Rechercher dans ce blog

mardi 26 juillet 2022

Colby O'Donis Colon


Colaranea brunnea/Colaranea brunnea :
Colaranea melanoviridis est une espèce d'araignée orb-weaver endémique de Nouvelle-Zélande.

Colaranea melanoviridis/Colaranea melanoviridis :
Colaranea melanoviridis est une espèce d'araignée orb-weaver endémique de Nouvelle-Zélande.
Colaranea verutum/Colaranea verutum :
Colaranea verutum est une espèce d'araignée tisserande endémique de Nouvelle-Zélande.
Colarbasiens/Colarbasiens :
Dans l'histoire religieuse gnostique chrétienne, les Colarbasiens (de Gk. Colarbasus, Hippol., Ps. Tert. ; Colorbasus, Iren., Epiph., Theodoret, Philast. cod., août ; C. Bassus Philast. codd.) étaient un secte supposée du IIe siècle, réputée hérétique, ainsi appelée de leur chef Colarbasus, disciple de Valentinius. On disait que Colarbasus, avec Marcus, un autre disciple de Valentinius, maintenait toute la plénitude et la perfection de la vérité et de la religion contenues dans l'alphabet grec; et que c'est pour cette raison que Jésus fut appelé l'Alpha et l'Oméga.
Colard/Colard :
Colard est à la fois un nom et un prénom. Les personnes notables portant le nom incluent: Jean-Christophe Colard (né en 1980), footballeur français Thibault Colard (né en 1992), rameur français Colard Mansion, scribe et imprimeur flamand du XVe siècle
Manoir Colard / Manoir Colard:
Colard Mansion (ou Colart, avant 1440 - après mai 1484) était un scribe et imprimeur flamand du XVe siècle qui travaillait avec William Caxton. Il est connu comme le premier imprimeur d'un livre avec des gravures sur cuivre et comme l'imprimeur des premiers livres en anglais et en français.
Colares/Colares :
Colares peut faire référence à : Colares, Pará, municipalité de l'État de Pará, Brésil Colares (Sintra), paroisse civile de la municipalité de Sintra, Portugal
Colares, Par%C3%A1/Colares, Pará :
Colares est une ville du nord du Pará, au Brésil. La ville est devenue célèbre grâce à la vague d'OVNI de Colares, qui a ensuite donné naissance à l'Operação Prato.
Colares (Sintra)/Colares (Sintra):
Colares (prononciation portugaise : [kuˈlaɾɨʃ]) est une paroisse civile le long de la côte de la municipalité de Sintra. La population en 2011 était de 7 628 habitants, sur une superficie de 33,37 kilomètres carrés (12,88 milles carrés).
Colares DOC/Colares DOC :
Colares est une région viticole portugaise centrée sur la paroisse de Colares dans la municipalité de Sintra. La région possède la plus haute classification des vins du Portugal de Denominação de Origem Controlada (DOC). Situés le long de la côte sud-ouest de l'Atlantique, les vignobles de la région sont protégés des vents forts de l'océan par des dunes de sable. Dans les années 1940, les vignobles couvraient environ 2 500 acres mais ont depuis été réduits par la suburbanisation à 50 acres. Entre 1934 et 1994, seule la coopérative locale pouvait utiliser l'appellation Colares. Parce que les vignes y sont cultivées directement dans le sable et que les pucerons phylloxéra ne peuvent pas vivre sur le sable, les vignobles de Colares sont parmi les seuls cépages européens à ne pas être greffés sur des porte-greffes américains. Les vignes Ramisco non greffées de la région de Colares sont parmi les plus anciennes du Portugal. La région est connue pour ses vins rouges profonds, corsés et riches en tanins astringents.
Colares stingray/Colares stingray :
La raie de Colares, Dasyatis colarensis, est une espèce de raie de la famille des Dasyatidae, originaire des eaux saumâtres peu profondes de l'estuaire du fleuve Amazone au nord du Brésil. Cette espèce habite les baies côtières pendant la saison sèche et s'éloigne de la côte pendant la saison des pluies. Il se caractérise par un disque de nageoire pectorale rhomboïde, un museau allongé et une bande sombre sur la lèvre inférieure. Une espèce assez grande, les mâles et les femelles atteignent des largeurs de disque de 63 cm (25 po) et 91 cm (36 po) respectivement. Les femelles donnent naissance à 1 à 4 petits, éventuellement chaque année. Les raies pastenagues de Colares sont à la fois ciblées et capturées comme prises accessoires par les pêcheries artisanales et commerciales brésiliennes ; ces pressions associées à sa petite aire de répartition et à son taux de reproduction lent ont conduit l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à classer cette espèce en danger critique d'extinction.
Colargol/Colargol :
Colargol est un ours fictif créé par l'écrivaine française Olga Pouchine dans les années 1950. Colargol est devenu célèbre grâce à une série d'enregistrements pour enfants par Philips Records dans les années 1960. C'est l'histoire d'un petit ours qui veut chanter et parcourir le monde, mais qui n'a pas la capacité naturelle.
Colart/Colart :
Colart, ou le groupe Colart, est un grand fournisseur international de matériel d'art, avec des filiales et des marques telles que Winsor & Newton, Liquitex et Lefranc & Bourgeois. Le siège social du groupe est situé à Londres. Colart a été créée en 1992 en tant que filiale à 100 % pour le segment des matériaux d'art d'AB Wilh. Becker. En tant que tel, il s'agit également d'une filiale de deuxième niveau détenue à 100% par Lindéngruppen, une société privée basée à Höganäs, en Suède. Le groupe Colart possède dix sites de production basés au Royaume-Uni, en France et en Chine. En 2017, Colart est devenu le principal propriétaire d'Elephant Art, éditeur du magazine d'art Elephant.
Colart de_Laon/Colart de Laon :
Colart de Laon (actif de 1377 à 1411 ; mort avant le 27 mai 1417) était un peintre français. Mentionné pour la première fois en 1377 comme travaillant pour Philippe le Hardi, il devint plus tard valet de chambre de Louis Ier, duc d'Orléans à partir de 1391, puis de son fils Charles, duc d'Orléans jusqu'en 1411 au moins. qui lui sont attribués, certaines peintures sur panneaux sont considérées comme susceptibles d'être son œuvre. Parmi celles mentionnées dans les sources contemporaines figurent un certain nombre de grandes œuvres pour Philippe le Téméraire en 1395, qui furent placées dans la cathédrale de Chartres, la Vierge, Saint Jean et la Trinité pour Louis Ier pour une église de Paris en 1396, et en 1397 un coffre reliquaire pour la reine Isabeau de Bavière et une peinture sur panneau de Louis le Pieux et Louis de Toulouse. En 1406, il travaillait sur un grand panneau pour le Parlement français. Comme c'était le cas pour les peintres de cour de cette période, ses activités ne se limitaient pas aux peintures sur panneaux mais il est également mentionné comme créateur de décorations pour les fêtes et de cartons pour les tapisseries. En mai 2012, le musée du Prado à Madrid a acquis un panneau, vraisemblablement la partie centrale d'un triptyque, représentant le Christ au jardin des Oliviers avec sainte Agnès et Louis I d'Orléans comme donateur. C'est la seule représentation contemporaine connue de Louis Ier. Un Ange de l'Annonciation au Musée de Laon, l'aile droite d'un triptyque, qui est attribué au Maître du Retable de Pierre de Wissant, peut être une autre œuvre de Colart de Laon.
Colart le_Boutellier/Colart le Boutellier :
Colart le Boutellier (fl. 1240-1260) était un trouvère bien connecté d'Arras. Il n'y a aucune référence à lui indépendamment de ses propres chansons et de celles des autres, trouvées dans les chansonniers. L'un d'eux représente les armoiries connues de la famille Boutillier, l'un des clans de la petite noblesse d'Arras, et l'attribue à Colart. Un autre manuscrit ne montre aucune arme de Colart et l'on peut supposer qu'il appartenait en fait à l'une des familles bourgeoises du même nom que l'on trouvait alors à Arras. Il était peut-être un parent de Robert le Boutellier, qui jugeait un jeu parti entre Thomas Herier et Gillebert de Berneville. Deux de ses chansons, Aucunes gens m'ont mout repris et Quant voi le tens del tout renouvelé, Colart dédiait "Maître Guillaume" (William le maître, c'est-à-dire enseignant ou titulaire d'une maîtrise). Ce Guillaume est probablement identique au trouvère Guillaume le Vinier, avec qui Colart a échangé un jeu parti, son unique : Guillaume, trop est perdus. Colart a dédié une chanson chacun à Jehan Bretel (Ne puis laissier), Jehan de Nuevile (Je ne sai tant merci crier) et Phelippot Verdière (Je n'ai pas droite). Jehan de Nueville en dédie une à Colart en retour. Colart a également reçu des dédicaces de Gillebert de Berneville, Guibert Kaukesel et Henri Amion. Je n'ai pas droite a servi de modèle à une chanson anonyme, Se j'ai du monde la farine. Ses amours Loiaus ont servi de modèle à une autre chanson anonyme, Grant talent ai qu'a chanter, et ont servi de base à un contrafactum du Chastelain de Couci, La douce vois du rossignol salvage. Treize chansons de Colart sont conservées dans des manuscrits. Il préférait les modes isomètre, bar et G. Il "a souvent tiré du matériel des pedes dans la cauda".
