Rechercher dans ce blog

vendredi 1 juillet 2022

Ceph File System


Siècle de_génocide/Siècle de génocide :
Siècle de génocide peut se référer à : Le 20e siècle, au cours duquel plusieurs génocides se sont produits Century of Genocide: Critical Essays and Eyewitness Accounts, un livre d'essais édité par Samuel Totten, William S. Parsons et Israel Charny A Century of Genocide: Utopias of Race and Nation, livre d'Eric D. Weitz Centuries of Genocide: Essays and Eyewitness Accounts, un livre d'essais édité par Samuel Totten et William S. Parsons
Siècle d'humiliation/Siècle d'humiliation :
Le "siècle de l'humiliation", également connu sous le nom de "cent ans d'humiliation nationale", est un terme utilisé en Chine pour décrire la période d'intervention et d'assujettissement de la dynastie Qing et de la République de Chine par les puissances occidentales et le Japon de 1839 à 1949. Le terme est apparu en 1915, dans l'atmosphère de montée du nationalisme chinois s'opposant aux vingt et une revendications du gouvernement japonais et à leur acceptation par Yuan Shikai, le Kuomintang (Parti nationaliste chinois) et le Parti communiste chinois ayant tous deux popularisé par la suite la caractérisation .
Siècle_du_Dragon/Siècle du Dragon :
Century of the Dragon est un film policier hongkongais de 1999 réalisé par Clarence Fok et mettant en vedette Andy Lau, Louis Koo, Joey Meng et Patrick Tam.
Tour du siècle/tour du siècle :
Une randonnée d'un siècle est une randonnée cycliste sur route de 100 kilomètres ou plus dans les pays du système métrique ou de 160,9 km (100 miles) ou plus dans les pays du système impérial, généralement sous la forme d'un événement parrainé par un club cycliste. De nombreux clubs de cyclisme parrainent une randonnée annuelle du siècle à la fois comme événement social pour les cyclistes et comme collecte de fonds pour les autres activités du club. Les origines du manège du siècle sont obscures, mais Dora Rinehart a fait des manèges du siècle à Denver, au Colorado, dans les années 1890. Le TOSRV a débuté en 1962 avec deux coureurs. Le Tour cycliste des lacs Rideau a débuté en 1972 avec quatre-vingts cyclistes. L'Apple Cider Century remonte à 1974.
Century tower_clock/Century tower clock :
Les horloges de tour Century étaient des horloges de tour fabriquées par Nels Johnson, conçues pour durer 100 ans. C'étaient des "horloges construites pour durer un siècle", d'où le nom d'horloges de tour "Century". Ces horloges de tour ont été principalement produites de 1880 à 1910. Johnson, par lui-même, a fabriqué entre 50 et 60 de ces horloges. Johnson a conçu et fabriqué ces horloges de tour dans son atelier d'usinage à Manistee, Michigan. Il a construit les horloges par lui-même et n'avait pas d'employés. Pour cette raison, il avait de faibles frais généraux et a pu sous-enchérir plusieurs fois sur ses concurrents et obtenir la commande. Ses principaux concurrents dans la fabrication d'horloges de tour étaient E. Howard & Co. de Boston et Seth Thomas Clock de Thomaston, Connecticut. Ces entreprises avaient également de grands départements d'horloge de tour et de gros frais généraux de département. Ils étaient généralement considérablement plus élevés que ceux de Johnson et il était souvent en mesure de les sous-enchérir. Les cloches réelles qu'il a utilisées dans ses horloges à sonnerie provenaient de fondateurs de cloches bien connus tels que Meneely à Troy, New York ou la fonderie de cloches Chaplin-Fulton de Pittsburgh. L'une de ses horloges de tour est celle installée en 1906 par Nels Johnson au comté de Mason. Palais de justice du Michigan qui est toujours utilisé en 2010. Cette tour d'horloge qu'il avait installée à l'origine dans l'église congrégationaliste de Manistee, Michigan, en 1892. L'église a fait retirer l'horloge en 1905 lorsqu'ils ont reçu une nouvelle horloge. de ses horloges à l'église luthérienne de Rochester, NY, une à Fond du Lac, Wisconsin, trois à Milwaukee, une à Big Rapids, Michigan et une à Postville, Iowa. L'une de ses plus belles horloges se trouvait dans la célèbre gare ferroviaire de Fort Street Union Depot à Detroit, dans le Michigan. Johnson a fabriqué environ 50 à 60 horloges de tour. Certains sont: Los Angeles Times Building (1912) à Los Angeles, San Jose Post Office (1909), The Michigan Building at the 1893 Chicago World's Fair, Detroit Post Office (1891) à Detroit, A bank in Holland, Michigan, Lansing City Hall à Lansing, Michigan , Lyman Building (1889) à Muskegon, Michigan , St. Joseph Court House à St. Joseph, Michigan , Faith Church (1905) à Pelican Falls, Minnesota , One installé en 1892 à Rochester, New York , États-Unis Bureau des douanes de Memphis, Tennessee, hôtel de ville de Milwaukee, église évangélique luthérienne d'Emmanuel (1890) de Milwaukee, église évangélique luthérienne de Bethléem (1891) de Milwaukee, église évangélique luthérienne de Zion (1894) de Milwaukee. Palais de justice du comté de Winneshiek, Iowa (1903) À Manistee : Église catholique polonaise Saint-Joseph (1894), Première église épiscopale méthodiste (1893) Atelier d'usinage Johnson vers 1889. Il existe deux installations internationales connues. Une à Chengtu, en Chine, installée en 1914 et une autre au Isabella Thoburn College à Lucknow, en Inde, en 1910. Johnson ne s'est pas rendu à ces endroits pour installer ces horloges, bien qu'il soit allé installer lui-même ses horloges de tour dans chaque cas où ils ont été installés aux États-Unis.
Century type_family/Famille de type Century :
Century est une famille de caractères à empattement particulièrement destinés au corps du texte. La famille provient d'un premier design, Century Roman coupé par le designer américain Type Founders Linn Boyd Benton en 1894 pour le maître imprimeur Theodore Low De Vinne, pour une utilisation dans The Century Magazine. ATF l'a rapidement développé en une très grande famille, d'abord par Linn Boyd et plus tard par son fils Morris. Century est basé sur le genre "Scotch", un style de caractères d'origine britannique qui était populaire aux États-Unis depuis le début du XIXe siècle et fait partie du genre de caractères "Didone" populaire tout au long du XIXe siècle. Son design met l'accent sur la netteté et l'élégance, avec des traits se terminant par des pointes fines, des bornes à bille et des empattements nets et finement pointus. Cependant, par rapport à de nombreuses polices de caractères antérieures du genre, le contraste des traits est assez faible, créant une structure moins nette et très lisible. L'ATF ne fonctionnant plus, une grande variété de variantes et de reprises avec des caractéristiques et une qualité variables sont disponibles. Malgré son origine au XIXe siècle, l'utilisation de la police de caractères reste forte pour les périodiques, les manuels et la littérature. La Cour suprême des États-Unis exige que les mémoires soient composés dans le type de famille Century. Selon Charles Shaw, "La simplicité robuste de la famille de caractères Century en a fait un favori durable des typographes américains pendant près de cent ans. Commençant comme type de fonderie, Century a résisté à une série de transformations techniques en Linotype, Monotype, Ludlow, phototype, type de transfert, type numérique et "type de toner" de type Xerox."
