Rechercher dans ce blog

lundi 23 mai 2022

Bnei Shimon


Bl%C3%A2me/Blâme :
Le Blâme ( français : le Blâme ), est une petite rivière de la région de Nouvelle-Aquitaine en France , un affluent gauche de l' Auvézère . Il mesure 6,1 km (3,8 mi) de long. Il coule entièrement dans le département de la Dordogne.
Bl%C3%A2mont/Blâmont :
Blâmont (prononciation française : [blamɔ̃]) est une commune du département de Meurthe-et-Moselle dans le nord-est de la France.
Bl%C3%A2nde%C8%99ti/Blândești :
Blândești est une commune du comté de Botoșani, dans l'ouest de la Moldavie, en Roumanie. Elle est composée de trois villages : Blândești, Cerchejeni et Șoldănești.
Bl%C3%A4ck F%C3%B6%C3%B6ss/Bläck Fööss :
Les Bläck Fööss (Ripuaire De Bläck Fööss) sont un groupe de musique de Cologne, en Allemagne, fondé en 1970.
Bl%C3%A4k/Bläk :
Bläk était un club privé et un restaurant à Helsinki, en Finlande, qui a ouvert ses portes en 2007 et fermé en 2015. Le club était situé au 8ème étage de la maison Koitto et avait une superficie totale de 250 mètres carrés. Il comprenait également une terrasse sur le toit partiellement couverte d'une superficie de 70 mètres carrés. Le restaurant, qui comptait 63 places, a été ouvert le 8 octobre 2007. Les locaux abritaient auparavant les bureaux du mouvement de tempérance Koitto. Le club sélectionnait ses membres. L'objectif au départ était d'avoir 150 à 200 membres. Au jour de l'ouverture, cet objectif avait déjà été dépassé. La cotisation de l'année d'ouverture était de 1 220 euros pour les particuliers et de 3 000 euros pour les entreprises. En 2010, il est passé à 1 500 euros pour les particuliers et à 3 750 à 4 750 euros pour les entreprises. Le restaurant a été le premier club privé destiné aux Finlandais. Il a gagné en publicité grâce à sa propriétaire minoritaire Jenni Dahlman-Räikkönen. L'adhésion au club nécessitait la recommandation des membres existants. L'adhésion au club offrait un numéro d'appel de taxi VIP, un chauffeur personnel et divers services de conciergerie, tels que la réservation de vols à l'étranger et l'organisation d'événements de luxe. Les opérations de Bläk ont ​​ensuite été gérées par Aki Seppänen Club Oy. La société opérative a dû être changée car l'ancien Bläk avait rencontré des difficultés financières. Les propriétaires précédents étaient la société de marketing Louder et FS Holding avec une part de marché totale de 80 %. Le club n'a pas publié sa liste de membres. Selon des informations de presse, ses membres comprenaient au moins Susanna Penttilä, Vanessa et Jari Kurri, Emilia et Mikko Leppilampi, Jari Litmanen, Jaana Pelkonen, Kirsi Ylijoki et Eicca Toppinen. Le club a fermé ses portes en 2015.
Bl%C3%A4serklasse/Bläserklasse :
Bläserklasse ("classe de soufflage") est une classe d'éducation musicale spécialisée dans les instruments à vent, c'est-à-dire les bois et les cuivres. Tous les étudiants passent généralement au moins 2 ans à étudier un instrument, la classe formant un orchestre à vent composé d'un amalgame d'instruments à vent et de cuivres.
Bl%C3%A4strad levande/Blästrad levande :
Blästrad levande est un album live du groupe hardcore LOK, sorti en 2003.
Bl%C3%A4tter f%C3%BCr_Menschenrecht/Blätter für Menschenrecht :
Le Blätter für Menschenrecht (en anglais : "Pages for Human Rights") était un périodique gay allemand fondé par Friedrich Radszuweit, militant et éditeur des droits LGBT, en février 1923. Son supplément littéraire était Die Insel, et le Blätter était associé au Bund. für Menschenrecht (en anglais : "Society for Human Rights"), une organisation de défense des droits des LGBT. Le journal était publié régulièrement (mensuellement, parfois hebdomadairement) et passait en revue des informations littéraires, cinématographiques et scientifiques et des représentations des minorités de genre et sexuelles (c'est-à-dire des intermédiaires sexuels) . Les positions du magazine reflétaient généralement celles du premier mouvement homosexuel en Allemagne. Cela comprenait l'abolition du paragraphe 175 (qui criminalisait le sexe gay), la campagne contre le chantage des homosexuels et pour l'intégration des personnes LGBT dans la société en général. Le magazine a cessé de paraître en 1933, l'année où Adolf Hitler a pris le pouvoir.
Bl%C3%A4ttersberg/Blättersberg :
Le Blättersberg près de Rhodt unter Rietburg dans le comté rhénan-palatin de Südliche Weinstraße est une montagne, à 613,2 m d'altitude (RHN), dans la forêt palatine dans l'état allemand de Rhénanie-Palatinat. La montagne a un sommet nord (613,2 m) et un sommet sud (606,0 m); sur ce dernier se trouve la tour d'observation Ludwig.
Bl%C3%A5/Blå :
Blå ("Blue") est un club de jazz à Grünerløkka, Oslo, Norvège. Blå a ouvert le 28 février 1998; les initiateurs étaient Kjell Einar Karlsen et Martin Revheim. Il est situé dans un bâtiment d'usine près d'Akerselva, une rivière qui traverse le centre-ville. Darwin Porter de Frommer's décrit le club comme "le principal club de jazz d'Oslo. Sombre et industriel, avec beaucoup de fer forgé et un éclairage doux, cet endroit accueille certains des meilleurs groupes de jazz au monde. La foule est un mélange de jeunes et de vieux, vêtu d'une tenue décontractée mais sophistiquée." Malgré cela, le club a également présenté d'autres genres musicaux, tels que la pop, le rock, l'électronique et le hip-hop.
Bl%C3%A5 Jungfrun/Blå Jungfrun :
Blå Jungfrun, également connu sous le nom de "Blåkulla", en anglais parfois traduit littéralement par The Blue Maiden, est une île suédoise de la mer Baltique. Il est situé dans le détroit de Kalmar, entre la province continentale de Småland et la province insulaire d'Öland. Sur le plan administratif, l'île inhabitée fait partie de la municipalité d'Oskarshamn et couvre une superficie d'environ 0,7 km2 (0,27 milles carrés) avec une hauteur moyenne au-dessus du niveau de la mer de 86 m (282 pieds). Abritant des guillemots noirs et un parc national suédois depuis 1926, la liberté de se déplacer à Blå Jungfrun est limitée, les visiteurs n'ayant pas le droit de passer la nuit sur l'île ou de faire des feux. L'île se compose en partie de roche nue et le reste est recouvert d'une forêt dense de feuillus. Il y a plusieurs grottes et un ancien labyrinthe de pierre dont il est interdit d'enlever des pierres. Géologiquement, l'île est un ancien inselberg s'élevant de la pénéplaine sous-cambrienne. Après sa formation dans le Précambrien, Blå Jungfrun a été enterré dans du grès, ce qui l'a protégé de toute nouvelle érosion, jusqu'à ce qu'il soit finalement libéré de sa couverture de grès à une époque géologiquement récente. En 2014, l'île est devenue un objet d'intérêt archéologique lorsqu'un groupe de chercheurs a découvert une couche culturelle après avoir sondé le sol. À l'époque, les autorités leur avaient donné l'autorisation de n'opérer que dans une petite zone et ne pouvaient pas prélever d'échantillons ; trois ans plus tard, ils ont pu récupérer des éclats de quartz, qui datent de l'âge de pierre et avaient probablement été produits par une colonie de chasseurs-cueilleurs. L'âge exact du site reste incertain, mais on estime qu'il a existé vers 8500 avant JC, il y a environ 10.000 ans.
Bl%C3%A5 Jungfrun_%C3%96stra_Lighthouse/Phare Blå Jungfrun Östra :
Blå Jungfrun Östra est un phare situé dans la ville côtière d'Oskarshamn en Suède, en Europe.
Bl%C3%A5 T%C3%A5get/Blå Cible :
Blå Tåget (lit. The Blue Train) est un groupe de progg suédois qui portait le nom de Gunder Hägg, le nom d'un légendaire coureur suédois, mais après des conflits de noms, ils ont changé de nom pour Blå Tåget (qui était un tour à le parc d'attractions Gröna Lund) en 1972. Leurs paroles (principalement écrites par Bengtsson, Rasmusson, Berger et Nylén) couvrent un large éventail, de l'analyse marxiste et des invitations à la révolution à la satire, la critique d'art, la nostalgie de l'enfance des années 1940, les images de la vie quotidienne et oeuvres pop art expérimentales. Un thème récurrent, du moins dans leurs premières œuvres, est la critique de Saltsjöbadsandan ; le modèle suédois qui mélange capitalisme et socialisme par la coopération plutôt que par le conflit entre le gouvernement, les grandes entreprises et les syndicats. Une chanson sur ce thème, "Den ena handen vet vad den andra gör", a été reprise par le groupe punk Ebba Grön (rebaptisé "Staten och kapitalet", avec certaines paroles omises) et est devenue un tube en 1980. Elle reste celle de Blå Tåget. chanson la plus connue aujourd'hui.
Bl%C3%A5 bl%C3%A5_k%C3%A4nslor/Blå blå känslor :
Blå blå känslor est un album de 2014 du groupe suédois Drifters.
Bl%C3%A5 himlen_blues/Blå himlen blues :
Blå himlen blues (Blue Heaven Blues) est un album du groupe de rock suédois Imperiet, sorti en 1985, et produit à Stockholm par le producteur américain Jeff Eyrich.
Bl%C3%A5 m%C3%A5ndag/Blå måndag :
Blå måndag (Blue Monday) est un film suédois de 2001 réalisé par Anders Lennberg, avec Eva Röse et Göran Gillinger.
Bl%C3%A5 vind/Blå vind :
Blå vind est un album studio de 2002 de Candela. Pour cet album, le groupe a reçu un Grammis Award dans la catégorie "Dansband of the Year".
Bl%C3%A5berg/Blåberg :
Blåberg est une montagne située à l'ouest du village d'Øvre Årdal, dans la municipalité d'Årdal, dans le comté de Vestland, en Norvège. C'est un lieu de randonnée touristique bien connu et il est également connu pour ses mines de cuivre. On l'appelait parfois la montagne de la mine. Blåberg était le site d'extraction du cuivre à partir du 18ème siècle lorsque de riches sources de cuivre ont été découvertes, et l'exploitation minière a commencé sur la montagne et les vallées environnantes autour de l'Årdalsfjorden qui fait partie du Sognefjord.
