Rechercher dans ce blog

samedi 30 juillet 2022

Communaute d'agglomeration de Lens-Lievin


Commonwealth XI_cricket_team/Équipe de cricket du Commonwealth XI :
L'équipe de cricket du Commonwealth XI a disputé plus de 100 matchs de cricket de première classe de 1949 à 1968. L'équipe a commencé comme une équipe composée principalement de joueurs de cricket anglais, australiens et antillais, qui ont fait le tour du sous-continent mais ont ensuite joué des matches de première classe dans Angleterre. Ils ont également visité l'Afrique du Sud et la Rhodésie.
Commonwealth XI_cricket_team_in_India,_Pakistan_and_Ceylon_in_1949%E2%80%9350/Équipe de cricket du Commonwealth XI en Inde, au Pakistan et à Ceylan en 1949–50 :
Une équipe de cricket du Commonwealth XI a visité Ceylan, l'Inde et le Pakistan d'octobre 1949 à mars 1950 et a joué 21 matchs de première classe, dont cinq contre un All-India XI. Capturé par Jock Livingston, qui a également gardé le guichet dans certains jeux, l'équipe avait plusieurs joueurs bien connus dont Frank Worrell, George Tribe, Bill Alley, Cec Pepper, George Dawkes et George Pope. La plupart des joueurs étaient des professionnels de la Lancashire League ou de la Central Lancashire League. Environ la moitié de l'équipe était australienne, deux étaient antillaises et le reste était anglais.
Commonwealth XI_cricket_team_in_India_and_Ceylon_in_1950%E2%80%9351/Équipe de cricket du Commonwealth XI en Inde et à Ceylan en 1950–51 :
Une équipe de cricket du Commonwealth XI a fait une tournée en Inde et à Ceylan du 1er octobre 1950 au 6 mars 1951 et a disputé 27 matchs de première classe, dont cinq "test matches" non officiels contre un All-India XI et un contre un All-Ceylan XI. L'équipe était nominalement commandé par Les Ames mais il a eu des problèmes de blessures et a souvent dû passer le relais à son adjoint Frank Worrell. L'équipe a été jugée plus forte que l'équipe d'Angleterre qui effectuait simultanément (et de manière désastreuse) une tournée en Australie. Il y avait de nombreux problèmes de santé et de blessures qui ont causé des retraits anticipés, mais cela comprenait Jim Laker, Sonny Ramadhin, Derek Shackleton, Jack Ikin, Harold Gimblett, Fred Ridgway, Dick Spooner, George Tribe, Les Jackson, Bruce Dooland, George Emmett, Laurie Fishlock, Harold Stephenson, Ken Grieves, Ray Dovey et Billy Sutcliffe. Le Commonwealth XI était invaincu sur la tournée. Ils ont remporté le deuxième match contre l'Inde au Brabourne Stadium de Bombay par dix guichets. C'était le seul des "tests" non officiels auquel Jim Laker pouvait participer (il est rentré chez lui peu de temps après ce match pour des raisons de santé) et il a pris huit guichets dans le match. Le Commonwealth XI a remporté le cinquième match contre l'Inde par 77 points grâce à Worrell, qui a marqué 116 et 71 non éliminés, et Ramadhin, qui a pris neuf guichets dans le match. Les trois autres matches contre l'Inde ont été tirés au sort, tout comme l'international à Colombo contre Ceylan. Worrell a joué une magnifique manche de 285 mais Ceylan a réussi à tenir le coup avec leur dernière paire ensemble lorsque le temps s'est écoulé. Ramadhin a pris huit guichets dans le match.
Commonwealth XI_cricket_team_in_India_in_1953%E2%80%9354/Équipe de cricket du Commonwealth XI en Inde en 1953–54 :
Une équipe de cricket du Commonwealth XI a fait une tournée en Inde au cours de la saison 1953-54 et a disputé 21 matchs de première classe, dont cinq contre un All-India XI. En Inde, l'équipe était connue sous le nom de Silver Jubilee Overseas Cricket Team, ou SJOC, car la tournée a été organisée pour marquer le 25e anniversaire du Board of Control for Cricket in India. Capturé par Ben Barnett, qui a également gardé le guichet, l'équipe avait plusieurs joueurs bien connus dont Frank Worrell, Sonny Ramadhin, Roy Marshall, Peter Loader et Reg Simpson. La série a été remportée par l'Inde, 2-1.
Commonwealth XI_cricket_team_in_India_in_1964%E2%80%9365/Équipe de cricket du Commonwealth XI en Inde en 1964-1965 :
Une équipe de cricket du Commonwealth XI s'est rendue en Inde de novembre à décembre 1964 et a disputé un match de première classe pendant quatre jours contre le XI du ministre en chef du Bengale à Eden Gardens à Calcutta, gagnant par 1 guichet. Capitaine par Peter Richardson, l'équipe du Commonwealth était composée de 12 joueurs et était très forte, car elle comprenait le grand Gary Sobers et des joueurs bien connus comme Brian Close, Lance Gibbs, Mushtaq Mohammed, Basil Butcher, Keith Andrew, Colin Cowdrey, Barry Knight, Len Coldwell, Cammie Smith et John Mortimore. Coldwell n'a pas joué dans le match de première classe. Le XI du ministre en chef du Bengale était pratiquement une équipe de test indienne et comprenait Mansur Ali Khan Pataudi, Hanumant Singh, Chandu Borde et Bhagwat Chandrasekhar. L'équipe du Commonwealth a également disputé un match de trois jours à 12 à Eden Gardens contre le XII du président. Ce match n'était pas de première classe.
Commonwealth XI_cricket_team_in_Pakistan_in_1967%E2%80%9368/Équipe de cricket du Commonwealth XI au Pakistan en 1967-1968 :
Une équipe de cricket du Commonwealth XI s'est rendue au Pakistan de février à avril 1968 et a disputé huit matchs de première classe, dont trois matchs de quatre jours contre le Pakistan. Le Commonwealth XI a remporté trois matchs et en a perdu deux, les trois autres matchs se terminant par des matchs nuls. Le Pakistan a remporté la série de quatre jours avec une victoire dans les matchs d'ouverture suivie de deux nuls. Commandée par Richie Benaud, l'équipe du Commonwealth était composée de Roger Prideaux, Mushtaq Mohammad, Tony Lewis, Don Shepherd, Peter Walker, John Murray, David Allen, Mike Edwards, Brian Luckhurst, John Hampshire, Peter Marner, Ken Shuttleworth et Keith Boyce. Benaud n'était pas disponible pour les premiers matchs et Prideaux, en tant que vice-capitaine, et Lewis l'ont suppléé.
Commonwealth XI_cricket_team_in_South_Africa_in_1959%E2%80%9360/Équipe de cricket du Commonwealth XI en Afrique du Sud en 1959–60 :
Une équipe de cricket du Commonwealth XI a fait une tournée en Afrique du Sud en octobre et novembre 1959, disputant trois matchs de première classe. Commandé par Denis Compton, le Commonwealth XI comprenait plusieurs joueurs bien connus tels que Tom Graveney, Brian Close, Bert Sutcliffe, Frank Tyson, Godfrey Evans, Roy Marshall, Bob Simpson et Ian Craig. Le premier match était contre le Transvaal aux New Wanderers. Stadium à Johannesburg et cela a été tiré après que Jonathan Fellows-Smith ait marqué un siècle à chaque manche pour le Transvaal. Ensuite, le Commonwealth XI a battu un Combined Transvaal XI par 3 guichets au stade Loftus Versfeld à Pretoria. Dans le troisième et dernier match de première classe, le Commonwealth XI a joué un XI d'invitation sud-africain aux New Wanderers et a sauvé un match nul après avoir dû suivre.
Jeux de la jeunesse du Commonwealth/Jeux de la jeunesse du Commonwealth :
Les Jeux de la jeunesse du Commonwealth (CYG) sont un événement multisports international organisé par la Fédération des Jeux du Commonwealth. Les jeux ont eu lieu dans les années, à mi-chemin entre la tenue des Jeux du Commonwealth, jusqu'en 2008. Ils ont continué à se tenir tous les quatre ans, mais l'année suivant la tenue des Jeux du Commonwealth, de 2011 à 2015. Depuis 2017, ils ont eu lieu l'année précédant les Jeux du Commonwealth. La première édition a eu lieu à Édimbourg, en Écosse, du 10 au 14 août 2000. La limite d'âge des athlètes est de 14 à 18 ans.
Commonwealth Youth_New_Zealand/Commonwealth Youth New Zealand :
Commonwealth Youth New Zealand est une organisation à but non lucratif dirigée par des jeunes qui éduque les jeunes Néo-Zélandais sur le Commonwealth et les valeurs de la Charte du Commonwealth. Il offre aux jeunes la possibilité de développer leurs compétences en leadership dans un contexte international en organisant des événements nationaux et régionaux pour les élèves du secondaire.
