Rechercher dans ce blog

lundi 4 avril 2022

Antiviral Chemistry and Chemotherapy


Thérapie antisens/Thérapie antisens :
La thérapie antisens est une forme de traitement qui utilise des oligonucléotides antisens (ASO) pour cibler l'ARN messager (ARNm). Les ASO sont capables de modifier l'expression de l'ARNm par divers mécanismes, y compris la dégradation médiée par la ribonucléase H du pré-ARNm, le blocage stérique direct et la modulation du contenu en exons par la liaison du site d'épissage sur le pré-ARNm. Plusieurs ASO ont été approuvés aux États-Unis, dans l'Union européenne et ailleurs.
Antiseptique/Antiseptique :
Un antiseptique (du grec ἀντί anti, "contre" et σηπτικός sēptikos, "putréfactif") est une substance ou un composé antimicrobien qui est appliqué sur les tissus vivants / la peau pour réduire le risque d'infection, de septicémie ou de putréfaction. Les antiseptiques se distinguent généralement des antibiotiques par la capacité de ces derniers à détruire en toute sécurité les bactéries dans le corps, et des désinfectants, qui détruisent les micro-organismes trouvés sur des objets non vivants. Les antibactériens comprennent les antiseptiques qui ont la capacité prouvée d'agir contre les bactéries. Les microbicides qui détruisent les particules virales sont appelés viricides ou antiviraux. Les antifongiques, également connus sous le nom d'antimycotiques, sont des fongicides pharmaceutiques utilisés pour traiter et prévenir la mycose (infection fongique).
Bain de sang antiseptique/bain de sang antiseptique :
Antiseptic Bloodbath est le huitième album studio complet sorti le 19 juillet 2012 par Tourniquet, un groupe de metal chrétien formé en 1989 à Los Angeles, en Californie. Il s'agit de la première sortie du groupe depuis Where Moth et Rust Destroy en 2003. C'était le dernier album studio du chanteur de longue date Luke Easter avant qu'il ne soit expulsé en 2015.
Antiseptique Dorogov%27s_Stimulator/Antiseptique Dorogov's Stimulator :
Le stimulateur antiseptique de Dorogov (russe : АСД, антисептик-стимулятор Дорогова, ASD) est un médicament antiseptique inventé par AV Dorogov dans les années 1940 dans l'ex-URSS.
Principe antiseptique_de_la_pratique_de_la_chirurgie/Principe antiseptique de la pratique de la chirurgie :
"Principe antiseptique de la pratique de la chirurgie" est un article concernant les antiseptiques écrit par Joseph Lister en 1867.
Douche antiseptique/Douche antiseptique :
La douche antiseptique était l'une des formes de contraception les plus populaires au début des années 1900. Sa fonction était similaire à celle de la douche vaginale conventionnelle, mais elle était remplie d'un mélange chimique au lieu d'une solution saline. Le but de l'utilisation d'un mélange chimique était d'interrompre le trajet du sperme et d'empêcher une femme de tomber enceinte. La taille des familles des générations précédentes a toujours été nombreuse, de nombreuses femmes ayant six enfants ou plus. Les fausses couches fréquentes et de nombreux décès étaient également courants avant la médecine moderne. Pour ces femmes, avoir l'espoir qu'il existait une alternative sûre et à un prix raisonnable à d'innombrables grossesses a donné à de nombreuses femmes quelque chose qu'elles n'avaient jamais eu dans le passé : le contrôle de leur corps et, par conséquent, de leur vie.
Lavage antiseptique/Lavage antiseptique :
Le lavage antiseptique est un moyen de lavage, notamment d'un organe creux, tel que l'estomac ou le bas intestin, par des injections répétées d'eau tiède mélangée à une solution antiseptique ou antifongique. Les lavages antiseptiques sont couramment utilisés comme traitement de la péricoronite des dents de sagesse. L'application de solutions antibactériennes pour laver les plaies peut réduire les taux d'infection par rapport aux produits non antibactériens. Le pompage de la solution de lavage dans la plaie peut réduire les infections par rapport à d'autres méthodes de lavage.
Antisérum/Antisérum :
L'antisérum est une forme liquide d'anticorps qui est utilisée pour tuer les organismes pathogènes présents à l'intérieur du corps. L'antisérum est un sérum sanguin contenant des anticorps monoclonaux ou polyclonaux qui est utilisé pour propager l'immunité passive contre de nombreuses maladies via le don de sang (plasmaphérèse). Par exemple, le sérum de convalescent, la transfusion d'anticorps passifs d'un ancien survivant humain, était le seul traitement efficace connu pour l'infection à Ebola avec un taux de réussite élevé de 7 patients sur 8 survivants. Les antisérums sont largement utilisés dans les laboratoires de virologie diagnostique. L'utilisation la plus courante de l'antisérum chez l'homme est comme antitoxine ou antivenin pour traiter l'envenimation. La thérapie sérique, également connue sous le nom de sérothérapie, décrit le traitement d'une maladie infectieuse à l'aide du sérum d'animaux qui ont été immunisés contre les organismes spécifiques ou leur produit, auxquels la maladie est censée être liée.
Antisexualisme/Antisexualisme :
L'antisexualisme est une opposition ou une hostilité envers le comportement sexuel et la sexualité.
Antisialagogue/Antisialagogue :
Les antisialagogues sont des médicaments ou des substances qui diminuent le débit de la salive et leur effet est opposé à celui des sialagogues. Leur origine peut être aussi bien naturelle que synthétique. Les anticholinergiques ont généralement des effets antisialagogues et la plupart produisent un certain niveau de sédation, les deux étant avantageux dans les interventions chirurgicales. Les antisialagogues classiques comprennent : l'atropine, l'opium, les alcalis, la belladone, l'hyoscyamus, le stramonium, le tabac en excès, toutes substances nauséabondes ou insipides.
Antisindris/Antisindris :
Antisindris est un genre de papillon de nuit monotypique. Sa seule espèce, Antisindris bipunctalis, se trouve à Madagascar. Le genre et l'espèce ont été décrits pour la première fois par Hubert Marion en 1955.
Antisceptique/Antisceptique :
Antiskeptic est un groupe de rock basé à Melbourne, en Australie. Le groupe a connu plus de dix ans de tournées réussies à l'échelle nationale, sortant trois albums complets, trois EP et deux DVD. Le groupe a tourné avec de nombreux groupes à succès, dont Midnight Oil, Jimmy Eat World, Unwritten Law, Millencolin, MxPx, Jebediah, Bodyjar et Dashboard Confessional. Antiskeptic est connu pour ses concerts énergiques et ses performances puissantes, ainsi que pour le contenu lyrique édifiant et encourageant de ses chansons.
Antisommeil Vol._01/Antisommeil Vol. 01 :
Antisommeil Vol. 01 est le premier album studio du projet multi-genre américain Blue Stahli, sorti en 2008. La majorité des morceaux sont instrumentaux. L'album a été produit par Klayton de Celldweller et il a été mixé par Klayton et Bret. La pochette a été réalisée par Shawn Landis de Virocity.
Antisommeil Vol._02/Antisommeil Vol. 02 :
Antisommeil Vol. 02 est le troisième album studio du projet multi-genre américain Blue Stahli, et le deuxième album instrumental, après Antisleep Vol. 01 , l'album numérique est sorti le 9 décembre 2011 et le CD est sorti le 16 décembre 2011. Comme son prédécesseur, la majorité des morceaux sont basés sur des instruments, à l'exception de " Let's Go " et " So So Bad ".
Antisommeil Vol._03/Antisommeil Vol. 03 :
Antisommeil Vol. 03 est le quatrième album studio du projet multi-genres américain Blue Stahli, et le troisième album instrumental, après Antisleep Vol. 01 et Antisleep Vol. 02, les précommandes sont devenues disponibles le 22 novembre 2012, toutes les précommandes sont venues avec "Atom Smasher", la première chanson officiellement sortie de l'album, et l'album complet est sorti le 18 décembre 2012.
