Rechercher dans ce blog

dimanche 19 juin 2022

Canadian House of Commons Standing Committee on Health


Agence_de_logement_des_Forces_canadiennes/Agence de logement des Forces canadiennes :
L'Agence de logement des Forces canadiennes est un organisme de service spécial qui gère les logements militaires au nom du ministère de la Défense nationale du Canada pour les membres des Forces armées canadiennes et leurs familles situés sur des escadres et des bases. Fondée en octobre 1995, elle exploite et entretient 11 665 logements militaires logements familiaux partout au Canada. L'organisation est dirigée par un directeur général.

Commandement_du_renseignement_des_Forces_canadiennes/Commandement_du_renseignement_des_Forces_canadiennes :
Le Commandement du renseignement des Forces canadiennes ( CFINTCOM ; français : Commandement du renseignement des Forces canadiennes , COMRENSFC ) est l'organisation qui centralise toutes les capacités de collecte et d'évaluation du renseignement des Forces armées canadiennes . Il a été formé en 2013 en réunissant le bureau du chef du renseignement de la défense et toutes les unités de renseignement des FC en une seule formation militaire.
École_de_langues_des_Forces_canadiennes/École de langues des Forces canadiennes :
L'École de langues des Forces canadiennes (ELFC) est une institution des Forces canadiennes responsable de l'enseignement des langues. L'ELFC a son quartier général à Gatineau, au Québec, ainsi que sa Compagnie de formation de la région de la capitale nationale et des détachements à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, et à Borden, en Ontario. Depuis 1993, le détachement de l'ELFC Borden, situé au bâtiment P 153, enseigne l'anglais comme langue étrangère aux officiers militaires des pays d'Europe centrale et orientale et des pays d'Extrême-Orient. Actuellement, 17 pays européens et 2 pays d'Extrême-Orient sont représentés à l'école. Le cours est parrainé par le Programme d'aide à l'instruction militaire, une des initiatives du Canada dans le cadre du programme Partenariat pour la paix. L'ELFC offre annuellement deux cours de 17 semaines et quatre cours de 10 semaines. L'objectif est de fournir aux officiers étrangers une capacité de travail en anglais, tout en les familiarisant avec les Forces canadiennes et la société canadienne. Les officiers, allant des sous-lieutenants aux généraux, ont servi ou peuvent servir au sein de l'OTAN, de l'ONU ou en tant qu'attachés militaires.
École_de_leadership_et_de_recrues_des_Forces_canadiennes/École de leadership et de recrues des Forces canadiennes :
L'École de leadership et de recrues des Forces canadiennes (ELRFC) est située à la Garnison Saint-Jean à Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec.
Canadian Forces_Medallion_for_Distinguished_Service/Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué :
Le Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué (CFMDS) ( français : Médaillon des Forces canadiennes pour service distingué ) est décerné par le chef d'état-major de la Défense en reconnaissance de services exceptionnels rendus par des individus et des groupes qui ne sont pas des membres actifs des Forces canadiennes. . La création de ce prix a été lancée par le général Gérard Charles Édouard Thériault, CMM, CD et terminée par son successeur, le général Paul David Manson, OC, CMM, CD en 1987. Le prix a été approuvé pour la première fois en 1989.
Police_militaire_des_Forces_canadiennes/Police militaire des Forces canadiennes :
La Police militaire des Forces canadiennes (CFMP; français : Groupe de la Police militaire des Forces canadiennes) fournit des services de police, de sécurité et de soutien opérationnel aux Forces armées canadiennes (FC) et au ministère de la Défense nationale (MDN) dans le monde entier.
Services_de_bien-être_et_de_moral_des_Forces_canadiennes/Services de bien-être et de moral des Forces canadiennes :
Services de bien-être et moral des Forces canadiennes (SBMFC) (en français : Services de bien-être et moral des Forces canadiennes; SBMFC), anciennement connu sous le nom de Services de soutien au personnel et à la famille des Forces canadiennes (SSPFFC) et Agence de soutien du personnel des Forces canadiennes (ASPFC), est responsable de l'administration des biens non publics au nom du chef d'état-major de la Défense et de la prestation de certains programmes, services et activités de moralité et de bien-être publics.
Service_national_des_enquêtes_des_Forces_canadiennes/Service national des enquêtes des Forces canadiennes :
Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) est le service d'enquête de la Police militaire des Forces canadiennes. Le SNEFC, une unité de police militaire indépendante, offre une capacité d'enquête indépendante aux fins d'une administration juste et impartiale de la justice militaire.
Réserve_navale_des_Forces_canadiennes/Réserve navale des Forces canadiennes :
La Réserve navale ( NAVRES , français : Réserve navale ) est la composante de la Première réserve de la Marine royale canadienne (MRC). La mission principale de la NAVRES est de forcer la génération de marins et d'équipes pour les opérations des Forces armées canadiennes (FAC), y compris : les opérations de sécurité intérieure ainsi que les missions de sécurité et de défense, tout en soutenant les efforts de la Marine pour se connecter avec les Canadiens par le maintien d'une large présence nationale.
Quartier général_région_nord_des_forces_canadiennes_Whitehorse/Quartier général du secteur nord des Forces canadiennes à Whitehorse :
Le Quartier général du Secteur Nord des Forces canadiennes (QG CFNA) Whitehorse est un détachement des Forces canadiennes, basé à environ 24 kilomètres (15 milles) au sud de Whitehorse, au Yukon. L'armée canadienne opère dans la région depuis l'époque de la célèbre Force de campagne volontaire du Yukon, créée par la Milice active non permanente en 1898, pour aider la Police à cheval du Nord-Ouest à maintenir l'ordre public pendant la ruée vers l'or. Avec la création de la route de l'Alaska à travers la région en 1942, Whitehorse est devenue un important centre régional de communication et de transport. Cependant, ce n'est qu'en 1970 que les Forces canadiennes nouvellement formées ont établi une présence militaire permanente dans la région avec la formation du détachement de la région du Nord sur une base près de Whitehorse, ainsi qu'une autre à Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest, CFNA HQ Yellowknife. Le QG CFNA Whitehorse est fréquemment utilisé pour l'entraînement des cadets pendant les mois d'été.
Canadian Forces_Northern_Area_Headquarters_Yellowknife/Quartier général du Secteur du Nord des Forces canadiennes Yellowknife :
Quartier général du Secteur Nord des Forces canadiennes (QG CFNA) Yellowknife est une unité des Forces canadiennes située dans la ville de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest. Situé dans l'édifice Evans de la ville de Yellowknife, il s'agit du quartier général de la Force opérationnelle interarmées Nord, qui fait partie du Commandement des opérations interarmées du Canada responsable des opérations et de l'administration des Forces canadiennes dans le Nord du Canada et l'Arctique. Il y a 52 militaires et civils du quartier général du 1er Groupe de patrouilles des Rangers canadiens et 314 militaires et civils de la Force opérationnelle interarmées Nord actuellement stationnés à Yellowknife chargés de coordonner les opérations militaires sur 4 000 000 km2 (1 500 000 milles carrés) de terres dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. .Le Quartier général du Secteur du Nord des Forces canadiennes à Whitehorse a une responsabilité similaire au Yukon. À partir de 2021, le commandant actuel de la base est le brigadier-général Pascal Godbout.
Grand prévôt des Forces canadiennes/Grand prévôt des Forces canadiennes :
Le grand prévôt des Forces canadiennes ( CFPM ; français : Grand Prévôt des Forces canadiennes ) est un conseiller du chef d'état-major de la Défense sur les questions de police. Il ou elle est un membre actif de l'Association canadienne des chefs de police. Le GPFC est également le commandant de la Police militaire des Forces canadiennes. L'organisation comprend le Service national des enquêtes des Forces canadiennes, le service d'enquête de la Police militaire des Forces canadiennes, la prison militaire et la caserne de détention des Forces canadiennes, le Service de sécurité de la police militaire et l'Académie de la police militaire des Forces canadiennes. Le GPFC commande tous les policiers militaires directement impliqués dans les fonctions de maintien de l'ordre. A ce titre, il est responsable des enquêtes menées par toute unité ou autre élément sous son commandement ; l'établissement et le respect des normes de sélection, de formation et professionnelles de la police militaire, ainsi que les enquêtes sur les conduites non conformes aux normes professionnelles applicables à la police militaire ou au Code de déontologie de la police militaire. Le GPFC relève du vice-chef d'état-major de la Défense. L'actuel GPFC et commandant du Groupe de la police militaire des Forces canadiennes est le brigadier-général Simon Trudeau, qui a pris le commandement le 28 mai 2018. Le brigadier-général Simon Trudeau a déclaré : « Au nom des femmes et des hommes du Groupe de la police militaire des Forces canadiennes, "Je remercie le brigadier-général Delaney pour son leadership au cours des cinq dernières années. Sous sa direction, nous avons transformé, élargi et développé notre fière histoire en tant qu'organisation policière respectée dans le monde entier pour son professionnalisme et son intégrité. Je suis impatient de travailler avec le dévoué et des membres talentueux du Groupe de la PM pour s'assurer que la Police militaire du Canada demeure axée sur les opérations alors que nous mettons en œuvre la politique de défense du Canada Solide, sécurisé, engagé. du Collège militaire royal de Saint-Jean en 1992. Il a occupé de nombreux postes de direction dans diverses fonctions avec le mili de la police militaire, notamment des déploiements opérationnels en Bosnie-Herzégovine en 1997 et en Afghanistan en 2002. Avant sa nomination au poste de GPFC, le brigadier-général Trudeau était commandant adjoint du Groupe de la police militaire des Forces canadiennes.
Radio_et_Télévision_des_Forces_canadiennes/Radio_et_Télévision_des_Forces_canadiennes :
La radio et la télévision des Forces canadiennes (CFRT), Radiotélévision des Forces canadiennes (RTFC) en français, était un système de réseau de télévision et de radio diffusé par satellite aux membres des forces terrestres des Forces canadiennes qui ont servi outre-mer dans des endroits comme le Moyen-Orient, l'Afrique et en Europe et, en raison de la demande populaire, le service a commencé à diffuser sur les Navires canadiens de Sa Majesté en avril 2002. Le réseau n'était pas disponible au Canada. Le réseau se composait de deux sources distinctes, une pour chacune des langues officielles du Canada, l'anglais et le français, s'approvisionnant en programmation de CBC/Radio-Canada et de réseaux commerciaux tels que CTV et TVA. Le 5 février 2014, le CFRT a annoncé qu'il cesserait ses activités en avril 2014. La fermeture était due à une réduction du personnel militaire canadien servant à l'étranger et à des compressions budgétaires du gouvernement canadien, ainsi qu'à des progrès dans d'autres voies de diffusion télévisuelle et radiophonique. La diffusion finale s'est terminée le 1er avril 2014 à 00h00 HNE. Les émissions aux forces canadiennes en Europe ont commencé en 1951. Le Réseau des Forces canadiennes (CFN), ou Réseau des Forces canadiennes (RFC), a fait des émissions de radio de Brunssum, aux Pays-Bas, de 1978 jusqu'au 30 septembre 2014 à Brunssum, à la base aérienne de Ramstein et à Lahr. (Bade-Wurtemberg) en Allemagne et le Grand Quartier général des puissances alliées en Europe (SHAPE) à Casteau, en Belgique. CFN Europe a été diffusée sur le satellite Astra 1A, jusqu'à son démantèlement en décembre 2004, puis sur le satellite Eutelsat 9A. Le réseau a gardé le personnel militaire canadien à l'étranger en contact avec le Canada et les nouvelles de la défense canadienne. Dans les pays où le service téléphonique est difficile, les familles pouvaient envoyer des messages diffusés aux soldats à l'étranger via un numéro 800. Programme des Forces qui comprenait des spectacles pour le personnel militaire canadien. La station, qui a transmis des programmes aux Forces canadiennes stationnées en Europe après la Seconde Guerre mondiale, a été créée avec la coopération de la Société Radio-Canada et de la BBC et a augmenté les émissions du service international de la CBC sur ondes courtes depuis le Canada.
École_de_technologie_et_du_génie_aérospatiales_des_Forces_canadiennes/École de technologie et de génie aérospatiaux des Forces canadiennes :
L'École de technologie et du génie aérospatiaux des Forces canadiennes (ETGAFC) est un établissement de formation des Forces armées canadiennes pour les officiers du génie aérospatial et les techniciens d'aéronefs qui servent dans des unités de l'Aviation royale canadienne. L'ETGAFC est une unité de la 16e Escadre, située à la BFC Borden, dans le centre de l'Ontario, au Canada.