Bl%C3%A5berget/Blåberget :
Blåberget est une montagne de la municipalité de Dovre dans le comté d'Innlandet, en Norvège. La haute montagne de 1 665 mètres (5 463 pieds) est située dans les montagnes de Dovrefjell et à l'intérieur du parc national de Dovre, à environ 17 kilomètres (11 mi) au nord-est du village de Dombås. La montagne est entourée de plusieurs autres montagnes remarquables, dont Gråhøe au sud-est, Falketind et Halvfarhøe au sud, et Storhøe et Fokstuguhøi au sud-ouest.
Bl%C3%A5bergi/Blåbergi :
Blåbergi est une montagne située dans la municipalité de Hol, dans le comté de Buskerud, en Norvège. C'est au sud de Fossedalen, au sud-est de Fossebrea et au sud-ouest de Nuten.
Bl%C3%A5breah%C3%B8e/Blåbreahøe :
Blåbreahøe est une montagne à la frontière de la municipalité de Vågå et de la municipalité de Lom dans le comté d'Innlandet, en Norvège. La haute montagne de 2 196 mètres (7 205 pieds) est située dans les montagnes de Jotunheimen dans le parc national de Jotunheimen. La montagne se trouve à environ 33 kilomètres (21 mi) au sud du village de Fossbergom et à environ 45 kilomètres (28 mi) au sud-ouest du village de Vågåmo. La montagne est entourée de plusieurs autres montagnes remarquables, notamment Veotinden et Styggehøbretindan au nord; Surtningssuoksle à l'est; Surtningssue au sud-est; Reinstinden, Raudhamran et Hinnotefjellet au sud-ouest; Store Hellstugutinden, Nestsøre Hellstugutinden et Søre Hellstugutinden à l'ouest; et Austre Memurutinden et Store Memurutinden au nord-ouest.
Émetteur Bl%C3%A5b%C3%A4rskullen/émetteur Blåbärskullen :
L'émetteur Blåbärskullen ( suédois : Blåbärskullenmasten ) est une installation de diffusion FM / TV à Sunne en Suède, qui est entrée en service le 2 septembre 1960. Il a utilisé comme tour d'antenne un mât haubané de 323 mètres (1 060 pieds) de haut, qui était à moment de l'achèvement l'une des plus hautes structures de Suède. Le 27 décembre 1979, le sommet du mât avec les antennes de télédiffusion s'effondre à la suite d'une accumulation excessive de glace. Ensuite, un mât temporaire de 72 mètres (236 pieds) de haut a été érigé, tandis que l'ancien mât mesurait maintenant 274 mètres (899 pieds) de haut. Le mât fut équipé par la suite de nouvelles antennes de diffusion.
Bl%C3%A5b%C3%A4rssoppa/Blåbärssoppa :
Blåbärssoppa ou soupe aux myrtilles ( finnois : mustikkakeitto , islandais : bláberjasúpa ) est une soupe nordique à base de myrtilles, qui peut être servie froide ou chaude. Il est sucré et contient de l'amidon, ce qui lui donne une consistance assez épaisse. Il est servi soit en soupe, souvent accompagné de bouillie, soit en boisson. Aux États-Unis, blåbärssoppa est importé et vendu sous le nom commercial Blåbär. La blåbärssoppa peut être faite maison à partir de myrtilles, de sucre, d'eau et de fécule de pomme de terre, ou elle peut être achetée prête à l'emploi ou sous forme de poudre, à mélanger avec de l'eau. Le mot suédois pour myrtille, blåbär, signifie littéralement "myrtille", mais la boisson n'est pas fabriquée à partir de la myrtille nord-américaine (section Cyanococcus du genre Vaccinium), mais de la myrtille apparentée mais distincte, Vaccinium myrtillus, qui pousse à l'état sauvage dans toute la Scandinavie et dans d'autres parties de l'Europe.
Bl%C3%A5dalsvatnet/Blådalsvatnet :
Blådalsvatnet est un lac glaciaire situé dans la municipalité de Kvinnherad, dans le comté de Vestland, en Norvège. Le lac de 2,89 kilomètres carrés (1,12 milles carrés) se trouve juste à l'extérieur du parc national de Folgefonna, à environ 10 kilomètres (6,2 milles) au nord du village d'Indre Matre. Le lac est formé par le ruissellement glaciaire du grand glacier Folgefonna situé juste au nord du lac. Le lac fait partie du système hydraulique utilisé pour alimenter la centrale hydroélectrique de Blåfalli kraftverk.
Bl%C3%A5fjella%E2%80%93Skj%C3%A6kerfjella National_Park/Blåfjella–Skjækerfjella National Park :
Le parc national de Blåfjella–Skjækerfjella (norvégien : Blåfjella-Skjækerfjella nasjonalpark, sami du sud : Låarte-Skæhkere vaarjelimmiedajve) se situe dans le comté de Trøndelag, en Norvège. C'est le troisième plus grand parc national du continent norvégien et l'une des plus grandes zones de nature sauvage restantes. Il est situé dans les municipalités de Verdal, Snåsa, Grong, Lierne et Steinkjer. Le terrain est caractérisé par des plaines montagneuses, des lacs, des vallées boisées, des marais et quelques sommets montagneux (Midtliklumpen atteint 1 333 mètres ou 4 373 pieds au-dessus du niveau de la mer). Le peuple Sami a vécu et utilisé la région pendant plusieurs siècles. Il existe de nombreux monuments culturels sami ici, tels que des colonies, des lieux de rassemblement, des lieux de sépulture et des lieux sacrés. Le parc offre de bonnes opportunités pour la chasse, la pêche et d'autres loisirs de plein air. Le terrain est propice à la chasse au lagopède et à d'autres petits gibiers, et il existe un certain nombre de lacs avec de la truite brune et de l'omble chevalier. Il existe de nombreux sentiers de randonnée, dont certains sont balisés, mais pas en hiver. Il y a aussi quelques chalets de montagne disponibles pour les nuitées. Le parc national de Gressåmoen, qui a été créé en 1970 et avait une superficie de 182 kilomètres carrés (70 milles carrés), a été intégré au parc national de Blåfjella-Skjækerfjella en 2004. Le parc national de Lierne est situé juste à l'est du parc national de Blåfjella – Skjækerfjella.
Bl%C3%A5g%C3%A5rd/Blågård :
Blågård, également Blaagaard ou Blågård Slot, était une maison de campagne royale près de Peblinge Sø dans l'actuel quartier de Nørrebro à Copenhague, au Danemark. Construit en 1706 par le prince Charles de Danemark, il fut transformé en 1780 en usine de vêtements avant de devenir une institution de formation des enseignants en 1791. Après avoir servi d'hôpital au début du XIXe siècle, il devint en 1828 le premier théâtre de Nørrebro jusqu'à ce qu'il soit détruit par incendie en 1833. Aujourd'hui, le nom subsiste dans Blågårds Plads, Blågårdsgade et les développements connexes dans la région.
Bl%C3%A5g%C3%A5rds Plads/Blågårds Plads :
Blågårds Plads (lit. "Blue House Square") est une place publique attachée à Blågårdsgade, une rue latérale de Nørrebrogade dans le quartier de Nørrebro à Copenhague, au Danemark. C'est un lieu populaire pour les événements et diverses activités en été.
Bl%C3%A5g%C3%A5rdsgade/Blågårdsgade :
Blågårdsgade est une rue principalement piétonne du quartier Nørrebro de Copenhague, au Danemark. Il va de Nørrebrogade au nord-est à Åboulevard au sud-ouest et passe la place Blågårds Plads. La rue est connue pour ses nombreux magasins et cafés.
Bl%C3%A5h%C3%B8/Blåhø :
Blåhø ou ses variantes peuvent faire référence à : Blåhøa, montagne à Oppdal, Norvège Blåhøe, montagne à Skjåk, Norvège Blåhøi, montagne à Lesja, Norvège Blåhø (Vågå), montagne à Vågå et Dovre, Norvège Blåhøin, montagne à Dovre, Norvège
Bl%C3%A5h%C3%B8 (V%C3%A5g%C3%A5)/Blåhø (Vågå) :
Blåhø ou Blåhøe est une montagne du comté d'Innlandet en Norvège. La haute montagne de 1 617 mètres (5 305 pieds) est située à la frontière des municipalités de Vågå et Dovre. Il est situé à environ 10 kilomètres (6,2 mi) au sud du village de Dovre et à environ 10 kilomètres (6,2 mi) à l'est du village de Vågåmo. L'autoroute européenne E6 passe devant le côté est de la montagne.
Bl%C3%A5h%C3%B8a/Blåhøa :
Pour le sommet de la montagne Blåhøi à Innlandet, en Norvège, voir Blåhøi. Blåhøa (ou Blåhø) est une montagne de la municipalité d'Oppdal dans le comté de Trøndelag, en Norvège. C'est la plus haute montagne du côté nord-est de la chaîne de montagnes Trollheimen. La montagne est située dans la partie nord-ouest de la municipalité d'Oppdal, à environ 5 kilomètres (3,1 mi) au nord du lac Gjevilvatnet, à environ 14 kilomètres (8,7 mi) à l'ouest de Nerskogen (à Rennebu) et à environ 20 kilomètres (12 mi) au nord-ouest de Vognillan. La haute montagne de 1 671 mètres (5 482 pieds) a une proéminence topographique de 910 mètres (2 990 pieds). Le tunnel glaciaire de Speilsalen était situé à environ 1,5 kilomètre (0,93 mi) au nord-est du sommet.
Bl%C3%A5h%C3%B8e/Blåhøe :
Blåhøe est une montagne de la municipalité de Skjåk, dans le comté d'Innlandet, en Norvège. La haute montagne de 1 959 mètres (6 427 pieds) est située dans les montagnes de Tafjordfjella et à l'intérieur du parc national de Reinheimen, à environ 25 kilomètres (16 mi) au nord-ouest du village de Bismo et à environ 22 kilomètres (14 mi) au nord-est du village de Grotli. . La montagne est entourée de plusieurs autres montagnes remarquables, notamment Dørkampen et Høggøymen au nord-ouest, Digerkampen au nord, Holhøi au nord-est, Gråhø à l'est, Skarvedalseggen et Nørdre Svarthaugen au sud-est et Stamåhjulet au sud.
Bl%C3%A5h%C3%B8i/Blåhøi :
Blåhøi est une montagne de la municipalité de Lesja, dans le comté d'Innlandet, en Norvège. La haute montagne de 1668 mètres (5472 pieds) se trouve à environ 1,7 kilomètre (1,1 mi) au sud-est de la plus grande montagne Storhøi et à environ 3,9 kilomètres (2,4 mi) à l'ouest de la montagne Merratind. Les autres montagnes environnantes incluent Svarthøi au nord-ouest et Vangshøi au sud-est. Le village de Lesjaskog et le lac Lesjaskogsvatnet se trouvent à environ 6 kilomètres (3,7 mi) au sud de la montagne.
