Rechercher dans ce blog

mercredi 16 février 2022

3C Corridor


Silicium 3D_Poisson/Poisson en silicone 3D :
3D Silicon Fish est un jeu vidéo pour le Commodore VIC-20 édité par Thor Computer Software en 1984. Il a été développé au Royaume-Uni.
Barre oblique 3D/Barre oblique 3D :
3D Slash est un type de logiciel de modélisation 3D produit par Sylvain Huet. Le logiciel 3D Slash propose une expérience originale et intuitive de modélisation 3D imitant aisément le tailleur de pierre et son bloc : 3D Slash développe son concept sur des formes cuboïdes préassemblées de différentes tailles (de 1 unité à 1024) selon le modèle octree.
Trancheuse 3D/trancheuse 3D :
3D Slicer (Slicer) est un progiciel gratuit et open source pour l'analyse d'images et la visualisation scientifique. Slicer est utilisé dans une variété d'applications médicales, y compris l'autisme, la sclérose en plaques, le lupus érythémateux disséminé, le cancer de la prostate, le cancer du poumon, le cancer du sein, la schizophrénie, la biomécanique orthopédique, la MPOC, les maladies cardiovasculaires et la neurochirurgie.
3D Space_Wars/3D Space Wars :
3D Space Wars est un jeu vidéo publié par Hewson Consultants pour le ZX Spectrum en 1983. C'est le premier jeu de la trilogie Seiddab.
3D Stereo_Caste/3D Stereo Caste :
3D Stereo Caste est un film documentaire malayalam tourné en format numérique, réalisé par AS Ajith Kumar sur la discrimination de caste qui prévaut dans l'arène musicale du Kerala. Le documentaire a déjà été projeté dans diverses villes, notamment à l'Université Azim Premji, à l'Institut indien des sciences de Bangalore, à l'Université d'Hyderabad et à l'Université d'anglais et de langues étrangères d'Hyderabad.
Systèmes 3D/Systèmes 3D :
3D Systems, dont le siège est à Rock Hill, en Caroline du Sud, est une entreprise qui conçoit, fabrique et vend des imprimantes 3D, des matériaux d'impression 3D, des scanners 3D et propose un service d'impression 3D. Chuck Hull, directeur technique et ancien président, a été le pionnier de la stéréolithographie et a obtenu un brevet pour la technologie en 1986. L'entreprise crée des modèles de concept de produit, des prototypes de précision et fonctionnels, des modèles maîtres pour l'outillage, ainsi que des pièces de production pour la fabrication numérique directe. Il utilise des processus exclusifs pour fabriquer des objets physiques à l'aide de logiciels de conception et de fabrication assistés par ordinateur, ou de dispositifs de numérisation et de sculpture 3D. Les technologies et services de 3D Systems sont utilisés dans les étapes de conception, de développement et de production de nombreuses industries, notamment l'aérospatiale, l'automobile, la santé, les soins dentaires, le divertissement et les biens durables. La société propose une gamme d'imprimantes 3D professionnelles et de production, ainsi que des logiciels, des matériaux et le service d'impression rapide de pièces en ligne à la demande. Il se distingue dans l'industrie de l'impression 3D pour le développement de la stéréolithographie et du format de fichier STL. En 2020, 3D Systems employait plus de 2400 personnes dans 25 bureaux dans le monde.
Tanx 3D/Tax 3D :
3D Tanx est un jeu vidéo de tir écrit par Don Priestley et publié par DK'Tronics en 1982 pour le ZX Spectrum, Commodore 64 et BBC Micro.
Tétris 3D/Tétris 3D :
3D Tetris est un jeu vidéo de puzzle de 1996 développé par T&E Soft et édité par Nintendo. Il est sorti pour Virtual Boy le 22 mars 1996 en Amérique du Nord. Les joueurs contrôlent plusieurs blocs qui tombent, les font pivoter et les positionnent pour effacer les couches dans un environnement tridimensionnel similaire au gameplay de Tetris. Le jeu contient plusieurs modes et leurs variantes, ainsi que différents paramètres et niveaux de difficulté. Certaines parties de Tetris 3D sont rendues sous forme de modèles filaires 3D. Une version du jeu intitulée Polygo Block devait sortir en février 1996 sur les marchés japonais, mais n'a jamais vu le jour. Le jeu a reçu des critiques majoritairement négatives, les critiques le qualifiant de manque d'originalité.
Topicscape 3D/Topicscape 3D :
3D Topicscape, une application logicielle, est un gestionnaire d'informations personnelles qui fournit un modèle vaguement basé sur la cartographie mentale ou la cartographie conceptuelle. Il présente la carte mentale comme une scène 3D où chaque nœud est un cône (ou une pyramide, ou une variation sur une telle forme). Il peut également afficher dans un format 2D. Les nœuds sont disposés d'une manière qui indique comment ils sont liés de la même manière qu'une carte mentale. En plus de son utilisation pour la gestion de l'information, il est censé convenir en tant que gestionnaire de tâches et pour une utilisation dans la gestion de projet. Un Topicscape est créé en important des dossiers (par glisser-déposer ou menus), en important depuis d'autres logiciels de cartographie mentale, notamment FreeMind, PersonalBrain et MindManager ou à la main avec des clics de souris ou des raccourcis clavier. Les sources d'importation peuvent être converties en un nouveau Topicscape ou ajoutées en tant que partie d'un paysage existant. Le nombre de niveaux qui peuvent être stockés n'est pas limité, mais jusqu'à sept niveaux de la hiérarchie peuvent être visualisés à la fois. N'importe quel nœud peut être choisi comme centre de la scène 3D et en choisir un au bord en fera apparaître d'autres. La différence la plus évidente entre Topicscape et le logiciel de cartographie mentale 2D est qu'il fournit une interface de zoom et simule le vol, comme l'a noté le chroniqueur du Wall Street Journal Jeremy Wagstaff dans sa chronique "Fly through your computer". Le BBC World Service et PC World ont également examiné 3D Topicscape.
Panneau 3D Toronto_sign/3D Toronto :
Le panneau 3D Toronto, officiellement le panneau 3D TORONTO et communément appelé le panneau Toronto, est un panneau tridimensionnel illuminé situé au Nathan Phillips Square à Toronto, Ontario, Canada, qui épelle le nom de la ville. Il mesure 3 mètres (9,8 pieds) de haut et 22 mètres (72 pieds) de long (avant l'ajout de la feuille d'érable et de la roue médicinale), éclairé par des lumières LED contrôlées via Wi-Fi qui peuvent créer environ 228 millions de combinaisons de couleurs , approximativement égal à ce que l'œil humain peut percevoir.
Tunnel 3D/Tunnel 3D :
3D Tunnel est un jeu vidéo ZX Spectrum développé par New Generation Software et publié en 1983. L'incrustation de cassette le décrit comme suit : "Un autre jeu 3D rapide de l'auteur de 3D Monster Maze et Defender pour le ZX81. Flapping Birds, Scurrying Rats, Les crapauds bondissants et les araignées rampantes apparaissent tous en direct dans le tunnel 3D".
3D Ultra_Lionel_Traintown/3D Ultra Lionel Traintown :
3D Ultra Lionel Traintown est un jeu de chemin de fer à la troisième personne de Sierra On-Line sous la marque de jeux occasionnels Sierra Attractions, sous licence de Lionel, LLC. Il se compose de plans de train, dont certains peuvent être modifiés par le joueur. Les locomotives comprennent un commutateur Union Pacific EMD SW1500, une locomotive diesel Atchison, Topeka and Santa Fe Railway F3A (généralement utilisée pour tirer des trains de voyageurs), une locomotive à vapeur 2-8-0 et un wagon de passagers des années 1950. Une version améliorée, intitulée 3D Ultra Lionel Traintown Deluxe, est sortie le 30 septembre 2000.
