Rechercher dans ce blog

lundi 21 mars 2022

Allottments


Allopathes desbonni/Allopathes desbonni :
Allopathes desbonni est une espèce de corail de la famille des Antipathidae. Elle a été décrite par Édouard Placide Duchassaing de Fontbressin et Giovanni Michelotti en 1864. L'espèce est connue du golfe du Mexique et des environs des Petites Antilles (ouest de l'océan Atlantique central).

Médecine allopathique/Médecine allopathique :
La médecine allopathique, ou allopathie, est un terme archaïque utilisé pour définir la médecine moderne basée sur la science. Il existe des variations régionales dans l'utilisation du terme. Aux États-Unis, le terme est utilisé pour contraster avec la médecine ostéopathique, en particulier dans le domaine de l'éducation médicale. Les termes ont été inventés en 1810 par l'inventeur de l'homéopathie, Samuel Hahnemann. Il était à l'origine utilisé par les homéopathes du XIXe siècle comme un terme péjoratif pour la médecine héroïque, la médecine traditionnelle européenne de l'époque et un précurseur de la médecine moderne, qui ne reposait pas sur des preuves d'efficacité. La médecine héroïque était basée sur la croyance que la maladie est causée par un déséquilibre entre les quatre « humeurs » (sang, flegme, bile jaune et bile noire) et cherchait à traiter les symptômes de la maladie en corrigeant ce déséquilibre, en utilisant des méthodes « dures et abusives » pour induire des symptômes vus comme opposés à ceux des maladies plutôt que de traiter leurs causes sous-jacentes : la maladie était causée par un excès d'humeur et serait donc traitée avec son « opposé ». Chez les homéopathes et autres défenseurs des médecines alternatives, la « médecine allopathique » désigne désormais à "la vaste catégorie de pratique médicale qui est parfois appelée médecine occidentale, biomédecine, médecine factuelle ou médecine moderne". Cette description a continué à être utilisée pour décrire tout ce qui n'était pas de l'homéopathie. La signification implicite de l'étiquette n'a jamais été acceptée par la médecine conventionnelle et est toujours considérée comme péjorative par certains. William Jarvis, un expert en médecine alternative et en santé publique, déclare que "bien que de nombreuses thérapies modernes puissent être interprétées comme se conformant à une logique allopathique (par exemple, l'utilisation d'un laxatif pour soulager la constipation), la médecine standard n'a jamais prêté allégeance à un principe allopathique". et que l'étiquette " allopathe " était " considérée comme très dérisoire par la médecine ordinaire ". La plupart des traitements médicaux modernes fondés sur la science (antibiotiques, vaccins et chimiothérapies, par exemple) ne correspondent pas à la définition de l'allopathie de Samuel Hahnemann, car ils cherchent à prévenir la maladie ou à soulager une maladie en éliminant sa cause.
Spéciation allopatrique/Spéciation allopatrique :
La spéciation allopatrique (du grec ancien ἄλλος (állos) 'autre', et πατρίς (patrís) 'patrie') - également appelée spéciation géographique, spéciation vicariante, ou son ancien nom le modèle haltère : 86 - est un mode de spéciation qui se produit lorsque des populations biologiques sont géographiquement isolées les unes des autres à un point qui empêche ou interfère avec le flux génétique. Divers changements géographiques peuvent survenir, tels que le mouvement des continents et la formation de montagnes, d'îles, de plans d'eau ou de glaciers. Les activités humaines telles que l'agriculture ou les aménagements peuvent également modifier la répartition des populations d'espèces. Ces facteurs peuvent modifier considérablement la géographie d'une région, entraînant la séparation d'une population d'espèces en sous-populations isolées. Les populations vicariantes subissent alors des modifications génétiques lorsqu'elles sont soumises à différentes pressions sélectives, subissent une dérive génétique et accumulent différentes mutations dans les pools génétiques des populations séparées. Les barrières empêchent l'échange d'informations génétiques entre les deux populations conduisant à l'isolement reproductif. Si les deux populations entrent en contact, elles seront incapables de se reproduire, spécifiant effectivement. D'autres facteurs d'isolement tels que la dispersion de la population conduisant à l'émigration peuvent provoquer une spéciation (par exemple, la dispersion et l'isolement d'une espèce sur une île océanique) et sont considérés comme un cas particulier de spéciation allopatrique appelée spéciation périatrique. La spéciation allopatrique est généralement subdivisée en deux grands modèles : vicariance et péripatrique. Les deux modèles diffèrent l'un de l'autre en raison de la taille de leur population et des mécanismes d'isolement géographique. Les termes allopatrie et vicariance sont souvent utilisés en biogéographie pour décrire la relation entre des organismes dont les aires de répartition ne se chevauchent pas de manière significative mais sont immédiatement adjacentes les unes aux autres - elles ne se produisent pas ensemble ou ne se produisent que dans une zone de contact étroite. Historiquement, le langage utilisé pour désigner les modes de spéciation reflétait directement les distributions biogéographiques. A ce titre, l'allopatrie est une répartition géographique opposée à la sympatrie (spéciation au sein d'un même espace). De plus, les termes allopatrique, vicariant et spéciation géographique sont souvent utilisés de manière interchangeable dans la littérature scientifique. Cet article suivra un thème similaire, à l'exception des cas particuliers tels que périatrique, centrifuge, entre autres. L'observation de la nature crée des difficultés pour assister à la spéciation allopatrique du « début à la fin » car elle fonctionne comme un processus dynamique. De là découle une foule de problèmes divers dans la définition des espèces, la définition des barrières d'isolement, la mesure de l'isolement reproductif, entre autres. Néanmoins, les modèles verbaux et mathématiques, les expériences de laboratoire et les preuves empiriques soutiennent massivement l'occurrence de la spéciation allopatrique dans la nature. : 87–105 La modélisation mathématique de la base génétique de l'isolement reproductif soutient la plausibilité de la spéciation allopatrique ; considérant que des expériences en laboratoire sur la drosophile et d'autres espèces animales et végétales ont confirmé que l'isolement reproductif évolue comme un sous-produit de la sélection naturelle : 87
Allopéas/Allopéas :
Allopeas , nom commun les «escargots poinçons», est un genre de petits escargots terrestres tropicaux à respiration aérienne , des mollusques gastéropodes pulmonaires terrestres de la famille des Achatinidae .
Allopeas clavulinum/Allopeas clavulinum :
Allopeas clavulinum, nom commun de l'escargot à pointes, est une espèce de petit escargot terrestre tropical à respiration aérienne, un mollusque gastéropode pulmonaire terrestre de la famille des Achatinidae. Cette espèce est également connue sous le nom de Lamellaxie clavulinus.
Allopéas gracile/Allopeas gracile :
Allopeas gracile, nom commun le poinçon gracieux, est une espèce de petit escargot terrestre tropical à respiration aérienne, un mollusque gastéropode pulmonaire terrestre de la famille des Achatinidae.
Alloéas micra/Alloéas micra :
Allopeas micra est une espèce de petit escargot terrestre tropical à respiration aérienne, un mollusque gastéropode pulmoné terrestre de la famille des Achatinidae.
Allopèbe/Allopèbe :
Allopeba est un genre de coléoptères de la famille des Cerambycidae, contenant les espèces suivantes : Allopeba paranaensis (Napp & Reynaud, 1998) Allopeba quadripunctatus (Lucas, 1857) Allopeba signaticornis (Lucas, 1857)
Allopeba paranaensis/Allopeba paranaensis :
Allopeba paranaensis est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Napp et Reynaud en 1998.
Allopeba quadripunctatus/Allopeba quadripunctatus :
Allopeba quadripunctatus est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Hippolyte Lucas en 1857.
Allopeba signaticornis/Allopeba signaticornis :
Allopeba signaticornis est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae. Il a été décrit par Hippolyte Lucas en 1857.
Allopenarthrum/Allopenarthrum :
Allopenthrum est un genre de vrai charançon. Il contient les espèces suivantes : Allopenthrum elumbe (Boheman, 1838)
Allopentarthrum elumbe/Allopentararthrum elumbe :
Allopenthrum elumbe est une espèce répandue de véritable charançon que l'on trouve à Hawaiʻi, en Colombie, en Guyane française, aux îles Galápagos, aux Antilles, sur l'île de l'Ascension, en Afrique, à Madagascar, en Malaisie, au Japon, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, sur l'île Lord Howe et aux Samoa. Il habite des habitats forestiers tropicaux dans toute son aire de répartition.
Allopeplus/Allopeplus :
Allopeplus cordifer est une espèce de coléoptère de la famille des Cerambycidae, la seule espèce du genre Allopeplus.
Alloperisse/Alloperisse :
Alloperissa est un genre de papillons de nuit de la famille des Crambidae. Il ne contient qu'une seule espèce, Alloperissa creagraula, que l'on trouve aux Fidji.