Antisommeil Vol._04/Antisommeil Vol. 04 :
Antisommeil Vol. 04 est le sixième album studio du projet multi-genre américain Blue Stahli, et le quatrième de la série instrumentale Antisleep. C'est le premier de la série à sortir en "chapitres". Le premier a été achevé et sorti, par surprise, le 5 juin 2015. L'album complet, qui comprend 6 titres supplémentaires, est sorti le 25 août 2017. Il s'agit du dernier album de Blue Stahli à être publié par FiXT Music. , car il est parti sans aucune annonce préalable.
Antisocial/Antisocial :
Antisocial peut faire référence à :
Antisocial (Ed_Sheeran_and_Travis_Scott_song)/Antisocial (chanson d'Ed Sheeran et Travis Scott) :
" Antisocial " est une chanson de l'auteur-compositeur-interprète anglais Ed Sheeran et du rappeur et chanteur américain Travis Scott pour le quatrième album studio de l'ancien, No.6 Collaborations Project (2019). Il est sorti le 12 juillet 2019, comme l'un des deux sixièmes singles de l'album, avec " South of the Border ".
Antisocial (Trust_song)/Antisocial (Trust song) :
" Antisocial " est une chanson du groupe de hard rock français Trust , extraite de leur album Répression . La chanson a été écrite par Bernie Bonvoisin et Norbert Krief. Fait inhabituel pour un morceau de hard rock, il a été diffusé sur les radios grand public RTL et France Inter, aidant l'album à se vendre à plus de 800 000 exemplaires en 1980. Évoquant une société déshumanisée, individualiste et brutale, les paroles captent l'aliénation d'une génération désabusée par les excès. de ses aînés et la crise pétrolière de 1973. Selon la critique rock Michka Assayas, "Antisocial" est "l'hymne qui a définitivement enterré les Trente Glorieuses".
Antisocial (album)/Antisocial (album) :
Antisocial est le premier album complet sorti par Turn, un trio de rock irlandais de Kells, dans le comté de Meath. Turn a commencé à enregistrer l'album vers 1998 et l'un des morceaux ("Beretta") est apparu sur l'EP Check My Ears, que le groupe a sorti en 2000. L'album est sorti sur Infectious Records en 2000 avec des critiques favorables en Irlande et en Grande-Bretagne. presse. Des tournées constantes avant et après sa sortie ont valu au groupe une large base de fans irlandais et britanniques et ils ont joué une multitude de spectacles à guichets fermés dans les deux pays.
Antisocial (film)/Antisocial (film) :
Antisocial est un film d'horreur canadien de 2013 et le premier long métrage de Cody Calahan. Le film a eu sa première mondiale le 31 juillet 2013 au Festival du film Fantasia et une suite intitulée Antisocial 2 est sortie en 2015. Les deux films sont principalement centrés sur Sam, une jeune femme qui se retrouve au milieu d'une pandémie où les malades commencent soudainement montrant des symptômes étranges et un comportement violent.
Trouble_de la personnalité antisociale/Trouble de la personnalité antisociale :
Le trouble de la personnalité antisociale (ASPD ou rarement APD) est un trouble de la personnalité caractérisé par un schéma à long terme de mépris ou de violation des droits d'autrui ainsi que par une difficulté à maintenir des relations à long terme. Une conscience faible ou inexistante est souvent apparente, ainsi que des antécédents d'infraction aux règles qui peuvent parfois conduire à enfreindre la loi, une tendance à la toxicomanie et un comportement impulsif et agressif. Les comportements antisociaux apparaissent souvent avant l'âge de 8 ans, et dans près de 80 % des cas de TSA, le sujet développera ses premiers symptômes vers l'âge de 11 ans. La prévalence du TSA culmine chez les personnes âgées de 24 à 44 ans, et diminue souvent chez les personnes âgées de 45 à 64 ans. Aux États-Unis, le taux de trouble de la personnalité antisociale dans la population générale est estimé entre 0,5 et 3,5 %. Cependant, les paramètres peuvent grandement influencer la prévalence de l'ASPD. Dans une étude réalisée par Donald W. Black MD, un échantillonnage aléatoire de 320 délinquants nouvellement incarcérés a révélé que l'ASPD était présente chez plus de 35 % des personnes interrogées. Le trouble de la personnalité antisociale est défini dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), tandis que le le concept équivalent de trouble de la personnalité dissociale (DPD) est défini dans la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM); la principale distinction théorique entre les deux est que le trouble de la personnalité antisociale se concentre sur les comportements observables, tandis que le trouble de la personnalité dissociale se concentre sur les déficits affectifs. Sinon, les deux manuels fournissent des critères similaires pour diagnostiquer le trouble. Tous deux ont également déclaré que leurs diagnostics ont été qualifiés de psychopathie ou de sociopathie. Cependant, certains chercheurs ont établi des distinctions entre les concepts de trouble de la personnalité antisociale et de psychopathie, de nombreux chercheurs affirmant que la psychopathie est un trouble qui chevauche mais se distingue de l'ASPD.
Antisocialites/Antisocialites :
Antisocialites est le deuxième album studio du groupe indie pop canadien Alvvays, sorti le 8 septembre 2017 via Polyvinyl, Royal Mountain, Transgressive et Inertia.
Antisolabis/Antisolabis :
Antisolabis est un genre de perce-oreilles, le seul membre de la sous-famille des Antisolabiinae. Il a été cité par Srivastava dans la partie 2 de Fauna of India. Il a également été cité à une date antérieure par Steinmann dans sa publication, The Animal Kingdom en 1986, 1989, 1990 et 1993.
Point antisolaire/Point antisolaire :
Le point antisolaire est le point abstrait sur la sphère céleste directement opposé au Soleil du point de vue d'un observateur. Cela signifie que le point antisolaire se situe au-dessus de l'horizon lorsque le Soleil est en dessous, et vice versa. Par une journée ensoleillée, le point antisolaire peut être facilement trouvé; il est situé dans l'ombre de la tête de l'observateur. Comme le zénith et le nadir, le point antisolaire n'est pas fixe dans l'espace tridimensionnel, mais est défini par rapport à l'observateur. Chaque observateur a un point antisolaire qui se déplace lorsque l'observateur change de position. Le point antisolaire forme le centre géométrique de plusieurs phénomènes optiques, notamment les halos sous-horizons, les arcs-en-ciel, les gloires, le spectre de Brocken et l'heiligenschein. Parfois, au coucher ou au lever du soleil, les rayons anticrépusculaires semblent converger vers le point antisolaire près de l'horizon. Cependant, il s'agit d'une illusion d'optique causée par la perspective ; en réalité, les "rayons" (c'est-à-dire les bandes d'ombre) sont presque parallèles les uns aux autres. Également autour du point antisolaire, le gegenschein est souvent visible dans un ciel nocturne sans lune loin des lumières de la ville, résultant de la rétrodiffusion de la lumière du soleil par interplanétaire poussière. En astronomie, la pleine Lune ou une planète en opposition se trouve près du point antisolaire. Lors d'une éclipse lunaire totale, la pleine Lune entre dans l'ombre de l'ombre de la Terre, que la planète projette sur son atmosphère, dans l'espace et vers le point antisolaire.
Antisolarium/Antisolarium :
Antisolarium est un genre d'escargots de mer, mollusques gastéropodes marins de la famille des Trochidae, les coquilles supérieures.
Antisolarium egenum/Antisolarium egenum :
Antisolarium egenum est un petit escargot de mer, un mollusque gastéropode marin de la famille des Trochidae, les coquilles supérieures.
Antisophira/Antisophira :
Antisophira est un genre de tephritidés ou de mouches des fruits de la famille des Tephritidae.
