Rechercher dans ce blog

dimanche 15 mai 2022

Biblical Archeology Review


Société biblique/Société biblique :
Une société biblique est une organisation à but non lucratif, généralement non confessionnelle, qui se consacre à la traduction, à la publication et à la distribution de la Bible à des prix abordables. Ces dernières années, ils sont également de plus en plus impliqués dans la défense de sa crédibilité et de sa fiabilité dans la vie culturelle contemporaine. Traditionnellement, les éditions des sociétés bibliques contiennent des Écritures, sans notes ni commentaires doctrinaux, bien qu'elles puissent inclure des notes non sectaires sur des traductions alternatives de mots ou des variations dans les différents manuscrits disponibles.
Étude biblique/Étude biblique :
L'étude biblique ou l'étude biblique peut faire référence à : Les études bibliques, l'application académique d'un ensemble de disciplines diverses à l'étude de la Bible L'étude biblique (christianisme), l'étude de la Bible par des gens ordinaires en tant que pratique religieuse ou spirituelle personnelle L'éducation religieuse , l'enseignement d'une religion particulière et ses divers aspects
Étude biblique_(Christianisme)/Étude biblique (Christianisme) :
Dans les communautés chrétiennes, l'étude biblique est l'étude de la Bible par les gens en tant que pratique religieuse ou spirituelle personnelle. Dans de nombreuses traditions chrétiennes, l'étude de la Bible, associée à la prière chrétienne, est connue sous le nom de faire des dévotions ou des actes de dévotion. De nombreuses églises chrétiennes prévoient du temps pour s'engager collectivement dans l'étude de la Bible. L'origine des groupes d'étude biblique trouve son origine dans le christianisme primitif, lorsque des Pères de l'Église tels qu'Origène et Jérôme enseignaient largement la Bible aux disciples chrétiens. Dans le christianisme, l'étude de la Bible a pour but «d'être enseigné et nourri par la Parole de Dieu» et «d'être formé et animé par le pouvoir d'inspiration véhiculé par l'Écriture».
Traductions de la Bible/Traductions de la Bible :
La Bible a été traduite dans de nombreuses langues à partir des langues bibliques que sont l'hébreu, l'araméen et le grec. En septembre 2020, la Bible complète a été traduite en 704 langues, le Nouveau Testament a été traduit dans 1551 langues supplémentaires et des parties ou histoires bibliques dans 1160 autres langues. Ainsi, au moins certaines parties de la Bible ont été traduites en 3 415 langues. La version latine de la Vulgate du IVe siècle de Jérôme est devenue dominante dans le christianisme occidental au Moyen Âge. Depuis lors, la Bible a été traduite dans de nombreuses autres langues. Les traductions de la Bible en anglais ont une histoire riche et variée de plus d'un millénaire. (Voir la liste des traductions de la Bible en anglais.) Les variantes textuelles du Nouveau Testament incluent les erreurs, les omissions, les ajouts, les modifications et les traductions alternatives. Dans certains cas, différentes traductions ont été utilisées comme preuves ou ont été motivées par des différences doctrinales.
Traductions de la Bible_en_Norvège/Traductions de la Bible en Norvège :
Les traductions de la Bible en Norvège remontent à la fin du XIIIe siècle. Depuis la première propagation du christianisme en Norvège, de nombreuses traductions de la Bible ont été publiées. Des traductions sont apparues dans plusieurs des langues officielles que la Norvège a eues tout au long de son histoire, y compris des éditions en vieux norrois, en danois et dans les deux formes standard actuelles Nynorsk et Bokmål.
Traductions de la Bible_au_Moyen_Âge/Traductions de la Bible au Moyen Âge :
Les traductions de la Bible dans les discussions du Moyen Âge sont rares contrairement à l'Antiquité tardive, lorsque les Bibles disponibles pour la plupart des chrétiens étaient dans la langue vernaculaire locale. Dans un processus observé dans de nombreuses autres religions, à mesure que les langues changeaient et qu'en Europe occidentale, les langues sans tradition d'écriture devenaient dominantes, les traductions vernaculaires dominantes restaient en place, bien qu'elles soient progressivement devenues des langues sacrées, incompréhensibles pour la majorité de la population. Beaucoup de places. En Europe occidentale, la Vulgate latine, elle-même à l'origine une traduction en langue vernaculaire, était le texte standard de la Bible, et les traductions complètes ou partielles dans une langue vernaculaire étaient rares jusqu'à la fin du Moyen Âge et au début de la période moderne.
Traductions de la Bible_en_aïnou/Traductions de la Bible en aïnou :
Le premier texte biblique en langue Ainu est apparu en 1887, lorsqu'une édition provisoire de 250 exemplaires de Matthieu 1-9, traduite du grec à l'aide de la version révisée, par John Batchelor, assisté d'un Ainu local, a été publiée. Matthew et Jonah, par le même traducteur, ont été publiés en 1889, les épreuves étant lues par M. George Braithwaite, l'agent de la British and Foreign Bible Society au Japon. En 1891, M. Batchelor retourna en Angleterre et publia les évangiles restants. En 1893, une édition provisoire de 300 exemplaires de Galates, Éphésiens et Philippiens, par le même traducteur, a été préparée, qui a été publiée à Yokohama par un comité conjoint des trois Sociétés bibliques (britannique et étrangère, américaine et nationale écossaise) en 1894. Les Psaumes et les Évangiles révisés ont été publiés en 1895. En 1897, un Nouveau Testament révisé, par le même traducteur, avec l'aide d'Ainu, a été publié à Yokohama par le comité mixte.
Traductions de la Bible_en_albanais/Traductions de la Bible en albanais :
L'histoire des traductions de la Bible en albanais peut être divisée en traductions anciennes et modernes.
Traductions de la Bible_en_amharique/Traductions de la Bible en amharique :
Bien que le christianisme soit devenu la religion d'État de l'Éthiopie au 4ème siècle et que la Bible ait été traduite pour la première fois en Ge'ez à peu près à cette époque, ce n'est qu'au cours des deux derniers siècles que des traductions de la Bible en amharique sont apparues.
Traductions de la Bible_vers_l'arabe/Traductions de la Bible vers l'arabe :
Des traductions de la Bible en arabe sont connues des premières églises chrétiennes de Syrie, d'Égypte, de Malte et d'Espagne. Certaines de ces traductions proviennent du syriaque (la Peshitta), du copte ou du latin.
Traductions de la Bible_en_araméen/Traductions de la Bible en araméen :
Les traductions de la Bible en araméen couvrent à la fois les traductions juives en araméen (Targum) et les traductions chrétiennes en araméen, également appelé syriaque (Peshitta).
Traductions de la Bible_en_arménien/Traductions de la Bible en arménien :
La Bible arménienne est due à la traduction de saint Mesrob du début du Ve siècle. Le premier monument de la littérature arménienne est la version des Saintes Ecritures. Isaac, dit Moïse de Chorène, a fait une traduction de la Bible à partir du texte syriaque vers 411. Ce travail a dû être considéré comme imparfait, car peu de temps après, Jean d'Egheghiatz et Joseph de Baghin ont été envoyés à Édesse pour traduire les Écritures. Ils se rendirent jusqu'à Constantinople et rapportèrent avec eux des copies authentiques du texte grec. Avec l'aide d'autres copies obtenues d'Alexandrie, la Bible a été traduite à nouveau du grec selon le texte de la Septante et l'Hexapla d'Origène. Cette version, maintenant utilisée dans l'Église arménienne, a été achevée vers l'an 434. La première phrase en arménien écrite par saint Mesrop après avoir inventé les lettres serait la première ligne du Livre des Proverbes de Salomon : Ճանաչել զիմաստութիւն եւ զխրատ, իմանալ զբանս հանճարոյ:Čanačʿel zimastutʿiwn ew zxrat, imanal zbans hančaroy. "Connaître la sagesse et l'instruction ; percevoir les paroles de la compréhension."
Traductions de la Bible_dans_les_langues_athabaskanes/Traductions de la Bible dans les langues athabaskanes :
La famille linguistique Athabaskan est divisée en groupes Athabaskan du Nord, Athabaskan de la côte du Pacifique et Athabaskan du Sud. La Bible complète a été traduite en deux langues athabaskanes et le Nouveau Testament complet en cinq autres. Cinq autres ont des portions de la Bible traduites en eux. Il n'y a pas de langues athabaskanes de la côte du Pacifique dans lesquelles des portions de la Bible sont traduites.
Traductions de la Bible_en_azerbaïdjanais/Traductions de la Bible en azerbaïdjanais :
La première traduction azerbaïdjanaise de Mirza Farrukh et Feliks Zaręba fut l'Évangile de Matthieu, publié en 1842 à Londres par la Basel Missionary Society. Le Nouveau Testament complet a été entièrement traduit et publié en 1878 à Londres et l'Ancien Testament en 1891. En 1982, l'Institut de traduction de la Bible à Stockholm, en Suède, a publié une nouvelle traduction en langue azerbaïdjanaise moderne du Nouveau Testament faite par Mirza Khazar, qui est actuellement utilisé en Azerbaïdjan. La traduction de Mirza Khazar a été réimprimée cinq fois au cours des années suivantes. L'édition la plus récente du Nouveau Testament, la sixième, date de 1998, tandis que celle de l'Ancien Testament date de 2004. La traduction de Mirza Khazar de l'Ancien Testament a été achevée en 1984, mais n'a pas été imprimée. Les Azéris en Iran suivent une traduction légèrement différente.
Traductions de la Bible_en_basque/Traductions de la Bible en basque :
Joanes Leizarraga, un prêtre catholique qui a rejoint la Réforme, a traduit le Nouveau Testament en basque (1571). George Borrow a traduit l'Évangile de Luc en basque en 1838, mais la traduction a été interdite pour la vente personnelle, seules les bibliothèques publiques étant autorisées à copier. Jose Antonio Uriarte a produit la première traduction complète de la Bible en basque du Gipuzkoa au milieu du XIXe siècle, mais celle-ci n'a jamais été publiée. Son proche collaborateur, Jean-Pierre Duvoisin, en fit la première traduction qui fut publiée (en basque lapurdien) en 1859, sous les auspices du philologue Louis Lucien Bonaparte. La nouvelle Elizen Arteko Biblia a été publiée en 1983 (Nouveau Testament) et achevée en 1994.
Traductions de la Bible_en_biélorusse/Traductions de la Bible en biélorusse :
La première traduction en biélorusse a été réalisée par Francysk Skaryna. Il a imprimé son premier livre intitulé Le Psautier, dans l'ancienne recension biélorusse de l'église slave le 6 août 1517 à Prague. Il poursuit son travail d'imprimerie à Vilnius. Le point culminant de l'œuvre de sa vie a été l'impression de la Bible dans l'ancienne recension biélorusse de l'Église slave. De 1517 à 1519, il a imprimé 23 livres de la Bible. La Bible biélorusse a été la première traduction dans une langue slave orientale et l'une des premières parmi les langues européennes. L'Église orthodoxe autocéphale Nickolaj et le missionnaire des Ministères missionnaires mondiaux George Rapetsky (Canada). Francysk Skaryna, 1517 Luka Dzekul-Malej, 1926, 1931 Anton Lutskevich, 1931 Vasil Syargeevich Syomukha, 2003 George Rapetsky, Canadien, 2003
Traductions de la Bible_en_bengali/Traductions de la Bible en bengali :
Nathaniel B. Halhead de la Compagnie des Indes orientales a publié une grammaire bengali pour les fonctionnaires britanniques en 1776 pour faciliter l'interaction avec la population bengali locale. William Carey de Serampore a traduit la Bible en bengali et l'a publiée en 1793 et ​​1801. La traduction en bengali en haute langue utilisée au Bangladesh est dérivée de la version de Carey, tandis que les versions «en langue commune» sont des traductions plus récentes. Pr. Christian Mignon, un jésuite belge, a terminé une version révisée de la Bible en bengali, nommée Mangalbarta, qui comporte de nombreuses notes de bas de page. Les missionnaires ont également traduit la Bible en "Musalmani Bangla", ainsi que les dialectes Chittagonian et Sylheti.
Traductions de la Bible_vers_les_langues_berbères/Traductions de la Bible vers les langues berbères :
L'histoire de la traduction de la Bible en langue berbère est assez récente. Les six principales langues / dialectes berbères sont parlés par 90% de la population totale de langue berbère: Tashelhit Berber, Kabyle Berber, Central Atlas Tamazight, Riffian Berber, Shawiya Berber et Touareg Berber.
Traductions de la Bible_en_breton/Traductions de la Bible en breton :
Jean-François Le Gonidec a traduit la Bible en langue bretonne. Après que l'Église catholique ait refusé sa publication, il a finalement été publié en 1827 sous les auspices de la British and Foreign Bible Society, qui avait fait l'objet de pressions pour soutenir Le Gonidec par le champion des publications en langue galloise, Thomas Price (connu sous le nom de "Carnhuanawc"). La traduction «protestante» qui en a résulté a été placée dans l'index des livres interdits par l'Église catholique. L'Ancien Testament de Le Gonideg a été édité après sa mort par les Editions Prud'hommes (Saint-Brieuc), imprimeur du diocèse de Saint-Brieuc, en 1866. Une traduction contemporaine de l'Ancien Testament est Testamant Kozh, 5 volumes, traduit de Hébreu en breton par Pierre Le Gall et Job Lec'hvien. Éditions An Tour-Tan (1980-1986).
