Rechercher dans ce blog

jeudi 25 mars 2021

Cycle metonique, Cycle métonique, Cycle monogénétique, Cycle monogénétique diplophasique, Cycle monogénétique haplophasique,

Cycle metonique: Trouve plus

Cycle métonique: En astronomie et dans l'établissement des calendriers, le cycle de Méton ou cycle métonique est un commun multiple approximatif des périodes orbitales de la Terre et de la Lune. Trouve plus

Cycle monogénétique: Trouve plus

Cycle monogénétique diplophasique: Trouve plus

Cycle monogénétique haplophasique: Trouve plus

Cycle mythologique: Trouve plus

Cycle mythologique (Irlande): Le cycle mythologique est un des quatre cycles principaux dans la mythologie irlandaise. Il concerne majoritairement la mythologie païenne de l'Irlande, mais beaucoup des dieux s'étaient transformés en des rois et héros. Les trois autres cycles littéraires sont : le Cycle historique ou Cycle des Rois, le Cycle d'Ulster ou Cycle de la Branche Rouge, le Cycle de Leinster ou Cycle ossianique, sans compter le Cycle romanesque qui regroupe des récits d'aventure (echtra et immram). Les sources principales pour ce Cycle sont des manuscrits médiévaux, et des chroniques comme Lebor Gabála Érenn, des Annales des quatre maîtres et Foras Feasa ar Éirinn par Seathrún Céitinn. Trouve plus

Cycle nul: En chimie atmosphérique, un cycle nul est un cycle catalytique qui interconvertit des espèces chimiques sans résulter en la production ou la destruction nette d'aucun composant. Dans la stratosphère, les cycles nuls sont très importants dans une série de réactions menant à la destruction de la couche d'ozone. De tels cycles impliquent notamment les oxydes d'azote qui sont les principaux responsables de la deestruction de la couceh d'ozone dans la stratosphère. Le cycle catalytique est : NO + O3 → NO2 + O2 NO2 + O → NO + O2 Total : O + O3 → 2O2alors que le cycle nul suivant peut entre en compétition avec lui, du à la possible photolyse de NO2 ce qui permet la conservation du monoxygène : NO + O3 → NO2 + O2 NO2 + hν → NO + O Total : O3 + hν → O + O2Comme O et O3 peuvent s'interconvertir en l'autre rapidement, ce dernier cycle n'affecte pas le taux de consommation de l'ozone. NO peut aussi réagir avec d'autres radicauxl, tels que le chlore et le brome, ouvrant la voie a des cycles nuls : Cl + O3 → ClO + O2 ClO + NO → Cl + NO2 NO2 + O → NO + O2 Total : O3 + hν → O + O2D'autre cycles nuls, fournissent des réservoirs, permettant de cpater les espèces. Un exemple est la formation de pentoxyde d'azote : NO2 + NO3 → N2O5Ce cycle peut capter 10 % des familles de NOx présentes dans l'atmosphère, limitant leur capacité à participer aux cycles catalytiques destructeurs de l'ozone. Trouve plus

