Rechercher dans ce blog

mercredi 22 juin 2022

Carcinoptera ochrociliella


Carcharhinus humani/Carcharhinus humani :
Carcharhinus humani, également connu sous le nom de requin baleinier de l'homme, est une espèce de requin requiem, de la famille des Carcharhinidae. Il habite l'océan Indien occidental près des îles Socotra, au large du Koweït, du Mozambique et de l'Afrique du Sud.
Carcharhinus tjutjot/Carcharhinus tjutjot :
Le requin baleinier indonésien (Carcharhinus tjutjot), est une espèce de requin requiem appartenant à la famille des Carcharhinidae. Jusqu'à récemment, on pensait qu'il s'agissait d'un synonyme junior du requin à joues blanches (C. dussumieri). Le requin baleinier indonésien, avec la famille des Carcharhinidae, est un groupe économique clé dans la pêche mondiale, y compris la pêche commerciale et à petite échelle dans la région indo-pacifique. Les zones de frai et d'alevinage communes chevauchent les zones de pêche commerciale et il est souvent capturé comme prise accessoire, ce qui l'a fait figurer sur la liste des espèces vulnérables.
Carcharias/Carcharias :
Carcharias est un genre de requins tigres de sable appartenant à la famille des Odontaspididae. Autrefois abritant de nombreuses espèces préhistoriques, toutes ont disparu à l'exception du requin tigre de sable, en danger critique d'extinction.
Carcharoda/Carcharoda :
Carcharoda est un genre de papillons nocturnes de la famille des Noctuidae.
Carcharodini/Carcharodini :
Les Carcharodini sont une tribu de la sous-famille des papillons Skipper Pyrginae. Il s'agit d'un groupe très diversifié mais assez plésiomorphe et discret réparti dans les tropiques. Auparavant, lorsque seules quatre tribus de Pyrginae étaient reconnues, elles étaient incluses dans les Pyrgini, qui contenaient à l'époque un nombre considérable de genres. Mais les Pyrginae ont depuis été réorganisés pour les rendre, ainsi que leurs tribus, monophylétiques, ce qui a conduit la plupart des auteurs modernes à traiter les Carcharodini comme une tribu distincte. Cependant, l'ancienne circonscription des Pyrgini était dans l'ensemble tout aussi correcte d'un point de vue phylogénétique. La tribu des Pyrgini sensu lato la plus étroitement liée aux Pyrgini sensu stricto sont les Achlyodidini remarquablement différents. Comme beaucoup considèrent qu'il est souhaitable de traiter cette lignée comme une tribu distincte, les Carcharodini doivent naturellement être également considérés comme distincts.
Carcharodon/Carcharodon :
Carcharodon est un genre de requins de la famille des Lamnidae. Le seul membre existant du genre est le grand requin blanc (Carcharodon carcharias). Les membres disparus du genre comprennent Carcharodon caifassii et Carcharodon hubbelli. Otodus megalodon est toujours considéré par certains paléontologues (par exemple Michael D. Gottfried et Ewan Fordyce) comme un proche parent de Carcharodon carcharias. Le nom scientifique du mégalodon était à l'origine le mégalodon "Carcharodon" (appartenant au même genre que le grand requin blanc), mais plus récemment, le requin géant a été attribué par la plupart des scientifiques au genre Carcharocles ou Otodus. Le nom du genre vient du grec pour "dent pointue/dentelée". Un genre de dinosaure carnivore géant, avec des dents pointues et tranchantes de fonction similaire à celles des requins Carcharodon, a reçu le nom de Carcharodontosaurus.
Carcharodon hubbelli/Carcharodon hubbelli :
Carcharodon hubbelli, également connu sous le nom de requin blanc de Hubbell, est une espèce éteinte de requin blanc qui a évolué il y a entre 8 et 5 millions d'années entre la fin du Miocène et le début du Pliocène. Le requin est une espèce de transition, présentant des caractéristiques intermédiaires entre les grands requins blancs actuels et les plus petits requins mako préhistoriques. Ses fossiles ont été déterrés en Nouvelle-Zélande et au Pérou. Ce requin a été nommé en l'honneur de Gordon Hubbell (le scientifique qui a récupéré le spécimen d'un agriculteur qui l'a trouvé en 1988) en reconnaissance de sa contribution à la paléontologie des requins et pour avoir fait don du spécimen à le Florida Museum of Natural History en 2009.
Carcharodontosauridae/Carcharodontosauridae :
Carcharodontosauridae (carcharodontosauridés ; du grec καρχαροδοντόσαυρος, carcharodontósauros : "lézards à dents de requin") est un groupe de dinosaures théropodes carnivores. En 1931, Ernst Stromer a nommé les Carcharodontosauridae en tant que famille, ce qui, dans la paléontologie moderne, indique un clade au sein de Carnosauria. Les Carcharodontosauridés comprennent certains des plus grands prédateurs terrestres jamais connus : Giganotosaurus, Mapusaurus, Carcharodontosaurus et Tyrannotitan, tous rivalisant ou dépassant le Tyrannosaurus en taille. Un article de 2015 de Christophe Hendrickx et ses collègues donne une estimation de la longueur maximale de 14 mètres (46 pieds) pour les plus grands carcharodontosauridés, tandis que les plus petits carcharodontosauridés auraient mesuré au moins 6 mètres (20 pieds) de long.