Traductions de la Bible_en_bulgare/Traductions de la Bible en bulgare :
La Tétraévangile royale d'Ivan Alexandre est un livre d'Évangile manuscrit enluminé en bulgare moyen, préparé et illustré en 1355-1356 pour le tsar Ivan Alexandre du Second Empire bulgare. Le manuscrit est considéré comme l'un des manuscrits les plus importants de la culture bulgare médiévale. Le manuscrit, maintenant à la British Library (Add. MS 39627), contient le texte des quatre évangiles illustré de 366 miniatures et se compose de 286 feuillets de parchemin, de 33 sur 24,3 cm. Les traductions de la Bible en bulgare moderne datent des années 1820 et étaient en grande partie organisés par des missionnaires protestants. L'Église orthodoxe bulgare préférait initialement l'utilisation continue du slave de la vieille église. L'archimandrite Théodose, abbé du monastère de Bistritsa en Roumanie, a traduit le Nouveau Testament pour la British and Foreign Bible Society, qui a été imprimé à Saint-Pétersbourg en 1823 . "Il a été commencé par l'archimandrite Théodose, avec la sanction de Grégoire, patriarche de Constantinople. (L'Évangile de saint Matthieu dans l'Église slave et bulgare 1823) a été publié par la Société biblique russe." Cette tentative de traduction de la Bible en bulgare moderne se caractérisait par un style grammatical médiocre et était fortement influencée par la version slave de l'Église. L'édition entière a été envoyée à Saint-Pétersbourg et y aurait été détruite. Le BFBS avait également engagé le journaliste nationaliste Konstantin Fotinov qui a traduit le Nouveau Testament mais le BFBS ne l'a pas approuvé car "ce n'était ni slave [onique] ni bulgare". Une tentative indépendante de publier une traduction bulgare du Nouveau Testament a eu lieu en 1828, comme Petar Sapunov et son frère le père Serafim ont publié une traduction des quatre évangiles à la presse métropolitaine de Bucarest en Valachie (Roumanie). Cette traduction a été complétée dans le dialecte bulgare oriental. En 1835, le moine bulgare Neofit Rilski a commencé une traduction du Nouveau Testament. La traduction a été achevée le 18 avril 1838. La traduction a été faite dans le dialecte de la région de Gorna Dzhumaya (aujourd'hui Blagoevgrad dans la région de Macédoine). Voici un petit échantillon de cette traduction, Matthieu 2:1-2 en utilisant the modern Bulgarian orthography: 1. И като се роди Исус во Витлеем Юдейский в дните на Ирода царa, ето волеви от исток дойдоха во Иерусалим и говореха: 2. Где е щото се е родил цар Юдейский; защото видехме звездата негова на восток и дойдохме да му се поклониме. En 1840, 5 000 exemplaires de la première traduction complète du Nouveau Testament ont été imprimés à Smyrne par la British and Foreign Bible Society. Une deuxième édition imprimée à Smyrne en 1850 était une réimpression presque exacte de l'édition de 1840. Une troisième édition suivit en 1853 avec 15 000 exemplaires. La quatrième édition a été publiée en 1857 à Bucarest et, pour la première fois, des caractères civils ont été utilisés. En 1859, deux autres éditions ont été publiées. En 1866, une nouvelle édition « de poche » avec un texte révisé par Elias Riggs et le Dr Albert Long fut imprimée à Constantinople. Le Nouveau Testament a été révisé et réimprimé neuf fois au total. Dans la période de 1840 à 1860, le dialecte oriental (Tarnovo) a été adopté comme langue littéraire bulgare et le dialecte macédonien, dans lequel le Nouveau Testament avait été traduit, a été largement rejeté. En 1858, Neofit Rilski avait terminé une grande partie de l'Ancien Testament. Riggs a rencontré Neofit Rilski et a discuté d'une éventuelle révision du Nouveau Testament bulgare pour supprimer les éléments du dialecte macédonien. Neofit s'est opposé à la révision, alors Riggs a pris la traduction et est retourné à Constantinople. En janvier 1859, Riggs invita le professeur bulgare Hristodul Kostovich à l'aider dans la révision. En 1862, Long et Riggs rendirent visite au célèbre écrivain et poète bulgare Petko Rachov Slaveykov à Tryavna. Slaveykov a accepté d'aider à la traduction et a immédiatement commencé le travail de révision du Nouveau Testament de Neofit. Long a rejoint la révision du Nouveau Testament dans le dialecte oriental en 1863 et a ensuite aidé à la traduction de l'Ancien Testament. En juin 1871, après plus de 12 ans de révision et de traduction, 36 000 exemplaires de la traduction complète de la Bible en bulgare furent publiés à Constantinople. La traduction est devenue connue sous le nom d'édition Tsarigrad (Constantinople). La décision de réviser et de publier la Bible dans le dialecte oriental a été le facteur historique sur la base duquel la langue bulgare moderne s'est écartée du dialecte macédonien pour adopter le dialecte oriental / thrace. Avec la chute du mur de Berlin en 1989, plusieurs organisations ont tenté de fournir une nouvelle traduction de la Bible en bulgare. En 1993, un Nouveau Testament protestant a été imprimé. Une nouvelle traduction orthodoxe complète a été publiée en 1995, suivie de trois nouvelles révisions protestantes de la Bible bulgare dans la période 2000-2001 par les maisons d'édition Veren (Fidèle), Nov Chovek (New Man) et la Ligue biblique. Jáni Vasilčin a publié en 1998 le Nouveau Testament en langue bulgare du Banat. Les Bulgares du Banat sont un groupe minoritaire catholique de l'ouest de la Roumanie et du nord-est de la Serbie. Les Témoins de Jéhovah ont traduit leur Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures en bulgare.
Traductions de la Bible_en_birman/Traductions de la Bible en birman :
Il existe de nombreuses traductions différentes de la Bible en birman (également connu sous le nom de langue birmane).
Traductions de la Bible_en_Bouriate/Traductions de la Bible en bouriate :
Toute la Bible en langue bouriate a été achevée à Selenginsk par William Swan et Edward Stallybrass, et imprimée en Sibérie aux frais conjoints des Sociétés bibliques américaines, britanniques et étrangères ; mais à la suppression de la mission par le gouvernement russe en 1840, la circulation du livre s'arrêta. En 1911, Larson et Almblad ont révisé les Evangiles et les Actes, et en 1913 Genèse et Jonas. Celles-ci ont été publiées par la British and Foreign Bible Society. L'Institut de traduction de la Bible travaille actuellement sur une traduction bouriate de la Bible, le Nouveau Testament a été publié en 2010.
Traductions de la Bible_en_catalan/Traductions de la Bible en catalan :
La première traduction complète de la Bible en catalan fut réalisée par l'Église catholique, entre 1287 et 1290. Elle fut confiée à Jaume de Montjuich par Alphonse II d'Aragon. Des vestiges de cette version se trouvent à Paris (Bibliothèque nationale). Au début du XVe siècle, la Bible est de nouveau traduite en catalan par Bonifaci Ferrer. La traduction de Ferrer, connue sous le nom de Bible valencienne, a été imprimée en 1478 avant que toute Bible ne soit imprimée en anglais ou en espagnol. L'interdiction, en Espagne et dans d'autres pays catholiques, des traductions vernaculaires, ainsi que le déclin de la langue catalane jusqu'à sa renaissance au XIXe siècle, expliquent pourquoi il n'y a pas eu de traductions en catalan du XVIe au XIXe siècle. En 1832, un catalan exilé à Londres, Josep Melcior Prat i Colom, parrainé par la British and Foreign Bible Society, traduisit le Nouveau Testament, qui fut publié ensuite en 1836 à Barcelone et de nouveau en 1888 à Madrid sous le titre (Lo Nou Testament de nostre Senyor Jesu-Christ ).
Traductions de la Bible_vers_les_langues_celtiques/Traductions de la Bible vers les langues celtiques :
Des traductions de la Bible dans les langues celtiques ont été faites pendant des centaines d'années.
Traductions de la Bible_en_Chamorro/Traductions de la Bible en Chamorro :
Les quatre évangiles et les actes des apôtres et des psaumes ont été traduits en langue chamorro par Francis Marion Price (1841–1912) pour l' American Bible Society , 1908. Les cinq livres du Nouveau Testament ont été réimprimés sans les psaumes de Price en 1951. La couverture se lit Y Cuatro Ebangelio Sija Yan Y Checho Y Apostoles Sija. L'évêque Tomas A. Camacho du diocèse CNMI de Chalan Kanoa a traduit tout le Nouveau Testament en 2003.
Traductions de la Bible_en_cherokee/Traductions de la Bible en cherokee :
Cherokee est membre de la famille des langues iroquoises. En 1824, la première partie de la Bible fut traduite en langue Cherokee : Jean 3, traduit par un Cherokee natif, ᎠᏥ (At-see, également connu sous le nom de John Arch). Il circula sous forme manuscrite et reçut avec une merveilleuse avidité, étant copié des centaines de fois. Il a terminé l'Évangile de Jean en 1824. Le Nouveau Testament complet a été traduit en septembre 1825 par David Brown, également natif Cherokee; cela a également été diffusé sous forme de manuscrit, car un type pour le syllabaire cherokee n'avait pas encore été créé. Archer et Brown ont tous deux traduit l'intégralité du Nouveau Testament en cherokee. En 1828, David Brown, avec un homme du nom de George Lowrey, traduisit Matthew. Cela a été imprimé dans le Cherokee Phoenix du 3 avril 1828 au 29 juillet 1829. Il n'est pas certain que cette traduction ait jamais été publiée sous forme de livre ou non. Samuel Worcester et Elias Boudinot, rédacteur en chef du Cherokee Phoenix, ont publié une traduction révisée de Matthew en 1829. Celle-ci a été publiée par Cherokee National Press, New Echota. Dans la deuxième édition, publiée en 1832, il y a une déclaration selon laquelle cette traduction avait été "comparée à la traduction de George Lowrey et David Brown". Une troisième édition fut imprimée par la Park Hill Mission Press en 1840. Worcester et Boudinot poursuivirent la traduction, publiant Actes en 1833 et John en 1838. Worcester, avec Stephen Foreman, publia John 1–3 en 1840, 1 et 2 Timothy en 1844, Jacques en 1847, 1 et 2 Pierre en 1848, Luc en 1850, Exode en 1853, Genèse en 1856, Marc en 1857 et Romains à Éphésiens en 1858. Avec l'aide de Charles C. Torrey, ils publièrent Philippiens jusqu'à 2 Thessaloniciens, Titus à Hébreux et Jude à Apocalypse en 1859. Outre les trois premiers livres traduits avec Boudinot, Matthieu (1829), Actes (1833) et Jean (1838), qui ont été publiés à New Echota, Géorgie, tout le reste des textes de Worcester ont été publiés par la Park Hill Mission Press. Entre-temps, Evan et John B. Jones avaient publié Marc 1 et 2 Thessaloniciens, Tite, Jude et Philémon en 1847, et Galates à Colossiens, 1 et 2 Pierre en 1848 et Romains, 1 et 2 Corinthiens, Hébreux et Apocalypse en 1849. Leur travail a été publié par la Cherokee Baptist Mission. Le Nouveau Testament complet a été publié par l'American Bible Society en 1860. Avec l'aide de Stephen Foreman, Worcester a également traduit des parties des Psaumes, des Proverbes et d'Isaïe. Jonas, traduit par Amory N. Chamberlain, a été publié à Tahlequah en 1888. Joshua était à un stade avancé de traduction, et peut-être même terminé mais n'a jamais été publié. Une "version corrigée" des parties de l'Ancien Testament, préparée par MA Pearson, a été publiée en 1953 par l'American Bible Society. Des révisions de John (1948) et du Nouveau Testament (1951) ont été publiées à Westville, Oklahoma. En 1965, la Perkins School of Theology a publié une traduction d'Aggée par Jack et Anna Kilpatrick. 3], avec la permission de l'American Bible Society, a mis en ligne le livre de Jean en syllabaire cherokee et en translittération phonétique latine et les traductions anglaises qui l'accompagnent. C'était et c'est une version bilingue disponible en commençant par l'évangile de Jean. Le premier exemple restant de ceci date de 2003. L'ajout de phonétique avec syllabaire n'avait jamais été fait à l'échelle de ce projet et a été suggéré par le révérend James "BO" Parrish lors de discussions avec lui en mai 2000. Toutes les publications du Cherokee Bible Project est publié sous une licence Creative Commons afin de le rendre largement disponible pour tous les locuteurs et étudiants Cherokee. Les passages bilingues du Cherokee Bible Project 2001 ont été rapidement suivis par des publications de l'ensemble du Nouveau Testament ainsi que des parties de l'Ancien Testament qui étaient disponibles en 2005, y compris les livres entiers de Jonas, Aggée, Genèse, Exode et des parties de beaucoup d'autres, y compris Rois, Proverbes, Psaumes, Isaïe, Samuel et Abdias. La copie imprimée d'Aggée a été donnée par un généreux partisan après avoir été localisée dans une bibliothèque et mise en ligne en 2013. Après avoir pris en compte la taille du projet et pour réduire les coûts, elle a été déplacée vers les sites Google pour l'hébergement. En 2012, le Cherokee Bible Project a mis en évidence la section des paroles de Jésus et celles-ci ont été changées en rouge dans le Nouveau Testament. Des problèmes de formatage ultérieurs sur les sites Google n'ont pas permis à certains d'entre eux de rester, mais la majorité d'entre eux est toujours visible. Pendant ce temps, le Cherokee Unicode a subi des changements importants et une grande partie du travail a dû être fortement éditée et remplacée par la dernière version disponible pour faciliter la lecture. En 2009, le site espagnol bilingue était en cours de développement et mis en ligne par la suite pour les hispanophones qui souhaitent lire la Bible Cherokee. Il dépend des bénévoles et est en développement. En 2006, Timothy Legg a lancé un projet visant à comparer les traductions anglaise et cherokee du Nouveau Testament, avec des scans et des transcriptions verset par verset. En 2019, Legg a abandonné ce site Web et une copie a été publiée sur un autre site. En 2015, un groupe de locuteurs et d'associés parlant couramment a produit une version bilingue des Écritures en anglais et en cherokee. Frère. Bob Doom, Asheville, Caroline du Nord, et reconnaissons la participation des personnes suivantes : l'Association baptiste des missionnaires indiens Cherokee de Cherokee de Caroline du Nord, pour leur aide financière et leur soutien spirituel ; les relecteurs Dennis Sixkiller, Anna Sixkiller, David Crawler, tous de l'Oklahoma, et Marie Junaluska de Cherokee, Caroline du Nord ; Frère. Gil Breedlove, pasteur, Boiling Springs Baptist Church, Whittier, Caroline du Nord, pour les innombrables heures de dactylographie, d'édition et de préparation de ce travail pour publication, pasteur Brandon Harrell, Bethesda Baptist Church, Flat Rock, NC, et Sis. Neta Cox, Grace Fellowship Baptist Church, Arden, Caroline du Nord, pour la relecture en anglais. L'année suivante, en 2016, une sélection limitée de passages de l'Ancien Testament a été publiée dans une version bilingue en anglais et cherokee et les éléments suivants ont été reconnus : Bro. Bob Doom, Global Bible Society, Asheville, Caroline du Nord, pour ses conseils, sa collecte de fonds et l'obtention de la partie imprimée de cet ouvrage ; la Perkins School of Theology, Southern Methodist University, Dallas Texas pour leur publication du Livre d'Aggée sous forme manuscrite, et pour les traducteurs, Anna et Jack Kilpatrick d'Oklahoma (tous deux décédés) qui ont traduit le Livre d'Aggée en 1955. étaient Dennis Sixkiller, Anna Sixkiller, David Crawler, tous de l'Oklahoma, Marie Junaluska de Cherokee, NC. Dernier mais non le moindre frère. Gil Breedlove, pasteur, Boiling Springs Baptist Church, Whittier, Caroline du Nord.
Traductions de la Bible_en_chinois/traductions de la Bible en chinois :
Les traductions de la Bible en chinois comprennent des traductions de tout ou partie de la Bible dans n'importe lequel des niveaux et variétés de la langue chinoise. Les premières traductions ont peut-être été faites dès le 7ème siècle après JC, mais les premières traductions imprimées ne sont apparues qu'au 19ème siècle. Les progrès d'une traduction moderne ont été entravés par des rivalités confessionnelles, des affrontements théologiques, des différends linguistiques et des défis pratiques au moins jusqu'à la publication de la version de l'Union protestante chinoise en 1919, qui est devenue la base des versions standard utilisées aujourd'hui. Bien que le motif de faire des traductions était de répandre l'Evangile, il y avait d'autres conséquences. L'accès à la Bible dans leur propre langue a permis aux Chinois de développer plus facilement des formes de christianisme indépendantes des missionnaires et des églises étrangères. Les traductions conçues pour être lues à haute voix étaient importantes non seulement pour les croyants chrétiens, mais aussi pour les Chinois qui voulaient des modèles d'écriture en langue vernaculaire. Étant donné que les langues ou dialectes régionaux ne pouvaient pas être correctement écrits en utilisant les caractères chinois, des systèmes phonétiques et des caractères typographiques ont dû être inventés; Les textes chrétiens ont souvent été les premiers ouvrages à être imprimés dans ces langues. La tâche de traduction a motivé les missionnaires à étudier le chinois de près, contribuant au développement de la sinologie. La Bible, en particulier l'Ancien Testament, a également offert aux révolutionnaires chinois tels que les dirigeants de la rébellion de Taiping au XIXe siècle une vision apocalyptique de la justice sociale sur laquelle fonder leurs revendications.