Antipique Deux/Antipique Deux :
Antispades Twos (également connu sous le nom d'Antispades Weak Twos) est le nom d'une convention d'enchères dans le bridge du jeu de cartes. Il s'agit d'une ouverture préemptive à deux niveaux basée sur une couleur à 6 cartes ou une combinaison à deux couleurs avec au moins neuf cartes réparties sur deux couleurs. L'ouverture 2♣ promet 5-10 HCP et soit une combinaison de trèfle à 6 cartes, soit des trèfles et des carreaux, soit des trèfles et des piques. L'ouverture 2♦ promet 5-10 HCP et soit un costume de diamant à 6 cartes, soit des carreaux et des cœurs, soit des carreaux et des piques. L'ouverture 2♥ promet 5-10 HCP et soit une couleur de cœur à 6 cartes, soit des cœurs et des piques, soit des cœurs et des trèfles. L'ouverture 2♠ est artificielle et très forte, promettant soit 23+ HCP équilibrés, soit une main de 16+ HCP et quatre perdants ou mieux. costume de carte. Le répondeur ne sait pas non plus si l'ouvreur est uni ou bicolore et s'il est prudent de rechercher un meilleur ajustement.
Antispasmodique/Antispasmodique :
Un antispasmodique (synonyme : spasmolytique) est un médicament pharmaceutique ou un autre agent qui supprime les spasmes musculaires.
Anticorps anti-spermatozoïdes/Anticorps anti-spermatozoïdes :
Les anticorps anti-spermatozoïdes (ASA) sont des anticorps produits contre les antigènes du sperme.
Anti-éclaboussures/Anti-éclaboussures :
Antispila est un genre de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Jacob Hübner en 1825.
Antispila ampelopsia/Antispila ampelopsia :
Antispila ampelopsia est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Kyushu et Yakushima). L'envergure est de 4,5 à 5,5 mm. Les ailes antérieures sont bronzées foncées avec des reflets rougeâtres. La surface terrière est brillante de bronze plombé. Les marques sont argentées métalliques, avec des reflets jaunâtres ou bleutés. Les ailes postérieures sont fuscous avec de faibles éclats violacés. Les adultes apparaissent à la mi-août, à la mi-septembre et à la fin juin. Il y a deux à trois générations par an. Les larves se nourrissent d'Ampelopsis glandulosa et de Vitis flexuosa. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une mine tachetée pleine profondeur. Il est semi-transparent, blanchâtre et légèrement teinté de vert jaunâtre. La zone d'alimentation mesure 74–120 mm de long et s'étend généralement jusqu'à la zone apicale ou la zone marginale de la feuille. Une mine est faite sur une seule feuille. Les excréments sont noirâtres et se déposent en grains dispersés en ligne en zigzag. Les larves créent un étui qui est découpé à l'extrémité de la mine. Les larves se trouvent fin juillet, mi-août et de fin septembre à mi-octobre.
Antispila ampelopsifoliella/Antispila ampelopsifoliella :
Antispila ampelopsifoliella est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve dans l'est de l'Amérique du Nord, notamment dans le Connecticut, le Kentucky, l'État de New York, le Vermont et l'Ontario. Les larves se nourrissent de Parthenocissus quinquefolia. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine commence par une galerie contorsionnée relativement longue avec de minces excréments brisés, ou lorsqu'elle longe la marge dans un parcours plus droit, puis agrandie brusquement en une tache allongée ou une large galerie. Ici, les excréments sont dispersés au milieu. La galerie étroite précoce peut être aussi longue que la tache allongée. La mine peut être trouvée dans n'importe quelle partie de la feuille. Les larves sont blanc jaunâtre avec une tête noire.
Antispila argentifera/Antispila argentifera :
Antispila argentifera est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Annette Frances Braun en 1927. On le trouve en Amérique du Nord, y compris en Ontario. Les larves se nourrissent d'espèces de bouleaux. Ils minent les feuilles de leur plante hôte.
Antispila argostoma/Antispila argostoma :
Antispila argostoma est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1916. On le trouve en Inde. Les larves se nourrissent de Cayratia trifolia.
Antispila aristarcha/Antispila aristarcha :
Antispila aristarcha est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1916. On le trouve en Inde. L'envergure des ailes est de 4 à 5 mm. Les ailes antérieures sont bronzées foncées. Le quart basal de l'aile est cuivré violacé brillant. Les marques sont argentées métalliques. Les ailes postérieures sont grises. Les larves se nourrissent des espèces de Vitis. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache transparente. De nombreuses larves se trouvent sur une seule feuille.
Antispila aurirubra/Antispila aurirubra :
Antispila aurirubra est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Annette Frances Braun en 1915. On le trouve dans l'État américain de Californie. L'envergure est de 7 à 8 mm. Le thorax et les ailes antérieures sont brillants et de couleur variable, selon la direction de la lumière allant de l'or verdâtre au bronze rougeâtre brillant. Les ailes postérieures sont gris foncé, mais violettes vers l'apex. Les larves se nourrissent des espèces de Cornus. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache brunâtre.
Antispila chlorosema/Antispila chlorosema :
Antispila chlorosema est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve au Chili.
Antispila cleyerella/Antispila cleyerella :
Antispila cleyerella est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae endémique du Japon. La longueur des ailes antérieures est de 2,8 à 3,3 millimètres (0,11 à 0,13 po). Les ailes antérieures sont fuscous sombres avec des reflets violets. Les ailes postérieures sont fuscous foncées. Les adultes volent de fin avril à début mai. Les larves se nourrissent de Cleyera japonica. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a initialement la forme d'une mine linéaire en spirale, mais devient plus tard une tache pleine profondeur. Les mines et les larves peuvent être trouvées de la fin mars à la mi-avril. Les larves adultes découpent un étui dans lequel la nymphose a lieu.
Antispila corniella/Antispila corniella :
Antispila corniella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Kyushu). L'envergure est de 5 à 6 mm. Les ailes antérieures sont fuscous bronze foncé avec des reflets cuivrés, devenant des reflets violacés sur la moitié apicale. La surface terrière est brillante de plomb-fuscous et l'étoffe est argentée-métallique avec des reflets jaunes ou bleutés. Les ailes postérieures sont fuscous pâles avec de faibles éclats violacés. Les papillons adultes apparaissent généralement de fin juillet à août. Annuellement, les générations successives remplacent les générations précédentes. Les larves se nourrissent de Cornus controversa et de Cornus brachypoda. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache linéaire pleine profondeur. Il est blanchâtre, semi-transparent et s'étend en ligne le long du bord des feuilles ou en ligne ondulée. La mine s'élargit progressivement. Après la troisième mue, la mine se développe en une tache vert blanchâtre. Une ou deux mines peuvent être trouvées dans une seule feuille. Les excréments sont noirâtres et se déposent en ligne dans la partie linéaire de la mine. Dans la tache, il apparaît comme une grande tache noire au milieu de la mine. Les larves peuvent être trouvées de septembre à octobre. Les larves adultes découpent un étui à l'extrémité de la mine et descendent au sol. Ils hibernent dans ce cas. La nymphose a lieu au début du mois de juin de l'année suivante.
Antispila cornifoliella/Antispila cornifoliella :
Antispila cornifoliella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Alberta, au Maryland, en Ohio, en Ontario, en Pennsylvanie et au Québec. Les larves se nourrissent des espèces de Cornus. Ils minent les feuilles de leur plante hôte, généralement en septembre. Chez la larve, la tête et le bouclier sont brun foncé. La majeure partie du reste de son corps est blanche. Pour les adultes, le corps est principalement brun foncé, avec des ailes postérieures brun violacé.
Antispila cyclosema/Antispila cyclosema :
Antispila cyclosema est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1921. On le trouve au Brésil.
Antispila distyliella/Antispila distyliella :
Antispila distyliella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. On le trouve sur les îles Ryukyu au Japon. La longueur des ailes antérieures est de 3,1 à 3,8 millimètres (0,12 à 0,15 po). Les ailes antérieures sont fuscous sombres avec des reflets violets et deux taches dorsales blanc argenté avec des reflets métalliques. Les ailes postérieures sont pâles fuscous avec des reflets métalliques. Les adultes émergent du début à la mi-juin. Les larves se nourrissent de Distylium racemosum. Ils minent dans une lame de la plante hôte. Initialement, la mine a la forme d'une mine linéaire tortueuse sur la couche palissadique. Plus tard, il devient une mine de tache pleine profondeur. Les larves adultes fabriquent un étui en utilisant des couches épidermiques en coupant la feuille. Ils scellent le boîtier et tombent au sol. La nymphose a lieu dans le cas. Les larves peuvent être trouvées de fin mars à début avril.