Commonwealth Youth_Parliament/Parlement des jeunes du Commonwealth :
Le Parlement des jeunes du Commonwealth est un rassemblement annuel organisé par l'Association parlementaire du Commonwealth (APC). Il rassemble des jeunes âgés de 18 à 29 ans de tout le Commonwealth des Nations pour discuter de questions de démocratie et de gouvernance. Chaque parlement membre de l'Association parlementaire du Commonwealth a la possibilité de nommer jusqu'à deux délégués pour assister au Parlement des jeunes du Commonwealth. Le Parlement des jeunes du Commonwealth tourne chaque année dans les neuf régions de l'Association parlementaire du Commonwealth. Le 7e Parlement des jeunes du Commonwealth s'est tenu en 2015 à Darwin, en Australie, organisé par l'Assemblée législative du Territoire du Nord. Le 8e Parlement des jeunes du Commonwealth s'est tenu en Colombie-Britannique, au Canada, en 2016. Le 9e Parlement des jeunes du Commonwealth a été accueilli par les États de Jersey en 2018. En 2019, le 10e Parlement des jeunes du Commonwealth a été accueilli par l'Assemblée législative de Delhi en Inde.
Commonwealth Youth_Programme/Commonwealth Youth Programme :
Le Commonwealth Youth Programme, également connu sous le nom de CYP, est une agence de développement international travaillant avec des jeunes âgés de 15 à 29 ans. Faisant partie du Secrétariat du Commonwealth, CYP est actif dans les 54 pays membres du Commonwealth. CYP a un siège social à Londres avec quatre centres en Afrique, Lusaka, Zambie, Asie Chandigarh, Inde, Caraïbes Georgetown, Guyane et Pacifique Honiara, Îles Salomon. Actuellement, quatre directeurs régionaux et 16 agents de programme ainsi que du personnel de soutien y travaillent.
Commonwealth et_Conseil/Commonwealth et Conseil :
Commonwealth and Council est une galerie d'art contemporain américaine située à Koreatown, Los Angeles.
Commonwealth et_Protectorat/Commonwealth et Protectorat :
Le Commonwealth et le protectorat (1649-1660) font référence aux gouvernements sans roi d'Angleterre (y compris le Pays de Galles et les Cornouailles), d'Écosse, de Grande-Bretagne et d'Irlande pendant l'interrègne entre les règnes réels du roi Stuart Charles I (1625-1649) et de son fils. Le roi Charles II (1660-1685). Voir Commonwealth d'Angleterre (sous régime parlementaire, 1649-1653 et 1659-1660) et The Protectorate (The Commonwealth of England, Scotland and Ireland, 1653-1659), sous les Lords Protectors, d'abord Oliver Cromwell (1653-1658) puis son fils Richard Cromwell (1658-1659)
Commonwealth banknote-issueing_institutions/Institutions émettrices de billets du Commonwealth :
Les institutions émettrices de billets du Commonwealth, ainsi que les émetteurs de monnaie papier de l'Empire britannique, comprennent une liste de banques publiques, privées et publiques et d'autres organismes gouvernementaux et conseils monétaires qui ont émis la monnaie légale: les billets de banque.
Citoyen du Commonwealth/citoyen du Commonwealth :
Un citoyen du Commonwealth est un citoyen ou un ressortissant qualifié d'un État membre du Commonwealth des Nations. La plupart des pays membres ne traitent pas les citoyens des autres États du Commonwealth différemment des ressortissants étrangers, mais certains accordent des droits de citoyenneté limités aux citoyens résidents du Commonwealth. Dans 16 États membres, les citoyens résidents non locaux du Commonwealth peuvent voter aux élections. Le statut est le plus important au Royaume-Uni et n'accorde que peu ou pas de privilèges dans de nombreux autres pays du Commonwealth.
Commonwealth double_murders/Commonwealth double meurtres :
Les doubles meurtres du Commonwealth étaient les deux meurtres familiaux de la mère et de la grand-mère du suspect, survenus le 27 octobre 2019 à Commonwealth, à Singapour. Le suspect, Gabriel Lien Goh, 22 ans, se serait disputé avec sa mère Lee Soh Mui (56 ans) sur des questions inconnues et aurait poignardé à mort sa mère et sa grand-mère See Keng Keng (90 ans). Goh a été accusé du meurtre de sa grand-mère et de sa mère et attend son procès.
Drapeaux du Commonwealth/Drapeaux du Commonwealth :
Les drapeaux du Commonwealth peuvent faire référence à : Le drapeau du Commonwealth des Nations et son prédécesseur Les drapeaux de l'interrègne (îles britanniques), les drapeaux utilisés par le Commonwealth d'Angleterre
Commonwealth free_trade/Commonwealth free_trade :
Le libre-échange du Commonwealth est le processus ou la proposition de suppression des barrières commerciales entre les États membres du Commonwealth des Nations. Le régime commercial préférentiel au sein de l'Empire britannique s'est poursuivi sous une forme ou une autre entre les nations du Commonwealth dans le cadre du système de préférence impériale, jusqu'à ce que ce système soit démantelé après la Seconde Guerre mondiale en raison de changements géopolitiques et de la structure du commerce mondial, et de l'entrée du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Communauté économique. L'idée de relancer le commerce inter-Commonwealth est apparue à la fin du XXe siècle en réponse à l'évolution de l'économie mondiale. À un extrême, des propositions ont été avancées pour la création d'une zone de libre-échange multilatérale comprenant tous les États membres du Commonwealth des nations. Aujourd'hui, la plupart des pays du Commonwealth poursuivent des projets d'intégration régionale, notamment l'Union européenne (2 membres), la Communauté des Caraïbes (12 membres), l'Union douanière d'Afrique australe (5 membres), la Communauté de l'Afrique de l'Est (4 membres) et l'Association sud-asiatique pour la Coopération régionale (4 membres). Cependant, lors du sommet de 2005 à Malte, les chefs de gouvernement ont approuvé la poursuite du libre-échange entre les membres du Commonwealth afin d'aider au développement des membres les plus pauvres en leur permettant un accès en franchise de droits et sans quota aux marchés des pays en développement et développés. . Les chefs de gouvernement ont également approuvé la recherche de moyens par lesquels l'organisation peut renforcer le dialogue, le réseautage et la collaboration sur les questions commerciales et économiques entre les membres du Commonwealth. Le concept d'une zone de libre-échange multilatérale du Commonwealth s'est récemment popularisé en Grande-Bretagne parmi les eurosceptiques qui ont fait campagne pour le retrait de l'UE avant le référendum sur l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE, qui a abouti à la décision de partir.
Hommes du Commonwealth/Hommes du Commonwealth :
Les hommes du Commonwealth , les hommes du Commonwealth ou le Parti du Commonwealth étaient des réformateurs religieux, politiques et économiques protestants britanniques très francs au début du XVIIIe siècle. Ils étaient actifs dans le mouvement appelé le Country Party. Ils ont promu le républicanisme et ont eu une grande influence sur le républicanisme aux États-Unis, mais peu d'impact en Grande-Bretagne. Henry Brinkelow, Thomas Beccon, Thomas Lever et John Hales. Ils ont condamné la corruption et le manque de moralité dans la vie politique britannique, théorisant que seule la vertu civique pouvait protéger un pays du despotisme et de la ruine. Leurs critiques sur la clôture et la situation matérielle générale des pauvres étaient particulièrement notables pour les chercheurs du début du XXe siècle comme Richard Tawney qui y voyaient une forme précieuse mais malheureusement avortée de socialisme chrétien qui représentait une alternative préférable à l'opinion de Max Weber selon laquelle le protestantisme permis et soutenu la montée du capitalisme. D'un autre côté, il a été soutenu que les Hommes du Commonwealth "ne s'opposent en aucun cas à un esprit individualiste ou capitaliste, et - malgré ce que [par exemple, les historiens JGA Pocock et Gordon Wood] ont affirmé - sont loin d'épouser la tradition classique. la vertu ou la conception aristotélicienne de l'homme en tant que zoon politikon [un animal politique]. "Bien que presque tous les politiciens et penseurs britanniques aient rejeté les idées des hommes du Commonwealth au XVIIIe siècle, ces écrivains ont eu un effet puissant sur l'Amérique coloniale britannique. On estime que la moitié des bibliothèques privées des colonies américaines possédaient des volumes reliés de Cato's Letters sur leurs étagères. À ne pas confondre avec les hommes du Commonwealth du milieu du XVIe siècle.