Bl%C3%A5kampen/Blåkampen :
Blåkampen est une montagne de l'Innlandet, dans le sud de la Norvège.
Bl%C3%A5kulla/Blåkulla :
Blåkulla est suédois pour "Blue hill", et peut faire référence à : Blå Jungfrun, île suédoise de la mer Baltique Blockula, île légendaire où les sorcières se marient avec le diable Bâtiments résidentiels bleus à Hagalund, Solna Quartier résidentiel à Laholm
Bl%C3%A5ljus!/Blåljus! :
Blåljus ! est une série de romans de poche en six volumes de Margit Sandemo et publiée par la filiale suédoise Boknöje AB de la publication norvégienne Bladkompaniet en 2004. Blåljus! est le nom suédois de la série, et elle est également sortie en norvégien la même année sous le nom de Blålys ! Il n'a pas été traduit en anglais ou dans une autre langue, mais la traduction anglaise du nom pourrait être le Bluelight ! Blåljus ! ne consiste pas en des événements surnaturels ou des lieux historiques et des personnes s'écartent des romans précédents de Margit Sandemo. L'auteur a suivi dans cette série de romans son précédent roman De svarta riddarnas footprints. Les deux séries prennent leur place au 21e siècle. Il s'agit d'une ambulancière Lisa et de ses collègues, qui sont toujours prêts à aider les gens en cas de détresse. L'intrigue se déroule dans le milieu hospitalier ordinaire de la ville fictive norvégienne appelée Storestad. Le roman décrit la vie des ambulanciers dans leur travail ainsi que dans leurs temps libres. Publication de Blåljus! frappe au même moment que le 80e anniversaire de l'auteur.
Bl%C3%A5manen/Blåmanen :
Blåmanen est l'une des sept montagnes qui entourent le centre de la ville de Bergen dans le comté de Vestland, en Norvège. La haute montagne de 554 mètres (1 818 pieds) est située à l'est de la montagne Fløyen, ce qui la rend quelque peu difficile à voir depuis le centre-ville de Bergen. La montagne Rundemanen se trouve juste au nord de Blåmanen.
Bl%C3%A5mannsisen/Blåmannsisen :
Blåmannsisen (norvégien) ou Ålmåjalosjiegņa (Lule Sami) (anglais : glacier Blåmann) est le cinquième plus grand glacier de la Norvège continentale. Il est situé à la frontière des municipalités de Fauske et Sørfold dans le comté de Nordland, en Norvège, à seulement 2 kilomètres (1,2 mi) à l'ouest de la frontière avec la Suède. Son point culminant est de 1 560 mètres (5 120 pieds) au-dessus du niveau de la mer et son point le plus bas est à une altitude de 810 mètres (2 660 pieds). Trois glaciers de sortie s'étendent de la calotte glaciaire. Un petit exutoire se déverse sur une crête sous-glaciaire au nord, endiguant un lac sans nom, entraînant des inondations occasionnelles. A l'est un large exutoire s'étend vers le lac, Leirvatnet. Un autre exutoire descend en pente raide vers l'ouest. Les débouchés ouest et nord sont fortement crevassés, tout comme le museau du glacier oriental vêlant dans Leirvatnet. Le glacier vêle également dans le lac Blåmannsisvatnet, ce qui entraîne de vastes crevasses dans le glacier au-dessus de ce lac. Compte tenu du degré de crevasse aux marges, traverser le glacier peut être dangereux, en particulier à la fin du printemps ou au début de l'été lorsque les ponts de neige peuvent être faibles. Blåmannsisen se déverse dans les réseaux hydroélectriques norvégiens locaux exploités par Elkem et Saltens Kraftsamband et dans celui de Luleälv, en Suède. Le lac de barrage de glace sur la marge nord produit occasionnellement des jökulhlaups (également connus sous le nom d'inondations de lac glaciaire). La calotte glaciaire a généralement une épaisseur de 200 à 400 m (660 à 1 310 pieds), dépassant 800 mètres (2 600 pieds) par endroits. L'altitude de la ligne d'équilibre (ELA) est d'environ 1 100 mètres (3 600 pieds) sur le côté est de la calotte glaciaire, au-dessus de la sortie de Leirvatnet. L'imagerie satellite, y compris celle utilisée par Google Earth, montre de vastes névés exposés suggérant que l'ELA s'est retirée ces dernières années en commun avec d'autres calottes glaciaires tempérées en Norvège. La marge sud du glacier présente un avant-champ exposé depuis le retrait du maximum du «petit âge glaciaire» avec une moraine d'extrémité bien formée marquant une ancienne marge.
Bl%C3%A5mannsisvatnet/Blåmannsisvatnet :
Blåmannsisvatnet est un lac de la municipalité de Fauske dans le comté de Nordland, en Norvège. Le lac de 3,76 kilomètres carrés (1,45 milles carrés) se trouve sur le bord sud-est du grand glacier Blåmannsisen, à environ 35 kilomètres (22 milles) à l'est de la ville de Fauske. La frontière avec la Suède est située à environ 6 kilomètres (3,7 mi) à l'est du lac.
Bl%C3%A5m%C3%A5ken/Blåmåken :
Blåmåken est l'île la plus au nord-est de Menkeøyane, qui fait partie des Mille-Îles, un archipel norvégien au sud d'Edgeøya.
Bl%C3%A5nabbane Nunataks/Blånabbane Nunataks :
Les Nunataks de Blånabbane (68°2′S 63°1′E) sont un petit groupe de nunataks à environ 15 milles marins (30 km) à l'est du mont Twintop à Mac. Terre de Robertson. Ils ont été cartographiés et nommés par des cartographes norvégiens travaillant à partir de photos aériennes prises par l'expédition Lars Christensen, 1936–37.
Bl%C3%A5nibba/Blånibba :
Blånibba ou Gjegnet ou Uksen est la plus haute montagne de la municipalité de Bremanger dans le comté de Vestland, en Norvège. La montagne de 1 670 mètres de haut (5 480 pieds) a une proéminence topographique de 1 460 mètres (4 790 pieds), la cinquième plus haute en Norvège. Le glacier Gjegnalundsbreen se trouve directement à l'est de la montagne. La montagne est à environ 10 kilomètres (6,2 mi) au sud-est du village d'Ålfoten à Bremanger et à environ 22 kilomètres (14 mi) au nord-ouest du village de Sandane dans la municipalité voisine de Gloppen.
Bl%C3%A5sen nu_alla/Blåsen nu alla :
Blåsen nu alla, "All blow now!", Est l'une des chansons les plus connues et les plus appréciées du poète et interprète suédois Carl Michael Bellman, de son recueil de 1790, Fredman's Epistles, où elle est n° 25. C'est une pastorale , basé sur le tableau rococo de François Boucher de 1740 Triomphe de Vénus. L'épître est sous-titrée "Som är ett försök till en pastoral i bacchanalisk smak, skriven vid Ulla Winblads överfart till Djurgården" (qui est une tentative de pastorale au goût bachique, écrite lors de la traversée d'Ulla Winblad vers Djurgården)
Bl%C3%A5sippor/Blåsippor :
Blåsippor , également connu après les premiers mots Blåsippan ute i backarna står , est une chanson printanière pour enfants avec des paroles écrites par Anna Maria Roos. Il a été initialement publié sous forme de poème dans Lilla Elnas sagor en 1894. Il a été mis en musique par Alice Tegnér et publié sous forme de chanson en 1895 dans le volume 3 de "Sjung med oss, mamma!"
Île Bl%C3%A5skimen/Île Blåskimen :
L'île de Blåskimen est une île haute et couverte de glace à environ 15 kilomètres (8 milles marins) au nord de l'île de Novyy, à la jonction de la plate-forme de glace de Jelbart et de la plate-forme de glace de Fimbul, Queen Maud Land. L'île s'élève à environ 300 mètres (1000 pieds) au-dessus du niveau général de la banquise et est entourée par cette glace, à l'exception du côté nord qui borde la mer. L'élément a été grossièrement délimité par des cartographes norvégiens travaillant avec des photos aériennes prises par l' expédition antarctique norvégienne-britannique-suédoise en 1951–52 et la sixième expédition antarctique norvégienne en 1958–59. Ils ont appelé l'île Blåskimen et ont inclus la zone maintenant appelée l'île de Novyy. L'expédition antarctique soviétique a cartographié l'entité en 1961 et a montré qu'elle était séparée de l'île de Novyy.
Bl%C3%A5smark/Blåsmark :
Blåsmark est une localité située dans la municipalité de Piteå, dans le comté de Norrbotten, en Suède, avec 339 habitants en 2010.
Bl%C3%A5sut metro_station/station de métro Blåsut :
La station de métro Blåsut est une station de la ligne verte du métro de Stockholm, située à Blåsut ("Blowout"), Johanneshov, Söderort. La station était sur la première ligne de métro (de Slussen sud à Hökarängen) et a ouvert le 1er octobre 1950. Elle se trouve à 3,6 km (2,2 mi) de Slussen.
Bl%C3%A5suts BK/Blåsuts BK :
Blåsuts Bandyklubb, Blåsut BK, est un club de bandy à Vänersborg, en Suède. Les couleurs de l'équipe sont le jaune et le bleu. Le club a été fondé le 21 novembre 1932 (même si l'organisation actuelle n'a été officiellement enregistrée qu'en 1991). Le club a été promu à Allsvenskan, la ligue de bandy de deuxième niveau en Suède, en 2008, relégué à nouveau en Division 1 l'année suivante, mais a de nouveau été promu pour la saison 2010/11 et y est resté depuis 2014.
Bl%C3%A5tinden/Blåtinden :
Blåtinden est le nom de nombreuses montagnes de Norvège : Blåtinden, Dyrøya, Øksnes (562 m) Blåtinden, Hareidlandet (697 m) Blåtinden, Målselv (1378 m) Blåtinden, Sunnmøre (1664 m) Blåtinden, Uløya (1142 m) Blåtinden, Vestnes (1166 m)
Bl%C3%A5t%C3%A5rn/Blåtårn :
Blåtårn (en anglais : Blue Tower) était une tour du château de Copenhague, le palais de la famille royale danoise à Copenhague, au Danemark. La tour a été utilisée comme donjon et a été connue comme telle dans l'histoire. On ne sait pas quand la tour a été construite, mais on sait qu'elle a existé sous le règne du roi Jean Ier de Danemark (règne 1481-1513). Il a existé depuis au moins la fin du XVe siècle jusqu'à sa destruction en 1731-1732.