Antispila eugeniella/Antispila eugeniella :
Antispila eugeniella est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par August Busck en 1900. On le trouve dans l'état américain de Floride. L'envergure est de 3,8 mm. Les palpes, la face, la tête, le thorax et les ailes antérieures sont d'un violet foncé brillant. Il y a un fascia doré métallique au milieu de l'aile antérieure. Les ailes postérieures sont gris foncé avec des reflets métalliques. Les larves se nourrissent des espèces Eugenia. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une mine à tache supérieure. Une fois adulte, il découpe une caisse ovale qui tombe au sol.
Antispila freemani/Antispila freemani :
Antispila freemani est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par J. Donald Lafontaine en 1973. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Ontario et en Colombie-Britannique. Les larves se nourrissent de Cornus canadensis.
Antispila hikosana/Antispila hikosana :
Antispila hikosana est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Kyushu). L'envergure est de 8 à 9 mm. Les ailes antérieures sont bronzées-fucus avec des reflets cuivrés, devenant des reflets violacés vers l'apex. La zone basale est plombée foncée brillante et les marques sont métalliques dorées pâles. Les ailes postérieures sont fuscous pâles avec de faibles éclats violacés. Les adultes apparaissent d'avril à début mai. Il y a une génération par an. Les larves se nourrissent de Cornus controversa et de Cornus brachypoda. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache linéaire pleine profondeur. La mine linéaire s'étend le long du bord de la feuille. Il est fuscous grisâtre pâle et la largeur augmente progressivement. La larve du quatrième stade crée une mine de taches qui s'étend le long ou près de la marge des feuilles. Habituellement, une mine se trouve dans une seule feuille. Les excréments sont noirâtres et se déposent en rang occupant toute la largeur de la galerie dans la partie linéaire de la mine. Dans la mine tachetée, elle est disséminée de façon irrégulière. Les larves se trouvent de fin mai à juin. Les larves adultes découpent un étui et descendent au sol début juillet. Ils hibernent dans ce cas et se nymphosent au printemps de l'année suivante.
Antispila hydrangaeella/Antispila hydrangaeella :
Antispila hydrangaeella est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il est répandu dans l'est des États-Unis, notamment en Géorgie, en Illinois, au Kentucky et en Caroline du Nord. Cependant, les recherches suggèrent que deux espèces pourraient être impliquées sous ce nom. Les larves se nourrissent d'Hydrangea arborea. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. Les mines de la population de Caroline du Nord ont la forme de longues galeries, suivant souvent une veine et se terminant par une tache avec des excréments verdâtres à bruns. Les mines de Géorgie sont différentes. La première mine galerie est très tordue dans une petite zone et contient des excréments noirs. Il se termine par une mine allongée avec des excréments dispersés noirâtres.
Antispila hydrangifoliella/Antispila hydrangifoliella :
Antispila hydrangifoliella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Kyushu). L'envergure est de 5 à 6 mm. Les ailes antérieures sont bronzées foncées avec de faibles reflets. La zone basale est bronze plombé brillant et les marques sont blanc argenté, avec de faibles reflets métalliques. Les ailes postérieures sont fuscous pâles, avec de faibles éclats violacés. Les adultes apparaissent de fin juillet à début août. Il y a une génération par an. Les larves se nourrissent d'Hydrangea macrophylla et d'Hydrangea petiolaris. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache linéaire pleine profondeur. La mine linéaire est vert jaunâtre pâle à brun pâle et semi-transparente. Il se déroule comme une galerie ondulée irrégulière, quelque peu confinée par les nervures des feuilles. Après la troisième mue de la larve, la mine s'étend en une tache irrégulière, semi-transparente, vert blanchâtre, souvent le long du bord des feuilles. Habituellement, une mine se trouve dans une seule feuille, bien que parfois deux mines soient faites. Les excréments sont noirâtres et se déposent en rang occupant toute la largeur de la galerie dans la partie linéaire de la mine. Dans la mine tachetée, il est finement éparpillé et parfois déposé le long de la marge de la mine. Les larves se trouvent de la mi à la fin octobre. Les larves adultes découpent un étui dans lequel elles hibernent. La nymphose a lieu à la mi-juillet.
Antispila inouei/Antispila inouei :
Antispila inouei est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1987. On le trouve au Japon. Les larves se nourrissent de Vitis coignetiae et de Vitis labruscana. Ils minent les feuilles de leur plante hôte.
Antispila isabelle/Antispila isabelle :
Antispila isabella est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve en Ontario, au Connecticut, en Géorgie, au Kentucky, à New York, en Pennsylvanie et au Vermont. Cependant, la recherche conclut qu'un complexe d'espèces est impliqué sous ce nom. Les larves se nourrissent de Vitis aestivalis, Vitis labrusca et Vitis riparia. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. Les mines sont relativement grandes. Aucune galerie n'est visible et la mine a la forme d'une grande tache, avec une tache arrondie d'excréments rougeâtres vers le début, probablement attachée à l'épiderme supérieur, et des excréments noirs dispersés dans toute la mine.
Antispila isorrhythma/Antispila isorrhythma :
Antispila isorrhythma est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1926. On le trouve en Inde. L'envergure est d'environ 4 mm. Les ailes antérieures sont grises, irritées de noirâtre. Les marques sont blanches et brillantes. Les ailes postérieures sont gris pâle. Les larves se nourrissent des espèces de Vitis. Ils minent les feuilles de leur plante hôte.
Antispila iviella/Antispila iviella :
Antispila iviella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Yakushima). L'envergure est de 5 à 6 mm. Les ailes antérieures sont bronzées foncées avec des reflets cuivrés, devenant des reflets violacés vers l'apex et le termen. La zone basale est plomb foncé brillant et les marques sont plutôt surélevées et argentées-métalliques teintées de doré pâle. Les ailes postérieures sont pâles fuscous avec de faibles éclats. Les adultes apparaissent en juillet. Les larves se nourrissent de Parthenocissus tricuspidata. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache linéaire pleine profondeur. La larve fait d'abord une mine linéaire brun blanchâtre, qui devient plus tard une galerie ondulée irrégulière, parfois en forme de spirale au début. Après avoir continué à s'alimenter dans cette piste linéaire sur une certaine distance, la mine se développe assez brusquement en une tache irrégulière brun pâle. Les excréments sont brun noirâtre et se déposent en ligne le long du centre de la mine linéaire. Dans la mine tachetée, il est dispersé dans une grande tache brun pâle au milieu de la mine. Les larves ont été enregistrées fin octobre. Les larves adultes découpent un étui dans lequel elles hibernent.
Antispila kunyuensis/Antispila kunyuensis :
Antispila kunyuensis est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. On le trouve en Chine (péninsule du Shandong).
Antispila merinaella/Antispila merinaella :
Antispila merinaella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Paulian et Viette en 1955. On le trouve à Madagascar.
Mésogramme antispila/mésogramme antispila :
Antispila mesogramma est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1921. On le trouve au Pérou.
Antispila metallella/Antispila metallella :
Antispila metallella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. On le trouve de la Scandinavie aux Pyrénées, aux Alpes et à la Roumanie et de la Grande-Bretagne à la Russie. L'envergure est de 8 à 9 mm. Les adultes sont bronzés métalliques avec des marques métalliques plus claires. Elles volent en mai. Les larves se nourrissent de Cornus alba, Cornus mas et Cornus sanguinea. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine commence comme un court couloir près de la marge des feuilles. Il s'élargit ensuite en une grande tache, qui dépasse souvent le couloir initial. La larve adulte fait une excision ovale dans laquelle elle laisse tomber le sol. Ils continuent à se nourrir de l'intérieur de cette excision qui sert maintenant d'étui. La nymphose a lieu à l'intérieur de l'étui. Les larves peuvent être trouvées de juillet à août.
