes en réunissant des espaces ouverts existants et des sites désaffectés dans un paysage linéaire qui se connecte à la campagne. Le terme a été utilisé pour la première fois par Bohn & Viljoen Architects en 2004 à une époque où il était inhabituel de faire le lien entre la nourriture et la ville.
Polynômes_q-Hahn continus/Polynômes q-Hahn continus :
En mathématiques, les polynômes q-Hahn continus sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma Askey de base. Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
q-Hermite_polynômes continus/polynômes q-Hermite continus :
En mathématiques, les polynômes q-Hermite continus sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma Askey de base. Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
Polynômes_q-Jacobi continus/Polynômes q-Jacobi continus :
En mathématiques, les polynômes q-Jacobi continus P(α,β)n(x|q), introduits par Askey & Wilson (1985), sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma Askey de base. Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
Polynômes_q-Laguerre continus/Polynômes q-Laguerre continus :
En mathématiques, les polynômes q-Laguerre continus sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma d'Askey de base. Roelof Koekoek, Peter A. Lesky et René F. Swarttouw (2010, 14) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
Polynômes_q-Legendre continus/Polynômes q-Legendre continus :
En mathématiques, les polynômes q-Legendre continus sont une famille de polynômes orthogonaux hypergéométriques de base dans le schéma d'Askey de base. Koekoek, Lesky & Swarttouw (2010) donnent une liste détaillée de leurs propriétés.
Réacteur continu/Réacteur continu :
Les réacteurs continus (également appelés réacteurs à écoulement) transportent le matériau sous forme de flux en écoulement. Les réactifs sont alimentés en continu dans le réacteur et émergent sous forme de flux continu de produit. Les réacteurs continus sont utilisés pour une grande variété de processus chimiques et biologiques dans les industries alimentaires, chimiques et pharmaceutiques. Une enquête sur le marché des réacteurs continus révélera une variété impressionnante de formes et de types de machines. Sous cette variation se cache cependant un nombre relativement restreint de caractéristiques de conception clés qui déterminent les capacités du réacteur. Lors de la classification des réacteurs continus, il peut être plus utile d'examiner ces caractéristiques de conception plutôt que l'ensemble du système.
Rappel continu/Rappel continu :
La recomposition continue, la recomposition du numéro occupé ou la répétition de la numérotation est un code de service vertical (fonction d'appel) qui permet aux appelants de recomposer automatiquement un numéro de téléphone occupé jusqu'à ce qu'une connexion soit établie. Il s'active en composant une combinaison de caractères spéciaux et de chiffres après avoir raccroché suite à un appel sur une ligne occupée. Il fonctionnera pendant une période de temps définie (telle que 30 minutes) et peut être désactivé en saisissant soit le même ensemble de chiffres, soit un ensemble différent. Le plan de numérotation nord-américain a attribué * 66 pour activer la recomposition continue et * 86 pour le désactiver.
Révélation continue/Révélation continue :
La révélation continue ou la révélation continue est une croyance ou une position théologique selon laquelle Dieu continue de révéler des principes ou des commandements divins à l'humanité. Dans les traditions chrétiennes, il est le plus souvent associé au mouvement des saints des derniers jours, à la Société religieuse des amis (Quakers) et au christianisme pentecôtiste et charismatique, bien qu'il se retrouve également dans d'autres dénominations. La révélation continue fait également partie des rituels de rassemblements dans divers chapitres du taoïsme. Dans la foi bahá'íe, la révélation progressive est un concept important qui est similaire à la révélation continue. Un facteur notable de révélation continue ou continue en tant que source de commandements et de déclarations divins est l'enregistrement écrit de ces déclarations dans un canon scripturaire ouvert, comme c'est le cas avec les églises d'origine des saints des derniers jours avec la Communauté du Christ en particulier ajoutant fréquemment à leur Doctrine et Alliances ces dernières années. Bien que plus fréquente avec les saints des derniers jours, elle est moins fréquente avec la foi bahá'íe, la révélation progressive n'étant étendue que périodiquement sur une période extrêmement longue.
Théorie_de la révolution continue/Théorie de la révolution continue :
La théorie de la révolution continue (parfois aussi traduite par la théorie de la révolution continue sous la dictature du prolétariat) est un élément important de la pensée de Mao Zedong. Ceci est souvent subsumé sous le sujet de la révolution culturelle, mais il vaut la peine de considérer la théorie de la révolution continue à part entière comme un sujet indépendant.