Commonwealth of_Australia_(US_securities_entity)/Commonwealth of Australia (entité américaine chargée des valeurs mobilières) :
Le Commonwealth d'Australie est une entité enregistrée sous le formulaire 18-K United States SEC représentant la nation australienne dans le but d'émettre des titres sur le marché américain. Les enregistrements du formulaire 18-K sont utilisés uniquement pour les enregistrements de gouvernements étrangers auprès de la SEC et ne créent pas de société. Bien que les dépôts disponibles sous forme numérique remontent à 2002, l'attention y a été portée à la suite de la crise financière mondiale de 2008 et de l'introduction ultérieure du système de garantie des dépôts sous le gouvernement Rudd. Si une institution couverte par le régime venait à faire faillite, le gouvernement australien émettrait, à sa discrétion, des titres de créance qui seraient soumis aux lois et réglementations financières des États-Unis : 3 En 2020, l'Australie n'avait encore émis aucun titre lié au système de garantie des dépôts par l'intermédiaire de l'entité. L'enregistrement a fait l'objet de diverses théories du complot. La plupart se rapportent à l'idée que l'Australie a cessé d'être une nation souveraine suite à la formation d'une entité « corporative », ou que l'entité viole la constitution australienne. Ces conspirations sont sans fondement ; l'enregistrement de l'Australie a utilisé le formulaire 18-K et n'a pas créé de personne morale, ce qui ne viole pas la souveraineté de l'Australie. La réglementation et les lois américaines ne s'appliqueraient qu'aux opérations effectuées aux États-Unis, c'est-à-dire que seuls les titres émis aux États-Unis seraient assujettis à la réglementation américaine.
Commonwealth of_Australia_Gazette/Commonwealth of Australia Gazette :
La Gazette du Commonwealth d'Australie est une publication imprimée du gouvernement du Commonwealth d'Australie et sert de moyen officiel par lequel les décisions de la branche exécutive du gouvernement, par opposition au pouvoir législatif et judiciaire, sont promulguées. Les types d'annonces dans la Gazette comprennent les nominations, les promotions et les transferts de personnes à des postes dans la fonction publique australienne (APS), anciennement "la fonction publique du Commonwealth" ; création, dissolution et changement de nom des conseils, départements et commissions au sein de l'APS ; l'attribution de récompenses et de distinctions à des personnes et à des organisations par le gouvernement ; appels d'offres et attribution de contrats par le gouvernement. La Gazette est publiée chaque semaine. Chaque Gazette est numérotée et au début de chaque année civile, la numérotation recommence au n ° 1.
Commonwealth of_Britain_Bill/Commonwealth of Britain Bill :
Le Commonwealth of Britain Bill était un projet de loi présenté pour la première fois à la Chambre des communes en 1991 par Tony Benn, alors député travailliste (MP). Il était secondé par le futur chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn. Le projet de loi proposait d'abolir la monarchie britannique, le Royaume-Uni devenant un « Commonwealth démocratique, fédéral et laïc de Grande-Bretagne », ou en fait une république dotée d'une constitution codifiée. Il a été introduit par Benn à plusieurs reprises jusqu'à la retraite de Benn en 2001, mais n'a jamais atteint une deuxième lecture. En vertu du projet de loi : La monarchie serait abolie et le statut constitutionnel de la Couronne terminé ; L'Église d'Angleterre serait dissoute; Le chef de l'État serait un président, élu par une séance conjointe des deux chambres du Parlement du Commonwealth ; Les fonctions de la prérogative royale seraient transférées au Parlement ; Le Conseil privé serait aboli et remplacé par un Conseil d'État ; La Chambre des Lords serait remplacée par une Chambre du peuple élue, avec une représentation égale des hommes et des femmes ; La Chambre des communes aurait également une représentation égale des hommes et des femmes; L'Angleterre, l'Écosse et le Pays de Galles auraient leurs propres parlements nationaux décentralisés avec la responsabilité des questions décentralisées comme convenu ; Les juges et les magistrats des tribunaux de comté seraient élus; et la juridiction britannique sur l'Irlande du Nord prendrait fin. Le système judiciaire serait réformé et un service juridique national serait créé. La Constitution serait codifiée et un processus d'amendement établi. L'âge de voter serait abaissé de 18 à 16 ans. Les députés et autres fonctionnaires prêteraient serment à la Constitution, pas à la Couronne.
Commonwealth de_Catalogne/Commonwealth de Catalogne :
Le Commonwealth de Catalogne ( catalan : Mancomunitat de Catalunya , IPA : [məŋkumuniˈtad də kətəˈluɲə] ) était une assemblée délibérante composée des conseillers des quatre provinces de Catalogne . Promu dans ses derniers stades de gestation par la Ligue régionaliste de Catalogne, il est fortement soutenu par référendum municipal en octobre 1913. : 8 Le Commonwealth est créé en 1914 (symboliquement le 200e anniversaire de l'année de la perte des institutions l'administration centrale espagnole) et a été dissous et interdit en 1925 pendant la dictature de Miguel Primo de Rivera. Bien qu'il n'ait eu que des fonctions administratives et que ses pouvoirs n'allaient pas au-delà de ceux des conseils provinciaux, il avait une grande importance symbolique et pratique : il représentait la première reconnaissance par l'État espagnol de l'identité et de l'unité territoriale de la Catalogne depuis 1714.: 19 et a été responsable de la création de nombreuses institutions publiques dans les domaines de la santé, de la culture et de l'enseignement technique et scientifique et notamment du soutien à la langue catalane.: 9
Commonwealth of_Dominica_passport/Passeport du Commonwealth de la Dominique :
Le passeport du Commonwealth de la Dominique est délivré aux citoyens du Commonwealth de la Dominique pour les voyages internationaux. Le passeport est un passeport Caricom car la Dominique est membre de la Communauté des Caraïbes. Le gouvernement du Commonwealth de la Dominique a délivré de nouveaux passeports électroniques biométriques à ses citoyens le 19 juillet 2021, améliorant le système de passeport en dépensant 13 millions de dollars pour améliorer la sécurité nationale à travers les frontières.
Commonwealth d'Angleterre/Commonwealth d'Angleterre :
Le Commonwealth était la structure politique pendant la période de 1649 à 1660 lorsque l'Angleterre et le Pays de Galles, plus tard avec l'Irlande et l'Écosse, étaient gouvernés comme une république après la fin de la Seconde Guerre civile anglaise et le procès et l'exécution de Charles I. La république l'existence a été déclarée par "une loi déclarant l'Angleterre comme un Commonwealth", adoptée par le Parlement croupion le 19 mai 1649. Le pouvoir au début du Commonwealth était principalement dévolu au Parlement et à un Conseil d'État. Au cours de la période, les combats se sont poursuivis, en particulier en Irlande et en Écosse, entre les forces parlementaires et leurs opposants, dans le cadre de ce que l'on appelle maintenant généralement la troisième guerre civile anglaise . En 1653, après la dissolution du Parlement croupion, le Conseil de l'armée adopta l'Instrument de gouvernement qui fit d'Oliver Cromwell Lord Protecteur d'un "Commonwealth d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande" uni, inaugurant la période désormais généralement connue sous le nom de Protectorat. Après la mort de Cromwell, et après une brève période de règne sous son fils, Richard Cromwell, le Parlement du Protectorat a été dissous en 1659 et le Parlement croupion a été rappelé, entamant un processus qui a conduit à la restauration de la monarchie en 1660. Le terme Commonwealth est parfois utilisé pour l'ensemble de 1649 à 1660 - appelé par certains l' Interrègne - bien que pour d'autres historiens, l'utilisation du terme soit limitée aux années précédant l'accession formelle au pouvoir de Cromwell en 1653. Rétrospectivement, la période de régime républicain pour l'Angleterre était un échec à court terme. Au cours de la période de 11 ans, aucun gouvernement stable n'a été établi pour gouverner l'État anglais pendant plus de quelques mois à la fois. Plusieurs structures administratives ont été mises à l'essai et plusieurs parlements ont été convoqués et siégés, mais peu de lois significatives et durables ont été adoptées. La seule force qui le maintenait ensemble était la personnalité d'Oliver Cromwell, qui exerçait un contrôle par l'intermédiaire de l'armée par le biais des "Grands", étant les majors-généraux et d'autres hauts responsables militaires de la New Model Army. Non seulement le régime de Cromwell s'est effondré dans une quasi-anarchie après sa mort et la brève administration de son fils, mais la monarchie qu'il a renversée a été restaurée en 1660, et son premier acte a été officiellement d'effacer toute trace de toute réforme constitutionnelle de la période républicaine. Pourtant, le souvenir de la cause parlementaire, surnommée la bonne vieille cause par les soldats de la New Model Army, persistait. Il porterait à travers la politique anglaise et aboutirait finalement à une monarchie constitutionnelle. La période du Commonwealth est mieux connue pour les succès militaires de Thomas Fairfax, Oliver Cromwell et de la New Model Army. Outre des victoires retentissantes dans la guerre civile anglaise, la marine réformée sous le commandement de Robert Blake a vaincu les Néerlandais lors de la première guerre anglo-néerlandaise qui a marqué le premier pas vers la suprématie navale de l'Angleterre. En Irlande, la période du Commonwealth est connue pour l'assujettissement brutal des Irlandais par Cromwell, qui a poursuivi les politiques des périodes Tudor et Stuart.
