Rechercher dans ce blog

samedi 9 avril 2022

Arcturus class attack cargo ship


Arctic naval_operations_of_World_War_II/Opérations navales arctiques de la Seconde Guerre mondiale :
Le cercle polaire arctique définissant le "soleil de minuit" englobe l'océan Atlantique depuis la bordure nord de l'Islande jusqu'au détroit de Béring dans l'océan Pacifique. L'activité militaire dans cette zone entre 1939 et 1945 est souvent considérée comme faisant partie de la bataille de l'Atlantique ou du théâtre européen de la Seconde Guerre mondiale. La navigation d'avant-guerre était axée sur la pêche et le commerce international du minerai depuis Narvik et Petsamo. Les colonies soviétiques le long de la côte et des rivières de la mer de Barents et de la mer de Kara comptaient sur la navigation côtière estivale pour s'approvisionner à partir des têtes de ligne d'Arkhangelsk et de Mourmansk. L'Union soviétique a prolongé la route maritime du Nord au-delà de la péninsule de Taymyr jusqu'au détroit de Béring en 1935. La guerre d'hiver de 1939-1940 entre la Finlande et l'Union soviétique a ouvert le flanc nord du front oriental de la Seconde Guerre mondiale. La présence navale dans l'Arctique était initialement dominée par la flotte soviétique du Nord composée de quelques destroyers avec un plus grand nombre de sous-marins, de dragueurs de mines et de coupe-torpilles soutenus par des brise-glaces. Le succès de l' invasion allemande de la Norvège (avril à juin 1940) a fourni à la Kriegsmarine des bases navales à partir desquelles les navires capitaux pourraient défier les unités de la British Royal Navy Home Fleet . Les avions anti-navires de la Luftwaffe de Kampfgeschwader 26 (KG 26) et Kampfgeschwader 30 (KG 30) ont opéré par intermittence à partir des aérodromes norvégiens, tandis que les avions Küstenflieggruppen, y compris les Heinkel He 115 et les Blohm & Voss BV 138, ont entrepris des reconnaissances de routine. Suite à l'invasion de l'Union soviétique par l'Axe qui a commencé le 22 juin 1941, les Alliés ont lancé une série de convois PQ et JW pour apporter des fournitures militaires à l'Union soviétique dans des formations de cargos masqués par des destroyers, des corvettes et des dragueurs de mines. Les croiseurs d'escorte manœuvraient généralement à l'extérieur des formations, tandis qu'une force de couverture plus importante comprenant des cuirassés et des porte-avions fumait souvent à proximité pour engager les navires capitaux de la Kriegsmarine ou pour attaquer les bases navales allemandes en Norvège. L'Union soviétique et l'Allemagne ont chacune déployé des convois côtiers plus petits: pour maintenir le flux d'approvisionnement vers la côte arctique soviétique, pour transporter des minerais métalliques stratégiques de la Scandinavie vers l'Allemagne et pour soutenir les troupes des deux côtés du flanc nord du front oriental. Les convois soviétiques longeaient la côte pour éviter les glaces, tandis que les convois allemands utilisaient les fjords pour échapper aux patrouilles de la Royal Navy. Les deux parties ont consacré des efforts continus à la pose de mines et au déminage de ces routes peu profondes et confinées - vulnérables à la guerre des mines et aux embuscades sous-marines. Les dragueurs de mines et les chasseurs de sous-marins surveillaient généralement les convois allemands, tandis que les convois soviétiques étaient souvent protégés par des chalutiers dragueurs de mines et des torpilleurs. Les voyages de cargos en direction ouest le long de cette route comprenaient 23 en 1942, 32 en 1943, 34 en 1944 et 31 après la capitulation de l'Allemagne en mai 1945. Le tonnage total en direction ouest à travers le détroit de Béring était de 452 393 - comparez les 3 964 231 tonnes de marchandises de guerre nord-américaines envoyées à travers l'Atlantique aux ports soviétiques de l'Arctique. Une grande partie du tonnage de la route arctique représentait du carburant pour les aérodromes sibériens sur la route aérienne Alaska-Sibérie.
Oscillation arctique/oscillation arctique :
L'oscillation arctique (AO) ou mode annulaire nord/mode annulaire de l'hémisphère nord (NAM) est un phénomène météorologique au pôle arctique au nord de 20 degrés de latitude. C'est un important mode de variabilité climatique pour l'hémisphère Nord. L'analogue de l'hémisphère sud est appelé oscillation antarctique ou mode annulaire austral (SAM). L'indice varie dans le temps sans périodicité particulière et se caractérise par des anomalies non saisonnières de pression au niveau de la mer d'un signe dans l'Arctique, équilibrées par des anomalies de signe opposé centrées à environ 37–45° N. L'oscillation nord-atlantique (NAO ) est un proche parent de l'oscillation arctique. Il y a débat pour savoir si l'un ou l'autre est plus fondamentalement représentatif de la dynamique de l'atmosphère. Le NAO peut être identifié d'une manière plus significative physiquement, ce qui peut avoir plus d'impact sur les effets mesurables des changements dans l'atmosphère.
Politique arctique_de_Barack_Obama/Politique arctique de Barack Obama :
Au début de sa campagne électorale, l'ancien président Barack Obama a clairement indiqué que le changement climatique était une priorité pour son administration. Peu de temps après être devenu président élu en novembre 2008, il a réitéré cette position en déclarant : « Il est maintenant temps de relever ce défi une fois pour toutes. Le délai n'est plus une option. Le déni n'est plus une réponse acceptable. Contrairement à ses promesses de campagne de 2008 sur le débat sur le forage offshore, Obama s'est senti obligé d'ouvrir les zones côtières au large de la côte de l'Alaska aux évaluations exploratoires pour le pétrole et le gaz afin de continuer à stimuler la croissance économique. Cette décision de mars 2010 a été brutalement annulée en mai 2010 après l'échec catastrophique de l'opération de forage Deep Water Horizon, qui a conduit au moratoire de six mois sur les forages en eau profonde dans les eaux territoriales américaines. Considéré comme une nécessité économique, Obama a avancé sur ses objectifs promis en matière de résilience climatique tout au long de ses deux mandats de président. Il a rédigé de nombreux décrets exécutifs sur des questions liées au climat, dont trois se concentraient spécifiquement sur la résilience. Obama a rédigé le décret exécutif 13653 : Préparer les États-Unis aux impacts du changement climatique en 2013, le décret exécutif 13677 : Développement international résilient au climat en 2014 et le décret exécutif 13754 : Résilience climatique de la mer de Béring du Nord en 2016, qui a créé la mer de Béring du Nord. Zone de résilience climatique. Peu de temps après la signature du décret exécutif sur la résilience climatique de la mer de Béring du Nord le 20 décembre 2016, l'ancien président Obama et le premier ministre Trudeau ont publié la déclaration conjointe des dirigeants de l'Arctique entre les États-Unis et le Canada. La déclaration a décrit l'approche future des États-Unis et du Canada en tant que modèles de résilience arctique dans des zones économiques exclusives qui se chevauchent. Il a également décrit des plans de leadership fondés sur la science pour gérer les actions dans l'Arctique, garantissant: "une économie et un écosystème arctiques durables et viables avec une navigation à faible impact, une gestion scientifique des ressources marines et exempts des risques futurs de l'activité pétrolière et gazière offshore ."
Politique arctique_du_Canada/Politique arctique du Canada :
La politique arctique du Canada comprend à la fois la politique étrangère du Canada à l'égard de la région arctique et la politique intérieure du Canada à l'égard de ses territoires arctiques. Cela inclut la dévolution de pouvoirs aux territoires. La politique arctique du Canada comprend les plans et les dispositions de ces gouvernements régionaux. Elle englobe l'exercice de la souveraineté, le développement social et économique, la protection de l'environnement, l'amélioration et la décentralisation de la gouvernance. Le Canada, avec les 7 autres nations de l'Arctique, est membre du Conseil de l'Arctique. Le 23 août 2012, le premier ministre Stephen Harper a annoncé que la députée du Nunavut, Leona Aglukkaq, présiderait le Conseil de l'Arctique lorsque le Canada assumerait la présidence de la Suède en mai 2013. En plus de sa partie continentale dans les régions supérieures de l'Amérique du Nord, le Canada revendique la souveraineté sur le plateau continental connexe et l'archipel arctique. Elle considère les eaux entre les îles de l'archipel comme des eaux intérieures canadiennes. Les États-Unis, entre autres, considèrent qu'il s'agit d'eaux internationales. Le Canada a plus de masse terrestre arctique que tout autre pays, mais l'une des plus petites populations arctiques. Les terres arctiques du Canada sont incluses dans les régions administratives des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du Yukon, bien que géographiquement et dans certains cas légalement, des parties de Terre-Neuve-et-Labrador et du nord du Québec soient également incluses. En 2011, environ 107 265 Canadiens vivaient dans l'Arctique.
Politique arctique_de_la_Chine/Politique arctique de la Chine :
La politique arctique de la Chine décrit l'approche de la Chine en matière de relations étrangères avec les pays arctiques ainsi que ses plans pour développer les infrastructures, étendre les capacités militaires, mener des recherches et extraire des ressources dans le cercle polaire arctique. Un élément majeur de ce plan consiste à construire une route polaire de la soie, un réseau de routes commerciales à travers l'Arctique pour aider à accélérer la livraison du transport maritime mondial. En janvier 2018, la Chine a publié son document officiel sur la politique arctique. Le document brosse un tableau de la façon dont la Chine perçoit les possibilités économiques qu'offre la région. Avec cela, la Chine s'est engagée à participer activement aux affaires de l'Arctique en tant qu'"État proche de l'Arctique" et acteur majeur de l'Arctique. La Chine s'est également concentrée sur le développement de capacités de projection militaire qui s'étendraient dans la région arctique.
