Rechercher dans ce blog

dimanche 19 juin 2022

Canadian soldiers


Nom canadien/Nom canadien :
Les conventions de dénomination canadiennes varient selon que l'on est autochtone, canadien anglais ou canadien français.

Nationalisme canadien/Nationalisme canadien :
Le nationalisme canadien cherche à promouvoir l'unité, l'indépendance et le bien-être du Canada et du peuple canadien. Le nationalisme canadien a été une force politique importante depuis le 19e siècle et s'est généralement manifesté par la recherche de l'indépendance du Canada vis-à-vis de l'influence du Royaume-Uni et des États-Unis. Depuis les années 1960, la plupart des partisans du nationalisme canadien ont prôné un nationalisme civique en raison de la diversité culturelle du Canada qui a spécifiquement cherché à égaliser la citoyenneté, en particulier pour les Québécois et les Canadiens francophones, qui ont historiquement fait face à la discrimination culturelle et économique et à la pression assimilationniste des Canadiens anglais. gouvernements dominés. Le nationalisme canadien est devenu un enjeu important lors de l'élection générale canadienne de 1988 qui s'est concentrée sur l'accord de libre-échange Canada-États-Unis alors proposé, les nationalistes canadiens s'opposant à l'accord - affirmant que l'accord conduirait inévitablement à l'assimilation complète et à la domination du Canada par les États-Unis. États-Unis. Lors du référendum québécois de 1995 sur la souveraineté qui visait à déterminer si le Québec deviendrait un État souverain ou s'il resterait au sein du Canada, les nationalistes et fédéralistes canadiens ont soutenu le camp du « non » tandis que les nationalistes québécois ont soutenu le camp du « oui ». -étroite majorité en faveur du camp du "non" favorable au maintien du Québec dans le Canada. Le nationalisme canadien au Canada anglophone opte pour un certain niveau de souveraineté du Canada vis-à-vis des autres États souverains, tout en restant au sein du Commonwealth des Nations. Les conservateurs canadiens ont historiquement illustré cette formulation du nationalisme dans leur opposition au libre-échange avec les États-Unis, par crainte d'une assimilation économique et culturelle. D'autre part, le nationalisme canadien-français privilégie la préservation de la nation québécoise. Ce nationalisme canadien-français existe depuis la conquête de la Nouvelle-France au milieu du XVIIe siècle. Bien que les réformateurs francophones radicaux de la Rébellion du Bas-Canada de 1837 aient soutenu la création d'une nouvelle république québécoise, un portrait plus précis du nationalisme canadien-français est illustré par des personnalités comme Henri Bourassa au cours de la première moitié du XXe siècle. Bourassa a plaidé pour une nation moins dépendante de la Grande-Bretagne, que ce soit politiquement, économiquement ou militairement. Après Bourassa et pendant la Révolution tranquille, le nationalisme canadien-français évolue vers un nationalisme provincial dans lequel le Québec se sépare du reste du Canada. Ce nationalisme canadien-français a été défendu par le Parti québécois à partir de 1968.
loi_canadienne sur la nationalité/loi canadienne sur la nationalité :
La loi canadienne sur la nationalité détaille les conditions dans lesquelles une personne est un ressortissant du Canada. À quelques exceptions près, presque tous les individus nés dans le pays sont automatiquement citoyens à la naissance. Les ressortissants étrangers peuvent se naturaliser après avoir vécu au Canada pendant au moins trois ans tout en détenant la résidence permanente et en démontrant leur maîtrise de la langue anglaise ou française. En tant que citoyens du Commonwealth, les citoyens canadiens ont un statut privilégié lorsqu'ils résident au Royaume-Uni; ceux qui vivent au Royaume-Uni ont le droit de voter et d'occuper des fonctions publiques ou des postes gouvernementaux non réservés.
Canadian official_war_artists/Artistes de guerre officiels canadiens :
Les artistes de guerre officiels canadiens créent une représentation artistique de la guerre à travers les médias visuels, les installations numériques, le film, la poésie, la chorégraphie, la musique, etc., en montrant son impact alors que des hommes et des femmes attendent, se préparent, se battent, souffrent, célèbrent. Il s'agissait traditionnellement d'un groupe restreint d'artistes employés sous contrat ou chargés de produire des œuvres spécifiques pendant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et certaines actions militaires de l'après-guerre. Les quatre programmes canadiens d'art militaire officiel sont : le Fonds de souvenirs de guerre canadiens de la Première Guerre mondiale (FCMF), les Archives de guerre canadiennes de la Seconde Guerre mondiale (CWR), le Programme d'artistes civils des Forces armées canadiennes de la Guerre froide (CAFCAP) et l'actuel Fonds des Forces canadiennes Programme d'artistes (CFAP). Un artiste de guerre aura représenté un aspect de la guerre à travers l'art; cela pourrait être un enregistrement pictural ou cela pourrait commémorer la façon dont la guerre façonne la vie. La dévastation de la guerre est représentée dans la peinture et le dessin tout à fait différemment de ce qu'un appareil photo peut réaliser. Les œuvres produites par les artistes de guerre illustrent et enregistrent de nombreux aspects de la guerre et l'expérience individuelle de la guerre, qu'elle soit alliée ou ennemie, militaire ou civile, militaire ou politique, sociale ou culturelle. Le rôle de l'artiste et de son travail englobe les causes, le cours et les conséquences du conflit et il a été principalement un objectif essentiellement éducatif, mais il s'agit maintenant d'un acte de témoignage culturellement indépendant dans le Canada contemporain. Des artistes de guerre officiels ont été nommés par les gouvernements à des fins d'information ou de propagande et pour enregistrer des événements sur le champ de bataille; mais il existe bien d'autres types d'artistes de guerre.