Cycle nycthéméral: Trouve plus

Cycle œstral: Trouve plus

Cycle organique de Rankine: Trouve plus

Cycle orogenique: Trouve plus

Cycle orogénique: On appelle cycle orogénique ou cycle tectonique un modèle qui réunit une succession d'événements correspondant à la formation puis à la destruction d'une chaîne de montagnes. Au premier ordre, un tel cycle comprend trois phases : sédimentation dans un bassin sédimentaire qui correspond souvent à une marge continentale ; orogenèse, c'est-à-dire plissement des sédiments accumulés dans le bassin sédimentaire et surrection d'une chaîne de montagnes ; pénéplanation de la chaîne montagneuse.On estime aujourd'hui qu'un cycle correspond à l'ouverture suivie de la fermeture d'un domaine océanique et d'une collision continentale. Le début de chaque cycle est fréquemment marqué, à la base des strates qui lui correspondent, par une discordance majeure sur les strates affectées par le cycle précédent. Cette notion de cycle tectonique est reprise dans le concept plus global du cycle de Wilson basé sur la tectonique des plaques mais cette modélisation tectonique est très discutée par les géophysiciens dont les modèles géodynamiques plus fins prennent de plus en plus en compte les processus d'accrétion crustale de terranes (microcontinents) et des mouvements complexes de plaques plutôt que le modèle classique de collision continent-continent. Ainsi, l'application à l'échelle mondiale de la théorie des cycles orogéniques pour essayer d'expliquer les orogenèses pose encore de nombreux problèmes. L'accroissement du nombre et de la complexité des facteurs lors de phases tectoniques multiples montre en effet que les chaînes de montagnes sont rythmées par de nombreux cycles orogéniques qui restent encore difficiles à suivre, à analyser et à isoler. Trouve plus

Cycle otto: Trouve plus

Cycle ovarien: Le cycle ovarien est un cycle biologique affectant un individu femelle (ici chez l'être humain car bien mieux connu), il se compose de différents stades et est affecté par différentes époques de la vie. Trouve plus

Cycle ozone-oxygène: Le cycle ozone-oxygène est le processus par lequel l'ozone est continuellement régénéré dans la stratosphère, en passant par la conversion du rayonnement ultraviolet (UV) en chaleur. Étudié par Sydney Chapman vers les années 1930. Le processus est communément appelé le cycle de Chapman par les scientifiques. La plupart de la production d'ozone se produit dans la zone tropicale supérieure de la stratosphère et de la mésosphère. La masse totale de la couche d'ozone produites par jour sur la terre est d'environ 400 millions de tonnes métriques. La masse globale de l'ozone est relativement constante, à environ 3 milliards de tonnes, ce qui signifie que le Soleil produit environ 12 % de la couche d'ozone chaque jour. Trouve plus

Cycle Paratime: Le cycle Paratime (titre original : Paratime Series) est un cycle littéraire de science-fiction initié par H. Beam Piper et constitué initialement de plusieurs histoires courtes, d'un court roman et d'un roman. Il a trait à une civilisation avancée, capable de se déplacer à travers des univers parallèles uchroniques, et utilisant cette capacité pour se fournir en biens et services que sa propre planète Terre, complètement exploitée, ne peut plus fournir. Ce cycle tourne plus spécifiquement autour de la Police du Paratemps (traduction française du terme Paratime par Michel Deutsch en 1972 ), l'organisation qui protège le secret du voyage paratemporel. Trouve plus

Cycle pascal: Trouve plus

Cycle pluridisciplinaire d'études supérieures: Trouve plus

Cycle postgrade dans les systèmes universitaires anglo-saxons: Dans les systèmes universitaires de tradition anglo-saxonne, le cycle postgraduate (anglais britannique) ou graduate (anglais américain) désigne, par opposition au cycle undergraduate, le cycle d'études supérieures poursuivi après l'obtention d'un baccalauréat (baccalaureate ou bachelor). Ce cycle correspond au deuxième et troisième cycle universitaire canadien (deuxième et troisième cycles, en France). Les diplômes du cycle postgraduate sont certaines maîtrises universitaires (MSc, MA, MPhil, MRes), appelées en anglais Master et les doctorats (par exemple, PhD). À la différence des diplômes du cycle prégradué, il n'y a pas de distinction entre ordinary degree et honors degree. Trouve plus

Cycle Post-Vulgate: Trouve plus

Cycle p-p: Trouve plus

Cycle prégradué dans les systèmes universitaires anglo-saxons: Trouve plus

Cycle préparatoire de Bordeaux: Le cycle préparatoire de Bordeaux (CPBx) est une formation publique d'enseignement supérieur post-bac d'une durée de deux ans, de type Cycle Préparatoire Commun et qui se déroule au Campus de Talence. Créé en 1993, il permet d'entrer dans l'une des 9 écoles d'ingénieurs de Bordeaux et sa région : l'ENSC, l'ENSCBP, l'ENSEIRB-MATMECA, l'ENSPIMA, l'ENSTBB, l'ENSEGID, l'ENSGTI, Bordeaux Sciences Agro et ESTIA. Trouve plus