Arctic policy_of_Finland/Arctic policy of Finland :
La politique arctique de la Finlande concerne les relations étrangères de la Finlande avec les autres pays de l'Arctique et les politiques du gouvernement finlandais sur les problèmes survenant dans les limites géographiques de «l'Arctique» ou liés à l'Arctique ou à ses peuples. Étant donné que la Finlande est elle-même une nation arctique, avec environ un tiers de son territoire existant au-dessus du cercle polaire arctique, la politique arctique de la Finlande comprend ses politiques nationales concernant la région arctique finlandaise. La stratégie finlandaise pour la région arctique a été publiée le 4 juin 2010 et se concentre sur sept priorités : la sécurité, l'environnement, l'économie, les infrastructures, les peuples autochtones, les institutions et l'Union européenne. Diplomatiquement, la Finlande a fait partie intégrante de la création du Conseil de l'Arctique et demeure un membre actif. En effet, la Finlande présidera le Conseil de l'Arctique en 2017-2018, ce qui mettra davantage l'accent sur la politique arctique pendant cette période. Plus précisément, la Finlande demande de faire du Conseil de l'Arctique une organisation de conclusion de traités plus solide et d'accueillir une réunion des dirigeants des huit pays de l'Arctique pendant leur présidence. La Finlande est également impliquée dans le Conseil euro-arctique de Barents depuis sa création en 1993. La Finlande souligne l'importance du Conseil de l'Arctique en tant que forum de discussion et de prise de décision et suggère de renforcer le conseil en instaurant un meilleur partage des charges et un budget commun, établir un secrétariat permanent, élargir le rôle normatif du conseil, renforcer l'interaction avec les acteurs non arctiques et créer une stratégie de communication et de sensibilisation pour le conseil. La Finlande propose également d'accueillir un sommet arctique de haut niveau pour discuter des préoccupations environnementales de l'exploitation des ressources naturelles, de la légitimité des différents acteurs dans l'Arctique et de l'avenir du Conseil de l'Arctique. La Finlande est également membre de l'UE, l'un des trois seuls (avec avec la Suède et le Danemark) les nations arctiques, qui lui confèrent un rôle accru dans la politique arctique de l'UE et, de même, confèrent à l'UE un rôle important dans la stratégie arctique finlandaise. La Finlande soutient l'admission de l'UE en tant que membre observateur permanent du Conseil de l'Arctique. Ces dernières années, les tensions géopolitiques avec la Russie et les intrusions militaires répétées dans l'espace aérien finlandais ont ravivé un débat en Finlande sur la coopération avec l'OTAN, et même sur le potentiel d'une future adhésion à l'OTAN.
Politique arctique_de_l'Islande/Politique arctique de l'Islande :
La politique arctique de l'Islande fait référence à la politique étrangère de l'Islande à l'égard de la région arctique. L'Islande est membre du Conseil de l'Arctique. L'Islande n'est pas d'accord pour que les Cinq de l'Arctique se réunissent séparément, comme ils l'ont fait lors de la Conférence sur l'océan Arctique.
Politique arctique_de_la_Norvège/Politique arctique de la Norvège :
La politique arctique de la Norvège désigne les relations étrangères de la Norvège avec les autres pays de l'Arctique et les politiques du gouvernement norvégien sur les problèmes survenant dans les limites géographiques de «l'Arctique» ou liés à l'Arctique ou à ses habitants. Étant donné que la Norvège est elle-même une nation arctique, la politique arctique de la Norvège comprend ses politiques nationales concernant la région arctique norvégienne. En Norvège, le développement dans le Grand Nord, y compris l'Arctique, est la principale priorité de la politique étrangère du gouvernement depuis 2005. La stratégie du gouvernement norvégien dans le Grand Nord a été publiée le 1er décembre 2006. Le 12 mars 2009, la Norvège a publié le rapport « New Building Blocks dans le Nord » qui identifie sept domaines prioritaires : 1) le climat et l'environnement ; 2) surveillance-intervention d'urgence-sécurité maritime dans les eaux du Nord; 3) le développement durable du pétrole offshore et des ressources marines renouvelables ; 4) développement commercial onshore ; 5) infrastructures ; 6) souveraineté et coopération transfrontalière ; et 7) la culture et les moyens de subsistance des peuples autochtones. Dans le budget du gouvernement central de 2011, un total de 1,2 milliard de NOK a été réservé pour des initiatives dans le Grand Nord, dont une part importante a été affectée à la recherche. Le 21 avril 2017, le gouvernement norvégien a publié une version mise à jour de sa stratégie pour le Grand Nord : "Norway's Arctic Strategy - between geopolitics and social development". Ses domaines prioritaires comprenaient "la coopération internationale, le développement des entreprises, le développement des connaissances, les infrastructures, [et] la protection de l'environnement et la préparation aux situations d'urgence".
Politique arctique_de_la_Russie/Politique arctique de la Russie :
La politique arctique de la Russie est la politique intérieure et étrangère de la Fédération de Russie à l'égard de la région russe de l'Arctique. La région russe de l'Arctique est définie dans la « politique arctique russe » comme l'ensemble des possessions russes situées au nord du cercle polaire arctique. Environ un cinquième de la masse continentale de la Russie se trouve au nord du cercle polaire arctique. La Russie est l'un des cinq États riverains de l'océan Arctique. En 2010, sur 4 millions d'habitants de l'Arctique, environ 2 millions vivaient dans l'Arctique russe, ce qui en fait le plus grand pays arctique en termes de population. Cependant, ces dernières années, la population arctique de la Russie a diminué. Les principaux objectifs de la Russie dans sa politique arctique sont d'utiliser ses ressources naturelles, de protéger ses écosystèmes, d'utiliser les mers comme système de transport dans l'intérêt de la Russie et de veiller à ce qu'elle reste une zone de paix et de coopération. La Russie maintient actuellement une présence militaire dans l'Arctique et prévoit de l'améliorer, ainsi que d'y renforcer la présence des gardes-frontières et des garde-côtes. La Russie utilise l'Arctique à des fins économiques depuis des siècles pour la navigation et la pêche. La Russie envisage d'exploiter les vastes gisements de ressources offshore de l'Arctique. La route maritime du Nord est d'une importance particulière pour la Russie pour le transport, et le Conseil de sécurité russe envisage des projets pour son développement. Le Conseil de sécurité a également déclaré qu'il était nécessaire d'augmenter les investissements dans les infrastructures arctiques. La Russie mène des recherches approfondies dans la région arctique, notamment les stations de glace dérivante et l'expédition Arktika 2007, qui a été la première à atteindre les fonds marins du pôle Nord. La recherche vise en partie à étayer les revendications territoriales de la Russie, en particulier celles liées au plateau continental étendu de la Russie dans l'océan Arctique.
Arctic policy_of_South_Korea/Politique arctique de la Corée du Sud :
La politique arctique de la Corée du Sud est les relations étrangères de la Corée du Sud avec les pays arctiques, et ses attitudes et actions sur les problèmes survenant dans les limites géographiques de «l'Arctique» ou liés à l'Arctique ou à ses peuples.
Politique arctique_de_la_Suède/Politique arctique de la Suède :
La politique arctique de la Suède concerne les relations étrangères de la Suède avec les autres pays de l'Arctique et les politiques du gouvernement suédois sur les problèmes survenant dans les limites géographiques de «l'Arctique» ou liés à l'Arctique ou à ses habitants. Puisque la Suède est elle-même une nation arctique, la politique arctique de la Suède inclut ses politiques intérieures concernant la région arctique suédoise. La Suède présidait le Conseil de l'Arctique jusqu'à la réunion ministérielle de mai 2013. La Suède affirme que le Conseil de l'Arctique "devrait être plus actif dans l'élaboration de politiques communes et de projets pratiques" au profit de la région arctique. La Suède étant membre de l'UE, (avec la Finlande et le Danemark), la politique arctique de l'UE jouera un rôle dans la stratégie arctique suédoise.
Politique arctique_de_l'Union_européenne/Politique_arctique de l'Union européenne :
La politique arctique de l'Union européenne correspond aux politiques et stratégies de l'Union européenne concernant l'arctis. La dernière politique date de 2016, et en juillet 2020, la Commission européenne a commencé à travailler sur une nouvelle politique arctique. L'UE à partir de 2016 a trois objectifs dans sa politique arctique : protéger et préserver l'Arctique à l'unisson avec sa population ; promouvoir l'utilisation durable des ressources; coopération internationale. Trois pays de l'UE sont considérés comme "nordiques" et sont membres du Conseil de l'Arctique (Danemark, Suède et Finlande). L'UE n'est pas un observateur car la participation sous ce statut a été bloquée par le Canada en 2013.
Arctic policy_of_the_Kingdom_of_Denmark/Arctic policy of the Kingdom of Danemark :
La politique arctique du Royaume du Danemark définit les relations et les politiques étrangères du Royaume (le Danemark avec le Groenland et les îles Féroé) avec d'autres pays arctiques, et la stratégie du Royaume pour l'Arctique sur les problèmes survenant dans les limites géographiques de «l'Arctique» ou liés à l'Arctique ou à ses peuples. Le Royaume du Danemark est une nation arctique avec l'importance de l'unité du Royaume avec le Danemark en Europe et les pays autonomes autonomes - le Groenland dans l'Arctique et les îles Féroé dans l'Atlantique Nord. Étant donné que le Danemark proprement dit est un État membre de l'Union européenne (avec la Finlande et la Suède), la politique arctique de l'Union européenne jouera un rôle dans la stratégie arctique du Royaume.
Arctic policy_of_the_United_States/Arctic policy of the United States :
La politique arctique des États-Unis est la politique étrangère des États-Unis à l'égard de la région arctique. De plus, la politique intérieure des États-Unis envers l'Alaska fait partie de leur politique arctique. Depuis le 30 mars 1867 (lorsque les États-Unis ont acheté l'Alaska à l'Empire russe), les États-Unis d'Amérique sont l'une des huit nations arctiques et l'un des cinq pays riverains de l'océan Arctique. Les États-Unis sont membres du Conseil de l'Arctique depuis sa création en 1996 et en ont assumé la présidence (du Canada) en avril 2015. 4 des 6 organisations autochtones participantes permanentes du Conseil de l'Arctique ont des représentants en Alaska. Les États-Unis sont également observateur à la Conférence des parlementaires de la région arctique. Depuis 1880, la température mondiale a augmenté de 0,8°C ; mais la température dans l'Arctique s'est réchauffée deux fois plus, entraînant une couverture de glace de mer beaucoup moins importante et une plus grande accessibilité aux ressources naturelles, aux voies de transport et à la pêche. Entre 1971 et 2019, la température dans l'Arctique a été trois fois plus élevée que l'augmentation de la moyenne mondiale au cours de la même période. les besoins en matière de sécurité nationale et de sécurité intérieure pertinents pour la région de l'Arctique; Protéger l'environnement arctique et conserver ses ressources biologiques; Veiller à ce que la gestion des ressources naturelles et le développement économique de la région soient écologiquement durables ; Renforcer les institutions de coopération entre les huit nations arctiques (États-Unis, Canada, Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Fédération de Russie et Suède); Impliquer les communautés autochtones de l'Arctique dans les décisions qui les concernent; et Améliorer la surveillance scientifique et la recherche sur les problèmes environnementaux locaux, régionaux et mondiaux. et le renforcement de la coopération internationale. Le Canada est le partenaire le plus proche des États-Unis dans les affaires arctiques, en raison de sa proximité géographique et de directives similaires en matière de politique arctique. Les pays travaillent ensemble sur la recherche scientifique, y compris la cartographie du fond marin arctique. Deux désaccords importants sont le différend frontalier dans la mer de Beaufort et la désignation légale (eaux internationales ou intérieures) du passage du Nord-Ouest.
