Rechercher dans ce blog

lundi 7 mars 2022

Aeschynanthus speciosus


Aérovide/Aérovide :
AEROVIDE GmbH (anciennement aerodyn Energiesysteme GmbH) est une société allemande et un bureau d'études qui développe des éoliennes. Son siège social est situé à Rendsburg, Schleswig-Holstein.
Aérovis Compagnies Aériennes/Aérovis Compagnies Aériennes :
Aerovis Airlines est une compagnie aérienne cargo basée à Kiev, en Ukraine. Elle a été créée en 2003 et exploite des services de fret charter en Ukraine, dans l'Union européenne, au Moyen-Orient et en Afrique.
Aérovista/Aérovista :
Aerovista est un fournisseur de services de location, de négoce et de gestion d'avions dont le siège est à Dubaï, aux Émirats arabes unis.
Aerov%C3%ADas/Aerovias :
Aerovías est une ancienne compagnie aérienne privée de passagers et de fret, anciennement basée à l'aéroport international Guatemala La Aurora, fondée par Jimmy K Hall. C'était la première compagnie aérienne privée au Guatemala. Il a été opérationnel entre 1977 et 1998. Alors qu'un de leurs avions Heralds 206 était entreposé à l'aéroport international de La Aurora, leurs deux Aérospatiale N 262 sont allés aux compagnies aériennes RACSA.
Aerov%C3%ADas DAP/Aerovías DAP :
DAP est une compagnie aérienne chilienne qui exploite des vols charters et réguliers, avec sa base à Punta Arenas, au Chili. Le groupe DAP est un consortium formé par Aerovías DAP, AeroRescate, Antarctic Airways, DAP Antarctique, DAP Helicópteros et Mineral Airways.
Aerov%C3%ADas Quisqueyana/Aerovías Quisqueyana :
Aerovías Nacionales Quisqueyana, également connue sous le nom de Quisqueyana, était une compagnie aérienne de la République dominicaine basée à l'aéroport international Las Américas de Saint-Domingue dans les années 1960 et 1970. Proposant principalement des vols vers les États-Unis et vers l'Europe, Quisqueyana était en concurrence directe avec Dominicana, qui était à l'époque la compagnie aérienne nationale du pays.
Aérowagon/Aérowagon :
L' Aerowagon ou Aeromotowagon ( russe : Аэроваго́н , аэродрези́на ) était un wagon à grande vitesse expérimental équipé d'un moteur d'avion et d'une traction à hélice inventé par Valerian Abakovsky , un ingénieur soviétique de Lettonie . Il a produit des vitesses allant jusqu'à 140 kilomètres par heure (87 miles par heure). L'Aerowagon était à l'origine destiné à transporter des officiels soviétiques.
Aérowisata/Aérowisata :
Aerowisata est une société hôtelière indonésienne basée à Jakarta. Elle compte cinq activités principales, à savoir la restauration, l'hôtellerie, les voyages, le transport et la logistique. C'est une filiale du groupe Garuda Indonesia.
Aéroxchange/Aéroxchange :
Aeroxchange est un portail d'achat neutre pour l'industrie aéronautique basé à Irving, au Texas. Fondé en juillet 2000 et a commencé ses activités quelques mois plus tard, le 1er octobre 2000. Il s'agit du seul réseau commercial électronique qui prend en charge tous les processus commerciaux MRO au sein de l'industrie aéronautique pour les acheteurs et les vendeurs. Aeroxchange fournit un cycle de vie complet de la communication électronique, de la création de la commande à la facture finale. Le service Aeroxchange accélère la réparation, le réapprovisionnement, l'approvisionnement, la mise en commun des stocks et d'autres opérations critiques dans la chaîne d'approvisionnement de l'aviation. Aeroxchange automatise l'échange de documents et d'informations pour les transactions commerciales. Sa plate-forme électronique réduit considérablement l'activité manuelle pour les transactions traitées par fax, téléphone et e-mail, et augmente la précision et la rapidité des échanges d'informations et de documents. Fondée par 13 compagnies aériennes, Aeroxchange a été rejointe par 20 autres compagnies aériennes et plusieurs fournisseurs. Les fondateurs sont Air Canada, Air New Zealand, All Nippon Airways, America West Airlines, Austrian Airlines Group, Cathay Pacific Airways, FedEx Express, Japan Airlines, KLM, Lufthansa, Northwest Airlines, Scandinavian Airlines System et Singapore Airlines. Le service se concentre sur la réparation, le réapprovisionnement, l'approvisionnement, la consignation/VMI, la mise en commun des stocks et d'autres opérations critiques dans la chaîne d'approvisionnement de l'aviation. Il automatise l'échange de documents et d'informations pour les transactions commerciales. Aeroxchange affirme : « Notre plate-forme électronique réduit considérablement l'activité manuelle pour les transactions traitées par fax, téléphone et e-mail, et augmente la précision et la rapidité des échanges d'informations et de documents.
Aérozine 50/Aérozine 50 :
L'Aerozine 50 est un mélange 50:50 en poids d'hydrazine et de diméthylhydrazine asymétrique (UDMH), développé à l'origine à la fin des années 1950 par Aerojet General Corporation comme carburant hypergolique stockable à haute énergie pour les moteurs de fusée Titan II ICBM. Aerozine continue d'être largement utilisé comme carburant de fusée, généralement avec du tétroxyde de diazote comme oxydant, avec lequel il est hypergolique. L'Aerozine 50 est plus stable que l'hydrazine seule et a une densité et un point d'ébullition plus élevés que l'UDMH seul. L'hydrazine pure a une performance supérieure à l'Aerozine 50, mais un point de congélation inacceptable. En mélangeant de l'hydrazine pure avec de l'UDMH, le point de congélation inopportunément élevé de l'hydrazine de 2 ° C est abaissé par dépression du point de congélation. De plus, l'UDMH est une molécule plus stable ; cela réduit les risques de décomposition inattendue de l'hydrazine pure, augmentant la sécurité et permettant au mélange d'être utilisé comme liquide de refroidissement dans les moteurs refroidis par régénération. Ce type de carburant est principalement utilisé pour les sondes interplanétaires et la propulsion des engins spatiaux. Contrairement à d'autres propulseurs plus courants comme l'oxygène liquide ou l'hydrogène liquide, l'Aerozine 50 est liquide à température ambiante et peut être stocké à l'état liquide sans ébullition importante, ce qui en fait un propulseur stockable mieux adapté aux missions interplanétaires à long terme. L'Aerozine 50 était largement utilisé dans les ICBM et dans leurs lanceurs dérivés tels que les étages centraux de la fusée Titan-II / III / IV car un ICBM nécessite un stockage à long terme et un lancement à court préavis; la fusée doit être stockée déjà alimentée. Ce carburant était également utilisé dans les étages supérieurs dérivés d'ICBM, comme la fusée Delta II. Il a également été utilisé par le module lunaire Apollo et le moteur du système de propulsion de service dans l'Apollo CSM. La famille Ariane 1 à Ariane 4 utilisait un carburant apparenté, un mélange de 75% d'UDMH et de 25% d'hydrate d'hydrazine appelé UH 25. L'aérozine n'est pas utilisée comme monergol (un propulseur qui n'est mélangé à rien). La stabilité supplémentaire conférée par les groupes méthyle affecte la réactivité et la poussée. En 1980, une fuite d'Aerozine 50 a entraîné l'explosion du missile Damascus Titan en 1980. La fuite s'est produite en raison de la perforation du réservoir de carburant Titan du premier étage par un outil tombé. L'explosion initiale a enlevé la porte du silo de 740 tonnes et a éjecté le deuxième étage et l'ogive hors du silo. Le deuxième étage du Titan a explosé et l'ogive W53 a atterri à 30 mètres du portail du silo sans exploser ni laisser échapper de matière fissile.
