Rechercher dans ce blog

dimanche 19 juin 2022

Canadian Journal of Research, Section B: Chemical Sciences


Canadien National_242/Canadien National 242 :
Le Canadien National 242 était un train de voyageurs qui circulait sur les lignes du Canadien National.
Canadien National_3254/Canadien National 3254 :
Le Canadien National 3254 est une locomotive à vapeur de type "S-1-b" 2-8-2 "Mikado" construite par la Canadian Locomotive Company pour le Canadien National en tant que cinquième membre de la classe S-1-b du Canadien National.
Canadien National_3377/Canadien National 3377 :
Le Canadien National 3377 est une locomotive à vapeur de type "S-1-d" 2-8-2 "Mikado" préservée actuellement exposée au lieu historique national de Steamtown à Scranton, en Pennsylvanie.
Canadien National_3502/Canadien National 3502 :
Le Canadien National 3502 était une locomotive MLW M-420 qui est devenue célèbre lorsqu'elle a servi de génératrice pour la ville de Boucherville, au Québec, lors d'une tempête de neige en 1998.
Canadien National_47/Canadien National 47 :
La Canadian National 47 est une locomotive-citerne de type 4-6-4T de classe «X-10-a» préservée située au lieu historique national de Steamtown à Scranton, en Pennsylvanie. C'est l'un des trois seuls CN 4-6-4T conservés (n ° 49 au Musée ferroviaire canadien à Delson, Québec et CN n ° 46 à Vallée-Jonction, Québec) et est la seule locomotive-citerne de banlieue de type Baltic restant dans les États Unis.
Canadien National_6060/Canadien National 6060 :
Le Canadien National 6060 est une locomotive à vapeur de type 4-8-2 Mountain construite en 1944 par la Montreal Locomotive Works en tant que première de la classe U-1-f pour les Chemins de fer nationaux du Canada (CN).
Canadien National_6077/Canadien National 6077 :
Les Chemins de fer nationaux du Canada 6077 sont une locomotive 4-8-2 préservée de la classe U-1-f des Chemins de fer nationaux du Canada, surnommée Bullet Nosed Bettys.
Canadien National_6213/Canadien National 6213 :
Le Canadien National 6213 est une locomotive à vapeur 4-8-4 conservée en exposition statique à Toronto , Ontario , Canada au Toronto Railway Museum (TRM) sur les terres de l'ancien CPR John St. Roundhouse . Il a été en service actif jusqu'en 1959 et a été donné par les Chemins de fer nationaux du Canada (CN) au gouvernement de la ville de Toronto en 1960. Il a été exposé à Exhibition Place jusqu'en 2009, date à laquelle il a été déplacé à son emplacement actuel.
Canadien National_7312/Canadien National 7312 :
La Strasburg Rail Road (Canadien National) n° 7312, également connue sous le nom de Strasburg Rail Road n° 31, est une locomotive à vapeur de type « Switcher » 0-6-0 construite à l'origine par les Baldwin Locomotive Works en août 1908 pour les chemins de fer nationaux du Canada. Il appartient et était auparavant exploité par la Strasburg Rail Road à l'extérieur de Strasbourg, en Pennsylvanie. À partir de 2022, le n ° 7312 est actuellement en cours de remise en état de fonctionnement.
Canadien National_7470/Canadien National 7470 :
Conway Scenic Railroad (Canadien National) n ° 7470 est une locomotive à vapeur de type "O-18-a" 0-6-0 "Switcher" conservée au Conway Scenic Railroad à North Conway, New Hampshire .
Canadien National_89/Canadien National 89 :
La voie ferrée de Strasbourg (Canadien National) n° 89 est une locomotive à vapeur de type « Mogul » 2-6-0 construite à l'origine par la Canadian Locomotive Company en février 1910 pour les chemins de fer nationaux du Canada. Il est maintenant détenu et exploité par la Strasburg Rail Road à l'extérieur de Strasbourg, en Pennsylvanie, où il réside aujourd'hui pour être utilisé sur des trains d'excursion.
Canadian National_Association_of_Infrared_Imaging_Technologists/Association nationale canadienne des technologues en imagerie infrarouge :
L'Association nationale canadienne des technologues en imagerie infrarouge (AIIT) est une association professionnelle canadienne à but non lucratif soucieuse de maintenir des normes élevées de prestation de services, de formation et de formation continue des thermographes d'imagerie infrarouge. L'association est un organisme d'autorégulation axé sur les membres pour l'industrie. L'AIIT décerne et gère la certification professionnelle de l'IIT aux thermographes et technologues qualifiés au Canada.
Championnats_nationaux_canadiens_de_badminton/Championnats nationaux canadiens de badminton :
Les Championnats nationaux canadiens de badminton sont un tournoi organisé pour couronner les meilleurs joueurs de badminton au Canada. Le tournoi a commencé en 1922. En 1957, la Fédération canadienne de badminton a décidé d'ouvrir les championnats et ils ont été combinés avec l'Open canadien jusqu'en 1961. En 1962, ils ont de nouveau eu lieu séparément.
Convention nationale_baptiste_canadienne/Convention nationale baptiste canadienne :
La Convention baptiste nationale canadienne (anciennement Convention canadienne des baptistes du Sud) est une dénomination chrétienne baptiste au Canada. Elle est affiliée à l'Alliance baptiste mondiale et à l'Alliance évangélique du Canada. Le siège social est à Cochrane, en Alberta.
Ligue_nationale_de_basketball_canadienne/Ligue nationale canadienne de basketball :
La Ligue nationale canadienne de basketball (CNBL) était une ligue de basketball professionnelle basée dans le sud de l'Ontario visant à attirer des joueurs canadiens qui jouaient à l'étranger pour rejoindre leur ligue. En novembre 2002, ils ont annoncé que leur saison inaugurale aurait lieu au printemps-été 2003. La CNBL a fait cette annonce à peu près au même moment où la Ligue canadienne de baseball a annoncé son calendrier. Leur saison inaugurale a ensuite été reportée à l'été 2004. La ligue a cessé ses activités en 2004 avec seulement quelques matchs d'exhibition.
Étude_nationale_canadienne_sur_le_dépistage_du_sein/Étude nationale canadienne sur le dépistage du cancer du sein :
L'Étude nationale canadienne sur le dépistage du cancer du sein, parfois abrégée en CNBSS ou NBSS, était un essai randomisé mené dans le but d'évaluer si la mammographie réduisait l'incidence du cancer du sein ou la mortalité chez les femmes ayant subi un dépistage. L'essai a débuté en 1980 et a été mené dans quinze centres de dépistage dans six provinces canadiennes différentes. Il s'agissait de la première étude visant à déterminer si la mammographie était efficace chez les femmes âgées de 40 à 49 ans.
Centre_de_référence_d'étalonnage_national_canadien/Centre de référence_d'étalonnage_national_canadien :
Le Centre national de référence d'étalonnage pour les essais biologiques et la surveillance in vivo (NCRC) est administré par le Bureau de la radioprotection du ministère fédéral de la Santé du Canada. Elle a été créée en 1982 par le biais d'un protocole d'entente (PE) signé entre l'organisme de réglementation de l'industrie nucléaire, la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN), anciennement la Commission de contrôle de l'énergie atomique, et le ministère de la Santé avec pour mission précise de fournir " normes pratiques de référence" pour les mesures utilisées pour la dosimétrie interne. Deux autres Centres de Référence ont été créés en même temps. Celles-ci devaient avoir des rôles équivalents pour (1) la dosimétrie externe et (2) le radon et les atmosphères radioactives, et étaient administrées, respectivement, par le Conseil national de recherches du Canada et le ministère fédéral de l'Énergie, des Mines et des Ressources. Le choix des trois agences pour agir à titre de centres de référence s'est fondé sur leur expertise acquise au fil des années de travail dans leurs domaines respectifs et sur le fait qu'elles opèrent indépendamment à la fois de la CCSN et de l'industrie nucléaire. Le rôle du CNRC est conforme au mandat de Santé Canada de protéger et de préserver la santé des Canadiens. Plus précisément, son objectif est de fournir : un contrôle de qualité externe indépendant sur une base régulière par le biais d'intercomparaisons régulières ; Amélioration des techniques de mesure par le conseil et la formation ; et Information sur l'amélioration des étalonnages en fournissant des étalons de référence pratiques et les techniques nécessaires. Bien que la fourniture de programmes d'intercomparaison soit sa fonction principale, le NCRC fournit également ce qui suit : Conseil et assistance ; Mesures d'essais biologiques et évaluations de dose interne des incorporations suspectées de radionucléides ; Recherche en collaboration avec d'autres agences sur le métabolisme et la biocinétique des radionucléides ; et Développement de méthodes à l'appui de ses programmes d'intercomparaison et de ses études de recherche. Le CNRC fournit un service national de référence d'étalonnage aux universités, aux hôpitaux, aux services publics et aux entreprises privées du Canada. Cet étalonnage est une étape critique pour s'assurer que les mesures des doses de rayonnement interne aux travailleurs sont exactes.
