Rechercher dans ce blog

jeudi 28 juillet 2022

Coloradisuchus


Color guard_(flag_spinning)/Color guard (flag spinning):
Les gardes de couleur ou les corps de drapeau sont des équipes d'artistes qui exécutent des danses et des routines chorégraphiées avec divers équipements pour améliorer et interpréter la musique d'une fanfare ou d'un spectacle de corps de tambours et de clairons. Des équipes de gardes de couleur peuvent être trouvées dans les collèges américains, les universités, les lycées, les collèges et les corps de tambours indépendants. Ils utilisent divers équipements, notamment des drapeaux, des fusils non fonctionnels et des sabres, ainsi que d'autres accessoires. La plupart des groupes Color Guard sont mixtes, mais certains peuvent également être unisexes. Ils se produisent en utilisant leur équipement (drapeau, fusil, sabre, accessoire, etc.) et des liens émotionnels (expressions faciales et danse et parfois voix) avec le public pour améliorer le sens et le sentiment de leur spectacle. Les gardes de couleur se produisent avec des fanfares pendant le football matchs à la mi-temps. Lors des compétitions de fanfare, le garde ajoute au score global du groupe et peut être jugé dans de nombreuses catégories, y compris, mais sans s'y limiter : effets visuels, effet général, auxiliaire et garde de couleur. Les gardes de couleur ont depuis évolué pour devenir une activité distincte. connu sous le nom de garde d'hiver , qui est un sport en salle généralement pratiqué pendant l'hiver ou le printemps, où le garde se produit non accompagné d'une fanfare sur un morceau de musique préenregistré à l'intérieur. Les gardes d'hiver concourent indépendamment dans des circuits tels que Winter Guard International (WGI), Tournament Indoor Association (TIA) ou Keystone Indoor Drill Association (KIDA). Il n'y a qu'une seule sororité de couleur reconnue à l'échelle nationale aux États-Unis : Phi Rho Psi National Color Guard Sororité. Il a été fondé en 2009 à l'Université d'État Stephen F. Austin à Nacogdoches, au Texas.
Tête de couleur/Tête de couleur :
Une tête de couleur est une option pour un agrandisseur dans la chambre noire. Avec une tête de couleur, la lumière dans l'agrandisseur peut être ajustée pour des résultats de couleur neutre. Il y a donc trois filtres dichroïques réglables - jaune, cyan et magenta à l'intérieur qui permettent de changer la couleur de la source lumineuse.
Histogramme couleur/Histogramme couleur :
En traitement d'images et en photographie, un histogramme de couleurs est une représentation de la répartition des couleurs dans une image. Pour les images numériques, un histogramme de couleurs représente le nombre de pixels qui ont des couleurs dans chacune d'une liste fixe de gammes de couleurs, qui couvrent l'espace colorimétrique de l'image, l'ensemble de toutes les couleurs possibles. L'histogramme de couleurs peut être construit pour n'importe quel type d'espace colorimétrique, bien que le terme soit plus souvent utilisé pour des espaces tridimensionnels comme RVB ou HSV. Pour les images monochromatiques, le terme histogramme d'intensité peut être utilisé à la place. Pour les images multi-spectrales, où chaque pixel est représenté par un nombre arbitraire de mesures (par exemple, au-delà des trois mesures en RVB), l'histogramme des couleurs est à N dimensions, N étant le nombre de mesures effectuées. Chaque mesure a sa propre gamme de longueurs d'onde du spectre lumineux, dont certaines peuvent être en dehors du spectre visible. Si l'ensemble de valeurs de couleurs possibles est suffisamment petit, chacune de ces couleurs peut être placée sur une plage à part ; alors l'histogramme est simplement le nombre de pixels qui ont chaque couleur possible. Le plus souvent, l'espace est divisé en un nombre approprié de plages, souvent disposées sous forme de grille régulière, chacune contenant de nombreuses valeurs de couleur similaires. L'histogramme de couleurs peut également être représenté et affiché sous la forme d'une fonction lisse définie sur l'espace de couleurs qui se rapproche des comptages de pixels. Comme d'autres types d'histogrammes, l'histogramme de couleurs est une statistique qui peut être considérée comme une approximation d'une distribution continue sous-jacente de valeurs de couleurs.
Pipeline_image couleur/Pipeline image couleur :
Un pipeline d'images ou un pipeline vidéo est l'ensemble des composants couramment utilisés entre une source d'image (telle qu'une caméra, un scanner ou le moteur de rendu d'un jeu vidéo) et un moteur de rendu d'image (tel qu'un téléviseur, un écran d'ordinateur , une imprimante d'ordinateur ou un écran de cinéma), ou pour effectuer tout traitement d'image numérique intermédiaire consistant en deux ou plusieurs blocs de traitement distincts. Un pipeline image/vidéo peut être mis en œuvre sous forme de logiciel informatique, dans un processeur de signal numérique, sur un FPGA ou sous forme d'ASIC à fonction fixe. De plus, des circuits analogiques peuvent être utilisés pour effectuer plusieurs des mêmes fonctions. Les composants typiques incluent les corrections du capteur d'image (y compris la débayérisation ou l'application d'un filtre Bayer), la réduction du bruit, la mise à l'échelle de l'image, la correction gamma, l'amélioration de l'image, la conversion de l'espace colorimétrique (entre des formats tels que RVB, YUV ou YCbCr), le sous-échantillonnage de la chrominance, la conversion de la fréquence d'images, la compression d'image /compression vidéo (telle que JPEG) et stockage de données informatiques/transmission de données. Les objectifs typiques d'un pipeline d'imagerie peuvent être des résultats finaux perceptiblement agréables, une précision colorimétrique, un degré élevé de flexibilité, un faible coût/une faible utilisation du processeur/une longue durée de vie de la batterie ou une réduction de la bande passante/taille du fichier. Certaines fonctions peuvent être algorithmiquement linéaires. Mathématiquement, ces éléments peuvent être connectés dans n'importe quel ordre sans changer le résultat final. Comme les ordinateurs numériques utilisent une approximation finie du calcul numérique, ce n'est en pratique pas vrai. D'autres éléments peuvent être non linéaires ou variant dans le temps. Dans les deux cas, il existe souvent une ou quelques séquences de composants qui ont du sens pour une précision optimale et un coût matériel/charge CPU minimum.
Color in_Chinese_culture/Color in Chinese culture :
La couleur dans la culture chinoise fait référence à certaines valeurs que la culture chinoise attache aux couleurs, comme les couleurs considérées comme de bon augure (吉利) ou de mauvais augure (不利). Le mot chinois pour "couleur" est yánsè (顏色). En chinois classique, le caractère sè (色) signifiait plus précisément "la couleur du visage" ou "l'émotion". Il était généralement utilisé seul et impliquait souvent le désir sexuel ou la désirabilité. Pendant la dynastie Tang, le mot yánsè en est venu à signifier toutes les couleurs. Un idiome chinois qui est utilisé pour décrire de nombreuses couleurs, Wǔyánliùsè (五顏六色), peut aussi signifier les couleurs en général.
Color in_Your_Life/Color in Your Life :
Color in Your Life est le troisième album studio du groupe de new wave américain Missing Persons, sorti en 1986. C'était le dernier album studio du groupe avec le line-up original, à la seule exception de Chuck Wild, qui a quitté le groupe en 1985 et n'a pas été remplacé.
Indice de couleur/Indice de couleur :
En astronomie, l'indice de couleur est une simple expression numérique qui détermine la couleur d'un objet, qui dans le cas d'une étoile donne sa température. Plus l'indice de couleur est bas, plus l'objet est bleu (ou plus chaud). Inversement, plus l'indice de couleur est grand, plus l'objet est rouge (ou froid). Ceci est une conséquence de l'échelle de magnitude logarithmique, dans laquelle les objets plus brillants ont des magnitudes plus petites (plus négatives) que les plus faibles. À titre de comparaison, le Soleil jaunâtre a un indice B−V de 0,656 ± 0,005, tandis que le Rigel bleuâtre a un B−V de −0,03 (sa magnitude B est de 0,09 et sa magnitude V est de 0,12, B−V = −0,03). Traditionnellement, l'indice de couleur utilise Vega comme point zéro. Pour mesurer l'indice, on observe successivement la magnitude d'un objet à travers deux filtres différents, tels que U et B, ou B et V, où U est sensible aux rayons ultraviolets, B est sensible à la lumière bleue et V est sensible au visible. (vert-jaune) (voir aussi : système UBV). L'ensemble des bandes passantes ou filtres est appelé un système photométrique. La différence d'amplitude trouvée avec ces filtres est appelée respectivement indice de couleur U-B ou B-V. En principe, la température d'une étoile peut être calculée directement à partir de l'indice B−V, et il existe plusieurs formules pour faire ce lien. Une bonne approximation peut être obtenue en considérant les étoiles comme des corps noirs, en utilisant la formule de Ballesteros (également implémentée dans le package PyAstronomy pour Python) : T = 4600 K ( 1 0,92 B - V + 1,6 ( − ) + 1 1,5 B - V + 0,62 ) . {\displaystyle T=4600\,\mathrm {K} \left({\frac {1}{0.92\;B{\text{-}}\!V+1.6(-)}}+{\frac {1 }{1.5\;B{\text{-}}\!V+0.62}}\right).} Les indices de couleur des objets éloignés sont généralement affectés par l'extinction interstellaire, c'est-à-dire qu'ils sont plus rouges que ceux des étoiles plus proches. La quantité de rougissement est caractérisée par un excès de couleur, défini comme la différence entre l'indice de couleur observé et l'indice de couleur normal (ou indice de couleur intrinsèque), l'hypothétique véritable indice de couleur de l'étoile, non affecté par l'extinction. Par exemple, dans le système photométrique UBV on peut l'écrire pour la couleur B−V : E B- V = B - V observé − B - V intrinsèque . {\displaystyle E_{{\text{B-}}\!{\text{V}}}={B{\text{-}}\!V}_{\text{observé}}-{B{\ text{-}}\!V}_{\text{intrinsic}}.} Les bandes passantes que la plupart des astronomes optiques utilisent sont les filtres UBVRI, où les filtres U, B et V sont comme mentionné ci-dessus, le filtre R laisse passer la lumière rouge , et le filtre I laisse passer la lumière infrarouge. Ce système de filtres est parfois appelé le système de filtres Johnson-Cousins, du nom des créateurs du système (voir références). Ces filtres ont été spécifiés comme des combinaisons particulières de filtres en verre et de tubes photomultiplicateurs. MS Bessell a spécifié un ensemble de transmissions de filtre pour un détecteur à réponse plate, quantifiant ainsi le calcul des indices de couleur. Pour plus de précision, des paires de filtres appropriées sont choisies en fonction de la température de couleur de l'objet : B-V pour les objets de milieu de gamme, U-V pour les objets plus chauds et R-I pour les objets froids.