École_du_génie_militaire_des_Forces_canadiennes/École du génie militaire des Forces canadiennes :
L'École du génie militaire des Forces canadiennes (ÉGMFC), située à la BFC Gagetown à Oromocto, au Nouveau-Brunswick, est responsable de la conduite de 85 cours différents qui couvrent tous les grades et toutes les professions au sein des organisations du Génie de combat et du Génie construction. L'ÉGMFC est le Centre d'excellence des Forces canadiennes en formation du génie militaire. Initialement A6 Canadian Engineering Training Centre, l'école a été établie à Camp Dundurn en Saskatchewan, puis a déménagé à Chilliwack, en Colombie-Britannique pour former des ingénieurs militaires pour l'Armée canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Centre de formation du génie canadien A6 a été renommé l'École royale canadienne du génie militaire. En 1968, le Canada a unifié ses forces militaires en fusionnant l'Armée canadienne, l'Aviation royale canadienne et la Marine royale canadienne pour créer les Forces canadiennes. L'École royale canadienne du génie militaire a été rebaptisée École du génie militaire des Forces canadiennes à la suite de l'unification. Elle s'est également retrouvée responsable de la formation du génie militaire pour tous les services et composantes des Forces canadiennes. À la fermeture de la BFC Chilliwack à la fin des années 1990, l'école a déménagé à son emplacement actuel à la BFC Gagetown. L'école existe en tant qu'unité du Centre d'instruction au combat et se compose des sous-unités suivantes : Escadron d'entraînement du génie de campagne (FETS) Escadron d'entraînement du génie de la construction (CETS) Escadron d'entraînement du génie de réserve (RETS) Escadron tactique du génie de la construction et escadron de gestion ( CEMS) Escadron de neutralisation des explosifs et munitions (EOD) Escadron de développement des normes et de la formation (STDS) Escadron d'administration
École_de_musique_des_Forces_canadiennes/École de musique des Forces canadiennes :
L' École de musique des Forces canadiennes , CFSM ( langue française : École de musique des Forces canadiennes , EMFC ) était un établissement d'enseignement qui soutenait la branche musicale et toutes les musiques militaires canadiennes des Forces canadiennes . Elle a été créée en 1954 à Esquimalt, en Colombie-Britannique, pour les musiciens de la Marine royale canadienne, l'école étant l'équivalent canadien de la United States Armed Forces School of Music et de la Royal Military School of Music. En 1961, l'école a été agrandie et renommée pour inclure des musiciens de l' Armée canadienne et de l' Aviation royale canadienne , et au moment de l' unification des Forces armées canadiennes en février 1968, l'école avait officiellement été renommée CFSM. Pendant toute son existence, le CFSM était situé à la BFC Borden en Ontario et offrait aux étudiants inscrits un programme éducatif de deux ans jusqu'à sa dissolution en 1991. L'inscription variait en fonction des besoins en musiciens. L'école a également offert un programme d'un an aux musiciens des FC ayant de l'expérience dans le domaine de la musique et souhaitant occuper des postes de direction dans les musiques des FC. Le personnel de la Force régulière qui souhaite être qualifié en tant que cornemuseur-major doit suivre un cours d'un an au CFSM afin d'être nommé au poste. Un instructeur notable à l'EMFC comprend James Gayfer qui était le directeur de la bande de les gardes canadiens de 1953 à 1961. L'établissement de formation musicale des FC d'aujourd'hui est connu sous le nom de Division de la musique du Centre de formation logistique du Service royal de la logistique du Canada.
École_de_survie_et_d'entraînement_aéromédical_des_Forces_canadiennes/École de survie et d'entraînement_aéromédical des Forces canadiennes :
L'École de survie et de formation aéromédicale des Forces canadiennes à Winnipeg, au Manitoba, au Canada, a été créée en 1996. Elle dispense des instructions aux équipages sur l'équipement de survie, la survie et la physiologie de l'aviation.
Concentration_des_armes_légères_des_Forces_canadiennes/Concentration_des_armes_légères_des_Forces_canadiennes :
La concentration sur les armes légères des Forces armées canadiennes (CAFSAC) et la réunion de compétences en armes de l'Armée canadienne (CASAM) sont une série de matchs de tir organisés chaque année par les Forces canadiennes au champ de tir Connaught et au centre d'entraînement primaire, situé près de Shirley's Bay à Ottawa, Ontario . Les matchs sont précédés par la compétition nationale d'armes de service de la Dominion of Canada Rifle Association (DCRA), également organisée chaque année au Connaught Ranges, et constituent la dernière itération d'une série de compétitions de tir canadiennes remontant à 1869.
Ladner_Station_Forces canadiennes/Ladner Station_Forces canadiennes :
La station des Forces canadiennes Ladner est un ancien aérodrome militaire et station de communication situé à côté de Boundary Bay et à 2,5 milles marins (4,6 km; 2,9 mi) à l'est de Ladner à Delta, en Colombie-Britannique, au Canada, au sud de Vancouver et à proximité de la frontière américaine. Après sa fermeture, il a été rouvert sous le nom d'aéroport de Boundary Bay.
Réserve_supplémentaire_des_Forces_canadiennes/Réserve supplémentaire des Forces canadiennes :
La Réserve supplémentaire (Réssupplémentaire) se compose de membres inactifs ou retraités des Forces canadiennes qui sont disposés et disponibles pour le service actif sur demande. La plupart des membres sont transférés de la Force régulière ou de la Première réserve. Cependant, il est possible pour un candidat de rejoindre la SuppRes avec un service antérieur dans une armée étrangère. Les candidats sans service militaire antérieur peuvent également être considérés s'ils détiennent une qualification spéciale pour laquelle il existe une exigence militaire.
Commandement_de_l'instruction_des_Forces_canadiennes/Commandement_de_l'instruction_des_Forces_canadiennes :
Le Commandement de l'instruction des Forces canadiennes a été l'une des premières composantes des Forces canadiennes après l'unification de l'armée en 1968. Ce commandement était chargé de la formation des pilotes pour l'ensemble des Forces canadiennes après l'unification. Il a été éliminé lors de la simplification de la structure des FC en 1975 et maintenant sous le commandement de l'Aviation royale canadienne. L'entraînement est confié à des escadrons individuels de l'ARC.
Base des Forces canadiennes/Base des Forces canadiennes :
Une base des Forces canadiennes ou BFC ( français : base des Forces canadiennes , BFC ) est une installation militaire des Forces armées canadiennes . Pour qu'une installation soit considérée comme une base des Forces canadiennes, elle doit héberger une ou plusieurs unités majeures (p. ex., régiments de l'armée, navires de la marine, escadres de l'aviation). Les installations mineures sont appelées station des Forces canadiennes ou CFS ( français : station des Forces canadiennes , SFC ). Une station des Forces canadiennes pourrait héberger une seule unité mineure (par exemple, une station radar d'alerte avancée). Bon nombre de ces installations sont maintenant désaffectées à des fins administratives et fonctionnent comme des détachements d'une plus grande base des Forces canadiennes à proximité.
Pertes_des_Forces_canadiennes_en_Afghanistan/Pertes des Forces canadiennes en Afghanistan :
Le nombre de décès des Forces canadiennes résultant des activités militaires canadiennes en Afghanistan est le plus élevé de toutes les missions militaires canadiennes depuis la guerre de Corée entre 1950 et 1953. Au total, 159 membres des Forces canadiennes ont été tués dans la guerre depuis 2002.
Canadian Foreign_Policy_Journal/Revue canadienne de la politique étrangère :
La Revue canadienne de politique étrangère est une revue universitaire triennale à comité de lecture publiée par la Norman Paterson School of International Affairs (Université Carleton). Il couvre les questions contemporaines liées à la politique étrangère canadienne telles que le commerce, l'économie, la politique, la sécurité, la défense, le développement, l'environnement, l'immigration et le renseignement. Selon OpenCanada, la revue est l'une des cinq principales revues canadiennes de politique étrangère. Les recherches publiées dans la revue ont été présentées au National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism de l'Université du Maryland.
Canadian Forest_Navigation_Group/Canadian Forest Navigation Group :
Canadian Forest Navigation (Canfornav) est une compagnie maritime canadienne. Elle exploite une flotte de près de quatre douzaines de vraquiers. La plupart des voyages de ces navires se font entre des ports des Grands Lacs nord-américains ou de la Voie maritime du Saint-Laurent. Boat nerd a rapporté en 2002 que l'entreprise avait employé des navires affrétés, dans le passé. Cependant, comme le coût par tonne des navires nouvellement construits avait chuté, ils allaient commencer à commander des navires nouvellement construits.
Service canadien des forêts/Service canadien des forêts :
Le Service canadien des forêts (SCF ; français : Service canadien des forêts) est un secteur du ministère du gouvernement canadien de Ressources naturelles Canada. Faisant partie du gouvernement fédéral depuis 1899, le SCF est un organisme politique à vocation scientifique chargé de promouvoir le développement durable des forêts du Canada et la compétitivité du secteur forestier au profit des Canadiens d'aujourd'hui et de demain. Certains des domaines de recherche dans lesquels le SCF est impliqué comprennent; les incendies de forêt, les changements climatiques, la sylviculture, les sols, les insectes et les maladies, la télédétection et la gestion forestière. Depuis 1991, le secteur produit un rapport annuel, L'état des forêts au Canada [1], qui décrit l'état des forêts du pays et de l'industrie forestière.
Canadian Forestry_Association/Association forestière canadienne :
L'Association forestière canadienne (AFC) est la plus ancienne organisation de conservation au Canada. Il a été établi le 8 mars 1900 par un groupe de Canadiens influents du gouvernement et de l'industrie, dans les édifices du Parlement canadien à Ottawa ON. Le groupe comprenait le célèbre baron du bois JR Booth, l'ancien premier ministre du Québec Sir Henri-Gustave Joly de Lotbinière, William Little, Thomas Southworth, le Dr William Saunders et l'inspecteur en chef du bois et des forêts du Service fédéral des forêts, Elihu Stewart. Peu de temps après, la FCA a lancé La Revue forestière canadienne, une publication de rapports techniques sur l'état des forêts ainsi que d'articles faisant la promotion de la conservation des ressources forestières. Cela est devenu plus orienté vers le public sous le nom de The Illustrated Canadian Forest and Outdoors Magazine, The Canadian Forestry Magazine et Illustrated Forest and Outdoors. Ce sont les articles du pionnier canadien de la conservation et écrivain Grey Owl dans Forests and Outdoors qui l'ont fait connaître du public.
Corps_forestier_canadien/Corps forestier canadien :
Le Corps forestier canadien (Corps forestier canadien en français) était un corps administratif de l'Armée canadienne avec son propre insigne de casquette, et d'autres insignes et traditions. Le Corps forestier canadien a été créé le 14 novembre 1916. L'insigne du Corps forestier canadien se compose de un cercle, surmonté d'un castor, superposé à une paire de haches croisées, avec le texte « Canadian Forestry Corps » autour du bord. Au centre du cercle se trouve une feuille d'érable avec la couronne impériale de l'État. Leur surnom était les "Sawdust Fusiliers". Le Corps forestier canadien a été dissous en 1920. Il a été réformé en 1940 puis dissous à nouveau en 1945.
Forum canadien/Forum canadien :
Le Forum canadien était une publication littéraire, culturelle et politique et le plus ancien magazine politique publié en continu au Canada (1920-2000).
Canadian Forum_on_Civil_Justice/Forum canadien sur la justice civile :
Le Forum canadien sur la justice civile (FCJC) est un organisme national à but non lucratif qui se consacre depuis 1998 à l'avancement de la réforme de la justice civile par la recherche et la défense des droits. Le FCJC s'efforce de rendre le système de justice civile plus accessible, efficace et durable en dirigeant et en participant dans des projets qui placent le citoyen au centre de notre système de justice civile. Le CFCJ a été créé en réponse aux recommandations présentées dans le rapport du groupe de travail sur les systèmes de justice civile publié en 1996 par l'Association du Barreau canadien. Ce rapport visait à « élaborer des stratégies et des mécanismes pour faciliter la modernisation du système de justice afin qu'il soit mieux en mesure de répondre aux besoins actuels et futurs des Canadiens ». En 2011, le CFCJ est passé de la faculté de droit de l'Université de l'Alberta à l'Université York, où il est affilié à la Osgoode Hall Law School et au York Centre for Public Policy and Law.
