Rechercher dans ce blog

mardi 12 juillet 2022

Chinese character of Empress Wu


Croiseur chinois_Hai_Chi/Croiseur chinois Hai Chi :
Hai Chi ( chinois :海 圻; pinyin : Hǎi Qí ; lit. «Boundary of the Sea») était un croiseur protégé de classe Hai Chi de la marine impériale chinoise . Elle était à l'époque le plus grand navire de guerre de la Chine impériale avec un déplacement de 4 300 tonnes et était armé de deux canons de 8 pouces (203 mm) et d'une vitesse de pointe de 24 nœuds (44 km/h ; 28 mph). Elle a ensuite servi dans la marine de la République de Chine, avant d'être sabordée en 1937. La coque du navire a été renflouée en 1960 puis démolie.
Croiseur chinois_Hai_Tien/Croiseur chinois Hai Tien :
Hai Tien ( chinois :海 天; pinyin : Hǎi Tiān ; Wade – Giles : Hai Tien ; lit. 'Heavenly Sea') était le deuxième navire de la classe Hai Chi de croiseurs protégés et l'un des derniers construits pour la dynastie mandchoue Qing .
Croiseur chinois_Hai_Yung/Croiseur chinois Hai Yung :
Hai Yung ( chinois :海容; pinyin : Hǎiróng ) était un croiseur protégé de la marine chinoise . Le Hai Yung faisait partie d'une classe de trois navires construits en Allemagne pour les Chinois après les pertes de la première guerre sino-japonaise. Le navire était un petit croiseur protégé avec des canons à tir rapide, une rupture avec l'accent mis par la marine chinoise d'avant-guerre sur les armes lourdes mais à tir lent pour ses croiseurs. Hai Yung ressemblait aux croiseurs britanniques protégés de la classe Apollo et de la classe italienne Regioni , et peut avoir été calqué sur les croiseurs hollandais similaires de la classe Gelderland . L'Allemagne elle-même augmenterait le nombre de navires similaires pour sa propre marine en commençant par la classe Gazelle et ses successeurs plus rapides jusqu'à la Première Guerre mondiale. En 1906, Hai Yung fut envoyé en voyage de six mois pour étudier les conditions des communautés chinoises d'outre-mer -Asie de l'Est. Une grande partie de la marine a changé de loyauté pour la rébellion qui a renversé la dynastie mandchoue en 1911. Le 24 avril 1916, Hai Yung est entré en collision avec le navire de transport de l'armée chinoise Hsin-Yu dans la mer de Chine orientale au sud des îles Chusan. Hsin-Yu a coulé avec la perte d'environ 1 000 vies. Hai Yung et ses navires jumeaux ont survécu à la révolution et étaient obsolètes en 1935, lorsqu'ils ont été abandonnés. Ils ont tous été sabordés en tant que blockships dans le Yangtsé le 11 août 1937 pendant la Seconde Guerre sino-japonaise.
Croiseur chinois_Jingyuan_(1886)/Croiseur chinois Jingyuan (1886) :
Jingyuan ( chinois :靖遠; pinyin : Jìngyuăn ; Wade–Giles : Ching Yuen ) était un croiseur construit pour la marine impériale chinoise . Elle a été construite par Armstrong Whitworth à Elswick, en Angleterre. C'était l'un des deux croiseurs protégés de classe Zhiyuen construits, aux côtés de son navire jumeau Zhiyuen. Jingyuan était armé d'un plus petit nombre de canons navals de grande taille, par opposition aux navires ultérieurs de ce type (comme la classe Royal Navy Pearl ) qui transportaient un plus grand nombre de canons plus petits. En effet, le canon à tir rapide de calibre moyen n'avait pas encore été introduit, donc la puissance de feu d'un navire de guerre à l'époque était en grande partie fonction du poids de l'obus individuel plutôt que du volume de tir. Les deux navires ont été affectés à la flotte de Beiyang. Jingyuan faisait partie d'une flottille qui a visité les ports au cours de l'été 1889. Jingyuan a vu l'action pour la première fois pendant la première guerre sino-japonaise. Lors de la bataille de la rivière Yalu le 17 septembre 1894, elle était l'un des croiseurs chinois survivants, bien qu'elle ait subi des dommages par le feu. Elle a été coulée en février suivant lors de la bataille de Weihaiwei par un coup de feu tiré depuis un fort chinois capturé. Elle a coulé debout dans des eaux peu profondes et l'amiral Ding Ruchang a donné l'ordre de la détruire par une mine navale. Elle a été élevée l'année suivante pour la ferraille.
Croiseur chinois_Jingyuan_(1887)/Croiseur chinois Jingyuan (1887) :
Jingyuan ( chinois :經 遠; pinyin : Jīngyuǎn ; Wade – Giles : Ching-Yuen ou King-Yuen ) était un croiseur blindé de la flotte Beiyang de la fin de la dynastie Qing . Son navire jumeau était le Laiyuan.
Croiseur chinois_Jiyuan/Croiseur chinois Jiyuan :
Jiyuan ( chinois simplifié :济远; chinois traditionnel :濟遠; pinyin : Jiyuan , parfois Chiyuan ; Wade-Giles : Tsi Yuan ), était un croiseur protégé de la marine impériale chinoise , affecté à la flotte Beiyang . Elle a été construite en Allemagne car la Chine ne disposait pas des installations industrielles nécessaires pour les construire à l'époque. Le Jiyuan était à l'origine destiné à être le troisième cuirassé cuirassé de la classe Dingyuan, mais sa taille a été réduite en raison de problèmes de financement. À la fin, elle a été empêchée de naviguer vers la Chine pendant la guerre sino-française. Lors de la première guerre sino-japonaise, elle a participé à la bataille de Pungdo et à la bataille de la rivière Yalu, qui ont entraîné l'exécution ultérieure de son capitaine. Elle a été capturée par la marine impériale japonaise comme prix de guerre à la bataille de Weihaiwei et commandée comme Saien (済遠 巡洋艦, Saien jun'yōkan) le 16 mars 1895. Sous le drapeau japonais, elle a été utilisée pour bombarder des positions dans l'invasion japonaise de Taïwan, et a été coulé le 30 novembre 1904 après avoir heurté une mine russe pendant la bataille de Port Arthur de la guerre russo-japonaise.
Croiseur chinois_Laiyuan/Croiseur chinois Laiyuan :
Laiyuan ( chinois :來 遠; pinyin : Laiyuan ; Wade – Giles : Lai Yüan ), également connu sous le nom de Lai Yuen , était un croiseur blindé de la flotte Beiyang de la fin de la dynastie Qing . Son navire jumeau était le Jingyuan.