Phare Bl%C3%A5vand/Phare Blåvand :
Le phare de Blåvand (en danois : Blåvand Fyr) est un phare côtier à Blåvandshuk près d'Esbjerg, au Danemark. Construit en 1900 pour remplacer une lumière plus ancienne, le phare se trouve sur Blåvandshuk, le point le plus à l'ouest du Danemark, faisant du phare de Blåvand le bâtiment le plus à l'ouest du pays. Le phare mesure 39 mètres (128 pieds) de haut avec une hauteur de plan focal (hauteur de la lumière au-dessus niveau de la mer) de 55 mètres (180 pieds). La lumière peut être vue jusqu'à 20 miles nautiques (37 km; 23 mi) en mer et clignote trois fois toutes les 20 secondes. Le phare a un plan d'étage carré construit sur un socle en granit avec des murs en briques, qui sont blanchis à la chaux de nos jours. L'accès au toit crénelé se fait par un escalier en colimaçon montant par une petite trappe.
Bl%C3%A5vandshuk/Blåvandshuk :
Blåvandshuk est un promontoire sur la côte de la mer du Nord du Jutland au nord-ouest d'Esbjerg, et est le point le plus à l'ouest du Danemark métropolitain. Le phare de Blåvand est le bâtiment situé le plus à l'ouest du Danemark.
Bl%C3%A5veispiken/Blåveispiken :
"Blåveispiken" est une chanson norvégienne avec des paroles d'Arne Paasche Aasen et une mélodie de Kurt Foss et Reidar Bøe. Foss et Bøe ont enregistré la chanson en 1950. Le disque a été un grand succès et s'est vendu à 100 000 articles. La chanson a été un succès populaire à la radio norvégienne dans les années 1950. Les paroles sont centrées sur le narrateur lors d'une de ses promenades régulières lorsqu'il séjournait avec ses amis à Tyrihauen, Røyse. Il a écrit la chanson à la fille, Mette-Lise (Misse) Lamer qui avait cinq ans. Elle lui offre un bouquet de fleurs d'hépatique qu'elle vient de cueillir.
Bl%C3%A5vik/Blåvik :
Blåvik est un village de la municipalité de Boxholm, dans le comté d'Östergötland. Il se situe dans la province traditionnelle d'Östergötland, sur la rive nord du lac Sommen. Selon Svenskt ortnamnslexikon, le nom de la localité est attesté pour la première fois en 1307 sous le nom de Blawijk, ce qui signifie non pas la couleur bleue ordinaire mais "bleu foncé" et "foncé". Il s'agit probablement d'une référence à la couleur de la baie du lac à cet endroit.
Bl%C3%A6ja/Blæja :
Blæja ("L'autel") est une montagne de Nathorst Land au Spitzberg, Svalbard. Il a une hauteur d'environ 1 078 mètres d'altitude. La montagne est entourée par les glaciers de Kvamsisen, Steenstrupbreen et Svalbreen. Svalbreen s'étend de Blæja à la vallée de Danzigdalen.
Bl%C3%A6ndv%C3%A6rk/Blændværk :
Blændværk est un drame policier danois de 1955 réalisé par Johan Jacobsen. Le film met en vedette Mimi Heinrich.
Bl%C3%A6sedalen/Blæsedalen :
Blæsedalen (groenlandais : Itinneq Kangilleq) est une grande vallée glaciaire sur l'île de Disko, dans l'ouest du Groenland. Les caractéristiques nord-sud de la vallée en forme de U comprennent des crêtes de glace et un réseau fluvial tressé; Røde Elv (rivière rouge) a des sédiments rouges qui colorent son eau. La vallée est située au nord de Qeqertarsuaq et s'étend vers le nord sur environ 30 kilomètres (19 mi) jusqu'à Kangerluk. La vallée est alimentée par les glaciers de sortie de Lyngemarkens Iskappe. Entre Blæsedalen et Grønlænderhuse, il existe des preuves d'habitation paléoinuit et de la culture Thulé.
Bl%C3%A8ves/Blèves :
Blèves est une commune du département de la Sarthe en région Pays de la Loire dans le nord-ouest de la France. La population de Blèves était de 112 habitants en 2018.
Bl%C3%A9court/Blécourt :
Blécourt est le nom des communes françaises suivantes : Blécourt, Haute-Marne, dans le département de la Haute-Marne Blécourt, Nord, dans le département du Nord
Bl%C3%A9court, Haute-Marne/Blécourt, Haute-Marne :
Blécourt (prononciation française : [blekuʁ]) est une commune du département de la Haute-Marne dans le nord-est de la France.
Bl%C3%A9court, Nord/Blécourt, Nord :
Blécourt (prononciation française : [blekuʁ]) est une commune du département du Nord dans le nord de la France.
Bl%C3%A9merey/Blémerey :
Blémerey est le nom des communes françaises suivantes : Blémerey, Meurthe-et-Moselle, dans le département de Meurthe-et-Moselle Blémerey, Vosges, dans le département des Vosges
Bl%C3%A9merey, Meurthe-et-Moselle/Blémerey, Meurthe-et-Moselle :
Blémerey est une commune du département de Meurthe-et-Moselle dans le nord-est de la France.
Bl%C3%A9merey, Vosges/Blémerey, Vosges :
Blémerey est une commune du département des Vosges dans le Grand Est dans le nord-est de la France.
Bl%C3%A9neau/Bléneau :
Bléneau (prononciation française : [bleno] (écouter)) est une commune du département de l'Yonne en Bourgogne-Franche-Comté dans le centre-nord de la France, dans la région historique de la Puisaye.
Bl%C3%A9nim%C3%A9ouin/Bléniméouin :
Bléniméouin (également orthographié Bléni-Wé-Win) est une ville de l'ouest de la Côte d'Ivoire. C'est une sous-préfecture du département de Bangolo dans la région de Guémon, district des Montagnes. Bléniméouin était une commune jusqu'en mars 2012, date à laquelle elle est devenue l'une des 1126 communes du pays qui ont été supprimées. En 2014, la population de la sous-préfecture de Bléniméouin était de 23 979 habitants.
Bl%C3%A9nod/Blénod :
Blénod peut désigner les lieux suivants en France : Blénod-lès-Pont-à-Mousson, Meurthe-et-Moselle Blénod-lès-Toul, Meurthe-et-Moselle
Bl%C3%A9nod-l%C3%A8s-Pont-%C3%A0-Mousson/Blénod-lès-Pont-à-Mousson :
Blénod-lès-Pont-à-Mousson (prononciation française : [bleno lɛ pɔ̃.t‿a musɔ̃], littéralement Blénod près de Pont-à-Mousson) est une commune du département de Meurthe-et-Moselle dans le nord-est de la France.
Bl%C3%A9nod-l%C3%A8s-Toul/Blénod-lès-Toul :
Blénod-lès-Toul (prononciation française : [bleno lɛ tul], littéralement Blénod près de Toul) est une commune du département de Meurthe-et-Moselle dans le nord-est de la France.
Bl%C3%A9one/Bléone :
La Bléone (prononciation française : [bleɔn] ; occitan : Blèuna) est une rivière longue de 69,5 kilomètres (43,2 mi) dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, dans le sud-est de la France. Son bassin versant est de 906 km2 (350 milles carrés). Il prend sa source dans plusieurs petits ruisseaux convergeant vers le refuge de l'Estrop, refuge de montagne à Prads-Haute-Bléone. Il coule généralement vers le sud-ouest. C'est un affluent gauche de la Durance dans lequel il se jette entre L'Escale et Les Mées.
Bl%C3%A9quin/Bléquin :
Bléquin (prononciation française : [blekɛ̃] ; flamand occidental : Belken) est une commune du département du Pas-de-Calais dans la région des Hauts-de-France dans le nord de la France.
Bl%C3%A9rancourt/Blérancourt :
Blérancourt (prononciation française : [bleʁɑ̃kuʁ]) est une commune du département de l'Aisne dans les Hauts-de-France dans le nord de la France.
Bl%C3%A9riot/Blériot :
Blériot peut faire référence à : Louis Blériot, un pionnier de l'aviation française Blériot Aéronautique, un avionneur fondé par Louis Blériot Blériot-Whippet, une voiture Blériot (moonlet), une lune à hélice dans l'anneau A de Saturne 11248 Blériot, un astéroïde Médaille Louis Blériot donnée par la Fédération Aéronautique Internationale
Bl%C3%A9riot-SPAD S.25/Blériot-SPAD S.25 :
Le Blériot-SPAD S.25 était un avion long-courrier monoplace construit à la demande de Leith Jensen qui voulait relier Terre-Neuve à l'Islande.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.26/Blériot-SPAD S.26 :
Le Blériot-SPAD S.26 était un avion de course maritime construit à la fin des années 1910.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.27/Blériot-SPAD S.27 :
Le Blériot-SPAD S.27 était un petit avion de ligne français développé peu après la Première Guerre mondiale. Il a été produit comme un moyen pour la société Blériot de trouver de nouveaux marchés pour ses produits de guerre sur le marché d'après-guerre, dans ce cas en adaptant la conception de le chasseur S.20 dans un petit avion de ligne. L'hébergement pour deux passagers était prévu dans une petite cabine à l'intérieur du fuselage, mais à d'autres égards, le S.27 ressemblait fortement à son prédécesseur. Trois étaient exploités par CMA sur sa liaison Paris-Londres, ce total passant à dix au moment de la fusion de la compagnie avec Air Union.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.28/Blériot-SPAD S.28 :
Le Blériot-SPAD S.28 était un avion record à long rayon d'action développé par SPAD à la fin des années 1910. C'était un biplan avec un fuselage monocoque, et était fait de bois et de toile.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.29/Blériot-SPAD S.29 :
Le Blériot-SPAD S.29 était un avion de sport produit en 1919 par Blériot-SPAD.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.30/Blériot-SPAD S.30 :
Le Blériot-SPAD S.30 était un avion de sport français construit au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.31/Blériot-SPAD S.31 :
Le Blériot-SPAD S.30 était un avion de course français construit au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.32/Blériot-SPAD S.32 :
Le Blériot-SPAD S.32 était un avion record construit en SPAD au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.33/Blériot-SPAD S.33 :
Le Blériot-SPAD S.33 était un petit avion de ligne français développé peu après la Première Guerre mondiale. L'avion était un biplan de configuration conventionnelle dont la conception devait beaucoup aux conceptions de chasseurs contemporains de la société Blériot tels que le S.20. Quatre passagers pouvaient être logés dans une cabine fermée à l'intérieur du fuselage monocoque, et un cinquième passager pouvait monter dans le cockpit ouvert à côté du pilote. Grand succès, le S.33 domine son domaine tout au long des années 1920, d'abord sur la ligne Paris-Londres de la CMA, puis sur les routes continentales desservies par la Franco-Romaine. Un développement intéressant était un exemple unique converti par CIDNA pour agir comme un entraîneur de vol à l'aveugle. Un ensemble de commandes a été installé à l'intérieur de la cabine des passagers, dont les fenêtres avaient été noircies.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.34/Blériot-SPAD S.34 :
Le Blériot-SPAD S.34 était un avion d'entraînement au vol biplan biplan monomoteur français conçu en 1920. La disposition des sièges côte à côte était unique pour l'époque. 150 avions ont été construits, 125 pour l'armée de l'air française, qui les a utilisés jusqu'en 1936. L'armée de l'air finlandaise a acheté deux S.34 en 1921. En raison d'un entretien insuffisant, ils n'ont pas duré longtemps et ont été retirés du service en 1925.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.36/Blériot-SPAD S.36 :