Attaquant canadien/Attaquant canadien :
Le Canadian Forward était l'organe officiel du Parti social-démocrate du Canada entre 1916 et 1918. C'était l'un des principaux journaux du mouvement socialiste, fournissant des commentaires acerbes sur l'effort de guerre de la Première Guerre mondiale, en particulier la conscription. Il a été édité par Isaac Bainbridge et publié au 363 Spadina Avenue à Toronto, Ontario. Sa signification historique réside dans sa répression. Bainbridge a soulevé la colère du censeur en chef de la presse, le lieutenant-colonel Chambers, qui a appelé à son interdiction. Après que Bainbridge ait été condamné avec succès à plusieurs reprises pour diffamation séditieuse, Chambers a finalement fait interdire le journal. Cependant, le journal ne put être interdit qu'après les élections de décembre 1917, en raison de considérations politiques. La simple possession du Canadian Forward est devenue illégale après son interdiction en 1918. Le 20 décembre 1918, trois hommes de Stratford ont été reconnus coupables de la simple possession du journal - un article qui était tout à fait légal avant l'édit du 5 octobre 1918 - et un homme, Arthur Skidmore, a été condamné à 30 jours de prison.
Centre_canadien_de_découverte_des_fossiles/Centre canadien de découverte des fossiles :
Le Canadian Fossil Discovery Centre, anciennement connu sous le nom de Morden and District Museum, est situé à Morden, au Manitoba, au niveau inférieur du Access Events Centre. Le musée abrite actuellement la plus grande collection de fossiles de reptiles marins au Canada. (Janzic et Hatcher 2008; Nicholls 1988)
Canadian Foundation_for_AIDS_Research/Fondation canadienne de recherche sur le sida :
La Fondation canadienne de recherche sur le sida (CANFAR) est la seule fondation caritative nationale qui sensibilise la population afin de générer des fonds pour la recherche sur tous les aspects de l'infection à VIH et du sida. Depuis sa création en 1987, CANFAR a investi plus de 21 millions de dollars dans des initiatives de recherche partout au Canada et soutenu plus de 400 initiatives de recherche distinctes. CANFAR est financé uniquement grâce à la générosité d'entreprises, de groupes et d'individus à travers le Canada. de la recherche sur le VIH et le sida. CANFAR se consacre au financement de tous les aspects de la recherche, y compris : la recherche fondamentale et appliquée; éducation et prévention; se soucier; initiatives psychosociales; et la recherche communautaire.
Canadian Foundation_for_Children,_Youth_and_the_Law_v_Canada_(AG)/Canadian Foundation for Children, Youth and the Law v Canada (AG) :
La Fondation canadienne pour l'enfance, la jeunesse et le droit c Canada (PG), [2004] 1 RCS 76, 2004 CSC 4 – également connue sous le nom d'affaire de la fessée – est une décision majeure de la Charte de la Cour suprême du Canada dans laquelle la Cour a confirmé l'article 43 du Code criminel qui autorisait une défense d'usage raisonnable de la force à titre de correction envers les enfants comme ne violant pas l'article 7, l'article 12 ou le paragraphe 15(1) de la Charte.
Canadian Foundation_for_Climate_and_Atmospheric_Sciences/Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l'atmosphère :
La Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l'atmosphère (FCSCA) était le principal organisme canadien de financement de la recherche universitaire sur le climat, l'atmosphère et les travaux océaniques connexes. C'est maintenant le Forum canadien sur le climat. En tant que fondation caritative autonome créée en 2000, la FCSCA a financé des recherches qui ont amélioré la compréhension scientifique des processus et des prévisions, fourni des données scientifiques pertinentes aux décideurs et amélioré la compréhension de la manière dont ces défis affectent la santé humaine et l'environnement naturel en plus de renforcer la capacité scientifique du Canada. Son président est Gordon McBean. La FCSCA encourage les partenariats à l'appui de l'innovation, de l'investissement, des politiques, du développement des compétences et de la prestation de services. Il finance la production de nouvelles connaissances qui sont essentielles à la compétitivité des industries et à la santé et à la sécurité des Canadiens. La fondation a investi plus de 117 millions de dollars dans la recherche universitaire liée aux sciences du climat et de l'atmosphère, dans 24 réseaux de collaboration, deux initiatives majeures et 158 ​​projets. Plusieurs des réseaux sont liés à des programmes de recherche internationaux ; tous impliquaient de multiples partenaires. La prise en charge complémentaire (à effet de levier) des réseaux a doublé les ressources dont ils disposent. La Fondation a également organisé ou co-organisé un certain nombre d'ateliers et de symposiums sur des sujets tels que les conditions météorologiques extrêmes et le climat arctique, et fournit un soutien aux bureaux de projets internationaux.
Canadian Foundation_for_Healthcare_Improvement/Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé :
La Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé (FCASS ; français : Fondation canadienne pour l'amélioration des services de santé) est une organisation à but non lucratif et non partisane basée à Ottawa, Ontario, Canada qui collabore avec les gouvernements, les décideurs, les chercheurs, les des cliniciens, des patients et des chefs de pratique, ainsi que des organisations à but non lucratif et professionnelles pour accélérer les améliorations des soins de santé et transformer les systèmes de santé du Canada.
Association fraternelle_canadienne/Association fraternelle canadienne :
L'Association fraternelle canadienne (AFC) était (voir : https://www.ic.gc.ca/app/scr/cc/CorporationsCanada/fdrlCrpDtls.html?corpId=3091741) une association professionnelle basée à Waterloo, en Ontario, pour les fraternelles des sociétés de bienfaisance au Canada qui se sont engagées dans la défense de leurs intérêts et qui ont fourni des services.
Accord_de_libre_échange_canadien/Accord_de_libre_échange_canadien :
L'Accord de libre-échange canadien (ALEC) est un accord qui régit le commerce entre les provinces et territoires canadiens. Il est entré en vigueur le 1er juillet 2017, remplaçant l'Accord sur le commerce intérieur vieux de 22 ans.
Syndicat canadien des pigistes/Syndicat canadien des pigistes :
Le Canadian Freelance Union (CFU) est un syndicat canadien. Elle a été créée en 2008 par le Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP), une section locale qui n'avait pas de convention collective avec un seul employeur.
Association_canadienne_de_ski_acrobatique/Association canadienne de ski acrobatique :
L'Association canadienne de ski acrobatique est la fédération gouvernante du ski acrobatique au Canada. L'Association a été créée en 1975 et il existe maintenant plus de 50 clubs de ski acrobatique à travers le pays.
Français canadien/Français canadien :
Le français canadien ( français : français canadien ) est la langue française telle qu'elle est parlée au Canada . Il comprend plusieurs variétés, la plus importante étant la québécoise (français québécois). Auparavant, le français canadien faisait référence uniquement au français du Québec et aux variétés étroitement apparentées de l'Ontario (franco-ontarien) et de l'ouest du Canada, contrairement au français acadien, qui est parlé par les Acadiens du Nouveau-Brunswick (y compris le dialecte chiac) et certaines régions de la Nouvelle-Écosse. (y compris le dialecte français de St. Marys Bay), l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador (où le français de Terre-Neuve est également parlé). En 2011, le nombre total de locuteurs natifs du français au Canada était d'environ 7,3 millions (22 % de l'ensemble de la population), tandis que 2 millions de plus le parlaient comme langue seconde. Au niveau fédéral, il a un statut officiel aux côtés de l'anglais canadien. Au niveau provincial, le français est la seule langue officielle du Québec ainsi que l'une des deux langues officielles du Nouveau-Brunswick et conjointement officielle (dérivé de son statut juridique fédéral) au Nunavut, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest. Les services gouvernementaux sont offerts en français dans certaines localités du Manitoba, de l'Ontario (par le biais de la Loi sur les services en français) et, dans une moindre mesure, ailleurs au pays, en grande partie en fonction de la proximité du Québec et/ou de l'influence canadienne-française sur une région donnée . Au Nouveau-Brunswick, tous les services gouvernementaux doivent être disponibles dans les deux langues officielles. Le français de la Nouvelle-Angleterre (un dialecte parlé dans le nord de la Nouvelle-Angleterre) est essentiellement une variété de français canadien et ne présente aucune différence particulière par rapport aux dialectes canadiens, contrairement au français de Louisiane et au créole de Louisiane.
Canadian Friends_Historical_Association/Association canadienne des amis historiques :
La Canadian Friends Historical Association (CFHA) est active depuis 1972 dans la collecte et la publication du patrimoine et de l'impact historique des Quakers au Canada. L'Association est responsable de deux publications, un bulletin trimestriel et un Canadian Quaker History Journal annuel, ainsi qu'une conférence annuelle en septembre. L'Association maintient un site Web à www.cfha.info. La conférence annuelle se réunit souvent dans des endroits où les Quakers ont apporté une contribution notable, et l'événement consiste à visiter des cimetières, des musées et des marchés à la recherche du patrimoine Quaker perdu. Par exemple, en 2008, l'ALFC s'est réunie à Owen Sound, en Ontario, pour explorer la contribution des Quaker au chemin de fer souterrain dans cette région. L'ALFC est un organisme national sans but lucratif et un organisme de bienfaisance canadien enregistré. Toutes les activités et la gouvernance sont réalisées par des bénévoles non rémunérés, et l'adhésion est ouverte à tous. L'ALFC a été constituée en vertu des lois de l'Ontario en 2011. Bien qu'elle ne fasse pas officiellement partie d'une assemblée annuelle de la Société religieuse des amis (Quakers), les réunions de l'exécutif et les affaires se déroulent à la manière des amis et des principes quakers. et l'éthos sont maintenus. L'association s'engage dans divers projets en appui à sa mission. Le projet le plus ancien est le registre du patrimoine bâti. Le but de ce registre est de documenter, de reconnaître et, si possible, de préserver le patrimoine bâti quaker au Canada, comme la maison John Moore à Sparta, en Ontario. Un autre projet est le Family History Project qui cherche à documenter la vie et les expériences des milliers de descendants de colons quakers à partir du 18ème siècle. Un projet plus récent a été la transcription des procès-verbaux et des registres de la réunion des neuf partenaires à Millbrook, New York, qui contiennent de nombreuses références aux amis canadiens. D'autres transcriptions telles que les procès-verbaux de la réunion de West Lake ont été mises en ligne. Un autre projet consiste à identifier ouvertement les personnes d'origine Quaker qui ont des entrées dans Wikipédia telles que Timothy Rogers, Samuel Moore et Charles Ambrose Zavitz. L'ALFC encourage et soutient activement l'intérêt pour l'histoire et la recherche des Quakers canadiens en offrant un accès libre sur le site Web à des centaines d'articles publiés et à plusieurs monographies qu'elle a produites depuis 1972. L'association parraine également des kiosques d'information lors de conférences connexes, telles que l'Ontario Genealogical Society et l'Ontario Genealogical Society. Société historique. L'association distribue de la littérature qui fait référence à l'expérience Quaker au Canada et travaille avec la Bibliothèque et Archives Quaker du Canada, qui se trouve au Pickering College, pour aider les personnes à la recherche de leur généalogie Quaker.
Comité_de_service_des_amis_canadiens/Comité de service_des_amis_canadiens :
Le Canadian Friends Service Committee (CFSC) est un organisme de bienfaisance qui agit sur les préoccupations de paix et de justice sociale de la Société religieuse des amis (Quakers) au Canada. Le travail de service Quaker est enraciné dans la pratique quotidienne du pacifisme, de l'intégrité, de la vérité, de l'égalité, de la communauté, de la simplicité et, surtout, de l'amour tant dans les objectifs de son travail que dans le discernement avec lequel il planifie et livre son travail.