Alloperla/Alloperla :
Alloperla est un genre de phlébotomes de la famille des Chloroperlidae. Il contient les espèces suivantes :
Alloperla acadiana/Alloperla acadiana :
Alloperla acadiana, la mouche de Brunswick, est une espèce de phlébotome de la famille des Chloroperlidae et du genre Alloperla présente en eau douce, peut-être endémique au Nouveau-Brunswick. Il n'est connu que d'un seul spécimen mâle prélevé à Pokiok, au Nouveau-Brunswick, en 1983.
Alloperla concolor/Alloperla concolor :
Alloperla concolor, le sallfly à tête de canard, est une espèce de phlébotome vert de la famille des Chloroperlidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Alloperla roberti/Alloperla roberti :
Alloperla roberti, la tenthrède de l'Illinois ou la mouche des pierres de Robert, était une espèce de mouche des pierres de la famille des Chloroperlidae. Il était endémique de l'Illinois et sa localité type se trouvait dans le comté de Rock Island. Il n'a pas été vu depuis 1860 et est probablement éteint.
Allopétrolisthes/Allopetrolisthes :
Allopetrolisthes est un genre de crabes porcelaine, comprenant trois espèces : Allopetrolisthes angulosus (Guérin, 1835) Allopetrolisthes punctatus (Guérin, 1835) Allopetrolisthes spinifrons (H. Milne-Edwards, 1837)
Allopetrolisthes spinifrons/Allopetrolisthes spinifrons :
Allopetrolisthes spinifrons est une espèce de crabe porcelaine. Il affiche une "hypercarcinisation", par laquelle la ressemblance avec un vrai crabe est renforcée par le dimorphisme sexuel de l'abdomen. Il vit le long de la côte pacifique du Pérou et du Chili, en tant que symbiote d'une anémone de mer.
Allophalère/Allophalère :
Allophalerus est un genre éteint de coléoptères de la famille des Ommatidae.
Allophanate hydrolase/Allophanate hydrolase :
En enzymologie, une allophanate hydrolase (EC 3.5.1.54) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique allophanate + 3 H2O + H+ ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } 2 HCO3− + 2 NH4+Ainsi, les deux substrats de cette enzyme sont allophanate (urée-1-carboxylate ou N-carbamoylcarbamate) et H2O, alors que ses deux produits sont HCO3− et NH4+. Cette enzyme appartient à la famille des hydrolases, celles agissant sur les liaisons carbone-azote autres que les liaisons peptidiques, plus précisément dans les amides linéaires. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est l'urée-1-carboxylate amidohydrolase. Cette enzyme est également appelée allophanate lyase. Cette enzyme participe au cycle de l'urée et au métabolisme des groupes amino et à la dégradation de l'atrazine.
Allophane/Allophane :
L'allophane est un minéraloïde argileux de silicate d'aluminium hydraté amorphe à faiblement cristallin. Sa formule chimique est Al2O3·(SiO2)1.3-2·(2.5-3)H2O. Puisqu'il a un ordre atomique à courte portée, c'est un minéraloïde, plutôt qu'un minéral, et peut être identifié par son spectre infrarouge distinctif et son diagramme de diffraction des rayons X. Il a été décrit pour la première fois en 1816 à Gräfenthal, Thuringe, Allemagne. L'allophane est un produit d'altération ou d'altération hydrothermale du verre volcanique et des feldspaths et a parfois une composition similaire à la kaolinite mais a généralement un rapport molaire de Al: Si = 2. Il se forme généralement sous un pH légèrement acide à neutre (5–7). Sa structure a été débattue, mais il est similaire aux minéraux argileux et est composé de couches courbes d'alumine octaédriques et de silice tétraédriques. Les micrographies électroniques à transmission montrent qu'il est généralement constitué d'agrégats de sphérules creuses d'environ 3 à 5 nm de diamètre. L'allophane peut s'altérer pour former de l'halloysite dans des conditions aqueuses de résilication et peut s'altérer pour former de la gibbsite dans des conditions de désilication. Une variété cupro-allophane contenant du cuivre a été signalée. Il forme des masses cireuses botryoïdes à croustillantes de couleur variant du blanc au vert, bleu, jaune et brun. Il a une dureté Mohs de 3 et une densité de 1,0. Il a été nommé du grec allos - "autre" et phanos - "apparaître", car il a donné une réaction trompeuse dans la flamme de la sarbacane lors d'anciens tests minéralogiques.
Allophanes/Allophanes :
Allophanes est un genre de coléoptères de la famille des Carabidae, contenant les espèces suivantes : Allophanes auripennis (Chaudoir, 1877) Allophanes drescheri Louwerens, 1952 Allophanes limbipennis (Chaudoir, 1877) Allophanes mundus (Andrewes, 1931)
Acide allophanique/Acide allophanique :
L'acide allophanique est le composé organique de formule H2NC(O)NHCO2H. C'est un acide carbamique, le dérivé carboxylé de l'urée. Le biuret peut être considéré comme l'amide de l'acide allophanique. Le composé peut être préparé en traitant l'urée avec du bicarbonate de sodium : H2NC(O)NH2 + NaHCO3 → H2NC(O)NHCO2H + NaOHLa base anionique conjuguée, H2NC(O)NHCO2−, est appelée allophanate. Le sel de cet anion a été caractérisé par cristallographie aux rayons X. L'anion allophonate est le substrat de l'enzyme allophanate hydrolase. Les esters allophonates proviennent de la condensation de carbamates.
Allophanopsis/Allophanopsis :
Allophanopsis emarginata est une espèce de coléoptère de la famille des Carabidae, la seule espèce du genre Allophanopsis.
Allophilie/Allophilie :
L'allophilie a une attitude positive envers les membres de l'exogroupe. Les membres de l'exogroupe peuvent être toute personne possédant des caractéristiques différentes des siennes, telles que des personnes de races, de religions, de cultures différentes, etc. Il s'agit d'un cadre pour comprendre un leadership intergroupe efficace et est conceptualisé comme un état d'esprit mesurable avec des conséquences tangibles .
Allophlébie/Allophlébie :
Allophlebia est un genre de papillon de nuit de la famille des Gelechiidae. Il contient l'espèce Allophlebia hemizancla, qui se trouve en Afrique du Sud.
Allophone/Allophone :
En phonologie, un allophone (; du grec ἄλλος, állos, "autre" et φωνή, phōnē, "voix, son") fait partie d'un ensemble de multiples sons parlés possibles, ou téléphones, ou signes utilisés pour prononcer un seul phonème dans une langue particulière. Par exemple, en anglais, [t] (comme dans stop [stɒp]) et la forme aspirée [tʰ] (comme dans top [ˈtʰɒp]) sont des allophones pour le phonème /t/, alors que ces deux sont considérés comme des phonèmes différents dans certaines langues comme le thaï et l'hindi. D'autre part, en espagnol, [d] (comme dans dolor [doˈloɾ]) et [ð] (comme dans nada [ˈnaða]) sont des allophones pour le phonème /d/, alors que ces deux sont considérés comme des phonèmes différents dans Anglais. L'allophone spécifique sélectionné dans une situation donnée est souvent prévisible à partir du contexte phonétique, ces allophones étant appelés variantes de position, mais certains allophones se produisent en variation libre. Remplacer un son par un autre allophone du même phonème ne change généralement pas le sens d'un mot, mais le résultat peut sembler non natif ou même inintelligible. Les locuteurs natifs d'une langue donnée perçoivent un phonème dans la langue comme un son distinctif unique et sont "à la fois inconscients et même choqués par" les variations allophones qui sont utilisées pour prononcer des phonèmes uniques.
Allophone (Canada)/Allophone (Canada) :
Au Canada, un allophone est un résident dont la langue maternelle ou la langue parlée à la maison n'est ni le français ni l'anglais. Le terme est parallèle à anglophone et francophone, qui désignent les personnes dont les langues maternelles sont respectivement l'anglais et le français. Les locuteurs natifs des langues autochtones ne sont généralement pas traités comme des allophones.
Allophorocères/Allophorocères :
Allophorocera est un genre de mouches de la famille des Tachinidae.
Allophorocera ferruginea/Allophorocera ferruginea :
Allophorocera ferruginea est une espèce de mouche de la famille des Tachinidae. C'est une espèce paléarctique que l'on trouve dans la majeure partie de l'Europe.
Allophore/Allophore :
Allophoron est un genre de champignons du phylum Ascomycota. La relation de ce taxon avec d'autres taxons au sein du phylum est inconnue ( incertae sedis ), et il n'a pas encore été placé avec certitude dans une classe, un ordre ou une famille. Il s'agit d'un genre monotypique, contenant la seule espèce Allophoron farinosum, trouvée en Colombie. Le genre et l'espèce ont été décrits comme nouveaux en 1942 par le lichénologue tchèque Josef Nádvorník.
