Rechercher dans ce blog

mardi 12 juillet 2022

Chinese veneration of ancestors


Concepts_du_monde_spirituel_chinois/Concepts du monde spirituel chinois :
Les concepts du monde spirituel chinois sont des pratiques culturelles ou des méthodes trouvées dans la culture chinoise. Certains s'inscrivent dans les domaines d'une religion particulière, d'autres non. En général, ces concepts ont évolué de manière unique à partir des valeurs chinoises de piété filiale, de reconnaissance tacite de la coexistence des vivants et des défunts, et de la croyance en la causalité et la réincarnation, avec ou sans connotation religieuse.
Cuillère chinoise/Cuillère chinoise :
La cuillère chinoise ou cuillère à soupe chinoise est un type de cuillère avec un manche court et épais s'étendant directement à partir d'un bol plat et profond. C'est un ustensile régulier de la cuisine chinoise utilisé pour les liquides, en particulier les soupes, ou les aliments solides en vrac. La plupart sont en céramique. Bien que normalement utilisées comme ustensiles de cuisine, les versions plus grandes de la cuillère chinoise sont également utilisées comme cuillères de service ou louches. Beaucoup peuvent être empilés les uns sur les autres pour le stockage. Les cuillères étaient utilisées dès la dynastie Shang du 2ème millénaire avant JC, à la fois comme outil de cuisine et pour manger, et étaient plus courantes que les baguettes jusqu'au 10ème siècle après JC. Les cuillères chinoises ont généralement des côtés plus hauts et peuvent contenir plus que la soupe occidentale. cuillère. Ces cuillères sont utilisées dans toute l'Asie.
Offensive_printemps chinoise/Offensive printanière chinoise :
L'offensive de printemps chinoise (chinois : 中国春季攻势), également connue sous le nom d'offensive chinoise de cinquième phase (chinois : 第五次战役), était une opération militaire menée par l'armée des volontaires du peuple chinois (PVA) pendant la guerre de Corée. Mobilisant trois armées de campagne totalisant 700 000 hommes pour l'opération, le commandement chinois a mené sa plus grande opération offensive depuis sa deuxième phase offensive en novembre et décembre 1950. L'opération a eu lieu à l'été 1951 et visait à conduire en permanence le Commandement des Nations Unies (UN ) forces au large de la péninsule coréenne. La première poussée de l'offensive est tombée sur les unités du I Corps américain et du IX Corps américain le 22 avril, mais a été stoppée sur la ligne sans nom au nord de Séoul le 30 avril. Le 15 mai 1951, la PVA et l'Armée populaire coréenne (KPA) ont lancé la deuxième impulsion de l'offensive de printemps et ont attaqué l'Armée de la République de Corée (ROK) et le X Corps américain à l'est. Bien qu'initialement couronnés de succès, ils ont été interrompus le 22 mai. Le 20 mai, percevant que l'ennemi était trop étendu, la huitième armée américaine contre-attaqua les forces PVA / KPA épuisées, infligeant de lourdes pertes.
Navire_espion chinois_Beijixing/Navire espion chinois Beijixing :
Beijixing (AGI-851) est le navire de tête du navire espion Type 815 de la Marine de l'Armée populaire de libération (PLAN). Elle s'appelait à l'origine Dongdiao (232). Sa tâche principale est de surveiller et d'analyser l'intelligence des signaux électroniques. Il peut également effectuer des essais de missiles balistiques tactiques, des mesures de trajectoire de missiles et des tâches de poursuite de missiles.
Mouvement standard_chinois/mouvement standard chinois :
Le mouvement standard chinois, également connu sous le nom de mouvement « Tongji » (chinois : 统机, « unifié »), est un mouvement de montre mécanique qui a été développé en République populaire de Chine au cours de son quatrième plan quinquennal dans les années 1970. Il a été conçu par des ingénieurs de plusieurs premières usines horlogères chinoises dans le cadre d'une initiative du ministère de l'Industrie légère visant à consolider l'industrie, et à quelques exceptions près, il est devenu obligatoire pour toutes les usines d'arrêter la production de leurs propres mouvements et de produire en série le mouvement normal. De ce fait, la production du mouvement standard définit toute une époque dans l'histoire de l'horlogerie chinoise. Autrefois les mouvements de montres mécaniques/automatiques les plus couramment produits en Chine, les nombres produits et leur qualité (au moins pour la majorité des mouvements produits) ont depuis considérablement diminué ; aujourd'hui, le mouvement se perpétue généralement dans des variantes simples (même grossières) automatiques et squelettées (c'est-à-dire en utilisant des pièces et des segments évidés de sorte que le fonctionnement interne soit plus visible), généralement installés dans des montres bon marché fabriquées en Chine également.
Cartes des étoiles chinoises/Cartes des étoiles chinoises :
Les cartes des étoiles chinoises ( chinois : s星图, t星圖, xīngtú ) sont généralement des représentations directionnelles ou graphiques des alignements astronomiques chinois. Tout au long de l'histoire de la Chine, de nombreuses cartes d'étoiles ont été enregistrées. Cette page est destinée à répertorier ou à afficher la meilleure version disponible de chaque carte stellaire. Les catalogues d'étoiles sont également répertoriés. À des fins académiques, des cartes d'étoiles connexes trouvées en Asie de l'Est en dehors de la Chine sont également répertoriées.
