Rechercher dans ce blog

vendredi 26 mars 2021

Cythérocroiseur, Cytheroidea, Cythérologie, Cythna Lindenberg Letty, Cythnos,

Cythérocroiseur: Trouve plus

Cytheroidea: Les Cytheroidea sont une superfamille de crustacés de la classe des ostracodes, de la sous-classe des Podocopa, de l'ordre des Podocopida et du sous-ordre des Cypridocopina. Trouve plus

Cythérologie: Trouve plus

Cythna Lindenberg Letty: Cythna Lindenberg Letty est une botaniste sud-africaine, née le 1er janvier 1895 à Standerton et décédée le 3 mai 1985 à Pretoria, Afrique australe. Elle est considérée comme une doyenne de l'art botanique d'Afrique du Sud en raison de la qualité et de la quantité de ses peintures et croquis exécutées méticuleusement au crayon, produits sur une période de 40 années avec l'Herbier national à Pretoria. Cythna Letty est surtout connue pour son livre "Fleurs sauvages du Transvaal" qui a été publié en 1962. Lorsque la monnaie décimale a été introduite en Afrique du Sud, elle a été invitée à concevoir les motifs floraux pour les pièces de monnaie de 10, 20 et 50 cents. Outre la peinture, elle était une poète accomplie et a publié Les enfants des Heures vers ses 80 ans. Trouve plus

Cythnos: Trouve plus

Cython: Cython est un langage de programmation et un compilateur qui simplifient l'écriture d'extensions compilées pour Python. La syntaxe du langage est très similaire à Python mais il supporte en plus un sous-ensemble du langage C/C++ (déclarations de variables, appel de fonctions, ...). Le premier intérêt de Cython est qu'il produit du code nettement plus performant. Dans des programmes qui nécessitent par exemple la manipulation de grands tableaux, le gain peut aller jusqu'à un facteur 100. Par ailleurs, Cython permet d'écrire des interfaces Python à des bibliothèques externes écrites en C ou C++. Cython est disponible pour la plupart des systèmes d'exploitation. Trouve plus

Cytidia: Cytidia est un genre de champignons de la famille des Corticiaceae. Trouve plus

Cytidine: La cytidine est une molécule appartenant à la famille des nucléosides, formée lorsqu'une molécule de cytosine et une molécule de ribose cyclique (ribofuranose) sont attachées via une liaison β-N1-glycosidique. Si la molécule de cytosine est attachée à un désoxyribose (le carbone 2 perd sa fonction alcool -OH), cela donne une désoxycytidine. Trouve plus

Cytidine désaminase: La cytidine désaminase est une hydrolase qui catalyse les réactions : cytidine + H2O ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } uridine + NH3 ; 2'-désoxycytidine + H2O ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } 2'-désoxyuridine + NH3.Cette enzyme est codée chez l'homme par le gène CDA. Il s'agit d'un homotétramère qui catalyse la désamination par hydrolyse de la cytidine et de la désoxycytidine en uridine et désoxycytidine respectivement. Il s'agit de l'une des désaminases qui maintiennent le niveau de pyrimidine des cellules. Trouve plus

Cytidine diphosphate: La cytidine diphosphate, abrégée en CDP, est un nucléotide, ester d'acide pyrophosphorique et de cytidine, un nucléoside. La CDP est constituée d'un pyrophosphate, un résidu ribose et un résidu cytosine. Trouve plus

Cytidine diphosphate choline: Trouve plus

Cytidine diphosphate glucose: La cytidine diphosphate glucose est un nucléotide-ose constitué de cytidine diphosphate et de glucose,. Elle est produite à partir de cytidine triphosphate et de glucose sous l'action de la glucose-1-phosphate cytidylyltransférase. Trouve plus

Cytidine monophosphate: La cytidine monophosphate (CMP), ou acide 5'-cytidylique, est un ribonucléotide présent dans l'ADN et l'ARN. C'est un ester d'acide phosphorique et de cytidine, un nucléoside. Le CMP est composé d'un groupement phosphate, d'un pentose (le ribose), et d'un résidu cytosine, une base nucléique pyrimidique. Trouve plus

