Rechercher dans ce blog

vendredi 29 juillet 2022

Committee of Fifty 1906""


Committee for_Human_Rights_in_North_Korea/Comité pour les droits de l'homme en Corée du Nord :
Le Comité pour les droits de l'homme en Corée du Nord (HRNK), anciennement connu sous le nom de Comité des États-Unis pour les droits de l'homme en Corée du Nord, est une organisation de recherche non gouvernementale basée à Washington, DC, qui « cherche à sensibiliser sur les conditions en Corée du Nord et à publier des recherches qui attirent l'attention du monde sur les violations des droits de l'homme dans ce pays. Les dirigeants du Comité ont témoigné devant le Congrès des droits de l'homme nord-coréens et du rapatriement forcé par la Chine des réfugiés nord-coréens. En avril 2012, HRNK a tenu sa première grande conférence sur les droits de l'homme nord-coréens pour lancer sa publication, The Hidden Gulag, deuxième édition, sur les camps de prisonniers politiques nord-coréens.

Committee for_Hungarian_Refugee_Relief/Comité d'aide aux réfugiés hongrois :
Le Comité du président américain pour l'aide aux réfugiés hongrois a été créé par le président Dwight D. Eisenhower le 12 décembre 1956. Tracy S. Voorhees en a été le président. La nécessité d'un tel comité est née du désir des États-Unis de subvenir aux besoins d'une partie des Hongrois qui ont fui leur pays à partir d'octobre 1956. Le Comité a fonctionné jusqu'en mai 1957. Pendant ce temps, le Comité a aidé à re- installer aux États-Unis plus de 30 000 réfugiés hongrois. Le petit personnel du comité a été financé à partir des crédits du Groupe des projets spéciaux. Une partie des archives du comité sont conservées dans les documents de Voorhees dans les collections spéciales et les archives universitaires de l'Université Rutgers et sont accessibles en ligne.
Comité pour_l'indépendance_et_la_démocratie_au_Laos/Comité pour l'indépendance et la démocratie au Laos :
Le Comité pour l'indépendance et la démocratie au Laos est un groupe politique, censé être composé d'anciens officiers de l'armée, de certains Hmong et d'autres mécontents du régime communiste au Laos. Ils ont revendiqué plusieurs attaques contre le gouvernement en 2004.
Comité pour_l'Infrastructure/Comité pour l'Infrastructure :
Le Comité pour l'Infrastructure est un comité de l'Assemblée d'Irlande du Nord créé pour conseiller, assister et contrôler le travail du Département de l'Infrastructure. La commission joue également un rôle clé dans la consultation, l'examen et l'élaboration de nouvelles législations. Jusqu'en 2016, la commission s'appelait la commission du développement régional.
Comité de_coopération_interparlementaire/Comité de coopération interparlementaire :
Le Comité pour la coopération interparlementaire ( indonésien : Badan Kerja Sama Antar Parlemen , BKSAP ) est un comité formé et dirigé par le Conseil représentatif du peuple d'Indonésie . Le comité constitue un organe complémentaire permanent du conseil. La composition et la composition du Comité de coopération interparlementaire sont déterminées par le Conseil représentatif du peuple en Assemblée plénière au prorata et pour la proportion d'une répartition égale du nombre de membres faction.
Comité_de_coopération_internationale_dans_la_recherche_nationale_en_démographie/Comité de coopération internationale dans la recherche nationale en démographie :
Le Comité de coopération internationale dans les recherches nationales en démographie, communément appelé CICRED, est une organisation non gouvernementale accréditée auprès du Conseil économique et social des Nations Unies. Fondé en 1972, il vise à développer la coopération entre les centres nationaux de recherche sur la population et à encourager de nouvelles recherches. Il sert de plate-forme d'interaction entre les centres de recherche et les organisations internationales, telles que la Division de la population des Nations Unies, le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Le CICRED a été dirigé de sa création jusqu'en 1990 par Jean Bourgeois-Pichat, puis Léon Tabah puis Philippe Collomb. Christophe Z Guilmoto est devenu le nouveau directeur en 2005. Le CICRED a élu Francis Gendreau comme premier président du Conseil en 1993 et ​​Gavin Jones en 2001. Le CICRED est aujourd'hui une association de plus de 700 organismes de recherche traitant des questions de population, des bureaux nationaux de statistique aux départements de recherche. en démographie. Son siège est situé à Paris dans les locaux de l'INED. L'Assemblée générale du CICRED composée des représentants des centres membres se réunit tous les quatre ans lors du Congrès international de la population de l'UIESP. Le Conseil du CICRED est composé de sept membres élus pour quatre ans par les membres, trois membres de droit issus d'organisations internationales et est présidé par le président. Le Conseil décide de l'administration du Comité et de ses orientations stratégiques. Au-delà de ses activités de mise en réseau, le CICRED mène également des programmes de recherche internationaux. Elle a récemment organisé plusieurs conférences ou séminaires sur des sujets tels que les aides et la mobilité spatiale, le dividende démographique, les interrelations population-environnement-développement ou encore le déficit féminin en Asie. Il a également publié des livres et des documents d'orientation consacrés aux problèmes démographiques contemporains.
Comité d'enquête_sur_les_accidents_d'aviation_nationaux/Comité d'enquête sur les accidents d'aviation nationaux :
Le Comité d'enquête sur les accidents de l'aviation nationale (en polonais : Komisja Badania Wypadków Lotniczych Lotnictwa Państwowego ; KBWLLP) est l'agence polonaise d'enquête sur les accidents d'aviation concernant les aéronefs d'État et militaires. Elle est distincte de la Commission d'État sur les enquêtes sur les accidents d'aviation, qui enquête sur les accidents de l'aviation civile. Depuis 2011, le ministre de l'Intérieur Jerzy Miller dirige l'agence. Le comité a été créé conformément au paragraphe 1, article 140 de la loi sur l'aviation du 3 juillet 2002, en vertu de la décision du ministre de la Défense. Le comité a mené l'enquête polonaise enquête sur le crash du Tu-154 de l'armée de l'air polonaise en 2010.
Committee for_Jewish_Refugees_ (Pays-Bas)/Comité pour les réfugiés juifs (Pays-Bas) :
Le Comité pour les réfugiés juifs (en néerlandais : Comité voor Joodsche Vluchtelingen) était une organisation caritative néerlandaise. Il a fonctionné de 1933 à 1941. Au début, il gérait les milliers de réfugiés juifs qui fuyaient le régime nazi en Allemagne. Ces réfugiés traversaient la frontière entre l'Allemagne et les Pays-Bas. Le Comité décida en grande partie lesquels des réfugiés pouvaient rester aux Pays-Bas. Les autres retournaient généralement en Allemagne. Pour les réfugiés autorisés à rester, il a fourni un soutien de plusieurs manières. Celles-ci comprenaient une aide financière directe et une aide à l'emploi et à la poursuite de l'émigration. Puis, en 1938, l'Allemagne annexa l'Autriche et les régions des Sudètes de la Tchécoslovaquie. De nombreux réfugiés sont alors également venus de ces régions. Dans la nuit du 9 novembre 1938, il y eut de violents pogroms contre les Juifs dans tout le Reich allemand et l'emprisonnement de milliers de Juifs sans inculpation. Cela a conduit à une nouvelle augmentation du nombre de Juifs traversant la frontière en quête de refuge et d'une nouvelle émigration. En fin de compte, le Comité était devenu "l'une des organisations les plus puissantes de la communauté juive néerlandaise dans les années 1930". La Seconde Guerre mondiale a commencé en septembre 1939. Les Pays-Bas ont été envahis et occupés par l'Allemagne en mai 1940. Le Comité a poursuivi ses travaux jusqu'à ce que l'Allemagne le ferme en mars 1941. L'un des principaux objectifs du Comité était d'aider les réfugiés juifs à émigrer. Environ 22 000 réfugiés ont quitté le continent européen avec l'aide du Comité. Ces réfugiés ont ainsi échappé au meurtre dans l'Holocauste. L'Allemagne a occupé les Pays-Bas jusqu'en 1945. Environ 100 000 Juifs des Pays-Bas ont été déportés et tués pendant l'occupation allemande.
Commission_de_la_justice/Commission de la justice :
Le Comité pour la justice est un comité de l'Assemblée d'Irlande du Nord créé pour conseiller, assister et examiner le travail du ministère de la Justice. Le Comité assume un rôle d'examen, d'élaboration de politiques et de consultation à l'égard du ministère de la Justice et joue un rôle clé dans l'examen et l'élaboration de la législation. Le comité a été créé à la suite de la décentralisation de la police et de la justice le 12 avril 2010, à la suite de l' accord du château de Hillsborough , conclu sous le gouvernement de Gordon Brown le 5 février 2010.
Comité pour_la_justice_et_la_paix_en_la_Terre_Sainte/Comité pour la justice et la paix en Terre Sainte :
Le Comité pour la justice et la paix en Terre Sainte était une organisation fondée en février 1948 par Virginia Gildersleeve et Kermit Roosevelt, Jr., dans le but de faire pression sur l'administration Truman pour qu'elle s'oppose à la création de l'État d'Israël et de faire pression sur les Nations Unies. de « reconsidérer sa décision désastreuse » de diviser le territoire à l'ouest du Jourdain en deux États : un juif et un arabe.
Comité des_noms_de_mammifères/Comité des noms de mammifères :
Le Comité pour les noms de mammifères ( finnois : Nisäkäsnimistötoimikunta ) est un groupe de travail qui développe des noms de mammifères en finnois.
Comité des_médicaments_à_usage_humain/Comité des médicaments à usage humain :
Le comité des médicaments à usage humain (CHMP), anciennement connu sous le nom de comité des spécialités pharmaceutiques (CPMP), est le comité de l'Agence européenne des médicaments chargé d'élaborer les avis de l'agence sur toutes les questions relatives aux médicaments à usage humain.
Comité des_médicaments_à_usage_vétérinaire/Comité des médicaments à usage vétérinaire :
Le comité des médicaments à usage vétérinaire (CVMP) est le comité de l'Agence européenne des médicaments chargé d'élaborer les avis de l'agence sur toutes les questions relatives aux médicaments vétérinaires.
Comité pour_Melbourne/Comité pour Melbourne :
Le Committee for Melbourne est une organisation à but non lucratif basée à Melbourne, en Australie. Le Comité a été fondé en 1985 pour réunir des entreprises, des universités et des organisations à but non lucratif dans le cadre d'activités, de réseautage et de conseils stratégiques au gouvernement. Son objectif est de maintenir Melbourne parmi les villes les plus vivables au monde.
Comité d'assistance militaro-technique/Comité d'assistance militaro-technique :
Le Comité d'assistance militaro-technique ( russe : Комитет Военно-Технической Помощи ) était une organisation créée en 1915 par les autorités tsaristes pour assurer une plus grande collaboration entre les experts industriels et techniques et l'effort de guerre russe.
Comité pour_le_moral_national/Comité pour le moral national :
Le Comité pour le moral national était un comité consultatif présidentiel des États-Unis pour l'administration de Franklin D. Roosevelt, organisé pour analyser le moral général de la nation pendant la Seconde Guerre mondiale, étudier les efforts de propagande des puissances de l'Axe et recommander des stratégies appropriées en réponse. Les membres comprenaient des journalistes, des anthropologues et des psychologues notables, dont George Gallup, Margaret Mead, Gordon Allport, Ruth Benedict, Hadley Cantril, Leonard Doob, Erik Erikson, Erich Fromm et Geoffrey Gorer.
Comité pour_la_révolution_nationale/Comité pour la révolution nationale :
Le Comité pour la révolution nationale ( chinois :民族革命委員會) était un parti nationaliste turc ouïghour qui existait en 1932-1934. Il a aidé à fonder la première république du Turkestan oriental. C'était anti-chinois, anti-chinois musulman, anti-communiste et anti-chrétien. Le chef des mineurs d'or de Karakash Ismail Khan Khoja, l'émir de Khotan Muhammad Amin Bughra, ses frères Abdullah Bughra, Nur Ahmad Jan Bughra et Sabit Damulla Abdulbaki ont rejoint le comité. Il comptait à l'origine 300 membres et 50 fusils. Le 20 février 1933, il met en place un gouvernement provisoire de Khotan avec Sabit comme Premier ministre et Muhammad Amin Bughra à la tête des forces armées. Elle a favorisé l'établissement d'une théocratie islamique.
Comité_pour_l'action_non-violente/Comité pour l'action_non-violente :
Le Comité pour l'action non violente (CNVA) était un groupe anti-guerre américain, formé en 1957 pour résister au programme d'essais d'armes nucléaires du gouvernement américain. C'était l'une des premières organisations à recourir à l'action directe non violente pour protester contre la course aux armements nucléaires. L'antécédent immédiat de la CNVA, un comité connu sous le nom d'action non violente contre les armes nucléaires, a été formé par le radical quaker Lawrence Scott. Parmi les autres dirigeants de la CNVA figuraient AJ Muste, Albert Bigelow, Bayard Rustin et George Willoughby.
Comité pour la_révolution_nonviolente/Comité pour la révolution nonviolente :
Le Comité pour la révolution non violente (CNVR) était une organisation pacifiste fondée à Chicago lors d'une conférence tenue du 6 au 9 février 1946. De nombreux membres fondateurs étaient des objecteurs de conscience qui avaient purgé une peine de prison ou dans des camps de la fonction publique civile pour leur refus. combattre pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils comprenaient Dave Dellinger, George Houser, Lew Hill, Ralph DiGia et Igal Roodenko. Les autres membres comprenaient Larry Scott, Alexander Katz et AJ Muste. Les militants, radicalisés par leurs expériences pendant la guerre, étaient mécontents de la War Resisters League et d'autres organisations pacifistes plus traditionnelles, comme la Fellowship of Reconciliation. Ils ont annoncé que "le moment est venu pour les éléments radicaux des groupes consacrés à la résistance à la guerre, au socialisme, au syndicalisme militant, à la coopération des consommateurs et à l'égalité raciale de tenter de se rassembler dans un programme commun d'action révolutionnaire". , et il s'est opposé à la formation des Nations Unies, faisant du piquetage devant l'hôtel Waldorf Astoria en 1946. Le groupe a également publié un certain nombre de bulletins et a réussi à parrainer une autre conférence, dont le thème était le radicalisme dans les cinq prochaines années, du 8 au 10 août. , 1947. Cependant, la grande variété d'opinions des membres, allant du pacifisme à l'anarcho-syndicalisme, rendait difficile une organisation efficace. En 1948, le groupe était essentiellement inactif et nombre de ses membres s'étaient regroupés pour former des artisans de la paix. D'anciens membres du CNVR ont également fondé des stations de radio publiques soutenues par des auditeurs dans la région de la baie, y compris KPFA.