Le Blériot-SPAD S.36 était un avion de reconnaissance français construit au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.37/Blériot-SPAD S.37 :
Le Blériot-SPAD S.37 était un petit avion de ligne français développé peu après la Première Guerre mondiale.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.38/Blériot-SPAD S.38 :
Le Blériot-SPAD S.38 était un avion de chasse français développé au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.39/Blériot-SPAD S.39 :
Le Blériot-SPAD S.39 était un avion de reconnaissance embarqué français construit au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.40/Blériot-SPAD S.40 :
Le Blériot-SPAD S.40 était un avion d'observation français construit au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.41/Blériot-SPAD S.41 :
Le Blériot-SPAD S.41 était un avion de chasse français développé au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.42/Blériot-SPAD S.42 :
Le SPAD S.42 était un avion d'entraînement biplan français du début des années 1920, développé par la Société Pour L'Aviation et ses Dérivés (SPAD) à partir du prolifique chasseur SPAD S.XIII.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.45/Blériot-SPAD S.45 :
Le Blériot-Spad S.45 était un grand avion de ligne français à quatre moteurs qui est apparu au Salon de Paris de 1921. Il pouvait transporter quinze passagers ou être adapté en bombardier.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.46/Blériot-SPAD S.46 :
Le Blériot-SPAD S.46 était un petit avion de ligne français des années 1920, développé à partir du Blériot-SPAD S.33. Comme son prédécesseur, il s'agissait d'un biplan conventionnel pouvant accueillir quatre passagers dans une cabine fermée tandis que le pilote et parfois un cinquième passager roulaient dans un cockpit ouvert. Le S.46 avait une aile redessinée d'une envergure plus longue et un moteur beaucoup plus puissant. Le type a été employé par Franco-Roumaine, qui a acheté 38 des 40 exemplaires produits pour être utilisés sur leurs routes d'Europe continentale. En 1922, l'un des S.46, modifié pour utiliser un moteur Lorraine 12E Courlis W-12 plus puissant de 336 kW (451 ch) a été renommé S.86. En 1929, cela a été remplacé par un moteur Hispano-Suiza dans la même gamme de puissance et renommé S.126. En 1925, les 34 avions Franco-Roumaine survivants sont rappelés à Blériot où ils subissent une remise à neuf pour incorporer divers raffinements. Ces avions remis à neuf ont été renommés S.66. L'un de ces avions a ensuite été également modifié pour utiliser un moteur Lorraine 12E Courlis W-12 plus puissant de 336 kW (451 ch) et renommé S.116.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.51/Blériot-SPAD S.51 :
Le Blériot-SPAD S.51 était un avion de chasse français développé en 1924 en réponse à un besoin de l'armée de l'air française d'un avion pour remplacer ses Nieuport-Delage NiD.29 obsolètes.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.510/Blériot-SPAD S.510 :
Le Blériot SPAD S.510 était un avion de chasse biplan monoplace monomoteur français. Volant pour la première fois en 1933, 60 ont été construits pour l'Armée de l'Air (Armée de l'Air française), entrant en service en 1936. Le type est resté en service comme chasseur-entraîneur au début de la Seconde Guerre mondiale. Ce fut le dernier chasseur biplan français à entrer en production.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.54/Blériot-SPAD S.54 :
Le SPAD S.54 était un avion d'entraînement biplan français du début des années 1920, développé par la Société Pour L'Aviation et ses Dérivés (SPAD).
Bl%C3%A9riot-SPAD S.540/Blériot-SPAD S.540 :
Le Blériot-SPAD S.540 était un avion monoplan d'entraînement construit par SPAD au début des années 1930.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.56/Blériot-SPAD S.56 :
Le Blériot-SPAD S.56 était une famille d'avions de ligne français développés dans les années 1920 comme diverses améliorations de la conception S.33. Toutes les versions S.56 partageaient deux nouvelles fonctionnalités: la première était une aile entièrement métallique nouvellement conçue, remplaçant l'aile en bois des conceptions antérieures associées et la seconde était une cabine passagers redessinée, remplaçant les quatre sièges simples du S.33 dans une rangée. avec deux rangées de sièges doubles. Une deuxième porte d'accès a également été ajoutée.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.58/Blériot-SPAD S.58 :
Le Blériot-SPAD S.58 était un avion de course français développé au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.60/Blériot-SPAD S.60 :
Le Blériot-SPAD S.60 était un avion de chasse français développé à la fin des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.61/Blériot-SPAD S.61 :
Le Blériot-SPAD S.61 était un avion de chasse français développé en 1923. Conçu par André Herbemont, le S.61 était un biplan conventionnel, abandonnant l'aile supérieure balayée utilisée par Herbemont dans plusieurs conceptions précédentes. Le prototype S.61 a été évalué par l'armée de l'air française aux côtés du S.51 comme un nouveau chasseur potentiel, mais comme son compagnon d'écurie, a été rejeté. L'armée de l'air polonaise (qui avait également acheté le S.51) a été suffisamment impressionnée pour en commander 250, ainsi que pour acheter des licences pour la production locale. L'armée de l'air roumaine a également commandé 100 avions. Environ 30 ont été construits en Pologne, par le CWL (Centralne Warszaty Lotnicze - Central Aviation Workshops, un prédécesseur de PZL).
Bl%C3%A9riot-SPAD S.62/Blériot-SPAD S.62 :
Le Blériot-SPAD S.62 était un avion d'entraînement au vol biplan monomoteur monoplace français conçu dans les années 1920. Il a été présenté au concours de l'école d'aviation militaire de 1923.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.64/Blériot-SPAD S.64 :
Le Blériot-SPAD S.64 était un avion d'entraînement au vol biplan monomoteur français à deux places conçu dans les années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.70/Blériot-SPAD S.70 :
Le Blériot-SPAD S.70 était un avion de chasse français développé à la fin des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.71/Blériot-SPAD S.71 :
Le Blériot-SPAD S.71 était un avion de chasse français développé au début des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.72/Blériot-SPAD S.72 :
Le Blériot-SPAD S.72 était un avion d'entraînement au vol monoplace monomoteur français conçu dans les années 1920
Bl%C3%A9riot-SPAD S.81/Blériot-SPAD S.81 :
Le Blériot-SPAD S.81 (S.81 C.1) était un avion de chasse français développé en 1923 à la demande de l'Armée de l'Air française. Il a été piloté en compétition contre le Dewoitine D.1 et a été sélectionné sur cet avion en raison de la conception plus radicale du Dewoitine, conduisant à une commande de 80 avions. Le S.81 était un biplan à une seule baie de configuration conventionnelle avec des entretoises interplans en forme de I et dépourvu de l'aile supérieure balayée habituelle d'Herbemont. Il comportait un fuselage en bois de construction monocoque et des ailes en métal revêtues de tissu. Les versions de production différaient des prototypes par leur fuselage allongé et leur aileron arrière plus grand.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.82/Blériot-SPAD S.82 :
Le Blériot-SPAD S.82 était un avion publicitaire français construit à la fin des années 1920.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.91/Blériot-SPAD S.91 :
Le Blériot-SPAD S.91 était un avion de chasse léger français. Il sera plus tard développé en Blériot-SPAD S.510, le dernier biplan produit par les industries aéronautiques françaises.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.92/Blériot-SPAD S.92 :
Le Blériot-SPAD S.92 était un avion d'entraînement au vol monoplace monomoteur français conçu dans les années 1920
Bl%C3%A9riot-SPAD S.XXI/Blériot-SPAD S.XXI :
Le Blériot-SPAD S.XXI était un prototype d'avion de chasse construit par SPAD à la fin des années 1910, dérivé du Spad S.XIII.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.XXII/Blériot-SPAD S.XXII :
Le SPAD S.XXII était un prototype d'avion de chasse construit par SPAD peu de temps après la Première Guerre mondiale.
Bl%C3%A9riot-SPAD S.XXIV/Blériot-SPAD S.XXIV :
Le SPAD S.XXIV était un prototype d'avion de chasse construit par SPAD à la fin de la Première Guerre mondiale.
Bl%C3%A9riot-Whippet/Blériot-Whippet :
Le Blériot-Whippet était un cyclecar britannique à 4 roues fabriqué de 1920 à 1927 par l'Air Navigation and Engineering Company basée à Addlestone, Surrey. La compagnie aéronautique Blériot avait ouvert une usine à Addlestone pendant la Première Guerre mondiale pour fabriquer des avions SPAD et Avro et en 1920, la propriété de l'usine a changé pour Air Navigation and Engineering Co. et a introduit la fabrication automobile avec un cyclecar conçu par Herbert Jones et WD Marchant. Il semble n'y avoir eu aucun lien avec le cyclecar fabriqué par la société française Blériot. La caractéristique la plus inhabituelle de la voiture était sa transmission à courroie infiniment variable utilisant des poulies expansibles selon une conception appelée Zenith-Gradua. Il avait été utilisé à l'origine sur les motos Zenith. La puissance provenait d'un moteur bicylindre en V refroidi par air Blackburne de 1 litre produisant 14 ch (10 kW) à 2000 tr / min et monté avec des cylindres l'un derrière l'autre. Cela a été modifié par Jones et Marchant pour avoir des grandes extrémités de roulement à rouleaux. Le châssis avait des ressorts à lames quart elliptiques tout autour. En 1922, la transmission par courroie a été remplacée par une boîte de vitesses conventionnelle à trois vitesses et une transmission par chaîne. La voiture à entraînement par chaîne a été rejointe en 1923 par un modèle à entraînement par arbre avec le moteur tourné à 90 degrés. Les carrosseries ouvertes à deux sièges étaient en standard en contreplaqué recouvert de cuir et étaient disponibles en versions tourer et sport. Plus tard, une version 3/4 places a été ajoutée à la gamme. La voiture coûtait 300 GBP au lancement, tombant à 115 GBP en 1924. Plusieurs centaines auraient été fabriquées et une appartenait à Alec Issigonis. Un seul est connu pour survivre. L'Air Navigation and Engineering Company a également fabriqué la voiture légère Eric Longden à Addlestone ainsi que des avions et des planeurs, mais a échoué en 1927. L'usine a ensuite abrité la fabrication britannique de carrosseries Weymann en tissu et plus tard Metro Carrosseries d'autobus Cammell Weymann, cette activité se poursuivant jusqu'en 1965.
Bl%C3%A9riot 105/Blériot 105 :
Le Blériot 105 était un avion de ligne biplan construit par Louis Blériot au milieu des années 1920, dérivé du SPAD S-45.