Traductions de la Bible_en_copte/Traductions de la Bible en copte :
Il existe de nombreuses versions coptes de la Bible, y compris certaines des premières traductions dans n'importe quelle langue. Plusieurs versions différentes ont été faites dans le monde antique, avec différentes éditions de l'Ancien et du Nouveau Testament dans cinq des dialectes du copte : Bohairic (nord), Fayyumic, Sahidic (sud), Akhmimic et Mesokemic (moyen). Les livres bibliques ont été traduits à partir de la version grecque d'Alexandrie. Le sahidique était le principal dialecte de la période préislamique, après que le bohairique du XIe siècle est devenu dominant et le seul dialecte utilisé de la langue copte. Des copies partielles d'un certain nombre de Bibles coptes survivent. Un nombre considérable de textes apocryphes survivent également en copte, notamment la bibliothèque gnostique de Nag Hammadi. Le copte reste la langue liturgique de l'Église copte et les éditions coptes de la Bible sont au cœur de cette foi.
Traductions de la Bible_en_cornique/traductions de la Bible en cornique :
Des traductions de parties de la Bible en cornique existent depuis le XVIIe siècle. Les premiers travaux impliquaient la traduction de passages, de chapitres ou de livres individuels de la Bible. La première traduction complète de la Bible en langue cornique a été publiée en 2011. Le Nouveau Testament et les Psaumes dans une autre traduction ont été mis en ligne en 2014.
Traductions de la Bible_en_cri/traductions de la Bible en cri :
Les traductions de la Bible en cri peuvent être subdivisées par dialecte de la langue crie. Les principaux dialectes sont le cri des plaines, le cri des bois, le cri des marais, le cri de l'orignal, le cri du nord-est, le cri du sud-est, le kawawachikamach, la langue atikamekw et la langue montagnaise (innu de l'ouest et innu de l'est).
Traductions de la Bible_en_croate/Traductions de la Bible en croate :
Les traductions de la Bible en croate ont commencé à apparaître par fragments au 14ème siècle. Les efforts pour faire une traduction complète ont commencé au 16ème siècle. Les premières traductions complètes publiées ont été réalisées au XIXe siècle.
Traductions de la Bible_en_tchèque/Traductions de la Bible en tchèque :
La littérature tchèque du Moyen Âge est très riche en traductions de livres bibliques, réalisées à partir de la Vulgate. Au 14ème siècle, toutes les parties de la Bible semblent avoir été traduites à des moments différents et par des mains différentes. Les traductions les plus anciennes sont celles du Psautier. Le Nouveau Testament devait aussi exister à cette époque, car selon une déclaration de Wyclif, Anne, fille de Charles IV, reçut en 1381 lors de son mariage avec Richard II d'Angleterre un Nouveau Testament de Bohême. Il est certain que Jan Hus avait devant lui la Bible en bohème dans son ensemble et lui et ses successeurs entreprirent une révision du texte selon la Vulgate. Le travail de Hus sur la Bible est antérieur à 1412. Au XVe siècle, la révision se poursuit. La première Bible complète fut publiée à Prague en 1488 (la Bible de Prague) ; d'autres éditions ont été publiées à Kutná Hora en 1489 et à Venise en 1506. Ces estampes ont servi de base à d'autres éditions qui ont été publiées de temps à autre. Avec les Frères Unis, une nouvelle période a commencé pour la traduction de la Bible. En 1518, le Nouveau Testament parut à Mladá Boleslav à la demande de Luc de Prague. Elle n'était pas satisfaisante et il faut en dire autant de l'édition de 1533. Tout à fait différente était la traduction faite par Jan Blahoslav du grec original (1564, 1568). Les Frères ont entrepris la traduction de l'Ancien Testament à partir de l'original et ont nommé pour ce travail un certain nombre de savants, qui ont basé leur traduction sur le texte hébreu publié dans le Polyglotte d'Anvers. Le travail a commencé en 1577 et s'est achevé en 1593, et du lieu d'impression, Kralice en Moravie, il est connu sous le nom de Bible de Kralice (6 parties, 1579–93, contenant également le Nouveau Testament de Blahoslav). Cette excellente traduction fut publiée en plus petit format en 1596, puis in-folio en 1613 (réimprimée à Halle en 1722, 1745, 1766 ; Presbourg, 1787 ; Berlin, 1807). Après l'année 1620, la publication de Bibles non catholiques en Bohême et en Moravie cessa, et des efforts furent faits pour préparer des Bibles pour les catholiques. Après quelques débuts infructueux, le travail fut confié à certains jésuites, qui prirent pour base l'édition de Venise de 1506, mais s'appuyèrent beaucoup, surtout pour l'Ancien Testament, sur la Bible des Frères. Entre 1677 et 1715, la Bible dite de saint Venceslas fut publiée aux frais d'une société fondée en l'honneur du saint. Une nouvelle édition parut à Prague 1769-1771. Une édition entièrement révisée, utilisant le texte de la Bible des Frères, a été publiée en 1778–80. Encore plus dépendant de la Bible des Frères était le Nouveau Testament de Prochaska (Prague, 1786) et son édition de toute la Bible (1804). Des éditions du texte de Prochaska, légèrement modifiées, ont été publiées en 1851 et 1857. La Bible éditée par Besdka (Prague, 1860) donne le texte de la Bible des Frères avec de légères modifications. G. Palkovi a traduit la Bible de la Vulgate en slovaque (2 parties, Gran, 1829). La première traduction de toute la Bible en tchèque, basée sur la Vulgate latine, a été faite en 1360. La Bible s'appelle la "Bible de Dresde". Ce manuscrit a été perdu pendant la Première Guerre mondiale. De nombreuses autres traductions ont suivi cette Bible de Dresde et, du point de vue linguistique, elles peuvent être divisées en quatre rédactions différentes. Le dernier a finalement été imprimé. L'une des bibles tchèques les moins connues est la Bible Padeřova , dont le seul manuscrit existant (conservé aujourd'hui à la Bibliothèque nationale autrichienne sous la signature Biblia Bohemica, saec. XV) a probablement été copié dans la période 1431-1435 par ordre de l'hetman taborite Filip de Padeřov (tchèque Filip z Padeřova). L'historien Viktor Kubík a analysé l'enluminure de la Bible Padeřova dans un de ses travaux récents. Le premier Nouveau Testament tchèque imprimé est le "Nouveau Testament de Dlabač", imprimé en 1487. La première Bible complète imprimée est la "Bible de Prague" de 1488. Une autre Bible tchèque imprimée avant l'année 1501 est la "Bible de Kutná Hora", imprimée en 1489. Tous ces textes ont été traduits de la Vulgate. La première traduction des langues originales en tchèque fut la Bible de Kralice, publiée pour la première fois dans les années 1579-1593. La traduction a été faite par l'Unité des Frères. La troisième édition de 1613 est considérée comme classique et est l'une des traductions de la Bible tchèque les plus utilisées. Les Témoins de Jéhovah ont traduit leur Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures en tchèque.
Traductions de la Bible_en_danois/Traductions de la Bible en danois :
Les traductions de la Bible en danois avant la Réforme danoise étaient limitées. Cependant, au milieu du XVIe siècle, avec l'accent mis par la Réforme sur l'étude directe de la Bible, le besoin d'éditions en langue danoise s'est accéléré. Actuellement, la Société biblique danoise supervise la traduction et la production des bibles en danois autorisées par l'Église du Danemark, la traduction complète la plus récente ayant été achevée en 1992.
Traductions de la Bible_en_néerlandais/Traductions de la Bible en néerlandais :
Les traductions de la Bible en néerlandais ont une histoire qui remonte au Moyen Âge. Les plus anciennes traductions de la Bible en néerlandais datent de la période du moyen néerlandais (régimes).
Traductions de la Bible_en_Dzongkha/Traductions de la Bible en Dzongkha :
Les traductions de la Bible en dzongkha concernent les traductions de la Bible en dzongkha et dans d'autres langues du Bhoutan, le pays indépendant situé au pied de l'Himalaya oriental.
Traductions de la Bible_en_anglais/traductions de la Bible en anglais :
Les traductions partielles de la Bible dans les langues du peuple anglais remontent à la fin du 7ème siècle, y compris les traductions en vieil et moyen anglais. Plus de 100 traductions complètes en anglais ont été écrites. Aux États-Unis, 55 % des répondants au sondage qui lisent la Bible ont déclaré utiliser la version King James en 2014, suivis de 19 % pour la nouvelle version internationale, les autres versions étant moins utilisées. de 10 %.
Traductions de la Bible_en_esquimau%E2%80%93langues_aléoutiennes/Traductions de la Bible en langues esquimau–aléoutiennes :
Les traductions de la Bible dans les langues eskimo-aléoutiennes comprennent:
Traductions de la Bible_en_espéranto/Traductions de la Bible en espéranto :
L'initiateur de l'espéranto, LL Zamenhof, a traduit toute la Bible hébraïque en espéranto. Sa traduction a été très admirée par les espérantistes et est largement considérée comme un modèle ou un exemple pour les autres auteurs et traducteurs espéranto. D'autres traducteurs ont également édité et publié des versions en espéranto du Nouveau Testament et des Apocryphes.
Traductions de la Bible_en_estonien/Traductions de la Bible en estonien :
La première version du Nouveau Testament en langue estonienne du nord a été publiée en 1715, et toute la Bible d'Anton thor Helle est apparue en estonien en 1739.
Traductions de la Bible_en_féroïen/Traductions de la Bible en féroïen :
Les traductions de la Bible en féroïen sont relativement nouvelles, en partie parce que l'orthographe moderne n'a commencé que dans la seconde moitié du XIXe siècle.
Traductions de la Bible_en_finnois/Traductions de la Bible en finnois :
La traduction officielle utilisée par l'Église d'État, l'Église évangélique luthérienne de Finlande, est approuvée par son synode. Il y a eu trois traductions officielles : Biblia : Se on : Coco Pyhä Ramattu Suomexi (1642), Pyhä Raamattu (1933/1938), et l'actuelle Uusi kirkkoraamattu (1992/2007). Le terme kirkkoraamattu signifie que l'édition doit être adaptée au service du culte et aux autres besoins de l'église. La Bible de 1933/1938 a été traduite en utilisant la technique de l'équivalence formelle. Il a eu un successeur de courte durée, l'Uusi testamentti nykysuomeksi (1973), qui utilise l'équivalence dynamique. C'est aussi le principe de la traduction officielle actuelle de 1992/2007. La dernière édition a fait l'objet de critiques de la part de certains chrétiens, et des éditions concurrentes qui reviennent au principe d'équivalence formelle ont fait surface : Raamattu Kansalle (1999/2012) et Jumalan Kansan Raamattu (1992).
Traductions de la Bible_en_français/Traductions de la Bible en français :
Les traductions de la Bible en français remontent à l'époque médiévale. Après un certain nombre de traductions de la Bible française au Moyen Âge, la première traduction imprimée de la Bible en français fut l'œuvre du théologien français Jacques Lefèvre d'Étaples en 1530 à Anvers, duché de Brabant, Habsbourg Pays-Bas. Celui-ci fut substantiellement remanié et amélioré en 1535 par Pierre Robert Olivétan. Cette Bible, à son tour, est devenue la base de la première Bible catholique française, publiée à Louvain en 1550, œuvre de Nicolas de Leuze et François de Larben. Voir aussi la Bible Douay-Reims dont le Nouveau Testament a été publié en 1582, et l'Ancien Testament, en deux volumes, en 1609 et 1610 par l'Université de Douai. Enfin, la Bible de Port-Royal, rédigée par Antoine Lemaistre et son frère Louis Isaac Lemaistre, achevée en 1695, connaît une large adhésion tant chez les catholiques que chez les protestants. La version de Jean-Frédéric Ostervald (1744) jouit également d'une grande popularité. Parmi les catholiques, la traduction française contemporaine la plus remarquable est La Bible de Jérusalem, disponible en anglais sous le nom de The Jerusalem Bible, qui est apparue pour la première fois en français en 1954 et a été révisée en 1973. Cette traduction, ainsi que ses notes de bas de page concises et son appareil, a servi de base pour des versions dans de nombreuses autres langues que le français. De nombreux protestants francophones utilisent maintenant la version Louis Segond, qui a été achevée en 1880 et considérablement révisée entre 1975 et 1978. La Bible révisée Louis Segond est publiée par l'American Bible Society. En 2007, la Société biblique de Genève a publié une édition mise à jour du texte Segond appelé Segond 21. Il est décrit par ses sponsors comme "L'original, avec les mots d'aujourd'hui" ("l'original, avec les mots d'aujourd'hui"). Une autre Bible française moderne est la Bible du Semeur (Bible du semeur), achevée en 1999. Il s'agit d'une traduction plus réfléchie que celle de Segond, et elle utilise un langage plus contemporain. Il est publié par Biblica (anciennement la Société biblique internationale). Une autre Bible traduite de manière similaire qui est utilisée par les lecteurs français est la Bible en français courant, publiée en 1987 par l'Alliance Biblique Universelle. La principale version juive des Écritures hébraïques en français est La Bible du rabbinat français , qui a été achevée en 1906 et révisée en 1966. André Chouraqui a publié une version conçue pour être utilisée à la fois par les juifs et les chrétiens; bien que juif lui-même, il a inclus le Nouveau Testament. Les Témoins de Jéhovah ont traduit leur Bible en français sous le nom de La Bible. Traduction du monde nouveau (Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures) ; elle s'appelait autrefois Les Saintes Écritures. Traduction du monde nouveau.
Traductions de la Bible_en_gaélique/Traductions de la Bible en gaélique :
Les traductions de la Bible en gaélique peuvent faire référence à : Traductions de la Bible en irlandais Traductions de la Bible en gaélique écossais
Traductions de la Bible_en_galicien/Traductions de la Bible en galicien :
La traduction de la Bible dans la langue galicienne moderne a été commencée en 1968 par la rédaction SEPT de Vigo et publiée en 1989. Au XIXe siècle, une traduction de l'Évangile de Matthieu a été commandée par Luís Luciano Bonaparte au journaliste Vicente Turnes (gl) , mais le résultat fut jugé trop castillan et une deuxième version fut commandée à un traducteur par ailleurs inconnu, probablement un galicien résidant à Londres, un certain José Sánchez de Santa María. Cette deuxième commande fut publiée à Londres en 1861 sous le titre Observaciones comparativas sobre la pronunciación gallega, asturiana, castellana y portuguesa.
Traductions de la Bible_en_géorgien/Traductions de la Bible en géorgien :
La Bible a été traduite pour la première fois en géorgien dès le Ve siècle. Les Vani Gospels ( Vani Four Gospels ; géorgien : ვანის ოთხთავი, Vanis otkhtavi ) est un manuscrit enluminé des évangiles dans l' écriture géorgienne Nuskhuri datant de la fin du XIIe au début du XIIIe siècle. Récemment, une nouvelle traduction a été achevée par l'Institut de traduction de la Bible.