Simulation continue/Simulation continue :
La simulation continue fait référence aux approches de simulation où un système est modélisé à l'aide de variables qui changent continuellement selon un ensemble d'équations différentielles.
Plage_d'approximation_de_ralentissement_continu/Plage d'approximation du ralentissement continu :
La plage CSDA est une approximation très proche de la distance moyenne parcourue par une particule chargée lorsqu'elle ralentit pour se reposer, calculée dans l'approximation du ralentissement continu. Dans cette approximation, le taux de perte d'énergie à chaque point le long de la voie est supposé être égal à la puissance d'arrêt totale. Les fluctuations de perte d'énergie sont négligées. La plage CSDA est obtenue en intégrant l'inverse de la puissance d'arrêt totale par rapport à l'énergie.
Automate_spatial_continu/Automate spatial continu :
Les automates spatiaux continus, contrairement aux automates cellulaires, ont un continuum d'emplacements, tandis que l'état d'un emplacement est toujours l'un d'un nombre fini de nombres réels. Le temps peut aussi être continu, et dans ce cas l'état évolue selon des équations différentielles. Un exemple important est les textures de réaction-diffusion, des équations différentielles proposées par Alan Turing pour expliquer comment les réactions chimiques pourraient créer les rayures sur les zèbres et les taches sur les léopards. Lorsque ceux-ci sont approximés par CA, ces CA produisent souvent des modèles similaires. Un autre exemple important est celui des champs de neurones, des réseaux de neurones à limite continue où les taux de déclenchement moyens évoluent en fonction d'équations intégro-différentielles. De tels modèles démontrent la formation de motifs spatio-temporels, des états localisés et des ondes progressives. Ils ont été utilisés comme modèles pour les états de mémoire corticaux et les hallucinations visuelles. MacLennan [1] considère les automates spatiaux continus comme un modèle de calcul et a démontré qu'ils peuvent implémenter l'universalité de Turing.
Spectre continu/Spectre continu :
En physique, un spectre continu signifie généralement un ensemble de valeurs atteignables pour une quantité physique (telle que l'énergie ou la longueur d'onde) qui est mieux décrite comme un intervalle de nombres réels, par opposition à un spectre discret, un ensemble de valeurs atteignables qui est discret au sens mathématique, où il y a un écart positif entre chaque valeur et la suivante. L'exemple classique d'un spectre continu, dont le nom est dérivé, est la partie du spectre de la lumière émise par des atomes d'hydrogène excités qui est due à des électrons libres se liant à un ion hydrogène et émettant des photons, qui se propagent en douceur sur une large gamme de longueurs d'onde, contrairement aux raies discrètes dues aux électrons tombant d'un état quantique lié à un état d'énergie inférieure. Comme dans cet exemple classique, le terme est le plus souvent utilisé lorsque la plage de valeurs d'une grandeur physique peut avoir à la fois une partie continue et une partie discrète, que ce soit au même moment ou dans des situations différentes. Dans les systèmes quantiques, les spectres continus (comme dans le Bremsstrahlung et le rayonnement thermique) sont généralement associés à des particules libres, telles que des atomes dans un gaz, des électrons dans un faisceau d'électrons ou des électrons de bande de conduction dans un métal. En particulier, la position et la quantité de mouvement d'une particule libre ont un spectre continu, mais lorsque la particule est confinée dans un espace limité, son spectre devient discret. Souvent, un spectre continu peut n'être qu'un modèle pratique pour un spectre discret dont les valeurs sont trop proches pour être distinguées, comme dans les phonons d'un cristal. Les spectres continus et discrets des systèmes physiques peuvent être modélisés en analyse fonctionnelle comme différentes parties de la décomposition du spectre d'un opérateur linéaire agissant sur un espace fonctionnel, tel que l'opérateur hamiltonien.
