Rechercher dans ce blog

mercredi 24 mars 2021

Culture Sintachta, Culture slovaque, Culture sourde, Culture sous la dynastie Song, Culture sous la République démocratique allemande,

Culture Sintachta: Trouve plus

Culture slovaque: Trouve plus

Culture sourde: L'expression de « culture sourde » désigne un ensemble de représentations, de savoirs, de pratiques, de règles sociales, de comportements et de valeurs propres au groupe social constitué par l'ensemble des sourds et de leurs proches qui communiquent avec une langue des signes et partagent un même référentiel, des mêmes lieux associatifs, des mêmes habitudes. Selon Yves Delaporte, alors que les entendants définissent les sourds en fonction de leur déficit auditif, les sourds eux-mêmes partagent le monde en deux catégories en fonction du mode de communication : ceux qui communiquent à l'aide de la parole, et ceux qui communiquent à l'aide des signes. Selon ce point de vue, il s'agit donc d'une différence culturelle et non d'une déficience physiologique; en effet, certains malentendants équipés de prothèses auditives et ayant eu une rééducation oraliste participent davantage à la culture entendante, et peuvent même ne pas avoir intégré la culture sourde, s'ils n'ont pas ou peu appris la langue des signes et vécu presque exclusivement avec des entendants ; au contraire, un entendant ayant des parents sourds peut avoir appris la langue des signes en tant que langue maternelle et avoir vécu principalement dans un environnement social de culture sourde. Trouve plus

Culture sous la dynastie Song: La dynastie Song (960-1279) est une période riche de l'histoire culturelle de la Chine, dans tous les domaines tels que les arts picturaux, la littérature, les divertissements, les codes vestimentaires, les arts culinaires et la philosophie. La culture en Chine a durant cette période largement profité de l'impressionnant essor économique et technique, avec notamment le développement de la xylographie, mais également du soutien sans modération de l'élite lettrée chinoise qui a contribué au développement culturel en finançant les artistes. Les arts picturaux atteignent un niveau de sophistication encore jamais égalé dans l'histoire de l'art chinois. Reflets du déclin du bouddhisme et de la montée du néoconfucianisme dans les milieux aisés, ils témoignent également des préoccupations changeantes des Chinois au fur et à mesure du temps à travers les thèmes abordés par les artistes. En termes de littérature, la période Song conserve la tradition de la poésie ci et connaît certains poètes majeurs, tels que Su Shi ou encore Li Qingzhao. Profitant des progrès de l'imprimerie, la littérature chinoise se diversifie en genre, avec la rédaction d'importants ouvrages historiographiques, encyclopédiques, techniques et géographiques. Contributeurs importants de ces genres littéraires, Shen Kuo et Su Song sont à l'origine de nombreuses compilations d'ouvrages scientifiques et techniques qui témoignent des avancées technologiques de l'époque. Par ailleurs, les livres décrivant des carnets de voyage deviennent également populaires grâce aux travaux de Fan Chengda. Avec l'essor économique, les Chinois consacrent plus de temps aux divertissements. Dans les grandes villes, des quartiers dédiés aux loisirs se développent afin de répondre aux attentes croissantes des citadins. Les arts scéniques se développent et se diversifient. Tout au long de l'année des festivités sont organisées pour divertir les Chinois, avec feux d'artifice, carnavals et banquets grandioses, au cours desquels les plats des différentes régions de la Chine sont proposés. Signe extérieur de niveau social, le code vestimentaire est strict. Par exemple, selon leur rang professionnel la couleur des vêtements des fonctionnaires est différente, le violet étant réservé aux plus hautes fonctions, même si ce code s'assouplit progressivement, notamment sous la dynastie des Song du Sud. Alors que les nobles se parent de Hanfu, sortes de robes en soie, les classes sociales les moins aisées préfèrent quant à elles les pantalons pour des raisons pratiques. Trouve plus

