Rechercher dans ce blog

mercredi 13 juillet 2022

Chloromelanite


Chloroclystis sierraria/Chloroclystis sierraria :
Chloroclystis sierraria est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Charles Swinhoe en 1904. On le trouve en Sierra Leone, au Yémen et en Angola.

Chloroclystis solidifascia/Chloroclystis solidifascia :
Chloroclystis solidifascia est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Louis Beethoven Prout en 1939. On le trouve sur Seram.
Chloroclystis sordida/Chloroclystis sordida :
Chloroclystis sordida est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Warren en 1903. Il est endémique de Nouvelle-Guinée.
Chloroclystis speciosa/Chloroclystis speciosa :
Chloroclystis speciosa est un papillon de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Charles Swinhoe en 1902. Il est endémique de Nouvelle-Guinée.
Sphragite à Chloroclystis/Sphragite à Chloroclystis :
Chloroclystis sphragitis est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il est endémique de Nouvelle-Zélande, où il a été signalé dans les îles du Nord et du Sud. Il a été décrit pour la première fois par Edward Meyrick en 1888 à l'aide de spécimens collectés à Wellington et Christchurch en février. Les adultes sont très variables, la coloration ressemblant à des excréments d'oiseaux. Les ailes antérieures sont ocre pâle avec une étroite zone plus foncée à la base suivie d'une étroite bande pâle oblique, puis d'une large bande centrale, d'une bande pâle incurvée assez étroite et enfin de plusieurs petites taches irrégulières sur le termen. Les ailes postérieures sont ocre pâle avec de nombreuses lignes ondulées brun pâle sur le dos. Les adultes volent de septembre à février.
Chloroclystis spissidentata/Chloroclystis spissidentata :
Chloroclystis spissidentata est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par William Warren en 1893. On le trouve au Sikkim, en Inde. L'envergure est d'environ 18 millimètres (0,71 po). Les adultes sont fuscous, abondamment tachetés de petites taches blanches ocre. Il y a de nombreuses lignes ondulées indistinctes sur les ailes.
Chloroclystis stenophrica/Chloroclystis stenophrica :
Chloroclystis stenophrica est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Turner en 1931. On le trouve en Australie (Queensland).
Chloroclystis taraxichroma/Chloroclystis taraxichroma :
Chloroclystis taraxichroma est un papillon nocturne de la famille des Geometridae. On le trouve à Bali.
Chloroclystis taxata/Chloroclystis taxata :
Chloroclystis taxata est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. On le trouve aux Comores.
Chloroclystis thermastobrita/Chloroclystis thermastobrita :
Chloroclystis thermastobrita est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par David Stephen Fletcher en 1958. On le trouve en Tanzanie.
Chloroclystis torninubis/Chloroclystis torninubis :
Chloroclystis torninubis est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Prout en 1929. On le trouve sur l'archipel des Marquises.
Chloroclystis tortuosa/Chloroclystis tortuosa :
Chloroclystis tortuosa est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. On le trouve aux Philippines (Luzon).
Chloroclystis tridentata/Chloroclystis tridentata :
Chloroclystis tridentata est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par David Stephen Fletcher en 1958 et il est endémique à l'Ouganda.
Chloroclystis variospila/Chloroclystis variospila :
Chloroclystis variospila est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Warren en 1895. On le trouve sur la péninsule malaise. L'envergure est d'environ 18 millimètres (0,71 po). Les ailes antérieures sont vert verdâtre ou grisâtre avec des lignes croisées fuscous, mélangées avec des écailles rouges. Les ailes postérieures sont gris pâle, devenant verdâtres vers la marge postérieure, avec trois ou quatre fascias incurvés plus foncés indistincts.
Chloroclystis velutina/Chloroclystis velutina :
Chloroclystis velutina est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Warren en 1897. On le trouve sur Sulawesi.
Chloroclystis viridata/Chloroclystis viridata :
Chloroclystis viridata est un papillon de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Warren en 1895. On le trouve sur la péninsule malaise et de Sulawesi à la Nouvelle-Guinée.
Chloroclystis viridigrisea/Chloroclystis viridigrisea :
Chloroclystis viridigrisea est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Elle a été décrite par Prout en 1937. Elle est endémique de São Tomé.
Chloroclystis xénisme/Chloroclystis xénisme :
Chloroclystis xenisma est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il a été décrit par Prout en 1958. On le trouve à Sulawesi.
Chloroclystis zhuoxinensis/Chloroclystis zhuoxinensis :
Chloroclystis zhuoxinensis est un papillon de nuit de la famille des Geometridae. Il est endémique de Chine.
Chlorocnemis superba/Chlorocnemis superba :
Chlorocnemis superba est une espèce de demoiselle de la famille des Protoneuridae. On le trouve en République démocratique du Congo, en Tanzanie et en Ouganda. Ses habitats naturels sont les forêts subtropicales ou tropicales humides des basses terres, les rivières, les rivières intermittentes et les sources d'eau douce. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorococcaceae/Chlorococcaceae :
Les Chlorococcaceae sont une famille d'algues vertes, dans l'ordre des Chlamydomonadales.
Chlorococcales / Chlorococcales :
Les Chlorococcales sont un ordre autrefois reconnu d'algues vertes dans la classe des Chlorophycées. En février 2022, la famille type des Chlorococcaceae a été placée dans l'ordre des Chlamydomonadales. De manière conventionnelle, de nombreux groupes d'algues vertes coccoïdes ont été regroupés dans l'ordre des Chlorococcales sensu lato par Komárek & Fott (1983), sur la base de l'idée de Pascher (1918) d'établir des ordres. selon les formes de vie. Cependant, les algues vertes coccoïdes sont actuellement placées dans plusieurs ordres de Chlorophyceae, Trebouxiophyceae, Ulvophyceae (par exemple, Chlorocystis) et Prasinophyceae au sein de la division Chlorophyta, ou dans la division Charophyta (par exemple, Chlorokybales, Desmidiales).
Chlorococcopsis/Chlorococcopsis :
Chlorococcopsis est un genre d'algues vertes, en particulier des Chlorococcaceae. En février 2022, AlgaeBase n'acceptait qu'une seule espèce, Chlorococcopsis wimmeri, de "statut taxonomique incertain".
Chlorococcum/Chlorococcum :
Chlorococcum est un genre d'algues vertes de la famille des Chlorococcaceae. L'algue peut être utile dans la floculation des lipides des eaux usées.
Chlorococcum amblystomatis/Chlorococcum amblystomatis :
Chlorococcum amblystomatis, synonyme Oophila amblystomatis, communément appelée algue chlamydomonas ou algue salamandre, est une espèce d'algue verte unicellulaire. Lorsqu'il était placé dans le genre Oophila, c'était la seule espèce. Le nom spécifique latin amblystomatis signifie "aime les œufs de salamandre". Il ne se produit nulle part dans la nature autre que dans les œufs de la salamandre maculée, Ambystoma maculatum. L'algue peut envahir et se développer dans la capsule d'œuf de l'amphibien. Une fois à l'intérieur, il métabolise le dioxyde de carbone produit par l'embryon et lui fournit de l'oxygène et du sucre grâce à la photosynthèse. Ceci est un exemple de symbiose et le seul exemple connu d'un microbe endosymbionte intracellulaire chez les vertébrés. Cette symbiose entre Chlorococcum amblystomatis et la salamandre peut exister au-delà de l'ovocyte et du stade embryonnaire précoce. L'observation de l'autofluorescence de la chlorophylle et l'analyse de l'ADN ribosomal suggèrent que cette espèce d'algue a envahi les tissus et les cellules embryonnaires de la salamandre au cours du développement et peut même être transmise à la génération suivante. Chlorococcum amblystomatis ne se trouve que dans les eaux douces des étangs boisés. Ils poussent mieux à une profondeur d'eau de 30 cm (12 po) avec une température de l'eau de 15 ° C (59 ° F) et une température de l'air de 14 ° C (57 ° F). Leur tolérance optimale au pH varie de 6,26 à 6,46 et ils nécessitent un environnement où il y a 12 heures d'ensoleillement et 12 heures d'obscurité. Les cellules motiles sont capables de déplacer l'eau à l'aide d'un flagelle. Oophila amblystomatis peut également se reproduire de manière sexuée et asexuée. L'ARNr 16S a été partiellement séquencé ainsi que l'ARNr 18S pour le plasmide, mais le séquençage du génome entier n'a pas été effectué.