Spin_particle continu/particule de spin continu :
La particule à spin continu (ou CSP en abrégé), parfois appelée particule à spin infini, est connue comme une particule sans masse jamais observée auparavant dans la nature. Cette particule est l'une des représentations sans masse du groupe de Poincaré qui, avec les particules ordinaires sans masse, a été classée par Eugène Wigner en 1939. Historiquement, une théorie compatible qui pourrait décrire cette particule élémentaire était inconnue, cependant, 75 ans après la classification de Wigner, le premier principe d'action locale pour les particules bosoniques à spin continu a été introduit en 2014, et le premier principe d'action locale pour les particules fermioniques à spin continu a été suggéré en 2015. Il a été illustré que cette particule peut interagir avec la matière dans un espace-temps plat. Il est prévu d'observer cette particule (le cas échéant) à haute énergie au CERN ou dans un accélérateur de particules de nouvelle génération, cependant, jusqu'à présent, aucune échelle d'énergie n'a été proposée à laquelle cette particule peut être observée. À cet égard, il serait également intéressant de faire des recherches et de trouver une trace de CSP dans l'univers primitif. La théorie de la jauge de spin continue supersymétrique a été étudiée dans trois et quatre dimensions de l'espace-temps. Dans les systèmes de matière condensée, les CSP peuvent être compris comme des généralisations sans masse de l'anyon, il peut donc être plus facile d'observer cette particule dans ces systèmes que l'observation dans des accélérateurs à haute énergie, cependant, aucun effort n'a été fait jusqu'à présent.
Modèle_de_localisation_spontanée_continue/Modèle de localisation spontanée continue :
Le modèle de localisation spontanée continue (CSL) est un modèle d'effondrement spontané en mécanique quantique, proposé en 1989 par Philip Pearle. et finalisé en 1990 par Gian Carlo Ghirardi, Philip Pearle et Alberto Rimini.
Ventilation_spontanée_continue/Ventilation spontanée continue :
La ventilation spontanée continue est tout mode de ventilation mécanique où chaque respiration est spontanée (c'est-à-dire, déclenchée par le patient et cyclée par le patient). La respiration spontanée est définie comme le mouvement de gaz entrant et sortant des poumons qui est produit en réponse aux muscles respiratoires d'un individu. En un mot, la respiration spontanée est une respiration naturelle. au repos, un adulte typique prendra en moyenne 18 respirations par minute. La plupart des gens ne sont pas conscients de leurs habitudes respiratoires à moins que quelque chose n'interfère avec l'efficacité de ce processus. Dans les cas extrêmes, la ventilation mécanique est utilisée lorsque la respiration spontanée est inadéquate ou cesse complètement.
Papeterie continue/Papeterie continue :
Le papier à lettres continu (Royaume-Uni) ou le papier à formulaire continu (États-Unis) est un papier conçu pour être utilisé avec des imprimantes matricielles et ligne avec des mécanismes d'alimentation en papier appropriés. Les autres noms incluent le papier à pliage paravent, le papier à pignons, le papier en rafale, le flux de ligne (Nouvelle-Zélande), le papier à alimentation par tracteur et le papier à alimentation par broches. Il peut s'agir d'un seul pli (généralement du papier non couché sans bois) ou de plusieurs plis (soit avec du papier carbone entre les couches de papier, soit plusieurs couches de papier autocopiant), souvent décrits comme du papier à lettres ou des formulaires en plusieurs parties. Le papier à lettres continu est souvent utilisé lorsque le support d'impression final est moins critique en termes d'apparence sur les bords et lorsque les feuilles individuelles connectées en continu ne sont pas gênantes pour l'application. Les feuilles individuelles peuvent être séparées au niveau de la perforation (en laissant une légère dentelure), et les feuilles ont également des bords avec des trous perforés, qui peuvent également être retirés au niveau de la perforation (un format typique).
Réacteur à cuve agitée continue/Réacteur à cuve agitée continue :
Le réacteur à cuve agitée continue (CSTR), également connu sous le nom de réacteur de cuve ou de mélange à contre-courant, réacteur à flux mixte (MFR) ou réacteur à cuve agitée à flux continu (CFSTR), est un modèle courant de réacteur chimique en génie chimique. et génie de l'environnement. Un CSTR fait souvent référence à un modèle utilisé pour estimer les variables de fonctionnement de l'unité clé lors de l'utilisation d'un réacteur à réservoir agité continu pour atteindre une sortie spécifiée. Le modèle mathématique fonctionne pour tous les fluides : liquides, gaz et boues. Le comportement d'un CSTR est souvent approximé ou modélisé par celui d'un CSTR idéal, qui suppose un mélange parfait. Dans un réacteur parfaitement mélangé, le réactif est instantanément et uniformément mélangé dans tout le réacteur dès son entrée. Par conséquent, la composition de sortie est identique à la composition du matériau à l'intérieur du réacteur, qui est fonction du temps de séjour et de la vitesse de réaction. Le CSTR est la limite idéale du mélange complet dans la conception du réacteur, ce qui est tout le contraire d'un réacteur à écoulement piston (PFR). En pratique, aucun réacteur ne se comporte idéalement mais se situe plutôt entre les limites de mélange d'un CSTR et d'un PFR idéaux.