Communauté des_États_indépendants/Communauté des États indépendants :
La Communauté des États indépendants (CEI) est une organisation intergouvernementale régionale en Europe de l'Est et en Asie. Il a été formé à la suite de la dissolution de l'Union soviétique en 1991. Il couvre une superficie de 20 368 759 km2 (7 864 422 milles carrés) et compte une population estimée à 239 796 010 habitants. La CEI encourage la coopération dans les affaires économiques, politiques et militaires et dispose de certains pouvoirs relatifs à la coordination du commerce, des finances, de la législation et de la sécurité. Il a également promu la coopération en matière de prévention de la criminalité transfrontalière. La CEI a ses origines avec l'Empire russe, qui a été remplacé en 1917 par la République russe après la révolution de février plus tôt cette année-là. Après la révolution d'octobre, la République socialiste fédérative soviétique de Russie est devenue la principale république de l'Union soviétique (URSS) lors de sa création avec le traité de 1922 et la déclaration de création de l'URSS avec la RSS de Biélorussie, la RSS d'Ukraine et la RSFS transcaucasienne. Lorsque l'URSS a commencé à tomber en 1991, les républiques fondatrices ont signé les accords de Belavezha le 8 décembre 1991, déclarant que l'Union soviétique cesserait d'exister et proclamant la CEI à sa place. Quelques jours plus tard, le protocole d'Alma-Ata était signé, qui déclarait la dissolution de l'Union soviétique. Les États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie), qui considèrent leur appartenance à l'Union soviétique comme une occupation illégale, ont choisi de ne pas y participer. La Géorgie a retiré son adhésion en 2008 à la suite de la guerre russo-géorgienne. L'Ukraine a officiellement mis fin à sa participation aux organes statutaires de la CEI en 2018, bien qu'elle ait cessé de participer à l'organisation bien plus tôt. Huit des neuf États membres de la CEI participent à la zone de libre-échange de la CEI. Trois organisations sont issues de la CEI, à savoir l'Organisation du Traité de sécurité collective, l'Union économique eurasienne (aux côtés de subdivisions, l'Union douanière eurasienne et l'Espace économique eurasien) ; et l'État de l'Union. Alors que la première et la seconde sont des alliances militaires et économiques, la troisième vise à parvenir à une union supranationale de la Russie et de la Biélorussie avec un gouvernement, un drapeau, une monnaie communs, etc.
Commonwealth of_Independent_States_Cup/Coupe du Commonwealth des États indépendants :
The Commonwealth of Independent States Cup (Russian: Кубок чемпионов Содружества, Кубок Содружества, Кубок чемпионов содружества стран СНГ и Балтии) is a defunct annual regional association football tournament, recognized by FIFA.The tournament was initially established for football clubs of the former Soviet Union républiques en 1993 (un an après l'effondrement). À plusieurs reprises, certaines organisations nationales de football des anciennes républiques soviétiques ainsi que des clubs individuels ont refusé de participer au tournoi pour différentes raisons. Habituellement, l'invitation était envoyée aux meilleurs clubs des États membres de la Communauté des États indépendants, ainsi qu'à l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, c'est-à-dire un champion ou un finaliste, tandis que dans les éditions ultérieures, la Coupe (avant 2012) a vu la participation de clubs de Serbie et de Finlande. En 2012, la Coupe CIS est devenue une compétition d'équipes nationales de jeunes. Auparavant, seule l'équipe russe des moins de 21 ans participait à la compétition. Le concours a été supprimé en 2016.
Commonwealth of_Independent_States_Free_Trade_Area/Commonwealth of Independent States Free Trade Area :
La zone de libre-échange de la Communauté des États indépendants (CISFTA) est une zone de libre-échange entre la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie, l'Ouzbékistan, la Moldavie, l'Arménie, le Kirghizistan, le Kazakhstan et le Tadjikistan. Cinq participants à l'ALECIS, tous à l'exception de l'Ukraine, de l'Ouzbékistan, de la Moldavie et du Tadjikistan, sont membres de l'Union économique eurasienne, qui comprend un marché économique unique. L'Ouzbékistan et la Moldavie sont cependant observateurs.
Commonwealth of_Independent_States_national_bandy_team/Commonwealth of Independent States national bandy team :
L'équipe nationale de bandy de la Communauté des États indépendants était le nouveau nom de l'équipe nationale de bandy de l'Union soviétique après la dissolution de l'Union soviétique en décembre 1991. L'équipe n'existait qu'en janvier et février 1992, jouant à des jeux que l'Union soviétique avait précédemment réservés. pour. Sa dernière apparition a eu lieu à la Coupe du gouvernement russe 1992 du 28 janvier au 2 février 1992, où il jouait également contre la nouvelle équipe nationale russe de bandy. Depuis lors, la Communauté des États indépendants n'a pas d'équipe de bandy unifiée, car de nombreux États membres du Commonwealth ont créé leurs propres équipes nationales. Il y avait aussi une équipe de jeunes tout aussi éphémère pour le Commonwealth, participant au championnat du monde Bandy 1992 Y-23.
Commonwealth d'Israël/Commonwealth d'Israël :
Commonwealth d'Israël est la traduction anglaise du grec πολιτείας (politeias) mentionné dans Éphésiens 2:12. Le contexte des versets environnants, Ephésiens 2:11-13, implique l'union des Gentils avec les Juifs, qui avaient été historiquement l'héritage de Dieu et l'objet des promesses de Dieu. 11 C'est pourquoi, souvenez-vous que vous, autrefois Gentils dans la chair, appelés incirconcis par ce qu'on appelle la circoncision faite dans la chair par les mains, 12 qu'en ce temps-là vous étiez sans Christ, étrangers à la communauté d'Israël et étrangers à la alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. 13 Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez autrefois éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. (NKJV) Les partisans de la théologie des Deux Maisons voient dans la bénédiction de Joseph sur Éphraïm et Manassé la preuve que les dix tribus du Royaume d'Israël sont devenues une "multitude de nations". La théologie du Commonwealth observe de nombreux autres versets bibliques qui prédisent et affirment que la maison d'Israël a été "dispersée", engloutie", "pas un peuple." Cette théologie considère que les Gentils (nations) "rapprochés par le sang de Christ " peut être indiscernable des descendants génétiques des tribus perdues et identique aux " croyants dispersés parmi les nations " (l'Église). Ce lien entre les tribus dispersées d'Israël et les Gentils semblerait être étayé par Jean 7:35 : « Alors les Juifs dirent entre eux : Où ira-t-il, pour que nous ne le trouvions pas ? ira-t-il vers les dispersés parmi les Gentils et enseignera-t-il les Gentils?" (LSG) La position de la théologie du Commonwealth selon laquelle le Commonwealth d'Israël désigne plus qu'un simple Royaume d'Israël restauré / uni est encore étayée par les versets d'Ephésiens Ch. 2 qui suivent la référence de Paul à la république : « Car lui-même est notre paix, lui qui a fait l'un des deux, et qui a renversé le mur moyen de séparation, ayant aboli dans sa chair l'inimitié, c'est-à-dire la loi des commandements contenue dans les ordonnances. , afin de créer en lui-même un homme nouveau à partir des deux, faisant ainsi la paix, et qu'il puisse les réconcilier tous les deux avec Dieu en un seul corps par la croix, mettant ainsi à mort l'inimitié. Et il est venu et a prêché la paix à vous qui étiez loin et à ceux qui étaient près. 18 Car par lui nous avons tous deux accès au Père par un seul Esprit" (Eph. 2:14-18). "Un homme nouveau" implique quelque chose qui n'existait pas auparavant, quelque chose d'unique et en dehors du Royaume-Uni sous le roi David et Salomon. De plus, les antécédents de "nous tous les deux" se réfèrent aux Gentils qui étaient aliénés, étrangers, éloignés, et les destinataires des promesses qui incluraient les deux maisons du Royaume Divisé. Une fois de plus, cet élément ajouté du Les Gentils dépassent le Royaume originel composé uniquement des enfants d'Israël et accomplissent la prophétie d'Isaïe 49:8 : Ainsi parle le Seigneur : « En un temps agréable je t'ai exaucé, et au jour du salut je t'ai secouru ; Je te préserverai et te donnerai comme alliance au peuple, pour restaurer la terre, pour lui faire hériter les héritages désolés ; »
Commonwealth of_Learning/Commonwealth of Learning :
Le Commonwealth of Learning (COL) est une organisation intergouvernementale du Commonwealth dont le siège social est situé dans la région métropolitaine de Vancouver, en Colombie-Britannique, au Canada. Travaillant en collaboration avec des organisations gouvernementales et non gouvernementales et d'autres institutions du Commonwealth, ainsi qu'avec des agences de développement internationales, le COL a pour mandat de promouvoir l'utilisation des connaissances, des ressources et des technologies de l'apprentissage ouvert et de l'enseignement à distance. Le Conseil des gouverneurs est présidé par le professeur Narend Baijnath, ancien directeur général du Conseil de l'enseignement supérieur, Afrique du Sud.