Carcharodontosaure/Carcharodontosaure :
Carcharodontosaurus est un genre de grand dinosaure théropode carcharodontosauridé qui existait au Cénomanien du Crétacé supérieur en Afrique du Nord. On sait actuellement qu'il comprend deux espèces : C. saharicus et C. iguidensis, qui sont parmi les plus grands théropodes, presque aussi grands ou même plus grands que Tyrannosaurus, Giganotosaurus et Spinosaurus. Le genre Carcharodontosaurus tire son nom du genre de requin Carcharodon, lui-même composé du grec karchar[os] (κάρχαρος, signifiant "déchiqueté" ou "pointu") et odōn (ὀδών, "dents"), et du suffixe -saurus ("lézard "). ("Lézard requin").
Carcharode/Carcharode :
Carcharodus est un genre paléarctique de skippers de la famille des Hesperiidae. Dans une recherche génomique publiée en 2020, il a été déterminé que six des huit espèces de Carcharodus étaient plus étroitement liées à celles du genre Muschampia et ont été transférées à ce genre. Cela ne laissait que deux espèces chez Carcharodus.
Carcharodus alceae/Carcharodus alceae :
Carcharodus alceae, l'hespérie des mauves, est un papillon de la famille des Hesperiidae.
Carcharodus tripolinus/Carcharodus tripolinus :
Carcharodus tripolinus, l'hespérie de la fausse mauve, est un papillon de la famille des Hesperiidae. On le trouve le long d'une bande étroite le long de la côte sud du Portugal et de l'Espagne et à travers l'Afrique du Nord. Il est impossible de le distinguer de Carcharodus alceae, mais les organes génitaux masculins présentent des différences significatives, c'est pourquoi ils sont traités comme des espèces différentes. L'envergure est de 26 à 34 mm. Les adultes volent de mars à septembre. Les larves se nourrissent de Malva sylvestris. Ils ont également été enregistrés sur Althaea en Egypte.
Carcharoïdes/Carcharoïdes :
Carcharoides est un genre éteint de requin maquereau qui a vécu pendant les époques Oligocène et Miocène. C'est un genre répandu, connu à partir de spécimens en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Afrique et en Australie. Il est le plus commun dans la partie européenne de son aire de répartition, étant relativement rare dans d'autres endroits. Il n'est connu que de dents isolées, qui sont relativement délicates.
Carcharomodus/Carcharomodus :
Carcharomodus est un genre éteint de requin lamnide. Sa seule espèce est actuellement C. escheri.
Carcharomodus escheri/Carcharomodus escheri :
Carcharomodus escheri, communément surnommé le requin mako dentelé ou le requin mako d'Escher, est un lamnide éteint qui vivait au Miocène. On pensait autrefois qu'il était la transition entre le " mako " Cosmopolitodus hastalis aux dents larges et le grand blanc moderne , mais il est maintenant considéré comme une impasse évolutive avec la découverte de Carcharodon hubbelli . Des exemples de fossiles ont été trouvés le long des côtes nord de l'Atlantique et dans certaines parties de l'Europe occidentale et centrale.
Carche/Carche :
Carche ( espagnol : El Carche , valencien : El Carxe ) est une région montagneuse et peu peuplée de la région de Murcie , en Espagne , située entre les municipalités de Jumilla et Yecla . Les montagnes atteignent une altitude de 1 371 mètres au Pico de la Madama et une partie de la région a le statut de parc régional. Trois villages bordent le parc : Raspay, La Alberquilla et Carche, avec un total de 182 habitants (2005).
Carchemish/Carchemish :
Carchemish (turc: karkamış; kar-kəm-ish ou kar-kee-dak), également orthographié karkemish (hittite: 𒋼𒀀𒅗𒈩 kargamiš; hiéroglyphe luwian: 𔕢 𔗧𔖻𔑺 karkamisà, 𔗧𔖱𔗧𔖻𔑶 karakamisà / karikamisà; akkadian 𒃻𒂵𒈩 Gargamiš; Hébreu : כַּרְכְּמִישׁ‎ Karkəmīš) était une ancienne capitale importante dans la partie nord de la région de la Syrie. À certains moments de son histoire, la ville était indépendante, mais elle faisait également partie des empires mitannien, hittite et néo-assyrien. Aujourd'hui, c'est à la frontière entre la Turquie et la Syrie. C'était le lieu d'une bataille importante, vers 605 av. J.-C., entre les Babyloniens et les Égyptiens, mentionnée dans la Bible (Jér. 46:2). Les villes voisines modernes sont Karkamış en Turquie et Jarabulus en Syrie (également Djerablus, Jerablus, Jarablos, Jarâblos); la forme originale du toponyme moderne semble avoir été Djerabis ou Jerabis, probablement dérivé d'Europos, l'ancien nom de la colonie hellénistique-romaine.