Culture sous la République démocratique allemande: Trouve plus

Culture sous serre: Trouve plus

Culture sous-utilisée: Les cultures sous-utilisées, ou cultures marginalisées, sont également qualifiées de cultures négligées, orphelines, abandonnées, perdues, locales, mineures, traditionnelles, alternatives, de niche ou sous-développées. Ces espèces de plantes domestiquées ont parfois été utilisées pendant des siècles, voire des millénaires, pour leurs propriétés alimentaires, fourragères, oléagineuses, textiles ou médicinales, mais leur importance a diminué avec le temps en raison de contraintes particulières en matière d'approvisionnement et d'utilisation. Ces dernières peuvent être, entre autres, une durée de conservation médiocre, une valeur nutritionnelle non reconnue, une sensibilisation insuffisante des consommateurs ou une mauvaise réputation (aliment de famine ou « nourriture des pauvres », parfois en raison de la modernisation des pratiques agricoles). Certaines cultures ont été tellement négligées que l'érosion génétique de leurs pools géniques est devenue si grave qu'elles sont souvent considérées comme des cultures perdues. À mesure que la demande concernant les attributs des plantes cultivées évolue (réévaluation ou découverte de leurs caractéristiques nutritionnelles, de leur valeur culinaire, de leur capacité d'adaptation au changement climatique, etc.), les cultures négligées peuvent surmonter les obstacles à une production et à un usage plus importants. En fait, de nombreuses plantes cultivées autrefois négligées sont devenues des cultures d'importance mondiale (huile de palme, soja, kiwi). Bien que les possibilités de développement de la culture à grande échelle d'espèces négligées semblent être de plus en plus épuisées, de nombreuses espèces peuvent encore potentiellement contribuer à la sécurité alimentaire, à la diversification nutritionnelle, diététique et culinaire, à l'amélioration de la santé des populations et à la création de revenus. Elles peuvent également fournir des services environnementaux. Il est impossible de définir ce qui constituerait un niveau d'utilisation « approprié » ou « correct ». Cependant, de nombreuses espèces négligées sont sous-utilisées de manière évidente compte tenu de leur valeur nutritionnelle et de leur productivité. En outre, les cultures orphelines contribuent également à la sécurité alimentaire. Cela se vérifie quand toute personne a à tout moment un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive pour répondre à ses besoins et à ses préférences alimentaires pour une vie active et en bonne santé, en particulier pendant les périodes de famine. Trouve plus

Culture soviétique: Trouve plus

Culture strategique: Trouve plus

Culture stratégique: La culture stratégique est la mise en évidence des facteurs culturels qui influencent les choix stratégiques des décideurs. La recherche autour de cette notion de culture stratégique prend différentes formes : ce peut être l'étude d'une culture stratégique particulière, ou la comparaison de cultures stratégiques, voire la recherche de l'ensemble des facteurs qui peuvent intervenir dans la construction d'une culture stratégique. Selon Michel Liégeois, la culture stratégique est à la fois cause et conséquence des décisions prises, élément donc d'une boucle de rétroaction opérationnelle. Auparavant, Colin S. Gray ou Carnes Lord en avaient cerné les traits d'une façon très détaillée. Trouve plus

Culture stratégique (Générations théoriques): Trouve plus

Culture stratégique (homonymie): Culture stratégique peut désigner : culture stratégique, la mise en évidence des facteurs culturels qui influencent les choix stratégiques des décideurs ; culture stratégique, en politique étrangère, un moyen d'évaluer les différences entre les comportements stratégiques des États. Trouve plus