Pavot arctique/Pavot arctique :
Le pavot arctique est un nom commun qui peut faire référence aux espèces de Papaver suivantes : Papaver radicatum Papaver gorodkovii
Arctic rabies_virus/Virus de la rage arctique :
Le virus de la rage arctique est une souche du lyssavirus de la rage qui circule dans les régions arctiques de l'Alaska, du Canada, du Groenland et de la Russie. Il n'y a eu aucun cas en Suède ou sur le continent norvégien depuis plus de 100 ans. Le virus est cependant présent à Svalbard. Aucun cas n'a été signalé en Finlande depuis 1989. Le renard arctique est le principal hôte. Le virus de la rage arctique appartient à la famille des Rhabdoviridae et au genre Lyssavirus. Le virus de la rage arctique représente l'un des quatre génotypes de la rage, qui se sont tous révélés capables de s'adapter à différents hôtes, notamment les chauves-souris frugivores et insectivores et le renard arctique.
Course arctique/Course arctique :
La race arctique peut faire référence à : Une classification raciale des personnes par Louis Agassiz, un zoologiste suisse-américain du XIXe siècle. Les revendications territoriales dans l'Arctique ont entraîné au début du 21e siècle une série d'expéditions dans la région arctique par la Russie, le Canada, le Danemark et les États-Unis. Peuples circumpolaires
Royaume arctique / Royaume arctique :
Le royaume arctique est l'un des douze royaumes marins de la planète, tels que désignés par le WWF et Nature Conservancy. Il comprend les régions côtières et les plateaux continentaux de l'océan Arctique et des mers adjacentes, y compris l'archipel arctique, la baie d'Hudson et la mer du Labrador du nord du Canada, les mers entourant le Groenland, les côtes nord et est de l'Islande et l'est de la mer de Béring. . Le domaine arctique passe au domaine tempéré de l'Atlantique Nord dans le bassin de l'Atlantique et au domaine tempéré du Pacifique Nord dans le bassin du Pacifique.
Sizerin flammé arctique / Sizerin flammé arctique :
Le sizerin flammé arctique ou sizerin des neiges (Acanthis hornemanni) est une espèce d'oiseau de la famille des Fringillidae. Il se reproduit dans la forêt de bouleaux de la toundra. Il a deux sous-espèces, A. h. hornemanni (groenland ou tailleur flammé de l'Arctique de Hornemann) du Groenland et des régions voisines du Canada, et A. h. exilipes (taille flammée de l'Arctique de Coues), qui se reproduit dans la toundra du nord de l'Amérique du Nord et du Paléarctique. De nombreux oiseaux restent dans l'extrême nord; certains oiseaux migrent sur de courtes distances vers le sud en hiver, voyageant parfois avec des sizerins flammés. Le nom de genre Acanthis vient du grec ancien akanthis, un nom pour un petit oiseau désormais non identifiable, et hornemanni commémore le botaniste danois Jens Wilken Hornemann. Le nom de « sizerin flammé arctique » est utilisé en Europe et de « sizerin flammé » en Amérique du Nord.
Renne arctique/Renne arctique :
Le renne arctique (Rangifer tarandus eogroenlandicus), également connu sous le nom de caribou de l'est du Groenland ou caribou du Groenland, était une sous-espèce du renne (ou du caribou en Amérique du Nord) qui vivait autrefois dans l'est du Groenland. Il a disparu depuis 1900.
Arctic resources_race/Course des ressources arctiques :
La course aux ressources de l'Arctique fait référence à la compétition entre des entités mondiales pour les ressources naturelles nouvellement disponibles de l'Arctique. En vertu de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, cinq nations ont le droit légal d'exploiter les ressources naturelles de l'Arctique dans leurs zones économiques exclusives : le Canada, la Russie, le Danemark, la Norvège et les États-Unis (bien que les États-Unis n'aient pas encore ratifié traité, il considère que le traité relève du droit international coutumier et s'y conforme). Au début du 21e siècle, les controverses sur la région arctique et ses ressources ont créé un plus grand potentiel de conflits entre des nations qui ont depuis longtemps des revendications territoriales contradictoires et des opinions divergentes sur la façon de gérer la région. La région arctique abrite également environ 400 000 autochtones. Si la glace continue de fondre au rythme actuel, ces peuples autochtones risquent d'être déplacés. L'accélération de l'épuisement des glaces contribuera au changement climatique dans son ensemble : la fonte des glaces libère du méthane, la glace réfléchit le rayonnement solaire entrant, et sans elle, l'océan absorbera plus de rayonnement (effet albédo), réchauffant l'eau provoquant une plus grande acidification des océans, et la fonte des glaces entraînera une élévation du niveau de la mer.
Phoque annelé de l'Arctique/phoque annelé de l'Arctique :
Le phoque annelé de l'Arctique (Pusa hispida hispida) est une sous-espèce de phoque annelé (Pusa hispida). Les phoques annelés de l'Arctique habitent l'océan Arctique et sont le phoque le plus abondant et le plus étendu de l'hémisphère nord. L'espèce de phoque annelé est le plus petit vrai phoque et tire son nom d'un motif distinctif de taches claires sur une fourrure de couleur gris foncé. Le phoque annelé est couramment la proie des ours polaires, des renards arctiques et des épaulards. Les estimations de la population et les taux de survie sont inconnus, mais l'espérance de vie moyenne est de 15 à 28 ans. Le phoque annelé fait depuis longtemps partie du régime alimentaire des peuples autochtones de l'Arctique. Les phoques annelés de l'Arctique sont répertoriés comme menacés dans la Loi sur les espèces en voie de disparition depuis 2012 et sont de plus en plus confrontés à la perte de leur habitat en raison de la diminution de la couverture de glace et de neige.
Satyre arctique / Satyre arctique :
Le Satyre arctique ou Disa alpin (Erebia disa) est un membre de la sous-famille des Satyrinae de la famille des Nymphalidae. Il est associé aux fondrières humides et aux tourbières des climats subarctique et arctique, et se trouve souvent près de la limite des arbres. La larve hiverne deux fois avant de se métamorphoser en adulte. On le trouve dans l'Europe arctique, la Russie européenne arctique (péninsule de Kanin), Sajan, Irkoutsk, Yakoutsk, Yablonoi et l'Amérique du Nord arctique.
Rockling arctique / Rockling arctique:
Le rockling arctique ( Gaidropsarus argentatus ), également appelé rockling argenté ou tribarbe arctique , est une espèce de poisson de la famille des Lotidae .
Rouleau arctique/rouleau arctique :
Un rouleau arctique est un gâteau à la crème glacée britannique composé de crème glacée à la vanille enveloppée dans une fine couche de génoise pour former un rouleau, avec une couche de sauce aromatisée à la framboise entre l'éponge et la crème glacée.
Sanctuaire arctique/sanctuaire arctique :
Le sanctuaire arctique était une aire marine protégée proposée autour du pôle Nord. En 2016, 4,7 % de la zone marine de l'Arctique était protégée. Le sanctuaire marin est considéré comme un aspect important d'un traité international qui peut agir pour la protection de la région arctique et pour maintenir la nature intacte de la région.
Arctic sea_ice_decline/Déclin de la banquise arctique :
Le déclin de la banquise arctique s'est produit au cours des dernières décennies et est un effet du changement climatique; la glace de mer dans l'océan Arctique a fondu plus qu'elle ne gèle en hiver. Le réchauffement climatique, causé par le forçage des gaz à effet de serre, est principalement responsable de la diminution de l'étendue de la banquise arctique. Les implications du déclin de la banquise arctique peuvent inclure : un été sans glace, un point de basculement, un réchauffement arctique amplifié, une perturbation des vortex polaires, des changements de la chimie atmosphérique, des changements de régime atmosphérique, des changements dans la vie végétale, animale et microbienne ; les options d'expédition modifiées et d'autres impacts sur les humains. Le cinquième rapport d'évaluation du GIEC (2014) a conclu que la banquise continuera de diminuer en étendue. La région est à son plus chaud depuis au moins 4000 ans et la saison de fonte dans tout l'Arctique s'est allongée à un rythme de cinq jours par décennie (de 1979 à 2013), dominée par un gel automnal plus tardif. Les changements de glace de mer ont été identifiés comme un mécanisme d'amplification polaire. Le sixième rapport d'évaluation du GIEC (2021) a déclaré que la superficie de la banquise arctique tombera probablement en dessous de 1 million de km2 au moins quelques mois de septembre avant 2050. En septembre 2020, le National Snow and Ice Data Center des États-Unis a signalé que la banquise arctique en 2020 avait fondu sur une superficie de 3,74 millions de km2, sa deuxième plus petite superficie depuis le début des relevés en 1979.
Arctic sea_ice_ecology_and_history/Écologie et histoire de la glace de mer arctique :
La banquise arctique couvre moins de superficie en été qu'en hiver. La glace de mer pluriannuelle (c'est-à-dire pérenne) recouvre la quasi-totalité des bassins profonds centraux. La banquise arctique et son biote associé sont uniques, et la persistance de la glace tout au long de l'année a permis le développement d'espèces endémiques de la glace, c'est-à-dire d'espèces que l'on ne trouve nulle part ailleurs. Il existe des opinions scientifiques divergentes sur la durée d'existence de la glace de mer pérenne dans l'Arctique. Les estimations vont de 700 000 à 4 millions d'années.
Arctic shipping_routes/Routes maritimes de l'Arctique :
Les routes maritimes de l'Arctique sont les voies maritimes utilisées par les navires pour naviguer à travers des parties ou la totalité de l'Arctique. Il existe trois routes principales qui relient les océans Atlantique et Pacifique : le passage du Nord-Est, le passage du Nord-Ouest et la route maritime transpolaire, pour la plupart inutilisée. En outre, deux autres routes importantes existent : la route maritime du Nord et le pont de l'Arctique. Pour relier l'Atlantique au Pacifique, le passage du Nord-Ouest longe les côtes du Nord canadien et de l'Alaska, le passage du Nord-Est (NEP) suit les côtes russe et norvégienne. côtes, et la route maritime transpolaire traverse l'Arctique par le pôle Nord. Le pont de l'Arctique est une route arctique interne reliant la Russie au Canada, et la route maritime du Nord (NSR) longe la côte russe du détroit de Béring à l'est, à la La mer de Kara à l'ouest. La principale différence entre la NSR et la NEP est que cette dernière comprend la mer de Barents et donne accès au port de Mourmansk, le plus grand port russe de l'Arctique, et à l'Atlantique. Étant donné que le NSR constitue la majorité du NEP, certaines sources utilisent les termes NSR et NEP de manière interchangeable.