Indice de couleur_(géologie)/Indice de couleur (géologie) :
L'indice de couleur est un terme géologique, un indicateur des types de minéraux présents et du type spécifique de roche. L'indice de couleur d'une roche ignée est une mesure du rapport entre les minéraux de couleur foncée ou mafiques et les minéraux de couleur claire ou felsiques. D'une manière générale, la couleur minérale indique la gravité spécifique du minéral, car les minéraux sont plus légers dans la couleur a tendance à peser moins. Les minéraux plus foncés ont généralement tendance à contenir davantage d'éléments relativement lourds, notamment le fer, le magnésium et le calcium.
Clé de couleur/clé de couleur :
La clé de couleur peut faire référence à : la composition de la clé chroma, une technique d'effets spéciaux superposant des images ou des flux vidéo ensemble le travail du coloriste et les matériaux utilisés, ajoutant des détails aux dessins au trait en noir et blanc guides d'épreuvage prépresse, utilisés pour affiner les articles dans les presses à imprimer
Tueur de couleur/Tueur de couleur :
Le color killer est un étage électronique des récepteurs de télévision couleur qui agit comme un circuit de coupure pour couper le traitement des couleurs lorsque le téléviseur reçoit un signal monochrome.
Color layout_descriptor/Descripteur de disposition des couleurs :
Dans le traitement numérique des images et des vidéos, un descripteur de mise en page des couleurs (CLD) est conçu pour capturer la distribution spatiale des couleurs dans une image. Le processus d'extraction de caractéristiques se compose de deux parties : une sélection de couleurs représentatives basée sur une grille et une transformée en cosinus discrète avec quantification. La couleur est la qualité la plus fondamentale du contenu visuel, il est donc possible d'utiliser des couleurs pour décrire et représenter une image. La norme MPEG-7 a testé la procédure la plus efficace pour décrire la couleur et a sélectionné celles qui ont donné des résultats plus satisfaisants. Cette norme propose différentes méthodes pour obtenir ces descripteurs, et un outil défini pour décrire la couleur est le CLD, qui permet de décrire la relation de couleur entre séquences ou groupe d'images. Le CLD capture la disposition spatiale des couleurs représentatives sur une grille superposée sur une région ou une image. La représentation est basée sur les coefficients de la transformée en cosinus discrète (DCT). Il s'agit d'un descripteur très compact très efficace dans les applications de navigation et de recherche rapides. Il peut être appliqué aux images fixes ainsi qu'aux segments vidéo.
Sortie lumière_couleur/Sortie lumière couleur :
Depuis le 6 octobre 2012, cette page a été redirigée vers la nouvelle page Sortie lumière couleur. Cette ancienne page était incorrectement intitulée "Sortie de lumière couleur" dans la casse de la phrase. "Color Light Output" est le nom officiel de la norme et est également connu sous le nom de "CLO". Par conséquent, il doit être correctement spécifié dans un titre. La section « discussion » de la nouvelle page redirige les lecteurs vers cette ancienne page pour afficher les modifications antérieures au 6 octobre 2012. Merci à tous ceux qui ont contribué à cet article.
Color line_(racisme)/Color line (racisme) :
Le terme ligne de couleur était à l'origine utilisé comme référence à la ségrégation raciale qui existait aux États-Unis après l'abolition de l'esclavage. Un article de Frederick Douglass intitulé "The Color Line" a été publié dans la North American Review en 1881. L'expression est devenue célèbre après son utilisation répétée par WEB Du Bois dans son livre de 1903 The Souls of Black Folk. L'expression considère l'usage actuel comme une référence à la discrimination raciale moderne aux États-Unis et à la ségrégation légalisée après l'abolition de l'esclavage et du mouvement des droits civiques.
Magazine couleur/Magazine couleur :
Magazine couleur ou magazine couleur peut faire référence à :
Magazine couleur_(éclairage)/Magasin couleur (éclairage) :
Un magasin de couleurs est un appareil fixé à un spot de poursuite qui place différents filtres de couleur sur le trajet du faisceau. Au lieu de travailler avec des cadres de gel relativement encombrants, le magasin de couleurs permet à l'opérateur de spot de glisser facilement des cadres de couleur à l'intérieur ou à l'extérieur à l'aide d'une série de leviers. Le terme boomerang est également utilisé pour décrire un magazine en couleur. Les magazines en couleur se font de plus en plus rares avec la généralisation de l'éclairage LED à couleurs programmables.
Gestion des couleurs/Gestion des couleurs :
Dans les systèmes d'imagerie numérique, la gestion des couleurs (ou gestion des couleurs) est la conversion contrôlée entre les représentations des couleurs de divers appareils, tels que les scanners d'images, les appareils photo numériques, les moniteurs, les écrans de télévision, les imprimantes de films, les imprimantes informatiques, les presses offset et les supports correspondants. L'objectif principal de la gestion des couleurs est d'obtenir une bonne correspondance entre les appareils couleur ; par exemple, les couleurs d'une image d'une vidéo doivent apparaître de la même manière sur un écran LCD d'ordinateur, sur un écran de télévision plasma et sur une affiche imprimée. La gestion des couleurs permet d'obtenir la même apparence sur tous ces appareils, à condition que les appareils soient capables de fournir les intensités de couleur nécessaires. Avec la photographie, il est souvent essentiel que les tirages ou les galeries en ligne apparaissent comme ils étaient destinés. La gestion des couleurs ne peut pas garantir une reproduction identique des couleurs, car cela est rarement possible, mais elle peut au moins donner plus de contrôle sur les changements qui peuvent survenir. Certaines parties de cette technologie sont implémentées dans le système d'exploitation (OS), les bibliothèques d'assistance, l'application et dispositifs. Une vue multiplateforme de la gestion des couleurs consiste à utiliser un système de gestion des couleurs compatible ICC. L'International Color Consortium (ICC) est un consortium industriel qui a défini : Une norme ouverte pour un module de correspondance des couleurs (CMM) au niveau du système d'exploitation des profils de couleur pour : les appareils, y compris les profils de liaison d'appareil qui représentent une transformation complète des couleurs de l'appareil source vers périphérique cible Espaces de travail, les espaces colorimétriques dans lesquels les données de couleur sont censées être manipulées Il existe d'autres approches de la gestion des couleurs que l'utilisation des profils ICC. Cela est dû en partie à l'histoire et en partie à d'autres besoins que ceux couverts par la norme ICC. Les industries du cinéma et de la radiodiffusion utilisent certains des mêmes concepts, mais elles s'appuient souvent sur des solutions de boutique plus limitées. L'industrie cinématographique, par exemple, utilise souvent des LUT 3D (table de correspondance) pour représenter une transformation complète des couleurs pour un encodage RVB spécifique. Au niveau du consommateur, la gestion des couleurs s'applique actuellement davantage aux images fixes qu'à la vidéo. Les systèmes d'exploitation tels que macOS, iOS et Android peuvent effectuer la gestion des couleurs pour les vidéos à l'échelle du système, tandis que sur Windows, la gestion des couleurs vidéo est pratiquement inexistante.
Mappage des couleurs/Mappage des couleurs :
Le mappage des couleurs (photographie) est une fonction qui mappe (transforme) les couleurs d'une image (source) aux couleurs d'une autre image (cible). Un mappage de couleurs peut être appelé l'algorithme qui aboutit à la fonction de mappage ou l'algorithme qui transforme les couleurs de l'image. Le mappage des couleurs est aussi parfois appelé transfert de couleur ou, lorsque des images en niveaux de gris sont impliquées, fonction de transfert de luminosité (BTF); il peut également être appelé étalonnage de caméra photométrique ou étalonnage de caméra radiométrique.
Mélange de couleurs/Mélange de couleurs :
Il existe trois types de mélange de couleurs : additif, soustractif et moyen. Dans les deux premiers cas, le mélange est généralement décrit en termes de trois couleurs primaires et de trois couleurs secondaires (couleurs obtenues en mélangeant deux des trois couleurs primaires en quantités égales). Un mélange soustractif avec les trois primaires donnera du noir, tandis qu'un mélange additif avec les trois primaires donnera du blanc.