3D Ultra_Minigolf_(jeu_série)/3D Ultra Minigolf (série de jeux) :
3D Ultra Minigolf est une série de titres de golf miniature de style arcade. Cela a commencé en 1997 avec 3D Ultra Minigolf, avec 3D Ultra Minigolf Adventures et sa suite, 3D Ultra Minigolf Adventures 2 développé par Wanako Games. 3D Ultra Minigolf Adventures est sorti pour Microsoft Windows et Xbox 360. La suite est sortie pour Xbox 360 et Sony PlayStation 3.
3D Ultra_Minigolf_Adventures/3D Ultra Minigolf Adventures :
3D Ultra Minigolf Adventures est un jeu vidéo de golf d'arcade de 2006 pour Microsoft Windows et Xbox 360 développé par Wanako Games et édité par Vivendi Games. Le jeu est sorti le 20 décembre 2006 pour Microsoft Windows et le 18 avril 2007 pour Xbox 360.
3D Virtual_Creature_Evolution/3D Virtual Creature Evolution :
3D Virtual Creature Evolution, abrégé en 3DVCE, est un programme de simulation d'évolution artificielle créé par Lee Graham. Le site Web est actuellement en panne. Son but est de visualiser et de rechercher des thèmes communs dans les plans corporels et les stratégies pour atteindre une fonction de remise en forme des organismes artificiels générés et maintenus par le système dans leur environnement donné. Le programme a été inspiré par le programme d'évolution artificielle de Karl Sims de 1994, Evolved Virtual Creatures. Le programme est géré par des bénévoles qui téléchargent le programme à partir du site Web d'accueil et renvoient les informations des simulations terminées. Il est actuellement disponible sur Windows et dans certains cas Linux.
Vision 3D/Vision 3D :
3D Vision peut faire référence à : 3D Vision Records, un label espagnol Nvidia 3D Vision, un kit de lunettes à obturateur LC pour la plate-forme Windows
3D Vision_Records/3D Vision Records :
3D Vision Records est un label français de psy-trance basé à Ibiza, en Espagne, formé par Christof Drouillet (alias Absolum) et Cédric Dassulle (alias Talamasca) en 1998.
Orientation 3D/Orientation 3D :
3D Wayfinder est un logiciel et un service d'orientation intérieure utilisé pour aider les visiteurs à naviguer dans les grands bâtiments publics (centres commerciaux, aéroports, gares, hôpitaux, universités, etc.) 3D Wayfinder utilise un plan d'étage 3D d'un bâtiment et le rend en réalité temps. Il affiche des couches d'informations interactives. Le logiciel peut être utilisé sur des bornes interactives ou comme application mobile. 3D Wayfinder permet aux utilisateurs de visualiser le chemin le plus court entre la position des utilisateurs et l'emplacement recherché. En même temps, les utilisateurs peuvent zoomer, faire pivoter et changer les étages de la carte 3D du bâtiment. Tous les objets existants - comme les escaliers mécaniques, les portes, les ascenseurs, les arbres, les escaliers, etc. peuvent être inclus sur le plan d'étage 3D. Les plans d'étage affichés peuvent être commutés et généralement le toit du bâtiment est également inclus sur le modèle 3D du bâtiment pour permettre une meilleure compréhension de la direction du bâtiment et de la carte.
Monde 3D/Monde 3D :
3D World est un magazine et un site Web publié par Future plc dont l'objectif principal est l'animation 3D, les effets visuels, la conception de jeux vidéo, l'illustration et la visualisation architecturale. 3D World apparaît toutes les quatre semaines et est vendu au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Europe continentale, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et dans de nombreux autres pays. Il est également vendu comme réplique numérique pour les tablettes.
Monde 3D_ (Australie)/Monde 3D (Australie) :
3D World était une publication de presse de rue australienne pour la communauté de la musique dance. Après avoir été fondée à Sydney en 1989, la propriété de la publication a changé de mains plusieurs fois avant la fermeture de la publication en 2011. Elle a été remplacée par Three Magazine, une autre publication de Street Press Australia Pty Ltd, qui "est née des cendres de 3D World " en août 2011.
3D World_Atlas/3D World Atlas :
3D World Atlas est un programme de globe virtuel développé par Cosmi Corporation. À la version 2.1, c'est l'un des principaux programmes d'atlas, avec d'autres programmes d'exploration d'atlas 3D tels que Google Earth.
Point X 3D/Point X 3D :
3D XPoint (prononcé point de croisement 3D) est une technologie de mémoire non volatile (NVM) développée conjointement par Intel et Micron Technology. Il a été annoncé en juillet 2015 et est disponible sur le marché libre sous la marque Optane (Intel) depuis avril 2017. Le stockage de bits est basé sur un changement de résistance en vrac, en conjonction avec une baie d'accès aux données inter-réseaux empilable. Les prix initiaux sont inférieurs à ceux de la mémoire dynamique à accès aléatoire (DRAM), mais supérieurs à ceux de la mémoire flash. En tant que mémoire non volatile, 3D XPoint possède un certain nombre de caractéristiques qui le distinguent des autres RAM et NVRAM actuellement disponibles. Bien que les premières générations de 3D XPoint n'étaient pas particulièrement grandes ou rapides, à partir de 2019, 3D XPoint est utilisé pour créer certains des SSD les plus rapides disponibles, avec une latence d'écriture faible. Comme la mémoire est intrinsèquement rapide et adressable en octets, des techniques telles que la lecture-modification-écriture et la mise en cache utilisées pour améliorer les SSD traditionnels ne sont pas nécessaires pour obtenir des performances élevées. De plus, les chipsets tels que Cascade Lake sont conçus avec un support intégré pour 3D XPoint, qui lui permet d'être utilisé comme disque de mise en cache ou d'accélération, et il est également assez rapide pour être utilisé comme RAM non volatile (NVRAM) dans un DIMM paquet.
Effet_audio 3D/Effet audio 3D :
Les effets audio 3D sont un groupe d'effets sonores qui manipulent le son produit par des haut-parleurs stéréo, des haut-parleurs surround, des ensembles de haut-parleurs ou des écouteurs. Cela implique fréquemment le placement virtuel de sources sonores n'importe où dans l'espace tridimensionnel, y compris derrière, au-dessus ou en dessous de l'auditeur. L'audio 3D (traitement) est la convolution dans le domaine spatial des ondes sonores à l'aide des fonctions de transfert liées à la tête. C'est le phénomène de transformation des ondes sonores (à l'aide de la fonction de transfert liée à la tête ou des filtres HRTF et des techniques d'annulation de la diaphonie) pour imiter les ondes sonores naturelles, qui émanent d'un point dans un espace 3D. Il permet de tromper le cerveau en utilisant les oreilles et les nerfs auditifs, en faisant semblant de placer différents sons dans différents emplacements 3D lors de l'audition des sons, même si les sons peuvent simplement être produits à partir de seulement 2 haut-parleurs (différents du son surround).
Bio-impression 3D/Bio-impression 3D :
La bio-impression tridimensionnelle (3D) est l'utilisation de techniques de type impression 3D pour combiner des cellules, des facteurs de croissance et/ou des biomatériaux pour fabriquer des pièces biomédicales, souvent dans le but d'imiter les caractéristiques naturelles des tissus. Généralement, la bio-impression 3D peut utiliser une méthode couche par couche pour déposer des matériaux connus sous le nom de bio-encres afin de créer des structures semblables à des tissus qui sont ensuite utilisées dans divers domaines médicaux et d'ingénierie tissulaire. La bioimpression 3D couvre un large éventail de techniques de bioimpression et de biomatériaux. Actuellement, la bio-impression peut être utilisée pour imprimer des tissus et des organes afin d'aider à la recherche de médicaments et de pilules. Cependant, les innovations vont de la bio-impression de la matrice extracellulaire au mélange de cellules avec des hydrogels déposés couche par couche pour produire le tissu souhaité. De plus, la bio-impression 3D a commencé à intégrer l'impression d'échafaudages. Ces échafaudages peuvent être utilisés pour régénérer les articulations et les ligaments.