Culture stratégique (politique étrangère): La culture stratégique, en politique étrangère, est un moyen d'évaluer les différences entre les comportements stratégiques des États. Le concept englobe des valeurs, normes et idées liées à la culture propre aux États. L'objectif est de démontrer comment elles sont à la fois une cause et une conséquence des actions entreprises dans un objectif sécuritaire dans le domaine des relations internationales. L'élaboration de la théorie sur la culture stratégique est relativement récente, la première apparition du concept dans le sens commun apparaissant en 1977 dans les travaux de Snyder. Depuis ce temps, la définition fut modifiée et contestée à maintes reprises. En revanche, certains auteurs à travers le temps ont tenté d'apporter leur propre définition englobante de la culture stratégique, ce qui permet de saisir l'idée générale de la notion. Greathouse en particulier apporte une définition à la fois explicative et interprétative afin de réconcilier les différentes générations. Pour lui, il s'agit d'un ensemble de normes, d'idées et de modes de comportement fondés sur des préférences stratégiques omniprésentes de longue date concernant le rôle de la force militaire. Cet ensemble détermine les options institutionnelles disponibles pour atteindre les objectifs de sécurité et de défense. Malgré ces définitions, la plupart des auteurs discutent encore à ce jour de la culture stratégique en tant que débat historique entre trois générations d'études,,. Ces débats ont eu lieu à travers divers articles de revues scientifiques, en réponse à l'une et l'autre. Les trois générations sont toutes plus ou moins concurrentes l'une avec l'autre, et sont apparues en rapide succession entre la fin des années 1970 et le début des années 2000. Trouve plus

Culture suédoise: Trouve plus

Culture superorganique: Dérivé du terme anglais "superorganic", le concept de culture superorganique renvoie à une approche spécifique de la culture, décrite dès le premier quart du XXe siècle par les anthropologues américains Alfred Louis Kroeber et Robert Harry Lowie. Très populaire au sein des sciences sociales telles que l'anthropologie, la sociologie ou bien encore la géographie, notamment à la fin du XIXe siècle et dans une large moitié du XXe siècle, cette dernière a cependant, depuis le tournant culturel postmoderne des années 1970, été remise en cause et rejetée par de nombreux chercheurs. Cette approche assimile l'idée de culture à un processus holistique, tendant à constituer un ensemble supérieur à la somme de ses parties. En d'autres termes, la culture est appréhendée ici tel un "tout" et perçue comme une forme supra-naturelle qui répond avant tout de sa propre initiative, comme une entité supérieur à l'homme et non réductible à des actions individuelles. Bien que certains chercheurs tels que White ou bien Watkins aient entrevu (dès cette époque) le rôle relatif mais effectif d'individus dans l'existence d'une culture, la théorie holistique qui s'y rattache est apparue comme dominant les approches conceptuelles au sein des sciences sociales, participant ainsi de l'idée d'une culture indépendante (Kroeber) et active, qui liait les individus par la force d'entités externes telles que les lois ou bien encore les valeurs. Les individus étaient interprétés ici en tant que purs agents dont les actions étaient déterminées par des causes transcendantales. Dès lors, la culture était envisagée comme une force extérieure aux individus, comme un ensemble de faits sociaux qui dépassaient mais modifiaient également les actions individuelles à l'image de ce que nous dit le géographe américain Sauer, chef de file de l'École de Berkeley; considérant que la géographie humaine par exemple, devait privilégier à l' « organique », les institutions ou bien même la culture. Une pareille vision de la culture qui a pourtant trouvée ses limites au regard de la faiblesse de ses approches « scientifiques ». En effet, il semble que la notion superorganique même de culture, prônée et mise en avant par de nombreux anthropologues, sociologues ou encore géographes, ne puisse véritablement être liée à des données empiriques et de plus exclue (Duncan), par sa forme même, toutes considérations ou critiques d'ordre sociale ou bien même psychologique. Trouve plus

Culture sur billons: La culture sur billons est une technique agricole utilisée pour limiter les effets d'une humidité ou pluviométrie importante ou pour permettre les cultures sur les sols trop argileux. Trouve plus