Traductions de la Bible_en_allemand/traductions de la Bible en allemand :
Les traductions en langue allemande de la Bible existent depuis le Moyen Âge. La plus influente est la traduction de Luther, qui a établi le haut allemand comme langue littéraire dans toute l'Allemagne au milieu du XVIIe siècle et qui continue d'être la plus largement utilisée dans le monde germanophone d'aujourd'hui.
Traductions de la Bible_en_Ge%CA%BDez/Traductions de la Bible en Geʽez :
Les traductions de la Bible en Geʽez , une ancienne langue sémitique du sud de la branche éthiopienne , remontent au moins au 6ème siècle, ce qui en fait l'une des plus anciennes traductions de la Bible au monde. La plus ancienne traduction d'une partie de la Bible en Geʽez sont les Évangiles de Garima .
Traductions de la Bible_en_grec/traductions de la Bible en grec :
Alors que la partie de l'Ancien Testament de la Bible était écrite en hébreu, le Nouveau Testament était à l'origine écrit en grec koine. La langue grecque, cependant, a plusieurs dialectes ou dénominations différents. Cela a nécessité plusieurs traductions différentes effectuées par plusieurs individus et groupes de personnes différents. Ces traductions peuvent être classées en traductions effectuées avant et après 1500 après JC.
Traductions de la Bible_en_hébreu/Traductions de la Bible en hébreu :
Les traductions de la Bible en hébreu se réfèrent principalement aux traductions du Nouveau Testament de la Bible chrétienne en langue hébraïque, à partir du grec koine original ou d'une traduction intermédiaire. Il est moins nécessaire de traduire le Tanakh juif (ou Ancien Testament chrétien) à partir de l'hébreu biblique original, car il est étroitement intelligible pour les locuteurs de l'hébreu moderne. Il y a plus de traductions du petit nombre de passages de Tanakhas conservés dans la langue araméenne biblique plus éloignée. Il existe également des traductions en hébreu d'apocryphes bibliques.
Traductions de la Bible_en_hindi_et_urdu/traductions de la Bible en hindi et en ourdou :
La langue hindi moderne et la langue ourdou sont mutuellement intelligibles sous une forme familière, mais utilisent des écritures différentes lorsqu'elles sont écrites et ont des formes littéraires mutuellement inintelligibles. L'histoire des traductions de la Bible en hindi et en ourdou est étroitement liée, les premiers traducteurs de "l'hindoustani" produisant simplement la même version avec des écritures différentes : Devanagari et Nastaliq, ainsi que Roman. La première traduction d'une partie de la Bible en hindi, Genèse, a été faite en manuscrit par Benjamin Schultze (1689-1760), un missionnaire allemand, qui est arrivé en Inde pour établir une mission anglaise en 1726 et a travaillé à compléter les traductions de la Bible de Bartholomäus Ziegenbalg en Traductions en tamoul puis en télougou. Sa traduction de parties de la Genèse a été publiée à Halle en 1745 avec une grammaire de la langue hindi locale qu'il avait rencontrée à Madras.
Traductions de la Bible_en_hongrois/Traductions de la Bible en hongrois :
Les premières traductions de la Bible en hongrois datent des XVe-XVIe siècles, tout comme la première Bible hussite et la Bible de Vizsoly.
Traductions de la Bible_en_islandais/Traductions de la Bible en islandais :
L'histoire des traductions de la Bible en islandais a commencé avec la conversion du pays au christianisme vers l'an 1000 de notre ère, mais les efforts se sont accélérés avec la Réforme islandaise au milieu du XVIe siècle. Depuis lors, 11 traductions complètes de la Bible ont été réalisées en islandais. Actuellement, la Société biblique islandaise supervise la traduction et la production des Bibles en langue islandaise, la traduction complète la plus récente ayant été achevée en 2007.
Traductions de la Bible_en_Ilocano/Traductions de la Bible en Ilocano :
La Bible Ilocano , publiée en 1909, est la deuxième Bible à être publiée dans n'importe quelle langue philippine, après le tagalog qui a été publié en 1905. Au 21e siècle, il existe quatre traductions bibliques dans la langue ilocano des Philippines: Ti Biblia : basé sur la version standard américaine et certaines versions espagnoles disponibles Naimbag a Damag Biblia : une traduction équivalente de la Bible de la Bonne Nouvelle basée sur le Novum Testamentum Graecae et la Biblia Hebraica Stuttgartensia. Ti Baro a Naimbag a Damag Biblia : Une mise à jour de la Naimbag a Damag Biblia basée sur les mêmes versions des Saintes Écritures. Baro a Lubong a Patarus ti Nasantuan a Kasuratan : basé sur la Traduction du monde nouveau en anglais des Saintes Écritures, produite par les Témoins de Jéhovah.
Traductions de la Bible_vers_les_langues_indo-européennes/Traductions de la Bible vers les langues indo-européennes :
Le Nouveau Testament a été écrit à l'origine en grec koine, une langue indo-européenne, et des traductions de la Bible dans cette grande famille de langues influentes ont été produites depuis l'époque classique.
Traductions de la Bible_en_indonésien/Traductions de la Bible en indonésien :
La première traduction de la Bible (Alkitab) en langue indonésienne fut la traduction du livre de Matthieu par Albert Corneliszoon Ruyl (1629). Entre alors et aujourd'hui, il y a eu au moins 22 autres traductions, à l'exclusion des traductions dans les langues locales de l'Indonésie (sur plus de 700 langues locales de l'Indonésie, plus de 100 langues ont des portions ou la totalité de la Bible traduites, tandis que certaines, comme le javanais et le batak, avoir plus d'une version). La traduction la plus répandue actuellement en indonésien est Terjemahan Baru (1985), ou "Nouvelle traduction" publiée par LAI ("Lembaga Alkitab Indonesia" ou Société biblique indonésienne). Gottlob Brückner (1783–1857) a traduit la Bible en javanais, la plus grande langue locale d'Indonésie, en 1820
Traductions de la Bible_en_inupiat/Traductions de la Bible en inupiat :
La Bible complète a été traduite dans trois des dialectes de la langue inupiat (le Groenland, le Labrador et l'inuktitut (Arctique oriental)), le Nouveau Testament dans deux autres et des parties dans un autre. L'Ethnologue énumère cinq principaux dialectes inuits : l'est du Canada, l'ouest du Canada, le nord de l'Alaska, le nord-ouest de l'Alaska et le groenlandais. Chacun de ces dialectes a au moins un Nouveau Testament traduit. Même si la langue inuit est très répandue, il est plutôt arbitraire de décider où tracer les lignes de dialectes. Selon Ethnologue, le Labrador et les Inuits de l'Arctique de l'Est/de Baffin ont tous deux le même dialecte, mais les deux ont leur propre traduction de la Bible dans leurs propres orthographes.
Traductions de la Bible_en_irlandais/Traductions de la Bible en irlandais :
Les traductions de la Bible en irlandais ont été imprimées et publiées pour la première fois au XVIIe siècle : le Nouveau Testament en 1602, l'Ancien Testament en 1685 et la Bible entière (Ancien et Nouveau Testaments combinés) en 1690.
Traductions de la Bible_en_italien/Traductions de la Bible en italien :
La Bible (italien : Bibbia) a été traduite en italien plusieurs fois depuis la première traduction imprimée, la soi-disant Bible de Malermi, par Nicolò Malermi en 1471. La Bible CEI publiée par la Conférence épiscopale d'Italie (Conferenza Episcopal Italiana) est la version officielle de l'Église catholique italienne. Avant la publication initiale de l'édition CEI en 1971, la traduction italienne la plus courante de la Bible était celle de l'archevêque Antonio Martini, publiée de 1769 à 1781. La traduction italienne de 1607 par Giovanni Diodati est la référence standard utilisée dans le protestantisme italien ; une édition révisée de cette traduction en italien moderne, Nuova Diodati, a été publiée en 1991.
Traductions de la Bible_en_japonais/Traductions de la Bible en japonais :
Il existe deux principales traductions de la Bible en japonais largement utilisées aujourd'hui : la nouvelle version interconfessionnelle (新共同訳聖書) et la nouvelle Bible japonaise (新改訳聖書). La nouvelle version de traduction interconfessionnelle est publiée par la Société biblique japonaise et la nouvelle Bible japonaise est publiée par Inochinokotoba-sha (い の ち の こ と ば 社). Il existe différents objectifs de traduction. La nouvelle version japonaise vise à être utilisée comme une traduction littérale utilisant le japonais moderne tandis que la nouvelle version interconfessionnelle vise à être utilisée de manière œcuménique par toutes les dénominations chrétiennes et doit donc se conformer à diverses théologies. Les évangéliques protestants utilisent le plus souvent la nouvelle version japonaise, mais la nouvelle version interconfessionnelle est la plus largement diffusée et celle utilisée par l'Église catholique, l'Église unie du Christ, les factions de l'Église luthérienne et de nombreux anglicans au Japon.
Traductions de la Bible_en_Kannada/Traductions de la Bible en Kannada :
La première tentative de traduction de la Bible en kannada a été faite par les missionnaires de Serampore et ils semblent l'avoir achevée en 1809. Cependant, ce manuscrit a été perdu dans l'incendie de 1812 à la presse de Serampore. Certaines parties de la Bible ont été traduites en kannada en 1812. Dans 1823 Le Nouveau Testament est publié. En 1831, la Bible complète fut publiée en Kannada. Les traducteurs comprenaient John Hands, fondateur de la station London Missionary Society à Bellary en 1810, et William Reeve à Bellary et Bangalore. Une version révisée du Nouveau Testament a été publiée en 1850, et une autre version révisée a été publiée en 1854. Les missionnaires LMS a continué le travail et la Bible complète a été publiée en 1865. La révision de cette Bible a été gérée par un comité et a été publiée en 1934. C'est la version encore utilisée [1]. En collaboration avec la traduction biblique centrée sur l'Église, Free Bibles India a publié une traduction en kannada en ligne. En 2009, le Nouveau Testament de la Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures a été publié par les Témoins de Jéhovah à Kannada. Il a été publié en ligne (également hors ligne au format PDF) avec des versions mobiles publiées via l'application JW Library dans les magasins d'applications.
Traductions de la Bible_en_kazakh/Traductions de la Bible en kazakh :
Le travail sur la traduction de la Bible en langue kazakhe a commencé avec le travail de Charles Fraser de la Scottish Missionary Society. La traduction de Matthieu par Fraser a été publiée en 1818 (elle était basée sur la traduction de Karass de H. Brunton et modifiée pour le kazakh), et le Nouveau Testament en 1820 par la Société biblique russe. JME Gottwald, professeur à l'Université de Kazan, l'a révisé, et cela a été publié en 1880 par la British and Foreign Bible Society à Kazan, et il a été republié en 1887 et 1910. George W. Hunter, de la Mission intérieure de Chine à Ürümqi , considérait cette traduction comme "une bonne traduction, en astrahan-turc", il ne semble pas l'avoir considérée comme kazakhe. Darlow et Moule disent qu'il était destiné au kirghize dans le voisinage d'Orenbourg, et que la langue était parfois appelée "tatare d'Orenbourg". Selon le révérend W. Nicholson de la Royal Asiatic Society de Saint-Pétersbourg, cette traduction était destinée aux « hordes kirghizes - grandes, petites et moyennes, comme on les appelle - [qui] occupent diverses régions du sud de la Sibérie, de l'Asie centrale, et à l'ouest de la mer Caspienne." George A. King dit que la traduction de Fraser était dans la langue des "Kirghizes occidentaux ou Kirghiz-Kazakhs, bien qu'ils renient le nom de Kirghiz". Macaire II, l'évêque de Tomsk, a traduit Mark, publié par la British and Foreign Bible Society à Tomsk en 1894. Les quatre évangiles en un seul volume ont été publiés à Kazan par Pravoslavnoe Missionerskoe Obshchestvo en 1901. Cela peut être lié à l'édition de Mark précédemment publiée à Kazan, ou pourrait être la même que la traduction de I. Katerinski, répertoriée dans le livre d'un Mille Langues en Kirghiz. La biographie de George Hunter par Mildred Cable dit simplement "un Qazaq parlant russe". Cette version est imprimée dans une écriture cyrillique, légèrement différente de ce que les Qazaqs utilisent aujourd'hui ; ce script contient beaucoup de mots russes/grecs et utilise des noms russes/grecs au lieu de noms qazaq/islamiques. L'ouvrage de 1901 a été republié en 1972 par l'Institut de traduction de la Bible à Stockholm, en Suède. George W. Hunter de la China Inland Mission était au courant de la traduction de Kazan de 1901, et après avoir beaucoup prié pour qu'il puisse en obtenir une copie, un homme l'a approché dans le bazar pour lui proposer de l'échanger (un livre qu'il ne pouvait pas lire) pour celui qu'il pouvait. Hunter a révisé ces traductions et les a translittérées en arabe. Il a également traduit la Genèse et les Actes.
Traductions de la Bible_en_khmer/Traductions de la Bible en khmer :
La première traduction de la Bible en langue khmère a été réalisée par le missionnaire américain Arthur L. Hammond, qui a commencé à traduire la Bible en 1925. Le Nouveau Testament a été achevé en 1934 et la Bible entière en 1954. Elle a été révisée en 1962. La société biblique affiliée à UBS au Cambodge a été créée en 1968. Le christianisme au Cambodge a été impitoyablement réprimé pendant le règne des Khmers rouges au Cambodge (1975-1979), puis a commencé à refaire surface sous le gouvernement de la République populaire du Kampuchea dans les années 1980. De nouvelles versions en langue moderne ont suivi dans les années 1990 mais n'ont pas été bien accueillies au départ. Actuellement, la Société biblique du Cambodge fournit la version standard khmère (2005) et l'"ancienne version khmère" (version Hammond 1954, 1962). En 2008, la Watchtower Bible and Tract Society a produit la Traduction du monde nouveau des Écritures grecques chrétiennes en khmer. . En 2012, Asia For Jesus a produit le Nouveau Testament de la Bible chrétienne khmère (KCB). Il travaille actuellement sur l'achèvement de l'Ancien Testament. Cette Bible comprend également quelques brèves notes d'étude pour aider les nouveaux lecteurs. Cette bible a été jugée utile pour comprendre la bible. En 2018, la Société biblique cambodgienne a organisé la célébration de l'impression de la version révisée de l'ancienne version originale khmère (RKOV) (Hammond Version 1954,1962). Ceci et toutes les traductions sont disponibles sur votre version. Toujours en 2018, la Global Bible Initiative a produit la Global Khmer Bible (GKhB). Il est également en train de traduire l'Ancien Testament. Plusieurs enseignants ont trouvé cette bible très claire et précise par rapport aux traductions originales.