Numérisation corporelle 3D/numérisation corporelle 3D :
La numérisation corporelle 3D est une application de diverses technologies telles que le scanner 3D à lumière structurée, la détection de profondeur 3D, la vision stéréoscopique et autres pour l'étude ergonomique et anthropométrique de la forme humaine en tant que nuage de points. La technologie et la pratique de la recherche ont permis de constater que les méthodologies d'extraction de mesures par balayage corporel 3D sont comparables aux techniques de mesure anthropométriques traditionnelles.
Tissus tressés 3D/tissus tressés 3D :
Les tissus tressés 3D sont des tissus dans lesquels le fil traverse la tresse dans les trois directions, formés en tressant trois ensembles orthogonaux de fils. L'architecture des fibres des tissus tressés tridimensionnels offre une résistance, une rigidité et une intégrité structurelle élevées, ce qui les rend adaptés à un large éventail d'applications. Les tissus 3D peuvent être produits via des processus de tissage, de tricotage et de non-tissage.
Caméscope 3D/caméscope 3D :
Un caméscope 3D peut enregistrer une vidéo 3D. Le premier caméscope 3D grand public était le Toshiba SK-3D7K, exposé au CES 1988 à Las Vegas et disponible à l'achat en 1989; 500 ont été produits. Il avait une configuration double CCD / objectif qui enregistrait la vidéo stéréoscopique au format NTSC séquencé sur le terrain via un multiplexeur intégré sur des bandes VHS-C. Aucun autre caméscope 3D grand public n'a été produit avant le Fujifilm W1, environ 20 ans plus tard.
Caméra 3D/Caméra 3D :
La caméra 3D peut faire référence à : Caméra télémétrique, un appareil qui produit une image 2D montrant la distance aux points d'une scène à partir d'un point spécifique. Caméra stéréo, un type de caméra avec deux objectifs ou plus avec des capteurs d'image séparés ou un cadre de film pour chaque objectif, qui permet à l'appareil photo de simuler la vision binoculaire humaine, et donc de capturer des images en trois dimensions.
Culture cellulaire 3D/Culture cellulaire 3D :
Une culture cellulaire 3D est un environnement créé artificiellement dans lequel les cellules biologiques sont autorisées à se développer ou à interagir avec leur environnement dans les trois dimensions. Contrairement aux environnements 2D (par exemple une boîte de Pétri), une culture cellulaire 3D permet aux cellules in vitro de se développer dans toutes les directions, comme elles le feraient in vivo. Ces cultures tridimensionnelles sont généralement cultivées dans des bioréacteurs, de petites capsules dans lesquelles les cellules peuvent se développer en sphéroïdes ou colonies de cellules 3D. Environ 300 sphéroïdes sont généralement cultivés par bioréacteur.
3D cell_culture_in_wood-based_nanocellulose_hydrogel/Culture cellulaire 3D dans un hydrogel de nanocellulose à base de bois :
L'hydrogel de cellulose nanofibrillée à base de bois (NFC) est utilisé comme matrice pour la culture cellulaire 3D. En tant que matériau à base de plantes, il ne contient aucun composant d'origine humaine ou animale.
Culture_cellulaire_3D_par_lévitation_magnétique/Culture cellulaire 3D par lévitation magnétique :
La culture cellulaire 3D par la méthode de lévitation magnétique (MLM) est l'application de la croissance de tissus 3D en induisant des cellules traitées avec des assemblages de nanoparticules magnétiques dans des champs magnétiques variant dans l'espace à l'aide de conducteurs magnétiques au néodyme et en favorisant les interactions cellule à cellule en faisant léviter les cellules jusqu'à l'air/ interface liquide d'une boîte de Pétri standard. Les assemblages de nanoparticules magnétiques sont constitués de nanoparticules d'oxyde de fer magnétique, de nanoparticules d'or et de polylysine polymère. La culture cellulaire 3D est évolutive, avec la capacité de cultiver 500 cellules à des millions de cellules ou d'une boîte unique à des systèmes à faible volume à haut débit. Une fois que les cultures magnétisées sont générées, elles peuvent également être utilisées comme matériau de base, ou "l'encre", pour le processus de bioimpression 3D magnétique.
City_model 3D/Modèle de ville 3D :
Un modèle de ville 3D est un modèle numérique de zones urbaines qui représente des surfaces de terrain, des sites, des bâtiments, de la végétation, des éléments d'infrastructure et de paysage à l'échelle tridimensionnelle ainsi que des objets connexes (par exemple, du mobilier urbain) appartenant aux zones urbaines. Leurs composantes sont décrites et représentées par des données spatiales bi et tridimensionnelles correspondantes et des données géoréférencées. Les modèles de ville 3D prennent en charge les tâches de présentation, d'exploration, d'analyse et de gestion dans un grand nombre de domaines d'application différents. En particulier, les modèles de ville 3D permettent "d'intégrer visuellement des informations géographiques hétérogènes dans un cadre unique et, par conséquent, de créer et de gérer des espaces d'information urbains complexes".
Composites 3D/composites 3D :
Les composites tridimensionnels utilisent des préformes de fibres construites à partir de fils ou de câbles disposés en structures tridimensionnelles complexes. Ceux-ci peuvent être créés à partir d'un processus de tissage 3D, d'un processus de tricotage 3D, d'un processus de tressage 3D ou d'une pose 3D de fibres courtes. Une résine est appliquée sur la préforme 3D pour créer le matériau composite. Les composites tridimensionnels sont utilisés dans des applications hautement techniques et hautement techniques afin d'obtenir des propriétés mécaniques complexes. Les composites tridimensionnels sont conçus pour réagir aux contraintes et aux déformations d'une manière qui n'est pas possible avec les matériaux composites traditionnels composés de câbles unidirectionnels, ou les composites tissés 2D, les composites sandwich ou les matériaux stratifiés empilés.
Infographie 3D/Infographie 3D :
L'infographie 3D, parfois appelée CGI, 3DCGI ou infographie tridimensionnelle (contrairement à l'infographie 2D), est un graphisme qui utilise une représentation tridimensionnelle de données géométriques (souvent cartésiennes) qui est stockée dans l'ordinateur à des fins de effectuer des calculs et rendre des images 2D. Les images résultantes peuvent être stockées pour une visualisation ultérieure (éventuellement sous forme d'animation) ou affichées en temps réel. Contrairement au film 3D et aux techniques similaires, le résultat est en deux dimensions, sans l'illusion d'être solide. Les graphiques informatiques 3D reposent sur bon nombre des mêmes algorithmes que les graphiques vectoriels informatiques 2D dans le modèle filaire et les graphiques matriciels informatiques 2D dans l'affichage rendu final. Dans les logiciels d'infographie, les applications 2D peuvent utiliser des techniques 3D pour obtenir des effets tels que l'éclairage, et de même, la 3D peut utiliser certaines techniques de rendu 2D. Les objets en infographie 3D sont souvent appelés modèles 3D. Contrairement à l'image rendue, les données d'un modèle sont contenues dans un fichier de données graphiques. Un modèle 3D est une représentation mathématique de tout objet tridimensionnel ; un modèle n'est techniquement pas un graphique tant qu'il n'est pas affiché. Un modèle peut être affiché visuellement sous forme d'image bidimensionnelle grâce à un processus appelé rendu 3D, ou il peut être utilisé dans des simulations et des calculs informatiques non graphiques. Avec l'impression 3D, les modèles sont rendus dans une représentation physique 3D réelle d'eux-mêmes, avec certaines limitations quant à la précision avec laquelle le modèle physique peut correspondre au modèle virtuel.