Amis canadiens_de_la_Birmanie/Amis canadiens de la Birmanie :
Les Amis canadiens de la Birmanie ( français : Les amis canadiens de la Birmanie ; CFOB ) était une organisation non gouvernementale nationale constituée en société fédérale fondée en 1991. Elle a été dissoute en 2015
Gaélique canadien/Gaélique canadien :
Le gaélique canadien ou gaélique du Cap-Breton ( gaélique écossais : Gàidhlig Chanada , A 'Ghàidhlig Chanadach ou Gàidhlig Cheap Bhreatainn ), souvent connu en anglais canadien simplement sous le nom de gaélique , est un terme collectif désignant les dialectes du gaélique écossais parlés au Canada atlantique . Les Gaels écossais ont été installés en Nouvelle-Écosse, à partir de 1773 avec l'arrivée du navire Hector et jusque dans les années 1850. Depuis lors, le gaélique est parlé en Nouvelle-Écosse sur l'île du Cap-Breton et dans le nord-est de la province. Le gaélique écossais fait partie de la branche goidélique des langues celtiques et la dialectique canadienne trouve ses origines dans les Highlands et les îles d'Écosse. La langue maternelle s'est développée à partir du moyen irlandais et est étroitement liée à l'irlandais moderne. La branche canadienne est un proche cousin de la langue irlandaise à Terre-Neuve. À son apogée au milieu du 19e siècle, il y avait jusqu'à 200 000 locuteurs de gaélique écossais et d'irlandais de Terre-Neuve ensemble, ce qui en fait la troisième langue européenne la plus parlée au Canada après l'anglais et le français. Au Canada atlantique aujourd'hui, il y a environ 2 000 locuteurs, principalement en Nouvelle-Écosse. En termes de nombre total de locuteurs lors du recensement de 2011, il y avait 7 195 locuteurs au total de «langues gaéliques» au Canada, dont 1 365 en Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard, où les réponses se réfèrent principalement au gaélique écossais. Le recensement de 2016 a également indiqué que 240 résidents de la Nouvelle-Écosse et 15 de l'Île-du-Prince-Édouard considéraient le gaélique écossais comme leur « langue maternelle ». Bien qu'il existe de nombreux dialectes régionaux différents du gaélique écossais qui ont été parlés dans d'autres communautés à travers le Canada, en particulier dans le comté de Glengarry, en Ontario, le Canada atlantique est la seule région d'Amérique du Nord où le gaélique continue d'être parlé comme langue communautaire, en particulier au Cap-Breton. Même là, l'usage de la langue est précaire et sa survie est combattue. Même ainsi, les communautés de langue gaélique au Canada ont contribué à l'histoire de la littérature gaélique écossaise par de nombreuses personnalités, notamment Ailean a' Ridse MacDhòmhnaill et John MacLean à l'époque des premiers colons et Lewis MacKinnon, dont la poésie gaélique canadienne a remporté la couronne bardique. au Royal National Mòd 2011 à Stornoway, au 21e siècle.
Jardinage canadien/Jardinage canadien :
Canadian Gardening a été publié pour la première fois en février 1990, couvrant des sujets tels que des profils de jardins, des techniques de jardinage, des recettes, des projets et des idées de conception, ainsi que des informations et des événements régionaux. Le magazine a été lancé et appartenait à Avid Media jusqu'en 2004, date à laquelle Transcontinental Media en a fait l'acquisition. Publié huit fois par an, le magazine avait un lectorat de plus de 2,5 millions de jardiniers. En 2007, il a reçu le prix du meilleur magazine de l'année dans la catégorie des magazines les plus vendus, tandis que la rédactrice en chef Aldona Satterthwaite a reçu le prix de la rédactrice en chef de l'année de la Société canadienne des éditeurs de magazines. En février 2016, il a été annoncé que le magazine et son site Web seraient fermés après le numéro de printemps. Le dernier numéro a été publié en mars 2016.
Association canadienne de gemmologie/Association canadienne de gemmologie :
L'Association canadienne de gemmologie (ACG) est une organisation professionnelle pancanadienne qui établit des normes dans la pratique de la gemmologie. Il s'agit d'une organisation éducative à but non lucratif, qui offre un forum aux gemmologues canadiens pour se rencontrer et partager leurs expériences et leurs connaissances sur les pierres précieuses. La CGA assure la liaison avec les gouvernements en établissant des lignes directrices pour la vente et la commercialisation des diamants, des pierres de couleur et des perles, et aide à établir des lignes directrices pour l'évaluation des pierres précieuses et des bijoux au Canada. Elle a été fondée en 1958 par Dean SM Field, et a depuis offert une formation en gemmologie aux personnes travaillant avec les pierres précieuses dans l'industrie de la bijouterie et aux amateurs pour une meilleure appréciation et de nouvelles opportunités de carrière dans la gemmologie. La CGA est affiliée à la Gemmological Association of Great Bretagne.
Canadian General_Electric/Canadian General Electric :
GE Canada (ou General Electric Canada) est l'unité canadienne en propriété exclusive de General Electric, fabriquant divers produits électriques grand public et industriels partout au Canada. GE Canada a été précédé par la compagnie Canadian General Electric (CGE), un fabricant canadien de divers produits électriques qui agissait comme l'homologue canadien de la compagnie américaine General Electric. CGE est devenue General Electric Canada en 1989 et est maintenant connue sous le nom de GE Canada.
GéoAlliance canadienne/GéoAlliance canadienne :
GéoAlliance Canada est une organisation parapluie fondée en 2015. L'organisation répond aux priorités stratégiques à l'échelle du secteur en mettant en commun l'énergie et les ressources des entreprises canadiennes existantes, des organisations à but non lucratif, universitaires et gouvernementales du secteur de la géomatique.
Canadian Geographic/Canadian Geographic :
Canadian Geographic est un magazine publié par la Société géographique royale du Canada (SGRC) basée à Ottawa, en Ontario.
Canadian Geographic_Éducation/Éducation Canadian Geographic :
Canadian Geographic Education (Can Geo Education), anciennement The Canadian Council for Geographic Education, est une initiative conjointe de la Société géographique royale du Canada d'Ottawa, Ontario, et de la National Geographic Society de Washington, DC; l'initiative a été créée en 1993.
Union géophysique_canadienne/Union géophysique canadienne :
L'Union géophysique canadienne (en français : Union géophysique canadienne) (CGU) a commencé comme une société vouée à l'étude scientifique de la terre solide et a évolué en une société qui s'intéresse à tous les aspects de l'étude physique de la Terre et de son environnement spatial, y compris le Soleil et le système solaire. Pour exprimer cette vision plus large des sciences géophysiques, l'Union a adopté une structure en sections qui permet aux sections individuelles de fonctionner comme des entités semi-autonomes.
Surveillance géospatiale canadienne/Surveillance géospatiale canadienne :
Canadian Geospace Monitoring (CGSM) est un programme scientifique spatial canadien qui a été lancé en 2005. Le CGSM est financé principalement par l'Agence spatiale canadienne et se compose de réseaux d'imageurs, de photomètres à balayage méridien, de riomètres, de magnétomètres, d'ionosondes numériques et de SuperDARN haute fréquence. radars. L'objectif primordial du CGSM est de fournir des observations synoptiques de l'évolution spatio-temporelle de la thermodynamique et de l'électrodynamique ionosphérique aux latitudes aurorales et polaires sur une vaste région du Canada.
Canadian Geotechnical_Journal/Revue canadienne de géotechnique :
La Revue canadienne de géotechnique est publiée depuis 1963 par NRC Research Press. Il s'agit d'une revue mensuelle présentant des articles liés à l'ingénierie géotechnique et géoenvironnementale ainsi qu'aux sciences appliquées. Les articles sont chargés sur le site Web avant les numéros imprimés. Le rédacteur en chef est Craig Lake. La Société canadienne de géotechnique a choisi la Revue canadienne de géotechnique comme principal média de publication d'articles géotechniques, géologiques, hydrogéologiques, géotechniques des régions froides et géoenvironnementaux.
Filles canadiennes/Filles canadiennes :
« Canadian Girls » est une chanson écrite et enregistrée par l'artiste canadien de musique country Dean Brody. Il est sorti en janvier 2012 en tant que premier single de son album Dirt. La chanson a atteint la 36e place du Canadian Hot 100 en février 2012.
Filles_canadiennes_en_formation/Canadiennes_filles_en_formation :
Canadian Girls in Training, ou CGIT, est un programme confessionnel pour les filles et les jeunes femmes âgées de 11 à 17 ans à travers le Canada. Les filles qui rejoignent le CGIT jurent de "Chérir la santé, rechercher la vérité, connaître Dieu, servir les autres et ainsi, avec l'aide de [Jésus], devenir la fille que Dieu veut que je sois".
Institut canadien des affaires mondiales/Institut canadien des affaires mondiales :
L'Institut canadien des affaires mondiales (Affaires mondiales) est un institut de recherche indépendant et non partisan basé à Calgary avec des bureaux à Ottawa. Incorporé en tant qu'organisme de bienfaisance en 2000, l'institut poursuit de nouvelles idées pour orienter le débat national et la compréhension des politiques internationales du Canada dans le but ultime d'assurer un Canada plus engagé à l'échelle mondiale. Affaires mondiales croit que cela améliore la sécurité et la prospérité du Canada. Affaires mondiales se consacre à éduquer les Canadiens, et en particulier ceux qui jouent un rôle de premier plan dans l'élaboration de la politique étrangère canadienne, sur l'importance pour le Canada d'être proactif dans les affaires mondiales avec des ressources diplomatiques, militaires et d'aide tangibles.
Canadian Global_Almanach/Almanach canadien global :
Le Canadian Global Almanac est un ouvrage de référence canadien contenant une vaste collection de faits et de statistiques. Il est né de l'American World Almanac and Book of Facts lorsqu'en 1986 une version entièrement canadienne a été publiée, éditée par John Filion et publiée par Susan Yates. John Robert Columbo en devint plus tard le rédacteur en chef. Pendant sa parution, une nouvelle édition sortait chaque année en novembre. L'almanach n'a pas été publié depuis 2005.
Canadian Gold_Maple_Leaf/Canadian Gold Maple Leaf :
La feuille d'érable canadienne en or (GML) est une pièce d'investissement en or émise chaque année par le gouvernement du Canada. Il est produit par la Monnaie royale canadienne. La feuille d'érable en or a cours légal avec une valeur nominale de 50 dollars canadiens. La valeur marchande du métal varie en fonction du prix au comptant de l'or. Avec une finesse de 0,9999 millesimal (24 carats), dans certains cas de 0,99999, la pièce fait partie des pièces d'investissement officielles les plus pures au monde. La version standard a un poids d'au moins 1 once troy (31,10 grammes). Les autres tailles et dénominations incluent 1 gramme, 1⁄25 oz. (0,50 $), 1⁄20 oz. (1 $), 1⁄10 oz. (5 $), 1⁄4 oz. (10 $) et 1⁄2 oz. (20 $). L'avers et le revers de la feuille d'érable dorée affichent respectivement le profil de la reine Elizabeth II du Canada et la feuille d'érable canadienne. En 2013 et 2015, de nouvelles fonctionnalités de sécurité ont été introduites. En 2013, une feuille d'érable texturée micro-gravée au laser a été ajoutée sur une petite zone du revers (feuille d'érable) de la pièce. Au centre de cette marque se trouve le chiffre indiquant l'année d'émission de la pièce, qui n'est visible que sous grossissement. En 2015, les lignes radiales sur le fond de la pièce des deux côtés de la pièce ont été ajoutées. Le 3 mai 2007, la Monnaie royale canadienne a dévoilé une pièce Feuille d'érable en or d'une valeur nominale de 1 million de dollars et d'une valeur en métal de plus de 3,5 millions de dollars. Il mesure 50 cm de diamètre sur 3 cm d'épaisseur et a une masse de 100 kg, avec une pureté de 99,999 %. Le 26 mars 2017, l'une des six pièces a été volée au musée Bode de Berlin ; il n'a pas été trouvé en 2021. On suppose qu'il a été fondu pour l'or.
Canadian Golf_Hall_of_Fame/Temple de la renommée du golf canadien :
Le Temple de la renommée et musée du golf canadien est un musée et un temple de la renommée couvrant l'histoire du jeu de golf au Canada et célébrant les carrières et les réalisations des contributeurs les plus importants au jeu dans ce pays. Exploité par Golf Canada (régi par l'Association royale de golf du Canada), l'organisme directeur du golf au Canada, il est situé sur le terrain du terrain de golf Glen Abbey à Oakville, Ontario, Canada, et se compose d'un espace d'exposition (conçu autour 18 espaces d'exposition ou « trous »), une bibliothèque de recherche sur le golf et des archives (contenant à la fois des documents historiques et les dossiers d'entreprise de la RCGA). Le Temple de la renommée du golf canadien est affilié à l'Association des musées canadiens, à la Canadian Heritage Information Network, l'International Sports Heritage Association, l'Association canadienne pour le patrimoine sportif, l'Association des musées de l'Ontario et le Musée virtuel du Canada.