Comité de la_responsabilité_nucléaire/Comité de la responsabilité nucléaire :
Le Comité pour la responsabilité nucléaire a été formé en tant qu '«organisation politique et éducative pour diffuser des opinions et des informations antinucléaires au public». Les objectifs de l'organisation étaient un moratoire sur l'énergie nucléaire et la commercialisation des sources d'énergie alternatives. John Gofman a fondé le Comité pour la responsabilité nucléaire en 1971, en tant que petite association à but non lucratif d'intérêt public avec quatre lauréats du prix Nobel à son conseil d'administration. Ces scientifiques du prix Nobel étaient Linus Pauling, Harold Urey, George Wald et James D. Watson. Parmi les autres scientifiques impliqués, citons Paul Ehrlich, John Edsall et Richard E. Bellman. Le conseil d'administration comprenait Lewis Mumford, Ramsey Clark, Ian MacHarg et Richard Max McCarthy. L'acteur Jack Lemmon a approuvé les objectifs du Comité pour la responsabilité nucléaire.
Committee for_Peace_and_Security_in_the_Gulf/Comité pour la paix et la sécurité dans le Golfe :
Le Comité pour la paix et la sécurité dans le Golfe (CPSG) était un « groupe bipartite dont les membres occupent une place prépondérante dans les cercles politiques internationaux américains... Le groupe de 39 membres, organisé sous le nom de Comité pour la paix et la sécurité dans le Golfe, comprenait d'anciens Le représentant américain Stephen Solarz de New York, qui était membre de la commission des affaires étrangères de la Chambre et Richard Perle, ancien secrétaire adjoint à la Défense pour la politique de sécurité internationale. [1] D'autres membres comprenaient Tony Coelho, Ann Lewis, Robert G. Torricelli, Richard G. Lugar, Howard H. Baker Jr., Frank C. Carlucci et Jeane J. Kirkpatrick.
Comité pour_l'unité_paysanne/Comité pour l'unité_paysanne :
Le Comité pour l'unité paysanne (en espagnol : Comité de Unidad Campesina, CUC) était une organisation syndicale autochtone guatémaltèque. Elle a été décrite comme l'organisation paysanne la plus puissante depuis la révolution guatémaltèque de 1944-1954.
Comité des_ministres_pillés/Comité des ministres pillés :
Le Comité des ministres pillés a été nommé par le Long Parlement, alors sous l'influence des presbytériens, après le début de la guerre civile anglaise en août 1643 dans le but de remplacer et de faire taire efficacement les membres du clergé fidèles au roi Charles Ier.
Comité_de_l'enseignement_privé/Comité de l'enseignement privé :
Le Comité pour l'enseignement privé (CPE) est une agence relevant de SkillsFuture Singapore (SSG) et était auparavant un conseil statutaire relevant du ministère de l'Éducation (MOE) de Singapour. L'Agence de développement de la main-d'œuvre de Singapour et le Conseil de l'enseignement privé ont été restructurés pour former le SSG le 3 octobre 2016. Précédemment créé en vertu de la loi sur l'enseignement privé, le CPE a été sanctionné par le pouvoir législatif de réglementer le secteur de l'enseignement privé à Singapour. Désormais, le CPE est nommé par le conseil d'administration du SSG pour exercer ses fonctions et pouvoirs relatifs à l'enseignement privé en vertu de la loi sur l'enseignement privé. Le CPE est soutenu par une équipe de personnel dévoué de SSG pour réglementer le secteur, fournir des services aux étudiants, l'éducation des consommateurs et faciliter les efforts de développement des capacités pour élever les normes dans l'industrie locale de l'enseignement privé. L'initiative de réglementation continue de comprendre le cadre d'inscription amélioré (ERF) obligatoire qui définit les normes de base auxquelles un établissement d'enseignement privé (PEI) devrait se conformer pour fonctionner. Bien que les écoles privées soient tenues de s'inscrire auprès du CPE, il ne s'agit pas d'une approbation ou d'une accréditation de l'école. Les employeurs, les organisations et les individus doivent distinguer les diverses qualifications scolaires à des fins de reconnaissance et d'acceptation.
Comité_des_privilèges_et_de_la_conduite/Comité des privilèges et de la conduite :
Le Comité des privilèges et de la conduite était un comité restreint de la Chambre des lords du Parlement du Royaume-Uni qui examinait les questions relatives aux privilèges de la Chambre des lords et de ses membres, ainsi que la surveillance de la conduite de ses membres. Le comité et ses membres ont été divisés en comité de conduite et comité de la procédure et des privilèges en 2019.
Comité pour_l'art_pertinent/Comité pour l'art pertinent :
Le Comité pour l'art pertinent (CORA) est une plate-forme nigériane à but non lucratif d'artistes, de critiques d'art et d'aficionados, et d'un éditeur. Les membres se décrivent comme des paysagistes culturels et se concentrent sur la participation sociale et le débat sur les questions culturelles. L'organisation a été fondée le 2 juin 1991 par Toyin Akinosho, Yomi Layinka, Josey Ogbuanoh, Tunde Lanipekun et Chika Okeke-Agulu, et est impliqué dans l'organisation de divers événements et activités qui soutiennent l'expression culturelle et l'art contemporain. CORA se concentre principalement sur le Nigeria, mais rencontre également une large réponse dans le reste du continent africain. L'organisation prête attention à plusieurs expressions culturelles, comme la littérature, le théâtre, le cabaret, les films, les programmes de télévision et la musique. CORA est le co-organisateur de plusieurs événements à Lagos, comme le trimestriel Art Stampede et annuellement le Lagos Book & Art Festival (LABAF ), le carnaval du cinéma en plein air et le carnaval de la bande dessinée de Lagos. En outre, il est l'éditeur du magazine trimestriel Lagos The City Arts Guide, il publie des livres et a fondé plusieurs bibliothèques. Il sert également de plate-forme de divers forums, comme le Forum Arthouse. pour stimuler les arts ». Certains artistes liés au CORA sont le dramaturge et réalisateur Wole Oguntokun, l'écrivain et cinéaste Onyeka Nwelue, le critique et éditeur Toyin Akinosho et le journaliste artistique et culturel Jahman Oladejo Anikulapo.
Committee for_Safeguarding_National_Security_of_the_Hong_Kong_Special_Administrative_Region/Comité pour la sauvegarde de la sécurité nationale de la Région administrative spéciale de Hong Kong :
Le Comité pour la sauvegarde de la sécurité nationale de la Région administrative spéciale de Hong Kong est un comité créé par le gouvernement de Hong Kong à la suite de la promulgation de la loi sur la sécurité nationale de Hong Kong par le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale. Il est supervisé et responsable devant le gouvernement populaire central (Conseil d'État). Le comité est présidé par le directeur général, conformément à l'article 13 de la loi. Les autres membres du comité sont le secrétaire en chef à l'administration, le secrétaire aux finances, le secrétaire à la justice, le secrétaire à la sécurité, le commissaire de police, le chef du département chargé de la sauvegarde de la sécurité nationale de la police de Hong Kong, le directeur de l'immigration , le commissaire des douanes et accises et le directeur du bureau du chef de l'exécutif.
Comité d'enquête_de_la_section_194/Comité d'enquête de l'article 194 :
La commission d'enquête sur l'article 194 est une commission ad hoc de l'Assemblée nationale d'Afrique du Sud qui a été créée le 7 avril 2021 pour déterminer s'il existe des motifs de révocation de l'avocat Busisiwe Mkhwebane en tant que protecteur public.
Committee for_Sensible_Marijuana_Policy/Comité pour une politique sensée de la marijuana :
Le Committee for Sensible Marijuana Policy est une organisation basée à Boston, dans le Massachusetts, qui s'est consacrée à l'adoption de la question 2, une initiative de dépénalisation du cannabis également connue sous le nom de Massachusetts Sensible Marijuana Policy Initiative, qui a été adoptée dans le Massachusetts en 2008 et est officiellement devenue loi le 2 janvier 2009. Whitney A. Taylor est la trésorière et la présidente de l'organisation.
Comité_de_règlement_des_différends_nationaux-locaux/Comité de règlement des différends nationaux-locaux :
Le Comité de règlement des différends nationaux-locaux (国地方係争処理委員会, kuni chihō keisō shori i'inkai) est une commission d'examen affiliée au ministère des Affaires intérieures et des Communications du Japon. Il est chargé de résoudre les différends entre le gouvernement national et les autorités locales concernant les subventions (ou les subventions refusées) de l'autorité du gouvernement national aux gouvernements locaux. En vertu de la loi sur l'autonomie locale, le comité est nommé par le ministre de l'intérieur avec l'assentiment des deux chambres de la Diète. Il se compose de cinq membres à temps partiel (bien que deux puissent être nommés à plein temps si nécessaire) qui siègent pour un mandat de trois ans. Les décisions sont prises à la majorité simple des membres présents à une réunion, avec un quorum requis de trois membres (dont le président). Toute collectivité locale peut saisir le Comité dans les trente jours de l'acte attaqué. Le Comité doit alors rendre sa décision sur la question dans les quatre-vingt-dix jours et soit (1) informer l'organisme gouvernemental responsable de l'illégalité de l'acte, (2) informer toutes les parties que l'acte est approprié, ou (3) émettre une proposition de conciliation aux partis. Une partie qui n'est pas satisfaite de la décision peut faire appel devant une Haute Cour dans un délai de 30 jours. Depuis sa création en 2000, le Comité n'a entendu qu'une seule pétition. Cette requête a été déposée par la ville de Yokohama en 2001 et a finalement ordonné au ministre de l'Intérieur, Toranosuke Katayama, de revoir un précédent refus d'autorisation d'imposer une taxe municipale sur les paris hippiques.[1]
Comité d'enquête_sceptique/Comité d'enquête sceptique :
Le Committee for Skeptical Inquiry (CSI), anciennement connu sous le nom de Committee for the Scientific Investigation of Claims of the Paranormal (CSICOP), est un programme au sein de l'organisation éducative transnationale américaine à but non lucratif Center for Inquiry (CFI), qui vise à " promouvoir la recherche scientifique, l'investigation critique et l'utilisation de la raison dans l'examen des affirmations controversées et extraordinaires." Paul Kurtz a proposé la création du CSICOP en 1976 en tant qu'organisation indépendante à but non lucratif (avant de fusionner avec CFI en tant que l'un de ses programmes en 2015), pour contrer ce qu'il considérait comme une acceptation et un soutien sans réserve des revendications paranormales par les deux les médias et la société en général. Sa position philosophique est celle du scepticisme scientifique. Les boursiers du CSI ont inclus des scientifiques notables, des lauréats du prix Nobel, des philosophes, des psychologues, des éducateurs et des auteurs. Son siège social est à Amherst, New York.
Comité d'_autodéfense_sociale_KOR/Comité d'autodéfense sociale KOR :
Le Comité d'autodéfense sociale KOR ou KSS KOR ( polonais : Komitet Samoobrony Społecznej KOR ) était un groupe de la société civile polonaise qui a émergé sous le régime communiste . Il a été créé en 1977-1978 à partir du Comité de défense des travailleurs (Komitet Obrony Robotników). C'était l'un des mouvements dont les activités ont conduit à la création de Solidarité. Le KOR a été absorbé par Solidarité en 1981.
Comité de normalisation, de métrologie et de certification du Bélarus/Comité de normalisation, de métrologie et de certification du Bélarus :
Le Comité de normalisation, de métrologie et de certification du Bélarus (également connu sous le nom de Gosstandart) est l'organisme membre de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) pour le Bélarus. Le chef du Gosstandart est le président, qui est nommé par le président du Bélarus. Depuis 1992, le poste de président est occupé par Valery Kareshkou. Le siège social de Gosstandart est situé au 93 Starovilensky Tract 220053, Minsk.
Comité pour_la_sécurité_de_l'État/Comité pour la sécurité de l'État :
Comité pour la sécurité de l'État peut faire référence à : KGB, alias. Comité pour la sécurité de l'État, les services secrets de l'Union soviétique de 1954 à 1991 Comité pour la sécurité de l'État (Bulgarie), l'ancien service secret de la République populaire de Bulgarie Comité pour la sécurité de l'État (Ukraine), l'ancien service secret du Soviet ukrainien République socialiste
Comité pour_la_sécurité_de_l'État_ (Bulgarie)/Comité pour la sécurité de l'État (Bulgarie) :
Le comité pour la sécurité de l'État (bulgare: комитет за държавна сигрност, Komitet za darzhavna sigurnost; abrévié кдс, CSS, KDS), populairement connu sous le nom de sécurité d'État (дър жавна сиррросс т, daringa) service sous la République populaire de Bulgarie pendant la guerre froide, jusqu'en 1989. La sécurité de l'État était étroitement alliée à son homologue soviétique, le KGB.
Comité pour_la_sécurité_de_l'État_(Ukraine)/Comité pour la sécurité de l'État (Ukraine) :
Le KGB de la RSS d'Ukraine ( ukrainien : Комітет державної безпеки УРСР ) était un comité d'État de la République socialiste soviétique d'Ukraine et un prédécesseur régional du Service de sécurité d'Ukraine , une partie républicaine du Comité de toute l'Union pour la sécurité de l'État . Après l'adaptation de la Constitution de la RSS d'Ukraine (1978), elle possédait une autorité ministérielle.