Chlorocodia/Chlorocodia :
Chlorocodia est un genre de papillon monotypique de la famille des Noctuidae. Sa seule espèce, Chlorocodia olivescens, se trouve dans l'État brésilien de Rio de Janeiro. Le genre et l'espèce ont été décrits pour la première fois par George Hampson en 1910.
Chlorocome/Chlorocome :
Chlorocoma est un genre de papillons de nuit de la famille des Geometridae.
Chlorocome dichloraire/Chlorocome dichloraire :
Chlorocoma dichloraria, l'émeraude à double frange ou l'émeraude de Guenée, est une espèce de papillon de nuit de la famille des Geometridae décrite pour la première fois par Achille Guenée en 1858. On la trouve dans les États australiens de la Nouvelle-Galles du Sud, du Queensland, de l'Australie du Sud, de la Tasmanie, de Victoria et Australie occidentale. L'envergure est d'environ 30 mm. Les larves se nourrissent de diverses espèces de mimosacées.
Chlorocome stéréote/Chlorocome stéréote :
Chlorocoma stereota, l'émeraude bordée de blanc, est un papillon de nuit de la famille des Geometridae décrit pour la première fois par Edward Meyrick en 1888. Il est connu d'Australie, y compris de Victoria. Les adultes sont verts. Chaque aile a une ligne submarginale blanche et l'abdomen a une ligne dorsale blanche.
Chlorocoris/Chlorocoris :
Chlorocoris est un genre de punaises de la famille des Pentatomidae. Il y a environ six espèces décrites dans Chlorocoris.
Chlorocoris distinctus/Chlorocoris distinctus :
Chlorocoris distinctus est une espèce de punaise de la famille des Pentatomidae. On le trouve en Amérique centrale, en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.
Chlorocoris hebetatus/Chlorocoris hebetatus :
Chlorocoris hebetatus est une espèce de punaise de la famille des Pentatomidae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Chlorocrambe/Chlorocrambe :
Chlorocrambe est un genre de plantes à fleurs appartenant à la famille des Brassicaceae. Son aire de répartition naturelle est l'ouest de l'Amérique du Nord. Espèce : Chlorocrambe hastata (S.Watson) Rydb.
Chlorocrésol/Chlorocrésol :
Le chlorocrésol peut faire référence à l'un des deux composés chimiques suivants : 2-chloro-m-crésol p-chlorocrésol
Chlorocrisie/Chlorocrisie :
Chlorocrisia est un genre de papillon monotypique de la sous-famille des Arctiinae érigée par George Hampson en 1911. Sa seule espèce, Chlorocrisia irrorata, a été décrite pour la première fois par Walter Rothschild en 1910. On la trouve au Pérou.
Chlorocténis/Chlorocténis :
Chloroctenis est un genre de papillons de nuit de la famille des Geometridae.
Chlorocyathus/Chlorocyathus :
Chlorocyathus est un genre de plantes des Apocynaceae, décrit pour la première fois en 1887. Il est originaire d'Afrique australe. EspèceChlorocyathus lobulata (Venter & RLVerh.) Venter - District de Bathurst dans la province du Cap en Afrique du Sud Chlorocyathus monteiroae Oliv. - La baie de Maputo (anciennement la baie de Delagoa) dans le sud du Mozambique était auparavant incluse dans Raphionacme Chlorocyathus welwitschii (Schltr. & Rendle) Bullock, synonyme de Raphionacme welwitschii Schltr. & Rendre
Chlorocyphe/Chlorocyphe :
Chlorocypha est un genre de demoiselles de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha aphrodite/Chlorocypha aphrodite :
Chlorocypha aphrodite, nom commun Blue Jewel, est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. L'insecte habite les ruisseaux et les rivières de la forêt tropicale d'Afrique centrale autour du bassin nord du fleuve Congo, avec une aire de répartition confirmée dans le nord de la République démocratique du Congo, le République du Congo et parties adjacentes du Gabon, du Cameroun et de la République centrafricaine. L'UICN a évalué l'aphrodite de Chlorocypha comme "préoccupation mineure" sur sa Liste rouge des espèces menacées, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. La journalisation est une préoccupation. L'évaluation de l'UICN a été publiée en 2017.
Chlorocypha bambtoni/Chlorocypha bambtoni :
Chlorocypha bambtoni est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. Il est endémique de l'Angola. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières de montagne humides subtropicales ou tropicales.
Chlorocypha cancellata/Chlorocypha cancellata :
Chlorocypha cancellata est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve au Cameroun, en République du Congo, en République démocratique du Congo, en Guinée équatoriale, au Gabon, en Guinée, au Nigeria et en Ouganda. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières humides des basses terres subtropicales ou tropicales.
Chlorocypha centripunctata/Chlorocypha centripunctata :
Chlorocypha centripunctata est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha consueta/Chlorocypha consueta :
Chlorocypha consueta (bijou rubis) est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha curta/Chlorocypha curta :
Chlorocypha curta est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve au Burkina Faso, au Cameroun, en République centrafricaine, en Côte d'Ivoire, en Guinée équatoriale, au Ghana, en Guinée, au Kenya, au Libéria, au Nigeria, en Sierra Leone, au Soudan, au Togo et en Ouganda. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières humides des basses terres subtropicales ou tropicales.
Chlorocypha cyanifrons/Chlorocypha cyanifrons :
Chlorocypha cyanifrons est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha cyanifrons est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2018.
Chlorocypha dahli/Chlorocypha dahli :
Chlorocypha dahli est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha dispar/Chlorocypha dispar :
Chlorocypha dispar est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha dispar est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2018.
Chlorocypha fabamacula/Chlorocypha fabamacula :
Chlorocypha fabamacula est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha fabamacula est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2018.
Chlorocypha frigida/Chlorocypha frigida :
Chlorocypha frigida est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha frigida est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2017.
Chlorocypha ghesquierei/Chlorocypha ghesquierei :
Chlorocypha ghesquierei est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha glauca/Chlorocypha glauca :
Chlorocypha glauca est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha glauca est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2010.
Chlorocypha hasta/Chlorocypha hasta :
Chlorocypha hasta est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. Il est endémique de Tanzanie.
Chlorocypha helenae/Chlorocypha helenae :
Chlorocypha helenae est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha helenae est "NT", quasi menacé. L'espèce pourrait être considérée comme menacée dans un futur proche. Le statut UICN a été revu en 2018.
Chlorocypha hintzi/Chlorocypha hintzi :
Chlorocypha hintzi est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha jacksoni/Chlorocypha jacksoni :
Chlorocypha jacksoni est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve en République du Congo, en République démocratique du Congo et en Ouganda. Ses habitats naturels sont les forêts de plaine humides subtropicales ou tropicales, les forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales et les rivières. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorocypha luminosa/Chlorocypha luminosa :
Chlorocypha luminosa est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha luminosa est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2017.
Chlorocypha molindica/Chlorocypha molindica :
Chlorocypha molindica est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve au Burundi, en République du Congo, en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda. Ses habitats naturels sont les forêts de plaine humides subtropicales ou tropicales, les forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales et les rivières.
Chlorocypha neptunus/Chlorocypha neptunus :
Chlorocypha neptunus est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha neptunus est "VU", vulnérable. L'espèce fait face à un risque élevé de mise en danger à moyen terme. Le statut UICN a été revu en 2018.