Sables bitumineux canadiens/Sables bitumineux canadiens :
Les sables bitumineux canadiens peuvent faire référence à : Sables bitumineux de l'Athabasca. Peace River ou Cold Lake où se trouvent d'autres gisements de bitume Fort McMurray où se trouve l'industrie Canadian Oil Sands Trust
Billet_de_cent_dollar_canadien/Billet_de_cent_dollar_canadien :
Le billet canadien de cent dollars est l'un des cinq billets de banque du dollar canadien. C'est le billet le plus cher et le moins diffusé depuis que le billet de 1 000 $ a été progressivement retiré de la circulation à partir de 2000. Le billet actuel de 100 dollars a été mis en circulation par les grandes banques en novembre 2011, fait d'un polymère durable au lieu de les notes papier traditionnelles. Les notes sont principalement de couleur brune; le dessin au recto du billet représente l'ancien premier ministre Robert Borden et le dessin au verso représente la découverte de l'insuline. Les caractéristiques de sécurité introduites dans la conception des billets comprennent deux fenêtres transparentes, ce qui rend les billets plus difficiles à falsifier que les billets traditionnels. Une fenêtre s'étend du haut vers le bas de la note et comporte des images holographiques incrustées. L'autre fenêtre a la forme d'une feuille d'érable. Les fonctionnalités supplémentaires incluent du texte transparent, un portrait métallique, de l'encre en relief et des chiffres partiellement masqués. La conception du billet et le changement de matériau en papier polymère (plastique), pour la longévité et la prévention de la contrefaçon, ont été annoncés pour la première fois le 10 mars 2011. Le 20 juin 2011, le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, et le ministre des Finances, Jim Flaherty, ont dévoilé les nouveaux billets de 100 $. .Le précédent billet de 100 dollars est principalement de couleur brune. Il est encore largement en circulation. Le devant présente un portrait de Robert Borden, les armoiries et une photo de l'édifice de l'Est des édifices du Parlement. Les éléments de sécurité visibles de l'avant comprennent une bande holographique le long du côté gauche, représentant le nombre 100 alterné avec des feuilles d'érable ; un filigrane du portrait de Borden; et un nombre décomposé 100, qui se résout lorsqu'il est rétro-éclairé. Le verso représente des thèmes de l'exploration canadienne, dont une carte dessinée par Samuel de Champlain et un canot qui serait utilisé à son époque, ainsi qu'une antenne de télécommunications, le satellite RADARSAT-1 et une image satellite du Canada; il contient également une citation du poème de Miriam Waddington "Jacques Cartier à Toronto". Le revers a également un élément de sécurité visible : une bande métallique entrelacée, indiquant « 100 CAN » à plusieurs reprises sur sa longueur. Des points jaunes représentant la constellation EURion se trouvent des deux côtés (et sur tous les billets de la série 2001). En plus de l'impression texturée, ce nouveau design 2004 intègre une caractéristique tactile spéciale similaire aux points Braille pour les aveugles indiquant la dénomination. Ce dessin a été mis en circulation le 17 mars 2004. L'ancien dessin « Oiseaux du Canada » est resté en circulation à la fin de 2004. Il comportait, au recto, un portrait de sir Robert Borden, les armoiries et une photo de l'édifice du Centre du Parlement. Au verso se trouvait une scène sauvage avec des bernaches du Canada. Il avait également un autocollant holographique indiquant le montant en haut à gauche, qui passe de l'or au vert lorsqu'il est incliné. Le devant avait un fond ondulé de chiffres extrêmement petits mais toujours clairs. Ce fond "micro-imprimé" est très difficile à copier. Une partie de l'impression sur un 100 est texturée de sorte qu'elle est facile à sentir, assez différente de l'impression normale. Tous les billets de banque canadiens ont subi une refonte majeure en 1986, en partie pour incorporer certaines des dernières méthodes anti-contrefaçon. Les notes continuent d'être améliorées, avec les dernières notes en matière plastique. Auparavant, les notes étaient imprimées sur du papier composé de pur coton par deux entreprises d'Ottawa engagées à cet effet. Il s'agit de la Canadian Bank Note Company et de BA International Inc., qui font partie du groupe de sociétés Giesecke & Devrient GmbH. Chaque billet de la série 1988 a été parsemé de points d'encre verte spéciaux qui brillent lorsqu'ils sont exposés à la lumière ultraviolette. L'encre peut être grattée, de sorte que les notes usées ont tendance à avoir moins de points brillants, voire aucun. Ceux-ci ont été remplacés par des fils plus permanents détectés par les ultraviolets dans les nouvelles notes, ainsi que par une empreinte à l'encre des armoiries. Malgré ces nombreuses caractéristiques de sécurité, de nombreux détaillants canadiens de petite et moyenne taille et même de grande taille continuent de mettre en œuvre des politiques selon lesquelles les billets de 100 $ ne sont pas acceptés pour les transactions des clients - une telle politique n'est généralement pas seulement due à des problèmes de contrefaçon, mais aussi à des problèmes de vol et afin de réduire le montant d'argent liquide à conserver pour la monnaie. Le 12 juillet 2012, il a été signalé que, dans certaines conditions, ces billets et le billet canadien de cinquante dollars rétréciraient sous une chaleur intense. Le 18 août 2012, la Banque du Canada a remplacé l'image d'une femme asiatique au verso des billets par celui d'une femme d'apparence européenne en réponse aux inquiétudes des participants aux groupes de discussion concernant le stéréotype des Asiatiques comme excellant dans la technologie. Cela a conduit à une nouvelle controverse lorsque la refonte a été accusée de favoriser une personne blanche comme plus neutre, provoquant des excuses du gouverneur Mark Carney. Comme pour tous les billets de banque canadiens modernes, tout le texte est en anglais et en français.
Médias_en_ligne canadiens/Médias en ligne canadiens :
Les médias canadiens en ligne sont du contenu destiné à un public canadien par l'intermédiaire d'Internet. Actuellement, les médias en ligne sont accessibles par des ordinateurs, des téléphones intelligents, des consoles de jeux, des téléviseurs intelligents, des lecteurs MP3 et des tablettes. Les caractéristiques des médias en ligne canadiens sont fortement façonnées par l'industrie canadienne des communications, même si leurs statistiques et leurs conclusions sont le plus souvent associées à des recherches américaines. Les grandes entreprises de médias sont de plus en plus enclines à lancer des plateformes en ligne pour les contenus d'information et de télévision. La croissance exponentielle de la dépendance des Canadiens à l'égard du contenu en ligne pour le divertissement et l'information a été évidente au cours des dernières décennies. Cependant, il s'est avéré lent pour les médias en ligne canadiens de rattraper l'augmentation constante des médias en ligne américains. Quel que soit le support, les centres de divertissement et d'information ne se concentrent pas uniquement sur la satisfaction de leur public, mais étendent également fortement leur portée à de nouveaux publics mondiaux.
Ordre_de_précédence_canadien/Ordre de priorité canadien :
L'ordre de préséance canadien est une hiérarchie nominale et symbolique des postes importants au sein des institutions dirigeantes du Canada. Il n'a pas de valeur juridique mais est utilisé pour dicter le protocole cérémoniel. Le ministère du Patrimoine canadien publie une table de préséance pour le Canada, qui n'inclut pas les membres de la famille royale, à l'exception du souverain, mentionné dans une note comme précédant le gouverneur général. Le ministère de la Défense nationale émet des directives presque identiques, la principale différence étant l'inclusion des membres de la famille royale canadienne, précisant qu'ils ont préséance après le gouverneur général. Les provinces et territoires du Canada ont également leurs propres ordres de priorité pour les événements de nature provinciale ou territoriale. Ils ont le même but et sont structurés de façon similaire, mais mettent l'accent sur les bureaux provinciaux ou territoriaux. Toutes les unités des Forces armées canadiennes ont également un ordre de préséance qui détermine l'ancienneté; il décide souvent de questions telles que quelle unité se forme à droite (côté supérieur) des autres unités lors d'un défilé de cérémonie, ou l'ordre dans lequel les marches ou les appels sont joués lors d'un dîner mess. Reine du Canada (Elizabeth II) Gouverneure générale du Canada (Mary Simon) Premier ministre du Canada (Justin Trudeau) Juge en chef du Canada (Richard Wagner) Anciens gouverneurs généraux du Canada dans l'ordre de leur départ : Ed Schreyer (1979-1984 ) Adrienne Clarkson (1999–2005) Michaëlle Jean (2005–2010) David Johnston (2010–2017) Julie Payette (2017–2021) Veuves des gouverneurs généraux du Canada (en tant qu'anciennes épouses vice-royales du Canada) : Gerda Hnatyshyn, veuve de Ray Hnatyshyn Diana Fowler LeBlanc, veuve de Roméo LeBlanc Anciens premiers ministres du Canada dans l'ordre de leur première prise de fonction : Joe Clark (1979-1980) Brian Mulroney (1984-1993) Kim Campbell (1993) Jean Chrétien (1993-2003) Paul Martin (2003–2006) Stephen Harper (2006–2015) Anciens juges en chef du Canada, dans l'ordre de leur nomination Beverly McLachlin (2000–2017) Président du Sénat du Canada (George Furey) Président de la Chambre des communes du Canada ( Anthony Rota) Représentants au Canada de gouvernements étrangers Les ambassadeurs et hauts commissaires viennent en premier, dans