Rechercher dans ce blog

dimanche 31 juillet 2022

Computational Fluid Dynamics


Mauvaise éducation obligatoire/Mauvaise éducation obligatoire :
Compulsory Miseducation est une critique des écoles publiques américaines écrite par Paul Goodman et publiée par Horizon Press en 1964. Déjà établi comme critique social de la société américaine et du rôle de sa jeunesse dans son précédent livre Growing Up Absurd (1960), Goodman argumente dans Miseducation forcée contre la nécessité des écoles pour la socialisation de la jeunesse et recommande leur abolition. Il suggère que l'éducation formelle dure trop longtemps, enseigne les mauvaises valeurs de classe sociale et nuit de plus en plus aux étudiants au fil du temps. Goodman écrit que l'école reflète les valeurs erronées et peu sincères de sa société et que les réformateurs scolaires devraient donc se concentrer sur ces valeurs avant les écoles. Il propose une variété d'alternatives à l'école, y compris l'absence d'école, la ville ou la ferme comme école, l'apprentissage, les voyages guidés et les organisations de jeunesse. Les critiques ont complimenté le style de Goodman et ont noté son contrarianisme délibéré, mais étaient divisés sur la faisabilité de ses propositions. Le livre de Goodman était un précurseur du travail de l'avocat de la déscolarisation Ivan Illich.
Clause de processus obligatoire/Clause de processus obligatoire :
La clause de procédure obligatoire du sixième amendement à la Constitution des États-Unis permet aux accusés d'une affaire pénale d'obtenir des témoins en leur faveur au moyen d'une assignation à comparaître ordonnée par le tribunal. La clause est généralement interprétée comme permettant aux accusés de présenter leur propre cause au procès, bien que plusieurs limitations spécifiques aient été imposées par la Cour suprême des États-Unis depuis le début de cette règle.
Achat obligatoire_Loi_1965/Loi sur l'achat obligatoire de 1965 :
Le Compulsory Purchase Act 1965 (c 56) est une loi du Parlement du Royaume-Uni, qui concerne le droit foncier anglais et l'achat obligatoire.
Stage résidentiel rotatif obligatoire/Stage résidentiel rotatif obligatoire :
Le stage résidentiel rotatif obligatoire (CRRI) désigne un travail obligatoire d'un an dans les hôpitaux rattachés à une école de médecine ou dans tout autre centre hospitalier universitaire agréé, pour une durée d'un an. Comme stipulé par le Medical Council of India, le CRRI est essentiel pour l'obtention du diplôme MBBS et l'inscription complète au MCI en tant que médecin. Pour les dentistes, le CRRI est réglementé par le Dental Council of India.
Arbitrage obligatoire/Arbitrage obligatoire :
L'arbitrage obligatoire est l'arbitrage des conflits du travail que les lois de certaines communautés obligent les deux parties, les travailleurs et la direction, à subir. Ces lois s'appliquent principalement lorsque la possibilité d'une grève porte gravement atteinte à l'intérêt public. Certains contrats de travail contiennent des dispositions spécifiques sur l'arbitrage obligatoire si les deux parties ne parviennent pas à un accord par le biais du système régulier de négociation collective.
Entente obligatoire/Entente obligatoire :
Un cartel obligatoire ou un cartel forcé est un cartel qui est établi ou maintenu par un ordre administratif ou par une directive légale. L'ingérence des politiques sur ces associations d'entrepreneurs d'un même métier a varié. Cela allait de la simple décision d'établir un cartel ou de maintenir un cartel existant à un contrôle strict de l'État.
Danse imposée/Danse imposée :
La danse imposée (CD), maintenant appelée danse sur tracé, fait partie du segment de patinage artistique des compétitions de danse sur glace dans laquelle tous les couples ou danseurs solos exécutent les mêmes pas standardisés et s'en tiennent à la musique d'un tempo et d'un genre spécifiés. Une ou plusieurs danses obligatoires étaient généralement patinées comme première phase des compétitions de danse sur glace. La saison 2009-2010 était la dernière saison au cours de laquelle le segment a été inclus dans la compétition de niveau junior et senior de l'Union internationale de patinage (ISU). En juin 2010, l'ISU a remplacé le nom «danse obligatoire» par «danse sur motif» pour la danse sur glace et l'a fusionné dans la danse courte (SD) à partir de la saison de patinage artistique 2010-11. Les premiers CD ont été développés dans les années 1930 par des équipes de Grande-Bretagne, qui ont dominé la danse sur glace pendant la plupart des premières années après que le sport a été disputé aux Championnats du monde de 1952. L'importance du CD en danse sur glace a lentement diminué, jusqu'à ce qu'il soit retiré et remplacé par le SD en 2011, l'année où l'ISU a voté pour restructurer les compétitions de danse sur glace en supprimant la danse obligatoire et la danse originale (OD) et en les remplaçant par le danse courte et danse libre (FD). Les danseurs sur glace ont exécuté le même schéma autour de la patinoire une ou deux fois, selon les mêmes séquences de pas et le même tempo standardisé. Les concurrents ont ensuite été notés en fonction de leur exécution des différents éléments de la danse. Le CD a permis aux juges de comparer les compétences techniques de chaque danseur.
Danse imposée_(artistic_roller_skating)/Danse imposée (patinage artistique à roulettes) :
La danse obligatoire (CD) est un segment de compétitions artistiques de patinage à roulettes dans lequel tous les couples ou danseurs solos exécutent les mêmes pas standardisés et s'en tiennent à une musique d'un tempo et d'un genre spécifiés. Les danses obligatoires ont été abolies pour les compétitions internationales de patinage à roulettes de niveau junior / senior au cours de la saison 2018, et une nouvelle section appelée Style Dance a été introduite à partir de la saison 2015/16 aux côtés des danses obligatoires standard et des catégories de danse libre. La danse de style est très similaire dans sa structure à la danse courte en patinage artistique et, à partir de 2018, elle était l'un des 2 segments de la compétition internationale de danse à rouleaux, avec la danse libre. Les motifs de la plupart des danses couvrent soit la moitié soit un circuit complet de la patinoire. Le Comité technique artistique mondial de patinage (anciennement la Fédération Internationale de Roller Sports (FIRS)) publie les diagrammes de pas et les descriptions des danses qui sont concourues au niveau international, et fournit également un ensemble d'enregistrements musicaux standard pour chaque danse avec un tempo uniforme et un phrasé d'introduction pour une utilisation en compétition.
Scolarité obligatoire/Scolarité obligatoire :
L'enseignement obligatoire fait référence à une période d'éducation qui est exigée de tous et imposée par le gouvernement. Cette éducation peut avoir lieu dans une école enregistrée ou à d'autres endroits. La fréquentation scolaire obligatoire ou scolarité obligatoire signifie que les parents sont obligés d'envoyer leurs enfants dans une certaine école. Tous les pays, à l'exception du Bhoutan, de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, des Îles Salomon et de la Cité du Vatican, ont l'enseignement obligatoire.