Centwine of_Wessex/Centwine of Wessex :
Centwine (mort après 685) était roi du Wessex de c. 676 à 685 ou 686, bien qu'il ne soit peut-être pas le seul roi des Saxons de l'Ouest à l'époque. La Chronique anglo-saxonne rapporte que Centwine est devenu roi c. 676, succédant à Æscwine. Bede déclare qu'après la mort du roi Cenwalh: "ses sous-dirigeants ont pris sur eux le royaume du peuple, et le divisant entre eux, l'ont tenu dix ans". Le renvoi par Bede d'Æscwine et de Centwine en tant que simples sous-rois peut représenter le point de vue des partisans du roi Ine, dont la famille dirigeait le Wessex à l'époque de Bede. Cependant, si le royaume de Saxe occidental s'est fragmenté après la mort de Cenwalh, il semble qu'il ait été réuni pendant le règne de Centwine. Une entrée sous 682 dans la Chronique anglo-saxonne rapporte que "Centwine a conduit les Britanniques à la mer". C'est le seul événement enregistré sous son règne. La Carmina Ecclesiastica d'Aldhelm, évêque de Sherborne (mort en 709), écrite une génération après le règne de Centwine, rapporte qu'il a remporté trois grandes batailles. De plus, il déclare qu'il était un païen pendant une partie de son règne, adoptant le christianisme et devenant un patron de l'église. La version de la Chronique de son ascendance fait de Centwine un fils du roi Cynegils, et donc un frère du roi Cenwalh et peut-être de Cwichelm, roi de la Gewisse, mais Aldhelm n'enregistre aucune relation de ce type. Le chapitre 40 de la vie de Wilfrid d' Eddius Stephanus rapporte que Centwine était marié à une sœur de la reine Iurminburh, deuxième épouse du roi Ecgfrith de Northumbrie. Son nom n'est pas enregistré de manière fiable et la suggestion selon laquelle elle doit être identifiée avec Dunna, abbesse de Withington, est largement rejetée. Leur fille Bugga était certainement une nonne quand Aldhelm lui a dédié des vers, et était probablement une abbesse. On rapporte que Centwine a abdiqué et est devenu moine. Aldhelm écrit qu'il "a abandonné les richesses et les rênes du gouvernement et a quitté son propre royaume au nom du Christ". La date de sa mort est inconnue. Il a été remplacé par Caedwalla.
Centzon T%C5%8Dt%C5%8Dchtin/Centzon Tōtōchtin :
Dans la mythologie mexicaine , les Centzon Tōtōchtin ( prononciation nahuatl : [sent͡son toːˈtoːt͡ʃtin] "quatre cents lapins"; aussi Centzontōtōchtin ) sont un groupe de lapins divins qui se réunissent pour de fréquentes soirées ivres. Ils comprennent Tepoztecatl, Texcatzonatl, Colhuatzincatl, Macuiltochtli ("cinq lapins") et Ometochtli ("deux lapins"). Leurs parents sont Patecatl et Mayahuel et ils sont peut-être frères d'Ixtlilton.
Centzonhu%C4%ABtzn%C4%81hua/Centzonhuītznāhua :
Dans la mythologie aztèque, les Centzonhuītznāhua (prononciation nahuatl : [sent͡sonwiːtsˈnaːwa] ou, au pluriel, Centzon Huītznāuhtin, [sent͡sonwiːtsˈnaːwtin]) étaient les dieux des étoiles du sud. Ils sont les fils aînés de Cōātlīcue et leur sœur est Coyolxāuhqui. Eux et leur sœur ont tenté d'assassiner leur mère après avoir appris sa grossesse avec Huītzilōpōchtli; leur plan a été contrecarré lorsque leur frère a surgi de l'utérus - adulte et vêtu pour la bataille - et les a tous tués. Les Centzonhuītznāhua sont connus sous le nom de «quatre cents sudistes»; les dieux des étoiles du nord sont les Centzonmīmixcōa.
Centzonm%C4%ABmixc%C5%8Da/Centzonmīmixcōa :
Dans la mythologie aztèque , les Centzonmīmixcōah ( prononciation nahuatl : [sentsonmiːmiʃˈkoːaʔ] ou Centzon Mīmixcōah : les "Quatre cents Mimixcoa", Cloud Serpents ) sont les dieux des étoiles du nord. Ils sont les fils de Camaxtle-Mixcoatl avec la Déesse de la Terre (Tlaltecuhtli ou Coatlicue), selon le Codex Ramírez, ou Tonatiuh (le Cinquième Soleil) avec Chalchiuhtlicue, la déesse des mers. Selon le Manuscrit de 1558, section 6, ces 400 'Serpents-Nuages' ont été divinement tués [transformés en étoiles] de cette manière ; de leurs cinq protagonistes : Cuāuhtli-icohuauh ('Eagle's Twin') "caché dans un arbre"; Mix-cōātl ('Cloud Serpent') "caché dans la terre"; Tlo-tepētl ("Hawk Mountain") "caché dans une colline"; Apan-teuctli ("Seigneur de la rivière") "caché dans l'eau" ; leur sœur, Cuetlach-cihuatl, « se cacha dans le terrain de balle ». De cette embuscade, ces 5 tuèrent les 400. Dans Ce Tecpatl, après la Création du Cinquième Soleil à Teotihuacan, Camaxtle-Mixcoatl, l'un des quatre dieux, est monté au Huitième Ciel et a créé quatre hommes et une femme pour nourrir le Soleil, mais à peine formés, ils sont tombés dans l'eau, ils sont retournés au ciel et il n'y a pas eu de guerre ; frustré par cette tentative, Camaxtle frappa une canne sur un rocher, et du coup, 400 Chichimèques Mimixcoa poussèrent qui peuplèrent la terre avant les Aztèques. Camaxtle a pu faire pénitence sur le rocher, prélevant du sang avec des pointes maguey, la langue et les oreilles, et a prié les dieux que les quatre hommes et une femme créés au huitième ciel descendent pour tuer les barbares pour nourrir le soleil. Les quatre hommes et une femme créés au Huitième Ciel sont les cinq Mimixcoa qui sacrifieront plus tard les 400 Mimixcoa appelés Chichimecs ou Otomies. A Ce Tecpatl, les Mimixcoa sont nés, leur mère Iztac-Chalchiuhtlicue est entrée dans une grotte (Chicomoztoc ou Tlalocan) et a donné naissance à cinq autres Mimixcoa appelés Cuauhtlicoauh, Mixcoatl, Cuitlachcihuatl, Tlotepe et Apantecuhtli. Après avoir passé quatre jours dans l'eau, les cinq Mimixcoa ont été allaités par Mecitli, qui, par le texte, s'identifie à la Déesse de la Terre (Tlaltecuhtli ou Coatlicue), et, immédiatement, le Soleil a commandé les 400 Mimixcoa ; le Soleil, Tonatiuh, leur donne des flèches et dit "Voilà avec de quoi ils me serviront à boire, avec de quoi ils me nourriront, et un bouclier, et les précieuses flèches coulées en plumes de quetzal, en plumes de héron rameur, en plumes de zacuam, en plumes tlauhquechol, et en plumes xiuhtototl ; et aussi, elle, la Terre (Tlaltecuhtli ou Coatlicue), qui est ta mère", mais les Centzon Mimixcoa n'ont pas fait leur devoir ; au lieu de cela, ils s'enivrent de vin tzihuactli - un petit maguey et ont des relations sexuelles avec des femmes, et immédiatement, le Soleil ordonne également aux cinq derniers nés, leur donne immédiatement la flèche maguey et leur donne le bouclier divin. Les cinq Mimixcoa escaladent un arbre mesquite où les 400 les découvrent, et ils s'exclament : "Qui sont ceux qui sont comme nous ?", puis les cinq se cachent dans des endroits précis : Cuauhtlicoauh se réfugie dans un arbre, Mixcoatl au sol, Tlotepe dans la montagne, Apantecuhtli dans l'eau et Cuitlachcihuatl dans une cour du jeu de balle Tlachtli. Enfin, les Centzon Mimixcoa sont vaincus par ses cinq jeunes frères, qui ont servi le Soleil, Tonatiuh, et lui ont donné à boire. Anciennement, dans le Nord, il y avait un lieu d'origine appelé Chicomoztoc, les sept grottes. Dans ces cavernes vivaient les Quatre Cents Mimixcoa, un groupe turbulent de titans nés de la Déesse de la Terre (Tlaltecuhtli ou Coatlicue). Leur père, le Soleil (Tonatiuh), leur a enseigné l'utilisation des armes afin qu'ils puissent chasser et fournir de la nourriture à leurs parents divins, mais les Mimixcoa dans leur arrogance ont défié leurs parents, ont vécu sans vergogne et ont bu un vin madre de cactus. En réponse à la situation, qui devenait de plus en plus insupportable, la Terre Mère portait cinq Mimixcoa supplémentaires qui étaient destinés à se venger; leur père a fourni ces enfants nés tardivement plus tranchants et plus meurtriers. Le chef du groupe est une figure synoptique et les regroupe tous, d'où son nom, Mixcoatl. Dans le mythe, on dit que Tezcatlipoca s'est changé en Mixcoatl la deuxième année après la grande inondation à la fin du quatrième éon lorsque le ciel s'est écrasé sur la terre. Agissant alors comme Mixcoatl, le divin procéda à créer du feu en perçant avec un bâton dans une planche à feu. C'était la première lumière car le Cinquième Soleil n'avait pas encore été créé. Le mythe s'efforce évidemment de souligner une relation fondamentale entre le dieu suprême, Tezcatlipoca et Mixcoatl. Camaxtle-Mixcoatl, en fait, est une réplique parfaite de ce dieu de l'aube dans ses attributs tels que représentés dans les codex et dans sa mythologie, ce qui fait de lui le père de Ce Acatl Topiltzin Quetzalcoatl. Les dieux aztèques des étoiles du sud sont les Centzonhuītznāhuah, selon le Codex florentin.