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique d'Arménie/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique d'Arménie :
Le Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique d'Arménie (russe : Комитет государственной безопасности Армянской ССР) ou KGB de l'ArSSR était l'agence de sécurité de la République socialiste soviétique d'Arménie, étant la branche locale du Comité pour la sécurité de l'État de l'URSS. C'était la principale agence de renseignement d'Arménie de 1954 à 1991. Elle a été remplacée par le Service de sécurité nationale après l'effondrement de l'Union soviétique. Le KGB en Arménie a souvent fourni des agents d'infiltration à l'intérieur de l'Église apostolique arménienne, en raison de la prévalence de l'église dans le pays. Le KGB arménien est tombé sous le contrôle direct du Comité central du Parti communiste d'Arménie, bien que le Parti communiste de l'Union soviétique puisse prendre le contrôle et également diriger ses activités.
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan :
Le Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan (russe : Комитет государственной безопасности Азербайджанская ССР) ou KGB de l'AzSR était l'agence de sécurité de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan pour la sécurité de l'État. Son siège était sur l'avenue Narimanov à Bakou, capitale de la RSS d'Azerbaïdjan.
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique de Biélorussie/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique de Biélorussie :
The Committee for State Security of the Byelorussian Soviet Socialist Republic (KGB of the BSSR; Belarusian: Камітэт дзяржаўнай бяспекі Беларускай ССР; Russian: Комитет государственной безопасности Белорусской ССР) was the main state security organization in the Byelorussian Soviet Socialist Republic. C'était une branche du Comité pour la sécurité de l'État de l'URSS.
Comité pour la_sécurité_de_l'État_de_la_République_socialiste_soviétique_kirghize/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique kirghize :
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique kirghize (en russe : Комитет государственной безопасности Киргизской ССР), en abrégé KGB de la KySSR, était l'agence de sécurité de la République socialiste soviétique kirghize pour la sécurité de l'État. Il a été remplacé en 1991 par le Comité d'État pour la sécurité nationale (Kirghizistan).
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique de Lettonie/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique de Lettonie :
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique letton (Letton: Latvijas Padomju sociālistiskās republikas valsts Drošības Komiteja; (Russian: комитет гос compris лдарствеope République socialiste soviétique Elle était contrôlée par le KGB soviétique et a été créée le 10 avril 1954 et dissoute le 24 août 1991. Les présidents du KGB de LSSR étaient : Jānis Vēvers (10 avril 1954 - 30 janvier 1963) ; Longīns Avdjukēvičs (30 janvier 1963 - 21 novembre 1981); Boriss Pugo (21 novembre 1981 - 24 mai 1984); Staņislavs Zukulis (24 mai 1984 - 15 mars 1990) Edmunds Johansons (15 mars 1990 - août 24, 1991).
Comité pour la_sécurité_de_l'État_de_la_République_socialiste_soviétique_moldave/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique de Moldavie :
Le Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique de Moldavie (russe : Комитет государственной безопасности Mолдавский ССР), également appelé KGB de la MSSR ou CSS de Moldavie, était l'agence de sécurité de la République socialiste soviétique de Moldavie. du Comité pour la sécurité de l'État de l'URSS. Le 9 septembre 1991, le KGB de la MSSR a été transformé en ministère de la Sécurité nationale (aujourd'hui le Service de l'information et de la sécurité de la République de Moldavie). Créé en 1954, ses droits ont été limités au début des années 1960, les gardes-frontières du KGB, autrefois subordonnés au KGB moldave, relevant directement des chefs du parti à Moscou. De juillet 1972 à sa dissolution, le KGB faisait partie du Conseil des ministres de la MSSR. De 1940 à 1991, tous les présidents du KGB étaient des généraux de l'armée. Aujourd'hui, les services de renseignement moldaves modernes sont principalement basés sur la structure du KGB, en particulier sa 5e division.
Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique turkmène/Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique turkmène :
Le Comité pour la sécurité de l'État de la République socialiste soviétique turkmène (russe : Комитет государственной безопасности Туркменской ССР) ou KGB de la TSSR était l'agence de sécurité de la République socialiste soviétique turkmène, étant la branche locale du Comité pour la sécurité de l'État de l'URSS. Il a été remplacé en septembre 1991 par le ministère de la Sécurité nationale.
Comité de_soutien_à_la_reconstruction_du_parti_(marxiste%E2%80%93léniniste)/Comité de soutien à la reconstruction du parti (marxiste-léniniste) :
Le Comité de soutien à la reconstruction du Parti (marxiste-léniniste) (en portugais : Comité de Apoio à Reconstrução do Partido (Marxiste-Léniniste)) était un groupe communiste au Portugal, fondé en 1974, avant la Révolution des Œillets. CARP (ML) avait l'intention d'unifier divers petits groupes marxistes-léninistes en un seul parti. Le CARP (ML) s'est associé à l'Unité révolutionnaire marxiste-léniniste (URML) et aux Comités communistes révolutionnaires (marxiste-léniniste) (CCR (ML)) pour former un front commun, l'Union démocratique populaire (UDP). CARP (ML) a publié Longa Marcha.
Comité pour_des_revenus_de_retraite_durables/Comité pour des revenus de retraite durables :
Le Committee for Sustainable Retirement Incomes (CSRI) est une organisation indépendante, non partisane et à but non lucratif engagée à améliorer l'adéquation et la durabilité des revenus de retraite en Australie. La principale préoccupation du CSRI est de veiller à ce que le système de revenu de retraite australien répond aux objectifs de réduction de la pauvreté des personnes âgées et de maintien du niveau de vie pendant et pendant la retraite – la principale contrainte étant de les atteindre dans les limites du budget étant donné les pressions du vieillissement de la population. Présidé par l'ancien secrétaire du département du Premier ministre et du Cabinet Michael Keating, le CSRI vise à encourager le débat en injectant une voix indépendante pour mieux informer le débat politique et représenter l'intérêt de la communauté au sens large, y compris les générations futures. Les initiatives du comité à ce jour comprennent une soumission au rapport d'enquête sur le système financier et un communiqué signé. Le lancement officiel en juin 2015 a eu lieu à Canberra avec des discours d'ouverture de M. David Murray AO, du trésorier adjoint Josh Frydenberg, du trésorier fantôme Chris Bowen, de David Gruen du département du Premier ministre et du Cabinet et de la PDG de l'ACOSS, le Dr Cassandra Goldie. Parmi les autres panélistes et conférenciers figuraient le sénateur Arthur Sinodinos AO, Craig Emerson, l'honorable Amanda Vanstone, Jeremy Cooper, l'honorable John Dawkins AO, le PDG des Conseils sur le vieillissement Ian Yates, Cath Bowtell d'Industry Fund Services et Michael O'Neill, PDG de National Seniors Australia.
Committee for_Workers%27_Democracy_and_International_Socialism/Comité pour la démocratie ouvrière et le socialisme international :
Le Comité pour la démocratie des travailleurs et le socialisme international (CWDIS ou KRDMS; Russian: комитет за рабочю демократию и межежжнародный соццрлллз з кежжнародный соццццл к к к к к к к к кiziaMiSiaMiSky.
Committee for_a_Better_New_Orleans/Comité pour une meilleure Nouvelle-Orléans :
Le Committee for a Better New Orleans est une organisation communautaire financée par des fonds privés et un groupe de défense à la Nouvelle-Orléans, en Louisiane, aux États-Unis. Il a été lancé en 2000 par Joe Canizaro, un riche promoteur immobilier : 306 et comprenait des présidents d'université et des chefs religieux locaux. : 3 Le groupe a préparé et publié un "Plan directeur pour une meilleure Nouvelle-Orléans", un plan d'amélioration de la gestion et des infrastructures de la ville. : 3 L'organisation a le statut 501(c)(3) à but non lucratif.
Comité pour_un_demain_constructif/Comité pour un avenir constructif :
Le Committee for a Constructive Tomorrow (CFACT) est une organisation américaine à but non lucratif 501(c)(3) fondée en 1985 qui préconise des solutions de libre marché aux problèmes environnementaux. Selon son énoncé de mission, CFACT cherche également à protéger les droits de propriété privée, à promouvoir des politiques économiques qui réduisent la pollution et à protéger la faune, et à fournir une "voix alternative sur les questions d'environnement et de développement". L'organisation rejette le consensus scientifique sur le changement climatique.
Comité pour une_politique_démocratique_extrême_orientale/Comité pour une politique démocratique extrême-orientale :
Le Comité pour une politique démocratique d'Extrême-Orient (CDFEP) était une organisation active de 1945 à 1952 pour s'opposer au soutien américain au gouvernement du Kuomintang en Chine.
Comité pour_une_Bretagne_libre/Comité pour une Grande-Bretagne libre :
Le Comité pour une Grande-Bretagne libre (également connu sous le nom de Campagne pour une Grande-Bretagne libre) était un groupe de pression politique de droite au Royaume-Uni. Sa lettre d'introduction à tous les députés, et à d'autres, indiquait qu'elle avait été "formée à l'approche des élections générales de 1987 par la baronne Cox, le 6e Lord Harris (1920-1995), Christopher Monckton, membre de l'unité politique de Downing Street, et le romancier et journaliste David Hart". Le premier acte public de la BFC a été de placer des annonces dans les journaux nationaux avertissant le pays des conséquences d'une victoire travailliste aux élections générales de 1987. David Hart, le président de la BFC, a été actif dans la grève des mineurs, soutenant les mineurs qui s'opposent à la grève. Hart est devenu un conseiller politique personnel de Ian MacGregor alors président du National Coal Board et un ami proche du frère de Hart. Le CFB s'est vanté d'avoir payé les frais de justice des groupes engagés dans des différends juridiques avec les autorités locales contrôlées par les travaillistes. Le CFB a invité Adolfo Calero, le chef nicaraguayen de la Contra, à se rendre en Grande-Bretagne. La visite a suscité une publicité considérable et, a déclaré le CFB, "a contribué à garantir que les parlementaires et les médias étaient correctement informés des événements au Nicaragua, ainsi que de la position de la Résistance nicaraguayenne". Le CFB a lancé un certain nombre de campagnes et d'initiatives politiques au cours de 1988. Il a soutenu le projet de loi controversé sur l'éducation du gouvernement Thatcher. Il a également appelé à des réformes fondamentales du NHS et a attaqué ce qu'il a appelé «l'Union nationale des étudiants dominée par les marxistes», appelant à un droit pour les étudiants individuels de se retirer de l'adhésion; ils ont offert aux étudiants des conseils et des frais juridiques pour lancer des actions en justice contre le NUS. Il a également soutenu la Community Charge (Poll Tax) et produit plusieurs affiches et dépliants soutenant ce qu'il a appelé "cette mesure progressive". À temps pour la conférence du Parti conservateur d'octobre 1988, la CFB a publié une brochure intitulée British Foreign Policy - The Case for Reform, avec une photo sur la couverture du ministre des Affaires étrangères Geoffrey Howe saluant le poing fermé lors d'une réunion politique en Afrique australe. . Dans la conclusion de la brochure, il déclarait que «le ministère des Affaires étrangères est l'une des dernières grandes institutions britanniques à avoir échappé au souffle rafraîchissant du thatchérisme». Howe a soutenu qu'il n'avait pas rendu un salut au pouvoir noir, cependant, simplement qu'il avait écrasé une mouche. la conférence conservatrice à Brighton ce mois-là, et a longuement rendu compte de la réception extravagante de la BFC, décrite comme une «célébration» sur l'invitation, mais dans les brochures de la BFC sous le nom de «Margaret Thatcher Birthday Spectacular». Hart, ainsi que Richard Perle, ancien secrétaire adjoint américain à la Défense, se sont adressés au public de délégués à la conférence et de députés, qui comprenait Lord Young et Malcolm Rifkind. Perle a décrit le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de décembre 1987 entre Ronald Reagan et Mikhail Gorbatchev comme une réprimande étonnante aux unilatéralistes et a exprimé son scepticisme à propos de Gorbatchev. Hart a attaqué Geoffrey Howe et l'attitude du ministère des Affaires étrangères envers l'Union soviétique comme un "apaisement". Le Comité pour une Grande-Bretagne libre était toujours actif en 1991, lorsqu'une publicité d'une page entière, s'opposant à l'Union européenne mais soutenant les marchés libres, est apparue dans l'édition de la conférence de Commentary, le magazine sur papier glacé des diplômés conservateurs.
Comité pour_une_Lituanie_libre/Comité pour une Lituanie libre :
Le Comité pour une Lituanie libre (lituanien : Lietuvos laisvės komitetas) était un groupe de défense politique d'Américains lituaniens créé en 1951. Créé à l'initiative du Comité national pour une Europe libre et membre de l'Assemblée des nations européennes captives, le Comité pour a La Lituanie libre a continué à protester contre l'occupation soviétique de la Lituanie, à plaider pour la reconnaissance continue de la continuité de l'État des États baltes et à promouvoir l'objectif ultime d'une Lituanie indépendante. Il était financé par les États-Unis et faisait partie d'un effort idéologique et de propagande plus large dirigé contre l'Union soviétique. Il a été présidé par Vaclovas Sidzikauskas jusqu'à sa mort en 1973. Après sa mort et la perte de financement, le comité a diminué. Il est redevenu un peu plus actif dans les années 1980 et a été officiellement fermé lorsque la Lituanie a déclaré son indépendance en mars 1990.