Traductions de la Bible_en_Konkani/Traductions de la Bible en Konkani :
L'histoire des traductions de la Bible dans la langue Konkani commence avec Ignazio Arcamone (1615-1683), un jésuite italien travaillant à Salcette, Goa a été le premier à traduire des parties de la Bible en langue Konkani. Il a été publié sous le titre "Sogllea Vorunsache Vanjel" de Rachol Seminary Printing Press en 1667. Des exemplaires de ce livre ne sont pas disponibles. Le Nouveau Testament a été traduit en Konkani en caractères latins en 1818. Le Nouveau Testament complet a d'abord été traduit en Konkani en caractères Kannada par William Robert Da Silva en 1977. Avec la publication de Baibol en 1997, il est devenu la première personne à traduire le texte complet Bible en Konkani. Il l'a traduit à lui tout seul pendant 30 ans. La deuxième traduction complète a été réalisée par William B. Barboza en 2000, intitulée Pavitr Pustak. Les deux ont été imprimés en écriture Kannada. La troisième traduction complète a été éditée par Manuel Gomes en 2006 et s'intitule Povitr Pustok. Il a été imprimé en caractères latins. D'autres qui ont traduit des parties de la Bible en Konkani sont William Carey à Serampore, au Bengale occidental ; Joaquim A. Fernandes, Bombay ; Rymond Mascarenhas, Mangalore ; Sylvester Menezes, Mangalore; CCA Pai, SJ, Mangalore ; Pr. Vasco do Rego SJ, Goa ; Moreno de Souza, SJ, Goa ; et Felicio Cardozo, Goa
Traductions de la Bible_en_coréen/Traductions de la Bible en coréen :
Jusque dans les années 1990, la plupart des traductions de la Bible coréenne utilisaient un langage démodé et désuet. Cela a rendu difficile pour les chrétiens qui préféraient les termes familiers de comprendre ce que dit la Bible. Dans les années 1990, des versions plus familières et contemporaines des traductions de la Bible coréenne sont apparues pour les chrétiens, ce qui leur a permis de comprendre et de comprendre plus facilement les mots de la Bible de manière plus précise.
Traductions de la Bible_en_kurde/Traductions de la Bible en kurde :
Une partie de la Bible a été disponible pour la première fois en langue kurde en 1856 dans le dialecte kurmanji. Les Évangiles ont été traduits par Stepan, un employé arménien de l'American Bible Society et ont été publiés en 1857. Isaac Grout Bliss, de l'ABS, a traduit le reste du Nouveau Testament, et l'intégralité du NT a été publiée à Istanbul par AH Bohajian en 1872. dans l'alphabet arménien. Une partie de la Bible a été disponible pour la première fois dans le dialecte mukri du kurde sorani en 1909. En 1919, Ludvig Olsen Fossum de l'Église luthérienne norvégienne unie d'Amérique a terminé ces parties sous l'écriture arabe sous le titre Injil Muqqades. Une partie de la Bible est devenue disponible à Kermanshahi en 1894. Des traductions modernes sont en cours dans de nombreux dialectes différents.
Traductions de la Bible_en_kirghize/Traductions de la Bible en kirghize :
Il existe actuellement trois traductions de la Bible en kirghize moderne. Ray of Hope (Боорукерликтин өкүлдүгү «ҮМҮТ НУРУ») a produit une traduction de la version synodale russe. C'est la traduction la plus couramment utilisée. Lingua Service («Лингвосервис» борбору) en collaboration avec la United Bible Society (Бириккен Ыйык Китеп Коомдору) a publié une nouvelle traduction du Nouveau Testament en 2005. Ils travaillent actuellement sur l'Ancien Testament. Askar Mambetaliev a traduit une grande partie de la Bible dans une traduction équivalente/paraphrase plus dynamique. Cette traduction est spécialement destinée à l'évangélisation. Les Témoins de Jéhovah ont révisé la traduction de Ray of Hope pour qu'elle corresponde davantage à la Traduction du monde nouveau en anglais, produisant une "Traduction du monde nouveau" kirghize, Жаңы дүйнө котормосу.
Traductions de la Bible_en_Lao/Traductions de la Bible en Lao :
Le travail de traduction de la Bible ( Lao : ພຣະຄັມພີ ) dans la langue lao a été commencé par des missionnaires Frères suisses en 1902, produisant trois évangiles en 1908, puis une traduction de la Bible complète en 1932. La Société biblique américaine a récemment publié une traduction moderne de la Bible en lao.
Traductions de la Bible_en_latin/Traductions de la Bible en latin :
Les traductions de la Bible en latin sont les versions utilisées dans la partie occidentale de l'ancien Empire romain jusqu'à la Réforme et toujours utilisées, ainsi que les traductions du latin vers la langue vernaculaire, dans l'Église catholique romaine.
Traductions de la Bible_en_letton/Traductions de la Bible en letton :
Le pasteur luthérien Johann Ernst Glück a traduit la Bible en langue lettone, qui a été publiée en 1694 à Riga. Cette traduction a été republiée à plusieurs reprises, rééditée à plusieurs reprises. Plus récemment, une révision a été commencée en 1931 et imprimée en 1965 par les Sociétés bibliques unies de Londres. Pour cela, le principal éditeur de langue était le professeur Ernests Blese. Cette traduction utilisait les traditionnels "ch" et "ŗ" de la Lettonie d'avant-guerre et des Lettons en exil. En 1995, la Société biblique lettone (LBB) a commencé à travailler sur une nouvelle traduction de la Bible; Évangiles et Actes 1999, tout le Nouveau Testament 2007. La maison d'édition "Zinātne" ("Science") a publié un certain nombre de livres de l'Ancien Testament dans certaines éditions, mais la traduction de l'Ancien Testament de la LBB est toujours en cours de préparation pour publication. En 2005, la Société biblique lettone a publié les livres deutérocanoniques.
Traductions de la Bible_en_lituanien/Traductions de la Bible en lituanien :
Les premières traductions connues de la Bible en langue lituanienne sont apparues au milieu du XVIe siècle suite à la diffusion de la Réforme protestante. La Bible protestante complète a été publiée pour la première fois en 1735 à Königsberg. La traduction catholique complète a été publiée en 1911-1937 à Kaunas.
Traductions de la Bible_en_macédonien/Traductions de la Bible en macédonien :
L'histoire des traductions de la Bible en macédonien est liée dans ses premières années à l'histoire des traductions de la Bible en bulgare. Après la codification du macédonien en 1945, en 1952, une édition liturgique des quatre évangiles a été imprimée comme première traduction officielle en macédonien standard.
Traductions de la Bible_en_malais/Traductions de la Bible en malais :
Les traductions de la Bible en malais comprennent des traductions de tout ou partie de la Bible dans l'un des niveaux et des variétés de la langue malaise. La publication de traductions anciennes ou partielles a commencé dès le XVIIe siècle, bien qu'il soit prouvé que le missionnaire jésuite, Francis Xavier, a traduit des textes religieux contenant des versets bibliques en malais dès le XVIe siècle. La Réforme protestante a vu l'intérêt croissant pour traductions vernaculaires de la Bible en Europe. Au XVIe siècle, les nations européennes protestantes comme la République néerlandaise et l'Angleterre avaient commencé à empiéter sur les domaines traditionnels d'influence des Portugais catholiques dans l'archipel malais. Avec la domination néerlandaise des Indes orientales, où le malais était la lingua franca du commerce, la traduction de la Bible en malais était l'une des premières traductions existantes de la Bible dans une langue qui n'était pas d'Europe ou du Moyen-Orient. Développements dans la traduction de la Bible en malais tournait et continue de tourner autour de trois considérations dont l'établissement des normes de la langue malaise, y compris les règles de grammaire, de vocabulaire et d'orthographe ; découvrir des façons appropriées d'utiliser le malais pour communiquer des concepts chrétiens au sein de la culture malaise; et la prise en charge des groupes cibles du travail de traduction et des moyens de diffusion. L'un des problèmes pratiques les plus urgents concerne l'utilisation de mots empruntés à l'arabe et au persan qui sont entrés dans le vocabulaire malais par l'islamisation du peuple malais et cette question reste une question politiquement et socialement sensible en Malaisie où le malais est la langue nationale et l'islam. la religion officielle.
Traductions de la Bible_en_malayalam/Traductions de la Bible en malayalam :
La traduction de la Bible en malayalam a commencé en 1806 et a influencé le développement de la langue moderne.
Traductions de la Bible_en_maltais/Traductions de la Bible en maltais :
Le nationaliste maltais Mikiel Anton Vassalli, converti au protestantisme, a traduit les Evangiles et les Actes des Apôtres en langue maltaise. C'était alors connu sous le nom de "version Kafir". Michael Camilleri (vers 1814–1903), ensuite vicaire de Lyford, Berkshire, a révisé la version de Vassali et a traduit le Nouveau Testament et le Livre de la prière commune en maltais. En 1959, le prêtre catholique maltais et linguiste Pietru Pawl Saydon a publié une traduction de la Bible en maltais à partir de l'hébreu et du grec. La traduction mettait fortement l'accent sur le vocabulaire sémitique maltais dans le but de conserver le sens original de la source hébraïque. La traduction de Saydon a été rejetée par l'Église catholique de Malte en raison de la question linguistique et du climat politique sur les îles à l'époque.
Traductions de la Bible_en_mandchou/Traductions de la Bible en mandchou :
La traduction de la Bible en langue mandchoue a commencé au XVIIIe siècle, mais seule la traduction du Nouveau Testament a été publiée.
Traductions de la Bible_en_mannois/Traductions de la Bible en mannois :
La Bible a été traduite en langue mannoise, une langue gaélique apparentée à l'irlandais et au gaélique écossais, aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Traductions de la Bible_en_Marathi/Traductions de la Bible en marathi :
La première traduction en marathi a été réalisée par Vaidyanath Sarma sous la supervision des missionnaires de Serampore et de William Carey au Fort William College. Cependant, la traduction de Carey a été jugée manquante et a été révisée par deux missionnaires américains, Gordon Hall et Samuel Newell en 1826, avec une édition ultérieure en 1830. De plus, David Oliver Allen "a supervisé une traduction des Écritures dans la langue mahratta" alors qu'il était en charge. de l'imprimerie de Bombay de 1844 à 1853. La première version familière a été réalisée par Pandita Ramabai dans un langage facile à comprendre pour les femmes de Pune. Les traducteurs ultérieurs de la Bible incluent Bapuji Appaji, BN Athavle et Ratnakar Hari Kelkar. En collaboration avec la traduction biblique centrée sur l'Église, Free Bibles India a publié une traduction en marathi en ligne. En 2016, le Nouveau Testament de la Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures a été publié par les Témoins de Jéhovah en marathi. Il a été publié en ligne (également hors ligne au format PDF) avec des versions mobiles publiées via l'application JW Library dans les magasins d'applications.
Traductions de la Bible_en_mongol/Traductions de la Bible en mongol :
La première traduction conservée de la Bible en langue mongole date de 1827, mais il existe une trace écrite de ce qui aurait peut-être été une traduction existant dès 1305. Depuis 1827, de nombreuses autres traductions ont été faites.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_amérindiennes/Traductions de la Bible dans les langues amérindiennes :
Des traductions bibliques dans les langues autochtones d'Amérique du Nord et du Sud sont produites depuis le XVIe siècle.
Traductions de la Bible_en_népalais/Traductions de la Bible en népalais :
Le Nouveau Testament a été traduit en langue népalaise en 1821 par la mission Serampore de Carey. La Bible complète a été traduite par le pasteur Newari Ganga Prasad Pradhan en 1914. En 2010, le Nouveau Testament de la Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures a été publié par les Témoins de Jéhovah en népalais. Il a été publié en ligne (également hors ligne au format PDF) avec des versions mobiles publiées via l'application JW Library dans les magasins d'applications. En 2018, la Traduction complète du monde nouveau des Saintes Écritures a été publiée par les Témoins de Jéhovah en népalais. Il est disponible sur jw.org, Watchtower Online Library et via l'application JW Library dans les App stores.
Traductions de la Bible_en_nubien/Traductions de la Bible en nubien :
La Bible a été traduite en vieux nubien à l'époque où le christianisme dominait en Nubie (sud de l'Égypte et nord du Soudan). Tout au long du Moyen Âge, la Nubie était divisée en royaumes distincts : Nobadia, Makuria et Alodia. Le vieux nubien peut être considéré comme la forme écrite standard dans les trois royaumes. Parmi les langues nubiennes vivantes, c'est le nobiin moderne qui est le plus proche du vieux nubien et probablement son descendant direct. La date de la première traduction de la Bible en vieux nubien est inconnue. Ce n'était probablement pas longtemps après l'établissement du christianisme au sixième siècle. La Bible nubienne a été traduite du grec original dans le cas du Nouveau Testament et dans le cas de l'Ancien Testament (Bible hébraïque) principalement de la Septante (la première traduction grecque) avec peut-être une contribution de l'Hexapla (qui comprenait l'original hébreu ainsi que la Septante et quatre autres textes). Avec l'islamisation de la Nubie aux XIVe et XVe siècles, la Bible nubienne a été perdue. Aucune Bible nubienne complète ne survit aujourd'hui. Tous les fragments bibliques de l'ancien nubien, y compris les citations de la Bible dans d'autres ouvrages, ont été rassemblés et édités par G. Michael Browne (1994). Des parties de la Bible ont été traduites en Nobiin entre 1860 et 1899.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_océaniques/Traductions de la Bible dans les langues océaniques :
Les traductions de la Bible dans les langues océaniennes ont une histoire relativement proche et récente.
Traductions de la Bible_en_persan/Traductions de la Bible en persan :
Des traductions de la Bible en persan ont été faites depuis le quatrième ou le cinquième siècle, bien que peu de manuscrits anciens survivent. Il existe des traductions juives et chrétiennes du Moyen Âge. Des traductions complètes de la Bible hébraïque et du Nouveau Testament grec à partir des langues originales ont été réalisées pour la première fois au XIXe siècle par des missionnaires protestants.
Traductions de la Bible_en_polonais/Traductions de la Bible en polonais :
Les premières traductions de la Bible en polonais datent du XIIIe siècle. Les premiers complets ont été achevés dans le 16ème.
Traductions de la Bible_en_portugais/Traductions de la Bible en portugais :
Bien que les thèmes bibliques aient été une substance formatrice essentielle de la culture portugaise, la composition dans cette langue d'une traduction complète de la Bible est assez tardive par rapport aux autres langues européennes. Les débuts de la transmission écrite du texte sacré en portugais, parallèlement à son usage liturgique traditionnel en latin, sont liés à l'acceptation sociale progressive du vernaculaire comme langue de culture à l'époque bas-médiévale. Et même si la langue officielle de la monarchie portugaise remonte à la fin du XIIIe siècle, sous le règne de D. Dinis, l'écrivain Carolina Michaëlis de Vasconcelos (1851-1925), par exemple, a pu affirmer catégoriquement que, à l'époque médiévale, "la littérature portugaise, en matière de traductions bibliques, est une pauvreté désespérée "- un jugement qui reste valable, disent les experts. La première traduction complète de la Bible en portugais a été composée à partir du milieu du XVIIe siècle, dans des régions spécifiques de l'Asie du Sud-Est sous la domination de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. L'homme responsable de son processus d'élaboration était João Ferreira Annes d'Almeida (c. 1628–1691), originaire du Royaume du Portugal, mais résidant parmi les Néerlandais depuis sa jeunesse. Une première édition de sa traduction du Nouveau Testament a été imprimée à Amsterdam en 1681, dans le passage que les livres de l'Ancien Testament ont été publiés à partir du XVIIIe siècle à Tranquebar et Batavia.
Traductions de la Bible_vers_le_prekmurje_slovène/Traductions de la Bible vers le slovène du prekmurje :
Le premier Nouveau Testament en Prekmurje slovène parut en 1771 : le Nouvi Zákon d'István Küzmics. Cela était distinct des traductions de la Bible en slovène, comme celle de Miklós Küzmics. Entre les XVIe et XIXe siècles, il y avait peu de normes littéraires pour le slovène en Styrie, en Carniole, en Carinthie, en Hongrie et dans le littoral slovène. Primož Trubar a publié les traductions complètes des livres du Nouveau Testament, Jurij Dalmatin la Bible complète. D'autres normes régionales n'ont pas produit plus d'expériences, seulement le dialecte Prekmurje parlé en Hongrie.