Antispila nolckeni/Antispila nolckeni :
Antispila nolckeni est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Philipp Christoph Zeller en 1877. On le trouve en Colombie.
Antispila nysaefoliella/Antispila nysaefoliella :
Antispila nysaefoliella (tupelo mineuse) est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve dans le sud-est de l'Amérique du Nord. L'envergure est d'environ 8 mm. Les adultes volent au printemps. Les larves se nourrissent de Nyssa sylvatica. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine est en forme de tache et a tendance à s'étendre radialement et devient généralement de forme plus oblongue aux stades ultérieurs. Les derniers stades forment un bouclier double face de forme ovale en s'enveloppant de soie entre les couches de mine supérieure et inférieure. Ils coupent ensuite le bouclier et descendent dans la litière de feuilles pour la nymphose. Les larves peuvent être trouvées de fin août à début septembre.
Antispila oinophylla/Antispila oinophylla :
Antispila oinophylla est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve en Amérique du Nord, notamment en Ontario, au Québec, au Connecticut, en Géorgie, au Kentucky, à New York, au Tennessee et au Vermont. Les signalements sous Antispila ampelopsifoliella du Maine, du Missouri et de l'Ohio peuvent également faire partiellement référence à cette espèce. En Europe, il est introduit dans le nord de l'Italie. L'envergure est de 5,5 à 6,2 millimètres (0,22 à 0,24 po). En Amérique du Nord, des larves ont été trouvées se nourrissant de Vitis aestivalis (var. aestivalis et var. bicolor), Vitis labrusca, Vitis riparia et Vitis vulpina. En Italie, des mines ont été trouvées sur divers cultivars de Vitis vinifera, des hybrides et des raisins franco-américains. Une préférence pour certains cultivars de raisin (par exemple Cabernet Sauvignon, Chardonnay, Muscat) est suggérée à partir d'observations effectuées dans des vignobles de cultivars mixtes. Des mines actives ont également été trouvées sur Parthenocissus quinquefolia. Les larves minent les feuilles de leur plante hôte. La mine commence par une galerie plutôt droite ou légèrement tordue vers la veine, formant généralement un angle droit et suivant souvent la veine sur une courte distance. Il se détourne ensuite à nouveau de la veine où il se dilate en une tache. La portion de galerie, de longueur variable, est généralement ultérieurement incorporée à la mine à tache. Les excréments sont linéaires, occupent généralement toute la largeur de la mine, mais se déposent parfois en une fine ligne. Dans la tache, une grande partie des excréments brun noirâtre est déposée près de l'origine en lignes d'excréments concentriques semi-circulaires.
Antispila orbiculella/Antispila orbiculella :
Antispila orbiculella est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Kyushu et Yakushima). L'envergure est de 4 à 4,5 mm. Les ailes antérieures sont bronzées foncées avec des reflets rougeâtres. La surface terrière est brillante de bronze plombé. Les marques sont argentées métalliques avec des reflets jaunâtres ou bleutés. Les ailes postérieures sont fuscous pâles avec de faibles éclats violacés. Les adultes apparaissent de la mi-juin au début juillet. Il y a une génération par an. Les larves se nourrissent d'Ampelopsis glandulosa. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une mine de tache orthogène pleine profondeur. Il est brun verdâtre pâle, bien que la zone centrale soit brun noirâtre. Habituellement, une mine se trouve sur une seule feuille, mais parfois deux ou trois peuvent être trouvées. La mine s'étend généralement entre deux nervures de la feuille. Les excréments sont brun noirâtre et se déposent en grains dans un cercle autour de la zone centrale, bien que certains excréments soient enduits à l'intérieur de l'épiderme de la zone centrale de la mine. Les larves peuvent être trouvées en train de se nourrir de fin août à septembre. Les larves adultes créent un étui qui est découpé dans la partie centrale de la mine et descend jusqu'au sol. Ils hibernent dans ce cas. La nymphose a lieu fin mai de l'année suivante.
Antispila orthodelta/Antispila orthodelta :
Antispila orthodelta est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1931. On le trouve au Brésil.
Antispila pentalitha/Antispila pentalitha :
Antispila pentalitha est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1916. On le trouve en Guyane.
Antispila postscripta/Antispila postscripta :
Antispila postscripta est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1921. On le trouve au Pérou.
Antispila praecincta/Antispila praecincta :
Antispila praecincta est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1921. On le trouve au Brésil.
Antispila pourpre/Antispila pourpre :
Antispila purplella est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1961. On le trouve au Japon (Kyushu). L'envergure des ailes est de 6,5 à 7,5 mm. Les ailes antérieures sont bronzées foncées avec des reflets rougeâtres ou violacés. La surface terrière est sombre plombée-fucus et l'étoffe est argentée-métallique avec des reflets un peu cuivrés. Les ailes postérieures sont fuscous avec de faibles éclats violacés. Les adultes apparaissent début juin. Il y a une génération par an. Les larves se nourrissent de Cornus controversa et de Cornus brachypoda. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine a la forme d'une tache linéaire pleine profondeur. La mine linéaire s'étend le long du bord de la feuille. Il est fuscous grisâtre pâle et la largeur augmente progressivement. La larve du quatrième stade crée une mine de taches qui s'étend le long ou près de la marge des feuilles. Habituellement, une mine se trouve dans une seule feuille. Les excréments sont noirâtres et se déposent en rang occupant toute la largeur de la galerie dans la partie linéaire de la mine. Dans la mine tachetée, il est finement éparpillé et parfois déposé le long de la marge de la mine. Les larves se trouvent de fin septembre à début octobre. Les larves adultes découpent un étui dans lequel elles tombent au sol. La nymphose a lieu fin mai de l'année suivante.
Antispila tateshinensis/Antispila tateshinensis :
Antispila tateshinensis est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1987. On le trouve au Japon. Les larves se nourrissent de Vitis coignetiae. Ils minent les feuilles de leur plante hôte.
Antispila treitschkiella/Antispila treitschkiella :
Antispila treitschkiella est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve de la Grande-Bretagne à l'Ukraine et de la Suède à la France, l'Italie et la Grèce. On le trouve aussi au Portugal. L'envergure est d'environ 6 mm. Les adultes volent de fin avril à début juin et de juillet à août. Les larves se nourrissent de Cornus mas et Cornus sanguinea. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine commence par un couloir d'environ 10 mm suivant de près la marge foliaire et contenant beaucoup d'excréments. Plus tard, la direction s'inverse et se transforme en une tache de pleine profondeur. Ici, les excréments se déposent en grains épars. Les larves adultes recouvrent une section ovale au bord de la tache d'une couche de soie. Ils le coupent ensuite et tombent au sol à l'intérieur. Les larves peuvent être trouvées en juillet et de fin août à début octobre. L'espèce hiverne au stade larvaire, à l'intérieur de l'étui.
Antispila trypherantis/Antispila trypherantis :
Antispila trypherantis est un papillon nocturne de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Edward Meyrick en 1916. On le trouve en Guyane. L'envergure est de 7 mm. Les ailes antérieures sont fuscous foncées, avec des marques blanchâtres dorées brillantes. Les ailes postérieures gris foncé.
Antispila uenoi/Antispila uenoi :
Antispila uenoi est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Il a été décrit par Kuroko en 1987. On le trouve au Japon. En 2018, l'espèce a été trouvée en Chine. Les larves se nourrissent de Vitis coignetiae et de Vitis labruscana. Ils minent les feuilles de leur plante hôte.
Antispila viticordifoliella/Antispila viticordifoliella :
Antispila viticordifoliella est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. Les recherches suggèrent que deux espèces pourraient être impliquées sous ce nom, l'une se nourrissant des espèces de Vitis que l'on trouve au Kentucky et en Pennsylvanie et l'autre des espèces de Parthenocissus, que l'on trouve en Ontario, au Connecticut, en Floride, à New York et au Vermont. Les larves se nourrissent de Vitis vulpina et de Parthenocissus quinquefolia. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. Chez Parthenocissus quinquefolia, la mine est dépourvue de galerie au départ et a la forme d'une tache allongée elliptique, courant souvent le long ou près du bord foliaire. Les excréments sont parfois regroupés en touffe, mais plus généralement répartis en une large ligne irrégulière. Les larves sont jaunes avec la tête presque noire.