Base de chlorocyphe/base de chlorocyphe :
Chlorocypha radix est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha radix est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2017.
Chlorocypha rubida/Chlorocypha rubida :
Chlorocypha rubida est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha rubida est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2017.
Chlorocypha rubriventris/Chlorocypha rubriventris :
Chlorocypha rubriventris est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae.
Chlorocypha schmidti/Chlorocypha schmidti :
Chlorocypha schmidti est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve en République du Congo, en République démocratique du Congo et en Tanzanie. Ses habitats naturels sont les forêts de plaine humides subtropicales ou tropicales, les forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales et les rivières. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorocypha selysi/Chlorocypha selysi :
Chlorocypha selysi est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha selysi est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2018.
Chlorocypha seydeli/Chlorocypha seydeli :
Chlorocypha seydeli est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha seydeli est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2017.
Chlorocypha tenuis/Chlorocypha tenuis :
Chlorocypha tenuis est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve au Burundi, en République du Congo, en République démocratique du Congo, au Kenya et en Ouganda. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières humides des basses terres subtropicales ou tropicales. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorocypha trifaria/Chlorocypha trifaria :
Chlorocypha trifaria est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve en République du Congo, en République démocratique du Congo, en Ouganda et peut-être au Soudan. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières humides des basses terres subtropicales ou tropicales. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorocypha victoriae/Chlorocypha victoriae :
Chlorocypha victoriae est une espèce de demoiselle de la famille des Chlorocyphidae. On le trouve en Angola, au Cameroun, en République centrafricaine, en République du Congo, en République démocratique du Congo, en Ouganda, en Zambie et peut-être en Guinée équatoriale. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières humides des basses terres subtropicales ou tropicales. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorocypha wittei/Chlorocypha wittei :
Chlorocypha wittei est une espèce de demoiselle bijou de la famille des Chlorocyphidae. Le statut de conservation UICN de Chlorocypha wittei est "LC", moins préoccupant, sans menace immédiate pour la survie de l'espèce. Le statut UICN a été revu en 2017.
Chlorocyphidae/Chlorocyphidae :
Les Chlorocyphidae sont une famille de demoiselles, communément appelées joyaux. Ce sont des espèces colorées originaires des tropiques de l'Ancien Monde, où elles se trouvent le long des cours d'eau forestiers. Ils sont les plus diversifiés en Asie du Sud-Est.
Chlorocystidacées/Chlorocystidacées :
Les Chlorocystidacées sont une famille d'algues vertes. C'est la seule famille de l'ordre des Chlorocystidales. La famille était autrefois placée dans l'ordre des Ulotrichales.
Chlorocystini/Chlorocystini :
Chlorocystini est une tribu de cigales de la famille des Cicadidae. Il existe au moins 20 genres et 170 espèces décrites dans Chlorocystini. Les membres de Chlorocystini se trouvent principalement en Asie du Sud-Est, en Australasie et dans le Pacifique occidental. Des genres isolés sont présents en Afrique, en Amérique du Sud, dans les îles Mascareignes et à Maurice.
Chlorocytus/Chlorocytus :
Chlorocytus est un genre de guêpes appartenant à la famille des Pteromalidae. Les espèces de ce genre se trouvent en Europe, en Amérique du Nord et en Afrique australe.
Chlorodéhydrométhylandrostènediol/Chlorodéhydrométhylandrostènediol :
Le chlorodéhydrométhylandrostènediol (CDMA), également connu sous le nom de 4-chloro-17α-méthylandrost-1,4-diène-3β,17β-diol, est un stéroïde anabolisant androgène synthétique, actif par voie orale (AAS) et un dérivé 17α-alkylé de 4- androstènediol qui n'a jamais été commercialisé. Il a été rencontré pour la première fois en 2005 lorsqu'il a été introduit en tant que "complément alimentaire" et prohormone putative sous le nom d'Halodrol-50 par le vétéran de l'industrie, Bruce Kneller, alors qu'il travaillait avec la société de compléments alimentaires Gaspari Nutrition. Le médicament a fait l'objet d'un article cinglant et très critique du Washington Post en novembre 2006. Le CDMA a été volontairement arrêté par Gaspari Nutrition à la mi-2006, craignant probablement des sanctions gouvernementales s'il continuait à vendre le produit. Pendant la brève période pendant laquelle CDMA a été vendu en ligne, c'était un produit extrêmement bien vendu; ses ventes totales sont estimées à plus de vingt-cinq millions de dollars, et selon certaines estimations, le CDMA pourrait avoir été le produit hormonal le plus vendu jamais vendu "en vente libre" (c'est-à-dire sans ordonnance) aux États-Unis Le .CDMA a continué à être vendu en ligne jusqu'à l'interdiction de la prohormone en 2014 sous forme de versions génériques appelées clones. Bien que le CDMA ait été vendu en tant que "prohormone" ou "prostéroïde" de la chlorodéhydrométhyltestostérone (CDMT), il est probable que la conversion soit loin d'être complète et qu'une grande partie de l'activité du médicament puisse être attribuable à sa forme inchangée. En raison de la présence d'un groupe chloro en position C4, le CDMA ne peut pas être aromatisé et, pour cette raison, ne présente aucun risque d'effets secondaires œstrogéniques tels que la gynécomastie à quelque dosage que ce soit. Il n'est pas largement métabolisé par la 5α-réductase et présente une activité anabolique relativement supérieure à l'activité androgène, mais est toujours capable de produire des effets secondaires androgènes comme la peau grasse, l'acné et une croissance accrue des poils du visage et du corps, ainsi que la virilisation chez les femmes. Comme avec d'autres AAS 17α-alkylés, le CDMA présente un risque d'hépatotoxicité. Le CDMA est étroitement lié au chlorométhylandrostènediol (CMA; Promagnon), qui a également été développé par le vétéran de l'industrie Bruce Kneller et a également été brièvement vendu sur Internet en 2005 et 2006, bien que par une autre société (Peak Performance Laboratories). Les deux composés sont dérivés du CDMT (nom de marque Oral Turinabol), un AAS populaire qui a été introduit dans les années 1960.
Chlorodéhydrométhyltestostérone/Chlorodéhydrométhyltestostérone :
La chlorodéhydrométhyltestostérone (CDMT ; nom de marque Oral Turinabol), également connue sous le nom de 4-chloro-17β-hydroxy17α-méthylandrosta-1,4-dien-3-one, est un stéroïde anabolisant androgène (AAS). C'est le dérivé 4-chloro-substitué de la métandiénone (déhydrométhyltestostérone).
Chlorodendracées/Chlorodendracées :
Les Chlorodendraceae sont une famille d'algues vertes de l'ordre des Chlorodendrales.
Chlorodendrales/Chlorodendrales :
Les chlorodendrales sont un ordre d' eucaryotes unicellulaires verts , flagellés , thécates , au sein de la classe des algues vertes Chlorodendrophyceae . Les prasinophycées sont définies par leurs écailles cellulaires composées de glucides, et les chlorodendrales sont uniques au sein de ce groupe en raison de ces écailles formant une paroi thécale fusionnée. Les cellules de Chlorodendrales sont complètement recouvertes d'écailles, qui fusionnent autour du corps cellulaire produisant la thèque, mais restent séparées individuellement sur les flagelles, dont il y en a généralement quatre par cellule. Les espèces de Chlorodendrales vivent dans des habitats marins et d'eau douce, occupant à la fois des réseaux trophiques benthiques et planctoniques. De plus, ce sont des photoautotrophes, ce qui signifie qu'ils produisent leur propre nourriture grâce à la conversion de la lumière du soleil en énergie chimique.
Chlorodes/Chlorodes :
Chlorodes est un genre de papillon monotypique de la famille des Geometridae érigé par Achille Guenée en 1857. Sa seule espèce, Chlorodes boisduvalaria, ou émeraude de Boisduval, décrite pour la première fois par Élie Jean François Le Guillou en 1841, est connue d'Australie, notamment de Tasmanie.