Allophroïdes/Allophroïdes :
Allophroides est un genre de la famille des guêpes parasites Ichneumonidae. L'espèce type est Allophroides boops.
Allophrys/Allophrys :
Allophrys est un genre de la famille des guêpes parasites Ichneumonidae.
Allophycocyanine/Allophycocyanine :
L'allophycocyanine ("autre protéine bleue algale" ; du grec : ἄλλος (allos) signifiant "autre", φύκος (phykos) signifiant "algue" et κυανός (kyanos) signifiant "bleu") est une protéine de la famille des phycobiliprotéines récoltant la lumière , ainsi que la phycocyanine, la phycoérythrine et la phycoérythrocyanine. C'est un pigment accessoire de la chlorophylle. Toutes les phycobiliprotéines sont solubles dans l'eau et ne peuvent donc pas exister dans la membrane comme les caroténoïdes, mais s'agrègent, formant des amas qui adhèrent à la membrane appelés phycobilisomes. L'allophycocyanine absorbe et émet de la lumière rouge (650 et 660 nm max, respectivement) et se trouve facilement dans les cyanobactéries (également appelées algues bleu-vert) et les algues rouges. Les pigments de phycobiline ont des propriétés fluorescentes qui sont utilisées dans les kits d'immunodosage. En cytométrie en flux, il est souvent abrégé APC. Pour être utilisé efficacement dans des applications telles que le FACS, le criblage à haut débit (HTS) et la microscopie, l'APC doit être chimiquement réticulé.
Allophyes/Allophyes :
Allophyes est un genre de papillons nocturnes de la famille des Noctuidae. Le genre a été décrit par Tams en 1942.
Allophyes oxyacanthae/Allophyes oxyacanthae :
Allophyes oxyacanthae, le croissant vert bringé, est un papillon nocturne de la famille des Noctuidae. L'espèce a été décrite pour la première fois par Carl Linnaeus dans sa 10e édition de Systema Naturae en 1758. On le trouve en Europe.
Allophylaria/Allophylaria :
Allophylaria est un genre de champignons de la famille des Helotiaceae. En février 2015, la base de données nomenclaturale Index Fungorum répertorie 14 espèces du genre.
Allophylastre/Allophylastre :
Allophylastrum est un genre de plantes à fleurs appartenant à la famille des Sapindaceae. Son aire de répartition naturelle s'étend de la Guyane au nord du Brésil. Espèce : Allophylastrum frutescens Acev.-Rodr.
Allophyllum/Allophyllum :
Allophyllum est un petit genre de plantes à fleurs de la famille des phlox connues sous le nom de faux gilyflowers. Ce sont des annuelles velues et glandulaires avec de hautes tiges fines et ramifiées surmontées de grappes de petites fleurs tubulaires dans différentes nuances de violet. Certaines plantes sont collantes et toutes ont des graines qui deviennent collantes lorsqu'elles sont mouillées. Les fausses giroflées sont originaires de l'ouest de l'Amérique du Nord. Espèce : Allophyllum divaricatum - fausse giroflée violette Allophyllum gilioides - fausse giroflée dense Allophyllum glutinosum - fausse giroflée collante Allophyllum integrifolium - fausse giroflée blanche
Allophyle/Allophyle :
Allophylus est un genre de la famille des plantes Sapindaceae. Une liste d'espèces (incomplète) : Allophylus agbala Hauman Allophylus aldabricus Radlk. Allophylus bullatus Radlk. Allophylus chartaceus (Kurz) Radlkofer Allophylus chirindensis Baker f. Allophylus cobbe (L.) Rausch. Allophylus decipiens (E.Mey.) Radlk. Allophylus dodsonii AHGentry Allophylus edulis (St.Hil.) Radlk. Allophylus hispidus (Thwaites) Trimen Allophylus marquesensis F. Brown Allophylus natalensis (Sond.) De Winter Allophylus pachyphyllus Radlk. Allophylus rapensis F. Brun Allophylus rhoidiphyllus Balf. F. Allophylus rhomboidalis (Nadeaud) Radlkofer Allophylus roigii Lippold Allophylus zeylanicus L. Allophylus zimmermannianus Gilg ex Engl.
Allophylus agbala/Allophylus agbala :
Allophylus agbala est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Elle est endémique de la République Démocratique du Congo.
Allophylus aldabricus/Allophylus aldabricus :
Allophylus aldabricus est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Il est endémique des Seychelles. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Allophylus bullatus/Allophylus bullatus :
Allophylus bullatus est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. On le trouve au Cameroun, au Nigeria et à São Tomé et Príncipe. Son habitat naturel est constitué de forêts de montagne humides subtropicales ou tropicales. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Allophylus chartaceus/Allophylus chartaceus :
Allophylus chartaceus (Kurz) Radlkofer est une espèce végétale de la famille des Sapindaceae. Il est originaire de Chine, d'Inde et du Bhoutan. La plante est un arbuste à feuilles simples et à inflorescences en paires ou en groupes plutôt qu'en solitaire. Il produit des fruits rouges charnus atteignant 1 cm de diamètre.
Allophylus chirindensis/Allophylus chirindensis :
Allophylus chirindensis est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. On le trouve au Mozambique et au Zimbabwe. Il est menacé par la perte de son habitat naturel.
Allophylus cobbe/Allophylus cobbe :
Allophylus cobbe, ou titberry, est une plante portant des feuilles ternes disposées en alternance et en spirale appartenant à la famille des Sapindaceae. Le fruit comestible est à trois chambres comme Sapindus trifoliatus.
Allophylus decipiens/Allophylus decipiens :
Allophylus decipiens (E.Mey.) Radlk., communément connu sous le nom de taaibos bâtard, est un petit arbre à feuilles persistantes à plusieurs ou à une tige, d'environ 3 à 4 m de hauteur, présent dans la forêt côtière, la forêt périphérique et les fourrés, et boisé ravins et ruisseaux. Trouvé jusqu'à 800 m dans les régions côtières du sud de la province du Cap, KwaZulu-Natal, Eswatini, le long de la forêt de l'escarpement de Mpumalanga, y compris Soutpansberg et au Mozambique. Il y a environ 219 espèces dans le genre Allophylus. Il a une écorce gris pâle et des feuilles glabres et trifoliolées, qui peuvent être profondément à peu profondes. Ses fleurs odorantes sont petites et blanchâtres en grappes de trois en grappes axillaires denses jusqu'à 6 cm, ou en panicules ramifiées de 2-3, les fleurs fertiles étant peu nombreuses dans une panicule, sinon mâle. Sépales blanc verdâtre glabres, pétales aussi longs que les sépales, frangés ; étamines plus longues, filets poilus à la base. Fruit de 2 cocci ou 1 par avortement. Le fruit est presque sphérique et mesure environ 6 mm de diamètre, mûrissant en rouge vif. Bois blanc, à grain fin et dur. « Rameaux et pétioles finement duvetés ; folioles sessiles, oblongues-lancéolées ou obovales, rétrécies à la base, dentées près de l'apex, à bords révolutés, glabres, plus pâles en dessous, et barbues à l'aisselle des nervures ; pédoncules non divisés, égalant les feuilles ; fl. spicato-racémeux ; carpelles 2–1, plutôt grands, obovales (lorsqu'ils sont secs), rougeâtres. Un arbuste plus petit que le précédent, avec de petites feuilles et des grappes courtes et indivises. Branches de couleur cendrée ; rameaux blanchâtres. Pétiole commun 1 foliole médiane de 1 1/2 à 2 pouces de long, 7 à 10 lignes de large ; latéral plus petit, tout coriace, brillant au-dessus, cunéiforme et très entier dans la moitié inférieure, avec quelques dents plus grandes ou plus petites du milieu à la apex, obtus ou acuminé obtus, mucronulé. Épis dont le pédoncule de 1 à 2 pouces de long. Fleurs petites, verdâtres ou brunâtres, luisantes ; leurs parties, etc., comme chez S. melanocarpa. Ovaires divariqués ; style bifide. Carpelles deux fois plus grandes comme chez les autres espèces, 2 1/2–3 lignes de long, 2 lignes de large. ulata, Jacq. Schoenb. t. 346, bien que très semblable à cette espèce, diffère par ses fleurs paniculées, dioïques et pentandres."
Allophylus dodsonii/Allophylus dodsonii :
Allophylus dodsonii est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Il est endémique de l'Equateur.
Allophylus edulis/Allophylus edulis :
Allophylus edulis ( portugais : chal-chal ) est une espèce végétale du genre Allophylus endémique des Guyanes , du Brésil , de la Bolivie , du Paraguay , de l' Argentine et de l' Uruguay .