Film 3D/film 3D :
Les films 3D sont des films réalisés pour donner une illusion de solidité tridimensionnelle, généralement à l'aide de lunettes spéciales portées par les téléspectateurs. Ils existent sous une forme ou une autre depuis 1915, mais ont été largement relégués à un créneau dans l'industrie cinématographique en raison du matériel et des processus coûteux nécessaires pour produire et afficher un film 3D, et de l'absence d'un format standardisé pour tous les segments du industrie des loisirs. Néanmoins, les films 3D occupaient une place de choix dans les années 1950 dans le cinéma américain, puis ont connu une résurgence mondiale dans les années 1980 et 1990, stimulés par les cinémas haut de gamme IMAX et les salles sur le thème de Disney. Les films 3D ont connu un succès croissant tout au long des années 2000, culminant avec le succès des présentations 3D d' Avatar en décembre 2009, après quoi les films 3D ont de nouveau perdu de leur popularité. Certains réalisateurs ont également adopté des approches plus expérimentales du cinéma 3D, notamment le célèbre auteur Jean-Luc Godard dans son film Goodbye to Language.
Plan d'étage 3D/Plan d'étage 3D :
Un plan d'étage 3D, ou plan d'étage 3D, est un modèle virtuel d'un plan d'étage de bâtiment, représenté à vol d'oiseau, utilisé dans l'industrie du bâtiment pour mieux transmettre les plans architecturaux. Généralement construit à l'échelle, un plan d'étage 3D doit inclure des murs et un sol et comprend généralement des fenestrations murales extérieures, des fenêtres et des portes. Il ne comprend pas de plafond afin de ne pas obstruer la vue. D'autres attributs communs peuvent être ajoutés, mais ne sont pas obligatoires, tels que les armoires, les revêtements de sol, les accessoires de salle de bain, la couleur de la peinture, les carreaux muraux et d'autres finitions intérieures. Des meubles peuvent être ajoutés pour aider à communiquer une mise en scène et un design intérieur appropriés.
Évolution du pliage 3D/Évolution du pliage 3D :
En géologie , l'évolution des plis 3D est l'étude de la structure tridimensionnelle complète d'un pli au fur et à mesure de son évolution dans le temps. Un pli est une structure géologique tridimensionnelle commune qui est associée à une déformation sous contrainte. L'évolution des plis en trois dimensions peut être globalement divisée en deux étapes, à savoir la croissance des plis et la liaison des plis. L'évolution dépend de la cinématique de pliage, des causes de pliage, ainsi que de l'alignement et de l'interaction de chaque structure les unes par rapport aux autres. Il existe plusieurs manières de reconstituer la progression de l'évolution des plis, notamment en utilisant des preuves de dépôt, des preuves géomorphologiques et une restauration équilibrée. Comprendre l'évolution des plis est important car cela aide les géologues pétroliers à mieux comprendre la distribution des pièges structuraux d'hydrocarbures.
3D food_printing/impression 3D alimentaire :
L'impression 3D alimentaire est le processus de fabrication de produits alimentaires utilisant une variété de techniques de fabrication additive. Le plus souvent, les seringues de qualité alimentaire contiennent le matériau d'impression, qui est ensuite déposé à travers une buse de qualité alimentaire couche par couche. Les imprimantes alimentaires 3D les plus avancées intègrent des recettes préchargées et permettent également à l'utilisateur de concevoir à distance ses aliments sur son ordinateur, son téléphone ou un appareil IoT. La nourriture peut être personnalisée en forme, couleur, texture, saveur ou nutrition, ce qui la rend très utile dans divers domaines tels que l'exploration spatiale et la santé.
table_de_recherche 3D/table de recherche 3D :
Dans l'industrie cinématographique, les tables de correspondance 3D (LUT 3D) sont utilisées pour mapper un espace colorimétrique à un autre. Ils sont couramment utilisés pour calculer les couleurs de prévisualisation pour un moniteur ou un projecteur numérique de la manière dont une image sera reproduite sur un autre périphérique d'affichage, généralement l'image finale projetée numériquement ou l'impression de sortie d'un film. Une LUT 3D est un réseau 3D de valeurs de couleur RVB de sortie qui peuvent être indexées par des ensembles de valeurs de couleur RVB d'entrée. Chaque axe du réseau représente l'une des trois composantes de couleur d'entrée et la couleur d'entrée définit ainsi un point à l'intérieur du réseau. Étant donné que le point peut ne pas être sur un point de réseau, les valeurs de réseau doivent être interpolées ; la plupart des produits utilisent une interpolation trilinéaire. Les LUT 3D sont largement utilisées dans la chaîne de production de films, dans le cadre du processus Digital Intermediate. Les cubes peuvent être de différentes tailles et profondeurs de bits. Souvent, des cubes 33 × 33 × 33 sont utilisés comme LUT 3D. La pratique la plus courante consiste à utiliser des images de journal RVB 10 bits/composant comme entrée de la LUT 3D. La sortie est généralement constituée de valeurs RVB qui doivent être placées telles quelles dans la mémoire tampon d'un périphérique d'affichage. Les cartes graphiques modernes prennent directement en charge les LUT 3D, ce qui permet de traiter des images HD entières à 60 ips ou plus rapidement.
3D makeR_Technologies/3D makeR Technologies :
3D makeR Technologies (makeR) est un fabricant d'imprimantes 3D. La société a commencé comme une société d'impression open source. Elle a été fondée entre Barcelone et Santa Marta par Carlos Camargo, qui agit actuellement en tant que PDG de l'entreprise. Suivant le modèle RepRap traditionnel, les premiers produits du makeR étaient des kits à faire soi-même avec une version alternative basée sur l'imprimante 3D FDM open-source Prusa i3, appelée Prusa Tairona. Les imprimantes 3D makeR actuelles sont conçues avec un cadre fermé et des tailles de construction sélectionnées. Leur gamme de produits comprend la série d'imprimantes 3D PEGASUS. Les imprimantes 3D makeR sont compatibles avec l'acide polylactique (PLA), l'acrylonitrile butadiène styrène (ABS), le polyuréthane thermoplastique (TPU), le polystyrène à fort impact (HIPS), l'alcool polyvinylique (PVA) et certains matériaux spéciaux pour les besoins industriels, tels que le PLA filament mélangé à des particules de métaux qui, grâce au ponçage des pièces imprimées en 3D, donnent un aspect similaire aux métaux (acier, cuivre et aluminium). De plus, les imprimantes makeR impriment avec du nylon et de la fibre de carbone.