Cénulfe/Cénulfe :
Cenulph peut faire référence à : Coenwulf de Mercie (mort en 821 après JC), roi de Mercie Cynewulf de Wessex (mort en 786 après JC), roi de Wessex
Cenu%C8%99arul/Cenuşarul :
Le Cenușarul est un affluent gauche de la rivière Câlniștea en Roumanie. Il se jette dans le Câlniștea à Târnava. Sa longueur est de 10 km (6,2 mi) et la taille de son bassin est de 37 km2 (14 milles carrés).
Cenvéo/Cenvéo :
Cenveo est une société basée à Stamford, Connecticut, États-Unis. Elle est engagée dans la fabrication de divers produits liés à l'impression. Fondée en 1921 sous le nom de Rockmont Envelope, basée à Denver, les produits et services de la société comprennent des étiquettes imprimées, des produits d'emballage et d'impression numérique, des magazines et des livres imprimés, des services de publipostage et de création, ainsi que des logiciels de gestion des stocks et des entrepôts. En janvier 2018, Cenveo a déposé son bilan en vertu du chapitre 11, invoquant une dette écrasante envers plusieurs prêteurs.
Cenves/Cenves :
Cenves (prononciation française : [sɑ̃v]) est une commune du département du Rhône dans l'est de la France.
Cenwalh of_Wessex/Cenwalh of Wessex :
Cenwalh, également Cenwealh ou Coenwalh, était roi du Wessex de c. 642 à c. 645 et à partir de c. 648 jusqu'à sa mort, selon la Chronique anglo-saxonne, en c. 672.
Cenwulf de_Winchester/Cenwulf de Winchester :
Cenwulf était un évêque médiéval de Winchester et avait été abbé de Peterborough avant cela. Il fut consacré et mourut en 1006.
Cenxi/Cenxi :
Cenxi ( chinois :岑溪 ; pinyin : Cénxī ; Jyutping : sam4kai1 ) est une ville au niveau du comté sous l'administration de la ville de Wuzhou , à l'est du Guangxi , en République populaire de Chine .
Cenydd/Cenydd :
Saint Cenydd ( gallois moderne : Cennydd ; français : Kinède ; fl. C. 6e siècle), parfois anglicisé sous le nom de Saint Kenneth , était un ermite chrétien de la péninsule de Gower au Pays de Galles , où il est crédité de la fondation de l'église de Llangennith . En Bretagne, il est principalement associé à Languidic, mais il y a une chapelle (Saint-Quidy) qui lui est dédiée à Ploumelin ou, avec une orthographe plus moderne, Plumelin - à ne pas confondre avec Plomelin qui est aussi en Bretagne.
Cenyu Han/Cenyu Han :
Cenyu Han ( chinois :韓岑玉; pinyin : Hán Cén Yù né le 22 décembre 2004), également connu sous son pseudonyme " McQueen ", est un pilote de course chinois qui pilote actuellement pour Monolite Racing dans le championnat d'Europe de Formule Régional .
Cenzo Townshend/Cenzo Townshend :
Vincenzo Capellini Townshend (né le 28 octobre 1963) est un producteur de disques, mixeur et ingénieur du son anglais, et a travaillé avec des artistes et des groupes tels que The Rolling Stones, a-ha, Kaiser Chiefs, U2, Snow Patrol, Florence and the Machine, Friendly Fires, Bloc Party, Franz Ferdinand, The Maccabees, Jamie Cullum et Thirty Seconds to Mars. Townshend a reçu le prix "Mix Engineer Of The Year" pendant deux années consécutives par les Music Producers Guild Awards en 2009 et 2010, et a été nominé à nouveau en 2016, 2017 et 2018.
Cen%C3%A2b %C5%9Eeh%C3%A2bedd%C3%AEn/Cenâb Şehâbeddîn :
Cenâb Şehâbeddîn (né le 21 mars 1870 à Bitola - 12 février 1934 à Istanbul), était un poète et écrivain turc. Il était l'un des principaux représentants de la littérature Servet-i Fünûn.
Cen%C3%A9l/Cenél :
Cenél peut faire référence à : Cenél Conaill, le nom de la "parenté" ou des descendants de Conall Gulban, fils de Niall Noígiallach défini par l'histoire orale et enregistrée Cenél nEógain (en anglais, Cenel Eogan) est le nom de la "parenté" ou des descendants d'Eógan mac Néill, fils de Niall Noígiallach qui fonda le royaume de Tír Eógain au Ve siècle. Groupes Kin faisant partie de Dal Riata, dont la plupart, après une évolution variée, devinrent finalement la région écossaise d'Argyll. Cenél nÓengusa, un groupe de parents qui régnait sur l'île d'Islay, et peut-être à proximité de Colonsay. Après avoir passé 4 siècles dans le cadre de la Norvège, et 4 autres dans le cadre de la quasi-indépendante seigneurie des îles, cette région est devenue écossaise à la fin du XVe siècle. Cenél nGabráin, la "famille" de Gabrán, qui régnait sur Kintyre, Knapdale (y compris à l'époque les terres entre le Loch Awe et le Loch Fyne - Craignish, Ardscotnish, Glassary et Glenary), l'île d'Arran et Moyle. Kintyre et la moitié sud de Knapdale (la partie encore appelée Knapdale) ont suivi le même schéma d'évolution historique qu'Islay. Moyle est devenu une partie de l'Irlande, tandis que le reste est devenu l'une des parties fondatrices du premier État écossais. En dehors de Moyle, ceux-ci forment maintenant le sud-ouest d'Argyll. Cenél Comgaill, la "famille" de Comgall, qui a régné et a donné son nom au district de Cowal, qui forme maintenant le sud-est d'Argyll. Cenél Loairn, le nom des "parents"/descendants de Loarn mac Eirc, qui ont établi Lorn (qui à l'époque comprenait l'île de Mull). Lorn est devenu plus tard une province d'Ecosse à part entière, mais est maintenant la partie nord de l'Argyll.
Cen%C3%A9l Loairn/Cenél Loairn :
Les Cenél Loairn, les descendants de Loarn mac Eirc, contrôlaient des parties du nord de l'Argyll autour du Firth of Lorne, très probablement centrées à Lorne mais comprenant peut-être les îles de Mull et Colonsay, Morvern et Ardnamurchan. La frontière à l'est était la crête de montagne Druim Alban qui séparait Dál Riata de Pictland. Les principaux lieux du royaume semblent avoir été à Dun Ollaigh, près d'Oban et à Dunadd près de Crinan. Le principal site religieux se trouvait peut-être à Lismore, plus tard le siège de l'évêque médiéval d'Argyll.