Croiseur chinois_Nan_Chen/Croiseur chinois Nan Chen :
Nan Chen ( chinois :南 琛; pinyin : Nán Chēn ; Wade – Giles : Nan Ch'en ; lit. «Ornement du Sud») était un croiseur non protégé construit pour la marine impériale chinoise . Elle a été construite par Howaldtswerke-Deutsche Werft, Kiel, Allemagne, tandis que son armement a été installé par Armstrong Whitworth, Elswick, Angleterre. Elle était le navire de tête de la classe Nan Chen, aux côtés de son navire jumeau Nan Shui, qui était basé sur la conception du croiseur Kai Chi. Nan Chen était considérée comme obsolète par les puissances occidentales même au moment de sa construction. Elle a été active pendant la guerre sino-française de 1884-1885, d'abord dans le cadre d'un escadron défensif basé à Nankin (aujourd'hui Nanjing). Nan Chen fit alors partie de la force de croiseurs de l'escadre chinoise envoyée pour engager le blocus français de Formose (aujourd'hui Taiwan) qui aboutit à la bataille de Shipu. Après la bataille, Nan Chen a été bloqué dans le port de Ningpo (aujourd'hui Ningbo) jusqu'à la fin de la guerre. Elle a été absorbée par la marine chinoise après la révolution Xinhai et a été frappée en 1919.
Croiseur chinois_Nan_Shui/Croiseur chinois Nan Shui :
Nan Shui ( chinois :南 瑞; pinyin : Nánruì ; lit. «Bénédiction du Sud») était un croiseur non protégé construit pour la marine impériale chinoise . Elle a été construite par Howaldtswerke-Deutsche Werft, Kiel, Allemagne, tandis que son armement a été installé par Armstrong Whitworth, Elswick, Angleterre. Elle, aux côtés de son navire jumeau Nan Chen, qui était basé sur la conception du croiseur Kai Chi. Nan Shui était considérée comme obsolète par les puissances occidentales même au moment de sa construction. Elle a été active pendant la guerre sino-française de 1884-1885, d'abord dans le cadre d'un escadron défensif basé à Nankin (aujourd'hui Nanjing). Nan Shui fit alors partie de la force de croiseurs de l'escadre chinoise envoyée pour engager le blocus français de Formose (aujourd'hui Taiwan) qui aboutit à la bataille de Shipu. Après la bataille, Nan Shui a été bloqué dans le port de Ningpo (aujourd'hui Ningbo) jusqu'à la fin de la guerre. Elle a finalement été mise hors service en 1903 et a été vendue comme ferraille en 1906.
Croiseur chinois_Ning_Hai/Croiseur chinois Ning Hai :
Ning Hai ( chinois :甯 海; lit. «Peaceful Seas») était un croiseur léger de la marine de la République de Chine (ROCN) avant la Seconde Guerre mondiale et le navire de tête de sa classe. Elle a été coulée au début de la Seconde Guerre sino-japonaise par des avions de la marine impériale japonaise, et son épave a été relevée et réparée par les Japonais, réintégrant le service dans la marine japonaise pendant la guerre du Pacifique en tant que navire d'escorte Ioshima. (五百島). Il fut de nouveau coulé en septembre 1944 par un sous-marin de l'USN.
Croiseur chinois_Ping_Hai/Croiseur chinois Ping Hai :
Ping Hai ( chinois :平 海; lit. «Peaceful Seas») était un croiseur léger de la flotte chinoise avant la Seconde Guerre mondiale et le deuxième navire de la classe Ning Hai . Le navire a été posé en Chine selon les spécifications fournies par les Japonais, et des conseillers japonais ont été embauchés pour superviser la construction. Comparé à son navire jumeau Ning Hai, il avait une centrale électrique à faible rendement et manquait d'installations d'hydravions. Son armement anti-aérien était également différent de celui de sa sœur. L'avancement de sa construction a été affecté par l' incident de Mukden (18 septembre 1931) et l' incident du 28 janvier (28 janvier - 3 mars 1932). L'interruption de l'approvisionnement en pièces et la non-coopération des conseillers japonais ont retardé sa date de lancement du 10 octobre 1933 initialement prévu au 28 septembre 1935. La livraison bloquée d'armes anti-aériennes initialement spécifiées signifiait que des remplacements équivalents de ces armes devaient être achetés via l'Allemagne. . Lorsqu'il fut achevé en 1936, le déclenchement officiel de la guerre était à peine dans un an.
Croiseur chinois_Yangwei/Croiseur chinois Yangwei :
Yangwei ( chinois :揚 威; pinyin : Yangwei ; Wade – Giles : Yang-wei ; lit. «Show of Force») était un croiseur construit pour la marine impériale chinoise . Il a été construit par Charles Mitchell & Company à Newcastle Upon Tyne, en Angleterre, d'après une conception de Sir George Wightwick Rendel qui avait déjà été utilisée sur le navire de la marine chilienne Arturo Prat (plus tard le Tsukushi de la marine impériale japonaise). Deux navires sont commandés par les Chinois, le Yangwei et le Chaoyong. Tous deux serviront ensemble tout au long de leur carrière, affectés à la flotte Beiyang et basés à Taku pendant l'été, et à Chemulpo, en Corée, pendant l'hiver. Yangwei n'a vu aucune action pendant la guerre sino-française, mais lors de la première guerre sino-japonaise, elle était dans la ligne chinoise à la bataille de la rivière Yalu le 17 septembre 1894. Elle a été incendiée par le feu combiné de la flotte japonaise. , et a dérivé vers le sud hors de la bataille jusqu'à s'échouer sur un récif. Elle a ensuite été détruite par une torpille à espar d'un bateau du croiseur japonais Chiyoda.
Croiseur chinois_Yat_Sen/Croiseur chinois Yat Sen :
Yat Sen (chinois : 逸仙, pinyin : Yi Xian), nommé d'après le père fondateur, le Dr Sun Yat-sen de la République de Chine et achevé en 1931, était un croiseur léger - ayant plus en commun avec les petits croiseurs de pré -Époque de la Première Guerre mondiale - dans la marine ROC avant la Seconde Guerre mondiale. Une conception agrandie a été établie mais jamais achevée en raison de l'occupation japonaise du chantier naval de Kiangnan.
Croiseur chinois_Ying_Rui/Croiseur chinois Ying Rui :
Ying Rui ( chinois :應 瑞; pinyin : Yìng Ruì ; Wade – Giles : Ying Swei ; lit. 'Propitious Promise') était un croiseur construit pour la marine impériale chinoise , qui servait dans la marine de la République de Chine . Elle a été construite par Vickers Limited à Barrow-in-Furness, en Angleterre. C'était l'un des trois croiseurs protégés de classe Chao Ho construits, bien que chacun ait des spécifications différentes. Initialement désigné comme navire d'entraînement, il a combattu à Amoy (aujourd'hui Xiamen) à l'époque des seigneurs de la guerre, avant de reprendre son rôle d'entraînement. Pendant la seconde guerre sino-japonaise, Ying Rui est affecté à la flotte centrale. Elle fut bombardée en août et septembre 1937 par des avions de la marine impériale japonaise, s'abîmant. Le mois suivant, elle était le dernier navire de la flotte laissé à flot. Alors que son armement était retiré pour être utilisé comme batteries côtières pendant la bataille de Nanjing , il a de nouveau été attaqué par des avions des porte-avions japonais et a été coulé.