Comité pour_une_île_sans_nucléaire/Comité pour une île sans nucléaire :
Le Committee for a Nuclear Free Island était un groupe anti-nucléaire basé à Staten Island, New York dans les années 1980. À l'été 1983, la marine américaine a annoncé qu'elle cherchait un emplacement sur la côte est pour un groupe d'action de surface. Plusieurs sites proposés ont été mentionnés, dont Staten Island, New York. En réponse, un petit groupe d'activistes antinucléaires et pacifistes a organisé le Comité pour une île sans nucléaire, la plupart doutant qu'un site dans le port de New York soit effectivement sélectionné. Cependant, avec un ancien président de l'arrondissement de Staten Island, Robert Connor, du lobbying au sein du département de la Défense, et le soutien du quotidien local, le Staten Island Advance, ainsi que de la plupart des élus, un site sur la rive nord de Staten Island dans la communauté de Stapleton a été sélectionné. Le Comité pour une île sans nucléaire a rapidement élargi sa composition et a formé une coalition avec des groupes antinucléaires et pacifistes dans le reste de New York pour s'y opposer. Les membres ont distribué plus de trente mille documents dans tout Staten Island au cours des années suivantes et ont publié des analyses détaillées très critiques des diverses déclarations d'impact environnemental de la Marine, dont une grande partie a été imprimée dans l'hebdomadaire de Staten Island, le Staten Island Register. Ils sont même allés jusqu'à contacter les collèges et les universités auxquels les auteurs des déclarations d'impact environnemental prétendaient avoir assisté, et ont interrompu une audience publique avec une lettre de l'Université du Michigan désavouant une demande de doctorat. Avec l'annonce de réductions des effectifs militaires et navals, une commission de réalignement et de fermeture de la base a déterminé que la station navale de Staten Island était excédentaire et elle a été annulée avant d'être achevée. Le site a ensuite été brièvement utilisé pour fabriquer des bagels, puis a abrité un tribunal civil.
Comité pour_un_rassemblement_de_gauche_radicale/Comité pour un rassemblement de gauche radicale :
ERAS (Comité pour un rassemblement de gauche radicale, Επιτροπή για μια Ριζοσπαστική Αριστερή Συσπείρωση) était une organisation d'extrême gauche de la République de Chypre. Il a été fondé en 2011 par des militants communistes et socialistes dans le but d'organiser le peuple de la gauche radicale à Chypre. En raison d'un désaccord interne entre ses différentes factions, ERAS a finalement été dissoute en 2014, une faction formant le groupe bicommunautaire ΔΡΑΣυ-Eyelem et participant aux élections européennes chypriotes de la même année.
Comité pour_un_budget_fédéral_responsable/Comité pour un budget fédéral responsable :
Le Comité pour un budget fédéral responsable (CRFB) est une organisation de politique publique à but non lucratif basée à Washington, DC qui traite du budget fédéral et des questions fiscales. Il a été fondé en 1981 par les anciens représentants des États-Unis Robert Giaimo (D-CT) et Henry Bellmon (R-OK), et son conseil d'administration comprend d'anciens membres du Congrès et des directeurs de l'Office of Management and Budget, le Congressional Budget Office et la Réserve fédérale.
Comité pour_un_parti_socialiste_révolutionnaire/Comité pour un parti socialiste révolutionnaire :
Le Comité pour un parti socialiste révolutionnaire était une tentative de mettre en place un "front uni" de plusieurs groupes trotskystes américains dissidents dans les années 1980. Les groupes participants venaient d'horizons différents, mais tous ont finalement retracé leur lignée jusqu'au Socialist Workers Party. Le Parti socialiste de la liberté avait été organisé par la branche de Seattle du SWP au milieu des années 1960. Il a épousé une forme unique de féminisme socialiste et était dirigé par Clara Fraser. L'Union Socialiste. Ce groupe était dirigé par Milton Zaslow, qui avait été l'un des premiers dirigeants des Cochranites dans les années 1950, avant d'abandonner toute activité politique pendant plusieurs années. En 1969, il crée une nouvelle organisation à Los Angeles appelée Liberation Union. Après avoir fusionné avec un groupe qui avait été expulsé du SWP au début des années 1970, la Tendance internationaliste, il renomma le groupe Union socialiste. Une tendance autour de Murry Weiss et Myra Tanner Weiss basées à New York. Pas une faction organisée, mais une tendance autour de ces deux dirigeants du SWP qui avaient abandonné l'organisation en raison de son intolérance à toute critique de la politique de la direction. Comité d'organisation trotskiste ou Turnerites. Ce groupe avait été expulsé de la Spartacist League en 1968. Ils s'étaient à l'origine organisés autour de leur périodique Vanguard Newsletter, avaient brièvement intégré la Class Struggle League en 1973, puis avaient formé leur propre groupe en 1975. Une première conférence nationale réunissant 100 membres et les représentants fraternels de ces groupes se sont réunis à Union, Washington, du 6 au 9 octobre 1978. Il a adopté des résolutions soulignant l'importance des femmes, des minorités, des homosexuels et des travailleurs sans papiers en tant que section la plus opprimée de la classe ouvrière, et devait être le « avant-garde du prolétariat ». Il a également noté que les «couches privilégiées au sein de la classe ouvrière» creusaient le fossé entre les travailleurs et nourrissaient des «habitudes réactionnaires». La conférence a également publié un document qui tentait de faire appel aux dirigeants du Secrétariat unifié de la Quatrième Internationale qui étaient hostiles Parti des travailleurs, critiquant ce dernier pour son bureaucratisme, sa stalinophobie et sa sexophobie et accusant l'USFI de tenter de former un "bloc sans principes" avec le SWP. Au moment de la scission morénoise avec le Secrétariat unifié et sa commission paritaire avec la faction lambertiste de la Quatrième Internationale, le CRSP a cherché à s'y affilier, mais ne semble pas avoir réussi. Le groupe a implosé lorsque son comité directeur a tenu un plénum à Seattle, du 4 au 7 juillet 1980. Là, une décision a été prise d'abandonner le type d'organisation de front uni en faveur d'un parti centraliste démocratique discipliné. Après cela, les Turnerites et l'Union socialiste ont quitté le CRSP. Murry Weiss a rejoint le FSP.
Comité pour_une_Internationale_des_ouvriers_(1974)/Comité pour une Internationale ouvrière (1974):
Le Comité pour une internationale ouvrière (CWI) était une association internationale de partis politiques trotskystes. Aujourd'hui, deux groupes prétendent être la continuation du CWI.
Committee for_a_Workers%27_International_(2019)/Comité pour une Internationale ouvrière (2019) :
Le Comité pour une internationale ouvrière (CIO) est une association internationale de partis politiques trotskystes. L'organisation se considère comme une continuation du Comité pour une internationale ouvrière fondé en 1974.
Committee for_a_Workers%27_International_(homonymie)/Comité pour une Internationale ouvrière (homonymie) :
Comité pour une internationale ouvrière (CIO) peut faire référence à : Comité pour une internationale ouvrière (1974), la première internationale trotskyste à adopter le nom de Comité pour une internationale ouvrière (2019), qui prétend être une continuation de l'original CWI International Socialist Alternative , qui prétend être le successeur du CWI original et a utilisé le nom "CWI (Majority)" au cours de la dernière partie de 2019
Comité pour l'abolition des dettes illégitimes/Comité pour l'abolition des dettes illégitimes :
Le Comité pour l'Abolition des Dettes Illégitimes (CADTM), anciennement appelé Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde (CCTWD), est un réseau international d'activistes fondé le 15 mars 1990 en Belgique qui milite pour l'annulation des dettes des pays en développement. pays et pour "la création d'un monde respectueux des droits fondamentaux, des besoins et des libertés des personnes".
Comité pour_l'avance_de_l'argent/Comité pour l'avance de l'argent :
Le 26 novembre 1642, le Comité pour l'avance de fonds pour le service du Parlement a été créé à Haberdashers Hall sous Lord Howard d'Escrick. Le comité a été créé par le Long Parlement en vertu d'une ordonnance pour l'évaluation de tous ceux qui n'ont pas contribué aux propositions des deux chambres du Parlement pour la collecte d'argent, de plaques, de chevaux et de cavaliers, etc. De 1642 à 1650, le comité a enquêté la richesse du peuple et a obtenu des prêts forcés pour l'usage du Parlement mais a remboursé l'argent annuellement avec intérêt. Au départ, des fonds ont été obtenus de toutes les parties mais, à partir d'août 1646, seuls les royalistes ont été contraints de contribuer et les biens pouvaient être saisis pour non-conformité. Les contributeurs comprenaient le royaliste Francis Leigh, 1er comte de Chichester, évalué en novembre 1645 à 3 000 £ donné un an pour payer. Howard a ensuite été dénoncé pour avoir reçu des pots-de-vin de royalistes.
Comité_de_coordination_des_activités_statistiques/Comité de coordination des activités statistiques :
Le Comité de coordination des activités statistiques (CCSA) est composé d'organisations internationales et supranationales, dont le mandat comprend la fourniture de statistiques. Le CCSA encourage la coordination et la coopération inter-agences sur les programmes statistiques et la cohérence dans les pratiques et le développement statistiques. En tant que forum de membres engagés, le CCSA encourage les bonnes pratiques dans les activités statistiques des organisations internationales et supranationales, conformément aux principes régissant les activités statistiques internationales. Les membres du CCSA contribuent activement au développement d'un système statistique mondial coordonné produisant et diffusant des statistiques de haute qualité. Le secrétariat du CCSA et le site Web du CCSA sont hébergés par la Division de statistique des Nations Unies (UNSD). Le Comité se réunit deux fois par an et est représenté par le plus haut niveau des services statistiques de ses organisations membres.
Comité pour_la_défense_de_la_démocratie/Comité pour la défense de la démocratie :
Le Comité pour la défense de la démocratie, CDD (polonais : Komitet Obrony Demokracji, KOD) est une organisation civique et une ONG d'origine polonaise qui, parmi ses objectifs, comprend la promotion des valeurs européennes, en particulier la démocratie, l'état de droit et les droits de l'homme. Elle a été fondée en novembre 2015 par un groupe de citoyens dont Mateusz Kijowski, à la suite et déclenchée par la crise constitutionnelle polonaise de 2015. L'organisation déclare son indépendance de tout parti politique et qu'elle n'a pas l'intention de se transformer en un seul parti. . Il s'oppose aux actions du gouvernement dirigé par le parti Droit et Justice (PiS). KOD a son siège polonais à Varsovie et son bureau international à Bruxelles (KOD International), avec des chapitres et des associations affiliées à travers l'Europe, en Amérique du Nord, en Asie et l'Australie. L'organisation a reçu le Prix du citoyen européen 2016 du Parlement européen pour la défense des droits fondamentaux et de la démocratie.
Comité de défense des droits de l'homme/Comité de défense des droits de l'homme :
Le Comité pour la défense des droits de l'homme ( slovène : Odbor za varstvo človekovih pravic ) était une organisation de la société civile en Slovénie , qui a fonctionné pendant le soi-disant printemps slovène entre 1988 et 1990. Il a été fondé à Ljubljana le 31 mai 1988, après le service de contre-espionnage de l'armée populaire yougoslave a arrêté trois journalistes slovènes et un officier de l'armée populaire yougoslave, les accusant d'avoir révélé des documents militaires secrets. Parmi les personnes arrêtées figurait également Janez Janša, un journaliste critique du populaire magazine alternatif Mladina. Immédiatement après la diffusion de la nouvelle de son arrestation dans les médias slovènes, le Comité pour la défense des droits de Janez Janša a été fondé. Lorsqu'il fut appris que l'Armée populaire yougoslave avait arrêté trois autres civils, le Comité changea de nom et élargit son champ d'action. Lors du procès des quatre arrêtés (procès JBTZ), le Comité a exigé que le procès soit ouvert au public, que les quatre soient défendus par un avocat civil et que le procès se déroule en slovène plutôt qu'en serbo-croate. Dans les mois qui ont suivi l'arrestation, le Comité est devenu l'initiative de la société civile la plus puissante de Slovénie, reliant un large éventail d'individus et d'organisations. Au printemps 1990, lorsque le Comité s'est dissous, il comptait déjà environ 100 000 membres individuels (environ 5 % de l'ensemble de la population slovène) et plus d'un millier d'organisations. Au cours du soi-disant procès JBTZ qui a suivi l'arrestation, le Comité a organisé des manifestations massives et a maintenu une pression constante sur la direction communiste de la République socialiste de Slovénie. Elle a également organisé des tables rondes et des conférences de presse sur la situation des droits de l'homme en Yougoslavie et en Slovénie. Après l'introduction du multipartisme et les premières élections libres de 1990, le Comité s'est dissous. Beaucoup de ses membres sont devenus actifs dans la politique slovène, en particulier dans la coalition DEMOS et dans le Parti libéral démocrate. Au cours du premier mois, le Comité était dirigé par une présidence de six membres, composée des journalistes Alenka Puhar, Bojan Korsika et Mile Šetinc, des sociologues Pavel Gantar et Rastko Močnik, et présidée par l'activiste Igor Bavčar. Déjà au milieu de 1988, la présidence a été dissoute et un large collège de 32 membres a été formé, qui comprenait de nombreuses personnalités publiques de renom des convictions politiques et idéologiques les plus diverses, dont les journalistes Ali Žerdin, Viktor Blažič et Franco Juri, les juristes France Bučar et Matevž Krivic, les philosophes Slavoj Žižek et Spomenka Hribar, le théologien Anton Stres, le théoricien politique et historien Tomaž Mastnak, les sociologues Rado Riha et Braco Rotar, les musiciens de rock Gregor Tomc et Igor Vidmar, le médecin Dušan Keber, l'acteur Boris Cavazza, le poète Veno Taufer et le futur les politiciens Lojze Peterle, Franc Zagožen et Alojz Križman.
Commission de défense des intérêts nationaux/Commission de défense des intérêts nationaux :
Le Comité pour la défense des intérêts nationaux (nom original en français : Comité pour la défense des intérêts nationaux ; en abrégé CDNI ou CDIN) était un parti politique anticommuniste de droite fondé au Royaume du Laos le 17 juin 1958. Consterné par Après l'élection des communistes laotiens à l'Assemblée nationale lors des élections de mai 1958, de jeunes politiciens et officiers militaires ont fondé le CDNI comme alternative aux politiciens et officiers supérieurs laotiens plus âgés alors au pouvoir. La CDNI s'est prononcée comme une force pour les efforts de lutte contre la corruption au sein du gouvernement royal du Laos. Il était soutenu par l'ambassade des États-Unis; Le soutien américain s'est manifesté par des conseils politiques et des actions civiques telles que l'opération Booster Shot. Aux élections du 24 avril 1960, manifestement truquées, la CDNI obtient 32 sièges sur 59. La direction du Pathet Lao avait été détenue pendant l'élection; le 23 mai 1960, ils s'évadent pour rejoindre leur insurrection dans les montagnes. Cela a mis fin à la coalition au pouvoir et les combats ont commencé dans la guerre civile laotienne.