Mémoire 3D/Mémoire 3D :
La mémoire 3D peut faire référence à : Stockage de données optiques 3D Cellules de mémoire tridimensionnelles Mémoire flash V-NAND (3D NAND) Puces de mémoire à circuit intégré 3D (CI 3D)
Moulage_métal 3D/Moulage métal 3D :
Le moulage de métal 3D, également appelé moulage par injection de métal ou (MIM), est utilisé pour fabriquer des composants aux géométries complexes. Le procédé utilise un mélange de poudres métalliques et de liants polymères - également appelés "matières premières" - qui sont ensuite moulés par injection. Après moulage, les pièces sont traitées thermiquement afin d'éliminer le liant. Ils sont ensuite frittés en un composant métallique à haute densité qui a des propriétés mécaniques comparables aux matériaux corroyés. Le moulage de métal 3D est principalement utilisé pour réaliser des formes complexes et complexes qui sont très difficiles ou coûteuses à produire en utilisant les méthodes de fabrication conventionnelles. Applications Le moulage de métal 3D est utilisé dans les industries aérospatiale, médicale et autres. Sa popularité est due à sa force sous la forme d'une forme ou d'une pièce personnalisée. Les polymères thermoplastiques et thermodurcissables sont plus couramment trouvés comme moule 3D. Ces deux processus sont utilisés dans les industries suivantes : Environnement Marine Pétrole et gaz Logement Construction Équipement/manutention alimentaire Appareil Automobile Traitement des eaux usées CVC Médical Consommateur Commercial Récréatif Aéronautique Télécommunications Dentaire.Avantages Il n'utilise que le volume exact de matériau requis pour créer la pièce , réduisant les coûts. Une fois l'outillage créé, d'énormes volumes de pièces de haute qualité peuvent être produits en peu de temps. Le MIM peut réaliser des pièces complexes avec des géométries complexes réduisant le besoin d'opérations secondaires, telles que les gravures de marque. Les pièces peuvent être moulées à partir d'une large gamme de matériaux, y compris des métaux «exotiques». Le moulage de métal 3D est parfait pour des volumes de plus de 1000 - et peut également être extrêmement rentable pour de plus petites quantités, bien que cela dépende du matériau. par un système informatique, travaillant sur un dessin CAO. Le processus initial n'atteint pas la résistance requise, les pièces doivent donc passer par un processus secondaire qui consiste à fondre un autre type de métal dans la forme. Il existe plusieurs méthodes utilisées dans l'impression 3D métal. Le frittage sélectif par laser, ou SLS, utilise la chaleur d'un laser puissant pour fusionner de minuscules particules de céramique, de verre ou de plastique, formant une pièce 3D. Carl Deckard et Joe Beaman de l'Université du Texas ont développé et breveté le procédé dans les années 1980. Le frittage laser direct de métal, ou DMLS, utilise un laser pour fritter du métal en poudre en un objet solide en couches graduelles construites les unes sur les autres. Les canaux de refroidissement peuvent être imprimés sous n'importe quelle forme dans ce processus, ce qui réduit le temps et le gaspillage et améliore la qualité. La fusion sélective au laser, ou SLM, fait fondre complètement la poudre pour former une pièce homogène. Ce processus ne peut être utilisé que pour des matériaux simples, il n'est donc pas adapté aux alliages.
Microfabrication 3D/Microfabrication 3D :
La microfabrication tridimensionnelle (3D) fait référence aux techniques de fabrication qui impliquent la superposition de matériaux pour produire une structure tridimensionnelle à une échelle microscopique. Ces structures sont généralement à l'échelle du micromètre et sont populaires dans les systèmes microélectroniques et microélectromécaniques.
Miroir_symétrie 3D/Symétrie miroir 3D :
En physique théorique , la symétrie miroir 3D est une version de la symétrie miroir dans les théories de jauge tridimensionnelles avec N = 4 supersymétrie, ou 8 supercharges. Il a été proposé pour la première fois par Kenneth Intriligator et Nathan Seiberg, dans leur article de 1996 "Symétrie miroir dans les théories de jauge tridimensionnelles", comme une relation entre des paires de théories de jauge tridimensionnelles, telles que la branche de Coulomb de l'espace des modules de un est la branche de Higgs de l'espace des modules de l'autre. Cela a été démontré à l'aide de dessins animés de brane D par Amihay Hanany et Edward Witten 4 mois plus tard, où ils ont découvert que c'était une conséquence de la dualité S dans la théorie des cordes de type IIB. Quatre mois plus tard, la symétrie miroir 3D a été étendue à N = 2 théories de jauge résultant de la rupture de supersymétrie dans N = 4 théories. Ici, il a été donné une interprétation physique en termes de tourbillons. Dans les théories de jauge tridimensionnelles, les tourbillons sont des particules. Les tourbillons BPS, qui sont les tourbillons qui préservent une certaine supersymétrie, ont des masses qui sont données par le terme FI de la théorie de jauge. En particulier, sur la branche de Higgs, où les squarks sont sans masse et se condensent pour donner des valeurs d'attente de vide (VEV) non triviales, les vortex sont massifs. D'autre part, Intriligator et Seiberg interprètent la branche de Coulomb de la théorie de jauge, où le scalaire dans le multiplet vectoriel a un VEV, comme étant le régime où les tourbillons sans masse se condensent. Ainsi la dualité entre la branche de Coulomb dans une théorie et la branche de Higgs dans la théorie duale est la dualité entre les squarks et les vortex. Dans cette théorie, les instantons sont des monopôles magnétiques de 't Hooft – Polyakov dont les actions sont proportionnelles au VEV du scalaire dans le multiplet vectoriel. Dans ce cas, les calculs d'instanton reproduisent à nouveau le super potentiel non perturbatif. En particulier, dans le cas N = 4 avec symétrie de jauge SU (2), la métrique sur l'espace des modules a été trouvée par Nathan Seiberg et Edward Witten en utilisant des théorèmes d'holomorphie et de non renormalisation supersymétrique plusieurs jours avant l'apparition de l'article de symétrie miroir tridimensionnel d'Intriligator et Seiberg. . Leurs résultats ont été reproduits à l'aide de techniques standard d'instanton.
Modélisation 3D/Modélisation 3D :
En infographie 3D, la modélisation 3D est le processus de développement d'une représentation mathématique basée sur les coordonnées de toute surface d'un objet (inanimé ou vivant) en trois dimensions via un logiciel spécialisé en manipulant des arêtes, des sommets et des polygones dans un espace 3D simulé. Les modèles tridimensionnels (3D) représentent un corps physique en utilisant une collection de points dans l'espace 3D, reliés par diverses entités géométriques telles que des triangles, des lignes, des surfaces courbes, etc. Étant une collection de données (points et autres informations), les modèles 3D peuvent être créé manuellement, par algorithme (modélisation procédurale) ou par numérisation. Leurs surfaces peuvent être définies plus en détail avec un mappage de texture.
Prévision immédiate 3D/prévision immédiate 3D :
Le nowasting 3D fait référence à une technologie expérimentale de prévision immédiate en météorologie qui utilise un radar à balayage rapide pour prédire les précipitations plusieurs minutes à l'avance. Le radar à réseau phasé effectue un balayage du ciel en 10 à 30 secondes, visualisant 100 niveaux verticaux dans une plage de 60 km. fournissant ainsi des entrées toutes les 30 secondes. Il divise le ciel en plusieurs "couches" et utilise un nouvel algorithme pour faire des prévisions très rapidement. Les modèles utilisent l'ordinateur K, nécessitant une grande quantité de données d'observation et une grande quantité de puissance de calcul. Le radar produit 100 fois plus de données que le radar à antenne parabolique classique.
Reconnaissance d'objets 3D/reconnaissance d'objets 3D :
En vision par ordinateur, la reconnaissance d'objets 3D implique la reconnaissance et la détermination d'informations 3D, telles que la pose, le volume ou la forme, d'objets 3D choisis par l'utilisateur dans une photographie ou un balayage de distance. Typiquement, un exemple de l'objet à reconnaître est présenté à un système de vision dans un environnement contrôlé, puis pour une entrée arbitraire telle qu'un flux vidéo, le système localise l'objet précédemment présenté. Cela peut se faire soit hors ligne, soit en temps réel. Les algorithmes pour résoudre ce problème sont spécialisés pour localiser un seul objet pré-identifié, et peuvent être opposés à des algorithmes qui opèrent sur des classes générales d'objets, tels que les systèmes de reconnaissance faciale ou la reconnaissance d'objets génériques 3D. En raison du faible coût et de la facilité d'acquisition des photographies, une quantité importante de recherches a été consacrée à la reconnaissance d'objets 3D dans les photographies.
stockage_de_données_optiques 3D/stockage de données optiques 3D :
Le stockage de données optiques 3D est toute forme de stockage de données optiques dans laquelle des informations peuvent être enregistrées ou lues avec une résolution tridimensionnelle (par opposition à la résolution bidimensionnelle offerte, par exemple, par un CD). Cette innovation a le potentiel de fournir des pétaoctets stockage de masse de niveau supérieur sur des disques de taille DVD (120 mm). L'enregistrement et la relecture des données sont réalisés en focalisant des lasers dans le support. Cependant, en raison de la nature volumétrique de la structure de données, la lumière laser doit traverser d'autres points de données avant d'atteindre le point où la lecture ou l'enregistrement est souhaité. Par conséquent, une sorte de non-linéarité est nécessaire pour garantir que ces autres points de données n'interfèrent pas avec l'adressage du point souhaité. Aucun produit commercial basé sur le stockage optique de données 3D n'est encore arrivé sur le marché de masse, bien que plusieurs entreprises développent activement la technologie et affirment qu'elle pourrait être disponible « bientôt ».