Aéro%C3%A1lcool/Aéroálcool :
Aeroálcool est une société aérospatiale brésilienne basée à Franca, São Paulo.
Aert/Aert :
Aert est une forme abrégée néerlandaise du prénom Arnout (anglais Arnold). Les personnes notables portant le nom incluent: Aert Anthoniszoon (1580–1620), le peintre de marine néerlandais Aert van den Bossche (XVe siècle), le peintre flamand de la renaissance Aert de Gelder (1645–1727), le peintre néerlandais Aert van der Goes (1475–1545) , avocat néerlandais Aert H. Kuipers (1919–2012), linguiste néerlandais Aert Jansz Marienhof (1626–1652), peintre néerlandais de l'âge d'or Aert Mijtens (vers 1541–1602), peintre flamand de la Renaissance Aert van der Neer (1603–1677) , peintre paysagiste néerlandais Aert Jansse van Nes (1626–1693), commandant naval néerlandais Aert Pietersz (1550–1612), peintre néerlandais de l'âge d'or Aert Schouman (1710–1792), peintre néerlandais Aert van Tricht (XVe siècle–années 1550), néerlandais fondeur Aert van Waes (1620–1675), peintre hollandais de l'âge d'or
Aert Anthoniszoon/Aert Anthoniszoon :
Aert Anthoniszoon (en abrégé Anthonisz.) ou Anthonissen, également connu sous le nom d'Aart ou Aert van Antum (né vers 1579-1580 ; inhumé le 7 septembre 1620) était un peintre de marine néerlandais.
Aert H._Kuipers/Aert H. Kuipers :
Aert Hendrik Kuipers (10 novembre 1919, Oostkapelle ou Middelburg - 1er décembre 2012) était un professeur de linguistique néerlandais qui, à partir de son travail de terrain pionnier parmi les peuples des Premières Nations de la Colombie-Britannique dans les années 1950, a compilé les premières grammaires de référence détaillées de Squamish et Shuswap, deux langues salishanes presque éteintes. Il a également conseillé Jan van Eijk dans son travail sur Lillooet et Hank Nater dans son travail sur Nuxalk et a fait des travaux d'importation sur Salishan comparé. Après avoir obtenu son doctorat à l'Université de Columbia en 1951 avec l'étude A contribution to the analysis of the Qabardian language, Kuipers a été membre du corps professoral de l'Université de la Colombie-Britannique de 1951 à 1954. Au cours de ces années, ainsi qu'au cours d'un 1956 voyage sur le terrain, il a recueilli de nombreux documents sur la langue squamish. De 1960 à 1983, Kuipers a enseigné la linguistique à l'Université de Leiden ; après 1971, il a été professeur au département de langues et de culture slaves, spécialisé dans les langues caucasiennes. Kuipers s'est fermement engagé à aider à préserver un registre des langues menacées et en voie de disparition. Comme le dit un article de 1998 dans The Economist : « Aert Kuipers... est allé au Canada récemment avec l'intention de localiser et de préserver les langues amérindiennes. Il en a rencontré des dizaines, certaines limitées à une seule vallée, d'autres parlées par seulement quelques dizaines Il en a choisi un, l'a appris et a rassemblé un dictionnaire et un abécédaire. Mais au moment où il a fini, il ne restait plus qu'un seul autre locuteur de la langue. Kuipers a répondu à cela dans une lettre que son arrivée au Canada (près d'un demi-siècle plus tôt) était à peine "récemment" et que l'économiste a peut-être confondu Squamish et Shuswap en ce qui concerne la déclaration "un orateur restant".
Aert Jansse_van_Nes/Aert Jansse van Nes :
Aert Jansse van Nes (1626 - 13 ou 14 septembre 1693) était un commandant naval néerlandais du XVIIe siècle, remarquable pour avoir commandé le deuxième escadron lors du raid sur la Medway en 1667. Il est né à Rotterdam. Trois navires modernes de la Marine royale néerlandaise portent son nom - un destroyer en 1931, une frégate en 1966 et une frégate polyvalente (F833) en 1992.
Aert Jansz_Marienhof/Aert Jansz Marienhof :
Aert Jansz ou Jan Aertsz Marienhof (1626 à Utrecht - 1652 à Bruxelles), était un peintre hollandais de l'âge d'or. Selon Houbraken, il a quitté Utrecht pour Bruxelles et a réalisé de petites peintures dans le style de Rubens qui étaient très populaires. Il s'est marié jeune et est mort jeune. Selon le RKD, Aert Jansz était le fils du peintre sur verre Jan Aertsz Marienhof et leur travail est parfois confondu. Aujourd'hui, ce nom n'est généralement utilisé qu'en référence aux peintures.
Aert Mijtens/Aert Mijtens :
Aert Mijtens (vers 1541-1602) était un peintre flamand de la Renaissance.
Aert Pietersz/Aert Pietersz :
Aert Pietersz (1550-1612) était un peintre hollandais de l'âge d'or. Pietersz est né et mort à Amsterdam. Selon Karel van Mander, il était le deuxième fils de Pieter Aertsen, le frère cadet de Pieter Pietersz l'Ancien et le frère aîné de Dirck Pietersz. Il était un bon peintre d'allégories historiques. Selon le RKD, plusieurs portraits survivent à Amsterdam, où il fut enterré le 12 juin 1612, dans l'Oude Kerk.
Aert Schouman/Aert Schouman :
Aert Schouman ou Aart Schouman (4 mars 1710 - 5 juillet 1792) était un peintre du XVIIIe siècle, maintenant mieux connu comme graveur sur verre, de la République néerlandaise. Schouman est né à Dordrecht. À 15 ans, il a été apprenti chez l'artiste de Dordrecht Adriaan van der Burg, avec Cornelis Greenwood, le fils de son professeur de gravure sur verre, Frans Greenwood, inventeur du style pointillé, dans lequel Schouman a également travaillé. Schouman était inhabituel parmi peintres en ce qu'il a tenu un journal détaillé de sa vie professionnelle du 16 octobre 1733 au 16 novembre 1753. Il a pris son premier élève d'art en 1733 et a continué à enseigner pour le reste de sa vie. De 1742 à 1792, il dirigea la Guilde de Dordrecht de Saint-Luc et, en 1751, il devint régent de l'école de dessin de La Haye associée à la Confrerie Pictura de La Haye. En 1736, il fonde la "Confrérie" de la Confrérie de La Haye, une confrérie d'amateurs d'art amateur de Dordrecht et des environs, dont il fut le chef pendant les années 1752-1762. Schouman était un artiste de premier plan en Zélande entre 1735 et 1785. Pendant cette période, il a vécu et travaillé à Dordrecht, La Haye et Middelbourg et a enseigné à Dordrecht et La Haye. Il se rend deux fois en Angleterre et rassemble une importante collection de peintures. Il était un peintre néerlandais prolifique et polyvalent, graveur sur verre, graveur, collectionneur et marchand, qui a produit des natures mortes, des thèmes bibliques et mythologiques, des études d'histoire naturelle, des œuvres de genre, historiques et topographiques, des portraits, des croquis, des gravures et des mezzotintes. Il conçoit des tapisseries, peint des tentures murales et décore des objets tels que des éventails, des tabatières et même les vitres d'une lanterne magique. Ses élèves étaient Wouter Dam, Jabes Heenck, Dirk Kuipers, Pieter Willem van Megen, Nicolaes Muys, Jan van Os Joris Ponse, Martinus Schouman (son petit-neveu), Jan Willem Snoek, Rutger Moens Taats, Wouter Uiterlimmige, Wilhelmus Vincentius, Jacobus Vonck, et Daniel Vrijdag. Il mourut à La Haye, à l'âge de 82 ans. Sa peinture de Cornelis van Lill, le collectionneur d'art de Dordrecht et Mécène, donne un aperçu de la relation entre l'artiste et le mécène.