Colas/Colas :
Colas peut faire référence à : PeopleClaudius Colas (1884–1914), l'espérantiste française Emily Colas, l'auteur américain Fabrice Colas (né en 1964), le cycliste sur piste français Henry Colas (homonymie), le nom de plusieurs personnes Paul Colas (1880–1972), le sport français shooterEntreprises et organisationsGroupe Colas, entreprise multinationale de génie civil basée en France Colas Rail, sa filiale de fret ferroviaire
Colas Breugnon/Colas Breugnon :
Colas Breugnon peut faire référence à : Colas Breugnon (roman), le roman de 1919 de Romain Rolland Colas Breugnon (opéra), l'opéra de 1938 de Dmitry Kabalevsky, d'après le roman de Rolland une suite orchestrale de Tadeusz Baird sur des thèmes du roman
Colas Breugnon_(opéra)/Colas Breugnon (opéra) :
Colas Breugnon (russe : Кола Брюньон, Kola Bryun'on) est un opéra de langue russe en trois actes de Dmitry Kabalevsky, également connu sous le nom de Le maître-artisan de Clamecy (Мастера из Кламси ; Mastera iz Clamsy) op. 24 en Russie. Le livret de V. Bragin est basé sur le roman de Romain Rolland sur un optimiste bourguignon fictif nommé Colas Breugnon qui se déroule à Clamecy, Nièvre au XVIe siècle. L'opéra a été créé sous la direction de Samosud à Leningrad en 1938. L'opéra est surtout connu pour son ouverture "exubérante".
Groupe Colas/Groupe Colas :
Le groupe Colas est un acteur majeur du génie civil français spécialisé dans la construction de routes et de voies ferrées à travers sa filiale Colas Rail. Depuis les années 1990, le groupe a intégré les entreprises routières Screg et Sacer. La construction routière représente 80 % des activités du groupe. Les autres activités connexes comprennent la signalisation routière, la construction, diverses activités de génie civil, y compris la pose de canalisations, ainsi que la construction et l'entretien des voies ferrées. Colas Ltd est une filiale britannique.
Colas SA/Colas SA :
Colas Ltd est un prestataire de services basé au Royaume-Uni pour les secteurs des autoroutes et des aérodromes. Les services comprennent le génie civil, l'entretien et la construction et toutes les opérations sont réalisées au niveau national. Colas Ltd est une filiale du groupe international Colas.
Colas Rail/Colas Rail :
Colas Rail est une entreprise d'infrastructures ferroviaires et de fret ferroviaire principalement active au Royaume-Uni. C'est une filiale du groupe industriel français Bouygues. Colas Rail a été créé à l'origine sous le nom de Seco Rail, du nom de sa société mère de l'époque, la SECO (Société d'Études et de Construction d'Outillage). Au XXe siècle, ses principales activités étaient la construction et l'entretien des chemins de fer. Seco Rail a participé à divers projets majeurs, tels que la construction de la première phase de High Speed ​​1. En 2006, il est devenu un opérateur de fret ferroviaire sur le marché britannique, transportant initialement des granulats à l'aide de matériel roulant loué. Seco Rail a acquis son premier client de locomotives et de fret régulier, Kronospan, au cours de l'année suivante. Début 2008, le groupe Colas a choisi de réorganiser ses filiales ferroviaires suite à de récentes acquisitions, fusionnant Seco Rail avec AMEC-Spie et l'ancienne division usine de Carillion Rail sous le nom de Colas Rail. À la fin des années 2000 et au début des années 2010, Colas Rail a continué à développer des services de fret, s'impliquant entre autres dans le transport de charbon et d'acier. D'autres locomotives, telles que les classes 56, 66 et 70, ont été acquises auprès de diverses sources. En avril 2013, Colas a formé une joint-venture avec le conglomérat de transport britannique Go-Ahead Group pour soumissionner pour la concession du Docklands Light Railway, mais s'est retiré de l'entreprise plus tard dans l'année. Fin 2016, Colas Rail figurait parmi les cinq plus grands sous-traitants de Network Rail et comptait 1 500 employés rien qu'au Royaume-Uni. Au cours des années 2010, Colas Rail a été engagé comme maître d'œuvre de la ligne ferroviaire à grande vitesse marocaine Al Boraq. D'autres projets comprenaient d'importants travaux d'amélioration de la gare de Londres Waterloo et du métro West Midlands, ainsi que la construction de la ligne à grande vitesse Contournement Nîmes - Montpellier en France.
Colasanti/Colasanti :
Colasanti est un nom de famille. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Marina Colasanti (née en 1937), écrivain, traducteur et journaliste brésilien Maurizio Colasanti, chef d'orchestre italien Susane Colasanti, romancier américain Veniero Colasanti (1910–1996), costumier italien, décorateur de décors et directeur artistique
Colasanti%27s Tropical_Gardens/Jardins tropicaux de Colasanti :
Colasanti's Tropical Gardens est un centre commercial et de divertissement intérieur, situé dans la communauté de Ruthven, qui fait partie de Kingsville, en Ontario. Les jardins tropicaux sont logés dans 15 serres à température contrôlée et présentent des oiseaux exotiques (ara, cacatoès, perroquet amazone), des plantes tropicales cultivées sur place, un petit marché de produits, des animaux domestiques et miniatures, des manèges pour enfants, un mini-golf de 18 trous, des boutiques de décoration et un restaurant.
District de Colasay/District de Colasay :
Le district de Colasay est l'un des douze districts de la province de Jaén au Pérou.
Colascione/Colascione :
Le colascione (ou calascione, italien : [kolaˈʃʲoːnɛ], français : colachon [kɔlaˈʃɔ̃], aussi parfois connu sous le nom de liuto della giraffa signifiant girafe-luth, une référence à son long cou) est un instrument à cordes pincées de la fin de la Renaissance et du début du baroque périodes, avec une caisse résonnante en forme de luth et un manche très long. Il était principalement utilisé dans le sud de l'Italie. Il a deux (ou trois) cordes, accordées en quinte. Il convient de noter les grandes similitudes de la colascione avec des instruments tels que le dutar ou le saz. Néanmoins, il existe des différences importantes, comme le pont étant sur le dessus du corps.
Colasidie/Colasidie :
Colasidia est un genre de coléoptères de la famille des Carabidae, contenant les espèces suivantes : Colasidia adusta Baehr, 2005 Colasidia angusticollis Baehr, 1988 Colasidia atra Baehr, 1997 Colasidia attenuata Baehr, 1997 Colasidia borneensis Baehr, 1997 Colasidia brevicornis Baehr, 1988 Colasidia burckhardti Baehr, 1997 Colasidia Convexior Baehr, 1993 Colasidia denticollis Baehr, 1997 Colasidia Depressa Baehr, 1997 Colasidia Garainae Baehr, 2000 Colasidia Gerardi Baehr, 1982 Colasidia globiceps Baehr, 1991 Colasidia harpago baehr, 2005 Colasidia Baasidia b, Colasidia b, , 1994) Colasidia Laticeps Baehr, 1997 Colasidia Loebli Baehr, 1997 Colasidia longicollis Baehr, 2005 Colasidia Lustrans Baehr, 1991 Colasidia Macrops Baehr, 1990 Colasidia Madang Darlington, 1971 Colasidia Basilewsky, 1954 Colasidia mateui BaehRia Baehr, 1997 Colasidia papua Darlington, 1968 Colasidia pumila B aehr, 1990 Colasidia riedeli Baehr, 1990 Colasidia rougemonti (Morvan, 1994) Colasidia similis Baehr, 1997 Colasidia taylori Baehr, 1988 Colasidia triangularis Baehr, 1997 Colasidia wau Baehr, 2004
Colaspedusa/Colaspedusa :
Colaspedusa est un genre de coléoptères de la sous-famille Eumolpinae, trouvé en Asie du Sud-Est.