Comité de défense de la République/Comité de défense de la République :
Le Comité pour la défense de la République (en italien : Comitato Difesa Repubblica, CDR) était un parti politique d'extrême droite à Saint-Marin dirigé par Bonelli Menetto.
Comité pour la_défense_des_droits_de_l'homme_au_Honduras/Comité pour la défense des droits de l'homme au Honduras :
Le Comité pour la défense des droits de l'homme au Honduras (CODEH, espagnol : Comité para la Defensa de los Derechos Humanos en Honduras) est une ONG de défense des droits de l'homme au Honduras fondée en 1981.
Comité pour la_défense_des_droits_de_l'homme_dans_la_péninsule_arabe/Comité pour la défense des droits de l'homme dans la péninsule arabique :
Le Comité pour la défense des droits de l'homme dans la péninsule arabique (CDHRAP) est une organisation non gouvernementale saoudienne de défense des droits de l'homme basée à Beyrouth.
Comité pour la_défense_des_droits_légitimes/Comité de défense des droits légitimes :
Le Comité pour la défense des droits légitimes (CDLR ; arabe : لجنة الدفاع عن الحقوق الشرعية) était un groupe dissident saoudien créé en 1993 qui s'opposait au gouvernement saoudien comme non islamique. monarchie, accusant le gouvernement et les grands oulémas de ne pas en faire assez pour protéger les droits islamiques légitimes des musulmans.
Comité pour_la_défense_des_droits_des_prisonniers%27/Comité pour la défense des droits des prisonniers :
Le Comité pour la défense des droits des prisonniers, également traduit par Défense des droits des prisonniers, est une ONG iranienne dédiée à la défense des droits des prisonniers en République islamique d'Iran. Il a été fondé par le militant des droits de l'homme Emadeddin Baghi après sa condamnation à la prison en 1999 lorsque la justice iranienne a fermé le journal Khordad où il travaillait. Selon le Financial Times, le comité compte deux employés salariés et "survit grâce aux cotisations de 65 personnes, aux dons et à une décision du grand ayatollah Hossein Ali Montazeri, (un religieux autrefois désigné comme successeur du grand ayatollah Ruhollah Khomeini en tant que chef suprême) , qu'il pouvait accepter des cotisations religieuses."
Comité pour_la_défense_de_la_révolution/Comité pour la défense de la révolution :
Comité pour la Défense de la Révolution peut faire référence à : Comités pour la Défense de la Révolution, Cuba Comités pour la Défense de la Révolution (Burkina Faso) Comité pour la Défense de la Révolution (Ghana), voir Liste des abréviations au Ghana
Comité pour la défense des injustement poursuivis/Comité pour la défense des injustement poursuivis :
Le Comité pour la défense des personnes injustement poursuivies ( tchèque : Výbor na obranu nespravedlivě stíhaných ; par conséquent l'acronyme VONS est utilisé) était une organisation dissidente tchécoslovaque fondée en grande partie par les signataires de la Charte 77 . VONS a été fondée le 27 avril 1978.
Commission de l'économie/Commission de l'économie :
La commission de l'économie est une commission de l'Assemblée d'Irlande du Nord créée pour conseiller, assister et examiner le travail du ministère de l'économie et du ministre de l'économie. Le comité joue également un rôle clé dans la consultation, l'examen et l'élaboration de nouvelles législations. Jusqu'en 2016, le comité s'appelait le Comité des entreprises, du commerce et de l'investissement.
Commission_de_l_environnement/Commission de l'environnement :
Le Comité pour l'environnement était un comité de l'Assemblée d'Irlande du Nord créé pour conseiller, assister et examiner le travail du ministère de l'Environnement et du ministre de l'Environnement. Le comité a également joué un rôle clé dans la consultation, l'examen et l'élaboration de nouvelles lois. Le comité a été aboli en 2016 parce que le ministère de l'Environnement a été fermé et son mandat a été transféré à d'autres ministères.
Comité du_bureau_exécutif/Comité du bureau exécutif :
Le Comité du Bureau exécutif a été créé pour conseiller et assister le Premier ministre et le vice-Premier ministre sur les questions relevant de leurs responsabilités en tant que ministres. Le comité assume un rôle d'examen, d'élaboration de politiques et de consultation à l'égard du Bureau exécutif et joue un rôle clé dans l'examen et l'élaboration de la législation. L'Assemblée a approuvé une motion le 12 juin 2007 visant à changer le nom du comité de Comité du Centre en Comité pour le Cabinet du Premier ministre et du vice-Premier ministre. À la suite du changement de nom des départements de l'exécutif d'Irlande du Nord en 2016, le comité de l'Assemblée a été renommé Comité du bureau exécutif, reflétant le nouveau nom de l'ancien bureau du premier ministre et vice-premier ministre.
Comité pour_le_Premier_Amendement/Comité pour le Premier Amendement :
Le Comité pour le premier amendement était un groupe d'action formé en septembre 1947 par des acteurs soutenant les Hollywood Ten lors des auditions du House Un-American Activities Committee (HUAC). Il a été fondé par le scénariste Philip Dunne, l'actrice Myrna Loy et les réalisateurs John Huston et William Wyler. Les autres membres comprenaient Lucille Ball, Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Jules Buck, Joseph Cotten, Dorothy Dandridge, Bette Davis, Olivia DeHavilland, Melvyn Douglas, Henry Fonda, John Garfield, Judy Garland, Ira Gershwin, June Havoc, Sterling Hayden, Paul Henreid , Katharine Hepburn, Lena Horne, Marsha Hunt, Danny Kaye, Gene Kelly, Evelyn Keyes, Burt Lancaster, Groucho Marx, Burgess Meredith, Vincente Minnelli, Edward G. Robinson, Robert Ryan, Frank Sinatra, Kay Thompson, Billy Wilder et Jane Wyatt. Le 27 octobre 1947, des membres du groupe se sont envolés pour Washington, DC, pour protester contre les audiences de la HUAC. Leur implication a été inefficace et l'appartenance à ce groupe en est venue à être considérée avec suspicion. Ira Gershwin, pour sa part, a été convoquée devant le comité anti-communiste Tenney de Californie et a été invitée à expliquer sa participation. Les émissions Hollywood Fights Back du comité sur ABC Radio Network étaient deux programmes de 30 minutes qui ont eu lieu les 27 octobre et 2 novembre. 1947, au cours de laquelle les membres du comité expriment leur opposition aux audiences de la HUAC.
Comité des_cinq_provinces_de_la_coréenne_du_nord/Comité des cinq provinces de la Corée du Nord :
Le Comité des cinq provinces nord-coréennes ( coréen : 이북5도위원회 ; Hanja : 以北五道委員會, littéralement « Comité des cinq provinces du Nord ») est un organisme gouvernemental sud-coréen relevant du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité.
Comité pour_le_monde_libre/Comité pour le monde libre :
Le Comité pour le monde libre était un groupe de réflexion anticommuniste néoconservateur aux États-Unis.
Comité de_la_mise_en_œuvre_des_accords_textiles/Comité de mise en œuvre des accords textiles :
Le Comité pour la mise en œuvre des accords sur les textiles est le comité fédéral des États-Unis "responsable des questions affectant la politique commerciale des textiles et chargé de superviser la mise en œuvre de tous les accords commerciaux sur les textiles".
Comité pour_l'indépendance_de_la_Géorgie/Comité pour l'indépendance de la Géorgie :
Le Comité pour l'indépendance de la Géorgie (Géorgien: საქართველოს დამოუკიდებლობის კომიტეტი, Sak'art'velos Damoukideblobis Komiteti) ou le comité de parité (პარიტეტული კომიტეტი კომიტეტი, Paritutuli komiteti) était une organisation anti-soviétique souterraine active dans la République socialiste so -sexée géorgienne au début du début de la république socialiste soeorgienne au début du début de la république socialiste soeorgienne au début du début de l'organisation anti-s-soviétique active dans le Géorgie Social Socialist Republic in the Early années 1920. Il est communément appelé "Damkom" (abréviation de damoukideblobis komiteti, le Comité pour l'Indépendance). Le Comité était responsable de la préparation et de l'orientation du soulèvement avorté d'août 1924. Le Comité a été formé au début de mai 1922 à la suite des négociations des sociaux-démocrates géorgiens (mencheviks), un ancien parti au pouvoir dans la Géorgie pré-communiste, avec son opposition politique d'autrefois - le Parti national démocrate, le Parti fédéraliste, les Socialistes révolutionnaires (SR) et le Parti Skhivi ("Beam"). Chaque parti était représenté par un membre du Damkom (d'où le nom alternatif de l'organisation, le Comité paritaire), qui était traditionnellement présidé par un menchevik. Gogita Paghava a été le premier président; il fut bientôt remplacé par Nikoloz Kartsivadze, qui fut arrêté par la police secrète soviétique, Cheka, le 16 mars 1923, et remplacé par Kote Andronikashvili. Tout au long de son existence, le secrétaire du Damkom était Yason Javakhishvili du Parti national démocrate. L'accord signé par les membres du Damkom prévoyait le renversement du régime bolchevique par un soulèvement national, la restauration de la République démocratique de Géorgie et la formation d'un gouvernement de coalition. Le Comité a maintenu des contacts étroits avec le gouvernement de Géorgie en exil par l'intermédiaire de son "Bureau de Constantinople" basé à Istanbul, en Turquie. Le Comité met en place un centre militaire présidé par le général à la retraite Kote Abkhazi, qui doit préparer une insurrection populaire. Plusieurs membres de l'ancien gouvernement menchevik sont rentrés clandestinement d'exil, dont l'ancien ministre de l'Agriculture, Noe Khomeriki, ainsi que l'ancien commandant de la Garde populaire, Valiko Jugheli. La Cheka géorgienne, avec le chef adjoint récemment nommé Lavrentiy Beria jouant un rôle de premier plan, a réussi à pénétrer l'organisation et a procédé à des arrestations massives. Une lourde perte est subie par l'opposition géorgienne en février 1923, lorsque le centre militaire est trahi par Kote Misabishvili, un étudiant membre du parti national-démocrate. Quinze membres du centre militaire ont été arrêtés, parmi lesquels les principaux dirigeants du mouvement de résistance : Kote Abkhazi, Alexander Andronikashvili, Varden Tsulukidze, le colonel Giorgi Khimshiashvili, Simon Bagration-Mukhraneli, Elizbar Gulisashvili et Rostom Muskhelishvili ; ils ont été exécutés le 20 mai 1923. Khomeriki et Jugheli sont également tombés entre les mains de la Cheka et ont ensuite été abattus. Après quelques hésitations, le Comité est allé de l'avant et a élaboré des plans pour une insurrection générale à 2 heures du matin le 29 août 1924. Le plan du soulèvement simultané a cependant échoué et, à cause d'un malentendu, la ville minière de Chiatura, dans l'ouest de la Géorgie, s'est révoltée. un jour plus tôt, le 28 août. La révolte s'est poursuivie pendant trois semaines dans plusieurs districts de Géorgie et a été écrasée par les forces de l'Armée rouge et de la Cheka. La répression du soulèvement s'est accompagnée de répressions à grande échelle au cours desquelles plusieurs milliers de personnes ont été tuées. Le 4 septembre, la Cheka découvrit le quartier général des rebelles au monastère Shio-Mgvime près de la ville de Mtskheta et arrêta les dirigeants du Damkom, dont son président Andronikashvili. Le même jour, Beria les rencontra à Tiflis et proposa de publier une déclaration exhortant les partisans à déposer les armes. Les membres du comité, ligotés et risquant eux-mêmes la mort, ont accepté la proposition à condition qu'un ordre d'arrêter les exécutions de masse soit donné immédiatement. Beria a accepté et les rebelles ont signé la déclaration afin de mettre fin à l'effusion de sang. Les persécutions n'ont cependant pas pris fin et les dirigeants de l'opposition arrêtés eux-mêmes ont été rapidement mis à mort. À la mi-septembre, la plupart des détachements armés du Damkom avaient été détruits et le soulèvement vaincu.
Comité pour_l'Initiative_pour_l'Action_Révolutionnaire_Permanente/Comité pour l'Initiative pour l'Action Révolutionnaire Permanente :
Le Comité pour l'Initiative pour une Action Révolutionnaire Permanente (en français : Comité d'Initiative pour une Action Révolutionnaire Permanente) était un groupe marxiste-léniniste radical au Sénégal. Le CIARP a été fondé par les frères Blondin Diop suite à une scission au sein du Mouvement des jeunes marxistes-léninistes. Le CIARP est démantelé par la police sénégalaise en juillet 1971. Omar Blondin Diop est condamné à trois ans de prison. Il meurt en 1973 sous les tortures à la prison de l'île de Gorée.
Comité pour_la_libération_de_Ceuta_et_Melilla/Comité pour la libération de Ceuta et Melilla :
Le Comité pour la libération de Ceuta et Melilla (CLCM) était une organisation irrédentiste marocaine qui avait pour objectif la "récupération des villes marocaines de Ceuta et Melilla". Il s'appuyait sur l'idée irrédentiste du Grand Maroc.
Comité pour_la_libération_de_l'Irak/Comité pour la libération de l'Irak :
Le Comité pour la libération de l'Irak (CLI) était une organisation non gouvernementale qui se décrivait comme un "groupe distingué d'Américains" qui voulait "libérer l'Irak de Saddam Hussein".
Comité pour_la_libération_des_peuples_de_la_russie/Comité pour la libération des peuples de Russie :
Le Comité pour la libération des peuples de Russie (russe : Комитет освобождения народов России, Komitet osvobozhdeniya narodov Rossii, en abrégé russe : КОНР, KONR) était un comité composé de collaborateurs nazis militaires et civils des territoires de l'Union soviétique (la plupart étant Les Russes). Il a été fondé par l'Allemagne nazie le 14 novembre 1944, à Prague, protectorat de Bohême et de Moravie (choisi à dessein parce que c'était une ville slave encore sous le contrôle de l'Axe).