Processus_stochastique continu/Processus stochastique continu :
Dans la théorie des probabilités, un processus stochastique continu est un type de processus stochastique qui peut être dit « continu » en fonction de son « temps » ou paramètre d'indice. La continuité est une belle propriété pour (les exemples de chemins) d'un processus, car cela implique qu'ils se comportent bien dans un certain sens et, par conséquent, beaucoup plus faciles à analyser. Il est implicite ici que l'indice du processus stochastique est une variable continue. Certains auteurs définissent un « processus continu (stochastique) » comme nécessitant uniquement que la variable d'indice soit continue, sans continuité des chemins d'échantillonnage : dans une certaine terminologie, il s'agirait d'un processus stochastique en temps continu, parallèlement à un « processus en temps discret ". Compte tenu de la confusion possible, la prudence s'impose.
Symétrie continue/Symétrie continue :
En mathématiques, la symétrie continue est une idée intuitive correspondant au concept de visualisation de certaines symétries comme des mouvements, par opposition à la symétrie discrète, par exemple la symétrie de réflexion, qui est invariante sous une sorte de retournement d'un état à un autre. Cependant, une symétrie discrète peut toujours être réinterprétée comme un sous-ensemble d'une symétrie continue de dimension supérieure, par exemple, la réflexion d'un objet à 2 dimensions dans un espace à 3 dimensions peut être obtenue en faisant continuellement tourner cet objet de 180 degrés sur un plan non parallèle.
Développement piloté par les tests continu/Développement piloté par les tests continu :
Le développement piloté par les tests continus (CTDD) est une pratique de développement logiciel qui étend le développement piloté par les tests (TDD) au moyen de l'exécution automatique de tests en arrière-plan, parfois appelée test continu.
Tests continus/Tests continus :
Le test continu est le processus d'exécution de tests automatisés dans le cadre du pipeline de livraison de logiciels pour obtenir un retour d'information immédiat sur les risques commerciaux associés à une version logicielle candidate. Les tests continus ont été proposés à l'origine comme un moyen de réduire le temps d'attente pour les commentaires des développeurs en introduisant des tests déclenchés par l'environnement de développement ainsi que des tests plus traditionnels déclenchés par les développeurs/testeurs. Pour les tests continus, la portée des tests s'étend de la validation des exigences ascendantes ou des histoires d'utilisateurs pour évaluer les exigences système associées aux objectifs commerciaux globaux.
Tonalité continue/Tonalité continue :
Une image à ton continu (contone pour faire court, ou CT encore plus court) est une image où chaque couleur à n'importe quel point de l'image est reproduite comme un seul ton, et non comme des demi-teintes discrètes, comme une seule couleur pour les impressions monochromes, ou une combinaison de demi-teintes pour les impressions couleur. Les images à tons continus les plus courantes sont les photographies sur film (la latitude numérique n'est pas continue !) Voir également la latitude du film. Chaque point peut prendre une gamme continue de couleurs en fonction de la quantité d'éclat capturé. D'autre part, à un niveau microscopique, le film photographique noir et blanc développé se compose de seulement deux couleurs, et non d'une gamme infinie de tons continus. Pour plus de détails, voir grain de film. Par conséquent, le film est un support en demi-teinte. Un exemple d'appareil à ton continu est un écran d'ordinateur CRT. Ici, n'importe quel pixel peut représenter n'importe quelle couleur, car les composants de couleur du pixel sont analogiques et peuvent varier par étapes infinies, et n'ont donc pas besoin de demi-teintes pour créer les couleurs. Bien sûr, parce que l'ordinateur est un appareil numérique, il ne peut pas fournir au CRT des variations de tonalité infinies. En mode couleur 24 bits, il fournit au moniteur 256 étapes discrètes pour chaque canal (rouge, vert et bleu), pour un total de 16 777 216 (2 563) couleurs discrètes. Un signal vidéo purement analogique (qui n'a été manipulé par aucun ordinateur) peut fournir des variations de tonalité infinies à l'intérieur de sa propre gamme. Un dispositif en demi-teinte, en revanche, utilise des points de couleur discrets qui, à une certaine distance, ressemblent étroitement à la couleur souhaitée. Les imprimantes à jet d'encre en sont des exemples. Les magazines et la plupart des documents imprimés utilisent également cette technique pour créer les couleurs.