Chiffres obligatoires/Chiffres obligatoires :
Les figures obligatoires ou figures scolaires étaient autrefois un segment du patinage artistique et ont donné son nom au sport. Ce sont les "motifs circulaires que les patineurs tracent sur la glace pour démontrer leur habileté à placer des virages nets uniformément sur des cercles ronds". Pendant environ les 50 premières années du patinage artistique en tant que sport, jusqu'en 1947, les figures obligatoires représentaient 60% du score total dans la plupart des compétitions à travers le monde. Ces figures ont continué à dominer le sport, bien qu'elles aient régulièrement diminué en importance, jusqu'à ce que l' Union internationale de patinage (ISU) vote pour les interrompre dans le cadre des compétitions en 1990. L'apprentissage et l'entraînement aux figures obligatoires ont inculqué discipline et contrôle; certains membres de la communauté du patinage artistique les considéraient comme nécessaires pour enseigner les compétences de base des patineurs. Les patineurs s'entraînaient pendant des heures pour bien les apprendre et les exécuter, et les figures de compétition et de jugement prenaient souvent jusqu'à huit heures pendant les compétitions. Les patineurs ont tracé des figures obligatoires et ont été jugés en fonction de leur douceur et de leur précision. Le cercle est la base de toutes les figures. Les autres éléments des figures obligatoires comprennent les courbes, le changement de pied, le changement de carre et les virages. Les patineurs devaient tracer des cercles précis tout en effectuant des virages et des carres difficiles. La forme simple en « huit » a été exécutée en reliant deux cercles ; d'autres figures comprenaient le tour à trois, le contre-tour, le tour à bascule, le tour de support et la boucle. Bien que peu de patineurs continuent de pratiquer les figures obligatoires et que peu d'entraîneurs les enseignent encore aux patineurs, certains patineurs et entraîneurs pensent que les figures obligatoires donnent aux patineurs un avantage dans le développement de l'alignement, de la force de base, du contrôle du corps et de la discipline. La World Figure Sport Society organise depuis 2015 des festivals et des compétitions de figures obligatoires, approuvées par l'Ice Skating Institute.
Pompiers obligatoires/Sapeurs-pompiers obligatoires :
Un service d'incendie obligatoire est un service obligatoire pour les services d'incendie locaux en Suisse en général et en Autriche et en Allemagne dans des cas exceptionnels également. Les particuliers peuvent être contraints de participer à un tel service d'incendie dans des circonstances particulières. À Singapour, les conscrits sont déployés comme pompiers lorsqu'ils servent dans la Force de défense civile de Singapour (SCDF). En Suisse, ce service d'incendie obligatoire est courant et requis dans la plupart des régions. En Autriche et en Allemagne, les services d'incendie obligatoires n'existent que lorsqu'un service d'incendie volontaire ne peut être poursuivi en raison d'un manque de personnel ou d'une autre indisponibilité, ce qui signifie que la protection contre les incendies ne peut être garantie 24h/24 et 7j/7. Toutes les personnes appropriées peuvent être mobilisées auprès des sapeurs-pompiers obligatoires en cas de besoin.
Hétérosexualité obligatoire/Hétérosexualité obligatoire :
L'hétérosexualité obligatoire (souvent abrégée en comphet) est la théorie selon laquelle l'hétérosexualité est assumée et imposée aux personnes par une société patriarcale et hétéronormative. Le terme a été popularisé par Adrienne Rich dans son essai de 1980 intitulé "L'hétérosexualité obligatoire et l'existence lesbienne". Selon la théorie de Rich, on pense que les femmes de toutes les cultures ont une préférence innée pour les relations avec les hommes, ce qui conduit les femmes à dévaloriser et à minimiser l'importance de leurs relations avec les autres femmes. elle suggère que les femmes sont socialisées pour s'identifier aux hommes et pour jeter leurs «allégeances sociales, politiques et intellectuelles» avec eux, et sont découragées de s'identifier à d'autres femmes.
Formation_obligatoire_au_leadership_pour_les_étudiants_de_premier cycle/Formation obligatoire au leadership pour les étudiants de premier cycle :
La formation obligatoire en leadership pour les étudiants de premier cycle au Sri Lanka est un programme obligatoire introduit en 2011 par le gouvernement sri-lankais pour tous les étudiants sélectionnés pour des cours de premier cycle dans les universités d'État afin de suivre une formation résidentielle de trois semaines en leadership et un développement de la pensée positive dans des camps d'entraînement relevant du ministère de la Défense. comme source de nombreuses controverses. Le ministère sri-lankais de l'enseignement supérieur a demandé l'avis des universitaires et des vice-chanceliers sur le programme de formation en leadership en cours et a décidé de le réduire de trois à deux semaines.
Licence obligatoire/Licence obligatoire :
Une licence obligatoire prévoit que le titulaire d'un brevet ou d'un droit d'auteur autorise l'utilisation de ses droits contre paiement, soit par la loi, soit par une forme quelconque de décision ou d'arbitrage. Essentiellement, dans le cadre d'une licence obligatoire, une personne ou une entreprise cherchant à utiliser la propriété intellectuelle d'autrui peut le faire sans demander le consentement du titulaire des droits et paie au titulaire des droits une redevance fixe pour la licence. Il s'agit d'une exception à la règle générale en vertu des lois sur la propriété intellectuelle selon laquelle le propriétaire de la propriété intellectuelle jouit de droits exclusifs qu'il peut concéder – ou refuser de concéder – à d'autres. En vertu de la loi britannique sur les brevets, une licence obligatoire est différente d'une licence légale. Dans le cas d'une licence légale, le taux est fixé par la loi, alors qu'en cas de licence obligatoire, le taux est laissé à la négociation ou à la décision du tribunal.
Formation_militaire_obligatoire_en_Nouvelle_Zélande/Formation militaire obligatoire en Nouvelle-Zélande :
La formation militaire obligatoire (CMT), une forme de conscription, était pratiquée pour les hommes en Nouvelle-Zélande entre 1909 et 1972. La formation militaire en Nouvelle-Zélande était volontaire avant cette date et depuis.
Poursuites obligatoires/Poursuites obligatoires :
Les poursuites obligatoires sont un aspect de certains systèmes judiciaires dans lesquels le procureur est tenu d'engager des poursuites s'il existe suffisamment de preuves pour étayer une condamnation. Ce système est utilisé en Allemagne. Elle est également requise par la Constitution italienne depuis 1948. Aux États-Unis et dans d'autres pays qui n'exigent pas de poursuites obligatoires, l'absence d'une telle exigence a tendance à encourager la pratique de la négociation de plaidoyer. Une comparaison de 2012 dans le contexte de la théorie des jeux suggère « que les poursuites obligatoires surpassent les poursuites discrétionnaires lorsque la transmission des preuves du procureur au juge est exacte et / ou lorsque le coût du litige encouru par le procureur est important ».
Obligatoire public_education_in_the_United_States/Enseignement public obligatoire aux États-Unis :
Le mouvement pour l'enseignement public obligatoire (c'est-à-dire l'interdiction des écoles privées et l'obligation pour tous les enfants de fréquenter les écoles publiques) aux États-Unis a commencé au début des années 1920. Cela a commencé avec le projet de loi Smith-Towner, un projet de loi qui créerait éventuellement la National Education Association et fournirait des fonds fédéraux aux écoles publiques. Finalement, c'est devenu le mouvement d'imposer l'école publique et de dissoudre les écoles paroissiales et autres écoles privées. Le mouvement s'est concentré sur la peur du public envers les immigrants et la nécessité de s'américaniser; il avait des connotations anti-catholiques et a trouvé le soutien de groupes comme le Ku Klux Klan. Le mouvement a attiré une certaine attention législative lorsqu'un référendum du Michigan de 1920 pour l'enseignement public obligatoire a reçu 40% des voix. En 1922, l'Oregon a adopté un référendum similaire. Finalement, cette loi a été contestée et annulée à l'unanimité par la Cour suprême des États-Unis dans l'affaire Pierce v. Society of Sisters. ne trouvaient pas leur chemin vers les écoles paroissiales. Certains ont comparé les écoles paroissiales à la ségrégation et les ont accusées d'entraver la démocratie.