Cen%C3%A9l nGabr%C3%A1in/Cenél nGabráin :
Le Cenél nGabráin était un groupe apparenté, présumé descendre de Gabrán mac Domangairt, qui a dominé la royauté de Dál Riata jusqu'à la fin du 7ème siècle et a continué à fournir des rois par la suite. Les rois d'Alba et d'Écosse ont retracé leur descendance à travers Gabrán jusqu'à son grand-père Fergus Mór, qui était considéré comme le fondateur ultime de la maison royale jusqu'aux XVIe et XVIIe siècles, longtemps après les origines gaéliques du royaume. Contrairement au Cenél Loairn, le Senchus Fer n-Alban ne répertorie aucune parenté au sein du Cenél nGabráin. Cependant, des descendants probables de Gabrán, tels que Dúnchad mac Conaing et ses nombreux parents, sembleraient avoir contesté la succession avec les descendants d'Eochaid Buide petit-fils de Gabrán, de sorte que cette absence de segments explicites dans la parenté peut être trompeuse. Une généalogie de David Ier d'Écosse dans le Livre de Ballymote note les divisions suivantes : Après Áedán mac Gabráin, entre la lignée principale, appelée « les fils d'Eochaid Buide » et « les enfants de Cináed mac Ailpín », et les « fils de Conaing" d'après Eochaid Buide, entre la lignée principale et les "enfants de Fergus Goll" et les "enfants de Connad Cerr... ou les hommes de Fife", bien que des études modernes fassent de Connad Cerr un membre du Cenél Comgaill d'après Eochaid mac Domangairt, entre la ligne principale et le Cenél ComgaillLe domaine du Cenél nGabráin semble avoir été centré sur Kintyre et Knapdale et peut avoir inclus Arran, Jura et Gigha. Le titre de roi de Kintyre est utilisé pour un certain nombre de rois présumés du Cenél nGabráin. Deux sites royaux probables sont connus, Dunadd, qui se trouve à la limite nord de leurs terres présumées, et Aberte (ou Dún Aberte), qui est très probablement le dernier Dunaverty sur le promontoire à côté de Southend, Kintyre. Kilmartin a peut-être été un important site paléochrétien en raison de sa proximité avec Dunadd et de sa dévotion à Saint Martin de Tours, tout comme Kilmichael Glassary. Cependant, il ne semble pas y avoir de site religieux de l'importance de Lismore dans les terres du rival Cenél Loairn.
Cen%C3%A9l n%C3%93engusa/Cenél nÓengusa :
Les Cenél nÓengusa étaient un groupe de parents qui régnait sur l'île d'Islay, et peut-être à proximité de Colonsay, au large de la côte ouest de l'Écosse au début du Moyen Âge. Le Senchus fer n-Alban , un recensement et une généalogie du royaume de Dál Riata , répertorie les Cenél nÓengusa comme l'un des trois groupes de parents composant le royaume d'Argyll. Les autres étaient le Cenél nGabráin de Kintyre et le Cenél Loairn de Lorn. Un quatrième groupe, le Cenél Comgaill, de Cowal et de l'île de Bute, s'est ensuite séparé du Cenél nGabráin. Le Senchus dépeint le Dál Riata tel qu'il existait au milieu du VIIe siècle. Le Senchus retrace la descendance du Cenél nÓengusa d'Óengus Mór mac Eirc, frère de Fergus Mór, une relation qui est presque certainement une invention. Les Cenél nÓengusa sont la seule famille dont aucun roi historique du Dál Riata n'est enregistré par les annales irlandaises. Óengus Mór aurait eu deux fils, Nadsluaig et Fergna, et leurs descendants sont répertoriés dans le Senchus. Il répertorie également les subdivisions d'Islay et le nombre de maisons dans chacune. Les Cenél nÓengusa sont répertoriés parmi ceux-ci, et trente foyers seulement leur sont attribués. En plus des descendants d'Óengus, les Senchus placent le Cenél Conchride, du nom de Conchriath, fils de Bolc, fils de Sétna, fils de Fergus Bec, fils d'Erc, sur Islay. Il a été suggéré que Fergnae fils d'Óengus Mór puisse être identifié avec Fergnae mac Oengusso Ibdaig, c'est-à-dire Fergnae fils d'Óengus l'Hébridéen. Les descendants de ce Fergnae, connus sous le nom d'Uí Ibdaig - les descendants des Hébrides - étaient comptés comme une branche mineure du puissant Dál Fiatach d'Ulster. Le Senchus déclare que les Cenél nÓengusa régnaient sur quatre cent trente ménages, et qu'ils étaient obligés de fournir au roi du Dál Riata deux navires de sept bancs pour vingt ménages lors d'expéditions en mer, et cinq cents combattants lors d'expéditions terrestres. . Le Genelaig Albanensium , une série de généalogies attachées à Senchus proprement dit, donne l'ascendance d'un certain Óengus. Celui-ci l'appelle Óengus, fils de Boib, fils de Rónán, fils d'Áedán, fils de C[h]abléni (le Senchus donne Capléne), fils de Nadsluaig, fils de Rónán, fils d'Óengus Mór mac Eirc. Dans cette généalogie, Nadsluaig est un petit-fils d'Óengus Mór, et non son fils, sinon la généalogie des Senchus correspond à cela jusqu'à Áedán. Marjorie Ogilvie Anderson a suggéré que cette généalogie date du début du VIIIe siècle, tout comme celles données pour les autres parents dans la même source, et reflète un deuxième recensement entrepris à peu près à cette époque. Il existe très peu de sources historiques en dehors des Senchus qui font référence au Cenél nÓengusa. La fin de la Vie Tripartite de Saint Patrick fait référence à Patrick nommant un certain Ném comme évêque de Telach dans les terres du Cenél nÓengusa. L'hagiographie d'Adomnán de Columba mentionne un riche propriétaire terrien d'Islay nommé Feradach, mais ne dit rien sur le contexte politique de l'île.
Cen%C3%A9l %C3%81eda_na_hEchtge/Cenél Áeda na hEchtge :
Cenél Áeda na hEchtge (également Cenél Áeda, Kenloth, Kinalethes, Kenealea, Kinelea) était un trícha cét (plus tard un cantred, (une branche de l'Uí Fiachrach Aidhne) et qui était la formation originale de la partie sud de la baronnie de Kiltartan , comté de Galway. C'était le nom de clan des O Shaughnessys et des O Cahills qui régnaient tous deux sur le territoire jusqu'à ce que les O Cahills soient chassés de la région par les O Shaughnessys. Ces derniers sont restés chefs de la région jusqu'en 1691 et la famille principale a survécu dans la région de Gort jusqu'à la disparition de la lignée senior au 18ème siècle. Le nom a été pris d'après le cenél (parenté) d'Aedh, oncle du roi Guaire Aidne mac Colmáin de Connacht (mort en 663). Il se composait de ce qui sont aujourd'hui les paroisses de Beagh, Kilbecanty, Kilmacduagh, Kiltartan, Kilthomas (aujourd'hui Peterswell).Les Uí Fiachrach Aidhne étaient à l'origine les rois de tout le Connacht (province moderne du Connacht avec tout le comté de Clare et certaines parties du comté de Limerick - voir Thomond) à la fin du VIIIe siècle. largement réduit à leur territoire d'origine, c'est-à-dire la région du futur diocèse de Kilmacduagh. Un autre trícha de la région était Cenél Guaire, du nom de Guaire Aidne mac Colmáin. Le mot Echtge fait référence au Slieve Aughty, à côté duquel il se trouvait.
Ceo (musicien)/Ceo (musicien) :
CEO (précédemment stylisé en tant que ceo) est le projet solo d'Eric Berglund, auparavant membre du duo suédois de musique électronique The Tough Alliance du label indépendant Sincerely Yours.
Ceobred/Ceobred :
Ceobred (ou Ceolred) était un évêque médiéval de Leicester. Ceobred fut consacré entre décembre 840 et 844. Il mourut entre 869 et 888. En 844, il donna des terres à Pangbourne sur la Tamise à Berhtwulf, roi de Mercie, en échange d'une concession de libertés pour certains monastères.
Céodes/Céodes :
Ceodes est un genre de plantes à fleurs appartenant à la famille des Nyctaginaceae. Son aire de répartition naturelle s'étend de l'Afrique tropicale orientale au Pacifique. Espèce : Ceodes brunoniana (Endl.) Skottsb. Ceodes corniculata (Barg.-Petr.) Merr. & LMPerry Ceodes grandis (R.Br.) DQLu Ceodes longirostris (Teijsm. & Binn.) Merr. & LMPerry Ceodes umbellifera JRForst. & G.Forst.