Piste continue/Piste continue :
La voie continue est un système de propulsion de véhicule utilisé dans les véhicules à chenilles, fonctionnant sur une bande continue de bandes de roulement ou de plaques de voie entraînées par deux roues ou plus. La grande surface des chenilles répartit mieux le poids du véhicule que les pneus en acier ou en caoutchouc sur un véhicule équivalent, permettant aux véhicules à chenilles continues de traverser un sol meuble avec moins de risque de se coincer en raison du naufrage. Les chenilles continues modernes peuvent être réalisées avec des courroies souples en caoutchouc synthétique, renforcées de fils d'acier, dans le cas de machines agricoles plus légères. Le type classique le plus courant est une chenille à chaîne solide constituée de plaques d'acier (avec ou sans patins en caoutchouc), également appelée bande de roulement chenille ou bande de roulement de réservoir, qui est préférée pour les véhicules de construction robustes et lourds et les véhicules militaires. Les bandes de roulement proéminentes des plaques métalliques sont à la fois résistantes à l'usure et aux dommages, en particulier par rapport aux pneus en caoutchouc. Les bandes de roulement agressives des chenilles offrent une bonne traction sur les surfaces molles mais peuvent endommager les surfaces pavées, de sorte que certaines chenilles métalliques peuvent avoir des patins en caoutchouc installés pour une utilisation sur des surfaces pavées. Outre les courroies en caoutchouc souple, la plupart des chenilles à chaîne appliquent un mécanisme rigide pour répartir la charge de manière égale sur tout l'espace entre les roues pour une déformation minimale, de sorte que même les véhicules les plus lourds peuvent se déplacer facilement, tout comme un train sur ses voies droites. Le mécanisme rigide a d'abord reçu une forme physique par Hornsby & Sons en 1904, puis rendu populaire par Caterpillar Tractor Company, avec des chars émergeant pendant la Première Guerre mondiale. Aujourd'hui, ils sont couramment utilisés sur une variété de véhicules, y compris les motoneiges, les tracteurs, les bulldozers. , excavatrices et réservoirs. L'idée de pistes continues remonte cependant aux années 1830.
Formation continue/Formation continue :
L'entraînement continu, également connu sous le nom d'exercice continu ou d'entraînement en régime permanent, est tout type d'entraînement physique qui implique une activité sans intervalles de repos. L'entraînement continu peut être effectué à des intensités d'exercice faibles, modérées ou élevées, et est souvent mis en contraste avec l'entraînement par intervalles, souvent appelé entraînement par intervalles à haute intensité. Certains régimes d'entraînement, tels que Fartlek, combinent à la fois des approches continues et par intervalles. Les modes d'exercice indiqués comme adaptés à l'entraînement continu comprennent le cyclisme intérieur et extérieur, le jogging, la course, la marche, l'aviron, la montée d'escaliers, l'escalade simulée, le ski nordique, l'entraînement elliptique, l'équitation aérobique, la danse aérobique, l'aérobic sur banc, la randonnée, le patin à roues alignées , saut à la corde, natation et aquagym.
Mode_transmission continue/Mode transmission continue :
Le mode de transmission continu est un mode de télécommunications où une bonne partie des liaisons de transmission de communication sont du type en mode continu, dans lequel le signal est présent en permanence. En termes plus quantitatifs, le mode de transmission continue a lieu : à débit binaire constant, lorsque le canal de communication est actif pendant des durées beaucoup plus longues que les deux : le temps nécessaire pour configurer le canal lui-même, et/ou le temps nécessaire pour transmettre n'importe quel fichier ou enregistrement ou toute autre séquence d'informations portant des bits.