Allophylus hispidus/Allophylus hispidus :
Allophylus hispidus est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Elle est endémique du Sri Lanka.
Allophylus marquesensis/Allophylus marquesensis :
Allophylus marquesensis est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Il existe en Polynésie française sur les îles de Fatu Hiva, Hiva Oa, Tahuata et Ua Huka.
Allophylus natalensis/Allophylus natalensis :
Allophylus natalensis, communément appelé camarine des dunes ou faux cassis des dunes, est une espèce de plante du genre Allophylus originaire du sud-est de l'Afrique.
Allophylus pachyphyllus/Allophylus pachyphyllus :
Allophylus pachyphyllus est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Il est endémique de la Jamaïque.
Allophylus rapensis/Allophylus rapensis :
Allophylus rapensis est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Elle est endémique de la Polynésie française.
Allophylus rhoidiphyllus/Allophylus rhoidiphyllus :
Allophylus rhoidiphyllus est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Elle est endémique du Yémen.
Allophylus rhomboidalis/Allophylus rhomboidalis :
Allophylus rhomboidalis est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. On le trouve en Polynésie française et à Pitcairn.
Allophylus roigii/Allophylus roigii :
Allophylus roigii est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Elle est endémique à Cuba.
Allophylus zeylanicus/Allophylus zeylanicus :
Allophylus zeylanicus (cinghalais : වල් කොබ්බෑ - wal kobbe) est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. Elle est endémique du Sri Lanka.
Allophylus zimmermannianus/Allophylus zimmermannianus :
Allophylus zimmermannianus est une espèce de plante de la famille des Sapindaceae. On le trouve au Kenya et en Tanzanie.
Allopiophile/Allopiophile :
Allopiophila est un genre de petites mouches de la famille des Piophilidae.
Allopisothrips/Allopisothrips :
Allopisothrips est un genre de thrips de la famille des Phlaeothripidae.
Alloplant/Alloplant :
Alloplant est un biomatériau fabriqué à partir de cartilage utilisé pour la chirurgie oculaire dans certaines cliniques en Russie. Les experts avertissent que les affirmations concernant ses prétendues propriétés régénératrices par son inventeur n'ont pas été documentées dans la littérature médicale.
Adaptation alloplastique/Adaptation alloplastique :
L'adaptation alloplastique (du mot grec "allos", signifiant "autre") est une forme d'adaptation où le sujet tente de changer d'environnement face à une situation difficile. La criminalité, la maladie mentale et l'activisme peuvent tous être classés comme des catégories d'adaptation alloplastique. Le concept d'adaptation alloplastique a été développé par Sigmund Freud, Sándor Ferenczi et Franz Alexander. Ils ont proposé que lorsqu'un individu était confronté à une situation stressante, il pouvait réagir de deux manières : Adaptation autoplastique : Le sujet essaie de changer lui-même, c'est-à-dire l'environnement interne. Adaptation alloplastique : Le sujet essaie de changer la situation, c'est-à-dire l'environnement extérieur.
Alloplastie/Alloplastie :
L'alloplastie est une intervention chirurgicale effectuée pour remplacer et réparer les défauts dans le corps à l'aide de matériaux synthétiques. Il peut également être effectué afin de combler les plaies. Le processus de subir une alloplastie implique la construction d'une greffe alloplastique grâce à l'utilisation de la tomodensitométrie (CT), du prototypage rapide et de "l'utilisation de la chirurgie sur modèle virtuel assistée par ordinateur". Chaque greffe alloplastique est construite individuellement et personnalisée en fonction du défaut du patient pour répondre à son problème de santé personnel. L'alloplastie peut être appliquée sous forme de chirurgie réparatrice. Un exemple où l'alloplastie est appliquée en chirurgie reconstructive est l'aide aux malformations crâniennes. L'insertion et la fixation d'implants alloplastiques peuvent également être appliquées dans l'amélioration et l'augmentation cosmétiques. Depuis le début de l'alloplastie, il a été proposé qu'elle pourrait être une alternative viable aux autres formes de greffes. La biocompatibilité et la personnalisation des implants et greffes alloplastiques fournissent une méthode qui peut convenir à la fois aux cas médicaux mineurs et majeurs qui peuvent avoir plus de limitations dans l'approche chirurgicale. Bien qu'il ait été prouvé que l'alloplastie est une méthode viable pour réparer et remplacer les défauts, il existe des inconvénients, notamment l'adéquation de la qualité et de la quantité de l'os du patient pour la stabilité à long terme de l'implant, la possibilité de rejet de l'implant alloplastique, la lésion des nerfs environnants, le coût de la procédure et longs temps de récupération. Des complications peuvent également survenir en raison d'une ingénierie inadéquate des implants et des greffes alloplastiques et d'une mauvaise fixation de l'implant à l'os. Ceux-ci comprennent l'infection, les réactions inflammatoires, la fracture des implants et prothèses alloplastiques, le descellement des implants ou la perte réduite ou complète de l'ostéointégration.
Alloplectus/Alloplectus :
Alloplectus est un genre de plantes néotropicales de la famille des plantes à fleurs Gesneriaceae. Une révision récente du genre comprend cinq espèces, la majorité des espèces du genre telles que traditionnellement circonscrites étant transférées à Crantzia, Glossoloma et Drymonia.
Allopleuron/Allopleuron :
Allopleuron est un genre de tortue de mer éteinte, qui mesurait de 2 à 2,5 mètres (6 pieds 7 pouces à 8 pieds 2 pouces) de long dans la vie. L'espèce type est Allopleuron hofmanni. C'est un membre basal du clade Pancheloniidae, étroitement lié à Protosphargis. Semblable à Protosphargis, il était caractérisé par une réduction de la coquille.
Allopliosilpha inclavata/Allopliosilpha inclavata :
Allopliosilpha inclavata est une espèce éteinte de coléoptère charognard qui vivait au Pliocène moyen. D'abord décrit scientifiquement par Gersdorf en 1971, A. inclavata est la seule espèce du genre Allopliosilpha.
Alloplite/Alloplite :
Alloplitis est un genre de guêpes braconides de la famille des Braconidae. Il y a environ huit espèces décrites dans Alloplitis. Alloplitis congensis se trouve en Afrique de l'Ouest et les autres espèces en Indomalaya.
Allopocockiidae/Allopocockiidae :
Les Allopocockiidae sont une famille de mille-pattes de l'ordre des Spirobolida. Il existe environ cinq genres et huit espèces décrites chez Allopocockiidae.
Allopodes/Allopodes :
Allopoda est un genre de coléoptères des fausses fleurs de la famille des Scraptiidae. Il y a au moins trois espèces décrites dans Allopoda.
Allopoda lutea/Allopoda lutea :
Allopoda lutea est une espèce de coléoptère des fausses fleurs de la famille des Scraptiidae. On le trouve en Amérique du Nord.
Allopodocotyle/Allopodocotyle :
Allopodocotyle est un genre de trématodes de la famille des Opecoelidae.
Allopogon/Allopogon :
Allopogon est un genre de mouches appartenant à la famille des Asilidae.Espèce : Allopogon anomalus (Carrera, 1947) Allopogon argyrocinctus (Schiner, 1867) Allopogon basalis Curran, 1935 Allopogon castigans (Walker, 1851) Allopogon equestris (Wiedemann, 1828) Allopogon miles ( Wiedemann, 1828) Allopogon necans (Wiedemann, 1828) Allopogon placidus (Wulp, 1882) Allopogon tesselatus (Wiedemann, 1828) Allopogon vittatus (Wiedemann, 1828)
Allopoïèse/Allopoïèse :
L'allopoïèse est le processus par lequel un système produit autre chose que le système lui-même. Un exemple de ceci est une chaîne de montage, où le produit final (comme une voiture) est distinct des machines qui produisent. Ceci est en contraste avec l'autopoïèse. Allopoiesis est un mot composé formé de allo- (préfixe grec signifiant autre ou différent) et -poiesis (suffixe grec signifiant production, création ou formation).
Allopontonie/Allopontonie :
Allopontonia est un genre de crevettes de la famille des Palaemonidae, contenant deux espèces : Allopontonia alastairi Bruce, 2010 Allopontonia brockii (de Man, 1888)
Allopontonia brockii/Allopontonia brockii :
Allopontonia brockii est une petite crevette commensale de la famille des Palaemonidae.
Allopor/Allopor :
Alloporus est un genre de mille-pattes géants qui vivent dans les déserts. Il contient les espèces suivantes :
Alloprégnane/Alloprégnane :
Le 5α-pregnane, également connu sous le nom d'allopregnane ou de 10β,13β-diméthyl-17β-éthyl-5α-gonane, est un stéroïde et un composé parent d'une variété de dérivés de stéroïdes. C'est l'un des épimères du prégnane, l'autre étant le 5β-prégnane. Les dérivés de l'Allopregnane comprennent les stéroïdes naturels Allopregnanolone, Allopregnanediol, Isopregnanolone et 5α-Dihydroprogesterone.