Classe_nationale_canadienne_U-1-f/Classe nationale_canadienne U-1-f :
Les locomotives de classe U-1-f des Chemins de fer nationaux du Canada étaient une classe de vingt locomotives de type 4-8-2 ou Mountain construites par Montreal Locomotive Works en 1944. Elles étaient numérotées de 6060 à 6079 par le CN et surnommées "Bullet Nose Bettys" en raison de leur couvercle de porte distinctif de la boîte à fumée en forme de cône.
Classe nationale_canadienne_Z-1-a/Classe nationale canadienne Z-1-a :
Le Canadian National Class Z-1-a était une série de six locomotives électriques construites par General Electric pour le Chemin de fer Canadien du Nord en 1917. Elles ont été utilisées en service dans le tunnel du Mont-Royal à Montréal jusqu'à leur retraite en 1995, fonctionnant pendant 76 ans, 7 mois et 12 jours. Ils ont été classés comme Box-Cab modèle 0440-E-166-4-GE-228-A par General Electric, livrés neufs à la Canadian Northern Railway. Ils étaient très similaires aux 6 unités construites pour le Butte, Anaconda and Pacific Railway, tout comme le système d'électrification. Chaque unité pesait 174 000 lb (79 000 kg). Ils avaient une disposition de roues B + B, un effort de traction continu maximal de 19 600 lbf (87 kN), capables de fonctionner à une vitesse maximale de sécurité de 55 mph (89 km/h). Ils ont reçu la classification suivante : Classe : Z -1-a par le CNoR en 1919 ; Le CN a continué à utiliser la même classification après 1919. Une unité, CN 6713, a été retirée en 1993 et ​​a ensuite été cannibalisée pour les pièces de rechange afin de fournir les locomotives de classe Z-1-a restantes. Un autre, CN 6712, a été donné à la Ville de Mont-Royal et a été entreposé au garage municipal de cette ville en attendant la sélection d'un site d'exposition approprié. Un tel site n'a jamais été trouvé; l'unité a été cannibalisée et mise au rebut en 2011.
Classe nationale_canadienne_Z-4-a/Classe nationale canadienne Z-4-a :
La Canadian National Class Z-4-a était un lot de neuf locomotives électriques de type "boxcab" construites par English Electric pour les Commissaires du Havre de Montréal, plus tard la Commission du Havre National du Canada de 1924 à 1926. Le Port de Montréal a décidé de désélectrifier son système ferroviaire en 1940, et donc en 1941, la flotte de locomotives a été échangée avec les Chemins de fer nationaux du Canada contre sept locomotives de manœuvre à vapeur. Ils ont reçu la classification Classe Z-4-a par le CN et ont été renumérotés. Ils seront ensuite renumérotés en 1949 et enfin en 1969. Ici, ils complimentent les anciens boxcabs construits par GE, la classe Z-1-a. Les deux types de cabines ont desservi la route du tunnel du Mont-Royal à Montréal pendant de nombreuses années jusqu'à leur retraite en juin 1995.
Canadian National_Dépôt/Dépôt Canadien National :
Canadian National Depot ou Warroad Depot est une ancienne gare des chemins de fer nationaux du Canada. Le bâtiment sert maintenant de bureau pour la ville de Warroad dans l'État américain du Minnesota.
Chemins de fer_électriques_nationaux_du_Canada/Chemins de fer nationaux électriques du Canada :
Les Chemins de fer nationaux électriques du Canada (CNER) étaient une filiale des Chemins de fer nationaux du Canada créée pour exploiter quelques lignes électriques. Il a été formé en novembre 1923, avec son siège social à Toronto.
Exposition_nationale_canadienne/Exposition nationale canadienne :
L'Exposition nationale canadienne (CNE), également connue sous le nom de The Exhibition ou The Ex, est un événement annuel qui a lieu à Exhibition Place à Toronto, Ontario, Canada, au cours des 18 derniers jours précédant et incluant la fête du Travail du Canada, la première lundi de septembre. Avec environ 1,5 million de visiteurs chaque année, le CNE est la plus grande foire annuelle au Canada et la sixième en importance en Amérique du Nord. La première Exposition nationale canadienne a eu lieu en 1879, principalement pour promouvoir l'agriculture et la technologie au Canada. Des agriculteurs, des ingénieurs et des scientifiques ont exposé leurs découvertes et inventions au CNE pour mettre en valeur le travail et le talent de la nation. Au fur et à mesure que le Canada s'est développé en tant que nation, le CNE a reflété la croissance de la diversité et de l'innovation, bien que l'agriculture et la technologie demeurent une grande partie du CNE. Pour de nombreuses personnes de la région du Grand Toronto et des communautés environnantes, le CNE est une tradition familiale annuelle.
Loi sur l'Association_de_l'exposition_nationale_canadienne/Loi sur l'Association de l'exposition nationale canadienne :
La Loi sur l'Association de l'Exposition nationale canadienne est une loi provinciale de l'Ontario adoptée pour la première fois en 1983 et modifiée en 1999 pour établir la gouvernance et le fonctionnement de l'Exposition nationale canadienne.
Canadian National_Hotels/Canadien National Hotels :
Canadian National Hotels était une chaîne hôtelière contrôlée par les Chemins de fer nationaux du Canada. En plus de leurs propres hôtels, elle en a acquis certains auprès de compagnies de chemin de fer précédentes comme le Grand Trunk Pacific Railway, le Grand Trunk Railway et le Ottawa, Arnprior and Parry Sound Railway. Certains de leurs actifs ont ensuite été acquis par leurs rivaux Canadian Pacific Hotels après 1988.
Service_de_la_police_nationale_du_Canada/Service_de_la_police_nationale_du_Canada :
Le Service de police national du Canada (communément appelé la police du CN) est une force de police ferroviaire privée protégeant la propriété, le personnel et l'infrastructure ferroviaire des chemins de fer nationaux du Canada au Canada et aux États-Unis.
Championnats_nationaux_canadiens_de_hockey_d'étang/Championnats nationaux canadiens de hockey sur étang :
Les Championnats nationaux canadiens de hockey sur étang ont lieu chaque année au Deerhurst Resort à Huntsville, dans la municipalité du district de Muskoka, en Ontario, au Canada. La variante de hockey sur étang utilisée aux championnats nationaux se joue à 4 contre 4 sans gardien de but, avec deux mi-temps de 15 minutes et une pause de 5 minutes à la mi-temps. Les gagnants des trois divisions du championnat se voient décerner la très convoitée Maple Cup.
Canadian National_Railway/Canadien National :
La Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada ( français : Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada ) ( marque de rapport CN ) est un chemin de fer de fret canadien de classe I dont le siège social est à Montréal , Québec , qui dessert le Canada et le Midwest et le sud des États-Unis . Le CN est le plus grand chemin de fer du Canada, tant en termes de revenus que de taille physique de son réseau ferroviaire, s'étendant du Canada de la côte atlantique en Nouvelle-Écosse à la côte pacifique en Colombie-Britannique sur environ 20 400 milles (32 831 km) de voies. À la fin du 20e siècle, le CN a acquis une capacité considérable aux États-Unis en prenant le contrôle de chemins de fer tels que l'Illinois Central. Le CN est une entreprise publique comptant 24 000 employés et, en juillet 2019, sa capitalisation boursière était d'environ 90 milliards de dollars canadiens. Le CN appartenait au gouvernement, ayant été une société d'État canadienne depuis sa fondation en 1919 jusqu'à sa privatisation en 1995. En 2019, Bill Gates est le plus grand actionnaire unique des actions du CN, détenant une participation de 14,2 % par l'intermédiaire de Cascade Investment et de son propre projet de loi. et Melinda Gates Foundation.
Compagnie_des_chemins_de_fer_nationaux_du_Canada_v_Canada_(AG)/Cie des chemins de fer nationaux du Canada c. Canada (AG) :
Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada c. Canada (PG), 2014 CSC 40 est une affaire importante de la Cour suprême du Canada dans le domaine du droit administratif canadien, qui porte sur la question de savoir si le cadre de la norme de contrôle établi dans Dunsmuir c. Nouveau-Brunswick s'applique aux décisions du gouverneur en conseil du Canada (c.-à-d. le Cabinet du Canada) et s'il a le pouvoir de modifier ou d'annuler une décision d'un tribunal administratif sur des questions de droit ou de compétence.
Canadian National_Railway_Co_v_McKercher_LLP/Canadian National Railway Co contre McKercher LLP :
Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada contre McKercher LLP est une affaire importante de la Cour suprême du Canada qui a consolidé la jurisprudence canadienne sur les conflits d'intérêts dans la profession juridique.
Canadian National_Railway_Co_v_Norsk_Pacific_Steamship_Co/Canadian National Railway Co contre Norsk Pacific Steamship Co :
Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada c. Norsk Pacific Steamship Co, [1992] 1 RCS 1021 est une décision de premier plan de la Cour suprême du Canada sur la perte économique pure en droit de la responsabilité délictuelle. Le tribunal a reconnu les situations dans lesquelles une perte économique pure est indemnisable. En particulier, le tribunal a estimé que la perte économique relationnelle relevait de la catégorie des pertes suffisamment proches pour donner lieu à une obligation de diligence.
Canadian National_Railway_facilities_in_Peel_Region/Installations ferroviaires du Canadien National dans la région de Peel :
Les installations des Chemins de fer nationaux du Canada dans la région de Peel comprennent deux installations spécialisées, toutes deux accessibles par la subdivision CN Halton.