Aert de_Gelder/Aert de Gelder :
Aert de Gelder (néerlandais : [ˈaːrt də ˈɣɛldər] (écouter) ou Arent ; 26 octobre 1645 - 27 août 1727) était un peintre hollandais.
Aert van_Tricht/Aert van Tricht :
Aert van Tricht était un fondeur hollandais actif à Maastricht entre 1492 et 1501, à Anvers en 1521 (?). Il est parfois appelé Aert van Tricht l'Ancien pour le distinguer de son fils. Ses œuvres connues incluent les suivantes : Candélabre à sept branches pour le monastère franciscain de Maastricht, 1492, aujourd'hui perdu Fonte en cuivre pour la cathédrale Saint-Jean à 's-Hertogenbosch, 1492 Garde-corps en cuivre pour la chapelle de la confrérie de la cathédrale Saint-Jean à 's -Hertogenbosch, basé sur des modèles en bois fabriqués par Alart du Hameel, 1495-6 Eagle pupitre, à l'origine dans l'église Saint-Pierre, Louvain, maintenant dans The Cloisters, New York City, c. 1500 Candélabre arqué utilisé comme écran de chœur de la cathédrale de Xanten, 1501 Tabernacle en bronze de l'église de Bocholt à Bocholt, Belgique, police en laiton non datée, à l'origine dans l'église Saint-Nicolas de Maastricht, maintenant dans la basilique Notre-Dame de Maastricht, non datée et gravement endommagée (dépouillé de tous les ornements)
Aert van_Waes/Aert van Waes :
Aert van Waes, ou Aert de Waes (vers 1620 à Gouda - vers 1675), était un peintre hollandais de l'âge d'or de la période baroque.
Aert van_den_Bossche/Aert van den Bossche :
Aert van den Bossche ou le maître du Crispinus et Crispinianus-Legend (également connu sous le nom d'Aert Panhedel, Aert van Panhedel, Arnoul de Panhedel, Arnoul Vanden Bossche et Harnoult van den Boske) était un peintre de retables des premiers Pays-Bas, actif à Bruxelles et Bruges à la fin du XVe siècle. Il y a encore des doutes quant à savoir s'il doit être identifié avec le maître de la légende de Sainte Barbe ou s'il n'était qu'un des artistes actifs dans un atelier responsable des œuvres de ce maître.
Aert van_der_Goes/Aert van der Goes :
Aert van der Goes (1475 - 1er novembre 1545) était membre de la Maison des Goes et grand pensionnaire néerlandais. Il a étudié à l'Université de Louvain.
Aert van_der_Neer/Aert van der Neer :
Aert van der Neer, ou Aernout ou Artus (vers 1603 - 9 novembre 1677), était un peintre paysagiste de l'âge d'or néerlandais, spécialisé dans les petites scènes nocturnes éclairées uniquement par le clair de lune et les incendies, et les paysages d'hiver enneigés, tous deux souvent regardant vers le bas. un canal ou une rivière. Il était contemporain d'Aelbert Cuyp et de Meindert Hobbema et, comme ce dernier, il vécut et mourut dans une relative obscurité.
Aertex/Aertex :
Aertex était une entreprise de vêtements britannique basée à Manchester, créée en 1888, et également le nom du tissu fabriqué par l'entreprise. Elle possédait la marque déposée du tissu Aertex, un matériau en coton léger et tissé de manière lâche qui est utilisé pour fabriquer des chemises et des sous-vêtements.
Aertgen van_Leyden/Aertgen van Leyden :
Aertgen Claesz. van Leyden (Leiden, vers 1498 - Leiden, vers 1564), également connu sous le nom d'Allaert ou Aert van Leyden ou Aert Claesz. van Leyden, était un peintre, dessinateur et concepteur de vitraux hollandais du XVIe siècle. Des œuvres de cet artiste se trouvent au Rijksmuseum à Amsterdam, au Stedelijk Museum De Lakenhal à Leiden, au Metropolitan Museum of Art à New York et au Museo Thyssen-Bornemisza à Madrid. Selon le biographe Karel van Mander (1604), Van Leyden était le fils d'un foulon de Leiden. En 1516, il devient apprenti du peintre de Leyde Cornelis Engebrechtsz. Certaines sources nomment à tort Aertgen van Leyden comme un frère de Lucas van Leyden; en fait, Lucas van Leyden était le fils d'un peintre, Hugo Jacobsz. Les premiers travaux de Van Leyden ont été influencés par le style de son mentor, Engebrechtsz., Tandis que ses œuvres ultérieures montrent des influences de Jan van Scorel et Maarten van Heemskerck, entre autres. Le style de Van Leyden était très diversifié, ce qui rendait difficile de lui attribuer des peintures avec certitude. La plupart de ces œuvres ont été attribuées à d'autres artistes, et ce n'est qu'au XXe siècle qu'un certain nombre de peintures lui ont été attribuées, dont un triptyque du Jugement dernier qui a été récupéré à Valenciennes en 1969, et une peinture maintenant au Rijksmuseum, The Calling de Saint-Antoine, qui avait été attribué à Lucas van Leyden jusqu'en 1960. Selon les archives de la ville de Leiden, Aertgen van Leyden a vécu et travaillé à Leiden de 1521 à 1564. En 1564, Aertgen van Leyden s'est noyé dans le canal Vollersgracht à Leiden. Le travail d'Aertgen van Leyden est resté en demande après sa mort. Rubens possédait un de ses tableaux. La liste de 1656 des possessions de Rembrandt comprend également plusieurs œuvres d'Aertgen van Leyden. En 2009, le Stedelijk Museum De Lakenhal à Leiden a acheté un triptyque d'Aertgen van Leyden datant d'environ 1530. Cette œuvre, représentant le Jugement dernier, fera partie d'une exposition sur Lucas van Leyden que le musée organisera en 2011, avec le Rijksmuseum et le Metropolitan Museum of Art.
Aertirrena/Aertirrena :
Aertirrena SpA était une compagnie aérienne régionale italienne, opérant dans les années 1970. C'était l'une des rares compagnies aériennes italiennes à exploiter des avions soviétiques.
Aerts/Aerts :
L'Aerts (également orthographié Aarts) était une automobile néerlandaise fabriquée en 1899; on sait qu'un petit nombre de voitures ont été construites à Dongen, mais on ne sait rien d'autre sur la marque. Le constructeur a également fait de la publicité sous le nom de "Neerlandia, la première voiture néerlandaise", bien que "Groninger" et Eysink soient plus anciens.