Modèle de couleur/Modèle de couleur :
Un modèle de couleur est un modèle mathématique abstrait décrivant la manière dont les couleurs peuvent être représentées sous forme de tuples de nombres, généralement sous forme de trois ou quatre valeurs ou composants de couleur. Lorsque ce modèle est associé à une description précise de la façon dont les composants doivent être interprétés (conditions d'observation, etc.), en tenant compte de la perception visuelle, l'ensemble de couleurs résultant est appelé "espace colorimétrique". Cet article décrit les façons dont la vision humaine des couleurs peut être modélisée et discute de certains des modèles couramment utilisés.
Moments de couleur/Moments de couleur :
Les moments de couleur sont des mesures qui caractérisent la distribution des couleurs dans une image de la même manière que les moments centraux décrivent de manière unique une distribution de probabilité. Les moments de couleur sont principalement utilisés à des fins d'indexation des couleurs en tant que fonctionnalités dans les applications de récupération d'images afin de comparer la similarité de deux images en fonction de la couleur. Habituellement, une image est comparée à une base de données d'images numériques avec des caractéristiques pré-calculées afin de trouver et de récupérer une image similaire. Chaque comparaison entre images se traduit par un score de similarité, et plus ce score est faible, plus les deux images sont censées être identiques.
Color motion_picture_film/Film cinématographique couleur :
Le film cinématographique en couleur désigne à la fois un film photographique couleur non exposé dans un format adapté à une utilisation dans une caméra cinématographique et un film cinématographique fini, prêt à être utilisé dans un projecteur, qui porte des images en couleur. La première cinématographie couleur était par des systèmes de couleur additifs tels que celui breveté par Edward Raymond Turner en 1899 et testé en 1902. Un système additif simplifié a été commercialisé avec succès en 1909 sous le nom de Kinemacolor. Ces premiers systèmes utilisaient un film noir et blanc pour photographier et projeter deux ou plusieurs images composantes à travers différents filtres de couleur. Au cours des années 1930, les premiers processus pratiques de couleur soustractive ont été introduits. Ceux-ci utilisaient également un film noir et blanc pour photographier plusieurs images source filtrées en couleur, mais le produit final était une impression multicolore qui ne nécessitait pas d'équipement de projection spécial. Avant 1932, lorsque le Technicolor à trois bandes a été introduit, les procédés soustractifs commercialisés n'utilisaient que deux composants de couleur et ne pouvaient reproduire qu'une gamme limitée de couleurs. En 1935, Kodachrome a été introduit, suivi d'Agfacolor en 1936. Ils étaient principalement destinés aux films amateurs et aux "diapositives". Il s'agissait des premiers films du type " tripack intégral ", recouverts de trois couches d'émulsion de sensibilité différente à la couleur, ce que l'on entend généralement par les mots " film couleur " tels qu'ils sont couramment utilisés. Les quelques films photographiques couleur encore réalisés dans les années 2020 sont de ce type. Les premiers films négatifs couleur et les films d'impression correspondants étaient des versions modifiées de ces films. Ils ont été introduits vers 1940 mais n'ont été largement utilisés pour la production cinématographique commerciale qu'au début des années 1950. Aux États-Unis, Eastmancolor d'Eastman Kodak était le choix habituel, mais il était souvent renommé avec un autre nom commercial, tel que "WarnerColor", par le studio ou le processeur de film. Les films couleur ultérieurs ont été standardisés en deux processus distincts: la chimie Eastman Color Negative 2 (stocks négatifs de caméra, duplication des stocks interpositifs et internégatifs) et la chimie Eastman Color Positive 2 (impressions positives pour projection directe), généralement abrégées en ECN-2 et ECP-2 . Les produits Fuji sont compatibles avec ECN-2 et ECP-2. Le film était la forme dominante de cinématographie jusqu'aux années 2010, date à laquelle il a été largement remplacé par la cinématographie numérique.
Normalisation des couleurs/Normalisation des couleurs :
La normalisation des couleurs est un sujet de la vision par ordinateur qui concerne la vision artificielle des couleurs et la reconnaissance d'objets. En général, la distribution des valeurs de couleur dans une image dépend de l'éclairage, qui peut varier en fonction des conditions d'éclairage, des caméras et d'autres facteurs. La normalisation des couleurs permet aux techniques de reconnaissance d'objets basées sur la couleur de compenser ces variations.
Couleur du_changement/Couleur du changement :
Color of Change est une organisation progressiste à but non lucratif de défense des droits civiques aux États-Unis. Il a été formé en 2005 à la suite de l'ouragan Katrina afin d'utiliser les ressources en ligne pour renforcer la voix politique des Afro-Américains. Color of Change est une organisation de plaidoyer 501(c)(4) avec un comité d'action politique affilié.
Couleur de_ses_yeux/Couleur de ses yeux :
Color of Her Eyes est un EP de 1990 des Gear Daddies. La chanson Color of Her Eyes est également sur leur album Billy's Live Bait.
Couleur_de_nuit/Couleur de nuit :
Color of Night est un thriller érotique américain de 1994produit par Cinergi Pictures et sorti aux États-Unis par Buena Vista Pictures (via son label Hollywood Pictures). Réalisé par Richard Rush, le film met en vedette Bruce Willis et Jane March. Le casting comprend également Ruben Blades, Lesley Ann Warren, Brad Dourif, Lance Henriksen, Kevin J. O'Connor et Scott Bakula. C'est l'une des deux œuvres bien connues du réalisateur Rush, l'autre étant The Stunt Man 14 ans auparavant. Color of Night a fait un flop au box-office et a remporté un Golden Raspberry Award en tant que pire film de 1994. Il est cependant devenu plus tard l'un des 20 films les plus loués sur le marché de la vidéo domestique aux États-Unis en 1995. Le magazine Maxim a également distingué le film comme ayant la meilleure scène de sexe de l'histoire du cinéma. En 2018, Kino Lorber (sous licence de Disney) a sorti une édition spéciale Blu-ray du film; il contient un commentaire audio du réalisateur Richard Rush.
Couleur de_Rien/Couleur de Rien :
Counting to Zero est le neuvième album studio de Collide, sorti le 25 mai 2017 par Noiseplus Music.
Couleur_de_l'âme/Couleur de l'âme :
Color of Soul est le troisième single japonais de l'artiste japonais Koda Kumi. Il a cartographié le n ° 29 sur Oricon. Le single est devenu son premier à contenir un livret avec une incrustation. C'était son premier single à ne pas avoir d'homologue nord-américain, alors que Kumi a commencé à se concentrer uniquement sur l'industrie de la musique au Japon. Contrairement à ses deux premiers singles, qui comportaient plus d'éléments de rythme et de blues, "Color Of Soul" était plus orienté pop. Le single contenait une nouvelle chanson sur la chanson titre qui l'accompagnait, "C'est trop tard". En plus de la face B, deux remixes de "Trust Your Love" ont également été inclus.
Couleur_du_succès/Couleur du succès :
Color of Success est le premier album de 1985 du chanteur funk/R&B Morris Day.
Couleur de_votre_vie/Couleur de votre vie :
« Color of Your Life » est une chanson interprétée par le chanteur polonais Michał Szpak. La chanson est sortie en téléchargement numérique le 11 mars 2016 via Sony Music Entertainment Poland en tant que quatrième single de son premier album studio Byle być sobą (2015). La chanson a été choisie par le radiodiffuseur public TVP pour représenter la Pologne au Concours Eurovision de la chanson 2016 et a atteint la 8e position de la finale. Le single a culminé au numéro 34 du classement polonais Airplay.
Color of_a_Brisk_and_Leaping_Day/Couleur d'un jour vif et bondissant :
Color of a Brisk and Leaping Day est un film dramatique de 1996 écrit et réalisé par Christopher Münch sur la tentative d'un sino-américain de sauver un chemin de fer dans la Californie d'après-guerre. Il met en vedette Peter Alexander et présente le chanteur de REM Michael Stipe dans un rôle de soutien. Le titre vient d'un poème d'Octavio Paz.
Couleur des_produits chimiques/Couleur des produits chimiques :
La couleur des produits chimiques est une propriété physique des produits chimiques qui, dans la plupart des cas, provient de l'excitation des électrons due à une absorption d'énergie effectuée par le produit chimique. Ce qui est vu par l'œil n'est pas la couleur absorbée, mais la couleur complémentaire issue de la suppression des longueurs d'onde absorbées. Cette perspective spectrale a été notée pour la première fois en spectroscopie atomique. L'étude de la structure chimique au moyen de l'absorption et de la libération d'énergie est généralement appelée spectroscopie.
Couleur_des_vêtements/Couleur des vêtements :
La couleur des vêtements (couleur des vêtements) est un aspect essentiel des propriétés esthétiques des vêtements. La couleur des vêtements a un impact significatif sur l'apparence. Nos vêtements communiquent sur nous et révèlent notre position sociale et économique.
Couleur_de_l'argent/Couleur de l'argent :
La couleur de l'argent peut faire référence à : La couleur de l'argent, un drame de 1986 mettant en vedette Paul Newman et Tom Cruise La couleur de l'argent, un livre de 1984 de Walter Tevis La couleur de l'argent (jeu télévisé), un jeu télévisé britannique La couleur de l'argent, un terme utilisé dans les marchés publics
Couleur_des_bleus/Couleur des bleus :
" Color of the Blues " est une chanson country de 1958 écrite par George Jones et Lawton Williams et publiée par Jones le 15 janvier 1958.