Noms_étoiles chinois/Noms d'étoiles chinois :
Les noms d'étoiles chinois ( chinois :星名, xīng míng ) sont nommés selon l'astronomie et l'astrologie chinoises anciennes. Le ciel est divisé en demeures étoilées (星宿, xīng xiù, également traduit par "loges") et en astérismes (星官, xīng guān). Le système de 283 astérismes sous Trois Enclos et Vingt-huit Demeures a été établi par Chen Zhuo de la période des Trois Royaumes, qui a synthétisé les anciennes constellations et les astérismes créés par les premiers astronomes Shi Shen, Gan De et Wuxian. Depuis les dynasties Han et Jin, les étoiles ont reçu des numéros de référence dans leurs astérismes dans un système similaire aux désignations Bayer ou Flamsteed, afin que les étoiles individuelles puissent être identifiées. Par exemple, Deneb (α Cyg) est appelé 天津四 (Tiān Jīn Sì, la quatrième étoile de Ford céleste). Sous la dynastie Qing, la connaissance chinoise du ciel a été améliorée par l'arrivée des cartes stellaires européennes. Yixiang Kaocheng, compilé au milieu du XVIIIe siècle par le vice-ministre des Rites de l'époque, Ignaz Kögler, a élargi le catalogue d'étoiles à plus de 3000 étoiles. Les étoiles nouvellement ajoutées (增星, zēng xīng) ont été nommées 增一 (zēng yī, 1ère étoile ajoutée), 增二 (zēng èr, 2ème étoile ajoutée) etc. Par exemple, γ Cephei est appelé 少衛增八(Shào Wèi Zēng Bā, 8e étoile ajoutée de la deuxième garde impériale). Certaines étoiles peuvent avoir reçu plus d'un nom en raison des inexactitudes des cartes stellaires traditionnelles. Bien qu'il y ait peu de désaccord sur la correspondance entre les noms d'étoiles traditionnels chinois et occidentaux pour les étoiles plus brillantes, de nombreux astérismes, en particulier ceux originaires de Gan De, ont été créés principalement à des fins astrologiques et ne peuvent être cartographiés que sur des étoiles très sombres. La première tentative de cartographie complète des constellations chinoises a été faite par Paul Tsuchihashi à la fin du 19e siècle. En 1981, basée sur Yixiang Kaocheng et Yixiang Kaocheng Xubian, la première carte complète des étoiles et constellations chinoises a été publiée par Yi Shitong (伊世同). La liste est basée sur Atlas Comparing Chinese and Western Star Maps and Catalogs by Yi Shitong (1981 ) et Star Charts in Ancient China par Chen Meidong (1996). Dans quelques cas, la signification des noms est vague en raison de leur ancienneté. Dans cet article, la traduction du Hong Kong Space Museum est utilisée.
Oeufs cuits à la vapeur chinois/Oeufs cuits à la vapeur chinois :
Les œufs cuits à la vapeur chinois ou les œufs à l'eau sont un plat traditionnel chinois que l'on trouve dans toute la Chine. Les œufs sont battus jusqu'à une consistance similaire à celle utilisée pour une omelette, puis cuits à la vapeur. Il est parfois appelé crème aux œufs sur les menus. Consommé froid, il a le goût et la texture d'une gélatine sans sucre (sauf ajout).
Vapeur chinois_Confucius/Vapeur chinois Confucius :
Confucius ( chinois :孔 夫 子; pinyin : Kǒngfūzǐ ; Wade – Giles : K'ung Fu Tzu ) était l'un des premiers bateaux fluviaux armés de la dynastie Qing et l'un des premiers navires modernes de Chine.
Stèles chinoises/stèles chinoises :
knhj
Riz gluant chinois/riz gluant chinois :
Le riz gluant chinois ( chinois :糯米飯; pinyin : nuòmǐ fàn ou chinois :油飯; pinyin : yóufàn ; Pe̍h-ōe-jī : iû-pn̄g ) est un plat de riz chinois généralement préparé à partir de riz gluant et peut inclure de la sauce soja , sauce aux huîtres , oignons verts, coriandre et autres ingrédients. Le plat est généralement servi en dim sum.
Raie de Chine / Raie de Chine :
La raie chinoise, Hemitrygon sinensis, est une espèce de raie peu connue de la famille des Dasyatidae, trouvée dans le nord-ouest de l'océan Pacifique au large des côtes de la Chine et de la Corée. Cette espèce se caractérise par une bande de petits denticules dermiques courant le long de la surface supérieure de son disque de nageoire pectorale en forme de losange, du museau à la colonne vertébrale de la queue. Il peut atteindre 40 cm (16 po) de diamètre et 82 cm (32 po) de long. La raie de Chine est capturée accidentellement dans les chaluts de fond et est l'une des trois raies les plus commercialisées en Chine. À l'heure actuelle, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a évalué son statut de conservation comme étant en danger.
Chinese stock_bubble_of_2007/Bulle boursière chinoise de 2007 :
La bulle boursière chinoise de 2007 ( chinois simplifié :中国股灾; chinois traditionnel :中國股災; pinyin : Zhōngguó gǔ zāi ) était la chute boursière mondiale du 27 février et novembre 2007 qui a anéanti des centaines de milliards de valeur marchande. Après des rumeurs selon lesquelles les autorités économiques gouvernementales chinoises allaient augmenter les taux d'intérêt pour tenter de freiner l'inflation et qu'elles prévoyaient de réprimer le commerce spéculatif avec de l'argent emprunté, l'indice composite SSE de la Bourse de Shanghai a chuté de 9 %, la plus forte baisse en 10 ans. La chute des marchés asiatiques a provoqué des répercussions sur le marché mondial alors que le monde réagissait à l'effondrement de 9 % du marché boursier chinois. La correction chinoise a déclenché des baisses et un malaise majeur sur presque tous les marchés financiers du monde.Après la chute du marché chinois, le Dow Jones Industrial Average aux États-Unis a chuté de 416,02 points, soit 3,29%, passant de 12 632,26 à 12 216,24 au milieu des craintes pour les perspectives de croissance, puis la plus grande glissade d'une journée depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Le S&P 500 a connu une baisse plus importante de 3,47 %. Les ordres de vente ont été passés si rapidement qu'un ordinateur d'analyse supplémentaire a dû être utilisé, provoquant une chute instantanée de 200 points à un moment donné du Dow Industrials. novembre 2008.