Achat obligatoire_en_Angleterre_et_au_Pays de Galles/Achat obligatoire en Angleterre et au Pays de Galles :
L'achat obligatoire est le pouvoir d'acquérir des droits sur un domaine en droit foncier anglais, ou d'acheter ce domaine purement et simplement, sans le consentement du propriétaire actuel en échange d'une compensation. En Angleterre et au Pays de Galles, le Parlement a accordé plusieurs types différents de pouvoir d'achat obligatoire, qui peuvent être exercés par divers organismes dans diverses situations. Ces pouvoirs sont "d'intérêt public", mais cette expression est interprétée de manière très large.
Lois_sur_l'achat_obligatoire_en_Ecosse/Lois sur l'achat obligatoire en Ecosse :
L'achat obligatoire est un pouvoir d'obtenir des terres en Écosse qui était traditionnellement à la disposition de certains organismes publics dans la législation écossaise. La loi écossaise classe l'expropriation comme un transfert involontaire de terrain, car le propriétaire du bien corporel héréditaire (terrain) ne consent pas au transfert de propriété. Les pouvoirs d'achat obligatoire sont similaires, mais pas identiques, à d'autres juridictions qui partagent des concepts similaires et des termes similaires. Contrairement à d'autres juridictions, les pouvoirs d'expropriation peuvent être exercés par des organismes non publics en vertu de la loi de 2003 sur la réforme agraire (Écosse).
Bon_de_commande obligatoire/Bon de commande obligatoire :
Un bon de commande obligatoire ( CPO ; irlandais : Ordú Ceannach Éigeantach , gallois : Gorchymyn prynu gorfodol ) est une fonction juridique au Royaume-Uni et en Irlande qui permet à certains organismes d'obtenir des terres ou des biens sans le consentement du propriétaire. Il peut être appliqué si un développement proposé est considéré comme un projet d'amélioration publique ; par exemple, lors de la construction d'autoroutes où un propriétaire foncier ne veut pas vendre. De même, si les communes souhaitent aménager un centre-ville, elles peuvent émettre des ordonnances d'expropriation. Les CPO peuvent également être utilisés pour acquérir des bâtiments historiques afin de les préserver de l'abandon. Les droits à indemnisation comprennent généralement la valeur de la propriété, les coûts d'acquisition et de déménagement dans une nouvelle propriété et parfois des paiements supplémentaires. Les frais de conseil professionnel en matière d'indemnisation sont généralement remboursés par l'autorité, de sorte que les personnes concernées par une commande d'expropriation peuvent demander conseil à un avocat et à un géomètre et s'attendre à être remboursées.
Stérilisation obligatoire_en_Suède/Stérilisation obligatoire en Suède :
Les stérilisations obligatoires en Suède étaient des stérilisations qui ont été effectuées en Suède, sans le consentement valable du sujet, au cours des années 1906-1975 pour des raisons eugéniques, médicales et sociales. Entre 1972 et 2013, la stérilisation était également une condition pour la chirurgie de changement de sexe.
Stérilisation obligatoire/Stérilisation obligatoire :
La stérilisation obligatoire, également connue sous le nom de stérilisation forcée ou forcée, est un programme mandaté par le gouvernement pour stériliser involontairement un groupe spécifique de personnes. La stérilisation obligatoire supprime la capacité d'une personne à se reproduire, généralement par le biais d'interventions chirurgicales. Plusieurs pays ont mis en place des programmes de stérilisation au début du XXe siècle. Bien que de tels programmes aient été rendus illégaux dans la plupart des pays du monde, des cas de stérilisations forcées ou forcées persistent. Les rationalisations de la stérilisation obligatoire ont inclus l'eugénisme, le contrôle de la population, la discrimination fondée sur le sexe, la limitation de la propagation du VIH, les chirurgies de « normalisation du genre » pour les personnes intersexuées et le génocide ethnique. Dans certains pays, les personnes transgenres doivent subir une stérilisation avant d'obtenir la reconnaissance légale de leur sexe, une pratique que le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a décrite comme une violation des principes de Yogyakarta.
Stérilisation obligatoire_au_Canada/Stérilisation obligatoire au Canada :
La stérilisation obligatoire au Canada a une histoire documentée dans les provinces de l'Alberta, de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique. En 2017, soixante femmes autochtones de la Saskatchewan ont poursuivi le gouvernement provincial, affirmant qu'elles avaient été forcées d'accepter la stérilisation avant de voir leur nouveau-né. La stérilisation obligatoire au Canada fonctionnait via l'institutionnalisation, le jugement et la chirurgie, comme dans d'autres pays à l'époque.
Compulsory sterilization_of_disabled_people_in_the_U.S._prison_system/Stérilisation obligatoire des personnes handicapées dans le système carcéral américain :
La stérilisation obligatoire des personnes handicapées dans le système pénitentiaire américain a été autorisée aux États-Unis de 1907 aux années 1960, au cours desquelles environ 60 000 personnes ont été stérilisées, dont les deux tiers étaient des femmes. Pendant ce temps, la stérilisation obligatoire était motivée par l'eugénisme. Il y a une longue histoire en ce qui concerne la stérilisation obligatoire aux États-Unis et la législation autorisant la stérilisation obligatoire concernant les personnes ayant une déficience intellectuelle, le système carcéral américain et les communautés marginalisées. La stérilisation obligatoire est la stérilisation non désirée et/ou non consensuelle des hommes et des femmes. La principale forme de stérilisation pour les femmes est la ligature des trompes et pour les hommes, la vasectomie.
Stock obligatoire_obligation/Obligation de stock obligatoire :
Au Royaume-Uni, une obligation de stock obligatoire (CSO) est un stock minimum de réserves de carburant qui doit être détenu par un fournisseur au Royaume-Uni contre les pénuries ou les interruptions d'approvisionnement. Le programme est administré par le Département du commerce et de l'industrie (DTI). Les entreprises encourent une obligation si elles fournissent un volume de 100 000 tonnes de carburant par an ou plus. Cette obligation est évaluée comme étant une détention de 67,5 jours de stock (50 jours pour le Royaume-Uni).
Commerce obligatoire/Commerce obligatoire :
Au Canada, un métier à accréditation obligatoire est un métier spécialisé qui exige une certification gouvernementale des personnes exerçant le métier. En général, un programme de formation formel tel qu'un apprentissage est requis, et un praticien doit être certifié en tant que compagnon avant d'obtenir son permis. À l'inverse, un métier à accréditation facultative est un métier pour lequel il n'est pas nécessaire d'avoir une certification ou un permis pour exercer. En Ontario, par exemple, il existe actuellement 23 métiers spécialisés qui sont désignés « obligatoires ».
Vote obligatoire/Vote obligatoire :
Le vote obligatoire, également appelé vote obligatoire, est l'exigence dans certains pays que les citoyens éligibles s'inscrivent et votent aux élections. Des sanctions peuvent être infligées à ceux qui ne le font pas sans raison valable. Selon le CIA World Factbook, 21 pays, dont 10 pays d'Amérique latine, avaient officiellement le vote obligatoire en décembre 2021, un certain nombre de ces pays ne l'appliquant pas. Le choix d'un parti pour lequel voter n'est pas obligatoire, car les votes blancs peuvent être exprimés et sont comptés. Au cours des deux premières décennies du XXIe siècle, le vote obligatoire a été introduit aux Samoa et en Bulgarie, tandis que le Chili, Chypre, la République dominicaine, les Fidji et le Paraguay l'ont abrogé. Techniquement, le vote obligatoire est une pratique qui oblige uniquement les citoyens à se rendre dans un bureau de vote pour faire rayer leur nom des listes électorales. En raison du scrutin secret, les gens ne peuvent être contraints de voter qu'ils choisissent de voter ou non.