l'ordre de présentation de leurs lettres de créance ; viennent ensuite les ministres plénipotentiaires, puis les chargés d'affaires. Membres du ministère canadien Membres du Cabinet : Le tableau de préséance pour le Canada prescrit que l'ordre de préséance au sein de ce groupe soit déterminé par ordre de nomination au Conseil privé de la Reine pour le Canada, les liens étant rompus par l'ordre d'élection à la Chambre ou la nomination à le Sénat. Cependant, le ministère canadien actuel a choisi d'utiliser un ordre alternatif déterminé par le premier ministre. Ministres d'État Dans l'ordre de nomination au Conseil privé de la Reine pour le Canada, les liens étant rompus par ordre d'élection à la Chambre ou par nomination au Sénat. Chef de la loyale opposition de Sa Majesté (Candice Bergen) Lieutenants-gouverneurs des provinces, dans l'ordre dans lequel leur province s'est jointe à la Confédération et selon la population au moment de l'adhésion pour rompre les liens Lieutenant-gouverneur de l'Ontario (Elizabeth Dowdeswell) Lieutenant-gouverneur du Québec (J. Michel Doyon) Lieutenant Gouverneur de la Nouvelle-Écosse (Arthur Joseph LeBlanc) Lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick (Brenda Murphy) Lieutenant-gouverneur du Manitoba (Janice Filmon) Lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique (Janet Austin) Lieutenant-gouverneur de l'Île-du-Prince-Édouard (Antoinette Perry) Lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan ( Russell Mirasty) Lieutenant-gouverneur de l'Alberta (Salma Lakhani) Lieutenant-gouverneur de Terre-Neuve-et-Labrador (Judy Foote) Tous les autres membres du Conseil privé de la Reine pour le Canada, dans l'ordre de la date de leur nomination au Conseil privé, mais avec priorité donnée à ceux qui portent le titre de "très honorable" conformément à la date de réception du titre honorifique.Liste des cur membres du Conseil privé de la Reine pour le Canada Premiers ministres des provinces, dans l'ordre d'adhésion de leur province à la confédération et selon la population au moment de l'adhésion pour rompre les liens Premier ministre de l'Ontario (Doug Ford) Premier ministre du Québec (François Legault) Premier ministre de la Nouvelle-Écosse (Tim Houston ) Premier ministre du Nouveau-Brunswick (Blaine Higgs) Premier ministre du Manitoba (Heather Stefanson) Premier ministre de la Colombie-Britannique (John Horgan) Premier ministre de l'Île-du-Prince-Édouard (Dennis King) Premier ministre de la Saskatchewan (Scott Moe) Premier ministre de l'Alberta (Jason Kenney) Premier ministre de Terre-Neuve et Labrador (Andrew Furey) Commissaires des Territoires Commissaire des Territoires du Nord-Ouest (Margaret Thom) Commissaire du Yukon (Angélique Bernard) Commissaire du Nunavut (Eva Aariak) Premiers ministres des Territoires Première ministre des Territoires du Nord-Ouest (Caroline Cochrane) Première ministre du Yukon ( Sandy Silver) Premier ministre du Nunavut (PJ Akeeagok) Chefs religieux, à parts égales, par ancienneté Limité aux « représentants canadiens seniors des communautés religieuses ayant une présence significative dans une juridiction pertinente ». Juges puînés de la Cour suprême Juges de la Cour supérieure Juge en chef de la Cour fédérale du Canada Juge en chef adjoint de la Cour fédérale du Canada Juges en chef du plus haut tribunal de chaque province et territoire par ordre de date de nomination à titre de juge en chef Juge en chef de l'Ontario Juge en chef du Québec Juge en chef de la Nouvelle-Écosse Juge en chef du Nouveau-Brunswick Juge en chef du Manitoba Juge en chef de la Colombie-Britannique et du Yukon Juge en chef de l'Île-du-Prince-Édouard Juge en chef de la Saskatchewan Juge en chef de l'Alberta, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut Juge en chef de Terre-Neuve juges en chef et juges en chef adjoints d'autres cours supérieures du Labrador, par ordre de nomination à titre de juge en chef Juge en chef adjoint de l'Ontario Juge en chef de la Cour supérieure de justice de l'Ontario Juge en chef adjoint de la Cour supérieure de justice de l'Ontario Juge en chef de la Cour supérieure du Québec Premier juge en chef associé de la Cour supérieure du Québec ebec Juge en chef adjoint de la Cour supérieure du Québec Juge en chef de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse Juge en chef adjoint de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse Juge en chef adjoint de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, Division de la famille Juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick Juge en chef de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba Juge en chef adjoint de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba Juge en chef adjoint, Division de la famille, de la Cour du Banc de la Reine du Manitoba Juge en chef de la Cour suprême de la Colombie-Britannique Chef adjoint Juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique Juge en chef de la Division de première instance, Cour suprême de l'Île-du-Prince-Édouard Juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan Juge en chef de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta Juge en chef adjoint de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta Juge en chef de la Division de première instance de la Cour suprême de Terre-Neuve Juge principal de la Cour suprême de les Territoires du Nord-Ouest Juge principal de la Cour suprême du Territoire du Yukon Juge principal de la Cour de justice du Nunavut Juges puînés des cours supérieures fédérales et provinciales Sénateurs Voir la liste des sénateurs canadiens actuels Membres de la Chambre des communes Voir la liste des députés de la 43e législature du Canada Consuls généraux des pays sans représentation diplomatique Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet (Janice Charette) Chef d'état-major de la Défense (Wayne Eyre) Commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (Brenda Lucki) Présidents des assemblées législatives des provinces et territoires Président de l'Assemblée législative de l'Ontario (Ted Arnott) Président de l'Assemblée nationale du Québec (François Paradis) Président de la Chambre d'assemblée de la Nouvelle-Écosse (Keith Bain) Président de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick (Bill Oliver) Président de l'Assemblée législative du Manitoba (Myrna Driedger) Présidente de l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique (Raj Chouhan) Président de l'Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édouard (Colin LaVie) Président de l'Assemblée législative de la Saskatchewan (Randy Weekes) Président de l'Assemblée législative de l'Alberta (Nathan Cooper) Président de l'Assemblée législative de Terre-Neuve-et-Labrador (Derek Bennett) Président de l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest (Frederick Blake, Jr.) Président de l'Assemblée législative du Yukon (Jeremy Harper) Président de l'Assemblée législative du Nunavut (Tony Akoak) Membres des conseils exécutifs des provinces et des territoires Juges des cours provinciales et territoriales Membres des assemblées législatives des provinces et des territoires Président de l'Association canadienne des ex-parlementaires
Canadian order_of_precedence_(decorations_and_medals)/Ordre de préséance canadien (décorations et médailles) :
Voici l'ordre de préséance canadien pour les décorations et les médailles. Le cas échéant, les lettres post-nominales sont indiquées.
Pâle canadien/Pâle canadien :
En héraldique et en vexillologie , une pâle canadienne est une bande centrale d'un drapeau tribande vertical (une pâle en héraldique) qui couvre la moitié de la longueur d'un drapeau, plutôt qu'un tiers comme dans la plupart des conceptions tribandes. Cela permet plus d'espace pour afficher une image centrale (charge commune). Le nom a été suggéré par Sir Conrad Swan, Rouge Dragon Pursuivant (un bureau héraldique en Grande-Bretagne), et utilisé pour la première fois par la reine Elizabeth II en tant que reine du Canada proclamant le nouveau drapeau canadien le 28 janvier 1965. drapeaux, bien qu'en général le terme soit également utilisé pour décrire des drapeaux non canadiens qui ont des proportions similaires. Le pâle canadien classique est un panneau central carré occupant la moitié d'un drapeau avec des proportions de 1: 2. Cependant, l'usage vexillologique l'applique à toute bande centrale qui fait la moitié de la largeur du drapeau, même si cela la rend non carrée. Le terme pale canadien est également utilisé pour les drapeaux qui ne proviennent pas du Canada. Le drapeau proposé 3: 5 de Taiwan et le drapeau 7:11 de Saint-Vincent-et-les Grenadines sont tous deux décrits comme ayant une pâleur canadienne. Le pâle canadien est une caractéristique populaire des drapeaux infranationaux et municipaux du Canada développés après 1965. Quelques exemples peuvent être trouvés dans le drapeau des Territoires du Nord-Ouest et le drapeau du Yukon , et des villes d' Edmonton , en Alberta ; Cornouailles, Ontario; Hamilton, Ontario; et Burlington, Ontario. Le terme est parfois utilisé dans un sens encore plus vague pour désigner tout drapeau avec un panneau central plus grand, qu'il couvre ou non la moitié du drapeau. Par cette description plus lâche, le drapeau de l'île Norfolk (rayures dans un rapport de 7: 9: 7) et le drapeau de l'Iowa (rapport légalement indéfini, mais généralement la bande centrale est inférieure au double de celle des bandes extérieures) sont parfois considérés avoir un pâle canadien. Par analogie, on dit parfois que tout drapeau qui a une bande horizontale centrale qui fait la moitié de la hauteur du drapeau a une fasce espagnole.