Comité pour le marquage et l'entretien des tombes de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre/Comité pour le marquage et l'entretien des tombes de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre :
Le Comité pour le marquage et l'entretien des tombes de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre ( croate : Povjerenstvo za obilježavanje i uređivanje grobišta iz Drugog svjetskog rata i poraća ) sont des comités municipaux de Bosnie-Herzégovine. Depuis septembre 2010, ces comités sont présents dans trois municipalités. Ils sont chargés de marquer les fosses communes de la Seconde Guerre mondiale, d'entretenir les tombes et de les exhumer si possible. Jusqu'à présent, les municipalités locales de Bosnie-Herzégovine ont dû gérer seules les sépultures de la Seconde Guerre mondiale. La Bosnie-Herzégovine est l'un des rares pays de la région à ne pas avoir conclu d'accord avec l'Allemagne sur l'enterrement des troupes allemandes.
Comité pour_le_Plan_Marshall/Comité pour le Plan Marshall :
Le Comité pour le Plan Marshall, également connu sous le nom de Comité des citoyens pour le Plan Marshall d'aide à la relance européenne, était une organisation à court terme créée pour promouvoir l'adoption du programme de relance européen connu sous le nom de Plan Marshall - qui "a représenté un département d'État interdit légalement de se livrer à la propagande. "Le comité s'est dissous peu de temps après le 3 avril 1948, lorsque le président américain Harry S. Truman a signé le plan Marshall, qui accordait 5 milliards de dollars d'aide à 16 nations européennes.
Comité pour la_défense_nationale_du_Kosovo/Comité pour la défense nationale du Kosovo :
Le Comité pour la défense nationale du Kosovo ( albanais : Komiteti "Mbrojtja Kombëtare e Kosovës" en abrégé KMKK ) était une organisation albanaise fondée à Shkodër le 1er mai 1918. Elle était principalement composée d'exilés politiques du Kosovo et était dirigée par Hoxha Kadri de Pristina. Il existait sous une forme plus lâche depuis mai 1915.
Comité pour_la_réunification_pacifique_de_la_patrie/Comité pour la réunification pacifique de la patrie :
Le Comité pour la réunification pacifique de la Corée (CPRK) est une agence d'État nord-coréenne visant à promouvoir la réunification coréenne.
Comité pour_la_préservation_du_parti_socialiste/Comité pour la préservation du parti socialiste :
Le Comité pour la préservation du Parti socialiste était un groupement fractionnel organisé de courte durée au sein du Parti socialiste d'Amérique créé en 1934 par sa faction "Old Guard" basée à New York. Le Comité a été initialement organisé pour lutter pour la défaite de la Déclaration de principes adoptée par la Convention nationale de 1934 lors du référendum pour sa ratification pris par vote par correspondance des membres du parti. Après l'adoption de la Déclaration de principes, le Comité a servi de noyau organisationnel à la Fédération sociale-démocrate d'Amérique, une organisation sociale-démocrate rivale du Parti socialiste créé en 1936.
Comité pour_la_préservation_de_la_Maison_Blanche/Comité pour la préservation de la Maison Blanche :
Le Comité pour la préservation de la Maison Blanche est un comité consultatif chargé de la préservation de la Maison Blanche, résidence officielle et principal lieu de travail du président des États-Unis. Le comité est en grande partie composé de citoyens nommés par le président pour leur expérience en matière de préservation historique, d'architecture, d'arts décoratifs et pour leur érudition dans ces domaines. Le Comité pour la préservation de la Maison Blanche a été créé par décret en 1964 par le président Lyndon Johnson pour remplacer un comité temporaire de l'ameublement de la Maison Blanche créé par la Première Dame Jacqueline Kennedy lors de la restauration de la Maison Blanche Kennedy (1961-1963). Le comité est chargé d'établir des politiques relatives à la fonction muséale de la Maison Blanche, ses salles d'apparat et ses collections. Il travaille également avec la White House Historical Association pour faire des recommandations sur les acquisitions pour la collection permanente de la Maison Blanche et fournit des conseils sur les changements apportés aux pièces principales du rez-de-chaussée, à l'étage de l'État et aux suites d'invités historiques à l'étage de la résidence du White Maison Résidence Exécutive. Le décret stipule que le conservateur de la Maison Blanche, l'huissier en chef de la Maison Blanche, le secrétaire de la Smithsonian Institution, le président de la Commission des beaux-arts des États-Unis et le directeur de la National Gallery of Art sont membres d'office de le Comité. Le directeur du National Park Service est président du comité et la Première Dame est présidente honoraire du comité. En février 2010, l'architecte d'intérieur de Los Angeles Michael S. Smith a été nommé au comité; en août de cette année-là, sa transformation du bureau ovale a été révélée au public.
Comité pour_la_prévention_de_la_destruction_des_antiquités_sur_le_mont_du_Temple/Comité pour la prévention de la destruction des antiquités sur le mont du Temple :
Le Comité pour la prévention de la destruction des antiquités sur le mont du Temple est un groupe apolitique d'archéologues, d'intellectuels et d'autres personnalités éminentes de gauche et de droite. Son membre le plus franc est l'éminent archéologue, le Dr Eilat Mazar de l'Université hébraïque de Jérusalem. Le groupe a été formé en réponse aux préoccupations concernant les dommages causés aux antiquités du mont du Temple à Jérusalem par les travaux de construction qui y sont menés.
Comité pour_la_prévention_de_la_torture/Comité pour la prévention de la torture :
Le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants ou en abrégé Comité pour la prévention de la torture (CPT) est le comité anti-torture du Conseil de l'Europe. Fondé pour faire appliquer la Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants, le CPT visite les lieux de détention dans les pays signataires et publie des rapports sur les violations de la convention.
Comité pour_la_prévention_de_la_torture_ (Russie)/Comité pour la prévention de la torture (Russie) :
L'équipage contre la torture (ONG CAT ; russe : Кома́нда прóтив пы́ток, fondé sous le nom de Comité contre la torture) est une organisation non gouvernementale russe dans le domaine des droits de l'homme basée à Nizhny Novgorod, en Russie. Le CAT fournit une assistance aux victimes de torture et mène des enquêtes indépendantes sur les cas de torture. En outre, le CAT publie des rapports sur des problèmes systémiques concernant l'inefficacité des enquêtes officielles et des poursuites pour torture en Russie. Le CAT aborde les violations des droits de l'homme en s'appuyant principalement sur les mécanismes juridiques disponibles au niveau national. Dans le cas où les mécanismes nationaux se sont révélés inefficaces, le CAT aide les victimes à saisir les instances internationales des droits de l'homme (principalement la Cour européenne des droits de l'homme) et les représente dans les procédures. Le CAT promeut la protection des droits de l'homme dans diverses régions de Russie. Depuis 2022, CAT opère dans cinq régions: la région de Nizhny Novgorod, la région d'Orenbourg, le Caucase du Nord, la région de Moscou et de Krasnodar. L'un des cas les plus notables du CAT est celui d'Aleksey Mikheyev, "la première victoire significative contre les pratiques de torture dans la police russe". Le CAT a reçu de nombreux prix pour son travail. En 2018, Olga Sadovskaya, vice-présidente du CAT et militante des droits de l'homme, a été nominée pour le prix Nobel de la paix. Le CAT a reçu plusieurs subventions présidentielles et des financements de la Commission européenne des droits de l'homme. En 2015, la Fédération de Russie a officiellement désigné CAT comme agent étranger.
Comité pour_la_prévention_de_la_torture_en_Afrique/Comité pour la prévention de la torture en Afrique :
Le Comité pour la prévention de la torture en Afrique (CPTA), connu sous le nom de Comité de suivi des lignes directrices de Robben Island depuis sa fondation en 2002 jusqu'en 2009, est une organisation créée par la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples pour promouvoir l'utilisation des Lignes directrices des îles et prévenir la torture en Afrique.
Comité pour_la_promotion_de_la_vertu_et_la_prévention_du_vice/Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice :
Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice peut faire référence à : Comité pour la propagation de la vertu et la prévention du vice (bande de Gaza) Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice (Arabie saoudite) Ministère de la propagation du La vertu et la prévention du vice (Afghanistan)
Comité pour_la_promotion_de_la_vertu_et_la_prévention_du_vice_(Arabie_saoudite)/Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice (Arabie saoudite) :
Le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice (arabe : هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر hayʾa al-ʾamr bil-maʿrūf wan-nahī ʿan al-munkar, abrégé , mutaween et par d'autres noms et traductions similaires dans des sources de langue anglaise), est une autorité religieuse du gouvernement saoudien chargée de mettre en œuvre la doctrine islamique de la hisbah. Faisant remonter son origine moderne à une renaissance de la fonction officielle pré-moderne de muhtasib (inspecteur des marchés) par le premier État saoudien (1727-1818), il a été créé sous sa forme la plus connue en 1976, avec pour objectif principal de surveiller les marchés et moralité publique, et souvent qualifiée de police religieuse islamique. Au début des années 2010, on estimait que le comité comptait 3 500 à 4 000 agents dans les rues, assistés de milliers de bénévoles, avec 10 000 membres du personnel administratif supplémentaires. Son chef avait rang de ministre et relevait directement du roi. Les officiers du comité et les volontaires patrouillaient dans les lieux publics, les volontaires se concentrant sur l'application des règles strictes du hijab (qui en Arabie saoudite signifiait couvrir tout le corps sauf les mains et les yeux), la ségrégation entre les sexes et la participation quotidienne à la prière ; mais aussi des produits/activités non islamiques comme la vente de chiens et de chats, de poupées Barbie, de Pokémon et de cadeaux de la Saint-Valentin. Les agents étaient autorisés à poursuivre, détenir et interroger les contrevenants présumés. Le pouvoir du CPVPV a été considérablement réduit avec les réformes de Mohammed ben Salmane en 2016, et il lui a été interdit "de poursuivre, d'interroger, de demander une identification, d'arrêter et de détenir toute personne soupçonnée d'un crime".
Comité pour_la_propagation_de_la_vertu_et_la_prévention_du_vice_(bande_de_Gaza)/Comité pour la propagation de la vertu et la prévention du vice (bande de Gaza) :
Le Comité pour la propagation de la vertu et la prévention du vice (arabe : هيئة الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر hayʾa al-ʾamr bil-maʿrūf wan-nahī ʿan al-munkar, territoire palestinien) codes de conduite musulmans traditionnels (charia). Selon le journaliste Khaled Abu Toameh et le chercheur sur le Moyen-Orient, le Dr Jonathan Spyer, le groupe fait partie des forces de police du gouvernement de facto du Hamas. les "dangers" présumés de l'habillement impudique, du jeu de cartes et des fréquentations. La force visait à "combattre ceux qui sont corrompus par Satan et qui n'observent pas la charia".
Comité pour_la_réélection_du_président/Comité pour la réélection du président :
Le Comité pour la réélection du président (également connu sous le nom de Comité pour la réélection du président), abrégé CRP, mais souvent moqué par l'acronyme CREEP, était, officiellement, une organisation de collecte de fonds du président américain Richard Nixon's 1972 re -campagne électorale lors du scandale du Watergate.
Committee for_the_Relief_of_the_Black_Poor/Comité pour le secours des Noirs pauvres :
Le Committee for the Relief of the Black Poor était une organisation caritative fondée à Londres en 1786 pour subvenir aux besoins des personnes en détresse d'origine africaine et asiatique. Il a joué un rôle crucial dans la proposition de former une colonie pour les réfugiés noirs en Sierra Leone. Le travail du Comité chevauchait dans une certaine mesure la campagne d'abolition de l'esclavage dans tout l'Empire britannique.
Comité pour_le_salut_de_la_patrie_et_la_révolution/Comité pour le salut de la patrie et de la révolution :
Le Comité pour le salut de la patrie et de la révolution fut un bref organe contre-révolutionnaire créé à Petrograd dans la nuit du 7 au 8 novembre 1917, lors de la prise du Palais d'Hiver par les bolcheviks, après le retour des participants au cortège au bâtiment de la Douma de la ville pour aider le gouvernement révolutionnaire assiégé dans leur résidence afin de lutter contre les bolcheviks. Le comité comprenait des représentants du conseil municipal de Petrograd, du pré-parlement, du comité exécutif central des soviets de la première convocation, du comité exécutif du conseil panrusse des députés paysans, du comité exécutif central de la marine, du Comités des partis mencheviks, socialistes révolutionnaires, "populaires socialistes", démocrates constitutionnels, syndicats des postes-télégraphes et des chemins de fer, factions mencheviks et socialistes révolutionnaires, qui ont quitté le deuxième congrès panrusse des soviets et autres. Le social-révolutionnaire de droite Abram Gotz a été élu président du comité. Le comité a distribué des tracts anti-bolcheviques, soutenu la grève des fonctionnaires et la campagne de Kerensky-Krasnov à Petrograd, organisé un soulèvement armé de junkers à Petrograd même, les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires qui ont quitté le deuxième congrès panrusse des soviets et d'autres. Selon le témoignage de John Reed, le comité avait déjà posté une pétition à Petrograd le 8 novembre déclarant l'illégalité du gouvernement bolchevique, déclaré son intention de recréer le gouvernement provisoire, qui « amènera le pays à l'Assemblée constituante et le sauvera des contre-attaques ». -révolution et anarchie", et a exhorté les citoyens à ne pas reconnaître le pouvoir illégal des bolcheviks et à se lever "pour défendre la patrie et la révolution". Le 29 octobre, le Comité pour le salut de la patrie et la révolution lance un soulèvement antibolchevique à Petrograd. Le château d'ingénierie est devenu le centre du soulèvement et la principale force armée - les cadets de l'école d'ingénieurs Nikolaev qui y étaient stationnés. Georgy Polkovnikov, le commandant du district militaire de Petrograd, déposé par les bolcheviks, s'est déclaré commandant des "forces de sauvetage" et, par son ordre, a interdit à certaines parties du district d'obéir aux ordres du Comité militaire révolutionnaire. Pendant un certain temps, les rebelles ont réussi à s'emparer du poste téléphonique et à déconnecter Smolny, à arrêter une partie des commissaires du Comité militaire révolutionnaire et à commencer à désarmer les gardes rouges. Cependant, le gros des troupes de la garnison de Petrograd n'a pas rejoint le soulèvement. À 11 heures du matin le 29 octobre, les forces du Comité militaire révolutionnaire ont repris le central téléphonique et ont encerclé le château du génie avec des forces supérieures. Le soulèvement a finalement été réprimé le matin du 30 octobre. Parallèlement, les forces du Comité révolutionnaire militaire ont bloqué un certain nombre d'écoles de cadets à Petrograd, qui dans certains cas étaient accompagnées de victimes. Une résistance particulièrement tenace a été fournie par l'école de Vladimir, où jusqu'à 200 personnes sont mortes des deux côtés, pendant l'assaut, l'artillerie a été utilisée. Fin novembre 1917, le comité se transforme en « Union pour la défense de l'Assemblée constituante », qui comprend également des représentants d'autres partis ; le socialiste-révolutionnaire de droite Vasily Filippovsky est devenu le président. Après la dissolution de l'Assemblée constituante, l'Union s'autodétruit.