Bourses chinoises/Bourses chinoises :
Les bourses chinoises peuvent faire référence aux trois principales bourses de Chine continentale : Bourse de Pékin Bourse de Shanghai Bourse de Shenzhen
Crash_boursier_chinois/krach boursier chinois :
Le krach boursier chinois peut faire référence à : Bulle boursière chinoise de 2007 2015-2016 Turbulences boursières chinoises
Tortue chinoise à col rayé/Tortue chinoise à col rayé :
La tortue chinoise à cou rayé ( Mauremys sinensis ) ou tortue fil d'or , est une espèce de tortue de la famille des Geoemydidae . Comme beaucoup d'autres Geoemydidae, cette espèce s'hybride vigoureusement avec des membres apparentés et moins apparentés de sa famille. C'est l'une des deux espèces les plus couramment trouvées utilisées pour la divination qui ont été récupérées sur les sites de la dynastie Shang, bien que la capitale Shang se trouve à plus de 1000 km au nord de son aire de répartition actuelle.
Hamster rayé_chinois/hamster rayé chinois :
Le hamster rayé chinois (Cricetulus barabensis), également connu sous le nom de hamster nain rayé, est une espèce de hamster. Il est distribué dans toute l'Asie du Nord, du sud de la Sibérie à la Mongolie et au nord-est de la Chine jusqu'au nord de la Corée du Nord. Un hamster rayé chinois adulte pèse de 20 à 35 g (0,7 à 1,2 oz) et a une longueur de corps de 72 à 116 mm (2,8 à 4,6 po) avec une queue de 15 à 26 mm (0,6 à 1,0 po). Il est plus petit et a une queue beaucoup plus courte que le grand hamster à longue queue, Tscherskia triton, qui habite une grande partie de la même aire de répartition.
Esturgeon chinois/esturgeon chinois :
L'esturgeon chinois (Acipenser sinensis ; chinois :中華鱘 ; pinyin : zhōnghuá xún) est un membre en danger critique d'extinction de la famille des Acipenseridae dans l'ordre des Acipenseriformes. Historiquement, ce poisson anadrome a été trouvé en Chine, au Japon et dans la péninsule coréenne, mais il a disparu de la plupart des régions en raison de la perte d'habitat et de la surpêche.Il est strictement protégé par le gouvernement chinois, nommé "trésor national" tout comme son homologue mammifère, le panda géant. La Chine a plusieurs programmes de conservation, y compris des réserves spécifiquement destinées à cette espèce et le repeuplement par le lâcher de juvéniles dans le fleuve Yangtze.
Sous-marin chinois_361/Sous-marin chinois 361 :
Le numéro de coque du sous-marin n ° 361 nommé Great Wall # 61 (长 城 61 号) était un sous-marin diesel / électrique conventionnel de la marine de l'Armée populaire de libération chinoise Type-035AIP (variante ES5E) (nom de rapport OTAN Ming III). En avril 2003, lors d'un exercice en mer Jaune entre la Corée du Nord et la province chinoise du Shandong, le navire a subi une panne mécanique qui a tué les 70 membres d'équipage à bord. Ce fut l'une des pires catastrophes militaires chinoises en temps de paix. Le commandant de la marine de l'APL Shi Yunsheng et le commissaire politique Yang Huaiqing ont tous deux été licenciés à la suite de l'accident.
Sous-marin chinois Changcheng_237/Sous-marin chinois Changcheng 237 :
Le Changcheng 237 est un sous-marin de type 033 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois Changcheng_274/Sous-marin chinois Changcheng 274 :
Le Changcheng 274 est un sous-marin de type 6633 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois Changcheng_279/Sous-marin chinois Changcheng 279 :
Le Changcheng 279 est un sous-marin de type 033 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois Changcheng_280/Sous-marin chinois Changcheng 280 :
Le Changcheng 280 est un sous-marin de type 033 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois Changcheng_303/Sous-marin chinois Changcheng 303 :
Le Changcheng 303 est un sous-marin de type 033 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois Changcheng_349/Sous-marin chinois Changcheng 349 :
Le Changcheng 349 est un sous-marin de type 033 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois Changcheng_353/Sous-marin chinois Changcheng 353 :
Le Changcheng 353 est un sous-marin de type 035 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin chinois_Changzheng_1/Sous-marin chinois Changzheng 1 :
Changzheng 1 (401) ("Long March 1") est un sous-marin nucléaire d'attaque de type 091 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Sous-marin_chinois_Mount_Tai/Sous-marin chinois Mount Tai :
L'appel d'offres sous-marin chinois Mount Tai a été le premier appel d'offres sous-marin de la marine de l'Armée populaire de libération (PLAN), et pendant la majeure partie de sa durée de vie, c'était le plus grand navire PLANS.
Miroirs_soleil_et_lune_chinois/Miroirs soleil et lune chinois :
Le miroir solaire ( chinois :陽燧; pinyin : yángsuì ) était un ancien miroir brûlant chinois qui concentre la lumière du soleil pour enflammer l'amadou, et le miroir lunaire ( chinois :方 諸; pinyin : fāngzhū ) était un appareil qui recueille la rosée nocturne par condensation. Ces deux ustensiles en bronze sont des métaphores littéraires du yin et du yang, associant le yangsui « yang-miroir » au soleil (alias tàiyáng 太陽 « grand yang »), le feu, sec et rond, et le « yin-miroir » fangshu au lune (tàiyīn 太陰 "grand yin"), eau, humide et carrée.