Cytidine triphosphate: La cytidine triphosphate (CTP) est un coenzyme de transfert de groupements phosphate qui est associé de façon non covalente (c'est un co-substrat) aux enzymes de la classe des kinases. Les propriétés de la cytidine triphosphate et de ses dérivés, cytosine diphosphate et cytosine monophosphate, sont identiques à, respectivement, l'adénosine triphosphate (et ses dérivés). Trouve plus

Cytidine-diphosphate-choline: La cytidine-diphosphate-choline (CDP-choline), est un intermédiaire de la biosynthèse des phosphatidylcholines, des phospholipides essentiels aux membranes biologiques, par condensation avec des diglycérides ; elle est issue de la choline, convertie préalablement en phosphocholine. Commercialisée sous le nom de citicoline, elle est distribuée comme complément alimentaire en tant que nootropique de type cholinergique. Trouve plus

Cytinaceae: La famille des Cytinacées regroupe des plantes dicotylédones ; elle comprend moins de dix espèces réparties en 2 genres. Ce sont des plantes parasites sans chorophylle, des régions tempérées à tropicales, originaires du bassin méditerranéen, du Mexique, d'Afrique du Sud et de Madagascar. En France elle est représentée par la Cytinelle (Cytinus hypocistis) parasite du ciste à fleur blanche sur le pourtour méditerranéen. Trouve plus

Cytinacée: Trouve plus

Cytinacées: Trouve plus

Cytinelle: La cytinelle ou cytinet (Cytinus hypocistis) est une plante parasite des cistes classiquement placée dans la famille des Rafflésiacées. Les derniers travaux en phylogénie ont provoqué l'éclatement de cette famille et la cytinelle, seule représentante du genre Cytinus en France, est placée dans la famille des Cytinacées. La cytinelle se rencontre dans les garrigues de Provence ou le maquis corse. Elle apparaît en mai, au pied de divers Cistus où ses couleurs vives (jaune à rouge) la trahissent au milieu du tapis de leurs feuilles mortes. Elle était connue sous le nom de sucs d'hypocistis, l'un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle . Trouve plus

Cytinet: Trouve plus

Cytinus: Cytinus est un genre de plantes dicotylédones holoparasites. Cytinus hypocistis est une espèce que l'on peut trouver comme parasite des cistes méditerranéens, notamment en France. Sa partie visible se limite à des fleurs au ras du sol, émergeant des racines de cistes. Le reste de la plante se réduit à des cordons circulant dans les racines de son hôte. Trouve plus

Cytinus hypocistis: Portail de la botanique Trouve plus

Cytinus hypocistus: Trouve plus

Cytise: Cytise est un nom vernaculaire masculin ambigu désignant en français diverses plantes généralement arbustives de la famille des Fabaceae. Le mot cytise constitue l'emprunt du latin cytisus, transcription du grec κύτισος, kútisos qui était à l'origine le nom d'une espèce de trèfle ou de luzerne très répandue sur l'île grecque de Kythnos[réf. nécessaire], puis devient un nom générique pour un grand nombre de légumineuses. Les cytises font partie de plusieurs genres Laburnum, Cytisophyllum et principalement Cytisus, le genre des cytises « véritables », néanmoins ses espèces ne sont pas forcément les cytises les plus connus. Trouve plus

Cytise à balais: Trouve plus

Cytise a feuilles sessiles: Trouve plus

Cytise à feuilles sessiles: Trouve plus

Cytise argenté: Trouve plus

Cytise aubour: Trouve plus

Cytise d'Ardoino: Trouve plus

Cytise des Alpes: Trouve plus

Cytise épineux: Trouve plus

Cytise faux ébénier: Trouve plus

Cytise pédonculé: Trouve plus

Cytise prolifère: Trouve plus

Cytise rampant: Trouve plus

Cytise retombant: Trouve plus

Cytisine: La cytisine est un alcaloïde de la famille des pyridines et est utilisée dans le sevrage du tabagisme. Trouve plus

Cytisophyllum: Trouve plus

Cytisophyllum sessilifolium: Cytisophyllum sessilifolium, le cytise à feuilles sessiles, est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, originaire d'Europe occidentale. C'est l'unique espèce acceptée du genre Cytisophyllum (genre monotypique). Ce sont des arbustes ou arbrisseaux d'environ 2 m de haut, aux feuilles trifoliées et aux fleurs jaunes papilionacées. Trouve plus