Inscription phénicienne de Carchemish/Inscription phénicienne de Carchemish :
L' inscription phénicienne de Carchemish est une inscription phénicienne du 5ème siècle avant notre ère sur des carreaux de faïence vernissée à Carchemish au début des années 1950 lors des fouilles de Richard David Barnett et Leonard Woolley pour le British Museum . Il mesurait 9 x 4 cm et a été trouvé à l'extrémité nord-ouest du "mont de l'Acropole (ou de la Citadelle)" dans le coin nord-est du monticule de Carchemish (aujourd'hui du côté turc de la frontière syro-turque). Il n'a peut-être pas appartenu au bâtiment, car il a été trouvé dans les ruines plutôt que sur le bâtiment lui-même. Barnett a émis l'hypothèse qu'il aurait pu être ajouté en tant que redécoration ultérieure du temple de Kubaba. L'inscription est en lettres brunes sur un fond bleu pâle, avec une bordure de l'arbre de vie; Barnett a déclaré que les lettres ressemblaient à celles du sarcophage d'Eshmunazar II. Il est connu sous le nom de KAI 28.
Carcheto-Brustico/Carcheto-Brustico :
Carcheto-Brustico (prononciation française : [kaʁketo bʁustiko] ; corse : Carchetu è Brusticu) est une commune française du département de la Haute-Corse sur l'île de Corse.
Carchex/Carchex :
CARCHEX est une société basée à Baltimore, dans le Maryland, qui propose des garanties automobiles prolongées et des inspections mobiles de véhicules.
Carchi Andes_toad/Crapaud Carchi Andes :
Le crapaud Carchi Andes, Rhaebo colomai, est une espèce de crapaud endémique des pentes occidentales des Andes dans le nord de l'Équateur et le sud de la Colombie. Il est répertorié comme une espèce en voie de disparition en raison d'une aire de répartition restreinte et de la perte d'habitat.
Province de Carchi/Province de Carchi :
Carchi (prononciation espagnole : [ˈkaɾtʃi]) est une province d'Équateur. La capitale est Tulcan. La rivière Carchi prend sa source sur les pentes du volcan Chiles et forme la frontière entre la Colombie et l'Équateur près de Tulcan. Le pont Rumichaca est la route terrestre la plus importante entre la Colombie et l'Équateur.
Rivière Carchi/Rivière Carchi :
La rivière Carchi est une rivière de l'Équateur. Il s'élève sur les pentes du volcan Chiles, à une altitude de 4 698 mètres (15 413 pieds), à la frontière de l'Équateur et de la Colombie. La rivière coule vers l'est à travers le haut plateau d'El Angel. Le Carchi a un parcours total d'environ 45 kilomètres (28 mi), formant la frontière entre la Colombie et l'Équateur sur environ 20 kilomètres (12 mi). Il passe entre les villes de Tulcan, Equateur et Ipiales, Colombie et sous le pont Rumichaca, le principal lien terrestre entre la Colombie et l'Equateur. Entrant en Colombie, le Carchi devient connu sous le nom de rivière Guáitara qui est un affluent de la rivière Patía. Le peuple Pasto vivait le long de la rivière Carchi à l'époque précolombienne. Au point le plus au nord de l'Empire Inca, les Pasto n'ont jamais été entièrement conquis par les Incas. Le Carchi était connu sous le nom de fleuve Angasmayo par les Incas et les premiers colons espagnols. Un pont en pierre naturelle à Rumichaca était l'avant-poste le plus au nord de l'Empire Inca.
Carciano/Carciano :
Carciano de Jesus Acácio, connu sous le nom de Carciano, est un défenseur de football brésilien.
Carcieri c._Salazar/Carcieri c. Salazar :
Carcieri c. Salazar , 555 US 379 (2009), était une affaire dans laquelle la Cour suprême des États-Unis a statué que le gouvernement fédéral ne pouvait pas prendre en fiducie des terres acquises par la tribu Narragansett à la fin du 20e siècle, car il n'a été reconnue au niveau fédéral qu'en 1983. Bien que bien documentée dans les archives historiques et survivant en tant que communauté, la tribu a été en grande partie dépossédée de ses terres alors qu'elle était sous la tutelle de l'État de Rhode Island avant de poursuivre au 20e siècle. La Cour a statué que l'expression de tribus "maintenant sous juridiction fédérale" dans la loi de réorganisation indienne de 1934 ne faisait référence qu'aux tribus qui étaient reconnues par le gouvernement fédéral lorsque la loi a été adoptée. Il a statué que le gouvernement fédéral ne pouvait pas prendre de terres en fiducie pour les Narragansett ou d'autres tribus reconnues par le gouvernement fédéral et acquises après 1934.
Carcina/Carcina :
Carcina est un genre de papillon de nuit de la famille des Depressariidae.
Carcina haemographa/Carcina haemographa :
Carcina haemographa est un papillon de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1937. On le trouve en République Démocratique du Congo (Kasai occidental, Equateur). L'envergure est d'environ 19 mm. Les ailes antérieures sont jaune vif avec des marques plus larges violacées claires irritées noirâtres et fortement bordées de cramoisi brillant, des marques plus étroites entièrement cramoisies brillantes. Il y a une strie sous-costale irrégulière de la base au termen sous l'apex, avec des expansions sous près de la base, avant le milieu et près de l'apex. Il y a un fascia de marquage irrégulier du dos à un tiers jusqu'à près de l'expansion centrale de celui-ci, relié là par une strie mince avec une tache terminale irrégulière, trilobée en avant. Il y a aussi une strie terminale mince. Les ailes postérieures sont blanchâtres.