Culture sur brulis: Trouve plus

Culture sur brûlis: Trouve plus

Culture sur butte: La culture sur butte est basée sur la création de monticule de terre pérenne destiné à recevoir les cultures. Elles peuvent avoir des formes et des compositions variées mais on distingue deux grandes familles de buttes : les buttes "autofertilles" et les buttes de "terre". Les buttes « autofertiles » ou « en lasagne » sont considérées comme une technique de permaculture bien qu'elles ne soient à aucun moment mentionnées dans les livres fondateurs de la permaculture "Permaculture 1 et 2" de Bill Mollison et David Holmgren. C'est en réalité Sepp Holzer, un agriculteur autrichien, qui a popularisé le concept de culture sur buttes, Hügelkultur en allemand. Dans ces buttes, les végétaux poussent sur un empilement de différentes couches de matériaux compostables. La butte de culture ainsi formée est aussi appelée butte autofertile ou hügelkultur (de l'allemand Hügelbeet). Elle peut être immédiatement destinée à la culture, ou nécessiter un temps de maturation. Adoptée par les défenseurs de la permaculture, cette technique aiderait à améliorer les qualités agronomiques d'un sol, comme la fertilité ou la rétention d'eau, surtout en milieu aride ou sur un sol de mauvaise qualité. Les buttes de terre ou planches surélevées sont un mode de culture dans lequel la partie cultivée est surélevée. La technique la plus courante consiste à creuser légèrement les allées et à déposer la terre sur la butte. Les buttes étant ensuite paillées ou recouvertes de compost. Trouve plus

Culture sur buttes: Trouve plus

Culture sur sol inversé: Trouve plus

Culture sur sols inversés: Trouve plus

Culture swahili: Trouve plus

Culture swahilie: La culture swahilie (Uswahili en kiswahili) est la culture partagée par les populations de la côte de l'Afrique de l'Est. Le terme viendrait du pluriel du mot arabe sahel ساحل : sawahil سواحل, qui signifie côte ou frontière. Ces populations sont d'origine bantoue avec des apports arabes et, dans une moindre mesure, persans. Les cités-États côtières comme Mombasa, Gede, Malindi et les archipels de Zanzibar, des Comores, de Kilwa et de Lamu, formaient une unité de culture swahilie prospère et renommée, vivant du commerce de marchandises africaines destinées aux marchés locaux et orientaux. Ces populations parlaient des langues voisines, variantes du swahili, et partageaient un certain nombre de valeurs propres. C'est avant tout une culture urbaine, africaine et musulmane. Les arabes appelaient al-Zanj (« les noirs ») les territoires sous la domination de ces cités, d'où le nom souvent donné à la région de « Zenj » ou « Zanguebar ». Trouve plus

Culture swidérienne: Trouve plus

Culture syrienne: Trouve plus

Culture talayotique: La culture talayotique (ou période talayotique) est une culture archéologique qui s'est développée dans la partie orientale des îles Baléares (Majorque et Minorque) pendant les âges du bronze et du fer. Ses origines datent de la fin du IIe millénaire av. J.-C., à la suite de la crise et de l'évolution de la société qui la précède (la période pré-talayotique (ca)). Elle tire son nom du talayot, un type de tour mégalithique emblématique de cette période. Trouve plus

Culture techno: La culture techno est un mouvement socio-culturel qui s'est développé pendant les années 1990. Elle décrit la sous-culture liée au style de musique techno au sens strict et à la musique dance au sens large. Trouve plus

Culture ténéréenne: La culture ténéréenne est une culture préhistorique qui exista du Ve millénaire av. J.-C. au milieu du IIIe millénaire av. J.-C. au Sahara. Cette période couvre le subpluvial néolithique et le début de la dessication du Sahara, durant l'Holocène. Le terme fut employé pour la première fois en 1934 par Maurice Reygasse et les chercheurs lui attribuèrent une définition précise ultérieurement. La Mission Berliet-Ténéré (1959), dans le massif de l'Aïr, au nord du Niger, permit d'établir une définition qui sera précisée par John Desmond Clark à l'occasion de son expédition dans l'Adrar Bous, au début des années 1970, dont les résultats furent publiés en novembre 2008. Des restes humains de personnes appartenant à la culture ténéréenne ont été trouvés dans l'Adrar Bous, dans le massif de l'Aïr. D'autres l'ont été à Gobero, au Niger, dans le désert du Ténéré. La région était luxuriante à l'époque, et les Ténéréens étaient des éleveurs, des chasseurs et des pêcheurs. Trouve plus