Croiseur chinois_Zhiyuan/Croiseur chinois Zhiyuan :
Le Zhiyuan ( chinois :致遠 ; pinyin : Zhiyuan ; Wade–Giles : Chih Yuen ) était un croiseur construit pour la marine impériale chinoise . Elle a été construite par Armstrong Whitworth à Elswick, en Angleterre. C'était l'un des deux croiseurs protégés de classe Zhiyuan construits, aux côtés de son navire jumeau Jingyuen. Zhiyuan était armé d'un plus petit nombre de canons navals de grande taille, par opposition aux navires ultérieurs de ce type (comme la classe britannique Pearl ) qui transportaient un plus grand nombre de canons plus petits. En effet, le canon à tir rapide de calibre moyen n'avait pas encore été introduit, donc la puissance de feu d'un navire de guerre à l'époque était en grande partie fonction du poids de l'obus individuel plutôt que du volume de tir. Les deux navires ont été affectés à la flotte Beiyang et elle a été commandée par Deng Shichang tout au long de sa vie. Elle faisait partie d'une flottille qui visita les ports au cours de l'été 1889. La seule action de Zhiyuan fut la bataille de la rivière Yalu le 17 septembre 1894 pendant la première guerre sino-japonaise . Pendant la bataille, elle a essuyé des tirs nourris des forces japonaises. Ayant été troué, Deng a ordonné au navire d'éperonner un navire adverse. Elle a été détruite lors de sa fermeture, soit par un coup sur l'un de ses tubes lance-torpilles, soit par une torpille japonaise. Cette attaque et l'histoire subséquente de son capitaine et de son chien sont devenues ancrées dans la culture populaire de la République populaire de Chine. Une réplique du Zhiyuan a été construite en 2014 au port de Dandong, tandis que l'épave a été découverte en 2013 après 16 ans de recherche.
Cuisine chinoise/Cuisine chinoise :
La cuisine chinoise est une partie importante de la culture chinoise et comprend des cuisines originaires de Chine. En raison de la diaspora chinoise et de la puissance historique du pays, la cuisine chinoise a influencé de nombreuses autres cuisines en Asie et au-delà, avec des modifications apportées pour répondre aux palais locaux. Les aliments de base chinois tels que le riz, la sauce soja, les nouilles, le thé, l'huile de piment et le tofu, ainsi que des ustensiles tels que les baguettes et le wok, peuvent désormais être trouvés dans le monde entier. Les préférences en matière d'assaisonnement et de techniques de cuisson des provinces chinoises dépendent des différences de contexte historique et de groupes ethniques. Les caractéristiques géographiques, notamment les montagnes, les rivières, les forêts et les déserts, ont également un effet important sur les ingrédients locaux disponibles, étant donné que le climat de la Chine varie du tropical au sud au subarctique au nord-est. La préférence royale et noble impériale joue également un rôle dans le changement de la cuisine chinoise. En raison de l'expansion impériale et du commerce, des ingrédients et des techniques de cuisson d'autres cultures ont été intégrés aux cuisines chinoises au fil du temps. Il existe de nombreux styles régionaux, religieux et ethniques de la cuisine chinoise que l'on trouve en Chine et à l'étranger. Les quatre grandes traditions les plus appréciées de la cuisine chinoise sont Chuan, Lu, Yue et Huaiyang, représentant respectivement les cuisines de l'ouest, du nord, du sud et de l'est de la Chine. Les huit cuisines modernes de Chine sont Anhui (徽菜; Huīcài), Guangdong (粤菜; Yuècài), Fujian (闽菜; Mǐncài), Hunan (湘菜; Xiāngcài), Jiangsu (苏菜; Sūcài), Shandong (鲁菜; Lǔcài ), Sichuan (川菜; Chuāncài) et Zhejiang (浙菜; Zhècài). La couleur, l'odeur et le goût sont les trois aspects traditionnels utilisés pour décrire la cuisine chinoise, ainsi que la signification, l'apparence et la nutrition de la nourriture. La cuisson doit être appréciée en fonction des ingrédients utilisés, du travail au couteau, du temps de cuisson et de l'assaisonnement.
Culture chinoise/Culture chinoise :
La culture chinoise (chinois simplifié : 中华文化 ; chinois traditionnel : 中華文化 ; pinyin : Zhōnghuá wénhuà) est l'une des plus anciennes cultures du monde, née il y a des milliers d'années. La culture prévaut dans une vaste région géographique d'Asie de l'Est et est extrêmement diversifiée et variée, les coutumes et les traditions variant considérablement entre les provinces, les villes et même les villes. Les termes « Chine » et la masse géographique de la « Chine » ont changé au fil des siècles, le nom de famille étant le Grand Qing avant que le nom « Chine » ne devienne monnaie courante dans la modernité. La civilisation chinoise est historiquement considérée comme une culture dominante de l'Asie de l'Est. La Chine étant l'une des premières civilisations antiques, la culture chinoise exerce une profonde influence sur la philosophie, la vertu, l'étiquette et les traditions de l'Asie. Les caractères chinois, la céramique, l'architecture, la musique, la danse, la littérature, les arts martiaux, la cuisine, les arts visuels, la philosophie, l'étiquette commerciale, la religion, la politique et l'histoire ont eu une influence mondiale, tandis que ses traditions et festivals sont célébrés, inculqués et pratiqués par personnes du monde entier.
Cupwing chinois/Cupwing chinois :
Le Cupwing chinois ou Wren-babbler chinois (Pnoepyga mutica) est une espèce d'oiseau de la famille des Pnoepygidae. On le trouve dans le centre-sud de la Chine. Ses habitats naturels sont les forêts tempérées et les forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales.
Monnaie chinoise/Monnaie chinoise :
Le terme monnaie chinoise peut désigner : le renminbi, la monnaie de la République populaire de Chine le nouveau dollar de Taïwan, la monnaie de la République de Chine (Taïwan) le dollar de Hong Kong, la monnaie de la RAS de Hong Kong le yuan (devise), l'unité de base d'un certain nombre de monnaies anciennes et actuelles en Chine.