3D pose_estimation/3D pose estimation :
L'estimation de pose 3D est un processus de prédiction de la transformation d'un objet à partir d'une pose de référence définie par l'utilisateur, à partir d'une image ou d'un scan 3D. Il apparaît dans la vision par ordinateur ou la robotique où la pose ou la transformation d'un objet peut être utilisée pour l'alignement d'un modèle de conception assistée par ordinateur, l'identification, la saisie ou la manipulation de l'objet.
Arme à feu imprimée en 3D/arme à feu imprimée en 3D :
Une arme à feu imprimée en 3D est une arme à feu qui est principalement produite avec une imprimante 3D. Ils peuvent être classés selon le type d'imprimantes 3D utilisées : plastique (fabrication de filaments de bureau), métal (fusion laser sélective industrielle), ou les deux. Alors que les armes à feu en plastique sont généralement utilisées comme armes à feu improvisées qui échappent au contrôle des armes à feu, les armes à feu métalliques imprimées en 3D sont plus souvent considérées comme un moyen pour les fabricants d'armes légitimes de dépasser les limites de conception traditionnelles. Bien qu'il soit possible de créer des armes entièrement en plastique, ces armes à feu ont tendance à être extrêmement éphémère. Au lieu de cela, il est plus pratique d'imprimer un cadre en plastique et d'utiliser du métal dans l'action et le canon. Les pièces métalliques peuvent être fabriquées soi-même ou achetées sous la forme d'un kit de pièces. Un problème connexe est la production de pièces imprimées en 3D pour les armes à feu conventionnelles. Les magazines imprimés à grande capacité contournent les limites des armes d'assaut, les gâchettes affaiblissent le contrôle des armes à feu entièrement automatiques et les bretelles de pistolet défient la limite des fusils à canon court.
Imprimante 3D_extrudeuse/extrudeuse d'imprimante 3D :
Une extrudeuse Bowden est un type de mécanisme d'alimentation de filament utilisé dans de nombreuses imprimantes 3d FDM qui pousse le filament à travers un tube PTFE (téflon) long et flexible jusqu'à l'extrémité chaude. Un autre type d'extrudeuse qui est également largement utilisé dans les imprimantes 3D à filament est l'extrudeuse à entraînement direct ou l'extrudeuse directe, qui se trouve plus près de l'extrémité chaude de l'extrudeuse.
Impression 3D/Impression 3D :
L'impression 3D, ou fabrication additive, est la construction d'un objet tridimensionnel à partir d'un modèle CAO ou d'un modèle numérique 3D. Le terme « impression 3D » peut faire référence à une variété de processus dans lesquels un matériau est déposé, joint ou solidifié sous contrôle informatique pour créer un objet tridimensionnel, le matériau étant ajouté ensemble (comme des plastiques, des liquides ou des grains de poudre fusionnés ), généralement couche par couche. Dans les années 1980, les techniques d'impression 3D étaient considérées comme adaptées uniquement à la production de prototypes fonctionnels ou esthétiques, et un terme plus approprié pour cela à l'époque était le prototypage rapide. Depuis 2019, la précision, la répétabilité et la gamme de matériaux de l'impression 3D ont augmenté au point que certains processus d'impression 3D sont considérés comme viables en tant que technologie de production industrielle, le terme fabrication additive pouvant être utilisé comme synonyme d'impression 3D. L'un des principaux avantages de l'impression 3D est la possibilité de produire des formes ou des géométries très complexes qui seraient autrement impossibles à construire à la main, y compris des pièces creuses ou des pièces avec des structures en treillis internes pour réduire le poids. La modélisation par dépôt de fil fondu (FDM), qui utilise un filament continu d'un matériau thermoplastique, est le procédé d'impression 3D le plus couramment utilisé à partir de 2020.
Filament d'impression 3D/filament d'impression 3D :
Le filament d'impression 3D est la matière première thermoplastique pour les imprimantes 3D de modélisation par dépôt fondu. Il existe de nombreux types de filaments disponibles avec différentes propriétés, nécessitant différentes températures pour imprimer. Le filament est couramment disponible dans les deux diamètres standard de 1,75 mm et 2,85 mm. Le filament de 2,85 mm est parfois appelé à tort "3 mm", mais ne doit pas être confondu avec la taille de filament moins courante qui mesure en fait 3 mm de diamètre. La taille du filament ne doit pas être confondue avec la taille de la buse et plusieurs combinaisons différentes de buse et les tailles de filament peuvent être utilisées. L'une des tailles de buse les plus courantes est de 0,4 mm, tandis que des exemples d'autres tailles courantes incluent 0,35 mm et 0,25 mm. Différencié de la poudre et de la résine liquide pour les autres technologies d'impression 3D, le filament est produit en un fil continu en plastique mince de cent mètres de long. , qui est généralement enroulé dans une bobine à des fins de stockage et d'alimentation de l'imprimante.
3D printing_marketplace/marché de l'impression 3D :
Un marché de l'impression 3D est un site Web où les utilisateurs achètent, vendent et partagent librement des fichiers numériques imprimables en 3D à utiliser sur des imprimantes 3D. Ils offrent parfois aussi la possibilité d'imprimer les modèles et/ou de les faire remonter au client.
processus_d'impression 3D/processus d'impression 3D :
Une variété de processus, d'équipements et de matériaux sont utilisés dans la production d'un objet tridimensionnel via la fabrication additive. L'impression 3D est également connue sous le nom de fabrication additive. Par conséquent, les nombreux processus d'impression 3D disponibles ont tendance à être de nature additive avec quelques différences clés dans les technologies et les matériaux utilisés dans ce processus. Certains des différents types de transformations physiques qui sont utilisés dans l'impression 3D comprennent l'extrusion à l'état fondu, la polymérisation légère, la production continue d'interface liquide et le frittage.