Bl%C3%A9riot 106/Blériot 106 :
Le Blériot 106 était un monoplan à cabine français des années 1920 conçu et construit par Blériot Aéronautique. Volé pour la première fois le 15 juillet 1924, le 106 était un monoplan monomoteur à épaulement propulsé par un moteur à pistons en ligne Renault 12Jb de 480 ch (358 kW). Le pilote était assis dans un cockpit ouvert derrière le moteur et une cabine fermée avait de la place pour six passagers.
Bl%C3%A9riot 110/Blériot 110 :
Le Blériot 110 (ou Blériot-Zappata 110) était un avion français construit en 1930 pour tenter de nouveaux records mondiaux de distance aérienne.
Bl%C3%A9riot 111/Blériot 111 :
Le Blériot 111 était un monoplan de transport exécutif français à quatre places conçu par André Herbemont. Premier avion français à être équipé d'un train d'atterrissage rétractable, après six ans de développement, il n'a pas été mis en production.
Bl%C3%A9riot 115/Blériot 115 :
Le Blériot Bl-115 était un avion de ligne biplan français des années 1920, surtout connu pour le rôle qu'il a joué dans l'exploration française de l'Afrique. Pour son époque, c'était un gros avion, monté une paire de moteurs sur l'aile supérieure et une paire sur la partie inférieure. Premier vol le 9 mai 1923, le prototype s'écrase le 23 juin, tuant son pilote, Jean Casale. Version raffinée de l'appareil, le 115-bis vole en juin 1924.
Bl%C3%A9riot 117/Blériot 117 :
Le Blériot 117 ou B-117 était un gros avion bimoteur français du milieu des années 1920. Lourdement armé avec trois positions de canon, il a été conçu pour défendre les formations de bombardiers contre les attaques de chasseurs. Il n'a pas atteint la production mais a été développé pour devenir le Blériot 127 plus réussi.
Bl%C3%A9riot 118/Blériot 118 :
Le Blériot 118 était un chasseur hydravion amphibie français des années 1920 conçu par Léon Kirste, un seul a été construit et il n'a pas été commandé en production.
Bl%C3%A9riot 125/Blériot 125 :
Le Blériot 125 (ou Bl-125) était un avion de ligne français très inhabituel du début des années 1930. Présenté au Salon de l'Aéronautique de 1930 à Paris, il comportait un hébergement pour douze passagers dans des fuselages jumeaux séparés. Entre eux, ces modules partageaient un empennage et une aile haute. La section centrale de l'aile rejoignait les nacelles du fuselage et portait également une nacelle qui contenait un moteur à chaque extrémité et le compartiment de l'équipage au milieu. Lorsqu'il a volé l'année suivante, il a affiché des caractéristiques de vol très médiocres et bien que les tentatives pour l'améliorer se soient poursuivies en 1933, la certification n'a pas pu être obtenue et le seul prototype a été mis au rebut l'année suivante.
Bl%C3%A9riot 127/Blériot 127 :
Le Blériot 127 (ou Bl-127) était un bombardier français des années 1920 et 1930, développé à partir du chasseur d'escorte Blériot 117. C'était un grand monoplan de configuration conventionnelle qui comportait des positions de mitrailleur ouvertes dans son nez et à l'arrière de ses deux nacelles de moteur sous les ailes. Le profil de l'aile était d'une épaisseur suffisante pour que ces dernières positions soient accessibles depuis le fuselage en vol. Quarante-deux avions ont été exploités par l'Armée de l'Air de 1929 à 1934, date à laquelle ils étaient complètement obsolètes.
Bl%C3%A9riot 135/Blériot 135 :
Le Blériot 135 (ou Bl-135) était un avion de ligne français des années 1920, un développement du Blériot 115 avec des moteurs radiaux plus puissants. L'un des deux construits était un 115 converti, l'autre neuf. Tous deux ont servi avec Air Union sur leur route Paris-Londres à partir de la mi-1924.
Bl%C3%A9riot 155/Blériot 155 :
Le Blériot 155 (ou Bl-155) était un avion de ligne français des années 1920. C'était un biplan quadrimoteur développé à partir des Blériot 115 et 135, mais plus gros que ces appareils. Deux ont été construits pour être utilisés par Air Union sur leur liaison Paris-Londres. Tous deux ont été perdus dans des accidents en 1926.
Bl%C3%A9riot 165/Blériot 165 :
Le Blériot 165 (ou Bl-165) était un avion de ligne français des années 1920. C'était un biplan quadrimoteur, un développement final dans la famille des modèles qui a commencé avec le Blériot 115. Deux ont été construits pour Air Union pour remplacer le Farman Goliath sur leur route Paris-Londres et ont été baptisés Leonardo da Vinci et Octave Chanute. La compagnie aérienne a constaté qu'elle préférait les Lioré et Olivier LeO 21 qu'elle avait commandés aux côtés de cet avion, ce qui signifie qu'aucun autre exemplaire n'a été produit. Le deuxième avion était à l'origine équipé de moteurs en ligne Renault 12Ja et d'équipements de vol de nuit et avait été désigné Blériot 175, mais il fut bientôt réaménagé au même standard que le premier et partagea sa désignation. À un moment donné, des plans ont été faits pour construire un deuxième 175 pour Paul Codos pour effectuer un vol longue distance de Paris à Tokyo, mais cela ne s'est pas concrétisé. De même, les projets de construction d'une version bombardier comme le Blériot 123 furent également abandonnés.
Bl%C3%A9riot 195/Blériot 195 :
Le Blériot 195 était un transporteur de courrier monoplan français conçu et construit par Blériot Aéronautique, le seul avion construit a été modifié à plusieurs reprises mais n'a pas pu entrer en production.
Bl%C3%A9riot 290/Blériot 290 :
Le Blériot 290 était un hydravion sesquiplane français des années 1930 conçu par Filippo Zappata, un seul a été construit et il n'a pas été commandé en production.
Bl%C3%A9riot 5190/Blériot 5190 :
Le Blériot 5190 était un avion postal transatlantique français des années 1930, un grand hydravion monoplan à aile parasol. Il était de conception légèrement inhabituelle, avec une coque à profil bas et le compartiment de l'équipage logé dans l'épais pylône qui soutenait l'aile. Les quatre moteurs étaient disposés avec trois le long du bord d'attaque de l'aile et le quatrième sur l'axe du bord de fuite. Il a été construit pour un contrat du gouvernement français pour transporter la poste aérienne vers l'Amérique du Sud. Le premier exemple, baptisé Santos-Dumont a volé le 3 août 1933 et à la fin de 1934 avait effectué deux vols d'essai à travers l'Atlantique Sud, avec Lucien Bossoutrot aux commandes et le futur chef d'état-major de l'Amirauté française Henri Nomy comme ingénieur de vol. En février 1935 avec le seul autre avion postal transatlantique de l'Aéropostale, le Latécoère 300 la Croix du Sud, hors service pour maintenance, le Santos-Dumont entre en service. Dès lors et jusqu'en avril, il a transporté tout le courrier transatlantique de la France à raison d'une traversée par semaine jusqu'à ce qu'il soit rejoint par la Croix du Sud et un nouveau Farman F.220 nommé Le Centaure. Dans le cadre de cette petite flotte, le Santos-Dumont a continué dans ce rôle jusqu'en juin 1937. Au total, à ce moment-là, il avait effectué 38 traversées de l'Atlantique. Entre-temps, le gouvernement français avait commandé trois autres 5190 à Blériot, et la société avait beaucoup emprunté pour construire l'avion. Du coup, le contrat a été résilié sans explication ni indemnité, forçant l'entreprise à la faillite. Louis Blériot lui-même meurt d'une crise cardiaque peu après, le 1er août 1936.
Bl%C3%A9riot 53/Blériot 53 :
Le Blériot 53 était un biplan de reconnaissance bimoteur conçu et construit en France en 1915 (il y a un doute que l'avion ait reçu la désignation Blériot 53). Le fuselage était partiellement recouvert de tissu laissant la majeure partie du fuselage arrière non recouverte, l'empennage et le gouvernail entièrement volants aux extrémités arrière, avec un patin de queue en dessous. Pour s'adapter à l'assiette à piquer à pleine charge, en raison du centre de gravité coïncidant avec les roues principales, il y avait un long patin s'étendant depuis le fuselage avant. Deux moteurs rotatifs Le Rhône 9C de 80 ch (60 kW) étaient montés sur des entretoises entre les ailes avec des réservoirs de carburant et d'huile dans les nacelles derrière eux. On pense également que des essais ont été effectués avec des moteurs radiaux Anzani 10 de 100 ch (75 kW).
Bl%C3%A9riot 67/Blériot 67 :
Le Blériot 67 était un bombardier lourd français de la Première Guerre mondiale conçu et construit par Blériot pour un Concours des Avions Puissants en 1916. Un seul prototype a été construit. Le Blériot 67 était un grand biplan à envergure égale avec un fuselage entre les deux ailes, les quatre moteurs rotatifs Gnome 9B de 100 ch (75 kW) étaient montés aussi près que possible de l'axe, deux sur le bord d'attaque supérieur de l'aile et deux sur l'aile inférieure. Il avait une queue de biplan à trois ailerons et un train d'atterrissage conventionnel fixe avec des unités principales à deux roues. Il a volé pour la première fois le 18 septembre 1916 mais s'est écrasé à l'atterrissage et a été détruit.
Bl%C3%A9riot 71/Blériot 71 :
Le Blériot 71 était un grand bombardier de nuit lourd français de la Première Guerre mondiale conçu et construit par Blériot selon la spécification BN3. Un seul prototype a été construit, qui a été endommagé de façon irréparable le 15 mai 1918.
Bl%C3%A9riot 73/Blériot 73 :
Le Blériot 73 était un grand bombardier de nuit lourd français de la Première Guerre mondiale conçu et construit par Blériot selon la spécification BN3. Un seul prototype a été construit, qui s'est écrasé à l'atterrissage dès son premier vol, tuant le pilote. Les Blériot 74, Blériot 75 et Blériot 76, respectivement bombardier lourd / avion de ligne, avion de ligne et bombardier lourd, sont directement issus des bombardiers Blériot 71 / Blériot 73.
Bl%C3%A9riot A%C3%A9ronautique/Blériot Aéronautique :
Blériot Aéronautique était un constructeur aéronautique français fondé par Louis Blériot. Elle fabriqua également quelques motos entre 1921 et 1922 et des cyclecars dans les années 1920.
Glacier Bl%C3%A9riot/Glacier de Blériot :
Le glacier Blériot (64°25′S 61°10′O) est un glacier court mais large situé à l'est de Salvesen Cove et du glacier Zimzelen et au sud-ouest du glacier Cayley sur la côte Danco, Terre de Graham en Antarctique. Photographié par la Falkland Islands and Dependencies Aerial Survey Expedition en 1956–57, et cartographié à partir de ces photos par le Falkland Islands Dependencies Survey, il a été nommé par le UK Antarctic Place-Names Committee en 1960 pour Louis Blériot (1872–1936), un Aviateur français qui a piloté en 1907 le premier monoplan motorisé pleine grandeur et qui a effectué le premier vol à travers la Manche en juillet 1909.