Nom de famille chinois/Nom de famille chinois :
Les noms de famille chinois sont utilisés par les groupes ethniques chinois Han et sinisés en Chine, à Taïwan, en Corée, au Vietnam et parmi les communautés chinoises d'outre-mer du monde entier telles que Singapour et la Malaisie. Les noms chinois écrits commencent par des noms de famille, contrairement à la tradition occidentale dans laquelle les noms de famille sont écrits en dernier. Environ 2 000 noms de famille chinois Han sont actuellement utilisés, mais la grande proportion de Chinois Han n'utilise qu'un nombre relativement restreint de ces noms de famille; 19 noms de famille sont utilisés par environ la moitié des Chinois Han, tandis que 100 noms de famille sont utilisés par environ 87 % de la population. Un rapport de 2019 donne les noms de famille chinois les plus courants comme Wang et Li, chacun partagé par plus de 100 millions de personnes en Chine. Les dix autres noms de famille chinois les plus courants sont Zhang, Liu, Chen, Yang, Huang, Zhao, Wu et Zhou. Deux types distincts de noms de famille chinois existaient dans la Chine ancienne, à savoir xing (chinois : 姓 ; pinyin : xìng) noms de clans ancestraux et shi ( chinois :氏; pinyin : shì ) noms de lignée de branche. Plus tard, les deux termes ont commencé à être utilisés de manière interchangeable, et de nos jours, xing fait référence au nom de famille et shi peut faire référence au clan ou au nom de jeune fille. Les deux termes peuvent également être utilisés ensemble comme xingshi pour les noms de famille ou les noms de famille. La plupart des noms de famille chinois (xing) actuellement utilisés étaient à l'origine shi. On pense que l'ancien nom de famille xing est matrilinéaire, mais le nom de famille chinois Han est exclusivement patrilinéaire depuis plus de deux mille ans, passant du père aux enfants. Ce système de noms de famille patrilinéaires est inhabituel dans le monde dans sa longue période de continuité et de profondeur de l'histoire écrite, et les Chinois peuvent considérer leurs noms de famille comme faisant partie de leur parenté partagée et de leur identité chinoise Han. Les femmes ne changent normalement pas de nom de famille lors du mariage, sauf parfois dans des endroits aux influences plus occidentales comme Hong Kong. Traditionnellement, les noms de famille chinois ont été exogames en ce sens que les gens ont tendance à épouser ceux qui portent des noms de famille différents. Les noms de famille chinois les plus courants ont été compilés dans l'ouvrage de la dynastie Song Hundred Family Surnames, qui répertorie plus de 400 noms. Les expressions familières lǎobǎixìng (老百姓; lit. "les cent noms de famille anciens") et bǎixìng (百姓, lit. "les cent noms de famille") sont utilisées en chinois pour signifier "les gens ordinaires", "les gens" ou "les roturiers".
Thé sucré chinois/Thé sucré chinois :
Le thé sucré chinois, également connu sous le nom de Tian-cha, est une tisane traditionnelle chinoise, à base de feuilles de mûre chinoise (Rubus suavissimus). Ces feuilles contiennent un édulcorant naturel, appelé rubusoside, qui est 200 fois plus sucré que le sucre de canne. Le thé est utilisé depuis longtemps pour soulager les symptômes rénaux, et une étude japonaise récente indique également qu'il a des effets anti-inflammatoires et qu'il aide à lutter contre les allergies.
Épée chinoise/Épée chinoise :
Historiquement, une épée chinoise est classée en deux types, jian et dao. Les jians sont des épées droites à double tranchant tandis que les daos sont à simple tranchant et principalement incurvés depuis la dynastie Song. Le jian a parfois été traduit par une longue épée et le dao par un sabre ou un couteau. Les jians en bronze sont apparus pendant la période des Zhou occidentaux et sont passés au fer forgé et à l'acier à la fin de la période des Royaumes combattants. Dans les temps modernes, l'épée de l'officier de cérémonie de la marine chinoise a été calquée sur le jian traditionnel depuis 2008. Outre les armes spécialisées comme le Dao divisé, les épées chinoises mesurent généralement de 70 à 110 cm (28 à 43 po) de longueur, bien que des épées plus longues ont été trouvées à l'occasion. En dehors de la Chine, les épées chinoises ont également été utilisées au Japon du troisième au sixième siècle après JC, mais ont été remplacées par des épées japonaises indigènes au milieu de l'ère Heian.
Sabre chinois / Sabre chinois :
L'escrime chinoise englobe une variété de styles de combat à l'épée originaires de Chine. Aucun système chinois n'enseigne exclusivement l'escrime (comme c'est le cas avec les sports modernes tels que l'escrime ou le kendo), mais de nombreuses écoles éclectiques d'arts martiaux chinois incluent des instructions pour utiliser des versions à une ou deux mains de l'épée à un tranchant (dao) et le épée à double tranchant (jian). De nombreux styles d'arts martiaux chinois enseignent l'art de l'épée. Wudang Sword est un terme générique pour tous les styles d'épée enseignés dans la famille des arts martiaux Wudang chuan. Le Taijijian est l'art du sabre enseigné dans le Taijiquan. Shuangdao ( chinois simplifié :双刀; chinois traditionnel :雙刀) est le terme chinois désignant le maniement simultané de deux dao.
Tabloïd chinois/tabloïd chinois :
Le tabloïd chinois fait référence à un format de journal qui est devenu extrêmement populaire en République populaire de Chine au milieu des années 1990. Comme les tabloïds dans le reste du monde, ils se concentrent sur le sensationnalisme et le scandale, mais certains commentateurs affirment que dans le contexte des médias en Chine, cela a pour effet de remettre en question les limites gouvernementales en matière de censure de la presse. D'autres soutiennent que bien que les tabloïds aient conduit par inadvertance à une structure de presse fragmentée et décentralisée qui sape les principaux organes du parti, le régime chinois a maintenu une emprise fondamentale sur le discours public grâce à l'influence du marché des médias et au contrôle politique.
