Rechercher dans ce blog

mercredi 13 juillet 2022

Chlodne Wloki


Chlaenius sericeus/Chlaenius sericeus :
Chlaenius sericeus est une espèce de carabe.
Chlaenius simillimus/Chlaenius simillimus :
Chlaenius simillimus est une espèce de carabes de la famille des Carabidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Chlaenius spoliatus/Chlaenius spoliatus :
Chlaenius spoliatus est une espèce de carabe originaire du Paléarctique (y compris l'Europe), du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord. En Europe, on le trouve en Albanie, en Autriche, aux Baléares, en Bosnie-Herzégovine, en Bulgarie, aux Canaries, en Corse, en Crète, en Croatie, en République Tchèque, en Turquie européenne, en France métropolitaine, en Grèce continentale, en Hongrie, en Italie continentale, en Moldavie , Macédoine du Nord, Pologne, Roumanie, Russie centrale et méridionale, Sardaigne, Sicile, Slovaquie, Slovénie, Espagne continentale, Ukraine, Yougoslavie.
Chlaenius texanus/Chlaenius texanus :
Chlaenius texanus est une espèce de carabes de la famille des Carabidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Chlaenius vafer/Chlaenius vafer :
Chlaenius vafer est une espèce de carabes de la famille des Carabidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Chlaenosciadium/Chlaenosciadium :
Chlaenosciadium gardneri est une espèce de plante à fleurs de la famille des Apiacées, du genre monotypique Chlaenosciadium. Il est endémique de l'ouest de l'Australie.
Chlainomonas/Chlainomonas :
Chlainomonas est un genre d'algues de la famille des Chlamydomonadaceae.
Chlamise/Chlamise :
Chlamisus est un genre de coléoptères verruqueux masqués de la famille des Chrysomelidae. Il y a plus de 110 espèces décrites dans Chlamisus.
Chlamisus foveolatus/Chlamisus foveolatus :
Chlamisus foveolatus est une espèce de coléoptère verruqueux de la famille des Chrysomelidae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Chlamisus maculipes/Chlamisus maculipes :
Chlamisus maculipes est une espèce de coléoptère verruqueux de la famille des Chrysomelidae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Chlamisus texanus/Chlamisus texanus :
Chlamisus texanus est une espèce de coléoptère verruqueux de la famille des Chrysomelidae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Chlamydacanthe/Chlamydacanthe :
Chlamydacanthus est un genre de plantes à fleurs appartenant à la famille des Acanthaceae. Son aire de répartition naturelle est l'Afrique tropicale orientale, Madagascar. Espèce : Chlamydacanthus euphorbioides Lindau Chlamydacanthus lindavianus HJPWinkl. Chlamydacanthus rupestris (Nees) Govaerts
Chlamydastis/Chlamydastis :
Chlamydastis est un genre de papillons de nuit de la sous-famille des Stenomatinae.
Acronite à Chlamydastis/Acronite à Chlamydastis :
L'acronite à Chlamydastis est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve en Guyane française et en Guyane. L'envergure est de 34–40 mm. Les ailes antérieures sont blanc crayeux, peu tachetées d'atomes bruns et avec un dessin brun noirâtre. À partir du quart basal de la costa s'exécute une strie brun noirâtre dans la cellule, vers l'extérieur, jusqu'à la fin de la cellule, vers le milieu du termen, mais se divisant peu avant le bord en deux branches, dont l'une se courbe vers le haut pour une tache noire, triangulaire, costale au quatrième apical, tandis que l'autre se courbe vers le bas et se termine sur le bord dorsal avant le tornus. La strie n'est pas continue, mais est interrompue et élargie à son entrée dans la cellule et à la fin de la cellule. Entre sa base et la grande tache costale susmentionnée se trouve un petit tiret costal noir et autour du bord de l'aile se trouve une fine ligne noire allant de la grande tache costale au tornus, sur laquelle se trouve une série de petits points noirs, un au terminus de chaque veine. Les ailes postérieures sont foncées, fuscous noirâtres.
Chlamydastis anamochla/Chlamydastis anamochla :
Chlamydastis anamochla est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1929. On le trouve en Colombie.
Chlamydastis ancalota/Chlamydastis ancalota :
Chlamydastis ancalota est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure des ailes est de 19 mm pour les mâles et de 23 mm pour les femelles. Les ailes antérieures sont vert mousse clair. Les stigmates sont représentés par de petites touffes, le plical dépassant plutôt le premier discal. Il y a de très petites taches fuscous foncées sur la costa à un quart et trois quarts, ainsi qu'une épaisse bande brun foncé du milieu de la costa au termen en dessous du milieu, mélangée de noir sauf vers la costa, quelque peu courbée vers le bas dans le disque et interrompu juste au-delà du coude. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Apocline Chlamydastis/Apocline Chlamydastis :
Chlamydastis apoclina est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1929. On le trouve en Colombie.
Chlamydastis arenaria/Chlamydastis arenaria :
Chlamydastis arenaria est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1913. On le trouve au Panama et au Brésil (Espirito Santo). L'envergure est de 21–23 mm. Les ailes antérieures sont de couleur ocre sableux, devenant blanches vers l'apex, avec des nuances obliques d'ocre et de brun grisâtre provenant de la costa - la première, à un quart de la base, courte et brisée, se terminant par une tache d'écailles noires sur le disque. La seconde, vers le milieu, un peu plus accentuée, et accompagnée de petits groupes d'écailles noires tendant dans la direction d'une écaille noire allongée, qui atteint le termen un peu au-dessous du milieu. La troisième teinte costale, apparaissant aux trois quarts environ, tend vers l'extérieur jusqu'en dessous de l'apex, mais est séparée par la couleur de fond blanche, qui apparaît également entre les trois teintes obliques sur la costa elle-même. Au-dessous et au-dessus du pli, près de la base, se trouvent quelques écailles ocreuses en relief, et les première et deuxième bandes sont également accompagnées de quelques écailles en relief. Le termen est légèrement tacheté. Les ailes postérieures sont gris brunâtre.
Chlamydastis argocymba/Chlamydastis argocymba :
Chlamydastis argocymba est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil. L'envergure est de 16–19 mm. Les ailes antérieures sont ocre grisâtre ou fuscous clair, saupoudrées de plus foncé et avec une tache costale blanche semi-ovale allongée s'étendant d'un cinquième jusqu'à près de l'apex, bordée en dessous par une suffusion fuscous foncée. Il y a une ligne dentée blanchâtre-ocre autour de l'apex et du termen, les indentations remplies de suffusion fuscous foncée. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis batrachopis/Chlamydastis batrachopis :
Chlamydastis batrachopis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 34 mm. Les ailes antérieures sont pâles ocre-olivâtre terne mêlé de blanchâtre et avec quatre fascias olivâtres ternes mêlés de fuscous, apparaissant verdâtres, le premier au quart, élancé, irrégulier, le second réduit au costal, discal et submédian taches, la troisième des trois quarts de la costa à avant le tornus, très étroite entre une tache costale et le milieu, la quatrième terminale sur la moitié inférieure et formant quatre taches pré-terminales sur la moitié supérieure. Le deuxième stigmate discal forme une marque transversale noire oblique et il y a une touffe transversale d'écailles dans le disque près d'avant, et une autre sur le pli avant le milieu. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis bifida/Chlamydastis bifida :
Chlamydastis bifida est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil et dans les Guyanes. L'envergure est d'environ 17 mm. Les ailes antérieures sont ocre grisâtre pâle, avec une légère teinte verdâtre, un peu parsemée de gris et fuscous, la zone costale imprégnée de fuscous et avec une courte strie oblique noire imprégnée de brun foncé à partir de la base de la costa. Il y a une bande noire le long du pli sous-médian de près de la base jusqu'au milieu, avec une touffe d'écailles grisâtres à son extrémité. Une strie longitudinale noire se trouve dans le disque à partir d'un tiers, terminée par une petite tache blanche ocre ovale transversale représentant le deuxième stigmate discal, la zone discale autour de ceux-ci imprégnée de gris. Des taches triangulaires assez grandes de suffusion violacée foncée se trouvent sur la côte au milieu et aux trois quarts, la seconde envoyant une légère ligne grisâtre incurvée au dos avant le tornus. Une série pré-marginale de points fuscous foncés se trouve autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis byssophanes/Chlamydastis byssophanes :
Chlamydastis byssophanes est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou et au Brésil. L'envergure est de 16–21 mm. Les ailes antérieures sont fuscous foncées, violacées irrégulièrement et de façon variable avec des taches violet-blanchâtre, le tiers terminal sauf vers la côte et le dos brun châtain. Les stigmates discaux sont grands, troubles et plus foncés et parfois avec une tache tornale blanche irrégulière. Le bord terminal est blanc, devenant des points vers le tornus. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis caecata/Chlamydastis caecata :
Chlamydastis caecata est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 24 mm. Les ailes antérieures sont violet-fuscous avec plusieurs petites taches verdâtres ternes claires traversant l'aile avant le milieu, l'une représentant le stigmate plical est plus grande. Il y a une tache apicale triangulaire violet foncé-fuscous, son bord allant d'au-delà du milieu de la costa au tornus, légèrement convexe, marqué vers le termen au milieu avec une tache ronde noirâtre reposant sur son bord antérieur, imprégnée en arrière mais finement bordé de blanchâtre en avant. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Chlamydastis chionoptila/Chlamydastis chionoptila :
Chlamydastis chionoptila est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil. L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont blanches finement tachetées de fuscous foncé et avec les marques fuscous suffisamment irritées de noir. Il y a un strigula de la costa près de la base, et un petit point en dessous. Il y a des taches sur la costa à un quart, au milieu et aux trois quarts, la première petite, envoyant une série quelque peu incurvée de petites taches grisâtres indistinctes au-dessous du milieu jusqu'à près du dos aux deux cinquièmes, la seconde à peine plus grande, le troisième modérément grand, derrière la deuxième touffe de crête blanche discale, une assez large bande fasciale de suffusion courant vers le dos avant le tornus et s'unissant dans le disque avec une ombre légèrement incurvée à partir de la troisième tache costale. Il y a aussi une teinte subterminale incurvée interrompue et une série marginale de points autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis chionosphena/Chlamydastis chionosphena :
Chlamydastis chionosphena est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve en Guyane française.