Communauté de_Municipalités_de_la_Vall_d%27Albaida/Communauté de Municipalités de la Vall d'Albaida :
La Communauté de Communes de la Vall d'Albaida est la communauté d'hommes de la comarque de la Vall d'Albaida, en Espagne. Il est composé des 34 municipalités qui composent la comarca avec une population totale de 90 783 habitants, avec une extension de 721,60 km² (278,61 milles carrés). L'actuel président (2015) du Commonwealth est Vicent Gomar Moscardó.
Commonwealth of_Nations/Commonwealth of Nations :
Le Commonwealth des Nations, simplement appelé le Commonwealth, est une association politique de 56 États membres, dont la grande majorité sont d'anciens territoires de l'Empire britannique. Les principales institutions de l'organisation sont le Secrétariat du Commonwealth, qui se concentre sur les aspects intergouvernementaux, et la Fondation du Commonwealth, qui se concentre sur les relations non gouvernementales entre les États membres. Le Commonwealth remonte à la première moitié du XXe siècle avec la décolonisation du Empire britannique grâce à une autonomie accrue de ses territoires. Il a été créé à l'origine sous le nom de Commonwealth britannique des nations par la déclaration Balfour à la conférence impériale de 1926, et officialisé par le Royaume-Uni par le statut de Westminster en 1931. L'actuel Commonwealth des nations a été officiellement constitué par la déclaration de Londres en 1949, qui a modernisé la communauté et établi les États membres comme " libres et égaux ". Le chef du Commonwealth est actuellement la reine Elizabeth II ; la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth de 2018 a nommé Charles, prince de Galles, pour être son successeur désigné, bien que le poste ne soit pas héréditaire. Elizabeth II est le chef d'État de 15 États membres, connus sous le nom de royaumes du Commonwealth, tandis que 36 autres membres sont des républiques et 5 autres ont des monarques différents. Les États membres n'ont aucune obligation légale les uns envers les autres, mais sont liés par leur utilisation de la langue anglaise. et liens historiques. La Charte du Commonwealth définit leurs valeurs communes de démocratie, de droits de l'homme et d'État de droit, telles que promues par les Jeux quadriennaux du Commonwealth.
Commonwealth of_Nations_membership_criteria/Critères d'adhésion au Commonwealth of Nations :
Les critères d'adhésion au Commonwealth des Nations, qui s'appliquent aux États membres actuels et potentiels, ont été modifiés par une série de documents publiés au cours des quatre-vingt-deux dernières années. Les plus importants de ces documents étaient le Statut de Westminster (1931), la Déclaration de Londres (1949), la Déclaration de Singapour (1971), la Déclaration de Harare (1991), le Millbrook Commonwealth Action Programme (1995), la Déclaration d'Édimbourg (1997 ) et le Communiqué de Kampala (2007). Les nouveaux États membres du Commonwealth doivent respecter certains critères découlant de ces documents, dont les plus importants sont les principes de Harare et les critères d'Édimbourg. Les principes de Harare exigent que tous les États membres du Commonwealth, anciens et nouveaux, respectent certains principes politiques, notamment la démocratie et le respect des droits de l'homme. Celles-ci peuvent être appliquées aux membres actuels, qui peuvent être suspendus ou expulsés pour non-respect de celles-ci. À ce jour, les Fidji, le Nigéria, le Pakistan et le Zimbabwe ont été suspendus pour ces motifs ; Le Zimbabwe s'est ensuite retiré. Le premier des critères d'Édimbourg exige que les nouveaux États membres aient des liens constitutionnels ou administratifs avec au moins un État membre actuel du Commonwealth des Nations. Traditionnellement, les nouveaux États membres du Commonwealth avaient des liens avec le Royaume-Uni. Les critères d'Édimbourg sont nés de l'adhésion en 1995 du Mozambique, à l'époque le seul État membre à n'avoir jamais fait partie de l'Empire britannique (en tout ou en partie). Les critères d'Édimbourg ont été revus et révisés lors de la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth de 2007, permettant l'admission du Rwanda lors de la réunion de 2009.
Commonwealth of_Pagan_Communities_of_Siberia%E2%80%93Siberian_Veche/Commonwealth of Pagan Communities of Siberia–Siberian Veche :
Le Commonwealth des communautés païennes de Sibérie-Siberian Veche (en russe : Содружество Языческих Общин Сибири–Сибирское Вече), est une organisation rodnovrienne20 qui couvre la région de Sibérie, officiellement reconnue depuis Bien qu'il soit principalement consacré à la religion slave, la participation d'individus et de communautés de religions autochtones sibériennes est la bienvenue, et certaines communautés membres (dont Svarte Aske) suivent les croyances païennes germaniques. L'organisation est dirigée par Trislav du kraï de l'Altaï et compte des communautés à Novossibirsk, Krasnoïarsk, Tomsk, Kemerovo, Barnaul et le district de Rebrikhinsky du kraï de l'Altaï, mais aussi à Almaty, au Kazakhstan.
Commonwealth of_Pennsylvania_v._Tluchak/Commonwealth of Pennsylvania c. Tluchak :
Commonwealth c. Tluchak, 166 Pa. Super. 16, 70 A.2d 657 (1950). Le juge Reno a rédigé l'avis de la Cour. Cette affaire dans le Commonwealth de Pennsylvanie aux États-Unis implique des accusés reconnus coupables de vol. À Tluchak, les accusés avaient vendu une ferme à un autre couple. Entre le moment de la vente et le moment où les acquéreurs ont emménagé, les défendeurs ont emporté plusieurs objets qui se trouvaient sur la propriété. A cette époque, les défendeurs-vendeurs n'étaient pas les propriétaires légaux du bien, mais ils en étaient les possesseurs légaux. La Cour a estimé que les défendeurs ne pouvaient être reconnus coupables de vol parce qu'ils n'avaient jamais porté atteinte à l'intérêt possessoire des acheteurs. Cette affaire met non seulement en évidence cet élément de vol, mais aide également à montrer comment le vol est né d'une intrusion criminelle.
Commonwealth of_World_Citizens/Commonwealth of World Citizens :
Le Commonwealth des Citoyens du Monde (appelé plus tard «République Mondcivitan» d'après l'espéranto) a été fondé par Hugh J. Schonfield, un associé de HG Wells, en 1956. L'organisation se décrit comme une nation servante.
Commonwealth of_the_Bahamas_Trade_Union_Congress/Congrès des syndicats du Commonwealth des Bahamas :
Le Congrès des syndicats du Commonwealth des Bahamas est une fédération syndicale centrale aux Bahamas. Leadership : Président : Obie Ferguson Jr. Secrétaire général : Tyrone Morris
Commonwealth of_the_Northern_Mariana_Islands_Public_School_System/Commonwealth of the Northern Mariana Islands Public School System :
Le système scolaire public du Commonwealth des îles Mariannes du Nord (CNMI PSS) est un district scolaire desservant les îles Mariannes du Nord, un territoire des États-Unis. Son siège social est à Susupe, Saipan.
Commonwealth des_Philippines/Commonwealth des Philippines :
Le Commonwealth des Philippines ( espagnol : Commonwealth de Filipinas ou Mancomunidad de Filipinas ; tagalog : Ang Komonwelt ng Pilipinas ou Malasariling Pamahalaan ng Pilipinas ) était l'organe administratif qui a gouverné les Philippines de 1935 à 1946, mis à part une période d'exil dans la Seconde Guerre mondiale de 1942 à 1945 lorsque le Japon a occupé le pays. Il a été créé à la suite de la loi Tydings – McDuffie pour remplacer le gouvernement insulaire , un gouvernement territorial des États-Unis. Le Commonwealth a été conçu comme une administration de transition en vue de l'accession complète du pays à l'indépendance. Ses affaires étrangères sont restées gérées par les États-Unis. Au cours de ses plus d'une décennie d'existence, le Commonwealth avait un exécutif fort et une Cour suprême. Sa législature, dominée par le Parti Nacionalista, était d'abord monocamérale, mais plus tard bicamérale. En 1937, le gouvernement a choisi le tagalog - la langue de Manille et de ses provinces environnantes - comme base de la langue nationale, même s'il faudra de nombreuses années avant que son usage ne se généralise. Le droit de vote des femmes a été adopté et l'économie a retrouvé son niveau d'avant la dépression avant l'occupation japonaise en 1942. En 1946, le Commonwealth a pris fin et les Philippines ont revendiqué la pleine souveraineté comme le prévoit l'article XVIII de la Constitution de 1935.