Traductions de la Bible_en_romani/Traductions de la Bible en romani :
Les langues romani sont les langues parlées par les Roms, communément appelés Tsiganes. La langue est souvent appelée Romanes. Le premier évangile à être traduit dans une langue romani était l'évangile de Luc dans la langue caló, parlée en Espagne et au Portugal. Il a été traduit par George Borrow. Cela a été imprimé par la British and Foreign Bible Society en 1837 et une révision a été imprimée en 1872. Il y a des parties et des sélections de la Bible dans de nombreuses formes différentes de romani. la Bible en Kalderash Romani. Les Psaumes ont été imprimés pour la première fois par la Société biblique française en 1984 et le Nouveau Testament a été imprimé en 1995.
Traductions de la Bible_en_roumain/traductions de la Bible en roumain :
La première traduction roumaine de la Bible est le calviniste Palia de la Orăștie (Ancien Testament saxopolitain) de 1581/1582. Les traducteurs étaient des pasteurs calvinistes de Transylvanie. La première traduction complète en roumain a été faite en 1688 (appelée "Biblia de la București"). L'Ancien Testament a été traduit par Nicolae Milescu d'origine moldave à Constantinople. Le traducteur a utilisé comme source une Septante publiée à Francfort en 1597. Le manuscrit a ensuite été révisé en Moldavie puis amené à Bucarest, où il a de nouveau été soumis à révision par une équipe d'érudits valaques (parmi lesquels se trouvaient Radu et Şerban Greceanu) avec l'aide de Şerban Cantacuzino et Constantin Brâncoveanu. Avant la publication de la Bible de Bucarest, d'autres traductions partielles ont été publiées, telles que l'Évangile slave-roumain (1551), l'Évangile de Coresi (1561), Le livre des psaumes de Braşov (1570), Palia d'Orăştie (1582), Le Nouveau Testament de Alba Iulia (1648) et autres. En septembre 1911, la Société biblique britannique et étrangère a imprimé l'Ancien Testament de Iasi avec le Nouveau Testament de Nitzulescu, révisé par le professeur Garboviceanu et vérifié par le professeur Alexics. C'était le texte officiel du BFBS avant l'adoption de Cornilescu en 1924, mais il était plus littéral. Ce texte a été révisé par Cornilescu à partir de 1928 et imprimé par la Société biblique en 1931 mais n'a pas été publié depuis. Deux traductions principales sont actuellement utilisées en roumain. L'Église orthodoxe utilise la version synodale, la traduction standard de la Bible orthodoxe roumaine, publiée en 1988 avec la bénédiction du patriarche Teoctist Arăpașu. La plupart des dénominations protestantes utilisent la traduction de la Société biblique faite par Dumitru Cornilescu. Le Nouveau Testament a été publié pour la première fois en 1921, et la Bible entière avec des références en 1924, produite par la British and Foreign Bible Society. En 1989 est parue une révision non officielle de la maison d'édition allemande Gute Botschaft Verlag (GBV); il a essayé de rapprocher la traduction existante des manuscrits originaux, sous une forme grammaticalement corrigée et adaptée en fonction de l'évolution de la langue roumaine moderne. La Société biblique britannique et étrangère (BFBS), opérant en Roumanie par l'intermédiaire de la Société biblique interconfessionnelle de Roumanie (SBIR), a publié une édition définitive spéciale du 90e anniversaire de la Bible Cornilescu en 2014, avec de nombreuses erreurs corrigées. Certains traducteurs notables sont: Petru Pavel Aron Constantin Brâncoveanu - en roumain Dumitru Cornilescu - protestant, traduit en roumain Gala Galaction - orthodoxe roumain, traduit en roumain Radu et Șerban Greceanu - traduit en roumain
Traductions de la Bible_en_romanche/traductions de la Bible en romanche :
Les traductions de la Bible en romanche concernent les traductions de la Bible en romanche, qui est l'une des "quatre langues approuvées" de la Suisse.
Traductions de la Bible_en_russe/traductions de la Bible en russe :
La tradition des traductions de la Bible dans le christianisme en Russie commence avec les traductions slaves de la Bible et du slave de la vieille église. Le tsar Pierre le Grand a estimé que le peuple russe avait besoin d'une Bible en langue vernaculaire et a autorisé le pasteur Johann Ernst Glück en 1703 à préparer une telle édition. Glück mourut en 1705 et on ne sait rien de son travail.
Traductions de la Bible_en_sanskrit/Traductions de la Bible en sanskrit :
La traduction de la Bible en sanskrit fait partie de la première vague de traductions de la Bible dans les langues indiennes.
Traductions de la Bible_en_écossais/Traductions de la Bible en écossais :
À ce jour, la Bible n'a pas été entièrement traduite en écossais des basses terres. En 1513-1539, Murdoch Nisbet, associé à un groupe de Lollards, écrivit une traduction écossaise du Nouveau Testament, à partir de la Bible Wycliffite de John Purvey. Cependant, cet ouvrage est resté inédit, sous forme de manuscrit, et n'était connu que de sa famille et des biblistes. Il a été publié par la Scottish Text Society en 1901–5. La première traduction directe d'un livre de la Bible à partir de l'une des langues originales, plutôt qu'un modèle anglais préexistant, fut The Psalms: frae Hebrew intil Scottis de Peter Hately Waddell, publié en 1871.William Lorimer, un érudit classique renommé, a produit la première traduction du Nouveau Testament en écossais moderne à partir du grec koine original (bien que, dans une annexe, lorsque Satan parle au Christ, il soit cité en anglais standard), et cet ouvrage a également été publié à titre posthume, en 1983. L'Évangile de Luc a a été publié en Ulster Scots sous le titre Guid Wittins Frae Doctèr Luik. Il a été publié en 2009 par Ullans Press, avec les droits d'auteur détenus par l'Ulster-Scots Language Society.
Traductions de la Bible_en_gaélique_écossais/Traductions de la Bible en gaélique écossais :
Le Nouveau Testament a été publié pour la première fois en gaélique écossais en 1767 et toute la Bible (Am Bìoball Gàidhlig) a été publiée pour la première fois en 1801. Avant cela, les Gaels en Écosse avaient utilisé des traductions en irlandais.
Traductions de la Bible_en_serbe/Traductions de la Bible en serbe :
Il existe de nombreuses traductions de la Bible en langue serbe et serbo-croate.
Traductions de la Bible_en_cinghalais/Traductions de la Bible en cinghalais :
Sri Lanka, comme "Ceylan", fut conquise par les Portugais en 1505, qui furent ensuite suivis par les Hollandais, qui introduisirent l'Eglise réformée, puis vinrent les Britanniques, qui sous l'orientaliste et fonctionnaire William Tolfrey (1778 ?-1817) traduit une Bible en langue cinghalaise en 1823. La révision BFBS de la Bible cinghalaise a eu lieu de 1895 à 1910.
Traductions de la Bible_vers_les_langues_slaves/Traductions de la Bible vers les langues slaves :
L'histoire de toutes les traductions de la Bible dans les langues slaves commence par les traductions de la Bible en slavon de l'Église. Les autres langues incluent :
Traductions de la Bible_en_slovaque/Traductions de la Bible en slovaque :
Les premières traductions connues de parties de la Bible en slovaque datent du XVe siècle, bien que les traductions complètes, comme alternative aux traductions de la Bible en tchèque, datent de 1756.
Traductions de la Bible_en_slovène/Traductions de la Bible en slovène :
La première traduction d'une phrase de la Bible (Mt 25:34) en slovène est apparue dans les manuscrits de Freising, datant du 10ème ou 11ème siècle. Les versions de la Bible pour les Slovènes sont les plus étroitement liées à l'activité du réformateur de Carniole, Primož Trubar et de ses associés et successeurs. Ils étaient destinés aux Slovènes protestants. Trubar a traduit l'Évangile de Matthieu, qui a été imprimé à Reutlingen en 1555. En 1557, la première partie du Nouveau Testament a été publiée à Tübingen, la deuxième partie en 1560 et la dernière partie en 1577. Le Nouveau Testament complet a été réédité en 1582. Les Psaumes sont apparus en 1566. Jurij Dalmatin, qui a été encadré par Trubar, a traduit l'Ancien Testament et une édition de l'ensemble des Écritures en slovène. Cela a été publié sous sa direction à Wittenberg en 1583. István Küzmics a publié un Nouveau Testament pour les Slovènes hongrois (Nouvi Zákon) dans le dialecte Prekmurje à Halle en 1771. Miklós Küzmics a publié la version catholique (Szvéti evangyeliomi, Summa sztároga i nouvoga testamentoma szvéte historique). Une édition publiée à Kőszeg (Guns) en 1848 comprend les Psaumes (Knige 'zoltárszke), de Sándor Terplán et la traduction des livres de Moïse et du livre de Josua (Moses i Josua) en 1929 de János Kardos. Les autres traducteurs de Prekmurje étaient István Szelmár, Péter Kollár et János Szlepecz. En 1784, une partie du Nouveau Testament à l'usage des catholiques romains fut imprimée à Ljubljana après avoir été traduite de la Vulgate par plusieurs mains. La deuxième partie du Nouveau Testament a été publiée en 1786, et l'Ancien Testament entre 1791 et 1802.
Traductions de la Bible_en_Sogdien/Traductions de la Bible en Sogdien :
Des parties de la Bible ont été traduites en langue sogdienne aux IXe et Xe siècles. Tous les manuscrits survivants sont des textes liturgiques chrétiens incomplets (psautiers et lectionnaires), destinés à être lus le dimanche et les jours saints. On ne sait pas si une traduction complète d'un seul livre de la Bible a été faite, bien que le texte connu sous le nom de C13 puisse être un fragment d'un évangile complet de Matthieu. Tous les textes sauf un sont écrits en écriture syriaque; seules quelques pages du Livre des Psaumes écrites en écriture sogdienne existent. Aucun des textes sogdiens survivants n'a été traduit de l'original hébreu ou grec. Tous sauf un sont dérivés de traductions syriaques, principalement de la Peshitta mais avec quelques lectures en C5 qui pourraient provenir du Vetus Syra ou du Diatessaron. L'un, un texte du Psaume 33 sous un titre grec, a été traduit de la Septante. Un certain nombre de traductions sogdiennes d'œuvres non bibliques, chrétiennes et manichéennes, contiennent des citations bibliques, mais celles-ci ont été traduites avec les œuvres dans lesquelles elles se trouvent. Tous les textes bibliques sogdiens survivants ont été trouvés dans les ruines du monastère de Bulayïq, près de Turpan, qui était affiliée à l'Église de l'Est de rite syriaque oriental. Le fragment du Psaume 33 traduit du grec appartenait probablement à l'origine à la communauté melkite de Tachkent à Sogdia proprement dite. Des textes bibliques en syriaque, moyen persan et nouveau persan ont été trouvés sur le même site. Il semble que le sogdian, la langue vernaculaire locale, ait progressivement remplacé le moyen persan, la langue vernaculaire des premiers missionnaires, et ait été à son tour remplacé par le nouveau persan à mesure que cette langue se répandait en Asie centrale. Vers la fin, cependant, la première langue de la majorité des moines de Bulayïq était le vieux ouïghour. La Bible n'a pas été traduite dans le seul descendant survivant du sogdien, la langue yaghnobi (néo-sogdienne).
Traductions de la Bible_en_espagnol/traductions de la Bible en espagnol :
Plusieurs traductions espagnoles de la Bible ont été faites depuis environ 700 ans.
Traductions de la Bible_en_suédois/Traductions de la Bible en suédois :
Il y a remarquablement peu de traductions de la Bible en suédois qui ont été faites avant les deux derniers siècles. La Bible commune latine est connue pour avoir été utilisée par l'Église catholique pendant la partie chrétienne du Moyen Âge, mais au moins des paraphrases en suédois de certaines parties de la Bible ont été faites à l'époque. Cependant, aucune traduction complète n'a été conservée, et la Bible complète la plus ancienne, certainement connue, n'a été réalisée qu'à la Réforme, sur commande de Gustav Vasa.
Traductions de la Bible_en_tamoul/traductions de la Bible en tamoul :
L'histoire des traductions de la Bible dans la langue tamoule commence avec l'arrivée de Bartholomäus Ziegenbalg à Tranquebar en 1706. Johann Philipp Fabricius, un Allemand, a révisé Ziegenbalg et d'autres travaillent pour produire la version tamoule standard. Soixante-dix ans après Fabricius, à l'invitation de Peter Percival, un érudit Saiva, Arumuka Navalar, produisit une traduction "provisoire", connue sous le nom de "version navale", et fut largement rejetée par les protestants tamouls.
Traductions de la Bible_en_Telugu/Traductions de la Bible en Telugu :
La première traduction a été réalisée par le révérend Benjamin Schulz qui a traduit des parties de la Bible au début du 18e siècle. Les manuscrits ont été envoyés en Allemagne pour être imprimés mais n'ont pas été imprimés. La principale traduction en langue télougou était la version de Lyman Jewett des années 1880. Jean 3 : 16. కాగా ఆయన తన అద్వితీయ కుమారునిగా పుట్టిన వానియందు విశ్వాసముంచు ప్రతివాడును నశింపక నిత్యజీవము పొందునట్లు ఆయనను ఆయనను అనుగ్రహించెను Ceci est aujourd'hui connu sous le nom de "Telugu Bible OV" (పరిశుద్ధ గ్రంథము గ్రంథము), publié par la Bible Society of India Andhra Pradesh Auxiliary in Hyderabad.in Collaboration avec la translation de la Bible de l'église , Free Bibles India a publié une traduction en télougou en ligne. En 2019, la Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures a été publiée par les Témoins de Jéhovah en tant que traduction complète de la Bible en télougou. La Bible complète a été publiée en ligne (également hors ligne au format PDF) avec des versions mobiles publiées via l'application JW Library dans les magasins d'applications.
Traductions de la Bible_en_thaï/Traductions de la Bible en thaï :
La Bible entière a été publiée en thaï en 1894 et il existe actuellement plusieurs traductions de la Bible en thaï.
Traductions de la Bible_en_tibétain/Traductions de la Bible en tibétain :
La première partie de la Bible, l'Évangile de Jean, en langue tibétique a été traduite par les missionnaires de l'Église morave William Heyde, Edward Pagel et Heinrich August Jäschke, et plus tard le Dr August Francke. Il a été imprimé en 1862 à Kyelang, capitale de Lahul au Cachemire. L'ensemble du Nouveau Testament a été imprimé en 1885 au Ladakh. Une autre version a été traduite en 1903. Pour ne pas avoir le problème des diverses différences dialectales, elle a été traduite en tibétain classique, mais cela n'a pas été compris par la plupart des gens. Yoseb Gergen (alias Sonam Gergen), un chrétien tibétain a traduit toute la Bible, achevée en 1935. Cette version a été traduite dans un dialecte tibétain que Gergen avait accidentellement rencontré et qui était compréhensible par tous les Tibétains. Elle a finalement été publiée en 1948. Elle est connue en Inde sous le nom de Bible tibétaine en VO. Eliya Tsetan Phuntshog a publié un Nouveau Testament en 1970. Il y a actuellement un projet en cours pour traduire la Bible dans le dialecte tibétain oriental.