Chlamydastis chlorosticta/Chlamydastis chlorosticta :
Chlamydastis chlorosticta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Pérou, aux Guyanes et au Brésil. L'envergure est d'environ 30 mm. Les ailes antérieures sont fuscous cendrées, striées longitudinalement de fuscous plus foncés, ces stries pénétrant antérieurement dans la costa. Il y a un court tiret fin verdâtre vers la costa au tiers et deux petites taches verdâtres placées obliquement vers le dos avant le milieu. Une rangée submarginale de points verdâtres s'étend près et parallèlement à la moitié postérieure de la costa et du termen et il y a une rangée de petites taches marginales brunes autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Chlamydastis complexa/Chlamydastis complexa :
Chlamydastis complexa est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 24–26 mm. Les ailes antérieures sont blanches, légèrement teintées de verdâtre, irrégulièrement irriguées de fuscous gris et foncé et avec une ligne nuageuse gris foncé allant d'un quart de la côte aux deux cinquièmes du dos, obtusement angulée au-dessous du milieu. Il y a une marque fuscous foncée transversale-linéaire à l'extrémité de la cellule et une petite tache fuscous foncée au milieu de la costa, où une série de petites marques fuscous foncées indistinctes s'étend obliquement vers l'extérieur au-delà de la cellule, puis angulée à trois- quarts du dos, et une ligne fuscous foncée incurvée à partir d'un endroit sur la costa aux trois quarts du dos avant le tornus, l'espace dorsal entre ceux-ci formant une tache gris foncé à bord noirâtre atteignant près du milieu. Une tache irrégulière de suffusion sombre et fusqueuse s'étend sur l'apex et la moitié supérieure du termen. Les ailes postérieures sont gris foncé, plus pâles vers le dos.
Chlamydastis crateroptila/Chlamydastis crateroptila :
Chlamydastis crateroptila est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1918. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 14 mm. Les ailes antérieures sont blanches, légèrement et très finement tachetées de gris ocre et avec une tache grise à la base de la costa et il y a une tache gris foncé sur la costa à un tiers, où une suffusion grise s'étend vers la base et il y a une plus grande tache sur la côte au-delà du milieu, la moitié supérieure gris foncé, la partie inférieure ocre-grisâtre et il y a de fortes touffes transversales blanchâtres au-dessus et au-dessous du milieu à un quart. Deux points confluents d'irroration grise placés transversalement indiquent le premier stigmate discal, prolongé par une nuance grise jusqu'au dos et le deuxième stigmate discal est en forme de point et noirâtre, avec une tache transversale de suffusion grisâtre-ocre pâle entre celui-ci et le premier, ainsi qu'une légère tache de suffusion gris pâle au-delà, et une autre sur le dos en dessous. Une fine ligne grise directe à peine sinueuse s'étend des trois quarts de la costa au dos avant le tornus et la zone terminale au-delà est imprégnée de gris, dans le disque irrégulièrement saupoudré de noirâtre. Les ailes postérieures sont grises, blanchâtres à diffusion antérieure.
Chlamydastis curviliniella/Chlamydastis curviliniella :
Chlamydastis curviliniella est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1914. On le trouve au Panama. L'envergure est de 15–17 mm. Les ailes antérieures sont blanches légèrement mêlées d'écailles ocre et de marques noires. De près de la base de la costa s'étend une fine ligne noire obliquement vers le bas et vers l'extérieur jusqu'au milieu de la cellule, puis jusqu'à l'extrémité de la cellule, où elle se courbe vers le haut et vers l'intérieur formant un point d'interrogation allongé. À l'extrémité de la cellule, cette ligne noire est bordée d'écailles jaunes et au milieu de la côte se trouve un petit éperon noir dirigé vers l'extérieur et au tiers apical un éperon noir similaire dirigé vers l'intérieur. Parallèlement au bord terminal au quatrième apical se trouve une faible rangée d'écailles jaunâtres, et chez les spécimens frais, l'aile est peu parsemée d'écailles noires. Les ailes postérieures sont légèrement fuscous.
Cystiodes de Chlamydastis/cystiodes de Chlamydastis :
Chlamydastis cystiodes est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 16–18 mm. Les ailes antérieures sont légèrement fuscous, abondamment mêlées de blanc et de stigmates minuscules, dressés et noirs, la plicale obliquement au-delà de la première discale. Il y a de petites taches transversales indistinctes d'irroration gris noirâtre sur la côte à un quart et au milieu, et sur le dos au-delà du milieu. Il y a une tache ovale brun foncé, antérieurement imprégnée de noirâtre et bordée de suffusion blanche, s'étendant sur le termen du dessus de l'apex jusqu'au tornus. Les ailes postérieures des mâles sont gris foncé, tandis qu'elles sont noirâtres chez les femelles.
Chlamydastis deflexa/Chlamydastis deflexa :
Chlamydastis deflexa est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil et dans les Guyanes. L'envergure est de 15–16 mm. Les ailes antérieures sont blanches parsemées de fuscous et avec le quart basal imprégné de fuscous. Il y a une large bande terminale fuscouseuse et diffuse, son bord allant de l'angle de la costa au milieu du dos. Le stigmate plical forme un point noir sur le bord de cette bande, le deuxième discal une marque transversale noirâtre quelque peu oblique dans la marge de la bande, prolongée vers le bas par une suffusion brune. Il y a une suffusion ou une irroration fuscous sombre entre les veines vers la partie apicale de la costa. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis deflua/Chlamydastis deflua :
Chlamydastis deflua est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1918. On le trouve dans les Guyanes et au Brésil. L'envergure est de 16–18 mm. Les ailes antérieures sont blanches saupoudrées de gris et avec des marques formées de suffusion ocre-gris clair irroated gris foncé et avec une tache à la base de la costa. Trois lignes transversales obliques indistinctes irrégulières partent de petites taches noirâtres sur la costa, précédées de séries de touffes blanches surélevées antérieurement, la première presque droite, la seconde plutôt incurvée dans le disque, marquée de plusieurs points noirâtres, la troisième assez fortement excurvée sur le tiers médian. Deux points noirâtres sont placés transversalement à l'extrémité de la cellule à l'intérieur de la deuxième ligne, et une petite marque noirâtre très oblique précède la plus basse de celles-ci. Une ligne irrégulière similaire près et parallèle au termen, agrandie en une tache au-dessous du milieu. Il y a une rangée terminale de points. Les ailes postérieures sont grises.
Disques à Chlamydastis/Disques à Chlamydastis :
Chlamydastis discors est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont lilas-fuscous, mélangées de brun, avec quelques écailles noirâtres éparses et plusieurs touffes d'écailles sur ou près du pli en avant, ainsi que deux séries obliques obtuses de touffes brunes traversant l'aile d'avant le milieu de la costa à les trois quarts du dos, le premier comportant dans le disque une petite tache noirâtre mêlée partiellement soulignée de blanchâtre. Au-delà de ceux-ci, le tiers terminal de l'aile est entièrement blanc ocre, traversé par une ligne fortement sinueuse de points gris d'une petite tache sur la costa au tornus, une ligne dentée gris nuageux près du termen, et une série de minutes indistinctes points noirâtres teintés d'ocre ferrugineux juste avant le termen. Les ailes postérieures sont grises, la marge apicale teintée de blanchâtre.
Chlamydastis disticha/Chlamydastis disticha :
Chlamydastis disticha est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française et en Colombie. L'envergure est d'environ 15 mm. Les ailes antérieures sont brunes, avec des reflets violets et avec un peu de suffusion blanche vers la base de la costa, ainsi que deux lignes transversales plus foncées indistinctes mêlées de taches noirâtres, la première aux deux cinquièmes, courbée et plutôt oblique, la seconde à partir de trois- cinquièmes de la costa au dos avant le tornus, fortement incurvé. Il y a aussi deux petites taches d'écailles gris foncé et noires surélevées sur les angles de la cellule et une nuance incurvée de suffusion brun foncé près de la partie postérieure de la costa et du termen. Les ailes postérieures sont gris noirâtre.
Chlamydastis dominicae/Chlamydastis dominicae :
Chlamydastis dominicae est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve à la Dominique. L'envergure est de 23–25 mm. Les ailes antérieures sont blanches diversement tachetées de brun, noir et orange brunâtre et il y a deux lignes noires indistinctes transversales obliques vers l'extérieur de la costa avant le milieu mais n'atteignant pas le dos. Il y a une tache irrégulière oblique vers l'extérieur d'orange brunâtre de la costa au milieu s'étendant jusqu'à la zone juste au-dessus du tornus. Il y a deux lignes orange subterminales indistinctes parallèles à partir du tiers apical, se terminant par deux tirets noirs au niveau du tornus. La ligne terminale constituée de points noirs partant bien avant l'apex jusqu'au tornus. Les ailes postérieures sont fortement couvertes de gris.
Chlamydastis dryosphaera/Chlamydastis dryosphaera :
Chlamydastis dryosphaera est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil. L'envergure est d'environ 15 mm. Les ailes antérieures sont blanches, irrégulièrement parsemées de mouchetures fuscous très alignées, surtout vers le milieu de la costa, et la partie postérieure du dos et du termen. Il y a des taches grises sur la côte au quart et au milieu. Les stigmates plical et second discal sont noirâtres, entre ceux-ci une tache submédiane brune arrondie, bordée sur la moitié inférieure par une plus grande tache trapézoïdale de suffusion grise reposant sur le dos. Au-delà du deuxième disque se trouve une grande tache arrondie de suffusion grise, presque confluente avec un fascia gris modéré s'étendant autour de l'apex et du termen, avec des points noirâtres indistincts autour de la marge apicale et terminale. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis elaeostola/Chlamydastis elaeostola :
Chlamydastis elaeostola est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1930. On le trouve à Pará, au Brésil.
Chlamydastis epophrysta/Chlamydastis epophrysta :
Chlamydastis epophrysta est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1909. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont ocreuses blanchâtres imprégnées d'ocre brunâtre pâle et avec une tache fuscous foncée sur la costa au quart, d'où part une ligne fuscous irrégulière-dentée aux deux cinquièmes du dos, précédée dans le disque par des écailles en relief . Il y a une grande tache transversale brun foncé reposant sur le milieu de la costa et atteignant près du dos avant le tornus, reliée par un nuage brun dans le disque avec la ligne précédente. Une série transversale incurvée et angulée de points fuscous sombres se trouve parallèle au bord postérieur de celle-ci, formant une tache sombre fuscous sur la costa, et suivie d'une nuance brune élargie sur la moitié inférieure en une tache tornale brun foncé arrondie. Il existe également une série terminale de marques sombres et fuscous. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Chlamydastis forcipata/Chlamydastis forcipata :
Chlamydastis forcipata est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve en Colombie. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont blanches, parsemées d'écailles brunes et de quelques écailles noires et de taches costales brunes à un cinquième et deux cinquièmes, et une plus grande aux trois quarts. Une petite touffe sous-costale d'écailles noires et brunes se trouve au-delà de la première d'entre elles et il y a une strie longitudinale médiane brune de la base à l'extrémité de la cellule, où elle se développe en un nuage brun entourant en arrière le deuxième disque blanc noirâtre centré stigmate, le premier stigmate discal noir, placé sur le bord supérieur de cette strie. Il y a une série plutôt irrégulière de points noirâtres indistincts imprégnés de brun depuis la troisième tache costale jusqu'avant le tornus, et une rangée de points noirâtres plus distincts près du termen. Les ailes postérieures sont ocre-blanchâtre.