Couleur_de_la_Croix/Couleur de la Croix :
Couleur de la croix est un film religieux de 2006 écrit par, réalisé par et interprété par Jean-Claude La Marre. Le film est l'une des rares représentations du Christ en tant qu'homme noir et dépeint la persécution de Jésus comme le résultat du racisme.
Couleur_du_jour_(police)/Couleur du jour (police) :
La couleur du jour est un signal utilisé par les agents en civil de certains services de police aux États-Unis. Il est utilisé pour aider à l'identification des policiers en civil par des agents en uniforme. Il est utilisé par le département de police de la ville de New York et d'autres organismes d'application de la loi. Un policier en civil portera un bandeau, un bracelet ou un autre vêtement de la couleur du jour, et les policiers seront informés de cette couleur au poste de police. avant qu'ils ne commencent à travailler. Le système est destiné à la sécurité des agents et a commencé pendant la violence des années 1970 et 1980 à New York.
Couleur_de_l'eau/Couleur de l'eau :
La couleur de l'eau varie avec les conditions ambiantes dans lesquelles cette eau est présente. Alors que des quantités relativement faibles d'eau semblent être incolores, l'eau pure a une légère couleur bleue qui devient plus profonde à mesure que l'épaisseur de l'échantillon observé augmente. La teinte de l'eau est une propriété intrinsèque et est causée par l'absorption sélective et la diffusion de la lumière blanche. Les éléments dissous ou les impuretés en suspension peuvent donner à l'eau une couleur différente.
Color on_Me/Color on Me :
Color on Me (couleur stylisée sur moi) est le premier EP du chanteur et compositeur sud-coréen Kang Daniel. Il est sorti le 25 juillet 2019 par Konnect Entertainment et distribué par Sony Music Korea. Color on Me contient cinq titres avec "What Are You Up To" (뭐해) servant de premier single.
Organe de couleur/Orgue de couleur :
Le terme orgue de couleur fait référence à une tradition d'appareils mécaniques construits pour représenter le son et accompagner la musique dans un support visuel. Les premiers orgues de couleur créés étaient des instruments manuels basés sur la conception du clavecin. Dans les années 1900, ils étaient électromécaniques. Au début du XXe siècle, une tradition d'orgue silencieux à couleurs (Lumia) s'est développée. Dans les années 1960 et 1970, le terme «orgue de couleur» est devenu populairement associé aux appareils électroniques qui répondaient à leurs entrées musicales avec des spectacles de lumière. Le terme « orgue de lumière » est de plus en plus utilisé pour ces appareils ; permettant à "organe de couleur" de reprendre son sens originel.
Couleur_phénomène phi/Phénomène couleur phi :
Le phénomène phi de couleur est le fait que, lorsqu'un mouvement apparent est induit entre des objets de couleurs différentes, la couleur de l'objet apparemment en mouvement change brusquement à mi-chemin le long du chemin. Il s'agit d'une illusion perceptive décrite par les psychologues Paul Kolers et Michael von Grünau dans laquelle une perception désincarnée du mouvement est produite par une succession d'images fixes. Le phénomène phi de couleur est une variation plus complexe du phénomène phi. Kolers et von Grünau ont initialement étudié le phénomène en réponse à une question posée par le philosophe Nelson Goodman, qui demandait quel effet le changement de couleur aurait sur le phénomène phi. L'expérience classique du phénomène phi couleur implique un spectateur ou un public regardant un écran, sur lequel l'expérimentateur projette successivement deux images. La première image représente un point bleu en haut du cadre. La deuxième image représente un point rouge au bas du cadre. Les images peuvent être affichées rapidement, en succession rapide, ou chaque image peut avoir plusieurs secondes de temps de visualisation. Une fois les deux images projetées, l'expérimentateur demande au spectateur ou au public de décrire ce qu'il a vu. A certaines combinaisons d'espacement et de synchronisation des deux images, un spectateur rapportera une sensation de mouvement dans l'espace entre les deux points. La première tache commencera à sembler bouger, puis "changera de couleur brusquement au milieu de son chemin illusoire".
Photographie couleur/Photographie couleur :
La photographie couleur est une photographie qui utilise des supports capables de capturer et de reproduire les couleurs. En revanche, la photographie en noir et blanc ou gris monochrome n'enregistre qu'un seul canal de luminance (luminosité) et utilise des supports capables de ne montrer que des nuances de gris. En photographie couleur, des capteurs électroniques ou des produits chimiques sensibles à la lumière enregistrent des informations de couleur au moment de l'exposition. Cela se fait généralement en analysant le spectre des couleurs en trois canaux d'information, l'un dominé par le rouge, l'autre par le vert et le troisième par le bleu, en imitant la façon dont l'œil humain normal perçoit la couleur. Les informations enregistrées sont ensuite utilisées pour reproduire les couleurs d'origine en mélangeant diverses proportions de lumière rouge, verte et bleue (couleur RVB, utilisée par les écrans vidéo, les projecteurs numériques et certains procédés photographiques historiques), ou en utilisant des colorants ou des pigments pour éliminer diverses proportions. du rouge, du vert et du bleu présents dans la lumière blanche (couleur CMJ, utilisée pour les tirages sur papier et les transparents sur film). Les images monochromes qui ont été "colorisées" en teintant des zones sélectionnées à la main ou mécaniquement ou à l'aide d'un ordinateur sont des "photographies en couleurs", et non des "photographies en couleurs". Leurs couleurs ne dépendent pas des couleurs réelles des objets photographiés et peuvent être inexactes. Fondement de tous les processus de couleur pratiques, la méthode des trois couleurs a été suggérée pour la première fois dans un article de 1855 par le physicien écossais James Clerk Maxwell, avec la première photographie couleur produite par Thomas Sutton pour une conférence Maxwell en 1861. La photographie couleur a été la forme dominante. de la photographie depuis les années 1970, la photographie monochrome étant principalement reléguée à des marchés de niche tels que la photographie d'art.
Sélecteur de couleurs/Sélecteur de couleurs :
Un sélecteur de couleurs (également sélecteur de couleurs ou outil de couleur) est un widget d'interface utilisateur graphique, généralement présent dans les logiciels graphiques ou en ligne, utilisé pour sélectionner les couleurs et parfois pour créer des combinaisons de couleurs.
Préférences de couleur/Préférences de couleur :
Dans la psychologie de la couleur, les préférences de couleur sont la tendance d'un individu ou d'un groupe à préférer certaines couleurs à d'autres, comme avoir une couleur préférée ou une couleur traditionnelle.
Film d'impression couleur/Film d'impression couleur :
Les impressions couleur ont été développées depuis leurs débuts en 1935 avec le film Kodachrome d'Eastman Kodak's Company, ainsi qu'en 1936 avec le film Agfacolor d'Agfa Company. Le film d'impression couleur est le type de film photographique le plus courant utilisé par les consommateurs. Le film d'impression produit une image négative lorsqu'il est développé, ce qui nécessite qu'il soit à nouveau inversé lorsqu'il est imprimé sur du papier photographique. Presque tous les films d'impression couleur fabriqués aujourd'hui sont conçus pour être traités selon le procédé C-41.
Impression couleur/Impression couleur :
L'impression couleur ou l'impression couleur est la reproduction d'une image ou d'un texte en couleur (par opposition à une impression plus simple en noir et blanc ou monochrome). Toute scène naturelle ou photographie couleur peut être disséquée optiquement et physiologiquement en trois couleurs primaires, rouge, vert et bleu, dont des quantités à peu près égales donnent lieu à la perception du blanc, et dont différentes proportions donnent lieu aux sensations visuelles de toutes les autres couleurs. couleurs. La combinaison additive de deux couleurs primaires quelconques en proportion à peu près égale donne lieu à la perception d'une couleur secondaire. Par exemple, le rouge et le vert donnent du jaune, le rouge et le bleu donnent du magenta (une teinte violette) et le vert et le bleu donnent du cyan (une teinte turquoise). Seul le jaune est contre-intuitif. Le jaune, le cyan et le magenta ne sont que les couleurs secondaires «de base»: des mélanges inégaux des primaires donnent lieu à la perception de nombreuses autres couleurs qui peuvent toutes être considérées comme «tertiaires».
Psychologie des couleurs/Psychologie des couleurs :
La psychologie des couleurs est l'étude des teintes en tant que déterminant du comportement humain. Carl Jung a été reconnu comme l'un des pionniers dans ce domaine pour ses explorations des propriétés et des significations des couleurs dans nos vies. Jung est cité pour avoir dit, "les couleurs sont la langue maternelle du subconscient" La couleur influence les perceptions qui ne sont pas évidentes, comme le goût des aliments. Les couleurs ont des qualités qui peuvent provoquer certaines émotions chez les gens. Les couleurs peuvent également améliorer l'efficacité des placebos. Par exemple, les pilules rouges ou oranges sont généralement utilisées comme stimulants. La façon dont la couleur influence les individus peut différer selon l'âge, le sexe et la culture. Par exemple, les hommes hétérosexuels ont tendance à déclarer que les tenues rouges améliorent l'attractivité féminine, tandis que les femmes hétérosexuelles nient toute couleur de tenue ayant un impact sur celle des hommes. Bien que les associations de couleurs puissent varier contextuellement entre les cultures, la préférence de couleur doit être relativement uniforme selon le sexe et la race. La psychologie des couleurs est également largement utilisée dans le marketing et l'image de marque. Les spécialistes du marketing considèrent la couleur comme importante, car la couleur peut influencer les émotions et les perceptions des consommateurs à l'égard des biens et des services. Les logos pour les entreprises sont importants, car les logos peuvent attirer plus de clients. Cela se produit lorsque les clients pensent que le logo de l'entreprise correspond à la personnalité des produits et services, comme la couleur rose largement utilisée sur la marque Victoria's Secret. Les couleurs sont également importantes pour les vitrines des magasins. Les recherches montrent que les couleurs comme le rouge ont tendance à attirer les acheteurs spontanés, bien que les couleurs froides comme le bleu soient plus favorables. Le rouge et le jaune, en combinaison, peuvent stimuler la faim, ce qui peut expliquer en partie le succès des restaurants de restauration rapide tels que McDonald's, Burger King et In-N-Out Burger. Le phénomène a été appelé la théorie du "ketchup et de la moutarde". Alors que le marketing fait un usage lucratif des principes de la psychologie des couleurs, les applications du domaine touchent de nombreux autres domaines tels que les thérapies médicales, les sports, les milieux hospitaliers et même la conception de jeux. .