Chlorodesme/Chlorodesme :
Chlorodesmis est un genre d'algues vertes de la famille des Udoteaceae. Les algues de ce genre produisent le diterpène toxique chlorodesmine pour se défendre contre les herbivores généralistes. Cette toxine tue également certains coraux qui touchent l'algue. Certains poissons comme le gobie de corail vert qui vit dans les coraux mangent l'algue pour augmenter leur propre toxicité. D'autres poissons coralliens comme Paragobiodon echinocephalus taillent activement l'algue même s'ils ne la mangent pas.
Chlorodesmis fastigiata/Chlorodesmis fastigiata :
Chlorodesmis fastigiata est une espèce d'algues appartenant à la famille des Udoteaceae. L'espèce se trouve dans l'océan Indien et l'océan Pacifique.
Chlorodiazépam/Chlorodiazépam :
Le chlorodiazépam peut désigner : le diclazépam ou le 2'-chlorodiazépam, un médicament de synthèse benzodiazépine aux effets sédatifs et anxiolytiques typiques Ro5-4864, ou le 4'-chlorodiazépam, un dérivé atypique de la benzodiazépine aux effets sédatifs mais aussi convulsivants et anxiogènes
Chlorodielle/Chlorodielle :
Chlorodiella est un genre de crabes de la famille des Xanthidae, contenant les espèces suivantes : Chlorodiella barbata (Borradaile, 1900) Chlorodiella corallicola Miyake & Takeda, 1968 Chlorodiella crispipleopa Dai, Yang, Song & Chen, 1986 Chlorodiella cytherea (Dana, 1852) Chlorodiella davaoensis Ward, 1941 Chlorodiella laevissima (Dana, 1852) Chlorodiella longimana (H. Milne-Edwards, 1834) Chlorodiella nigra (Forskål, 1775) Chlorodiella ohshimai Miyake & Takeda, 1967 Chlorodiella quadrilobata Dai, Cai & Yang, 1996 Chlorodiella spinimera Dai, Cai & Yang, 1996 Chlorodiella xishaensis Chen et Lan, 1978
Chlorodifluorométhane/Chlorodifluorométhane :
Le chlorodifluorométhane ou difluoromonochlorométhane est un hydrochlorofluorocarbure (HCFC). Ce gaz incolore est mieux connu sous le nom de HCFC-22, ou R-22, ou CHClF2. Il était couramment utilisé comme propulseur et réfrigérant. Ces applications ont été supprimées en vertu du Protocole de Montréal dans les pays développés en 2020 en raison du potentiel d'appauvrissement de la couche d'ozone (ODP) et du potentiel de réchauffement global (GWP) élevé du composé, et dans les pays en développement, ce processus sera achevé d'ici 2030. Le R-22 est un intermédiaire polyvalent dans la chimie industrielle des organofluorés, par exemple comme précurseur du tétrafluoroéthylène.
Chlorodihydrocodide/Chlorodihydrocodide :
Le chlorodihydrocodide est un opioïde.
Chlorodiisopropylphosphine/Chlorodiisopropylphosphine :
La chlorodiisopropylphosphine est un composé organophosphoré de formule [(CH3)2CH]2PCl. C'est un liquide incolore qui réagit avec l'eau et l'oxygène. Le composé est utilisé pour préparer des phosphines tertiaires et des ligands phosphinites.
Chlorodilome/Chlorodilome :
Le chlorodilome est un genre d'escargots de mer, des mollusques gastéropodes marins de la famille des Trochidae, les escargots supérieurs.
Chlorodilomes adélaidés/Chlorodilome adélaidés :
Chlorodiloma adelaidae est une espèce d'escargot de mer, un mollusque gastéropode marin de la famille des Trochidae, les escargots supérieurs.
Chlorodilome crinite/Chlorodilome crinite :
Chlorodiloma crinita est une espèce d'escargot de mer, un mollusque gastéropode marin de la famille des Trochidae, les meilleurs escargots.
Chlorodiloma millelineata/Chlorodiloma millelineata :
Chlorodiloma millelineata est une espèce d'escargot de mer, un mollusque gastéropode marin de la famille des Trochidae, les meilleurs escargots.
Chlorodilome odontis/Chlorodilome odontis :
Chlorodiloma odontis, nom commun de la coquille supérieure à carreaux, est une espèce d'escargot de mer, un mollusque gastéropode marin de la famille des Trochidae, les escargots supérieurs.
Chlorodiméthylsilane/Chlorodiméthylsilane :
Le chlorodiméthylsilane, également appelé diméthylchlorosilane et abrégé DMCS, est un composé chimique de formule (CH3)2SiHCl. C'est un silane, avec un atome de silicium lié à deux groupes méthyle, un atome de chlore et un atome d'hydrogène. Sa structure, y compris les longueurs de liaison et les angles de liaison, a été déterminée à l'aide de la spectroscopie micro-onde à transformée de Fourier.
Chlorodiphénylphosphine/Chlorodiphénylphosphine :
La chlorodiphénylphosphine est un composé organophosphoré de formule (C6H5)2PCl, abrégé Ph2PCl. C'est un liquide huileux incolore avec une odeur piquante qui est souvent décrite comme ressemblant à de l'ail et détectable même dans la gamme des ppb. C'est un réactif utile pour introduire le groupe Ph2P dans des molécules, qui comprend de nombreux ligands. Comme les autres halophosphines, Ph2PCl est réactif avec de nombreux nucléophiles tels que l'eau et facilement oxydé même par l'air.
Chlorodontopera/Chlorodontopera :
Chlorodontopera est un genre de papillon monotypique de la famille des Geometridae décrit par Warren en 1893. Sa seule espèce, Chlorodontopera chalybeata, décrite par Frederic Moore en 1872, se trouve dans le nord-est de l'Himalaya, le nord du Vietnam, le Myanmar, Bornéo et Sumatra.
Chlorodrépana/Chlorodrépana :
Chlorodrepana est un genre de papillons de la famille des Geometridae.
Chlorodrépanis/Chlorodrépanis :
Chlorodrepanis est un genre de miel hawaïen de la sous-famille des Carduelinae de la famille des Fringillidae. Les oiseaux sont endémiques à Hawaï.
Chlorodyne/Chlorodyne :
Chlorodyne était l'un des médicaments brevetés les plus connus vendus dans les îles britanniques. Il a été inventé au 19e siècle par un certain Dr John Collis Browne, un médecin de l'armée indienne britannique ; son objectif initial était le traitement du choléra. Browne a vendu sa formule au pharmacien John Thistlewood Davenport, qui l'a largement annoncée, comme traitement du choléra, de la diarrhée, de l'insomnie, de la névralgie, des migraines, etc. Comme ses principaux ingrédients étaient un mélange de laudanum (une solution alcoolique d'opium), de teinture de cannabis et de chloroforme, il a facilement répondu à ses prétentions de soulager la douleur, comme sédatif et pour le traitement de la diarrhée.