Chlamydastis fragmentella/Chlamydastis fragmentella :
Chlamydastis fragmentella est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française et en Guyane. L'envergure est de 18–23 mm. Les ailes antérieures sont blanches, parsemées de gris foncé et de noir. Les marquages ​​sont noirs. Il y a des marques costales et médianes près de la base et une ligne transversale légèrement oblique à un tiers, obtusément angulée au milieu et sinueuse vers l'intérieur sur la moitié inférieure. Une petite tache se trouve au milieu de la costa, avec deux marques en dessous. Il y a aussi une tache sur la costa aux trois quarts, contenant un point costal blanchâtre, donnant naissance à une ligne transversale incurvée vers l'extérieur dans le disque et bordée en avant sur le dos par une tache subquadrate gris noirâtre atteignant près de la moitié de l'aile. Il y a une ligne incurvée vers le bas allant de la première ligne au-dessus de l'angle à travers le milieu du disque jusqu'au point costal de la deuxième ligne. Une série de marques irrégulières se trouve près du termen, confluentes avec des taches de suffusion gris foncé à l'apex et au milieu du termen. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis funiculaire/Chlamydastis funiculaire :
Chlamydastis funicularis est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont brun clair, parsemées de violet-fuscous et de fuscous foncé, surtout sur les bords des nervures. Le bord costal est blanc avec une dizaine de petites taches ou marques sombres allongées et il y a quelques stries sombres irrégulières dans la cellule, et une ligne irrégulière indistincte dentée plutôt oblique et sombre à environ un tiers, ainsi qu'une série terminale de sombres marques fuscous précédées d'une suffusion blanchâtre entre les nervures. Les ailes postérieures sont plutôt gris foncé, le bord apical blanchâtre.
Chlamydastis galeomorpha/Chlamydastis galeomorpha :
Chlamydastis galeomorpha est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve au Brésil.
Chlamydastis gemina/Chlamydastis gemina :
Chlamydastis gemina est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1855. On le trouve en Colombie.
Chlamydastis habrolepis/Chlamydastis habrolepis :
Chlamydastis habrolepis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par André Blanchard et Edward C. Knudson en 1986. On le trouve en Amérique du Nord, où il a été signalé dans le sud du Texas.
Chlamydastis hemichlora/Chlamydastis hemichlora :
Chlamydastis hemichlora est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 26–28 mm pour les mâles et d'environ 38 mm pour les femelles. Les ailes antérieures sont brun foncé, partiellement imprégnées de violet-fuscous, et irrégulièrement marquées de vert clair terne, la moitié dorsale presque entièrement vert clair terne. Les stigmates plical et second discal sont surélevés, linéaires transversaux et noirâtres. Il y a une ligne subterminale indistinctement indiquée par quelques points ou marques noirâtres, chez les femelles formant de fortes marques noirâtres entre les nervures vers le milieu du termen. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Ichthyodes à Chlamydastis/Ichthyodes à Chlamydastis :
Chlamydastis ichthyodes est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont brun foncé avec des nuances obliques de la costa à la base et un cinquième atteignant la moitié de l'aile. Il y a une tache oblongue gris violet foncé le long du tiers basal du dos et un fascia gris bleuâtre légèrement incurvé traversant l'aile juste au-delà de ces marques. Une strie imprégnée de brun foncé se trouve au-delà de l'extrémité de la cellule, oblique vers l'intérieur par rapport au pli, avec trois ou quatre marques blanches au-dessus de la zone médiane du pli. Il y a une tache brun foncé occupant la zone apicale, bordée par une ligne noirâtre légèrement incurvée de l'angle de la costa au tornus, précédée sur les deux tiers inférieurs par un fascia gris élargi en triangle vers le dos, à l'intérieur de cette tache un peu de noir stries entre les nervures, et une tache arrondie indiquée par une suffusion marginale noirâtre en avant et une obscure ligne prémarginale incurvée blanchâtre en arrière. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis illita/Chlamydastis illita :
Chlamydastis illita est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou et en Colombie. L'envergure est d'environ 14 mm. Les ailes antérieures sont blanches avec une tache gris-ocre occupant le tiers basal, étendue comme une bande costale aux trois quarts, un fascia médian modérément large s'exécutant dans ce, deux nuances transversales indéfinies au-delà de la cellule, et une tache s'étendant le long du termen . Le deuxième stigmate discal est noir et il y a une série marginale de points noirâtres autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis inscitum/Chlamydastis inscitum :
Chlamydastis inscitum est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 19–22 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres fuscous, la couleur de fond étant blanche mais fortement et inégalement recouverte de fuscous foncé à l'exception d'une grande tache costale oblongue d'un blanc pur allant du quatrième basal au quatrième apical. À l'extrémité de la cellule se trouve une tache fuscous plus foncée faiblement indiquée à partir de laquelle une ligne irrégulière fuscous sombre et pâle s'étend jusqu'au bord dorsal près de la base. L'extrême pointe de l'aile est brun bronzé foncé. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Chlamydastis inspecteur/Chlamydastis inspecteur :
Chlamydastis inspectrix est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil et dans les Guyanes. L'envergure est de 17–18 mm. Les ailes antérieures sont blanches, irrégulièrement et abondamment irriguées de fuscous pâle et avec une petite marque transversale fuscous à la base de la costa, et de petites taches fuscous nuageuses sur la costa à un quart, au milieu et aux trois quarts. Les stigmates discaux sont minuscules et noirs, le plical formant une tache noire arrondie bien visible. Il y a une ligne fuscous claire irrégulière indistincte de la dernière tache costale au dos avant le tornus et une tache brune ovale marquée de noir sur les nervures s'étendant sur l'apex et le termen jusqu'en dessous du milieu. Il y a aussi une rangée terminale de points noirâtres. Les ailes postérieures sont gris noirâtre.
Chlamydastis lactis/Chlamydastis lactis :
Chlamydastis lactis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve dans les Guyanes et au Brésil. L'envergure est de 19–21 mm. Le tiers basal des ailes antérieures est blanc ocre, et les deux tiers terminaux foncés fuscous, les limites des deux couleurs nettement dessinées par une ligne blanche pure légèrement incurvée vers l'extérieur depuis le quart basal de la costa jusqu'à peu avant le milieu du dos . Dans la partie sombre de l'aile se trouvent plusieurs petites touffes d'écailles mélangées à des écailles noires et à l'extrémité de la cellule se trouve une petite touffe ocre suivie de noir. Les ailes postérieures sont triangulaires, fuscous foncées.
Chlamydastis leptobelisca/Chlamydastis leptobelisca :
Chlamydastis leptobelisca est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1929. On le trouve en Colombie.
Chlamydastis leucoplasta/Chlamydastis leucoplasta :
Chlamydastis leucoplasta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou et au Brésil. L'envergure est d'environ 13 mm. Les ailes antérieures sont fuscous foncées avec une large bande costale blanche fusiforme, presque de la base à l'apex. Il y a deux ou trois points blanchâtres indistincts sur le termen. Les ailes postérieures sont grises, plus foncées chez les femelles.
Chlamydastis leucoptila/Chlamydastis leucoptila :
Chlamydastis leucoptila est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1918. On le trouve en Guyane française et au Guatemala. L'envergure est d'environ 21 mm. Les ailes antérieures sont brun pâle, légèrement teintées de rose, avec quelques taches noires éparses et de petites taches grises sur la costa à un quart, avant le milieu, et aux trois cinquièmes, à partir du troisième une ligne grise pâle fortement incurvée marquée d'un plusieurs points noirs vont jusqu'au dos avant le tornus. Les stigmates sont représentés par des touffes blanches, la plicale obliquement au-delà du premier discal et une tache grise s'étendant sur le dos d'un quart à quatre cinquièmes et atteignant le pli, mélangée noirâtre antérieurement. Une tache noirâtre jouxtant la ligne postérieure se trouve juste au-dessous du milieu, en dessous une tache de suffusion blanchâtre bordée en arrière par un point noir, et une suffusion blanchâtre au-dessus du tornus. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Lichénies à Chlamydastis/Lichénies à Chlamydastis :
Chlamydastis lichenias est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil, en Colombie et dans les Guyanes. L'envergure est de 16–17 mm pour les mâles et de 20–21 mm pour les femelles. Les ailes antérieures sont gris verdâtre terne avec des taches noires sur la costa au quart, avant le milieu, et aux deux tiers, donnant lieu à une série transversale plutôt oblique de marques noires, la première légèrement incurvée, les deux autres fortement incurvées en le disque. Il y a une tache de suffusion jaune-ocre sur la costa entre les deux premières lignes, et la zone plicale est abondamment mélangée avec de l'ocre jaune dans le disque. Le deuxième stigmate discal est blanc bordé postérieurement de noir et la troisième ligne est partiellement entourée d'une suffusion blanchâtre sur la moitié supérieure. Il y a aussi une tache de suffusion noire entre la troisième ligne et le termen en dessous du milieu. Les ailes postérieures sont gris noirâtre.
Chlamydastis lithograpta/Chlamydastis lithograpta :
Chlamydastis lithograpta est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 25 mm. Les ailes antérieures sont blanc ocre, parsemées d'ocre grisâtre clair et de trois petites taches noirâtres sur la côte au quart, avant le milieu et aux deux tiers. Le premier stigmate discal est petit et noir, avec un nuage ocre-gris pâle arqué adjacent en dessous. Le plical et le deuxième discal sont représentés par des touffes de crêtes transversales blanches, ces dernières suivies d'un nuage ocre-gris pâle rond. Il y a une ligne ocre-grisâtre pâle ondulée nuageuse plutôt incurvée de la troisième tache costale au tornus, et une ligne similaire entre celle-ci et le termen, ainsi que deux points fuscous sombres nuageux sur la costa postérieurement. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis melanometra/Chlamydastis melanometra :
Chlamydastis melanometra est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Colombie. L'envergure est d'environ 23 mm. Les ailes antérieures sont blanches, légèrement tachetées de gris et avec des marques noirâtres. Il y a une très courte traînée oblique à partir de la base de la costa et il y a des taches transversales sur la costa environ un quart, le milieu et les trois quarts, la première plutôt oblique, pointant vers un endroit du disque, un autre endroit dans le disque aux trois quarts. Il y a quelques points indéfinis d'écailles grises et noirâtres indiquant deux séries irrégulières aux courbes sinueuses partant des deuxième et troisième taches côtières. Une série pré-marginale de petites taches se trouve autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont gris blanchâtre.