Ordinateur/Ordinateur :
Compunet était un fournisseur de services interactifs basé au Royaume-Uni, s'adressant principalement au Commodore 64, mais plus tard au Commodore Amiga et à l'Atari ST. Il était également connu par ses utilisateurs sous le nom de CNet. Il a duré de 1984 à mai 1993.
Compunetix/Compunetix :
Compunetix, Inc. est une société privée dont le siège est à Monroeville, Pennsylvanie, États-Unis, qui développe des systèmes de télécommunications multimédias multipoints pour l'audioconférence, la vidéoconférence et les applications critiques sur les marchés commerciaux et gouvernementaux du monde entier. Fondée en 1968, Compunetix compte aujourd'hui plus d'un million de ports dans plus de 30 pays, ce qui en fait le plus grand déployeur mondial de systèmes de téléconférence de l'industrie.
Compupphonique/Compupphonique :
Compuphonic est un label de musique électronique créé par Kris Menace comme terrain de jeu pour ses propres productions. Les artistes autres que Kris Menace qui ont été présentés dans des sorties sur Compuphonic sont Felix Da Housecat, Fred Falke, Romanthony, Robert Owens, Miss Kittin, Simon Lord, Xavier Naidoo, Unai, Thomas Gandey, Spooky, Chelonis R. Jones, Douze, Julian Hamilton de The Presets, Rex the Dog et d'autres.
Compresser/Compresser :
Compupress est une société d'édition grecque créée en 1982. À l'origine, la société a été créée dans le but de publier des magazines et des livres informatiques. Suite au déclin du marché des magazines informatiques, la société s'est développée pour publier de la fantasy et de la science-fiction, des bandes dessinées et des romans graphiques, des mangas et des magazines pour enfants.
Compurgation/compurgation :
La compurgation, également appelée procès sous serment, pari de la loi et aide au serment, était une défense utilisée principalement dans le droit médiéval. Un accusé pouvait établir son innocence ou son irresponsabilité en prêtant serment et en faisant jurer par un nombre requis de personnes, généralement douze, qu'elles croyaient au serment de l'accusé. Le pari de la loi était essentiellement une référence de caractère, d'abord par des parents et plus tard par des voisins (de la même région que l'accusé), souvent 11 ou 12 hommes, et c'était une façon de donner de la crédibilité au serment d'un accusé à la fois. lorsque le serment d'une personne avait plus de crédibilité qu'un document écrit. Il peut être comparé à un pari légal, qui est la fourniture d'une caution au début d'une action en justice pour minimiser les litiges frivoles. La compurgation a été trouvée dans le droit germanique ancien, dans le droit français ancien ( très ancienne coutume de Bretagne ), dans le droit gallois et dans les tribunaux ecclésiastiques anglais jusqu'au XVIIe siècle. En common law, il a été substantiellement aboli comme moyen de défense dans les crimes par les Constitutions de Clarendon en 1164. La défense était encore autorisée dans les actions civiles pour dette et des vestiges en ont survécu jusqu'à son abrogation statutaire à divers moments dans les pays de common law : en Angleterre en 1833, et le Queensland à un moment donné avant le Queensland Common Practice Act de 1867 qui fait directement référence à l'abolition du pari de la loi. "Wager of Law, obsolète depuis des siècles" était "un fossile vivant ... un statut de lettre morte" et a été aboli en Angleterre en 1833.
Compuscan/Compuscan :
Compuscan est un bureau de crédit sud-africain qui fournit des informations sur le crédit à la consommation et commercial en Afrique du Sud et dans d'autres pays africains. Fondée en 1994 et basée à Stellenbosch, en Afrique du Sud, Compuscan est une filiale de la société sud-africaine Compuscan Information Technologies. La société, qui se concentrait à l'origine sur la fourniture de rapports sur les antécédents de crédit pour les transactions de microcrédit, fait partie des principaux bureaux de crédit d'Afrique du Sud et est membre de la Credit Bureau Association du pays. La société fournit également des services de reporting sur le microcrédit dans les républiques voisines du Botswana et de la Namibie. En 2006, Compuscan a été sélectionnée par la Banque d'Ouganda pour construire le tout premier bureau ougandais de référence de crédit. Ce système, qui a été officiellement introduit en 2008, obligeait les institutions financières ougandaises à délivrer des cartes à puce à leurs emprunteurs dans le cadre d'un programme d'identification des emprunteurs.
Compustat/Compustat :
Compustat est une base de données d'informations financières, statistiques et de marché sur les entreprises mondiales actives et inactives à travers le monde. Le service a débuté en 1962. Cette base de données fournit des produits destinés aux investisseurs institutionnels, aux universités, aux banquiers, aux conseillers, aux analystes et aux gestionnaires d'actifs/de portefeuilles sur les marchés des entreprises, des fusions et acquisitions, des capitaux privés, des actions et des titres à revenu fixe. La base de données couvre 99 000 titres mondiaux, couvrant 99 % de la capitalisation boursière totale mondiale avec un historique des données annuelles sur les sociétés disponibles depuis 1950 et des données trimestrielles disponibles depuis 1962 (selon le moment où cette société a été ajoutée à la base de données). Les informations suivantes sont disponibles : Fondamentaux Compustat Data, y compris Compustat North America, Compustat International, Compustat Global et Compustat Point-in-Time Datasets Classification de l'industrie et gestion de l'univers par GICS, NAICS et SIC Identifiants clés du marché, y compris CUSIP, ISIN et SEDOLBases de données intégrées Tarification mensuelle et quotidienne données de Standard & Poor's et d'autres estimations de données d'indices de premier plan données de Capital IQ et Thomson I/B/E/S Contenu qualitatif, y compris des descriptions d'activités, des informations sur les dirigeants et la rémunération des dirigeants Opérations sur titres et participations d'initiés et institutionnelles Données exclusives Capital IQ données qualitatives de Standard & Poor's Rapports boursiers Enquêtes sectorielles de Standard & Poor's Standard & Poo Cotes de crédit de l'émetteur de r
Calculabilité/calculabilité :
La calculabilité est la capacité à résoudre un problème de manière efficace. C'est un sujet clé du domaine de la théorie de la calculabilité dans la logique mathématique et de la théorie du calcul dans l'informatique. La calculabilité d'un problème est étroitement liée à l'existence d'un algorithme pour résoudre le problème. Les modèles de calculabilité les plus largement étudiés sont les fonctions calculables de Turing et μ-récursives, et le calcul lambda, qui ont tous une puissance de calcul équivalente. D'autres formes de calculabilité sont également étudiées : les notions de calculabilité plus faibles que les machines de Turing sont étudiées dans la théorie des automates, tandis que les notions de calculabilité plus fortes que les machines de Turing sont étudiées dans le domaine de l'hypercalcul.
Calculabilité en_Analyse_et_Physique/Critabilité en Analyse et Physique :
Computability in Analysis and Physics est une monographie sur l'analyse calculable par Marian Pour-El et J. Ian Richards. Il a été publié par Springer-Verlag dans leur série Perspectives in Mathematical Logic en 1989, et réimprimé par l'Association for Symbolic Logic et Cambridge University Press dans leur série Perspectives in Logic en 2016.
Calculabilité en_Europe/Critabilité en Europe :
L'Association Computability in Europe (ACiE) est une organisation internationale de mathématiciens, logiciens, informaticiens, philosophes, physiciens théoriciens et autres intéressés par les nouveaux développements de la calculabilité et par leur signification sous-jacente pour le monde réel. CiE vise à élargir la compréhension et l'appréciation de l'importance des concepts et des techniques de la théorie de la calculabilité, et à soutenir le développement d'une communauté multidisciplinaire dynamique de chercheurs axés sur des sujets liés à la calculabilité. L'ACiE se positionne à l'interface entre recherche appliquée et recherche fondamentale, privilégiant les approches mathématiques aux barrières computationnelles. L'Association Computability in Europe est née d'un réseau de recherche appelé Computability in Europe (CiE) en 2003, est devenue une série de conférences en 2005 et l'ACiE a été créée en 2008.