Pétrolier chinois_Hua_Chuan/Pétrolier chinois Hua Chuan :
Le pétrolier Hua Chuan (华川) est le premier pétrolier à double usage militaire/civil construit en République populaire de Chine (RPC) pour la marine de l'Armée populaire de libération (PLAN). Construit par le chantier naval de Guangzhou, le pétrolier de 6 000 tonnes est entré en service pour la première fois en mars 2013 et est généralement déployé à des fins civiles en général. Lorsqu'il est activé pour un usage militaire, il agit comme un pétrolier de ravitaillement (AOR), une mission qu'il a effectuée pour la première fois le 25 octobre 2014, prouvant ainsi que la conception a réussi. Spécification : Longueur : 110 mètres Largeur : 11,6 mètres Tonnage : 6 000 tonnes Vitesse : 14,2 kt
Thé chinois/Thé chinois :
Le thé est une boisson à base de feuilles de théiers (Camellia sinensis) et d'eau bouillie. Les feuilles de thé sont traitées selon les méthodes traditionnelles chinoises. Le thé chinois se consomme tout au long de la journée, y compris au cours des repas, comme substitut de l'eau plate, pour le bien-être ou pour un simple plaisir.
Culture du thé chinois/Culture chinoise du thé :
Culture chinoise du thé (chinois simplifié : 中国茶文化 ; chinois traditionnel : 中國茶文化) (zhōngguó chá wénhuà, « culture chinoise du thé ») La culture chinoise du thé comprend toutes les facettes du thé, à la fois physiques et spirituelles, qui ont considérablement influencé la culture chinoise à travers l'histoire . Physiquement, il se compose de l'histoire de la culture du thé, du brassage, des techniques de service, des méthodes de consommation, des arts et de la cérémonie du thé. La culture du thé a également des aspects non physiques tels que symboliques, spirituels, religieux, psychologiques et sociaux. Le thé fait partie de la Chine depuis plus de quatre mille ans et continue d'influencer le peuple et la nation aujourd'hui. Liu Qinjin, chercheur chinois sur la culture du thé, définit la culture « comme une sorte de comportement dans la société humaine, qui a une certaine continuité et une caractéristique de groupe ; ou se réfère à un phénomène humaniste d'une nation, comme l'histoire, les relations humaines, la coutume, la mode de vie, art, loi et valeur." La culture du thé en Chine diffère de celle des pays occidentaux tels que le Royaume-Uni, les États-Unis et la Russie ainsi que des pays voisins d'Asie de l'Est tels que le Japon et la Corée en termes de préparation, le goût et l'occasion où il est consommé. Le thé est encore consommé régulièrement, à la fois lors d'occasions informelles et formelles dans la Chine moderne. En plus d'être une boisson populaire, il est utilisé comme ingrédient intégral dans la médecine traditionnelle chinoise ainsi que dans la cuisine chinoise.
Code_télégraphique chinois/Code télégraphique chinois :
Le code télégraphique chinois, le code télégraphique chinois ou le code commercial chinois ( chinois simplifié :中文电码; chinois traditionnel :中文電碼; pinyin : Zhōngwén diànmǎ ou chinois simplifié :中文电报码; chinois traditionnel :中文電報碼; pinyin : Zhōngwén diànmǎ) est un code décimal à quatre chiffres (codage de caractères) pour télégraphier électriquement des messages écrits avec des caractères chinois.
Séries télévisées chinoises/Drames télévisés chinois :
Les drames télévisés chinois ( chinois simplifié :中国电视连续剧), parfois connus sous le nom de drames C, sont des drames télévisés originaires de Chine ou de la région de la Grande Chine. La Chine produit plus de séries télévisées que tout autre pays. Le genre de drames le plus populaire en Chine est la romance fantastique, avec 47 des 50 drames les plus regardés dans le pays en 2016 appartenant à ce genre. Les séries télévisées chinoises sont populaires et régulièrement diffusées dans toute l'Asie ; notamment au Vietnam, en Malaisie, à Singapour, en Thaïlande, en Indonésie, aux Philippines, au Sri Lanka et au Cambodge.
Architecture des temples chinois/Architecture des temples chinois :
L'architecture des temples chinois fait référence à un type de structures utilisées comme lieu de culte du bouddhisme chinois, du taoïsme ou de la religion populaire chinoise, où les gens vénèrent les dieux et les ancêtres chinois ethniques. Ils peuvent être classés comme: miào (廟) ou diàn (殿), signifie simplement "temple" et consacre principalement les dieux du panthéon chinois, tels que le roi dragon, Tudigong ou Matsu; ou des personnages mythiques ou historiques, comme Guandi ou Shennong. cí (祠), cítáng (祠堂), zōngcí (宗祠) ou zǔmiào (祖廟), faisant référence aux temples ancestraux, consacrant pour la plupart les dieux ancestraux d'une famille ou d'un clan. Temples et monastères taoïstes : 觀 guàn ou 道觀 dàoguàn ; et temples et monastères bouddhistes chinois : 寺 sì ou 寺院 sìyuàn Temple de Confucius qui fonctionne généralement à la fois comme temple et école municipale : 文廟 wénmiào ou 孔廟 kŏngmiào. Temples du dieu de la ville (城隍廟), qui vénère le dieu patron d'un village, d'une ville ou d'une ville. Sanctuaires domestiques plus petits ou niche votive, tels que le culte de Zaoshen et Caishen. terme générique signifiant "sanctuaire" ou "sanctuaire".
Temples chinois_in_Kolkata/Temples chinois à Kolkata :
Les temples chinois sont des sites sacrés pour la pratique de la religion populaire chinoise et du bouddhisme chinois. Kolkata compte une importante population de ressortissants indiens d'origine ethnique chinoise (immigrants et leurs descendants qui ont émigré de Chine à partir de la fin du XVIIIe siècle pour travailler au port de Kolkata ainsi qu'au port de Chennai). Des estimations non officielles situent la population de ressortissants indiens d'origine chinoise à Kolkata entre 5 000 et 200 000, dont la plupart vivent à Tangra ou à proximité. Les Chinois ont apporté avec eux leur culture. Au moins huit des temples chinois sont situés dans l'ancien quartier chinois autour de Tiretta Bazar dans le centre de Kolkata.