Chlamydastis melanonca/Chlamydastis melanonca :
Chlamydastis melanonca est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1915. On le trouve en Guyane. L'envergure est d'environ 21 mm. Les ailes antérieures sont blanches, avec des taches grises dispersées et une petite marque noirâtre sur la base de la costa et trois taches noirâtres sur la costa, où s'élèvent de faibles lignes d'irroration grise, la première d'un cinquième de la costa, oblique, obsolète en dessous le milieu, le deuxième d'avant le milieu de la costa très obliquement vers l'extérieur, recourbé et passant derrière la marque discale jusqu'au pli, obsolète sur le dos, le troisième des deux tiers de la costa au dos avant le tornus, recourbé vers l'extérieur sur la moitié supérieure. Une touffe blanche se trouve sur le pli représentant le stigmate plical et il y a une forte marque linéaire noire plutôt oblique à l'extrémité de la cellule, bordée vers l'avant d'écailles blanches en relief. Il y a une série incurvée de petites taches fusqueuses nuageuses près de la marge apicale et terminale, une au-dessous du milieu du termen plus grande et plus visible. Il y a quelques petits points marginaux d'irroration fuscous autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises, plus claires vers la base.
Chlamydastis mendoron/Chlamydastis mendoron :
Chlamydastis mendoron est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve en Guyane française et au Panama. L'envergure est de 24–26 mm. Les ailes antérieures sont blanches généreusement saupoudrées de brun clair et avec trois petites taches côtières noires équidistantes, les deux extérieures les plus proéminentes, toutes bordées de brun. À l'extrémité de la cellule, un court trait transversal noir foncé est précédé d'une tache brune et à partir de là, une strie brune perpendiculaire descend jusqu'au bord dorsal juste avant le tornus. Au cinquième apical, une ligne prémarginale de taches brunes est parallèle au termen. Les ailes postérieures sont triangulaires brun foncé. Les femelles ont des ailes postérieures un peu plus claires.
Chlamydastis metacymba/Chlamydastis metacymba :
Chlamydastis metacymba est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 15 mm. Les ailes antérieures sont brunâtres irritées de fuscous avec un peu de suffusion blanche vers la côte et le dos en avant. Il y a une barre transversale blanche du dos avant le milieu jusqu'au pli. Il y a une marque fuscous transversale indistincte de la costa au-delà d'un quart. Il y a une épaisse strie fuscous foncée et légèrement oblique vers l'intérieur du milieu de la costa au pli. Le deuxième stigmate discal est petit et noir, placé dans une tache blanche diffuse irrégulière. Il y a une tache ovale foncée fuscouseuse, bordée vers l'avant par une strie blanche diffuse, s'étendant sur le termen du dessus de l'apex jusqu'à près du tornus. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis metacystis/Chlamydastis metacystis :
Chlamydastis metacystis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1918. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 14–17 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres, plus ou moins tachetées de fuscous. Les stigmates sont petits, surélevés et noirs, le pli oblique au-delà du premier discal et il y a de petites taches grises indistinctes sur la costa à un quart et avant le milieu, et sur le dos au-delà du milieu. Une tache brune ovale, antérieurement imprégnée de brun foncé et saupoudrée de noir, s'étendant sur le termen du dessus de l'apex jusqu'à près du tornus. Les ailes postérieures des mâles sont ocre-blanchâtre, teintées de gris vers l'arrière. Les ailes postérieures des femelles sont grises.
Chlamydastis métamochla/Chlamydastis métamochla :
Chlamydastis metamochla est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve au Brésil.
Chlamydastis mochlopa/Chlamydastis mochlopa :
Chlamydastis mochlopa est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1915. On le trouve en Guyane. L'envergure est d'environ 40 mm. Les ailes antérieures sont blanches, parsemées de fuscous et d'une petite tache fuscous foncée à la base de la costa. Il y a une ligne fuscous nuageuse irrégulière d'un cinquième de la costa à un tiers du dos, fortement incurvée vers l'extérieur et angulée au-dessous du milieu. Une touffe blanche se trouve sur le pli avant le milieu de l'aile, teintée de fuscous en arrière, et une plus grande dans le disque au-delà du milieu et il y a une tache sombre fuscous sur la costa avant le milieu, reliée par deux points noirâtres avec une forte barre noire plutôt oblique dans le disque aux deux tiers, où une rangée de trois ou quatre points indéfinis d'irroration noire s'étend obliquement vers l'intérieur vers le dos et il y a une plus grande tache fuscous sur la costa aux deux tiers reliée par une courbe série de trois petites taches avec une tache fuscous transversale reposant sur le dos avant le tornus et il y a une série submarginale de trois ou quatre points fuscous sous-confluents parsemés de fuscous foncé avant la moitié inférieure du termen. Une ligne marginale fuscous interrompue se trouve autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis molinella/Chlamydastis molinella :
Chlamydastis molinella est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Caspar Stoll en 1781. On le trouve en Guyane française. L'envergure est d'environ 25 mm. La base des ailes antérieures est ocre doré clair avec une fine marge costale brun foncé et une marge dorsale foncée plus large. Les deux tiers centraux de l'aile sont brun foncé mêlés d'écailles blanc bleuté, dont les trois supérieures sont ocres dorés, tandis que les deux inférieures plus petites ont la même couleur que les parties environnantes. Toutes les touffes, mais surtout les inférieures, sont suivies d'écailles noires. La couleur foncée centrale s'arrête sur les bords au quatrième apical, mais se projette au milieu dans une langue pointue qui atteint le bord terminal et sépare deux grandes zones rondes brun doré clair, la partie supérieure comprenant l'apex le tornus inférieur entourant. Ces zones terminales claires sont peu bordées d'écailles blanches. Les ailes postérieures sont brun noirâtre foncé.
Chlamydastis monastra/Chlamydastis monastra :
Chlamydastis monastra est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1909. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 28 mm. Les ailes antérieures sont fuscous imprégnées de brun, en particulier vers le milieu du disque et trois séries transversales fuscous indistinctes plus sombres de points nuageux à partir de petites taches distinctes sur la costa, la première incurvée vers l'extérieur au-dessus du pli et vers l'intérieur en dessous, précédée de pâle en relief écailles dans le disque, la seconde d'abord très oblique vers l'extérieur, fortement incurvée dans le disque, obsolète vers le dos, la troisième incurvée vers l'extérieur sur la moitié supérieure, formant une ombre droite sur la moitié inférieure. Un point discal rond blanc clair se trouve aux trois cinquièmes, partiellement bordé de fuscous foncé, et relié à la première ligne par une barre longitudinale fuscous foncée imprégnée. Il existe également une ligne subterminale sinueuse très indéfinie indiquée par une légère suffusion blanchâtre et bordée en arrière par une suffusion plus foncée, ainsi qu'une légère suffusion blanchâtre vers l'apex et une série terminale de marques sombres fuscous. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Chlamydastis morbide/Chlamydastis morbide :
Chlamydastis morbida est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1877.
Chlamydastis mysticopis/Chlamydastis mysticopis :
Chlamydastis mysticopis est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou. L'envergure est de 20–21 mm. Les ailes antérieures sont gris pâle, finement parsemées de fuscous foncé, le tiers dorsal est blanchâtre. Il y a une large bande costale fusiforme blanche de près de la base jusqu'à près de l'apex, bordée en dessous d'une légère suffusion fusiforme foncée irrégulière. Les ailes postérieures sont ocre grisâtre pâle.
Chlamydastis nestes/Chlamydastis nestes :
Chlamydastis nestes est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 25–28 mm. Les ailes antérieures sont blanc rougeâtre, fortement couvertes d'écailles brunes et de trois taches costales brun noirâtre équidistantes, la basale la plus petite, la plus proéminente, grande triangulaire. Il y a un court tiret transversal noir profond à l'extrémité de la cellule, précédé d'une tache blanche pure, avant laquelle une fine ligne noire profonde longitudinale traverse la cellule jusqu'à la base de la veine 11. Il y a aussi un grand nuage mal défini d'écailles brun foncé au-dessus du tornus. Les ailes postérieures sont brun foncé.
Chlamydastis obnupta/Chlamydastis obnupta :
Chlamydastis obnupta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure des ailes est de 21 mm pour les mâles et de 24 mm pour les femelles. Les ailes antérieures sont blanches, saupoudrées irrégulièrement et dans le disque et abondamment mêlées de gris verdâtre. Il y a des taches brun rougeâtre sur la costa à la base et un tiers, atteignant la moitié de l'aile, partiellement imprégnées ensemble. Il y a trois marques noirâtres sur la costa d'un quart au milieu. Les stigmates sont petits, surélevés et noirâtres, le plical plutôt oblique au-delà du premier discal, ceux-ci suivis d'une suffusion gris foncé confluant avec la deuxième tache, le deuxième discal transversal. Il y a une strie brun rougeâtre le long de la costa à partir des trois cinquièmes, élargie en une tache vers l'apex, son bord costal fuscous de manière interrompue sombre. Une marque grise foncée transversale irrégulière se trouve avant le milieu du termen et il y a aussi une ligne terminale sombre et fuscous interrompue. Les ailes postérieures sont gris clair.
Chlamydastis ommatopa/Chlamydastis ommatopa :
Chlamydastis ommatopa est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Colombie et en Bolivie. L'envergure est de 26–29 mm. Les ailes antérieures sont ocre-brunâtre clair, fuscous ou gris irrégulièrement mélangés et avec deux nuances fuscous irrégulières de la costa près de la base et deux d'environ un quart, atteignant environ la moitié de l'aile. Les stigmates plical et second discal sont petits et noirs, ce dernier placé dans une tache blanche, une ligne indistincte dentée-fuscous indistincte d'une petite tache sur la costa au milieu juste derrière celle-ci jusqu'au dos au-delà du milieu. Il y a une tache brun marron occupant le tiers apical de l'aile, avec le bord presque droit mais quelque peu irrégulier, partiellement strié de noir entre les nervures, y compris au-dessus du milieu une tache fuscous foncée arrondie et bordée de blanc vers l'avant mais diffuse vers l'arrière, et une ligne blanche incurvée près de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis ophiopa/Chlamydastis ophiopa :
Chlamydastis ophiopa est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 26–28 mm. Les ailes antérieures sont brunes, irrégulièrement mélangées et saupoudrées de blanc et de noir et avec une tache brun foncé au milieu de la costa, précédée d'une suffusion blanchâtre, et suivie d'une strie blanche oblique très irrégulière atteignant la moitié de l'aile, suivie d'une strie foncée fuscouseuse devenant une tache noirâtre sur la côte, au-delà de laquelle se trouve une fine ligne subterminale blanchâtre incurvée élargie en une marque blanche sur la partie inférieure, et laissant un étroit fascia terminal brun rougeâtre plus ou moins mêlé de noirâtre. Le second stigmate discal est relevé, noir et bordé de blanc en avant. Il y a une ligne irrégulière blanchâtre-ocre du pli avant le milieu de l'aile jusqu'au dos. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis orion/Chlamydastis orion :
Chlamydastis orion est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1920. On le trouve au Guatemala et en Colombie.