Passeport canadien/passeport canadien :
Un passeport canadien ( français : passeport canadien ) est le passeport délivré aux citoyens du Canada . Il permet au porteur d'entrer ou de rentrer librement au Canada; voyager à destination et en provenance d'autres pays conformément aux exigences en matière de visa ; facilite le processus d'obtention de l'aide des agents consulaires canadiens à l'étranger, si nécessaire; et demande la protection du porteur à l'étranger. Tous les passeports canadiens sont délivrés par le Programme de passeport d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). Avant le 1er juillet 2013, les passeports canadiens étaient délivrés par Passeport Canada, un organisme d'exploitation indépendant d'Affaires étrangères et Commerce international Canada. Les passeports sont normalement valides pendant cinq ou dix ans pour les personnes de 16 ans et plus et cinq ans pour les enfants de moins de 16 ans. En 2022, 70 % des Canadiens avaient un passeport, avec plus de 24,6 millions de passeports en circulation. Bien que détenus par des citoyens individuels, tous les passeports canadiens restent légalement la propriété de la Couronne et doivent être retournés au programme de passeport sur demande. Le Canada est membre du Five Nations Passport Group, un forum international de coopération entre les autorités australiennes de délivrance des passeports. , la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis afin de « partager les meilleures pratiques et discuter des innovations liées à l'élaboration de politiques, de produits et de pratiques en matière de passeports ». Le Canada a commencé à délivrer des passeports biométriques, également appelés passeports électroniques ou passeports électroniques. , aux citoyens canadiens le 1er juillet 2013. Le passeport canadien se classe au huitième rang mondial en termes de liberté de mouvement et de voyage selon l'indice des passeports.
Loi_canadienne sur les brevets/Loi canadienne sur les brevets :
Le droit canadien des brevets est le système juridique qui réglemente l'octroi de brevets pour des inventions au Canada et l'application de ces droits au Canada. Un « brevet » est une subvention gouvernementale qui donne à l'inventeur, ainsi qu'à ses héritiers, exécuteurs testamentaires et cessionnaires, le droit exclusif au Canada de fabriquer, d'utiliser et/ou de vendre l'invention revendiquée pendant la durée du brevet, sous réserve de En général, le droit canadien des brevets est administré par l'Office de la propriété intellectuelle du Canada. La délivrance de brevets canadiens relève de la compétence exclusive du gouvernement fédéral canadien et est régie par la Loi fédérale sur les brevets, les Règles sur les brevets et divers traités internationaux et leurs règlements d'application. L'application des brevets canadiens relève de la Cour fédérale canadienne et des tribunaux provinciaux/territoriaux.
Pavillon canadien/Pavillon canadien :
Le pavillon canadien abrite la représentation nationale du Canada lors des festivals artistiques de la Biennale de Venise.
Canadian peers_and_baronets/Pairs et baronnets canadiens :
Les pairs et baronnets canadiens ( français : pairs et baronnets canadiens ) existent à la fois dans la pairie de France reconnue par le monarque du Canada (le même que le monarque du Royaume-Uni ) et dans la pairie du Royaume-Uni . En 1627, le cardinal français de Richelieu a introduit le système seigneurial de la Nouvelle-France. Presque tous les premiers Canadiens français qui sont venus comme officiers dans l'armée ou qui ont occupé des postes officiels importants au sein de la colonie de la Nouvelle-France provenaient des rangs de la noblesse française. Sous l'Ancien Régime, plusieurs de ces hommes ont été promus à des grades supérieurs au sein de la pairie de France. Dès le début des années 1700, la coutume veut que les gouverneurs de la Nouvelle-France reçoivent le titre de marquis. À l'exception du marquis de Vaudreuil et du marquis de Beauharnois, la plupart n'étaient au Canada que quelques années avant de revenir en France et ne sont donc pas comptés comme Canadiens. Le baronnetage de la Nouvelle-Écosse (un titre héréditaire britannique, mais pas une pairie) avait été conçu par le roi James VI et moi en 1624 comme moyen de coloniser la Nouvelle-Écosse. À l'exception de Sir Thomas Temple, presque aucun d'entre eux n'est venu en Nouvelle-Écosse, ils sont donc considérés comme britanniques et non canadiens. Après la conquête britannique de la Nouvelle-France en 1763, des gens comme le 1er baron Amherst et le 1er baron Dorchester ont été élevés à la pairie de Grande-Bretagne pour leur rôle dans la prise du Canada et en tant que gouverneurs généraux du Canada, mais ils n'étaient pas Canadiens. . Au fur et à mesure que la colonie s'est développée sous la domination britannique, tant sur le plan géographique qu'économique, des barons ont commencé à être conférés à divers politiciens, commandants militaires et hommes d'affaires canadiens. En 1891, Lord Mount Stephen est devenu le premier Canadien à être élevé à la pairie du Royaume-Uni. Les pertes importantes de la Première Guerre mondiale comprenaient de nombreux héritiers directs des titres et certains remplaçants ont été trouvés au Canada, ce qui a entraîné l'acquisition de titres par des Canadiens qui, en tant que sujets britanniques, étaient éligibles à l'héritage. Après l'élévation controversée des lords Atholstan et Beaverbrook à la pairie du Royaume-Uni, la résolution Nickle a été présentée à la Chambre des communes du Canada en 1917 demandant au souverain de ne pas accorder de titre de chevalier, de baronnet ou de pairie aux Canadiens. Cela a déclenché le débat sur les titres canadiens et a conduit à un système distinct d'ordres, de décorations et de médailles pour le Canada. Les Canadiens qui ont obtenu des pairies après cette date devaient détenir ou acquérir la citoyenneté britannique, comme le 1er baron Thomson de la flotte. Cependant, la Loi sur la citoyenneté canadienne de 1946 prévoyait que les Canadiens qui avaient acquis la citoyenneté étrangère par tout autre moyen que le mariage avaient renoncé à leur citoyenneté canadienne.