Douanes chinoises/douanes chinoises :
Les douanes chinoises peuvent désigner : Les agences chargées de percevoir les droits de douane et autres frais sur les marchandises importées ou exportées de Chine, en particulier : L'Administration générale des douanes Le service des douanes maritimes chinoises L'unité d'or des douanes chinoises L'agence chargée de contrôler ses frontières L'inspection de l'immigration en Chine Diverses caractéristiques de la culture chinoise, y compris : les coutumes chinoises avant le mariage
Chinese customs_gold_unit/Unité d'or des douanes chinoises :
L'unité d'or douanière (UGT) était une monnaie émise par la Banque centrale de Chine entre 1930 et 1948. En chinois, le nom de la monnaie était 關金圓 guānjīnyuán, littéralement « yuan or douanier » mais le nom anglais donné au verso de la notes était "l'unité d'or des douanes". Il était divisé en 100 cents (關金分). Comme son nom l'indique, cette monnaie était initialement utilisée pour les paiements douaniers, mais en 1942, elle a été mise en circulation générale pour être utilisée par le public à 20 fois sa valeur nominale en termes de premier yuan chinois.
Dama chinois/Dama chinois :
Dama chinois ( chinois simplifié : 中国大妈 ; chinois traditionnel : 中國大媽 ; lit. « grande mère chinoise ») est un terme pour décrire les femmes chinoises d'âge moyen. Le terme a plusieurs significations et a connu des changements au fil des ans. La définition la plus répandue est celle des femmes chinoises d'âge moyen qui, par leurs choix d'investissement, sociaux et de mode, se comportent différemment des femmes de leur âge dans les générations précédentes en raison des changements sociaux, économiques et démographiques massifs qu'elles ont connus. Historiquement, « dama » avait trois significations : une tante, une femme mariée entre 40 et 60 ans et la première épouse d'un homme qui avait plusieurs épouses. Le terme avait une connotation positive et était un terme affectueux pour les femmes au foyer modestes qui n'étaient peut-être pas familières avec les dernières tendances. En 2013, alors que les prix de l'or chutaient, les femmes chinoises d'âge moyen ont investi d'importantes sommes d'argent dans l'achat d'or. Leurs actions étaient dues à des raisons sociales et économiques. Dotées d'un revenu discrétionnaire et responsables de la façon dont l'argent du ménage est dépensé, les femmes considéraient l'or comme le cadeau parfait pour les filles et les belles-filles. Les prix de l'or ont augmenté en raison de la bulle économique massive créée par les achats de damas. L'auteur de Currency Wars, Song Hongbing, a été la première personne à qualifier les femmes acheteuses d'or de "damas". En août 2013, le Wall Street Journal a publié une vidéo sur l'impact des damas sur le secteur de l'or, devenant ainsi la première publication en anglais à utiliser la représentation en pinyin de l'expression. Les médias ont fait l'éloge des damas pour avoir déjoué les investisseurs de Wall Street avant de se retourner contre eux une fois que les prix de l'or ont chuté. Comme les damas étaient dépeintes comme des femmes avides qui investissaient aveuglément dans l'or, le terme "dama" s'est transformé en ayant des connotations négatives. Damas était dépeint comme ayant peu de considération pour ses concitoyens. L'image stéréotypée des damas est celle des femmes qui aiment faire de la danse carrée pour faire de l'exercice et nouer des amitiés avec d'autres femmes de leur âge. La couverture médiatique négative s'est concentrée sur le fait que les damas dansants jouent de la musique forte dans les espaces publics, ce qui a généré de nombreux conflits avec les résidents voisins. Les Damas portent fréquemment des vêtements aux couleurs vives, des chaussures à talons bas et des collants; sont sans réserve dans leurs interactions ; s'épanouir dans une amitié débridée avec des femmes de leur âge. Ils passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, notamment WeChat, pour échanger des informations avec leur famille et leurs amis. En plus de l'or, ils ont investi dans l'immobilier à la fois localement et à l'étranger, le bitcoin et le marché boursier local. Damas a vécu le Grand Bond en avant et la Révolution culturelle, des périodes marquées par la famine et une grande adversité, qui en ont fait le peuple frugal qu'il est aujourd'hui. La Révolution culturelle a conduit à une diminution sociétale de la piété filiale et à une concentration accrue sur les jeunes, tandis que l'augmentation de l'espérance de vie a fait que les dama sont considérés comme des personnes d'âge moyen avancé au lieu de personnes âgées. Dans un monde où les anciens exemples de vieillissement sont devenus obsolètes, les damas ont forgé leur propre façon de vieillir. La société a parfois mal compris et s'est moquée de leurs tentatives. Teng Wei, professeur à l'Université normale de Chine du Sud, a écrit : "Lorsque nous utilisons dama comme une insulte, ce que nous faisons en réalité, c'est suggérer qu'il y a quelque chose d'intrinsèquement mal à être une femme d'âge moyen. C'est âgiste, classiste - et il est temps arrêter."
Danse chinoise_(homonymie)/Danse chinoise (homonymie) :
La danse en Chine est une forme d'art très variée, composée de nombreux genres de danse modernes et traditionnelles. La danse chinoise peut également faire référence à des danses spécifiques : Danse du lion Danse du dragon Danse Dunhuang Danse Errenzhuan Yangge Baishou Opéra nuo, y compris la danse nuo Danse de fitness chinoise
Date chinoise/Date chinoise :
La date chinoise peut faire référence à :
Desserts chinois/Desserts chinois :
Les desserts chinois ( chinois simplifié : 中式甜点 ; chinois traditionnel : 中式甜點 ; pinyin : Zhōngshì tiándiǎn ) sont des aliments sucrés et des plats qui sont servis avec du thé, pendant les repas ou à la fin des repas dans la cuisine chinoise. Les desserts englobent une grande variété d'ingrédients couramment utilisés dans les cuisines d'Asie de l'Est, tels que le riz gluant en poudre ou entier, les pâtes de haricots sucrés et l'agar. En raison des nombreuses cultures chinoises et de la longue histoire de la Chine, il existe une grande variété de desserts de nombreuses formes.
Destroyer chinois_Changchun_(150)/Destructeur chinois Changchun (150) :
Le Changchun (150) est un destroyer de type 052C de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 31 janvier 2013.
Destroyer chinois_Changsha_(161)/Destructeur chinois Changsha (161) :
Le Changsha (161) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Changsha_(173)/Destructeur chinois Changsha (173) :
Le Changsha (173) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 12 août 2015.
Destroyer chinois_Chengdu / Destroyer chinois Chengdu :
Le Chengdu (120) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 22 novembre 2019.
Destroyer chinois_Chongqing/Destructeur chinois Chongqing :
Le Chongqing (133) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Dalian_(105)/Destructeur chinois Dalian (105) :
Le Dalian (105) est un destroyer de type 055 de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 23 avril 2021.