Théâtre chinois_(homonymie)/Théâtre chinois (homonymie) :
Le théâtre chinois peut faire référence à : Théâtre du village chinois de Chine (Tsarskoe Selo), Russie, y compris le théâtre d'opéra chinois du théâtre chinois de Catherine la Grande Grauman, ou théâtre chinois TCL, à Hollywood, États-Unis
Théologie chinoise/théologie chinoise :
La théologie chinoise, qui se décline en différentes interprétations selon les textes classiques et la religion commune, et spécifiquement confucéenne, taoïste et autres formulations philosophiques, est fondamentalement moniste, c'est-à-dire qu'elle voit le monde et les dieux de ses phénomènes comme un tout organique , ou cosmos, qui émerge continuellement d'un principe simple. Ceci est exprimé par le concept que "toutes choses ont un seul et même principe" (wànwù yīlǐ 萬物一理). Ce principe est communément appelé Tiān 天, un concept généralement traduit par "Ciel", faisant référence au culmen septentrional et à la voûte étoilée des cieux et à ses lois naturelles qui régulent les phénomènes terrestres et génèrent des êtres comme leurs progéniteurs. Les ancêtres sont donc considérés comme l'équivalent du Ciel au sein de la société humaine, et donc comme le moyen de se connecter au Ciel qui est le "père ancestral le plus élevé" (曾祖父 zēngzǔfù). La théologie chinoise peut également être appelée Tiānxué天學 ("étude du Ciel"), terme déjà utilisé aux XVIIe et XVIIIe siècles. [Contrairement au Dieu des religions occidentales qui est au-dessus de l'espace et du temps], le Dieu de Fuxi, Xuanyuan et Wang Yangming est en dessous de notre espace et de notre temps. ... Pour la pensée chinoise, ancêtre est créateur. Le principe universel qui donne origine au monde est conçu à la fois comme transcendant et immanent à la création. L'idée chinoise du Dieu universel s'exprime de différentes manières ; il existe de nombreux noms de Dieu provenant des différentes sources de la tradition chinoise, reflétant une observation "hiérarchique et multiperspective" du Dieu suprême. Les érudits chinois soulignent que la tradition chinoise contient deux facettes de l'idée de Dieu : l'une est le Dieu personnifié dévotion, et l'autre est le Dieu impersonnel de la recherche philosophique. Ensemble, ils expriment une "définition intégrée du monde moniste". L'intérêt pour la théologie traditionnelle chinoise a augmenté et diminué au fil des différentes périodes de l'histoire de la Chine. Par exemple, le Grand Bond en avant promulgué au milieu du XXe siècle impliquait la destruction pure et simple des temples traditionnels conformément à l'idéologie maoïste. À partir des années 1980, des réveils publics ont eu lieu. Les Chinois croient que les divinités ou étoiles sont disposées dans une "bureaucratie céleste" qui influence les activités terrestres et se reflète dans la hiérarchie de l'État chinois lui-même. Ces croyances ont des similitudes avec le chamanisme asiatique plus large. L'alignement des forces terrestres et célestes est maintenu par la pratique de rites, par exemple les festivals jiao dans lesquels des offrandes sacrificielles d'encens et d'autres produits sont mises en place par les temples locaux, les participants espérant renouveler l'alliance perçue entre les dirigeants communautaires et les dieux.
Pomme-épine chinoise/Pomme-épine chinoise :
La pomme épineuse chinoise est un nom commun pour plusieurs plantes à fleurs de la famille des solanacées et peut faire référence à : Datura ferox Datura quercifolia, originaire du Mexique et du sud-ouest des États-Unis
Grive chinoise / Grive chinoise :
La Grive chinoise (Turdus mupinensis) est un oiseau qui appartient à la famille des Turdidés. On le trouve en Chine et dans l'extrême nord du Vietnam. Ses habitats naturels sont les forêts tempérées et les forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales. Une étude moléculaire récente place les parents les plus proches de la grive chinoise comme les espèces européennes au plumage similaire, la grive musicienne ( T. philomelos ) et la grive vulgaire ( T. viscivorus ), les trois espèces étant les premières ramifications du principal rayonnement de Turdus dans le monde.
Titres chinois/Titres chinois :
Dans les sociétés de langue chinoise du monde entier, un titre honorifique est attaché après le nom de famille d'un individu lorsqu'il s'adresse à cette personne. En plus de s'adresser à des collègues ou à une famille de rang égal ou inférieur, il est considéré comme impoli de se référer aux autres par leur nom uniquement.
Jeton chinois_(devise_alternative)/Jeton chinois (devise alternative) :
Les jetons chinois ( chinois traditionnel : 中國代用幣 ; chinois simplifié : 中国代用币 ; pinyin : zhōng guó dài yòng bì ) étaient une monnaie alternative sous la forme de pièces symboliques produites en Chine à la fin de la dynastie Qing à l'époque de la rébellion de Taiping dans la province de Jiangsu mais pas par le gouvernement de Taiping, qui avait émis sa propre monnaie. Plus tard, des jetons ont de nouveau été émis dans le Jiangsu pendant l'occupation japonaise. Ces jetons étaient généralement fabriqués par des commerçants et des entreprises locales ainsi que par des autorités locales et avaient des valeurs nominales exprimées en leur valeur en pièces de monnaie.