Championnats_nationaux_canadiens_des_courses_sur_route/Championnats nationaux canadiens de courses sur route :
Régi par Cyclisme Canada Cyclisme, le Championnat national canadien de courses sur route est une course cycliste sur route qui se déroule dans le cadre des Championnats nationaux canadiens de cyclisme et qui désigne le meilleur cycliste dans ce type de course. La première édition a eu lieu en 1959. Le premier vainqueur du championnat de course sur route était Egidio Bolzon en 1959. Czeslaw Lukaszewicz détient le record du plus grand nombre de victoires au championnat masculin avec 4. Guillaume Boivin est l'actuel champion Elite Hommes. La course féminine débute en 1974, France Richer remportant la première édition. Le record féminin est détenu par Alison Sydor avec 4 victoires.
Championnat_national_canadien_de_scrabble/Championnat canadien_national_de_scrabble :
Le Championnat national canadien de Scrabble (CNSC) est la compétition nationale canadienne de Scrabble en langue anglaise, ouverte sur invitation et qualification spéciale uniquement aux meilleurs joueurs canadiens. Tous les événements de la CCSN ont eu lieu à Toronto.
Canadian National_Seismograph_Network/Réseau national canadien des sismographes :
Le Réseau national canadien des sismographes est un réseau de sismographes pour détecter les tremblements de terre à travers le Canada. Il est exploité par la Commission géologique du Canada et comprend plus de 60 sismographes à faible gain et plus de 100 sismographes à gain élevé. Il a été lancé en 1975.
Ligue_nationale_de_soccer_canadienne/Ligue nationale de soccer du Canada :
La Ligue nationale de soccer du Canada, connue sous le nom de Ligue nationale de soccer jusqu'en 1993, était une ligue de soccer au Canada qui existait de 1926 à 1997. La ligue était également connue sous le nom de Ligue nationale de soccer de l'Ontario et du Québec. L'ajout de «Canadien» en 1993 était le résultat du repli de la CSL originale et de l'acceptation du Winnipeg Fury, rendant la ligue plus nationale. Elle a ensuite été rebaptisée Ligue canadienne de soccer professionnel en 1998, principalement à la suite de la restructuration en collaboration avec l'OSA; et par la suite en tant que deuxième Ligue canadienne de soccer en 2006 avec des aspirations d'expansion nationale.
Championnats_canadiens_contre_la_montre_nationaux/Championnats canadiens contre la montre :
Régi par Cyclisme Canada Cyclisme, le Championnat national canadien de contre-la-montre est une course cycliste sur route qui se déroule dans le cadre du Championnat national canadien de cyclisme et décide du meilleur cycliste dans ce type de course. La première édition des Championnats nationaux canadiens de contre-la-montre a eu lieu en 1997. Le premier vainqueur de la course du championnat de contre-la-montre était Eric Wohlberg en 1997. Svein Tuft est le détenteur du record canadien de tous les temps pour le plus de victoires dans l'épreuve avec 10 victoires. . Le record féminin est détenu par Clara Hughes avec 5 titres nationaux. L'actuel champion masculin de la course est Rob Britton de Rally Cycling tandis que Leah Kirchmann de l'équipe Sunweb est l'actuelle championne féminine.
Canadian National_Tug_no._5/Canadien National Remorqueur no. 5 :
Remorqueur national canadien no. 5, ou remorqueur CN no. 5, était un remorqueur détenu et exploité par la compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CNR) sur le lac Okanagan en Colombie-Britannique, au Canada. Elle a été lancée le 8 mai 1930 et était un remorqueur en acier qui poussait des barges ferroviaires vers le chantier naval d'Okanagan Landing et la connexion ferroviaire pour transporter des fruits. Dans les années 1950 et 1960, le CN possédait trois remorqueurs : MV Pentowna, CN Tug no. 6, et le remorqueur CN no. 5. Un seul remorqueur fonctionnait à la fois, même si deux étaient utilisés en période de pointe, et chaque remorqueur ne poussait qu'une seule barge. Le concurrent du CN sur le lac, la compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique, exploitait trois remorqueurs à la fois, ainsi que de nombreux vapeurs à aubes au fil des ans, et chaque remorqueur poussait deux barges. Bien que la date du CN Tug no. 5 est inconnue, le CNR a mis fin au service de barge sur le lac en 1973, retirant son dernier navire, le CN Tug no. 6, en raison des autoroutes et autres modes de transport qui avaient émergé à cette époque.
Canadian National_Tug_no._6/Canadien National Remorqueur no. 6 :
Remorqueur national canadien no. 6 était un remorqueur à moteur diesel détenu et exploité par la compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) sur le lac Okanagan, en Colombie-Britannique. Il a été lancé en 1948 et a transféré des barges ferroviaires entre Penticton et Kelowna. Il a été retiré en 1973, devenant le dernier des nombreux remorqueurs à opérer sur le lac Okanagan. Le remorqueur 6 a été déplacé à Penticton en 2007 pour se reposer aux côtés du SS Naramata et du SS Sicamous, deux bateaux à vapeur du Chemin de fer Canadien Pacifique (CPR), dans le cadre du SS Sicamous Inland Marine Museum. Les navires sont actuellement en cours de restauration par la SS Sicamous Restoration Society.
Mémorial_national_du_Canada_à_Vimy/Mémorial national du Canada à Vimy :
Le Mémorial national du Canada à Vimy est un site commémoratif de guerre en France dédié à la mémoire des membres du Corps expéditionnaire canadien tués pendant la Première Guerre mondiale. Il sert également de lieu de commémoration aux soldats canadiens de la Première Guerre mondiale tués ou présumés morts en France qui n'ont pas de sépulture connue. Le monument est la pièce maîtresse d'un parc de champ de bataille préservé de 100 hectares (250 acres) qui englobe une partie du terrain sur lequel le Corps canadien a lancé son assaut lors de l'offensive initiale de la bataille de la crête de Vimy de la bataille d'Arras. La bataille de la crête de Vimy était la première fois que les quatre divisions du Corps expéditionnaire canadien participaient à une bataille en tant que formation cohérente, et elle est devenue un symbole national canadien de réussite et de sacrifice. La France a cédé au Canada l'usage perpétuel d'une portion de terre sur la crête de Vimy, étant entendu que le Canada utiliserait la terre pour établir un parc de champ de bataille et un mémorial. Des tunnels, des tranchées, des cratères et des munitions non explosées datant de la guerre jonchent toujours le terrain du site, qui reste en grande partie fermé pour des raisons de sécurité publique. Outre les lignes de tranchées préservées, plusieurs autres monuments commémoratifs et cimetières sont contenus dans le parc. Le projet a pris onze ans au designer Walter Seymour Allward pour le construire. Le roi Édouard VIII l'a dévoilé le 26 juillet 1936 en présence du président français Albert Lebrun et d'une foule de plus de 50 000 personnes, dont 6 200 participants du Canada. À la suite d'une vaste restauration pluriannuelle, la reine Elizabeth II a reconsacré le monument le 9 avril 2007 lors d'une cérémonie commémorant le 90e anniversaire de la bataille. Le site est maintenu par Anciens Combattants Canada. Le Mémorial de Vimy est l'un des deux seuls lieux historiques nationaux du Canada situés à l'extérieur du pays, l'autre étant le Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel.
Classe nationale_canadienne_E-7_2-6-0/Classe nationale canadienne E-7 2-6-0 :
Les locomotives à vapeur de classe E-7 des Chemins de fer nationaux du Canada (CN) avaient une disposition de roues 2-6-0 dans la notation Whyte, ou 1′C dans la classification UIC. Ces locomotives ont été construites pour le Grand Trunk Railway (GT) de 1898 à 1908. Certaines de la classe avaient été construites comme des locomotives composées avec des chaudières de 200 psi (1 400 kPa) alimentant 22,5 pouces (570 mm) et 35 pouces (890 mm). ) par des cylindres de 26 pouces (660 mm); mais toutes sauf une avaient été reconstruites en tant que simples locomotives à expansion unique à partir de 1911. GT a commencé à ajouter des surchauffeurs à ces locomotives en 1913. Le CN a simplifié le dernier composé et a poursuivi les conversions de surchauffe, mais certaines locomotives n'ont jamais reçu de surchauffeurs. La plupart de la classe a été abandonnée dans les années 1930; mais le numéro 713 a travaillé sur la branche de la subdivision de Berlin à Lewiston, dans le Maine, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par des locomotives diesel en 1957, et a été conservé au Musée ferroviaire canadien.
Classe_nationale_canadienne_I-8_4-6-0/Classe nationale canadienne I-8 4-6-0 :
Les locomotives à vapeur de classe I-8 des Chemins de fer nationaux du Canada (CN) avaient une disposition de roues 4-6-0 dans la notation Whyte, ou " 2'C " dans la classification UIC. Ces locomotives ont été construites pour le Grand Trunk Railway (GT) de 1906 à 1908 pour le service voyageurs. La plupart ont été mis au rebut dans les années 1930, mais le numéro 1620 est resté opérationnel pendant la Seconde Guerre mondiale.