Cycle preparatoire integre: Trouve plus

Cycle préparatoire intégré: En France, on désigne souvent par le terme cycle préparatoire intégré les deux premières années d'études des études d'ingénieurs ayant lieu dans l'école même et non en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE). Trouve plus

Cycle préparatoire intégrée: Trouve plus

Cycle preparatoire polytechnique: Trouve plus

Cycle préparatoire polytechnique: Trouve plus

Cycle proton-proton: Trouve plus

Cycle provocation-répression-mobilisation: Le cycle provocation-répression-mobilisation est un mécanisme décrit par les chercheurs en sciences sociales depuis une cinquantaine d'années comme étant l'un des ressorts constatés lors des mouvements sociaux et parfois même leur origine, quand des groupes sociaux prennent appui sur la répression ou de ses excès pour réclamer en retour une mobilisation puis anticiper la prochaine vague du cycle en recourant de leur côté à l'art de provocation. Trouve plus

Cycle Q: Le cycle Q est un ensemble de réactions qui aboutissent au pompage de protons par la coenzyme Q-cytochrome c réductase, ou complexe III de la chaîne respiratoire, à travers une membrane biologique alors que des électrons traversent cette enzyme de la forme réduite de la coenzyme Q10, l'ubiquinol Q10H2, vers le cytochrome c. Il s'agit de deux réactions successives formant un cycle au cours duquel les deux électrons du Q10H2 sont transférés l'un après l'autre à une molécule de cytochrome c chacun. La première réaction transfère le premier électron de l'ubiquinol Q10H2 à un ion ferrique Fe3+ du cytochrome c1 du complexe III réduit en ion ferreux Fe2+. Le second électron que Q10H2 est quant à lui transféré à une coenzyme Q10 pour former le radical semiquinone Q10• –. Une coenzyme Q10 est ainsi utilisée comme récepteur intermédiaire d'électron tandis qu'une autre est libérée par l'oxydation de Q10H2, ce qui fait disparaître Q10 des deux termes de l'équation chimique ci-dessous : Q10H2 + Fe3+ du cytochrome c1 → Q10• – + Fe2+ du cytochrome c1 + 2 H+intermembranaire.Une seconde molécule de Q10H2 cède un électron à haut potentiel de transfert à un ion ferrique Fe3+ du cytochrome c1 à son tour converti en ion ferreux Fe2+, et cède son second électron à l'intermédiaire réactionnel semiquinone Q10• – issu de la première étape, qui redonne Q10H2 en absorbant deux protons H+ de la matrice mitochondriale. Q10H2 + Q10• – + 2 H+matriciel + Fe3+ du cytochrome c1 → coenzyme Q10 + Q10H2 + Fe2+ du cytochrome c1 + 2 H+intermembranaire.Les électrons transmis aux cytochromes c1 sont ensuite cédés chacun à un cytochrome c du côté intermembranaire. Ce mécanisme en deux étapes permet d'injecter quatre protons dans l'espace intermembranaire, au lieu de deux s'il s'était agi d'un mécanisme de transfert direct des deux électrons de Q10H2 chacun à un cytochrome c1. Trouve plus

Cycle quatre temps: Trouve plus

Cycle Ranown: Le cycle Ranown désigne les sept collaborations entre le réalisateur Budd Boetticher et l'acteur Randolph Scott. Elles ont eu cours sur une période restreinte de cinq ans, entre 1956 et 1960. Son nom vient de la société Ranown Pictures qui produisit cinq de ces sept films. Ces films sont entrés dans l'Histoire du western à côté des chefs-d'œuvre de John Ford et Anthony Mann. En 2001, le festival international du film de Brisbane consacre à ces westerns une rétrospective intitulée Budd Boetticher and the Westerns of Ranown. Trouve plus

