Rechercher dans ce blog

dimanche 27 mars 2022

An Age of Kings


Am%C3%A9scoa Baja/Améscoa Baja :
Améscoa Baja (en basque : Ameskoabarrena) est une ville et une municipalité située dans la province et la communauté autonome de Navarre, dans le nord de l'Espagne.

Am%C3%A9yo Adja/Améyo Adja :
Améyo Adja (né en juillet 1956) est un homme politique togolais et membre du Parlement panafricain du Togo. Adja est née à Lomé. Elle a été élue à l'Assemblée nationale du Togo lors des élections législatives d'octobre 2002 en tant que candidate du Rassemblement pour le renforcement de la démocratie et du développement (RSDD) de la deuxième circonscription de Lomé, et elle est devenue présidente du groupe parlementaire de l'opposition. Elle a été élue au Parlement de la CEDEAO par l'Assemblée nationale le 2 novembre 2005, recueillant 59 voix sur les 68 députés présents. Elle a également été élue au Parlement panafricain, devenant l'un des cinq membres du Togo lorsqu'il a commencé à se réunir en mars 2004. .
Am%C3%A9zaga/Amezaga :
Amézaga est un patronyme d'origine basque. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Alfredo Amézaga (né en 1978), joueur de baseball mexicain-américain Juan José de Amézaga (1881–1956), homme politique uruguayen
Am%C3%A9ziane A%C3%AFt_Ahc%C3%A8ne/Améziane Aït Ahcène :
Améziane Aït Ahcène (1931 - 24 avril 1959, à Tunis) était une avocate algérienne, homme politique du FLN et ambassadrice du Front de libération nationale algérien en Allemagne de l'Ouest. Il a été abattu d'une voiture en mouvement le 5 novembre 1958 à Bonn et est décédé des mois plus tard dans un hôpital tunisien. Améziane Aït Ahcène a étudié le droit et était avocat en Algérie. Il est venu à Bonn, la capitale de l'Allemagne de l'Ouest en tant que chef de la mission allemande non officielle du Mouvement algérien pour la liberté (FLN). Le 5 novembre 1958, Améziane Aït Ahcène est abattu d'une voiture en marche devant l'ambassade de Tunisie à Bonn. Une rafale de mitraillette lourde, selon Der Spiegel, calibre 11,9 mm Améziane Aït Ahcène. L'attaque est attribuée à l'organisation terroriste publique française des services secrets français SDECE, La Main Rouge. Améziane Aït Ahcène a été soignée à Tunis et a ensuite été nommée à la tête du FLN par le Premier ministre en exil Ferhat Abbas. Il est décédé plus tard d'un œdème pulmonaire en Tunisie en raison de ses blessures.
Am%C3%AD/Amí :
Ami était le nom d'un programme de traitement de texte développé et commercialisé par Samna à la fin des années 1980, qui a ensuite été acheté par Lotus Software en 1990. Peu de temps après son introduction, le nom du programme a été changé en "Ami Pro". Ami Pro était un concurrent important de Microsoft Word et WordPerfect de WordPerfect Corporation à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Les développeurs d'Ami Pro ont introduit un certain nombre d'innovations dans Ami Pro qui ont ensuite été adoptées par d'autres traitements de texte. Au moment de l'introduction d'Ami Pro, le marché du traitement de texte était dominé par WordPerfect. Ami Pro et Microsoft Word ont tous deux fait des incursions dans la part de marché de WordPerfect. Finalement, Microsoft Word a dépassé WordPerfect en tant qu'acteur dominant et Ami Pro a été abandonné. IBM, l'actuel propriétaire de la marque Lotus, l'a rebaptisée Lotus Word Pro.
Am%C3%ADcus saga_ok_Amil%C3%ADus/Amícus saga ok Amilius :
Amícus saga ok Amílius est une saga romantique islandaise médiévale. Probablement du XIVe siècle, il a été traduit du Speculum historiale de Vincent de Beauvais, probablement sous le règne de Haakon V de Norvège, et raconte une histoire similaire à la romance française Amis et Amiles. La saga survit dans un seul manuscrit, Stockholm, Royal Library Perg 4to nr 6 (vers 1400). La saga a bénéficié de nombreuses discussions critiques.
Am%C3%ADlcar/Amílcar :
Amílcar est un prénom masculin espagnol et portugais dérivé du latin Hamilcar, lui-même un nom punique connu des Romains par leurs ennemis carthaginois, en particulier Hamilcar Barca. Les personnes notables portant le nom d'Amílcar incluent: Amílcar Álvarez, le nageur argentin Amílcar Barbuy, le footballeur brésilien Amílcar Cabral, le politicien bissau-guinéen / capverdien Amílcar de Castro, le sculpteur et graphiste brésilien Amílcar Fonseca, le footballeur portugais Amílcar Henríquez, le footballeur panaméen Amílcar Méndez Urízar , militant et homme politique guatémaltèque Amílcar Romero, homme politique dominicain Amílcar de Sousa, médecin et écrivain portugais Amílcar Spencer Lopes, homme politique capverdien Amílcar Villafuerte Trujillo, homme politique mexicain Jean Amilcar, fils adoptif sénégalais de Marie-Antoinette
Am%C3%ADlcar Barbuy/Amílcar Barbuy :
Amílcar Barbuy (29 mars 1893 - 24 août 1965) était un footballeur et entraîneur brésilien italien. Milieu de terrain talentueux et complet, il était connu pour sa présence imposante, ses tacles précis, sa capacité à lire le jeu, ses coups de pied puissants et ses grandes passes longues et était l'un des plus grands joueurs de Corinthians. Pour certains supporters vétérans des Corinthians, Amílcar était le deuxième footballeur brésilien le plus doué et le plus doué, juste derrière Pelé. Il a également joué pour Palestra Itália et Lazio, devenant le premier Brésilien du football italien. À 38 ans, il est devenu le joueur le plus âgé à avoir fait ses débuts en Serie A italienne en 1932, un record qui n'a été battu qu'en 2016 par Maurizio Pugliesi, à l'âge de 39 ans. Il a disputé 19 matchs avec le Brésil, marquant cinq buts. . Il a dirigé Lazio, São Paulo, Palestra Itália, Corinthians, Portuguesa, Portuguesa Santista et Atlético Mineiro.
Am%C3%ADlcar Cabral/Amílcar Cabral :
Amílcar Lopes da Costa Cabral ( portugais: [ɐˈmilkaɾ ˈlɔpɨʃ kɐˈbɾal] ; (1924-09-12) 12 septembre 1924 - (1973-01-20) 20 janvier 1973) était un ingénieur agronome bissau-guinéen et capverdien, panafricaniste , intellectuel, poète, théoricien, révolutionnaire, organisateur politique, nationaliste et diplomate. Il était l'un des principaux leaders anticoloniaux d'Afrique. Également connu sous le nom de guerre Abel Djassi, Cabral a dirigé le mouvement nationaliste de la Guinée-Bissau et des îles du Cap-Vert et la guerre d'indépendance qui a suivi en Guinée-Bissau. Il a été assassiné le 20 janvier 1973, environ huit mois avant la déclaration unilatérale d'indépendance de la Guinée-Bissau. Il a été profondément influencé par le marxisme et est devenu une source d'inspiration pour les socialistes révolutionnaires et les mouvements d'indépendance nationale du monde entier.
Am%C3%ADlcar Cabral_(film)/Amílcar Cabral (film):
Amílcar Cabral est un film documentaire réalisé par Ana Ramos Lisboa sur l'icône et martyre africaine Amílcar Cabral.
Am%C3%ADlcar Cabral_Cup/Amílcar Cabral Cup :
La Coupe Amílcar Cabral était un tournoi international de football d'association pour les nations d'Afrique de l'Ouest. La compétition a été jouée à l'origine sur une base annuelle jusqu'en 1989, depuis lors, elle a été jouée sur une base biennale. Le tournoi porte le nom d'Amílcar Cabral. Il n'y a pas eu d'édition depuis 2007. La Mauritanie devait accueillir en 2009, puis a reporté le tournoi à 2010 et l'a ensuite annulé complètement.