Vitesse d'impression 3D/vitesse d'impression 3D :
La vitesse d'impression 3D mesure la quantité de matériau fabriqué sur une période de temps donnée ( quantité / temps {\displaystyle {\text{amount}}/{\text{time}}} ), où l'unité de temps est mesurée en secondes, et l'unité de matériau fabriqué est généralement mesurée en unités de kg, mm ou cm3, selon le type de technique de fabrication additive. Le tableau suivant compare les vitesses des technologies d'impression 3D commercialement pertinentes. La vitesse d'impression 3D se réfère uniquement à l'étape de construction, un sous-composant de l'ensemble du processus d'impression 3D. Cependant, l'ensemble du processus s'étend des étapes de pré-traitement aux étapes de post-traitement. Le temps nécessaire à l'impression d'une pièce terminée à partir d'un fichier de données (.stl ou .obj) est calculé comme la somme des temps des étapes suivantes : L'étape de prétraitement, qui couvre le processus de préparation de la pièce et de l'imprimante. Ceci est nécessaire avant le début de l'impression proprement dite. Il est calculé comme la somme du temps requis pour les processus suivants : Positionnement et orientation de la pièce à imprimer Saisie des paramètres (par exemple épaisseur de couche, type de matériau) dans le logiciel de l'imprimante Génération de la structure de support Génération de tranches (tranchage) La génération du plan de trajectoire d'outil par le logiciel Le préchauffage et le chargement des matériaux de support et de construction Le réglage des axes xy et z Les diagnostics, nettoyages ou tests supplémentaires L'étape de construction, qui est le temps d'impression réel après le transfert des données préparées vers le imprimante pour la fabrication. Il peut être considéré comme la somme des périodes suivantes : Temps de fabrication, lorsque la pièce et les matériaux de support sont en cours de fabrication Temps d'inactivité, temps non productif tel que le mouvement de l'axe z, le temps de refroidissement, le nivellement, le mouvement hors fabrication de la tête d'impression l'étape de post-traitement, qui est l'étape finale, ayant lieu après la fabrication de la pièce. Il comprend les processus suivants : Retrait des supports Affinage de la surface pour obtenir la qualité de surface souhaitée
Projection 3D/projection 3D :
Une projection 3D (ou projection graphique) est une technique de conception utilisée pour afficher un objet tridimensionnel (3D) sur une surface bidimensionnelle (2D). Ces projections reposent sur la perspective visuelle et l'analyse d'aspect pour projeter un objet complexe pour une capacité de visualisation sur un plan plus simple. Ce concept d'extension de la géométrie 2D à la 3D a été maîtrisé par Héron d'Alexandrie au premier siècle. Heron pourrait être appelé le père de la 3D. La projection 3D est la base du concept d'infographie simulant des écoulements de fluides pour imiter des effets réalistes. Le groupe ILM de Lucas Films est crédité d'avoir introduit le concept (et même le terme "effet de particules"). En 1982, la première séquence entièrement numérique générée par ordinateur pour un fichier cinématographique était dans : Star Trek II : The Wrath of Khan. Un brevet de 1984 lié à ce concept a été rédigé par William E Masters, "Processus et système de fabrication automatisés par ordinateur" US4665492A utilisant des particules de masse pour fabriquer une tasse. Le processus de dépôt de particules est une technologie d'impression 3D. Les projections 3D utilisent les qualités primaires de la forme de base d'un objet pour créer une carte de points, qui sont ensuite connectés les uns aux autres pour créer un élément visuel. Le résultat est un graphique qui contient des propriétés conceptuelles pour interpréter que la figure ou l'image n'est pas réellement plate (2D), mais plutôt comme un objet solide (3D) visualisé sur un affichage 2D. Les objets 3D sont largement affichés sur des supports bidimensionnels (c'est-à-dire papier et écrans d'ordinateur). En tant que telles, les projections graphiques sont un élément de conception couramment utilisé; notamment en dessin technique, en dessin et en infographie. Les projections peuvent être calculées grâce à l'utilisation d'analyses et de formules mathématiques, ou en utilisant diverses techniques géométriques et optiques.
Publication 3D/Publication 3D :
La publication 3D concerne la production et la diffusion de contenu pour les imprimantes 3D. L'édition 3D porte la promesse d'une industrie de création et de diffusion de fichiers pour la production d'objets 3D, ou physibles. Toute personne ou organisation produisant des fichiers pour les imprimantes 3D peut être considérée comme un éditeur 3D. Avec l'avènement de logiciels spécialisés, de scanners et d'outils basés sur le cloud, l'accès à la publication 3D se répand rapidement. Le développement d'outils en ligne pour faciliter et monétiser l'édition fait éclore une nouvelle industrie. Les frontières entre les chaînes de valeur disparaissent, conduisant à de nouveaux modèles économiques. Alors que l'édition 3D et les éditeurs 3D sont des concepts relativement nouveaux, l'espace se développe rapidement avec la technologie d'impression 3D associée.
Radar 3D/radar 3D :
Le radar 3D permet la télémétrie et la direction du radar en trois dimensions. En plus de la portée, le radar bidimensionnel le plus courant ne fournit que l'azimut pour la direction, tandis que le radar 3D fournit également l'élévation. Les applications incluent la surveillance météorologique, la défense aérienne et la surveillance. Les informations fournies par le radar 3D sont depuis longtemps nécessaires, notamment pour la défense aérienne et l'interception. Les intercepteurs doivent être informés de l'altitude à laquelle ils doivent monter avant d'effectuer une interception. Avant l'avènement des radars 3D à une seule unité, cela était réalisé avec des radars de recherche séparés (donnant la portée et l'azimut) et des radars de recherche de hauteur séparés qui pouvaient examiner une cible pour déterminer l'altitude. Ceux-ci avaient peu de capacité de recherche, ils étaient donc dirigés vers un azimut particulier trouvé pour la première fois par le radar de recherche principal.
Reconstruction 3D/reconstruction 3D :
En vision par ordinateur et en infographie, la reconstruction 3D est le processus de capture de la forme et de l'apparence d'objets réels. Ce processus peut être accompli par des méthodes actives ou passives. Si le modèle est autorisé à changer de forme dans le temps, on parle de reconstruction non rigide ou spatio-temporelle.
Reconstruction 3D_from_multiple_images/Reconstruction 3D à partir de plusieurs images :
La reconstruction 3D à partir d'images multiples est la création de modèles tridimensionnels à partir d'un ensemble d'images. C'est le processus inverse d'obtention d'images 2D à partir de scènes 3D. L'essence d'une image est une projection d'une scène 3D sur un plan 2D, au cours de laquelle la profondeur est perdue. Le point 3D correspondant à un point d'image spécifique est contraint d'être sur la ligne de visée. A partir d'une seule image, il est impossible de déterminer quel point de cette ligne correspond au point image. Si deux images sont disponibles, alors la position d'un point 3D peut être trouvée comme l'intersection des deux rayons de projection. Ce processus est appelé triangulation. La clé de ce processus réside dans les relations entre plusieurs vues qui transmettent l'information que les ensembles de points correspondants doivent contenir une certaine structure et que cette structure est liée aux poses et à l'étalonnage de la caméra. Au cours des dernières décennies, il existe une demande importante de contenus 3D pour l'infographie, la réalité virtuelle et la communication, déclenchant un changement d'orientation des besoins. De nombreux systèmes existants pour la construction de modèles 3D sont construits autour de matériel spécialisé (par exemple, des plates-formes stéréo) entraînant un coût élevé, qui ne peut pas satisfaire l'exigence de ses nouvelles applications. Cet écart stimule l'utilisation d'équipements d'imagerie numérique (comme un appareil photo). Une première méthode a été proposée par Tomasi et Kanade. Ils ont utilisé une approche de factorisation affine pour extraire la 3D des séquences d'images. Cependant, l'hypothèse de projection orthographique est une limitation importante de ce système.
Rendu 3D/rendu 3D :
Le rendu 3D est le processus d'infographie 3D consistant à convertir des modèles 3D en images 2D sur un ordinateur. Les rendus 3D peuvent inclure des effets photoréalistes ou des styles non photoréalistes.
Rig 3D / Rig 3D :
Une plate-forme 3D est un dispositif permettant de monter deux caméras ensemble sur un système 3D afin de filmer des films et des images stéréoscopiques.