Chlorodynerus/Chlorodynerus :
Chlorodynerus est un genre ancien de guêpes potières. Les espèces suivantes sont incluses dans ce genre : Chlorodynerus araxanus (Blüthgen, 1956) Chlorodynerus arenicola (Kostylev, 1935) Chlorodynerus biskrensis (Blüthgen, 1954) Chlorodynerus castrorum (Blüthgen, 1954) Chlorodynerus chloroticus (Spinola, 1838) Chlorodynerus deesanus (Cameron, 1907 ) Chlorodynerus diglaensis (Blüthgen, 1954) Chlorodynerus flavoferrugineus Giordani Soika, 1970 Chlorodynerus geometryus (Giordani Soika, 1940) Chlorodynerus guichardi Giordani Soika, 1974 Chlorodynerus gratus (Kostylev, 1940) Chlorodynerus horni (Giordani Soika, 1935) Chlorodynerus infrenis Giordani Soika, 1970 Chlorodynerus intricatus Giordani Soika, 1957 Chlorodynerus kelidopterus (Kohl, 1906) Chlorodynerus lamaosensis (Schulthess, 1934) Chlorodynerus lamellipes (Giordani Soika, 1940) Chlorodynerus loeffleri Giordani Soika, 1957 Chlorodynerus mackenseni (Dusmet, 1917) Chlorodynerus maidli ( Giordani Soika, 1934) Chlorodynerus mochii Giordani Soika, 1957 C hlorodynerus sanctus (Blüthgen, 1954) Chlorodynerus schulthessianus (Kostylev, 1936) Chlorodynerus somalus Giordani Soika, 1957 Chlorodynerus xanthus (Cameron, 1907) Chlorodynerus ypsilon (Kostylev, 1929)
Chloroérémomycine/Chloroérémomycine :
La chloroeremomycine est un membre de la famille des glycopeptides d'antibiotiques, comme la vancomycine. La molécule est un polypeptide non ribosomal qui a été glycosylé. Il est composé de sept acides aminés et de trois unités saccharidiques. Bien que la chloroeremomycine n'ait jamais été en phase clinique, l'oritavancine, un dérivé semi-synthétique de la chloroeremomycine, a été étudiée. La chloroérémomycine est un type d'antibiotique glycopeptidique et agit en bloquant la construction d'une paroi cellulaire. La chloroérémomycine est naturellement produite par Amycolatopsis orientalis.
Chloroéthane/Chloroéthane :
Le chloroéthane, communément appelé chlorure d'éthyle, est un composé chimique de formule chimique CH3CH2Cl, autrefois largement utilisé dans la production de plomb tétraéthyle, un additif pour l'essence. C'est un gaz ou un liquide réfrigéré incolore et inflammable avec une odeur légèrement sucrée.
Chloroformiate de chloroéthyle/Chloroformiate de chloroéthyle :
Les chloroformiates de chloroéthyle (formule chimique : C3H4Cl2O2) sont une paire de composés chimiques apparentés. Ils peuvent être utilisés pour former des groupes protecteurs et comme agents de N-désalkylation. Ils sont répertoriés comme substances extrêmement dangereuses.
Chloroéthylclonidine/Chloroéthylclonidine :
La chloroéthylclonidine est un agoniste irréversible des récepteurs adrénergiques, en particulier des sous-types alpha1B, D, C et alpha2A/D.
Chloroéthylnorapomorphine/Chloroéthylnorapomorphine :
La chloroéthylnorapomorphine est un produit chimique autrefois considéré comme un antagoniste irréversible des récepteurs de la dopamine D2; cependant, il s'est avéré plus tard qu'il était réversible.
Chloroéthynylnorgestrel/Chloroéthynylnorgestrel :
Le chloroéthynylnorgestrel (nom de code de développement WY-4355) est un progestatif stéroïdien du groupe 19-nortestostérone lié au norgestrel qui a été étudié comme contraceptif oral dans les années 1970 mais n'a jamais été commercialisé. certains autres progestatifs, y compris la progestérone et plusieurs autres dérivés de la 17α-hydroxyprogestérone), le chloroéthynylnorgestrel s'est avéré produire des tumeurs mammaires frappantes chez les chiens beagle après administration à des doses très élevées (10 à 25 fois les doses cliniques humaines) pendant des périodes prolongées. Cela a entraîné l'arrêt de son développement, ainsi que celui de l'éthynérone et de l'acétate d'anagestone, ainsi que le retrait de plusieurs progestatifs, dont l'acétate de chlormadinone, l'acétate de médroxyprogestérone et l'acétate de mégestrol, de divers marchés comme contraceptifs (bien que l'acétate de médroxyprogestérone ait depuis été réintroduit). Des recherches ultérieures ont révélé que le risque dépend de l'espèce et est unique aux chiens et qu'il n'y a pas de risque similaire pour les humains.
Chlorofilum/Chlorofilum :
Chlorofilum est un genre d'algues vertes de la famille des Chaetophoraceae.
Chloroflexales/Chloroflexales :
Chloroflexales est un ordre de bactéries de la classe Chloroflexia.
Chloroflexi/Chloroflexi :
Chloroflexi est un nom de taxon temporaire pour : Chloroflexi (embranchement), maintenant nommé Chloroflexota Chloroflexi (classe), maintenant nommé Chloroflexia
Motif ARN_chloroflexi-1/Motif ARN chloroflexi-1 :
Le motif d'ARN Chloroflexi-1 est une structure d'ARN conservée détectée par bioinformatique au sein de l'espèce Chloroflexus aggregans. C. aggregans a trois ARN prédits de Chloroflexi-1, qui sont situés à proximité les uns des autres. Cette disposition pourrait suggérer un élément répétitif. C. aggregans est classé comme appartenant au phylum bactérien Chloroflexota (anciennement Chloroflexi).
Chloroflexie/Chloroflexie :
Les Chloroflexia sont une classe de bactéries du phylum Chloroflexota, connues sous le nom de bactéries vertes filamenteuses non soufrées. Ils utilisent la lumière comme source d'énergie et portent le nom de leur pigment vert, généralement présent dans les corps photosynthétiques appelés chlorosomes. La chloroflexie est généralement filamenteuse et peut se déplacer par glissement bactérien. Ils sont aérobies facultatifs, mais ne produisent pas d'oxygène lors du processus de production d'énergie à partir de la lumière ou de phototrophie. De plus, les Chloroflexia ont une méthode de phototrophie (photohétérotrophie) différente de celle des vraies bactéries photosynthétiques.
Chloroflexota/Chloroflexota :
Les Chloroflexota sont un phylum de bactéries contenant des isolats avec une diversité de phénotypes, y compris des membres qui sont des thermophiles aérobies, qui utilisent l'oxygène et se développent bien à des températures élevées ; les phototrophes anoxygéniques, qui utilisent la lumière pour la photosynthèse (bactéries vertes non soufrées) ; et les halorespirers anaérobies, qui utilisent des composés organiques halogénés (tels que les éthènes chlorés toxiques et les biphényles polychlorés) comme accepteurs d'électrons. Les membres du phylum Chloroflexota sont des monodermes (c'est-à-dire qu'ils ont une membrane cellulaire sans membrane externe), mais ils se colorent principalement en Gram négatif. De nombreux phylums de bactéries bien étudiés sont des didermes et colorent les Gram-négatifs, tandis que les monodermes bien connus qui colorent les Gram-positifs comprennent les Firmicutes (ou Bacillota) (gram-positifs à faible teneur en G+C), les Actinomycetota (gram-positifs à G+C élevé). positifs) et Deinococcota (didermes gram-positifs avec peptidoglycane épais).
Motif ARN_chloroflexus-1/Motif ARN chloroflexus-1 :
Le motif d'ARN Chloroflexus-1 est une structure d'ARN conservée qui a été découverte par la bioinformatique. Les motifs Chloroflexus-1 se trouvent dans le genre Chloroflexus, sous le phylum Chloroflexota. Les ARN de Chloroflexus-1 fonctionnent probablement en trans comme des ARNs. La structure secondaire de l'acide nucléique du motif se compose de plusieurs petites épingles à cheveux. Bien que les tailles des tiges et des boucles terminales de ces épingles à cheveux soient assez cohérentes, les séquences nucléotidiques dans les épingles à cheveux sont différentes, ce qui suggère que les épingles à cheveux ne sont pas répétitives.
Agrégans de chloroflexus/Agrégans de chloroflexus :
Chloroflexus aggregans est une bactérie thermophile, filamenteuse et phototrophe qui forme des agrégats cellulaires denses. Sa souche type est la souche MD-66 (= DSM 9485).