Échelle de qualité des couleurs/Échelle de qualité des couleurs :
L'échelle de qualité des couleurs (CQS) est un score de rendu des couleurs - une mesure quantitative de la capacité d'une source lumineuse à reproduire les couleurs d'objets éclairés. Développée par des chercheurs du NIST, la métrique vise à surmonter certains des problèmes inhérents à l'indice de rendu des couleurs largement utilisé (CIE Ra, 1974). L'espace colorimétrique utilisé dans CIE Ra (CRI) est obsolète et non uniforme, et CQS utilise CIELAB en remplacement. La transformée d'adaptation chromatique de Von Kries utilisée par Ra ne fonctionne pas aussi bien que les autres modèles disponibles. CQS utilise CMCCAT2000. CIE Ra est basé sur des échantillons désaturés, et les performances d'une lampe dans le rendu fidèle de ces échantillons ne sont pas nécessairement liées à la façon dont elle peut fonctionner avec des échantillons de saturation plus élevée. CQS utilise des échantillons à saturation plus élevée. La fidélité "pure" (où tous les écarts sont considérés comme mauvais) ne tient pas compte des changements de chromaticité souhaités. Une saturation accrue peut être préférée. CQS ne pénalise pas les augmentations de saturation. Dans CIE Ra, la moyenne arithmétique est prise des différences de couleur pour les échantillons individuels. Dans CQS, les résultats individuels sont combinés via une moyenne quadratique à la place, de sorte qu'un petit nombre d'objets mal rendus se reflètent avec une plus grande force dans le résultat global. Les valeurs négatives de CQS sont rendues impossibles en raison de leur potentiel de confusion pour le consommateur. Les CCT inférieurs à 2800K sont pénalisés afin que le CQS soit plus représentatif de leur rendu réel des couleurs que de leur fidélité. Le CQS génère l'indice général Qa. Plusieurs fabricants commencent à publier des données sur les scores CQS de leurs produits, y compris certains qui revendiquent des sources lumineuses avec des scores CQS allant jusqu'à 97.
Quantification des couleurs/Quantification des couleurs :
En infographie , la quantification des couleurs ou la quantification des images en couleurs est une quantification appliquée aux espaces colorimétriques ; c'est un processus qui réduit le nombre de couleurs distinctes utilisées dans une image, généralement avec l'intention que la nouvelle image soit visuellement aussi similaire que possible à l'image originale. Les algorithmes informatiques pour effectuer la quantification des couleurs sur les bitmaps ont été étudiés depuis les années 1970. La quantification des couleurs est essentielle pour afficher des images avec de nombreuses couleurs sur des appareils qui ne peuvent afficher qu'un nombre limité de couleurs, généralement en raison de limitations de mémoire, et permet une compression efficace de certains types d'images. Le nom «quantification des couleurs» est principalement utilisé dans la littérature de recherche en infographie; dans les applications, des termes tels que génération de palette optimisée, génération de palette optimale ou profondeur de couleur décroissante sont utilisés. Certaines d'entre elles sont trompeuses, car les palettes générées par les algorithmes standards ne sont pas nécessairement les meilleures possibles.
Réaction de couleur/Réaction de couleur :
En chimie, une réaction colorée ou réaction colorée est une réaction chimique qui permet de transformer des composés chimiques incolores en dérivés colorés détectables visuellement ou à l'aide d'un colorimètre. La concentration d'une solution incolore ne peut normalement pas être déterminée avec un colorimètre. L'ajout d'un réactif coloré entraîne une réaction colorée et l'absorbance du produit coloré peut alors être mesurée avec un colorimètre. Un changement d'absorbance dans la gamme ultraviolette ne peut pas être détecté à l'œil nu mais peut être mesuré par un colorimètre équipé de manière appropriée. Un colorimètre spécial est nécessaire car les colorimètres standards ne peuvent pas fonctionner en dessous d'une longueur d'onde de 400 nanomètres. Il est également nécessaire d'utiliser des cuvettes en quartz fondu car le verre est opaque aux ultraviolets.
Réalisme des couleurs/Réalisme des couleurs :
Le réalisme des couleurs ou le réalisme des couleurs peut faire référence à : Le réalisme des couleurs (style artistique), un style artistique où les couleurs représentées avec précision créent une impression d'espace et de forme Le réalisme des couleurs (philosophie), une position philosophique qui soutient que les couleurs sont des propriétés physiques que les objets posséder
Réalisme des couleurs_(art_style)/Réalisme des couleurs (style artistique) :
Le réalisme des couleurs est un style artistique où les couleurs fidèlement représentées créent une impression d'espace et de forme. Il utilise un aplatissement des objets dans des zones de couleur, où les modulations se produisent davantage en raison de l'interaction d'un objet avec la couleur et la lumière de son environnement que de la modélisation sculpturale de la forme ou de la présentation des détails de texture. La couleur réelle d'un objet, ou « couleur locale », est secondaire par rapport à la façon dont cette couleur interagit avec les sources lumineuses environnantes qui peuvent altérer l'apparence de la couleur d'origine. La lumière chaude du soleil, la lumière froide du ciel et la lumière réfléchie chaude qui rebondit sur d'autres objets sont autant d'exemples de la façon dont une couleur locale peut être affectée par son emplacement dans l'espace. Les premiers partisans de ce style incluent le maître néerlandais Johannes Vermeer et Hendrick Terbrugghen. Les artistes récents travaillant avec ce style incluent la Boston School of Painters, comme Edmund Tarbell et William McGregor Paxton. Ces artistes ont combiné des couleurs pastel impressionnistes vibrantes avec une palette plus traditionnelle, pour créer des œuvres aux couleurs réalistes qui ont une gamme complète de valeurs sombres à claires. Les artistes contemporains utilisant des éléments de ce style incluent Sam Vokey, Charles Tersolo et Barbara Glee Lucas.
Rendu des couleurs/Rendu des couleurs :
Le rendu des couleurs d'une source lumineuse fait référence à sa capacité à révéler fidèlement les couleurs de divers objets (c'est-à-dire à produire un métamérisme illuminant) par rapport à une source lumineuse idéale ou naturelle. Les sources lumineuses avec un bon rendu des couleurs sont souhaitables dans les applications où les couleurs sont critiques telles que les soins néonatals et la restauration d'œuvres d'art. Il est défini par la Commission Internationale de l'Eclairage (CIE) comme suit : Rendu des couleurs : Effet d'un illuminant sur l'apparence des couleurs des objets par comparaison consciente ou inconsciente avec leur apparence des couleurs sous un illuminant de référence.
Indice_de_rendu_couleur/Indice de rendu des couleurs :
Un indice de rendu des couleurs (IRC) est une mesure quantitative de la capacité d'une source lumineuse à révéler fidèlement les couleurs de divers objets par rapport à une source lumineuse naturelle ou standard. Les sources lumineuses avec un IRC élevé sont souhaitables dans les applications critiques pour la couleur telles que les soins néonatals et la restauration d'œuvres d'art. Il est défini par la Commission Internationale de l'Eclairage (CIE) comme suit : Rendu des couleurs : Effet d'un illuminant sur l'apparence des couleurs des objets par comparaison consciente ou inconsciente avec leur apparence des couleurs sous un illuminant de référence ou standard. L'IRC d'une source lumineuse n'indique pas la couleur apparente de la source lumineuse ; cette information est donnée par la température de couleur corrélée (CCT). L'IRC est déterminé par le spectre de la source lumineuse. Une lampe à incandescence a un spectre continu, une lampe fluorescente a un spectre linéaire discret ; ce qui implique que la lampe à incandescence a le CRI le plus élevé. La valeur souvent citée comme "IRC" sur les produits d'éclairage disponibles dans le commerce est correctement appelée la valeur CIE Ra, "CRI" étant un terme général et CIE Ra étant l'indice de rendu des couleurs standard international. Numériquement, la valeur CIE Ra la plus élevée possible est de 100 et ne serait donnée qu'à une source dont le spectre est identique au spectre de la lumière du jour, très proche de celui d'un corps noir (les lampes à incandescence sont effectivement des corps noirs), tombant à des valeurs négatives pour certaines sources lumineuses. L'éclairage au sodium basse pression a un IRC négatif ; les lampes fluorescentes vont d'environ 50 pour les types de base, jusqu'à environ 98 pour le meilleur type multi-phosphore. Les LED de couleur blanche typiques ont un IRC de 80 ou plus, tandis que certains fabricants affirment que leurs LED atteignent un IRC allant jusqu'à 98. La capacité de CIE Ra à prédire l'apparence des couleurs a été critiquée en faveur de mesures basées sur des modèles d'apparence des couleurs, tels que CIECAM02 et pour les simulateurs de lumière du jour, l'indice de métamérisme CIE. L'IRC n'est pas un bon indicateur à utiliser dans l'évaluation visuelle des sources lumineuses, en particulier pour les sources inférieures à 5000 kelvin (K). De nouvelles normes, telles que l'IES TM-30, résolvent ces problèmes et ont commencé à remplacer l'utilisation de l'IRC parmi les concepteurs d'éclairage professionnels. Cependant, l'IRC est encore courant parmi les produits d'éclairage domestique.