Classe nationale_canadienne_K-3_4-6-2/Classe nationale canadienne K-3 4-6-2 :
Les locomotives à vapeur de classe K-3 des Chemins de fer nationaux du Canada (CN) avaient une disposition de roues 4-6-2 dans la notation Whyte, ou " 2'C1 ' " dans la classification UIC. 70 de ces locomotives ont été construites pour le Grand Trunk Railway (GT) de 1910 à 1913. La classe est restée en service passagers jusqu'au remplacement définitif de la vapeur par des locomotives diesel. Le numéro 5588 a été conservé à Windsor, en Ontario.
Classe nationale_canadienne_N-4_2-8-0/Classe nationale canadienne N-4 2-8-0 :
Les locomotives à vapeur de classe N-4 du Canadien National avaient une disposition de roues 2-8-0 dans la notation Whyte, ou 1′D dans la classification UIC. Ces locomotives ont été construites pour le Grand Trunk Railway (GT) de 1906 jusqu'à ce que GT commence à acheter des locomotives de fret de classe M en 1913. Initialement classées D2 par le Grand Trunk, elles ont été construites comme des locomotives composées de Richmond avec des chaudières de 210 lbf/in2 (1,4 MPa). alimentant des cylindres de 22+1⁄2 pouces (572 mm) et 35 pouces (889 mm) par 32 pouces (813 mm). Le Grand Tronc a commencé à les reconstruire et à les reclasser; les composés surchauffés sont devenus la classe D3 ; ceux reconstruits avec des cylindres d'expansion simples de 23 x 32 pouces (580 mm × 810 mm) et un engrenage de soupape Stephenson sont devenus les classes D4, D5 et D6. Le D4 a disparu lors de la prise de contrôle en 1923 du Grand Trunk par les Chemins de fer nationaux du Canada ; Le CN a reclassé les autres comme N-4-a et N-4-b respectivement. Certaines locomotives ont reçu un engrenage à soupapes Walschaerts et ont été classées D7 (N-4-d et N-4-e) et D9 (N-4-c); deux ont reçu un mécanisme de soupape Young et ont été classés D11 (N-4-f). Toutes les locomotives simplifiées ont vu leur pression de chaudière réduite à 180 lbf/in2 (1,241 MPa). Le GT et le CN ont retiré certains de ces efforts de reconstruction de leur séquence numérique d'origine. Le CN a numéroté les locomotives de classe N-4-a de 2525 à 2660 et numéroté les classes de reconstruction alternatives de 2661 à 2686. Les locomotives simplifiées reconstruites sont restées en service de fret jusqu'au remplacement final de la vapeur par des locomotives diesel. Trois locomotives de la classe N-4-a ont été préservées: le numéro 2534 (ex-GT 640, MLW 40587 de 1906) a été initialement conservé à Zwick Island Park, Belleville, Ontario, mais a été transféré au Memory Junction Railway Museum à Brighton, Ontario en 1997 ; Numéro 2601 (ex-GT 746, MLW 43160 de 1907) au Musée de l'Association canadienne d'histoire ferroviaire à Delson, Québec; et le numéro 2616 (ex-GT 767, Alco-Brooks 49664 de 1911) par les Kiwanis à Haliburton, Ontario.
Classe nationale_canadienne_O-19_0-6-0/Classe nationale canadienne O-19 0-6-0 :
Les locomotives à vapeur de classe O-19 des Chemins de fer nationaux du Canada (CN) avaient une disposition de roues 0-6-0 dans la notation Whyte, ou « C » dans la classification UIC. Ces locomotives USRA 0-6-0 ont été construites pour le Grand Trunk Railway (GT) en 1919 et sont restées en service de triage jusqu'au remplacement définitif de la vapeur par des locomotives diesel. Les constructeurs ALCO numéros 60187 à 60191 ont été construits à l'usine de Cooke sous le nom de Grand Trunk Western Railroad numéros 1744 à 1748, tandis que les constructeurs numéros 61298 à 61302 ont été construits à l'usine de Schenectady, New York, numérotés de 1824 à 1828 pour une utilisation sur les lignes de la Nouvelle-Angleterre. Les locomotives ont été renumérotées de 7522 à 7531 sous le contrôle du Canadien National, mais ont conservé le lettrage Grand Trunk pour le service aux États-Unis. Le numéro 67624 des constructeurs de Montreal Locomotive Works a été livré en 1928 sous le numéro 202 pour le National Harbours Board Railway à Vancouver. Le numéro de constructeur 68225 a été livré en 1929 sous le numéro 204. Ces locomotives ont été ajoutées à la classe O-19 en 1953 lorsqu'elles ont été renumérotées CN 7542 et 7543.
Classe_nationale_canadienne_O-8_0-6-0T/Classe nationale canadienne O-8 0-6-0T :
La classe O-8 des Chemins de fer nationaux du Canada était une classe de locomotives à vapeur 0-6-0T. Quarante-quatre locomotives-citernes ont été construites par le Grand Trunk Railway (GT) dans leurs ateliers de Point St. Charles de 1884 à 1895. La plupart ont été construites avec des réservoirs de selle à sommet rond et classées F4 par GT et plus tard O-8-a par le CN, mais les huit construits en 1887 avaient des réservoirs latéraux rectangulaires et ont été désignés comme classe F3 par GT et O-8-b par le CN. Trente-neuf de la classe ont survécu pour recevoir des numéros CN, mais la plupart ont été mis au rebut ou vendus au cours de la première décennie d'exploitation du CN. Deux sont restés en service jusqu'en 1940. Le numéro CN 7105 a été vendu à Consolidated Sand and Gravel Company en 1928 et a servi de numéro 101 jusqu'à son rachat en 1952 pour le train du musée du CN. Il a été renuméroté 247 et transféré au Musée des sciences et de la technologie du Canada en 1967.
Classe_nationale_canadienne_O-9_0-6-0/Classe nationale canadienne O-9 0-6-0 :
Les locomotives à vapeur de classe O-9 des Chemins de fer nationaux du Canada (CN) avaient une disposition de roues 0-6-0 dans la notation Whyte, ou « C » dans la classification UIC. Ces locomotives ont été construites pour le Grand Trunk Railway (GT) et le Detroit and Toledo Shore Line Railroad (D&TSL) de 1903 à 1913. Beaucoup ont été mises au rebut dans les années 1930, bien que certaines aient survécu jusque dans les années 1950 avec une renumérotation séquentielle dans la série CN 7200 en 1952 et Série 7300 en 1956. Le seul survivant de cette classe est le numéro 7312, qui appartient à la voie ferrée de Strasbourg depuis 1960.
Classe nationale_canadienne_S_2-8-2/Classe nationale canadienne S 2-8-2 :
Les locomotives de classe S des Chemins de fer nationaux du Canada (CN) étaient une classe de disposition de roues 2-8-2 dans la notation Whyte, ou 1′D1′ dans la classification UIC. Ces locomotives ont été conçues pour une courbure de fonctionnement de 16°. Les premiers exemples de cette classe très réussie ont été construits pour le Grand Trunk Railway en 1913. Les principaux achats de la classe se sont poursuivis jusqu'en 1924. Les sous-classes S-3 et S-4 utilisaient des chaudières à pression plus élevée avec des cylindres de plus petit diamètre pour obtenir un effort de traction similaire. avec une plus grande efficacité. La classe est restée en service de fret jusqu'au remplacement définitif de la vapeur par des locomotives diesel-électriques. 53 ont été renumérotés entre 4045 et 4097 en 1956.
Parti_nationaliste canadien/Parti nationaliste canadien :
Le Parti nationaliste canadien ( français : Parti nationaliste canadien ) était un parti politique nationaliste d' extrême droite et blanc au Canada . Il a été enregistré auprès d'Élections Canada de 2019 à 2022.
Ressources naturelles_canadiennes/Ressources naturelles canadiennes :
Canadian Natural Resources Limited, ou CNRL ou Canadian Natural est une société pétrolière et gazière canadienne de premier plan qui opère principalement dans les provinces de l'Ouest canadien de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, avec des opérations offshore dans le secteur britannique de la mer du Nord. , et au large de la Côte d'Ivoire et du Gabon. La société, dont le siège social est à Calgary, en Alberta, possède la plus grande base non développée du bassin sédimentaire de l'Ouest canadien. Il s'agit du plus grand producteur indépendant de gaz naturel de l'Ouest canadien et du plus grand producteur de pétrole brut lourd au Canada. Dans le classement Forbes Global 2000 2020, Canadian Natural Resources a été classée 306e plus grande entreprise publique au monde.
Société canadienne de recherche_nautique/Société canadienne de recherche nautique :
La Société canadienne de recherche nautique (CNRS; français : Société canadienne pour la recherche nautique, SCRN) a été créée à l'origine sous le nom de Société canadienne pour la promotion de la recherche nautique, puis constituée le 25 octobre 1984 sous son nom actuel et a obtenu le statut d'organisme de bienfaisance enregistré. peu de temps après. Les objectifs de la Société sont les suivants : promouvoir la recherche nautique au Canada diffuser les résultats de ces recherches et encourager une prise de conscience du patrimoine maritime du Canada À ces fins, la Société publie en association avec la North American Society for Oceanic History une revue trimestrielle The Northern Mariner/Le marin du nord et un bulletin trimestriel Argonauta; tient une conférence annuelle; et décerne plusieurs prix : le prix Jacques Cartier MA en affaires maritimes, pour encourager les étudiants des cycles supérieurs au niveau de la maîtrise, le prix Gerry Panting, qui est une bourse permettant à un jeune chercheur d'assister à la conférence annuelle pour présenter une communication, et les prix Keith Matthews , nommé en l'honneur du premier président de la Société, pour reconnaître les publications exceptionnelles dans le domaine de la recherche nautique. La Société est également la sous-commission nationale canadienne de la Commission internationale d'histoire maritime.