Aerts (nom de famille)/Aerts (nom de famille) :
Aerts est un patronyme néerlandais, forme réduite du nom de personne Arnout, particulièrement répandu en Belgique. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Alan Aerts (né en 1956), le champion américain de dynamophilie et de développé couché Conny Aerts (né en 1966), l'astronome belge Diederik Aerts (né en 1974), le physicien théoricien belge Egidius Aerts (1822–1853), flûtiste belge et compositeur Emile Aerts (1892–1953), cycliste sur piste belge Firmin Aerts (né en 1929), homme politique belge Hans Aerts (né en 1958), compositeur belge Hendrick Aerts (vers 1570–1603), peintre et dessinateur flamand Jean Aerts (1907–1992 ), coureur cycliste belge spécialisé dans le sprint Jean-Marie Aerts (née en 1951), guitariste et productrice belge Kathleen Aerts (née en 1978), chanteuse belge du groupe flamand K3 Katrien Aerts (née en 1976), skieuse acrobatique belge Lode Aerts (né en 1959), évêque belge de Bruges Maikel Aerts (né en 1976), gardien de but de football néerlandais Mario Aerts (né en 1974), coureur cycliste belge Nelly Aerts (né en 1962), coureur de fond belge Nelson Aerts (né en 1963), Brésilien joueur de tennis Peter Aerts (né n 1970), le kickboxeur et artiste martial néerlandais Philippe Aerts (né en 1964), le contrebassiste de jazz belge Remieg Aerts (né en 1957), l'historienne néerlandaise Sara Aerts (née en 1984), l'heptathlète belge Thijs Aerts (né en 1996), le coureur cycliste belge Toon Aerts (né en 1993), coureur cycliste belge
Aérucyclamide/Aérucyclamide :
Les aérocyclamides sont des peptides bioactifs isolés de la cyanobactérie Microcystis aeruginosa.
Aéruginascine/Aéruginascine :
L'aeruginascine ou N,N,N-triméthyl-4-phosphoryloxytryptamine est un dérivé d'indoleamine présent naturellement dans les champignons Inocybe aeruginascens et Pholiotina cyanopus. L'éruginascine est l'analogue N-triméthyle de la psilocybine. Il est étroitement lié à la bufoténidine (5-HTQ), une toxine de la peau de grenouille, un puissant agoniste des récepteurs 5-HT3, mais le métabolite de l'éruginascine 4-HO-TMT présente une forte liaison aux récepteurs 5-HT2 similaire à la psilocine. La première littérature scientifique sur les effets pharmacologiques de l'aeruginascine est issue d'une étude publiée par Gartz en 1989. Sur 23 cas analysés d'intoxications accidentelles aux champignons hallucinogènes, les personnes ayant ingéré le champignon Inocybe aeruginascens n'ont rapporté que des expériences euphoriques. Cela contraste avec les expériences légères et dans certains cas extrêmement dysphoriques rapportées lors de l'ingestion accidentelle de champignons ne contenant pas d'aeruginascine (contenant uniquement de la psilocybine et de la psilocine).
Aeruginospora/Aeruginospora :
Aeruginospora est un genre de champignons de la famille des Hygrophoraceae. Il était autrefois placé dans la famille des Tricholomataceae, mais il a été déplacé vers les Hygrophoraceae dans une récente revue de la famille basée sur sa similitude morphologique avec Chrysomphalina et surtout Haasiella. Il se pourrait que Haasiella, qui diffère par la couleur et l'écologie des spores, soit un synonyme junior d'Aeruginospora, mais cela n'a pas encore été testé dans une étude de phylogénétique moléculaire. Le genre, décrit par Franz Xaver Rudolf von Höhnel en 1908, contient actuellement deux espèces trouvées en Nouvelle-Zélande et en Indonésie. Six espèces autrefois placées dans Aeruginospora (A. foetens, A. hiemalis, A. hymenocephala, A. microspora, A. paupertina et A. schulzeri) ont été transférées au genre Camarophyllopsis. A. furfuracea pourrait également appartenir à Camarophyllopsis, mais il n'a pas encore été réétudié.
Aeruginospora furfuracea/Aeruginospora furfuracea :
Aeruginospora furfuracea est une espèce de champignon de la famille des Hygrophoraceae. L'espèce, décrite par Egon Horak en 1973, se trouve en Nouvelle-Zélande. Il est actuellement placé dans le genre Aeruginospora, mais peut en fait appartenir à Camarophyllopsis.
Aeruginospora singularis/Aeruginospora singularis :
Aeruginospora singularis est une espèce de champignon de la famille des Hygrophoraceae. L'espèce, décrite par Franz Xaver Rudolf von Höhnel en 1908, se trouve en Indonésie. Le spécimen type de cette espèce a été trouvé poussant dans le sol sous le bambou aux jardins botaniques de Bogor, et il y a été trouvé deux fois depuis lors.
Aérugite/Aérugite :
L'érugite est un minéral rare d'arséniate de nickel complexe avec une formule rapportée variable : Ni9(AsO4)2AsO6. Il forme des cristaux trigonaux verts à bleu-vert foncé. Il a une dureté Mohs de 4 et une densité de 5,85 à 5,95. Il a été décrit pour la première fois en 1858 dans la mine South Terres de Cornwall, en Angleterre, ou à Erzgebirge, en Saxe, en Allemagne. L'origine est contestée. L'occurrence la plus courante est une incrustation sur les parois du four dans lequel les minerais sont grillés. Son nom vient du mot latin aerugo pour la rouille du cuivre.
Aérus/Aérus :
Aerus LLC, anciennement Electrolux Corp. USA, fabrique des purificateurs d'air et de surface, des systèmes de filtration et de traitement de l'eau et des aspirateurs. Son siège social est situé à Dallas, au Texas, et compte plus de 500 franchises indépendantes aux États-Unis et au Canada. Aerus est le successeur d'Electrolux USA, le fabricant emblématique d'aspirateurs. Cependant, le nom Electrolux est désormais utilisé aux États-Unis par le groupe suédois Electrolux, qui jusqu'en 2016 fabriquait également des aspirateurs Eureka. Electrolux Corporation USA a été fondée en 1924 par Gustaf Sahlin, un homme d'affaires suédois qui a émigré aux États-Unis. Son aspirateur de réservoir est rapidement devenu un standard de l'industrie et a été très populaire pendant de nombreuses décennies. En 1968, Consolidated Foods Corporation (maintenant connue sous le nom de Sara Lee Corporation) a acquis Electrolux. En 1989, Electrolux Corp. USA a créé Purelux, le premier système résidentiel de purification d'eau sous l'évier combinant la lumière ultraviolette (UV) et la filtration au charbon actif. L'acteur Lloyd Bridges était le porte-parole de la société. En 2000, les droits nord-américains sur la marque Electrolux ont été vendus au groupe Electrolux de Suède, qui depuis 1968 n'était plus affilié. La société qui fabriquait à l'origine les aspirateurs Electrolux est connue sous le nom d'Aerus depuis 2001.
Aerva/Aerva :
Aerva est un genre de plantes de la famille des Amaranthacées. Ses espèces sont originaires des paléotropiques, de toute l'Afrique continentale, de Madagascar et des îles plus petites (Rodrigues, Maurice, Socotra), de certaines parties du Moyen-Orient, de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est. Aerva javanica est un étranger du nord de l'Australie. Au moins quatre espèces du genre ont acquis la voie de fixation du carbone C4.
Aerva congesta/Aerva congesta :
Aerva congesta, l'amarante des Mascareignes, est une petite plante herbacée du genre Aerva.
Aerva javanica/Aerva javanica :
Aerva javanica , le buisson de kapok ou le coton du désert , est une espèce de plante de la famille des Amaranthaceae . Il a une distribution indigène incorporant une grande partie de l'Afrique (y compris Madagascar) et le sud-ouest et le sud de l'Asie, et il est devenu adventice dans le nord de l'Australie.