Céodes ombellifères/Céodes ombellifères :
Ceodes umbellifera, synonyme de Pisonia umbellifera, communément appelé tilleul des oiseaux ou arbre attrape-oiseaux, est une espèce de plante de la famille des Nyctaginaceae. L'arbuste à feuilles persistantes a un bois tendre, de petites fleurs roses ou jaunes et produit des fruits bruns cavés tout au long de la période de mars à avril. L'espèce a été classée dans différents genres au cours de sa durée de vie documentée, étant réaffectée entre Pisonia et Ceodes. Son ancien genre, Pisonia, porte le nom d'un scientifique néerlandais, Willem Piso, et umbellifera est dérivé du latin umbelliferum, désignant le grand feuillage "porteur d'ombre" de l'espèce. Les fruits de l'arbre piègent souvent les insectes, les petits mammifères et les oiseaux. En effet, la sève collante du fruit colle à la peau, à la fourrure ou aux plumes de l'animal et le rend immobile. En tant que telles, les créatures prises au piège mourront souvent de faim ou seront incapables de se défendre contre les prédateurs naturels. Il pousse dans tout l'Indo-Pacifique tropical. Il est originaire des îles Andaman, d'Indonésie, de Malaisie, des Philippines, de Thaïlande, du Vietnam, de Chine, de Taïwan, d'Hawaï, d'Afrique et de Madagascar et des États de Nouvelle-Galles du Sud et du Queensland en Australie. Une forme panachée est largement cultivée dans les climats sans gel. Historiquement, l'arbuste a une utilisation curative à base de plantes dans la culture indigène hawaïenne et chinoise. Pour cette raison, il a fait l'objet d'études scientifiques limitées examinant ses propriétés médicinales.
Ceol %2706/Céol '06 :
Ceol 06 est un double album de 26 titres de chansons en irlandais, pour célébrer Seachtain na Gaeilge. Il voit la combinaison d'actes établis tels que The Corrs et The Frames, aux côtés de nouveaux talents tels que Traic Ó Braonáin et Ross Breen. Les chansons - dont beaucoup sont écrites en irlandais, d'autres traduites de l'anglais - incluent la réinvention par Mundy de son tube "Mexico" et la lecture par les Mongrels de deux poèmes conjoints. Tous les actes ont donné de leur temps gratuitement et les bénéfices vont à Concern [1] pour les aider dans leur travail au Mozambique.
Ceol %2707/Céol '07 :
Ceol '07 est un double album de 17 titres de chansons en irlandais, pour célébrer Seachtain na Gaeilge. Il voit la combinaison d'actes établis tels que le BellX1, Mundy et les Corrs, aux côtés de nouveaux talents tels que Fiach et Claire Sproule. Les chansons - beaucoup d'entre elles écrites en irlandais, d'autres traduites de l'anglais Tous les actes ont donné de leur temps gratuitement et les bénéfices vont à Concern [1] pour les aider dans leur travail inestimable au Mozambique.
Ceol %2708/Ceol '08 :
Ceol' O8 est un double album de 17 titres de chansons en irlandais, pour célébrer Seachtain na Gaeilge. Il voit la combinaison d'actes établis tels que les Delorentos, Mundy et les Coronas, aux côtés de nouveaux talents tels que Luan Parle et Gemma Hayes. Beaucoup de chansons sont écrites en irlandais; d'autres sont traduits de l'anglais. Tous les actes ont donné leur temps gratuitement et les bénéfices vont à Concern [1] pour les aider dans leur travail inestimable au Mozambique.
Ceol %2709/Céol '09 :
Ceol '09 est un album de musique irlandaise de 2009 sorti pendant Seachtain na Gaeilge en mars 2009. Tous les bénéfices de la vente du CD sont allés à l'association caritative pour enfants Barnardo's.
Ceol %2710/Céol '10 :
Ceol '10 est un album de musique irlandaise de 2010 sorti pendant Seachtain na Gaeilge en mars 2010. L'album contient des chansons en irlandais de The Coronas, Bell X1, Gemma Hayes, Luan Parle, Mundy, The Saw Doctors, Kíla, Eddi Reader et The Swell. Saison. L'album a atteint la troisième place des charts Irish Compilation Album. Tous les bénéfices de la vente du CD sont allés à l'association caritative pour enfants Barnardo's.
Ceol Aduaidh/Ceol Aduaidh :
Ceol Aduaidh (gaélique irlandais pour "Music from the North") est le premier album studio de Frankie Kennedy et Mairéad Ní Mhaonaigh (qui fonderont ensuite le groupe irlandais Altan), initialement sorti en 1983 sur le label Gael-Linn Records. Il a été réédité en 1994 par Green Linnet Records et une édition remasterisée a été publiée en 2009 par Gael-Linn.
Ceol Cheann_Dubhrann/Ceol Cheann Dubhrann :
Ceol Cheann Dubhrann est un album soutenant Scoil Naisiúnta Rann na Feirste, une école nationale et Áislann Rann na Feirste, un centre communautaire à Ranafast dans le Gaeltacht du comté de Donegal, en Irlande. L'album a été enregistré, mixé, produit et conçu par Mánus Lunny et masterisé par Paul McGeechan à Park Lane à Glasgow et présente des chanteurs notables tels que Máire Ní Bhraonáin (Moya Brennan) et Mairéad Ní Mhaonaigh.
Céole de_Wessex/Céole de Wessex :
Ceol (également connu sous le nom de Ceola ou Ceolric) était roi de Wessex de 592 à 597. Ceol était le fils de Cutha (ou Cuthwulf), le fils de Cynric de Wessex. Il a régné de 591 ou 592 à 597. Selon la Chronique anglo-saxonne, il a commencé son règne en 591, mais ce n'est que l'année suivante qu'il a chassé son oncle Ceawlin dans une bataille à Woden's Barrow dans le Wiltshire, ainsi refusant le trône à l'héritier légitime, le fils de Ceawlin, Cuthwine. À sa mort, le trône passa à son frère Ceolwulf. Parce que son fils Cynegils était vraisemblablement trop jeune pour hériter du trône, il a été donné au frère, comme c'était probablement la coutume chez les Saxons. En 1967, Wright et Jackson ont trouvé une pierre à Wroxeter dans un contexte sous-romain (datant d'environ 460 à 475 après JC [4]) avec l'inscription CUNORIX MACUS MAQVI COLINE, qui se traduit par "Cunorix ("Hound-king" = Cynric ) fils de Maqui-Coline ("Son-of-Holly"), tous deux considérés comme des noms de personnes irlandais. Il est possible que Maqui Coline soit lié à Ceol, suggérant une famille rivale à celle de Ceawlin.
Céola Clark_III/Céola Clark III :
Ceola Clark III (née le 13 janvier 1989) est une basketteuse professionnelle américaine qui a joué pour la dernière fois pour Tajfun de la Liga Nova KBM. Il a joué au basketball collégial pour l'Université Western Illinois.
Céola Wallace/Céola Wallace :
Ceola Wallace (22 juillet 1907 - 20 mars 1994) était une couturière américaine et militante des droits civiques du Mississippi. Elle était l'une des femmes afro-américaines qui ont intenté des poursuites dans le cadre du mouvement d'abrogation de la taxe de vote pour les femmes afin d'éliminer l'obligation de payer des impôts avant de pouvoir voter. Elle a été active dans l'inscription des électeurs de 1964, Freedom Summer Project.
Ceolberht/Ceolberht :
Ceolberht (ou Coelbeorht ; mort entre 845 et 869) était un évêque médiéval de Londres. Ceolberht fut consacré entre 816 et 824. Il mourut entre 845 et 869.