Comité pour_l'examen_scientifique_de_la_religion/Comité pour l'examen scientifique de la religion :
Le Comité pour l'examen scientifique de la religion (CSER) était basé au Center for Inquiry à Amherst, New York. Selon son énoncé de mission, le CSER était une consultation de recherche consacrée «à l'étude de la religion et de l'éthique du point de vue du naturalisme philosophique et à l'étude critique, non paroissiale et humaniste des revendications de vérité religieuse». Le comité a professé servir à la fois une fonction de «chien de garde» en ce qui concerne les questions d'Église-État et d'éducation, et la communauté universitaire en générant des recherches originales et en promouvant l'alphabétisation religieuse. Le CSER a été dissous en 2010. Le CSER a été décrit comme une organisation éducative à but non lucratif qui «situe ses valeurs dans les principes humanistes des Lumières américaines et européennes et les traditions critiques libérales de la culture post-Lumières». Le comité était composé d'une centaine de boursiers élus choisis parmi les universitaires et les professions libérales. Les anciens boursiers comprenaient Van Harvey, Joseph L. Blau, Carol Meyers, Morton Smith, Karen Armstrong, Vern Bullough, Joseph Fletcher, Lewis Feuer, Theodor Gaster, Gerd Luedemann, Antony Flew, John Hick, David Noel Freedman, John Dominic Crossan, Alan Ryan, Don Cupitt, Margaret Chatterjee, Richard Taylor, Susan Blackmore, Robert Carroll, Arthur Peacocke, Clinton Bennett et Peter Atkins.
Comité pour_l'étude_scientifique_de_la_défense_aérienne/Comité pour l'étude scientifique de la défense aérienne :
Le Comité pour l'étude scientifique de la défense aérienne (CSSAD), également connu sous le nom de Comité Tizard du nom de son président, Henry Tizard, était une mission scientifique d'avant la Seconde Guerre mondiale pour étudier les besoins de la guerre anti-aérienne au Royaume-Uni. Le comité est surtout connu pour son rôle dans le développement du radar et la construction du réseau radar Chain Home et de ses centres de contrôle associés. Winston Churchill attribue le succès de la bataille d'Angleterre à ce travail. Le CSSAD a été formé en 1934. En septembre 1939, il a été fusionné avec le Comité pour l'étude scientifique de l'infraction aérienne, qui avait été formé en 1937, et était également présidé par Tizard, pour former le Comité pour l'étude scientifique de la guerre aérienne ( CSSAW). Tizard a aidé à convaincre Churchill de remettre la technologie d'armes secrètes la plus importante de Grande-Bretagne aux Américains sans aucune condition. La mission Tizard (officiellement la mission technique et scientifique britannique) a livré la technologie aux Américains dans une simple boîte en métal noir au plus fort de la bataille d'Angleterre. CSSAW a été interrompu en juin 1940.
Comité pour_la_Sveriges_Riksbank_Prize_in_Economic_Sciences_in_Memory_of_Alfred_Nobel/Comité pour le prix Sveriges Riksbank en sciences économiques à la mémoire d'Alfred Nobel :
Le comité du prix Sveriges Riksbank en sciences économiques à la mémoire d'Alfred Nobel est le comité du prix du prix Sveriges Riksbank en sciences économiques à la mémoire d'Alfred Nobel et remplit le même rôle que les comités Nobel pour les prix Nobel. Cela signifie que le Comité est chargé de proposer des lauréats pour le Prix. Le Comité du Prix de sciences économiques à la mémoire d'Alfred Nobel est nommé par l'Académie royale des sciences de Suède. Il se compose généralement de professeurs suédois d'économie ou de matières apparentées qui sont membres de l'Académie, bien que l'Académie puisse en principe nommer n'importe qui au Comité. Deux des membres du comité fondateur ainsi que des membres ultérieurs du comité avaient également été associés à la Société du Mont-Pèlerin. Le Comité est un organe de travail sans pouvoir de décision, et la décision finale d'attribuer le Prix est prise par l'ensemble de la Académie suédoise des sciences, après avoir eu une première discussion dans la classe de sciences sociales de l'Académie.
Comité de_défense_de_la_paix_et_des_accords_de_Genève/Comité de défense de la paix et des accords de Genève :
Le Comité de défense de la paix et des accords de Genève était une organisation politique au Vietnam, formée à Saigon en août 1954 par Nguyễn Hữu Thọ. Le Comité a été écrasé et interdit par le gouvernement sud-vietnamien en novembre de la même année, et Nguyễn Hữu Thọ et d'autres membres de l'organisation ont été emprisonnés après une descente de police.
Comité de_Solidarité_avec_le_People_of_El_Salvador/Comité de Solidarité avec le Peuple d'El Salvador :
Le Comité de solidarité avec le peuple d'El Salvador, basé à Washington, DC, est une organisation militante nationale avec des chapitres dans diverses villes des États-Unis. Le CISPES soutient le Front de libération nationale Farabundo Martí (FMLN) et le mouvement social progressiste au Salvador. Le CISPES a été fondé en octobre 1980 par des conventions à Los Angeles et à Washington, DC en opposition à l'aide américaine (financement et soutien politique) à l'armée et au gouvernement salvadoriens pendant la guerre civile salvadorienne. Le CISPES s'est opposé à la politique et aux actions de l' Alliance républicaine nationaliste de droite (ARENA) et de son chef Roberto D'Aubuisson pendant la guerre civile salvadorienne , et continue de s'opposer aux politiques mises en œuvre par l'ARENA. Depuis la fin de la guerre civile au Salvador en 1992, le CISPES travaille avec le FMLN et avec les organisations du mouvement populaire salvadorien (syndicats, groupes de femmes, groupes de paysans, etc.) en opposition aux politiques économiques de libre-échange et de privatisation telles que l'Amérique centrale Accord de libre-échange (CAFTA). Le CISPES organise des délégations pour rendre visite aux militants de gauche d'El Salvador ainsi que des délégations pour surveiller les élections salvadoriennes afin de détecter d'éventuelles fraudes ou manipulations politiques.
Comité_de_Soutien_à_la_Solidarité/Comité de Soutien à la Solidarité :
Le Comité d'appui à la solidarité (CSS) était une organisation créée le 14 décembre 2003 à Bangalore pour faciliter la publication d'informations sur les droits des femmes au Sri Lanka. Le comité a créé son premier bulletin d'information à Bangalore le 22 décembre 2003, lors de la période du mouvement pour le droit des femmes au Sri Lanka. Les porte-parole du comité au 12 décembre 2003 étaient Rohini Deshpande, Varnika Tarabhai, Quentin D'souza, Urvala Josheela, Ishita Joshi, Zara Rodriguez et Chandralekha Rao. Les porte-parole de la presse étaient Omala Shekhar et Rani Iyengar. Pour attirer des fonds à l'appui de l'activité de Solidarité, le comité a été aidé par le groupe de scientifiques indo-sri-lankais organisé par les professeurs Priya Nambiar de l'Université Temple et Ayansh Arora du Memorial Sloan Kettering Cancer Center. Le comité est devenu plus tard l'Institut pour les droits des femmes.
Machine de comité/machine de comité :
Une machine à comité est un type de réseau de neurones artificiels utilisant une stratégie de division pour mieux régner dans laquelle les réponses de plusieurs réseaux de neurones (experts) sont combinées en une seule réponse. La réponse combinée de la machine du comité est censée être supérieure à celles des experts qui la composent. Comparer avec des ensembles de classificateurs.
Comité des_100/Comité des 100 :
Comité des 100 peut faire référence à : Comité des 100 (Delaware), un groupe de pression dans le Delaware, États-Unis Comité des 100 (Finlande), un groupe anti-guerre finlandais Comité des 100 (Royaume-Uni), un groupe britannique anti-guerre Comité of 100 (États-Unis), un groupe d'éminents Américains d'origine chinoise qui s'occupe des problèmes des relations sino-américaines. , organisation à but non lucratif d'utilisation des terres à Washington, DC Le comité des soixante à New York a été remplacé par un comité des cent le 1er mai 1775
Comité des_100_ (Finlande)/Comité des 100 (Finlande) :
Le Comité des 100 en Finlande (Sadankomitea en finnois) a été fondé en 1963, sur le modèle du Comité des 100 en Grande-Bretagne. Le Comité des 100 a été l'une des principales organisations du mouvement pacifiste en Finlande, en particulier dans les années 1960. Depuis 1966, le Comité des 100 publie le magazine Ydin et le magazine en ligne Pax, organise des séminaires, distribue des brochures et fait pression pour la paix et les droits de l'homme. Elle a notamment critiqué le refus de la Finlande de participer aux traités internationaux interdisant les bombes à fragmentation. Parmi les personnes actives au sein du Comité des 100 figurent l'ancien ministre finlandais des Affaires étrangères Erkki Tuomioja.
Comité des_100_ (Royaume_Uni)/Comité des 100 (Royaume-Uni) :
Le Comité des 100 était un groupe anti-guerre britannique. Il a été créé en 1960 avec une centaine de signataires publics par Bertrand Russell, Ralph Schoenman, Michael Scott et d'autres. Ses partisans ont utilisé la résistance non violente de masse et la désobéissance civile pour atteindre leurs objectifs.
Comité des_100_(États-Unis)/Comité des 100 (États-Unis) :
Le Comité des 100 est une organisation dirigeante d'Américains d'origine chinoise dans les affaires, le gouvernement, les universités et les arts dont l'objectif déclaré est «d'encourager des relations constructives entre les peuples des États-Unis et de la Grande Chine». Elle a été fondée en 1990 par IM Pei. Son président actuel est H. Roger Wang, président et ancien directeur général (PDG) du Golden Eagle International Group, et son président actuel est Zhengyu Huang.
Committee of_100_on_the_Federal_City/Comité des 100 sur la ville fédérale :
Le Comité des 100 sur la ville fédérale, appelé localement le Comité des 100, est une organisation privée à but non lucratif qui promeut une utilisation et une planification responsables des terres à Washington, DC, et préconise l'adhésion au Plan L'Enfant et au Plan McMillan comme un guide de la croissance de la ville. C'est l'un des organismes privés d'aménagement du territoire les plus influents à Washington, DC
Comité des_19/Comité des 19 :
Le Comité des 19 est un comité d'étudiants de l'Université d'Auburn qui dirigent les efforts de War on Hunger sur le campus et dans la communauté locale. En 2004, l'Université d'Auburn a été choisie par le Programme alimentaire mondial, une agence des Nations Unies et la plus grande organisation humanitaire au monde, pour diriger les premiers efforts menés par des étudiants dans la guerre contre la faim. Le chiffre 19 dans le titre symbolise les 19 cents par jour qu'il faut au Programme alimentaire mondial pour nourrir un enfant affamé dans le monde en développement. Aujourd'hui, ce nombre est estimé à plus près de vingt-cinq cents. Il y a actuellement 22 membres sur le Comité des 19, représentant diverses organisations étudiantes et les collèges et écoles de l'université.
Comité des_300/Comité des 300 :
Le Comité des 300, également connu sous le nom d'Olympiens, est une théorie du complot qui prétend qu'un groupe puissant a été fondé par l'aristocratie britannique en 1727 et gouverne le monde. Les partisans de la théorie alléguant l'existence du Comité pensent qu'il s'agit d'un conseil international qui organise la politique, le commerce, la banque, les médias et l'armée pour des efforts mondiaux centralisés.
Comité des_48/Comité des 48 :
Le Comité des 48 était une association politique libérale américaine créée en 1919 dans l'espoir de créer un nouveau parti politique pour la réforme sociale afin de s'opposer aux partis républicains et démocrates de plus en plus conservateurs. Nommé en reconnaissance des 48 États des États-Unis pour signifier la volonté de construire un large mouvement national, les progressistes modérés du Comité des 48 ont tenté sans succès de former un tel tiers parti avec des militants sympathisants du mouvement ouvrier en 1920. Le groupe (communément appelé "The Forty-Eighters") est alors devenu l'un des principaux constituants de la Conférence pour une action politique progressiste en 1922, un mouvement qui a abouti à la candidature indépendante de Robert M. La Follette à la présidence des États-Unis en 1924.
Comité des_pratiques_publicitaires/Comité des pratiques publicitaires :
Le Committee of Advertising Practice (CAP) est une organisation britannique responsable du Code britannique de la publicité non diffusée, de la promotion des ventes et du marketing direct, qui est le principal code de pratique pour l'autorégulation de l'industrie de la publicité non diffusée au Royaume-Uni. . C'est l'organisation sœur de, et est administrée par, l'Advertising Standards Authority (ASA).
Comité des_étudiants_américains_de_l'École_des_Beaux-Arts,_Paris/Comité des étudiants américains de l'École des Beaux-Arts, Paris :
Le Comité des étudiants américains de l'École des Beaux-Arts de Paris (Comité des Étudiants Américains de l'École des Beaux-Arts Paris [CEA à l'EDBA]) était une organisation d'étudiants américains en art à l'École des Beaux-Arts à Paris. Les anciens élèves américains de l'école étaient également impliqués. Il était actif en tant qu'organisation caritative de guerre et de secours à la guerre soutenant la cause française pendant la Première Guerre mondiale, opérant d'au moins 1916 jusqu'à la fin de la guerre. Entre autres activités, ils ont collecté des fonds grâce à la production et à la vente de cartes postales d'art.