Groupe rotation_3D/Groupe rotation 3D :
En mécanique et en géométrie , le groupe de rotation 3D , souvent noté SO (3), est le groupe de toutes les rotations autour de l'origine de l'espace euclidien tridimensionnel R 3 {\ displaystyle \ mathbb {R} ^ {3}} sous l'opération de composition. Par définition, une rotation autour de l'origine est une transformation qui préserve l'origine, la distance euclidienne (il s'agit donc d'une isométrie) et l'orientation (c'est-à-dire la latéralité de l'espace). Chaque rotation non triviale est déterminée par son axe de rotation (une ligne passant par l'origine) et son angle de rotation. La composition de deux rotations entraîne une autre rotation, chaque rotation a une rotation inverse unique et la carte d'identité satisfait à la définition d'une rotation. En raison des propriétés ci-dessus (le long de la propriété associative des rotations composites), l'ensemble de toutes les rotations est un groupe sous composition. Les rotations ne sont pas commutatives (par exemple, faire pivoter R de 90° dans le plan xy suivi de S de 90° dans le plan yz n'est pas la même chose que S suivi de R), ce qui en fait un groupe non abélien. De plus, le groupe de rotation a une structure naturelle en tant que variété pour laquelle les opérations de groupe sont facilement différentiables ; c'est donc en fait un groupe de Lie. Il est compact et de dimension 3. Les rotations sont des transformations linéaires de R 3 {\displaystyle \mathbb {R} ^{3}} et peuvent donc être représentées par des matrices une fois par base de R 3 {\displaystyle \mathbb {R} ^ {3}} a été choisi. Plus précisément, si nous choisissons une base orthonormée de R 3 {\displaystyle \mathbb {R} ^{3}} , chaque rotation est décrite par une matrice orthogonale 3 × 3 (c'est-à-dire une matrice 3 × 3 avec des entrées réelles qui, lorsque multiplié par sa transposée, donne la matrice identité) de déterminant 1. Le groupe SO(3) peut donc être identifié au groupe de ces matrices sous multiplication matricielle. Ces matrices sont appelées "matrices orthogonales spéciales", expliquant la notation SO(3). Le groupe SO(3) est utilisé pour décrire les symétries de rotation possibles d'un objet, ainsi que les orientations possibles d'un objet dans l'espace. Ses représentations sont importantes en physique, où elles donnent naissance aux particules élémentaires de spin entier.
Numérisation 3D/numérisation 3D :
La numérisation 3D est le processus d'analyse d'un objet ou d'un environnement du monde réel pour collecter des données sur sa forme et éventuellement son apparence (par exemple la couleur). Les données collectées peuvent ensuite être utilisées pour construire des modèles numériques 3D. Un scanner 3D peut être basé sur de nombreuses technologies différentes, chacune avec ses propres limites, avantages et coûts. De nombreuses limitations dans le type d'objets pouvant être numérisés sont toujours présentes. Par exemple, la technologie optique peut rencontrer de nombreuses difficultés avec des objets sombres, brillants, réfléchissants ou transparents. Par exemple, la tomodensitométrie industrielle, les scanners 3D à lumière structurée, le LiDAR et les scanners 3D à temps de vol peuvent être utilisés pour construire des modèles 3D numériques, sans tests destructifs. Les données 3D collectées sont utiles pour une grande variété d'applications. Ces appareils sont largement utilisés par l'industrie du divertissement dans la production de films et de jeux vidéo, y compris la réalité virtuelle. Les autres applications courantes de cette technologie comprennent la réalité augmentée, la capture de mouvement, la reconnaissance des gestes, la cartographie robotique, la conception industrielle, les orthèses et prothèses, la rétro-ingénierie et le prototypage, le contrôle/inspection de la qualité et la numérisation des artefacts culturels.
Sécurité 3D/Sécurité 3D :
La sécurité 3D est un cadre favorisant le développement, la diplomatie et la défense en tant que stratégies de sécurité. Le cadre de sécurité 3D reconnaît que les défis de sécurité tels que le terrorisme, la prolifération nucléaire, le réchauffement climatique et les épidémies de SRAS ou de grippe aviaire nécessitent une variété d'outils pour faire face aux menaces complexes. Ces outils peuvent être classés en gros sous les rubriques du développement, de la diplomatie et de la défense ; les 3D de la sécurité. La sécurité 3D ou les approches « pangouvernementales » sont promues par des pays comme le Canada et le Royaume-Uni depuis un certain nombre d'années. Aujourd'hui, les dirigeants bipartites du Congrès et l'administration Bush promeuvent la sécurité 3D comme une nouvelle vision pour repenser la sécurité, comme détaillé dans la stratégie de sécurité nationale de 2006. Le développement fait référence aux efforts gouvernementaux et non gouvernementaux (ONG) pour construire les fondements économiques, sociaux et politiques de communautés et de sociétés stables. La diplomatie fait référence à la communication ou à la négociation entre des personnes pour résoudre des problèmes communs et régler des conflits par des voies politiques et juridiques. Les négociations officielles du Département d'État (Voie I) et la diplomatie non officielle (Voie II) entre les dirigeants religieux, commerciaux, universitaires ou d'autres dirigeants de la société civile fonctionnent mieux sur des voies parallèles aboutissant à des accords légitimes, largement soutenus et durables. La défense fait référence à un large éventail de tâches militaires, notamment la guerre, le maintien de la paix ou la coordination des interventions en cas de catastrophe.
Selfie 3D/selfie 3D :
Un selfie 3D est une réplique à l'échelle imprimée en 3D d'une personne ou de son visage. Ces selfies en trois dimensions sont également connus sous le nom de portraits 3D, figurines 3D, figurines imprimées en 3D, figurines mini-moi et statues miniatures. En 2014, un premier buste imprimé en 3D d'un président, Barack Obama, a été réalisé. Les spécialistes de l'imagerie numérique 3D ont utilisé des scanners 3D portables pour créer une représentation précise du président.
Localisation_du_son_3D/localisation du son 3D :
La localisation sonore 3D fait référence à une technologie acoustique utilisée pour localiser la source d'un son dans un espace tridimensionnel. L'emplacement de la source est généralement déterminé par la direction des ondes sonores entrantes (angles horizontaux et verticaux) et la distance entre la source et les capteurs. Cela implique la conception de l'agencement de la structure des capteurs et des techniques de traitement du signal. La plupart des mammifères (y compris les humains) utilisent l'audition binaurale pour localiser le son, en comparant les informations reçues de chaque oreille dans un processus complexe qui implique une quantité importante de synthèse. Il est difficile de localiser en utilisant l'audition monaurale, en particulier dans l'espace 3D.
Reconstruction_sonore 3D/reconstruction sonore 3D :
La reconstruction sonore 3D est l'application des techniques de reconstruction à la technologie de localisation sonore 3D. Ces méthodes de reconstruction du son tridimensionnel sont utilisées pour recréer des sons correspondant aux environnements naturels et fournir des repères spatiaux de la source sonore. Ils voient également des applications dans la création de visualisations 3D sur un champ sonore pour inclure les aspects physiques des ondes sonores, notamment la direction, la pression et l'intensité. Cette technologie est utilisée dans le divertissement pour reproduire une performance en direct via des haut-parleurs d'ordinateur. La technologie est également utilisée dans des applications militaires pour déterminer l'emplacement des sources sonores. La reconstruction de champs sonores s'applique également à l'imagerie médicale pour mesurer des points en échographie.
Synthèse_sonore 3D/Synthèse sonore 3D :
Le son 3D est le plus souvent défini comme l'expérience humaine quotidienne des sons. Les sons arrivent aux oreilles de toutes les directions et à des distances variables, ce qui contribue à l'image sonore tridimensionnelle que les humains entendent. Les scientifiques et les ingénieurs qui travaillent avec le son 3D travaillent pour synthétiser avec précision la complexité des sons du monde réel.
Vue stéréo_3D/Vue stéréo 3D :
Une vue stéréo 3D est la visualisation d'objets à travers n'importe quel modèle stéréo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Black eye lidded small treefrog

Poulet noir/Poulet noir : Le poulet noir fait généralement référence à un poulet au plumage noir solide. Le poulet noir peut également ...