Canadian Government_Motion_Picture_Bureau/Bureau du cinéma du gouvernement canadien :
Le Canadian Government Motion Picture Bureau (CGMPB; français : Bureau de cinématographie du gouvernement canadien) - fondé sous le nom de Exhibits and Publicity Bureau - était l'agence de production cinématographique du gouvernement du Canada administrée par le ministère du Commerce et destinée à promouvoir le commerce et l'industrie. Créée en 1918, elle a été la première organisation gouvernementale de production cinématographique au monde. Son objectif, selon le ministre du Commerce, était de « faire la publicité à l'étranger des attractions touristiques, des ressources agricoles et du développement industriel du Canada », et une grande partie de sa production était consacrée à la production de récits de voyage et de films industriels. Il a également produit les premiers documentaires canadiens tels que Lest We Forget (1935), un film de compilation (utilisant des séquences d'actualités avec des séquences mises en scène) racontant le rôle du Canada dans la Première Guerre mondiale, écrit, réalisé et monté par Frank Badgley, le directeur du Bureau de 1927 à 1941 ; et The Royal Visit (1939), également co-écrit et édité par Badgley, qui documente la tournée royale du Canada en 1939 par le roi George VI et son épouse, la reine Elizabeth.
Gouvernement canadien_Chemins de fer/Chemins de fer du gouvernement canadien :
Chemins de fer du gouvernement canadien (marques de rapport CGR, IRC) était le nom légal utilisé entre 1915 et 1918 pour tous les chemins de fer appartenant au gouvernement fédéral au Canada. Les principales compagnies constituantes étaient le Chemin de fer Intercolonial du Canada (IRC), le Chemin de fer national transcontinental (NTR), le Chemin de fer de l'Île-du-Prince-Édouard (PEIR) et le Chemin de fer de la baie d'Hudson (HBR). Il y avait également plusieurs chemins de fer secondaires mineurs dans la province du Nouveau-Brunswick qui ont été acquis par CGR pendant cette période. L'aggravation de la crise financière dans l'industrie ferroviaire du Canada vers la fin de la Première Guerre mondiale a vu la majorité des grands chemins de fer du pays nationalisés par le gouvernement fédéral. Le CGR a joué un rôle vital dans l'effort de guerre du Canada, déplaçant un grand nombre de troupes et de fournitures. Un rôle notable a été le soulagement et la reconstruction à Halifax après l'explosion d'Halifax de 1917 et un employé du CGR, Vince Coleman est devenu un héros célèbre dans l'explosion. Le premier système à être repris a été le Chemin de fer Canadien du Nord (CNoR) en faillite le 6 septembre 1918, par laquelle le conseil d'administration du CNoR, nommé par le gouvernement, a été chargé de prendre également la responsabilité de toutes les opérations du CGR. Plus tard cette année-là, le gouvernement fédéral a créé les Chemins de fer nationaux du Canada (CN) afin de simplifier le financement et l'administration du système ferroviaire nationalisé, qui a été officiellement mis en place par une ordonnance émise le 20 décembre 1918 par le Conseil privé. Le Grand Trunk Pacific Railway (GTPR) a été nationalisé après un défaut de paiement du prêt le 7 mars 1919 et est entré dans le giron du CN le 12 juillet 1920. La société mère de GTPR, le Grand Trunk Railway (GTR) en faillite a été nationalisée le 21 mai 1920. , et a été absorbé par le CNR le 30 janvier 1923. Bien que le CGR n'ait existé que pendant une courte période avant de devenir le Chemin de fer national du Canada, il s'agissait d'un chemin de fer canadien très visible pendant la Première Guerre mondiale en raison de la grande échelle des temps de guerre. exploitation ferroviaire. De grandes quantités de matériel roulant ont été lettrées pour le CGR, bien que dans de nombreuses régions, comme les Maritimes, le public continue d'appeler ses trains et ses installations par leur ancien nom d'Intercolonial. Le surnom de CGR a cessé d'être utilisé après 1918, mais le CGR lui-même a existé sur papier jusqu'à la fin du 20e siècle, en grande partie en raison de baux immobiliers et d'autres accords. Une ordonnance du Conseil privé datée du 22 juillet 1993 a autorisé la vente de CGR à la société d'État CN pour un dollar canadien.
Commission_canadienne des grains/Commission canadienne des grains :
La Commission canadienne des grains (CCG) est un organisme du gouvernement canadien chargé de réglementer l'industrie de la manutention des grains au Canada, ainsi que de protéger les droits des producteurs et d'assurer l'intégrité des transactions céréalières.
Canadian Grain_Elevator_Discovery_Centre/Centre canadien de découverte des silos à grains :
Le Canadian Grain Elevator Discovery Centre est un ensemble d'élévateurs à grain restaurés situé à Nanton, Alberta, Canada. L'objectif du centre est de préserver des exemples d'anciens élévateurs à grains afin d'informer les visiteurs sur l'histoire agricole de la ville et de l'Alberta.
Grand_Prix du Canada/Grand Prix du Canada :
Le Grand Prix du Canada (français : Grand Prix du Canada) est un événement annuel de course automobile organisé depuis 1961. Il fait partie du Championnat du monde de Formule 1 depuis 1967. Il a été organisé pour la première fois au Mosport Park à Bowmanville, en Ontario, en tant que sport événement automobile, avant d'alterner entre Mosport et le Circuit Mont-Tremblant, au Québec, après que la Formule 1 a repris l'événement. Après 1971, des problèmes de sécurité ont conduit le Grand Prix à déménager définitivement à Mosport. En 1978, après des problèmes de sécurité similaires avec Mosport, le Grand Prix du Canada a déménagé à son domicile actuel au Circuit Gilles Villeneuve sur l'île Notre-Dame à Montréal. En 2005, le Grand Prix du Canada était le Grand Prix de Formule 1 le plus regardé au monde. La course a également été le troisième événement sportif le plus regardé au monde, derrière la première place du Super Bowl XXXIX et la finale de la Ligue des champions de l'UEFA cette année-là. Avant la séance de qualification en 2014, les organisateurs du Grand Prix ont annoncé qu'ils avaient convenu d'une prolongation de 10 ans pour garder le Grand Prix du Canada au Circuit Gilles Villeneuve jusqu'en 2024. Les événements de 2020 et 2021 ont été annulés en raison de la pandémie de COVID-19.
Grand_Prix_du Canada (homonymie)/Grand Prix du Canada (homonymie) :
Grand Prix du Canada peut faire référence à : Grand Prix du Canada, une course automobile de Formule 1 Grand Prix de moto du Canada ISU Junior Grand Prix au Canada, pour le patinage artistique junior Skate Canada International, un grand prix international de patinage artistique senior
Prix_du_bâtiment_vert_canadien/Prix du bâtiment_vert_canadien :
Les Canadian Green Building Awards sont un programme conjoint entre le Conseil du bâtiment durable du Canada et Sustainable Architecture & Building Magazine (SABMag). Les Prix canadiens du bâtiment durable sont décernés chaque année à des projets résidentiels et non résidentiels partout au Canada dont la conception et l'exécution sont excellentes et innovatrices. Les projets éligibles vont des nouvelles constructions aux bâtiments existants, en passant par les projets de design d'intérieur, les rénovations et les améliorations. Les kits de soumission d'inscription sont disponibles en janvier de chaque année et le jugement a lieu en mars. Les projets gagnants sont annoncés en mai et annoncés dans le numéro d'été du SABMag, sur le SABMag et le site Web du CBDCa, ainsi qu'à la conférence nationale du CBDCa.
Canadian Grenadier_Guards_Band/Musique des Canadian Grenadier Guards :
La Musique des Canadian Grenadier Guards (parfois appelée His Majesty's Canadian Grenadier Guards Band) était une musique militaire canadienne qui a été active pendant plus de 60 ans au cours du 20e siècle. En plus de se produire pour des événements militaires, le groupe avait un programme de concerts actif qui les a amenés sur des lieux de représentation partout en Amérique du Nord. Le groupe a également fait plusieurs enregistrements sur diverses étiquettes et est apparu sur de nombreuses émissions de radio au Canada et aux États-Unis.
Groupe_de_peintres_canadiens/Groupe de peintres canadiens :
Le Canadian Group of Painters (CGP) était un collectif de 28 peintres de partout au Canada qui se sont réunis en 1933.
Canadian Guide_to_Uniform_Legal_Citation/Guide canadien de la citation juridique uniforme :
Le Canadian Guide to Uniform Legal Citation (McGill Guide or Red Book; français : Manuel canadien de la référence juridique) est un guide de référence juridique de premier plan au Canada. Il est publié par le McGill Law Journal de la Faculté de droit de l'Université McGill et est utilisé par les étudiants en droit, les universitaires et les avocats partout au Canada. Le livre est bilingue, une moitié étant en anglais et l'autre en français (Manuel canadien de la référence juridique).
Guilde_canadienne_des_potiers/Guilde canadienne des potiers :
La Guilde canadienne des potiers était une organisation à but non lucratif d'artistes céramistes canadiens qui a été active de 1936 à 1978.
Championnats canadiens de gymnastique/Championnats canadiens de gymnastique :
Les Championnats canadiens de gymnastique sont la compétition nationale annuelle de gymnastique tenue au Canada. Il comprend la gymnastique artistique, la gymnastique rythmique, le trampoline et le tumbling.
Championnats canadiens de demi_marathon/Championnats canadiens de demi_marathon :
Les Championnats canadiens du demi-marathon sont les championnats nationaux annuels du demi-marathon au Canada sanctionnés par Athlétisme Canada. L'événement est actuellement organisé par le week-end du marathon du Manitoba, qui se voit attribuer des fonctions d'accueil de 2019 à 2022. Il était auparavant organisé par le week-end du marathon de Calgary et la Banque Scotia 21K de Montréal. Les championnats 2018 organisés par le demi-marathon de Calgary ont été remportés par Trevor Hofbauer, de Calgary.
Canadian Handicrafts_Guild/Guilde canadienne des métiers d'art :
La Guilde canadienne des métiers d'art (maintenant connue sous le nom de La Guilde) était une association de Canadiens impliqués dans l'artisanat qui a été fondée à Montréal en 1906. Au départ, l'objectif était de préserver et de commercialiser l'artisanat artisanal traditionnel qui était considéré comme risquant de disparaître. La demande de produits de haute qualité et une évolution vers des artisans plus "professionnels" et des conceptions modernes ont exercé une pression sur l'organisation. En 1967, les branches provinciales sont devenues autonomes, puis ont évolué séparément. Au niveau national, la Guilde a fusionné avec la Canadian Craftsman's Association en 1974 pour former le Conseil canadien des métiers d'art, maintenant la Fédération canadienne des métiers d'art.
Canadian Harness_Horse_of_the_Year/Canadian Harness Horse of the Year :
Canadian Harness Horse of the Year est un prix annuel dans le sport des courses attelées au Canada. Il s'agit du prix canadien le plus prestigieux parmi ceux décernés à un cheval Standardbred. Dans le cadre du programme de prix O'Brien, nommé en l'honneur du légendaire pilote / entraîneur canadien Joe O'Brien, depuis 1989, le cheval de l'année honore le meneur ou le trotteur le plus performant dans les courses canadiennes. Exploité par Standardbred Canada, son site Web indique que "Chaque personne des médias à travers le Canada qui couvre régulièrement les courses sous harnais reçoit un bulletin de vote, cela inclut les rédacteurs des diverses publications spécialisées ainsi que ceux de la presse écrite, de la radio et de la télévision. Tous les secrétaires de course canadiens et suivre les publicistes participent également au vote », et que « la liste des électeurs est rigoureusement examinée chaque année avec des noms ajoutés et supprimés si nécessaire ».
Canadian Harvard_Aircraft_Association/Canadian Harvard Aircraft Association :
La Canadian Harvard Aircraft Association (CHAA) est un organisme de bienfaisance à but non lucratif basé à Tillsonburg, en Ontario. Elle a été fondée dans le but d'acquérir, de préserver, de restaurer, d'entretenir, d'exposer et de démontrer l'avion nord-américain Harvard et d'autres avions d'entraînement associés à l'Aviation royale canadienne.
Société canadienne des maux de tête/Société canadienne des maux de tête :
La Société canadienne des maux de tête (CHS) est une organisation de professionnels de la santé au Canada qui se consacre aux soins des maux de tête, à la recherche et à l'éducation. CHS fait des recommandations pour les critères de diagnostic ainsi que des lignes directrices pour la prise en charge non pharmacologique et pharmacologique de la migraine dans la pratique clinique. Headache Network Canada – un organisme de bienfaisance canadien enregistré – et la SCH maintiennent un site Web éducatif en partenariat conjoint sur le sujet des troubles de la céphalée; tant pour le grand public que pour les professionnels de santé.