Musaraigne arctique / musaraigne arctique :
La musaraigne arctique (Sorex arcticus), également connue sous le nom de musaraigne à dos noir ou musaraigne à dos de selle, est une musaraigne de taille moyenne que l'on trouve au Canada et dans le nord des États-Unis. Un statut d'espèce distinct a été proposé pour la musaraigne maritime (Sorex maritimensis) qui se trouve au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse et qui était considérée comme une sous-espèce de la musaraigne arctique. La musaraigne de la toundra (Sorex tundrensis) était autrefois considérée comme une sous-espèce de la musaraigne arctique.
Raie arctique / Raie arctique :
La raie arctique (Amblyraja hyperborea) est une espèce de poisson de la famille des Rajidae. Il vit près des fonds marins entre 140 et 2 500 m de profondeur dans l'océan Arctique et les eaux autour du Canada et du nord et du nord-ouest de l'Europe, dans le nord de l'océan Pacifique et dans les eaux entourant l'Antarctique et la Nouvelle-Zélande. La raie arctique mesure environ 1 m de long. et est gris-brun avec de grandes taches sombres. Son dessous est blanc avec des motifs sombres. Il a des épines alignées du dos jusqu'au bout de sa queue. Il est ovipare ; ses œufs sont des capsules avec des cornes dures à chaque coin. Il mange toutes sortes de petits animaux au fond de la mer.
Arctic small_tool_tradition/Arctic small tool tradition :
La tradition des petits outils arctiques (ASTt) était une vaste entité culturelle qui s'est développée le long de la péninsule de l'Alaska, autour de la baie de Bristol et sur les rives orientales du détroit de Béring vers 2500 av. Les groupes ASTt ont été les premiers occupants humains de l'Arctique canadien et du Groenland. Il s'agissait d'une entité terrestre dotée d'une boîte à outils très distinctive basée sur la technologie des microlames. Les types d'outils comprennent généralement les grattoirs, les burins et les lames latérales et d'extrémité utilisées dans les flèches composites ou les lances faites d'autres matériaux, tels que l'os ou le bois de cerf. De nombreux chercheurs supposent également que ce sont les populations arctiques de petits outils qui ont introduit pour la première fois l'arc et la flèche dans l'Arctique, qui sont finalement devenus la culture matérielle du tir à l'arc esquimau. Les camps ASTt se trouvent souvent le long des côtes et des cours d'eau, pour profiter des populations de phoques ou de saumons. Alors que certains des groupes étaient assez nomades, des maisons plus permanentes au toit de terre ont également été identifiées dans les sites de tradition des petits outils de l'Arctique. La tradition arctique des petits outils comprend un certain nombre de groupes culturels, dont le complexe Denbigh Flint en Alaska, la culture pré-dorsétienne dans l'Arctique canadien, la culture Independence I dans l'Extrême-Arctique et la culture Saqqaq dans le sud du Groenland. L'ASTt a été suivie par la tradition Norton en Alaska et la culture Dorset dans l'Arctique canadien.
Sports arctiques/Sports arctiques :
Les sports arctiques ou jeux inuits ( Iñupiaq : anaktaqtuat ) font référence à un certain nombre de disciplines sportives pratiquées populairement dans l'Arctique, principalement par les peuples autochtones de la région, comme les Inuits . Les sports de l'Arctique font souvent référence aux sports de Yamal, de l'Alaska, du Groenland et de certaines régions du Canada, tandis que les sports des Premières nations sont appelés jeux dénés. Les sports traditionnels groenlandais sont appelés Kalaallit Pinnguaataat. De nombreux sports et disciplines sont en grande partie de nature athlétique, tandis que d'autres penchent davantage vers les arts martiaux ou la gymnastique. , et Jeux olympiques de la jeunesse autochtone (Alaska).
Études arctiques/Études arctiques :
Les études sur l'Arctique peuvent inclure : L'écologie de l'Arctique La géologie La météorologie La pédologie L'océanographie
Sterne arctique/Sterne arctique :
La Sterne arctique (Sterna paradisaea) est une sterne de la famille des Laridae. Cet oiseau a une distribution de reproduction circumpolaire couvrant les régions arctiques et subarctiques d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord (aussi loin au sud que la Bretagne et le Massachusetts). L'espèce est fortement migratrice, voyant deux étés chaque année alors qu'elle migre le long d'une route sinueuse de ses aires de reproduction du nord à la côte antarctique pour l'été austral et retour environ six mois plus tard. Des études récentes ont montré des longueurs annuelles moyennes aller-retour d'environ 70 900 km (44 100 mi) pour les oiseaux nichant en Islande et au Groenland et d'environ 48 700 km (30 300 mi) pour les oiseaux nichant aux Pays-Bas. Ce sont de loin les migrations les plus longues connues dans le règne animal. La sterne arctique niche une fois tous les un à trois ans (selon son cycle d'accouplement). Les sternes arctiques sont des oiseaux de taille moyenne. Ils ont une longueur de 28 à 39 cm (11 à 15 po) et une envergure de 65 à 75 cm (26 à 30 po). Ils ont principalement un plumage gris et blanc, avec un bec et des pattes rouge/orange, un front blanc, une nuque et une calotte noires (striées de blanc) et des joues blanches. Le manteau gris mesure 305 mm (12,0 po) et les omoplates sont frangées de brun, certaines à bout blanc. Le dessus de l'aile est gris avec un bord d'attaque blanc et le col est entièrement blanc, tout comme la croupe. La queue profondément fourchue est blanchâtre, avec des vexilles externes grises. Les sternes arctiques sont des oiseaux qui vivent longtemps, beaucoup atteignant entre quinze et trente ans. Ils se nourrissent principalement de poissons et de petits invertébrés marins. L'espèce est abondante, avec environ deux millions d'individus. Bien que la tendance du nombre d'individus dans l'ensemble de l'espèce ne soit pas connue, l'exploitation dans le passé a réduit le nombre de cet oiseau dans la partie sud de son aire de répartition.
Végétation arctique/Végétation arctique :
Environ 1 702 espèces de plantes vivent dans la toundra arctique, notamment des plantes à fleurs, des arbustes courts, des herbes, des graminées, des mousses et des lichens. Ces plantes sont adaptées aux saisons de croissance courtes et froides. Ils ont la capacité de résister à des températures extrêmement froides en hiver (résistance à l'hiver), et de croître et de se reproduire dans des conditions estivales assez contraignantes. En 2005, la végétation arctique couvrait environ 5 × 10 ^ 6 km2 (1,9 × 10 ^ 6 milles carrés) de terres. La superficie de la végétation arctique a diminué d'environ 1,4 million de kilomètres carrés (0,54 × 10 ^ 6 milles carrés) de 1980 à 2000, avec une augmentation correspondante de la forêt boréale. Cette diminution est liée au réchauffement de l'Arctique en raison du changement climatique. dans des conditions plus chaudes. Leur taux métabolique maximal se produit à une température beaucoup plus basse que les plantes plus au sud, mais ne culmine que pendant une courte saison de croissance. Certaines plantes arctiques poussent près du sol en tant que plantes coussin, qui maintiennent les plantes près du sol chaud et protègent la tendre pousse centrale en croissance. Les plantes arctiques limitent leur hauteur pour être en dessous du niveau de la neige. Les plantes qui dépassent au-dessus de la neige sont sujettes aux vents violents, à la poudrerie et sont mangées par les caribous, les bœufs musqués ou les lagopèdes. Les plantes arctiques peuvent survivre à des températures très basses en raison de la forte concentration de glucides solubles, comme le raffinose. La reproduction par multiplication végétative est courante. Les mousses et les lichens sont courants dans l'Arctique. Ces plantes ont la capacité d'arrêter la croissance à tout moment et de la reprendre rapidement lorsque les conditions s'améliorent. Ils peuvent même survivre en étant recouverts de neige et de glace pendant plus d'un an.
Vue Arctique/Vue Arctique :
Arctic View est le nom d'un point de vue et d'un restaurant situé sur la pointe nord-ouest de l'île de Havøya dans la municipalité de Måsøy dans le comté de Finnmark, en Norvège. Le restaurant est situé à 5 kilomètres (3,1 mi) au nord-ouest du village de Havøysund, le centre administratif de la municipalité. Sur le chemin de Arctic View, on traverse un parc éolien construit par Norsk Hydro. Ici, au bord de la mer de Barents, il y a une vue sur la partie ouest du comté de Finmark, et l'endroit est un endroit populaire pour regarder le soleil de minuit, qui peut être vu du 14 mai au 31 juillet. Le soleil atteint son point le plus bas à 00h14-00h24 L'endroit le plus célèbre et le plus populaire pour voir le soleil de minuit, le Cap Nord, est situé à environ 50 kilomètres (31 mi) au nord-est. Arctic View appartient à la municipalité de Måsøy et il s'agit d'une coopération entre la municipalité et les sociétés Arctic Wind, Repvåg Kraftlag, Asplan Viak et NCC Norway.
Paruline arctique/Paruline arctique :
La paruline arctique ( Phylloscopus borealis ) est une paruline foliaire répandue dans les forêts de bouleaux ou de bouleaux mixtes près de l'eau dans toute son aire de reproduction en Fennoscandie et dans le nord du Paléarctique . Il s'est implanté en Amérique du Nord, se reproduisant en Alaska. Cette paruline est fortement migratrice; toute la population hiverne en Asie du Sud-Est. Il a donc l'une des plus longues migrations de tous les oiseaux insectivores de l'Ancien Monde. Il comprenait traditionnellement des populations qui se reproduisent au Kamtchatka, aux îles Kouriles et au Japon, mais des preuves génétiques et vocales suggèrent fortement que celles-ci devraient être traitées comme des espèces distinctes, et sont maintenant toutes considérées comme distinctes de la paruline des feuilles du Kamtchatka au Kamtchatka, à Hokkaido et dans les îles Kouriles, et la paruline japonaise au Japon (sauf Hokkaido). Le nid est au sol dans un arbuste bas. Comme la plupart des parulines de l'Ancien Monde, ce petit passereau est insectivore. C'est une paruline typique en apparence, vert grisâtre dessus et blanc cassé dessous. Sa seule barre alaire le distingue de la plupart des espèces similaires à l'exception de la paruline verdâtre, Phylloscopus trochiloides. Il est plus grand que cette espèce et a un bec plus lourd, en forme de poignard, avec une pointe sombre à la mandibule inférieure. Son chant est un trille rapide. Cette espèce est un vagabond d'automne en Europe occidentale et est annuelle en Grande-Bretagne. Il y a eu 225 observations confirmées de parulines arctiques en Grande-Bretagne entre 1958 et 2001. Le nom du genre Phylloscopus vient du grec ancien phullon, "feuille", et skopos, "chercheur" (de skopeo, "regarder"). Le borealis spécifique vient du latin et signifie "nord".