Colaspidea/Colaspidea :
Colaspidea est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. Il est connu d'Amérique du Nord (Californie et sud-ouest des États-Unis) et de Méditerranée. Il a récemment été suggéré que les espèces méditerranéennes de Colaspidea sont un genre frère de Chalcosicya, et que Colaspina forme un genre frère des deux premiers combinés. Il a également été suggéré que les espèces nord-américaines de Colaspidea pourraient représenter un genre distinct. Les espèces nord-américaines de Colaspidea ont des ailes, tandis que les espèces méditerranéennes sont sans ailes.
Colaspidea globosa/Colaspidea globosa :
Colaspidea globosa est une espèce de coléoptère de la famille des Chrysomelidae que l'on trouve en France, en Espagne, sur l'île de Sicile et en Afrique du Nord.
Colaspidea grossa/Colaspidea grossa :
Colaspidea grossa est une espèce de coléoptère de la famille des Chrysomelidae, que l'on trouve en Afrique du Nord notamment au Maroc et dans le sud de l'Espagne.
Colaspidea inflata/Colaspidea inflata :
Colaspidea inflata est une espèce de coléoptère d'Algérie, décrite par Édouard Lefèvre en 1876.
Colaspidea metallica/Colaspidea metallica :
Colaspidea metallica est une espèce de coléoptère de la famille des Chrysomelidae que l'on trouve sur l'île grecque de Corfou et les îles italiennes de Sardaigne et de Sicile. On le trouve aussi en France.
Colaspidea oblonga/Colaspidea oblonga :
Colaspidea oblonga est une espèce de coléoptère de la famille des Chrysomelidae que l'on trouve sur les îles Baléares et en Crète. On le trouve également dans des pays européens tels que la France, l'Allemagne et les îles italiennes de Corse, de Sardaigne et de Sicile (y compris le continent). Outre les pays d'Europe centrale, on le trouve également dans tous les États de l'ex-Yougoslavie, à l'exception de la Macédoine du Nord, et en Tunisie.
Colaspidea ovulum/Colaspidea ovulum :
Colaspidea ovulum est une espèce de chrysomèle de Tunisie et d'Algérie décrite par Léon Fairmaire en 1866.
Colaspidea smaragdula/Colaspidea smaragdula :
Colaspidea smaragdula est une espèce de coléoptère. On le trouve en Amérique du Nord.
Colaspidema/Colaspidema :
Colaspidema est un genre de chrysomèles de la sous-famille des Chrysomelinae.
Colaspina/Colaspina :
Colaspina est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. Il ne contient qu'une seule espèce, Colaspina saportae, connue d'Espagne et du sud de la France (Provence). L'espèce a été décrite pour la première fois à Aix-en-Provence en 1863 par Auguste Jean François Grenier, qui la dédia au marquis de Saporta. Il a récemment été suggéré que Colaspina est peut-être un genre frère de Chalcosicya et de Colaspidea méditerranéen combinés.
Colaspinella/Colaspinella :
Colaspinella est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. Il ne contient qu'une seule espèce, Colaspinella grandis. Il est endémique de Turquie.
Colaspis/Colaspis :
Colaspis est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. C'est l'un des plus grands genres de la sous-famille, contenant plus de 200 espèces, et il est connu en Amérique du Nord et du Sud. Un certain nombre d'espèces de ce genre sont considérées comme nuisibles, comme le colaspis de raisin (Colaspis brunnea). Certaines espèces sont connues à partir des archives fossiles de l'Éocène du Colorado aux États-Unis.
Colaspis arizonensis/Colaspis arizonensis :
Colaspis arizonensis est une espèce de chrysomèle d'Amérique du Nord. On le trouve dans le sud-est de l'Arizona et le nord-ouest du Mexique. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américain Charles Frederic August Schaeffer en 1933.
Colaspis bridarollii/Colaspis bridarollii :
Colaspis bridarollii est une espèce de chrysomèle d'Amérique du Sud. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste tchèque Jan Bechyné en 1949 et a été dédié à l'entomologiste jésuite argentin Albino Juan Bridarolli. C'est l'un des principaux ravageurs de la pomme de terre dans la province de Buenos Aires, en Argentine ; il a été signalé pour la première fois qu'il attaquait des pommes de terre dans la région en 1997.
Colaspis brownsvillensis/Colaspis brownsvillensis :
Colaspis brownsvillensis, le coléoptère de la vigne laitière de Brownsville, est une espèce de coléoptère trouvé dans l'État du Texas aux États-Unis. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américaine Doris Holmes Blake en 1976 de Brownsville, au Texas, d'où le nom de l'espèce. C'est un proche parent de Colaspis nigrocyanea.
Colaspis brunnea/Colaspis brunnea :
Colaspis brunnea, le raisin colaspis, est une espèce de coléoptère d'Amérique du Nord. Il se produit principalement dans l'est des États-Unis. C'est un ravageur des cultures telles que le maïs et le soja, mais les dommages qu'il cause n'ont pas été documentés comme économiquement significatifs. Il est univoltin et hiverne dans le sol sous forme de larve. Les adultes sont de couleur brune (brunnea signifie brun en latin) et mesurent environ 5 mm de long. Les élytres ont une série de rangées parallèles de marques de "perforation". Les larves sont des larves scarabaeiformes avec des corps blanc-gris et des capsules de tête orange, et mesurent entre 5 et 6,5 mm de long au 10e stade.
Colaspis costipennis/Colaspis costipennis :
Colaspis costipennis est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. On le trouve principalement dans les États côtiers; aux États-Unis, son aire de répartition s'étend de la Louisiane et de la Géorgie au nord jusqu'au New Hampshire et à la Pennsylvanie, et au Canada, elle est signalée en Ontario. Il a été décrit à l'origine comme une variété de Colaspis brunnea, mais il est maintenant reconnu comme une espèce distincte.
Colaspis crinicornis/Colaspis crinicornis :
Colaspis crinicornis est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. Il se produit principalement dans les Grandes Plaines des États-Unis. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américain Charles Frederic August Schaeffer en 1933. Bien qu'il n'ait pas été historiquement considéré comme un ravageur, les densités de population de l'espèce ont augmenté dans le maïs et le soja au cours de la dernière décennie dans le sud-est du Nebraska. Une étude a révélé que C. crinicornis était univoltin dans la même région et qu'il hivernait dans le sol sous forme de larves. Il a également été constaté que les régimes alimentaires à base de feuilles de maïs ou de soja n'affectent pas la consommation, la longévité ou la fécondité des C. crinicornis adultes.
Colaspis cruriflava/Colaspis cruriflava :
Colaspis cruriflava est une espèce de coléoptère trouvé dans l'état de l'Arizona aux États-Unis. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américaine Doris Holmes Blake en 1977. Le nom spécifique, cruriflava, est dérivé du latin pour "jambe jaune".
Colaspis favosa/Colaspis favosa :
Colaspis favosa est une espèce de chrysomèle d'Amérique du Nord. On le trouve principalement le long des côtes du golfe et de l'Atlantique des États-Unis; son aire de répartition s'étend du Texas à la Géorgie et à New York.
Colaspis flavocostata/Colaspis flavocostata :
Colaspis flavocostata est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. On le trouve dans les États côtiers des États-Unis ; son aire de répartition s'étend du Mississippi à la Floride et à la Caroline du Sud. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américain Charles Frederic August Schaeffer en 1933.
Colaspis hesperia/Colaspis hesperia :
Colaspis hesperia est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. Son aire de répartition s'étend de l'Arizona au Texas et au sud du Mexique. Le nom spécifique, hesperia, est dérivé du grec pour "occidental".
Colaspis louisianae/Colaspis louisianae :
Colaspis louisianae est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. Il est distribué au Texas et en Louisiane aux États-Unis. Il est proche en apparence de Colaspis brunnea. Selon Chapin (1979), C. louisianae est l'espèce du genre Colaspis la plus commune dans les grandes cultures en Louisiane.
Colaspis nigrocyanea/Colaspis nigrocyanea :
Colaspis nigrocyanea est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. Il est distribué en Arizona et au Mexique. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste britannique George Robert Crotch en 1873.
Colaspis pini/Colaspis pini :
Colaspis pini, le colaspis du pin, est une espèce de chrysomèle des feuilles d'Amérique du Nord. Il est connu pour se nourrir de pins dans le sud des États-Unis et est un ravageur occasionnel des arbres de Noël. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américain Herbert Spencer Barber en 1937. Colaspis pini ressemble à Colaspis brunnea (le raisin colaspis), et est extérieurement presque identique à Colaspis flavocostata mais diffère par la forme de l'édéage.