Am%C3%ADlcar Cabral_International_Airport/Aéroport international Amílcar Cabral :
L'aéroport international Amílcar Cabral (code AITA : SID code OACI : GVAC), également connu sous le nom d'aéroport international de Sal, est le principal aéroport international du Cap-Vert. L'aéroport porte le nom du leader révolutionnaire Amílcar Cabral. Il est situé à deux kilomètres à l'ouest-sud-ouest d'Espargos sur l'île de Sal. Sal est la principale plaque tournante de la compagnie aérienne nationale, Cabo Verde Airlines ; et sert de base au transporteur Cabo Verde Express. Cet aéroport était également l'un des emplacements de la NASA pour une installation destinée à gérer la navette spatiale après sa rentrée depuis l'orbite.
Am%C3%ADlcar Fonseca/Amílcar Fonseca :
Amílcar Lopes da Fonseca (né le 15 février 1954), connu simplement sous le nom d'Amílcar, est un footballeur portugais à la retraite qui a joué en tant que défenseur.
Am%C3%ADlcar Henr%C3%ADquez/Amilcar Henríquez :
Amílcar Henríquez Espinosa (2 août 1983 - 15 avril 2017) était un footballeur panaméen.
Am%C3%ADlcar M%C3%A9ndez_Ur%C3%ADzar/Amílcar Méndez Urízar :
Amílcar Méndez Urízar est un militant guatémaltèque des droits humains et ancien membre du Congrès (1996-2000). En juillet 1988, il fonde le Conseil des communautés ethniques « Nous sommes tous égaux » (CERJ). En 1990, il a reçu le prix Robert F. Kennedy des droits de l'homme et le prix Carter-Menil des droits de l'homme. En octobre 2003, la Commission interaméricaine des droits de l'homme a demandé au Guatemala d'adopter des mesures de précaution pour protéger la vie et la personne de Méndez. à la suite de menaces de mort proférées à son encontre et de l'assassinat d'un autre militant du CERJ. Le 17 août 2007, son fils José Emanuel a été assassiné à Guatemala.
Am%C3%ADlcar Romero/Amílcar Romero :
Almílcar Jesús Romero Portuondo (né le 16 octobre 1948) est un agronome et homme politique de la République dominicaine. Il est Sénateur de la province de Duarte, élu en 2006, et réélu en 2010. Investi Docteur Honoris Causa en 2006 par l'Universidad Católica Nordestana.
Am%C3%ADlcar Spencer_Lopes/Amílcar Spencer Lopes :
Amílcar Spencer Lopes (né le 8 septembre 1948) est un homme politique capverdien et a été le 2e président de l'Assemblée nationale de 1991 à 1996. Il a succédé à Abílio Duarte et a été remplacé par António do Espírito Santo Fonseca. Par la suite, il est devenu ministre des Affaires étrangères succédant à José Tomás Veiga. Il a occupé ce poste jusqu'en 1998 et a été remplacé par José Luís de Jesus.
Am%C3%ADlcar Tirado/Amílcar Tirado :
Amílcar Tirado (1922-2004) était un cinéaste portoricain actif principalement dans les années 1950 et 1960. Travaillant pour la Division portoricaine de l'éducation communautaire du Département de l'audiovisuel, Tirado a créé des films à caractère social, utilisant souvent des jíbaros locaux comme acteurs.
Am%C3%ADlcar Vasconcellos/Amílcar Vasconcellos :
Amílcar Vasconcellos (Artigas, 22 septembre 1915 - Montevideo, 22 octobre 1999) était un homme politique, avocat, ministre et sénateur uruguayen. En 1967, il défie Óscar Diego Gestido en duel. Il a été ministre de l'Économie et des Finances de 1957 à 1958 et en 1967.
Am%C3%ADlcar Vidal/Amílcar Vidal :
Amílcar Vidal Jr. (né le 26 février 1996) est un boxeur professionnel uruguayen qui détient le titre WBC Latino des poids moyens depuis 2019.
Am%C3%ADlcar Villafuerte_Trujillo/Amílcar Villafuerte Trujillo :
Amílcar Augusto Villafuerte Trujillo (né le 31 janvier 1964) est un homme politique mexicain affilié au PVEM. À partir de 2013, il a été député de la législature LXII du Congrès mexicain représentant le Chiapas.
Am%C3%ADlcar de_Castro/Amílcar de Castro :
Amílcar Augusto Pereira de Castro (6 juin 1920 - 21 novembre 2002) était un artiste, sculpteur et graphiste brésilien.
Am%C3%ADlcar de_Sousa/Amílcar de Sousa :
Amílcar Augusto Queirós de Sousa (prononciation portugaise: [ɐˈmiɫcaɾ awˈɡuʃtu kejˈɾɔʃ d(ɨ) ˈso(w)zɐ]; 1876-1940) était un médecin portugais et auteur de nombreux livres sur la santé, étant le plus célèbre O Naturismo (Naturisme) , publié en 1912.
Am%C3%ADlcar %C3%81lvarez/Amílcar Álvarez :
Amilcar Álvarez (né le 14 juin 1909, date de décès inconnue) était un nageur argentin. Il a participé à l'épreuve masculine de relais 4 × 200 mètres nage libre aux Jeux olympiques d'été de 1928.
Am%C3%ADlton (footballeur,_né_1981)/Amílton (footballeur, né en 1981) :
Amílton Jesus dos Santos ou simplement Amílton (né le 13 août 1981), est un attaquant brésilien évoluant pour Uberlândia Esporte Clube.
Am%C3%ADn Abel_metro_station/Station de métro Amín Abel :
Amín Abel est une station de métro de Saint-Domingue sur la ligne 1. Elle a été ouverte le 22 janvier 2009 dans le cadre du tronçon inaugural de la ligne 1 entre Mamá Tingó et Centro de los Héroes. La station se situe entre Joaquín Balaguer et Francisco Alberto Caamaño. Il s'agit d'une station de métro, construite sous l'Avenida Dr. Bernardo Correa y Cidrón. Il est nommé en l'honneur d'Amín Abel Hasbún. La station est située à l'Université de Saint-Domingue et était auparavant connue sous le nom d'Universidad.
Am%C3%AEr Lemti/Amîr Lemti :
Amîr Lemti (né le 26 octobre 2000) est un footballeur professionnel belge qui joue pour Heist dans la première division nationale belge. Lemti a fait ses débuts professionnels pour l'OH Leuven le 28 février 2020 lors du match à l'extérieur contre Virton, une défaite 4-1.
Am%C3%B3s Acero/Amós Acero :
Amós Acero Pérez (31 mars 1893 - 16 mai 1941) était un homme politique du Parti socialiste ouvrier espagnol sous la Deuxième République espagnole. Il est né à Villaseca de la Sagra en tant que 3e de 7 enfants. Après la victoire de la faction nationaliste dans la guerre civile espagnole, il a été arrêté par les nouvelles autorités. Suite à une enquête sur son passé par la Brigada Político-Social, il a été traduit en justice et exécuté par le gouvernement de Francisco Franco à Madrid.
Am%C3%B3s Salvador_Rodrig%C3%A1%C3%B1ez/Amós Salvador Rodrigáñez :
Amós Salvador Rodrigáñez (31 mars 1845 - 4 septembre 1922) était un homme politique et ingénieur espagnol.
Rivière Am%C3%B4nia/rivière Amônia :
La rivière Amônia est une rivière de l'état d'Acre dans l'ouest du Brésil.
Am%C3%B6neburg/Amöneburg :
Amöneburg (prononciation allemande : [aˈmøːnəbʊʁk] (écouter)) est une ville du district de Marburg-Biedenkopf en Hesse, en Allemagne. Il se trouve sur une montagne et est construit autour du château du même nom, Burg Amöneburg.