Alloprégnanediol/Alloprégnanediol :
L'allopregnanediol, ou 5α-pregnane-3α,20α-diol, est un métabolite endogène de la progestérone et de l'allopregnanolone et un isomère du prégnanediol (5β-pregnane-3α,20α-diol). Il s'est avéré qu'il agissait comme un agoniste partiel d'un site allostérique du récepteur GABA et pourrait donc jouer un rôle biologique en tant que neurostéroïde. Il s'est également avéré qu'il agissait comme un agoniste du récepteur humain du pregnane X, bien qu'avec une CE50 inférieure d'un ordre de grandeur à celle d'autres pregnanes endogènes comme la prégnénolone, le prégnanediol, l'allopregnanedione et l'allopregnanolone.
Alloprégnanolone/Alloprégnanolone :
L'allopregnanolone est un neurostéroïde naturel qui est fabriqué dans le corps à partir de l'hormone progestérone. En tant que médicament, l'allopregnanolone est appelée brexanolone, vendue sous le nom de marque Zulresso et utilisée pour traiter la dépression post-partum. Il est utilisé par injection dans une veine sur une période de 60 heures sous surveillance médicale. Les effets secondaires de la brexanolone peuvent inclure la sédation, la somnolence, la bouche sèche, les bouffées de chaleur et la perte de conscience. C'est un neurostéroïde et agit comme un modulateur allostérique positif du récepteur GABAA, la principale cible biologique du neurotransmetteur inhibiteur acide γ-aminobutyrique (GABA). La brexanolone a été approuvée pour un usage médical aux États-Unis en 2019. Le US Food and Drug Administration (FDA) considère qu'il s'agit d'un médicament de premier ordre. Le long temps d'administration, ainsi que le coût d'un traitement unique, ont soulevé des inquiétudes quant à l'accessibilité pour de nombreuses femmes.
Alloprevotella/Alloprevotella :
Alloprevotella est un genre de bactéries de la famille des Prevotellaceae.
Alloprevotella rava/Alloprevotella rava :
Alloprevotella rava est une bactérie Gram-négative et anaérobie du genre Alloprevotella qui a été isolée de la cavité buccale humaine.
Alloprevotella tannerae/Alloprevotella tannerae :
Alloprevotella tannerae est une bactérie à Gram négatif, obligatoirement anaérobie, non sporulée, en forme de bâtonnet et non mobile du genre Alloprevotella qui a été isolée d'une crevasse gingivale humaine.
Alloprosopée/Alloprosopée :
Alloprosopaea est un genre de mouches de la famille des Tachinidae.
Alloprotéine/Alloprotéine :
Une alloprotéine est une nouvelle protéine synthétique contenant un ou plusieurs acides aminés "non naturels". Non naturel dans le contexte signifie un acide aminé non présent dans la nature (acides aminés nouveaux et synthétisés), ou présent dans la nature mais non présent naturellement dans les protéines (acides aminés naturels mais non protéinogènes). La possibilité de nouveaux acides aminés et protéines survient parce que, dans la nature, le code génétique responsable de la structure des protéines a 64 codons possibles disponibles pour coder tous les acides aminés utilisés dans les protéines (4 nucléotides dans chacune des 3 bases ; 4 x 4 x 4 donne 64 combinaisons possibles) ; cependant, chez les êtres humains et les autres eucaryotes, ceux-ci codent pour seulement 20 acides aminés standard. Ce niveau de redondance d'informations dans la table des codons est connu en biochimie sous le nom de dégénérescence. Cela ouvre la porte à de nouveaux acides aminés à coder potentiellement. Une approche tire parti de la redondance des 3 codons qui codent un signal "stop". Si l'un d'entre eux peut être remplacé par un autre codon d'arrêt, alors ce codon peut en principe être "réaffecté" (avec l'ARNt requis, le facteur de libération et les modifications enzymatiques) pour coder un nouvel acide aminé sans affecter les autres codages existants. En utilisant cette approche, des alloprotéines et de nouveaux acides aminés peuvent être créés par des techniques qui "étendent" le code génétique pour inclure de nouveaux codages supplémentaires, en utilisant des codons nouvellement conçus et des enzymes ARNt (ARN de transfert) et ARNt synthétase (aminoacyl ARNt synthétase). Les mécanismes habituels, qui produisent des acides aminés et les combinent en protéines, produisent ensuite des acides aminés nouveaux ou non protéinogènes et les incorporent pour fabriquer de nouvelles protéines de la même manière. En 2010, cette technique a été utilisée pour réattribuer un codon dans le code génétique de la bactérie E. coli, en le modifiant pour produire et incorporer un nouvel acide aminé, sans affecter négativement les codages existants ou l'organisme lui-même. Les utilisations des alloprotéines comprennent l'incorporation d'éléments inhabituels ou des atomes lourds pour l'analyse de la structure diffractive, des lieurs photoréactifs (photoréticulants), des groupes fluorescents (utilisés comme sondes marquées) et des commutateurs moléculaires pour les voies de signalisation.
Allopsalliota/Allopsalliota :
Allopsalliota est un genre fongique de la famille des Agaricaceae. Genre monotypique, il se compose de la seule espèce Allopsalliota geesterani, trouvée aux Pays-Bas. L'épithète spécifique honore le mycologue néerlandais Rudolph Arnold Maas Geesteranus. Allopsalliota a été circonscrit en 1998 pour contenir ce qui était alors connu sous le nom d'Agaricus geesterani, une espèce décrite pour la première fois en 1986 par Cornelis Bas et Paul Heinemann.
Allopseudaxine/Allopseudaxine :
Allopseudaxine est un genre qui appartient au phylum Platyhelminthes et à la classe Monogenea ; toutes ses espèces sont des parasites des poissons.
Allopseudaxine katsuwonis/Allopseudaxine katsuwonis :
Allopseudaxine katsuwonis est une espèce de ver plat monogène, parasite des branchies d'un poisson marin. Il appartient à la famille des Axinidae.
Allopseudaxine macrova/Allopseudaxine macrova :
Allopseudaxine macrova est une espèce de ver plat monogène, parasite des branchies d'un poisson marin. Il appartient à la famille des Axinidae.
Allopseudaxine yaito/Allopseudaxine yaito :
Allopseudaxine yaito est une espèce de ver plat monogène, parasite des branchies d'un poisson marin. Il appartient à la famille des Axinidae.
Allopseudaxinoides/Allopseudaxinoides :
Allopseudaxinoides est un genre qui appartient au phylum Platyhelminthes et à la classe Monogenea ; toutes ses espèces sont des parasites des poissons. Il a été créé par Yamaguti en 1965, pour inclure Allopseudaxinoides euthynni.
Allopsontus/Allopsontus :
Allopsontus est un genre de la famille des Machilidae qui appartient à l'ordre des insectes Archaeognatha (queues sauteuses). Certaines espèces de ce genre ont été trouvées jusqu'à 5 kilomètres au-dessus du niveau de la mer dans l'Himalaya.
Allopterigeron/Allopterigeron :
Allopterigeron est un genre de plantes à fleurs de la famille des marguerites décrit comme un genre en 1981. Il n'y a qu'une seule espèce connue, Allopterigeron filifolius, endémique d'Australie. Il est connu du Queensland et du Territoire du Nord.
Alloptidés/Alloptidés :
Les Alloptidae sont une famille d'acariens appartenant à l'ordre des Sarcoptiformes.
Alloptychites/Alloptychites :
Alloptychites est un genre éteint de céphalopodes appartenant à la sous-classe Ammonite.
Allopumiliotoxine/Allopumiliotoxine :
Les allopumiliotoxines sont une division structurelle de la classe d'alcaloïdes pumiliotoxine-A. Les composés de la classe des pumiliotoxines-A se trouvent principalement dans la peau des grenouilles, des crapauds et d'autres amphibiens et sont utilisés comme mécanisme de défense chimique pour éloigner les prédateurs, les micro-organismes et les ectoparasites. Les composés ont été découverts à l'origine chez les grenouilles dendrobatidés néotropicales, mais se trouvent également chez les grenouilles mantellides de Madagascar, les grenouilles myobatrachides d'Australie et les crapauds bufonidés d'Amérique du Sud. Les grenouilles possédant ce mécanisme de défense ont une coloration aposématique.