Pont en treillis continu/Pont en treillis continu :
Un pont en treillis continu est un pont en treillis qui s'étend sans charnières ni joints sur trois supports ou plus. Un pont en treillis continu peut utiliser moins de matériau qu'une série de treillis simples car un treillis continu répartit les charges vives sur toutes les travées; dans une série de fermes simples, chaque ferme doit être capable de supporter la totalité de la charge. Bien que certains ponts en treillis continus ressemblent à des ponts en porte-à-faux et puissent être construits à l'aide de techniques en porte-à-faux, il existe des différences importantes entre les deux formes. Les ponts en porte-à-faux n'ont pas besoin de se connecter de manière rigide à mi-portée, car les bras en porte-à-faux sont autoportants. Bien que certains ponts en porte-à-faux semblent continus en raison de la charpente décorative au niveau des joints, ces ponts resteront debout si les connexions entre les cantilevers sont rompues ou si la travée suspendue (le cas échéant) est supprimée. À l'inverse, les ponts en treillis continus reposent sur des connexions en treillis rigides dans toute la structure pour la stabilité. Couper une ferme continue à mi-portée met en danger la structure. Cependant, les ponts en treillis continus ne subissent pas les forces de basculement auxquelles un pont en porte-à-faux doit résister, car la travée principale d'un pont en treillis continu est supportée aux deux extrémités. Il est possible de convertir une série de travées de fermes simples en une ferme continue. Par exemple, l'approche nord du Golden Gate Bridge a été construite à l'origine comme une série de cinq travées en treillis simples. En 2001, un projet de rénovation parasismique a relié les cinq travées en un seul pont en treillis continu.
Distribution_uniforme continue/Distribution uniforme continue :
En théorie des probabilités et en statistique, la distribution uniforme continue ou distribution rectangulaire est une famille de distributions de probabilité symétriques. La distribution décrit une expérience où il y a un résultat arbitraire qui se situe entre certaines limites. Les limites sont définies par les paramètres, a et b, qui sont les valeurs minimale et maximale. L'intervalle peut être fermé (par exemple [a, b]) ou ouvert (par exemple (a, b)). Par conséquent, la distribution est souvent abrégée en U (a, b), où U signifie distribution uniforme. La différence entre les bornes définit la longueur de l'intervalle ; tous les intervalles de même longueur sur le support de la distribution sont également probables. C'est la distribution de probabilité d'entropie maximale pour une variable aléatoire X sous aucune contrainte autre que le fait qu'elle soit contenue dans le support de la distribution.
Onde continue/Onde continue :
Une onde continue ou une forme d'onde continue (CW) est une onde électromagnétique d'amplitude et de fréquence constantes, généralement une onde sinusoïdale, qui, pour l'analyse mathématique, est considérée comme étant d'une durée infinie. Il peut s'agir par exemple d'un laser ou d'un accélérateur de particules ayant une sortie continue, par opposition à une sortie pulsée. L'onde continue est également le nom donné à une méthode ancienne de transmission radio, dans laquelle une onde porteuse sinusoïdale est activée et désactivée. Les informations sont transportées dans la durée variable des périodes d'activation et de désactivation du signal, par exemple par le code Morse dans les premières radios. Dans les premières transmissions radio de télégraphie sans fil, les ondes CW étaient également connues sous le nom d '«ondes non amorties», pour distinguer cette méthode des signaux d'onde amortis produits par les anciens émetteurs de type éclateur.
Ondelette continue/Ondelette continue :