Culture ténérienne: Trouve plus

Culture thaïlandaise: La culture de la Thailande, pays de l'Asie du Sud-Est, ou culture thaïlandaise, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses habitants (69 000 000, estimation 2018), toutes ethnies confondues. Les diasporas thais (en) (2 700 000) y concourent partiellement. La culture thaïlandaise, influencée par le bouddhisme et l'hindouisme, est très ancienne. Elle partage de nombreux points communs avec celle des pays voisins (Laos, Cambodge et Birmanie). L'afflux répété des immigrants chinois a également eu une grande influence. Trouve plus

Culture tibetaine: Trouve plus

Culture tibétaine: La civilisation tibétaine, imprégnée par le bouddhisme tibétain, une forme distincte de Vajrayana, est dotée d'une culture riche et variée. Trouve plus

Culture tibétaine sous administration chinoise: Trouve plus

Culture tibétaine sous domination chinoise: Trouve plus

Culture Tiki: La culture Tiki est un thème artistique et décoratif s'inspirant de la culture polynésienne né aux États-Unis et à la mode entre les années 1920 et 1960. Son nom provient de la sculpture dite « tiki ». Trouve plus

Culture Tiwanaku: Trouve plus

Culture Tolima: La culture Tolima est une culture archéologique de l'époque précolombienne qui s'est répandue entre 200 et 1000 ap. J-C. dans le cours moyen du río Magdalena, dans l'actuel département de Tolima en Colombie, sur les flancs de la Cordillère Centrale. Cette région regroupait alors une grande diversité d'ethnies (environ 50) dont on connaît surtout les Pijaos et les Panches (es) qui sont se sont distingués par leur résistance acharnée contre les conquistadors espagnols. Trouve plus

Culture torréenne: La Culture torréenne est une civilisation qui s'est développée en Corse, principalement dans la région située au sud d'Ajaccio, au cours de la seconde moitié du IIe millénaire av. J.‑C. Le bâtiment caractéristique de cette culture est la « torre » (tour), la version Corse du « nuraghe » sarde. Les torri étaient néanmoins plus petites et moins impressionnantes que les nuraghes. Selon certains spécialistes, la culture nuragique et la culture torréenne étaient étroitement liés. Les constructions torréennes ont été réalisées par des populations qui vivaient au sud de la Corse comme dans le nord-est de la Sardaigne (Gallura). Trouve plus

Culture traditionnelle: Trouve plus

Culture transgenre: Trouve plus

Culture Tumaco-La Tolita: La culture de Tumaco-La Tolita est une culture archéologique de l'époque précolombienne qui s'est répandue dans la région côtière à la frontière de la Colombie et de l'Équateur. Deux des sites les plus remarquables de cette culture amérindienne et sont Tumaco et La Tolita, d'où elle tire son nom. Selon la source, elle peut être appelée culture de Tumaco ou de La Tolita. Les preuves archéologiques disponibles de cette culture sont anciennes dans le cas de l'ancien site de La Tolita, dont des matériaux ont été datés du VIIe siècle av. J.-C., tandis que pour Tumaco les plus anciennes dates correspondent à 300 av. J.-C. Trouve plus

Culture turque: Trouve plus

Culture ukrainienne: Trouve plus

Culture underground: La culture underground, ou culture alternative, est un mouvement culturel contreculturel, d'opposition à l'industrie culturelle, qui se place à l'écart des médias de masse, voire en marge de la société. Trouve plus