Torpilleur_chinois_Fulong/Torpilleur chinois Fulong :
Fulong ( chinois simplifié :福龙; chinois traditionnel :福龍; pinyin : Fulong ; Wade–Giles : Fu Lung ) était un torpilleur construit pour la marine impériale chinoise , affecté à la flotte de Beiyang . Elle a été construite par Schichau à Elbing, en Allemagne. Initialement commandé par la flotte du Fujian, le navire a été lancé en 1886 et était alors le plus grand torpilleur de Chine. Le navire a servi pendant la première guerre sino-japonaise lors de la bataille de la rivière Yalu, et plus tard lors de la bataille de Weihaiwei, où il a été capturé par les Japonais. Le torpilleur a été mis en service par la marine impériale japonaise sous le nom de Fukuryū (lecture japonaise de 福龍) et est resté actif jusqu'à sa vente à la ferraille en 1908.
Musique_traditionnelle chinoise/Musique traditionnelle chinoise :
La musique traditionnelle chinoise comprend divers genres musicaux hérités depuis des générations en Chine. Plus précisément, ce terme fait référence aux genres musicaux originaires de la dynastie Qing ou avant. Selon l'apparence, les genres peuvent être classés en ensemble instrumental, solo instrumental, théâtre, shuochang, musique de danse et chanson. C'est maintenant la classification principale à la fois dans la recherche et dans l'éducation, bien que certains genres contiennent différentes formes de performance et n'appartiennent donc pas à une seule catégorie. Les genres pourraient également être classés en musique littéraire, musique folklorique, musique religieuse et musique de palais, selon leurs connotations culturelles ou leur objectif.
Théorie de la traduction chinoise/théorie de la traduction chinoise :
La théorie de la traduction chinoise est née du contact avec les États vassaux sous la dynastie Zhou. Il s'est développé grâce à des traductions d'écritures bouddhistes en chinois. C'est une réponse aux universaux de l'expérience de la traduction et aux spécificités de l'expérience de la traduction à partir de langues sources spécifiques vers le chinois. Il s'est également développé dans le contexte de la tradition littéraire et intellectuelle chinoise. Le mot chinois standard moderne fanyi 翻譯 "traduire; traduction" composé fan "retourner; croiser; traduire" et yi "traduire; interpréter". Certains synonymes apparentés sont tongyi 通譯 « interpréter ; traduire », chuanyi 傳譯 « interpréter ; traduire » et zhuanyi 轉譯 « traduire ; retraduire ». Les classiques chinois contiennent divers mots signifiant « interprète ; traducteur », par exemple, sheren 舌人 (lit. « personne de la langue ») et fanshe 反舌 (lit. « retour de la langue »). Le Classique des rites enregistre quatre mots régionaux: ji 寄 "envoyer; confier; compter sur" pour Dongyi 東夷 "Yi-barbares de l'Est", xiang 象 "être comme; ressembler; image" pour Nanman 南蠻 "Hommes-barbares du Sud", didi 狄鞮 "Bottes Di-barbares" pour Xirong 西戎 "Barbares Rong occidentaux", et yi 譯 "traduire; interpréter" pour Beidi 北狄 "Di-barbares du Nord". Dans ces cinq régions, les langues des gens n'étaient pas mutuellement intelligibles, et leurs goûts et leurs désirs étaient différents. Pour faire appréhender ce qui était dans leur esprit, et pour communiquer leurs goûts et leurs désirs, (il y avait des officiers), - à l'est, appelés émetteurs; au sud, les représentationnistes ; à l'ouest, Tî-tîs ; et dans le nord, des interprètes. (王) Une œuvre des Han occidentaux attribue un dialogue sur la traduction à Confucius. Confucius conseille à un souverain qui souhaite apprendre des langues étrangères de ne pas s'en soucier. Confucius dit au dirigeant de se concentrer sur la gouvernance et de laisser les traducteurs s'occuper de la traduction. La première partie de la théorie de la traduction peut être une phrase attribuée à Confucius dans le Guliang Zhuan : "les noms doivent suivre leurs porteurs, tandis que les choses doivent suivre la Chine" (名從主人,物從中國). En d'autres termes, les noms doivent être translittérés, tandis que les choses doivent être traduites par le sens. À la fin de la dynastie Qing et à l'époque républicaine, des réformateurs tels que Liang Qichao, Hu Shih et Zhou Zuoren ont commencé à s'intéresser à la pratique et à la théorie de la traduction des grands traducteurs de l'histoire chinoise.
Transport chinois_Fu_Po/Transport chinois Fu Po :
Fu Po ( chinois :伏 波; pinyin : Fu Po ; Wade – Giles : Fu-p'o ), était le navire de tête d'une classe de transports armés de la marine impériale chinoise pendant la guerre sino-française , où elle faisait partie de la flotte du Fujian sous Zhang Peilun. Elle était présente à la bataille de Fuzhou le 23 août 1884, l'engagement d'ouverture de la guerre sino-française, où la flotte chinoise a été vaincue par l'escadron français d'Extrême-Orient. Elle a ensuite été convertie en carcasse de réception et de nouveau en transport armé.
Navire au trésor chinois/navire au trésor chinois :
Un navire au trésor chinois ( chinois simplifié :宝船; chinois traditionnel :寶船; pinyin : bǎochuán , littéralement «navire de gemme») est un type de grand navire en bois de la flotte de l' amiral Zheng He , qui a mené sept voyages au début du XVe siècle Dynastie Ming. Selon le scientifique, historien et sinologue britannique Joseph Needham, les dimensions du plus grand de ces navires étaient de 135 mètres (440 pieds) sur 55 mètres (180 pieds). Des historiens comme Edward L. Dreyer sont largement d'accord avec les vues de Needham. Cependant, d'autres historiens ont exprimé des doutes sur les dimensions de ces navires au trésor. Xin Yuan'ou, ingénieur en construction navale et professeur d'histoire des sciences à l'Université Jiao Tong de Shanghai, soutient pour des raisons d'ingénierie qu'il est hautement improbable que les navires au trésor de Zheng He mesuraient 450 pieds de long, et suggère qu'ils étaient probablement plus proches de 200– 250 pieds (61 à 76 m) de longueur.