Carcina luridella/Carcina luridella :
Carcina luridella est un papillon de nuit de la famille des Depressariidae. Il a été décrit par Hugo Theodor Christoph en 1882. On le trouve dans l'Extrême-Orient russe (Amour, Oussouri, Sakhaline, Kounashir) et au Japon. L'envergure est de 20–24 mm. Les ailes antérieures sont ocre-gris clair, le bord costal extrême blanchâtre. Les ailes postérieures sont plutôt gris clair.
Carcina quercana/Carcina quercana :
Carcina quercana est une espèce de papillon de nuit de la famille des Depressariidae. On le trouve en Europe. Il a été introduit récemment en Amérique du Nord, en Colombie-Britannique et dans l'ouest de l'État de Washington. Il est parfois connu sous plusieurs noms communs, notamment lanterne de chêne, corps plat à longues cornes et papillon squelettiseur de chêne (le dernier plus courant en Amérique du Nord). L'envergure est de 16–20 mm. Les ailes antérieures sont ocre clair, plus ou moins violacées, parsemées de fuscous foncé ; bord costal violet ; une tache jaune le long de la costa près de la base, et une autre au-delà du milieu ; une ligne transversale fusqueuse au 1/4, suivie d'une suffusion jaunâtre vers le dos ; stigmates gris foncé, plical généralement faible ; une ligne violette terminale ; cils jaune vif sauf sur le tornus. Les ailes postérieures sont jaune-blanchâtre, l'apex teinté de rose. La larve est vert pâle ; ligne dorsale dairker, plus pâle -bordée ; tête vert jaunâtre,Les larves se nourrissent de divers arbres à feuilles caduques, y compris le chêne et le hêtre.
Carcinarachné/Carcinarachné :
Carcinarachne est un genre monotypique d'araignées crabes sud-américaines contenant la seule espèce, Carcinarachne brocki. Il a été décrit pour la première fois par Günter EW Schmidt en 1956 et n'a été trouvé qu'en Équateur.
Carcinarctie/Carcinarctie :
Carcinarctia est un genre de teignes du tigre de la famille des Erebidae. Le genre a été érigé par George Hampson en 1901 et on les trouve dans les Afrotropics.
Carcinarctia kivuensis/Carcinarctia kivuensis :
Carcinarctia kivuensis est un papillon nocturne de la famille des Erebidae. Il a été décrit par James John Joicey et George Talbot en 1924. On le trouve en République démocratique du Congo, en Tanzanie et au Zaïre.
Carcinarctia laeliodes/Carcinarctia laeliodes :
Carcinarctia laeliodes est un papillon nocturne de la famille des Erebidae. Il a été décrit par George Hampson en 1916. On le trouve en République démocratique du Congo, au Kenya et au Rwanda.
Carcinarctia metamelaena/Carcinarctia metamelaena :
Carcinarctia metamelaena est un papillon nocturne de la famille des Erebidae. Il a été décrit par George Hampson en 1901. On le trouve au Kenya.
Carcinarctia rougeoti/Carcinarctia rougeoti :
Carcinarctia rougeoti est un papillon nocturne de la famille des Erebidae. Elle a été décrite par Hervé de Toulgoët en 1977. On la trouve en Ethiopie.
Carcinarctia rufa/Carcinarctia rufa :
Carcinarctia rufa est un papillon nocturne de la famille des Erebidae. Il a été décrit par James John Joicey et George Talbot en 1921. On le trouve en République démocratique du Congo, au Rwanda et en Ouganda.
Carcineretidae/Carcineretidae :
Les Carcineretidae sont une famille préhistorique de crustacés hétérotrématés. Ils ne sont connus que par des fossiles du Crétacé. Ces crabes sont provisoirement placés dans la superfamille des Portunoidea et ressemblent aux crabes nageurs (Portunidae) en ayant des péréiopodes en forme de pagaie. Mais il n'est pas certain que ce placement soit correct, car les Carcineretidae présentent également certaines similitudes avec les Matutidae de la superfamille Leucosioidea et les Goneplacidés de la superfamille Xanthoidea.
Carcinisation/Carcinisation :
La carcinisation (ou carcinisation) est un exemple d'évolution convergente dans laquelle un crustacé évolue vers une forme ressemblant à un crabe à partir d'une forme non ressemblant à un crabe. Le terme a été introduit dans la biologie évolutive par LA Borradaile, qui l'a décrit comme "l'une des nombreuses tentatives de la nature pour faire évoluer un crabe". La plupart des crustacés carcinisés appartiennent à l'infra-ordre Anomura.