Am%C3%BA Amigos/Amú Amigos :
Amú Amigos est une émission télévisée de voyage en langue irlandaise avec un public principalement jeune. Hector voyage dans divers pays, rencontre et discute avec les habitants en anglais/espagnol, puis explique au public en irlandais. Son enthousiasme et son amour pour la langue irlandaise ont influencé de nombreux autres programmes sur TG4. Chaque émission attire environ 50 000 téléspectateurs. Amú Amigos a été suivi d'autres séries similaires telles que: Amú le Hector Hector i Meiriceá Hector san Afraic Hector san AstráilDans un épisode de l'émission, Hector a assisté à une corrida au Mexique. Il a affirmé qu'il « aimait ça » et s'est attiré les critiques des groupes anti-bloodsports. [1]
Am%C4%83r%C4%83zuia/Amărăzuia :
L'Amărăzuia est un affluent gauche de la rivière Amaradia en Roumanie. Il se jette dans l'Amaradia près de Baloșani. Sa longueur est de 23 km (14 mi) et la taille de son bassin est de 70 km2 (27 milles carrés).
Am%C4%83r%C4%83%C8%99ti/Amărăști :
Amărăști est une commune située dans le comté de Vâlcea, en Olténie, en Roumanie. Elle est composée de six villages : Amărăști, Mereșești, Nemoiu, Padina, Palanga et Teiul.
Am%C4%83r%C4%83%C8%99tii/Amărăștii :
Amărăștii peut faire référence à l'une des deux communes du comté de Dolj, en Roumanie : Amărăștii de Jos Amărăștii de Sus
Am%C4%83r%C4%83%C8%99tii de_Jos/Amărăștii de Jos :
Amărăștii de Jos est une commune du comté de Dolj, en Olténie, en Roumanie. Elle est composée de trois villages : Amărăștii de Jos, Ocolna et Praporu.
Am%C4%83r%C4%83%C8%99tii de_Sus/Amărăștii de Sus :
Amărăștii de Sus est une commune du comté de Dolj, en Olténie, en Roumanie, avec une population de 3 847 personnes. Elle est composée de deux villages, Amărăștii de Sus et Zvorsca. Il comprenait également les villages de Dobrotești et Nisipuri jusqu'en 2004, date à laquelle ils ont été séparés pour former la commune de Dobrotești.
Am%C4%ABn R%C4%81z%C4%AB/Amīn Rāzī :
Amin Razi également connu sous le nom d'Omid) était un géographe persan de l'ère safavide (16ème au 17ème siècle), auteur d'une encyclopédie géographique et biographique (tadhkirah) appelée Haft iqlīm (هفت اقلیم "sept climats") basée sur le système des sept climats de Almageste de Ptolémée. Al-Razi est né à Ray, en Perse, dans une famille prestigieuse ; son père était Kvajeh Mirza Ahmad, le maire de Ray par nomination de Tahmasp I (r. 1524-1576). Son oncle paternel était Khvajeh Mohammad-Sharif, poète et ministre du gouverneur du Khorasan et plus tard du Shah. Al-Razi déclare qu'il a terminé son encyclopédie en 1002 AH (1593/4) après six ans de travail, bien que le travail tel qu'il existe comprend des ajouts de date plus récente. Ses dates de naissance et de décès sont inconnues. Il a peut-être visité l'Inde moghole sous le règne d'Akbar. Haft iqlīm (également Haft eqlīm) fournit de nombreuses informations historiques, biographiques et topographiques, classées par "clime", c'est-à-dire la division majeure du monde connu par latitude géographique selon Ptolémée. Le nombre total de biographies dans l'ouvrage est de 1 560, dans de nombreux cas donnant plus de détails que ceux trouvés dans des ouvrages médiévaux tels que Lubab ul-Albab ou Tazkirat al-Awliya. L'ouvrage cite également des échantillons de poésie qui ne sont pas enregistrés ailleurs, et quelques passages en prose, par exemple par Ubayd Zakani. Les sources d'Al-Razi ont été recherchées par Naqawī, qui en a identifié trente-neuf. Ethé fournit une table du contenu de l'ouvrage. L'œuvre survit dans de nombreux manuscrits. La seule édition complète est de Jawād Fāżel (1961). L'édition Calcutta de Ross et al. est supérieur à celui de Fāżel mais incomplet, omettant le quatrième climat (qui englobe plus de la moitié de l'œuvre).
Am%C4%ABna Aqdas/Amīna Aqdas :
Amīna Aqdas (décédée en 1893) était une épouse royale du shah Naser al-Din Shah Qajar de Perse (r. 1848–1896). Elle était la fille d'un berger pauvre d'un village près de Garrūs au Kurdistan, et était employée comme une servante libre de la femme du shah Anīs-al-dawla dans le harem Qajar en 1859. Elle est finalement devenue une favorite du shah, juste derrière Anīs-al-dawla. Les contemporains attribuaient son influence à une capacité à manipuler les points faibles du shah : elle répondait à ses caprices, encourageait ses obsessions et faisait appel à sa parcimonie. Son pouvoir a également été renforcé par l'attachement intense du shah à son neveu, Ḡolām-ʿAlī, Malīǰak-e Ṯānī, également connu sous le nom de ʿAzīz-al-solṭān. Elle a soutenu la carrière de Mīrzā ʿAlī-Aṣḡar Khan Amīn-al-solṭān. Elle s'est vu confier plusieurs responsabilités importantes, telles que la supervision de l'appartement privé du shah, où étaient conservés les joyaux de la couronne; gardant le sceau le plus important du shah et chargé de tous les cadeaux offerts au shah. En 1890, elle devient la première épouse royale à se rendre en Occident, lorsqu'elle se rend en Europe pour se faire soigner de sa maladie des yeux, un voyage largement critiqué par les olama. Au cours de ses trois dernières années, elle a été paralysée à cause d'un accident vasculaire cérébral.
Am%C4%ABnah al-Sa%CA%BF%C4%ABd/Amīnah al-Saʿīd :
Amīnah al-Saʿīd également connue sous le nom d'Aminah Saʻīd (1914–1995; arabe : أمينة السعيد) était une journaliste égyptienne et militante des droits des femmes. Elle a fondé le premier magazine féminin d'Égypte et a été la première femme rédactrice en chef d'un magazine au Moyen-Orient.
Am%C4%ABr A%E1%B9%A3l%C4%81n_Afsh%C4%81r/Amīr Aslān Afshār :
Amīr Aṣlān Afshār ( persan : امیراصلان افشار ; 22 novembre 1919 - 18 février 2021) était un homme politique et diplomate iranien.
Am%C5%ABru Mitsuhiro/Amūru Mitsuhiro :
Amūru Mitsuhiro (阿夢露 光大, né le 25 août 1983 sous le nom de Nikolai Yuryevich Ivanov) est un ancien lutteur de sumo professionnel de Lesozavodsk, Primorsky Krai, Russie. Après un premier afflux de lutteurs russes à partir du début des années 2000, il était le dernier Russe de souche dans le sumo de haut niveau. Il a fait ses débuts en mai 2002 et, après qu'une grave blessure au genou en 2012 l'ait fait chuter dans le classement, a atteint la première division makuuchi en novembre 2014. Son rang le plus élevé était maegashira 5. Il a eu neuf tournois classés dans la première division, mais a terminé sa carrière dans la troisième plus haute division makushita.
Un/Un :
An peut faire référence à :
An%27ei/An'ei :
An'ei (安永) était un nom de l'ère japonaise (年号, nengō, "nom de l'année") après Meiwa et avant Tenmei. Cette période s'étend de novembre 1772 à mars 1781. Les empereurs régnants sont Go-Momozono-tennō (後桃園天皇) et Kōkaku-tennō (光格天皇).