Période du Commonwealth/période du Commonwealth :
Un certain nombre de pays ont eu une période de l'histoire au cours de laquelle ils ont été un Commonwealth : Commonwealth d'Angleterre (1649-1660) Commonwealth des Philippines (1935-1946) Commonwealth islandais (930-1262)
Royaume du Commonwealth / Royaume du Commonwealth :
Un royaume du Commonwealth est un État souverain du Commonwealth des Nations qui a Elizabeth II comme monarque et chef d'État. Chaque royaume fonctionne comme un état indépendant, égal aux autres royaumes et nations du Commonwealth. En 1952, Elizabeth II était le monarque et chef d'État de sept États indépendants : le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud, le Pakistan et Ceylan. Depuis lors, de nouveaux royaumes ont été créés grâce à l'indépendance des anciennes colonies et dépendances, et certains royaumes sont devenus des républiques. La Barbade est le royaume le plus récent à devenir une république; il l'a fait le 30 novembre 2021. Grenadines, Îles Salomon, Tuvalu et Royaume-Uni. Tous sont membres du Commonwealth, une organisation intergouvernementale de 56 États membres indépendants, dont 52 étaient autrefois des territoires appartenant à l'Empire britannique. Tous les membres du Commonwealth sont des États souverains indépendants, qu'ils soient ou non des royaumes du Commonwealth. La reine Elizabeth II est à la tête du Commonwealth, un bureau reconnu par les États membres du Commonwealth comme le "symbole de leur libre association".
Commonwealth c._Abu-Jamal/Commonwealth c. Abu-Jamal :
Commonwealth of Pennsylvania v.Mumia Abu-Jamal était un procès pour meurtre de 1982 dans lequel Mumia Abu-Jamal a été jugé pour le meurtre au premier degré du policier Daniel Faulkner. Un jury a déclaré Abu-Jamal coupable de tous les chefs d'accusation et l'a condamné à mort. L'appel de la condamnation a été rejeté par la Cour suprême de Pennsylvanie en 1989, et au cours des deux années suivantes, la Cour suprême des États-Unis a rejeté à la fois la requête d'Abu-Jamal en bref de certiorari et sa requête en nouvelle audition. Abu-Jamal a poursuivi l'examen post-condamnation de l'État, dont le résultat a été une décision unanime de six juges de la Cour suprême de Pennsylvanie selon laquelle toutes les questions soulevées par lui, y compris l'allégation d'assistance inefficace d'un avocat, étaient sans fondement. La Cour suprême des États-Unis a de nouveau rejeté une requête en certiorari en 1999, après quoi Abu-Jamal a poursuivi l'examen fédéral de l'habeas corpus. En décembre 2001, le juge William H. Yohn, Jr. du tribunal de district des États-Unis pour le district oriental de Pennsylvanie a confirmé la condamnation d'Abu-Jamal mais a annulé sa peine initiale et a ordonné une nouvelle peine. Abu-Jamal et le Commonwealth de Pennsylvanie ont fait appel. Le 27 mars 2008, un panel de trois juges de la Cour d'appel des États-Unis pour le troisième circuit a rendu son avis confirmant la décision du tribunal de district. En avril 2009, l'affaire a été rejetée par la Cour suprême des États-Unis, autorisant la condamnation de juillet 1982. Le 7 décembre 2011, le procureur de district de Philadelphie R. Seth Williams a annoncé que les procureurs, avec le soutien de la famille de la victime, allaient ne demandent plus la peine de mort pour Abu-Jamal.
Commonwealth c._Alger/Commonwealth c. Alger :
Commonwealth c. Alger, 61 Mass. (7 Cush) 53, a été décidé par la Cour suprême judiciaire du Massachusetts en 1851. L'opinion majoritaire a été rédigée par le juge Lemuel Shaw.
Commonwealth contre Aves/Commonwealth contre Aves :
Commonwealth v. Aves , 35 Mass. 193 (1836), était une affaire devant la Cour judiciaire suprême du Massachusetts au sujet du transport d'esclaves vers des États libres. En août 1836, le juge en chef Lemuel Shaw a statué que les esclaves amenés au Massachusetts "à des fins temporaires d'affaires ou de plaisir" avaient droit à la liberté. L'affaire a été la plus importante victoire juridique des abolitionnistes dans les années 1830 et a créé un précédent majeur dans tout le Nord.
Commonwealth contre Brady/Commonwealth contre Brady :
Commonwealth v. Brady, 510 Pa. 123, 507 A.2d 66 (Pa. 1986), est une affaire tranchée par la Cour suprême de Pennsylvanie en 1986 qui a annulé près de deux siècles de droit décisionnel en Pennsylvanie et établi une exception de common law à la règle contre le ouï-dire.
Commonwealth c._Dent/Commonwealth c. Dent :
Commonwealth v. Dent, 2010 PA Super 47, 992 A.2d 190 (2010), était une affaire judiciaire de Pennsylvanie dans laquelle un tribunal du comté de Columbia a statué que le poker était un jeu d'adresse et non de chance, donc pas de jeu illégal selon les lois de l'État. Plus tard, le 2 avril 2010, une cour supérieure de Pennsylvanie a annulé la décision déclarant que le poker était un jeu de chance.
Commonwealth c._Donoghue/Commonwealth c.Donoghue :
Commonwealth c. Donoghue, 250 Ky. 343, 63 SW2d 3 (1933), était une affaire tranchée par la Cour d'appel du Kentucky impliquant un complot fondé sur des infractions pénales de droit commun importées par le biais de lois sur la réception.
Commonwealth c._Eberle/Commonwealth c. Eberle :
Commonwealth c. Eberle, 474 Pa. 548, 379 A.2d 90 (1977), est une affaire pénale impliquant le devoir de retraite. L'affaire a établi que pour contrer la justification ou l'excuse de la légitime défense, l'accusation doit démontrer qu'un accusé qui a utilisé la force meurtrière a eu une possibilité sûre de s'échapper.
Commonwealth c._Hunt/Commonwealth c. Hunt :
Commonwealth v. Hunt, 45 Mass. 111 (1842) était une affaire devant la Cour judiciaire suprême du Massachusetts au sujet des syndicats. Avant Hunt, la légalité des combinaisons de travail en Amérique était incertaine. En mars 1842, le juge en chef Lemuel Shaw a statué que les combinaisons de travail étaient légales à condition qu'elles soient organisées dans un but légal et aient utilisé des moyens légaux pour atteindre leurs objectifs.
Commonwealth c._Jennison/Commonwealth c. Jennison :
Commonwealth of Massachusetts c. Nathaniel Jennison était une affaire judiciaire décisive dans le Massachusetts en 1783 qui a effectivement aboli l'esclavage dans cet État. C'était la troisième d'une série d'affaires connues sous le nom d'affaires Quok Walker. Nathaniel Jennison a été arrêté pour avoir battu Quock Walker et inculpé d'une accusation criminelle de coups et blessures en septembre 1781. Le procès devant la Cour suprême judiciaire du Massachusetts a eu lieu en avril 1783. La défense de Jennison était que Walker était un esclave en fuite, mais Walker a répliqué que la Constitution du Massachusetts avait rendu l'esclavage illégal en 1780. Le juge en chef William Cushing a accepté cet argument et a ordonné au jury que la question de savoir si Walker avait été libéré ou non n'était pas pertinente car l'esclavage n'était plus constitutionnel. Le jury a condamné Jennison à une amende de quarante shillings. L'affaire n'a pas été largement médiatisée, mais il a été clair que la loi ne défendrait pas les droits de propriété des propriétaires d'esclaves. Parce que cette loi dépendait de la personne asservie pour prendre des mesures pour gagner sa liberté (soit en faisant appel aux tribunaux, soit en s'enfuyant), des personnes sans le savoir ou les moyens d'agir ont continué à être détenues comme esclaves pendant des années après la décision. L'esclavage (ou la volonté de révéler sa présence) a décliné de sorte qu'au moment du recensement de 1790, aucun esclave n'était enregistré dans cet État. Cependant, il est entendu que de nombreux anciens propriétaires d'esclaves ont reclassé leurs anciens esclaves en tant que "serviteurs sous contrat" ​​toujours légaux. Cela a permis aux anciens maîtres d'être à la fois conformes à la loi et toujours en mesure de profiter du travail d'esclaves qui, autrement, ne pourraient peut-être pas se libérer. Edward L. Bell, dans son livre récent, "Persistence of Memories of Slavery and Emancipation in Historical Andover", a écrit ce qui suit : "Les affaires 'Mum Bett' et 'Quock Walker' ont été entendues comme des procès devant jury avec des résultats spécifiques aux parties. les décisions des tribunaux des plaidoyers communs et de la Cour judiciaire suprême n'étaient pas publiées et n'existaient que sous forme manuscrite originale.Dans les cercles juridiques du XVIIIe siècle, qui dépendaient de la mémoire des décisions judiciaires et des décisions de justice pour invoquer les principes de common law établis par cas, les affaires ont rapidement été Les professionnels du droit en exercice dans au moins les comtés de Berkshire et de Worcester se sont souvenus du résultat pendant un certain temps et ont conseillé à leurs clients propriétaires d'esclaves de la futilité de défendre ou de faire appel de poursuites pour la liberté dans un paysage juridique en mutation » (Bell 197).