Compagnies pétrolières canadiennes/compagnies pétrolières canadiennes :
Bien qu'il existe de nombreuses sociétés pétrolières en activité au Canada, en 2009, la majorité de la production, du raffinage et de la commercialisation était effectuée par moins de 20 d'entre elles. Selon l'édition 2013 de Forbes Global 2000, canoils.com et toute autre liste qui met l'accent sur la capitalisation boursière et les revenus lors du dimensionnement des entreprises, au 31 mars 2014, il s'agit des plus grandes sociétés pétrolières et gazières basées au Canada (elles sont soit basées entièrement au Canada ou détenue majoritairement par des Canadiens). En 2009, Syncrude et Irving Oil étaient des chefs de file de l'industrie canadienne, Syncrude étant le premier producteur de brut des sables bitumineux et Irving Oil exploitant la plus grande raffinerie de pétrole du pays. Les bénéfices des compagnies pétrolières canadiennes se sont rapidement redressés après la crise financière de 2008; En 2009, ils étaient en baisse de 90 %, mais en 2010, ils ont atteint 8,4 milliards de dollars. L'écart de prix entre le pétrole West Texas Intermediate (85 $/b) et le brut lourd Western Canadian Select (65 $/b), le prix du pétrole synthétique amélioré dépassant le WTI lorsque l'offre diminue (avant d'être transformé en brut synthétique, le pétrole plus lourd produit moins de barils de pétrole par tonne métrique que le pétrole plus léger). En 2011, il y avait 2 412 sociétés pétrolières et gazières basées à Calgary, en Alberta seulement. Selon un géologue pétrolier de l'Université de Calgary, la plupart des sociétés de sables bitumineux en 2011 utilisaient encore les technologies de processus de récupération des années 1980. Avec le prix du pétrole à 100 USD, rien n'incitait les entreprises à investir dans la recherche et l'innovation pour être rentables. En 2001, la première installation commerciale de drainage par gravité assistée par la vapeur a été lancée, et en 2011, il y avait plus de pétrole extrait des sables bitumineux à l'aide du drainage par gravité assisté par la vapeur (SAGD) in situ que l'extraction minière à bande de bitume traditionnelle avec ses camions massifs, bassins de résidus. En 2005, l'industrie pétrolière au Canada a amorcé un changement majeur alors que les producteurs de pétrole ont renouvelé leur intérêt pour les projets de recherche et développement visant à améliorer la technologie d'extraction du bitume et les méthodes de traitement. De 2005 à 2010, dix sociétés pétrolières et gazières, dont Suncor, Imperial Oil, Nexen, Calfrac et Laricina Energy Ltd., ont augmenté le nombre de demandes de brevet pour de nouvelles technologies afin d'augmenter la quantité de bitume pouvant être récupérée. Selon l'industrie, en 2011, seulement 10 % des 1 600 milliards de barils (250 km3) de brut enfouis dans les sables bitumineux pouvaient être récupérés avec les technologies des années 1980. Liste Forbes 500. En 2011, The Globe and Mail a inclus huit sociétés pétrolières et gazières dans son classement des 1 000 sociétés ouvertes les plus rentables au Canada. En 2013, Suncor et CNRL, les deux plus grandes sociétés pétrolières du Canada, figuraient également parmi les onze premières des sociétés les plus précieuses du pays. En 2011, Canadian Natural Resources a dépassé Suncor pour devenir le plus grand producteur du Canada. Suncor a produit 549 000 bep/j en 2012 à peine plus qu'en 2011. En 2010, Canadian Natural Resources a produit à un taux brut de 655 000 bep/j, contre 600 000 bep/j l'année précédente.
Pionniers canadiens_du_premier_Hollywood/Pionniers canadiens du début d'Hollywood :
Les films cinématographiques font partie de la culture du Canada depuis les débuts de l'industrie.
Canadian pipe_mine/Canadienne pipe_mine :
La mine de tuyaux canadienne, également connue sous le nom de tube McNaughton, était un type de mine terrestre déployée en Grande-Bretagne pendant la crise d'invasion de 1940-1941. Il comprenait un tuyau percé horizontalement rempli d'explosifs, et une fois en place, il pouvait être utilisé pour créer instantanément un obstacle antichar ou pour détruire une route ou une piste, empêchant ainsi son utilisation par un ennemi.
Canadian pipers_in_World_War_I/Canadiens pipers in World War I :
Les joueurs de cornemuse canadiens de la Première Guerre mondiale étaient des soldats qui ont contribué à la Première Guerre mondiale en jouant de la cornemuse alors qu'ils dirigeaient les troupes vers le front. Ces hommes étaient souvent membres d'un corps de cornemuses, qui ont choisi de s'enrôler au début de la Première Guerre mondiale pour aider à l'effort de guerre canadien. Bien que la plupart des joueurs de cornemuse aient été entraînés au combat, beaucoup d'entre eux ont joué de la cornemuse tout au long de la guerre afin d'encourager les troupes alors qu'elles se dirigeaient vers la bataille.
Poésie canadienne/Poésie canadienne :
La poésie canadienne est la poésie du Canada ou typique du Canada. Le terme englobe la poésie écrite au Canada ou par des Canadiens dans les langues officielles que sont l'anglais et le français, ainsi qu'un corpus d'œuvres de plus en plus important dans d'autres langues européennes et autochtones. Bien que la poésie canadienne-anglaise ait commencé à être écrite peu de temps après le début de la colonisation européenne, bon nombre des premiers poètes célèbres du Canada anglais viennent de la période de la Confédération du milieu à la fin du 19e siècle. Au 20e siècle, les poètes anglo-canadiens ont adopté les innovations poétiques européennes et américaines, telles que le modernisme, la poésie confessionnelle, le postmodernisme, le nouveau formalisme, la poésie concrète et visuelle et le slam, mais se sont toujours tournés vers une perspective uniquement canadienne. La poésie minoritaire canadienne-française, principalement québécoise, s'est épanouie au 19e siècle, passant par le modernisme et le surréalisme au 20e siècle, pour développer une voix unique remplie de passion, de politique et d'images vibrantes. Montréal, avec son exposition à la fois à la poésie anglaise et française, est devenue un foyer de progrès poétique avec des mouvements tels que le Groupe de Montréal et Les Automatistes, et des poètes notables tels qu'Irving Layton et Leonard Cohen. Toronto (centrée autour du Bohemian Embassy Coffee House et de bpNichol's grOnk) et Vancouver (avec les Downtown Poets et le groupe TISH) sont également devenues d'importants centres de poésie. À la fin du 20e siècle, une prise de conscience croissante de l'identité autochtone, associée à la lutte pour les droits des Autochtones, a favorisé la croissance de l'écriture chez les Autochtones canadiens.
Blogosphère_politique canadienne/Blogosphère politique canadienne :
La blogosphère politique canadienne comprend des commentaires politiques utilisant n'importe quelle technologie de médias sociaux. Sa culture diffère de celle de l'Europe ou des États-Unis. Le terme « blogosphère » a été formé pour la première fois en 1999 et a depuis évolué pour signifier « l'environnement culturel ou intellectuel dans lequel les blogs sont écrits et lus ». Au Canada, le « blog » utilise une vaste gamme de technologies de médias sociaux. Cela inclut les formes traditionnelles de blogs individuels hébergés via des sites Web personnels ou des outils de blogs tels que Blogger ou Tumblr, et en est venu à inclure des plateformes de micro-blogging telles que Twitter. Au Canada, les blogs ont été adoptés plus récemment par les médias grand public. Par nécessité, ces formes traditionnelles de médias d'information aspirent à conserver une voix dans une sphère publique de plus en plus mondialisée. À l'heure actuelle, trois des principaux journaux de l'Ontario (le Toronto Star, le Globe and Mail et le National Post) conservent une liste de blogueurs, chacun commentant l'actualité.
Canadian postal_abbreviations_for_provinces_and_territories/Abréviations postales canadiennes pour les provinces et les territoires :
Les abréviations postales provinciales et territoriales canadiennes sont utilisées par Postes Canada dans un système de code composé de deux lettres majuscules, pour représenter les 13 provinces et territoires sur le courrier adressé. Ces abréviations permettent un tri automatisé. Les deuxièmes éléments des identifiants ISO 3166-2:CA sont tous identiques à ceux-ci ; L'ISO a adopté les abréviations existantes de Postes Canada. Ces abréviations ne sont pas la source des lettres dans les codes postaux canadiens, qui sont attribués par Postes Canada sur une base différente de ces abréviations. Bien que les codes postaux soient également utilisés pour le tri, ils permettent un tri régional étendu. De plus, plusieurs provinces ont des codes postaux commençant par des lettres différentes. Les codes ont remplacé le système traditionnel incohérent utilisé par les Canadiens jusque dans les années 1990. Hormis les abréviations postales, il n'y a pas d'abréviations traditionnelles (ou standard) officiellement désignées pour les provinces. Cependant, Ressources naturelles Canada tient à jour une liste de ces abréviations qui sont recommandées pour un « usage général » et qui sont également utilisées dans d'autres contextes officiels, comme le recensement effectué par Statistique Canada. Certaines des versions françaises comprenaient un trait d'union. Le Nunavut (créé en 1999) n'a pas d'abréviation désignée car il n'existait pas lorsque ces codes ont été progressivement supprimés, bien que certains puissent être trouvés dans d'autres ouvrages officiels.