Bl%C3%A9riot III/Blériot III :
Le Blériot III était un des premiers avions français construit par les aviateurs pionniers Louis Blériot et Gabriel Voisin. Il a ensuite été modifié et renommé Blériot IV, mais les deux versions n'ont pas réussi à voler.
Bl%C3%A9riot IX/Blériot IX :
Le Blériot IX était un premier avion français infructueux construit par Louis Blériot. Encouragé par l'augmentation constante de l'altitude, de la distance et de la durée des vols avec le Blériot VIII en 1908, il construit en 1908 un nouvel appareil dans le même ordre d'idées, mais plus lourd et avec un moteur plus puissant. Le Blériot IX a été exposé au Mondial de l'Automobile de Paris en décembre 1908, mais la conception s'est avérée en surpoids et n'a pas pu quitter le sol.
Bl%C3%A9riot V/Blériot V :
Le Blériot V était un des premiers avions français construit par Louis Blériot en 1907 et était son premier monoplan. Bien que Blériot n'y ait réalisé que quelques vols courts, le second entraînant un crash qui a endommagé l'avion de manière irréparable, c'était le premier de ses avions expérimentaux à obtenir un quelconque succès.
Bl%C3%A9riot VI/Blériot VI :
Le Blériot VI "Libellule" ("Libellule"), a été construit en 1907 et faisait partie de la série d'avions expérimentaux construits par Louis Blériot qui a finalement conduit à l'avion Blériot XI dans lequel il a effectué le premier vol à travers la Manche.
Bl%C3%A9riot VII/Blériot VII :
Le Blériot VII était un des premiers avions français construit par Louis Blériot.
Bl%C3%A9riot VIII/Blériot VIII :
Le Blériot VIII était un avion de l'époque des pionniers français construit par Louis Blériot, important pour son adoption à la fois d'une configuration et d'un système de contrôle qui devaient établir une norme pour les décennies à venir.
Bl%C3%A9riot X/Blériot X :
Le Blériot X était un premier avion français inachevé de Louis Blériot. Sa conception ne ressemblait à rien d'autre qu'il avait construit et s'inspirait étroitement de l'avion à succès des frères Wright : un biplan pousseur avec des ascenseurs et des gouvernails portés par des stabilisateurs. Après l'avoir exposé au Salon de l'Automobile et de l'Aéronautique de Paris en décembre 1908, Blériot l'abandonne et reprend le développement de ses conceptions de monoplans de plus en plus réussies.
Bl%C3%A9riot XI/Blériot XI :
Le Blériot XI est un avion français de l'ère pionnière de l'aviation. Le premier exemple a été utilisé par Louis Blériot pour effectuer le premier vol à travers la Manche dans un avion plus lourd que l'air, le 25 juillet 1909. C'est l'une des réalisations les plus célèbres de l'ère pionnière de l'aviation, et non seulement remporté Blériot une place durable dans l'histoire mais aussi assuré l'avenir de son activité de constructeur d'avions. L'événement a provoqué une réévaluation majeure de l'importance de l'aviation; le journal anglais The Daily Express a mené son histoire du vol avec le titre "La Grande-Bretagne n'est plus une île". Il a été produit en versions monoplace et biplace, propulsé par plusieurs moteurs différents, et a été largement utilisé pour la compétition et fins de formation. Des versions militaires ont été achetées par de nombreux pays, continuant en service jusqu'après le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914. Deux exemples restaurés - un au Royaume-Uni et un aux États-Unis - de l'avion Blériot XI original sont considérés comme les deux plus anciens. avions pilotables dans le monde.
Bl%C3%A9riot XII/Blériot XII :
Le Blériot XII était un des premiers avions français construit par Louis Blériot. Il a volé pour la première fois en mai 1909 et a été le premier avion à voler avec deux passagers à bord, et a été utilisé par Blériot pour gagner la deuxième place de la Gordon Bennett Cup 1909 et pour établir un nouveau record du monde de vitesse.
Bl%C3%A9riot XIII/Blériot XIII :
Le Blériot XIII était un avion expérimental de transport de passagers construit en 1910 par les Recherches Aéronautiques Louis Blériot. Il est remarquable pour avoir établi un record de vols de transport de passagers et était probablement destiné à être un avion de développement pour la limousine Blériot XXIV.
Bl%C3%A9riot XL/Blériot XL :
Le Blériot XL était un sesquiplane d'observation biplace conçu en France par Louis Blériot au début des années 1910. Sa structure était faite de matériaux métalliques.
Bl%C3%A9riot XLII/Blériot XLII :
Le Blériot XLII était un avion de reconnaissance français de la Première Guerre mondiale conçu et construit par Blériot.
Bl%C3%A9riot XLIII/Blériot XLIII :
Le Blériot XLIII était un avion de reconnaissance français de la Première Guerre mondiale conçu et construit par Blériot.
Bl%C3%A9riot XLIV/Blériot XLIV :
Le Blériot XLIV était un monoplan d'observation monoplace conçu en France par Louis Blériot au début des années 1910.
Bl%C3%A9riot XXI/Blériot XXI :
Le Blériot XXI était un des premiers avions français construit par Blériot Aéronautique.
Bl%C3%A9riot XXIII/Blériot XXIII :
Le Blériot XXIII était un monoplan de course produit en 1911 par Blériot Aéronautique. Deux ont été construits, tous deux pilotés lors de la compétition du Trophée Gordon Bennett de 1911 à Eastchurch ; un, piloté par Alfred Leblanc, obtenant la deuxième place. Leblanc avait précédemment établi un record du monde de vitesse de 125 km / h (78 mph) le 12 juin 1911 lors de l'épreuve éliminatoire du Français Gordon Bennett .
Bl%C3%A9riot XXV/Blériot XXV :
Le Blériot XXV était un monoplan d'observation à voilure haute conçu par Louis Blériot. Un seul avion a été construit et il avait un seul siège à des fins d'observation.
Bl%C3%A9riot XXVII/Blériot XXVII :
Le Blériot XXVII était un avion de course monoplace à aile centrale conçu par Louis Blériot.
Bl%C3%A9riot XXXIII_Canard_Bleu/Blériot XXXIII Canard Bleu :
Le Blériot XXXIII Canard Bleu était un avion de tourisme biplace à voilure centrale conçu par Louis Blériot. Il avait une configuration canard.
Bl%C3%A9riot XXXIX/Blériot XXXIX :
Le Blériot XXXIX était un monoplan d'observation monoplace conçu en France par Louis Blériot au début des années 1910.
Bl%C3%A9riot XXXVI_Torpille/Blériot XXXVI Torpille :
Le Blériot XXXVI Torpille était un monoplan d'observation conçu en France par Louis Blériot au début des années 1910. Le Blériot XXXVIbis La Vache a été opéré par Jules Védrines lors de plusieurs missions audacieuses derrière les lignes ennemies dans les premiers mois de la guerre.
Bombardier quadrimoteur Bl%C3%A9riot / Bombardier quadrimoteur Blériot :
Le bombardier quadrimoteur Blériot était un biplan quadrimoteur conçu et construit en France en 1915. Le bombardier quadrimoteur de 1915 était une version agrandie du Bl 53 avec quatre ailes de baie et quatre 120 ch (89 kW) Anzani 10A4 radial moteurs montés sur des entretoises entre les ailes avec des réservoirs de carburant et d'huile dans les nacelles derrière eux.
Bl%C3%A9ruais/Bléruais :
Bléruais (prononciation française : [bleʁɥɛ] ; breton : Blerwaz ; gallo : Bleruaz) est une commune du département d'Ille-et-Vilaine en Bretagne dans le nord-ouest de la France.
Bl%C3%A9r%C3%A9/Bléré :
Bléré (prononciation française : [bleʁe] (écouter)) est une commune du département d'Indre-et-Loire dans le centre de la France.
Bl%C3%A9signac/Blésignac :
Blésignac (prononciation française : [bleziɲak] ; occitan : Blesinhac) est une commune du département de la Gironde en Nouvelle-Aquitaine dans le sud-ouest de la France.
Bl%C3%ADzkov/Blízkov :
Blízkov est un village et une municipalité (obec) du district de Žďár nad Sázavou dans la région de Vysočina en République tchèque. La municipalité couvre une superficie de 13,43 kilomètres carrés (5,19 milles carrés) et compte 325 habitants (au 28 août 2006). Blízkov se trouve à environ 19 kilomètres (12 mi) au sud de Žďár nad Sázavou, 24 km (15 mi) à l'est de Jihlava et 132 km (82 mi) au sud-est de Prague.
Bl%C3%AD%C5%BEejov/Blížejov :
Blížejov est une municipalité et un village du district de Domažlice dans la région de Plzeň en République tchèque. Elle compte environ 1 600 habitants. Blížejov se trouve à environ 9 kilomètres (6 mi) au nord-est de Domažlice, 39 km (24 mi) au sud-ouest de Plzeň et 122 km (76 mi) au sud-ouest de Prague.
Bl%C3%AD%C5%BEevely/Blíževely :
Blíževedly (en allemand : Bleiswedel) est une municipalité et un village du district de Česká Lípa dans la région de Liberec en République tchèque. Elle compte environ 600 habitants.
Bl%C3%AD%C5%BEkovice/Blížkovice :
Blížkovice (en allemand : Lispitz) est un bourg du district de Znojmo dans la région de la Moravie du Sud en République tchèque. Elle compte environ 1 200 habitants. Blížkovice se trouve sur la rivière Jevišovka, à environ 22 kilomètres (14 mi) au nord-ouest de Znojmo, 62 kilomètres (39 mi) à l'ouest de Brno et 159 kilomètres (99 mi) au sud-est de Prague.
Bl%C3%B3mstrvallasaga/Blómstrvallasaga :
La saga Blómstrvalla ("la saga des plaines fleuries") est une saga romantique islandaise médiévale.
Bl%C3%B3t/Blot :
Blót (vieux norrois) et blōt ou geblōt (vieil anglais) sont des termes pour "sacrifice de sang" respectivement dans le paganisme nordique et le paganisme anglo-saxon. Une comparanda peut également être reconstruite pour un paganisme germanique plus large. Un blót pouvait être dédié à n'importe lequel des dieux germaniques, aux esprits de la terre et aux ancêtres. Le sacrifice impliquait des aspects d'un repas ou d'une fête sacramentelle.
Bl%C3%B3t : Sacrifice_in_Sweden/Blót : Sacrifice en Suède :
Blót: Sacrifice in Sweden est le deuxième album de Blood Axis. Il a été enregistré en direct en novembre 1997, lors de la fête du 10e anniversaire de l'industrie de la viande froide à Skylten, Linköping, Suède.