Bible céolfride/Bible céolfride :
La Bible Ceolfrid (Londres, British Library, Add MS 45025) est un fragment d'une Bible de la fin du VIIe ou du début du VIIIe siècle. Il s'agit presque certainement d'une partie de l'une des trois Bibles en un seul volume commandées par Ceolfrid, abbé de Monkwearmouth-Jarrow. Il est étroitement lié au Codex Amiatinus, qui est la seule Bible complète survivante des trois commandées par Ceolfrid. Les onze feuilles de vélin survivantes du manuscrit contiennent des parties du texte latin de la Vulgate des troisième et quatrième Livres des Rois. Sauf pour le folio 11, auquel il manque une bande en bas du feuillet, les feuillets mesurent 430 mm sur 340 mm. Le texte est écrit sur deux colonnes de 44 lignes à l'onciale. Le script et le texte présentent tous deux une similitude remarquable avec le Codex Amiatinus, bien qu'il y ait quelques corrections dans la Bible Ceolfrid et non dans le Codex Amiatinus. Le texte est disposé "per cola et commata", c'est-à-dire que la longueur d'une ligne sert à clarifier le sens du texte. Le texte est divisé de la même manière que le texte du Codex Amiatinus. Les premières lignes de chaque chapitre sont écrites à l'encre rouge. Le début du Quatrième Livre des Rois est marqué par un P initial agrandi décoré de points rouges. Dans la marge à côté du P initial, il y a un monogramme Chi Rho flanqué des lettres grecques Alpha et Omega. La ponctuation a été ajoutée au texte à une date ultérieure. Au 14ème siècle, des numéros de chapitre modernes ont été ajoutés avec une note entre la fin du troisième livre des rois et le début du quatrième livre des rois qui se lit Explicit Regum liber tercius. Incipit quartus. Prevaricatus est etc. Une seule feuille supplémentaire, maintenant à la British Library (Add MS 37777) contient une autre partie du Troisième Livre des Rois et partage toutes les similitudes partagées par la Bible Ceolfrid et le Codex Amiatinus. Cette feuille provient presque certainement aussi de la Bible Ceolfrid ou de la troisième Bible commandée par Ceolfrid. Les feuilles de la Bible Ceolfrid ont été utilisées au 16ème siècle comme couvertures pour le Chartulaire des terres de la famille Willoughby. Ils ont ensuite été conservés à Wollaton Hall dans le Nottinghamshire. Ajouter MS 37777 a été découvert par le révérend William Greenwell à Newcastle. Une troisième feuille a été trouvée en 1982 à Kingston Lacy, une propriété du National Trust près de Wimborne Minster dans le Dorset. Cette feuille, qui provenait de l'Ecclésiastique III-IV, avait servi de couverture à des documents provenant également de la famille Willoughby de Wollaton. La feuille est maintenant prêtée à long terme à la British Library.
Ceolfrith/Ceolfrith :
Saint Ceolfrid (ou Ceolfrith, vieil anglais : [ˈtʃeːolfriθ] ; c. 642 - 716) était un abbé et un saint chrétien anglo-saxon. Il est surtout connu comme le gardien de Bede depuis l'âge de sept ans jusqu'à sa mort en 716. Il était l'abbé de l'abbaye de Monkwearmouth-Jarrow et un contributeur majeur au projet de production de la Bible du Codex Amiatinus. Il mourut en Bourgogne alors qu'il était en route pour remettre une copie du codex au pape Grégoire II à Rome.
Ceollach/Ceollach :
Ceollach (ou Cellach) était un évêque médiéval de Mercie. Ses dates de consécration et de décès sont inconnues. Il était irlandais de naissance et a été formé en Irlande. Avant sa mort, il quitta ou démissionna de son siège et se rendit au monastère d'Iona.
Ceolmund/Ceolmund :
Ceolmund était un prénom masculin anglo-saxon porté par plusieurs hommes Ceolmund (évêque de Hereford) fin du VIIIe siècle évêque de Hereford Ceolmund (évêque de Rochester) floruit début du Xe siècle évêque de Rochester
Ceolmund (évêque_de_Hereford)/Ceolmund (évêque de Hereford) :
Ceolmund (mort vers 795) était un évêque médiéval de Hereford. Il fut consacré entre 786 et 788 et mourut entre 793 et ​​798.
Ceolmund (évêque_de_Rochester)/Ceolmund (évêque de Rochester) :
Ceolmund était un évêque médiéval de Rochester. Il fut consacré entre 893 et ​​900. Il mourut entre 909 et 926.
Céolnoth/Céolnoth :
Ceolnoth ou Ceolnoþ (prononcé [ˈtʃeːolnoθ] ; mort en 870) était un archevêque anglais médiéval de Cantorbéry. Bien que des chroniqueurs ultérieurs aient déclaré qu'il avait déjà occupé des fonctions ecclésiastiques à Cantorbéry, il n'y a aucune preuve contemporaine de cela, et sa première apparition dans l'histoire date de sa nomination en tant qu'archevêque en 833. Ceolnoth a été confronté à deux problèmes en tant qu'archevêque - des raids et des invasions par les Vikings et un nouvelle situation politique résultant d'un changement de suzeraineté d'un royaume à l'autre au cours de la première partie de son archiépiscopat. Ceolnoth a tenté de résoudre les deux problèmes en concluant un accord avec ses nouveaux suzerains pour la protection en 838. Les dernières années de Ceolnoth au pouvoir ont été marquées par davantage de raids vikings et un déclin de la vie monastique dans son archevêché.
Ceolred of_Mercia/Ceolred of Mercia :
Ceolred (mort en 716) fut roi de Mercie de 709 à 716.
Ceolt%C3%B3ir%C3%AD Chualann/Ceoltóirí Chualann :
Ceoltóirí Chualann (prononcé [ˈcoːl̪ˠt̪ˠoːɾʲiː ˈxuəlˠən̪ˠ]) était un groupe traditionnel irlandais, dirigé par Seán Ó Riada, qui comprenait de nombreux membres fondateurs des Chieftains. Ceoltóirí est le mot irlandais pour les musiciens, et Cualann est le nom d'un quartier juste à l'extérieur de Dublin où Ó Riada a vécu. On attribue au travail d'Ó Riada avec Ceoltóirí Chualann la revitalisation de l'utilisation du bodhrán comme instrument de percussion dans la musique celtique. En 1960, Ó Riada cherchait des musiciens pour interpréter la musique de la pièce "The Song of the Anvil" de Bryan MacMahon. Paddy Moloney, à l'âge de 20 ans, a été appelé à participer au projet, avec son ami Sean Potts à la flûte, Sonny Brogan à l'accordéon et John Kelly au violon. Ils répétaient chaque semaine dans la maison d'Ó Riada à Galloping Green, le banlieue de Dublin. Suite à son succès, Ó Riada a eu l'idée de former Ceoltóirí Chualann, un groupe pour jouer des chansons irlandaises traditionnelles avec accompagnement et airs de danse traditionnels et airs lents, arrangés avec des instruments : clavecin, bodhran, piano, violon, accordéons, flûte , tuyaux et sifflets. L'idée d'arranger réellement de la musique folklorique, ou de la musique de danse, avait été faite sur au moins un ou deux enregistrements 78 tours dans le passé, mais c'étaient des airs folkloriques faits de manière classique, hautement orchestrés. Un autre objectif était de revitaliser le travail du harpiste et compositeur aveugle Turlough O'Carolan. Le groupe a été lancé lors du Dublin Theatre Festival en septembre 1960, à l'hôtel Shelbourne, lors d'un événement appelé Reacaireacht an Riadaigh (Ó Riada's Recital). Au programme figuraient des chanteurs traditionnels, l'écrivain Seán Ó Ríordáin et le poète Seán Ó Tuama. En mars de l'année suivante, Ó Riada enregistre le premier d'une série d'émissions de radio pour lesquelles il conserve le nom de Reacaireacht an Riadaigh, et inclut de la musique jouée par Ceoltóirí Chualann. Peu de temps après la formation du groupe, Peadar Mercier et Seán Keane se sont joints. Ceoltóirí Chualann a continué à jouer jusqu'en 1969. Leur musique a été présentée dans le documentaire de 1968, The Village , de Mark McCarty (réalisateur) et Paul Hockings (anthropologue). En 1969, ils enregistrent deux albums, Ó Riada et Ó Riada Sa Gaiety. Le dernier de ces deux albums n'est sorti qu'après 1971, à la mort de Seán Ó Riada.
Ceolwald of_Mercia/Ceolwald of Mercia :
Ceolwald a peut-être été roi de Mercie vers 716 après JC. Le roi Ceolred de Mercie , petit-fils de Penda, mourut en 716. La plupart des listes royales merciennes ont Ceolred succédé par Æthelbald, qui n'était pas un descendant de Penda. Cependant, une version des listes de la cathédrale de Worcester fait succéder Ceolred à Ceolwald. De la similitude de leurs noms, on pense que Ceolwald était le frère de Ceolred, et donc le dernier des descendants directs de Penda à avoir régné en Mercie. Ceolwald ne peut avoir été roi que pendant une courte période car Æthelbald semble être devenu roi l'année de la mort de Ceolred.
Ceolwald de_Wessex/Ceolwald de Wessex :
Ceolwald de Wessex était membre de la Maison de Wessex (voir l'arbre généalogique de la Maison de Wessex). Bien que membre de la lignée masculine directe de Cynric à Egbert, Ceolwald n'a jamais été roi. Ses dates de naissance et de décès sont inconnues. Son père était Cuthwulf et son enfant Cenred de Wessex. Rien de plus sur lui n'est connu avec certitude. Certains sites le mentionnent comme marié à Fafertach (620–644), fille du prince Finguine de Mumhan (603–644). Plusieurs le mentionnent comme fils de la princesse Gwynhafar de Dumnonie (fille du roi Clemen ap Bledric).