Carcinocorini/Carcinocorini :
Les Carcinocorini sont une tribu de punaises embuscades qui se distinguent par une modification en forme de griffe de la patte avant utilisée pour capturer leur proie. Ces griffes ou pinces, qui sont courantes chez les crabes, sont presque inconnues chez les insectes, présentes uniquement chez les guêpes femelles de la famille des Dryinidae. Le nom de la tribu est dérivé du grec karkinos pour crabe et coris pour insecte.
Carcinocytémie/carcinocytémie :
La carcinocytémie, également connue sous le nom de leucémie à cellules carcinomateuses, est une affection dans laquelle des cellules de tumeurs malignes d'origine non hématopoïétique sont visibles sur le frottis sanguin périphérique. Il s'agit d'une affection extrêmement rare, avec 33 cas recensés dans la littérature de 1960 à 2018. La carcinocytémie survient généralement secondaire à une infiltration de la moelle osseuse par un cancer métastatique et est de très mauvais pronostic.
Antigène carcinoembryonnaire/Antigène carcinoembryonnaire :
L'antigène carcinoembryonnaire (CEA) décrit un ensemble de glycoprotéines hautement apparentées impliquées dans l'adhésion cellulaire. Le CEA est normalement produit dans le tissu gastro-intestinal pendant le développement du fœtus, mais la production s'arrête avant la naissance. Par conséquent, le CEA est généralement présent à de très faibles niveaux dans le sang d'adultes en bonne santé (environ 2 à 4 ng/mL). Cependant, les taux sériques sont élevés dans certains types de cancer, ce qui signifie qu'il peut être utilisé comme marqueur tumoral dans les tests cliniques. Les taux sériques peuvent également être élevés chez les gros fumeurs. Les CEA sont des glycoprotéines ancrées à la surface cellulaire du glycosyl phosphatidyl inositol (GPI) dont les glycoformes sialofucosylées spécialisées servent de ligands fonctionnels de la L-sélectine et de la sélectine du carcinome du côlon, qui peuvent être critiques pour la dissémination métastatique de cellules de carcinome du côlon. Immunologiquement, ils sont caractérisés comme membres du groupe de différenciation CD66. Les protéines comprennent CD66a, CD66b, CD66c, CD66d, CD66e, CD66f.
Antigène carcinoembryonnaire_peptide-1/Antigène carcinoembryonnaire peptide-1 :
Le peptide-1 de l'antigène carcinoembryonnaire est un fragment peptidique de neuf acides aminés de l'antigène carcinoembryonnaire (CEA), une protéine qui est surexprimée dans plusieurs types de cellules cancéreuses, notamment gastro-intestinales, mammaires et pulmonaires non à petites cellules. Synonymes : CAP-1 Carcinoembryonic Antigen Peptide-1 Carcinoembryonic Peptide-1 CEA Peptide 1 CEA Peptide 9-mer
Cancérogène/Cancérogène :
Un cancérogène est toute substance, radionucléide ou rayonnement qui favorise la carcinogenèse, la formation du cancer. Cela peut être dû à la capacité d'endommager le génome ou à la perturbation des processus métaboliques cellulaires. Plusieurs substances radioactives sont considérées comme cancérigènes, mais leur activité cancérigène est attribuée aux rayonnements, par exemple les rayons gamma et les particules alpha, qu'elles émettent. Des exemples courants de cancérogènes non radioactifs sont l'amiante inhalé, certaines dioxines et la fumée de tabac. Bien que le public associe généralement la cancérogénicité aux produits chimiques synthétiques, il est tout aussi probable qu'elle provienne de substances naturelles et synthétiques. Les cancérigènes ne sont pas nécessairement immédiatement toxiques ; ainsi, leur effet peut être insidieux. Le cancer est une maladie dans laquelle les cellules normales sont endommagées et ne subissent pas une mort cellulaire programmée aussi rapidement qu'elles se divisent par mitose. Les carcinogènes peuvent augmenter le risque de cancer en modifiant le métabolisme cellulaire ou en endommageant l'ADN directement dans les cellules, ce qui interfère avec les processus biologiques et induit la division maligne incontrôlée, conduisant finalement à la formation de tumeurs. Habituellement, de graves dommages à l'ADN entraînent la mort cellulaire programmée, mais si la voie de mort cellulaire programmée est endommagée, la cellule ne peut pas s'empêcher de devenir une cellule cancéreuse. Il existe de nombreux agents cancérigènes naturels. L'aflatoxine B1, qui est produite par le champignon Aspergillus flavus qui pousse sur les céréales, les noix et le beurre de cacahuète stockés, est un exemple de cancérogène microbien puissant et naturel. Certains virus tels que l'hépatite B et le virus du papillome humain se sont révélés cancérigènes chez l'homme. Le premier qui a montré qu'il cause le cancer chez les animaux est le virus du sarcome de Rous, découvert en 1910 par Peyton Rous. D'autres organismes infectieux qui causent le cancer chez l'homme comprennent certaines bactéries (par exemple Helicobacter pylori) et des helminthes (par exemple Opisthorchis viverrini et Clonorchis sinensis). Les dioxines et les composés de type dioxine, le benzène, le képone, l'EDB et l'amiante ont tous été classés comme cancérogènes. Dès les années 1930, la fumée industrielle et la fumée de tabac ont été identifiées comme des sources de dizaines de substances cancérigènes, dont le benzo[a]pyrène, les nitrosamines spécifiques au tabac telles que la nitrosonornicotine et les aldéhydes réactifs tels que le formaldéhyde, qui est également un danger lors de l'embaumement. et fabriquer des matières plastiques. Le chlorure de vinyle, à partir duquel le PVC est fabriqué, est un cancérigène et donc un danger dans la production de PVC. Les co-cancérigènes sont des produits chimiques qui ne causent pas nécessairement le cancer par eux-mêmes, mais qui favorisent l'activité d'autres cancérigènes en provoquant le cancer. Une fois que le cancérigène a pénétré dans l'organisme, celui-ci tente de l'éliminer par un processus appelé biotransformation. Le but de ces réactions est de rendre le cancérogène plus soluble dans l'eau afin qu'il puisse être éliminé du corps. Cependant, dans certains cas, ces réactions peuvent également transformer un cancérogène moins toxique en un cancérogène plus toxique. L'ADN est nucléophile; par conséquent, les électrophiles carbonés solubles sont cancérigènes, car l'ADN les attaque. Par exemple, certains alcènes sont toxiques par des enzymes humaines pour produire un époxyde électrophile. L'ADN attaque l'époxyde et s'y lie en permanence. C'est le mécanisme à l'origine de la cancérogénicité du benzo[a]pyrène dans la fumée de tabac, d'autres aromatiques, l'aflatoxine et le gaz moutarde.