Pierres tombales canadiennes/Pierres tombales canadiennes :
Canadian Headstones est un projet de capture d'images numériques et de transcription complète des pierres tombales. Il s'agit d'une société canadienne à but non lucratif basée sur le Web et entièrement gérée par des bénévoles.
Coalition canadienne de la santé/Coalition canadienne de la santé :
La Coalition canadienne de la santé est un groupe de pression voué à la préservation du système d'assurance-maladie actuel du Canada et à la promotion de l'objectif global et de la politique de soins de santé publics universels. En 2002 et 2003, elle a été la principale organisation nationale à demander que le gouvernement fédéral canadien adopte les recommandations du rapport Romanow. À l'heure actuelle, la Coalition canadienne de la santé et ses affiliés provinciaux mènent une campagne visant à prévenir la privatisation des soins de santé et à l'élargir pour inclure un régime public national d'assurance-médicaments.
Association_des_bibliothèques_de_la_santé_canadienne/Association_des_bibliothèques_de_la_santé_canadienne :
La Canadian Health Libraries Association ou Association des bibliothèques de la santé du Canada a été fondée en 1976. Elle représente les points de vue des bibliothécaires canadiens en sciences de la santé auprès des gouvernements, de la communauté de la santé et des collègues bibliothécaires.
Réseau_canadien_de_la_santé/Réseau canadien de la santé :
Le Réseau canadien de la santé (RCS) a été créé en 1999 en tant que service national bilingue de promotion de la santé exploité par l'Agence de la santé publique du Canada et les principaux organismes de santé du Canada. Il s'agissait d'un service collaboratif en ligne et comprenait des fournisseurs d'information sur la santé tels que des organismes sans but lucratif nationaux, provinciaux et territoriaux, ainsi que des universités, des hôpitaux, des bibliothèques et des organismes communautaires. Le RCS a offert des renseignements fiables et à jour sur la promotion de la santé et la prévention des maladies et des blessures, afin d'aider les particuliers et les collectivités à faire des choix sains qui améliorent leur qualité de vie. Il était connu pour être l'un des réseaux les plus complets de ce type au monde. C'était ce qu'on appelait un « réseau » puisque l'information provenait de divers organismes de santé canadiens. En novembre 2007, l'Agence de la santé publique du Canada a annoncé la fin du service et, le 1er avril 2008, le site Web a été remplacé par un avis de redirection.
Société canadienne de l'ouïe/Société canadienne de l'ouïe :
Les Services canadiens de l'ouïe ont été fondés en 1940 pour fournir des services aux personnes sourdes et malentendantes en Ontario. Les services comprennent l'enseignement des langues des signes américaine et québécoise, les services d'interprètes, les intervenants sourds-aveugles, l'audiologie et l'orthophonie. La SCH défend les intérêts des malentendants au Canada en appuyant les textos 9-1-1, les alarmes incendie visuelles et l'accès au système judiciaire. Le CHS gère les situations d'urgence dans les hôpitaux, les salles d'urgence, les cliniques ouvertes après les heures normales, les refuges et les services de police.
Hélicoptères Canadiens/Hélicoptères Canadiens :
Canadian Helicopters Limited, qui faisait auparavant partie des activités canadiennes de CHC Helicopter Corporation, exploite 112 aéronefs à partir de 26 bases à travers le Canada et offre une vaste gamme de services d'hélicoptères pour soutenir les activités suivantes : évacuation médicale d'urgence; entretien des infrastructures; services publics ; pétrole et gaz; sylviculture; exploitation minière; construction; et le transport aérien. Canadian Helicopters Limited exploite également une école de pilotage avancée; fournit des services de réparation et d'entretien tiers ; et fournit des services d'hélicoptère aux États-Unis à l'appui d'opérations spécialisées, notamment des activités de suppression des incendies de forêt et des programmes d'exploration géophysique.
Société canadienne de l'hémophilie/Société canadienne de l'hémophilie :
La Société canadienne de l'hémophilie (SCH) est un organisme sans but lucratif fondé en 1953 dont la mission est de mener la lutte contre les troubles héréditaires de la coagulation en aidant les personnes touchées à mener une vie saine tout en cherchant un remède. L'organisation se compose de chapitres dans chaque province du Canada et d'une direction d'organisation nationale vers les chapitres provinciaux. Il porte le nom de l'hémophilie, une maladie du sang.
Autorité_héraldique_canadienne/Autorité héraldique canadienne :
L' Autorité héraldique du Canada (ACH; français : Autorité héraldique du Canada ) fait partie du système canadien des distinctions honorifiques sous le monarque canadien , dont l'autorité est exercée par le gouverneur général du Canada . L'autorité est responsable de la création et de l'octroi de nouvelles armoiries (armoiries), drapeaux et insignes pour les citoyens canadiens, les organismes gouvernementaux, les municipalités, les municipalités et d'autres personnes morales. L'autorité enregistre également les armoiries existantes accordées par d'autres autorités héraldiques reconnues, approuve les insignes militaires, les drapeaux et autres insignes des Forces canadiennes et fournit des informations sur les pratiques héraldiques. Le CHA est l'homologue canadien du College of Arms à Londres, de la Cour du Lord Lyon en Écosse, du Bureau du Chief Herald of Ireland en République d'Irlande et de l'US Army Institute of Heraldry pour les agences fédérales des États-Unis. , et est bien connu pour ses conceptions novatrices, dont beaucoup intègrent le symbolisme des Premières nations.
Canadian Heritage_Alliance/Alliance du patrimoine canadien :
L'Alliance du patrimoine canadien (ACH) était un groupe suprématiste blanc canadien fondé à Kitchener-Waterloo, en Ontario. Le détective Terry Murphy de l'unité des crimes haineux de Londres a allégué que le groupe avait des liens avec le Heritage Front et les Tri-City Skins basés à Kitchener/Waterloo/Cambridge. Son ancienne dirigeante, Melissa Guille, a nié que l'organisation était un groupe haineux et soutient que le groupe et son site Web sont soucieux de « garder le Canada pour les Canadiens » et de « supprimer le sentiment anti-blanc dans la société ». Un rapport de 2001 de B'nai Brith Canada a déclaré que la CHA "semble être une tentative de combler le vide laissé par la diminution du Heritage Front". Le sergent d'état-major. Gary Askin du service de police régional de Waterloo a fait valoir que la CHA «faisait la promotion de la suprématie blanche sous le couvert de la fierté blanche». En 2001, la CHA a tenté de se faire connaître en rejoignant le programme Adopt-a-road pour nettoyer les débris le long des autoroutes près de Cambridge. , Ontario. La région de Waterloo a rapidement expulsé la CHA du programme. En 2004, l'ACH s'est fait connaître en distribuant des dépliants à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, le jour de la fête du Canada. Une brochure se plaignait de la politique d'immigration canadienne et une autre présentait une photo d'une femme blanche, avec le titre « Love Your Race ». Le groupe a adopté le Protocole de la Nouvelle-Orléans de 2004 pour promouvoir le nationalisme blanc.
Réseau_canadien_d'information_sur_le_patrimoine/Réseau_canadien_d'information_sur_le_patrimoine :
Le Réseau canadien d'information sur le patrimoine ( RCIP ; français : Réseau canadien d'information sur le patrimoine, RCIP) est un organisme de service spécial au sein du ministère fédéral du Patrimoine canadien qui fournit une interface réseautée aux institutions patrimoniales du Canada. Il est basé à Gatineau, au Québec, et est administrativement fusionné avec l'Institut canadien de conservation (ICC), un autre organisme de service spécial de Patrimoine canadien. En plus de fournir un accès public en ligne à des millions de dossiers de collections, le RCIP offre des ressources de gestion des collections à la communauté muséale du Canada. ; plus spécifiquement, il assiste les musées dans la documentation, la gestion et le partage d'informations sur leurs collections, assurant ainsi l'accessibilité de ces informations. Le RCIP fournit des informations bilingues pour toutes ses ressources. Le RCIP a trois principaux domaines d'activité : créer et maintenir un point d'accès en ligne aux collections canadiennes; effectuer de la recherche et du développement sur les outils et normes de documentation des collections; et fournir des conseils et de la formation aux institutions culturelles sur la gestion de l'information sur les collections. des collections muséales qui donne accès à plusieurs millions de documents et d'images des musées canadiens. Il est utilisé par les professionnels du patrimoine national et international, ainsi que par le public, pour effectuer des recherches sur les collections culturelles canadiennes. Le RCIP gère également la base de données en ligne de Rowman & Littlefield's Nomenclature for Museum Cataloging, une liste structurée et contrôlée de termes d'objets organisés dans un système de classification afin de « fournir une base pour l'indexation et le catalogage des collections d'objets fabriqués par l'homme ». Publié pour la première fois en 1978 (lancé en ligne en 2018), il s'agit de la "classification muséale et du vocabulaire contrôlé pour les collections historiques et ethnologiques" la plus utilisée en Amérique du Nord.
Réseau_de_rivières_du_patrimoine_canadien/Réseau de rivières du patrimoine canadien :
Le Réseau des rivières du patrimoine canadien (RRPC; français : Le réseau de rivières du patrimoine canadien) est un programme conjoint administré par les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux pour conserver et protéger les meilleurs exemples du patrimoine fluvial du Canada, leur donner une reconnaissance nationale et pour inciter le public à les apprécier et à les apprécier. Il s'agit d'un programme coopératif des gouvernements du Canada, des neuf provinces et des trois territoires. Un conseil national de 14 membres, créé en vertu de la Loi sur l'Agence Parcs Canada, administre le programme et approuve la désignation de rivières particulières.
Canadian High_Arctic_Ionospheric_Network/Réseau ionosphérique canadien de l'Extrême-Arctique :
Le Réseau ionosphérique canadien de l'Extrême-Arctique (CHAIN) est un ensemble d'instruments radio terrestres déployés dans l'Arctique canadien et exploités par l'Université du Nouveau-Brunswick. Les instruments CHAIN ​​comprennent des récepteurs GPS à haut débit et des ionosondes numériques. Après avoir traversé l'ionosphère terrestre, les signaux GPS micro-ondes transportent des informations sur le contenu électronique total (TEC). Ces informations sont couramment utilisées pour améliorer la précision du GPS et pour étudier la morphologie ionosphérique. Les ionosondes transmettent des impulsions de signaux radio dans les gammes Moyenne Fréquence (MF) et Haute Fréquence (HF), dont les échos sont analysés pour mesurer la hauteur et la densité de l'ionosphère. Les ionosondes numériques avancées utilisées dans le réseau CHAIN ​​sont également capables de mesurer le mouvement global du plasma ionosphérique. La plupart des instruments CHAIN ​​sont situés dans la calotte polaire définie comme une région de lignes de champ magnétique ouvertes. L'ionosphère de la calotte polaire est directement liée au champ magnétique interplanétaire porté par le vent solaire. La calotte polaire offre ainsi un poste d'observation pour l'étude des échanges d'énergie entre le vent solaire, la magnétosphère et l'ionosphère. CHAIN ​​fait partie intégrante du programme Canadian Geospace Monitoring (CGSM). Il fournit un soutien au sol pour les missions spatiales scientifiques canadiennes et internationales telles que THEMIS et CASSIOPE. En janvier 2012, la Fondation canadienne pour l'innovation a annoncé le financement du Réseau ionosphérique canadien élargi dans l'Extrême-Arctique (ECHAIN). Ce financement a été utilisé pour ajouter 15 récepteurs du système mondial de localisation (GPS) au réseau existant de récepteurs GPS et de radars du Réseau ionosphérique canadien dans l'Extrême-Arctique (CHAIN). Les données contribueront de manière significative aux progrès de la recherche spatiale en fournissant une meilleure compréhension des processus dans le système Soleil-Terre.