Chlamydastis oxyplaga/Chlamydastis oxyplaga :
Chlamydastis oxyplaga est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1929. On le trouve en Colombie.
Chlamydastis paradromis/Chlamydastis paradromis :
Chlamydastis paradromis est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1915. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 27–29 mm. Les ailes antérieures sont blanches, tachetées de gris et avec une courte marque oblique noirâtre partant de la base de la costa et une série oblique de trois marques noirâtres partant de la costa au cinquième, la troisième représentant le premier stigmate discal. Il y a des taches noirâtres sur la costa avant le milieu et aux deux tiers, la première donnant lieu à une série très oblique de trois petites taches noirâtres reliées à une ligne fuscous sombre nuageuse irrégulière passant derrière la cellule et devenant obsolète près du dos, le deuxième à une ligne fuscous nuageuse incurvée devenant beaucoup plus épaisse et plus foncée sur la moitié dorsale et courant vers le dos avant le tornus. Il y a une touffe blanche représentant le stigmate plical, bordée de fuscous foncé au-dessus et il y a aussi une touffe blanche transversale à l'extrémité de la cellule, partiellement bordée de fuscous foncé derrière et dessous. Une série submarginale incurvée de taches fuscous nuageuses ou sombres fuscous se trouve autour de l'apex et du termen, épaissie et sous-confluente à l'opposé du milieu du termen et il y a une série marginale de marques fuscous lunulaires autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises, plus claires vers la base.
Chlamydastis perducta/Chlamydastis perducta :
Chlamydastis perducta est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Guyane française. L'envergure est de 24–26 mm pour les mâles et de 34–36 mm pour les mâles. Les ailes antérieures sont blanches, avec quelques très petites taches gris foncé éparpillées et avec de petites taches noirâtres obliques sur la côte à un quart, au milieu et aux trois quarts. Les stigmates discaux sont noirâtres, faisant saillie du bord supérieur d'une strie longitudinale médiane noirâtre à partir de la base, presque interrompue par une indentation oblique du bord supérieur, sous le deuxième stigmate discal, au-delà de la cellule quelque peu courbée et courant vers le termen au-dessus le tornus, relié au tornus par une courte ligne noirâtre courbe et presque interrompu au-delà. Il y a de faibles lignes transversales incurvées obliquement de points grisâtres s'élevant des trois taches costales, et une quatrième près du termen. Il y a aussi quelques points terminaux gris indistincts. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis phasmatopa/Chlamydastis phasmatopa :
Chlamydastis phasmatopa est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1910. On le trouve aux Îles Salomon. L'envergure est de 18–20 mm. Les ailes antérieures sont blanc ocre avec les marques fuscous claires irriguées de fuscous foncé. Il y a une petite tache sur la base de la costa, et deux strigules obliques sur la costa vers la base, ainsi qu'une marque allongée sur le pli près de la base. Les stigmates plical et premier discal sont petits, le plical très obliquement au-delà du premier discal. Le deuxième discal est représenté par une tache irrégulière, reliée au milieu de la costa par une strie oblique et il y a aussi une strigula oblique de la costa aux deux tiers, ainsi qu'une ligne courbe près du termen, parfois interrompue en trois tranches. Les ailes postérieures sont blanc ocre.
Chlamydastis phytoptera/Chlamydastis phytoptera :
Chlamydastis phytoptera est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1914. On le trouve au Panama et au Costa Rica. L'envergure est de 25–27 mm. Les ailes antérieures sont brun violacé foncé, irrégulièrement tachetées d'écailles vert feuille, dont une grande tache se trouve juste avant le milieu du dos, suivie d'un point noir sur le pli. À la fin de la cellule se trouve une courte ligne noire transversale et au milieu du bord se trouve une grande tache brune veloutée foncée voyante avec un centre blanc pur et des nuances de noir profond à l'avant, et avec quatre ou cinq tirets noirs vers la marge. Les ailes postérieures sont fuscous noirâtres.
Chlamydastis platyspora/Chlamydastis platyspora :
Chlamydastis platyspora est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1932. On le trouve au Brésil. Les larves se nourrissent de Roupala montana.
Chlamydastis plocogramma/Chlamydastis plocogramma :
Chlamydastis plocogramma est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1915. On le trouve dans les Guyanes, en Colombie et au Brésil. L'envergure est d'environ 15 mm pour les mâles et 18 mm pour les femelles. Les ailes antérieures sont blanches, avec des taches grises éparses et des marques gris jaunâtre clair, parsemées de taches fuscous foncées et avec une ligne oblique partant de la base de la costa, atteignant la moitié de l'aile. Trois lignes nuageuses irrégulières quelque peu interrompues partent de taches gris noirâtre sur la costa, la première d'un quart de la costa aux deux cinquièmes du dos, courbée, la seconde d'avant le milieu de la costa aux deux tiers de la dorsum, formant une large boucle rectangulaire vers l'extérieur dans le disque, la troisième des deux tiers de la costa au dorsum avant le tornus, incurvée vers l'extérieur sur la moitié supérieure. Il y a une petite touffe sur le pli représentant le stigmate plical, et une touffe transversale à l'extrémité de la cellule dans la boucle de la deuxième ligne. Il y a une série courbe de petites taches nuageuses près de la marge apicale et terminale et une série marginale de points lunulés autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont gris clair.
Poliopa à Chlamydastis/Polyopa à Chlamydastis :
Chlamydastis poliopa est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 22–23 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres parsemées de fuscous et de points noirs à la base de la costa, et vers la base au milieu. Il y a une série oblique droite de quatre points noirs de la costa à un quart, les deux inférieurs formant les premiers stigmates discaux et plical, le plical bordé en avant par une touffe blanche. Le deuxième stigmate discal est surélevé, blanc et bordé de fuscous foncé. Il y a de petites taches noirâtres sur la côte avant le milieu et aux deux tiers, donnant naissance à deux séries transversales de points nuageux noirâtres, fortement courbés dans le disque et sinués vers l'intérieur en dessous, la seconde allant jusqu'au tornus. Une rangée submarginale de petites taches noirâtres se trouve autour de la partie postérieure de la costa et du termen. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis praenubila/Chlamydastis praenubila :
Chlamydastis praenubila est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil. L'envergure est d'environ 14 mm. Les ailes antérieures sont blanches, intensément irriguées de gris sur la moitié antérieure et finement tachetées postérieurement. Il y a une fine strigula transversale gris noirâtre de la costa très près de la base et de petites taches grises sur la costa au quart et au milieu, à partir de la première une ligne grise indistincte avec quelques écailles noirâtres indiquant deux ou trois points, légèrement en retrait près de costa, puis tout droit vers le dos aux deux cinquièmes. Il y a une marque transversale gris noirâtre à l'extrémité de la cellule et près de celle-ci une tache transversale de suffusion gris brunâtre. Une tache trapézoïdale de suffusion gris foncé se trouve sur le dos au-delà du milieu, à partir de la costa aux trois quarts une ligne gris noirâtre, brièvement en retrait vers la costa, puis légèrement excentrée à l'angle postérieur de celle-ci mais obsolescente près de celle-ci. Il y a un patch fuscous occupant la zone terminale au-delà sauf sur un point côtier qui le suit et vers le tornus. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydastis prudentula/Chlamydastis prudentula :
Chlamydastis prudentula est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 14 mm. Les ailes antérieures sont blanches, gris moucheté et gris foncé avec une nuance légèrement incurvée d'irroration gris foncé de la costa à un tiers du dos aux deux cinquièmes, et une autre quelque peu sinueuse de la costa aux cinq sixièmes du dos avant le tornus. Les stigmates plical et second discal sont noirs, avec une bande médiane de suffusion grise passant entre ceux-ci mais n'atteignant pas le dos. Il y a une traînée de suffusion gris-brunâtre juste avant le termen sur les deux tiers supérieurs. Il y a une série terminale de points noirs. Les ailes postérieures sont gris clair.
Chlamydastis ptilopa/Chlamydastis ptilopa :
Chlamydastis ptilopa est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve en Colombie. L'envergure est de 22–26 mm. Les ailes antérieures sont fuscous pâles parsemées de fuscous foncé et d'une courte ligne oblique fuscous sombre à partir de la base de la costa et il y a quatre séries transversales de points fuscous noirâtres parfois reliés par une suffusion fuscous, angulée dans le disque, la quatrième très près de l'apical partie de la costa et termen. Les stigmates plical et second discal sont relevés et blanchâtres, bordés de fuscous foncé, formant respectivement les angles de la première et de la seconde série. La quatrième série est parfois précédée et suivie d'une série de taches blanchâtres diffuses. Les ailes postérieures sont fuscous foncées.
Chlamydastis rhomaeopa/Chlamydastis rhomaeopa :
Chlamydastis rhomaeopa est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve au Brésil.
Chlamydastis scutellata/Chlamydastis scutellata :
Chlamydastis scutellata est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Costa Rica. L'envergure est de 27–28 mm. Les ailes antérieures sont plutôt fuscous clair, la moitié costale tachetée de fuscous foncé, irrégulièrement et abondamment mêlée de vert olive terne, plus largement sur la moitié dorsale. Il y a une tache dorsale de suffusion fuscous foncée au tiers. Les stigmates plical et second discal sont surélevés, transverses et fuscous foncés, bordés antérieurement de vert olive. Il y a une tache ocre-blanchâtre en partie teintée de brun reposant sur la partie supérieure du termen, marquée près de son bord antérieur d'une tache transversale brun foncé. Les ailes postérieures sont plutôt gris foncé.