Logique de calculabilité/Logique de calculabilité :
La logique de calculabilité (CoL) est un programme de recherche et un cadre mathématique pour redévelopper la logique en tant que théorie formelle systématique de la calculabilité, par opposition à la logique classique qui est une théorie formelle de la vérité. Il a été introduit et nommé ainsi par Giorgi Japaridze en 2003. Dans la logique classique, les formules représentent des déclarations vrai/faux. Dans CoL, les formules représentent des problèmes de calcul. En logique classique, la validité d'une formule ne dépend que de sa forme, pas de son sens. En CoL, la validité signifie être toujours calculable. Plus généralement, la logique classique nous dit quand la vérité d'un énoncé donné découle toujours de la vérité d'un ensemble donné d'autres énoncés. De même, CoL nous dit quand la calculabilité d'un problème donné A découle toujours de la calculabilité d'autres problèmes donnés B1,...,Bn. De plus, il fournit une manière uniforme de construire réellement une solution (algorithme) pour un tel A à partir de n'importe quelles solutions connues de B1,...,Bn. CoL formule les problèmes de calcul dans leur sens le plus général – interactif. CoL définit un problème de calcul comme un jeu joué par une machine contre son environnement. Un tel problème est calculable s'il y a une machine qui gagne le jeu contre tous les comportements possibles de l'environnement. Une telle machine à jouer généralise la thèse de Church-Turing au niveau interactif. Le concept classique de vérité s'avère être un cas particulier de calculabilité sans degré d'interactivité. Cela fait de la logique classique un fragment spécial de CoL. Ainsi CoL est une extension conservatrice de la logique classique. La logique de calculabilité est plus expressive, constructive et significative en termes de calcul que la logique classique. Outre la logique classique, la logique favorable à l'indépendance (IF) et certaines extensions appropriées de la logique linéaire et de la logique intuitionniste se révèlent également être des fragments naturels de CoL. Par conséquent, des concepts significatifs de "vérité intuitionniste", "vérité de logique linéaire" et "vérité de logique SI" peuvent être dérivés de la sémantique de CoL. CoL répond systématiquement à la question fondamentale de savoir ce qui peut être calculé et comment ; ainsi CoL a de nombreuses applications, telles que les théories appliquées constructives, les systèmes de base de connaissances, les systèmes de planification et d'action. Parmi celles-ci, seules les applications dans les théories appliquées constructives ont été largement explorées jusqu'à présent : une série de théories des nombres basées sur CoL, appelées "clarithmétiques", ont été construites comme des alternatives significatives sur le plan informatique et de la théorie de la complexité à la théorie de Peano basée sur la logique classique. l'arithmétique et ses variations telles que les systèmes d'arithmétique bornée. Les systèmes de preuve traditionnels tels que la déduction naturelle et le calcul séquentiel sont insuffisants pour axiomatiser des fragments non triviaux de CoL. Cela a nécessité le développement de méthodes de preuve alternatives, plus générales et plus flexibles, telles que le calcul cirquent.
Théorie de la calculabilité/Théorie de la calculabilité :
La théorie de la calculabilité, également connue sous le nom de théorie de la récursivité, est une branche de la logique mathématique, de l'informatique et de la théorie du calcul qui a vu le jour dans les années 1930 avec l'étude des fonctions calculables et des degrés de Turing. Le domaine s'est depuis élargi pour inclure l'étude de la calculabilité et de la définissabilité généralisées. Dans ces domaines, la théorie de la calculabilité recoupe la théorie de la preuve et la théorie descriptive effective des ensembles. Les questions de base abordées par la théorie de la calculabilité incluent : Que signifie pour une fonction sur les nombres naturels d'être calculable ? Comment les fonctions non calculables peuvent-elles être classées dans une hiérarchie en fonction de leur niveau de non calculabilité ? Bien qu'il existe un chevauchement considérable en termes de connaissances et de méthodes, les théoriciens de la calculabilité mathématique étudient la théorie de la calculabilité relative, les notions de réductibilité et les structures de degrés ; ceux du domaine de l'informatique se concentrent sur la théorie des hiérarchies sous-récursives, les méthodes formelles et les langages formels.
Format de document_calculable/Format de document calculable :
Le format de document informatique (CDF) est un format de document électronique conçu pour permettre la création de contenu interactif généré dynamiquement. CDF a été créé par Wolfram Research et les fichiers CDF peuvent être créés à l'aide de Mathematica. À partir de 2021, le site Web de Wolfram Research répertorie CDF comme format «hérité».
Analyse calculable/Analyse calculable :
En mathématiques et en informatique, l'analyse calculable est l'étude de l'analyse mathématique du point de vue de la théorie de la calculabilité. Il concerne les parties de l'analyse réelle et de l'analyse fonctionnelle qui peuvent être effectuées de manière calculable. Le domaine est étroitement lié à l'analyse constructive et à l'analyse numérique. Un résultat notable est que l'intégration (au sens de l'intégrale de Riemann) est calculable. Cela pourrait être considéré comme surprenant car une intégrale est (en gros) une somme infinie. Bien que ce résultat puisse s'expliquer par le fait que chaque fonction calculable de [ 0 , 1 ] {\displaystyle \mathbb {[} 0,1]} à R {\displaystyle \mathbb {R}} est uniformément continue, la chose notable est que le module de continuité peut toujours être calculé sans être explicitement donné. Un fait tout aussi surprenant est que la différenciation des fonctions complexes est également calculable, alors que le même résultat est faux pour les fonctions réelles. Les résultats motivants ci-dessus n'ont pas d'équivalent dans l'analyse constructive de Bishop. Au lieu de cela, c'est la forme plus forte d'analyse constructive développée par Brouwer qui fournit une contrepartie dans la logique constructive.
Fonction calculable/Fonction calculable :
Les fonctions calculables sont les objets d'étude de base de la théorie de la calculabilité. Les fonctions calculables sont l'analogue formalisé de la notion intuitive d'algorithmes, en ce sens qu'une fonction est calculable s'il existe un algorithme qui peut faire le travail de la fonction, c'est-à-dire qu'étant donné une entrée du domaine de la fonction, il peut renvoyer la sortie correspondante. Les fonctions calculables sont utilisées pour discuter de la calculabilité sans faire référence à un modèle concret de calcul tel que les machines de Turing ou les machines de registre. Toute définition, cependant, doit faire référence à un modèle de calcul spécifique, mais toutes les définitions valides produisent la même classe de fonctions. Les modèles particuliers de calculabilité qui donnent lieu à l'ensemble des fonctions calculables sont les fonctions calculables de Turing et les fonctions récursives générales. Avant la définition précise de la fonction calculable, les mathématiciens utilisaient souvent le terme informel effectivement calculable. Ce terme a depuis été identifié avec les fonctions calculables. Notez que la calculabilité effective de ces fonctions n'implique pas qu'elles puissent être calculées efficacement (c'est-à-dire calculées dans un laps de temps raisonnable). En fait, pour certaines fonctions effectivement calculables, on peut montrer que tout algorithme qui les calcule sera très inefficace dans le sens où le temps d'exécution de l'algorithme augmente de façon exponentielle (voire superexponentielle) avec la longueur de l'entrée. Les domaines de la calculabilité faisable et de la complexité de calcul étudient les fonctions qui peuvent être calculées efficacement. Selon la thèse de Church-Turing, les fonctions calculables sont exactement les fonctions qui peuvent être calculées à l'aide d'un dispositif de calcul mécanique étant donné des quantités illimitées de temps et d'espace de stockage. De manière équivalente, cette thèse stipule qu'une fonction est calculable si et seulement si elle possède un algorithme. Notez qu'un algorithme dans ce sens est compris comme une séquence d'étapes qu'une personne avec un temps illimité et une quantité illimitée de stylo et de papier pourrait suivre. Les axiomes de Blum peuvent être utilisés pour définir une théorie abstraite de la complexité computationnelle sur l'ensemble des fonctions calculables. Dans la théorie de la complexité computationnelle, le problème de la détermination de la complexité d'une fonction calculable est connu sous le nom de problème de fonction.