Carcinogenèse/Carcinogenèse :
La carcinogenèse, également appelée oncogenèse ou tumorigenèse, est la formation d'un cancer, par lequel des cellules normales sont transformées en cellules cancéreuses. Le processus est caractérisé par des changements aux niveaux cellulaire, génétique et épigénétique et une division cellulaire anormale. La division cellulaire est un processus physiologique qui se produit dans presque tous les tissus et dans diverses circonstances. Normalement, l'équilibre entre la prolifération et la mort cellulaire programmée, sous forme d'apoptose, est maintenu pour assurer l'intégrité des tissus et des organes. Selon la théorie dominante de la cancérogenèse, la théorie des mutations somatiques, les mutations de l'ADN et les épimutations qui conduisent au cancer perturbent ces processus ordonnés en interférant avec la programmation régulant les processus, bouleversant l'équilibre normal entre la prolifération et la mort cellulaire. Il en résulte une division cellulaire incontrôlée et l'évolution de ces cellules par sélection naturelle dans le corps. Seules certaines mutations conduisent au cancer alors que la majorité des mutations ne le font pas. Des variantes de gènes héréditaires peuvent prédisposer les individus au cancer. De plus, des facteurs environnementaux tels que les agents cancérigènes et les radiations provoquent des mutations qui peuvent contribuer au développement du cancer. Enfin, des erreurs aléatoires dans la réplication normale de l'ADN peuvent entraîner des mutations cancérigènes. Une série de plusieurs mutations de certaines classes de gènes est généralement nécessaire avant qu'une cellule normale ne se transforme en cellule cancéreuse. La récente classification complète au niveau du patient et la quantification des événements conducteurs dans les cohortes TCGA ont révélé qu'il y a en moyenne 12 événements conducteurs par tumeur, dont 0,6 sont des mutations ponctuelles dans les oncogènes, 1,5 sont des amplifications d'oncogènes, 1,2 sont des mutations ponctuelles dans les suppresseurs de tumeurs, 2,1 sont des délétions de suppresseurs de tumeurs, 1,5 sont des pertes de chromosome conducteur, 1 est un gain de chromosome conducteur, 2 sont des pertes de bras de chromosome conducteur et 1,5 sont des gains de bras de chromosome conducteur. Des mutations dans les gènes qui régulent la division cellulaire, l'apoptose (mort cellulaire) et la réparation de l'ADN peuvent entraîner une prolifération cellulaire incontrôlée et le cancer. Le cancer est fondamentalement une maladie de la régulation de la croissance des tissus. Pour qu'une cellule normale se transforme en cellule cancéreuse, les gènes qui régulent la croissance et la différenciation cellulaire doivent être modifiés. Les changements génétiques et épigénétiques peuvent se produire à plusieurs niveaux, du gain ou de la perte de chromosomes entiers, à une mutation affectant un seul nucléotide d'ADN, ou au silence ou à l'activation d'un microARN qui contrôle l'expression de 100 à 500 gènes. Il existe deux grandes catégories de gènes qui sont affectés par ces changements. Les oncogènes peuvent être des gènes normaux qui sont exprimés à des niveaux élevés inappropriés, ou des gènes modifiés qui ont de nouvelles propriétés. Dans les deux cas, l'expression de ces gènes favorise le phénotype malin des cellules cancéreuses. Les gènes suppresseurs de tumeurs sont des gènes qui inhibent la division cellulaire, la survie ou d'autres propriétés des cellules cancéreuses. Les gènes suppresseurs de tumeurs sont souvent désactivés par des changements génétiques favorisant le cancer. Enfin, les Oncovirinae, virus qui contiennent un oncogène, sont classés comme oncogènes car ils déclenchent la croissance de tissus tumoraux chez l'hôte. Ce processus est également appelé transformation virale.