En analyse numérique, les ondelettes continues sont des fonctions utilisées par la transformée en ondelettes continues. Ces fonctions sont définies comme des expressions analytiques, comme des fonctions soit du temps, soit de la fréquence. La plupart des ondelettes continues sont utilisées à la fois pour la décomposition en ondelettes et les transformées de composition. C'est-à-dire qu'elles sont la contrepartie continue des ondelettes orthogonales. Les ondelettes continues suivantes ont été inventées pour diverses applications : Ondelette de Poisson Ondelette de Morlet Ondelette de Morlet modifiée Ondelette de chapeau mexicain Ondelette de chapeau mexicain complexe Ondelette de Shannon Ondelette de Meyer Différence de gaussiennes Ondelette hermitienne Ondelette bêta Ondelette causale Ondelettes μ Ondelette de Cauchy Ondelette d'Addison
Transformée_en_ondelettes continue/Transformée en ondelettes continue :
En mathématiques, la transformée en ondelettes continue (CWT) est un outil formel (c'est-à-dire non numérique) qui fournit une représentation sur-complète d'un signal en laissant varier continuellement le paramètre de translation et d'échelle des ondelettes. La transformée en ondelettes continue d'une fonction X ( t ) {\displaystyle x(t)} à une échelle (a>0) une ∈ R + ∗ {\displaystyle a\in \mathbb {R^{+*}} } et b ∈ R {\ displaystyle b \ in \ mathbb {R}} est exprimée par l'intégrale suivante où ψ ( t ) {\ displaystyle \ psi (t)} est une fonction continue à la fois dans le domaine temporel et dans le domaine fréquentiel appelée l'ondelette mère et le trait supérieur représente l'opération du conjugué complexe. L'objectif principal de l'ondelette mère est de fournir une fonction source pour générer les ondelettes filles qui sont simplement les versions traduites et mises à l'échelle de l'ondelette mère. Pour récupérer le signal original X ( t ) {\displaystyle x(t)} , la première transformée en ondelettes continue inverse peut être exploitée. X ( t ) = C ψ - 1 ∫ 0 ∞ ∫ - ∞ ∞ X w ( une , b ) 1 | un | 1 / 2 ψ ~ ( t - b une ) ré b ré une une 2 {\displaystyle x(t)=C_{\psi }^{-1}\int _{0}^{\infty}\int _{-\infty}^ {\infty }X_{w}(a,b){\frac {1}{|a|^{1/2}}}{\tilde {\psi }}\left({\frac {tb}{a }}\right)\,db\ {\frac {da}{a^{2}}}} ψ ~ ( t ) {\displaystyle {\tilde {\psi }}(t)} est la fonction duale de ψ ( t ) {\ displaystyle \ psi (t)} et C ψ = ∫ − ∞ ∞ ψ ^ ¯ ( ω ) ψ ~ ^ ( ω ) | ω | ré ω {\displaystyle C_{\psi }=\int _{-\infty}^{\infty }{\frac {{\overline {\hat {\psi }}}(\omega ){\hat {\tilde {\psi }}}(\omega )}{|\omega |}}\,d\omega } est une constante admissible, où hat signifie opérateur de transformée de Fourier. Parfois, ψ ~ ( t ) = ψ ( t ) {\displaystyle {\tilde {\psi }}(t)=\psi (t)} , alors la constante admissible devient C ψ = ∫ − ∞ + ∞ | ψ ^ ( ω ) | 2 | ω | ré ω {\displaystyle C_{\psi }=\int _{-\infty}^{+\infty }{\frac {\left|{\hat {\psi}}(\omega)\right|^{2 }}{\left|\omega \right|}}\,d\omega } Traditionnellement, cette constante est appelée constante admissible par ondelettes. Une ondelette dont la constante admissible satisfait 0 < C ψ < ∞ {\displaystyle 0<C_{\psi }<\infty} est appelée une ondelette admissible. Une ondelette admissible implique que ψ ^ ( 0 ) = 0 {\displaystyle {\hat {\psi }}(0)=0} , de sorte qu'une ondelette admissible doit s'intégrer à zéro. Pour récupérer le signal d'origine, la seconde transformée en ondelettes continue inverse peut être exploitée. X ( t ) = 1 2 π ψ ^ ¯ ( 1 ) ∫ 0 ∞ ∫ - ∞ ∞ 1 une 2 X w ( une , b ) exp ⁡ ( je t - b une ) ré b ré une {\ displaystyle x (t) = {\ frac {1}{2\pi {\overline {\hat {\psi }}}(1)}}\int _{0}^{\infty}\int _{-\infty}^{\infty }{\ frac {1}{a^{2}}}X_{w}(a,b)\exp \left(i{\frac {tb}{a}}\right)\,db\ da} Cette transformation inverse suggère qu'une ondelette doit être définie comme ψ ( t ) = w ( t ) exp ⁡ ( je t ) {\ displaystyle \ psi (t) = w (t) \ exp (it)} où w ( t ) {\ displaystyle w ( t)} est une fenêtre. Une telle ondelette définie peut être appelée ondelette d'analyse, car elle admet une analyse temps-fréquence. Une ondelette d'analyse n'est pas nécessaire pour être recevable.
Infiltration continue de la plaie/Infiltration continue de la plaie :
L'infiltration continue de la plaie (CWI) fait référence à l'infiltration continue d'un anesthésique local dans une plaie chirurgicale pour aider à la gestion de la douleur pendant la récupération postopératoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cross rhythm

Touches croisées/Touches croisées : Cross Keys ou Crosskeys peut faire référence à : Liste croisée/Liste croisée : La cotation croisée...