An%27y%C5%8D-in/An'yō-in :
An'yō-in (安養院) est le nom de nombreux temples bouddhistes au Japon. Voici une liste incomplète : An'yō-in (Kobe), une branche de Taisan-ji à Kobe, préfecture de Hyōgo An'yō-in (Kamakura) à Kamakura, préfecture de Kanagawa
An%27y%C5%8D-in (Kamakura)/An'yō-in (Kamakura) :
Gionzan An'yō-in Chōraku-ji (祇園山安養院長楽寺) est un temple bouddhiste Jōdo shū à Kamakura, Kanagawa, Japon. Célèbre pour ses rhododendrons, il a été nommé d'après le nom posthume de son fondateur (grand personnage historique Hōjō Masako). Le principal objet de culte est Amida Nyorai, mais il consacre également Senju Kannon, déesse de la miséricorde. An'yō-in est le numéro trois des 33 temples du circuit de pèlerinage Bandō Sanjūsankasho.
An%27y%C5%8D-in (Kobe)/An'yō-in (Kobe) :
Taisan-ji An'yō-in (太山寺 安養院) est un temple de la secte Tendai à Kobe, préfecture de Hyōgo, au Japon. Il a été créé en tant que temple tatchu (branche) à Taisan-ji. Le karesansui d'An'yō-in achevé pendant la période Azuchi-Momoyama est un lieu national de beauté scénique.
An, King_of_Han/An, Roi des Han :
An, roi des Han ( chinois :韩王安; pinyin : Hán Wáng Ān ) (mort en 226 avant notre ère), nom ancestral Jì (姬), nom de clan Hán (韩), nom personnel Ān (安), était le dirigeant de l'État de Han entre 238 avant JC et 230 avant JC. Il était le fils du roi Huanhui de Han. En 233 avant notre ère, le roi An envoya Han Fei à Qin pour demander à être un vassal. Cependant, Han Fei a été exécuté. En 231 avant notre ère, le roi An offrit Nanyang (南阳), une zone autour du mont Wangwu moderne, à Qin. Au 9ème mois de la même année, Qin envoya Neshi Teng (内史腾) pour recevoir la zone. L'année suivante (230 avant notre ère), Qin envoya Neishi Teng pour attaquer Han. Le roi An a été capturé et l'État de Han a cessé d'exister. Qin a ensuite créé la commanderie Yingchuan à partir du territoire Han conquis. En 226 avant notre ère, l'ex-noblesse Han a lancé une rébellion ratée et An est mort la même année.
An-Li Kachelhoffer/An-Li Kachelhoffer :
An-Li Kachelhoffer (née Pretorius ; née le 16 août 1987) est une ancienne cycliste sur route sud-africaine. Elle a participé aux Championnats du Monde Route UCI 2014. En 2016, elle a remporté les championnats nationaux sud-africains de course sur route. Elle a représenté l'Afrique du Sud aux Jeux olympiques d'été de 2016 dans la course sur route féminine dans laquelle elle a terminé 39e avec un temps de 4:01:29.
An-Magritt/An-Magritt :
An-Magritt est un film dramatique norvégien de 1969 réalisé par Arne Skouen, avec Liv Ullmann. Le film est basé sur deux romans de Johan Falkberget : Plogjernet et An-Magritt. An-Magritt (Ullmann) grandit dans une ville minière norvégienne. Elle est née à la suite du viol de sa mère. Sa mère se tue plus tard après avoir été mise aux piloris pour une liaison extraconjugale avec un militaire. An-Magritt est alors élevée par son grand-père, et doit travailler avec les hommes pour s'en sortir.
An-Magritt Jensen/An-Magritt Jensen :
An-Magritt Jensen (né en 1947) est un sociologue norvégien. Depuis 1997, elle est professeur de sociologie à l'Université norvégienne des sciences et technologies (NTNU). Elle est titulaire d'un cand.polit. diplôme de 1975 et un dr.polit. diplôme depuis 1996. Ses domaines de recherche sont les mutations familiales, la fécondité et la sociologie de l'enfance. Elle a été vice-présidente de l'Association norvégienne de sociologie et membre du conseil d'administration de NTNU. Elle est membre de la Société royale norvégienne des sciences et des lettres.
An-Ming Wang/An-Ming Wang :
An-Ming Wang est le pseudonyme de la compositrice et pianiste sino-américaine Marion Wang Mak (née le 7 novembre 1926).
An-My L%C3%AA/An-My Lê :
An-My Lê (née en 1960) est une photographe vietnamienne américaine et professeure au Bard College. (2007) et la bourse de la Tiffany Comfort Foundation (2010). Son travail a été inclus dans la Whitney Biennale 2017.
An-Naba/An-Naba :
An-Naba ou The News (arabe : النبأ, an-nabaʼ, également connu sous le nom de "The Tidings", "The Announcement") est le soixante-dix-huitième chapitre (sourate) du Coran, avec quarante ayat ou versets.
District d'An-Nabek/District d'An-Nabek :
Le district d'an-Nabek ( arabe : منطقة النبك , romanisé : manṭiqat an-Nabek ) est un district du gouvernorat de Rif Dimashq dans le sud de la Syrie . Le centre administratif est la ville d'an-Nabek. Lors du recensement de 2004, le district avait une population de 80 001. La zone du district est également connue sous le nom de Qalamoun (également translittéré comme Qalamun, Qalamūn, Kalamon et Kalamoun).
An-Nahar/An-Nahar :
An-Nahar ( arabe : النهار , romanisé : Le jour ou le matin ) est l'un des principaux quotidiens de langue arabe publiés au Liban .
An-Nahl/An-Nahl :
L'abeille ( arabe : الْنَّحْل ; an-nahl ) est le 16e chapitre ( sūrah ) du Coran , avec 128 versets ( āyāt ). Il porte le nom des abeilles mentionnées au verset 68 et contient une comparaison de l'industrie et de l'adaptabilité des abeilles avec l'industrie de l'homme. En ce qui concerne le moment et le contexte contextuel de la révélation crue ( asbāb al-nuzūl ), il s'agit d'une "sourate mecquoise" antérieure, ce qui signifie qu'elle aurait été révélée à La Mecque, au lieu de plus tard à Médine.
Stade An-Najaf / Stade An-Najaf :
Le stade An-Najaf (arabe : ستاد النجف) est un stade polyvalent situé à Najaf, en Irak. Il est actuellement utilisé principalement pour les matchs de football et sert de stade du club de football de Najaf. Le stade accueille 12 000 personnes.
Université nationale_An-Najah/Université nationale An-Najah :
L'Université nationale An-Najah (en arabe : جامعة النجاح الوطنية) est une université publique palestinienne non gouvernementale dirigée par un conseil d'administration. Il est situé à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie. L'université compte 22 000 étudiants et 300 professeurs répartis dans 19 facultés. C'est la plus grande université de Palestine.
Hôpital_universitaire_national_An-Najah/Hôpital universitaire national An-Najah :
L'hôpital universitaire national An-Najah est un hôpital privé à but non lucratif et l'un des hôpitaux d'enseignement en Palestine. L'hôpital universitaire national An-Najah a été créé en 2013 en partenariat avec le Collège de médecine et des sciences de la santé de l'Université nationale An-Najah. Il est situé dans la région montagneuse du nord-ouest de Naplouse, à la sortie d'Asira Al Shamaliah. L'Université nationale An-Najah a commencé la construction de l'hôpital universitaire national An-Najah en 2008 et a ouvert sa première phase en 2014 avec une capacité de une superficie de 17 000 mètres carrés. Les travaux de construction de la deuxième phase ont commencé début 2018 et couvrent une superficie de 65 000 mètres carrés. En 2019, l'hôpital a ouvert une succursale à Atil à Tulkarem.