Cytisopsis: Cytisopsis est un genre de plantes dicotylédones de la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, originaire du Proche-Orient et d'Afrique du Nord, qui comprend deux espèces acceptées. Ce sont des arbrisseaux qui se distinguent dans la tribu des Loteae notamment par leurs feuilles sessiles et l'absence de stipules. Ces plantes poussent dans les bois et broussailles méditerranéennes et dans les zones arides et semi-arides. Trouve plus

Cytisus: Cytisus est un genre de plantes de la famille des Fabaceae (Légumineuses). Ses espèces sont généralement appelées « genêts » ou « cytises ». C'est le genre du genêt à balais. Trouve plus

Cytisus ardoini: Trouve plus

Cytisus ardoinii: Trouve plus

Cytisus ardoinoi: Cytisus ardoinoi, le Cytise d'Ardoino, est une espèce de sous-arbrisseau de la famille des Fabaceae. Plante endémique française des Alpes maritimes, protégée en France métropolitaine (Article 1). Floraison d'avril à juin. Habitat : plante calcicole xérophile des plateaux karstiques, pelouses rocailleuses. Trouve plus

Cytisus decumbens: Le Cytise pédonculé (Cytisus decumbens), également connu sous les noms de Cytise retombant ou Cytise rampant, est une espèce de plante de la famille des Fabacées. Trouve plus

Cytisus nigricans: Cytisus nigricans, de son nom français genêt poivre noir, est une espèce de plante de la famille des Fabaceae (légumineuses). Elle a un port dressé et arrondi, des fleurs terminales, jaune foncé, en longues touffes dressées de juin à août. Sa hauteur varie entre 80 cm et 1 mètre,,. Trouve plus

Cytisus oromediterraneus: Le Genêt purgatif ou Spartier purgatif (Cytisus oromediterraneus) est une espèce de sous-arbrisseau de la famille des Fabaceae. Trouve plus

Cytisus palmensis: Trouve plus

Cytisus proliferus: Cytisus proliferus, en français Tagasaste, Luzerne arborescente ou Cytise prolifère, est une espèce de plantes de la famille des Fabaceae (Légumineuses) et du genre Cytisus. Ce sont des arbustes à feuilles persistantes, à port étalé, d'une hauteur de 3 à 4 m. C'est un arbre fertilisant bien connu. Il est endémique des pentes volcaniques sèches des îles Canaries, mais est aujourd'hui cultivé en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans de nombreuses autres régions du monde comme plante fourragère. Trouve plus

Cytisus purgans: Trouve plus

Cytisus scoparius: Portail des Fabaceae Trouve plus

Cytisus sessilifolius: Trouve plus

Cytisus supranubius: Cytisus supranubius ou genêt du Teide est une espèce de plantes de la famille des Fabaceae et du genre des Cytisus . Elle est endémique des îles Canaries (écorégion terrestre du WWF des forêts et forêts claires arides des îles Canaries) et plus précisément des zones d'altitude (environ 2 000 m) de La Palma et Tenerife. Son nom (supranubius) signifie d'ailleurs « au-dessus des nuages », se référant à l'altitude où la plante se développe. Trouve plus

Cytoarchitectonie: La cytoarchitectonie (du grec ancien κύτος « cellule » et αρχιτεκτονική « architecture ») ou cytoarchitecture désigne la composition cellulaire d'un tissu biologique, c'est-à-dire l'étude au sein d'un tissu ou d'un organe donné de la répartition des différents types de cellules qui le composent, leur nombre et leur distribution spatiale. Le terme désigne aussi la branche de l'histologie qui se consacre à cette étude, dont les principaux outils sont le microscope et les colorants qui permettent de mettre en évidence la nature, l'arrangement ou la distribution des cellules dans le tissu considéré. Trouve plus

Cytoarchitectonique: Trouve plus

Cytoarchitecture: Trouve plus

Cyto-bactériologie urinaire: Trouve plus

Cytobiota: Trouve plus

Cytochimie: La cytochimie est la branche de la cytologie étudiant les constituants des réactions biochimiques. Les techniques cytochimiques permettent de visualiser spécifiquement un composant cellulaire. Trouve plus