Loup arctique/loup arctique :
Le loup arctique (Canis lupus arctos), également connu sous le nom de loup blanc ou loup polaire, est une sous-espèce de loup gris originaire de la toundra de l'Extrême-Arctique des îles Reine Elizabeth du Canada, de l'île Melville à l'île d'Ellesmere. Contrairement à certaines populations qui se déplacent entre la toundra et les régions forestières, les loups arctiques passent toute leur vie au nord de la limite nord des arbres. Leur répartition vers le sud est limitée aux franges nord de la toundra du Moyen-Arctique sur la moitié sud des îles Prince-de-Galles et Somerset. C'est une sous-espèce de taille moyenne, qui se distingue du loup du nord-ouest par sa taille plus petite, sa coloration plus blanche, son casse-tête plus étroit et ses carnassiers plus gros. Depuis 1930, il y a eu une réduction progressive de la taille des crânes de loup arctique, ce qui est probablement le résultat de l'hybridation loup-chien.
Arctic wolf_spider/Araignée-loup arctique :
L'araignée-loup arctique (Pardosa glacialis) est un type d'araignée-loup du genre Pardosa, avec une distribution holarctique et endémique de l'Arctique, en particulier du Groenland.
Arctique/Arctique :
Arctica ou Arctida était un ancien continent qui s'est formé il y a environ 2,565 milliards d'années à l'ère néoarchéenne. Il était composé de cratons archéens, dont le craton sibérien, avec ses boucliers Anabar/Aldan en Sibérie, et les cratons des Esclaves, du Wyoming, du Supérieur et de l'Atlantique Nord en Amérique du Nord. Arctica a été nommé par Rogers 1996 parce que l'océan Arctique s'est formé par la séparation des cratons nord-américain et sibérien. Les géologues russes écrivant en anglais appellent le continent "Arctida" depuis qu'il a reçu ce nom en 1987, alternativement le craton hyperboréen, en référence aux hyperboréens de la mythologie grecque. Nikolay Shatsky (Shatsky 1935) a été le premier à supposer que la croûte de la région arctique était d'origine continentale. Shatsky, cependant, était un "fixiste" et, à tort, a expliqué la présence de roches métamorphiques précambriennes et paléozoïques sur les îles de Nouvelle-Sibérie, Wrangel et De long avec subduction. Les «mobilistes», d'autre part, également à tort, ont proposé que l'Amérique du Nord s'était séparée de l'Eurasie et que les bassins arctiques s'étaient ouverts derrière un Alaska en retraite.
Arctica (bivalve)/Arctica (bivalve):
Arctica est un genre de palourdes d'eau salée, mollusques bivalves marins de la famille des Arcticidae. De nos jours, il s'agit d'un genre monotypique (ne contient qu'une seule espèce), mais il existe un certain nombre d'espèces supplémentaires dans les archives fossiles.
Arctica (homonymie)/Arctica (homonymie) :
Arctica était un ancien continent qui s'est formé à l'ère néoarchéenne. Arctica ou Arktika peuvent également faire référence à : Arctica (bivalve), un genre de bivalve de la famille des Arcticidae "Arctica" (chanson), un single d'Amberian Dawn 1031 Arctica, un astéroïde sombre Arktika (brise-glace nucléaire de 1972) Les brise-glaces de la classe Arktika, un classe de brise-glaces nucléaires soviétiques et plus tard russes Arktika (brise-glace nucléaire de 2016), un brise-glace de classe LK-60Ya Arktika 2007, une expédition russe impliquant une descente en équipage au fond de l'océan au pôle Nord Azimut Hotel Murmansk ou Artika, un hôtel en Russie Fratercula arctica, le macareux moine ou macareux commun, une espèce d'oiseau marin de la famille des pingouins Physaria arctica, une herbe à fleurs vivaces de la famille des Brassicaceae Salix arctica, le saule arctique, un saule rampant de la famille des Salicaceae Trivia arctica, un mollusque gastéropode marin dans la famille des Triviidés
Arctica (chanson)/Arctica (chanson):
" Arctica " est une chanson du troisième album studio du groupe de power metal symphonique finlandais Amberian Dawn , End of Eden , et le premier single de l'album. La chanson est sortie en téléchargement gratuit sur MySpace le 23 août 2010, et un clip vidéo produit pour la chanson est sorti le 20 octobre sur YouTube. Heidi Parviainen, la chanteuse principale d'Amberian Dawn, a appelé Arctica sa chanson préférée d'Amberian Dawn.
Arctica Finance/Arctica Finance :
Arctica Finance, est une société islandaise de courtage en valeurs mobilières dont le siège est à Reykjavík. Elle a été créée en 2008 par d'anciens employés clés de Landsbanki qui a fait faillite lors de la crise financière islandaise de 2008-2011.
Arctica islandica/Arctica islandica :
Le quahog océanique (Arctica islandica) est une espèce de palourde comestible, un mollusque bivalve marin de la famille des Arcticidae. Cette espèce est originaire de l'océan Atlantique Nord et est exploitée commercialement comme source de nourriture. Cette espèce est également connue sous un certain nombre de noms communs différents, notamment la cyprine islandaise, la palourde en acajou, le quahog en acajou, le quahog noir et la palourde noire. est généralement noire, et à l'intérieur de la coquille, la ligne palléale n'a pas d'indentation ou de sinus. Contrairement au quahog, qui vit dans la zone intertidale et peut être collecté en creusant des palourdes, cette espèce vit dans la zone subtidale et ne peut être collectée que par dragage. Ils atteignent des tailles dépassant 50 mm ou deux pouces de hauteur de coquille. Un spécimen individuel aurait vécu 507 ans, ce qui en fait le métazoaire non colonial ayant la plus longue durée de vie dont l'âge était connu avec précision.
Arcticaborg/Arcticaborg :
Arcticaborg (Арктикаборг) est un navire de ravitaillement de plate-forme brise-glace. Il était auparavant exploité par Wagenborg Kazakhstan dans la mer Caspienne, mais a été transféré au Canada en 2017 et acquis par Fathom Offshore en 2018. En 2019, il était sous contrat avec la Russie pour deux ans.Arcticaborg et son navire jumeau, Antarcticaborg, ont été construits par Kværner Masa-Yards à Helsinki, en Finlande, en 1998. Ce sont les premiers développements complets du concept de navire à double effet et parmi les premiers brise-glace équipés d'Azipods, des propulseurs azimutaux électriques fabriqués par ABB.
Arcticalymène/Arcticalymène :
Arcticalymene est un genre de trilobites trouvés dans les strates marines d'âge silurien de l'Arctique canadien et du centre de Victoria, en Australie. Les espèces canadiennes portent le nom de chacun des Sex Pistols : A. cooki (Paul Cook), A. jonesi (Steve Jones), A. matlocki (Glen Matlock), A. rotteni (Johnny Rotten) et A. viciousi (Sid Vicious ), tous nommés par Adrain et Edgecombe en 1997.
Renard arctique/Renard arctique :
Arcticfox est un jeu vidéo de simulation de char de science-fiction développé par Dynamix et publié par Electronic Arts en 1986. Il a été publié en Europe par Ariolasoft. Suite de Stellar 7 de Dynamix, Arcticfox a été développé pour l'Amiga comme l'un des premiers titres de la plate-forme, mais a été rapidement porté sur d'autres plates-formes, notamment Atari ST, Commodore 64, ZX Spectrum, MS-DOS et Apple II. Un troisième jeu est sorti dans la série en 1991 intitulé Nova 9 : Le retour de Gir Draxon. Le jeu se déroule dans une fiction de 2005 où des extraterrestres ont pris le contrôle de l'Antarctique dans le but de voler l'oxygène de la Terre. Le joueur est envoyé pour éradiquer les intrus à l'aide d'un nouveau super tank nommé Arcticfox. L'équipe de conception d'Arcticfox chez Dynamix a ensuite produit The Incredible Machine et Red Baron.
Arcticibacter/Arcticibacter :
Anseongella est un genre de la famille des Sphingobacteriaceae.
Arcticibacter eurypsychrophilus/Arcticibacter eurypsychrophilus :
Arcticibacter eurypsychrophilus est une bactérie à Gram négatif et en forme de bâtonnet du genre Arcticibacter qui a été isolée de la carotte de glace du glacier Muji.
Arcticibacter pallidicorallinus/Arcticibacter pallidorallinus :
Arcticibacter pallidicorallinus est une bactérie à Gram négatif et en forme de bâtonnet du genre Arcticibacter qui a été isolée de la glace d'un glacier du Xinjiang en Chine.
Arcticibacter svalbardensis/Arcticibacter svalbardensis :
Arcticibacter svalbardensis est une bactérie à Gram négatif, en forme de bâtonnet et non mobile du genre Arcticibacter qui a été isolée du sol de surface de Ny-Ålesund à Svalbard.
Arcticidae/Arcticidae :
Les Arcticidae sont une famille de palourdes marines de l'ordre des Venerida. La seule espèce vivante de la famille est Arctica islandica. Il existe également de nombreuses espèces fossiles classées dans un certain nombre de genres.
Arcticiflavibacter/Arcticiflavibacter :
Arcticiflavibacter est un genre de bactérie à Gram négatif, aérobie et en forme de bâtonnet de la famille des Flavobacteriaceae avec une espèce connue (Arcticiflavibacter luteus).