Colaspis planicostata/Colaspis planicostata :
Colaspis planicostata est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. Il est distribué dans le sud du Texas et au Mexique.
Colaspis pseudofavosa/Colaspis pseudofavosa :
Colaspis pseudofavosa est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. C'est un ravageur post-récolte des myrtilles dans le sud-est des États-Unis, et se nourrit également de plantes telles que les myrtes de cire du sud (Myrica cerifera) et les noix de pécan (Carya illinoinensis). L'espèce a été initialement décrite sous le nom de Colaspis floridana par l'entomologiste américain. Doris Holmes Blake en 1977. Cependant, ce nom était déjà utilisé par une espèce décrite par Charles Frederic August Schaeffer en 1933, il a donc été renommé par Edward G. Riley en Colaspis pseudofavosa l'année suivante. Ce nom a été choisi pour la similitude de l'espèce avec Colaspis favosa.
Colaspis recurva/Colaspis recurva :
Colaspis recurva est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. On le trouve dans les États côtiers, son aire de répartition s'étendant du sud de la Virginie à l'ouest de la Floride jusqu'à la Louisiane.
Colaspis suggona/Colaspis suggona :
Colaspis suggona est une espèce de coléoptère. On le trouve en Amérique du Nord.
Colaspis suilla/Colaspis suilla :
Colaspis suilla est une espèce de coléoptère. On le trouve en Amérique du Nord.
Colaspis viridiceps/Colaspis viridiceps :
Colaspis viridiceps est une espèce de coléoptère originaire d'Amérique du Nord. Son aire de répartition s'étend de l'Arizona au Nouveau-Mexique et au sud du Mexique. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américain Charles Frederic August Schaeffer en 1933.
Colaspis viriditincta/Colaspis viriditincta :
Colaspis viriditincta est une espèce de chrysomèle des feuilles d'Amérique du Nord. Il est distribué en Arizona et au Mexique. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste américain Charles Frederic August Schaeffer en 1919. Le nom spécifique, viriditincta, est dérivé du latin pour « teinté de vert ».
Colaspoïdes/Colaspoïdes :
Colaspoides est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. C'est l'un des plus grands genres de la sous-famille, contenant plus de 260 espèces dans le monde. C'est un genre existant mais il existe au moins une espèce, C. eocenicus, trouvée dans l'ambre de la Baltique de l'Éocène supérieur de Russie, et le genre a également été signalé au Miocène de la République dominicaine. Selon Flowers (2018), les espèces de l'Ancien Monde de Colaspoides ont des similitudes morphologiques avec Beltia, ce qui indique qu'elles doivent éventuellement être placées dans un genre ou un genre différent.
Colasposoma/Colasposoma :
Colasposoma est un genre de coléoptères de la sous-famille des Eumolpinae. Il est connu d'Afrique, d'Asie et d'Australie. C. sellatum, C. auripenne (maintenant connu sous le nom de C. viridicoeruleum) et C. dauricum sont connus comme des ravageurs des patates douces.
Colasposoma abdominale/Colasposoma abdominale :
Colasposoma abdominale est une espèce de chrysomèle du Botswana et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois depuis le lac Ngami par Joseph Sugar Baly en 1864. Sa longueur varie de 7,5 à 11 mm.
Colasposoma aeneoviolaceum/Colasposoma aeneoviolaceum :
Colasposoma aeneoviolaceum est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma akaense/Colasposoma akaense :
Colasposoma akaense est une espèce de coléoptères de la République démocratique du Congo, décrite par Brian J. Selman en 1972.
Colasposoma aruwimiense/Colasposoma aruwimense :
Colasposoma aruwimiense est une espèce de coléoptères de la République démocratique du Congo, décrite par l'entomologiste irlandais Charles Joseph Gahan en 1892.
Colasposoma atrocyaneum/Colasposoma atrocyaneum :
Colasposoma atrocyaneum est une espèce de coléoptère endémique de Socotra. Il a été décrit par Stefano Zoia en 2012. Le nom de l'espèce fait référence à la couleur bleu foncé de presque tous les spécimens examinés, bien que l'espèce puisse aussi avoir une couleur verte.
Colasposoma aurichalcicum/Colasposoma aurichalcicum :
Colasposoma aurichalcicum est une espèce de coléoptères. Il est distribué au Gabon, en République Démocratique du Congo et en Éthiopie. Il a été décrit par l'entomologiste américain James Thomson en 1858.
Colasposoma auripes/Colasposoma auripes :
Colasposoma auripes est une espèce de coléoptères d'Afrique de l'Est et de la République démocratique du Congo, décrite par Martin Jacoby en 1894.
Colasposoma austerum/Colasposoma austerum :
Colasposoma austerum est une espèce de coléoptère endémique de Socotra. Il a été décrit par Stefano Zoia en 2012. Le nom de l'espèce, d'austère, fait référence à la coloration sombre du dos.
Colasposoma bonvouloiri/Colasposoma bonvouloiri :
Colasposoma bonvouloiri est une espèce de chrysomèle de l'Afrique du Sud et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par Édouard Lefèvre en 1877.
Colasposoma brevepilosum/Colasposoma brevepilosum :
Colasposoma brevepilosum est une espèce de coléoptère endémique de Socotra. L'espèce a été décrite par Stefano Zoia en 2012. Le nom de l'espèce fait référence à la courte pubescence du dos.
Colasposoma chloris/Colasposoma chloris :
Colasposoma chloris est une espèce de coléoptère des feuilles d'Afrique du Sud et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par Édouard Lefèvre en 1877.
Colasposoma dauricum/Colasposoma dauricum :
Colasposoma dauricum est une espèce de coléoptère originaire d'Asie orientale. Il a été décrit pour la première fois par Carl Gustaf Mannerheim en 1849. Il est connu comme un ravageur des patates douces.C. dauricum et l'espèce similaire Colasposoma viridicoeruleum (anciennement connue sous le nom de Colasposoma auripenne) sont parfois considérées comme une seule espèce, avec C. dauricum dauricum comme sous-espèce du nord et C. dauricum auripenne comme sous-espèce du sud.
Colasposoma densatum/Colasposoma densatum :
Colasposoma densatum est une espèce de chrysomèle de l'Arabie saoudite et du Yémen décrite par Fairmaire en 1887.
Colasposoma fairmairei/Colasposoma fairmairei :
Colasposoma fairmairei est une espèce de coléoptère. Il est distribué au Nigeria, au Ghana, au Cameroun, en Guinée équatoriale, en République du Congo, en République démocratique du Congo et au Soudan. Il a été décrit par Édouard Lefèvre en 1877.
Colasposoma flavipes/Colasposoma flavipes :
Colasposoma flavipes est une espèce de chrysomèle de l'Afrique du Sud et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste allemand Edgar von Harold en 1877.
Colasposoma flavolimbatum/Colasposoma flavolimbatum :
Colasposoma flavolimbatum est une espèce de coléoptère d'Algérie, décrite par Pic en 1905.
Colasposoma grande/Colasposoma grande :
Colasposoma grande est une espèce de chrysomèle que l'on trouve au Yémen, à Oman, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. Il a été décrit pour la première fois par Édouard Lefèvre en 1890. Il a été initialement placé dans le genre Eryxia, mais a été déplacé dans le genre Colasposoma (sous-genre Falsonerissus) par Stefano Zoia en 2012. Un synonyme de cette espèce est Falsonerissus arabicus, décrit par Maurice Pic dans 1951, qui était le type et la seule espèce du genre Falsonerissus. Falsonerissus est maintenant considéré comme un sous-genre de Colasposoma.
Colasposoma hajeki/Colasposoma hajeki :
Colasposoma hajeki est une espèce de coléoptère endémique de Socotra. Il a été décrit par Stefano Zoia en 2012. L'espèce porte le nom de Jiří Hájek, qui a collecté une partie du matériel étudié.
Colasposoma holasi/Colasposoma holasi :
Colasposoma holasi est une espèce de chrysomèle de la République démocratique du Congo, décrite par Pic en 1953.
Colasposoma instabile/Colasposoma instabile :
Colasposoma instabile est une espèce de chrysomèle de l'Afrique du Sud-Est et de la République démocratique du Congo, décrite par l'entomologiste allemand Edgar von Harold en 1877.
Colasposoma iturianum/Colasposoma iturianum :
Colasposoma iturianum est une espèce de chrysomèle du genre Colasposoma, décrite par Weise en 1912 en République démocratique du Congo.