Aerva lanata/Aerva lanata :
Aerva lanata, la renouée des montagnes, est une plante herbacée vivace ligneuse, prostrée ou succulente de la famille des Amaranthacées, originaire d'Asie, d'Afrique. Il a été inclus comme présent en Australie par le gouvernement américain, mais il n'est reconnu comme présent en Australie par aucun herbier d'État australien. La plante fleurit parfois la première année. Aerva lanata est une mauvaise herbe commune qui pousse à l'état sauvage partout dans les plaines de l'Inde. La racine a un arôme de camphre. Les fleurs séchées, qui ressemblent à des épis mous, sont vendues sous les noms commerciaux Buikallan et Boor. C'est l'une des plantes incluses dans Dasapushpam, les dix fleurs sacrées du Kerala.
Aerva microphylla/Aerva microphylla :
Aerva microphylla est une espèce de plante de la famille des Amaranthacées. Il est endémique de l'archipel de Socotra au large des côtes de l'Afrique de l'Est et fait politiquement partie du Yémen. Son habitat naturel est constitué de forêts sèches subtropicales ou tropicales.
Aerva revoluta/Aerva revoluta :
Aerva revoluta est une espèce de plante de la famille des Amaranthacées. Il est endémique de l'archipel de Socotra, faisant partie biogéographiquement de l'Afrique de l'Est et politiquement faisant partie du Yémen de l'autre côté de la mer Rouge. Il pousse dans un habitat boisé de montagne.
Laboratoires Aeryon/Laboratoires Aeryon :
Aeryon Labs est un développeur et fabricant canadien de véhicules aériens sans pilote. Fondée en 2007, elle a son siège social à Waterloo, en Ontario. Aeryon Defence est une filiale en propriété exclusive, basée à Denver, Colorado, qui se concentre sur les ventes et l'assistance au gouvernement américain. La société a été achetée par FLIR Systems en janvier 2019 pour 200 millions de dollars américains.
Aeryon Scout/Aeryon Scout :
Aeryon Scout est un petit véhicule aérien sans pilote (UAV) de reconnaissance qui a été conçu et construit par Aeryon Labs de Waterloo, Ontario, Canada. Le véhicule a été développé entre 2007 et 2009 et produit de 2009 à 2015. La production est terminée et il n'est plus annoncé à la vente sur le site Web de l'entreprise. Le Scout est un quadricoptère VTOL à décollage et atterrissage verticaux ne nécessitant aucun équipement de lancement. Il peut planer dans une position fixe et pèse 3,0 lb (1,4 kg) sans charge utile.
Aeryon SkyRanger_R60/Aeryon SkyRanger R60 :
Aeryon SkyRanger R60 est un petit véhicule aérien sans pilote (UAV) de reconnaissance conçu et construit par Aeryon Labs de Waterloo, Ontario, Canada. Le véhicule a été développé entre 2011 et 2013. Le SkyRanger R60 est un quadricoptère VTOL à décollage et atterrissage verticaux ne nécessitant aucun équipement de lancement. Il peut planer dans une position fixe et pèse 4,2 kg (9,3 lb) sans charge utile.
Aeryon SkyRanger_R70/Aeryon SkyRanger R70 :
L'Aeryon Skyranger R70 est un avion non armé lancé en 2013. Après le lancement de l'avion, il a été signalé qu'il recueillait des informations de renseignement de plus de 30 pays. L'avion fonctionne avec un système aérien sans pilote (UAS). Par la suite, l'Aeryon Skyranger R70 a été mis à niveau. Il était équipé d'une capacité de charge utile accrue, d'une puissance de calcul avancée et d'une intelligence artificielle, élargissant ainsi ses capacités de mission. Aeryon Skyrangers R70 suit les références récemment publiées des systèmes aériens sans pilote.
Aerzen/Aerzen :
Aerzen est une commune allemande de l'arrondissement de Hamelin-Pyrmont, en Basse-Saxe. Il est situé à 10 kilomètres (6 mi) au sud-ouest de Hamelin et à 7 kilomètres (4 mi) au nord de Bad Pyrmont.
Aer%C3%B3dromo Nacional_de_Avia%C3%A7%C3%A3o/Aeródromo Nacional de Aviação :
L'aérodrome national de l'aviation (OACI : SBNV) est un aéroport de Goiânia, au Brésil.
As/Aes :
Aes est le mot latin pour le bronze, également utilisé pour désigner les premières formes de monnaie républicaine romaine. Le mot a ensuite été normalisé sous le nom d'As, des pièces de faible valeur qui ont été produites jusqu'au règne de l'empereur Dioclétien, qui a régné de 284 à 305 après JC.
Aes Dana/Aes Dana :
Aes Dana peut faire référence à : Áes dána ou Tuatha Dé Danann, un ancien peuple de la mythologie irlandaise ; les dieux ancestraux d'Irlande Aes Dana (groupe), un groupe de black metal celtique français Aois-dàna (également orthographié "áes dána"), le "peuple des arts" gaélique écossais ou vieil irlandais jusqu'à la fin du 17ème siècle Aosdána, un Irlandais organisation de personnes qui se sont distinguées dans le domaine des arts
Aes Dana_(groupe)/Aes Dana (groupe):
Aes Dana est un groupe français de celtique/black metal, basé à Paris, France. Le nom du groupe est Old Irish pour "gens des arts". Le groupe mélange des caractéristiques de black metal comme des voix grondantes ou un son de guitare lourd avec des instruments celtiques traditionnels comme la flûte irlandaise ou la bombarde. Ces caractéristiques, issues des diverses influences des premiers membres du groupe (death metal, black metal, grindcore, mais aussi musique folk), donnent une touche très particulière à leur musique. Leurs paroles (en français dans leurs derniers albums) traitent souvent de Mythologie celtique.
Aes équestre/Aes équestre :
L'aes equestre était une attribution versée pendant la République romaine à chaque cavalier pour lui fournir un cheval. Cela aurait été institué par Servius Tullius dans le cadre de sa réorganisation de l'armée. Cette attribution était de 10 000 ânes, à donner à l'Equus publicus sur le trésor public (ex publico) de Rome. Une attribution similaire, l'aes hordearium payait pour l'entretien des chevaux, et était financée par une taxe de 2 000 ases par an sur les femmes célibataires et les orphelins possédant un certain nombre de biens. Certains disent que les equites avaient le droit de saisir cet argent de même, il semble impossible que ce récit puisse être correct ; car on conçoit à peine qu'un particulier ait un droit de saisie contre un magistrat, c'est-à-dire contre l'État, ou qu'il puisse saisir un bien public de l'État. Il est plus probable que, puisque cet argent était payé par les femmes célibataires et les orphelins, que c'était contre ceux-ci que les équites avaient le même droit de saisie, qu'ils avaient dans le cas de l'aes hordearium.
Tombe d'Aes/tombe d'Aes :
Aes grave (bronze lourd) est un terme de numismatique désignant les pièces de monnaie coulées en bronze utilisées dans le centre de l'Italie au IIIe siècle avant J.-C., dont la valeur était généralement indiquée par des signes : I pour le as, S pour les semis et les pastilles pour unciae. Les poids standard pour les as étaient de 272, 327 ou 341 grammes, selon l'autorité émettrice. Les principales pièces moulées romaines portaient ces marques et images :
Hordéarium d'Aes/hordéarium d'Aes :
L'aes hordearium était une allocation annuelle de 2000 ânes payés pendant la République romaine à un equus publicus pour l'entretien de son cheval militaire. Cet argent était payé par les femmes célibataires, qui comprenaient à la fois les jeunes filles et les veuves (viduae), et les orphelins (orbi), à condition qu'elles possédaient un certain nombre de biens, sur le principe, comme le remarque Barthold Georg Niebuhr, "que dans un état militaire, les femmes et les enfants doivent contribuer pour ceux qui se battent en leur nom et en faveur de la communauté ; étant entendu qu'ils n'ont pas été inclus dans le recensement. » Les equites avaient un droit de saisie (pignoris capio) si l'aes hordearium n'était pas payé.