Cycle reproductif: Trouve plus

Cycle respiratoire: Trouve plus

Cycle responder: Cycle responder est un terme anglophone désignant des secouristes à vélo. On peut le traduire par « premiers secours à vélo ». Ils sont utilisés par les services professionnels d'ambulances pour répondre aux appels d'urgence. Leur but est de fournir une assistance médicale rapide et efficace pour les patients dans les domaines où une ambulance routière traditionnelle aurait un temps d'intervention trop important. Trouve plus

Cycle Rigante: Le Cycle Rigante (titre original : Rigante Series) est un cycle de fantasy qui a été écrit par David Gemmell ; il narre l'histoire du peuple des Rigantes au cours des siècles de leur histoire mouvementée. Trouve plus

Cycle romanesque: Trouve plus

Cycle secondaire aux Etats-Unis: Trouve plus

Cycle sedimentaire: Trouve plus

Cycle sédimentaire: En géologie un cycle sédimentaire désigne la période comprise entre une transgression marine et la régression marine qui la suit. Un cycle sédimentaire n'indique pas obligatoirement l'existence de mouvements orogéniques et, de ce fait, les couches de deux cycles sédimentaires successifs peuvent être concordantes. Il existe de nombreux exemples dans le monde de séquences stratigraphiques concordantes appartenant à des cycles sédimentaires différents. Ainsi, en France, le Jurassique correspond à un grand cycle sédimentaire qui débute au Lias (Jurassique inférieur) et se termine au Portlandien (dernier étage du Jurassique supérieur). Des cycles sédimentaires régressifs métriques composent la plate-forme carbonatée liasique du Haut Atlas au Maroc et sont également décrits sur la plupart des marges passives autour de la Théthys, du Maroc à l'Oman, au Trias et au Jurassique. Ces dépôts, ou cycles de comblement du lagon, s'accumulent successivement sur une centaine de mètres dans un bassin en lente subsidence (hypothèse autocyclique). Une origine allocyclique (astronomique, induisant une dilatation thermique des océans ou eustatique) est rejetée au Maroc ; cette hypothèse n'est pas confirmée par les données de terrain. Voir le modèle ci-contre. L'hypothèse allocyclique pourrait cependant s'appliquer aux dépôts cycliques carbonatés de la plate-forme arabique du Permien au Jurassique dans la Péninsule du Musandam (Oman). Une étude de détail reste à faire, dans un cadre biostratigraphique fourni par les foraminifères et les algues calcaires (Septfontaine & De Matos, 1998 pour le Jurassique). Une simple corrélation des cycles (métriques) et des séquences (décamétriques) par photo aérienne et vérification (difficile) sur le terrain, sans contrôle biostratigraphique, a conduit à de grossières erreurs (BRGM Orléans, comm. pers.,1992) d'interprétation cartographique du fait d'une tectonique en blocs faillés post-secondaire importante. Trouve plus

Cycle sexagésimal: Trouve plus

Cycle sexagesimal chinois: Trouve plus

Cycle sexagésimal chinois: Le cycle sexagésimal (干支, pinyin : gānzhī) est un système chinois de numérotation des unités de temps basé sur la combinaison de deux séries de signes, les dix tiges célestes (天干, tiāngān) et les douze branches terrestres (地支, dìzhī), permettant d'obtenir soixante combinaisons différentes. Cette numérotation est le plus souvent utilisée pour marquer le déroulement des années, mais peut également s'appliquer aux mois, jours ou heures. Outre la Chine, elle a également été employée au Japon, en Corée et au Viêt Nam. On trouve aussi en français les termes « troncs célestes » et « rameaux terrestres ». Trouve plus

Cycle solaire: Un cycle solaire est une période pendant laquelle l'activité du Soleil varie en reproduisant les mêmes phénomènes que pendant la période de même durée précédente. Cette activité solaire se caractérise par l'intensité du champ magnétique du Soleil et par le nombre de taches à sa surface. Trouve plus