Commonwealth c._Kneeland/Commonwealth c. Kneeland :
Commonwealth of Massachusetts v.Abner Kneeland était une affaire judiciaire de l'État du Massachusetts de 1838, remarquable pour être la dernière fois qu'un tribunal des États-Unis a emprisonné un accusé pour blasphème.
Commonwealth c._Malone/Commonwealth c. Malone :
Commonwealth v. Malone, 354 Pa. 180, 47 A.2d 445 (1946), était une affaire tranchée par la Cour suprême de Pennsylvanie qui a confirmé la condamnation d'un adolescent pour meurtre au deuxième degré. Les adolescents avaient joué à une version modifiée de la roulette russe appelée Russian Poker, dans laquelle ils visaient et appuyaient à tour de rôle sur la gâchette d'un revolver, plutôt que sur leur propre tête. Par conséquent, sans intention de tuer ou de blesser, Malone avait pointé l'arme sur la tête de son ami et appuyé sur la gâchette, le tuant. Cependant, le tribunal a statué que « lorsqu'un individu commet un acte d'insouciance grossière sans tenir compte de la probabilité que la mort d'autrui en résulte, cet individu présente l'état d'esprit requis pour maintenir une condamnation pour homicide involontaire, même s'il n'a pas l'intention que la mort s'ensuive. "Le cas est souvent utilisé pour illustrer le meurtre au cœur dépravé - c'est-à-dire les cas où il y a une telle insouciance et une telle indifférence à la vie et au risque de mort qu'il y a une mens rea pour le meurtre malgré le fait que le meurtre de la victime spécifique n'était pas intentionnel. Il n'a pas encore été établi si le simple fait de participer à un jeu de roulette russe dans lequel un autre participant se tue de sa propre main pourrait constituer un homicide involontaire ou une forme moindre de complot ou d'homicide pour les autres personnes impliquées qui ont survécu.
Commonwealth c._Matos/Commonwealth c. Matos :
Commonwealth v.Matos, 672 A.2d 769 (1996), est une affaire de la Cour suprême de l'État de Pennsylvanie qui a développé davantage la loi constitutionnelle de Pennsylvanie en offrant une plus grande protection de la vie privée que celles garanties par le quatrième amendement à la Constitution des États-Unis. Plus précisément, lorsque la police ne possède ni cause probable ni soupçon raisonnable, les objets interdits rejetés par une personne fuyant un policier sont le fruit d'une saisie illégale. L'affaire s'écarte de la décision California v. Hodari D., 499 US 621 (1991), qui a statué que les suspects en fuite ne peuvent être considérés comme saisis aux fins de la Constitution américaine. Elle fait partie d'une famille de jurisprudence étatique concernant le phénomène du « nouveau fédéralisme judiciaire ». Les avocats de la défense pénale de Pennsylvanie peuvent citer l'affaire dans le cadre d'une requête visant à supprimer des preuves matérielles où le défendeur jette des drogues, des armes ou d'autres objets de contrebande tout en fuyant la police.
Commonwealth c._Mitchneck/Commonwealth c. Mitchneck :
Commonwealth c. Mitchneck, 130 Pa. Super. 433, 198 A. 463 (1938), est une affaire criminelle impliquant le sens du vol et de la propriété. : 943–4 Mitchneck exploitait une mine de charbon. Les employés de Mitchneck ont ​​signé des ordonnances enjoignant à Mitchneck de déduire des montants de leur salaire pour payer leurs factures dans un magasin. : 943–4 Mitchneck n'a pas payé leurs factures.: 943–4 Mitchneck a été reconnu coupable de détournement frauduleux de l'argent de l'employé. : 943–4 La Cour supérieure de Pennsylvanie a annulé la condamnation et ordonné l'acquittement. entre leurs mains afin de transférer la propriété.: 943–4 Le tribunal a jugé que le tribunal pénal ne peut pas être utilisé comme substitut au tribunal civil pour recouvrer une dette.: 943–4 Le tribunal a écrit: "Le défendeur ... n'avait pas reçu , et il n'avait pas non plus en sa possession d'argent appartenant à ses employés. Certes, il leur devait de l'argent, mais cela ne leur transférait pas le titre et la propriété de l'argent... L'argent, si Mitchneck l'avait effectivement, de qu'il n'y avait aucune preuve, était toujours le sien, mais, un Après avoir accepté les cessions, il devait l'argent au [magasin] plutôt qu'aux [employés]... Le défaut de paiement de la somme due au nouveau créancier n'était pas une conversion frauduleuse... La responsabilité du défendeur pour les salaires impayés dus à ses employés étaient et restaient civils et non criminels. Sa responsabilité pour la somme due [au magasin] après son accord... était également civile et non pénale..."
Commonwealth c._Mochan/Commonwealth c. Mochan :
Commonwealth c. Mochan 177 Pa. Super. 454 (1955) est une affaire qui porte sur une conduite qui n'est pas interdite par la loi, mais qui était interdite par la common law.
Commonwealth c._Morrow/Commonwealth c. Morrow :
Commonwealth v. Morrow (1815) était une décision de Pennsylvanie rendue par la Cour ajournée des sessions trimestrielles du comté d'Allegheny sur la question de la syndicalisation. Dans cette affaire, le jury a convenu que les maîtres cordonniers, les compagnons et le public étaient mis en danger par l'association de compagnons et a rendu un verdict de culpabilité sur des accusations de complot. Les Cordwainers de Pittsburgh et la décision de la Cour sur Commonwealth c. Morrow ont réaffirmé les vues de la Cour sur les premières formes de syndicalisation américaine - que les activités exercées par ces syndicats étaient illégales. Les procureurs ont convoqué d'anciens membres des compagnons cordonniers et des maîtres compagnons, la plupart des propriétaires des magasins. Ces témoins ont fourni des récits de négociations collectives, qui ont chassé les non-membres du marché du travail en refusant de travailler avec eux. Les accusés ont fait valoir que chaque homme a le droit de déterminer ses propres salaires souhaités et que le faire en tant qu'unité collective était légal. Cette affaire judiciaire a établi que la formation de syndicats et ses activités étaient illégales, sous la forme d'un complot. La légalité des syndicats en tant qu'entité légitime serait établie 25 ans plus tard dans Commonwealth c. Hunt, une décision de la Cour suprême du Massachusetts. Commonwealth c. Morrow, cependant, sert d'exemple de la syndicalisation précoce des travailleurs aux États-Unis et des défis auxquels elle a été confrontée.
Commonwealth c._O%27Malley/Commonwealth c.O'Malley :
Commonwealth v.O'Malley, 97 Mass. 584 (1867), était une affaire tranchée par la Cour suprême du Massachusetts qui a annulé une condamnation pour détournement de fonds parce que les preuves étayaient une affaire de vol, même si le défendeur avait déjà été acquitté de vol. . L'affaire illustre le problème des lacunes dans les infractions de droit commun similaires avec des différences techniques, et ce problème a ensuite été résolu par la consolidation des infractions de droit commun dans des choses comme le Code pénal modèle.
Commonwealth c._Pullis/Commonwealth c. Pullis :
Commonwealth c. Pullis, 3 Doc. Hist. 59 (1806) était une affaire de droit du travail aux États-Unis et le premier cas signalé résultant d'une grève du travail aux États-Unis. Il a décidé que les grévistes étaient des conspirateurs illégaux.
Commonwealth c._Sharpless/Commonwealth c. Sharpless :
Commonwealth v Sharpless (2 Serg & Rawle 91 (Sup. Ct. Penn. 1815)) était un procès pour obscénité. Il a été décrit comme le premier procès pour obscénité aux États-Unis. Une action a été intentée par le Commonwealth de Pennsylvanie contre un Jesse Sharpless et cinq autres en 1815. L'objet en question était une peinture, exposée par le défendeur contre de l'argent, qui montrait " un homme dans une posture obscène, impudente et indécente avec une femme." Le nom du tableau n'a pas été conservé. Sa défense était que le tableau se trouvait chez lui et non dans un lieu public. Il a finalement été reconnu coupable. Il a fait appel, car il n'y avait pas de loi en Pennsylvanie contre l'obscénité à l'époque. Le jugement fut confirmé, puisque la poursuite pour obscénité n'était pas interdite. Le langage utilisé dans les documents judiciaires est similaire à celui utilisé dans l'accusation portée contre Peter Holmes en 1821, pour la publication des Mémoires d'une femme de plaisir. (Com. c. Holmes, 17 Mass. 336)
Commonwealth contre Twitchell/Commonwealth contre Twitchell :
Commonwealth c. Twitchell, 416 Mass. 114, 617 NE2d 609 (1993), a été la plus importante d'une série d'affaires pénales, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, dans lesquelles des parents membres de l'église de la Science Chrétienne ont été poursuivis pour la mort d'enfants dont les conditions médicales n'avaient été traitées que par la prière de la Science Chrétienne. En 1988, les procureurs du Massachusetts ont accusé David et Ginger Twitchell d'homicide involontaire coupable lors de la mort en 1986 de leur fils Robyn, âgé de deux ans. Robyn Twitchell est décédée d'une péritonite causée par une occlusion intestinale qui, selon les professionnels de la santé, aurait été facilement corrigible. La défense des Twitchell a soutenu que le couple était dans son droit au premier amendement de traiter la maladie de leur fils par la prière et que le Massachusetts avait reconnu ce droit dans une exemption à la loi interdisant la négligence envers les enfants. Les Twitchell ont été reconnus coupables d'homicide involontaire. Ils ont été condamnés à dix ans de probation et tenus d'amener leurs enfants restants à des visites régulières chez un pédiatre. La condamnation a été annulée en 1993 par la Cour judiciaire suprême du Massachusetts pour un détail juridique. Robert Gittens, s'exprimant au nom du bureau des procureurs, a commenté : « la loi est maintenant claire : les parents ne peuvent pas sacrifier la vie de leurs enfants au nom de la liberté religieuse ».