Cytochrome: Les cytochromes sont des coenzymes intermédiaires de la chaîne respiratoire. Ils ont comme caractéristique commune d'être constitués d'une porphyrine complexée avec un atome de fer ou de cuivre. C'est ce dernier qui confère au coenzyme ses propriétés oxydoréductrices en changeant de valence. Le couple oxydant/réducteur est le suivant : F e 2 + ↔ F e 3 + + e − {\displaystyle {\rm {Fe^{2+}\leftrightarrow Fe^{3+}+e^{-}}}} Les noyaux porphyrine sont fixés par des liaisons covalentes à la partie protéique des cytochromes (voir figure). Trouve plus

Cytochrome a: Trouve plus

Cytochrome b: Le cytochrome b est une protéine présente notamment dans la membrane des mitochondries chez les eucaryotes ainsi que des thylacoïdes chez les plantes. C'est la principale sous-unité protéique à la fois du complexe III (cytochrome bc1) de la chaîne respiratoire mitochondriale et du cytochrome b6f de la photosynthèse dans les chloroplastes et chez les cyanobactéries,. Il joue à ce titre un rôle essentiel dans le métabolisme énergétique des cellules. Il s'agit d'une protéine membranaire intégrale constituée d'environ 400 résidus d'acides aminés et probablement huit segments transmembranaires. Chez les cyanobactéries et chez les plantes, le cytochrome b6 est formé de deux sous-unités encodées par les gènes petB et petD. Le cytochrome b/b6 se lie de manière non covalente à deux groupes héminiques désignés par b562 et b566. On pense que quatre résidus d'histidine conservés interviennent comme ligands des cations de fer de ces deux groupes héminiques. Trouve plus

Cytochrome b5: Les cytochromes b5 sont des hémoprotéines transporteuses d'électrons ubiquitaires présentes chez les animaux, les plantes, les mycètes et les bactéries pourpres phototrophes. Les variantes microsomiales et mitochondriales sont liées à la membrane de ces organites tandis que celles des bactéries, des érythrocytes et des autres tissus animaux sont solubles dans l'eau. Il existe un certain nombre de protéines semblables aux cytochromes b5, notamment les domaines d'hémoprotéines liées par covalence à d'autres domaines rédox de la L-lactate déshydrogénase à cytochrome (ou cytochrome b2, EC 1.1.2.3), de la sulfite oxydase (EC 1.8.3.1), des nitrate réductases de plantes et de mycètes (EC 1.7.1.1, EC 1.7.1.2, EC 1.7.1.3), et de protéines de fusion cytochrome b5/acide gras désaturase La structure tridimensionnelle d'un grand nombre de cytochromes b5 et flavocytochrome b2 de levure a été déterminée. L'hème vient se loger dans une poche hydrophobe refermée par deux hélices α connectées par un coude. Exemple de réactions impliquant un cytochrome b5 : cytochrome b5 réductase (EC 1.6.2.2)NADH + H+ + 2 ferricytochrome b5 → NAD+ + 2 ferrocytochrome b5.L-ascorbate-cytochrome b5 réductase (EC 1.10.2.1)L-ascorbate + ferricytochrome b5 → monodéshydroascorbate + ferrocytochrome b5.CMP-N-acétylneuraminate monooxygénase (EC 1.14.18.2)CMP-N-acétylneuraminate + 2 ferrocytochrome b5 + O2 + 2 H+ → CMP-N-glycolylneuraminate + 2 ferricytochrome b5 + H2O.stéaryl-CoA 9-désaturase (EC 1.14.19.1)stéaryl-CoA + 2 ferrocytochrome b5 + O2 + 2 H+ → oléyl-CoA + 2 ferricytochrome b5 + H2O.linoléyl-CoA désaturase (EC 1.14.19.3)linoléyl-CoA + 2 ferrocytochrome b5 + O2 + 2 H+ → γ-linolényl-CoA + 2 ferricytochrome b5 + H2O. Trouve plus

Cytochrome b5 réductase: La cytochrome b5 réductase est une oxydoréductase qui catalyse la réaction : NADH + 2 ferricytochrome b5 ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } NAD+ + H+ + 2 ferrocytochrome b5.Cette enzyme est codée chez l'homme par les gènes CYB5R1 (en), CYB5R2 (en), CYB5R3 (en) et CYB5R4 (en), transcrits en quatre isoenzymes. Ces dernières interviennent dans des réactions d'oxydoréduction très importantes, notamment la réduction de la méthémoglobine, le recyclage de l'ascorbate, le métabolisme des lipides et, plus généralement, les transferts d'électrons du NADH à divers substrats. La cytochrome b5 réductase utilise le FAD comme cofacteur. Elle est structurellement et fonctionnellement apparentée aux nitrate réductases chez les plantes et les mycètes. Trouve plus