An-Najm/An-Najm :
An-Najm (arabe : النجم, an-najm ; signifiant : l'étoile) est le 53e chapitre (sourate) du Coran, avec 62 versets (āyāt). La sourate s'ouvre sur le serment du Divin jurant par chacune des étoiles, alors qu'elles descendent et disparaissent sous l'horizon, que Muhammad est bien le Messager attendu de Dieu. Il tire son nom de l'Ayat #1, qui mentionne « les étoiles » (najm). La sourate confirme la source divine du message du Prophète et fait référence à son ascension au ciel pendant le Voyage Nocturne (Ayah #1 ff.). La sourate réfute les affirmations des mécréants sur les déesses et les anges (ayah # 19 ff.), Et énumère plusieurs vérités sur la puissance de Dieu. Il se termine par un avertissement de l'imminence du Jour du Jugement. La sourate se distingue comme étant la première qui obligeait les musulmans à se prosterner ou à accomplir la sajdah lorsqu'elle est récitée, selon Tafsir Ibn Kathir et un certain nombre de hadiths. La sourate affirme que, lorsqu'elle a été racontée pour la première fois par Muhammad à La Mecque, tous les musulmans et non-musulmans qui ont entendu la récitation (sauf un homme) se sont prosternés devant Dieu à la fin en raison de l'effet que les mots avaient sur eux.
An-Naml/An-Naml :
An-Naml (arabe : النمل, romanisé : 'an-naml, lit. 'La Fourmi') est le 27ème chapitre (sūrah) du Coran avec 93 versets (āyāt). En ce qui concerne le moment et le contexte contextuel de la révélation supposée ( asbāb al-nuzūl ), il s'agit d'une "sourate mecquoise" antérieure, ce qui signifie qu'elle aurait été révélée à La Mecque, plutôt que plus tard à Médine.
An-Naqoura/An-Naqoura :
An-Naqoura (arabe : الناقوره, également orthographié al-Nakura) est un village palestinien du gouvernorat de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, situé à 10 kilomètres au nord-ouest de Naplouse et adjacent à la colonie israélienne de Shavei Shomron. Selon le recensement du Bureau central palestinien des statistiques (PCBS), le village comptait 1 545 habitants en 2007. An-Naqoura est administré par un conseil de village de dix membres dirigé par Muhammad Hashish.
An-Naq%CA%BDah/An-Naqʽah :
An-Naqʽah (Al-Naqaʽah) est un village de l'est du Yémen. Il est situé dans le gouvernorat de l'Hadramaout.
An-Nasir Abdallah/An-Nasir Abdallah :
An-Nasir Abdallah (1811 - avril 1840) était un imam du Yémen qui régna de 1837 à 1840. Il était membre de la famille Qasimid, descendante de Mahomet, qui a dominé l'imamat Zaidi du Yémen de 1597 à 1962.
An-Nasir Ahmad/An-Nasir Ahmad :
An-Nasir Ahmad ou Al-Nasir Ahmad peut faire référence à : An-Nasir Ahmad, sultan d'Égypte, le sultan mamelouk d'Égypte en 1342 An-Nasir Ahmad (Zaidi imam), l'imam de l'État de Zaidi au Yémen au 10e siècle
An-Nasir Ahmad,_Sultan_of_Egypt/An-Nasir Ahmad, Sultan d'Egypte :
An-Nasir Shihab ad-Din Ahmad ibn Muhammad ibn Qalawun, mieux connu sous le nom d'an-Nasir Ahmad, (1316 - 16 juillet 1344) était le sultan bahri mamelouk d'Égypte, au pouvoir de janvier à juin 1342. Un fils du sultan an-Nasir Muhammad, il est devenu impliqué dans le processus de succession instable après la mort de son père en 1341. An-Nasir Ahmad a vécu une grande partie de sa vie dans la forteresse du désert d'al-Karak en Transjordanie et était réticent à assumer le sultanat au Caire, préférant al-Karak , où il était étroitement lié aux habitants de la ville et aux tribus bédouines des environs. Ses partisans syriens, les émirs Tashtamur et Qutlubugha al-Fakhri, ont manœuvré avec succès pour placer la Syrie sous le contrôle officiel d'an-Nasir Ahmad, tandis que des émirs sympathiques en Égypte ont pu évincer l'homme fort mamelouk Emir Qawsun et son sultan fantoche, l'enfant de cinq ans. demi-frère d'an-Nasir Ahmad, al-Ashraf Kujuk. An-Nasir Ahmad a finalement assumé le sultanat après avoir fréquemment retardé son départ pour l'Égypte. An-Nasir Ahmad était connu pour être un sultan solitaire, s'entourant de sa coterie de partisans d'al-Karak, établissant rarement des contacts directs avec les émirs mamelouks d'Égypte et évitant la vue du public. Deux mois après le début de son règne, il a déménagé à al-Karak avec des sommes substantielles du Trésor et plusieurs chevaux et hauts fonctionnaires administratifs. Il a régné depuis la forteresse du désert, laissant un adjoint, l'émir Aqsunqur al-Salari, pour superviser les affaires en Égypte en son nom. Son règne peu orthodoxe, sa prétendue frivolité et son exécution de partisans fidèles, à savoir Tashtamur et Qutlubugha, ont conduit à la destitution d'an-Nasir Ahmad du sultanat par son demi-frère, as-Salih Isma'il. Il est resté dans la forteresse d'al-Karak, que les Mamelouks ont assiégée au moins sept fois, jusqu'à sa capture en juillet 1344. Il a été tué plus tard ce mois-là sur les ordres d'as-Salih Isma'il.
An-Nasir Ahmad_(Zaidi_imam)/An-Nasir Ahmad (Zaidi imam):
An-Nasir Ahmad (décédé le 5 juin 934) était le troisième imam de l'État de Zaidi au Yémen. Grâce à son leadership actif, il a confirmé et élargi le régime fondé par ses deux prédécesseurs.
An-Nasir Ali_bin_Salah/An-Nasir Ali bin Salah :
An-Nasir Ali bin Salah (mort en 1329) était un prétendant à l'État de Zaidi au Yémen, agissant en rivalité avec d'autres prétendants en 1328-1329. Ali bin Salah bin Ibrahim était un petit-fils de l'imam al-Mahdi Ibrahim décédé en captivité Rasulid en 1284. Lorsque l'imam al-Mahdi Muhammad bin al-Mutahhar mourut en 1328, une situation turbulente se produisit dans les territoires de Zaidiyyah. Ali bin Salah a présenté sa da'wa (appel à l'imamat) à As Sudah, prenant le nom de laqab an-Nasir. Il s'est toutefois heurté immédiatement à l'opposition de trois autres demandeurs. Des combats entre les prétendants ont suivi et des vies ont été perdues. Après un an, an-Nasir Ali bin Salah est mort et a été enterré à As Suda. Le vainqueur de la lutte pour le pouvoir fut al-Mu'ayyad Yahya (décédé en 1346).