Destroyer chinois_Dalian_(110)/Destructeur chinois Dalian (110) :
Le Dalian (110) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Fuzhou_(137)/Destructeur chinois Fuzhou (137) :
Le Fuzhou (137) est un destroyer de type 956E de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Guangzhou_(160)/Destructeur chinois Guangzhou (160) :
Le Guangzhou (160) était un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Guangzhou_(168)/Destructeur chinois Guangzhou (168) :
Guangzhou (168) est le navire de tête du destroyer de type 052B de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 15 juillet 2004.
Destroyer chinois_Guilin_(164)/Destructeur chinois Guilin (164) :
Le Guilin (164) est un destroyer Type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Guiyang/Destructeur chinois Guiyang :
Le Guiyang (119) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 22 février 2019.
Destroyer chinois_Haikou_(171)/Destructeur chinois Haikou (171) :
Haikou est un destroyer chinois de type 052C (nom de code OTAN classe Luyang II). Le navire a été posé en 2002, lancé le 30 octobre 2003 et mis en service fin 2005. Le destroyer est actif dans la flotte de la mer du Sud de la République populaire de Chine.
Destroyer chinois_Hangzhou_(136)/Destructeur chinois Hangzhou (136) :
Le Hangzhou (136) est un destroyer de type 956E de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Harbin_(112)/Destructeur chinois Harbin (112) :
Le Harbin (112) est un destroyer de type 052 de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service en mai 1994.
Destroyer chinois_Hefei_(132)/Destructeur chinois Hefei (132) :
Hefei (132) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Hefei_(174)/Destructeur chinois Hefei (174) :
Hefei (174) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 12 décembre 2015.
Destroyer chinois_Hohhot / Destroyer chinois Hohhot :
Hohhot (161) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 12 janvier 2019.
Destroyer chinois_Huainan/Destructeur chinois Huainan :
Huainan (123) est un destroyer de type 052DL de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Jinan_(105)/Destructeur chinois Jinan (105) :
Le Jinan (105) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Jinan_(152)/Destructeur chinois Jinan (152) :
Le Jinan (152) est un destroyer Type 052C de la Marine de l'Armée populaire de libération (PLAN). Elle a été mise en service le 22 décembre 2014.
Destroyer chinois_Kaifeng_(109)/Destructeur chinois Kaifeng (109) :
Le Kaifeng (109) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Kunming/Destructeur chinois Kunming :
Le Kunming (172) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 21 mars 2014.
Destroyer chinois_Lanzhou_(170)/Destructeur chinois Lanzhou (170) :
Lanzhou est le navire de tête des destroyers chinois de type 052C (nom de code OTAN classe Luyang II). Le navire a été posé à la fin de 2002, lancé le 29 avril 2003 et mis en service en juillet 2004. Le destroyer est actif avec la flotte de la mer du Sud de la République populaire de Chine.
Destroyer chinois_Lhassa / Destroyer chinois Lhassa :
Le Lhassa (102) est un destroyer de type 055 de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 7 mars 2021.
Destroyer chinois_Nanchang_(101)/Destructeur chinois Nanchang (101) :
Le Nanchang (101) est un destroyer de type 055 de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 12 janvier 2020.
Destroyer chinois_Nanchang_(163)/Destructeur chinois Nanchang (163) :
Le Nanchang (163) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Nanjing_(131)/Destructeur chinois Nanjing (131) :
Le Nanjing (131) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Nanjing_(155)/Destructeur chinois Nanjing (155) :
Le Nanjing (155) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 2 avril 2018.
Destroyer chinois_Nanning_(1976) / Destroyer chinois Nanning (1976):
Nanning (162) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Nanning_(2019) / Destroyer chinois Nanning (2019) :
Le Nanning (162) est un destroyer de type 052DL de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Ningbo_(139)/Destructeur chinois Ningbo (139) :
Le Ningbo (139) est un destroyer de type 956EM de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Qingdao_(113)/Destructeur chinois Qingdao (113) :
Qingdao (113) est un destroyer de type 052 de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service en mai 1997.
Destroyer chinois_Qiqihar / Destroyer chinois Qiqihar :
Qiqihar (121) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 8 août 2020.
Destroyer chinois_Shenyang_(115)/Destructeur chinois Shenyang (115) :
Le Shenyang (115) est le navire de tête du destroyer de type 051C de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 1er janvier 2006.
Destroyer chinois_Shenzhen_(167)/Destructeur chinois Shenzhen (167) :
Shenzhen (167) est un destroyer de type 051B de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service en février 1999.
Destroyer chinois_Shijiazhuang_(116)/Destructeur chinois Shijiazhuang (116) :
Le Shijiazhuang (116) est le deuxième navire du destroyer de type 051C de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 22 janvier 2007.
Destroyer chinois_Suzhou/Destructeur chinois Suzhou :
Le Suzhou (132) est un destroyer de type 052DL de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Taiyuan/Destructeur chinois Taiyuan :
Le Taiyuan (131) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 29 novembre 2018.
Destroyer chinois_Taizhou_(138)/Destructeur chinois Taizhou (138) :
Taizhou (138) est un destroyer de type 956EM de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Tangshan / Destroyer chinois Tangshan :
Le Tangshan (122) est un destroyer de type 052DL de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 14 août 2020.
Destroyer chinois_Wuhan_(169)/Destructeur chinois Wuhan (169) :
Wuhan (169) est le deuxième navire de destroyer de type 052B de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service en décembre 2004.
Destroyer chinois_Xi%27an_(106)/Destructeur chinois Xi'an (106) :
Xi'an (106) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Xi%27an_(153)/Destructeur chinois Xi'an (153) :
Le Xi'an (153) est un destroyer de type 052C de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 9 février 2015.
Destroyer chinois_Xiamen/Destructeur chinois Xiamen :
Xiamen (154) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 10 juin 2017.
Destroyer chinois_Xining_(108)/Destructeur chinois Xining (108) :
Xining (108) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Xining_(117)/Destructeur chinois Xining (117) :
Le Xining (117) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 22 juin 2017.
Destroyer chinois_Yinchuan_(107)/Destructeur chinois Yinchuan (107) :
Le Yinchuan (107) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Yinchuan_(175)/Destructeur chinois Yinchuan (175) :
Le Yinchuan (175) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 12 juillet 2016.
Destroyer chinois_Zhanjiang_(1988) / Destroyer chinois Zhanjiang (1988) :
Le Zhanjiang (165) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Zhengzhou_(151)/Destructeur chinois Zhengzhou (151) :
Le Zhangzhou (151) est un destroyer de type 052C de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 26 décembre 2013.
Destroyer chinois_Zhuhai_(1990)/Destructeur chinois Zhuhai (1990) :
Le Zhuhai (166) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_Zibo/Destructeur chinois Zibo :
Le Zibo (156) est un destroyer de type 052DL de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 12 janvier 2020.
Destroyer chinois_Zunyi_(134)/Destructeur chinois Zunyi (134) :
Zunyi (134) est un destroyer de type 051 de la marine de l'Armée populaire de libération.