Cytochrome b6f: Trouve plus

Cytochrome c: Le cytochrome c est une petite hémoprotéine contenant une centaine de résidus d'acides aminés pour une masse d'environ 12 kDa. Il est très soluble dans l'eau, à raison d'environ 100 g·L-1 aux conditions physiologiques, ce qui le distingue des autres cytochromes, qui sont plutôt liposolubles. Trouve plus

Cytochrome c nitrite réductase: La cytochrome c nitrite réductase (ccNiR) est une oxydoréductase qui catalyse la réaction : NH3 + 2 H2O + 6 ferricytochrome c ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } NO2– + 6 ferrocytochrome c + 7 H+.Cette enzyme intervient dans la conversion du nitrate NO3– en ammoniac NH3 permettant à certaines bactéries d'utiliser le nitrite NO2– comme accepteur d'électrons en conditions anaérobies. Trouve plus

Cytochrome c oxidase: Trouve plus

Cytochrome c oxydase: La cytochrome c oxydase, ou complexe IV de la chaîne respiratoire, est une oxydoréductase membranaire qui catalyse la réaction, : 4 ferrocytochrome c + O2 + 8 H+matriciel ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } 4 ferricytochrome c + 2 H2O + 4 H+intermembranaire.Cette enzyme est située dans la membrane plasmique de nombreuses bactéries et dans la membrane mitochondriale interne chez les eucaryotes aérobies. Trouve plus

Cytochrome c peroxydase: Une cytochrome c peroxydase (CCP) est une oxydoréductase qui catalyse le réaction : 2 ferrocytochrome c + H2O2 ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } 2 ferricytochrome c + 2 H2O.Cette enzyme est une hémoprotéine soluble dans l'eau isolée pour la première fois en 1940 à partir de levure de boulanger et purifiée au début des années 1960. Sa structure à l'état solide a été élucidée à la fin des années 1970 par cristallographie aux rayons X. L'enzyme extraite de la levure est un monomère de 293 résidus d'acides aminés et de masse moléculaire 34 kDa. Elle contient une molécule d'Hème b lié par covalence. De manière inattendue pour une protéine, elle cristallise par dialyse dans l'eau distillée et sa cristallisation contribue à sa purification, ce qui fait de la cristallisation l'étape finale de la purification de cette protéine. Comme les autres peroxydases héminiques, la cytochrome c peroxydase agit par un mécanisme à trois étapes faisant intervenir un composé I et un composé II intermédiaires : CCP + ROOH → composé I + ROH + H2O ; CCP-composé I + e– + H+ → composé II ; composé II + e– + H+ → CCP.Les cytochrome c peroxydases fonctionnent de manière légèrement différente de la plupart des autres peroxydases héminiques en ce qu'elles portent un équivalent d'oxydation sur la chaîne latérale d'un résidu de tryptophane (le résidu Trp191) et non sur la porphyrine. Le composé I de cette enzyme a une durée de vie assez long, évoluant en composé II avec une demi-vie allant de 40 minutes à quelques heures à température ambiante. Trouve plus