Loi sur les eaux navigables canadiennes/Loi sur les eaux navigables canadiennes :
La Loi sur les eaux navigables canadiennes (la Loi) (anciennement la Loi sur la protection de la navigation et auparavant la Loi sur la protection des eaux navigables) est l'une des plus anciennes lois réglementaires adoptées par le Parlement du Canada. Elle requiert une approbation pour tout ouvrage susceptible d'affecter la navigation sur les eaux navigables au Canada.
Réserve de la Marine canadienne/Réserve de la Marine canadienne :
La Réserve de la Marine canadienne peut faire référence à : Réserve des volontaires de la Marine royale du Canada (RNCVR; 1914-1923) Réserve des volontaires de la Marine royale du Canada (RCNVR; 1923-1945) Réserve navale du Canada (1945-1968), voir Réserve navale des Forces canadiennes Réserve navale des Forces canadiennes ( 1968-2012) Réserve primaire de la Marine royale canadienne (à partir de 2012), voir Réserve navale des Forces canadiennes
Parti_nazi canadien/Parti nazi canadien :
Le Parti national-socialiste canadien, communément appelé Parti nazi canadien, a existé de 1965 à 1978. Il était dirigé par William John Beattie et était basé à Toronto. Il a succédé à un groupe distinct de courte durée, également connu sous le nom de Parti nazi canadien, dirigé par André Bellefeuille et basé au Québec. Il était affilié à l'Union mondiale des nationaux-socialistes. Selon John Garrity, un espion qui a infiltré le parti, son recrutement a été soutenu par le chef du parti nazi américain, George Lincoln Rockwell. Il a déclaré que Rockwell avait envoyé au parti nazi canadien une liste de près de trois cents résidents de l'Ontario qui avaient contacté le parti nazi américain. Les rassemblements du parti à Toronto ont été décrits comme "infâmes". Un tel rassemblement en 1966 a attiré une contre-manifestation d'environ 1 500 personnes.
Réseau néonatal_canadien/Réseau néonatal canadien :
Le Réseau néonatal canadien (CNN) est une organisation composée de néonatologistes et de professionnels de la santé néonatale de partout au Canada. Le réseau a été créé en 1995 par le Dr Shoo Kim Lee, et actuellement son comité directeur est composé des Drs. Keith Barrington, Aaron Chiu, Kim Dow, Jonathan Hellmann, Bruno Piedboeuf, Molly Seshia, Prakesh Shah (qui est également directeur associé du réseau) et Wendy Yee. Sandy Maksimowska occupe actuellement le poste de coordonnatrice du projet CNN.
Canadian Network_for_International_Surgery/Réseau canadien pour la chirurgie internationale :
Le Réseau canadien pour la chirurgie internationale (CNIS) est un organisme à but non lucratif qui promeut la prestation de soins chirurgicaux essentiels aux personnes défavorisées dans les pays à faible revenu. Son objectif est également de réduire les décès et les incapacités causés par toute perturbation du fonctionnement normal de l'esprit ou du corps qui nécessiterait une intervention chirurgicale. Le Cnis met l'accent sur l'enseignement des techniques et des métiers chirurgicaux. Il œuvre également dans le domaine du développement et de la recherche en chirurgie. Le CNIS a été constitué en société fédérale en août 1995 et est géré par un conseil d'administration de huit à neuf membres avec des représentants de partout au Canada. Il a une adhésion nationale de médecins, chirurgiens et autres. Le bureau du CNIS est situé à Vancouver, en Colombie-Britannique, avec des bureaux satellites en Afrique.
Réseau_canadien_des_gestionnaires_d'actifs/Réseau canadien des gestionnaires d'actifs :
Le Réseau canadien des gestionnaires d'actifs (CNAM) est l'association de la gestion des actifs d'infrastructures publiques au Canada. Le CNAM est une organisation à but non lucratif composée de membres du gouvernement et du secteur privé. L'organisation s'est engagée à élaborer des politiques, des outils et des technologies qui améliorent les infrastructures publiques au Canada. L'organisme a d'abord été fondé par sept municipalités canadiennes. Plus tard, il a grandi et formé des partenariats au Canada et à l'étranger. Parmi les principales tâches du CNAM figurent la formation des municipalités à la gestion des actifs et l'engagement des jeunes générations dans la gestion des actifs municipaux.
Centre canadien de faisceaux de neutrons/Centre canadien de faisceaux de neutrons :
Le Centre canadien de faisceaux de neutrons du CNRC (CNRC) était l'installation nationale des utilisateurs du Canada qui permettait aux chercheurs d'utiliser les faisceaux de neutrons comme outils de recherche sur les matériaux de classe mondiale. Le CNBC était situé aux Laboratoires de Chalk River, où Énergie atomique du Canada limitée (EACL) possédait et exploitait le réacteur national de recherche universel (NRU) qui fournissait les neutrons au CNBC. CNBC était un leader mondial dans le développement de matériaux et de produits pour les entreprises. Comme la plupart des autres laboratoires de faisceaux de neutrons, le CNBC exploitait des lignes de lumière en tant que service aux chercheurs externes. Au cours d'une année typique, environ 250 personnes ont participé à des recherches reposant sur l'accès à la suite de 6 lignes de lumière du CNBC. Le CNBC a cessé de fournir des neutrons le 31 mars 2018, lorsque le réacteur NRU a fermé définitivement.
Canadiens néo-zélandais/Canadiens néo-zélandais :
Les Néo-Zélandais canadiens sont des citoyens néo-zélandais d'origine canadienne, y compris des immigrants ou des citoyens et résidents nés au Canada. Les Néo-Zélandais canadiens constituent une petite minorité de la population néo-zélandaise. Au 19e siècle, de nombreux Canadiens de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard se sont installés en Nouvelle-Zélande. Le plus grand établissement de groupe était à Waipu, où le révérend d'origine écossaise Norman McLeod a installé sa congrégation d'émigrants écossais et néo-écossais dans les années 1850. Parmi les autres colonies canadiennes, mentionnons Helensville, fondée par John McLeod et nommée en l'honneur de sa femme. Et Brunswick, fondé par Tamberlane Campbell et nommé d'après sa province natale du Nouveau-Brunswick.
Canadian Newcomer_Magazine/magazine canadien des nouveaux arrivants :
Canadian Newcomer Magazine (édition française : Nouvel Arrivant au Canada) est une publication d'entreprise sociale lancée par Dale Sproule en 2004 spécifiquement pour fournir aux nouveaux immigrants les informations dont ils ont besoin pour s'établir et s'intégrer au Canada. Le magazine et son site Web sont publiés en anglais et en français et distribués dans les grands et les petits centres de l'Ontario, avec l'aide financière de Citoyenneté et Immigration Canada.
Canadian News_Hall_of_Fame/Temple de la renommée des nouvelles canadiennes :
Fondé par le Toronto Press Club (maintenant connu sous le nom de Toronto Press and Media Club) en 1965, le Canadian News Hall of Fame rend hommage à plus de 100 hommes et femmes qui ont apporté une contribution importante au journalisme au Canada. Les nominations pour l'intronisation au Hall of Fame peuvent être soumises à tout moment au Press and Media Club. La liste des candidatures est distribuée à un groupe de sélectionneurs à travers le Canada, qui votent ensuite sur les candidats et font leurs recommandations au président du comité. Les sélectionneurs sont tirés des rangs de journalistes canadiens expérimentés qui sont bien qualifiés pour juger leurs pairs. La plupart sont membres du Hall of Fame. L'intronisation des nouveaux membres a lieu chaque année lors d'un banquet au centre-ville de Toronto, où les lauréats reçoivent une plaque personnelle gravée. Leurs noms sont également ajoutés individuellement aux plaques du Hall of Fame. Le Temple de la renommée est exploité sous les auspices du Toronto Press Club et était auparavant hébergé au sein du Ontario Club au 30 Wellington St. W. à Toronto. Une personne importante qui a choisi les lauréats était Gordon Donaldson (avant sa mort en 2001), et ses choix ont attiré l'attention des médias.
Journaliste canadien de l'année / Journaliste canadien de l'année :
Le Journaliste canadien de l'année est un titre décerné par La Presse canadienne (CP) chaque année depuis 1946, basé sur un sondage auprès des rédacteurs en chef et des diffuseurs à travers le pays sur lequel le Canadien a eu le plus d'influence sur les nouvelles au cours d'une année donnée.