Bl%C3%B3%C3%B0dropinn/Blóðdropinn :
Blóðdropinn (Goutte de sang) est un prix littéraire islandais annuel pour le meilleur roman policier de l'année précédente, qui est décerné depuis 2007. L'auteur du roman gagnant devient le candidat islandais au prix Glass Key.
Bl%C3%B3%C3%B0ugh%C3%B3fi/Blóðughófi :
Selon Þulur, Blóðughófi (vieux norrois: [ˈbloːðoɣˌhoːve], "Bloody Hoof", parfois anglicisé Blodughofi) est le cheval de Freyr. Dans Skírnismál, Freyr donne à Skírnir un cheval capable de traverser le feu pour monter à Jötunheimr pour courtiser Gerðr. Le cheval n'est pas nommé dans le poème, mais il pourrait s'agir de Blóðughófi.
Bl%C3%B6dite/Blödite :
Blödite ou bloedite est un minéral de sulfate de sodium et de magnésium hydraté de formule : Na2Mg(SO4)2·4H2O. Le minéral est de couleur claire à jaune souvent assombrie par des inclusions et forme des cristaux monocliniques. La blödite a été décrite pour la première fois en 1821 pour une occurrence dans un gisement de sel à Ischler Salzberg, Bad Ischl, Gmunden, Autriche et du nom du minéralogiste et chimiste allemand Karl August Blöde (1773–1820). On la trouve dans le monde entier dans des environnements sédimentaires évaporitiques tels que le Grand Lac Salé, Utah.
Bl%C3%B6ndal/Blöndal :
Blondal est un nom de famille. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Auðunn Blöndal (né en 1980), personnalité de la télévision islandaise, acteur et comédien Björn Blöndal (1787–1846), commissaire de district islandais ( sýslumaður ) et homme politique Halldór Blöndal (né en 1938), homme politique islandais de l'Islande Parti de l'indépendance Lárus Blöndal (1836–1894), sýslumaður et alþingismaður islandais Pétur Blöndal (1944–2015), parlementaire islandais du Parti de l'indépendance islandaise Sigfús Blöndal (1874–1950), auteur et bibliothécaire de langue islandaise Sölvi Blöndal (né en 1975), membre du groupe de rap rock islandais Quarashi
Bl%C3%B6ndul%C3%B3n/Blöndulón :
À 57 km2, Blöndulón (prononciation islandaise : ​[ˈplœntʏˌlouːn]) est l'un des plus grands lacs d'Islande. Il a été créé en 1984-1991 comme réservoir pour la centrale électrique de Blönduvirkjun [ˈplœntʏˌvɪr̥cʏn] et a une profondeur de 39 m. Il est situé près de la route des hautes terres de Kjölur dans les hautes terres d'Islande. Les sources chaudes de Hveravellir sont situées à environ 25 km au sud.
Bl%C3%B6ndu%C3%B3s/Blönduós :
Blönduós (prononciation islandaise : [ˈplœntʏˌouːs]) est une ville et une municipalité du nord de l'Islande qui comptait 895 habitants en 2018. Comme de nombreuses villes et villages autour de l'Islande, Blönduós n'est devenu un village qu'à la fin du XIXe siècle. La ville est située sur la route 1 à l'embouchure de la rivière glaciaire Blanda. Hrútey, petite île et réserve naturelle encerclée par la rivière, est accessible via un pont piétonnier juste à côté de la rocade.
Aéroport Bl%C3%B6ndu%C3%B3s/Aéroport de Blönduós :
L'aéroport de Blönduós (code AITA : BLO code OACI : BIBL) est un aéroport desservant Blönduós, en Islande. La balise non directionnelle Blonduos (Ident: BL) est à 2,5 milles nautiques au nord du seuil de la piste 21.
Bl%C3%B6tberget/Blötberget :
Blötberget est une localité située dans la municipalité de Ludvika, dans le comté de Dalarna, en Suède, avec 428 habitants en 2010. Blötberget fait partie des mines de Ludvika et se situe dans le district minier de Bergslagen au centre de la Suède. Bergslagen est connu pour sa teneur importante en occurrences d'oxyde de fer de haute qualité et a historiquement contribué à l'économie et au bien-être suédois pendant plus de 800 ans.
Bl%C3%B6%C3%B6dHag/BlöödHag :
BlöödHag était un groupe de death metal américain de Seattle, Washington. Auto-décrit par le genre " edu-core ", le groupe a joué de courtes chansons avec des paroles composées d'informations biographiques et bibliographiques, d'observations et d'abstractions d'auteurs de science-fiction, de fantasy et d'horreur fondateurs.
Bl%C3%B8rstad/Blørstad :
Blørstad est un quartier de la ville de Kristiansand, dans le comté d'Agder, en Norvège. Il est situé dans l'arrondissement de Vågsbygd et dans le district de Slettheia. Blørstad a des zones résidentielles et industrielles. Il se trouve au nord et à l'ouest de Fiskåtangen, au sud-est de Kartheia et au sud de Hannevika.
Bl%C3%BCcher/Blücher :
Blucher peut faire référence à :
Bl%C3%BCcher (film)/Blücher (film) :
Blücher est un thriller norvégien de 1988 réalisé par Oddvar Bull Tuhus, avec Helge Jordal, Frank Krog et Hege Schøyen. Deux plongeurs de la mer du Nord qui ont récemment été licenciés prévoient de se justifier par une expédition pionnière sur l'épave du croiseur allemand Blücher, au fond de l'Oslofjord. L'expédition se retrouve bientôt empêtrée dans des intrigues politiques.
Bl%C3%BCcher (nom de famille)/Blücher (nom de famille) :
Blücher ou Bluecher est un nom de famille allemand. La forme russifiée est Blyukher. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Gebhard Leberecht von Blücher (1742–1819), un général prussien de l'époque napoléonienne Evelyn, la princesse Blücher (1876–1960), chroniqueur et mémorialiste, épouse de Gebhard von Blücher (1865–1931) Franz Blücher (1896 –1959), homme politique allemand Heinrich Blücher (1899–1970), philosophe allemand Vasily Blücher (1899–1938), maréchal de l'Union soviétique (du nom du général prussien) Wolfgang Graf von Blücher (1917–1941), allemand Seconde Guerre mondiale parachutiste Erik Blücher (né en 1953), militant d'extrême droite norvégien expatrié
Ordre Bl%C3%BCcher/Ordre Blücher :
L'Ordre Blücher (en allemand : Blücher-Orden) était un ordre de la République démocratique allemande (RDA). Il a été nommé d'après le Generalfeldmarschall prussien Gebhard Leberecht von Blücher, qui était considéré comme un héros en RDA pour son rôle dans la défaite de l'armée d'invasion de Napoléon Bonaparte.
Bl%C3%BCchern/Blüchern :
Blüchern est un jeu de cartes simple pour n'importe quel nombre de joueurs qui se joue soit avec un jeu de 52 cartes à jouer françaises, soit avec un jeu de 32 cartes à jouer françaises ou allemandes.
Bl%C3%BCemlisalp/Blüemlisalp :
Le Blüemlisalp est un massif des Alpes bernoises, sur le territoire des communes de Kandersteg et Reichenbach im Kandertal. Ses principaux sommets sont : Blüemlisalphorn (3 661 m) Wyssi Frau (3 648 m) 46°29′35″N 7°47′0″E Morgenhorn (3 623 m) 46°29′46″N 7°47′28″E Le massif est contenu dans le canton de Berne, car il se trouve au nord de la crête principale et de la ligne de partage des eaux des Alpes bernoises. À l'ouest, il est relié au groupe du Doldenhorn via les sommets de l'Oeschinenhorn et du Fründenhorn ; à l'est, il se prolonge par le Gspaltenhorn. Au sud, il est relié à la crête principale par le col du Tschingel. L'ascension se fait depuis la Blüemlisalphütte (2 840 m), sur le glacier, en passant par le Wildi Frau (3 260 m)
Bl%C3%BCm/Blüm :
Blüm ( prononciation allemande : [blʏm] ), également orthographié alternativement Bluem , est un nom de famille allemand. Les personnes notables portant ce nom de famille incluent: John Bluem (né en 1953), le footballeur américain Norbert Blüm (1935–2020), l'homme politique allemand Rainer Blüm, le criminel allemand
Mitrailleuse Bl%C3%BCm/mitrailleuse Blüm :
La mitrailleuse Blüm ( russe : Пулемёт Блюма ) était une mitrailleuse d'entraînement soviétique conçue par Mikhail Nikolayevich Blüm vers 1929. Elle était chambrée pour la cartouche .22 Long Rifle . L'arme a été développée dans le but de réduire les coûts d'entraînement en termes de munitions et d'usure des mitrailleuses soviétiques en service à l'époque. Les chiffres de production connus de cette arme à l'usine de Degtyarev sont : 33 fabriquées en 1933, 1 150 fabriquées en 1934 et 1 515 fabriqués en 1935. L'important surplus de mitrailleuses et de munitions 7,62 × 54 mmR disponibles en Union soviétique après la fin de la Seconde Guerre mondiale a rendu les canons Blüm obsolètes à des fins d'entraînement. Après avoir été retirés de l'armée dans les années 1950, certains des canons Blüm ont été rééquipés de crosses en bois et utilisés comme pistolets à varmint dans une campagne de contrôle des populations de loups. Dans cette application, ils étaient considérés comme supérieurs aux fusils de chasse de calibre 12 chargés de chevrotine, en particulier parce qu'ils étaient employés à partir d'avions volant à 50-100 mètres, et une salve du pistolet Blüm pouvait tuer une meute de loups entière.
Bl%C3%BCmcke Knoll/Blümcke Knoll :
Blümcke Knoll (66°50′S 68°0′W) est un petit élément escarpé dépassant à travers la glace du nord de l'île d'Adélaïde, à environ 11 milles marins (20 km) au sud-ouest du mont Velain. Il a été cartographié à partir de photos aériennes prises par l'expédition de recherche antarctique de Ronne (1947-1948) et l'expédition aérienne des îles Falkland et des dépendances (1956-1957), et nommée par le comité britannique des noms de lieux antarctiques d'après Adolf Blümcke (1854-1914 ), un glaciologue allemand qui était professeur à l'Oberrealschule d'Augsbourg.
Bl%C3%BCmlisalp (navire)/Blümlisalp (navire) :
Blümlisalp ou Blüemlisalp est un bateau à vapeur à aubes construit en 1906, utilisé dans le service régulier de passagers sur le lac de Thoune. Elle porte le nom du massif montagneux de la Blüemlisalp dans l'Oberland bernois. Le navire est exploité par BLS AG.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cerveteri

Lac céruléen/lac céruléen : Le lac Cerulean est situé dans le parc national des Glaciers, dans l'État américain du Montana. Le lac ...