Colasposoma kindaense/Colasposoma kindaense :
Colasposoma kindaense est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma laticorne/Colasposoma laticorne :
Colasposoma laticorne est une espèce de chrysomèle de l'Afrique de l'Ouest et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois du Gabon par James Thomson en 1858.
Colasposoma luluense/Colasposoma luluense :
Colasposoma luluense est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma macrocnemis/Colasposoma macrocnemis :
Colasposoma macrocnemis est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma madoni/Colasposoma madoni :
Colasposoma madoni est une espèce de chrysomèle du Sénégal, décrite par Pic en 1942.
Colasposoma ovatum/Colasposoma ovatum :
Colasposoma ovatum est une espèce de chrysomèle du Sénégal. L'espèce a été décrite pour la première fois en 1923 par Julien Achard, de Sédhiou en Casamance.
Colasposoma overlaeti/Colasposoma overlaeti :
Colasposoma overlaeti est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma parvicolle/Colasposoma parvicolle :
Colasposoma parvicolle est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma perlatum/Colasposoma perlatum :
Colasposoma perlatum est une espèce de chrysomèle de l'Angola et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste allemand Edgar von Harold en 1880.
Colasposoma purcharti/Colasposoma purcharti :
Colasposoma purcharti est une espèce de coléoptère endémique de Socotra. Il a été décrit par Stefano Zoia en 2012. L'espèce porte le nom de Luboš Purchart, qui a collecté une partie du matériel étudié.
Colasposoma rufimembris/Colasposoma rufimembris :
Colasposoma rufimembris est une espèce de chrysomèle du Sénégal, décrite par Pic en 1942.
Colasposoma sellatum/Colasposoma sellatum :
Colasposoma sellatum est une espèce de coléoptère originaire d'Australie et de Papouasie-Nouvelle-Guinée, décrite par Joseph Sugar Baly en 1878. En Australie, on la trouve autour de Darwin dans le Territoire du Nord, au nord-est du Queensland et sur les îles du détroit de Torres. C'est le seul membre du genre Colasposoma trouvé en Australie, où il est connu comme un ravageur des patates douces.
Colasposoma senegalense/Colasposoma senegalense :
Colasposoma senegalense est une espèce de chrysomèle que l'on trouve au Sénégal et en République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois du Sénégal par François-Louis Laporte en 1833.
Colasposoma subaureum/Colasposoma subaureum :
Colasposoma subaureum est une espèce de chrysomèle de la République démocratique du Congo, décrite par Jacoby en 1900.
Colasposoma subcostatum/Colasposoma subcostatum :
Colasposoma subcostatum est une espèce de chrysomèle de l'Afrique de l'Est et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par Carl Eduard Adolph Gerstaecker en 1871.
Colasposoma sumptuosum/Colasposoma sumptuosum :
Colasposoma sumptuosum est une espèce de coléoptère de la Tanzanie et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois à Kigonsera par Julius Weise en 1906.
Colasposoma tibiale/Colasposoma tibiale :
Colasposoma tibiale est une espèce de chrysomèle de l'Afrique de l'Est et de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois depuis le lac Nyassa par Joseph Sugar Baly en 1878.
Colasposoma tinantae/Colasposoma tinantae :
Colasposoma tinantae est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo, de la Zambie et du Malawi. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma unicostatum/Colasposoma unicostatum :
Colasposoma unicostatum est une espèce de coléoptère endémique de Socotra. Il a été décrit par Stefano Zoia en 2012. Le nom de l'espèce fait référence à la carène longitudinale unique présente sur chaque élytre.
Colasposoma vedyi/Colasposoma vedyi :
Colasposoma vedyi est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasposoma velutinum/Colasposoma velutinum :
Colasposoma velutinum est une espèce de chrysomèle du Mali et du Sénégal, décrite par Édouard Lefèvre en 1885.
Colasposoma viridicoeruleum/Colasposoma viridicoeruleum :
Colasposoma viridicoeruleum est une espèce de coléoptère appartenant à la famille des Chrysomelidae, décrite par Victor Motschulsky en 1860. Il est connu comme ravageur des patates douces. L'espèce était autrefois connue sous le nom de Colasposoma auripenne jusqu'en 2003, date à laquelle C. auripenne a été déterminé comme synonyme de C. viridicoeruleum. Il est parfois considéré comme une sous-espèce méridionale de Colasposoma dauricum, sous le nom de Colasposoma dauricum auripenne.
Colasposoma viridivittatum/Colasposoma viridivittatum :
Colasposoma viridivittatum est une espèce de chrysomèle du Mali, observée par Joseph Sugar Baly en 1865.
Colasposoma wittei/Colasposoma wittei :
Colasposoma wittei est une espèce de coléoptère de la République démocratique du Congo. Il a été décrit pour la première fois par l'entomologiste belge Louis Jules Léon Burgeon en 1941.
Colasterion/Colasterion :
Colasterion (du mot grec pour "instrument de punition" ou "maison de correction") a été publié par John Milton avec son Tetrachordon le 4 mars 1645. Le tract est une réponse à une brochure anonyme attaquant la première édition de The Doctrine and Discipline du divorce. Milton n'avance pas d'arguments nouveaux, mais prend durement à partie "l'auteur trivial".
Colastes/Colastes :
Colastes est un genre de guêpes braconides de la famille des Braconidae. Il y a au moins 80 espèces décrites dans Colastes. Le genre Shawiana a été récemment traité comme un sous-genre de Colastes.
Colatine/Colatine :
Colatina est la deuxième plus grande ville du nord d'Espírito Santo, au Brésil, à 127 km au nord de la capitale Vitória et sur la ligne de train de Vitória à Minas Gerais. Il se trouve sur les rives de la rivière Doce, à travers laquelle jusqu'à 700 mètres cubes d'eau par seconde peuvent s'écouler. Sa population était de 123 400 habitants (est. 2020) et sa superficie est de 1 398 km².
Colatina Sociedade_Esportiva/Colatina Sociedade Esportiva :
La Colatina Sociedade Esportiva, communément appelée Colatina, est un club de football brésilien basé à Colatina, dans l'État d'Espírito Santo.
Convivialité / Convivialité :
Dans un système de coordonnées sphériques, une colatitude est l'angle complémentaire d'une latitude donnée, c'est-à-dire la différence entre 90° et la latitude. Les latitudes sud reçoivent une valeur négative et sont donc désignées par un signe moins. La colatitude correspond à l'angle polaire 3D classique en coordonnées sphériques, par opposition à la latitude utilisée en cartographie.
Colaton Raleigh/Colaton Raleigh :
Colaton Raleigh est un village et une paroisse civile de l'est du Devon, en Angleterre. La paroisse est entourée dans le sens des aiguilles d'une montre à partir du nord par les paroisses d'Aylesbeare, Newton Poppleford et Harpford, Otterton, Bicton, Woodbury et une petite partie de Farringdon. Le village est situé à l'ouest de la rivière Otter sur la route B3178 entre Newton Poppleford à au nord et East Budleigh au sud. Le village est mentionné dans le Domesday Book indiquant qu'il comptait 20 villageois, 8 petits exploitants et 6 esclaves. En 1066, il appartenait au comte Harold (roi Harold II) avant de passer au roi Guillaume après la défaite d'Harold à la bataille de Hastings. L'église est dédiée à Saint Jean Baptiste. Le village a un magasin nommé "Woods Village Stores" dans le centre à côté de la route B3178. La ligne de bus 157 exploitée par Stagecoach South West circule toutes les heures vers Exmouth et Sidmouth à travers le village. La maison publique du village s'appelle l'Otter Inn; son grand jardin contient des arbres de puzzle de singe.
Colatooeciidae/Colatooeciidae :
Colatooeciidae est une famille de bryozoaires appartenant à l'ordre des Cheilostomatida. Genre : Cigclisula Canu & Bassler, 1927 Colatooecia Winston, 2005 Trematooecia Osburn, 1940
Colatura di_alici/Colatura di alici :
Colatura di alici (italien: [kolaˈtuːra di aˈliːtʃi], se traduisant par "égouttement d'anchois") est une sauce de poisson italienne à base d'anchois, du petit village de pêcheurs de Cetara, en Campanie. La sauce est un liquide transparent de couleur ambrée, produit par la fermentation d'anchois en saumure. Les poissons utilisés dans la sauce sont récoltés sur la côte amalfitaine entre le 25 mars (Annonciation) et le 22 juillet (fête de Marie-Madeleine).