Équilibre_général calculable/Équilibre général calculable :
Les modèles d'équilibre général calculable (EGC) sont une classe de modèles économiques qui utilisent des données économiques réelles pour estimer comment une économie pourrait réagir aux changements de politique, de technologie ou d'autres facteurs externes. Les modèles CGE sont également appelés modèles AGE (équilibre général appliqué).
Isomorphisme calculable/Isomorphisme calculable :
En théorie de la calculabilité deux ensembles A ; B ⊆ N {\displaystyle A;B\subseteq \mathbb {N} } des nombres naturels sont isomorphes calculables ou récursivement isomorphes s'il existe une fonction calculable bijective totale f : N → N {\displaystyle f\colon \mathbb {N} \to \mathbb {N} } avec F ( UNE ) = B {\displaystyle f(A)=B} . Par le théorème d'isomorphisme de Myhill, la relation d'isomorphisme calculable coïncide avec la relation de réductibilité mutuelle un-un. Deux numérotations sont dites isomorphes calculables ν {\displaystyle \nu } et μ {\displaystyle \mu} s'il existe une bijection calculable f {\displaystyle f} telle que ν = μ ∘ f {\displaystyle \nu =\mu \circ f} Les numérotations isomorphes calculables induisent la même notion de calculabilité sur un ensemble.
Théorie de la mesure calculable/Théorie de la mesure calculable :
En mathématiques, la théorie des mesures calculables est la partie de l'analyse calculable qui traite des versions efficaces de la théorie des mesures.
Théorie des modèles calculables/Théorie des modèles calculables :
La théorie des modèles calculables est une branche de la théorie des modèles qui traite des questions de calculabilité telles qu'elles s'appliquent aux structures théoriques des modèles. La théorie des modèles calculables introduit les idées de modèles et de théories calculables et décidables et l'un des problèmes fondamentaux consiste à découvrir si oui ou non des modèles calculables ou décidables remplissant certaines conditions théoriques des modèles peuvent être démontrés. La théorie des modèles calculables a été développée presque simultanément par des mathématiciens occidentaux, principalement situés aux États-Unis et en Australie, et en Russie soviétique au milieu du XXe siècle. En raison de la guerre froide, il y avait peu de communication entre ces deux groupes et un certain nombre de résultats importants ont donc été découverts indépendamment.
Nombre calculable/Numéro calculable :
En mathématiques, les nombres calculables sont les nombres réels qui peuvent être calculés avec n'importe quelle précision souhaitée par un algorithme de terminaison fini. Ils sont également connus sous le nom de nombres récursifs, de nombres effectifs ou de réels calculables ou de réels récursifs. Des définitions équivalentes peuvent être données à l'aide de fonctions μ-récursives, de machines de Turing ou de λ-calcul comme représentation formelle des algorithmes. Les nombres calculables forment un véritable champ fermé et peuvent être utilisés à la place des nombres réels à de nombreuses fins mathématiques, mais pas toutes.
Ordinaire calculable/ordinal calculable :
En mathématiques, en particulier en calculabilité et en théorie des ensembles, un ordinal est dit calculable ou récursif s'il existe un bon ordre calculable d'un sous-ensemble de nombres naturels ayant le type d'ordre α {\displaystyle \alpha} } . Il est facile de vérifier que ω {\displaystyle \omega } est calculable. Le successeur d'un ordinal calculable est calculable, et l'ensemble de tous les ordinaux calculables est fermé vers le bas. Le supremum de tous les ordinaux calculables est appelé l'ordinal de Church-Kleene, le premier ordinal non récursif, et noté par ω 1 C K {\displaystyle \omega _{1}^{CK}} . L'ordinal Church-Kleene est un ordinal limite. Un ordinal est calculable si et seulement s'il est plus petit que ω 1 C K {\displaystyle \omega _{1}^{CK}} . Puisqu'il n'y a qu'un nombre dénombrable de relations calculables, il n'y a aussi qu'un nombre dénombrable d'ordinaux calculables. Ainsi, ω 1 C K {\displaystyle \omega _{1}^{CK}} est dénombrable. Les ordinaux calculables sont exactement les ordinaux qui ont une notation ordinale dans O {\displaystyle {\mathcal {O}}} de Kleene.
Fonction_réelle calculable/Fonction réelle calculable :
En logique mathématique , en particulier en théorie de la calculabilité , une fonction est séquentiellement calculable si, pour chaque séquence calculable { X je } je = 1 ∞ {\displaystyle \{x_{i}\}_{i=1}^{\infty }} de nombres réels, la séquence { f ( X je ) } je = 1 ∞ {\displaystyle \{f(x_{i} )\}_{i=1}^{\infty }} est également calculable. Une fonction f : R → R {\displaystyle f\colon \mathbb {R} \to \mathbb {R}} est effectivement uniformément continue s'il existe une fonction récursive ré : N → N {\displaystyle d\colon \mathbb { N} \to \mathbb {N} } tel que, si | x - y | < 1 ré ( n ) {\displaystyle |xy|<{1 \sur d(n)}} alors | F ( X ) - F ( Y ) | < 1 n {\displaystyle |f(x)-f(y)|<{1 \over n}} Une fonction réelle est calculable si elle est à la fois calculable séquentiellement et effectivement uniformément continue, ces définitions peuvent être généralisées à des fonctions de plus plus d'une variable ou fonctions définies uniquement sur un sous-ensemble de R n . {\displaystyle \mathbb {R} ^{n}.} Les généralisations des deux derniers n'ont pas besoin d'être reformulées. Une généralisation appropriée de la première définition est la suivante : Soit un sous-ensemble de R n . {\displaystyle \mathbb {R} ^{n}.} Une fonction est séquentiellement calculable si, pour tout n {\displaystyle n} - tuplet ( { X je 1 } je = 1 ∞ , … { X je n } je = 1 ∞ ) {\displaystyle \left(\{x_{i\,1}\}_{i=1}^{\infty},\ ldots \{x_{i\,n}\}_{i=1}^{\infty }\right)} de séquences calculables de nombres réels tels que ( ∀ je ) ( X je 1 , … X je n ) ∈ D , { \displaystyle (\forall i)\quad (x_{i\,1},\ldots x_{i\,n})\in D\qquad ,} la séquence { F ( X je ) } je = 1 ∞ {\displaystyle \{f(x_{i})\}_{i=1}^{\infty }} est également calculable. Cet article incorpore du matériel de la fonction réelle calculable sur PlanetMath, qui est sous licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Ensemble calculable/Ensemble calculable :
Dans la théorie de la calculabilité, un ensemble de nombres naturels est dit calculable, récursif ou décidable s'il existe un algorithme qui prend un nombre en entrée, se termine après un laps de temps fini (éventuellement en fonction du nombre donné) et décide correctement si le nombre appartient ou non à l'ensemble. Un ensemble qui n'est pas calculable est dit non calculable ou indécidable. Une classe d'ensembles plus générale que les ensembles calculables est constituée des ensembles calculables énumérables (ce), également appelés ensembles semidécidables. Pour ces ensembles, il suffit qu'il y ait un algorithme qui décide correctement quand un nombre est dans l'ensemble ; l'algorithme peut ne donner aucune réponse (mais pas la mauvaise réponse) pour les nombres qui ne sont pas dans l'ensemble.