Traductions de la Bible_en_Tlingit/Traductions de la Bible en Tlingit :
Une partie de la Bible, l'évangile de Matthieu, a été traduite pour la première fois en tlingit d'Alaska par Ivan Nadezhdin de l'Église orthodoxe russe en 1859. Bien qu'utilisée dans les églises, elle n'a jamais été publiée. Selon le Dr Michael Krauss, il s'agit "d'une traduction à peine lisible, servilement littérale, et avec un système d'écriture si défectueux que la diffusion de l'alphabétisation aurait été gravement entravée même s'il y avait eu de bonnes traductions". Nadezhdin a également traduit les sections de l'évangile de Jean qui ont été utilisées pour la liturgie orthodoxe de Pâques. Une autre traduction ancienne, du 23e Psaume, faite par un Tlingit indigène, une fois retraduite, disait "Le Seigneur est mon chasseur de chèvres, je ne veux pas de lui. Il me renverse sur les montagnes, il me traîne vers le bas. la plage ... ". Constance Naish et Gillian Story, toutes deux de Wycliffe Bible Translators, ont traduit l'évangile de Jean en tlingit - cela a été publié en 1969 sous le titre Dikée ankáwoo doo yéet dàt John-ch kawshixidee yooxu̕tunk. Quelques vers choisis des deux testaments ont été traduits pour leur cantique Utk'-uheenee X'usheex'ee. Ils ont également produit un livret de 17 pages "Le serpent d'airain et autres histoires", contenant des histoires de l'Ancien Testament. Andrew P. Johnson a traduit des parties de la Bible en tlingit et l'a enregistrée sur des bandes qu'il a ensuite distribuées. Le révérend tlingit George Benson a également traduit des parties de la Bible en tlingit. Walter Soboleff, un ancien tlingit, a dit de lui : « Il pouvait ouvrir la Bible et faire une traduction libre de l'anglais vers la langue tlingit... Et il pouvait le faire si bien. Benson, et peut-être Johnson, auraient pu travailler avec les traducteurs Wycliffe.
Traductions de la Bible_en_turc/traductions de la Bible en turc :
Les premières traductions de la Bible en turc remontent au XVIIe siècle, mais la première édition imprimée n'est apparue qu'au début du XIXe siècle. Dans l'histoire plus récente, il y a eu une augmentation significative de la qualité et de la quantité des traductions.
Traductions de la Bible_en_turkmène/Traductions de la Bible en turkmène :
Une traduction de l'Evangile de Matthieu a été faite en turkmène, par James Bassett (missionnaire). Cela a été publié en 1880. Il l'a révisé en 1884 et ceux-ci ont été publiés par la British and Foreign Bible Society. IBT a publié à la fois le Nouveau Testament et plusieurs livres de l'Ancien Testament en langue turkmène, ainsi qu'une traduction complète plus récente de la Bible. La première publication récente remonte à 1994 et portait sur le Nouveau Testament (le «Injil»), les Psaumes («Zebur») et les Proverbes (les Tymsals de Suleyman) en un seul volume relié. Cette édition a été présentée au département de langue et littérature de l'Académie des sciences d'Achgabat en novembre 1995 et a été généralement bien accueillie. Il a été largement vendu sur des tables de livres dans tout Achgabat. Depuis lors, une version de poche du Nouveau Testament a été publiée, ainsi que le Pentateuque («Töwrat») et une nouvelle version des Proverbes. La Bible entière est maintenant disponible en ligne sur le site Web de l'IBT www.ibt.org.ru et a été publiée en 2016.
Traductions de la Bible_en_ukrainien/Traductions de la Bible en ukrainien :
L'histoire connue de la traduction de la Bible en ukrainien a commencé au XVIe siècle avec les évangiles de Peresopnytsia, qui ne comprenaient que quatre évangiles du Nouveau Testament. Cependant, la première mention des traductions déjà disponibles des évangiles et des psaumes en langue slave de l'ancien oriental remonte au séjour des saints Cyrille et Méthode à Chersonesos en 860 ou 861. Même alors, ces traductions étaient à leur disposition, c'est-à-dire , avant la mission morave de Cyrille et Méthode. Ainsi, les traductions ont commencé à se répandre dans les territoires de l'Ukraine moderne, ce qui s'est ensuite reflété dans les traductions en ukrainien. Restrictions du gouvernement russe sur la langue ukrainienne. À l'heure actuelle, il existe plusieurs traductions des Saintes Écritures en ukrainien : le Pentateuque traduit par PA Kulisch, publié à Lemberg (Lviv) La traduction Panteleimon Kulish, a été publiée à Vienne en 1903 par la British and Foreign Bible Society ; Pylyp Morachevskyi (1806–1879) traduction du Nouveau Testament ; Traduction d'Ivan Khomenko, dite "Bible de Rome", traduite par un traducteur gréco-catholique à Rome, en Italie; Traduction du métropolite Ilarion (Ivan Ohienko), traduite par un prêtre orthodoxe; Traduction du patriarche Filaret (Mykhailo Denysenko); Traduction de Rafail Turkoniak (1997–2007) sur ordre de la Société biblique ukrainienne entièrement confessionnelle. Traduction du monde nouveau des Saintes Écritures, 2005, édition 2014, produite et publiée par les Témoins de Jéhovah. En 2018, l'édition d'étude de la Bible a été publiée. Elle comprend des images, des notes d'étude, des références croisées et d'autres fonctionnalités pour une étude biblique approfondie.
Traductions de la Bible_en_langues_uto-aztèques/Traductions de la Bible en langues uto-aztèques :
Les langues uto-aztèques sont divisées en deux groupes, les langues uto-aztèques du nord et du sud. Ils sont parlés dans le sud-ouest des États-Unis, le nord et le centre du Mexique et en Amérique centrale.
Traductions de la Bible_en_ouïghour/Traductions de la Bible en ouïghour :
Les premiers textes chrétiens connus en vieux ouïghour sont connus à partir de fragments de manuscrits découverts dans l' oasis de Turfan . Il y a environ cinquante fragments écrits en vieux ouïghour. Une première traduction ouïghoure du Nouveau Testament et des Psaumes a peut-être été réalisée au XIVe siècle par Giovanni da Montecorvino, envoyé papal auprès des Mongols qui devint archevêque catholique romain de Khanbaliq en 1307. La première traduction moderne en langue ouïghoure, qui est un cousin et non un descendant du Vieux Ouïghour - a commencé à la fin du 19ème siècle, lorsque Johannes Avetaranian, un Turc travaillant avec la Société Missionnaire Suédoise, a traduit le Nouveau Testament en Ouïghour. Les évangiles ont été publiés en 1898 par la British and Foreign Bible Society à Leipzig. Avetaranian avait traduit tout le Nouveau Testament, mais n'a pas pu obtenir que la British and Foreign Bible Society l'imprime en une seule fois. Il a quitté le Xinjiang, pensant que ce serait temporaire, mais n'est jamais revenu. Avetaranian a révisé ses Evangiles et en 1911, avec les Actes, ils ont été publiés par la Mission allemande d'Orient, à Plovdiv, en Bulgarie. Gustaf Raquette, également membre de la Société missionnaire suédoise, est venu à Plovdiv, en Bulgarie, et a travaillé avec Avetarananian sur une révision de la traduction du Nouveau Testament. Cette révision a été publiée par la British and Foreign Bible Society en 1914. Des sélections de l'Ancien Testament, traduites par l'avetaranien ont été publiées en Bulgarie en 1907. C'est cependant un petit livret, et on ne sait pas combien / s'il a traduit plus que que. La Genèse en 1917, Job en 1921 et les Psaumes en 1923 ont été traduits par d'autres membres de la Société missionnaire suédoise, en particulier Oscar Andersson. La British and Foreign Bible Society a également imprimé une révision du Nouveau Testament, par Lars Erik Hogberg et G. Sauerwein au Caire, en 1939. George Hunter, de la China Inland Mission à Urumqi, a traduit Mark, publié en 1920 par la branche de Shanghai. of the British and Foreign Bible Society, and Acts, publiés par eux en 1922. 1 Samuel (une édition provisoire) a été publié à Urumqi en 1917. Après l'exil des Suédois du Xinjiang, Gustaf Ahlbert, Oskar Hermannson, le Dr Nur Luke (un Ouïghour), Moulvi Munshi et Moulvi Fazil, ont achevé la traduction de la Bible ouïghoure en Inde. Ceci, ainsi qu'une révision du Nouveau Testament, a été publié par la British and Foreign Bible Society en 1950, au Caire. La réforme de l'alphabet arabe ouïghour dans les années 1930-1950 a rendu obsolètes les traductions effectuées par les missionnaires suédois. Une nouvelle traduction de la Bible devait être produite. La Société biblique ouïghoure a publié le Nouveau Testament et des parties de l'Ancien Testament en ouïghour moderne. Une autre traduction en ouïghour moderne est la traduction "Mukaddes Kalam". DunyaningNuri a également produit en 2013 une version de la Bible du Caire révisée et mise à jour en ouïghour moderne.
Traductions de la Bible_en_ouzbek/Traductions de la Bible en ouzbek :
La Bible a été entièrement traduite en ouzbek. Le texte intégral a été rendu public pour la première fois le 29 septembre 2011. Des parties des Écritures ont été traduites pour la première fois en 1886, avec des évangiles traduits par M. Ostrumoff, inspecteur russe des écoles. Les épreuves ont été révisées par le Dr Radlof, le révérend A. Amirkhaniantz, de Tiflis, et le Dr Sauerwein. En raison de problèmes d'orthographe, il a fallu beaucoup de temps pour que leur travail soit publié, Luc n'a été publié qu'en 1890, les quatre évangiles étant achevés en 1891. Société créée à Tachkent la capitale. Pendant la période de domination soviétique, peu de traductions supplémentaires ont été faites. Après l'indépendance en 1991, la Société biblique a été reconstituée en 1993. Avec l'aide des Sociétés bibliques unies et de l'Institut de traduction de la Bible, elle a commencé à traduire toute la Bible en ouzbek moderne en utilisant l'alphabet cyrillique. Après 2000, la plupart des parties ont été publiées en caractères cyrilliques et latins. Les Témoins de Jéhovah ont publié une traduction des Écritures grecques chrétiennes, le Nouveau Testament, en ouzbek moderne en 2010 et une traduction de la Bible entière, Муқаддас Китоб - Янги дунё таржимаси, en 2017.
Traductions de la Bible_en_vietnamien/Traductions de la Bible en vietnamien :
L'alphabet vietnamien moderne chữ Quốc ngữ a été créé par des missionnaires jésuites portugais et italiens et institutionnalisé par Alexandre de Rhodes avec la première impression de textes catholiques en vietnamien en 1651, mais pas la Bible. Certains extraits du Nouveau Testament ont été traduits et imprimés dans des catéchismes en Thaïlande en 1872.
Traductions de la Bible_en_gallois/Traductions de la Bible en gallois :
Certaines parties de la Bible ont été traduites en gallois depuis au moins le XVe siècle, mais la traduction de la Bible en gallois la plus largement utilisée pendant plusieurs siècles a été la traduction de 1588 par William Morgan, Y Beibl cyssegr-lan sef Yr Hen Destament, a' r Newydd tel que révisé en 1620. Le Beibl Cymraeg Newydd ("nouvelle bible galloise") a été publié en 1988 et révisé en 2004. Beibl.net est une traduction en gallois familier qui a été achevée en 2013.
Traductions de la Bible_en_yiddish/Traductions de la Bible en yiddish :
Au début du XVIe siècle, il y avait déjà des tentatives de traduction de la Bible en yiddish, y compris des dictionnaires bibliques hébreu-yiddish. L'une des plus fiables était la Bible que Jekuthiel Blitz a traduite en 1678.
Traductions de la Bible_en_langues_créoles/Traductions de la Bible vers les langues créoles :
Les langues créoles comprennent les langues créoles basées sur le néerlandais, les langues créoles basées sur l'anglais et les langues créoles basées sur le français. Les principales traductions de la Bible dans les langues créoles comprennent:
Traductions de la Bible_dans_des_langues_fictives/Traductions de la Bible dans des langues fictives :
Les traductions de la Bible dans des langues construites qui ont été créées dans le cadre d'un cadre fictif comprennent :
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_l'Afrique/Traductions de la Bible dans les langues de l'Afrique :
La Bible, ou des parties de celle-ci, ont été traduites dans plus de 1 000 langues d'Afrique. Beaucoup d'entre eux sont indexés par le site Find.Bible du Forum des agences bibliques et disponibles en ligne sous forme de texte et d'audio, sous forme de versions imprimées à la demande, ou par l'intermédiaire d'églises et de libraires. Cet effort se poursuit. Tous ne sont pas (encore) listés ci-dessous.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_la_Chine/Traductions de la Bible dans les langues de la Chine :
La Bible a été traduite dans de nombreuses langues de Chine en plus du chinois. Il s'agit notamment des principales langues minoritaires ayant leur propre histoire littéraire, notamment le coréen, le mongol, le tibétain, le kazakh, le kirghize, le russe et le ouïghour. Les autres langues de Chine sont principalement des langues tribales, principalement parlées dans le Yunnan au sud-ouest de la Chine.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_l'Europe/Traductions de la Bible dans les langues de l'Europe :
Depuis la traduction franco-provençale du Nouveau Testament de Peter Waldo à la fin des années 1170, et les manuscrits de la Bible Historiale de Guyart des Moulins de la fin du Moyen Âge, il y a eu d'innombrables traductions vernaculaires des Écritures sur le continent européen, grandement aidées et catalysées par la développement de la presse à imprimer, inventée pour la première fois par Johannes Gutenberg à la fin des années 1430.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_d'Hawaï/Traductions de la Bible dans les langues d'Hawaï :
Il existe des traductions bibliques en hawaïen et en pidgin hawaïen qui sont les deux principales langues d'Hawaï.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_l'Inde/Traductions de la Bible dans les langues de l'Inde :
Les langues parlées dans le sous-continent indien appartiennent à plusieurs familles de langues, les principales étant les langues indo-aryennes parlées par 75 % des Indiens et les langues dravidiennes parlées par 20 % des Indiens. D'autres langues appartiennent à l'austroasiatique, au sino-tibétain, au tai-kadaï et à quelques autres familles et isolats de langues mineures : 283. L'Inde compte le deuxième plus grand nombre de langues au monde (780), après la Papouasie-Nouvelle-Guinée (839). La première traduction connue d'une Écriture chrétienne dans une langue indienne a été faite à Konknni en 1667 après JC par Ignacio Arcamone, un jésuite italien.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_l'Indonésie_et_de_la_Malaisie/Traductions de la Bible dans les langues de l'Indonésie et de la Malaisie :
Les traductions de la Bible dans les langues de l'Indonésie et de la Malaisie ont beaucoup d'histoire commune jusqu'à l'ère moderne. Outre la langue malaise commune qui était historiquement la lingua franca de l'archipel malais et qui constitue aujourd'hui la base des langues nationales de l'Indonésie et de la Malaisie, des parties de la Bible ont été traduites dans une variété de langues autochtones de la région. La traduction de la Bible en malais a été l'une des premières traductions existantes de la Bible dans une langue d'Asie de l'Est. Albert Cornelius Ruyl, un protestant, a d'abord traduit l'Évangile de Matthieu en 1612 en malais. Cela a été suivi par la traduction de l'Évangile de Marc en 1638. Les Évangiles canoniques complets et les Actes des Apôtres ont été révisés et publiés en 1651 par Justus Heurnius, l'aumônier de Batavia. Les principaux premiers traducteurs de la Bible en malais étaient Melchior Leydekker, HC Klinkert et WG Shellabear. Leydekker a été nommé au ministère des églises hollandaises de Batavia en 1678. La traduction en 3 volumes de Leydekker dans l'écriture Jawi a été publiée par J. Willmet en 1824. les langues se composent de plus de 701 langues.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_l'Inde_du_Nord-Est/Traductions de la Bible dans les langues de l'Inde du Nord-Est :
La première traduction de la Bible dans l'une des langues du nord-est de l'Inde était une version khasi, publiée en 1891. Des traductions dans de nombreuses autres langues sont apparues depuis lors.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_la_Russie/Traductions de la Bible dans les langues de la Russie :
Traditionnellement, la Russie utilisait la langue slave de la vieille église et la Bible slave, et à l'ère moderne, les traductions de la Bible en russe. Les langues minoritaires de Russie ont généralement une histoire beaucoup plus récente, nombre d'entre elles ayant été commandées ou mises à jour par l'Institut de traduction de la Bible. Les traductions de la Bible dans les langues de la Russie comprennent :
Traductions de la Bible_dans_les_langues_de_Taïwan/Traductions de la Bible dans les langues de Taïwan :
Les traductions de la Bible dans les langues de Taiwan sont en taiwanais, hakka, amis et autres langues de Taiwan.