Ceolwulf/Ceolwulf :
Ceolwulf, parfois orthographié Ceolwulph, peut faire référence à : Ceolwulf I de Mercie, roi de Mercie Ceolwulf II de Mercie, roi de Mercie Ceolwulf de Northumbrie (Saint Ceolwulf), roi de Northumbrie Ceolwulf de Wessex, roi de Wessex Ceolulfus, évêque de Lindsey, également connu sous le nom de Ceolwulf
Ceolwulf II_de_Mercie/Ceolwulf II de Mercie :
Ceolwulf II (mort vers 879) fut le dernier roi de la Mercie indépendante. Il succède à Burgred de Mercie qui est déposé par les Vikings en 874. Son règne est généralement daté de 874 à 879 sur la base d'une liste royale mercienne qui lui donne un règne de cinq ans. Cependant, DP Kirby soutient qu'il a probablement régné jusqu'au début des années 880. En 883, il fut remplacé par Æthelred, seigneur des Merciens, qui devint souverain de Mercie avec le soutien d'Alfred le Grand, roi du Wessex.
Ceolwulf I_of_Mercia/Ceolwulf I de Mercie :
Ceolwulf I fut roi de Mercie, East Anglia et Kent, de 821 à 823. Il était le frère de Coenwulf, son prédécesseur, et fut déposé par Beornwulf. Guillaume de Malmesbury déclara qu'après Cœnwulf : "le royaume des Merciens déclinant, et si je puis utiliser l'expression, presque sans vie, n'a rien produit digne d'une commémoration historique." En fait, Mercie a eu un moment de gloire que William ignorait. Indiquant l'année 822, les Annales Cambriae déclarent: "La forteresse de Degannwy (à Gwynedd) est détruite par les Saxons et ils ont pris le royaume de Powys sous leur propre contrôle." Une charte ultérieure dépeint une situation perturbée pendant le règne de Ceolwulf : "Après la mort de Cœnwulf, roi des Merciens, de nombreux désaccords et d'innombrables disputes surgirent entre les dirigeants de toutes sortes - rois, évêques et ministres des églises de Dieu - concernant toutes sortes d'affaires profanes". En 823, quelque temps après le 26 mai, date à laquelle il accorda des terres à l'archevêque Wulfred en échange d'un vaisseau d'or et d'argent, Ceolwulf fut renversé. Son remplaçant était Beornwulf, dont le pedigree n'est pas connu. Ceolwulf a gouverné Kent directement - dans ses deux chartes, il est appelé "Roi des Merciens et des hommes de Kent".
Ceolwulf de_Lindsey/Ceolwulf de Lindsey :
Ceolwulf (ou Ceolulfus) était un évêque médiéval de Lindsey. Ceolwulf fut consacré en 767. Il mourut en 796. Charlemagne, vers 793–796, écrivit à la fois à Ceolwulf et à Æthelhard, archevêque de Cantorbéry, leur demandant de plaider auprès d'Offa de Mercie au sujet de certains Anglais qui étaient actuellement en exil. Ceolwulf a quitté l'Angleterre en 796 avec Eadbald, l'évêque de Londres, mais on ne sait pas si c'était en exil ou en pèlerinage ou pour une autre raison. C'était peu de temps après l'effondrement du pouvoir mercien suite à la mort d'Offa. Ceolwulf semble ne pas être revenu à Lindsey, en tant que nouvel évêque, Eadwulf commence à apparaître dans les archives peu de temps après le départ de Ceolwulf.
Ceolwulf de_Northumbrie/Ceolwulf de Northumbrie :
Saint Ceolwulf était roi de Northumbrie de 729 à 737, à l'exception d'une courte période en 731 ou 732 où il a été déposé et rapidement rétabli au pouvoir. Ceolwulf abdique et entre au monastère de Lindisfarne. Il était le "roi le plus glorieux" à qui Bède dédia son Historia ecclesiastica gentis Anglorum.
Ceolwulf de_Wessex/Ceolwulf de Wessex :
Ceolwulf (mort vers 611) était un roi du Wessex. À cette date précoce, les Saxons de l'Ouest s'appelaient les Gewisse, et dans son entrée du Dictionnaire de la biographie nationale, il reçoit le titre de «roi des Gewisse». Selon la Chronique anglo-saxonne, il régna de 597 à 611 et les Annales de St Neots lui attribuent également quatorze ans. La liste royale généalogique de la Saxe occidentale lui donne un règne de dix-sept ans, mais de l'avis de Barbara Yorke, c'est probablement une erreur. Ceolwulf était le fils de Cutha ou Cuthwulf et le petit-fils de Cynric, et a succédé à son frère Ceol. Selon la Chronique, il était un dirigeant puissant qui "a continuellement combattu et combattu soit les Anglais, soit les Britanniques, soit les Pictes, soit les Écossais", mais il est peu probable qu'il ait combattu les Pictes ou les Écossais. Sa seule bataille enregistrée était contre les Saxons du Sud en 607, probablement pour le contrôle de l'île de Wight et du sud du Hampshire, mais il a probablement jeté les bases de l'expansion de la Saxe occidentale contre les peuples britanniques et saxons du sud et de l'ouest. Il a peut-être commencé à construire une suzeraineté régionale parmi les groupes qui composaient les Saxons de l'Ouest. Il n'est pas certain que son successeur, Cynegils, soit son fils ou le fils de son frère Ceol.
Céophylle/Céophylle :
Ceophyllus est un genre de coléoptères épris de fourmis de la famille des Staphylinidae. Il existe une espèce décrite chez Ceophyllus, C. monilis.
Ceorl/Ceorl :
Ceorl peut faire référence à l'un des éléments suivants : Ceorl, un cavalier de Rohan dans le monde fictif de la Terre du Milieu de JRR Tolkien, un rang social en Angleterre anglo-saxonne, la classe la plus basse d'hommes "libres". Le roi Cearl de Mercie, anglo- Souverain saxon au début du 7ème siècle
Cep (Jind%C5%99ich%C5%AFv_Hradec_District)/Cep (Jindřichův Hradec District):
Cep (en allemand : Trieschel) est un village du district de Jindřichův Hradec en République tchèque.
Cep (homonymie)/Cep (homonymie) :
Cep, également appelé porcino, est un nom commun pour Boletus edulis, un champignon comestible. Cep ou CEP peut également faire référence à :
Cepa Andaluza/Cepa Andaluza :
Cepa Andaluza est une composition de 1972 du virtuose espagnol flamenco guitariste Paco de Lucia. Il figurait sur son album de 1973, Fuente y caudal. A Bulería, elle se joue généralement en Do phrygien, avec un capodastre sur la troisième frette, basé sur l'accord de Do 7 bémol 9. Il a été joué par Grisha Goryachev.
Cepaea/Cepaea :
Cepaea est un genre d' escargots terrestres à respiration aérienne de taille moyenne , des mollusques gastéropodes pulmonaires terrestres de la famille des Helicidae . Les coquilles des espèces de ce genre sont souvent de couleurs vives et ornées de rayures. Les deux espèces de ce genre, le commun et répandu C. nemoralis et C. hortensis, ont été des espèces modèles pour les premières études de génétique et de sélection naturelle. Ils se produisent en Europe, bien que des populations introduites se produisent ailleurs dans le monde. Comme de nombreux Helicidae, ce genre d'escargots crée et utilise des fléchettes d'amour.
Cepagatti/Cepagatti :
Cepagatti (localement Cipahàttë) est une commune (municipalité) et une ville de la province de Pescara dans la région des Abruzzes en Italie.
Cepari/Cepari :
Cepari est une commune du comté d'Argeș, en Munténie, en Roumanie. Elle est composée de huit villages : Cărpeniș, Ceparii Pământeni (le centre communal), Ceparii Ungureni, Morăști, Șendrulești, Urluiești, Valea Măgurei et Zamfirești.
Cépéda/Cépéda :
Cepeda peut faire référence à : Cepeda (nom de famille)
Cepeda, Salamanque/Cepeda, Salamanque :
Cepeda de la Sierra est une municipalité de la province de Salamanque, dans les communautés autonomes de Castille et León, en Espagne. Il est situé à 96 km (60 mi) de la ville de Salamanque, la capitale provinciale. En 2016, il a une population de 349 et une superficie de 11 km2 (4,2 milles carrés). Il se trouve à une altitude de 633 mètres (2 077 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Son code postal est le 37656.