Aes grossier/Aes grossier :
Aes rude (latin, "bronze brut") était une pépite de bronze utilisée comme une sorte de proto-monnaie dans l'Italie antique avant l'utilisation de pièces de monnaie fabriquées à partir de métaux précieux. L'économie italienne de l'époque (fin du milieu du premier millénaire avant notre ère) était basée sur un étalon de bronze (contrairement aux étalons d'argent en usage dans la Grèce contemporaine, l'étalon d'Égine et son concurrent l'étalon attique). Par conséquent, des morceaux de bronze non travaillés ont été utilisés à la fois comme lingots primitifs et comme pièces de monnaie primitives, facilitant le commerce à travers la péninsule et ouvrant la voie aux premiers vrais lingots romains, l'aes signatum, qui, à son tour, était le précurseur du premier vrai lingot romain. monnayage, l'aes grave. La plus ancienne pièce d'aes rude qui subsiste date du début du 8ème siècle avant JC et jusqu'à la fin du 4ème siècle avant JC, et a été coulée dans le centre de l'Italie. Il s'agit simplement de bronze, vaguement façonné comme un lingot grumeleux. Ce n'est que plus tard qu'il est devenu habituel de marquer ces grumeaux et, éventuellement, de leur donner une forme standard (la forme de disque rond et mince encore utilisée aujourd'hui).
Signatum Aes/Signatum Aes :
Aes signatum ( latin , "bronze estampé") se composait de lingots coulés de bronze de qualité et de poids mesurés, estampés d'un timbre gouvernemental, utilisés comme monnaie à Rome et dans le centre de l'Italie avant l'introduction de l' aes grave au milieu du IVe siècle avant JC. Quand exactement ils ont été fabriqués pour la première fois est incertain. La tradition populaire les attribue à Servius Tullius, mais en raison de la haute qualité de l'art trouvé même sur les spécimens les plus anciens, cela semble très peu probable. Une date au milieu du 5ème siècle avant JC est généralement convenue. Les dessins présentés sont ceux d'un taureau, d'un aigle et d'autres symboles religieux. Le premier aes signatum n'a pas été coulé à Rome proprement dite, mais dans le centre de l'Italie, en Étrurie, en Ombrie et à Reggio Emilia. Il portait l'image d'une branche d'où partaient des branches latérales et s'appelait Ramo Secco ("branche sèche" en italien). Les barres ne respectaient pas une norme de poids établie, variant d'environ 600 à 2500 grammes une fois terminées. Ils étaient généralement divisés en subdivisions et peu de spécimens complets survivent aujourd'hui. Les barres de ramo secco survivantes sont généralement des barres d'un quart, d'une demi ou de trois quarts, ou de petites pièces mineures qui pourraient être classées comme bronze brut. La même fragmentation en plus petits changements s'applique à l'aes signatum ultérieur émis par la ville de Rome, qui correspondait à la norme lourde romaine pour l'as. Ils pesaient environ 5 ânes lorsqu'ils étaient entiers. Ils pourraient techniquement être appelés quincussis, bien qu'ils ne soient marqués d'aucune valeur. Le signatum aes romain se conforme plus strictement aux normes de taille et de poids car il s'agit d'un problème officiel, où les barres de ramo secco étaient davantage un élément reconnaissable d'échange de troc qui serait pesé, plutôt que pris à sa valeur nominale. Les barres Ramo secco n'étaient pas émises par les organes directeurs et auraient pu être fabriquées dans n'importe quelle fonderie.
Aes uxorium/Aes uxorium :
L' aes uxorium était un impôt romain payé par ceux qui atteignaient l'âge adulte sans se marier, à l'exception des vestales.
Aesa/Aesa :
Aesa ou Aisa ( grec ancien : Αἶσα ) était une ville de l' ancienne Macédoine . Aesa appartenait à la Ligue de Délos depuis qu'elle apparaît sur une liste d'hommage à Athènes en 434/3 avant notre ère. Les éditeurs de l'Atlas Barrington du monde grec et romain identifient Aesa avec Lisaea, une ville mentionnée par Hérodote mais autrement inconnue dans d'autres sources. Le site d'Aesa est provisoirement situé près de la Nea Kallikrateia moderne.
Aesacus/Aesacus :
Dans la mythologie grecque, Aesacus ou Aisakos (; grec ancien : Αἴσακος) était un fils du roi Priam de Troie. Aesacus a pleuré la mort de sa femme ou de son amant potentiel, une fille de la rivière Cebren, et a été transformé en oiseau.
Esara/Aesara :
Esara de Lucanie ( grec : Αἰσάρα Aisara ; 4ème ou 3ème siècle avant JC) était un philosophe pythagoricien qui a écrit sur la nature humaine , dont un fragment est conservé par Stobaeus .
Aesc/Aesc :
Aesc peut faire référence à ; Æsc , vieil anglais pour "cendre" (arbre): Æsc (rune) (ᚫ), une rune du fuþorc anglo-saxon et une continuation de l'ancien Fuþark ansuz (ᚨ) Æ, une lettre de l'ancien alphabet anglais Oisc de Kent, parfois appelé Aesc, un des premiers dirigeants légendaires du royaume anglo-saxon de Kent Automotive Energy Supply Corporation (AESC), fabricant de batteries au lithium pour véhicules électriques Aesc., abréviation du genre d'arbre Aesculus
Aesch/Aesch :
Aesch peut désigner : Aesch, Bâle-Campagne, une commune du canton suisse de Bâle-Campagne Aesch, Lucerne, une commune du canton suisse de Lucerne Aesch, Zürich, une commune du canton suisse de Zurich Aesch bei Neftenbach, une hameau de la commune de Neftenbach dans le canton suisse de Zürich
Aesch, Bâle-Campagne/Aesch, Bâle-Campagne :
Aesch (parfois écrit Aesch BL afin de le distinguer des autres "Aesches"; suisse allemand : Ääsch) est un village (bien qu'il s'agisse statistiquement d'une ville) et une municipalité du canton de Bâle-Campagne, en Suisse. La quasi-totalité de sa superficie est située sur la rive gauche, ouest de la Birs et est une banlieue de Bâle. La tombe néolithique du Gmeiniwald est classée comme site du patrimoine d'importance nationale. La langue officielle d'Aesch est l'allemand (la variété suisse du standard), mais la principale langue parlée est la variante locale du dialecte alémanique suisse allemand.
Aesch, Lucerne/Aesch, Lucerne :
Aesch est une commune suisse du district de Hochdorf dans le canton de Lucerne.
Aesch, Z%C3%BCrich/Aesch, Zurich :
Aesch est une commune suisse du district de Dietikon dans le canton de Zurich. Jusqu'en 2001, elle était connue sous le nom d'Aesch bei Birmensdorf.
Château d'Aesch/Château d'Aesch :
Le château d'Aesch ou château de Blarer (en allemand : Schloss Aesch) est un château de la commune suisse d'Aesch dans le canton de Bâle-Campagne.
Gare_d'Aesch/Gare d'Aesch :
La gare d'Aesch (en allemand : Bahnhof Aesch) est une gare ferroviaire de la commune d'Aesch, dans le canton suisse de Bâle-Campagne. Il s'agit d'un arrêt intermédiaire sur la ligne Bâle-Bienne/Bienne et n'est desservi que par des trains locaux. La gare se trouve du côté est de la Birs, en face du centre-ville d'Aesch.