Destroyer chinois_%C3%9Cr%C3%BCmqi/Destructeur chinois Ürümqi :
L'Ürümqi (118) est un destroyer de type 052D de la marine de l'Armée populaire de libération. Elle a été mise en service le 5 janvier 2018.
Diaspora chinoise_en_France / Diaspora chinoise en France :
La diaspora chinoise en France est composée de personnes d'ascendance chinoise nées ou immigrées en France. La population de la communauté est estimée à environ 600 000 à 700 000, ce qui en fait la plus grande communauté asiatique du pays. Bien qu'ils forment une petite partie de la population chinoise d'outre-mer, la diaspora chinoise de France représente la plus grande communauté chinoise d'outre-mer en Europe.
Dictionnaire chinois/Dictionnaire chinois :
Les dictionnaires chinois remontent à plus de deux millénaires jusqu'à la dynastie Han, qui est une histoire lexicographique beaucoup plus longue que toute autre langue. Il existe des centaines de dictionnaires pour la langue chinoise, et cet article traite de certains des plus importants.
Ship_boat_chinois_Tientsin/Bateau d'expédition chinois Tientsin :
Tientsin ( chinois :天 津; pinyin : Tiānjīn ; lit. «Tianjin») était un bateau d'expédition de fabrication britannique lancé en 1863.
dollar chinois/dollar chinois :
Le dollar chinois peut faire référence à diverses devises historiques : le dollar Dai Fook (台伏票, taifupiao) de l'Empire Qing le dollar Yuan Shikai (大洋银, dayangyin) de l'Empire chinois le dollar Fengtian (奉票, fengpiao) du Warlord China le dollar Harbin (大洋票, dayangpiao) de Warlord China Ancien dollar de Taïwan Nouveau dollar de Taïwan
Dominos chinois/dominos chinois :
Les dominos chinois sont utilisés dans plusieurs jeux à base de tuiles, à savoir le tien gow, le pai gow, le tiu u et le kap tai shap. En cantonais, ils sont appelés gwāt pái (骨 牌), ce qui signifie littéralement «tuiles en os»; c'est aussi le nom d'un jeu du nord de la Chine, où les règles sont assez différentes de la version du sud de la Chine du tien gow.
Loir chinois / Loir chinois :
Le loir chinois ou loir du Sichuan ( Chaetocauda sichuanensis ) est une espèce de loir trouvée dans les forêts mixtes subalpines du nord du Sichuan , en Chine , où elle est connue des réserves naturelles de Jiuzhaigou et Wanglang . Il n'est connu que de deux spécimens femelles capturés dans la réserve naturelle de Wanglang et a été décrit pour la première fois par Wang Youzhi en 1985 et remis en vente par Corbet et Hill (1991, 1992) sous un nouveau genre sous le nom de Chaetocauda sichuanensis. C'est actuellement le seul membre du genre Chaetocauda. Les deux spécimens avaient des longueurs de tête et de corps de 90 mm et 91 mm et des longueurs de queue de 92 mm et 102 mm, respectivement. Ils pesaient 24,5 et 36,0 g. Il est nocturne et arboricole, nichant dans les arbres à environ 3 mètres au-dessus du sol, et a été trouvé au-dessus d'une altitude de 2500 m au-dessus du niveau de la mer. Il est classé comme en danger par l'UICN à partir de la Liste rouge de 2004 en raison de son petit habitat isolé. [1]
Dragon chinois/Dragon chinois :
Le dragon chinois, également connu sous le nom de loong, long ou lung, est une créature légendaire de la mythologie chinoise, du folklore chinois et de la culture chinoise en général. Les dragons chinois ont de nombreuses formes animales telles que les tortues et les poissons, mais sont le plus souvent représentés comme des serpents à quatre pattes. Les académiciens ont identifié quatre théories fiables sur l'origine du dragon chinois : les serpents, les alligators chinois, le tonnerre et le culte de la nature. Ils symbolisent traditionnellement des pouvoirs puissants et propices, en particulier le contrôle de l'eau, des précipitations, des typhons et des inondations. Le dragon est également un symbole de pouvoir, de force et de chance pour les personnes qui en sont dignes dans la culture d'Asie de l'Est. À l'époque de la Chine impériale, l'empereur de Chine utilisait généralement le dragon comme symbole de sa force et de sa puissance impériales. Dans la culture chinoise, les personnes excellentes et exceptionnelles sont comparées à un dragon, tandis que les personnes incapables sans réalisations sont comparées à d'autres créatures méprisées, comme un ver. Un certain nombre de proverbes et d'idiomes chinois font référence à un dragon, comme "En espérant que son enfant devienne un dragon" ( chinois simplifié :望子成龙; chinois traditionnel :望子成龍; pinyin : wàng zǐ chéng lóng ). L'impression de dragons dans un grand nombre de pays asiatiques a été influencée par la culture chinoise, comme en Corée, au Vietnam et au Japon. La tradition chinoise a toujours utilisé le totem du dragon comme emblème national, et le "drapeau du dragon jaune" de la dynastie Qing a influencé l'impression que la Chine est un dragon dans de nombreux pays européens. Le dragon blanc du drapeau du Bhoutan moderne est un dragon de style chinois classique. Les noms de famille chinois affiliés incluent 龐 / 庞 (Dragon God, House of Dragon) et 龍 / 龙 (Dragon).
Drame chinois/Drame chinois :
Le théâtre chinois peut faire référence à : Théâtre de Chine Cinéma en langue chinoise : Cinéma de Chine Cinéma de Hong Kong Cinéma de Taïwan Littérature chinoise Drame télévisé chinois
Robe chinoise/robe chinoise :
La robe chinoise peut faire référence à : Hanfu, le vêtement historique du peuple chinois Han Cheongsam, également connu sous le nom de Qipao, une robe une pièce près du corps pour les femmes Changpao, une robe une pièce près du corps pour les hommes
Test de conduite chinois/test de conduite chinois :
Le test de conduite chinois est un test de compétence de conduite officiel effectué en République populaire de Chine (à l'exception de Hong Kong et de Macao) afin d'obtenir la conduite légale de véhicules à moteur. Il est administré par le service administratif de la circulation de l'organisme de sécurité publique. Le contenu des matières d'examen et les normes de qualification ont été uniformément stipulés par les Dispositions sur la demande et l'utilisation des permis de conduire de véhicule à moteur formulées par le Ministère de la sécurité publique de la République populaire de Chine. Le test de conduite en Chine comprend les lois sur la sécurité routière, les réglementations et les sujets de test de connaissances connexes (également appelés "test théorique", appelé "sujet 1"), le test de conduite sur le terrain (communément appelé "test d'enjeu", appelé comme "sujet 2"), test de conduite sur route et test de bon sens de conduite sûre et civilisée (communément appelé "test sur route", appelé "sujet 3"). Le contenu de l'examen et les critères d'éligibilité sont unifiés à l'échelle nationale et les éléments d'examen correspondants sont stipulés en fonction des différents types de conduite.