Topologie calculable/Topologie calculable :
La topologie calculable est une discipline des mathématiques qui étudie la structure topologique et algébrique du calcul. La topologie calculable ne doit pas être confondue avec la topologie algorithmique ou computationnelle, qui étudie l'application du calcul à la topologie.
Ensemble_énumérable calculable/Ensemble énumérable calculable :
Dans la théorie de la calculabilité, un ensemble S de nombres naturels est appelé calculable énumérable (ce), récursivement énumérable (re), semidécidable, partiellement décidable, listable, prouvable ou reconnaissable par Turing si : Il existe un algorithme tel que l'ensemble des nombres d'entrée pour que l'algorithme arrête est exactement S.Ou, de manière équivalente, il existe un algorithme qui énumère les membres de S. Cela signifie que sa sortie est simplement une liste de tous les membres de S : s1, s2, s3, ... . Si S est infini, cet algorithme fonctionnera indéfiniment. La première condition suggère pourquoi le terme semidécidable est parfois utilisé. Plus précisément, si un nombre est dans l'ensemble, on peut en décider en exécutant l'algorithme, mais si le nombre n'est pas dans l'ensemble, l'algorithme s'exécute indéfiniment et aucune information n'est renvoyée. Un ensemble "complètement décidable" est un ensemble calculable. La deuxième condition suggère pourquoi l'énumération calculable est utilisée. Les abréviations ce et re sont souvent utilisées, même en version imprimée, au lieu de la phrase complète. Dans la théorie de la complexité computationnelle, la classe de complexité contenant tous les ensembles calculables énumérables est RE. Dans la théorie de la récursivité, le réseau des ensembles de ce sous inclusion est noté E {\displaystyle {\mathcal {E}}} .
Inséparable par calcul/Inséparable par calcul :
Dans la théorie de la calculabilité, deux ensembles disjoints de nombres naturels sont appelés calculables inséparables ou récursivement inséparables s'ils ne peuvent pas être "séparés" par un ensemble calculable. Ces ensembles apparaissent dans l'étude de la théorie de la calculabilité elle-même, en particulier en relation avec les classes Π01. Des ensembles inséparables par calcul apparaissent également dans l'étude du théorème d'incomplétude de Gödel.
Computacenter/Computacenter :
Computacenter plc est une multinationale britannique qui fournit des services informatiques à des clients des secteurs public et privé. C'est une société britannique basée à Hatfield, Hertfordshire. La société est cotée à la Bourse de Londres et fait partie de l'indice FTSE 250.
Computaci%C3%B3n y_Sistemas/Computación y Sistemas :
Computación y Sistemas est une revue à comité de lecture sur la recherche en intelligence artificielle et en informatique, offrant un forum reconnu pour la recherche dans le domaine de l'informatique en Amérique latine. Il a été créé en 1997 par le professeur Adolfo Guzmán Arenas et est publié par l'Instituto Politécnico Nacional avec le soutien du CONACyT.
Computaris/Computaris :
Computaris est une société basée au Royaume-Uni appartenant au groupe R Systems qui fournit des services de développement de logiciels, d'intégration de systèmes et de conseil technique. Computaris opère à partir de succursales en Pologne, en Roumanie, en Moldavie, aux États-Unis, en Malaisie, aux Philippines et en Inde. Computaris est actif dans des domaines tels que la facturation convergente, la messagerie, le SDP, le VAS, l'approvisionnement, la médiation, la tarification et la facturation, la gestion des services, le commerce mobile, les systèmes de paiement mobile, IN (protocoles SCP et IN), les services de nouvelle génération, la gestion des politiques, les entreprises Intelligence et intégration avec les éléments du réseau GSM (MSC, HLR, VLR, GGSN, etc.). Le 27 janvier 2011, R Systems International Ltd. a annoncé l'acquisition de Computaris International Limited.
Calcul/Calcul :
Le calcul est tout type de calcul arithmétique ou non arithmétique qui suit un modèle bien défini (par exemple, un algorithme). Les appareils mécaniques ou électroniques (ou, historiquement, les personnes) qui effectuent des calculs sont appelés ordinateurs. Une discipline particulièrement connue de l'étude du calcul est l'informatique.
Systèmes_de_calcul et_neuraux/Systèmes_de_calcul et_neuraux :
Le programme Computation and Neural Systems (CNS) a été créé au California Institute of Technology en 1986 dans le but de former un doctorat. les étudiants intéressés à explorer la relation entre la structure des circuits/réseaux de type neurone et les calculs effectués dans de tels systèmes, qu'ils soient naturels ou synthétiques. Le programme a été conçu pour favoriser l'échange d'idées et la collaboration entre ingénieurs, neuroscientifiques et théoriciens.
Historique des calculs/Historique des calculs :
En informatique, une histoire de calcul est une séquence d'étapes prises par une machine abstraite dans le processus de calcul de son résultat. Les historiques de calcul sont fréquemment utilisés dans les preuves sur les capacités de certaines machines, et en particulier sur l'indécidabilité de divers langages formels. Formellement, une histoire de calcul est une séquence (normalement finie) de configurations d'un automate formel. Chaque configuration décrit entièrement l'état de la machine à un point particulier. Pour être valide, certaines conditions doivent être remplies : la première configuration doit être une configuration initiale valide de l'automate et chaque transition entre configurations adjacentes doit être valide selon les règles de transition de l'automate. De plus, pour être complet, un historique de calcul doit être finie et la configuration finale doit être une configuration terminale valide de l'automate. Les définitions de "configuration initiale valide", "transition valide" et "configuration terminale valide" varient pour différents types de machines formelles. Un automate déterministe a exactement un historique de calcul pour une configuration initiale donnée, bien que l'historique puisse être infini et donc incomplet.
Calcul in_the_limit/Calcul dans la limite :
Dans la théorie de la calculabilité, une fonction est dite calculable limite si elle est la limite d'une séquence de fonctions uniformément calculables. Les termes calculable à la limite, récursif limite et approximable récursivement sont également utilisés. On peut considérer les fonctions calculables limites comme celles qui admettent une procédure de devinette calculable éventuellement correcte à leur vraie valeur. Un ensemble est calculable à la limite lorsque sa fonction caractéristique est calculable à la limite. Si la suite est uniformément calculable par rapport à D, alors la fonction est limite calculable dans D.
Calcul des_contrôles_de_redondance_cyclique/Calcul des contrôles de redondance_cyclique :
Le calcul d'un contrôle de redondance cyclique est dérivé des mathématiques de la division polynomiale, modulo deux. En pratique, cela ressemble à une division longue de la chaîne de message binaire, avec un nombre fixe de zéros ajoutés, par la chaîne "polynôme générateur", sauf que les opérations ou exclusives remplacent les soustractions. Une division de ce type est efficacement réalisée dans le matériel par un registre à décalage modifié et dans le logiciel par une série d'algorithmes équivalents, commençant par un code simple proche des mathématiques et devenant plus rapide (et sans doute plus obscurci) grâce au parallélisme et à l'espace des octets. compromis de temps. Diverses normes CRC étendent l'algorithme de division polynomiale en spécifiant une valeur initiale de registre à décalage, une étape finale de OU exclusif et, plus important encore, un ordre des bits (endianness). En conséquence, le code vu dans la pratique s'écarte de manière confuse de la division "pure", et le registre peut se déplacer vers la gauche ou vers la droite.