Arcticoceras/Arcticoceras :
Arcticoceras est un genre éteint de céphalopodes ammonoïdes de la fin du Jurassique moyen appartenant à la famille des ammonites Cardioceratidae, plus communément trouvée aux hautes latitudes nord. La coquille de l'Arcticoceras est involutée, les verticilles internes fortement nervurées, les externes devenant lisses. La suture, suivant la description des Stephanoceratoidea, est complexe, ammonitique, avec un 1er lobe latéral dominant et un lobe ombilical bien développé. Peut être dérivé des Arctocéphalites. Arcticoceras se trouve dans le nord de l'Alaska, l'Arctique canadien, le Groenland, le nord et le centre de la Russie, ainsi que dans le Wyoming, le Dakota du Nord et l'Utah. Partie de la faune qui vivait dans les eaux marines de haute latitude (arctique et subarctique) pendant la seconde moitié du Jurassique moyen. Arcticoceras kochi et A ishmanae ont été trouvés au stade bathonien boréal du centre-est du Groenland. Des arctocéphales et des arctocéphalites se trouvent dans le bassin de la Volga, dans la région de Sartov et des arctocéphalites dans le bassin de la rivière Pechora, indiquant une pénétration plus précoce et plus profonde de l'eau arctique dans la Russie européenne qu'on ne le pensait auparavant.
Arcticodactylus/Arcticodactylus :
Arcticodactylus est un genre de ptérosaure basal vivant au Trias supérieur dans la région de l'actuel Groenland. Sa seule espèce était auparavant attribuée à Eudimorphodon, et ses parents les plus proches pourraient avoir été Eudimorphodon ou Austriadraco.
Arctic%E2%80%93Alpine Botanic_Garden/Arctic-Alpine Botanic Garden :
Le Jardin botanique arctique-alpin (Arktisk alpin Botanisk hage) est le jardin botanique le plus septentrional du monde. Il est situé à Tromsø, en Norvège, et est géré par le musée de l'université de Tromsø. Il a ouvert ses portes en 1994. Le jardin présente des plantes arctiques et alpines de tout l'hémisphère nord. Le jardin est situé au sud-est du campus de l'Université de Tromsø, offrant une vue sur les montagnes à l'est et au sud. Il n'y a ni porte ni barrière : il n'y a pas de frais d'entrée et le jardin est ouvert toute la journée toute la nuit toute l'année. L'emplacement, correspondant à la côte nord de l'Alaska, invite à penser à un climat arctique extrême. Cependant, une branche du Gulf Stream balayant la côte du nord de la Norvège fournit une influence modératrice, et le climat de Tromsø est l'un des hivers relativement doux (moyenne de janvier −4,4 ° C (24,1 ° F)) et des étés frais (moyenne de juillet 11,7 °C (53,1 °F)). La saison dans le Jardin botanique est généralement de fin mai à mi-octobre. Du 15 mai au 27 juillet, le soleil est continuellement au-dessus de l'horizon à Tromsø. Cette période de soleil de minuit offre une certaine compensation aux plantes pour la courte saison de croissance et les basses températures, offrant une moyenne de 200 heures d'ensoleillement réel chacun des mois de mai, juin et juillet. Du 21 novembre au 17 janvier, le soleil ne se lève jamais. La neige recouvre généralement le sol à partir d'octobre ou novembre et s'accumule jusqu'au début avril. La neige fond ensuite progressivement et le sol sera généralement nu vers la mi-mai au niveau de la mer, tout en s'attardant jusque tard dans l'été à des altitudes plus élevées. Collections spéciales : Rhododendron (ex. R. Lapponicum), Meconopsis, Aster, Polemonium, Erigeron, Codonopsis, Rose Cultivars, Allium, Saxifraga, Silene, Tellima, Heu
Arctique%E2%80%93alpin/Arctique–alpin :
Un taxon arctique-alpin est un taxon dont la distribution naturelle comprend l'Arctique et les chaînes de montagnes plus au sud, en particulier les Alpes. La présence de taxons identiques ou similaires à la fois dans la toundra de l'extrême nord et dans les hautes chaînes de montagnes beaucoup plus au sud témoigne des conditions environnementales similaires trouvées dans les deux endroits. Les plantes arctiques-alpines, par exemple, doivent être adaptées aux basses températures, aux températures extrêmes, aux vents forts et à la courte saison de croissance ; ils sont donc généralement à faible croissance et forment souvent des tapis ou des coussins pour réduire la perte d'eau par évapotranspiration. glaciations), répandu dans toute la zone comprise entre l'Arctique et les Alpes. Ceci est connu d'après les enregistrements de pollen comme étant vrai pour Dryas octopetala, par exemple. Dans d'autres cas, la distribution disjointe peut être le résultat d'une dispersion sur de longues distances. Exemples de plantes arctiques-alpines : Arabis alpina Betula nana Draba incana Dryas octopetala Gagea serotina (syn. Lloydia serotina) Loiseleuria procumbens Micranthes stellaris Oxyria digyna Ranunculus glacialis Salix herbacea Saussurea alpina Saxifraga oppositifolia Silene acaulis Thalictrum alpinum Veronica alpina
Arctides/Arctides :
Arctides est un genre de langoustes, contenant trois espèces. Le plus grand d'entre eux, A. antipodarum , a une carapace jusqu'à 100 millimètres (3,9 po) de long et se trouve au sud-est de l'Australie et dans certaines parties de la Nouvelle-Zélande. Les deux autres espèces sont plus petites, jusqu'à 70 millimètres (2,8 po) de longueur de carapace; A. guineensis se trouve dans une zone similaire au Triangle des Bermudes ; A. regalis est largement répandu dans l'Indo-Pacifique, des îles Mascareignes à Hawaï et à l'île de Pâques.
Arctides guineensis/Arctides guineensis :
Arctides guineensis est une espèce de langouste qui vit dans le triangle des Bermudes. Il est connu aux Bermudes sous le nom de petit homard espagnol, nom également privilégié par la FAO.
Arctides regalis/Arctides regalis :
Arctides regalis est une espèce de homard tropical. Son nom commun est le homard royal espagnol et il est connu sous le nom d'ula-papapa à Hawaï.
Arctigénine/Arctigénine :
L'arctigénine est un lignane présent dans certaines plantes des Astéracées, dont la grande bardane (Arctium lappa) et Saussurea heteromalla. Il a montré des effets antiviraux et anticancéreux in vitro. C'est l'aglycone de l'arctiine. L'utilisation de l'arctigénine s'est avérée efficace dans un modèle murin d'encéphalite japonaise. Il s'est avéré qu'elle agissait comme un agoniste du récepteur 1 de l'adiponectine (AdipoR1).
Arctine/Arctine :
L'arctiine est un lignane présent dans de nombreuses plantes de la famille des Astéracées, en particulier la grande bardane (Arctium lappa) et Centaurea imperialis, ainsi que dans Trachelospermum asiaticum, Saussurea heteromalla et Forsythia viridissima. C'est le glucoside de l'arctigénine. L'arctiine et l'arctigénine ont montré des effets anticancéreux dans la recherche animale. Ils se sont avérés agir comme agonistes du récepteur 1 de l'adiponectine.
Arctiina/Arctiina :
Les Arctiina sont une sous-tribu de papillons de nuit de la famille des Erebidae.
Arctiinae/Arctiinae :
Les Arctiinae (anciennement appelées la famille des Arctiidae) sont une sous-famille vaste et diversifiée de papillons de nuit avec environ 11 000 espèces présentes dans le monde entier, dont 6 000 espèces néotropicales. Cette sous-famille comprend les groupes communément appelés papillons du tigre (ou tigres), qui ont généralement des couleurs vives, les valets de pied, qui sont généralement beaucoup plus ternes, les papillons des lichens et les papillons des guêpes. De nombreuses espèces ont des chenilles "poilues" qui sont communément appelées ours laineux ou vers laineux. Le nom scientifique Arctiinae fait référence à cette pilosité (Gk. αρκτος = un ours). Certaines espèces des Arctiinae ont le mot « tussock » dans leurs noms communs parce qu'elles ont été identifiées à tort comme des membres de la sous-famille des Lymantriinae en raison des caractéristiques des larves.
Arctiini/Arctiini :
Les Arctiini sont une tribu de papillons de nuit de la famille des Erebidae.
Arctiites/Arctiites :
Arctiites est un genre de papillon monotypique éteint de la sous-famille des Arctiinae. Sa seule espèce est Arctiites deletus. Le genre et l'espèce ont été décrits par Hans Rebel en 1889. L'espèce a été décrite à Gabbro près de Pise en Italie. Il est daté du Miocène.
Arctinure/Arctinure :
Arctinurus boltoni est un grand trilobite lichidé (jusqu'à 30 cm) du Silurien moyen. Ce trilobite atteignait environ huit pouces de longueur, bien que la carapace adulte normale mesurait environ quatre pouces. Il vivait dans des eaux modérément profondes dans les régions semi-tropicales. Des fossiles d'Arctinurus ont été découverts en Europe et en Amérique du Nord. Arctinurus a été signalé pour la première fois lors de la construction du canal Érié à travers des schistes et des mudstones mous du Silurien dans le nord de l'État de New York. Avant la fin des années 1990, les fossiles complets d'Arctinurus étaient très rares. La grande majorité des spécimens complets ont été exploités commercialement près de Middleport New York, aux États-Unis, dans une carrière peu profonde de la formation de Rochester, et le trilobite est maintenant relativement courant dans les musées, les universités et les collections privées. Arctinurus avait tendance à avoir des épibiontes attachés à la carapace.
Arctinus of_Miletus/Arctinus of Miletus :
Arctinus de Milet ou Arctinus Milesius ( grec ancien : Ἀρκτῖνος Μιλήσιος ) était un poète épique grec dont la réputation est purement légendaire, car aucune de ses œuvres ne survit. Traditionnellement daté entre 775 avant JC et 741 avant JC, il aurait été l'élève d'Homère. Son père était Teleus, fils de Nauteus. Phaenias d'Eresus l'a placé au 7ème siècle avant JC et a affirmé qu'il avait été vaincu par Lesches de Pyrrha en compétition. L'un des «poètes cycliques», Arctinus a composé les épopées Aethiopis et Sack of Troy, qui étaient des contributions au cycle de la guerre de Troie, et peut-être Naupactia. Ces poèmes sont perdus, mais une idée des deux premiers peut être obtenue à partir du Chrestomathy attribué (probablement à tort) à Proclus le néo-platonicien du Ve siècle après JC. L'Éthiopis (Αἰθιοπίς), en cinq livres, est ainsi appelé de l'Éthiopien Memnon, qui devint l'allié des Troyens après la mort d'Hector. Selon Proclus, le poème reprend le récit de la fin de l'Iliade : « L'Amazone Penthésilée arrive pour aider les Troyens à la guerre. Elle est la fille d'Arès et d'un Thrace de naissance. Achille la tue alors qu'elle se bat contre elle. mieux, et les Troyens l'enterrent. Achille tue Thersite, qui l'insultait et lui reprochait d'aimer Penthésilée." L'Éthiopis s'est conclu par la mort et l'enterrement d'Achille et la dispute entre Ajax et Ulysse pour ses armes. Le sac de Troie ( Iliou Persis) racontait les histoires du cheval de Troie, de Sinon et de Laocoon, de la prise de la ville et du départ des Grecs poursuivis par la colère d'Athéna suite au viol de Cassandre par Ajax le Petit. à Lesches, a comblé le fossé dans le scénario entre Aethiopis et le sac de Troie.