Cycle solaire (homonymie): L'expression cycle solaire peut signifier : le cycle de l'activité du Soleil, constitué d'un cycle d'environ 11 ans et d'une variation apériodique sur des plus longues périodes de temps. le cycle solaire calendaire est un cycle de 28 ans intervenant dans le calcul des calendriers. Trouve plus

Cycle solaire 1: Le cycle solaire 1 est le premier cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1755 et s'est achevé en 1766. Trouve plus

Cycle solaire 10: Le cycle solaire 10 est le dixième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1855 et s'est achevé en 1867. Trouve plus

Cycle solaire 11: Le cycle solaire 11 est le onzième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1867 et s'est achevé en 1878. Trouve plus

Cycle solaire 12: Le cycle solaire 12 est le douzième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1878 et s'est achevé en 1890. Trouve plus

Cycle solaire 13: Le cycle solaire 13 est le treizième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1890 et s'est achevé en 1902. Trouve plus

Cycle solaire 14: Le cycle solaire 14 est le quatorzième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1902 et s'est achevé en 1913. Trouve plus

Cycle solaire 15: Le cycle solaire 15 est le quinzième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1913 et s'est achevé en 1923. Trouve plus

Cycle solaire 16: Le cycle solaire 16 est le seizième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1923 et s'est achevé en 1933. Trouve plus

Cycle solaire 17: Le cycle solaire 17 est le dix-septième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1933 et s'est achevé en 1944. Trouve plus

Cycle solaire 18: Le cycle solaire 18 est le dix-huitième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1944 et s'est achevé en 1954. Trouve plus

Cycle solaire 19: Le cycle solaire 19 est le dix-neuvième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1954 et s'est achevé en 1964. Trouve plus

Cycle solaire 2: Le cycle solaire 2 est le deuxième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1766 et s'est achevé en 1775. Trouve plus

Cycle solaire 20: Le cycle solaire 20 est le vingtième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1964 et s'est achevé en 1976. Trouve plus

Cycle solaire 21: Le cycle solaire 21 est le vingt-et-unième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1976 et s'est achevé en 1986. Trouve plus

Cycle solaire 22: Le cycle solaire 22 est le vingt-deuxième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1986 et s'est achevé en août 1996. Trouve plus

Cycle solaire 23: Le cycle solaire 23 est le vingt-troisième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en août 1996 et s'est achevé le 4 janvier 2008,. Trouve plus

Cycle solaire 24: Le cycle solaire 24 est le vingt-quatrième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires,. Ce cycle a commencé le 4 janvier 2008 et a duré jusque décembre 2019, mais l'activité est demeurée faible jusqu'au début 2010,. Ce cycle semble être en 2020 celui avec le plus faible nombre de taches solaires enregistrées depuis 1750. Trouve plus

Cycle solaire 25: Le cycle solaire 25 est le cycle solaire en cours en 2020, le vingt-cinquième depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires,. Ce cycle a démarré en décembre 2019 et devrait se poursuivre jusqu'en 2030,. Selon l'accord général, il sera plus faible que la moyenne (c'est-à-dire plus faible que pendant le maximum moderne). Des organisations, telles que la Société internationale de l'énergie solaire (en) (ISES) et le Centre de prévision de la météo spatiale (SWPC) de la NOAA, n'ont pas émis ou approuvé de prévisions pour le cycle jusqu'en 2019. En avril 2018, le Soleil montrait les signes d'une tache solaire à polarité magnétique inverse apparaissant et commençant ce cycle solaire. Il est typique lors de la transition d'un cycle à l'autre de vivre une période où existent des taches solaires des deux polarités (pendant le minimum solaire). Les taches solaires polaires à polarité inversée suggèrent que la transition vers le cycle 25 est en cours. La première tache solaire du cycle 25 pourrait être apparue début avril 2018 ou même en décembre 2016. Trouve plus

Cycle solaire 3: Le cycle solaire 3 est le troisième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1775 et s'est achevé en 1784. Trouve plus