Comité des_deux_royaumes/Comité des deux royaumes :
Le Comité des Deux Royaumes, (connu sous le nom de Derby House Committee à partir de la fin de 1647), était un comité créé pendant les guerres des Trois Royaumes par la faction parlementaire en association avec des représentants des Covenanters écossais, après avoir conclu une alliance (le Solemn League and Covenant) à la fin de 1643. Lorsque l'armée écossaise entra en Angleterre à l'invitation du Parlement anglais en janvier 1644, la commission parlementaire de sécurité fut remplacée par une commission ad hoc représentative des deux royaumes qui, par ordonnance parlementaire du 16 février, fut formellement constitué en tant que Comité des Deux Royaumes. Le contingent anglais était composé de sept pairs et de 14 roturiers. Son objet était la gestion des ouvertures de paix ou de guerre au Roi. Il était commodément connu sous le nom de Derby House Committee à partir de 1647, lorsque les Écossais se sont retirés. Son influence longtemps réduite par la croissance de l'armée, elle est dissoute par le Parlement le 7 février 1649 (peu après l'exécution de Charles Ier le 30 janvier) et remplacée par le Conseil d'État. Une sous-commission des affaires irlandaises se réunit à partir de 1646 à 1648. Le sous-comité a dépensé, en Irlande, l'argent recueilli par le Comité des deux chambres.
Comité des_conseils_d_architecture_canadiens/Comité des conseils canadiens d'architecture :
Le Comité des conseils canadiens d'architecture (CCPA) est une organisation au Canada composée de représentants de chacune des dix associations provinciales d'architectes. Le CCPA gère l'élaboration de politiques et de normes nationales pour l'admission à la profession d'architecte au Canada. Le CCPA est administré par l'Institut royal d'architecture du Canada (IRAC). Le CCPA a créé le Programme de stagiaires en architecture (IAP) pour normaliser les stages au Canada.
Comité des_catholiques_pour_combattre_l'antisémitisme/Comité des catholiques pour combattre l'antisémitisme :
Le Comité des catholiques pour combattre l'antisémitisme (plus tard connu sous le nom de Comité des catholiques pour les droits de l'homme) était une organisation antiraciste catholique américaine formée en mai 1939, en partie en réponse à l'annonce de 1938 du pape Pie XI selon laquelle "ce n'est pas possibilité pour les chrétiens de participer à l'antisémitisme ». Il était soutenu par de nombreux catholiques éminents, y compris des membres du Catholic Worker Movement, parmi lesquels Dorothy Day.
Committee of_Chiefs_of_Military_Medical_Services_in_NATO/Comité des chefs des services médicaux militaires de l'OTAN :
Le Comité des chefs des services de santé militaires de l'OTAN (COMEDS) est l'organe médical supérieur de l'Alliance de l'Atlantique Nord, qui relève du Comité militaire de l'OTAN. Il est dirigé par un président, composé des chirurgiens généraux des pays alliés et des conseillers médicaux supérieurs au sein de la structure de commandement de l'OTAN, et se réunit deux fois par an en session plénière. Soutenu par le personnel médical intégral de l'OTAN et de nombreux groupes de travail et panels multinationaux spécialisés, le COMEDS agit comme point central pour le développement et la coordination de normes communes et pour fournir des avis médicaux au Comité militaire.
Committee of_Concerned_Asian_Scholars/Comité des chercheurs asiatiques concernés :
Le Committee of Concerned Asian Scholars (CCAS) a été fondé en 1968 par un groupe d'étudiants diplômés et de jeunes professeurs dans le cadre de l'opposition à la participation américaine à la guerre du Vietnam. Ils ont proposé une "critique radicale des hypothèses qui nous ont amenés [les États-Unis] en Indochine et nous empêchaient d'en sortir". Le caucus s'est tenu lors de la convention de l'Association for Asian Studies à Philadelphie, mais était une critique radicale des valeurs, de l'organisation et du leadership de cette association professionnelle. Le groupe a été en grande partie formé en raison du manque de position publique de l'Association des études asiatiques sur la guerre du Vietnam. La plupart des membres originaux étaient des étudiants diplômés ou des professeurs juniors dans les programmes d'études régionales à Harvard, Stanford, Université du Michigan, Université de Californie à Berkeley et Université de Columbia, bien qu'il y ait aussi des universitaires indépendants et ceux sans affiliation dans le domaine. Le 30 mars 1969, le groupe a adopté la déclaration d'intention suivante : Nous nous sommes d'abord réunis pour nous opposer à l'agression brutale des États-Unis au Vietnam et à la complicité ou au silence de notre profession à l'égard de cette politique. Ceux qui s'occupent d'études asiatiques portent la responsabilité des conséquences de leurs recherches et de la posture politique de leur profession. Nous sommes préoccupés par la réticence actuelle des spécialistes à dénoncer les implications d'une politique asiatique visant à assurer la domination américaine sur une grande partie de l'Asie. Nous rejetons la légitimité de cet objectif et essayons de changer cette politique. Nous reconnaissons que la structure actuelle de la profession a souvent perverti l'érudition et aliéné de nombreuses personnes dans le domaine. comme la pauvreté, l'oppression et l'impérialisme. Nous réalisons que pour être des étudiants d'autres peuples, nous devons d'abord comprendre nos relations avec eux. Le CCAS souhaite créer des alternatives aux tendances dominantes de la recherche sur l'Asie, qui découlent trop souvent d'une perspective culturelle paroissiale et servent des intérêts égoïstes et expansionnistes. Notre organisation est conçue pour fonctionner comme un catalyseur, un réseau de communication pour les chercheurs asiatiques et occidentaux, un fournisseur de ressources centrales pour les chapitres locaux et une communauté pour le développement de la recherche anti-impérialiste.
Comité des_journalistes_concernés/Comité des journalistes concernés :
Le Committee of Concerned Journalists (CCJ) était un consortium américain à but non lucratif de journalistes, d'éditeurs, de propriétaires de médias, d'universitaires et de citoyens inquiets pour l'avenir de la profession. Le CCJ a été dissous en décembre 2011. Pour assurer l'avenir du journalisme, le groupe estime que les journalistes de tous les médias, géographies, rangs et générations doivent être clairs sur ce qui distingue le journalisme des autres activités. Pour ce faire, le groupe a créé une conversation nationale entre journalistes sur les principes. Le groupe a organisé une série de forums à la fin des années 1990 et a offert une formation sur place aux organes de presse imprimés, audiovisuels et en ligne grâce à son programme itinérant depuis 2001. En 2006, le groupe avait offert des sessions d'une journée et demie à plus de 7 300 personnes. journalistes dans plus de 120 salles de presse écrites, audiovisuelles et en ligne. Le comité a été fondé par Bill Kovach, journaliste de longue date et ancien conservateur de la Fondation Nieman, et Tom Rosenstiel, directeur du Project for Excellence in Journalism. Fondée en 1997, la CCJ était auparavant affiliée à la Columbia School of Journalism. En 2006, il s'est séparé de l'Université de Columbia et s'est affilié à la Missouri School of Journalism et à son nouvel institut de journalisme Donald W. Reynolds. Le CCJ a été financé par la John S. and James L. Knight Foundation, une fondation américaine privée à but non lucratif dédiée à la promotion et à l'amélioration du journalisme.
Comité des_scientifiques_concernés/Comité des scientifiques concernés :
Le Committee of Concerned Scientists (CCS) est une organisation internationale indépendante vouée à la protection et à l'avancement des droits de l'homme et de la liberté scientifique des scientifiques, des médecins, des ingénieurs et des universitaires.
Comité de_coopération_pour_la_paix_au_Chili/Comité de coopération pour la paix au Chili :
Le Comité de coopération pour la paix au Chili (en espagnol : Comité de Cooperación para la Paz), était une organisation de paix chilienne fondée en octobre 1973 par un groupe interreligieux dirigé par l'archidiocèse de Santiago afin de soutenir les droits humains des personnes persécutées par le régime du général Augusto Pinochet. C'était la première organisation active de défense des droits de l'homme au Chili et elle a duré deux ans, soutenant des milliers de personnes persécutées par le régime. Il se dissout sous la pression du régime en novembre 1975, mais le Vicariat de Solidarité se forme peu après et prend le relais de la protection des droits de l'homme au Chili.
Committee of_Correspondence_(women%27s_organization)/Comité de correspondance (organisation de femmes) :
Le Comité de correspondance était une organisation de femmes anticommunistes américaines active de 1952 à 1969. Un groupe de femmes actives dans les clubs bénévoles d'affaires internationales et les domaines professionnels a créé le comité en tant qu'homologue du Conseil national des femmes. Le comité s'est établi en tant qu'organisation indépendante à but non lucratif peu de temps après sa création.
Comité de détail/Comité de détail :
Le Comité de détail était un comité créé par la Convention constitutionnelle des États-Unis le 24 juillet 1787 pour rédiger un projet de texte reflétant les accords conclus par la Convention jusque-là, y compris les 15 résolutions du plan Virginia. La Convention s'ajourna du 26 juillet au 6 août pour attendre leur rapport. Une grande partie de ce qui était contenu dans le document final était présente dans ce projet. Le comité était présidé par John Rutledge, avec les autres membres dont Edmund Randolph, Oliver Ellsworth, James Wilson et Nathaniel Gorham. Bien que la composition du comité ait favorisé de manière disproportionnée les grands États264, il était assez équilibré en termes de répartition géographique : Gorham (Massachusetts) représentant le nord de la Nouvelle-Angleterre, Ellsworth (Connecticut) représentant la Basse-Nouvelle-Angleterre, Wilson (Pennsylvanie) représentant le centre États, Randolph (Virginie) représentant le Haut-Sud, et Rutledge (Caroline du Sud) représentant le Bas-Sud. comité a laissé l'empreinte de leurs jugements individuels et collectifs. Dans quelques cas, le comité a manifestement exercé un pouvoir discrétionnaire considérable. Par exemple, le Comité a ajouté l'expression "leur apporter aide et réconfort" à la section sur la trahison pour restreindre la définition à partir d'expressions plus ambiguës qui avaient été proposées dans la Convention. Ils ont également ajouté un collège électoral. Ce comité, lors de la préparation de son projet de constitution, a fait référence aux constitutions des États, aux articles de la Confédération, aux plans soumis à la Convention et à d'autres documents disponibles. Bien que la Constitution ait été une innovation du gouvernement national avec des caractéristiques fédérales, une grande partie était inspirée des modèles de l'Antiquité classique et de la tradition gouvernementale britannique de gouvernement mixte. La Déclaration d'indépendance a également servi de guide important pour sa synthèse des idéaux d'autonomie gouvernementale et des droits humains fondamentaux. Les écrits de philosophes politiques européens tels que Montesquieu et John Locke étaient influents. Ce qu'ils cherchaient à créer était un gouvernement équilibré de freins et contrepoids pour servir les intérêts à long terme du peuple d'une nation indépendante. Les deux avant-projets qui subsistent, ainsi que le texte de la Constitution soumis à la Convention, étaient de la main de Wilson ou de Randolph.
Comité des_situations_d'urgence_et_de_la_défense_civile_du_Tadjikistan/Comité des situations d'urgence et de la défense civile du Tadjikistan :
The Committee of Emergency Situations and Civil Defense of Tajikistan (KHF) (Tajik: Кумитаи ҳолатҳои фавқулодда ва мудофиаи граждании назди Ҳукумати Ҷумҳурии Тоҷикистон, Russian: Комитет по чрезвычайным ситуациям и гражданской обороне при правительстве Таджикистана) is the emergencies and civil defense ministry of Tajikistan. Le ministère est habilité à prendre des décisions sur la protection de la population/du territoire tadjik contre les catastrophes naturelles et autres processus géologiques.
Comité des successions/Comité des successions :
Le Comité des successions a gouverné l'Écosse pendant les guerres des Trois Royaumes (1638–1651) lorsque le Parlement d'Écosse ne siégeait pas. Il était dominé par les Covenanters dont la faction la plus influente était celle du comte d'Argyll. Le Comité tire son nom des "États d'Écosse" qui était un nom alternatif pour le Parlement d'Écosse (voir les Trois États d'Écosse).
Comité_européen_des_superviseurs_bancaires/Comité européen des contrôleurs bancaires :
Le Comité européen des contrôleurs bancaires (CECB) était un groupe consultatif indépendant sur la surveillance bancaire dans l'Union européenne (UE). Créé par la Commission européenne en 2004 par la décision 2004/5/CE, et sa charte révisée le 23 janvier 2009, il était composé de hauts représentants des autorités de contrôle bancaire et des banques centrales de l'Union européenne. Le 1er janvier 2011, ce comité a été remplacé par l'Autorité bancaire européenne (ABE), qui a repris toutes les tâches et responsabilités existantes et en cours du Comité européen des contrôleurs bancaires (CECB). L'Autorité bancaire européenne a été instituée par le règlement (CE) n° 1093/2010 du Parlement européen et du Conseil du 24 novembre 2010. Son rôle était de : Conseiller la Commission européenne, à la demande de celle-ci, ou dans un délai Commission peut avoir fixé en fonction de l'urgence de la question, ou agissant en son propre nom, notamment en ce qui concerne l'élaboration de projets de mesures dans le cadre des activités de prêt. Contribuer à la mise en œuvre cohérente des directives de l'UE et à la convergence des pratiques de surveillance financière dans tous les États membres de l'ensemble de la Communauté européenne. Améliorer la coopération en matière de surveillance, y compris l'échange d'informations. Les pays de l'Espace économique européen qui ne sont pas membres de l'UE ont participé en tant qu'observateurs permanents. Les autres comités de niveau 3 de l'Union européenne dans le processus Lamfalussy sont le Comité européen des régulateurs des marchés de valeurs mobilières et le Comité européen des contrôleurs des assurances et des pensions professionnelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cross rhythm

Touches croisées/Touches croisées : Cross Keys ou Crosskeys peut faire référence à : Liste croisée/Liste croisée : La cotation croisée...