An-Nasir Dawud/An-Nasir Dawud :
An-Nasir Dawud (1206–1261) était un dirigeant kurde, brièvement (1227–1229) sultan ayyoubide de Damas et plus tard (1229–1248) émir de Kerak. An-Nasir Dawud était le fils d'Al-Mu'azzam, le sultan ayyoubide de Damas de 1218 à 1227. À la mort de son père, An-Nasir a réussi, mais a rapidement fait face à l'opposition de son oncle, Al-Kamil d'Égypte, qui a fait guerre contre lui, conquérant Jérusalem et Naplouse. An-Nasir a demandé de l'aide à son autre oncle, Al-Ashraf, dirigeant de Harran. Al-Ashraf, cependant, a trahi son neveu, parvenant à un accord avec Al-Kamil pour diviser les terres d'An-Nasir entre eux - Al-Ashraf prendrait Damas et le nord, tandis qu'Al-Kamil prenait le contrôle de la Palestine. An-Nasir, cependant, réalisant la tromperie à temps, se retira dans sa capitale de Damas, où il fut assiégé par les armées combinées de son oncle à la fin de 1228. Le siège de Damas se poursuivit jusqu'au 25 juin 1229, date à laquelle il se rendit à Al- Achraf, qui en est devenu le dirigeant, reconnaissant la suzeraineté de son frère aîné. An-Nasir a été récompensé par la seigneurie de Kerak dans la région de Transjordanie. An-Nasir Dawud devait régner depuis Kerak pendant les trente années suivantes. En 1239, il revient brièvement sur le devant de la scène lorsque son cousin As-Salih Ayyub, fils aîné d'Al-Kamil, tout juste expulsé de Damas par rébellion, tombe entre ses mains. An-Nasir l'a retenu prisonnier, refusant de le livrer à Al-Adil II, le frère d'Ayyub et le souverain de l'Égypte. En novembre 1239, Pierre de Bretagne (chef de la croisade des barons) attaqua une caravane remontant le Jourdain jusqu'à Damas. An-Nasir était furieux et a marché sur Jérusalem, qui était presque sans défense. Il occupe la ville et la garnison de la citadelle se rend le 7 décembre. An-Nasir n'a cependant pas tenté de tenir Jérusalem, mais a simplement détruit les fortifications et s'est retiré à Kerak. En avril 1240, An-Nasir, se disputant avec Al-Adil, libéra Ayyub et s'allia avec lui contre les Égyptiens, en échange d'une promesse qu'Ayyub le réinstallerait à Damas. Al-Adil a été assassiné par ses propres troupes, et Ayyub et An-Nasir sont entrés triomphalement au Caire en juin. Quand An-Nasir est revenu à Kerak le mois suivant, cependant, il s'est retrouvé sous l'attaque des croisés, qui avaient conclu une alliance avec son ennemi, as-Salih Ismail de Damas. Pendant ce temps, Ayyub a renoncé à ses promesses de restaurer An-Nasir à Damas, laissant An-Nasir diplomatiquement isolé. Afin de conserver ses terres, An-Nasir a été contraint de s'entendre avec Ismail, puis avec les croisés. Au printemps 1241, Ayyub, après avoir signé une trêve avec les croisés, lance une campagne pour reconquérir la Syrie. Son armée a rencontré les troupes d'An-Nasir au combat à l'ouest de Jérusalem et a été vaincue. Maintenant, cependant, An-Nasir a de nouveau changé de camp, se soumettant à Ayyub. Au cours des deux années suivantes, An-Nasir a été confronté à des combats constants contre les Francs, et parfois avec Ismail également, et a reçu peu d'aide concrète d'Ayyub, alors il a de nouveau changé de camp, passant chez son oncle Ismail. côté en 1243. L'arrivée d'une force de flibustiers khwarizmiens du nord a conduit à l'abandon d'une tentative d'invasion conjointe croisé-damascène de l'Égypte, et An-Nasir s'est de nouveau retiré à Kerak. Quand Ayyub a envoyé une armée pour récupérer Damas et la Palestine en 1245, An-Nasir a été privé de ses terres à l'ouest du Jourdain, mais a été autorisé à se retirer dans ses terres d'origine au-delà du Jourdain. Il a continué à gouverner Kerak jusqu'en 1248, date à laquelle il a finalement été déposé. Il mourut quelques années plus tard, en 1256.
An-Nasir Faraj/An-Nasir Faraj :
Al-Nasir Faraj ou Nasir-ad-Din Faraj ( ourdou ; arabe ; persan : ناصر الدین فرج ; r. 1399–1412 CE) également Faraj ibn Barquq est né en 1386 et a succédé à son père Sayf-ad-Din Barquq comme deuxième Sultan de la dynastie Burji du sultanat mamelouk d'Égypte en juillet 1399 avec le titre Al-Nasir. Il n'avait que treize ans lorsqu'il devint sultan à la mort subite de son père. Son règne fut marqué par l'anarchie, le pandémonium et le chaos avec des invasions de Tamerlan (Timur Leng, ou Timur Beg Gurkani), dont le sac de Damas en 1400, des rébellions incessantes au Caire, des conflits sans fin avec les émirs de Syrie (avec le Sultan et aussi entre eux), ainsi que la peste et la famine qui réduisirent la population du royaume à un tiers. al-Aziz, puis il a retrouvé son poste en novembre de la même année. À la fin de son règne, il est devenu un dirigeant tyrannique qui l'a finalement conduit à son septième et dernier conflit avec les émirs syriens à Baalbek. Vaincu au combat, il s'enfuit à la Citadelle de Damas. Incapable de s'échapper, il se rendit et le 23 mai 1412, il fut poignardé à mort dans sa cellule de prison par un tueur à gage. Les émirs ont placé sur le trône à titre temporaire le calife Al-Musta'in Billah. Faraj a été enterré au cimetière Bab AL-Faradis à Damas
An-Nasir Hasan/An-Nasir Hasan :
An-Nasir Badr ad-Din Hasan ibn Muhammad ibn Qalawun (1334/35-17 mars 1361), mieux connu sous le nom d'an-Nasir Hasan, était le sultan mamelouk d'Égypte et le septième fils d'an-Nasir Muhammad à occuper ce poste, régnant deux fois en 1347-1351 et 1354-1361. Au cours de son premier règne, qu'il a commencé à 12 ans, les hauts émirs mamelouks appartenant autrefois à an-Nasir Muhammad, ont dominé son administration, tandis qu'an-Nasir Hasan a joué un rôle cérémoniel. Il a été renversé en 1351 lorsqu'il a tenté d'affirmer l'autorité exécutive au grand dam des émirs supérieurs. Il a été réintégré trois ans plus tard lors d'un coup d'État contre son frère le sultan as-Salih Salih par les émirs Shaykhu et Sirghitmish. Au cours de son deuxième règne, an-Nasir Hasan a manœuvré contre les principaux émirs, les purgeant progressivement, ainsi que leurs partisans, de l'administration par l'emprisonnement, l'exil forcé et l'exécution. Il a remplacé de nombreux mamelouks par des awlad al-nas (descendants de mamelouks), qu'il a trouvés plus fiables, compétents et aimables avec le public. An-Nasir Hasan a été tué par l'un de ses propres mamelouks, Yalbugha al-Umari, qui dirigeait une faction opposée à l'élévation par an-Nasir Hasan des awlad al-nas. Tout au long de son second règne, an-Nasir Hasan a commencé le complexe Mosquée-Madrasa du Sultan Hasan au Caire, ainsi que d'autres travaux architecturaux, à savoir des structures religieuses, au Caire, à Jérusalem, à Gaza et à Damas.
An-Nasir Muhammad_(Zaidi_imam)/An-Nasir Muhammad (Zaidi imam):
An-Nasir Muhammad (17 janvier 1680 - 23 août 1754), était un Sayyid yéménite qui a revendiqué à deux reprises l' imamat Zaidi du Yémen , en 1723 et 1727–1729. Muhammad bin Ishaq était un petit-fils de l'imam al-Mahdi Ahmad (mort en 1681). En 1723, alors qu'il séjournait au Mashriq, il proclama sa da'wah (appel à l'imamat) sous le nom de an-Nasir Muhammad. La proclamation a été faite en opposition à l'actuel Imam al-Mutawakkil al-Qasim. Cependant, un homme de lettres bien connu, Muhammad bin Isma'il al-Amir, a réussi à provoquer une réconciliation. À la mort d'al-Mutawakkil al-Qasim en 1727, an-Nasir Muhammad a de nouveau réclamé l'imamat de sa base de Zafar, au nord-ouest de San'a. Il avait le soutien des membres des tribus Hashid et Bakil, et du seigneur Sayyid de Kawkaban. Il était opposé par le fils de l'imam décédé al-Mansur al-Husayn II qui détenait San'a. Le chef des membres de la tribu est allé parlementer avec al-Mansur al-Husayn mais a été assassiné dans la tente de ce dernier. Cela a conduit à une grande consternation parmi les tribus et à une série de combats indécis. Pendant une brève période, al-Mansur al-Husayn semble avoir reconnu an-Nasir Muhammad comme Imam. Plus tard, cependant, il captura les fils d'an-Nasir Muhammad, et l'imam vint à la cour de son adversaire vers 1729 pour lui rendre hommage. Il a été bien accueilli et al-Mansur al-Husayn lui a confié la maintenance. L'un des fils d'an-Nasir Muhammad est resté en détention, tandis que lui-même s'est retiré dans la vie privée jusqu'à sa mort en 1754.
An-Nasir Muhammad_bin_Abdallah/An-Nasir Muhammad bin Abdallah :
An-Nasir Muhammad bin Abdallah (3 novembre 1196 - 1er décembre 1226) était un imam d'une partie de l'État de Zaidi au Yémen, qui a régné en 1217-1226 en rivalité avec un concurrent.