Chlamydastis smodicopa/Chlamydastis smodicopa :
Chlamydastis smodicopa est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1915. On le trouve au Brésil et au Pérou. L'envergure est d'environ 30 mm. Les ailes antérieures sont blanchâtres, saupoudrées de fuscous clair et d'une petite tache fuscous à la base de la costa et de taches brunâtres devenant fuscous foncées sur la costa au quart et avant le milieu, et une plus grande aux deux tiers, où un ligne brunâtre, fine et dentée sur la moitié supérieure, puis épaisse et droite, court jusqu'au tornus. Une tache fuscous mélangée à du noirâtre au-dessus se trouve sur le dos aux deux cinquièmes et il y a une petite touffe blanche bordée en arrière de fuscous dans le disque à un tiers, une plus grande sur le pli obliquement au-delà, une dans le disque au-delà le milieu, et deux petits bordés en arrière avec quelques écailles fuscous sombres en dessous. Il y a aussi une forte marque transversale noire légèrement oblique dans le disque aux deux tiers. Trois taches brunâtres claires nuageuses se trouvent avant la partie supérieure du termen et il y a une tache avant la partie inférieure, ainsi qu'une série terminale de points triangulaires fuscous. Les ailes postérieures sont gris clair.
Chlamydastis spectrophthalma/Chlamydastis spectrophthalma :
Chlamydastis spectrophthalma est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1932. On le trouve en Bolivie.
Chlamydastis squamosa/Chlamydastis squamosa :
Chlamydastis squamosa est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Lord Walsingham en 1892 et se trouve aux Antilles. L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont blanches, légèrement tachetées de brun terre d'ombre pâle et de trois marques costales brun foncé contenant quelques écailles noirâtres. La première à un quart de la base, donnant lieu à une très discrète ligne sinueuse et oblique vers l'extérieur d'écailles brunâtres, dont certaines sont soulevées, la seconde à peu près au milieu de l'aile, donne également lieu à une ligne oblique vers l'extérieur de écailles brunes contenant des touffes noirâtres surélevées, cela se développe en une tache bien visible à l'extrémité de la cellule, et en dessous plus près de la base se trouve une tache beaucoup plus petite d'écailles surélevées similaires, cette ligne ne se poursuit pas jusqu'à la marge dorsale. À partir de la troisième tache costale, qui est aux trois quarts de la longueur de l'aile, une ligne plus continue mais plus mince d'écailles brunes et noires mélangées, certaines légèrement surélevées, se courbe vers l'extérieur au-dessus du milieu de l'aile et est recourbée vers l'anus angle. Au-delà, mais au-dessous du milieu de la marge apicale, se trouve une tache de couleur similaire, au-dessus de laquelle se trouvent quelques écailles brunâtres dispersées le long de la marge. Les ailes postérieures sont blanc jaunâtre.
Chlamydastis stagnicolor/Chlamydastis stagnicolor :
Chlamydastis stagnicolor est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Brésil. L'envergure est de 18–19 mm. Les ailes antérieures sont gris-blanchâtre, avec une légère teinte verdâtre et de petites taches gris foncé sur la costa à un quart, au milieu et aux trois quarts, ainsi que de faibles lignes courbes irrégulières de chacune, à peine perceptiblement indiquées par la suffusion grise, la moitié supérieure de la seconde plutôt fortement oblique vers l'extérieur et marquée de trois ou quatre points plus foncés indistincts. Il y a une ligne subterminale faible également indiquée et il y a une série marginale de points gris autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont plutôt gris foncé.
Chlamydastis steloglypta/Chlamydastis steloglypta :
Chlamydastis steloglypta est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve en Guyane française.
Chlamydastis strabonia/Chlamydastis strabonia :
Chlamydastis strabonia est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1930. On le trouve à Pará, au Brésil.
Chlamydastis synedra/Chlamydastis synedra :
Chlamydastis synedra est un papillon nocturne de la famille des Depressariidae. On le trouve au Paraguay. L'envergure est d'environ 18 mm. Les ailes antérieures sont ocre brunâtre très pâle avec une petite tache brune sur la costa à un quart, une petite tache brunâtre pâle vers le dos au milieu, et trois petits groupes d'écailles noires et brunâtres surélevées formant une ligne presque droite avec ces , deux représentant les premiers stigmates discaux et plicaux. Il y a une tache brune au milieu de la costa, où une rangée légèrement sinueuse de marques fuscous sombres imprégnées de brunâtre s'étend jusqu'au dos avant le tornus. Il y a aussi un point médian noirâtre représentant le deuxième stigmate discal et une ligne brunâtre fortement incurvée, abondamment parsemée de fuscous foncé, partant d'une tache imprégnée sur la costa aux trois quarts jusqu'au tornus. Une épaisse bande brune, marquée de noirâtre, va du milieu de la ligne postmédiane jusqu'en dessous du milieu du termen, indistinctement interrompue avant la ligne subterminale. Les ailes postérieures sont gris clair, teintées de blanchâtre à l'avant.
Chlamydastis trastices/Chlamydastis trastices :
Chlamydastis trastices est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1911. On le trouve en Guyane française et en Guyane. L'envergure est de 20–22 mm. Les ailes antérieures sont blanches, légèrement saupoudrées de noir et fuscous, la zone dorsale suffuse de lumière fuscous ou grise et avec de petites taches noirâtres sur la costa à la base et au-delà du milieu et une tache carrée gris noirâtre sur la costa à un quart , ainsi qu'une barre noire plutôt oblique vers l'intérieur imprégnée de brun foncé à l'extrémité de la cellule, et un point noir sous le milieu du disque. Une tache ressemblant à un fascia brun foncé marquée de noir se trouve sur les veines s'étendant de la costa presque jusqu'au termen avant l'apex, y compris une tache ocre-blanchâtre en son milieu, et avec une ligne brune nuageuse parsemée de noirâtre allant de sa partie supérieure partie près de son bord antérieur au tornus. Il y a une ligne brune irrégulière marquée de points noirs autour de l'apex et du termen. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis tritypa/Chlamydastis tritypa :
Chlamydastis tritypa est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1909. On le trouve au Pérou. L'envergure est de 25–28 mm. Les ailes antérieures sont ocre-blanchâtre avec la surface basale teintée d'olive-verdâtre et avec trois taches costales noirâtres, la première à un cinquième, petite, la seconde avant le milieu, modérée et subtriangulaire, la troisième aux deux tiers, plus grande et transversal. Il y a une opacification verdâtre pâle plus ou moins indistincte dans le disque avant le milieu et vers le milieu du dos, ainsi qu'une strie verdâtre olive incurvée vers l'extérieur de la deuxième tache costale au tornus, la partie supérieure cassée en taches. Une marque discale transversale verdâtre-fuscouseuse se trouve à proximité avant celle-ci, précédée d'une touffe d'écailles surélevées. Il y a aussi une ligne oblique olive-verdâtre à partir de la troisième tache côtière atteignant la moitié de l'aile et une série de petites taches verdâtres-fuscous sous-confluentes près du termen, ainsi qu'une série terminale de marques lunulaires fuscous plutôt sombres. Les ailes postérieures sont grises.
Chlamydastis truncatula/Chlamydastis truncatula :
Chlamydastis truncatula est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1913. On le trouve au Venezuela. L'envergure est de 15 à 17 mm. Les ailes antérieures sont ocre pâle, parfois teintées de brunâtre sur la moitié dorsale et une petite tache basale brune diffuse, plus foncée et plus définie vers la côte. Il y a trois marques obliques brun foncé sur la costa entre celle-ci et le milieu, ainsi qu'un fascia brun irrégulier aux trois quarts, sur la moitié costale irrégulièrement dilaté vers l'avant et bordé vers l'arrière de blanchâtre, sur le dos précédé d'une tache noirâtre diffuse . Le disque est parfois marqué de lignes longitudinales brunâtres indistinctes et il y a une touffe d'écailles sur le fascia indiquant le second stigmate discal. La zone terminale est parfois parsemée de fuscous foncé et il y a une strie brune diffuse le long de la partie postérieure de la costa et du termen, parfois obscurément tachetée de fuscous foncé ou noirâtre. Les ailes postérieures sont gris pâle chez les mâles et grises chez les femelles.
Chlamydastis tryphon/Chlamydastis tryphon :
Chlamydastis tryphon est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par August Busck en 1920. On le trouve au Guatemala. L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont blanc pierre légèrement recouvertes de fuscous clair et avec un large fascia central brun foncé, contenant quelques écailles noires. Ce fascia est le plus large sur les bords costal et dorsal et fortement contracté au milieu par la partie blanche basale et apicale de l'aile. Les ailes postérieures sont légèrement fuscous blanchâtres sur la moitié basale, passant progressivement à des fuscous plus foncés vers l'apex.
Chlamydastis ungulifera/Chlamydastis ungulifera :
Chlamydastis ungulifera est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1929. On le trouve en Colombie.
Chlamydastis xylinaspis/Chlamydastis xylinaspis :
Chlamydastis xylinaspis est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1915. On le trouve au Pérou. L'envergure est d'environ 16 mm. Les ailes antérieures sont gris ocre, teintées de blanchâtre sur la moitié costale du tiers médian et d'un point noir sous le milieu de l'aile. Il y a une barre noire surélevée oblique vers l'intérieur à l'extrémité de la cellule, partiellement bordée de brun. Il y a aussi une grande tache apicale arrondie brun roux abondamment striée de noir, son bord allant de la proéminence costale jusqu'au-dessous du milieu du termen. Les ailes postérieures sont gris foncé.
Chlamydatus/Chlamydatus :
Chlamydatus est un genre de punaises des plantes de la famille des Miridae. Il existe plus de 30 espèces décrites chez Chlamydatus.
Chlamydatus associatus/Chlamydatus associatus :
Chlamydatus associatus, la punaise de l'ambroisie, est une espèce de punaise de la famille des Miridae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Chlamydatus obliquus/Chlamydatus obliquus :
Chlamydatus obliquus est une espèce de punaise de la famille des Miridae. On le trouve en Amérique du Nord.
Chlamydatus pulicarius/Chlamydatus pulicarius :
Chlamydatus pulicarius est une espèce de punaise de la famille des Miridae. On le trouve en Europe et en Asie du Nord (hors Chine) et en Amérique du Nord.
Chlamydatus pullus/Chlamydatus pullus :
Chlamydatus pullus est une espèce paléarctique de vrai bug
Chlamydatus suavis/Chlamydatus suavis :
Chlamydatus suavis est une espèce de punaise de la famille des Miridae. On le trouve en Amérique centrale et en Amérique du Nord.
Chlamydéphore/Chlamydéphore :
Chlamydephorus est un genre de limaces terrestres à respiration aérienne, des mollusques gastéropodes pulmonaires terrestres de la famille des Chlamydephoridae. C'est le seul genre de la famille des Chlamydephoridae.
Chlamydera/Chlamydera :
Chlamydera est un genre d'oiseau de la famille des Ptilonorhynchidae.