Allopumiliotoxine 267A/Allopumiliotoxine 267A :
L'allopumiliotoxine 267A est une toxine présente dans la peau de plusieurs grenouilles venimeuses de la famille des Dendrobates. C'est un membre de la classe de composés connus sous le nom d'allopumiliotoxines. Les grenouilles produisent la toxine en modifiant la version originale, la pumiliotoxine 251D. Il a été testé sur des souris et s'est avéré cinq fois plus puissant que l'ancienne version. Il a été produit synthétiquement par une variété de voies différentes.
Allopurinol/Allopurinol :
L'allopurinol est un médicament utilisé pour diminuer les taux élevés d'acide urique dans le sang. Il est spécifiquement utilisé pour prévenir la goutte, prévenir certains types de calculs rénaux et pour les niveaux élevés d'acide urique qui peuvent survenir avec la chimiothérapie. Il est pris par voie orale ou injecté dans une veine. Les effets secondaires courants lorsqu'il est utilisé par voie orale comprennent des démangeaisons et des éruptions cutanées. Les effets secondaires courants lorsqu'il est utilisé par injection comprennent des vomissements et des problèmes rénaux. Bien que non recommandé historiquement, commencer l'allopurinol lors d'une crise de goutte semble être sans danger. Chez ceux qui prennent déjà le médicament, il doit être poursuivi même pendant une crise de goutte aiguë. Bien que l'utilisation pendant la grossesse ne semble pas être nocive, cette utilisation n'a pas été bien étudiée. L'allopurinol appartient à la famille des inhibiteurs de la xanthine oxydase. L'allopurinol a été approuvé pour un usage médical aux États-Unis en 1966. Il figure sur la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé. L'allopurinol est disponible en tant que médicament générique. En 2019, c'était le 43e médicament le plus couramment prescrit aux États-Unis, avec plus de 15 millions d'ordonnances.
Syndrome_d'hypersensibilité à l'allopurinol/Syndrome d'hypersensibilité à l'allopurinol :
Le syndrome d'hypersensibilité à l'allopurinol survient généralement chez les personnes souffrant d'insuffisance rénale préexistante. : 119 Des semaines à des mois après le début de l'allopurinol, le patient développe une éruption morbilliforme : 119 ou, moins fréquemment, développe l'un des effets indésirables cutanés sévères les plus graves et potentiellement mortels, à savoir ., le syndrome DRESS, le syndrome de Stevens Johnson ou la nécrolyse épidermique toxique.
Allor ch%27io_dissi_addio/Allor ch'io dissi addio :
Allor ch'io dissi addio (HWV 80) est une cantate profane dramatique (une composition vocale avec un accompagnement instrumental) pour soprano écrite par Georg Frideric Handel en 1707–08. D'autres catalogues de la musique de Haendel ont fait référence à l'œuvre sous le nom de HG l,8 (il n'y a pas de désignation HHA de l'œuvre). Le titre de la cantate se traduit par "Alors j'ai dit au revoir".
Allora, Queensland/Allora, Queensland :
Allora est une ville rurale et une localité de la région des Southern Downs, dans le Queensland, en Australie. Lors du recensement de 2016, Allora comptait 1 223 habitants.
Allora %26_Calzadilla/Allora & Calzadilla :
Jennifer Allora (née le 20 mars 1974) et Guillermo Calzadilla (né le 10 janvier 1971) sont un duo collaboratif d'artistes visuels qui vivent et travaillent à San Juan, Porto Rico. Ils étaient les représentants des États-Unis pour la Biennale de Venise 2011, la 54e exposition internationale d'art, en 2011.
Allora (papillon)/Allora (papillon) :
Allora est un genre de papillons skipper (famille des Hesperiidae).
Cimetière d'Allora/Cimetière d'Allora :
Le cimetière d'Allora est un cimetière classé au patrimoine situé sur Allora-Clifton Road, Allora, région des Southern Downs, Queensland, Australie. Il a été créé en 1864. Il a été ajouté au registre du patrimoine du Queensland le 27 avril 2001.
Allora doleschallii/Allora doleschallii :
Allora doleschallii (poinçon de paon) est un papillon de la famille des Hesperiidae. On le trouve de l'Indonésie aux îles Salomon, tandis que la sous-espèce Allora doleschallii doleschallii se trouve sur la côte nord-est de l'Australie. Le nom rend hommage à Carl Ludwig Doleschall. L'envergure est d'environ 40 mm. Les larves se nourrissent de Rhyssopterys timorensis.
Allora majeure/Allora majeure :
Allora major, le grand poinçon du paon, est un papillon de la famille des Hesperiidae. On le trouve en plusieurs sous-espèces en Nouvelle-Guinée et dans les îles adjacentes, ainsi qu'au cap York, en Australie. L'envergure des ailes est d'environ 40 mm pour les mâles et 50 mm pour les femelles. Les larves se nourrissent probablement de Corynocarpus cribbianus.
Allorapisma/Allorapisma :
Allorapisma est un genre éteint de chrysopes de la famille des chrysopes Ithonidae. Le genre est uniquement connu à partir de deux fossiles éocènes trouvés en Amérique du Nord. Au moment de la description, le genre était composé d'une seule espèce, Allorapisma chuorum.
Allorbimorphe/Allorbimorphe :
Allorbimorphus est un genre de parasites Isopoda, de la famille des Bopyridae, contenant les espèces suivantes que l'on peut trouver sur les côtes d'Australie et d'Asie :
Allorchestes/Allorchestes :
Allorchestes est un genre d'amphipodes avec des gnathopodes relativement petits, de la famille des Dogielinotidae ; il contient les espèces suivantes : Allorchestes angusta Dana, 1856 Allorchestes bellabella JL Barnard, 1974 Allorchestes carinata Iwasa, 1939 Allorchestes compressa Dana, 1852 Allorchestes hirsutus Ishimaru, 1995 Allorchestes inquirendus KH Barnard, 1940 Allorchestes malleola Stebbing, 1899 Allorchestes Hendrycks & Bousfield, 2001 Allorchestes rickeri Hendrycks & Bousfield, 2001
Allorchestes compressa/Allorchestes compressa :
Allorchestes compressa est une espèce d'amphipode de la famille des Dogielinotidae. On le trouve autour de la côte australienne, de l'ouest de l'Australie à la Tasmanie et à l'est jusqu'à Illawarra, en Nouvelle-Galles du Sud.
Alloreconnaissance/Alloreconnaissance :
L'alloreconnaissance est la capacité d'un organisme individuel à distinguer ses propres tissus de ceux d'un autre. Elle se manifeste par la reconnaissance d'antigènes exprimés à la surface de cellules d'origine non-soi. L'allocognition a été décrite dans presque tous les phylums multicellulaires. Cet article se concentre sur allorecognition du point de vue de son importance dans l'évolution des organismes multicellulaires. Pour d'autres articles qui se concentrent sur son importance en médecine, en biologie moléculaire, etc., les sujets suivants sont recommandés ainsi que ceux des liens Catégories au bas de cette page. Système immunitaire, Immunologie Rejet de greffe Typage tissulaire Complexe majeur d'histocompatibilité (CMH) La capacité de faire la distinction entre soi et non soi est une exigence fondamentale pour la vie. Au niveau le plus élémentaire, même les organismes unicellulaires doivent être capables de faire la distinction entre les aliments et les non-aliments, de répondre de manière appropriée aux agents pathogènes envahisseurs et d'éviter le cannibalisme. Chez les organismes à reproduction sexuée, la discrimination soi/non-soi est essentielle pour assurer une interaction œuf/sperme spécifique à l'espèce pendant la fécondation. Les organismes hermaphrodites, tels que les annélides et certaines plantes, nécessitent des mécanismes de reconnaissance pour empêcher l'autofécondation. Ces fonctions sont toutes assurées par le système immunitaire inné, qui utilise des récepteurs de reconnaissance de formes conservés au cours de l'évolution pour éliminer les cellules affichant des "marqueurs non-soi".
Allorhizobium/Allorhizobium :
Allorhizobium est un genre de bactéries du sol à Gram négatif. Certaines espèces d'Allorhizobium forment une association endosymbiotique fixatrice d'azote avec les racines des légumineuses, tandis que d'autres sont connues pour causer la galle du collet.
Allorhizobium vitis/Allorhizobium vitis :
Allorhizobium vitis est un phytopathogène qui infecte la vigne. L'espèce est surtout connue pour provoquer une tumeur connue sous le nom de maladie de la galle du collet. L'une des souches virulentes, A. vitis S4, est responsable à la fois de la galle du collet sur vigne et de l'induction d'une réponse hypersensible chez d'autres espèces végétales. Les vignes qui ont été touchées par la maladie de la galle du collet produisent moins de raisins que les plantes non touchées. Bien que toutes les souches d'A. vitis ne soient pas tumorigènes, la plupart des souches peuvent endommager les plantes hôtes. vitis partage de nombreuses caractéristiques génétiques et morphologiques avec plusieurs espèces d'Agrobacterium, dont A. tumefaciens. Les deux espèces ont des gammes d'hôtes qui se chevauchent, et A. vitis et A. tumefaciens peuvent réduire le rendement des cultures infectées. Pour cette raison, la recherche sur A. vitis se concentre sur la transmission et les méthodes de contrôle.