Livre canadienne/livre canadienne :
La livre (symbole £) était la monnaie des Canadas jusqu'en 1858. Elle était subdivisée en 20 shillings (s), chacun de 12 pence (d). Au Bas-Canada, on utilisait le sou, qui valait 1⁄2 penny. Bien que le système comptable £sd ait ses origines dans la livre sterling, la livre canadienne n'a jamais été au pair avec la livre sterling.
Canadian privacy_law/Loi canadienne sur la protection des renseignements personnels :
La loi canadienne sur la protection de la vie privée découle de la common law, des lois du Parlement du Canada et des diverses législatures provinciales, ainsi que de la Charte canadienne des droits et libertés. Peut-être ironiquement, la conceptualisation juridique de la vie privée au Canada, ainsi que la plupart des conceptions juridiques occidentales modernes de la vie privée, remontent à « The Right to Privacy » de Warren et Brandeis publié dans la Harvard Law Review en 1890, Holvast déclare « Presque tous les auteurs sur la vie privée commencer la discussion avec le célèbre article 'Le droit à la vie privée' de Samuel Warren et Louis Brandeis".
Propagande canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale/Propagande canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale :
La propagande canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a été utilisée pour accroître le soutien à la guerre et l'engagement envers une victoire alliée. Elle a été marquée par l'utilisation massive de la radio et du cinéma, devenus populaires depuis la Première Guerre mondiale. Le Bureau de l'information publique a supervisé la production d'affiches. Environ 700 affiches différentes ont été produites au cours de la guerre. La Société Radio-Canada, responsable de la radiodiffusion, a été fondée en 1936. Au début de la guerre, la programmation d'affaires publiques a été réduite par le gouvernement et le directeur de la CBC, Gladstone Murray. Cela a été assoupli après 1942, lorsque Murray a été remplacé. Des programmes tels que le National War Finance Program, produit par le National War Finance Committee pour promouvoir les obligations de la Victoire, et les National School Broadcasts, des émissions destinées aux étudiants et contenant des bulletins d'information sur l'effort de guerre, ont été diffusés sur CBC. Une autre série, Nazi Eyes on Canada, imaginait la vie sous un hypothétique Canada occupé par les nazis. L'Office national du film a été fondé en 1939 et a continué à produire plus de 500 films pendant la guerre. À partir de 1940, l'ONF produit une série de courts métrages de propagande appelés Canada Carry On, qui seront projetés avant les projections de longs métrages dans les salles de cinéma. Une autre série, The World in Action, a été produite suite au succès de la première. Churchill's Island, produit en 1941, s'est également fait remarquer pour avoir reçu le premier Oscar du meilleur court métrage documentaire, décerné lors de la 14e cérémonie des Oscars en 1942.
Bulle immobilière canadienne/bulle immobilière canadienne :
La bulle immobilière canadienne fait référence à une hausse importante des prix de l'immobilier au Canada de 2002 à aujourd'hui (avec de courtes périodes de baisse des prix en 2008 et 2017) que certains observateurs ont qualifiée de bulle immobilière. De 2003 à 2018, le Canada a connu une augmentation des prix des maisons et des propriétés pouvant atteindre 337 % dans certaines villes. En 2018, les coûts de propriété étaient supérieurs aux niveaux de 1990 lorsque le Canada a vu sa dernière bulle immobilière éclater. Bloomberg Economics classe le Canada au deuxième rang des bulles immobilières de l'OCDE en 2019 et 2021.
Loi canadienne sur la propriété/Loi canadienne sur la propriété :
Le droit canadien de la propriété, ou droit de la propriété au Canada, est l'ensemble des lois concernant les droits des individus sur les terres, les objets et l'expression au Canada. Elle englobe les biens personnels, les biens immobiliers et la propriété intellectuelle. Contrairement à plusieurs autres pays du premier monde, le droit à la propriété n'est inclus que dans la Déclaration des droits, une loi fédérale ordinaire, plutôt que constitutionnalisé par la Charte canadienne des droits et libertés. Les lois sur les biens personnels sont généralement régies par des lois provinciales telles que les lois provinciales sur la vente de biens. De même, les règles de common law héritées du Royaume-Uni sont encore largement en vigueur. Le droit immobilier relève également de la législation provinciale avec l'incorporation des règles de la common law anglaise. La propriété intellectuelle, comme dans la plupart des pays de common law, reste entièrement fondée sur la loi fédérale; cependant, il existe des délits économiques de common law liés à la propriété intellectuelle, par exemple, la commercialisation trompeuse. Le Canada a essayé de prendre la voie médiane entre le Royaume-Uni et les États-Unis dans bon nombre de leurs lois sur la propriété intellectuelle. La loi sur le droit d'auteur et la loi sur les marques de commerce au Canada étaient initialement basées sur la législation anglaise, mais ont depuis incorporé de nombreux changements par rapport au modèle américain et à d'autres endroits. La loi canadienne sur les brevets, cependant, était initialement fondée sur la législation américaine, mais a généralement favorisé l'application de la jurisprudence britannique.
Cartes-photo_provinciales_et_territoriales_canadiennes/Cartes photo provinciales et territoriales canadiennes :
Au Canada, les permis de conduire provinciaux sont la principale forme de pièce d'identité avec photo émise par le gouvernement. La plupart des provinces canadiennes produisent des cartes d'identité avec photo pour les Canadiens qui ne conduisent pas. Une caractéristique commune de ces cartes est qu'elles ne peuvent pas être détenues en même temps qu'un permis de conduire valide.
Districts_électoraux_provinciaux_canadiens/Circonscriptions électorales provinciales canadiennes :
Les circonscriptions électorales provinciales canadiennes ont des limites qui ne coïncident pas avec celles des circonscriptions électorales fédérales, à l'exception des circonscriptions de la province de l'Ontario, où les circonscriptions à l'extérieur du Nord de l'Ontario coïncident. Sinon, les circonscriptions électorales provinciales ont plutôt tendance à être plus petites, allant d'un peu plus de la moitié de la taille de chaque circonscription fédérale (Québec) à un septième (Î.-P.-É.). Comme leurs homologues fédéraux, les circonscriptions électorales provinciales canadiennes sont communément appelées circonscriptions.
Cartes_d'alcool_provinciales_canadiennes/Cartes d'alcool provinciales canadiennes :
Les agences de contrôle des alcools de certaines provinces canadiennes ont produit des cartes d'identité indiquant l'âge de la majorité pour faciliter l'achat d'alcool par les adultes canadiens. Un seul produit encore ces cartes, bien que leur acceptabilité soit limitée et que leur objectif ait été largement supplanté par d'autres formes d'identification, telles que les cartes provinciales avec photo pour les non-conducteurs.