Colautti c._Franklin/Colautti c. Franklin :
Colautti c. Franklin , 439 US 379 (1979), était une affaire de droits à l'avortement de la Cour suprême des États-Unis , qui a jugé nulle pour imprécision une partie de la loi de 1974 sur le contrôle de l'avortement de Pennsylvanie . L'article en question était le suivant : (a) Toute personne qui pratique ou provoque un avortement doit avoir préalablement déterminé, sur la base de son expérience, de son jugement ou de sa compétence professionnelle, que le fœtus n'est pas viable, et si la détermination est que le fœtus est viable ou s'il y a des raisons suffisantes de croire que le fœtus peut être viable, doit exercer le degré de compétence professionnelle, de soin et de diligence pour préserver la vie et la santé du fœtus que cette personne serait tenue d'exercer afin de préserver la la vie et la santé de tout fœtus destiné à naître et non avorté et la technique d'avortement employée doit être celle qui offrirait la meilleure possibilité pour le fœtus d'être avorté vivant tant qu'une technique différente ne serait pas nécessaire pour préserver la vie ou la santé de la mère. Les médecins qui ne respectaient pas les dispositions de cet article s'exposaient à des poursuites civiles et pénales "comme il le serait si le fœtus avait été un enfant destiné à naître et non avorté". Franklin et d'autres ont intenté une action en justice, arguant que la disposition était à la fois vague et trop large. Dans une décision 6–3 rédigée par l'auteur de Roe, Harry Blackmun, la Cour suprême a accepté, concluant qu'exiger une détermination "si ... le fœtus est viable ou s'il y a des raisons suffisantes de croire que le fœtus peut être viable" était insuffisant et inadmissible. conseils vagues pour les médecins qui pourraient faire face à une responsabilité pénale si un jury n'est pas d'accord avec leur jugement.
Colavita/Colavita :
Colavita est une entreprise italienne surtout connue pour son huile d'olive. Depuis 2010, les frères Enrico et Leonardo Colavita dirigent l'entreprise, avec Enrico en tant que président et Leonardo en tant que directeur général, et d'autres membres de la famille occupant d'autres postes de direction, y compris le fils de Leonardo, Giovanni, qui était président de Colavita USA. Leur père a lancé l'entreprise d'emballage dans les années 1930; leur famille et de nombreuses autres familles de la ville de Sant'Elia a Pianisi et de la province de Campobasso au sens large cultivaient et pressaient l'huile d'olive depuis des générations. La société possède une usine de conditionnement à Pomezia, qui conditionne également de l'huile d'olive sous les marques Rachael Ray All-Italian Extra Virgin Olive Oil et Santa Sabina. Colavita USA a été fondée par John J. Profaci exclusivement qui, à l'époque, résidait à Bensonhurst, Brooklyn. Profaci a été présenté à Enrico Colavita en 1978 après l'arrivée de Colavita aux États-Unis. Profaci, qui travaillait dans le secteur de l'huile d'olive, a accepté de faire affaire avec Colavita en tant que distributeur américain de la société et a ensuite créé la catégorie de l'huile d'olive extra vierge aux États-Unis. La distribution aux États-Unis a commencé lentement, Profaci offrant des échantillons dans une épicerie locale, puis il a commencé à vendre aux restaurants italiens et aux magasins spécialisés et en cinq ans, Colavita est devenue une marque renommée dans certaines parties du monde. Puis, au milieu des années 1980, le New York Times a publié un article sur les bienfaits pour la santé des aliments contenant des graisses monoinsaturées comme l'huile d'olive, et l'article comprenait une photo d'une bouteille d'huile d'olive Colavita. La publicité a fait croître rapidement l'entreprise. En 1991, Colavita USA a fait don de 2 millions de dollars au Culinary Institute of America en échange des droits de dénomination d'un nouveau bâtiment sur le campus; le bâtiment a ouvert ses portes en 2001 après que l'école a dépensé 7 millions de dollars au total pour l'achever. En 2008, Colavita a acquis Colavita USA.
Colavita visual_dominance_effect/Effet de dominance visuelle Colavita :
L'effet de dominance visuelle Colavita fait référence au phénomène dans lequel les participants à l'étude répondent plus souvent à la composante visuelle d'un stimulus audiovisuel, lorsqu'ils sont présentés avec des stimuli bimodaux. La recherche a montré que la vision est le sens le plus dominant pour les êtres humains qui ne souffrent pas de troubles sensoriels. difficultés (par exemple cécité, cataractes). Les théoriciens ont proposé que l'effet de dominance visuelle Colavita démontre un biais vers les informations sensorielles visuelles, car la présence de stimuli auditifs est généralement négligée lors d'événements audiovisuels. Francis B. Colavita, dont l'effet de dominance visuelle Colavita est nommé, a été le premier à le démontrer. phénomène en 1974. Les expériences originales de Colavita ont révélé que la dominance visuelle des événements audiovisuels persiste dans un certain nombre de conditions, ce qui a été en outre établi comme un effet robuste par d'autres chercheurs.
Colavita%E2%80%93HelloFresh/Colavita–HelloFresh :
Colavita – HelloFresh est une équipe cycliste féminine professionnelle basée aux États-Unis qui participe à des événements de course cycliste sur route d'élite. Colavita a commencé à parrainer l'équipe en 2003; en août 2017, la société a déclaré qu'elle avait l'intention de retirer son parrainage à la fin de l'année.
Colaxes/Colaxes :
Colaxes est un genre d'araignées sauteuses décrit pour la première fois par Eugène Louis Simon en 1900.
Colaxes benjamini/Colaxes benjamini :
Colaxes benjamini est une espèce d'araignée sauteuse du genre Colaxes qui a été identifiée pour la première fois en 2013. Elle vit en Afrique du Sud.
Colaxes horton/Colaxes horton :
Colaxes horton est une espèce d'araignée du genre Colaxes. Elle est endémique du Sri Lanka. L'espèce a été trouvée pour la première fois à Horton Plains, d'où son nom spécifique.
Colaxes nitidiventris/Colaxes nitidiventris :
Colaxes nitidiventris est une espèce d'araignée sauteuse qui vit en Inde. Elle a été découverte par Eugène Simon en 1900 et est l'espèce type du genre Colaxes.
Colaxes wanlessi/Colaxes wanlessi :
Colaxes wanlessi est une espèce d'araignée du genre Colaxes. Elle est endémique du Sri Lanka.
Cocouche/Cocouche :
Colayer GmbH est une société de produits logiciels, dont le siège est à Zurich, en Suisse, fondée en 2000 par Markus Hegi, l'actuel PDG. Colayer GmbH possède également une filiale, Colayer Web Conversations Private Limited, située à Pune, en Inde. Colayer offre une plate-forme contextuelle pour créer des environnements Web 2.0 interactifs sociaux et des lieux de travail virtuels pour les entreprises.
Colayrac-Saint-Cirq/Colayrac-Saint-Cirq :
Colayrac-Saint-Cirq (prononciation française : [kɔlɛʁak sɛ̃ siʁk] ; occitan : Colairac e Sent Circ) est une commune du département du Lot-et-Garonne dans le sud-ouest de la France.
Colaz/Colaz :
Le colaz, de la région du Frioul en Italie, est un biscuit cuit en forme de beignet composé de farine de blé, de beurre, de sel, d'agent levant et de sucre. Ils sont parfumés à la vanilline, à la cannelle et aux clous de girofle. Sorte de biscuit de Confirmation, ils sont typiques du Frioul et surtout de la Carnie. Comme un brasadé à Oltrepo Pavese au XIXe siècle, ils sont préparés pour le sacrement de confirmation, attachés avec un ruban et utilisés pour décorer les vêtements du confirmand. La surface du biscuit est peinte au jaune d'œuf et décorée de confiseries colorées. Un ruban rose ou bleu clair est utilisé. Il est répertorié dans l'Arche du Goût.
Colazza/Colazza :
Colazza est une commune (municipalité) de la province de Novare dans la région italienne du Piémont, située à environ 100 kilomètres (62 mi) au nord-est de Turin et à environ 40 kilomètres (25 mi) au nord de Novare. Au 31 décembre 2004, elle comptait 443 habitants et une superficie de 3,1 kilomètres carrés (1,2 milles carrés). Colazza borde les municipalités suivantes : Ameno, Armeno, Invorio, Meina et Pisano.
Colback (chapeau)/Colback (chapeau):
Le colback, ou busby, est un couvre-chef en fourrure d'origine turque. Il était porté par les officiers et les compagnies d'élite de hussards et de chasseurs de l'armée française pendant le Directoire et le Premier Empire français, sous Napoléon Ier. Il avait souvent un panache devant.