Journaliste canadien_de_l'année_(Heure) / Journaliste canadien de l'année (Heure) :
Le Journaliste canadien de l'année était une désignation décernée par l'édition canadienne du magazine Time. Il était accompagné d'un article écrit reflétant l'opinion du personnel du magazine sur le ou les Canadiens qui ont eu le plus d'impact sur l'actualité, que ce soit positivement ou négativement. L'honneur a également été connu sous le titre Canada's Newsmaker , ou sous des titres tels que «Headliners» et simplement «Newsmakers» qui étaient partagés avec des non-Canadiens. Cependant, l'expression exacte « Journaliste canadien de l'année » a été utilisée par Time. Cette sélection ne doit pas être confondue avec la sélection distincte de la Presse canadienne d'un journaliste canadien de l'année ou avec la personnalité globale de l'année de Time . La pratique de Time consistant à sélectionner un journaliste canadien de l'année a commencé en 1995. Le chroniqueur Robert Fulford a émis l'hypothèse que le but était d'essayer de «faire des gestes poliment aux lecteurs canadiens». Dans les premières années, la sélection a reçu un court article dans une liste d'autres journalistes internationaux. Ainsi, le journaliste de 1995 a été retrouvé sous le titre "Headliners : Canada" et, les années suivantes, des expressions telles que "Others Who Shaped 1997", "Others Who Shaped 1999" et "Newsmakers 2000" ont été utilisées. Depuis 2001, la sélection est accompagnée d'un article plus complet et des entretiens avec les sujets sont également apparus (par exemple, en 2001 et 2002, mais pas en 2003). Pourtant, la presse a noté que même avec l'édition canadienne de Time, c'était la personne de l'année plutôt que le journaliste canadien qui figurait sur la couverture du numéro. Il n'a pas été décerné depuis l'arrêt de l'édition canadienne de Time en 2008. Les sélections ont été au centre d'autres cas d'attention et de débats médiatiques. Par exemple, la Gazette de Montréal a dit du projet en général qu'il était initialement "ennuyeux" en favorisant les hommes apparemment conventionnels, mais que 2003 a fourni une sélection rafraîchissante de deux hommes homosexuels et des commentaires sur le libéralisme au Canada. La Gazette a pris cela comme la reconnaissance d'un magazine américain que les Canadiens sont distincts des Américains. Tous les récipiendaires étaient des personnes, sauf en 2007, lorsque le dollar canadien a été nommé l'auteur de l'actualité canadienne de l'année. Il n'y a jamais eu une femme choisie comme journaliste canadien de l'année.
Association canadienne des journaux/Association canadienne des journaux :
L'Association canadienne des journaux (ANC) était une association commerciale nationale pour les éditeurs de journaux au Canada de 1996 à 2016. Elle représentait les éditeurs de plus de 100 quotidiens canadiens publiés en anglais et en français. L'ANC a administré les prix commémoratifs Edward Goff Penny pour les jeunes journalistes canadiens, créés pour la première fois en 1991. L'Association canadienne des journaux et l'Association des journaux communautaires du Canada ont voté en 2016 pour fusionner pour former Médias d'information Canada.
Canadian Niagara_Power/Canadian Niagara Power :
Canadian Niagara Power Inc. est un service public de transport et de distribution d'électricité qui dessert Fort Erie et Port Colborne, en Ontario. Fondée en 1892 sous le nom de Canadian Niagara Power Company, elle a exploité la centrale électrique de Rankine de 1905 à 2006. Fondée à Niagara Falls, en Ontario, par l'Américain William Birch Rankine, la société a été acquise par Niagara Mohawk Power Corporation en 1950 et détenue par Fortis Inc. depuis 2002. Avec la fermeture de Rankine GS en 2009, l'entreprise se concentre désormais sur le réseau de distribution et de transport d'électricité.
Nord canadien/Nord canadien :
Bradley Air Services Limited, opérant sous le nom de Canadian North, est une compagnie aérienne entièrement détenue par des Inuits dont le siège social est situé à Kanata, en Ontario, au Canada. Elle exploite des services passagers réguliers vers les collectivités des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et de la région du Nunavik au Québec, ainsi que vers des destinations du sud comme Edmonton, Montréal et Ottawa. Le slogan de l'entreprise est Fly the Arctic.
Corridor_nord_canadien/Corridor_nord_canadien :
Le corridor du Nord canadien est un concept de corridor de transport multimodal (route, chemin de fer, pipeline, transmission et communication électriques) traversant le Nord et le Moyen-Nord du Canada. Le concept est étudié conjointement par des universitaires de l'École de politique publique de l'Université de Calgary et du CIRANO. Le 21 juin 2017, le Comité sénatorial permanent des banques et du commerce a publié un rapport intitulé NATIONAL CORRIDOR AMÉLIORANT ET FACILITANT LE COMMERCE ET LE COMMERCE INTÉRIEUR qui était une approbation majeure du concept de NC. Dans un communiqué de presse publié simultanément, le Comité a qualifié le concept NC de projet visionnaire qui pourrait libérer un potentiel économique extraordinaire.
Agence_canadienne_de_développement_économique_du_Nord/Agence canadienne de développement économique du Nord :
L'Agence canadienne de développement économique du Nord ( CanNor ; français : l'Agence canadienne de développement économique du Nord ) est une initiative politique annoncée par le premier ministre Stephen Harper du Parti conservateur fédéral en août 2009. Le but de l'agence est de promouvoir le développement économique et la prospérité tout en protégeant la souveraineté nationale dans le Nord canadien. CanNor est situé à Iqaluit, au Nunavut. En centralisant ce programme économique dans la région du Nord du Canada, le gouvernement fédéral croit qu'il contribuera à une participation accrue des collectivités locales et du gouvernement à la politique fédérale. À partir de là, CanNor est également responsable du Bureau de gestion des projets nordiques (BGPN), qui sert de commission d'examen des développements économiques dans le Nord canadien. Depuis le 2 juillet 2014, la présidente actuelle de CanNor est Paula Isaak. Le gouvernement du Canada est responsable de CanNor, et Dan Vandal, ministre responsable de l'Agence canadienne de développement économique du Nord, supervise les développements au sein de l'agence. Dans divers programmes, CanNor favorise la croissance de l'économie, de l'éducation, du développement des infrastructures et de la culture au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. CanNor a été créé à partir de l'initiative politique « Stratégie pour le Nord », élaborée pour exercer la souveraineté, promouvoir le développement social et économique, protéger le patrimoine entourant les peuples autochtones de la région de l'Arctique et affirmer une gouvernance continue. L'Agence canadienne de développement économique du Nord est née de la pression au gouvernement canadien de protéger la souveraineté du Nord canadien peu peuplé, ainsi que d'utiliser les effets du changement climatique pour extraire des ressources auparavant inaccessibles. De plus, il a été constaté qu'à partir de 2007, le passage du Nord-Ouest était à certaines périodes de l'année complètement libre de glace, ce qui a conduit à la possibilité que cette région arctique devienne une voie de navigation. D'après les relevés, il existe des gisements de gaz et de pétrole dans l'Arctique, dont l'extraction est possible en raison des températures plus douces et de la diminution du pergélisol dans les Territoires. En créant des incitations économiques dans l'Arctique, cela conduira à une plus grande force dans la revendication de la souveraineté canadienne. Il y a une demande croissante pour les ressources disponibles dans l'Arctique canadien, d'où la nécessité d'une présence continue du gouvernement canadien pour affirmer son contrôle sur cette masse terrestre relativement inhabitée. L'un des principaux objectifs de CanNor est d'accroître la disponibilité d'emplois pour les Canadiens autochtones. On sait que la capacité de vivre de la terre dans la région du nord du Canada devient de plus en plus difficile en raison de l'effet du changement climatique. Bien que la prospérité économique puisse mener à un meilleur niveau de vie dans les régions isolées, elle est susceptible de créer des conditions qui rendront difficile pour les Inuits de poursuivre un mode de vie autonome.
Canadian Northern_Ontario_Railway_Federal_Bridge/Pont fédéral du Chemin de fer Canadien du Nord de l'Ontario :
Le pont ferroviaire canadien du nord de l'Ontario est un pont ferroviaire à poutres en plaques sur la rivière Rideau, de la région de Merivale au quartier de Mooney's Bay à Ottawa, Ontario, Canada. Il appartient aujourd'hui au successeur du CNoR, le Canadien National, et, entre autres services, transporte les trains de voyageurs Via Rail Toronto - Ottawa Corridor. La désignation officielle du pont est Mile 5.8, subdivision Beachburg.
Canadian Northern_Pacific_Railway/Chemin de fer Canadien du Pacifique Nord :
Le Chemin de fer Canadien Nord Pacifique (CNoPR) était un chemin de fer canadien historique avec une ligne principale reliant la frontière entre l'Alberta et la Colombie-Britannique et Vancouver, en Colombie-Britannique. C'était une filiale en propriété exclusive du Chemin de fer Canadien du Nord (CNoR). Ce chemin de fer existait principalement sur papier, et il n'y avait ni wagons ni locomotives portant l'inscription « Canadian Northern Pacific ». Pour le public et la plupart des travailleurs, ce n'était qu'une partie du CNoR.
Chemin de fer Canadien du Nord/Chemin de fer Canadien du Nord :
Le Chemin de fer Canadien du Nord (CNoR) était un chemin de fer transcontinental canadien historique. Lors de sa fusion en 1923 avec les Chemins de fer nationaux du Canada (marque de rapport CN), le CNoR possédait une ligne principale entre Québec et Vancouver via Ottawa, Winnipeg et Edmonton.