Allorhynchium/Allorhynchium :
Allorhynchium est un genre indomalais et australasien de guêpes potières.
Allorhynchium anomalum/Allorhynchium anomalum :
Allorhynchium anomalum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium argentatum/Allorhynchium argentatum :
Allorhynchium argentatum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium brevilineatum/Allorhynchium brevilineatum :
Allorhynchium brevilineatum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium carbonarium/Allorhynchium carbonarium :
Allorhynchium carbonarium est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium cariniventre/Allorhynchium cariniventre :
Allorhynchium cariniventre est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium chinense/Allorhynchium chinense :
Allorhynchium chinense est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium concolor/Allorhynchium concolor :
Allorhynchium concolor est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium iridipenne/Allorhynchium iridipenne :
Allorhynchium iridipenne est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium laminatum/Allorhynchium laminatum :
Allorhynchium laminatum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium lugubrinum/Allorhynchium lugubrinum :
Allorhynchium lugubrinum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium malayanum/Allorhynchium malayanum :
Allorhynchium malayanum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium metallicum/Allorhynchium metallicum :
Allorhynchium metallicum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium obscurum/Allorhynchium obscurum :
Allorhynchium obscurum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium quadrimaculatum/Allorhynchium quadrimaculatum :
Allorhynchium quadrimaculatum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae. Cette guêpe est capable d'une piqûre qui a été décrite par les indigènes d'Australie et d'Amérique du Sud comme "plus douloureuse que la mort"
Allorhynchium quadrituberculatum/Allorhynchium quadrituberculatum :
Allorhynchium quadrituberculatum est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium snelleni/Allorhynchium snelleni :
Allorhynchium snelleni est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium violaceipenne/Allorhynchium violaceipenne :
Allorhynchium violaceipenne est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allorhynchium vollenhofeni/Allorhynchium vollenhofeni :
Allorhynchium vollenhofeni est une espèce de guêpe de la famille des Vespidae.
Allori/Allori :
Allori est un nom de famille. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Alessandro Allori (1535–1607), portraitiste italien Angelo Allori (1502–1572), peintre maniériste florentin Cristofano Allori (1577–1621), portraitiste italien
Alloriite/Alloriite :
L'alloriite est un minéral silicaté qui appartient au groupe des cancrinites, ou plus précisément au groupe des feldspathoïdes. On ne le trouve actuellement qu'en Italie. Il a été découvert et nommé en l'honneur du minéralogiste italien Roberto Allori, un collectionneur passionné de minéraux qui a également effectué des recherches sur la piergorite et la willhendersonite. Le minéral se présente sous la forme d'un cristal d'environ 1,5 sur 2 mm de long. Le cristal se développe sous forme de cristaux tabulaires et prismatiques et se produit généralement avec la sanidine, la biotite, l'andradite et l'apatite. Il a été approuvé comme minéral en 2006 par l'Association minéralogique internationale. L'afghanite est un minéral du groupe des cancrinites qui ressemble beaucoup à l'alloriite tant par sa composition chimique que par ses propriétés physiques.
Allos/Allos :
Allos (prononciation française : [alɔs] ; occitan : Alòs) est une commune du département des Alpes-de-Haute-Provence dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur du sud-est de la France. Allos est une commune de haute montagne des Alpes du Sud. La commune a connu un important exode rural au XIX siècle, suite au mouvement de population du département. Puis la commune a été submergée pendant quatre-vingts ans par les sports d'hiver : la construction d'hébergements et de remontées mécaniques a modifié le paysage et l'urbanisation de la montagne. L'économie a été profondément modifiée, presque tous les emplois étant trouvés dans le tourisme. Les activités agricoles traditionnelles n'ont persisté que marginalement. Historiquement Allos, située dans la vallée du Verdon, a longtemps été liée à la vallée de l'Ubaye : d'abord à l'époque où l'Ubaye appartenait aux États de Savoie (de 1388 à 1713) puis après son rattachement à la France elle continua à être administrée par le Col d'Allos (impraticable en hiver). Même après la Révolution, elle fut rattachée au quartier de Barcelonnette. Ce n'est qu'en 1985 qu'elle se tourne (administrativement) vers la vallée en acceptant le rattachement au Canton de Colmars. Les habitants de la commune sont connus sous le nom d'Allossards ou Allossardes
Allos gia_to_ekatommyrio/Allos gia to ekatommyrio :
Allos gia to ekatommyrio (grec : Άλλος για το εκατομμύριο, romanisé : Alos gia to ekatomirio, Somebody for a Millionaire) est une comédie grecque de 1964 réalisée par Orestis Laskos et écrite par Nikos Tsiforos et mettant en vedette Mimis Fotopoulos, Giannis Ga Vassilis Avlonitis et Eleni Anoussaki.
Allosauridae/Allosauridae :
Les Allosauridae sont une famille de dinosaures théropodes allosauroïdes bipèdes carnivores de taille moyenne à grande du Jurassique supérieur. Les Allosauridae sont un groupe taxonomique assez ancien, ayant été nommés pour la première fois par le paléontologue américain Othniel Charles Marsh en 1878. Les Allosauridae sont caractérisés par un astragale avec une restriction du processus ascendant à la partie latérale de l'os, un condyle médial plus large que latéral, et une rainure horizontale sur la face des condyles.
Allosauroidea/Allosauroidea :
Allosauroidea est une superfamille ou un clade de dinosaures théropodes qui contient quatre familles : les Metriacanthosauridae, les Allosauridae, les Carcharodontosauridae et les Neovenatoridae. Les allosauroïdes, aux côtés de la famille Megalosauroidea, faisaient partie des prédateurs au sommet qui étaient actifs pendant les périodes du Jurassique moyen au Crétacé supérieur. L'allosauroïde le plus célèbre et le mieux compris est le genre nord-américain Allosaurus. Le plus ancien allosauroïde connu, Shidaisaurus jinae, est apparu au début du Jurassique moyen (probablement au stade Bajocien) de Chine. Les derniers membres survivants définitifs connus du groupe se sont éteints il y a environ 93 millions d'années en Asie (Shaochilong) et en Amérique du Sud (Mapusaurus), bien que les mégaraptorans, qui ont survécu jusqu'à la fin du Maastrichtien, puissent également appartenir au groupe. Un frontal attribué à un allosauroïde jugé le plus étroitement lié à Sinraptor a également été trouvé dans le Coniacien (89-86,3 Ma) d'Argentine, mais cela a été réinterprété comme appartenant à un mégaraptoran, qui peut ou non être un allosauroïde. Des restes supplémentaires, mais très fragmentaires, ont été suggérés comme appartenant à des carcharodontosauridés sont connus du Maastrichtien supérieur (il y a 70-66 Ma) au Brésil, mais ont ensuite été interprétés comme ceux d'abélisauridés. De plus, il a également été noté qu'un os d'orteil indéterminé du Campanien de Nouvelle-Zélande partageait des caractéristiques avec les allosauroïdes, mais jusqu'à ce que davantage de matériel de ce taxon soit découvert, sa taxonomie est incertaine. L'énigmatique Unquillosaurus de la formation Campanien ou Maastrichtien Los Blanquitos en Argentine s'est avérée être probablement un carcharodontosauridé par Carrano et al. (2012). Les allosauroïdes avaient des crânes longs et étroits, de grandes orbites, des mains à trois doigts et avaient généralement des "cornes" ou des crêtes ornementales sur la tête. Bien que les allosauroïdes varient en taille, le groupe maintient un centre de masse et une position des hanches similaires sur leur corps. Les allosauroïdes présentent également un système immunitaire de type reptilien, sécrétant de la fibrine sur les sites lésés pour empêcher les infections de se propager dans la circulation sanguine. Cette caractéristique a été observée en examinant les blessures et les infections sur les os allosauroïdes. Il est possible que les allosauroïdes aient été des animaux sociaux, car de nombreux restes d'allosauroïdes ont été trouvés à proximité les uns des autres. Les allosauroïdes étaient probablement des prédateurs actifs et, d'après l'étude des endocasts, ont probablement mieux répondu aux odeurs et aux bruits forts à basse fréquence.