Chlamydia/Chlamydia :
La chlamydia, ou plus précisément une infection à chlamydia, est une infection sexuellement transmissible causée par la bactérie Chlamydia trachomatis. La plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Lorsque des symptômes apparaissent, ils peuvent n'apparaître que plusieurs semaines après l'infection. on pense que la période d'incubation entre l'exposition et la capacité d'infecter les autres est de l'ordre de deux à six semaines. Les symptômes chez les femmes peuvent inclure des pertes vaginales ou des brûlures à la miction. Les symptômes chez les hommes peuvent inclure un écoulement du pénis, une sensation de brûlure à la miction ou une douleur et un gonflement d'un ou des deux testicules. L'infection peut se propager aux voies génitales supérieures chez les femmes, provoquant une maladie inflammatoire pelvienne, qui peut entraîner une infertilité future ou une grossesse extra-utérine. Les infections à Chlamydia peuvent survenir dans d'autres régions que les organes génitaux, notamment l'anus, les yeux, la gorge et les ganglions lymphatiques. Des infections à chlamydia répétées des yeux sans traitement peuvent entraîner le trachome, une cause fréquente de cécité dans les pays en développement. La chlamydia peut se propager lors de rapports sexuels vaginaux, anaux ou oraux et peut être transmise d'une mère infectée à son bébé pendant accouchement. Les infections oculaires peuvent également se propager par contact personnel, mouches et serviettes contaminées dans les zones où l'assainissement est médiocre. L'infection par la bactérie Chlamydia trachomatis ne se produit que chez l'homme. Le diagnostic repose souvent sur un dépistage recommandé chaque année chez les femmes sexuellement actives de moins de vingt-cinq ans, les autres à haut risque et lors de la première visite prénatale. Les tests peuvent être effectués sur l'urine ou sur un écouvillon du col de l'utérus, du vagin ou de l'urètre. Des prélèvements rectaux ou buccaux sont nécessaires pour diagnostiquer les infections dans ces zones. La prévention consiste à ne pas avoir de relations sexuelles, à utiliser des préservatifs ou à avoir des relations sexuelles avec une seule autre personne, qui n'est pas infectée. La chlamydia peut être guérie par des antibiotiques, généralement de l'azithromycine ou de la doxycycline. L'érythromycine ou l'azithromycine est recommandée chez les bébés et pendant la grossesse. Les partenaires sexuels doivent également être traités et les personnes infectées doivent être informées de ne pas avoir de relations sexuelles pendant sept jours et jusqu'à ce qu'elles n'aient plus de symptômes. La gonorrhée, la syphilis et le VIH doivent être testés chez les personnes infectées. Après le traitement, les personnes doivent être testées à nouveau après trois mois. La chlamydia est l'une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes, affectant environ 4,2 % des femmes et 2,7 % des hommes dans le monde. En 2015, environ 61 millions de nouveaux cas sont survenus dans le monde. Aux États-Unis, environ 1,4 million de cas ont été signalés en 2014. Les infections sont plus fréquentes chez les personnes âgées de 15 à 25 ans et sont plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes. En 2015, les infections ont fait environ 200 décès. Le mot chlamydia vient du grec χλαμύδα, qui signifie « manteau ».
Chlamydia (homonymie)/Chlamydia (homonymie) :
La chlamydia est une infection sexuellement transmissible causée par la bactérie Chlamydia trachomatis. Chlamydia peut également faire référence à : Chlamydia (genre), un genre de bactéries pathogènes Chlamydia trachomatis, provoquant des maladies sexuellement transmissibles humaines et des infections oculaires Chlamydia muridarum, provoquant des maladies chez les souris et les hamsters (les Muridae) Chlamydia suis, infecte les porcs (Sus scrofa) Chlamydia psittaci, provoque la fièvre du perroquet
Chlamydia (genre)/Chlamydia (genre) :
Chlamydia est un genre de bactéries Gram-négatives pathogènes qui sont des parasites intracellulaires obligatoires. Les infections à Chlamydia sont les maladies sexuellement transmissibles bactériennes les plus courantes chez l'homme et sont la principale cause de cécité infectieuse dans le monde. Les espèces comprennent Chlamydia trachomatis (un pathogène humain), Ch. suis (ne touche que les porcs) et Ch. muridarum (ne touche que les souris et les hamsters). Les humains contractent principalement Ch. trachomatis, Ch. pneumoniae, Ch. abortus, et Ch. psittaci.
Chlamydia abortus/Chlamydia abortus :
Chlamydia abortus est une espèce de Chlamydiota qui provoque l'avortement et la mort fœtale chez les mammifères, y compris les humains. Chlamydia abortus a été renommée en 1999 Chlamydophila psittaci avec tous les Chlamydiota à l'exception de Chlamydia trachomatis. Ceci était basé sur un manque de production évidente de glycogène et sur la résistance à l'antibiotique sulfadiazine. En 1999, C. psittaci et C. abortus ont été reconnus comme des espèces distinctes sur la base des différences de pathogénicité et d'hybridation ADN-ADN. En 2015, ce nouveau nom est revenu à Chlamydia.
Anticorps Chlamydia/Anticorps Chlamydia :
Les anticorps contre la chlamydia sont des anticorps ciblant les bactéries du genre Chlamydia, mais ils se réfèrent généralement spécifiquement aux anticorps ciblant Chlamydia trachomatis, qui est la cause de l'infection à chlamydia chez l'homme.
Chlamydia caviae/Chlamydia caviae :
Chlamydia caviae est une bactérie qui peut être récupérée de la conjonctive des cobayes souffrant d'inflammation oculaire et d'écoulement oculaire. Il est également possible d'infecter le tractus génital des cobayes avec C. caviae et de provoquer une maladie très similaire à l'infection humaine à Chlamydia trachomatis. C. caviae infecte principalement l'épithélium muqueux et n'est pas invasif. C. caviae est nettement spécifique des cobayes, car les tentatives d'infection des souris, des hamsters, des lapins et des gerbilles ont échoué, à l'exception d'une gerbille infectée expérimentalement. Les cinq isolats connus de C. caviae sont indiscernables, sur la base de la séquence du gène ompA.
Chlamydia félis/Chlamydia félis :
Chlamydia felis (anciennement Chlamydophila felis et avant cela Chlamydia psittaci var. felis) est un pathogène bactérien intracellulaire obligatoire à Gram négatif qui infecte les chats. Il est endémique chez les chats domestiques dans le monde entier, provoquant principalement une inflammation de la conjonctive féline, une rhinite et des problèmes respiratoires. C. felis peut être récupéré de l'estomac et de l'appareil reproducteur. Une infection zoonotique de l'homme par C. felis a été signalée. Les souches FP Pring et FP Cello ont un plasmide extrachromosomique, contrairement à la souche FP Baker. FP Cello produit une maladie mortelle chez la souris, alors que FP Baker ne le fait pas. Une souche FP Baker atténuée et une souche 905 atténuée sont utilisées comme vaccins vivants pour les chats.
Chlamydia muridarum/Chlamydia muridarum :
Chlamydia muridarum est une espèce bactérienne intracellulaire qui appartenait autrefois à Chlamydia trachomatis. Cependant, C. trachomatis n'infecte naturellement que les humains et C. muridarum n'infecte naturellement que les membres de la famille Muridae (comprend à la fois les souris et les hamsters, Alderton, 1996). Deux souches de Chlamydia muridarum, MoPn (initialement nommée Nigg) et SFPD, ont été isolées de souris et de hamsters. La production de glycogène par les deux souches a été démontrée. Le chromosome et le plasmide extrachromosomique de MoPn ont été séquencés. Chlamydia muridarum MoPn se lie aux mAb reconnaissant Chlamydia trachomatis MOMP vs4 core epitope (T) LNPT (IA). L'analyse de la séquence d'ADN indique que ces mAb devraient reconnaître la SFPD et que les mAb du sérogroupe B de Chlamydia trachomatis spécifiques de l'épitope vs4 IAGAG devraient reconnaître la SFPD. MoPn a été isolé en 1942 à partir des poumons de souris suisses albinos asymptomatiques et s'est ensuite révélé capable de provoquer des maladies chez la souris. SFPD a été obtenu à partir d'un hamster, en même temps qu'un agent causal d'iléite proliférative. MoPn s'est avéré sensible à la sulfadiazine. Contrairement à la chlamydia trachomatis, la chlamydia muridarum est dépourvue d'opéron tryptophane. Pour cette raison, la chlamydia muridarum répond à l'interféron gamma (IFN-γ) différemment de la chlamydia trachomatis, ce qui affecte le degré d'inhibition des deux souches de chlamydia différentes chez les souris et les humains infectés, respectivement.
Chlamydia pecorum/Chlamydia pecorum :
Chlamydia pecorum, également connue sous le nom de Chlamydophila pecorum, est une espèce de Chlamydiaceae issue de ruminants, tels que les bovins, les ovins et les caprins. Il a également infecté des koalas et des porcs. Les souches de C. pecorum sont diverses sur le plan sérologique et pathogène. Chez les koalas, C. pecorum provoque des infections du système reproducteur et des voies urinaires, ainsi que des pneumonies, l'infertilité et la mort. Il est considéré comme l'une des maladies infectieuses les plus importantes qui sévissent actuellement chez les koalas. C.pecorum est l'espèce de chlamydia la plus commune pour infecter les koalas et est la plus pathogène. Chez d'autres animaux, C. pecorum a été associé à l'avortement, à la conjonctivite, à l'encéphalomyélite, à l'entérite, à l'arthrite et à la polyarthrite.
Chlamydia pneumoniae/Chlamydia pneumoniae :
Chlamydia pneumoniae est une espèce de Chlamydia, une bactérie intracellulaire obligatoire qui infecte les humains et est une cause majeure de pneumonie. Il était connu sous le nom d'agent respiratoire aigu de Taiwan (TWAR) d'après les noms des deux isolats originaux - Taiwan (TW-183) et un isolat respiratoire aigu désigné AR-39. En bref, il était connu sous le nom de Chlamydophila pneumoniae, et ce nom est utilisé comme alternative dans certaines sources. Dans certains cas, pour éviter toute confusion, les deux noms sont donnés. Chlamydia pneumoniae a un cycle de vie complexe et doit infecter une autre cellule pour se reproduire ; ainsi, il est classé comme pathogène intracellulaire obligatoire. La séquence complète du génome de C. pneumoniae a été publiée en 1999. Il infecte et provoque également des maladies chez les koalas, les boas émeraude (Corallus caninus), les iguanes, les caméléons, les grenouilles et les tortues. Le premier cas connu d'infection par C. pneumoniae était un cas de conjonctivite à Taïwan en 1950. Il n'y a aucun cas connu de C. pneumoniae dans l'histoire humaine avant 1950. Cette bactérie atypique provoque généralement une pharyngite, une bronchite, une maladie coronarienne et une pneumonie atypique. en plus de plusieurs autres maladies possibles.