Traductions de la Bible_dans_les_langues_des_Philippines/Traductions de la Bible dans les langues des Philippines :
La Bible a été traduite dans plusieurs langues philippines (avec des langues régionales familièrement appelées dialectes), y compris la langue philippine, basée sur le tagalog (la langue principale), la langue nationale des Philippines.
Bible version_debate/Bible version débat :
Il y a eu divers débats concernant la famille appropriée de manuscrits bibliques et les techniques de traduction qui devraient être utilisées pour traduire la Bible dans d'autres langues. La traduction biblique a été employée depuis que les premières traductions ont été faites de la Bible hébraïque (hébreu biblique et araméen biblique) en grec (voir Septante) et en araméen (voir Targum). Jusqu'à la fin du Moyen Âge, l'Église d'Occident utilisait presque entièrement la Vulgate latine tandis que l'Église d'Orient, centrée à Constantinople, utilisait principalement le texte grec byzantin. À partir du 14ème siècle, il y a eu un nombre croissant de traductions vernaculaires dans différentes langues. Avec le développement des techniques d'impression modernes, celles-ci ont énormément augmenté. La version anglaise King James ou "Authorized Version", publiée en 1611, a été l'une des versions anglaises les plus débattues. De nombreux partisans de la version King James sont déçus du départ de cette traduction vers des traductions plus récentes qui utilisent le texte critique au lieu du texte byzantin comme texte de base. Il y a également eu des débats concernant les avantages des traductions formelles par rapport aux traductions d'équivalence dynamiques. Les partisans de la traduction formelle telle que la version King James critiquent les traductions qui utilisent l'équivalence dynamique au motif que l'exactitude est compromise, car cette technique a tendance à reformuler le texte au lieu de le traduire plus littéralement mot à mot. De plus, ces partisans critiquent les traductions utilisant le texte critique car ils pensent que le texte biblique a été délibérément supprimé des autographes originaux. Les débats de ce type impliquent des concepts théologiques ainsi que des techniques de traduction qui sont esquissés dans le processus de critique textuelle.
Femme de la Bible/Femme de la Bible :
Dans l'histoire des missions, une femme biblique était une femme locale qui soutenait les missionnaires étrangères dans leur travail d'évangélisation et social chrétien.
Bibledit/Bibledit :
Bibledit est une série de projets de logiciels open source connexes pour l'édition et la traduction de la Bible. Bibledit est un logiciel gratuit.
Homme de Bible/Homme de Bible :
Bibleman est une série pour enfants directe en vidéo sur le thème chrétien américain créée par Tony Salerno qui s'est déroulée de 1995 à 2010 pour promouvoir le christianisme. La série est centrée sur un super-héros évangélique qui combat le mal, souvent en citant les Écritures, ainsi qu'en brisant le quatrième mur. L'émission avait trois incarnations: The Bibleman Show, The Bibleman Adventure et Bibleman: Powersource. Le personnage principal de la série a été joué par Willie Aames de 1995 à 2003 et par Robert T. Schlipp de 2004 à 2010. Initialement détenue par Pamplin Entertainment, puis vendue à Tommy Nelson, la série appartient actuellement à B&H Kids. Il a été relancé au format CGI en 2016 (nouveau titre Bibleman: The Animated Adventures). Il a également été diffusé sur l'Australian Christian Channel en Australie.
Biblen/Biblen :
Biblen est une pièce de théâtre danoise, jouée au théâtre Nørrebros début 2008 (du 23 février au 26 avril). Il prend la forme d'une pièce de théâtre skrako, une sorte de pièce danoise qui mêle jeu d'acteur, rap et comédie stand-up. Tous les rôles dans Biblen ont été interprétés par les comédiens de stand-up Jonatan Spang, Rune Klan (également magicien) et Linda P, et les rappeurs Blæs Bukki et Tue Track. La pièce est basée sur la Bible, tirant son intrigue d'un certain nombre d'histoires bibliques, telles que Caïn et Abel, l'arche de Noé, Moïse et les dix commandements, les ouvriers de la vigne, la Cène et la crucifixion de Jésus. Il sert également de satire de la Bible, de l'Église du Danemark et de la relation danoise avec la religion plus largement.
Bibles pour l'Amérique/Bibles pour l'Amérique :
Bibles for America (BfA) est une organisation religieuse à but non lucratif dédiée à la distribution d'exemplaires gratuits de la Bible d'étude New Testament Recovery Version et des livres chrétiens de Witness Lee et Watchman Nee aux États-Unis et à Porto Rico. Depuis sa création, BfA a distribué plus d'un million d'exemplaires du Nouveau Testament ainsi que 2,9 millions de livres chrétiens dans 11 343 villes.
Bibles pour_enfants/Bibles pour enfants :
Bibles for Children est un organisme de bienfaisance au Royaume-Uni enregistré auprès de la Charity Commission. Il a été créé en 1997 par Ted Hudson dans le but de faire progresser la compréhension de la religion chrétienne grâce à la fourniture du livre d'histoires bibliques pour enfants (1991) d'Anne de Graaf à chaque enfant de l'école primaire en Grande-Bretagne. Au cours de ses treize premières années de fonctionnement, l'organisme de bienfaisance a fourni des Bibles pour enfants à 264 000 élèves dans plus de 1 100 écoles de 102 autorités éducatives locales en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse. Bibles for Children travaille en étroite collaboration avec les directeurs d'écoles primaires.
Bibleserver.com/Bibleserver.com :
Bibleserver.com est une page Web proposée par ERF Online qui, grâce à la coopération internationale avec diverses sociétés bibliques et éditeurs, fournit 46 traductions bibliques modernes et historiques en 21 langues (en juin 2011). Cette page Web propose également des interfaces utilisateur dans ces 21 langues.
Langage Biblique / Langage Biblique :
)
Disques Bibletone / Disques Bibletone :
Bibletone Records a été créé en 1942 à New York par Arthur Becker. La société a été le premier label entièrement gospel à sortir des albums 331⁄3 tours de leurs sorties. Il a également été l'un des premiers labels à sortir des albums de longue durée de 10 pouces et 12 pouces et l'une des premières sociétés à sortir leurs singles sur 45, ainsi que 78 tours.
BibliU / BibliU :
BibliU est une entreprise de technologie éducative, spécialisée dans la fourniture de manuels et de monographies numériques pour les universités, les bibliothèques et autres établissements d'enseignement supérieur. BibliU est actuellement en partenariat avec plus de 130 établissements d'enseignement supérieur dans le monde, dont l'Université de Coventry, l'Université de Liverpool et l'Université de Phoenix. BibliU a été fondée en 2013 par l'ancien boursier Rhodes David Sherwood, alors qu'il étudiait à l'Université d'Oxford. Il a cofondé l'entreprise avec l'actuel CTO Daniel Engelke, Tao Mantaras, Ryan White et Ellis Gecan à l'incubateur de startups de l'Université d'Oxford.
Biblia Hebraica/Biblia Hebraica :
Biblia Hebraica peut faire référence à : Les textes de la Bible hébraïque Le canon juif en particulier, voir Tanakh Editions of the Masoretic Text of the Tanakh Biblia Hebraica (Kittel) (BHK), 1906, 1913, 1937, les trois éditions de la Bible hébraïque éditées par Rudolf Kittel (BHK) Biblia Hebraica Stuttgartensia (BHS), 1968–1976; 1997 Biblia Hebraica Quinta (BHQ), 2004– (est. 2020)
Biblia Hebraica_(Kittel)/Biblia Hebraica (Kittel):
Biblia Hebraica se réfère principalement aux trois éditions de la Bible hébraïque éditées par Rudolf Kittel. Lorsqu'elle est référencée, la Biblia Hebraica de Kittel est généralement abrégée BH ou BHK (K pour Kittel). Lorsqu'il est fait référence à des éditions spécifiques, BH1, BH2 et BH3 sont utilisés. Biblia Hebraica est une expression latine signifiant la Bible hébraïque, traditionnellement utilisée comme titre pour les éditions imprimées du Tanakh. Moins fréquemment, Biblia Hebraica peut également faire référence à des éditions ultérieures de la série Biblia Hebraica qui s'appuient sur le travail des éditions de Kittel.
Biblia Hebraica_Quinta/Biblia Hebraica Quinta :
La Biblia Hebraica Quinta Editione, abrégée en BHQ ou rarement BH5, est la cinquième édition de la Biblia Hebraica et, une fois terminée, remplacera la quatrième édition, la Biblia Hebraica Stuttgartensia (BHS).
Biblia Hebraica_Stuttgartensia/Biblia Hebraica Stuttgartensia :
La Biblia Hebraica Stuttgartensia , abrégée en BHS ou rarement BH4 , est une édition du texte massorétique de la Bible hébraïque telle qu'elle est conservée dans le Codex de Leningrad , et complétée par des notes massorétiques et critiques du texte. Il s'agit de la quatrième édition de la série Biblia Hebraica commencée par Rudolf Kittel et publiée par la Deutsche Bibelgesellschaft (Société biblique allemande) à Stuttgart.
Biblia Impex_Inde/Biblia Impex Inde :
Biblia Impex India est une société de distribution de livres basée à New Delhi, spécialisée dans les livres sur l'indologie, l'hindouisme et le bouddhisme, fondée par l'influent historien indien Sita Ram Goel en 1963. Elle est actuellement dirigée par le fils de Goel, Pradeep Kumar Goel. publications, Biblia Impex agit en tant que distributeur pour Aditya Prakashan, Adyar Library and Research Centre, le Bhandarkar Oriental Research Institute, l'Université centrale d'études tibétaines, l'Université Sampurnanand Sanskrit et la Samvad India Foundation. Aditya Prakashan publie de nombreux ouvrages sur la culture et l'art indiens, la littérature et la philosophie hindoues et bouddhistes et se distingue, en particulier, par des ouvrages liés aux mouvements de réforme hindous, notamment des ouvrages de KD Sethna, au nationalisme hindou, notamment des ouvrages de Dharampal et KR Malkani, et littérature sur la théorie controversée "Out of India". L'historien marxiste Irfan Habib la caractérise comme la maison d'édition du Sangh Parivar, la famille RSS des organisations nationalistes hindoues. Sita Ram Goel possédait également la maison d'édition Voice of India qui se spécialise dans des sujets nationalistes hindous plus extrêmes. Après la mort de Goel, Voice of India est passée sous la direction d'Aditya Prakashan.
Biblia Koshod%C5%8D_no_Jiken_Tech%C5%8D/Biblia Koshodō no Jiken Techō :
Biblia Koshodō no Jiken Techō (ビブリア古書堂の事件手帖, Biburia Koshodō no Jiken Techō, Biblia Used Bookstore Casebook) est une série télévisée japonaise diffusée sur Fuji Television les lundis soirs à 21 h du 14 janvier au 25 mars 2013. basé sur une série de romans légers d'En Mikami, qui a également inspiré un manga dans Altima Ace, plus tard déplacé vers Monthly Asuka. L'histoire tourne autour d'une jeune femme propriétaire d'une librairie d'occasion, qui est impliquée dans divers mystères concernant les livres qu'elle vend.
Biblia komputerowego_gracza/Biblia komputerowego gracza :
Biblia komputerowego gracza (lit. "La Bible du joueur sur ordinateur") est un livre consacré à l'histoire des jeux informatiques, publié en Pologne en 1998 par la maison d'édition Iskry. Il a été écrit sur une période de trois ans et demi par Aleksy "Alex" Uchański, Piotr "Gawron" Gawrysiak et Piotr "Micz" Mańkowski, qui étaient à l'époque d'éminents journalistes polonais de jeux vidéo. Il a eu sa première à l' exposition informatique Gambleriada , qui s'est tenue du 23 au 25 octobre 1998. Il est considéré comme le premier livre polonais sur l'histoire des jeux informatiques.
Biblia pauperum/Biblia pauperum :
La Biblia pauperum (latin pour «Bible des pauvres») était une tradition de Bibles illustrées commençant probablement par Ansgar , et un bloc-livre imprimé courant à la fin du Moyen Âge pour visualiser les correspondances typologiques entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Contrairement à une simple "Bible illustrée", où les images sont subordonnées au texte, ces Bibles ont placé l'illustration au centre, avec seulement un texte bref ou parfois pas de texte du tout. Les mots prononcés par les personnages des miniatures pouvaient être écrits sur des rouleaux sortant de leur bouche. Dans cette mesure, on pourrait voir des parallèles avec les bandes dessinées modernes. La tradition est une nouvelle simplification de la tradition de la Bible moralisée, qui était similaire mais avec plus de texte. Comme ceux-ci, la Biblia pauperum était généralement dans la langue vernaculaire locale, plutôt qu'en latin.
Biblica/Biblica :
Biblica, anciennement International Bible Society, a été fondée en 1809 et est le détenteur mondial des droits d'auteur de la nouvelle version internationale de la Bible (NIV), accordant des droits commerciaux à Zondervan aux États-Unis et à Hodder & Stoughton au Royaume-Uni. Biblica est également membre du Forum des agences bibliques internationales et de Every Tribe Every Nation.
Biblica (journal)/Biblica (journal):
Biblica est une revue scientifique publiée par l'Institut Biblique Pontifical. Le rédacteur en chef est Dean Béchard.
Biblique (chanson)/biblique (chanson):
" Biblical " est une chanson du groupe de rock alternatif écossais Biffy Clyro , sorti en tant que deuxième single du sixième album studio du groupe, Opposites (2013), le 29 mars 2013. Il a atteint la 70e place du classement officiel des singles britanniques .
Araméen biblique/Araméen biblique :
L'araméen biblique est la forme d'araméen utilisée dans les livres de Daniel et d'Ezra dans la Bible hébraïque. Il ne faut pas le confondre avec les paraphrases araméennes, les explications et les extensions des écritures hébraïques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chaparral High School Temecula

Chaotique (série_TV)/Chaotique (série TV) : Chaotic est une série télévisée animée de science-fiction produite par 4Kids Entertainment....