Colban, comte_de_Fife/Colban, comte de Fife :
Colban, comte de Fife (1247-1253 av. J.-C., décédé 1270/2) était le souverain de Fife en Écosse. Fils du comte Malcolm et de sa femme Elen ferch Llywelyn, il succéda à son père alors qu'il était encore adolescent à la mort de Malcolm en 1266. Il avait été fait chevalier par le roi Alexandre III en 1264. Le nom de sa femme était Anna, et elle était probablement l'une des trois filles et cohéritières de Sir Alan Durward. Colban et Anna ont eu un fils, Duncan, qui a succédé comme comte de Fife à l'âge de huit ans, et une fille, Marjory, qui a épousé Alan, comte de Menteith. Colban est mort alors qu'il était encore un jeune homme. Sa date de décès est contestée et dépend des preuves que l'on interprète. GWS Barrow donne 1272, mais Bannerman donne 1270.
Colbasa/Colbasa :
Colbasa est une ancienne ville antique et un évêché, maintenant un siège titulaire catholique latin. Il était situé près de Göldeçiftlik, à l'est d'Antalya dans la Turquie moderne.
Chalet Colbath / Chalet Colbath :
Colbath Cottage est un cottage de cure historique situé au lac Saranac dans la ville de Harrietstown, comté de Franklin, New York. Il a été construit en 1896 et est un bâtiment à ossature de bois de 2+1⁄2 étages sur une fondation en moellons, revêtu de planches à clin et de bardeaux en bois en quinconce et recouvert d'un toit à pignons multiples. le registre national des lieux historiques en 1992.
Colbeck/Colbeck :
Colbeck peut faire référence à
Archipel de Colbeck/Archipel de Colbeck :
L'archipel de Colbeck (67°26′S 60°58′E) est un archipel de nombreuses petites îles rocheuses centrées à 1,6 km au nord-ouest de Byrd Head, juste à l'est du glacier Taylor, au large de la côte de Mawson. Découvert en janvier 1930 et cartographié en février 1931 par la British Australian and New Zealand Antarctic Research Expedition (BANZARE) sous Douglas Mawson. Nommé par Mawson pour WR Colbeck, second officier du navire d'expédition, Discovery. Les baleiniers norvégiens qui ont exploré cette même zone en janvier 1931 ont nommé le groupe à 4 milles au nord les îles Thorfinn. Le nom Colbeck est parfois apparu dans les charts de ce dernier groupe.
Bassin de Colbeck/bassin de Colbeck :
Le bassin de Colbeck (77°0′S 159°30′W) est un bassin sous-marin profond de la plate-forme de glace centrale de Ross nommé en association avec le cap Colbeck. Le nom a été approuvé par le Comité consultatif pour les caractéristiques sous-marines en juin 1988.
Baie de Colbeck/Baie de Colbeck :
Colbeck Bay (71°38′S 170°5′E) est une crique entre Duke of York Island et Cape Klovstad dans la partie sud de Robertson Bay, Terre Victoria, Antarctique. La caractéristique géographique a été cartographiée pour la première fois par l'expédition antarctique britannique de 1898 à 1900, sous la direction de CE Borchgrevink, qui l'a nommée en l'honneur du lieutenant William Colbeck, Royal Naval Reserve, observateur magnétique de l'expédition. La baie est située sur la côte de Pennell, une partie de l'Antarctique située entre le cap Williams et le cap Adare.
Colberg/Colberg :
Colberg est un nom de famille et peut faire référence à : Frederick Colberg (né vers 1900), poids welter américain et boxeur olympique Lawrence Kohlberg (1927–1987), psychologue américain, concepteur d'une théorie sur les étapes du développement moral Rebekah Colberg (1918– 1994), l'athlète portoricain Talis Colberg, ancien procureur général de l'Alaska
Colberg Boat_Works/Colberg Boat Works :
. Colberg Boat Works était une entreprise de construction navale à Stockton, en Californie, sur le Stockton Channel. Pour répondre à la demande de navires de la Seconde Guerre mondiale, Colberg Boat Works a construit: des dragueurs de mines, des remorqueurs de navires de type V et des chasseurs de sous-marins. Les dragueurs de mines étaient une classe de dragueurs de mines de classe Agressive et une classe de dragueurs de mines de classe Agile. Colberg Boat Works a été ouvert par trois frères, Wilton, Jack et Gordon Colberg en 1896. Le chantier naval a fermé dans les années 1990. Le chantier situé au 848 West Fremont Street, Stockton, Californie. Le chantier Colberg Boat Works était à côté du chantier Stephens Bros. Boat Builders. Colberg Boat Works était sur le port en eau profonde sur le Stockton Ship Channel de l'océan Pacifique et un port intérieur situé à plus de soixante-dix milles marins de l'océan, sur le Stockton Channel et le San Joaquin River-Stockton Deepwater Shipping Channel (avant qu'il ne rejoigne le Sacramento Rivière à se jeter dans la baie de Suisun.
Colbert/Colbert :
Colbert peut faire référence à :
Colbert%27s Ferry/Colbert's Ferry :
Colbert's Ferry était une importante traversée de la rivière Rouge entre le Texas et le territoire indien d'environ 1853 à 1899. La route du Texas et la route Butterfield Overland Mail traversaient ici. Il était situé sur la route du Texas à environ 4,8 km au sud-est de l'actuel Colbert, comté de Bryan, Oklahoma. La ville la plus proche du côté texan de la rivière est Denison. Le Missouri, Kansas and Texas Railway (MK&T) a construit un pont ferroviaire à proximité sur la rivière Rouge en 1872, ce qui a fait perdre à Colbert's Ferry une quantité importante de trafic. Frank Colbert, le propriétaire du ferry, a réagi en construisant son propre pont à péage, qui a remplacé le ferry. Une inondation a rapidement emporté les deux ponts. Pendant ce temps, il a repris l'exploitation du traversier.
Colbert, Géorgie/Colbert, Géorgie :
Colbert (KOL-bərt) est une ville du comté de Madison, en Géorgie, aux États-Unis. La population était de 592 au recensement de 2010.
Colbert, Oklahoma/Colbert, Oklahoma :
Colbert est une ville du comté de Bryan, dans l'Oklahoma, aux États-Unis. La population était de 1 140 habitants au recensement de 2010, soit une augmentation de 7 % par rapport au chiffre de 1 065 enregistré en 2000. Elle a été constituée en 1939.
Colbert, Washington/Colbert, Washington :
Colbert () est une communauté non constituée en société du comté de Spokane, dans l'État de Washington, aux États-Unis. La ville se trouve sur la US Route 2, au nord de la ville de Spokane. Colbert s'appelait à l'origine Dragoon; le nom actuel est pour Harry Colbert, un des premiers maîtres de poste. Un bureau de poste a été créé sous le nom de Dragoon en 1890, et le nom a été changé en Colbert en 1902. La Spokane Renaissance Faire a lieu chaque année dans un champ de Colbert.
Cuirassé de classe Colbert / cuirassé de classe Colbert :
La classe Colbert était une paire de frégates blindées construites pour la marine française dans les années 1870. Les navires ont servi de navire amiral du commandant et du commandant adjoint de l'escadron méditerranéen pendant la majeure partie de leur carrière. Les navires jumeaux participent à la conquête française de la Tunisie, notamment en bombardant et en débarquant des troupes à Sfax en 1881. Ils sont relégués aux rôles de deuxième ligne en 1894-1895 avant d'être condamnés en 1900. Les navires sont finalement vendus à la ferraille en 1909.
Colbert (nom)/Colbert (nom) :
Colbert est un nom de famille et un prénom anglais et français d'étymologie incertaine. Il est possible qu'il soit apparu indépendamment plusieurs fois au cours de l'histoire. Le nom est enregistré en Angleterre dans le Domesday Book du 11ème siècle dans le Devon, le Cheshire et le Lincolnshire. Ce nom de famille anglais était à l'origine un prénom qui aurait pu signifier "cool" et "brillant" ; voir aussi Bert. Le nom est courant dans les pays anglophones, en particulier l'Irlande, mais certaines de ces familles peuvent avoir leur origine en France, où le nom est très courant, et peuvent peut-être être des descendants de réfugiés huguenots. Le nom français a peut-être une origine différente, mais certains linguistes disent qu'il a la même origine des mots germaniques kol ("cool") et berht ("brillant"). Il est enregistré dans la province française de Champagne au XVe siècle, où, selon certains, il s'agit d'une forme réduite de "Colibert", également attestée dans la Champagne médiévale. "Colibert" était à l'origine une contraction du latin collibertus ("confrère affranchi", c'est-à-dire "confrère esclave affranchi"). Il peut cependant dériver d'un prénom germanique non attesté *Colberht, ou d'une forme francisée du nom de famille flamand Koelbert. Celui-ci dérive à son tour d'un prénom mentionné comme Colobert au 7ème siècle.