Jeu de couleurs/jeu de couleurs :
En théorie des couleurs, un jeu de couleurs est le choix des couleurs utilisées dans divers contextes artistiques et de conception. Par exemple, l'utilisation "achromatique" d'un arrière-plan blanc avec du texte noir est un exemple de schéma de couleurs de base et généralement par défaut dans la conception Web. Les schémas de couleurs sont utilisés pour créer du style et de l'attrait. Les couleurs qui créent une sensation esthétique lorsqu'elles sont utilisées ensemble s'accompagnent généralement dans des schémas de couleurs. Un jeu de couleurs de base utilisera deux couleurs qui semblent attrayantes ensemble. Des schémas de couleurs plus avancés impliquent plusieurs couleurs associées dans une combinaison "analogue", par exemple, un texte avec des couleurs telles que le rouge, le jaune et l'orange disposés ensemble sur un fond noir dans un article de magazine. L'ajout de bleu clair crée une palette de couleurs "accentuées analogues". L'utilisation de l'expression schéma de couleurs peut également faire référence au choix et à l'utilisation de couleurs utilisées en dehors des supports et contextes esthétiques typiques, bien qu'elle puisse toujours être utilisée pour un effet purement esthétique ainsi que pour des raisons purement pratiques. Cela fait généralement référence aux motifs et motifs de couleur tels qu'on les voit sur les véhicules, en particulier ceux utilisés dans l'armée lorsqu'il s'agit de motifs de couleur et de motifs utilisés pour l'identification d'un ami ou d'un ennemi, l'identification d'unités militaires spécifiques ou comme camouflage. Dans la conception des chambres d'hôtel, la relation entre les préférences de couleurs et le sexe a été détectée. Les invités masculins ont tendance à préférer les combinaisons de couleurs masculines, tandis que les invitées féminines préfèrent les combinaisons de couleurs féminines. Une combinaison de couleurs dans le marketing est appelée habillage commercial et peut parfois être protégée par les lois sur les marques ou les habillages commerciaux, tout comme la couleur rose de la fibre de verre Owens Corning Les schémas de couleurs sont souvent décrits en termes de combinaisons logiques de couleurs sur une roue chromatique. Différents types de schémas, comme monochromatiques ou complémentaires, sont utilisés.
Défilement des couleurs/Défilement des couleurs :
Un changeur de couleur ou un changeur de couleur est un accessoire d'éclairage électromécanique utilisé dans le théâtre, le cinéma, la danse et les concerts pour changer la couleur projetée par les instruments d'éclairage de scène sans qu'une personne ait besoin d'être à proximité de la lumière. Un défileur de couleur déplace le gel de couleur "gel" en plastique [en fait du polyester teint et/ou d'autres matériaux de base recouverts de colorants] dans le faisceau de lumière. Il est généralement fixé au support de cadre de gel à l'extrémité émettrice d'un appareil d'éclairage, de sorte que la couleur est introduite après que les caractéristiques du faisceau ont été définies par l'optique de l'instrument d'éclairage. La plupart des scrollers sont contrôlés via le protocole DMX512, mais certains modèles (par exemple Colouram IT de Wybron) utilisent également le protocole RDM. Lorsque les changeurs de couleur ont été introduits pour la première fois vers 1980, un certain nombre d'entreprises les ont produits, notamment : Avolites, GAM Products, Morpheus Lights, Rainbow, Rosco Laboratories et Wybron Inc. Aujourd'hui, les principaux fabricants sont : AC Lighting, Apollo, Morpheus Lights et Rainbow ( par ordre alphabétique).[1]
Couleur unie/Couleur unie :
Un solide de couleur est la représentation tridimensionnelle d'un modèle de couleur, un analogue de la roue chromatique bidimensionnelle. La dimension spatiale ajoutée permet à un solide de couleur de représenter une dimension supplémentaire de variation de couleur. Alors qu'une roue chromatique bidimensionnelle représente généralement les variables de teinte (rouge, vert, bleu, etc.) et de luminosité (gradations de clair et d'obscurité, teintes ou nuances), une couleur unie ajoute la variable de couleur (chroma ou saturation ), permettant au solide de représenter toutes les couleurs imaginables dans une structure tridimensionnelle organisée.
Espace colorimétrique/Espace colorimétrique :
Un espace colorimétrique est une organisation spécifique des couleurs. En combinaison avec le profilage des couleurs pris en charge par divers appareils physiques, il prend en charge des représentations reproductibles de la couleur, que cette représentation implique une représentation analogique ou numérique. Un espace colorimétrique peut être arbitraire, c'est-à-dire avec des couleurs physiquement réalisées attribuées à un ensemble d'échantillons de couleurs physiques avec des noms de couleurs attribués correspondants (y compris des nombres discrets dans - par exemple - la collection Pantone), ou structuré avec une rigueur mathématique (comme avec le système NCS , Adobe RVB et sRVB). Un "espace colorimétrique" est un outil conceptuel utile pour comprendre les capacités de couleur d'un appareil ou d'un fichier numérique particulier. Lorsque vous essayez de reproduire des couleurs sur un autre appareil, les espaces colorimétriques peuvent indiquer si les détails des ombres/surbrillances et la saturation des couleurs peuvent être conservés, et dans quelle mesure l'un ou l'autre sera compromis. Un "modèle de couleur" est un modèle mathématique abstrait décrivant la manière dont les couleurs peuvent être représentées sous forme de tuples de nombres (par exemple des triplets en RVB ou des quadruples en CMJN) ; cependant, un modèle de couleur sans fonction de mappage associée à un espace colorimétrique absolu est un système de couleurs plus ou moins arbitraire sans lien avec un système d'interprétation des couleurs compris à l'échelle mondiale. L'ajout d'une fonction de mappage spécifique entre un modèle colorimétrique et un espace colorimétrique de référence établit dans l'espace colorimétrique de référence une "empreinte" définie, appelée gamme, et pour un modèle colorimétrique donné, cela définit un espace colorimétrique. Par exemple, Adobe RVB et sRVB sont deux espaces colorimétriques absolus différents, tous deux basés sur le modèle de couleurs RVB. Lors de la définition d'un espace colorimétrique, la norme de référence habituelle est les espaces colorimétriques CIELAB ou CIEXYZ, qui ont été spécifiquement conçus pour englober toutes les couleurs que l'homme moyen peut voir. Étant donné que "l'espace colorimétrique" identifie une combinaison particulière du modèle de couleur et de la fonction de mappage, le mot est souvent utilisé de manière informelle pour identifier un modèle de couleur. Cependant, même si l'identification d'un espace colorimétrique identifie automatiquement le modèle colorimétrique associé, cette utilisation est incorrecte au sens strict. Par exemple, bien que plusieurs espaces colorimétriques spécifiques soient basés sur le modèle colorimétrique RVB, il n'existe pas d'espace colorimétrique RVB singulier.
Code_structure_couleur/Code structure couleur :
Le code de structure de couleur (CSC) est une méthode de segmentation de couleur qui peut fonctionner sur plusieurs processeurs.
Suite de couleurs/Suite de couleurs :
Une suite de couleurs (également appelée baie de couleurs, suite de télécinéma ou baie de correction des couleurs) est la salle de contrôle pour l'étalonnage des couleurs vidéo dans un environnement de post-production.
Supraconductivité couleur/Supraconductivité couleur :
La supraconductivité colorée est un phénomène qui devrait se produire dans la matière des quarks si la densité du baryon est suffisamment élevée (bien au-dessus de la densité nucléaire) et la température n'est pas trop élevée (bien en dessous de 1012 kelvins). Les phases supraconductrices colorées doivent être mises en contraste avec la phase normale de la matière des quarks, qui n'est qu'un liquide de Fermi de quarks à faible interaction. En termes théoriques, une phase supraconductrice colorée est un état dans lequel les quarks proches de la surface de Fermi deviennent corrélés en paires de Cooper, qui se condensent. En termes phénoménologiques, une phase supraconductrice de couleur rompt certaines des symétries de la théorie sous-jacente et a un spectre d'excitations très différent et des propriétés de transport très différentes de la phase normale.
Symbolisme des couleurs/symbolisme des couleurs :
Le symbolisme des couleurs dans l'art et l'anthropologie fait référence à l'utilisation de la couleur comme symbole dans diverses cultures. Il existe une grande diversité dans l'utilisation des couleurs et leurs associations entre les cultures et même au sein d'une même culture à différentes époques. La même couleur peut avoir des associations très différentes au sein de la même culture à tout moment. La diversité dans le symbolisme des couleurs se produit parce que les significations et le symbolisme des couleurs se produisent sur une base individuelle, culturelle et universelle. Le symbolisme des couleurs dépend également du contexte et est influencé par les changements au fil du temps. Les représentations symboliques de concepts ou d'articles religieux peuvent inclure une couleur spécifique à laquelle le concept ou l'objet est associé. Il existe des preuves suggérant que les couleurs ont été utilisées à cette fin dès 90 000 avant JC.