Cytochrome c1: Le cytochrome c1 est l'une des protéines constituant la coenzyme Q-cytochrome c réductase, ou complexe III de la chaîne respiratoire. Il est synthétisé dans le cytosol mais est importé dans la membrane mitochondriale interne, où il est fonctionnel. Le complexe III est encodé par un gène du génome mitochondrial, MTCYTB (cytochrome b mitochondrial), et dix gènes nucléaires : UQCRC1 UQCRC2 Cytochrome c1 UQCRFS1, ou Protéine de Rieske UQCRB UQCRQ, ou Protéine de 11 kDa UQCRH, ou Protéine de Hinge du cytochrome c1 Préséquence de la protéine de Rieske Protéine associée au cytochrome c1 UQCR, ou Protéine de Rieske associée.Le complexe III est présent dans les mitochondries, chez les bactéries photosynthétiques, et chez d'autres procaryotes. Il a pour fonction première d'assurer le transfert d'électrons à haut potentiel entre une molécule d'ubiquinol QH2 et deux molécules de cytochrome c. Il assure également un rôle de pompe à protons en convertissant l'énergie libérée par le transfert d'électrons en gradient électrochimique à travers la membrane où il opère. Il participe ainsi à la génération du gradient de concentration de protons à travers cette membrane, gradient qui assure le couplage par chimiosmose entre la chaîne respiratoire et la phosphorylation de l'ADP en ATP dans le cadre du processus global appelé phosphorylation oxydative. Il est analogue au complexe de cytochromes b6f de la photosynthèse, présent dans la membrane des thylakoïdes des chloroplastes chez les plantes, ainsi que dans la membrane plasmique des cyanobactéries. Bien qu'ils soient structurés différemment, le cytochrome c1 joue, dans le complexe III, un rôle analogue à celui du cytochrome f dans le complexe b6f. Trouve plus

Cytochrome CYP2D6: Le cytochrome CYP2D6 est un groupe d'enzymes de la famille des cytochromes P450 , impliquée dans le métabolisme de nombreux médicaments d'importance cruciale en thérapeutique , comme la codéine, qui est métabolisée en morphine , le dextrométhorphane ou encore des anti-dépresseurs , des neuroleptiques, des bêta-bloquants. Le polymorphisme génétique qui concerne les gènes codant cette famille d'enzyme est un sujet important en médecine et en thérapeutique humaine. Trouve plus

Cytochrome f: Le cytochrome f (cyt f) est la plus grosse sous-unité du complexe cytochrome b6f (EC 1.10.9.1), ce dernier étant fonctionnellement et structurellement apparenté au complexe cytochrome bc1 des mitochondries ; le cytochrome f y joue un rôle analogue à celui du cytochrome c1 bien qu'ils aient une structure différente. La structure tridimensionnelle du cytochrome f du navet (Brassica rapa) a été déterminée. Le segment côté lumen présente deux domaines structurels : un plus petit sur un plus gros lui-même placé sur le segment faisant le lien avec le domaine membranaire. Le domaine le plus gros consiste en un sandwich bêta antiparallèle et un court peptide de liaison à l'hème. Le domaine le plus petit est un feuillet bêta inséré entre les brins bêta F et G du domaine le plus grand. L'hème s'insère entre deux petites hélices et l'extrémité N-terminale du cytochrome f. Au sein de la deuxième hélice, la séquence Cys–Xaa–Xaa–Cys–His (résidus 21 à 25) contient les acides aminés liés par covalence à l'hème par liaison thioester avec la cystéine-21 et la cystéine-24. L'histidine-25 est le 5e ligand du cation de fer de l'hème, le 6e ligand étant le groupe amine de la tyrosine-1 de la première hélice. Le cytochrome f contient un réseau interne de molécules d'eau qui pourraient jouer le rôle de canal à protons ; cette structure semble être conservée dans les différents cytochromes f étudiés. Trouve plus

Cytochrome oxidase: Trouve plus

Cytochrome oxydase: La cytochrome oxydase est un gène mitochondrial. C'est un allozyme, montrant une grande variabilité génétique. Trouve plus

Cytochrome P 450: Trouve plus

Cytochrome p450: Trouve plus

Cytochrome p450 c17: Trouve plus

Cytochrome P450 oxydase: Trouve plus

Cytochrome P450 réductase: La cytochrome P450 réductase (POR) est une oxydoréductase qui catalyse la réaction : NADPH + H+ + n hémoprotéine oxydée ⇌ {\displaystyle \rightleftharpoons } NADP+ + n hémoprotéine réduite.Il s'agit d'une enzyme liée à la membrane du réticulum endoplasmique des cellules eucaryotes qui joue un rôle essentiel dans le flux d'électrons depuis le NADPH vers O2 à travers les systèmes à cytochrome P450. Les électrons circulent à travers les différents cofacteurs dans l'ordre NADPH → FAD → FMN → P450 → O2. La structure tridimensionnelle cristallisée de la cytochrome P450 réductase humaine a été élucidée. La protéine est constituée de quatre domaines structurels : le domaine de liaison au FMN, le domaine de connexion, le domaine de liaison au FAD et le domaine de liaison au NADPH. La structure du domaine de liaison au FMN est semblable à celle des flavodoxines, qui contiennent également du FMN, tandis que les domaines de liaison au FAD et au NADPH sont semblables à ceux de la ferrédoxine-NADP+ réductase, une flavoprotéine intervenant dans la photosynthèse. Le domaine de connexion est situé entre le domaine de liaison au FMN et les domaines de liaison au FAD et au NADPH. Trouve plus