Colbert Caldwell/Colbert Caldwell :
Colbert Coldwell (parfois appelé Caldwell) (16 mai 1822 - 18 avril 1892) était juge à la Cour suprême du Texas de septembre 1867 à octobre 1869. Son petit-fils, également nommé Colbert Coldwell, a fondé Coldwell Banker.
Colbert Clark/Colbert Clark :
Colbert Clark (31 août 1898 - 4 mai 1960) était un scénariste, réalisateur et producteur de films américain. Il s'est particulièrement spécialisé dans la réalisation de films western. En tant que producteur chez Columbia Pictures, Clark était responsable de la reprise de la production des films Durango Kid en 1945, Le Retour du Durango Kid étant le premier des 64 films sur le personnage produits de 1945 à 1952.
Colbert Coldwell_(homonymie)/Colbert Coldwell (homonymie) :
Colbert Coldwell peut faire référence à : Colbert Caldwell, également orthographié Coldwell (1822-1892), juge de la Cour suprême du Texas de 1867 à 1869 Colbert Coldwell, fondateur de la société immobilière Coldwell Banker et petit-fils de Colbert Coldwell (1822–1892)
Colbert Combustion_Turbine_Plant/Colbert Combustion Turbine Plant :
La Colbert Combustion Turbine Plant est une centrale électrique alimentée au gaz naturel à turbine à combustion exploitée par la Tennessee Valley Authority (TVA) près de Tuscumbia, en Alabama. Mise en service en 1972, elle est actuellement la plus ancienne centrale au gaz exploitée par TVA. Le site abritait autrefois la Colbert Fossil Plant, une centrale électrique au charbon qui a fonctionné de 1955 à 2016.
Comté de Colbert,_Alabama/Comté de Colbert, Alabama :
Le comté de Colbert () est un comté situé dans la partie nord-ouest de l'État américain de l'Alabama. Au recensement de 2020, la population du comté était de 57 227 habitants. Le siège du comté est Tuscumbia. La plus grande ville est Muscle Shoals. Le comté est nommé en l'honneur des frères George et Levi Colbert, qui étaient des chefs Chickasaw au début du 19e siècle sur ce territoire. En fin de compte, le gouvernement fédéral a forcé le retrait de la plupart des Chickasaw et d'autres tribus historiques du sud-est. Le comté de Colbert fait partie de la zone statistique métropolitaine de Florence-Muscle Shoals, AL, également connue sous le nom de "The Shoals".
Colbert County_Courthouse_Square_Historic_District/Colbert County Courthouse Square Quartier historique :
Le quartier historique de Colbert County Courthouse Square est un quartier historique de Tuscumbia, en Alabama. Il contient 22 bâtiments et résidences centrés sur le palais de justice du comté de Colbert. Le palais de justice a été construit en 1881. Il a été gravement endommagé par un incendie en 1908. Lors de la restauration, des portiques ont été ajoutés de chaque côté, chacun avec quatre colonnes ioniques. Les portiques ouest et nord ont depuis été supprimés pour faire place à des ailes d'agrandissement. Une tour de l'horloge a également été ajoutée après l'incendie de 1908. Du côté est du palais de justice, de l'autre côté de la rue Main, se trouvent la première église méthodiste (construite en 1926), le bâtiment Clark (construit en 1926) et la maison Abernathy. Des maisons individuelles, maintenant toutes utilisées comme cabinets d'avocats, mélangées à des remplissages modernes font face au palais de justice sur ses autres côtés ; la maison Godley au nord a été construite en 1839, la maison Womble à l'ouest a été construite dans les années 1890 et la maison Dirago au sud a été construite en 1912. Loin de la place du palais de justice, les structures les plus importantes sont un groupe de sept bâtiments de la 5e rue connus collectivement sous le nom de Commercial Row. Les bâtiments ont été construits dans les années 1840 et ont servi de centre commercial de Tuscumbia. Un pâté de maisons à l'ouest de Commercial Row se trouve le Railway Depot. La Tuscumbia Railroad Company a été constituée en 1830 et avait prolongé sa ligne jusqu'à Decatur en 1834. Le dépôt victorien a été construit en 1888 pour remplacer une ancienne structure à ossature et donné à la ville en 1948. D'autres bâtiments du quartier comprennent la première église presbytérienne (construite en 1824), l'église épiscopale St. John's (construite en 1852), la première église baptiste (construite en 1903) et la maison Julian (construite à Cherokee et déplacée à Tuscumbia dans les années 1850). Le quartier a été inscrit au registre national des monuments historiques. Lieux en 1973.
Colbert County_Schools/Écoles du comté de Colbert :
Les écoles du comté de Colbert sont le système scolaire desservant le comté de Colbert, en Alabama. À partir de 2021, Chris Hand était surintendant.
Collines Colbert/Collines Colbert :
Colbert Hills Golf Course est un parcours de golf public situé à Manhattan, Kansas. Utilisant l'écosystème naturel des Flint Hills environnantes, il s'agit d'un parcours de type links avec peu d'arbres. De son ouverture à 2011, Colbert Hills a été classé par Golfweek comme le meilleur parcours public du Kansas, et il s'est classé deuxième de 2012 à aujourd'hui. Parmi les parcours publics et privés, il a également été classé en permanence par Golf Digest parmi les huit meilleurs au classement général de l'État. Le parcours abrite les équipes de golf masculines et féminines de l'Université d'État du Kansas et est utilisé par l'université comme environnement centre de recherche et de gestion du gazon. Colbert Hills abrite également la First Tee Academy et la Earl Woods National Youth Golf Academy. Le parcours a été co-conçu par le golfeur professionnel Jim Colbert, diplômé de la Kansas State University. Une statue de lui se dresse dans l'établissement. Colbert Hills propose également un parcours Par-3.
Colbert Historic_District/Colbert Historic District :
Le quartier historique de Colbert , à Colbert, en Géorgie , est un quartier historique de 46 acres (19 ha) qui a été inscrit au registre national des lieux historiques en 1984. Il comprenait 43 bâtiments contributifs. Le quartier est à peu près délimité par les 4e et 5e rues, les 4e et 8e avenues. Sa nomination au NRHP décrit : Colbert est un bon exemple représentatif des petites villes ferroviaires de Géorgie du début du siècle dans la région du Piémont. Largement développé après l'arrivée du chemin de fer en 1892, mais avant que le charançon de la capsule ne ruine l'économie cotonnière de la région à la fin des années 1920, il comprenait un dépôt, un hôtel, des bâtiments commerciaux du centre-ville, un quartier résidentiel et des fermes périphériques. Le quartier historique de Colbert contient des exemples intacts de tous ces bâtiments d'importance locale et illustre la manière dont la communauté s'est développée.
Maison Colbert/Maison Colbert :
Colbert House peut faire référence à : Colbert House (Gibsland, Louisiane), inscrite au registre national des lieux historiques de Louisiane Colbert House (Ilwaco, Washington), inscrite au registre national des lieux historiques de Washington
Maison Colbert_(Ilwaco,_Washington)/Maison Colbert (Ilwaco, Washington) :
La Colbert House est une maison-musée historique appartenant à Washington State Parks et située à Ilwaco, Washington, au coin des rues Quaker et Lake. La maison a été construite à l'origine en 1872 et a été déplacée vers son site actuel en 1883. La maison appartenait à une famille de pêcheurs et de conserveries, Frederick et Catherine (Petit) Colbert et descendants, et a été restaurée en 1994 pour lui donner une apparence de la fin du XIXe siècle. avec le mobilier et les objets de décoration de la famille Colbert. Après sa restauration, la maison a été exploitée par Cape Disappointment State Park en tant que musée de la maison historique ouvert uniquement sur rendez-vous. En 2009, le plan de gestion des parcs de la région de Long Beach a estimé que l'exploitation du bâtiment en tant que maison-musée n'était «pas réalisable pour le moment» et que «les parcs d'État préserveront le bâtiment jusqu'à ce qu'une utilisation faisable et durable devienne apparente. "Colbert House est un site du patrimoine des parcs de l'État de Washington et est inscrit au registre national des lieux historiques.
Colbert I._King/Colbert I. King :
Colbert Isaiah King (né le 20 septembre 1939) est un chroniqueur américain pour le Washington Post et le rédacteur en chef adjoint de la page éditoriale du Post. En 2003, il remporte le prix Pulitzer du commentaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cydosia brasiliella

Cyclus (installation_art)/Cyclus (installation_art) : Cyclus est une installation de quarante mètres de long de l'artiste croate Va...