Canadian Northern_Railway_Bridge_(Prince_Albert,_Saskatchewan)/Pont ferroviaire Canadien du Nord (Prince Albert, Saskatchewan) :
Le pont ferroviaire du Canadien Nord est un pont ferroviaire canadien qui enjambe la rivière Saskatchewan Nord à Prince Albert, en Saskatchewan.
Nord-Ouest canadien_Atlantique/Atlantique Nord-Ouest canadien :
Le Commandement canadien de l'Atlantique Nord-Ouest était la zone d'opérations pendant la bataille de l'Atlantique qui s'étendait du nord de New York à 47 degrés ouest. Il a été mis en place lors de l' Atlantic Convoy Conference , tenue à Washington, DC du 1er au 12 mars 1943, et placé sous le commandement du contre-amiral Leonard W. Murray le 30 avril 1943 avec son quartier général à Halifax, en Nouvelle-Écosse . Il était remarquable d'être le seul théâtre d'opérations allié commandé par un Canadien pendant la guerre. La contribution américaine aux convois de l'Atlantique a été organisée initialement par la Force de soutien, Flotte de l'Atlantique, initialement la Force opérationnelle 6 commandée pour la première fois par le contre-amiral Arthur L. Bristol a réussi par le vice-amiral Rolland M. Brainard, puis la Task Force 24 sous l'amiral Jesse B. Oldendorf.
Notes canadiennes_%26_Requêtes/Notes et requêtes canadiennes :
Canadian Notes & Queries est un magazine littéraire publié au Canada sur une base trimestrielle.
Association nucléaire_canadienne/Association nucléaire canadienne :
L'Association nucléaire canadienne (ANC), fondée en 1960, est l'association professionnelle de l'industrie nucléaire au Canada. L'ANC entreprend plusieurs tâches de plaidoyer liées à la technologie nucléaire au Canada, telles que la participation aux affaires réglementaires et environnementales pertinentes, les relations publiques, gouvernementales et médiatiques, l'éducation, et fournit également plusieurs fonctions commerciales telles que des conférences et des ateliers.
Installations_de_recherche_des_Laboratoires_nucleaires_canadiens/Installations de recherche des Laboratoires Nucléaires Canadiens :
Les installations de recherche des Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC) sont situées à Chalk River, Ontario, Canada, à environ 180 km au nord-ouest d'Ottawa. Il y a trois nouveaux ajouts au site. L'entrepôt logistique (5016 m² / 54000 pieds carrés) contient un grand espace de réception, des bureaux et un stockage. L'installation de support et de maintenance (4800 m² / 51670 pieds carrés) abrite des équipements, des bureaux et des espaces ouverts flexibles. Le Centre de collaboration scientifique (8198 m² / 88240 pieds carrés) comprend des studios, des laboratoires et des espaces administratifs. Le CNL est un institut de recherche et de technologie nucléaire. Leurs installations vieillissantes nécessitaient une refonte pour continuer à innover. Le campus contient plus de 300 bâtiments sur un terrain de 3700 hectares le long de la rivière des Outaouais. Le cabinet de design HDR en était l'architecte.
Commission_canadienne_de_sûreté_nucléaire/Commission_canadienne_de_sûreté_nucléaire :
La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) est l'organisme fédéral de réglementation de l'énergie et des matières nucléaires au Canada. En plus des centrales nucléaires et des installations de recherche nucléaire, la CCSN réglemente de nombreuses autres utilisations des matières nucléaires telles que les radionucléides utilisés dans le traitement du cancer, l'exploitation des mines et des raffineries d'uranium et l'utilisation de sources radioactives pour l'exploration pétrolière, et en instruments tels que les appareils de mesure des précipitations. La CCSN est un organisme du gouvernement du Canada qui relève du Parlement du Canada par l'intermédiaire du ministre des Ressources naturelles.
Société_nucléaire_canadienne/Société nucléaire canadienne :
La Société nucléaire canadienne (SNC) est un organisme sans but lucratif qui représente des personnes qui contribuent ou soutiennent autrement les sciences et le génie nucléaires au Canada. Depuis 2017, le groupe investit dans le développement de la technologie des petits réacteurs modulaires. Le CNS est membre de l'International Nuclear Societies Council (INSC).
Consortium_d'administration_de_numérotation_canadien/Consortium d'administration_de_numérotation canadien :
Le Consortium canadien d'administration de la numérotation est la société responsable de l'administration des ressources de numérotation des télécommunications du Canada. Le CNA est réglementé par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Le CNAC sélectionne et finance un administrateur neutre connu sous le nom d'administrateur canadien de la numérotation qui exécute les tâches administratives réelles. Le CNAC est également responsable du paiement de la partie canadienne des coûts de l'administration du plan de numérotation nord-américain (NANPA), qui sont financés par les fournisseurs de services de télécommunication (FST) canadiens.
Association des infirmières et infirmiers du Canada/Association des infirmières et infirmiers du Canada :
L'Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), connue en français sous le nom d'Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), est l'association professionnelle nationale représentant les infirmières autorisées, les infirmières praticiennes, les infirmières auxiliaires autorisées et autorisées, les infirmières psychiatriques autorisées et les infirmières retraitées de tous les 13 provinces et territoires au Canada. L'AIIC fait progresser la pratique et la profession des soins infirmiers afin d'améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé sans but lucratif financé par l'État du Canada. L'AIIC représente les soins infirmiers canadiens auprès d'autres organisations et de gouvernements à l'échelle nationale et internationale. Il donne aux infirmières une association nationale solide grâce à laquelle elles peuvent se soutenir mutuellement et parler d'une voix puissante et unifiée. Il fournit aux infirmières un noyau de consultants en soins infirmiers et en politiques de santé et d'experts dans d'autres domaines tels que les communications et la certification spécialisée. Le rôle actif de l'AIIC dans la politique législative influence les décisions en matière de soins de santé qui touchent les infirmières professionnelles au quotidien. Elle a publié un grand nombre de documents, dont le Code de déontologie des infirmières autorisées.
Observatoire_canadien_sur_l'itinérance/Observatoire canadien sur l'itinérance :
L'Observatoire canadien sur l'itinérance (OCH) - anciennement appelé le Réseau canadien de recherche sur l'itinérance (CHRN) - est un institut de recherche canadien à but non lucratif et non partisan qui travaille avec des chercheurs, des fournisseurs de services, des décideurs, des étudiants et des personnes qui ont vécu l'itinérance .
Syndicat canadien des employés_et_professionnels_de_bureau/Syndicat canadien des employés_et_employés_professionnels :
Le Syndicat canadien des employées et employés professionnels et de bureau (COPE) est un syndicat canadien représentant environ 35 000 cols blancs, dans les secteurs privé et public, dans 44 sections locales à travers le Canada. Composé d'anciennes sections locales du Syndicat international des employés de bureau et professionnels (OPEIU) basé aux États-Unis, en 2004, 73 pour cent des membres canadiens ont voté en faveur de la formation de leur propre syndicat canadien autonome. En juin de la même année, les délégués canadiens se sont retirés des travaux du congrès international du SIEPB et ont formé leur propre syndicat national – le Syndicat canadien des employées et employés professionnels et de bureau (COPE) et, au Québec, le Syndicat canadien des employées et employés professionnels et de bureau ( SEPB).
Officiers canadiens%27_Training_Corps/Corps d'entraînement des officiers canadiens :
Le Canadian Officers' Training Corps (COTC) était, de 1912 à 1968, le programme universitaire de formation des officiers du Canada, inspiré du University Officers' Training Corps (UOTC) du Royaume-Uni. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Armée canadienne a été en mesure de produire des officiers de grande qualité grâce aux normes élevées du COTC. Le programme existait également dans les universités francophones, certains collèges techniques et classiques, et était connu sous le nom de «Corps-écoles des officiers canadiens» (CÉOC). Au début de la Seconde Guerre mondiale, le COTC/CÉOC devient obligatoire pour les étudiants, sauf pour ceux qui occupent des postes importants dans l'effort de guerre et ceux qui sont excusés pour des raisons de santé. Peu de temps après la fin des hostilités, le programme est revenu à sa base de volontariat en temps de paix. En 1968, il a été aboli, principalement pour des raisons budgétaires mais aussi en raison du faible intérêt des étudiants à l'époque, et a été remplacé par un programme alternatif géré par des unités de milice locales. Un documentaire de 2010 a présenté l'histoire et les avantages du COTC, lors d'une campagne visant à le ramener, ou un programme similaire, sur les campus canadiens.
Compagnies pétrolières canadiennes/Compagnies pétrolières canadiennes :
Canadian Oil Companies, Limited était une société pétrolière et gazière intégrée canadienne basée à Toronto, en Ontario. L'entreprise a fonctionné entre 1908 et 1962 et était surtout connue pour la marque d'essence White Rose qu'elle vendait partout au Canada. Au moment de sa vente à Shell Canada en 1962, les Compagnies pétrolières canadiennes étaient la dernière grande compagnie pétrolière nationale du pays.