Cycle solaire 4: Le cycle solaire 4 est le quatrième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1784 et s'est achevé en 1798. Trouve plus

Cycle solaire 5: Le cycle solaire 5 est le cinquième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1798 et s'est achevé en 1810. Trouve plus

Cycle solaire 6: Le cycle solaire 6 est le sixième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1810 et s'est achevé en 1823. Trouve plus

Cycle solaire 7: Le cycle solaire 7 est le septième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1823 et s'est achevé en 1833. Trouve plus

Cycle solaire 8: Le cycle solaire 8 est le huitième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1833 et s'est achevé en 1843. Trouve plus

Cycle solaire 9: Le cycle solaire 9 est le neuvième cycle solaire depuis 1755, date du début du suivi intensif de l'activité et des taches solaires. Il a commencé en 1843 et s'est achevé en 1855. Trouve plus

Cycle solaire calendaire: Le cycle solaire calendaire est un cycle de 28 ans intervenant dans le calcul des calendriers solaires. Ce concept n'a pas de relation avec la physique et les cycles magnétiques du Soleil, ni avec le calcul du numéro des cycles de Schwabe. Trouve plus

Cycle soufre-iode: Le cycle iode-soufre (cycle IS ou S-I en anglais) est une série de processus thermochimiques utilisée pour la production d'hydrogène. Il consiste en trois réactions chimiques dont le réactif net est l'eau et dont les produits nets sont de l'hydrogène et de l'oxygène. I2 + SO2 + 2 H2O → 2 HI + H2SO4 (120 °C) (Réaction 1) 2 H2SO4 → 2 SO2 + 2 H2O + O2 (830 °C) (Réaction 2) 2 HI → I2 + H2 (320 °C) (Réaction 3)Le soufre et l'iode sont récupérés et réutilisés, ce qui fait que le procédé global peut être considéré comme un cycle. Il constitue un moteur thermique chimique. L'aspect thermique est présent dans le cycle par un important transfert de chaleur dans la réaction à haute température 2, endothermique et la distillation des acides HI et H2SO4 ; chaleur évacuée lors de la réaction exothermique 1 se produisant à basse température. La différence entre la chaleur entrant dans le cycle et la chaleur quittant le cycle sort du cycle sous la forme de la chaleur de combustion de l'hydrogène produit. Trouve plus

Cycle surgénérateur: Trouve plus

Cycle sylvigenetique: Trouve plus

Cycle sylvigénétique: Le cycle sylvigénétique (aussi appelé cycle sylvogénétique) est le cycle d'évolution naturelle d'une forêt sauvage (non exploitée par l'homme). Cette succession végétale inclut des dynamiques successives d'évolution interne de la forêt et de ses milieux, partant d'un stade dit pionnier et tendant à aboutir à un stade dit climacique jusqu'à ce qu'une perturbation (chablis, incendie, longue inondation, glissement de terrain, avalanche...) réintroduise les conditions d'expression du premier stade. La sylvigenèse ou sylvogenèse désigne l'ensemble des processus dynamiques naturels s'observant au sein d'un écosystème forestier ou d'un massif forestier, relevant de la dynamique cyclique (cycle sylvigénétique) ou de la dynamique linéaire (reconquête forestière, reconstitution après une perturbation ayant ouvert de vastes espaces). Chez les arbres ; à chaque stade de la succession correspond un type dominant de reproduction, un potentiel d'expression des semences, et des stratégies adaptatives et colonisatrices différentes, mises en œuvre par des groupes fonctionnels d'essences spécifique dominantes. Plusieurs facteurs écologiques peuvent expliquer les logiques dynamiques des premiers stades juvéniles de toutes les essences forestières ; Mise en lumière, modifications hydriques, biochimiques et physiques apportées par la perturbation (ex : apport de charbons de bois après un incendie de forêt) mécanismes de germination type de régénération type de réponses à la mise en lumière...faisant émerger deux catégories d'arbres qu'on regroupe habituellement en essences (et espèces associées) de lumière (ou de milieux ouverts) qui ne se développent bien que dans les trouées, clairières et en plein lumière, au moins pour leur stade juvénile. essences (et espèces associées) d'ombre qui ne se développent qu'à couvert ou sous une lumière tamisée ; toute leur vie, ou au moins au stade juvénile.Dans cette optique, on classe parfois les essences et leurs cortèges d'espèces associées selon un « tempérament (ou gradient) photique » juvénile des essences. Trouve plus