An-Nasir Muhammad_bin_Yusuf/An-Nasir Muhammad bin Yusuf :
An-Nasir Muhammad bin Yusuf (décédé le 8 août 1488) était un candidat à l'État de Zaidi au Yémen, dont le mandat en tant qu'imam est compté de 1474 à 1488. Muhammad bin Yusuf était un descendant de l'imam al-Mahdi Ali (d. 1372) à la cinquième génération. Lorsque le vieil imam al-Mutawakkil al-Mutahhar mourut à Dhamar en 1474, trois prétendants apparurent sur les lieux. Ceux-ci comprenaient Muhammad bin Yusuf, qui est allé de San'a au bastion montagneux de Thula. De là, il a fait sa da'wa (appel à l'imamat), diffusant le message à San'a, Falala et dans d'autres régions de Zaidi. Il prit le nom honorifique an-Nasir Muhammad. Ses deux rivaux étaient al-Mansur Muhammad et al-Hadi Izz ad-Din, qui appartenaient à d'autres branches des Rassids. Une faction Zaidi, les Hamzites Sharifs, a en fait répondu à son appel et l'a reconnu d'avril 1476 à octobre-novembre 1487. Néanmoins, les habitants du centre traditionnel de la communauté Zaydiyyah, Sa'dah, ont refusé de le soutenir et ont plutôt proclamé al- Hadi Izz ad-Din. An-Nasir Muhammad était considéré comme ayant la meilleure connaissance doctrinale de ses contemporains, mais la chance n'était pas de son côté. Aucun des prétendants n'a été en mesure de contrôler la ville clé de San'a, qui était entre les mains d'un quatrième imam, al-Mu'ayyad Muhammad, depuis 1464. An-Nasir Muhammad est mort après un mandat assez obscur en 1488, et a été enterré dans le dôme de Thula.
An-Nasir Muhammad_ibn_Qaitbay/An-Nasir Muhammad ibn Qaitbay :
An-Nasir Muhammad ibn Qaitbay (arabe : الناصر ناصر الدين محمد بن قايتباي ; 1482 - 31 octobre 1498) était le fils de Qaitbay et un sultan mamelouk d'Égypte du 7 août 1496 au 31 octobre 1498.
An-Nasir Yusuf/An-Nasir Yusuf :
An-Nasir Yusuf (arabe : الناصر يوسف; AD 1228-1260), entièrement al-Malik al-Nasir Salah al-Din Yusuf ibn al-Aziz ibn al-Zahir ibn Salah al-Din Yusuf ibn Ayyub ibn Shazy (المل٭اص ص؄ن الدين يوسف بن الظاهر بن صلاحاهر بن صلاح الدين يوسف بن أيوب صلاح بن أيوب بن شاذى), était l'émir d'ayubid de Syrie depuis sa place à Alep (1236-1260) et le sultan de l'empire Ayyubid de 1250 jusqu'au sac d'Alep par les Mongols 1260.
An-Nasir ad-Din_Muhammad/An-Nasir ad-Din Muhammad :
An-Nasir ad-Din Muhammad (arabe : الصالح ناصر الدين محمد بن ططر ; 1411-1422) était le fils de Sayf ad-Din Tatar et un sultan mamelouk d'Égypte du 30 novembre 1421 au 1er avril 1422.
An-Nasir al-Hasan/An-Nasir al-Hasan :
An-Nasir al-Hasan (1457 - 24 juin 1523) était un imam de l'État de Zaidi au Yémen, qui exerça une autorité limitée dans les hautes terres du nord du Yémen en 1495-1523. Al-Hasan bin Izz al-Din était le fils du puissant imam al-Hadi Izz al-Din. Après la mort de ce dernier en 1495, al-Hasan proclama son appel à l'imamat sous le nom d'an-Nasir al-Hasan. Il a hérité de l'amour de son père pour l'apprentissage, mais à peine de ses compétences politiques. La tradition zaïdite le dépeint positivement comme un refuge pour les veuves et les orphelins, et un refuge pour les faibles. Néanmoins, an-Nasir al-Hasan ne pouvait contrôler qu'une zone limitée dans les hautes terres du nord. Pendant de nombreuses années, il dut résister à l'imam rival al-Mansur Muhammad (mort en 1505). Al-Mansur a été capturé et empoisonné par le Sultan Tahiride Amir en 1504, et les Tahirides ont saisi San'a. Plus tard, an-Nasir al-Hasan a été éclipsé par un nouvel imam puissant, al-Mutawakkil Yahya Sharaf ad-Din (r. 1506-1555). Il mourut dans l'obscurité en 1523 et fut enterré à Falala. Il a engendré neuf fils, Muhammad, Izz al-Din, Majd ad-Din, Da'ud, Ahmad, Salah, Yahya, Taj ad-Din et Ali. Majd ad-Din a lancé son appel à l'imamat après la mort de son père, mais n'a pas réussi et est mort en 1536 sans jamais détenir le pouvoir politique.
An-Nasir al-Hasan_bin_Ali/An-Nasir al-Hasan bin Ali :
An-Nasir al-Hasan bin Ali (mort en 1615) était un prétendant à l'État Zaidi du Yémen entre 1579 et 1585, en opposition aux Turcs ottomans, qui ont occupé les terres yéménites pendant des années.
An-Nasr/An-Nasr :
An-Nasr, (arabe : النصر, an-naṣr, "Help", ou "[Divine] Support"), est le 110ème chapitre (sūrah) du Coran avec 3 āyāt ou versets. ۝ QUAND l'aide de DIEU viendra, et la victoire; ۝ et tu verras le peuple entrer dans la religion de DIEU par troupes : ۝ célèbre la louange de ton SEIGNEUR, et lui demande pardon ; car il est enclin à pardonner. An-Nasr se traduit en anglais par "la victoire" et "l'aide ou l'assistance". C'est la troisième sourate la plus courte après Al-Asr et Al-Kawthar par un certain nombre d'ayat. La sourate 112 (al-Ikhlāṣ) a en fait moins de mots en arabe que la sourate An-Nasr, mais elle a quatre versets.
Mosquée An-Nasr / Mosquée An-Nasr:
La mosquée An-Nasr (arabe : مسجد النصر Masjid an-Nasr traduit par "Mosquée de la Victoire") est une mosquée située dans la ville palestinienne de Naplouse. Il est situé sur la place centrale de la vieille ville et est présenté comme le "symbole de Naplouse". La mosquée An-Nasr a un dôme turquoise et sa salle de prière est située au deuxième étage du bâtiment.
An-Nassariya/An-Nassariya :
an-Nassariya (arabe : النصارية) est une ville palestinienne du gouvernorat de Naplouse dans le centre-nord de la Cisjordanie, située à 14 kilomètres à l'est de Naplouse. Selon le Bureau central palestinien des statistiques (PCBS), le village comptait 1 354 habitants au milieu de l'année 2006. Les établissements de santé des villages environnants sont basés à an-Nassariya et les établissements sont désignés comme MOH niveau 2.
Mosquée An-Nawier/Mosquée An-Nawier :
La mosquée An-Nawier (indonésien : Masjid An-Nawier) est l'une des plus anciennes mosquées de Jakarta, en Indonésie. Il est situé à Pekojan, Tambora, un quartier de Jakarta. La mosquée est un symbole de la civilisation arabe à Jakarta. La mosquée est grande et l'architecture ancienne se dresse majestueusement dans une colonie densément peuplée de l'ouest de Jakarta. La colonie était autrefois une région dont la population majoritaire est issue des Arabes, du Yémen et de l'Inde. Bien que le nombre d'Arabes ne soit plus important, des traces peuvent encore être trouvées jusqu'à présent à Pekojan.
An-Nazla al-Gharbiya/An-Nazla al-Gharbiya :
An-Nazla al-Gharbiya (arabe : النزله الغربيه) est un village palestinien du gouvernorat de Tulkarem dans l'est de la Cisjordanie, situé à 16 kilomètres au nord de Tulkarem.