Poisson-trompette chinois/Poisson-trompette chinois :
Le poisson-trompette chinois, Aulostomus chinensis, est un poisson marin démersal appartenant à la famille des Aulostomidae.
Machine à écrire chinoise/Machine à écrire chinoise :
Une machine à écrire chinoise est une machine à écrire capable de taper des caractères chinois. Les premières machines à écrire européennes ont commencé à apparaître au début du 19ème siècle. Cependant, comme la langue chinoise utilise un système d'écriture logographique, l'ajustement de milliers de caractères chinois sur la machine nécessitait une ingénierie beaucoup plus complexe que les machines à écrire utilisant un simple alphabet latin ou d'autres scripts non logographiques. Une imprimerie chinoise ordinaire utilise 6 000 caractères chinois. Les machines à écrire chinoises et les machines à écrire japonaises similaires inventées par Kyota Sugimoto, qui utilisent des kanji adoptés du système d'écriture chinois, n'ont commencé à apparaître qu'au début du XXe siècle. Il existe au moins cinq douzaines de versions de machines à écrire chinoises, allant de modèles mécaniques de grande taille à des traitements de texte électriques sophistiqués.
Unification chinoise/unification chinoise :
L'unification chinoise, également connue sous le nom d'unification inter-détroit ou réunification chinoise, est l'unification potentielle de territoires actuellement contrôlés ou revendiqués par la République populaire de Chine (« Chine ») et la République de Chine (« Taiwan ») sous un seul entité politique, éventuellement la formation d'une union politique entre les deux républiques. Avec l'indépendance totale de Taiwan, l'unification est l'une des principales propositions pour répondre aux questions sur le statut politique de Taiwan, qui est au centre des relations inter-détroit.
Unification chinoise_(homonymie)/Unification chinoise (homonymie) :
L'unification chinoise ou l'unification de la Chine fait le plus souvent référence à l'unification politique potentielle de la République populaire de Chine et de la République de Chine en un seul État souverain. Unification chinoise peut aussi faire référence à :
Unités_de_mesure_chinoises/Unités de mesure chinoises :
Les unités de mesure chinoises, connues en chinois sous le nom de shìzhì ("système de marché"), sont les unités de mesure traditionnelles des Chinois Han. Bien que les chiffres chinois soient décimaux (base 10) depuis les Shang, plusieurs mesures chinoises utilisent l'hexadécimal (base 16). Les applications locales ont varié, mais les dynasties chinoises ont généralement proclamé des mesures standard et enregistré les systèmes de leurs prédécesseurs dans leurs histoires. De nos jours, la République populaire de Chine maintient certaines unités coutumières basées sur les unités du marché mais normalisées pour arrondir les valeurs dans le système métrique, par exemple le jin ou catty commun d'exactement 500 g. Le nom chinois de la plupart des unités métriques est basé sur celui de l'unité traditionnelle la plus proche; lorsqu'une confusion peut survenir, le mot « marché » (市, shì) est utilisé pour spécifier l'unité traditionnelle et « commun » ou « public » (公, gōng) est utilisé pour la valeur métrique. Taïwan, comme la Corée, a vu ses unités traditionnelles standardisées aux valeurs japonaises et leur conversion en une base métrique, comme le ping taïwanais d'environ 3,306 m2 basé sur le ken carré. La RAS de Hong Kong continue d'utiliser ses unités traditionnelles, désormais légalement définies sur la base d'une équation locale avec des unités métriques. Par exemple, le catty de Hong Kong pèse précisément 604,78982 g. Remarque : Les noms lí (釐 ou 厘) et fēn (分) pour les petites unités sont les mêmes pour la longueur, la surface et la masse ; cependant, ils se réfèrent à différents types de mesures.
Classement_des universités chinoises_(CUAA)/Classement des universités chinoises (CUAA) :
Le classement des universités de Chine publié par la CUAA (Chinese Universities Alumni Association, chinois : 中国校友会网) est l'un des classements universitaires nationaux les plus importants. L'initiation de l'équipe CUAA d'évaluation des universités chinoises remonte au groupe de recherche d'études comparatives des universités de l'Académie chinoise des sciences de gestion fondé en 1989. L'équipe a la plus longue histoire d'évaluation et d'étude cohérentes des universités chinoises avec plus de 30 ans. Le rapport annuel d'évaluation et d'étude des universités en Chine comprend un classement général basé sur
Classement des universités chinoises_(Netbig)/Classement des universités chinoises (Netbig) :
Le classement des universités chinoises est un classement des universités de Chine continentale par Netbig, une société Internet axée sur l'enseignement supérieur, fondée par Jiang Jining, diplômé de l'Université des sciences et technologies de Chine. Le classement est effectué chaque année depuis 1999 et est généralement publié en juillet, à peu près au moment de l'examen d'entrée à l'université. Ce classement a cependant cessé de publier des versions plus récentes depuis 2013.
Classement des universités chinoises_(Wu_Shulian)/Classement des universités chinoises (Wu Shulian) :
Le classement des universités chinoises est un classement des universités de Chine continentale établi par Wu Shulian. Il étudie le "Chinese University Ranking" depuis 1991 et dirige le "Chinese University Ranking Research Group".
Exportation_de_véhicules_d'occasion_chinois/Exportation de véhicules d'occasion chinois :
L'exportation de véhicules d'occasion chinois est un commerce international du marché gris impliquant l'exportation de voitures d'occasion et d'autres véhicules de Chine vers d'autres marchés à travers le monde. Avec 300 millions de voitures en Chine, les véhicules chinois entrent désormais sur le marché des véhicules d'occasion à l'étranger pour stimuler la demande du marché intérieur. Initiative.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cultural group

Contrats culturels / Contrats culturels : Les contrats culturels font référence à la mesure dans laquelle les valeurs culturelles sont ...