Antispila voraginelle/Antispila voraginelle :
Antispila voraginella est une espèce de papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve dans les montagnes Rocheuses, notamment en Utah, en Arizona et dans l'ouest du Texas. Il n'y a probablement qu'une seule génération par an, les adultes émergeant d'avril à juin. Les larves se nourrissent de Vitis arizonica. Ils minent les feuilles de leur plante hôte et sont généralement grégaires avec des mines formant de grandes taches pâles. Des larves ont été trouvées en juin et juillet dans la partie nord de l'aire de répartition, mais jusqu'en septembre dans les zones de mousson au sud.
Antispilina ludwigi/Antispilina ludwigi :
Antispilina ludwigi est un papillon de nuit de la famille des Heliozelidae. On le trouve en Allemagne, en Pologne et en République tchèque. Les larves se nourrissent de Persicaria bistorta. Ils minent les feuilles de leur plante hôte. La mine commence comme une tache de pleine profondeur, qui se développe dans toutes les directions. Il y a principalement plusieurs de ces taches dans une seule feuille. Les excréments sont granuleux et de couleur vert noirâtre. Il est déposé au milieu de la mine. Les larves adultes font une excision ronde ou ovale qu'elles utilisent pour quitter la mine en tombant au sol, où la nymphose a lieu. Les larves peuvent être trouvées en juillet.
Antissa/Antissa :
Antissa ( grec ancien : Ἄντισσα ) était une ville de l'île de Lesbos ( Lesvos ), près du cap Sigrium , la pointe ouest de Lesbos. L'endroit avait un port. Les ruines trouvées par Richard Pococke à Calas Limneonas, un peu au NE. du cap Sigri, peut-être ceux d'Antissa. Cet endroit était le lieu de naissance de Terpander, qui serait l'inventeur de la lyre à sept cordes. Selon l'historien local Myrsile de Méthymne, la tradition locale veut que la tête d'Orphée ait flotté vers le sud depuis l'Hébros après avoir été décapité et qu'elle ait flotté vers le sud pour atterrir sur la rive du territoire d'Antissan : l'endroit était marqué par une tombe où, selon Myrsilus, les rossignols chantaient plus doucement qu'ailleurs. Antissa existe aujourd'hui en tant que village sur Lesbos. A proximité du village se trouve la grotte d'Orphée. Le village a un ancien nom alternatif, il s'appelle "Τελώνια" qui peut être traduit par sprite.
Antissa (mythologie) / Antissa (mythologie):
Dans la mythologie grecque , Antissa ( grec ancien : Ἄντισσα ) était une princesse de Lesbos en tant que fille du roi Macar et sœur de Methymna , Mytilène , Agamede , Arisbe et Issa . Ses frères étaient Cydrolaus, Neandrus, Leucippus et Eresus. Elle était l'éponyme de la ville d'Antissa sur ladite île. Dans certains récits, Antissa aurait plutôt été la femme de Macareus.
Antissinae/Antissinae :
Antissinae est une sous-famille de mouches soldats de la famille des Stratiomyidae. Il existe environ 8 genres et 25 espèces décrites à Antissinae.
Antist/Antist :
Antist est une commune du département des Hautes-Pyrénées dans le sud-ouest de la France.
Pénicillines antistaphylococciques/Pénicillines antistaphylococciques :
Les pénicillines antistaphylococciques sont un composé chimique. Il s'agit d'une classe d'antibiotiques bêta-lactamines utilisés pour traiter les infections causées par des bactéries.
Anti-étoile/Anti-étoile :
Antistar peut se référer à : "Antistar", une chanson de l'album studio 100th Window du groupe de musique Massive Attack Antistar, une orientation diamétralement opposée à la direction d'une étoile parfois utilisée pour décrire la direction de la queue d'une comète Louise Brooks : Portrait d'un Anti-star , un livre de 1977 sur l'actrice Louise Brooks AntiStar (album), un album de 2003 de Marshmallow Coast Nordend Antistars, un groupe avec le chanteur Stephan Weidner "Anti-star", surnom de musicien, chanteur, compositeur et cinéaste Kevin Coyne Anti-StAR, un anticorps pour la protéine régulatrice aiguë stéroïdogène (StAR) Anti-star, un type conjecturé d'étoile formée à partir d'antimatière
Antistasea/Antistasea :
Antistasea est un genre de mouches à poils de la famille des Tachinidae. Il existe au moins trois espèces décrites à Antistasea.
Antistaséopsis/Antistaséopsis :
Antistaseopsis est un genre de mouches à poils de la famille des Tachinidae. Il existe au moins une espèce décrite dans Antistaseopsis, A. brasiliensis.
Antistathmoptera/Antistathmoptera :
Antistathmoptera est un genre de papillons de nuit de la famille des Saturniidae décrit pour la première fois par Tams en 1935.
Antistathmoptera daltonae/Antistathmoptera daltonae :
Antistathmoptera daltonae est un papillon de nuit de la famille des Saturniidae décrit par Tams en 1935. On le trouve en Tanzanie, au Malawi, au Mozambique, en Afrique du Sud, au Zimbabwe et en Zambie.
Antistatique (bande)/Antistatique (bande) :
Antistatic était un groupe de hard rock/alternatif formé fin 2003 à Perth, en Australie occidentale.
Agent antistatique/Agent antistatique :
Un agent antistatique est un composé utilisé pour le traitement des matériaux ou de leurs surfaces afin de réduire ou d'éliminer l'accumulation d'électricité statique. La charge statique peut être générée par l'effet triboélectrique ou par un processus sans contact utilisant une source d'alimentation à haute tension. Une charge statique peut être introduite sur une surface dans le cadre d'un processus d'impression d'étiquettes dans le moule. Le rôle d'un agent antistatique est de rendre la surface ou le matériau lui-même légèrement conducteur, soit en étant lui-même conducteur, soit en absorbant l'humidité de l'air ; par conséquent, certains humectants peuvent être utilisés. Les molécules d'un agent antistatique ont souvent des zones à la fois hydrophiles et hydrophobes, similaires à celles d'un tensioactif ; le côté hydrophobe interagit avec la surface du matériau, tandis que le côté hydrophile interagit avec l'humidité de l'air et lie les molécules d'eau. Les agents antistatiques internes sont conçus pour être mélangés directement dans le matériau, les agents antistatiques externes sont appliqués sur la surface. Les agents antistatiques courants sont basés sur des amines aliphatiques à longue chaîne (éventuellement éthoxylées) et des amides, des sels d'ammonium quaternaire (par exemple, le chlorure de béhentrimonium ou la cocamidopropyl bétaïne), des esters d'acide phosphorique, des esters de polyéthylèneglycol ou des polyols. Les agents antistatiques migrateurs traditionnels comprennent les alkylphénols à longue chaîne, les amines éthoxylées et les esters de glycérol, tels que le monostéarate de glycérol. Les agents antistatiques migrants offrent une protection rentable pour les applications à court terme, mais d'autres applications nécessitent une protection à plus long terme ou la résistivité plus faible requise pour éviter les étincelles et protéger l'électronique de la dissipation électrostatique. Ces applications utilisent des agents antistatiques permanents ou des additifs conducteurs tels que le noir de carbone, les fibres conductrices et les nanomatériaux. Un agent antistatique pour le traitement des revêtements peut également impliquer un liquide ionique ou une solution d'un sel dans un liquide ionique. L'oxyde d'indium et d'étain peut être utilisé comme revêtement antistatique transparent des fenêtres. Il est également possible d'utiliser des polymères conducteurs, comme le PEDOT : PSS et des nanofibres de polymères conducteurs, notamment des nanofibres de polyaniline. En général, ces systèmes ne sont pas très durables pour le revêtement, en particulier l'oxyde d'antimoine et d'étain est utilisé pour les systèmes durables, souvent sous sa forme nano, il est ensuite formulé pour un revêtement final. Des agents antistatiques sont également ajoutés à certains carburéacteurs militaires et à des solvants organiques non polaires, pour leur conférer une conductivité électrique et éviter l'accumulation de charge statique qui pourrait conduire à des étincelles enflammant les vapeurs de carburant. Stadis 450 est l'agent ajouté à certains carburants distillés, aux carburéacteurs commerciaux et au JP-8 militaire. Stadis 425 et SR 1795 de Dorf Ketal sont des composés similaires, destinés à être utilisés dans les carburants distillés. Les produits Statsafe sont utilisés dans des applications sans carburant. L'Antis DF3, similaire au Stadis 425, est un liquide de couleur ambrée composé de polyamine et de polysulfone. Les acides sulfoniques solubles dans l'huile, par exemple l'acide dodécylbenzènesulfonique, peuvent également être utilisés comme partie de certains additifs antistatiques. Des agents antistatiques peuvent être ajoutés aux solvants non polaires pour augmenter leur conductivité afin de permettre la peinture par pulvérisation électrostatique. (Les solvants oxygénés ont une conductivité trop élevée pour être utilisés ici.) Les polysulfones peuvent être préparées en faisant réagir des oléfines, notamment des alpha-oléfines, avec du dioxyde de soufre. Les polyamines peuvent être préparées en faisant réagir l'épichlorhydrine avec des monoamines aliphatiques.