Sables bitumineux canadiens/Sables bitumineux canadiens :
Canadian Oil Sands Limited était une société canadienne qui tirait des revenus de son investissement dans les sables bitumineux dans la coentreprise Syncrude. Syncrude exploitait une installation de sables bitumineux et produisait du pétrole brut grâce à l'extraction de sables bitumineux à partir de gisements de minerai dans la région d'Athabasca, dans le nord de l'Alberta, au Canada. En 2016, Suncor Energy a acheté la totalité des actions de Canadian Oil Sands Limited.
Canadian Olympic-training_Regatta,_Kingston/Canadian Olympic-training Regatta, Kingston :
La régate d'entraînement olympique canadienne, Kingston (CORK) est une régate annuelle de voile multi-classes qui se tient au large de Kingston, Ontario, Canada.
Comité olympique_canadien/Comité olympique canadien :
Le Comité olympique canadien (COC) est un organisme privé à but non lucratif qui représente le Canada au Comité international olympique (CIO). Il est également membre de l'Organisation sportive panaméricaine (PASO). En tant qu'épine dorsale du mouvement olympique canadien, le COC travaille avec les fédérations sportives nationales pour préparer Équipe Canada pour les Jeux olympiques, les Jeux olympiques de la jeunesse et les Jeux panaméricains. Le COC gère également une variété de programmes culturels et éducatifs faisant la promotion des valeurs olympiques au Canada et sélectionne et soutient les villes canadiennes dans leurs candidatures pour accueillir les Jeux olympiques et les Jeux panaméricains. Le COC a des bureaux à Toronto et à Montréal. Il est également un partenaire fondateur du réseau des Instituts canadiens du sport olympique et paralympique (COPSI), qui comprend des instituts et des centres de sport événementiel à travers le Canada. L'objectif est de renforcer et d'harmoniser le système canadien de sport de haut niveau.
Essais_de_curling_olympiques_canadiens/Essais de curling_olympiques canadiens :
Les Essais olympiques canadiens de curling, commercialisés de 2009 à 2017 sous le nom de Roar of the Rings, sont un tournoi quadriennal organisé par Curling Canada qui détermine les représentants masculins et féminins canadiens pour le curling aux Jeux olympiques d'hiver. Le système de qualification pour les essais de curling varie pour chaque événement et peut être assez compliqué. L'une des principales raisons d'un événement de qualification olympique en dehors des championnats nationaux (le Brier et les Scotties) est que les règles de résidence provinciales ne s'appliquent pas à l'équipe olympique. Le curling a été ajouté au programme olympique en 1998 et des essais olympiques canadiens ont eu lieu l'année précédente depuis 1997. Des essais olympiques ont également eu lieu en 1987 pour l'épreuve de démonstration de curling aux Jeux olympiques d'hiver de 1988. Les essais de 1987 étaient connus sous le nom d'essais nationaux de curling Labatt et ont eu lieu du 19 au 25 avril 1987 à Calgary, le même site des Jeux olympiques d'hiver de 1988. Linda Moore sauterait l'équipe féminine gagnante et Ed Lukowich sauterait le vainqueur masculin. Il n'y a pas eu d'essais pour l'événement de démonstration de curling des Jeux olympiques d'hiver de 1992. Le vainqueur du Tournoi des cœurs Scott 1991 (Julie Sutton) et du Brier Labatt 1991 (Kevin Martin) ont représenté le Canada à l'événement.
Temple_de_la_renommée_olympique_canadien/Temple de la renommée olympique canadien :
Le Temple de la renommée olympique du Canada est un tableau d'honneur des meilleurs athlètes, équipes, entraîneurs et bâtisseurs olympiques canadiens (officiels, administrateurs et bénévoles). Il a été créé en 1949. Les sélections sont faites par un comité nommé par le Comité olympique canadien. Les intronisés doivent avoir détenu la citoyenneté canadienne ou la résidence canadienne au cours de leur carrière.
Timbres olympiques canadiens/Timbres olympiques canadiens :
Les premiers timbres émis par Postes Canada pour commémorer un événement olympique commémoraient les Jeux olympiques d'été de 1976. Cet événement a eu lieu à Montréal. La date d'émission de ces souvenirs patriotiques est datée du 20 septembre 1973 et le prix d'émission était de 8 cents. Il convient de noter que la date d'émission coïncide avec le jour d'ouverture de la réunion de la British North America Philatelic Society à Calgary. Ceci est important car la conception et le but de ce timbre sont orientés vers les intérêts des philatélistes et de tous les citoyens canadiens. De plus, il s'agit de l'une des premières collections publiées, mais pas la dernière à commémorer les Jeux olympiques de Montréal. Le design personnalisé comprend cinq anneaux entrelacés, surmontés d'une couronne. Il comporte également un "m" symbolique. La réaction sous-jacente et conséquente de la fondation a été de provoquer l'esprit olympique de fraternité universelle omniprésent. Alors que le "m" signifiait les trois gagnants à plusieurs niveaux. Le podium symbolise la gloire que le vainqueur expulsera, l'esprit chevaleresque d'une victoire bien méritée et disputée. Dans une autre interprétation, au centre du logo se trouve un visuel discernable de la piste du stade olympique. C'est là que le spectateur et les joueurs de l'équipe sont unis. Unifié non seulement dans l'esprit du jeu, mais dans un spectateur visuel de première ligne.
Olympiques canadiens/Olympiques canadiens :
Les Jeux olympiques canadiens peuvent signifier : Comité olympique canadien Jeux olympiques d'été de 1976 à Montréal, Québec Jeux olympiques d'hiver de 1988 à Calgary, Alberta Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver, C.-B. Candidature pour les Jeux olympiques de Montréal Candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de 1944 Montréal Candidature pour les Jeux olympiques d'été de 1944 Montréal Candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de Montréal 1956 Candidature pour les Jeux olympiques d'été de Calgary 1964 Candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de Calgary 1968 Candidature de Calgary pour les Jeux olympiques d'hiver de 2026 Candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de 1976 Toronto Candidature pour les Jeux olympiques d'été de 1996 Québec Candidature pour les Jeux olympiques d'hiver de 2002 Toronto Candidature pour les Jeux olympiques d'été de 2008
Open canadien/Open canadien :
L'Omnium du Canada ou l'Omnium canadien peut faire référence à : l'Omnium canadien (golf), l'Omnium canadien de golf l'Omnium canadien féminin, un tournoi de golf professionnel féminin géré par l'Association royale de golf du Canada l'Omnium canadien (tennis), l'Omnium canadien de tennis l'Omnium canadien ( curling), l'Omnium canadien de curling l'Omnium canadien (badminton), l'Omnium canadien de badminton l'Omnium canadien (fléchettes), un tournoi de fléchettes qui a lieu chaque année depuis 1985 Championnat canadien ouvert d'échecs, l'Omnium canadien d'échecs Canadian Open Mathematics Challenge, l'Open canadien de maths l'Open canadien de Joslin, l'Open canadien de grappling NWA Canadian Open Tag Team Championship, l'Open canadien de pro-wrestling sur la tournée NWA Canadian Open Snooker Championship, le tournoi de snooker canadien amateur Canadian Open (snooker), le Canadian Open Open de billard
Open canadien_(fléchettes)/Open canadien (fléchettes) :
L'Omnium canadien est un tournoi de fléchettes qui a lieu chaque année depuis 1985.
Open canadien_(golf)/Open canadien (golf) :
L'Omnium canadien (en français : L'Omnium Canadien) est un tournoi de golf professionnel au Canada. Il est co-organisé par Golf Canada (anciennement connu sous le nom de l'Association Royale de Golf du Canada) et le PGA Tour. Il a été joué pour la première fois il y a 118 ans en 1904 et a eu lieu chaque année depuis lors, sauf pendant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et la pandémie de COVID-19. Il s'agit du troisième tournoi le plus ancien du circuit, après l'Open Championship et l'US Open. C'est le seul championnat national qui est un événement géré par le PGA Tour.
Open canadien_(tennis)/Open canadien (tennis) :
L' Open canadien ( français : Tournoi de tennis du Canada ), également connu sous le nom de Canada Masters , et actuellement sous la marque Open Banque Nationale présenté par Rogers pour des raisons de parrainage, est un tournoi de tennis annuel organisé en Ontario et au Québec . Le deuxième tournoi le plus ancien de tout le tennis (derrière seulement Wimbledon), la compétition masculine est un événement Masters 1000 sur le circuit ATP et la compétition féminine est un tournoi WTA 1000 sur le circuit WTA. La compétition se joue sur des courts extérieurs en dur. Avant 2011, ils se tenaient pendant des semaines distinctes de la période juillet-août; désormais, les deux compétitions ont lieu la même semaine d'août. Les événements alternent d'année en année entre les villes de Montréal et de Toronto. Depuis 2021, les années paires, le tournoi masculin se tient à Montréal, tandis que le tournoi féminin se tient à Toronto, et vice versa les années impaires. Le tournoi de Toronto se déroule au stade Sobeys et le tournoi de Montréal se déroule au stade IGA. Les champions actuels en simple à partir de 2021 sont Daniil Medvedev (déf. Reilly Opelka) et Camila Giorgi (déf. Karolína Plíšková).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Charles Robinson cricketer

Charles Richet/Charles Richet : Le professeur Charles Robert Richet (25 août 1850 - 4 décembre 1935) était un physiologiste français du...