Télévision couleur/Télévision couleur :
La télévision couleur est une technologie de transmission télévisuelle qui inclut des informations de couleur pour l'image, de sorte que l'image vidéo peut être affichée en couleur sur le téléviseur. Il améliore la technologie de télévision monochrome ou noir et blanc, qui affiche l'image en nuances de gris (niveaux de gris). Les stations et réseaux de télédiffusion dans la plupart des régions du monde sont passés du noir et blanc à la couleur entre les années 1960 et les années 1980. L'invention des normes de télévision couleur a joué un rôle important dans l'histoire et la technologie de la télévision. La transmission d'images couleur à l'aide de scanners mécaniques avait été imaginée dès les années 1880. Une démonstration de la télévision couleur à balayage mécanique a été donnée par John Logie Baird en 1928, mais ses limites étaient déjà évidentes à l'époque. Le développement du balayage et de l'affichage électroniques a rendu possible un système pratique. Des normes de transmission monochromes ont été développées avant la Seconde Guerre mondiale, mais le développement de l'électronique civile a été gelé pendant une grande partie de la guerre. En août 1944, Baird a fait la première démonstration au monde d'un écran de télévision couleur pratique entièrement électronique. Aux États-Unis, des normes de couleur concurrentes ont été développées, aboutissant finalement à la norme de couleur NTSC compatible avec le système monochrome antérieur. Bien que la norme de couleur NTSC ait été proclamée en 1953 et qu'une programmation limitée soit rapidement devenue disponible, ce n'est qu'au début des années 1970 que la télévision couleur en Amérique du Nord a dépassé les ventes d'unités noir et blanc / monochrome. La diffusion en couleur en Europe ne s'est normalisée sur les formats PAL ou SECAM que dans les années 1960. Les radiodiffuseurs ont commencé à passer de la technologie de télévision couleur analogique à la télévision numérique à plus haute résolution c. 2006 ; l'année exacte varie selon les pays. Le basculement est terminé dans de nombreux pays, mais la télévision analogique reste utilisée ailleurs.
Température de couleur/Température de couleur :
La température de couleur est la couleur de la lumière émise par un corps idéalisé opaque et non réfléchissant à une température particulière mesurée en kelvins. L'échelle de température de couleur est utilisée pour catégoriser la couleur de la lumière émise par d'autres sources lumineuses quelle que soit leur température. La température de couleur est une caractéristique de la lumière visible qui a des applications importantes dans l'éclairage, la photographie, la vidéographie, l'édition, la fabrication, l'astrophysique, l'horticulture et d'autres domaines. En pratique, la température de couleur n'a de sens que pour les sources lumineuses qui correspondent en fait assez étroitement à la couleur d'un corps noir, c'est-à-dire la lumière dans une gamme allant du rouge à l'orange au jaune au blanc au blanc bleuté ; cela n'a pas de sens de parler de la température de couleur d'une lumière verte ou violette, par exemple. La température de couleur est classiquement exprimée en kelvins, à l'aide du symbole K, unité de mesure de la température absolue. Les températures de couleur supérieures à 5000 K sont appelées "couleurs froides" (bleuâtres), tandis que les températures de couleur inférieures (2700–3000 K) sont appelées "couleurs chaudes" (jaunâtres). "Chaud" dans ce contexte est une analogie au flux de chaleur rayonnée de l'éclairage à incandescence traditionnel plutôt qu'à la température. Le pic spectral de la lumière de couleur chaude est plus proche de l'infrarouge, et la plupart des sources de lumière de couleur chaude naturelle émettent un rayonnement infrarouge important. Le fait que l'éclairage "chaud" dans ce sens ait en fait une température de couleur "plus froide" prête souvent à confusion.
Terme de couleur/Terme de couleur :
Un terme de couleur (ou nom de couleur) est un mot ou une phrase qui fait référence à une couleur spécifique. Le terme de couleur peut faire référence à la perception humaine de cette couleur (qui est affectée par le contexte visuel) qui est généralement définie selon le système de couleurs Munsell, ou à une propriété physique sous-jacente (telle qu'une longueur d'onde spécifique de la lumière visible). Il existe également des systèmes numériques de spécification des couleurs, appelés espaces colorimétriques. Une distinction importante doit être établie entre la couleur et la forme, car ces deux attributs sont généralement utilisés conjointement l'un avec l'autre lors de la description dans le langage. Par exemple, ils sont étiquetés comme des parties alternatives des termes de discours terme de couleur et terme de forme. Des conditions psychologiques pour la reconnaissance des couleurs existent, telles que ceux qui ne peuvent pas discerner les couleurs en général ou ceux qui voient les couleurs comme un son (une variété de synesthésie).
Terminologie des couleurs_pour_la_race/Terminologie des couleurs pour la race :
L'identification des races humaines en termes de couleur de peau, au moins comme une parmi plusieurs caractéristiques physiologiques, est courante depuis l'Antiquité. De telles divisions sont apparues dans la littérature rabbinique et dans les premières études modernes, divisant généralement l'humanité en quatre ou cinq catégories, avec des étiquettes basées sur la couleur : rouge, jaune, noir, blanc et parfois marron. Il a été reconnu depuis longtemps que le nombre de catégories est arbitraire et subjectif, et différents groupes ethniques ont été placés dans différentes catégories à différents moments. François Bernier (1684) doutait de la validité de l'utilisation de la couleur de la peau comme caractéristique raciale, et Charles Darwin (1871) soulignait les différences graduelles entre les catégories. Aujourd'hui, il existe un large consensus parmi les scientifiques sur le fait que les conceptions typologiques de la race n'ont aucun fondement scientifique.
Colorier la_couverture/Colorer la couverture :
Color the Cover (stylisé comme Color The Cover) est le deuxième album de couverture de l'auteur-compositeur-interprète japonais Koda Kumi, après son album de couverture de 2010 Eternity ~Love & Songs~. Il est arrivé au n ° 3 sur Oricon et est resté dans les charts pendant neuf semaines. Elle a repris diverses chansons populaires d'artistes célèbres, dont hide, Shizuka Kudo, Kome Kome Club, Kenji Ozawa, UA et Mayo Okamoto, entre autres. La performance de Kumi de "Alone", à l'origine par Mayo Okamoto, avait déjà été placée sur son single Koishikute comme piste de couplage le 26 décembre 2012.
Théorie des couleurs/Théorie des couleurs :
Dans les arts visuels, la théorie des couleurs est un ensemble de conseils pratiques sur le mélange des couleurs et les effets visuels d'une combinaison de couleurs spécifique. La terminologie des couleurs basée sur la roue chromatique et sa géométrie sépare les couleurs en couleur primaire, couleur secondaire et couleur tertiaire. Comprendre la théorie des couleurs remonte à l'Antiquité. Aristote (décédé en 322 avant notre ère) et Claude Ptolémée (décédé en 168 de notre ère) ont déjà expliqué quelles couleurs et comment elles peuvent être produites en mélangeant d'autres couleurs. L'influence de la lumière sur la couleur a été étudiée et révélée plus avant par al-Kindi (mort en 873) et Ibn al-Haytham (mort en 1039). Ibn Sina (décédé en 1037), Nasir al-Din al-Tusi (décédé en 1274) et Robert Grosseteste (décédé en 1253) ont découvert que contrairement aux enseignements d'Aristote, il existe plusieurs chemins de couleur pour passer du noir au blanc. Des approches plus modernes des principes de la théorie des couleurs peuvent être trouvées dans les écrits de Leone Battista Alberti (vers 1435) et les cahiers de Léonard de Vinci (vers 1490). Une formalisation de la "théorie des couleurs" a commencé au 18ème siècle, initialement dans le cadre d'une controverse partisane sur la théorie de la couleur d'Isaac Newton (Opticks, 1704) et la nature des couleurs primaires. À partir de là, il s'est développé en tant que tradition artistique indépendante avec seulement une référence superficielle à la colorimétrie et à la science de la vision. L'application de la théorie des couleurs va des utilisations de l'Égypte ancienne à la publicité commerciale moderne. Les couleurs affectent notre humeur et notre perception. Dans les civilisations anciennes, la couleur était explorée pour ses propriétés curatives. La photothérapie (luminothérapie) était pratiquée dans l'Égypte ancienne, la Grèce, la Chine et l'Inde. Les Égyptiens utilisaient la lumière du soleil ainsi que la couleur pour la guérison. La couleur a été étudiée pour son potentiel de guérison depuis 2000 av.
Triangle de couleur/Triangle de couleur :
Un triangle de couleur est un arrangement de couleurs dans un triangle, basé sur la combinaison additive de trois couleurs primaires à ses coins. Un espace colorimétrique additif défini par trois couleurs primaires a une gamme de chromaticité qui est un triangle de couleurs, lorsque les quantités de primaires sont contraintes d'être non négatives. Avant la théorie de la couleur additive a été proposée par Thomas Young et développée par James Clerk Maxwell et Hermann von Helmholtz, les triangles ont également été utilisés pour organiser les couleurs, par exemple autour d'un système de couleurs primaires rouge, jaune et bleu. Après le développement du système CIE, les triangles de couleur ont été utilisés comme diagrammes de chromaticité, y compris brièvement avec les coordonnées trilinéaires représentant les valeurs de chromaticité. La somme des trois valeurs de chromaticité ayant une valeur fixe, il suffit de représenter seulement deux des trois valeurs, en coordonnées cartésiennes. Dans le diagramme x, y moderne, le grand triangle délimité par les primaires imaginaires X, Y et Z a des coins (1,0), (0,1) et (0,0), respectivement ; des triangles de couleur avec de vraies primaires sont souvent affichés dans cet espace.