Sac antistatique/sac antistatique :
Un sac antistatique est un sac utilisé pour stocker des composants électroniques, qui sont sujets aux dommages causés par les décharges électrostatiques (ESD). Ces sacs sont généralement en plastique polyéthylène téréphtalate (PET) et ont une couleur distinctive (argentée pour le film métallisé, rose ou noire pour le polyéthylène). La variante en polyéthylène peut également prendre la forme de mousse ou de papier bulle, sous forme de feuilles ou de sacs. Plusieurs couches de protection sont souvent utilisées pour protéger à la fois des dommages mécaniques et des dommages électrostatiques. Un dispositif protégé peut être emballé à l'intérieur d'un sac en film PET métallisé, à l'intérieur d'un sac à bulles en polyéthylène rose, qui est finalement emballé à l'intérieur d'une boîte rigide en polyéthylène noir doublée de poly mousse rose. Il est important que les sacs ne soient ouverts qu'à des postes de travail exempts d'électricité statique. Les sacs antistatiques dissipatifs, comme leur nom l'indique, sont fabriqués en polyéthylène standard avec un revêtement ou une couche antistatique sur le plastique. Cela empêche l'accumulation d'une charge statique sur la surface du sac, car il dissipe la charge à la terre (c'est-à-dire, toute autre surface qu'il touche). Ce pont à la terre est réalisé grâce à l'inclusion d'une amine de suif à la surface des sacs qui attire l'humidité qui peut conduire la charge vers une autre surface ou vers l'atmosphère elle-même. En ce sens, ce type est véritablement « antistatique » en ce sens qu'il empêche la formation de charges statiques. Il n'est cependant pas résistant aux décharges électrostatiques ; si quelque chose d'autre avec une charge touche le sac (comme la main d'une personne), sa charge serait facilement transférée à travers le sac et son contenu. Ces sacs sont généralement de couleur rose ou rouge en raison de la couche chimique dissipative. Il existe également des sacs noirs, dans lesquels le polyéthylène est fabriqué contenant des traces de carbone, formant un bouclier partiel, mais pas complet. Les sacs antistatiques conducteurs sont fabriqués avec une couche de métal conducteur, souvent de l'aluminium, et une couche diélectrique de plastique recouverte de un revêtement antistatique. Cela forme à la fois un bouclier et une barrière non conductrice, protégeant le contenu de la charge statique via l'effet cage de Faraday. Ces sacs sont préférés pour les pièces plus sensibles, mais ils sont également utilisés dans des environnements où les étincelles seraient dangereuses, telles que les zones riches en oxygène dans les avions et les hôpitaux. Les sacs métallisés sont cependant plus fragiles que leurs homologues non métalliques, car toute perforation compromet l'intégrité du bouclier. De plus, ils ont une durée de conservation limitée, car le substrat métallique peut se détériorer avec le temps. Ces sacs sont souvent gris ou argentés en raison de la couche métallique, tout en étant transparents dans une certaine mesure. La mousse existe également dans les variétés rose (dissipative) et noire (conductrice), utilisée pour stocker des composants individuels au plomb en perçant les fils dans la mousse. .
Dispositif antistatique/dispositif antistatique :
Un dispositif antistatique est tout dispositif qui réduit, atténue ou inhibe d'une autre manière les décharges électrostatiques, ou ESD, qui sont l'accumulation ou la décharge d'électricité statique. Les décharges électrostatiques peuvent endommager les composants électriques tels que les disques durs des ordinateurs et même enflammer les liquides et les gaz inflammables. De nombreuses méthodes existent pour neutraliser l'électricité statique, dont l'utilisation et l'efficacité varient selon l'application. Les agents antistatiques sont des composés chimiques qui peuvent être ajoutés à un objet, ou à l'emballage d'un objet, pour aider à dissuader l'accumulation ou la décharge d'électricité statique. Pour la neutralisation de la charge statique dans une zone plus grande, telle qu'un sol d'usine, une salle blanche ou un atelier de semi-conducteurs, les systèmes antistatiques peuvent utiliser des effets d'émission d'électrons tels que la décharge corona ou la photoémission qui introduisent des ions dans la zone qui se combinent avec et neutralisent tout objet chargé électriquement. . Dans de nombreuses situations, une protection ESD suffisante peut être obtenue avec une mise à la terre électrique.
Antistea/Antistea :
Antistea est un genre d'araignées naines en feuille qui a été décrit pour la première fois par Eugène Simon en 1898. En mai 2019, il ne contient que deux espèces : A. brunnea et A. elegans. Combinés, ils ont une distribution holarctique, l'une paléarctique et l'autre néarctique.
Antistea brunnea/Antistea brunnea :
Antistea brunnea est une espèce de véritable araignée de la famille des Hahniidae. On le trouve aux États-Unis et au Canada.
Antistea elegans/Antistea elegans :
Anitistea elegans , le peigne des marais , est une espèce d' araignée naine de la famille des Hahniidae qui a une distribution paléarctique .
Antistes/Antisistes :
Antistes (du latin ante "devant" et sto "debout") était du XVIe au XIXe siècle le titre d'un chef d'église dans les Églises réformées de Suisse. C'était la plus haute fonction dans les églises à gouvernance synodale. Le mot a d'abord été utilisé en 1525 comme titre honorifique officieux pour Huldrych Zwingli à Zurich, puis en 1530 pour Johannes Oecolampadius à Bâle et en 1532 pour Heinrich Bullinger à Zurich. L'antistes était élu par le grand conseil (le parlement) de la ville et détenait également en plus de cette charge le pastorat d'une des principales églises. L'antistes devait être un ministre ordonné. Il était le représentant officiel de l'église. Il présidait le synode et les examens théologiques des candidats à l'office de pasteur. Ses droits directs étaient très limités, mais un homme avec de hautes capacités de leadership comme Zwingli ou Bullinger pouvait exercer une grande influence sur l'église dans ce bureau. À la fin du XIXe siècle, le titre a été remplacé par d'autres désignations de bureau, par exemple président d'église ou président du conseil d'église.
Antisthènes/Antisthènes :
Antisthène (; grec : Ἀντισθένης ; vers 446 - vers 366 av. J.-C.) était un philosophe grec et un élève de Socrate. Antisthène a d'abord appris la rhétorique sous Gorgias avant de devenir un ardent disciple de Socrate. Il a adopté et développé le côté éthique des enseignements de Socrate, prônant une vie ascétique vécue conformément à la vertu. Les écrivains ultérieurs le considéraient comme le fondateur de la philosophie cynique.