Dette_publique_canadienne/Dette publique canadienne :
La dette du gouvernement canadien (aussi appelée « dette publique du Canada ») est le passif du secteur public. Pour 2020 (exercice se terminant le 31 mars 2021), la valeur marchande des passifs financiers, ou dette brute, était de 2 852 milliards de dollars (74 747 $ par habitant) pour l'administration publique canadienne consolidée (administrations fédérale, provinciales, territoriales et locales combinées). En tant que ratio du PIB, la dette brute était de 129,2 % en 2020 (le PIB était de 2 207 milliards de dollars), le niveau le plus élevé jamais enregistré. . L'augmentation de la dette en 2020 a été principalement due aux déficits massifs (325 milliards de dollars) générés pour financer de nombreuses mesures d'allégement, notamment sous la forme de transferts aux ménages et de subventions aux entreprises pendant la pandémie de COVID-19. L'évolution de la dette publique au fil du temps reflète principalement emprunt en raison des déficits publics passés. Un déficit se produit lorsque les dépenses publiques dépassent les revenus. Le financement déficitaire crée généralement un transfert intergénérationnel parce que les bénéficiaires des biens et services que le gouvernement fournit aujourd'hui par le biais du financement déficitaire diffèrent généralement des personnes responsables du remboursement de la dette à l'avenir. (Un cas où la dette ne conduirait pas à un transfert intergénérationnel est si l'emprunt est utilisé pour l'achat ponctuel d'un actif qui fournira des biens et des services à l'avenir qui correspondent aux coûts de remboursement de la dette ; par exemple, émettre aujourd'hui une dette qui est remboursé sur 50 ans pour financer un pont qui dure 50 ans.)
Punk_rock canadien/Punk rock canadien :
Les premiers groupes de punk rock au Canada ont émergé à la fin des années 1970, dans le sillage des groupes américains Ramones, The New York Dolls et Blondie, et du groupe britannique Sex Pistols. Les Viletones, les Diodes et les Demics ont été parmi les pionniers, avec les Skulls (avec Joey qui a formé DOA et Wimpy (Brian Roy) qui a dirigé les Subhumans) de Vancouver, et Teenage Head de Hamilton, dont les disques et les spectacles en direct leur ont valu le surnom "les Ramones du Canada". Des scènes punk locales vibrantes ont vu le jour à Toronto, à Vancouver et dans d'autres villes canadiennes.
Élevage canadien/Élevage canadien :
L'élévation canadienne est une règle allophonique de phonologie dans de nombreuses variétés d'anglais nord-américain qui modifie la prononciation des diphtongues avec des points de départ à voyelle ouverte. Le plus souvent, le changement affecte (écouter) ou (écouter), ou les deux, lorsqu'ils sont prononcés avant des consonnes sans voix (par conséquent, dans des mots comme prix et influence, respectivement, mais pas dans prix et nuage). En anglais nord-américain, / aɪ / et / aʊ / commencent généralement par une voyelle ouverte [ä ~ a], mais en élevant, ils passent à [ɐ] (écouter), [ʌ] (écouter) ou [ə] (écouter) . L'anglais canadien a souvent une élévation dans les mots avec (height, life, psych, type, etc.) et (clout, house, south, scout, etc.), tandis qu'un certain nombre de dialectes anglais américains (tels que Inland North et Western New Angleterre) ont cette fonctionnalité dans mais pas . Aux États-Unis, aboot [əˈbut], une version exagérée de la prononciation surélevée d'environ [əˈbʌʊt], est un stéréotype de l'anglais canadien. Bien que le symbole ⟨ʌ⟩ soit défini comme une voyelle non arrondie à mi-arrière dans l'alphabet phonétique international , ⟨ʌɪ⟩ ou ⟨ʌʊ⟩ peuvent signifier toute voyelle surélevée qui contraste avec non surélevé ou , lorsque la qualité exacte de la voyelle surélevée n'est pas importante dans le contexte donné.
Réponse canadienne_à_l'ouragan_Katrina/Réponse canadienne à l'ouragan Katrina :
Le Canada a été l'un des pays à avoir fourni le plus d'aide et de secours à la suite de l'ouragan Katrina. Ils ont fourni des navires, des fournitures, des bénévoles, des équipes de recherche et de sauvetage, et plus encore. Il a également accepté que certains évacués restent au Canada.
Réponse canadienne_à_Omar_Khadr/Réponse canadienne à Omar Khadr :
Canadien capturé par les forces américaines en Afghanistan à l'âge de 15 ans, Omar Khadr est actuellement en liberté provisoire de prison au Canada dans l'attente d'un appel de sa condamnation pour crimes de guerre devant une commission militaire à Guantanamo Bay. Autrefois le seul citoyen occidental restant à Guantanamo, Khadr est unique en ce que le Canada a refusé de demander l'extradition ou le rapatriement malgré les instances d'Amnistie internationale, de l'Association du Barreau canadien et d'autres organisations importantes. Son avocat Dennis Edney a résumé la réponse différentielle envers Khadr en déclarant que « l'un des problèmes » avec la défense du jeune est qu'il est un membre de la famille Khadr plutôt qu'« un Smith ou un Arar ». Pendant plusieurs années après la capture de Khadr en 2002, son cas n'a suscité aucune "polémique sérieuse". Cependant, une fois que ses tribunaux militaires ont commencé, son cas a attiré une attention considérable en tant qu'enfant soldat, les commentateurs saisissant le fait qu'il est le plus jeune prisonnier détenu en détention extrajudiciaire par les États-Unis à faire face à des accusations dans la guerre contre le terrorisme. En 2007, l'intérêt pour son cas avait augmenté de façon exponentielle, bien que les Canadiens soient restés divisés quant à savoir s'il devait être rapatrié. Les trois principaux partis d'opposition du Canada, les libéraux, le NPD et le Bloc québécois, ont tous condamné l'ancien premier ministre Stephen Harper pour avoir refusé d'exiger que les remettre Khadr aux autorités canadiennes. Avant la nomination de Harper, deux premiers ministres libéraux consécutifs n'avaient pas fait la même demande. En avril 2008, Bill Graham, l'ancien ministre des Affaires étrangères, a déclaré qu'il regrettait de ne pas avoir fait plus pour aider à obtenir la libération ou le rapatriement de Khadr pendant que le gouvernement libéral était au pouvoir. a échoué Khadr, en refusant de reconnaître son statut de mineur ou ses allégations répétées d'abus. En 2010, Khadr a été reconnu coupable de cinq crimes de guerre par un tribunal militaire américain à Guantanamo Bay, à Cuba. Dans un sondage de 2012, 60 % des citoyens canadiens se sont opposés au retour de Khadr au Canada. Il a été postulé que le ministère des Affaires étrangères du gouvernement du Canada n'a pas tenté d'aider Omar Khadr de peur que défendre un citoyen canadien arrêté dans un autre pays ne viendrait revenir hanter le gouvernement. Cela fait référence aux événements autour de l'ancien premier ministre libéral Jean Chrétien qui a obtenu la libération du père d'Omar Khadr, Ahmed Khadr - seulement pour que la famille retourne en Afghanistan et qu'Ahmed Khadr soit tué plus tard dans un échange de tirs au Pakistan en 2003. Khadr a finalement été renvoyé au Canada et libéré sous caution en 2015. Khadr a intenté une poursuite contre le gouvernement du Canada. Il y a eu des appels dans les médias pour régler la poursuite, comme cela a été fait dans le cas d'autres Canadiens détenus par des pays étrangers.
Canadian rock_music_charts/Classement de la musique rock canadienne :
Canadian rock music charts (établi le 11 juin 1995) publie un palmarès hebdomadaire de musique rock alternative sous le nom d'Alternative 30.