Cycle sylvogénétique: Trouve plus

Cycle tap-off: Le cycle tap-off (tap-off cycle, aussi appelé topping cycle ou chamber bleed cycle) est une configuration de moteur-fusée à ergols liquides. Il consiste à acheminer une partie des gaz chauds de la chambre de combustion principale du moteur pour alimenter la turbine de la turbopompe mettant en pression les ergols, avant de les évacuer. Il s'agit d'un cycle ouvert, puisque l'intégralité des ergols n'est pas évacuée par la tuyère. Le cycle tap-off est analogue à un cycle générateur de gaz dont la turbine serait alimentée par la chambre de combustion principale plutôt que par un générateur de gaz séparé. Trouve plus

Cycle thebain: Trouve plus

Cycle thébain: Le Cycle thébain (en grec ancien Θηβαϊκὸς Κύκλος / Thêbaïkòs Kúklos) est un ensemble de quatre épopées perdues de la Grèce antique, traitant des légendes rattachées à la cité béotienne de Thèbes. Ces œuvres étaient composées en hexamètres dactyliques et ont été fixées par écrit à l'époque archaïque, probablement entre 750 et 500 av. J.-C. Elles sont souvent rattachées au « Cycle épique », un ensemble regroupant la Titanomachie et le Cycle troyen. Les légendes du Cycle thébain étaient largement répandues dans la tradition orale : les œuvres d'Homère, l'Iliade et l'Odyssée, y font parfois allusion. Les plus célèbres sont celles d'Œdipe, de la guerre des sept chefs et des Épigones, popularisées par les tragédies grecques du Ve siècle av. J.-C. Le Cycle est traditionnellement décomposé comme suit : Trouve plus

Cycle thermodynamique: Un cycle thermodynamique est une suite de transformations successives qui part d'un système thermodynamique dans un état donné, le transforme et le ramène finalement à son état initial, de manière à pouvoir recommencer le cycle. Au cours du cycle, le système voit sa température, sa pression ou d'autres paramètres d'état varier, tandis qu'il échange du travail et réalise un transfert thermique avec l'extérieur. Trouve plus

Cycle thermogravitationnel: Un cycle thermogravitationnel est un cycle thermodynamique réversible utilisant les travaux gravitationnels de poids et de flottabilité pour respectivement comprimer et dilater un fluide de travail. Trouve plus

Cycle transcritique: Le cycle transcritique est un cycle thermodynamique dans lequel le fluide utilisé peut se trouver en dessous et au-dessus de son point critique. La réfrigération utilisant le CO2 (R-744) comme fluide réfrigérant est un exemple d'utilisation d'un cycle transcritique. La température critique assez basse du CO2 (31 °C) impose l'utilisation d'un cycle supercritique, et donc de très fortes pressions, pour pouvoir dissiper la chaleur dans un environnement extérieur où règnent des températures supérieures à 15 ou 20 °C. Le cycle transcritique moderne a été développé entre 1988 et 1991 par le chercheur norvégien Gustav Lorentzen (1915-1995) et son équipe. Trouve plus

Cycle troyen: On appelle Cycle troyen, Cycle épique ou Cycle tout court, un ensemble d'épopées illustrant la guerre de Troie, de ses lointaines origines (la Titanomachie) jusqu'aux événements décrits par l'Iliade et l'Odyssée. Le terme « Cycle épique » est également parfois utilisé pour désigner un ensemble d'œuvres plus important qui compte, outre le Cycle troyen, le Cycle thébain (histoire d'Œdipe, des Sept contre Thèbes et des Épigones) et la Titanomachie (en) (récit théogonique non hésiodique). Trouve plus