Chloroflexus aurantiacus/Chloroflexus aurantiacus :
Chloroflexus aurantiacus est une bactérie photosynthétique isolée des sources chaudes, appartenant aux bactéries vertes non soufrées. Cet organisme est thermophile et peut se développer à des températures de 35 ° C à 70 ° C (94,998 à 158 ° F). Chloroflexus aurantiacus peut survivre dans l'obscurité si l'oxygène est disponible. Lorsqu'il est cultivé dans l'obscurité, Chloroflexus aurantiacus a une couleur orange foncé. Lorsqu'il est cultivé au soleil, il est vert foncé. Les bactéries individuelles ont tendance à former des colonies filamenteuses enfermées dans des gaines, appelées trichomes.
Chloroflexus islandicus/Chloroflexus islandicus :
Chloroflexus islandicus est une bactérie photosynthétique isolée du geyser de Strokkur en Islande. Cet organisme est thermophile et affiche une croissance optimale à 55 °C (131 °F) avec une plage de pH de 7,5 à 7,7. C. islandicus se développe mieux de manière photohétérotrophe dans des conditions anaérobies avec de la lumière, mais est capable de croissance chimiohétérotrophe dans des conditions aérobies dans l'obscurité. C. islandicus a une couleur vert jaunâtre. Les cellules individuelles forment des filaments multicellulaires non ramifiés d'environ 0,6 µm de diamètre et de 4 à 7 µm de longueur.
Chlorofluorocarbure/Chlorofluorocarbure :
Les chlorofluorocarbures (CFC) et les hydrochlorofluorocarbures (HCFC) sont des hydrocarbures totalement ou partiellement halogénés qui contiennent du carbone (C), de l'hydrogène (H), du chlore (Cl) et du fluor (F), produits sous forme de dérivés volatils du méthane, de l'éthane et du propane. Ils sont également connus sous le nom de marque DuPont Freon. Le représentant le plus courant est le dichlorodifluorométhane (R-12 ou Fréon-12). De nombreux CFC ont été largement utilisés comme réfrigérants, propulseurs (dans les applications d'aérosols) et solvants. Étant donné que les CFC contribuent à l'appauvrissement de la couche d'ozone dans la haute atmosphère, la fabrication de ces composés a été progressivement supprimée dans le cadre du Protocole de Montréal et ils sont remplacés par d'autres produits tels que les hydrofluorocarbures (HFC), notamment le R-410A et le R-134a.
Chlorofluorométhane/Chlorofluorométhane :
Le chlorofluorométhane ou fréon 31 est l'hydrochlorofluorocarbure (HCFC) de formule CH2ClF. C'est un gaz incolore, inodore et inflammable.
Chloroforme/Chloroforme :
Le chloroforme, ou trichlorométhane, est un composé organique de formule CHCl3. Il s'agit d'un liquide incolore, à forte odeur et dense qui est produit à grande échelle comme précurseur du PTFE. C'est également un précurseur de divers réfrigérants. C'est l'un des quatre chlorométhanes et un trihalométhane. C'est un anesthésique puissant, euphorisant, anxiolytique et sédatif lorsqu'il est inhalé ou ingéré.
Chloroforme (data_page)/Chloroforme (page de données) :
Cette page fournit des données chimiques supplémentaires sur le chloroforme.
Chloroforme (homonymie)/Chloroforme (homonymie) :
Le chloroforme est un composé chimique de formule moléculaire CHCl3. Chloroforme peut également faire référence à : "Chloroform" (chanson), une chanson de Phoenix "Chloroform", une chanson de Crystal Castles d'Amnesty (I) "Chloroform", une chanson de SycAmour
Chloroforme (chant)/Chloroforme (chant) :
"Chloroform" est une chanson écrite et interprétée par Phoenix, publiée comme le premier single promotionnel du cinquième album studio du groupe Bankrupt!. Le remix officiel de la chanson présente le groupe de noise pop Sleigh Bells. Le 30 avril 2013, le groupe a interprété la chanson sur Late Show avec David Letterman lors de la diffusion Web Live on Letterman qui présentait également des performances de plusieurs de leurs autres chansons.
Comité chloroforme/Comité chloroforme :
Le comité du chloroforme a été mandaté par la Royal Medical and Chirurgical Society (maintenant connue sous le nom de Royal Society of Medicine) en 1864 pour enquêter sur l'utilisation du chloroforme. Le comité a recommandé l'utilisation du chloroforme la même année (bien que l'éther soit plus sûr pour les patients). C'était le premier de ces comités (voir l'encadré au bas de cette page) et a conclu que le chloroforme déprime l'action du cœur et tue fréquemment. L'un des membres, Joseph Clover, pendant son temps au sein du comité a développé un appareil pour utiliser le chloroforme appelé le sac Clover.
Chloroformiate/Chloroformiate :
Les chloroformiates sont une classe de composés organiques de formule ROC(O)Cl. Ce sont formellement des esters d'acide chloroformique. La plupart sont des liquides volatils incolores qui se dégradent dans l'air humide. Un exemple simple est le chloroformiate de méthyle, qui est disponible dans le commerce. Les chloroformiates sont utilisés comme réactifs en chimie organique. Par exemple, le chloroformiate de benzyle est utilisé pour introduire le groupe protecteur Cbz (carboxybenzyle) et le chlorure de fluorénylméthyloxycarbonyle est utilisé pour introduire le groupe protecteur FMOC. Les chloroformiates sont populaires dans le domaine de la chromatographie en tant qu'agents de dérivation. Ils convertissent les composés polaires en dérivés moins polaires plus volatils. De cette manière, les chloroformiates permettent une transformation relativement simple d'un large éventail de métabolites (acides aminés, amines, acides carboxyliques, phénols) pour l'analyse par chromatographie en phase gazeuse/spectrométrie de masse.
Acide chloroformique/Acide chloroformique :
L'acide chloroformique est un composé chimique instable de formule ClCO2H. C'est le dérivé unique d'halogénure d'acyle de l'acide carbonique (le phosgène est le dérivé double d'halogénure d'acyle). L'acide chloroformique est également structurellement lié à l'acide formique, qui a un hydrogène au lieu du chlore. Malgré son nom similaire, il est très différent du chloroforme. L'acide chloroformique lui-même est trop instable pour être manipulé pour des réactions chimiques. Cependant, de nombreux esters de cet acide carboxylique sont stables et ces chloroformiates sont des réactifs importants en chimie organique. Ils sont utilisés pour préparer des anhydrides d'acides carboxyliques mixtes utilisés dans la synthèse de peptides. Comme d'autres halocarbures apparentés, il s'agit d'un agent alkylant potentiellement dangereux.
Chlorogalum/Chlorogalum :
Les noms communs de savon, de savon et d'amole font référence au genre Chlorogalum. Ils sont originaires de l'ouest de l'Amérique du Nord, avec quelques espèces dans l'Oregon, mais on les trouve principalement en Californie. Les noms communs du genre et de plusieurs espèces dérivent de leur utilisation comme savon. Les savonniers sont des plantes vivaces, aux bulbes plus ou moins allongés selon les espèces. Les bulbes peuvent être blancs ou bruns et, chez la plupart des espèces, ont un pelage fibreux. Les fleurs sont portées sur une longue tige centrale et semblent avoir six pétales séparés (tous ne sont pas des pétales au sens technique). Il y a six étamines, qui sont proéminentes chez la plupart des espèces.
Chlorogalum angustifolium/Chlorogalum angustifolium :
Chlorogalum angustifolium est une espèce de plante à fleurs, connue sous le nom commun de plante savonneuse à feuilles étroites.
Chlorogalum grandiflorum/Chlorogalum grandiflorum :
Chlorogalum grandiflorum est une espèce de plante à fleurs connue sous le nom commun de plante à savon Red Hills. Il est endémique des contreforts de la Sierra Nevada, tels que les Red Hills (comté de Tuolumne), en Californie, où il pousse dans le chaparral, les bois et la forêt.