Symboles_royaux_canadiens/Symboles royaux canadiens :
Les symboles royaux canadiens sont les identifiants visuels et auditifs de la monarchie canadienne, y compris les vice-rois, dans les juridictions fédérales et provinciales du pays. Ceux-ci peuvent spécifiquement distinguer les organisations qui tirent leur autorité de la Couronne (comme le parlement ou les forces de police), les établissements avec des associations royales, ou simplement être des moyens d'exprimer un sentiment loyal ou patriotique. La plupart des symboles royaux au Canada sont basés sur des prédécesseurs hérités de la France, de l'Angleterre et de l'Écosse, dont la preuve est encore visible aujourd'hui, bien qu'au fil du temps, des adaptations aient été apportées pour inclure des éléments uniquement canadiens. Certaines représentations ont été abandonnées pendant et après les années 1970, au sein d'une identité canadienne en évolution, tandis que d'autres ont été créées au cours de la même période et continuent d'être d'actualité. Aujourd'hui, les symboles de la monarchie peuvent être vus dans les insignes militaires, les armoiries provinciales et nationales, les préfixes royaux, les monuments et les noms éponymes de lieux et de structures géographiques.
Royauté canadienne/royauté canadienne :
La royauté canadienne peut faire référence aux Canadiens; qui sont membres de familles royales, canadiens par naissance, naturalisation ou mariage ; ou les familles canadiennes qui reçoivent l'épithète ou le surnom de royauté canadienne ou de membres de la famille royale canadienne. De plus, le Canada est une monarchie, donc les membres de la monarchie canadienne font partie de la royauté canadienne.
Science_fiction canadienne/Science-fiction canadienne :
Un élément fort de la culture canadienne contemporaine est la science-fiction riche, diversifiée, réfléchie et pleine d'esprit.
Télévision_de_science_fiction_canadienne/Télévision_de_science_fiction_canadienne :
La télévision canadienne de science-fiction est produite par la SRC dès les années 1950. Dans les années 1970, CTV a produit The Starlost. Dans les années 1980, les studios d'animation canadiens, dont Nelvana, ont commencé à produire une part croissante du marché mondial de l'animation. Dans les années 1990, le Canada est devenu un acteur important de la fiction spéculative en direct à la télévision, avec des dizaines de séries comme Forever Knight, Robocop, et plus particulièrement The X-Files et Stargate SG-1. De nombreuses séries ont été produites pour les marchés des jeunes et des enfants, notamment Deepwater Black et MythQuest. Au cours de la première décennie du 21e siècle, les modifications apportées à la législation fiscale provinciale ont incité de nombreuses sociétés de production à déménager de Toronto à Vancouver. Les séries récentes produites à Vancouver incluent The Dead Zone, Smallville, Andromeda, Stargate Atlantis, Stargate Universe, The 4400, Sanctuary et le Battlestar Galactica réinventé. En raison de la petite taille du marché national de la télévision, la plupart des productions canadiennes impliquent des partenariats avec des studios de production basés aux États-Unis et en Europe. Cependant, depuis quelques années, de nouvelles ententes de partenariat permettent aux investisseurs canadiens de prendre une part croissante du contrôle des projets réalisés au Canada et ailleurs.
Réglementation canadienne sur les valeurs mobilières/réglementation canadienne sur les valeurs mobilières :
La réglementation canadienne des valeurs mobilières est gérée par les lois et les organismes établis par les 10 gouvernements provinciaux et les 3 gouvernements territoriaux du Canada. Chaque province et territoire a une commission des valeurs mobilières ou une autorité équivalente avec sa propre législation provinciale ou territoriale. Contrairement à d'autres grandes fédérations, le Canada n'a pas d'autorité de réglementation des valeurs mobilières au niveau du gouvernement fédéral. Néanmoins, la plupart des commissions de sécurité provinciales fonctionnent dans le cadre d'un système de passeport, de sorte que l'approbation d'une commission permet essentiellement l'enregistrement dans une autre province. Cependant, les inquiétudes concernant le système demeurent. Par exemple, l'Ontario (le plus grand marché financier du Canada) ne participe pas au régime de passeport. Les organismes de réglementation des valeurs mobilières de chaque province et territoire se sont joints pour former les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM). Les inquiétudes concernant le système provincial de réglementation des valeurs mobilières ont conduit à des appels répétés pour un système national des valeurs mobilières au Canada. À compter de juin 2021, le gouvernement canadien travaille à l'établissement d'un système national de réglementation des valeurs mobilières afin d'offrir : une protection meilleure et plus cohérente aux investisseurs partout au Canada; amélioration de l'application de la réglementation et de la répression pénale pour mieux lutter contre la criminalité liée à la sécurité ; de nouveaux outils pour mieux soutenir la stabilité du système financier canadien; des réponses politiques plus rapides aux tendances des marchés émergents ; des processus plus simples pour les entreprises, entraînant une baisse des coûts pour les investisseurs ; une représentation et une influence internationales plus efficaces pour le Canada.
Canadian short_track_speed_skating_all-time_medals_list/Liste canadienne des médailles de tous les temps en patinage de vitesse sur courte piste :
Il s'agit d'une liste de compilation de tous les championnats du monde de patinage de vitesse sur courte piste masculins et féminins canadiens notables de l'ISU et de la liste des médailles olympiques en compétition de patinage de vitesse sur piste courte.
Silver_dollar canadien/dollar en argent canadien :
Le dollar canadien en argent (en français : Dollar argent du Canada) a été émis pour la première fois par la Monnaie royale canadienne en 1935 pour commémorer le jubilé d'argent du roi George V. Le motif du revers de la pièce a été sculpté par Emanuel Hahn et représente un voyageur et une personne d'origine autochtone. descente en canot d'écorce de bouleau. Les lignes pâles en arrière-plan représentent les aurores boréales. Le dessin du voyageur a été utilisé sur le dollar jusqu'en 1986. Il a ensuite été remplacé par la pièce de 1 dollar canadien de 1987 (familièrement connue sous le nom de «huard»). 1967 a marqué la fin du dollar en argent en tant que grève commerciale ou pièce de monnaie émise pour la circulation. Après 1967, la pièce d'un dollar était en nickel, à l'exception des émissions commémoratives non circulantes pour le marché des collectionneurs, qui contiennent toujours de l'argent.
Canadian soccer_clubs_in_international_competitions/Clubs de soccer canadiens dans les compétitions internationales :
Ceci est une liste des clubs de soccer canadiens dans les compétitions internationales. Les clubs canadiens ont participé à des compétitions internationales de soccer depuis au moins 1975, lorsque les Aigles blancs serbes ont participé à la Coupe des champions de la CONCACAF 1975. Aucune équipe canadienne n'a remporté de compétition de la CONCACAF, mais en 2015 et en 2018, le CF Montréal (alors l'Impact de Montréal) et le Toronto FC, respectivement, ont atteint la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF, perdant les deux fois. Le Toronto FC a perdu l'édition 2018 de la Campeones Cup.
Canadian soccer_league_system/Système de la ligue canadienne de soccer :
Le système de la ligue canadienne de soccer, également appelé la pyramide du soccer canadien, est un terme utilisé dans le soccer pour décrire la structure du système de la ligue au Canada. L'instance dirigeante du soccer dans le pays est l'Association canadienne de soccer (ASC), qui supervise le système et les coupes nationales (y compris le Championnat canadien), mais n'exploite aucune de ses ligues composantes. De plus, certaines équipes canadiennes participent à des ligues basées aux États-Unis.
Mouvement_crédit_social canadien/Mouvement crédit social canadien :
Le mouvement canadien du crédit social est un mouvement politique fondé à l'origine sur la théorie du crédit social du major CH Douglas. Ses partisans étaient familièrement connus sous le nom de Socreds en anglais et de créditistes en français. Il a gagné en popularité et son propre parti politique dans les années 1930, à la suite de la Grande Dépression.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chaos warhammer 40K""

Chao Yao-tung/Chao Yao-tung : Chao Yao-tung ( chinois :趙耀東; 1916 - 20 août 2008) était un homme politique et économiste taïwanais. En 1...