Carcinogenèse (revue)/Carcinogenèse (revue) :
Carcinogenesis est une revue médicale à comité de lecture dans le domaine de la biologie du cancer. Il a été créé en 1980 et est publié mensuellement par Oxford University Press. Depuis 2010, le rédacteur en chef est Curtis C. Harris (National Cancer Institute). Carcinogenesis publie des articles en quatre sections : la biologie du cancer couvre la biologie cellulaire et moléculaire du cancer, ainsi que la mutation et la réparation de l'ADN ; l'épidémiologie moléculaire inclut la prédisposition génétique au cancer ; la prévention du cancer couvre la chimioprophylaxie ainsi que les facteurs alimentaires ; et la cancérogenèse couvre toutes les formes de cancérogènes, y compris leur métabolisme et leur détection dans l'environnement. Les auteurs peuvent payer pour que leurs articles soient publiés gratuitement en ligne dans le cadre d'un système hybride de libre accès. Un accès en ligne gratuit ou à tarif réduit est disponible pour les établissements d'enseignement des pays à faible revenu.
Bactéries cancérigènes/Bactéries cancérigènes :
Les bactéries cancéreuses sont des organismes bactériens infectieux connus ou soupçonnés de causer le cancer. Alors que les bactéries associées au cancer ont longtemps été considérées comme opportunistes (c'est-à-dire qu'elles infectent les tissus sains après que le cancer s'est déjà établi), il existe certaines preuves que les bactéries peuvent être directement cancérigènes. La preuve la plus solide à ce jour concerne la bactérie H. pylori et son rôle dans le cancer gastrique. Les oncovirus sont des agents viraux qui sont également soupçonnés de causer le cancer.
Parasite cancérigène/Parasite cancérigène :
Les parasites cancérigènes sont des organismes parasites qui dépendent d'autres organismes (appelés hôtes) pour leur survie et provoquent le cancer chez ces hôtes. Trois espèces de douves (trématodes) sont des parasites cancérigènes médicalement prouvés, à savoir la douve du sang urinaire (Schistosoma haematobium), la douve du foie d'Asie du Sud-Est (Opisthorchis viverrini) et la douve du foie de Chine (Clonorchis sinensis). S. haematobium est répandu en Afrique et au Moyen-Orient et est la principale cause de cancer de la vessie (seulement après le tabagisme). O. viverrini et C. sinensis se trouvent tous deux en Asie de l'Est et du Sud-Est et sont responsables du cholangiocarcinome (cancer des voies biliaires). Le Centre international de recherche sur le cancer les a déclarés en 2009 cancérigènes biologiques du groupe 1 chez l'homme. D'autres parasites sont également liés à divers cancers. Parmi les parasites protozoaires, Toxoplasma gondii, Cryptosporidium parvum, Trichomonas vaginalis et Theileria sont associés à des cellules cancéreuses spécifiques. Plasmodium falciparum peut également être une cause indirecte de cancer. Les ténias tels que Echinococcus granulosus et Taenia solium peuvent directement ou indirectement causer le cancer. Les douves du foie telles que Opisthorchis viverrini et Platynosomum fastosum peuvent provoquer le cancer chez les animaux domestiques. Les vers ronds tels que Strongyloides stercoralis, Heterakis gallinarum et Trichuris muris sont connus pour causer le cancer chez les animaux.
Carcinoïde/Carcinoïde :
Un carcinoïde (également tumeur carcinoïde) est un type de tumeur neuroendocrinienne à croissance lente provenant des cellules du système neuroendocrinien. Dans certains cas, des métastases peuvent survenir. Les tumeurs carcinoïdes de l'intestin moyen (jéjunum, iléon, appendice et caecum) sont associées au syndrome carcinoïde. Les tumeurs carcinoïdes sont les tumeurs malignes les plus courantes de l'appendice, mais elles sont le plus souvent associées à l'intestin grêle, et elles peuvent également être trouvées dans le rectum et l'estomac. On sait qu'ils se développent dans le foie, mais cette découverte est généralement une manifestation d'une maladie métastatique d'un carcinoïde primaire survenant ailleurs dans le corps. Ils ont un taux de croissance très lent par rapport à la plupart des tumeurs malignes. L'âge médian au moment du diagnostic pour tous les patients atteints de tumeurs neuroendocrines est de 63 ans.
Syndrome carcinoïde/Syndrome carcinoïde :
Le syndrome carcinoïde est un syndrome paranéoplasique comprenant les signes et les symptômes secondaires aux tumeurs carcinoïdes. Le syndrome comprend des bouffées vasomotrices et de la diarrhée, et moins fréquemment, une insuffisance cardiaque, des vomissements et une bronchoconstriction. Elle est causée par la sécrétion endogène principalement de sérotonine et de kallikréine.