Hauts_commissariats du Canada/Hauts-commissariats du Canada :
Les hauts-commissariats du Canada sont des missions diplomatiques canadiennes dans les États du Commonwealth. Ils sont l'équivalent des ambassades dans les États non membres du Commonwealth. Liste des hauts-commissaires du Canada en Australie de 1939 à aujourd'hui Liste des haut-commissaires du Canada à Terre-Neuve de 1941 à 1949 Liste des hauts-commissaires du Canada en Nouvelle-Zélande de 1940 à aujourd'hui Liste des hauts-commissaires du Canada au Royaume-Uni de 1880 à aujourd'hui Liste des haut-commissaires du Canada en Inde Liste des hauts-commissaires du Canada à la Barbade de 1966 à aujourd'hui Liste des hauts-commissaires du Canada au Belize Liste des haut-commissaires du Canada à Hong Kong ?-1997
Canadian Historical_Aircraft_Association/Association canadienne des aéronefs historiques :
La Canadian Historical Aircraft Association est l'ancien nom du Musée de l'aviation du Canada, un organisme sans but lucratif basé à Windsor, en Ontario, qui s'est engagé à préserver les aéronefs qui ont une importance pour l'histoire de l'aviation canadienne. Ils ont un Boeing Stearman de 1941, un Mark IV Harvard de 1952, un Fairchild 24R "Argus" de 1946 et deux de Havilland Chipmunks disponibles pour des survols d'événements spéciaux et des vols de dons. Le Musée de l'aviation du Canada est responsable de l'entretien et de la restauration du Lancaster FM212 qui a été acheté par la ville de Windsor en 1964. Le bombardier Lancaster a été exposé à Jackson Park pendant de nombreuses années et a été transporté aux installations de restauration du Musée de l'aviation du Canada à l'aéroport de Windsor afin de le protéger des intempéries. Un Canadair Silver Star, plus communément appelé T-33, est en exposition statique. Le CH2A construit également un bombardier de Havilland Mosquito basé sur le KB161, le premier bombardier Mosquito de fabrication canadienne à entrer dans la Seconde Guerre mondiale. Des pièces ont été récupérées d'un site d'écrasement à Pelly Lake et sont intégrées au projet. Ils restaurent également un Tiger Moth en état de vol. Cet avion a déjà servi dans leur hangar en tant qu'entraîneur à la No.7 Elementary Flying Training School dans les années 1940. D'autres projets de restauration incluent un Silver Dart à l'échelle 1/2 et un LINK Trainer fonctionnel. Le président actuel du Musée canadien de l'aviation est Don Christopher.
Canadian Historical_Association/Société historique du Canada :
La Société historique du Canada (SHC) est une organisation canadienne fondée en 1922 dans le but de promouvoir la recherche historique et l'érudition. Il s'agit d'un organisme caritatif bilingue à but non lucratif, le plus grand du genre au Canada. Selon l'Association, elle "vise à encourager l'intégration des connaissances et des perspectives historiques dans les sphères savantes et publiques, à assurer l'accessibilité des ressources historiques et à défendre les droits et libertés des historiens émergents et professionnels dans la poursuite de l'histoire enquête ainsi que celles des titulaires d'un diplôme d'histoire qui utilisent les compétences d'analyse, de recherche, de communication et d'écriture qu'ils ont acquises au cours de leurs études pour poursuivre une variété de cheminements de carrière à l'intérieur ou à l'extérieur du milieu universitaire.
Service_dîner_historique_canadien/Service_dîner_historique_canadien :
Le Service de table historique canadien, à l'origine appelé Service de table d'État commémoratif Cabot, est un service de table de 204 pièces à huit services avec 24 couverts en porcelaine peinte à la main. Il a été créé en 1896-1897 pour commémorer le 400e anniversaire de la première visite au Canada d'un Européen, John Cabot. Les illustrations ont toutes des sujets canadiens, et il n'y a pas deux pièces identiques.
Canadian Historical_Review/Revue historique canadienne :
La Canadian Historical Review (CHR) est une revue savante au Canada, fondée en 1920 et publiée par University of Toronto Press. Le CHR publie des articles sur les idées, les personnes et les événements importants pour l'histoire du Canada, ainsi que des critiques de livres et des bibliographies détaillées de publications historiques canadiennes récentes. Le CHR couvre tous les sujets de l'histoire du Canada, allant des questions autochtones au libéralisme en passant par la Première Guerre mondiale. La CHR a deux objectifs majeurs : « promouvoir des normes élevées de recherche et d'écriture au Canada… et favoriser l'étude de l'histoire canadienne ». La Canadian Historical Review publie des articles dans les deux langues officielles du Canada, le français et l'anglais. Le Journal publie des versions en ligne et imprimées, et les abonnés peuvent rechercher et lire des milliers de publications antérieures via CHR Online ou Project MUSE.
Association_canadienne_de_hockey/Association canadienne de hockey :
Association canadienne de hockey peut faire référence à : Association canadienne de hockey (1909-10), une ligue professionnelle de hockey sur glace masculin Association canadienne de hockey (1968-1970), un organisme directeur du hockey sur glace junior au Canada Hockey Canada ou l'Association canadienne de hockey, l'organisme directeur corps pour le hockey sur glace au Canada
Association_canadienne_de_hockey_(1909%E2%80%9310)/Association canadienne de hockey (1909–10) :
L'Association canadienne de hockey (ACH) a été l'une des premières ligues professionnelles masculines de hockey sur glace. Elle a été fondée en novembre 1909 à la suite d'un différend au sein de l'Association de hockey de l'Est du Canada. L'ACH n'a survécu que quelques semaines de jeu en janvier 1910 avant que deux équipes ne sautent dans la nouvelle Association nationale de hockey (NHA), elle-même une ligue vieille de sept semaines, provoquant la dissolution de l'ACH. L'ACH a tenu la Coupe Stanley pendant ses huit semaines d'existence, le champion en titre Ottawa Hockey Club étant l'un des membres fondateurs.
Association_canadienne_de_hockey_(1968%E2%80%931970)/Association canadienne de hockey (1968-1970) :
L'Association canadienne de hockey (ACH) était un organisme directeur de hockey sur glace junior au Canada de 1968 à 1970. Elle a été formée lorsque la Ligue de hockey de l'Ouest canadien (WCHL) s'est séparée de l'Association canadienne de hockey amateur (CAHA), en raison de désaccords avec le L'ACHA et la Ligue nationale de hockey (LNH) ont établi le repêchage amateur de la LNH en 1967. Ron Butlin est devenu président de l'ACH et de la WCHL dans le but d'obtenir une meilleure entente financière pour les équipes de l'Ouest canadien qui avaient des dépenses plus élevées que les équipes de l'Est du Canada, et pour lutter contre la limite d'âge imposée aux joueurs par la LNH. Butlin s'opposait également à la structure de l'ACHA d'élus qui déterminaient la politique du hockey, plutôt qu'à la représentation par les propriétaires d'équipes et les exploitants d'entreprises de hockey. L'ACH a ajouté la Ligue de hockey junior de l'Ouest de l'Ontario (WOJHL) à ses rangs en opposition à la façon dont le hockey était contrôlé. La WOJHL s'est vu refuser le statut de niveau A de hockey junior financièrement souhaitable par l'Association de hockey de l'Ontario, bien qu'elle soit basée dans la région industrialisée du sud-ouest de l'Ontario, et était mécontente de perdre ses meilleurs joueurs chaque année au profit d'autres ligues de l'Ontario. La CHA a connu des difficultés de croissance au cours de son existence et n'a pas réussi à s'étendre dans le nord de l'Ontario et la Colombie-Britannique. Sa tentative d'établir un championnat national est-ouest en compétition avec la Coupe Memorial et la CAHA s'est terminée par une victoire par défaut des Bombers de Flin Flon lorsque les Barons de St. Thomas ont abandonné la série après une bagarre sur glace. La CHA et la CAHA ont également concouru pour l'utilisation d'officiels sur glace, ont eu des désaccords sur les contrats de droit civil pour les joueurs et ont vu une action en justice pour que la WCHL reçoive une compensation financière du repêchage amateur de la LNH. La WCHL a signé un accord de deux ans avec la CAHA en 1970, qui a obtenu une représentation directe au sein du conseil junior de la CAHA, la reconnaissance en tant que ligue de premier plan au Canada, la possibilité de sélectionner des joueurs de ligues de niveau inférieur, une qualification automatique pour la Coupe Memorial. finale et augmentation de la compensation financière de la LNH. La WCHL a concédé la limite d'âge de la LNH et la CAHA a accepté de distribuer l'argent du repêchage en circulation. Une fois que la WCHL a rejoint la CAHA, la CHA a ensuite été supprimée et la WOJHL a été remplacée par la Ligue de hockey junior A du sud de l'Ontario en 1970.
Ligue canadienne de hockey/Ligue canadienne de hockey :
La Ligue canadienne de hockey ( LCH ; français : Ligue canadienne de hockey ‒ LCH ) est une organisation faîtière qui représente les trois ligues juniors majeures de hockey sur glace basées au Canada . La LCH a été fondée en 1975 sous le nom de Ligue de hockey junior majeur du Canada et est composée de ses trois ligues membres, la Ligue de hockey de l'Ouest, la Ligue de hockey de l'Ontario et la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Pour la saison 2021-2022, ses trois ligues et 60 équipes représentent neuf provinces canadiennes (52 équipes) ainsi que quatre États américains (8 équipes). Le calendrier de la LCH se termine par le tournoi de la Coupe Memorial, qui voit chacun des trois champions des séries éliminatoires de la ligue, ainsi qu'une équipe hôte, jouer un tournoi à la ronde pour déterminer un champion national. La LCH accueille également le Match des meilleurs espoirs de la LCH/LNH, pour les meilleurs joueurs éligibles au repêchage de la ligue, ainsi que la Série Canada/Russie de la LCH, une série hors-concours de six matchs des étoiles contre une équipe de juniors russes. En réponse à l'invasion russe de l'Ukraine en 2022, la Ligue canadienne de hockey a annulé l'événement en 2022. Le président actuel est Dan MacKenzie, et Gilles Courteau et Ron Robison sont les vice-présidents.
Canadian Hockey_League_(homonymie)/Ligue canadienne de hockey (homonymie) :
La Ligue canadienne de hockey est une ligue junior majeure de hockey sur glace. La Ligue canadienne de hockey ou la Ligue canadienne de hockey ou la Ligue de hockey du Canada peut également faire référence à : Ligue canadienne de hockey junior, la ligue de hockey sur glace junior A Ligue canadienne de hockey amateur (1898) ligue de hockey sur glace précoce Ligue canadienne de hockey élite (2005) Ligue de hockey sur glace semi-professionnelle Ligue de hockey canado-américaine (1926) Ligue de hockey sur glace professionnelle Ligue de hockey de l'Ouest du Canada (1923) Ligue de hockey sur glace professionnelle AAA
Canadian Hockey_League_Players%27_Association/Association des joueurs de la Ligue canadienne de hockey :
L'Association des joueurs de la Ligue canadienne de hockey (CHLPA) était un syndicat proposé qui tentait de représenter les joueurs de la Ligue canadienne de hockey (LCH) et de ses trois ligues constitutives : la Ligue de hockey de l'Ontario (OHL), la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ ) et la Ligue de hockey de l'Ouest (WHL). L'objectif principal de la CHLPA tournait autour des programmes d'éducation que les trois ligues offrent aux joueurs pendant et après leur carrière de hockey junior. Son directeur général était l'ancien joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH) Georges Laraque. Le CHL a résisté à la création du syndicat et a été confronté à des menaces de poursuites judiciaires par le syndicat pour avoir opéré dans des conditions d'"atelier clandestin". Estimant que l'association était évasive dans ses demandes d'identification des personnes derrière le syndicat, le CHL a engagé des détectives privés. La CHLPA est tombée en désarroi deux mois après sa fondation en se demandant si Randy Gumbley, un homme reconnu coupable à deux reprises d'avoir fraudé des joueurs de hockey junior, était impliqué. Laraque a annoncé le 1er novembre 2012 qu'il quitterait ses fonctions de directeur général une fois qu'il aurait remis le syndicat naissant à un organisme établi.
Domicile canadien_%26_Pays/Domicile et pays canadiens :
Le magazine Canadian Home & Country a été lancé dans les années 1980 pour offrir des conseils de décoration et de style sur les maisons canadiennes traditionnelles. Le magazine a été relancé en 2000 en tant que magazine canadien sur les maisons de campagne et le style. Les articles portent sur la décoration intérieure, les recettes, les antiquités et les objets de collection, ainsi que des conseils de style. L'un des éditeurs était Cobi Ladner. La dernière rédactrice en chef était Erin McLaughlin. Publié huit fois par an, le magazine Canadian Home & Country appartenait à Transcontinental Media, qui a acheté l'éditeur original Avid Media en 2004. Le magazine organisait également le Canadian Home & Country Show chaque octobre. Transcontinental a fermé Canadian Home & Country en 2009.