Calcul de_l'atténuation_des_ondes_radio_in_the_atmosphere/Calcul de l'atténuation_des_ondes_radio dans l'atmosphère :
Le calcul de l'atténuation des ondes radio dans l'atmosphère est une série de modèles et de méthodes de propagation radio pour estimer la perte de trajet due à l'atténuation du signal traversant l'atmosphère par l'absorption de ses différentes composantes. Il existe de nombreux faits bien connus sur le phénomène et les traitements qualitatifs dans les manuels scolaires. Un document publié par l'Union internationale des télécommunications (UIT) fournit une base pour une évaluation quantitative de l'atténuation. Ce document décrit un modèle simplifié ainsi que des formules semi-empiriques basées sur l'ajustement des données. Il a également recommandé un algorithme pour calculer l'atténuation de la propagation des ondes radio dans l'atmosphère. La NASA a également publié une étude sur un sujet connexe. Un logiciel gratuit du CNES basé sur les recommandations de l'UIT-R est disponible en téléchargement et est accessible au public.
Calcul du_temps/Calcul du temps :
Le calcul du temps peut faire référence à : Calcul du temps (droit canonique catholique) Calcul du temps (loi)
Calcul du_temps_(loi_canonique_catholique)/Calcul du temps (droit canonique catholique) :
Dans le droit canonique de l'Église catholique, le calcul du temps, également traduit par le calcul du temps (en latin : supputatio temporis), est la manière dont les périodes de temps légalement spécifiées sont calculées selon la norme des canons sur le calcul du temps. L'application des lois implique souvent une question de temps : généralement trois mois doivent s'écouler après leur promulgation avant qu'elles n'entrent en vigueur ; certaines obligations doivent être remplies dans un certain nombre de jours, de semaines ou de mois. D'où la nécessité des règles de calcul du temps. Avec le Code de 1917 et le Code réformé de 1983, le législateur a formulé ces règles avec une clarté et une précision qu'elles n'avaient jamais eues auparavant.
Calcul du_temps_(loi)/Calcul du temps (loi) :
Le calcul du temps ou calcul du temps est un terme juridique qui désigne la façon dont le temps est calculé en droit.
Déchargement de calcul/Déchargement de calcul :
Le déchargement de calcul est le transfert de tâches de calcul gourmandes en ressources vers un processeur séparé, tel qu'un accélérateur matériel, ou une plate-forme externe, telle qu'un cluster, une grille ou un cloud. Le déchargement vers un coprocesseur peut être utilisé pour accélérer des applications telles que : le rendu d'image et les calculs mathématiques. Le déchargement de l'informatique vers une plate-forme externe sur un réseau peut fournir une puissance de calcul et surmonter les limitations matérielles d'un appareil, telles que la puissance de calcul, le stockage et l'énergie limités.
Arbre de calcul/Arbre de calcul :
Un arbre de calcul est une représentation des étapes de calcul d'une machine de Turing non déterministe sur une entrée spécifiée. Un arbre de calcul est un arbre enraciné de nœuds et d'arêtes. Chaque nœud de l'arbre représente un seul état de calcul, tandis que chaque arête représente une transition vers le prochain calcul possible. Le nombre de nœuds de l'arbre est la taille de l'arbre et la longueur du chemin de la racine à un nœud donné est la profondeur du nœud. La plus grande profondeur d'un nœud de sortie est la profondeur de l'arbre. Les feuilles de l'arbre sont appelées nœuds de sortie. Dans un arbre de calcul pour un problème de décision, chaque nœud de sortie est étiqueté Oui ou Non. Si un arbre, T, avec un espace d'entrée X, si x ∈ X {\displaystyle x\in X} et le chemin pour x se termine par le nœud marqué oui, alors l'entrée x est acceptée. Sinon, il est rejeté. La profondeur de l'arbre de calcul pour une entrée donnée est le temps de calcul de la machine de Turing sur cette entrée. Les arbres de calcul ont également été utilisés pour étudier la complexité de calcul de problèmes de géométrie computationnelle et de calculs de nombres réels.
Arborescence de calcul_logique/Logique de l'arborescence de calcul :
La logique arborescente de calcul ( CTL ) est une logique temporelle de branchement , ce qui signifie que son modèle de temps est une structure arborescente dans laquelle l'avenir n'est pas déterminé; il existe différents chemins dans le futur, chacun d'entre eux pouvant être un chemin réel qui se réalise. Il est utilisé dans la vérification formelle d'artefacts logiciels ou matériels, généralement par des applications logicielles appelées vérificateurs de modèles, qui déterminent si un artefact donné possède des propriétés de sécurité ou de vivacité. Par exemple, CTL peut spécifier que lorsqu'une condition initiale est satisfaite (par exemple, toutes les variables du programme sont positives ou aucune voiture sur une autoroute à cheval sur deux voies), alors toutes les exécutions possibles d'un programme évitent une condition indésirable (par exemple, diviser un nombre par zéro ou deux voitures en collision sur une autoroute). Dans cet exemple, la propriété de sécurité pourrait être vérifiée par un vérificateur de modèle qui explore toutes les transitions possibles hors des états du programme satisfaisant la condition initiale et s'assure que toutes ces exécutions satisfont la propriété. La logique arborescente de calcul appartient à une classe de logiques temporelles qui comprend la logique temporelle linéaire (LTL). Bien qu'il existe des propriétés exprimables uniquement en CTL et des propriétés exprimables uniquement en LTL, toutes les propriétés exprimables dans l'une ou l'autre logique peuvent également être exprimées en CTL*. CTL a été proposé pour la première fois par Edmund M. Clarke et E. Allen Emerson en 1981, qui l'ont utilisé pour synthétiser ce que l'on appelle des squelettes de synchronisation, c'est-à-dire des abstractions de programmes concurrents.
Compréhension computationnelle-représentationnelle_de_l'esprit/Compréhension computationnelle-représentationnelle de l'esprit :
La compréhension computationnelle représentationnelle de l'esprit (CRUM) est une hypothèse des sciences cognitives qui propose que la pensée est effectuée par des calculs opérant sur des représentations. Cette hypothèse suppose que l'esprit a des représentations mentales analogues aux structures de données et des procédures de calcul analogues aux algorithmes, de sorte que les programmes informatiques utilisant des algorithmes appliqués aux structures de données peuvent modéliser l'esprit et ses processus. CRUM prend en considération plusieurs approches théoriques pour comprendre la cognition humaine , y compris la logique, la règle, le concept, l'analogie, l'image et les systèmes basés sur le connexionnisme basés sur des réseaux de neurones artificiels. Ceux-ci servent d'aspects de représentation de la théorie CRUM sur lesquels on agit ensuite pour simuler certains aspects de la cognition humaine, tels que l'utilisation de systèmes basés sur des règles en neuroéconomie. Il y a beaucoup de désaccord sur cette hypothèse, mais CRUM a une haute estime parmi certains chercheurs. Le philosophe Paul Thagard l'a qualifiée de "l'approche de l'esprit la plus réussie théoriquement et expérimentalement jamais développée".
Biologie et chimie computationnelles/Biologie et chimie computationnelles :
Computational Biology and Chemistry est une revue scientifique à comité de lecture publiée par Elsevier et couvrant tous les domaines des sciences de la vie computationnelles. Les rédacteurs en chef actuels sont Wentian Li (The Feinstein Institute for Medical Research) et Donald Hamelberg (Georgia State University). La revue a été créée en 1976 sous le nom de Computer & Chemistry. Il a obtenu son titre actuel en 2003 sous la direction d'Andrzej K Konopka et James Crabble (Université de Bedfordshire).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cyklokros Pilsen

Cydosia nobilitella/Cydosia nobilitella : Cydosia nobilitella , la cydosie aux lignes courbes ou la cydosie royale , est un papillon de...