Carcinologie/Carcinologie :
La carcinologie est une branche de la zoologie qui consiste en l'étude des crustacés, un groupe d'arthropodes qui comprend les homards, les écrevisses, les crevettes, le krill, les copépodes, les balanes et les crabes. Les autres noms de la carcinologie sont la malacostracologie, la crustacologie et la crustalogie, et une personne qui étudie les crustacés est un carcinologue ou parfois un malacostracologue, un crustacéologue ou un crustalogiste. Le mot carcinologie dérive du grec καρκίνος, karkínos, "crabe"; et -λογία, -logia.
Carcinome/Carcinome :
Le carcinome est une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules épithéliales. Plus précisément, un carcinome est un cancer qui prend naissance dans un tissu qui tapisse les surfaces internes ou externes du corps et qui provient de cellules provenant de la couche germinale endodermique, mésodermique ou ectodermique au cours de l'embryogenèse. Les carcinomes surviennent lorsque l'ADN d'une cellule est endommagé ou altéré et la cellule commence à se développer de manière incontrôlable et à devenir maligne. Il vient du grec : καρκίνωμα, romanisé : karkinoma, lit. « plaie, ulcère, cancer » (lui-même dérivé de karkinos signifiant crabe).
Carcinome ex_adénome_pléomorphe/Carcinome ex adénome pléomorphe :
Le carcinome ex adénome pléomorphe (ca ex PA) est un type de cancer généralement présent dans la glande parotide. Il provient de l'adénome pléomorphe tumoral bénin. Son pronostic dépend du stade. Les tumeurs précoces ont essentiellement un comportement bénin.
Carcinome in_situ/Carcinome in situ :
Le carcinome in situ (CIS) est un groupe de cellules anormales. Bien qu'il s'agisse d'une forme de néoplasme, il existe un désaccord sur la question de savoir si le CIS doit être classé comme cancer. Cette controverse dépend également du CIS exact en question (c'est-à-dire cervical, cutané, mammaire). Certains auteurs ne les classent cependant pas dans la catégorie des cancers, reconnaissant qu'ils peuvent potentiellement devenir cancéreux. D'autres classent certains types comme une forme non invasive de cancer. Le terme "pré-cancer" a également été utilisé. Ces cellules anormales se développent à leur place normale, donc "in situ" (du latin pour "à sa place"). Par exemple, le carcinome in situ de la peau, également appelé maladie de Bowen, est l'accumulation de cellules épidermiques dysplasiques dans l'épiderme uniquement, qui n'ont pas réussi à pénétrer dans le derme plus profond. Pour cette raison, le CIS ne formera généralement pas de tumeur. Au contraire, la lésion est plate (dans la peau, le col de l'utérus, etc.) ou suit l'architecture existante de l'organe (dans le sein, les poumons, etc.). Les exceptions incluent les CIS du côlon (polypes), de la vessie (cancer papillaire préinvasif) ou du sein (carcinome canalaire in situ ou carcinome lobulaire in situ). De nombreuses formes de CIS ont une forte probabilité de progression vers un cancer, et par conséquent, le retrait peut être recommandé ; cependant, la progression du CIS est connue pour être très variable et tous les CIS ne deviennent pas des cancers invasifs. Dans la classification TNM, le carcinome in situ est rapporté comme TisN0M0 (stade 0).
Carcinomycetaceae/Carcinomycetaceae :
Les Carcinomycetaceae sont une famille de champignons de l'ordre des Tremellales. La famille contient actuellement un seul genre. Certaines espèces produisent des états sexuels filamenteux avec des basides et sont des parasites d'autres champignons. Certains, cependant, ne sont connus que pour leurs états de levure.
Carcinonemertes/Carcinonemertes :
Carcinonemertes est un genre de némertiens appartenant à la famille des Carcinonemertidae. Le genre a une distribution presque cosmopolite.
Carcinonemertes errans/Carcinonemertes errans :
Carcinonemertes errans est un ver ruban de la famille des Carcinonemertidae. Il vit en symbiose avec le crabe dormeur (Metacarcinus magister), consommant les œufs en développement du crabe. En 1980, il a été impliqué dans l'effondrement de la pêche au crabe dormeur dans le centre de la Californie.
Carcinonemertidae/Carcinonemertidae :
Carcinonemertidae est une famille de vers appartenant à l'ordre Hoplonemertea. Genre : Carcinonemertes Coe, 1902 Ovicides Shields, 2001 Pseudocarcinonemertes Fleming & Gibson, 1981
Carcinophore/Carcinophore :
Carcinophora est un genre de perce-oreilles de la sous-famille des Anisolabidinae. Il a été cité par Srivastava dans la partie 2 de Fauna of India.
Carcinopodes/Carcinopodes :
Carcinopodia est un genre de papillons de nuit de la sous-famille des Arctiinae. Le genre a été érigé par George Hampson en 1900.
Carcinopodia argentata/Carcinopodia argentata :
Carcinopodia argentata est un papillon nocturne de la sous-famille des Arctiinae. On le trouve en Afrique du Sud.
Carcinopodia furcifasciata/Carcinopodia furcifasciata :
Carcinopodia furcifasciata est un papillon nocturne de la sous-famille des Arctiinae. On le trouve au Malawi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cerconota impressella

Cercartetus/Cercartetus : Le genre Cercartetus est un groupe de très petits possums connus sous le nom de possums pygmées. Quatre espèc...