Commonwealth c._Wasson/Commonwealth c. Wasson :
Kentucky v. Wasson, 842 SW2d 487 (Ky. 1992), était une décision de la Cour suprême du Kentucky de 1992 annulant les lois anti-sodomie de l'État qui criminalisaient l'activité sexuelle entre deux personnes du même sexe, estimant qu'il s'agissait d'une violation à la fois de la une égale protection des lois et le droit à la vie privée. L'affaire du Kentucky a ouvert la voie à de nombreux autres États et éventuellement à la Cour suprême des États-Unis pour rendre des décisions similaires.
Commonwealth c._Welansky/Commonwealth c.Welansky :
Commonwealth v.Welansky, 316 Mass. 383, 55 NE2d 902 (1944), est une affaire pénale concernant l'incendie de Cocoanut Grove qui illustre les principes d'homicide par négligence et d'homicide imprudent dans le cas où il n'y a pas d'acte affirmatif, mais un échec à acte (omission) lorsqu'il y a une obligation de diligence. Barnett Welansky a été reconnu coupable d'homicide gratuit ou imprudent dans l'incendie de Cocoanut Grove. Welansky entretenait et exploitait la discothèque Cocoanut Grove, savait ou aurait dû savoir que les sorties de secours du club étaient inadéquates et enfreignaient les codes de sécurité du bâtiment, et alors que Welansky était hors site, le bâtiment a pris feu et des centaines n'ont pas pu s'échapper et sont morts. Le tribunal a écrit : Pour condamner l'accusé d'homicide involontaire ... Il suffisait de prouver que la mort résultait de son mépris gratuit ou imprudent de la sécurité de ses clients en cas d'incendie quelle qu'en soit la cause ... Habituellement, une conduite gratuite ou imprudente consiste en une affirmation agir... au mépris des conséquences néfastes probables pour autrui. Mais alors qu'il existe un devoir de diligence pour la sécurité des visiteurs d'affaires invités dans les locaux contrôlés par le défendeur, un comportement déréglé ou imprudent peut consister en un manquement intentionnel à cette diligence au mépris des conséquences préjudiciables probables pour eux ou de leur droit de diligence .
Commonwealth c._York/Commonwealth c. York :
Commonwealth v. York, 50 Mass. (9 Metcalf) 93 (1845), est une affaire pénale américaine qui crée un précédent dans laquelle il a été déterminé que bien que l'accusation doive établir tous les éléments d'un crime hors de tout doute raisonnable, le défendeur doit prouver la défense de provocation, qui concerne l'état mental de l'accusé : 17 Cela était conforme aux commentaires de Blackstone selon lesquels l'accusation doit prouver que l'accusé a commis un acte criminel, et l'accusé doit ensuite prouver "les circonstances de justification, d'excuse et d'atténuation". : 17 Dans les tribunaux fédéraux, mais pas dans tous les tribunaux, cela a changé avec Davis c. États-Unis (1895), qui a établi un précédent selon lequel il existe une présomption d'innocence quant à l'état mental d'être "légalement capable de commettre un crime". : 17
Commonwealth contre Bank_of_New_South_Wales/Commonwealth contre Bank of New South Wales :
Commonwealth v Bank of New South Wales, était une décision du Conseil privé qui a confirmé la décision de la Haute Cour d'Australie dans Bank of New South Wales v Commonwealth, promouvant la théorie des «droits individuels» pour assurer la liberté des échanges et du commerce interétatiques. L'affaire portait principalement sur l'article 92 de la Constitution australienne.
Commonwealth contre Griffith_(MA_1823)/Commonwealth contre Griffith (MA 1823) :
Commonwealth contre Griffith est une affaire de la Cour suprême du Massachusetts qui traitait d'un chasseur d'esclaves nommé Camillus Griffith qui a repris un esclave afro-américain nommé Randolph (nom de famille inconnu). Les problèmes soulevés dans cette affaire étaient que Griffith n'avait pas obtenu de mandat avant de saisir Randolph, si les esclaves étaient pris en compte dans la Constitution américaine et s'ils l'étaient, la loi sur les esclaves fugitifs de 1793 était-elle constitutionnelle, et enfin qui devrait prendre la décision concernant cette question sur esclaves et comment ils peuvent être saisis. L'affaire comprenait le juge en chef Parker qui a rendu un avis en accord avec le plaidoyer de Griffith et une dissidence du juge Thatcher qui a déclaré que la loi du Massachusetts ne devrait pas être violée, cependant, en même temps, la décision devrait être prise par le Congrès. La décision de l'affaire a vraiment analysé le sens du 4e amendement (1791) et a été l'un des nombreux cas qui ont ouvert la voie à la ratification du 13e amendement (1865).
Commonwealth contre Introvigne/Commonwealth contre Introvigne :
Commonwealth c. Introvigne était une décision de la Haute Cour australienne rendue le 3 août 1982 concernant le principe du devoir de diligence non délégable. Un étudiant a été blessé après qu'une partie d'un mât est tombé sur lui et a demandé avec succès des dommages-intérêts au Commonwealth pour sa blessure. Il a établi dans la loi australienne que les écoles ont un devoir de diligence indélébile envers leurs élèves.
Commonwealth contre Tasmanie/Commonwealth contre Tasmanie :
Commonwealth contre Tasmanie (populairement connue sous le nom d'affaire du barrage de Tasmanie) était une affaire judiciaire australienne importante, jugée par la Haute Cour d'Australie le 1er juillet 1983. L'affaire était une décision historique dans le droit constitutionnel australien et a été un moment important dans l'histoire. de conservation en Australie. L'affaire était centrée sur le projet de construction d'un barrage hydroélectrique sur la rivière Gordon en Tasmanie, qui était soutenu par le gouvernement tasmanien, mais opposé par le gouvernement fédéral australien et des groupes environnementaux.
Commonwealth contre Verwayen/Commonwealth contre Verwayen :
Commonwealth contre Verwayen, également connue sous le nom d'affaire Voyager, est une affaire de premier plan impliquant l'estoppel en Australie. Bernard Verwayen a poursuivi le gouvernement australien pour les dommages causés par une collision entre deux navires de la marine australienne. Un représentant du gouvernement a d'abord indiqué à Bernard Verwayen que le gouvernement n'invoquerait pas le délai de prescription comme moyen de défense à leur négligence. Devant le tribunal, cependant, le gouvernement s'est appuyé sur cette défense. Alors que la décision de la Haute Cour était partagée, une majorité de juges a estimé que le gouvernement ne pouvait pas invoquer cette déclaration comme moyen de défense. Les juges Toohey et Gaudron sont arrivés à cette conclusion en se fondant sur le fait que le gouvernement avait renoncé à son droit d'invoquer cette défense. Cependant, les juges Deane et Dawson sont arrivés à cette conclusion en vertu de la doctrine de l'estoppel, qui prévoit qu'un défendeur ne peut pas contredire une représentation ou une promesse antérieure faite qui a établi un état présumé des affaires juridiques. Cette affaire est le plus souvent mentionnée en relation avec son influence sur la doctrine de l'estoppel.
Commonwealth contre Yarmirr/Commonwealth contre Yarmirr :
Yarmirr contre Territoire du Nord était une affaire judiciaire australienne, tranchée en 2001. Il s'agissait d'une demande de détermination du titre indigène sur les mers, les fonds marins et le sous-sol, sur une zone du Territoire du Nord, finalement déterminée en appel devant la Haute Cour d'Australie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cross rhythm

Touches croisées/Touches croisées : Cross Keys ou Crosskeys peut faire référence à : Liste croisée/Liste croisée : La cotation croisée...