Chlorogalum pomeridianum/Chlorogalum pomeridianum :
Chlorogalum pomeridianum, la plante à savon à feuilles ondulées, California soaproot ou Amole, est la plus commune et la plus largement distribuée des plantes à savon, soaproots ou amoles, qui composent le genre Chlorogalum de plantes à fleurs. Elle est parfois connue sous le nom de « pomme de terre sauvage », mais étant donné le manque de ressemblance ou de relation de la plante avec la pomme de terre, ce nom n'est pas recommandé. On le trouve dans la majeure partie de la Californie, des côtes aux contreforts occidentaux de la Sierra Nevada et dans les montagnes Klamath dans le sud-ouest de l'Oregon, mais pas dans les régions désertiques des deux États. La plante de savon à feuilles ondulées pousse sur les falaises rocheuses, les prairies, le chaparral et les forêts ouvertes.
Chlorogaster/Chlorogaster :
Chlorogaster (littéralement estomac vert) est un genre de champignons appartenant à la famille des Sclerodermataceae, mais cela n'a pas été confirmé moléculairement. Genre monotypique, il contient la seule espèce mycorhizienne Chlorogaster dipterocarpi.
Chlorogastropsis/Chlorogastropsis :
Chlorogastropsis est un genre de mouches à poils de la famille des Tachinidae.
Chlorogénate hydrolase/Chlorogénate hydrolase :
En enzymologie, une chlorogénate hydrolase (EC 3.1.1.42) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique chlorogénate + H2O ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} caféate + quinateAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont le chlorogénate et H2O, alors que ses deux produits sont caféate et quinate. Cette enzyme appartient à la famille des hydrolases, plus précisément celles agissant sur les liaisons esters carboxyliques. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est la chlorogénate hydrolase. D'autres noms couramment utilisés incluent la chlorogénase et l'estérase de l'acide chlorogénique.
Chlorogénate%E2%80%94glucarate O-hydroxycinnamoyltransférase/Chlorogénate—glucarate O-hydroxycinnamoyltransférase :
En enzymologie, une chlorogénate-glucarate O-hydroxycinnamoyltransférase (EC 2.3.1.98) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique chlorogénate + glucarate ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} quinate + 2-O-caffeoylglucarateAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont chlorogénate et le glucarate, alors que ses deux produits sont le quinate et le 2-O-caféoylglucarate. Cette enzyme appartient à la famille des transférases, en particulier les acyltransférases transférant des groupes autres que les groupes aminoacyle. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est chlorogénate:glucarate O-(hydroxycinnamoyl)transférase. D'autres noms couramment utilisés incluent chlorogénate: glucarate caféoyltransférase, acide chlorogénique: acide glucarique O-caféoyltransférase et chlorogénate: glucarate caféoyltransférase.
Chlorogénie/Chlorogénie :
Chlorogenia est un genre de papillons de la sous-famille des Arctiinae. Le genre a été érigé par Edward Meyrick en 1889.
Chlorogenia cholerota/Chlorogenia cholerota :
Chlorogenia cholerota est un papillon de nuit de la sous-famille des Arctiinae décrit pour la première fois par Edward Meyrick en 1889. On le trouve en Nouvelle-Guinée.
Chlorogenia pallidimaculata/Chlorogenia pallidimaculata :
Chlorogenia pallidimaculata est un papillon nocturne de la sous-famille des Arctiinae. On le trouve en Nouvelle-Guinée.
Acide chlorogénique/Acide chlorogénique :
L'acide chlorogénique (CGA) est l'ester de l'acide caféique et de l'acide (-)-quinique, fonctionnant comme intermédiaire dans la biosynthèse de la lignine. Le terme "acides chlorogéniques" fait référence à une famille d'esters de polyphénols apparentés, comprenant les acides hydroxycinnamiques (acide caféique, acide férulique et acide p-coumarique) avec l'acide quinique. Malgré le "chloro" du nom, les acides chlorogéniques ne contiennent pas de chlore. Au lieu de cela, le nom vient du grec χλωρός (khloros, vert clair) et -γένος (ghenos, un suffixe signifiant « donnant lieu à »), se rapportant à la couleur verte produite lorsque les acides chlorogéniques sont oxydés.
Chlorogloée/Chloroglée :
Chlorogloea est un genre de cyanobactéries appartenant à la famille des Entophysalidaceae.Le genre a une distribution cosmopolite.Espèce : Chlorogloea conferta Chlorogloea microcystoides Geitler Chlorogloea purpurea Geitler, 1928 Chlorogloea tuberculosa (Hansgirg) Wille, 1902
Chlorogloeopsis/Chlorogleopsis :
Chlorogloeopsis est un genre de cyanobactéries, et est le seul genre de la famille des Chlorogloeopsidaceae.
Chloroglyphique/Chloroglyphique :
Chloroglyphica est un genre de papillons de nuit de la famille des Geometridae.
Chlorognesie/Chlorognesie :
Chlorognesia est un genre de papillons nocturnes de la famille des Noctuidae.
Chlorogomphidae/Chlorogomphidae :
Les Chlorogomphidae sont une famille d'Odonata (libellules) du sous-ordre des Anisoptera.
Chlorogomphus/Chlorogomphus :
Chlorogomphus est un genre de libellule de la famille des Chlorogomphidae. Le genre contient les espèces suivantes :
Chlorogomphus campioni/Chlorogomphus campioni :
Chlorogomphus campioni, le faucon des montagnes Nilgiri, est une espèce de libellule de la famille des Chlorogomphidae. Il n'est connu que des Ghâts occidentaux de l'Inde. La distribution de l'espèce est limitée à South Canara et Kodagu au Karnataka, Malabar au Kerala et le Nilgris au Tamil Nadu.
Chlorogomphus iriomotensis/Chlorogomphus iriomotensis :
Chlorogomphus iriomotensis est une espèce de libellule de la famille des Chlorogomphidae. Elle est endémique au Japon.
Chlorogomphus xanthoptera/Chlorogomphus xanthoptera :
Chlorogomphus xanthoptera est une espèce de libellule de la famille des Chlorogomphidae. Il n'est connu que des Ghâts occidentaux de l'Inde, au sud de Palakkad Gap, y compris Anamalai Hills, Tirunelveli Hills, Munnar et au sud de Travancore.
Chlorogonium/Chlorogonium :
Chlorogonium est un genre d'algues vertes de la famille des Haematococcaceae. Cette algue a une relation mutualiste notable avec le crapaud d'Amérique, permettant aux têtards de se développer plus rapidement lorsqu'ils sont recouverts de Chlorogonium.
Chlorogonium elegans/Chlorogonium elegans :
Chlorogonium elegans est une espèce d'algues vertes d'eau douce de la famille des Haematococcaceae.
Chlorographène/Chlorographène :
Pour les composés inorganiques du carbone, le chlorographène est un graphène entièrement chloré avec la formule chimique de (CCl)n. Lors de la réaction avec le chlore, la structure du réseau planaire sp2 du graphène est transformée en structure bouclée hybridée sp3, cette structure est similaire au graphène hydrogéné (graphane) et au graphène fluoré (fluorographène).
Chlorograpta/Chlorograpta :
Chlorograpta est un genre de papillon monotypique de la famille des Erebidae érigé par George Hampson en 1926. Sa seule espèce, Chlorograpta variegata, a été décrite pour la première fois par Francis Walker en 1866. On le trouve en Sierra Leone.
Chloroharpax/Chloroharpax :
Chloroharpax est un genre de mante religieuse de la famille des Hymenopodidae. Le genre est monotypique, étant représenté par une seule espèce, Chloroharpax modesta, communément appelée la mante fleur nigériane, et se trouve dans toute l'Afrique de l'Ouest.
Chlorohippotes/Chlorohippotes :
Chlorohippotes est un genre d'algues vertes, de la famille des Chlorococcaceae.