Cytochrome-oxydase: Trouve plus

Cytochromes: Trouve plus

Cytochromes P450: Trouve plus

Cytocinèse: Trouve plus

Cytocystidae: Trouve plus

Cytocystis: Trouve plus

Cytocystis clitellatus: Cytocystis clitellatus est une espèce de ver plat, la seule de la famille des Cytocystidae. Trouve plus

Cytodiérèse: La cytodiérèse est la division de la cellule lors de la division cellulaire (mitose ou méiose) ou, plus particulièrement, de la télophase (télophase 2 lors de la méiose) . Elle permet d'obtenir, à partir d'une cellule mère, deux cellules filles identiques. Portail de la biologie cellulaire et moléculaire Trouve plus

CyTOF: Trouve plus

Cytofluoromètre: Trouve plus

Cytofluoromètres: Trouve plus

Cytogenetique: Trouve plus

Cytogénétique: La cytogénétique est l'étude des phénomènes génétiques au niveau de la cellule, c'est-à-dire au niveau des chromosomes sans la nécessité d'extraire l'ADN : anomalies chromosomiques (de nombre et de structure), recombinaison de chromosomes, etc. Les techniques utilisées sont principalement la réalisation de caryotype, les méthodes de FISH (Fluorescent In-Situ Hybridation : hybridation in-situ par des sondes fluorescentes), l'utilisation de puce à ADN. Trouve plus

Cytoglobine: La cytoglobine (ou histoglobine) est une globine respiratoire constituée, chez l'homme et la souris, par 190 acides aminés. Elle est produite par le gène (CYGB), localisé sur le chromosome 17q25. Contrairement à d'autres globines tissu-spécifiques (hémoglobine produite par les globules rouges, myoglobine dans les muscles, neuroglobine dans le système nerveux), elle semble ubiquitaire c'est-à-dire exprimée dans la totalité des types cellulaires de l'organisme. Trouve plus

Cytoisospora belli: Trouve plus

Cytokeratin-21-Fragment: Trouve plus

Cytokeratine: Trouve plus

Cytokératine: Les cytokératines sont les constituants des filaments intermédiaires de kératine, ce sont des polymères de kératine (d'un diamètre d'environ 10 nm), que l'on retrouve spécifiquement dans les tissus épithéliaux. Ce sont des alpha-kératines, que l'on peut classer en deux groupes : les cytokératines de type I, qui sont acides, et les cytokératines de type II, qui sont basiques ou neutres. Généralement, les cytokératines s'assemblent en fonction de leur type et on trouve des couples type I - type II. Par exemple, on trouve le couple K5/K14 dans la couche basale de l'épiderme. Les cytokératines de type II sont plus longues que celles de type I. Leur localisation spécifique dans les tissus épithéliaux permet l'identification des cellules cancéreuses d'origines épithéliales (par exemple les carcinomes) grâce à des techniques immunohistochimiques utilisant des anticorps anti-cytokératine. La cytokératine constitue donc un marqueur histochimique de la différenciation des cellules épithéliales[réf. souhaitée]. Les cytokératines permettent la formation des téguments, c'est-à-dire les tissus de revêtement externes — peau et ses constituants : poils, ongles, cheveux, glandes sudoripares, etc. — et internes : endothélium, mésothélium, endomètre, etc. Trouve plus

Cytokératine de type I: Les cytokératines de type I sont des kératines présentes dans les tissus épithéliaux. Elles ont la particularité d'être acides (pH < 7). Elles s'associent avec les cytokératines de type II pour former des filaments intermédiaires. Parmi les principales cytokératines de type I sont décrites les cytokératines : Kératine 9 Kératine 10 Kératine 11 Kératine 12 Kératine 13 Kératine 14 Kératine 15 Kératine 16 Kératine 17 Kératine 18 Kératine 19 Kératine 20 Kératine 21 Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...