Arctioblepsie/Arctioblepsie :
Arctioblepsis est un genre monotypique de papillons de nuit décrits par Cajetan Felder et Rudolf Felder en 1862. Il contient l'espèce Arctioblepsis rubida. On le trouve en Asie du Sud-Est, notamment à Hong Kong, en Chine, à Taïwan, en Inde et au Népal. L'envergure est de 36 à 44 mm. Les adultes volent du début avril au début juin et de nouveau du début juillet à la mi-août à Hong Kong. Les larves ont été enregistrées se nourrissant d'espèces de Machilus, notamment Machilus breviflora et Machilus gamblei. Ils se nourrissent d'une légère sangle. La nymphose a lieu dans la litière de feuilles et les excréments dans un cocon plutôt résistant.
Arctiocossus/Arctiocossus :
Arctiocossus est un genre de papillons de nuit de la famille des Cossidae.
Arctiocossus antargyreus/Arctiocossus antargyreus :
Arctiocossus antargyreus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Namibie et en Afrique du Sud.
Arctiocossus castaneus/Arctiocossus castaneus :
Arctiocossus castaneus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Afrique du Sud.
Arctiocossus danieli/Arctiocossus danieli :
Arctiocossus danieli est un papillon de nuit de la famille des Cossidae décrit par Harry Kendon Clench en 1959. On le trouve en Namibie et en Afrique du Sud.
Arctiocossus gaerdesi/Arctiocossus gaerdesi :
Arctiocossus gaerdesi est un papillon de nuit de la famille des Cossidae décrit par Franz Daniel en 1956. On le trouve en Namibie. Les larves se nourrissent de Zygophyllum stapffii.
Arctiocossus impeditus/Arctiocossus impeditus :
Arctiocossus impeditus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Afrique du Sud.
Arctiocossus ligatus/Arctiocossus ligatus :
Arctiocossus ligatus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Australie et en Afrique du Sud.
Arctiocossus poliopterus/Arctiocossus poliopterus :
Arctiocossus poliopterus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Namibie et en Afrique du Sud.
Arctiocossus punctifera/Arctiocossus punctifera :
Arctiocossus punctifera est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Tanzanie.
Arctiocossus strigulatus/Arctiocossus strigulatus :
Arctiocossus strigulatus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae. On le trouve en Namibie.
Arctiocossus tessellatus/Arctiocossus tessellatus :
Arctiocossus tessellatus est un papillon de nuit de la famille des Cossidae décrit par Harry Kendon Clench en 1959. On le trouve en Namibie et en Afrique du Sud.
Arcion Ltd/Arcion Ltd :
Arcion Ltd est une société de logiciels fondée à Kuopio, en Finlande, en 2007, spécialisée dans le développement de composants logiciels hautes performances pour la visualisation de données. Arcion fournit des solutions aux entreprises du monde entier (dont Intel, Toyota, Samsung, etc.), ainsi qu'aux organisations gouvernementales. Arcion propose également des jauges radiales pour WPF et Silverlight.
Arctiopais/Arctiopais :
Arctiopais est un genre de papillon monotypique de la famille des Noctuidae érigé par Karl Jordan en 1896. Sa seule espèce, Arctiopais ambusta, a été décrite pour la première fois par Paul Mabille en 1881. On le trouve à Madagascar.
Arctique Royale/Arctique Royale :
Arctique Royale (22 avril 1978 - 2000) était un cheval de course pur-sang irlandais et une poulinière. À l'âge de deux ans, elle n'a fait que deux apparitions, remportant une première course au Curragh à ses débuts, puis remportant les Moyglare Stud Stakes sur la même piste. Elle a été battue lors de sa première course de 1982, mais a ensuite enregistré sa plus grande victoire dans les 1000 Guinées irlandaises. Elle a été battue lors de ses quatre dernières courses et a été retirée de la course à la fin de l'année. Elle a eu un succès considérable en tant que poulinière.
Arctite/Arctite :
L'arctite (Na2Ca4(PO4)3F) est un minéral incolore trouvé dans la péninsule de Kola, au nord de la Russie. Son symbole IMA est Arc. Il a une dureté Mohs de 5 et une densité de 3,13. L'arctite est transparente avec un éclat vitreux. L'arctite a un clivage parfait et un système cristallin trigonal. C'est aussi un antiperovskite naturel. Les associés communs de l'arctite comprennent l'aegirine, la natisite, la lomonosovite, l'umbite et la thénardite.
Arctium/Arctium :
Arctium est un genre de plantes bisannuelles communément appelées bardane, famille des Astéracées. Originaire d'Europe et d'Asie, plusieurs espèces ont été largement introduites dans le monde.
Arctium lappa/Arctium lappa :
Arctium lappa , communément appelé grande bardane , gobō (牛 蒡 / ゴ ボ ウ), bardane comestible , lappa , boutons de mendiant , bavure épineuse ou happy major est une espèce eurasienne de plantes de la famille Aster , cultivée dans les jardins pour sa racine utilisée comme légume . C'est devenu une mauvaise herbe envahissante des sols riches en azote en Amérique du Nord, en Australie et dans d'autres régions.
Arctium moins/Arctium moins :
Arctium minus, communément appelé petite bardane, petite bardane, pou-bur, bardane commune, bouton-bur, coucou ou rhubarbe sauvage, est une plante bisannuelle. Cette plante est originaire d'Europe, mais a été introduite ailleurs, comme en Australie, en Amérique du Nord et du Sud et ailleurs. La petite bardane produit des fleurs violettes au cours de sa deuxième année de croissance, de juillet à octobre. Les bractées externes se terminent par des crochets qui ressemblent à du velcro. Après le séchage du capitule, les bractées crochues s'attacheront aux humains et aux animaux pour transporter le capitule entier.
Arctium nemorosum/Arctium nemorosum :
Arctium nemorosum est une espèce de plante à fleurs appartenant à la famille des Astéracées. Son aire de répartition naturelle s'étend de l'Europe au Caucase.
Arctium tomentosum/Arctium tomentosum :
Arctium tomentosum, communément appelée bardane laineuse ou bardane duveteuse, est une espèce de bardane appartenant à la famille des Astéracées. L'espèce a été décrite par Philip Miller en 1768.
Géoflore arcto-tertiaire/Géoflore arcto-tertiaire :
La géoflore arcto-tertiaire est un assemblage floral hypothétique qui couvrait autrefois l'hémisphère nord, de la fin du Mésozoïque au milieu du Cénozoïque.
Arctoa/Arctoa :
Arctoa est un genre de mousses appartenant à la famille des Dicranaceae.Les espèces de ce genre se trouvent en Europe et en Amérique.Espèce : Arctoa anderssonii Wichura, 1859 Arctoa fulvella Bruch & WPSchimper, 1846
Arctobe/Arctobe :
Arctobius est un genre d'araignées à nids enchevêtrés contenant la seule espèce, Arctobius agelenoides. Il a été décrit pour la première fois par Pekka T. Lehtinen en 1967, avec une distribution holarctique.
Arctobyrrhus/Arctobyrrhus :
Arctobyrrhus est un genre de coléoptères de la famille des Byrrhidae. Il y a au moins deux espèces décrites dans Arctobyrrhus.
Arctobyrrhus subcanus/Arctobyrrhus subcanus :
Arctobyrrhus subcanus est une espèce de coléoptère de la famille des Byrrhidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Arctocéphalites/Arctocéphalites :
Les arctocéphalites sont un genre de céphalopodes ammonitiques éteint du Jurassique moyen avec une large distribution nord appartenant à la famille des stephanoceratacés, Cardioceratidae. Le tel, caractéristique de la famille, est complexe avec un grand premier lobe latéral et un lobe ombilical bien développé. Des arctocéphalites ont été trouvés dans des sédiments d'âge bathonien à Cook Inlet, en Alaska, dans l'ouest du Montana et dans la mer du Nord à des paléolatitudes allant de environ 30 degrés N à 50 degrés N. Il a été trouvé dans des sédiments d'âge équivalent dans le bassin de la Volga et de la Pechora en Russie ainsi qu'au Groenland, en Terre FanzJoseph, en NovayZemlya et en Sibérie orientale.
Arctocéphale/Arctocéphale :
Le genre Arctocephalus comprend les otaries à fourrure du sud. Arctocephalus se traduit par "tête d'ours".
Arctocephalus forsteri/Arctocephalus forsteri :
Arctocephalus forsteri (les noms communs incluent le phoque à fourrure d'Australasie, le phoque à fourrure d'Australie du Sud, le phoque à fourrure de Nouvelle-Zélande, le phoque à fourrure des Antipodes ou le phoque à fourrure à long nez) est une espèce d'otarie à fourrure que l'on trouve principalement dans le sud de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. Le nom d'otarie à fourrure de Nouvelle-Zélande est utilisé par les anglophones de Nouvelle-Zélande ; kekeno est utilisé dans la langue maorie. Depuis 2014, le nom commun d'otarie à fourrure à long nez a été proposé pour la population de phoques habitant l'Australie. Bien que les populations australienne et néo-zélandaise présentent certaines différences génétiques, leurs morphologies sont très similaires et restent donc classées comme une seule espèce. . Après l'arrivée des humains en Nouvelle-Zélande, et particulièrement après l'arrivée des Européens en Australie et en Nouvelle-Zélande, la chasse a réduit la population à une quasi-extinction.
Arctoceras/Arctoceras :
Arctoceras est un genre d'ammonoïdes cératitidés du Trias inférieur avec une coquille discoïde modérément étroite et une suture cératitique. selles basses et lobes dentelés simples.Arctoceras a été nommé par Hyatt, (1900). Le génotype Arctoceras polaris (Mojsisovics) provient du Spitzberg. Arctoceras est le genre type des Arctoceratidae qui est une famille des Meekocerataceae, une superfamille des Ceratitida. Les cératitides sont des céphalopodes ammonoïdes, principalement du Trias mais avec des formes ancestrales du Permien supérieur. Meekocerataceae apparaît parfois comme Meekoceratoidea pour se conformer à une récente décision de l'ICZN concernant les terminaisons de superfamille. Arctoceras a été signalé au Canada, aux États-Unis, en Russie, en Australie, en Afghanistan et en Malaisie.