An-Nazla al-Wusta/An-Nazla al-Wusta :
An-Nazla al-Wusta (arabe : النزله الوسطه) est un village palestinien du gouvernorat de Tulkarem dans l'est de la Cisjordanie, situé à 17 kilomètres au nord-est de Tulkarem.
An-Nazla ash-Sharqiya/An-Nazla ash-Sharqiya :
An-Nazla ash-Sharqiya (arabe : النزله الشرقيه) est un village palestinien du gouvernorat de Tulkarem dans l'est de la Cisjordanie, situé à 18 kilomètres au nord-est de Tulkarem.
Forteresse An-Nekhel/Forteresse An-Nekhel :
La forteresse d'an-Nekhel est un ksar (château) situé dans la municipalité de Nekhel de la péninsule du Sinaï en Égypte. Il occupe un emplacement stratégique au centre exact de la péninsule. Les fouilles sur le site ont révélé des vestiges datant de l'Égypte ancienne. Il a toujours été une étape importante et un lieu de rassemblement pour les pèlerins musulmans qui entreprennent le Hajj ou la Umra, les pèlerinages sacrés des musulmans.
An-Nibras/An-Nibras :
Le magazine en langue arabe An-Nibrās (النبراس; La Lanterne) paraissait une fois par mois en 1909 et 1910 à Beyrouth. Le fondateur et éditeur était Mustafa al-Ghalayini, un théologien, écrivain et réformateur libanais bien connu. En plus des articles et des découvertes scientifiques, An-Nibrās s'est concentré sur des sujets culturels. Le lecteur informé des faits littéraires et historiques. En particulier, la critique de la politique et de la société a joué un rôle majeur pour al-Ghalayini. Les sujets religieux n'étaient pas d'une importance primordiale mais étaient également couverts. Des abonnements ont été proposés en dehors du Liban non seulement vers l'Égypte mais aussi vers les États-Unis et l'Inde.
An-Nisa/An-Nisa :
An-Nisa' (arabe : ٱلنساء, An-Nisāʾ ; signifiant : Les Femmes) est le quatrième chapitre (sūrah) du Coran, avec 176 versets (āyāt). Le titre dérive des nombreuses références aux femmes tout au long du chapitre, y compris le verset 34 et les versets 127-130.
An-Nisa, 34/An-Nisa, 34 :
An-Nisa 4:34 est le 34e verset du quatrième chapitre du Coran. Ce verset juge le rôle d'un mari en tant que protecteur et soutien de sa femme et comment il doit faire face à la déloyauté de sa part. Les érudits diffèrent énormément sur les implications de ce verset, de nombreux apologistes musulmans affirmant qu'il sert de moyen de dissuasion contre la violence domestique basée sur la colère; tandis que certains musulmans, comme les groupes féministes islamiques, soutiennent que le texte est une justification de la violence domestique. La traduction du verset fait également l'objet de débats parmi les érudits musulmans, qui peuvent lire «les frapper [les femmes]» ou «les frapper (légèrement)» ou «les battre» ou «les fouetter», selon le traducteur. De plus, comme cela est dit dans un hadith transmis par Abu Huraira, il était interdit de gifler quelqu'un au visage.
Mosquée An-Noor_ (Guam) / Mosquée An-Noor (Guam):
La mosquée An-Noor est une mosquée de Mangilao, Guam.
An-Nur/An-Nur :
La Lumière (arabe : النور, 'an-nūr ; signifiant : La Lumière) est le 24ème chapitre du Coran avec 64 versets.
An-Nur (homonymie) / An-Nur (homonymie):
An-Nur (arabe : النور, « la lumière », alternativement Al-Nur, An-Noor) peut faire référence à :
An-Nur Great_Mosque/An-Nur Great Mosquée :
La Grande Mosquée An-Nur est une mosquée située à Pekanbaru, Riau, Indonésie. La construction a commencé en 1963 et s'est achevée en 1968. La mosquée peut accueillir environ 4 500 fidèles. C'est l'une des plus grandes mosquées d'Indonésie. La mosquée a des influences de divers styles architecturaux : malais, turc, arabe et indien.
Mosquée_An-Nur Jamek,_Labuan/Mosquée An-Nur Jamek, Labuan :
La mosquée An-Nur Jamek ou Masjid Jamek An-Nur (ou parfois appelée Masjid Negeri Wilayah Persekutuan Labuan ou la mosquée du territoire fédéral de l'État de Labuan) est une mosquée du territoire fédéral de Labuan, en Malaisie.
Mosquée_An-Nur Kota_Raya/Mosquée An-Nur Kota Raya :
La mosquée An-Nur Kota Raya ( malais : Masjid An-Nur Kota Raya ) est une mosquée située sur la Plaza Kotaraya , Johor Bahru , Johor , Malaisie . Il appartient à Johor Corporation (J-Corp), la branche d'investissement du gouvernement de l'État de Johor.
Mosquée An-Nur_(Dili)/Mosquée An-Nur (Dili) :
La mosquée An-Nur (en portugais : Mesquita An-Nur) est une mosquée du village d'Alor, à Dili, au Timor oriental.
Mosquée_An-Nur Tongkang/Mosquée An-Nur Tongkang :
La mosquée An-Nur Tongkang ( chinois traditionnel :東港清真寺 ; chinois simplifié :东港清真寺 ; pinyin : Dōnggǎng Qīngzhēnsì ) est une mosquée du canton de Donggang , comté de Pingtung , à Taïwan . C'est la huitième mosquée construite à Taïwan. C'est aussi la première mosquée du comté de Pingtung.
An-Nuway%27imah/An-Nuway'imah :
al-Nuway'imah (arabe : النويعمه) est un village palestinien du gouvernorat de Jéricho, dans l'est de la Cisjordanie, situé à cinq kilomètres au nord de Jéricho. Il est situé à basse altitude sous le niveau de la mer dans la vallée centrale du Jourdain. Le village contient une école primaire et secondaire.
An-Nu%CA%BDayr/An-Nuʽayr :
An-Nuʽayr (Al-Nuʽair) est un village de l'est du Yémen. Il est situé dans le gouvernorat de l'Hadramaout.
An-Sophie Mestach/An-Sophie Mestach :
An-Sophie Mestach (née le 7 mars 1994) est une joueuse de tennis belge à la retraite. Au cours de sa carrière, Mestach a remporté deux titres en double sur le circuit WTA, ainsi que six titres en simple et huit titres en double sur le circuit ITF. Le 14 septembre 2015, elle a atteint le sommet de sa carrière en simple, la 98e place mondiale. Le 1er février 2016, elle a culminé à la 64e place du classement en double. Mestach, né à Gand, a remporté les épreuves juniors de l'Open d'Australie 2011 en simple et en double. Suite à ces victoires, elle est devenue la n°1 mondiale junior. Elle a également remporté deux tournois de niveau A et trois de niveau 1 en simple sur le circuit junior. En 2012, Mestach a fait la finale d'un événement ITF et les demi-finales de deux autres. Elle a terminé l'année avec un classement de n ° 361 mondiale. Jouant pour l'équipe belge de la Fed Cup depuis 2010, Mestach a un bilan de victoires-défaites de 9–6.
Tour An-Tai/Tour An-Tai :
La tour An-Tai , également connue sous le nom de Taiwan Research Institute Building ( chinois :安泰登峰; pinyin : Shìjì jīnróng guǎngchǎng dàlóu ), est un immeuble de bureaux situé dans le district de Tamsui , New Taipei , Taiwan . La hauteur du bâtiment est de 130 m (430 pi) et il comprend 31 étages au-dessus du sol. Le bâtiment a été achevé en 2002. Il abrite l'Institut de recherche de Taiwan (zh :臺灣綜合研究院), d'où le nom alternatif.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Boefje film""

Corps à corps/Corps à corps : Body to Body peut faire référence à : Body to Body (album Blue System), 1995 Body to Body (album Technotr...