Chlorohydroxyphénylglycine/Chlorohydroxyphénylglycine :
La 2-chloro-5-hydroxyphénylglycine ou CHPG est un agoniste des récepteurs métabotropiques du glutamate, spécifique du mGluR5. Elle est capable de potentialiser directement la dépolarisation des neurones CA1 de l'hippocampe induite par l'administration de NMDA.
Chloroiodométhane/Chloroiodométhane :
Le chloroiodométhane est l'halométhane de formule CH2ClI. C'est un liquide incolore utilisé en synthèse organique. Avec d'autres iodométhanes, le chloroiodométhane est produit par certains micro-organismes.
Chlorokybus/Chlorokybus :
Chlorokybus est un genre multicellulaire (sarcinoïde) d'algue verte basale ou charophyte, une algue du sol. Il a été classé comme le seul membre de la famille des Chlorokybaceae, qui est le seul membre de l'ordre des Chlorokybales, à son tour le seul membre de la classe des Chlorokybophyceae.
Chlorolepiota/Chlorolepiota :
Chlorolepiota est un genre de champignons de la famille des Agaricaceae. Il se caractérise par des champignons à port macrolépiotoïde, une empreinte de spores pruineuses jaune-verdâtre et l'absence de connexions de serrage dans les hyphes. Le genre a été circonscrit en 1979, avec C. mahabaleshwarensis comme type et seule espèce. C. indica a été décrite en 2013 et C. brunneotincta en 2014. Toutes les espèces se trouvent en Inde. Le nom générique Chlorolepiota est un portemanteau de Chlorophyllum et Macrolepiota, deux genres étroitement apparentés.
Chlorolestes/Chlorolestes :
Chlorolestes est un genre de demoiselles de la famille des Synlestidae. Ils sont communément appelés Malachites. Le genre est endémique d'Afrique australe ; de plus, l'aire de répartition d'une seule espèce, Chlorolestes elegans, s'étend plus au nord que le nord-est de l'Afrique du Sud. , 1956 - Drakensberg Malachite Chlorolestes elegans Pinhey, 1950 - Elégante Malachite Chlorolestes fasciatus Burmeister, 1839 - Montagne Malachite Chlorolestes tessellatus Burmeister, 1839 - Forêt Malachite Chlorolestes umbratus Selys, 1862 - Blanche Malachite
Chlorolestes apricans/Chlorolestes apricans :
Chlorolestes apricans est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae.
Chlorolestes conspicuus/Chlorolestes conspicuus :
Chlorolestes conspicuus, la malachite remarquable est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae. Il est endémique du sud-ouest de l'Afrique du Sud. Cette espèce se trouve dans les rivières et les ruisseaux des vallées ouvertes et boisées.Bien que son aire de répartition soit restreinte, cette espèce commune localement n'est pas menacée à l'heure actuelle.La plus grande espèce de son genre, elle mesure 59–65 mm de long avec une envergure de 64 –72 millimètres. Les mâles et les femelles sont similaires; le thorax et l'abdomen sont vert métallique vieillissant au brun cuivré. Le thorax a des bandes antéhumérales jaunes ou bronze. Les deux sexes se distinguent des autres malachites par leurs ptérostigmas longs (> 2,5 mm) de couleur uniforme et leur nervation alaire.
Chlorolestes draconicus/Chlorolestes draconicus :
Chlorolestes draconicus, la malachite du Drakensberg, est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae.
Chlorolestes elegans/Chlorolestes elegans :
Chlorolestes elegans est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae. On le trouve au Botswana, au Malawi, au Mozambique, en Afrique du Sud et au Zimbabwe. Ses habitats naturels sont les forêts et les rivières de montagne humides subtropicales ou tropicales. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chlorolestes fasciatus/Chlorolestes fasciatus :
Chlorolestes fasciatus, la malachite de montagne ou sylphe de montagne est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae. On le trouve au Lesotho, en Afrique du Sud et en Eswatini. Son habitat naturel est constitué de ruisseaux de montagne. Il mesure 39–54 mm de long avec une envergure de 49–64 mm. Les mâles et les femelles sont similaires; le thorax et l'abdomen sont vert métallique vieillissant au brun cuivré. Le thorax a des bandes antéhumérales jaunes contrastées; ceux-ci sont plus étroits que ceux de la Malachite forestière similaire. La plupart des mâles matures ont des bandes alaires opalescentes et noirâtres.
Chlorolestes tessellatus/Chlorolestes tessellatus :
Chlorolestes tessellatus, la malachite forestière ou sylphe mosaïque est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae. Il est endémique d'Afrique du Sud. Cette espèce qui aime l'ombre se trouve dans les suintements et les ruisseaux dans les forêts et les vallées boisées. Elle mesure 47–57 mm de long avec une envergure de 55–72 mm. Les mâles et les femelles sont similaires; le thorax et l'abdomen sont vert métallique vieillissant au brun cuivré. Le thorax a des bandes antéhumérales jaunes contrastées; ceux-ci sont plus larges que ceux de la Malachite de montagne similaire.
Chlorolestes umbratus/Chlorolestes umbratus :
Chlorolestes umbratus, la malachite blanche est une espèce de demoiselle de la famille des Synlestidae. Il est endémique du sud de l'Afrique du Sud. Cette espèce se trouve le long des rivières et des ruisseaux dans les forêts et les fynbos.Bien que son aire de répartition soit restreinte et ait diminué dans le passé, cette espèce est localement commune et s'est rétablie là où des espèces d'arbres exotiques ont été retirées des cours d'eau.Une petite malachite; 38–47 mm de long avec une envergure de 46–52 mm. Certains mâles développent une floraison bleu pruine blanchâtre sur la partie supérieure du thorax et des bandes alaires noir fumé. Les mâles et les femelles non pruineux ont un thorax et un abdomen vert métallique ou brun; le thorax a des bandes antéhumérales jaunes. Les deux sexes se distinguent des autres malachites par leur petite taille, leurs ptérostigmas uniformément colorés et leur nervation alaire.
Chloroleucon/Chloroleucon :
Chloroleucon est un genre de plantes à fleurs de la famille des Fabacées. Certaines autorités le considèrent comme faisant partie du genre Albizia. Son nom est dérivé des mots grecs χλωρóς (chloros), qui signifie « vert », et λευκός (leukos), qui signifie « blanc ».
Chloroleucon chacoense/Chloroleucon chacoense :
Chloroleucon chacoense, le palo barroso ou palo overo, est une espèce de plante à fleurs de la famille des Fabacées. On le trouve en Argentine, en Bolivie et au Paraguay. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Chloroleucon eurycyclum/Chloroleucon eurycyclum :
Chloroleucon eurycyclum est une espèce de plante à fleurs de la famille des Fabacées. On ne le trouve qu'au Venezuela.
Chloroleucon extortum/Chloroleucon extortum :
Chloroleucon extortum est une espèce de plante à fleurs de la famille des Fabacées. Elle est endémique du Brésil.
Chloroleucon foliolosum/Chloroleucon foliolosum :
Chloroleucon foliolosum est une espèce d'arbre de la famille des légumineuses (Fabaceae). On le trouve en Argentine, au Brésil et en Bolivie. Les synonymes juniors sont : Calliandra aristulata Rizzini Calliandra grisebachianum (Benth.) Speg. Feuilleea bahiensis Kuntze Pithecellobium foliolosum Benth. Pithecellobium grisebachianum Harms Pithecellobium myriophyllum MalmePithecellobium myriophyllum Gagnep. est un synonyme de Albizia lebbekoidesPithecellobium oligandrum Rizzini Pithecolobium foliolosum Benth. (lapsus)
Chloroleucon tortum/Chloroleucon tortum :
Chloroleucon tortum est une plante à fleurs endémique du Brésil et du Paraguay.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cultural group

Contrats culturels / Contrats culturels : Les contrats culturels font référence à la mesure dans laquelle les valeurs culturelles sont ...