Arctocétrarie/Arctocétrarie :
Arctocetraria est un genre de lichens foliacés de la famille des Parmeliaceae. Il a trois espèces.
Arctoconopa/Arctoconopa :
Arctoconopa est un genre de tipule de la famille des Limoniidae.
Arctocorisa/Arctocorisa :
Arctocorisa est un genre de véritables punaises appartenant à la famille des Corixidae.Les espèces de ce genre se trouvent en Europe et en Amérique du Nord.Espèce : Arctocorisa carinata (Sahlberg, 1819) Arctocorisa chanceae Hungerford, 1926
Arctocorisa carinata/Arctocorisa carinata :
Arctocorisa carinata est une espèce de batelier aquatique de la famille des Corixidae dans l'ordre des Hémiptères.
Arctocorisa germari/Arctocorisa germari :
Arctocorisa germari est une espèce de batelier aquatique de la famille des Corixidae dans l'ordre des hémiptères.
Arctocyon/Arctocyon :
Arctocyon ('bear dog') est un genre éteint de mammifères ongulés. Arctocyon était un "omnivore vivant au sol", qui a vécu de 61,3 à 56,8 Ma. Les synonymes d'Arctocyon incluent Claenodon et Neoclaenodon. Arctocyon était probablement plantigrade, ce qui signifie qu'il marchait les pieds à plat sur le sol plutôt que sur les orteils.
Arctocyonie/Arctocyonie :
Les arctocyoniens ( Arctocyonia ; également connu sous le nom de "Procreodi") sont un clade de mammifères laurasiathériens dont l'aire stratigraphique s'étend du Paléocène au début de l'Éocène. Ils ont été parmi les premiers exemples de grands mammifères prédateurs après l'extinction du Crétacé-Paléogène. Alors que certains classent les arctocyoniens comme des artiodactyles souches, d'autres ont classé le groupe comme membres de Ferae. Il existe trois familles classées dans l'ordre : Arctocyonidae, Oxyclaenidae et Quettacyonidae.
Arctocyonidae/Arctocyonidae :
Les Arctocyonidae (du grec arktos kyôn, « ressemblant à un ours/chien ») ont été définis comme une famille éteinte de mammifères primitifs non spécialisés comptant plus de 20 genres. Les animaux affectés à cette famille étaient les plus abondants au Paléocène, mais existaient du Crétacé supérieur au début de l'Éocène (il y a 66 à 50 millions d'années). Comme la plupart des premiers mammifères, leurs relations réelles sont très difficiles à résoudre. Aucun fossile du Paléocène n'a été attribué sans ambiguïté à un ordre vivant de mammifères placentaires, et de nombreux genres se ressemblent : des animaux généralisés robustes et peu agiles avec de longues queues et des dents à mâcher polyvalentes, vivant dans des forêts chaudes à canopée fermée avec de nombreuses niches laissées vacant par l'extinction de KT. Les arctocyonides ont été définis au début comme une famille de créodontes (prédateurs prédateurs), puis réaffectés aux condylarths (mangeurs de plantes primitifs, maintenant compris comme un taxon de poubelle). Plus récemment, ces animaux ont été considérés comme les ancêtres des ordres Mesonychia et Cetartiodactyla , bien que certaines études morphologiques aient suggéré que les Arctocyonidae sont également un taxon de poubelle pour les ongulés basaux et qu'ils sont en fait polyphylétiques. Depuis 2015, la plus grande étude cladistique des mammifères du Paléocène à ce jour soutient l'idée que les animaux de ce groupe ne sont pas apparentés, avec Arctocyon et Loxolophus sœur des pantodontes + périptychidés, Goniacodon et Eoconodon sœur des carnivores + mésonychidés, la plupart des autres genres alliés avec créodontes et paléoryctidans, et Protungulatum n'est pas du tout un mammifère placentaire. Si cette analyse est vraie, alors toutes les caractéristiques des "Arctocyonidés" sont le résultat d'une coïncidence (sélection par l'observateur de caractéristiques partagées par de nombreux mammifères du début du Tertiaire) ou d'une convergence (habitudes de vie similaires).
Arctodiamesa/Arctodiamesa :
Arctodiamesa est un genre de moucherons non piqueurs de la sous-famille Diamesinae de la famille des vers de vase Chironomidae.
Arctodiaptomus/Arctodiaptomus :
Arctodiaptomus est un genre de copépodes de la famille des Diaptomidae, contenant les espèces suivantes :
Arctodiaptomus burduricus/Arctodiaptomus burduricus :
Arctodiaptomus burduricus est une espèce de crustacé de la famille des Diaptomidae. Il est endémique du lac Burdur, un lac salin du sud-ouest de la Turquie.
Arctodiaptomus euacanthus/Arctodiaptomus euacanthus :
Arctodiaptomus euacanthus est une espèce de copépode de la famille des Diaptomidae. Il est endémique de l'Inde.
Arctodiaptomus kamtschaticus/Arctodiaptomus kamtschaticus :
Arctodiaptomus kamtschaticus est une espèce de crustacé de la famille des Diaptomidae. Il est endémique des lacs du Kamtchatka, dans l'est de la Russie, et est répertorié comme espèce vulnérable sur la Liste rouge de l'UICN.
Arctodiaptomus michaeli/Arctodiaptomus michaeli :
Arctodiaptomus michaeli est une espèce de copépode de la famille des Diaptomidae, endémique de deux lacs du Jammu-et-Cachemire, en Inde.
Arctode/Arctode :
Arctodus, ou l'ours à face courte d'Amérique du Nord, est un genre d'ours éteint qui a habité l'Amérique du Nord du dernier Pliocène à l'époque de l'Holocène, d'environ 2,5 Mya jusqu'à il y a 10 000 ans. C'était l'ours à face courte le plus répandu en Amérique du Nord. Il existe deux espèces reconnues : l'ours à face courte (Arctodus pristinus) et l'ours à face courte géant (Arctodus simus), ce dernier étant considéré comme l'un des plus grands mammifères carnivores terrestres connus qui ait jamais existé. On a émis l'hypothèse que leur extinction coïncide avec la période de refroidissement global du Dryas jeune commençant vers 12 900 BP.
Arctogadus/Arctogadus :
Arctogadus glacialis , également connu sous des noms communs ambigus morue arctique et morue polaire , est une espèce de poisson arctique de la famille des morues Gadidae , apparentée à la vraie morue (genre Gadus ). Arctogadus glacialis se trouve dans l'eau glacée. Ils mesurent environ 30 cm de long et sont la nourriture préférée des narvals et autres baleines arctiques.
Arctogeron/Arctogeron :
Arctogeron est un genre de plantes à fleurs de la famille des marguerites. Il n'y a qu'une seule espèce connue, Arctogeron gramineum, originaire de Sibérie, de Mongolie et du Kazakhstan.
Arctognathe/Arctognathe :
Arctognathus est un genre éteint de gorgonopsides qui a prospéré à la fin du Permien dans le bassin du Karoo de l'actuelle Afrique du Sud.
Arctogymnites/Arctogymnites :
Les arctogymnites sont un genre de céphalopodes ammonoïdes du Trias moyen inclus dans la sous-famille des cératidés Beyrichitinae. Les genres apparentés comprennent les Beyrichites, les Frechites, les Gymnotoceras et les Salterites. Le Treatise Part L, 1957 sépare les beyrichitids (Beyrichidae) en une famille indépendante des Ceratitaceae, distincte des Ceratitidae. Plus tard (Tozer 1981), ils ont été incorporés dans les Ceratitidae en tant que sous-famille.
Arctohungarites/Arctohungarites :
Les arctohungarites sont un genre d' ammonoïdes triasiques maintenant placés dans la famille des cératitidés Danubitidae , mais auparavant inclus dans les Hungeritidae . La coquille des Arctohungerites est sous-discoïdale, à développante, avec un ventre arrondi, de faibles plis sigmoïdaux sur la chambre du corps et une quille ventrale distincte à l'extrémité distale de la partie chambrée. La suture est en céramique. Des arctohungerites ont été trouvées dans des sédiments du Trias moyen (Anisien) dans le nord de la Sibérie
Arctoïde/Arctoïde :
Arctoidea est un clade de mammifères principalement carnivores qui comprend les Hemicyonidae éteints (ours-chiens) et les Musteloidea existants (belettes, ratons laveurs, mouffettes, pandas rouges), Pinnipedia (phoques, lions de mer) et Ursidae (ours), trouvés dans tous les continents depuis l'Éocène, il y a 46 millions d'années, jusqu'à nos jours. Le groupe le plus ancien du clade est celui des ours, car leur gène CMAH est toujours intact. Le gène est devenu non fonctionnel chez l'ancêtre commun des Mustelida (les mustéloïdes et les pinnipèdes). Les arctoïdes sont des caniformes, avec les chiens (canidés) et les chiens-ours éteints (Amphicyonidae). Les premiers caniformes ressemblaient superficiellement aux martres, qui sont des mustélidés arboricoles. Avec les féliformes, les caniformes comprennent l'ordre Carnivora ; parfois Arctoidea peut être considéré comme un sous-ordre distinct de Caniformia et un taxon frère de Feliformia.
Arctolamie/Arctolamie :
Arctolamia est un genre de longicornes à face plate appartenant à la famille des Cerambycidae.
Arctolamia fasciata/Arctolamia fasciata :
Arctolamia fasciata est une espèce de longicornes à face plate appartenant à la famille des Cerambycidae.
Arctolamia fruhstorferi/Arctolamia fruhstorferi :
Arctolamia fruhstorferi est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Per Olof Christopher Aurivillius en 1902. Il est connu du Vietnam, de la Chine et du Laos.
Arctolamia luteomaculata/Arctolamia luteomaculata :
Arctolamia luteomaculata est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Pu en 1981. Il est connu de Chine et de Thaïlande.
Arctolamia strandi/Arctolamia strandi :
Arctolamia strandi est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Stephan von Breuning en 1936. Il est connu de Chine.
Arctolamia villosa/Arctolamia villosa :
Arctolamia villosa est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Gestro en 1888. Il est connu du Myanmar, de la Chine et de la Thaïlande.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chaparral High School Temecula

Chaotique (série_TV)/Chaotique (série TV) : Chaotic est une série télévisée animée de science-fiction produite par 4Kids Entertainment....