Chlamydia psittaci/Chlamydia psittaci :
Chlamydia psittaci est une espèce bactérienne intracellulaire mortelle qui peut provoquer une chlamydiose aviaire endémique, des épidémies épizootiques chez les mammifères et une psittacose respiratoire chez l'homme. Les hôtes potentiels comprennent les oiseaux sauvages et les volailles domestiques, ainsi que les bovins, les porcs, les moutons et les chevaux. C. psittaci se transmet par inhalation, contact ou ingestion chez les oiseaux et les mammifères. La psittacose chez les oiseaux et chez les humains commence souvent par des symptômes pseudo-grippaux et devient une pneumonie potentiellement mortelle. De nombreuses souches restent au repos chez les oiseaux jusqu'à ce qu'elles soient activées par le stress. Les oiseaux sont d'excellents vecteurs très mobiles pour la propagation de l'infection à chlamydia, car ils se nourrissent des détritus d'animaux infectés de toutes sortes et y ont accès. C. psittaci chez les oiseaux est souvent systémique et les infections peuvent être inapparentes, graves, aiguës ou chroniques avec une excrétion intermittente. Les souches de C. psittaci chez les oiseaux infectent les cellules épithéliales muqueuses et les macrophages des voies respiratoires. Une septicémie finit par se développer et les bactéries se localisent dans les cellules épithéliales et les macrophages de la plupart des organes, de la conjonctive et du tractus gastro-intestinal. Il peut également être transmis dans les œufs. Le stress déclenche généralement l'apparition de symptômes graves, entraînant une détérioration rapide et la mort. Les souches de C. psittaci ont une virulence similaire, se développent facilement en culture cellulaire, ont des gènes d'ARNr 16S qui diffèrent de <0,8 % et appartiennent à huit sérotypes connus. Tous doivent être considérés comme facilement transmissibles à l'homme. Le sérotype A de C. psittaci est endémique chez les oiseaux psittacidés et a provoqué des zoonoses sporadiques chez l'homme, d'autres mammifères et des tortues. Le sérovar B est endémique chez les pigeons, a été isolé chez les dindes et a également été identifié comme la cause d'avortement dans les troupeaux de vaches laitières. Les sérovars C et D sont des risques professionnels pour les travailleurs des abattoirs et pour les personnes en contact avec les oiseaux. Des isolats de sérovar E (appelés Cal-10, MP ou MN) ont été obtenus à partir d'une variété d'hôtes aviaires dans le monde entier et, bien qu'ils aient été associés à l'épidémie des années 1920 à 1930 chez l'homme, un réservoir spécifique pour le sérovar E n'a pas été identifié. Les sérovars M56 et WC ont été isolés lors d'épidémies chez des mammifères. De nombreuses souches de C. psittaci sont sensibles aux bactériophages.
Recherche sur la chlamydia/Recherche sur la chlamydia :
La recherche sur la chlamydia est l'étude systématique des organismes du groupe taxonomique de bactéries Chlamydiota (anciennement Chlamydiae), les procédures de diagnostic pour traiter les infections, la maladie chlamydia, les infections causées par les organismes, l'épidémiologie de l'infection et le développement de vaccins. Le processus de recherche peut inclure la participation de nombreux chercheurs qui travaillent en collaboration avec des organisations distinctes, des entités gouvernementales et des universités.
Chlamydia suis/Chlamydia suis :
Chlamydia suis fait partie du genre Chlamydia. C. suis n'a été isolé que chez le porc, chez qui il pourrait être endémique. Du glycogène a été détecté dans des inclusions de Chlamydia suis dans des tissus porcins infectés et dans des cultures cellulaires. C. suis est associé à la conjonctivite, à l'entérite et à la pneumonie chez le porc. Certaines souches ont une résistance accrue à la sulfadiazine et à la tétracycline. Plusieurs souches de C. suis sont connues pour avoir un plasmide extrachromosomique, pCS. Les souches de C. suis sont un peu plus diversifiées que les autres espèces de chlamydia. Les produits du gène ompA déduits de diverses souches de Chlamydia suis contiennent les épitopes vs4 TLNPTIAG(AKT)G(DKNT), TWNPTIAGAGS ou TLNPTISGKGQ. Ces épitopes sont identiques ou presque identiques aux épitopes centraux de Chlamydia MOMP NPTI, TLNPTI, LNPTIA ou LNPTI, qui sont reconnus par Chlamydia trachomatis vs4 mAbs. Ils sont également identiques ou presque identiques aux épitopes TIAGAGD et IAGAG, qui sont reconnus par les mAb du sérogroupe B de C. trachomatis.
Chlamydia trachomatis/Chlamydia trachomatis :
Chlamydia trachomatis (), communément appelée chlamydia, est une bactérie qui cause la chlamydia, qui peut se manifester de diverses manières, notamment : trachome, lymphogranulome vénérien, urétrite non gonococcique, cervicite, salpingite, maladie inflammatoire pelvienne. C. trachomatis est la cause infectieuse la plus courante de cécité et la bactérie sexuellement transmissible la plus courante. Différents types de C. trachomatis provoquent différentes maladies. Les souches les plus courantes provoquent des maladies dans le tractus génital, tandis que d'autres souches provoquent des maladies dans les yeux ou les ganglions lymphatiques. Comme les autres espèces de Chlamydia, le cycle de vie de C. trachomatis se compose de deux stades de vie morphologiquement distincts : les corps élémentaires et les corps réticulés. Les corps élémentaires ressemblent à des spores et sont infectieux, tandis que les corps réticulés sont au stade réplicatif et ne sont visibles que dans les cellules hôtes.
Chlamydiacées/Chlamydiacées :
Les Chlamydiaceae sont une famille de bactéries gram-négatives appartenant au phylum Chlamydiota, ordre des Chlamydiales. Les espèces de Chlamydiaceae expriment l'épitope lipopolysaccharidique spécifique à la famille αKdo-(2→8)-αKdo-(2→4)-αKdo (précédemment appelé épitope spécifique au genre). Les gènes d'ARN ribosomal de Chlamydiaceae ont tous au moins 90% d'identité de séquence d'ADN. Les espèces de Chlamydiaceae ont une morphologie d'inclusion variable, une teneur variable en plasmide extrachromosomique et une résistance variable à la sulfadiazine. La famille des Chlamydiaceae comprend actuellement un genre et un genre candidat : ​​Chlamydia et candidatus Clavochlamydia.
Chlamydiales/Chlamydiales :
L'ordre bactérien Chlamydiales ne comprend que des bactéries obligatoirement intracellulaires qui ont un cycle de développement de réplication de type chlamydia et au moins 80% d'identité de séquence de gènes d'ARNr 16S ou d'ARNr 23S avec d'autres membres de Chlamydiales. Les chlamydiales vivent dans les animaux, les insectes et les protozoaires. Actuellement, l'ordre des Chlamydiales comprend les familles Chlamydiaceae, Simkaniaceae et Waddliaceae, qui ont des corps infectieux extracellulaires (EB) à Gram négatif, et Parachlamydiaceae, qui a une coloration Gram variable des EB. La famille des Rhabdochlamydiaceae a été proposée.
Chlamydiamicrovirus/Chlamydiamicrovirus :
Chlamydiamicrovirus est un genre de virus de la famille des Microviridae, de la sous-famille des Gokushovirinae. Diverses espèces de chlamidia servent d'hôtes naturels. Il existe quatre espèces dans ce genre.
Chlamydiote/Chlamydiote :
Les Chlamydiota (synonyme Chlamydiae) sont un phylum bactérien et une classe dont les membres sont remarquablement diversifiés, y compris des agents pathogènes humains et animaux, des symbiotes de protozoaires omniprésents et des formes de sédiments marins encore mal comprises. Tous les Chlamydiota que les humains connaissent depuis de nombreuses décennies sont des bactéries intracellulaires obligatoires ; en 2020, de nombreux Chlamydiota supplémentaires ont été découverts dans des environnements de fond océanique, et on ne sait pas encore s'ils ont tous des hôtes. Historiquement, on croyait que tous les Chlamydiota avaient une paroi cellulaire sans peptidoglycane, mais des études dans les années 2010 ont démontré une présence détectable de peptidoglycane, ainsi que d'autres protéines importantes. Parmi les Chlamydiota, tous ceux connus de longue date de la science ne poussent qu'en infectant cellules hôtes eucaryotes. Ils sont aussi petits ou plus petits que de nombreux virus. Ils sont de forme ovoïde et se colorent Gram-négatif. Ils dépendent de la réplication à l'intérieur des cellules hôtes ; ainsi, certaines espèces sont qualifiées d'agents pathogènes intracellulaires obligatoires et d'autres sont des symbiotes de protozoaires omniprésents. La plupart des Chlamydiota intracellulaires sont situées dans un corps d'inclusion ou une vacuole. En dehors des cellules, ils ne survivent que sous une forme infectieuse extracellulaire. Ces Chlamydiota ne peuvent se développer que là où leurs cellules hôtes se développent et se développent selon un cycle de développement biphasique caractéristique. Par conséquent, Chlamydiota cliniquement pertinent ne peut pas être propagé dans des milieux de culture bactérienne en laboratoire clinique. Ils sont isolés avec le plus de succès lorsqu'ils sont encore à l'intérieur de leurs cellules hôtes. Parmi les divers Chlamydiota qui causent des maladies humaines, les deux espèces les plus importantes sont Chlamydia pneumoniae, qui provoque un type de pneumonie, et Chlamydia trachomatis, qui cause la chlamydia. La chlamydia est l'infection sexuellement transmissible bactérienne la plus courante aux États-Unis, et 2,86 millions d'infections à chlamydia sont signalées chaque année.
Chlamydoabsidia/Chlamydoabsidia :
Chlamydoabsidia est un genre de champignons appartenant à la famille des Cunninghamellaceae.Espèce : Chlamydoabsidia padenii Hesselt. & JJEllis
Chlamydocapsa/Chlamydocapsa :
Chlamydocapsa est un genre d'algues vertes, plus précisément des Chlorophycées.
Chlamydocardie/Chlamydocardie :
Chlamydocardia est un genre de plantes à fleurs appartenant à la famille des Acanthaceae. Son aire de répartition naturelle s'étend de l'ouest de l'Afrique tropicale à l'Ouganda. Le nom du genre Chlamydocardia vient du mot grec chlamydos signifiant manteau ou manteau court et aussi du grec kardia signifiant cœur. Espèce : Chlamydocardia buettneri Lindau Chlamydocardia subrhomboidea Lindau

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Culver Junction station