Cepeda (nom de famille)/Cepeda (nom de famille) :
Cepeda est un nom de famille espagnol datant du 12ème siècle. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Amaranta Osorio Cepeda (née en 1978), dramaturge, actrice et directrice artistique mexicaine Andrés Cepeda (née en 1973), la chanteuse colombienne Angie Cepeda (née en 1974), l'actrice colombienne Arturo Cepeda (née en 1969), mexicaine-américaine Le prélat catholique Bonny Cepeda (né en 1954), le musicien dominicain Boris Cepeda (né en 1974), le pianiste et diplomate germano-équatorien Christian Cepeda (né en 1991), la footballeuse professionnelle argentine Cláudia Cepeda (née en 1967), l'actrice brésilienne Diego Ramirez de Cepeda (décédée 1629), la prélate catholique péruvienne Dolores Cepeda (1965-1977), une Américaine étranglée et violée par les Hillside Stranglers Ender Cepeda (née en 1945), le peintre vénézuélien Enrique Cepeda, l'athlète paralympique cubaine Esther J. Cepeda, chroniqueuse syndiquée pour le Chicago Sun -Times Francisco Cepeda (1532–1602), missionnaire hispano-dominicain Francisco Cepeda (cycliste) (1906–1935), cycliste espagnol Frederich Cepeda (né en 1980), joueur de baseball cubain Jefferson Alexander Cepe da (né en 1998), cycliste équatorien Jefferson Alveiro Cepeda (né en 1996), cycliste équatorien José Cevallos Cepeda (1831–1893), homme politique et chef militaire mexicain Julio Cepeda (né en 1932), cycliste mexicaine Laura Cepeda (née en 1953), actrice espagnole Liliana "Barbarita" Cepeda (1990–1997), fille portoricaine dont la mort a provoqué une enquête Lorna Cepeda (née en 1970), actrice colombienne Luis Cepeda (née en 1989), chanteur espagnol Marco Cepeda (né en 1974), coureur de demi-fond espagnol Natividad Cepeda , poète espagnol, écrivain et chroniqueur habituel Orlando Cepeda (né en 1937), ancien joueur portoricain de la Ligue majeure de baseball Pedro Cepeda (1905–1955), joueur de baseball portoricain Rafael Cepeda (1910–1996), patriarche de la famille musicale Cepeda Ramiro Cepeda (né en 1975), ancien entraîneur de football argentin et ancien joueur Raquel Cepeda (né en 1973), journaliste, critique, cinéaste et autobiographe américain Rolando Cepeda (né en 1989), volleyeur cubain Rubén Cepeda (né en 1994), chilien footballeur Santiago Cepeda (né en 1986), poète et romancier colombien. Wellington Cepeda (né en 1973), ancien joueur de baseball professionnel dominicain et actuel entraîneur Wilson Cepeda (né en 1980), cycliste sur route colombien
Cepeda la_Mora/Cepeda la Mora :
Cepeda de la Mora est une ville située dans la province d'Ávila au sein de la communauté autonome de Castille-Leon, dans le nord-ouest de l'Espagne. Il a une superficie de 31,5 km2, une population de 114 habitants (2006) et une densité de population de 3,6/km2. Cepeda de la Mora est située dans l'espace naturel espagnol La Serrota, à proximité du parc régional de la Sierra de Gredos. Dans la page de l'Association Culturelle vous pourrez trouver plus d'informations sur l'histoire, la culture et la nature de ce village. Cepeda de la Mora à 1 504 mètres est la 6e plus haute, en altitude au-dessus du niveau de la mer, dans la province d'Ávila et la 12e plus haute d'Espagne.
Cepedea/Cepedea :
Cepedea est un genre d'hétérocontes. Des exemples sont Cepedea virguloidea et Cepedea longa. Une liste détaillée de toutes les espèces de Cepedea signalées a été compilée par Li et al (2017).
Cepek/Cepek :
Cepek ou Čepek est un nom de famille. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Dick Cepek (1930–1983), l'homme d'affaires américain Petr Čepek (1940–1994), l'acteur tchèque Radim Cepek (né en 1975), le joueur de floorball tchèque
Cepeleu%C8%9Bi/Cepeleuți :
Cepeleuți est une commune du district d'Edineț, en Moldavie. Elle est composée de trois villages : Cepeleuți, Rîngaci et Vancicăuți.
Cepelinai/Cepelinai :
Cepelinai (lit. "zeppelins"; singulier: cepelinas) ou didžkukuliai sont des boulettes de pommes de terre à base de pommes de terre râpées et rizées et farcies de viande hachée, de fromage blanc sec ou de champignons. Il a été décrit comme un plat national de la Lituanie et est généralement servi comme plat principal. Le nom de Cepelinai vient de leur forme qui ressemble à un dirigeable Zeppelin, les cepelinai mesurent généralement environ 10 à 20 cm de long, bien que la taille dépende de où ils sont fabriqués: dans les comtés occidentaux de la Lituanie, les cepelinai sont plus grands qu'à l'est. En Samogitie, les cepelinai sont appelés cepelinā. Après ébullition, les cepelinai sont souvent servis avec une sauce à la crème sure et des morceaux de bacon ou des couennes de porc. Dans la région de Suwałki, la Podlachie, la Warmie et la Mazurie, il est connu sous le nom de kartacz (pol. : mitraille). Il fait partie de la cuisine du nord-est de la Pologne. Des plats similaires incluent le pyzy polonais, le kroppkaka suédois, la poutine râpée acadienne, le raspeball norvégien, le kartoffelklöße allemand et le canederli italien.
Cepeli%C5%A1/Cepeliš :
Cepeliš est un village du centre de la Croatie, dans la ville de Petrinja, comté de Sisak-Moslavina. Il est relié par l'autoroute D30.
Gare_de_Ceper/Gare de Ceper :
Ceper Station (CE) est une gare ferroviaire de classe II située à Klepu, Ceper, Klaten Regency ; à une altitude de +133 mètres, y compris dans la zone opérationnelle VI Yogyakarta. Depuis l'exploitation du tronçon Yogyakarta-Solo à double voie Srowot-Ketandan en 2001 et achevée sur le tronçon Brambanan-Delanggu le 15 décembre 2003, cette gare dispose de cinq voies ferrées avec les lignes 2 et 3 en lignes droites et la ligne 5 en parking pour le fret trains. Pour soutenir l'exploitation à double voie, le système de signalisation mécanique de cette gare a été remplacé par un système de signalisation électrique fabriqué par PT Len Industri qui était installé depuis 2013 et a ensuite commencé à fonctionner le 12 février 2019. À l'ouest de cette gare, avant la gare de Klaten, il y a la gare de Ketandan qui est inactive depuis que la double voie Kutoarjo-Solo fonctionne. De plus, à partir de cette station, il y a une ligne de bifurcation vers l'usine sucrière de Ceper Baru qui a maintenant été désactivée. À partir du 10 février 2021, pour coïncider avec le lancement du tableau des voyages en train 2021, cette gare ainsi que trois autres gares (gare Delanggu, gare Gawok et gare Srowot) ont commencé à desservir KRL Commuterline à travers Yogyakarta – Solo Balapan.
Cepero/Cepero :
Cepero est un nom de famille. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Danny Cepero (né en 1985), le footballeur américain Greichaly Cepero (né en 1981), le volleyeur américain Jesús Selgas Cepero (né en 1951), l'artiste cubain Julio Cepero (né en 1953), le footballeur cubain Olga Cepero ( né en 1975), triple sauteur cubain Paco Cepero (né en 1942), guitariste espagnol Ricardo López Cepero, homme politique portoricain
Cepe%C8%99ti/Cepești :
Cepeşti peut faire référence à plusieurs villages de Roumanie : Cepeşti, un village de la commune de Cungrea, département d'Olt Cepeşti, un village de la commune de Bogdănița, département de Vaslui
Céph/Céph :
Ceph ou CEPH peut faire référence à :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cydosia brasiliella

Cyclus (installation_art)/Cyclus (installation_art) : Cyclus est une installation de quarante mètres de long de l'artiste croate Va...