Cycle universitaire: Un cycle universitaire est un programme d'études supérieures réparti sur plusieurs années et débouchant sur un titre ou grade spécifique. Trouve plus

Cycle universitaire PSL-Henri IV: Trouve plus

Cycle varisque: Trouve plus

Cycle végétatif: Trouve plus

Cycle visuel: Le cycle de la vision, ou cycle visuel, est régi par la photoisomérisation du rétinal. Lorsque le rétinal 11-cis absorbe un photon, il passe de l'état 11-cis à l'état tout-trans. Cette isomérisation est à l'origine de l'influx nerveux par phototransduction. Le rétinal 11-cis est ensuite régénéré par voie enzymatique. Dans le détail, le cycle visuel dans une cellule bâtonnet de mammifère comprend sept étapes. Les étapes 1, 2 et 7 se déroulent dans les cellules de l'épithélíum pigmentaire de la rétine (EPR). Les étapes 3 à 6 ont lieu dans les segments extérieurs des cellules bâtonnets. Trouve plus

Cycle-ball: Le cycle-ball (également appelé cycle balle en français) est un sport proche du football mais joué sur des vélos et opposant des équipes de deux cyclistes seulement. La balle ne peut être contrôlée que par le vélo ou la tête, à part pour le gardien de but, qui, dans sa zone de but, peut arrêter le ballon avec ses mains. Les joueurs frappent la balle avec leurs roues avant. Lorsqu'un joueur pose le pied au sol, il est considéré comme hors-jeu et doit faire un tour derrière sa ligne de but pour revenir en jeu. Les autres règles sont semblables au foot avec les coups francs, les pénaltys, les touches. Ce sport est créé en 1893 par un germano-américain, Nicholas Edward Kaufmann et les premiers championnats du monde se tiennent en 1929. Ce sont les frères Pospíšil qui ont, pour la Tchécoslovaquie, remporté le plus de fois les championnats du monde avec vingt victoires entre 1965 et 1988. Le cycle-ball est assez populaire en Allemagne, Autriche, Suisse, République tchèque et au Japon, mais est aussi joué en France, en Belgique, Suède, Russie, Canada et au Danemark. Le cycle-ball est codifié par l'Union cycliste internationale (UCI) dans son règlement du sport cycliste. L'UCI classe ce sport sous le vocable « cyclisme en salle », avec le cyclisme artistique. Les titres de champions du monde de cycle-ball et de cyclisme artistique sont ainsi attribués lors des championnats du monde de cyclisme en salle. Trouve plus

Cycle-balle: Trouve plus

Cyclecar: Un cyclecar ou cycle-car (voiture-cycle, en anglais) est une catégorie de voiturette légère de trois ou quatre roues, de moins de 350 kilogrammes, et 1 100 cm3 maxi, fabriquée essentiellement en Europe et en Amérique du Nord, entre 1910 et la fin des années 1930. Ce type de véhicule économique était soumis à un régime juridique et fiscal spécifique avantageux d'entre-deux-guerres, avant que les microcars ne lui succède après-guerre. Elles subsistent à ce jour à titre d'automobile de collection ou de quelques modèles de série modernes ou de kit car néo-rétro… Trouve plus

Cyclemys: Cyclemys est un genre de tortues de la famille des Geoemydidae. Trouve plus

Cyclemys annamensis: Trouve plus

Cyclemys annandalii: Trouve plus

Cyclemys atripons: Cyclemys atripons est une espèce de tortues de la famille des Geoemydidae. Trouve plus

Cyclemys bellii: Trouve plus

Cyclemys dentata: Cyclemys dentata ou Tortue-feuille d'Asie est une espèce de tortues de la famille des Geoemydidae. Trouve plus

Cyclemys dhorshanensis: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...