Aeschbacher/Aeschbacher :
Aeschbacher, parfois orthographié Äschbacher, est un nom de famille. Les personnes portant ce nom de famille incluent : Adrian Aeschbacher (1912–2002), pianiste suisse ; fils de Carl, frère de Niklaus Carl Aeschbacher (1886–1944), compositeur suisse ; père d'Adrian et Niklaus Hans Aeschbacher (1906–1980), sculpteur suisse Marianne Aeschbacher (née en 1970), ancien nageur synchronisé français Niklaus Aeschbacher (1917–1995), chef d'orchestre suisse; fils de Carl, frère d'Adrian Walther Aeschbacher (1901-1969), chef d'orchestre et compositeur suisse
Aeschi/Aeschi :
Aeschi est une commune suisse du district de Wasseramt dans le canton de Soleure. Burgäschisee est un lac dans la forêt à la frontière avec Seeberg.
Aeschi bei_Spiez/Aeschi bei Spiez :
Aeschi bei Spiez est une commune suisse de l'arrondissement administratif de Frutigen-Niedersimmental dans le canton de Berne.
Aeschillus Petraeus/Aeschillus Petraeus :
Æschillus (Eskil) Petræus (né en 1593 à Grums, Suède ; mort le 27 septembre 1657 à Turku, aujourd'hui en Finlande) était évêque de Turku en 1652-1657.
Eschines/Eschines :
Eschine (; grec : Αἰσχίνης, Aischínēs ; 389–314 av. J.-C.) était un homme d'État grec et l'un des dix orateurs attiques.
Eschines (homonymie) / Eschines (homonymie):
Eschine était un orateur athénien, l'un des dix orateurs attiques. Eschines ou Aischines peuvent également faire référence à : Eschines de Milet, orateur moins connu et contemporain de Cicéron Eschines de Neapolis (vers 110 av. J.-C.), philosophe universitaire Eschines (médecin), médecin qui a vécu dans la seconde moitié du IVe siècle Eschines de Sphettus (ou Eschine Socraticus), disciple de Socrate et auteur de dialogues socratiques Eschine, l'un des Trente Tyrans
Eschine (médecin) / Eschine (médecin):
Eschine ( grec ancien : Αἰσχίνης ) était un ancien médecin grec qui a vécu dans la seconde moitié du 4ème siècle après JC. Il naquit dans l'île de Chios, et s'établit à Athènes, où il semble avoir pratiqué avec peu de succès, mais acquit la renommée par un curé d'Eunape Sardianus, qui lors de son voyage à Athènes avait été pris d'une fièvre, qui n'avait donné que à un traitement d'une nature particulière. Un autre médecin athénien de ce nom est cité par Pline, dont on sait seulement qu'il doit avoir vécu quelque temps avant le milieu du 1er siècle après JC.
Eschines of_Miletus/Eschines of Miletus :
Eschine de Milet (Gr. Αἰσχίνης ὁ Μιλήσιος) était un contemporain de Cicéron, et un orateur distingué dans le style asiatique de l'éloquence, qui, selon Cicéron, « se précipite avec un courant impétueux. orné et poli." Eschine est dit par Diogène Laërtius avoir écrit sur la politique. Il mourut en exil pour avoir parlé trop librement à Pompée.
Eschines de_Néapolis/Eschines de Néapolis :
Eschine de Neapolis (Gr. Αἰσχίνης ὁ Νεαπολίτης ; de Naples moderne) était un sceptique académique qui partageait la direction de l'Académie d'Athènes avec Charmadas et Clitomaque vers 110 avant JC, lorsque Clitomaque était un vieil homme. Diogène Laërtius dit qu'il était un élève et favori (paidika) de Melanthius de Rhodes.
Eschines de_Sphettus/Eschines de Sphettus :
Eschine de Sphettus (Grec ancien : Αἰσχίνης Σφήττιος, c. 425 BC - c. 350 BC) ou Eschine Socraticus (grec ancien : Αἰσχίνης Σωκρατικός), fils de Lysanias, un disciple de Socrate. Les historiens l'appellent Aeschines Socraticus - "les Socratic Aeschines" - pour le distinguer de l'orateur athénien plus influent historiquement également nommé Aeschines. Son nom est parfois mais maintenant rarement écrit comme Aischines ou Æschines.
Aeschlen bei_Oberdiessbach/Aeschlen bei Oberdiessbach :
Aeschlen bei Oberdiessbach (officiellement connue sous le nom d'Aeschlen) était une municipalité du district de Konolfingen dans le canton de Berne en Suisse. Le 1er janvier 2010, la commune d'Aeschlen a fusionné avec la commune d'Oberdiessbach.
Aeschlimann/Aeschlimann :
Aeschlimann est un nom de famille suisse allemand. Les personnes notables portant le nom de famille incluent: Charles Aeschlimann (1897–1952), le joueur de tennis suisse Georges Aeschlimann (1920–2010), le cycliste suisse Jean-Jacques Aeschlimann (né en 1967), le joueur de hockey sur glace suisse Karl Eduard Aeschlimann (1808–1893), Architecte suisse Manuel Aeschlimann (né en 1964), homme politique français Martin Aeschlimann (né en 1957), physicien allemand Peter Aeschlimann (né en 1946), joueur suisse de hockey sur glace Roger Aeschlimann (1923–2008), cycliste suisse
Aeschreis/Aeschreis :
Dans la mythologie grecque , Aeschreis ( grec ancien : Αἰσχρηίδος ) était une princesse thespienne comme l'une des 50 filles du roi Thespius et Megamede , fille d' Arneus (ou de l'une de ses nombreuses épouses). Elle enfanta Leucones au héros Héraclès.
Aeschremon/Aeschremon :
Aeschremon est un genre de papillons de nuit de la famille des Crambidae.
Aeschremon conchylialis/Aeschremon conchylialis :
Aeschremon conchylialis est une espèce de papillon de nuit de la famille des Crambidae. On le trouve en Russie.
Aeschremon desertalis/Aeschremon desertalis :
Aeschremon desertalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Jan Asselbergs en 2008 et se trouve aux Emirats Arabes Unis.
Aeschremon disparalis / Aeschremon disparalis :
Aeschremon disparalis est une espèce de papillon de nuit de la famille des Crambidae. On le trouve en Grèce, en Iran, en Ouzbékistan, en Turquie et en Russie.
Aeschremon kabylalis/Aeschremon kabylalis :
Aeschremon kabylalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Rebel en 1902. On le trouve en Algérie.
Aeschremon ochrealis / Aeschremon ochrealis :
Aeschremon ochrealis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Jan Asselbergs en 2008 et se trouve aux Emirats Arabes Unis.
Aeschremon similis/Aeschremon similis :
Aeschremon similis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Jan Asselbergs en 2008 et se trouve aux Emirats Arabes Unis.
Aeschremon tenalis/Aeschremon tenalis :
Aeschremon tenalis est un papillon de la famille des Crambidae. Il a été décrit par Hans Georg Amsel en 1961. On le trouve en Iran.
Aeschrion/Aeschrion :
Aeschrion peut faire référence à un certain nombre de personnes différentes dans l'histoire classique: Aeschrion de Syracuse, a aidé Verres à voler les Syracusains Aeschrion de Samos, poète iambique Aeschrion de Mytilène, poète épique, peut-être identique à Aeschrion de Samos Aeschrion de Pergame, médecin du 2ème siècle
Aeschrion of_Pergamon/Aeschrion of Pergamon :
Aeschrion (Gr. Αισχρίων) de Pergame était médecin au IIe siècle après JC. C'était l'un des précepteurs de Galien, qui dit appartenir à la secte des Empirici, et qu'il avait une grande connaissance de la pharmacie et de la matière médicale. Aeschrion était l'inventeur d'un célèbre remède superstitieux contre la morsure d'un chien enragé, qui est mentionné avec approbation par Galien et Oribase, et dont l'ingrédient le plus important était la poudre d'écrevisses. Il ordonne qu'ils soient capturés à un moment où le soleil et la lune étaient dans une position relative particulière, et qu'ils soient cuits vivants.