Antisthènes (homonymie) / Antisthènes (homonymie) :
Antisthène (grec : Ἀντισθένης) était le nom de plusieurs personnes à l'époque de la Grèce antique : Antisthène d'Athènes, 445-365 avant J.-C., élève de Socrate et fondateur de l'école cynique de philosophie Antisthène (Héraclité), disciple d'Héraclite Antisthène de Agrigentum, un citoyen immensément riche d'Agrigente Antisthène de Rhodes, c. 200 avant J.-C., l'historien grec Antisthène de Sparte, ch. 412 avant JC, un amiral spartiate dans la guerre du Péloponnèse
Antisthènes d'Agrigente/Antisthènes d'Agrigente :
Antisthène ( grec ancien : Ἀντισθένης ) était un homme de la Rome antique d' Agrigente . Il a été mentionné par Diodorus Siculus comme un exemple de l'immense richesse que les citoyens privés possédaient à Agrigente. Lorsque sa fille s'est mariée, plus de 800 voitures ont participé au cortège nuptial.
Antisthènes de_Rhodes/Antisthènes de Rhodes :
Antisthène de Rhodes ( grec : Ἀντισθένης ὁ Ῥόδιος ) était un historien grec qui a vécu c. 200 av. Il prit une part active aux affaires politiques de son pays et écrivit une histoire de son temps qui, malgré son penchant pour son île natale, est évoquée en termes d'éloges par Polybe. Il a écrit un récit de la bataille de Lade (201 avant JC) et était, selon Polybe, un contemporain des événements qu'il a décrits. Il est probable que cet Antisthène soit l'historien qui a écrit une Succession des philosophes grecs souvent citée par Diogène Laërce. Il pourrait aussi être le philosophe péripatéticien cité par Phlegon de Tralles.Plutarch mentionne un Antisthenes qui a écrit un travail appelé Meleagris, dont le troisième livre est cité; et Pline parle d'un Antisthène qui écrivait sur les pyramides.
Antisthènes de_Sparte/Antisthènes de Sparte :
Antisthène de Sparte était un amiral spartiate dans la guerre du Péloponnèse, qui fut envoyé en 412 av. J.-C., à la tête d'un escadron, sur la côte d'Asie Mineure, et devait succéder à Astyochus, au cas où les commissaires spartiates jugeraient nécessaire de priver cet officier de son commandement. Il est mentionné à nouveau en 399, lorsque, avec deux autres commissaires, il fut envoyé pour inspecter l'état des affaires en Asie et annoncer à Dercyllidas que son commandement devait être prolongé d'une autre année. Il y avait aussi un général athénien appelé Antisthène.
Antistia/Antistia :
Antistia peut faire référence à : Antistia gens, une ancienne famille romaine Antistia (mante), un genre de mantes
Antistia (mante)/Antistia (mante):
Antistia est un genre de mantes de la famille des Tarachodidae. Il existe au moins quatre espèces décrites à Antistia.
Antistia gens/Antistia gens :
La gens Antistia, parfois écrite Antestia sur les pièces de monnaie, était une famille plébéienne de la Rome antique. Le premier des gens à prendre de l'importance fut Sextus Antistius, tribun de la plèbe en 422 av.
Antistia maculipennis/Antistia maculipennis :
Antistia maculipennis est une espèce de mante religieuse de la famille des Eremiaphilidae.
Antistia parva/Antistia parva :
Antistia parva est une espèce de mante religieuse de la famille des Eremiaphilidae.
Antistia robusta/Antistia robusta :
Antistia robusta est une espèce de mante religieuse de la famille des Eremiaphilidae.
Antistia vicina/Antistia vicina :
Antistia vicina est une espèce de mante religieuse de la famille des Eremiaphilidae.
Antistrophe/Antistrophe :
Antistrophe ( grec ancien : ἀντιστροφή , "un retour en arrière") est la partie d'une ode chantée par le chœur dans son mouvement de retour d'ouest en est, en réponse à la strophe, qui était chantée d'est en ouest.
Antistrophe/Antistrophe :
Antistrophus est un genre d'environ 10 espèces de guêpes biliaires. Le genre n'est connu que du Néarctique. Les espèces d'Antistrophus induisent des galles sur les espèces végétales de quatre genres d'Asteraceae : Silphium, Lygodesmia, Chrysothamnus et Microseris. Le genre a été nommé et décrit pour la première fois par Benjamin Walsh en 1869. Ce genre comprend les espèces suivantes : Antistrophus bicolor Gillette, 1891 Antistrophus chrysothamni Beutenmuller , 1908 Antistrophus jeanae Tooker et Hanks, 2004 Antistrophus laciniatus Gillette, 1891 Antistrophus lygodesmiaepisum Walsh, 1869 Antistrophus meganae Tooker et Hanks, 2004 Antistrophus minor Gillette, 1891 Antistrophus microseris McCracken et Egbert, 1922 Antistrophus rufus18 Gillette Antistrophus
Antisuperstition/Antisuperstition :
L'antisuperstition est un concept de la religion chinoise qui peut être défini comme l'ensemble de toutes les discussions contre la pratique religieuse lors de l'utilisation du mot mixin, distinctement mixin/zongjiao. les écritures théologiques d'une religion mondiale particulière.
Antisuyu/Antisuyu :
Antisuyu (Quechua anti est, région suyu (quadrant), partie d'un territoire, chacune des quatre régions qui formaient l'Empire Inca, "région orientale") était la partie orientale de l'Empire Inca qui bordait la Haute Amazonie moderne. région habitée par les Anti. Avec Chinchaysuyu, il faisait partie des Hanan Suyukuna ou "quartiers supérieurs" de l'empire, constituant la moitié des Tahuantinsuyu, les "quatre parties liées ensemble" qui composaient l'empire. Antis est un terme collectif désignant les nombreux groupes ethniques variés vivant chez les Antisuyu comme les Asháninka ou les Tsimané.
Antisymétrique/Antisymétrique :
Antisymétrique ou antisymétrique peut faire référence à : Antisymétrie en linguistique Relation antisymétrique en mathématiques Graphe antisymétrique Graphe autocomplémentaire En mathématiques, en particulier en algèbre linéaire, et en physique théorique, l'adjectif antisymétrique (ou antisymétrique) est utilisé pour les matrices, les tenseurs , et d'autres objets qui changent de signe si une opération appropriée (par exemple une transposition de matrice) est effectuée. Voir : Matrice antisymétrique (une matrice A pour laquelle AT = −A) La forme bilinéaire antisymétrique est une forme bilinéaire B telle que B(x, y) = −B(y, x) pour tous x et y. Tenseur antisymétrique dans les matrices et les sous-ensembles d'indices. "fonction antisymétrique" - fonction impaire
Echange antisymétrique/Echange antisymétrique :
En physique , l'échange antisymétrique , également connu sous le nom d'interaction Dzyaloshinskii – Moriya (DMI), est une contribution à l'interaction d'échange magnétique totale entre deux spins magnétiques voisins, S je {\ displaystyle \ mathbf {S} _ {i}} et S j {\displaystyle \mathbf {S} _{j}} . Quantitativement, c'est un terme de l'hamiltonien qui peut s'écrire H je , j ( DM ) = ré ij ⋅ ( S je × S j ) {\ displaystyle H_ {i, j} ^ {\ rm {(DM)} }=\mathbf {D} _{ij}\cdot (\mathbf {S} _{i}\times \mathbf {S} _{j})} .Dans les systèmes magnétiquement ordonnés, il favorise une inclinaison de spin autrement parallèle ou des moments magnétiques alignés antiparallèles et donc, est une source de comportement ferromagnétique faible dans un antiferromagnétique. L'interaction est fondamentale pour la production de skyrmions magnétiques et explique les effets magnétoélectriques dans une classe de matériaux appelés multiferroïques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Chad Chaffin

Chaconie/Chaconie : Chaconia peut faire référence à : Warszewiczia coccinea, une espèce de plante à fleurs Chaconia (champignon), un ge...