Vision des couleurs/Vision des couleurs :
La vision des couleurs, une caractéristique de la perception visuelle, est une capacité à percevoir les différences entre la lumière composée de différentes longueurs d'onde (c'est-à-dire différentes distributions de puissance spectrale) indépendamment de l'intensité lumineuse. La perception des couleurs fait partie du système visuel plus large et est médiée par un processus complexe entre les neurones qui commence par une stimulation différentielle de différents types de photorécepteurs par la lumière pénétrant dans l'œil. Ces photorécepteurs émettent ensuite des signaux qui se propagent à travers de nombreuses couches de neurones, puis finalement au cerveau. La vision des couleurs se retrouve chez de nombreux animaux et est médiée par des mécanismes sous-jacents similaires avec des types communs de molécules biologiques et une histoire complexe d'évolution dans différents taxons animaux. Chez les primates, la vision des couleurs peut avoir évolué sous une pression sélective pour une variété de tâches visuelles, y compris la recherche de jeunes feuilles nutritives, de fruits mûrs et de fleurs, ainsi que la détection du camouflage des prédateurs et des états émotionnels chez d'autres primates.
Volume de couleur/Volume de couleur :
Le volume de couleur est l'ensemble de toutes les couleurs disponibles dans toutes les teintes, saturations et luminosités disponibles. C'est le résultat d'un espace colorimétrique 2D ou d'une gamme de couleurs 2D (qui représente la chromaticité) combiné à la plage dynamique. Le terme a été utilisé pour décrire le volume de couleur plus élevé du HDR que le SDR (c'est-à-dire une luminosité maximale d'au moins 1 000 cd/m2 supérieure à celle du SDR Limite de 100 cd/m2 et gamme de couleurs plus large que Rec. 709 / sRGB).
Guerre des couleurs/Guerre des couleurs :
Les guerres de couleurs sont une compétition jouée dans les camps d'été, les écoles et certaines organisations sociales (telles que les sororités, les fraternités ou les petites entreprises). Les participants sont divisés en équipes, à chacune desquelles est attribuée une couleur. Les équipes s'affrontent dans des défis et des événements pour gagner des points. Les défis typiques de la guerre des couleurs incluent le tir à la corde, le ballon chasseur, le tir à l'arc, le football et le basket-ball. Ces défis et événements varient en fonction du lieu du match. Les durées des jeux peuvent aller d'une journée à plusieurs mois. L'équipe gagnante est celle qui a le plus de points à la fin de la partie. En règle générale, les guerres de couleurs consistent en plusieurs événements qui valent un nombre insignifiant de points, puis un grand événement final qui vaut suffisamment de points pour gagner ou perdre toute la guerre des couleurs. C'est généralement à la fin de l'été. Les guerres de couleurs peuvent également être utiles dans le cadre scolaire pour des rassemblements d'encouragement ou pour motiver les élèves à apprendre. Des points peuvent être attribués pour l'achèvement d'activités ou d'événements académiques. Les points peuvent être comptabilisés et marqués. Les guerres de couleur commencent généralement par une `` évasion de guerre de couleur '' surprise, au cours de laquelle les généraux et les capitaines sont annoncés. Des brochures ou des dépliants sont distribués aux équipes dictées. Les étudiants / campeurs ont des réunions et des périodes de travail en équipe tout au long de la guerre des couleurs. Les acclamations sont composées par les membres des équipes et les équipes proposent des chansons à chanter et des dépliants à afficher autour du lieu de la guerre des couleurs. Plusieurs événements se produisent, chacun valant un certain nombre de points. Les événements comprennent des compétitions sportives, des cheer-offs, ainsi que des compétitions de connaissances. Parfois, le déjeuner silencieux est une activité où chaque équipe doit se taire. Dans certains cas, chaque équipe reçoit une journée où elle doit décorer une salle à manger et fait de son mieux pour englober le thème de son équipe dans tout le lieu. À la fin de la guerre des couleurs, il y a des présentations telles que les bannières des équipes, des chansons, des sketches, des présentations multimédias et des films d'équipe. Ces présentations valent le plus de points et peuvent faire basculer la guerre des couleurs en faveur de n'importe quelle équipe. Le dernier jour de la guerre des couleurs comprend également généralement une sorte de courses de relais ou un autre grand événement auquel toute l'équipe doit participer, qui vaut également un nombre très élevé de points.
Lavage de couleur/lavage de couleur :
Un lavis de couleur est une technique populaire dans la fausse peinture utilisant de la peinture diluée avec du glacis pour créer un subtil lavis de couleur sur les murs ou d'autres surfaces. Le lavage de couleur donne à une surface un aspect translucide et aquarelle. Il peut être utilisé pour ajouter de la texture ou accentuer des surfaces naturelles. Il peut être appliqué dans n'importe quelle couleur de peinture, généralement avec des pinceaux sur une couleur de peinture solide, en utilisant de longs coups de balayage pour fusionner les couleurs de glacis ensemble.
Roue chromatique/roue chromatique :
Une roue chromatique ou un cercle chromatique est une organisation illustrative abstraite des teintes de couleur autour d'un cercle, qui montre les relations entre les couleurs primaires, les couleurs secondaires, les couleurs tertiaires, etc. Certaines sources utilisent les termes roue chromatique et cercle chromatique de manière interchangeable; cependant, un terme ou l'autre peut être plus répandu dans certains domaines ou certaines versions comme mentionné ci-dessus. Par exemple, certains réservent le terme roue chromatique aux dispositifs rotatifs mécaniques, tels que les toupies colorées, les roues à filtres ou les disques de Newton. D'autres classent diverses roues de couleurs en tant que variétés de disques de couleurs, de nuanciers et d'échelles de couleurs.
Roue chromatique_(homonymie)/Roue chromatique (homonymie) :
Une roue chromatique ou une roue chromatique est une illustration de teintes de couleur autour d'un cercle. La roue chromatique ou la roue chromatique peut également faire référence à: Roue chromatique (optique), un appareil qui utilise différents filtres optiques dans un faisceau lumineux La roue chromatique, un film américain de 2011
Roue chromatique_(optique)/Roue chromatique (optique) :
Une roue chromatique ou un autre commutateur pour changer une teinte projetée (par exemple, pour un affichage optique) est un dispositif qui utilise différents filtres optiques dans un faisceau lumineux. L'utilisation courante comprend des roues à rotation continue pour les affichages saisonniers à domicile (par exemple, à Noël) et des roues de couleurs contrôlables pour un instrument particulier (par exemple, SeaChanger Color Engine pour l'éclairage de scène), tandis que les dispositifs sans roue comprennent des défilements et des types de sémaphores avec des bras de levier ( par exemple, sur la fontaine Grand Army Plaza 1897-1917).
Color wheel_theory_of_love/Théorie de la roue chromatique de l'amour :
La théorie de la roue chromatique de l'amour est une idée créée par le psychologue canadien John Alan Lee qui décrit six styles d'amour, en utilisant plusieurs mots latins et grecs pour l'amour. Introduit pour la première fois dans son livre Colors of Love: An Exploration of the Ways of Loving (1973), Lee définit trois styles d'amour primaires, trois secondaires et neuf tertiaires, les décrivant dans la roue chromatique traditionnelle. Les trois types principaux sont Eros, Ludus et Storge, et les trois types secondaires sont Mania, Pragma et Agape.
Colora, Maryland/Colora, Maryland :
Colora est une communauté non constituée en société dans l'ouest du comté de Cecil, dans le Maryland, aux États-Unis, près de Conowingo et de Port Deposit. Le code postal de cette zone est 21917, et a quelques maisons historiques et quelques nouvelles structures, comme certains quartiers de développement. Il abrite également un verger de pommiers nommé "Colora Orchards" et l'école appelée West Nottingham Academy, dont l'actuel joueur de la NBA Josh Boone est diplômé en 2002. L'école a également formé le célèbre artiste contemporain Eric Fischl. Colora est l'emplacement de Colora Meetinghouse , inscrite au registre national des lieux historiques en 1977. Le quartier historique de la West Nottingham Academy a été inscrit en 1990.
Maison de réunion Colora / Maison de réunion Colora :
Le Colora Meetinghouse est une maison de réunion historique des amis (ou Quaker) située à Colora, comté de Cecil, Maryland, États-Unis. La maison de réunion a été construite en 1841 dans le cadre d'un conflit plus vaste connu sous le nom de "grande séparation". Les membres originaux de la réunion Colora, alors appelée réunion préparatoire de Nottingham, se sont rangés du côté des amis orthodoxes qui se sont séparés de la réunion des amis de Hicksite West Nottingham. La nouvelle réunion faisait d'abord partie de la réunion annuelle de Baltimore. En 1854, il a formé la réunion annuelle primitive avec plusieurs réunions à proximité et en 1890 est devenu une partie de la réunion trimestrielle de l'Ouest.
Colorable/Colorable :
Colorable ou colourable peut faire référence à : Coloration de graphiques en mathématiques En droit, qu'une charge légale de la preuve serait remplie au procès

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cyclosporiasis

Cyclopoïdes/Cyclopoïdes : Les Cyclopoida sont un ordre de petits crustacés de la sous-classe Copepoda. Comme beaucoup d'autres copé...