Cloison sèche chinoise/cloison sèche chinoise :
Les «cloisons sèches chinoises» font référence à un problème de santé environnementale impliquant des cloisons sèches défectueuses fabriquées en Chine, importées aux États-Unis et utilisées dans la construction résidentielle entre 2001 et 2009 - affectant «environ 100 000 maisons dans plus de 20 États». Il s'agit d'un incident isolé localisé aux États-Unis. Dans des échantillons de cloisons sèches contaminées, des tests de laboratoire détecteront le dégagement gazeux de produits chimiques volatils et de gaz sulfureux, notamment le disulfure de carbone, le sulfure de carbonyle et le sulfure d'hydrogène. Les émissions s'aggravent à mesure que la température et l'humidité augmentent, dégageront une odeur sulfurique (œuf pourri) et feront noircir et poudrer les surfaces de cuivre, un processus chimique indiquant une réaction de sulfure d'hydrogène et une indication précoce de cloisons sèches contaminées. Les tuyaux en cuivre, le câblage électrique et les serpentins du climatiseur sont touchés, ainsi que les bijoux en argent. Les propriétaires ont signalé des symptômes de santé, notamment des problèmes respiratoires tels que des crises d'asthme, une toux chronique et des difficultés respiratoires, ainsi que des maux de tête chroniques et des problèmes de sinus.
Réforme_économique_chinoise/Réforme économique chinoise :
La réforme économique chinoise ou réforme et ouverture, connue en Occident sous le nom d'ouverture de la Chine, est le programme de réformes économiques appelé « socialisme aux caractéristiques chinoises » et « économie de marché socialiste » en République populaire de Chine (RPC). Dirigées par Deng Xiaoping, souvent considéré comme l'"architecte général", les réformes ont été lancées par des réformistes au sein du Parti communiste chinois (PCC) le 18 décembre 1978, pendant la période "Boluan Fanzheng". Les réformes ont stagné après la répression militaire des manifestations de la place Tiananmen en 1989, mais ont été relancées après la tournée sud de Deng Xiaoping en 1992. En 2010, la Chine a dépassé le Japon en tant que deuxième économie mondiale en termes de PIB nominal et en 2014 a dépassé les États-Unis en devenir la plus grande économie du monde par le PIB (PPA). Avant les réformes, l'économie chinoise était dominée par la propriété de l'État et la planification centrale. De 1950 à 1973, le PIB réel chinois par habitant a augmenté à un taux de 2,9 % par an en moyenne, mais avec des fluctuations importantes dues au Grand Bond en avant et à la Révolution culturelle. Cela l'a placé près du milieu des nations asiatiques au cours de la même période, avec des pays capitalistes voisins tels que le Japon, la Corée du Sud, Singapour, puis la République de Chine rivale de Chiang Kai-shek (ROC) dépassant le taux de croissance de la Chine continentale. À partir de 1970, l'économie est entrée dans une période de stagnation, et après la mort de Mao Zedong, la direction du Parti communiste a décidé de se tourner vers des réformes axées sur le marché pour sauver l'économie stagnante. Les autorités du Parti communiste ont mené les réformes du marché en deux étapes. La première étape, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, a impliqué la décollectivisation de l'agriculture, l'ouverture du pays aux investissements étrangers et l'autorisation pour les entrepreneurs de créer des entreprises. Cependant, un grand pourcentage d'industries est resté propriété de l'État. La deuxième étape de la réforme, à la fin des années 1980 et dans les années 1990, impliquait la privatisation et la sous-traitance d'une grande partie de l'industrie d'État. La levée du contrôle des prix en 1985 a été une réforme majeure, et la levée des politiques et réglementations protectionnistes a rapidement suivi, bien que les monopoles d'État dans des secteurs tels que la banque et le pétrole soient restés. En 2001, la Chine a rejoint l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Le secteur privé a connu une croissance remarquable, représentant jusqu'à 70 % du produit intérieur brut de la Chine en 2005. De 1978 à 2013, une croissance sans précédent s'est produite, l'économie augmentant de 9,5 % par an. L'administration conservatrice de Hu Jintao a réglementé et contrôlé l'économie plus lourdement après 2005, annulant certaines réformes. D'autre part, un ensemble parallèle de réformes politiques a été lancé par Deng en 1980, qui a également inspiré la Glasnost et la Perestroïka de l'Union soviétique de l'époque, mais a finalement pris fin en 1989 en raison de la répression des manifestations de la place Tiananmen. Le succès des politiques économiques chinoises et la manière dont elles ont été mises en œuvre ont entraîné d'immenses changements dans la société chinoise au cours des 40 dernières années, notamment une réduction considérable de la pauvreté, tandis que les revenus moyens et les inégalités de revenus ont augmenté, entraînant une réaction violente menée par la nouvelle gauche. Sur la scène universitaire, les universitaires ont débattu de la raison du succès de l'économie chinoise «à double voie» et l'ont comparée aux tentatives de réforme du socialisme dans le bloc de l'Est et l'Union soviétique; ainsi qu'à la croissance d'autres économies en développement. De plus, cette série de réformes a conduit à l'ascension de la Chine en tant que puissance mondiale et à un déplacement des intérêts géopolitiques internationaux, en particulier en ce qui concerne le statut politique de Taiwan. Cependant, des questions telles que la corruption, la pollution et une crise démographique vieillissante restent les problèmes de développement les plus graves aujourd'hui. En outre, la manipulation présumée des données économiques par les autorités provinciales chinoises, telles que la communication de chiffres du PIB gonflés pour leurs provinces ou d'autres faux chiffres, est également une préoccupation majeure. L'ère de la réforme aurait pris fin sous la direction de l'actuel secrétaire général du PCC, Xi Jinping, qui s'oppose généralement aux réformes et a annulé de nombreuses réformes de l'ère Deng. Pendant ce temps, le PCC sous Xi a réaffirmé le contrôle de l'État sur différents aspects de la société chinoise, y compris l'économie. Cette délibéralisation est également considérée par un commentateur de Hong Kong comme faisant partie du sujet de la guerre commerciale actuelle entre les États-Unis et la Chine, dans laquelle Washington allègue que Pékin a accordé des avantages commerciaux concurrentiels injustes et discriminatoires aux entreprises publiques et privées chinoises. .