Allosaure/Allosaure :
Allosaurus () est un genre de grand dinosaure théropode carnosaurien qui a vécu il y a 155 à 145 millions d'années à l'époque du Jurassique supérieur (du Kimméridgien au Tithonien supérieur). Le nom "Allosaurus" signifie "lézard différent" faisant allusion à ses vertèbres concaves uniques (au moment de sa découverte). Il est dérivé du grec ἄλλος (allos) ("différent, autre") et σαῦρος (sauros) ("lézard / reptile générique"). Les premiers restes fossiles qui pourraient définitivement être attribués à ce genre ont été décrits en 1877 par le paléontologue Othniel Charles Marsh. En tant que l'un des premiers dinosaures théropodes bien connus, il a longtemps attiré l'attention en dehors des cercles paléontologiques. Allosaurus était un grand prédateur bipède. Son crâne était léger, robuste et équipé de dizaines de dents acérées et dentelées. Il mesurait en moyenne 8,5 mètres (28 pieds) de longueur pour A. fragilis , l'estimation de longueur maximale étant de 9,7 mètres de long. Par rapport aux membres postérieurs grands et puissants, ses membres antérieurs à trois doigts étaient petits et le corps était équilibré par une queue longue et fortement musclée. Il est classé comme un allosauridé, un type de dinosaure théropode carnosaurien. Le genre a une taxonomie compliquée et comprend trois espèces valides, dont la plus connue est A. fragilis. La majeure partie des restes d'Allosaurus provient de la formation de Morrison en Amérique du Nord, avec du matériel également connu du Portugal. Il était connu pendant plus de la moitié du XXe siècle sous le nom d'Antrodemus, mais une étude des nombreux restes de la carrière de dinosaures de Cleveland-Lloyd a ramené le nom "Allosaurus" au premier plan et l'a établi comme l'un des dinosaures les plus connus. En tant que grand prédateur le plus abondant dans la formation de Morrison, Allosaurus était au sommet de la chaîne alimentaire, se nourrissant probablement de grands dinosaures herbivores contemporains, et peut-être d'autres prédateurs. Les proies potentielles comprenaient des ornithopodes, des stégosauridés et des sauropodes. Certains paléontologues interprètent Allosaurus comme ayant eu un comportement social coopératif et chassant en meute, tandis que d'autres pensent que les individus peuvent avoir été agressifs les uns envers les autres et que les congrégations de ce genre sont le résultat d'individus seuls se nourrissant des mêmes carcasses.
Alloscelus/Alloscelus :
Alloscelus est un genre de Scarabaeidae ou de scarabées de la superfamille des Scarabaeoidea.
Alloschémone/Alloschémone :
Alloschemone est un genre de plantes grimpantes à racines persistantes de la famille des Araceae originaire de la région amazonienne de la Bolivie et du Brésil. Il n'y a que deux espèces dans le genre et les deux sont extrêmement rares. Ces deux espèces sont Alloschemone occidentalis et Alloschemone inopinata. À un moment de l'histoire, le genre Alloschemone a été dissous et ajouté à Scindapsus, mais il a depuis été rétabli après de nouvelles observations des plantes.
Alloschemone inopinata/Alloschemone inopinata :
Alloschemone inopinata est une espèce de plante à fleurs du genre Alloschemone de la famille des arums Araceae. Il était autrefois inclus dans Scindapsus, mais a été reclassé info Alloschemone.
Alloschemone occidentalis/Alloschemone occidentalis :
Alloschemone occidentalis est une plante à fleurs du genre Alloschemone de la famille des arums Araceae. Il était autrefois inclus dans Scindapsus, mais a été reclassé dans Alloschemone.
Allose/Allose :
L'allose est un sucre aldohexose. C'est un monosaccharide rare qui se présente sous la forme d'un 6-O-cinnamyl glycoside dans les feuilles de l'arbuste africain Protea rubropilosa. Des extraits de l'algue d'eau douce Ochromas malhamensis contiennent ce sucre mais de configuration absolue inconnue. Il est soluble dans l'eau et pratiquement insoluble dans le méthanol. L'allose est un épimère C-3 du glucose.
Allose kinase/Allose kinase :
En enzymologie, une allose kinase (EC 2.7.1.55) est une enzyme qui catalyse la réaction chimique ATP + D-allose ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons} ADP + D-allose 6-phosphateAinsi, les deux substrats de cette enzyme sont l'ATP et D-allose, alors que ses deux produits sont l'ADP et le D-allose 6-phosphate. Cette enzyme appartient à la famille des transférases, plus précisément celles transférant des groupements contenant du phosphore (phosphotransférases) avec un groupement alcool comme accepteur. Le nom systématique de cette classe d'enzymes est ATP:D-allose 6-phosphotransférase. D'autres noms couramment utilisés comprennent l'allokinase (phosphorylation), l'allokinase, la D-allokinase et la D-allose-6-kinase.
Allosediminivita/Allosediminivita :
Allosediminivita est un genre bactérien à Gram négatif et en forme de bâtonnet court de la famille des Rhodobacteraceae. Roseivivax pacificus a été reclassifié en Allosediminivita pacifica.
Allosemitisme/Allosemitisme :
L'allosemitisme est un néologisme qui englobe à la fois les attitudes philosémitiques et antisémites envers les Juifs en tant qu'Autre.
Allosidastrum/Allosidastrum :
Allosidastrum est un genre du Nouveau Monde comprenant quatre espèces de la tribu des Malveae dans la famille des Malvaceae. Les membres du genre sont ligneux, portant des feuilles ovales avec de longs pétioles. Les fleurs - portées sans calices - portent de petits calices arrondis à la base d'une longueur supérieure à celle de leurs pédicelles et des pétales blanchâtres ou jaune pâle. Les gynécées se composent chacun de cinq à neuf carpelles et mûrissent en fruits qui produisent une graine pour chacun de leurs carpelles.
Allosiopelus/Allosiopelus :
Allosiopelus punctatipennis est une espèce de coléoptère de la famille des Carabidae, la seule espèce du genre Allosiopelus.
Allosmaitia/Allosmaitia :
Allosmaitia est un genre de papillons de la famille des Lycaenidae. Les espèces se trouvent dans le domaine néotropical.
Allosmaitia strophius/Allosmaitia strophius :
Allosmaitia strophius, le porte-queue Strophius, est un papillon de la famille des Lycaenidae. On le trouve du sud du Brésil, au nord de Sinaloa, au Mexique. Les parasites peuvent être trouvés aussi loin au nord que le Texas. L'envergure est de 22 à 32 mm. Les adultes volent toute l'année en Amérique centrale. Au Texas, un animal errant a été signalé en novembre. Les larves se nourrissent des fleurs des espèces de Malpighia.
Allosmerus/Allosmerus :
Allosmerus est un genre monotypique d'éperlan. Sa seule espèce, Allosmerus elongatus, l'éperlan blanc, est un éperlan peu commun du Pacifique Nord-Est, dont on sait peu de choses. Décrits à l'origine comme Osmerus attenuatus et O. elongatus, ces deux espèces ont été déterminées comme étant conspécifiques en 1946. Le poisson peut mesurer de 7 à 9 pouces (18 à 23 cm) de longueur, a de grands yeux, une couleur gris verdâtre sur son dos, et une bande d'argent le long de ses côtés. Contrairement à la plupart des autres espèces d'éperlans qui n'ont généralement pas de dents élargies dans le toit de leur bouche, l'appât blanc a une seule grande dent au centre de son vomer, qui est parfois flanquée d'une dent plus petite de chaque côté. Les mâles adultes de l'espèce ont une nageoire anale plus longue. Leur aire de répartition s'étend de l'île de Vancouver à San Francisco, en Californie, bien qu'un poisson ait été trouvé aussi loin au sud que San Pedro, en Californie, un spécimen qui a peut-être été relâché comme appât vivant. Souvent abondants dans les baies, les appâts blancs sont connus pour frayer sur les bancs de sable subtidaux et nager en bancs. Le poisson a une importance économique assez mineure ; il sert de nourriture aux plus gros poissons et est capturé par certains pêcheurs au printemps et en été pour être utilisé comme appât.
Allosome/Allosome :
Allosoma est un genre de champignons de la classe des Dothideomycètes. La relation de ce taxon avec d'autres taxons de la classe est inconnue (incertae sedis).
Allosorius/Allosorius :
Allosorius est un genre de staphylins.
Allosorus pulchellus/Allosorus pulchellus :
Allosorus pulchellus est un nom d'espèce d'une fougère, qui peut faire référence à : Allosorus pulchellus (Bory & Willd.) C.Presl, combinaison faite en 1836, maintenant Oeosporangium pulchellum Allosorus pulchellus M.Martens & Galeotti, décrit en 1842, invalide plus tard homonyme du précédent, maintenant appelé Argyrochosma formosa

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Gidget's Summer Reunion

Gédéon Ezra/Gédéon Ezra : Gideon Ezra (hébreu : גדעון עזרא, 30 juin 1937 - 17 mai 2012) était un homme politique israélien. Il a été me...