Aeschrion de_Samos/Aeschrion de Samos :
Aeschrion (Gr. Αἰσχρίων) était un poète iambique et originaire de Samos. Il est mentionné par Athénée, qui a conservé quelques vers choliambes de lui, dans lesquels il défend la Samian Philaenis, affirmant que le manuel sexuel populaire qui lui est attribué a été en réalité écrit par Polycrate, un rhétoricien et sophiste athénien. Certains de ses vers sont également cités par Tzetzes. Il y avait un poète épique du même nom, qui s'appelait un natif de Mytilène et un élève d'Aristote, et qui aurait accompagné Alexandre le Grand dans certaines de ses expéditions. Il est mentionné dans le Suda, ainsi que par les Tzetzes. Comme il était aussi un écrivain d'iambics et de choliambics, de nombreux savants l'ont supposé être identique à l'Aeschrion de Samos, et avoir été appelé Mytilène en conséquence d'avoir résidé pendant quelque temps dans cette ville.
Aeschrion of_Syracuse/Aeschrion of Syracuse :
Aeschrion (Gr. Αισχρίων) de Syracuse, dont la femme Pippa était l'une des maîtresses de Verres, était fréquemment mentionné par Cicéron dans les Verrine Oraisons. Il a aidé Verres à voler les Syracusains et a obtenu la culture des dîmes des Herbitenses dans le but de les piller.
Aeschronectida/Aeschronectida :
Aeschronectida est un ordre éteint de crustacés ressemblant à des crevettes mantes qui vivaient dans la sous-période du Mississippien dans ce qui est aujourd'hui le Montana.
Aeschrostome/Aeschrostome :
Aeschrostoma est un genre de papillon monotypique de la famille des Geometridae. Il possède une seule espèce, Aeschrostoma marmorata, connue de Nouvelle-Guinée. Le genre et l'espèce ont été décrits par Warren en 1903.
Aeschrotes/Aeschrotes :
Aeschrotes est un genre de Scarabaeidae ou de scarabées.
Festival d'Eschylie/Festival d'Eschylie :
Aeschylia Festival est le festival artistique annuel de la ville d'Eleusis dans l'ouest de l'Attique, en Grèce.
Eschyle/Eschyle :
Eschyle (Royaume-Uni : , États-Unis : ; grec : Αἰσχύλος Aischylos ; vers 525/524 - vers 456/455 avant notre ère) était un ancien tragédien grec et est souvent décrit comme le père de la tragédie. La connaissance académique du genre commence avec son travail, et la compréhension de la tragédie grecque antérieure est largement basée sur les inférences faites à partir de la lecture de ses pièces survivantes. Selon Aristote, il a élargi le nombre de personnages du théâtre et a permis des conflits entre eux. Autrefois, les personnages n'interagissaient qu'avec le chœur. Seules sept de ses soixante-dix à quatre-vingt-dix pièces ont survécu. Il y a un débat de longue date concernant la paternité de l'un d'entre eux, Prometheus Bound, certains érudits affirmant qu'il pourrait s'agir de l'œuvre de son fils Euphorion. Des fragments d'autres pièces ont survécu dans les citations, et d'autres continuent d'être découverts sur des papyrus égyptiens. Ces fragments donnent souvent un aperçu supplémentaire de l'œuvre d'Eschyle. Il fut probablement le premier dramaturge à présenter des pièces sous forme de trilogie. Son Orestie est le seul exemple ancien existant. Au moins une de ses pièces a été influencée par la deuxième invasion de la Grèce par les Perses (480–479 avant notre ère). Cette œuvre, Les Perses, est l'une des rares tragédies grecques classiques concernées par les événements contemporains, et la seule qui existe. L'importance de la guerre avec la Perse était si grande pour Eschyle et les Grecs que son épitaphe commémore sa participation à la victoire grecque à Marathon sans faire mention de son succès en tant que dramaturge.
Eschyle (homonymie)/Eschyle (homonymie) :
Plusieurs personnes ou choses portent le nom d'Eschyle : Eschyle (c. 525/524-vers 456/455 av. J.-C.), dramaturge athénien du Ve siècle av. J.-C., surtout connu pour la trilogie Orestie Eschyle d'Athènes, roi d'Athènes de 778 à 755 J.-C. Eschyle d'Alexandrie, poète épique du IIe siècle Eschyle de Cnide, contemporain de Cicéron et l'un des rhéteurs les plus célèbres d'Asie Mineure Eschyle de Rhodes, gouverneur de cette ville après sa conquête par Alexandre le Grand 2876 Eschyle, astéroïde nommé d'après le dramaturge
Eschyle d'Alexandrie/Eschyle d'Alexandrie :
Eschyle d'Alexandrie (grec Αισχύλος ὁ Ἀλεξανδρεύς) était un poète épique qui a dû vivre avant la fin du IIe siècle, et qu'Athénée appelle un homme bien informé. Un de ses poèmes portait le titre "Amphitryon", et un autre "Messeniaca". Un fragment du premier est conservé à Athénée. Selon Zenobius, il avait également écrit un ouvrage sur les proverbes.
Eschyle de_Rhodes/Eschyle de Rhodes :
Eschyle ( grec ancien : Αισχύλος ) de Rhodes a été nommé par Alexandre le Grand l'un des inspecteurs des gouverneurs de ce pays après sa conquête en 332 av. Il n'est plus question de lui jusqu'en 319, lorsqu'il est mentionné comme transportant en quatre navires six cents talents d'argent de Cilicie en Macédoine, qui étaient retenus à Éphèse par Antigone, afin de payer ses mercenaires étrangers.
Aeschynanthus/Aeschynanthus :
Aeschynanthus est un genre d'environ 150 espèces de plantes subtropicales et tropicales à feuilles persistantes de la famille des Gesneriaceae. Ce sont généralement des épiphytes traînants avec des fleurs aux couleurs vives qui sont pollinisées par les oiseaux du soleil. Le nom du genre vient d'une contraction de aischuno (avoir honte) et anthos (fleur). Le nom commun de certaines espèces est "plante rouge à lèvres", qui vient de l'apparition des bourgeons en développement. Une liste complète des espèces acceptées et de leurs synonymes se trouve dans la liste de contrôle mondiale des Gesneriaceae de la Smithsonian Institution. Le genre contient une grande variété de plantes aux caractéristiques différentes. Certains ont des cuticules épaisses et cireuses tandis que d'autres ont des feuilles beaucoup plus douces. Les espèces telles que A. speciosus sont grandes alors que A. micranthus est beaucoup plus petit et traînant. Plusieurs espèces sont appréciées dans les climats tempérés comme plantes d'intérieur, notamment A. longicaulis, A. pulcher et A. radicans.
Aeschynanthus acuminatus/Aeschynanthus acuminatus :
Aeschynanthus acuminatus est une espèce asiatique de plants de vigne de la famille des Gesneriaceae, sans sous-espèce répertoriée dans le Catalogue of Life. Un nom commun pour cette espèce et des espèces similaires dans le genre "vigne rouge à lèvres".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Blatella

Blastobasis nigromaculata/Blastobasis nigromaculata : Blastobasis nigromaculata est un papillon de la famille des Blastobasidae. On le ...