Programme_de_stimulation_économique_chinois/Programme_de_stimulation_économique_chinois :
Le plan de relance économique chinois 2008-09 ( chinois simplifié :扩大内需十项措施 ; chinois traditionnel :擴大內需十項措施 ; pinyin : Kuòdà Nèixū Shíxiàng Cuòshī ) est un plan de relance de 4 billions de RMB ¥ (586 milliards de dollars) annoncé par le Conseil d'État de la République populaire de Chine le 9 novembre 2008 pour tenter de minimiser l'impact de la crise financière de 2007-2008 sur l'économie chinoise. Les détracteurs du plan de relance de la Chine lui ont reproché d'avoir provoqué une augmentation de la dette chinoise depuis 2009, en particulier parmi les gouvernements locaux et les entreprises publiques. 2008 et 1T 2009, il était revenu à plus de 8 % au T2 2009 et à plus de 10 % au T3 2009. La Banque mondiale a ensuite recommandé des campagnes de dépenses de travaux publics similaires aux gouvernements occidentaux subissant les effets de la crise financière, mais les États-Unis et l'UE a plutôt décidé de poursuivre des politiques à long terme d'assouplissement quantitatif (l'achat de billions de dollars d'obligations d'État ou d'autres actifs financiers afin de stimuler l'économie et d'augmenter la liquidité).
Grenouille_comestible chinoise/Grenouille comestible chinoise :
La grenouille chinoise comestible, la grenouille taureau d'Asie de l'Est ou la grenouille taïwanaise (Hoplobatrachus rugulosus) est une espèce de grenouille de la famille des Dicroglossidae. On le trouve au Cambodge, en Chine, à Hong Kong, au Laos, à Macao, en Malaisie, au Myanmar, aux Philippines, à Taïwan, en Thaïlande et au Vietnam. Ses habitats naturels sont les marais d'eau douce, les marais d'eau douce intermittents, les terres arables, les pâturages, les jardins ruraux, les zones urbaines, les étangs, les étangs d'aquaculture, les excavations à ciel ouvert, les terres irriguées, les terres agricoles inondées de façon saisonnière, les canaux et les fossés. Ils se reproduisent du printemps au début de l'été. La variété thaïlandaise domestiquée et les populations chinoises sauvages de H. rugulosus appartiennent respectivement à deux lignées génétiques distinctes. Yu et al. (2015) suggèrent que H. rugulosus pourrait en fait être un complexe d'espèces cryptiques.
Aigrette chinoise/Aigrette chinoise :
L'aigrette chinoise ou l'aigrette de Swinhoe (Egretta eulophotes) est une espèce d'aigrette menacée d'Asie de l'Est. L'espèce a été décrite pour la première fois par Robert Swinhoe en 1860.
Expédition des éléphants de Chine/Expédition des éléphants de Chine :
En mars 2021, un groupe de 14 éléphants d'Asie en Chine a fui la ville de Pu'er dans la province sud-est du Yunnan. En août, ils sont retournés à leur sanctuaire d'origine après un voyage de 1300 km. Ces éléphants étaient au centre de l'attention du peuple chinois et du monde entier.
Broderie chinoise/Broderie chinoise :
La broderie chinoise fait référence à la broderie créée par l'une des cultures situées dans la région qui compose la Chine moderne. C'est l'une des plus anciennes broderies existantes. Les quatre principaux styles régionaux de broderie chinoise sont la broderie de Suzhou (Su Xiu), la broderie du Hunan (Xiang Xiu), la broderie du Guangdong (Yue Xiu) et la broderie du Sichuan (Shu Xiu). Tous sont désignés comme patrimoine culturel immatériel chinois.
Émigration chinoise/émigration chinoise :
Des vagues d'émigration chinoise se sont produites tout au long de l'histoire. Ils incluent l'émigration vers l'Asie du Sud-Est à partir du 10ème siècle pendant la dynastie Tang, vers les Amériques au cours du 19ème siècle, en particulier pendant la ruée vers l'or en Californie au milieu des années 1800; l'émigration générale initialement vers le début au milieu du XXe siècle, principalement causée par la corruption, la famine et la guerre due à l'ère des seigneurs de la guerre, la deuxième guerre sino-japonaise et la guerre civile chinoise ; et enfin l'émigration élective vers les États-Unis. La plupart des émigrants étaient des paysans et des travailleurs manuels, bien qu'il y ait aussi des personnes instruites qui ont apporté leurs diverses expertises à leurs nouvelles destinations.
Chinese Emperors_family_tree/Arbre généalogique des empereurs chinois :
Voici une liste d'articles contenant les arbres généalogiques des empereurs chinois: Arbre généalogique des monarques chinois (ancien) Arbre généalogique des monarques chinois (période des Royaumes combattants) Arbre généalogique des monarques chinois (début) Arbre généalogique des monarques chinois (milieu) Arbre généalogique des monarques chinois (en retard)
Enclaves chinoises_dans_la_vallée_de_San_Gabriel/Enclaves chinoises dans la vallée de San Gabriel :
Les communautés chinoises forment une partie importante de la population de la vallée de San Gabriel, juste à l'est de Los Angeles, en Californie. La région a acquis une notoriété internationale en tant que plaque tournante des Chinois d'outre-mer, ou hua qiao. Bien que les immigrants chinois aient été une présence remarquable dans l'établissement du sud de la Californie à partir du 19e siècle, une importante migration chinoise vers la banlieue de San Gabriel Valley a coïncidé avec une tendance à l'émigration des blancs à partir des années 1970. Cela a ouvert une opportunité pour les Américains d'origine asiatique bien éduqués et aisés de commencer à s'installer dans l'ouest de la vallée de San Gabriel, principalement dans le parc de Monterey. Les valeurs immobilières élevées et la surpopulation dans le parc de Monterey ont contribué à un mouvement secondaire loin de cette ville et de la communauté chinoise. est maintenant réparti sur un groupe de villes dans l'ouest de la vallée de San Gabriel. Les villes de banlieue de la vallée avec de grandes populations non blanches, également appelées ethnoburbs, comprennent Alhambra, Arcadia, Rosemead, San Marino, San Gabriel, South Pasadena et Temple City, puis vers l'est jusqu'à Diamond Bar, Hacienda Heights, Rowland Heights et Walnut . De nombreuses entreprises parlant le mandarin et le cantonais se sont installées dans ces banlieues pour s'adapter à l'évolution de la population.
Encyclopédie chinoise/Encyclopédie chinoise :
Les encyclopédies chinoises comprennent à la fois des encyclopédies en langue chinoise et des encyclopédies en langue étrangère sur la Chine ou des sujets chinois. Il existe un type d'ouvrage de référence chinois indigène appelé leishu (lit. "écrits catégorisés") qui est parfois traduit par "encyclopédie", mais bien que ces collections de citations de textes classiques soient largement "encyclopédiques", un leishu est plus précisément décrit comme un « recueil » ou une « anthologie ». La longue histoire des encyclopédies chinoises a commencé avec le leishu Huanglan ("Miroir de l'empereur") (222 CE) et se poursuit avec des encyclopédies en ligne telles que l'Encyclopédie Baike.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Culver Junction station