Canadian Home_Builders%27_Association/Association canadienne des constructeurs d'habitations :
L'Association canadienne des constructeurs d'habitations (ACCH) est un organisme sans but lucratif qui représente la construction résidentielle et les entreprises de l'industrie connexe au Canada. Elle a été fondée en 1943, suivant de près l'adoption du Code national du bâtiment du Canada en 1941, et compte aujourd'hui plus de 9 000 membres. L'organisation représente les intérêts des membres auprès des gouvernements locaux, provinciaux et fédéraux, et développe des positions et des solutions pour soutenir techniquement des pistes de devises et de solutions pour les membres. Les entreprises membres comprennent des constructeurs et des rénovateurs de maisons, des promoteurs immobiliers, des entrepreneurs spécialisés, des fabricants de produits et de matériaux, des fournisseurs de produits de construction, des établissements de crédit, des assureurs et des professionnels des services. L'ACCH fournit des informations aux acheteurs et aux propriétaires de maisons neuves pour comprendre les processus, la planification et les réglementations entourant l'accession à la propriété. L'ACCH est une ressource pour trouver des entrepreneurs pour les nouvelles constructions ou les rénovations, et pour résoudre les problèmes de normes de sécurité, d'assurance et de garantie.
Canada Home_Rotors_Safari/Canada Home Rotors Safari :
Le Canadian Home Rotors Safari est un hélicoptère en kit, produit par CHR International de Marianna, en Floride, et anciennement produit par Safari Helicopter (anciennement connu sous le nom de Canadian Home Rotors) d'Ear Falls, en Ontario. La conception rappelle celle d'un Bell 47 à petite échelle. hélicoptère. En fait, l'hélicoptère s'appelait à l'origine le Baby Belle, mais Bell Helicopters s'y est opposé et le nom a été changé en Safari.
Canadian Home_Video_Rating_System/Canadian Home Video Rating System :
Le Canadian Home Video Rating System (CHVRS) est un système de classification volontaire appliqué aux produits vidéo domestiques tels que les VHS et les DVD. Il est administré par la Motion Picture Classification Corporation of Canada, une filiale de la Motion Picture Association – Canada (MPA-C). Les cotes sont « moyennes » à partir de celles attribuées par les offices de cinéma provinciaux participants : Alberta, Colombie-Britannique, Manitoba, Maritimes (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard), Ontario et Saskatchewan (dont les cotes sont déterminées par la Colombie-Britannique) et appliquées par le distributeur d'emballages vidéo à domicile.
Atelier canadien à la maison/Atelier canadien à la maison :
Canadian Home Workshop était un magazine canadien publié depuis 1977. Sa dernière publication était le numéro d'hiver 2014. Le magazine présentait du contenu sur le bricolage et le travail du bois. Le quartier général était à Toronto. Son ancien siège social était à Markham, en Ontario. Publié six numéros par an, il présentait des articles sur des idées de projets, des profils d'outils, des idées de techniques et de conception, des informations pratiques sur la rénovation et l'entretien de la maison et des conseils d'atelier. Le magazine était auparavant publié sur une base mensuelle. Le magazine appartenait à Avid Media jusqu'en 2004, date à laquelle Transcontinental a acquis le titre. Puis le magazine a été vendu en septembre 2009 (avec le titre sœur Outdoor Canada magazine) à Cottage Life Media Inc. Canadian Home Workshop était l'autorité canadienne en matière de rénovation domiciliaire et de travail du bois depuis 33 ans. Le magazine a fourni à ses lecteurs un mélange de projets de menuiserie classiques et contemporains, y compris des informations pour les débutants qui développeraient leurs compétences et des techniques plus avancées pour défier et inspirer.
Maisons_et_jardins_canadiens/Maisons et jardins canadiens :
Canadian Homes and Gardens était un magazine publié par Maclean-Hunter au Canada de 1925 à 1962, succédé par Canadian Homes, qui a été publié jusqu'en 1978. Il ciblait un marché de la classe moyenne supérieure ou de la classe supérieure, principalement des femmes, donnant des conseils sur la décoration de la maison. . La distinction entre contenu éditorial et publicité était floue.
Canadian Horse_Racing_Hall_of_Fame/Hall of Fame canadien des courses de chevaux :
Le Temple de la renommée des courses de chevaux du Canada a été créé en 1976 pour rendre hommage à ceux qui ont apporté une contribution importante au sport des courses de chevaux attelés et pur-sang au Canada. Il est situé à l'hippodrome Woodbine à Toronto, en Ontario. Le Temple de la renommée intronise chaque année des chevaux pur-sang et standardbred, des conducteurs de sulky, des jockeys, des entraîneurs et des bâtisseurs de l'industrie des courses de chevaux.
Cheval_canadien_de_l'année/Cheval canadien de l'année :
Le Cheval canadien de l'année est un honneur de course de chevaux pur-sang décerné chaque année depuis 1951 par le Jockey Club du Canada. Il s'agit de l'honneur le plus prestigieux dans les courses de chevaux pur-sang au Canada. Faisant partie du programme Sovereign Awards depuis 1975, il est similaire au prix Eclipse pour les honneurs du cheval américain de l'année décerné aux États-Unis. Les règles d'admissibilité originales stipulaient que le gagnant devait être un cheval de race canadienne qui avait fait sa « meilleure course » au Canada. En 1964, la règle a été modifiée pour Northern Dancer, qui était de race canadienne mais dont les victoires les plus notables sont survenues aux États-Unis lorsqu'il a remporté le Kentucky Derby et Preakness Stakes. Finalement, l'exigence que le cheval soit élevé au Canada a également été abandonnée. Les règles actuelles exigent simplement que le cheval ait couru au moins trois fois au Canada au cours de l'année donnée (deux fois pour les chevaux de deux ans).
Canadian Hot_100/Canadian Hot 100 :
Le Canadian Hot 100 est un classement des records de l'industrie musicale au Canada pour les chansons, publié chaque semaine par le magazine Billboard. Le Canadian Hot 100 a été lancé le 31 mars 2007 et est actuellement le classement standard des records au Canada; un nouveau graphique est compilé et officiellement rendu public par Billboard tous les mardis. Le graphique est similaire au Hot 100 de Billboard basé aux États-Unis en ce sens qu'il combine les ventes physiques et numériques mesurées par Nielsen SoundScan, les données d'activité de streaming fournies par les sources de musique en ligne et la diffusion radio mesurée par Broadcast Data Systems. La diffusion à la radio du Canada est le résultat de la surveillance de plus de 100 stations représentant les genres rock, country, adulte contemporain et Top 40. La première chanson numéro un du Canadian Hot 100 était "Girlfriend" d'Avril Lavigne le 31 mars 2007. le numéro de la semaine se terminant le 18 juin 2022, le Canadian Hot 100 a eu 180 chansons numéro un différentes. La chanson numéro un actuelle est "As It Was" de Harry Styles.
Comité_de_liaison_de_la_Chambre_des_communes_du_Canada/Comité de liaison de la Chambre des communes du Canada :
Le Comité de liaison de la Chambre des communes (LIAI) est un comité permanent non permanent de la Chambre des communes du Canada, créé en vertu de l'article 107(1) du Règlement, composé d'au moins sept membres et composé des présidents de tous les comités permanents. et les présidents des comités mixtes permanents de la Chambre des communes, qui peuvent également être membres de sous-comités. Il est responsable de la gestion des fonds du sous-comité du budget aux comités permanents du Bureau de régie interne et se réunit à huis clos pour discuter des questions administratives et financières relatives aux comités permanents. les membres associés du comité de liaison sont les vice-présidents des comités permanents et les vice-présidents de la Chambre des comités mixtes permanents.
Programme_page_de_la_chambre_des_communes_canadienne/Programme_page_de_la_page_de_la_Chambre_des_communes_canadienne :
Le Programme canadien des pages de la Chambre des communes est un programme de stages pour étudiants de la Chambre des communes du Canada. Chaque année, 40 étudiants de premier cycle sont sélectionnés dans le cadre d'un concours national pour travailler à la Chambre des communes en tant que pages. Les pages accomplissent des tâches cérémonielles et administratives, notamment : participer au défilé du président, livrer des documents et de l'eau aux députés à la Chambre et dans les comités de la Chambre, répondre au téléphone dans les halls et transmettre des messages aux députés, et aider le président. , greffiers, sergents d'armes et autres agents de la Chambre à la Chambre. Les pages travaillent en moyenne 15 heures par semaine à la Chambre des communes tout en étudiant à temps plein dans l'une des quatre universités (Université d'Ottawa, Université Carleton, Université du Québec en Outaouais ou Université Saint-Paul) dans la région de la capitale nationale. Ils reçoivent environ 16 587 $ (CAN) pour leur mandat d'un an, en 26 versements égaux. En plus de cela, 1 200 $ sont remis à la fin de l'emploi. Les pages participent à un certain nombre d'activités tout au long de l'année conçues pour enrichir leur expérience, y compris des rencontres avec des députés et des chefs de gouvernement. Ils rencontrent aussi fréquemment des groupes d'étudiants pour leur expliquer le fonctionnement de la Chambre et leurs devoirs de pages.
Canadian House_of_Commons_Special_Committee_on_Canada-China_Relations/Comité spécial de la Chambre des communes du Canada sur les relations Canada-Chine :
Le Comité spécial de la Chambre des communes sur les relations Canada-Chine (CACN) est un comité spécial de la Chambre des communes du Canada. Il a été créé lors du 43e Parlement canadien en 2019.
Canadian House_of_Commons_Special_Committee_on_Electoral_Reform/Comité spécial de la Chambre des communes du Canada sur la réforme électorale :
Le Comité spécial de la Chambre des communes sur la réforme électorale (ERRE) ( français : Comité spécial sur la réforme électorale ) était un comité spécial de la Chambre des communes du Canada créé lors de la 42e législature canadienne pour enquêter sur les réformes du système électoral canadien . La formation d'un « comité parlementaire multipartite chargé d'examiner... les réformes [électorales] » était une promesse électorale du chef du Parti libéral Justin Trudeau lors des élections fédérales de 2015. Après que les libéraux ont remporté la majorité aux élections et que Trudeau est devenu premier ministre du Canada, il a indiqué que la formation d'un comité spécial était une priorité dans sa lettre de mandat pour la ministre des Institutions démocratiques Maryam Monsef. Peu de temps après que le comité a déposé son rapport au Parlement le 1er décembre 2016, Monsef a été mutée au poste de ministre de la Condition féminine et Karina Gould a pris en main le dossier de la réforme électorale. Peu de temps après avoir pris ses fonctions, Gould a annoncé que le gouvernement ne poursuivrait plus la réforme du système électoral, déclarant : « Il est devenu évident que le large soutien nécessaire parmi les Canadiens pour un changement de cette ampleur n'existe pas.
Canadian House_of_Commons_Standing_Committee_on_Access_to_Information,_Privacy_and_Ethics/Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique de la Chambre des communes du Canada :
Le Comité permanent de l'accès à l'information, de la protection des renseignements personnels et de l'éthique (ETHI) de la Chambre des communes est un comité permanent de la Chambre des Communes du Canada. Le comité a été conçu lors de la première session de la 38e législature et a tenu sa première réunion en octobre 2004.
Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire de la Chambre des communes du Canada/Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire de la Chambre des communes du Canada :
Le Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire de la Chambre des communes (AGRI) est un comité permanent de la Chambre des communes du Canada.
Comité permanent du patrimoine canadien de la Chambre des communes du Canada/Comité permanent du patrimoine canadien de la Chambre des communes du Canada :
Le Comité permanent du patrimoine canadien (CHPC) est un comité permanent de la Chambre des communes du Canada. Le Comité est actuellement présidé par Scott Simms, avec les vice-présidents Alain Rayes et Martin Champoux. Le Comité étudie les politiques et programmes du ministère du Patrimoine canadien et de son portefeuille, qui concernent les domaines de la culture, du patrimoine et des droits de la personne. au Canada.
Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration de la Chambre des communes du Canada/Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration de la Chambre des communes du Canada :
Le Comité permanent de la citoyenneté et de l'immigration (CIMM) est un comité permanent de la Chambre des communes du Canada qui étudie les questions liées à la citoyenneté et à l'immigration au Canada. Il supervise Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada et la Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, ainsi que la surveillance de la politique fédérale relative au multiculturalisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Charles Russell 1786–1856""

Charles Robson/Charles Robson : Charles Robson peut faire référence à : Charles Robson (joueur de cricket) (1859-1943), joueur de crick...