Culture urbaine: Trouve plus

Culture utilitariste: Trouve plus

Culture Valdivia: La Culture Valdivia (IVe millénaire av. J.‑C. – 1500 av. J.-C.) est la plus ancienne des cultures de l'époque Formative en Équateur. Cette culture s'est développée dans les zones côtières de l'Équateur, dans les provinces du Guayas, de El Oro et de Santa Elena. En 1956, un chercheur de Guayaquil, Emilio Estrada, publie les premières informations sur cette culture à partir de pièces de céramique, en particulier des statuettes féminines dites «Vénus de Valdivia». Après plusieurs années de fouilles et de travaux menés par Estrada en collaboration avec deux membres de la Smithsonian Institution, un rapport est publié en 1965, qui identifie les cultures Valdivia et Machalilla. Ces auteurs proposent comme date de début de cette séquence culturelle la date de 3200 av. JC, ce qui ferait de la culture Valdivia la plus ancienne culture américaine productrice de céramique. À partir de 1975, des fouilles sont menées sur le site de Real Alto, dans la paroisse de Chanduy, située dans le canton de Santa Elena, dans la province du même nom. Les fouilles réalisées sur ce site démontrent que la culture Valdivia ne tirait pas sa subsistance uniquement de la mer mais également de l'agriculture. D'après les restes archéologiques trouvés sur le site de Real Alto, les habitations typiques étaient de forme ovale, avec des murs de terre et de roseaux, un sol de terre battue et des toits de palmes à deux pentes. Leurs dimensions étaient d'environ 8 mètres sur 12. Le village de Real Alto, le plus ancien village découvert en Équateur, se composait de telles habitations familiales sur un plan en rectangle ou en U, dégageant une place centrale dépourvue de restes archéologiques, et encadrée par deux monticules cérémoniels, l'un d'eux semblant destiné à des fêtes ou cérémonies, à en juger aux très abondants restes de céramique brisée volontairement qui s'y sont accumulés, et l'autre appelé «monticule des sacrifices», où ont été retrouvés les squelettes d'une femme et de plusieurs hommes. Ces découvertes font également de Real Alto un centre cérémoniel et religieux. Les restes archéologiques attestent que la culture Valdivia pratiquait la culture du cotonnier (Gossypium barbadense), des haricots, du balisier (canna edulis), du maté (lagenaria siceraria) et des calebasses comestibles. En revanche, bien que la présence du maïs ait été attestée dans la région dès la culture archaïque de Las Vegas, antérieure à la culture Valdivia, sa culture ne semble avoir pris de l'importance qu'à l'extrême fin de la période Valdivia. Outre l'agriculture, la culture Valdivia pratiquait la pêche des poissons et des coquillages, la chasse et la cueillette. Du point de vue de la culture matérielle, les productions céramiques de la culture Valdivia sont relativement épaisses (de 5 à 7 mm), et inspirées par la forme naturelle des calebasses, sans rebords incurvés. L'une des caractéristiques les plus remarquables de la culture Valdivia est la présence des «Vénus de Valdivia», figurines propitiatoires féminines d'abord sculptées dans des pierres tendres, puis plus tard faites de céramique. Leur voute crânienne aplatie a suggéré à certains chercheurs que ces statuettes ont pu servir à inhaler des drogues. Il existe également des preuves de la consommation de feuilles de coca (statuettes aux joues gonflées par la mastication, récipients contenant des substances alcalines nécessaires à la consommation de la coca...),. Trouve plus

Culture Valvidia: Trouve plus

Culture védique: Trouve plus

Culture Vicús: La culture Vicús (du nom d'une petite localité du nord du Pérou, située à environ 40 kilomètres à l'est de la ville de Piura), datée du Ve siècle av. J.-C. au VIe siècle apr. J.-C. approximativement, appartient à l'ensemble des cultures dites «classiques» du Pérou préhispanique. Elle occupait une aire encore archéologiquement mal définie, dont le centre paraît avoir été la haute vallée de Piura mais qui s'étendait sans doute, vers le nord, jusqu'au sud de l'Équateur actuel et, vers le sud, jusqu'à la vallée de Lambayeque. Trouve plus

Culture vietnamienne: Trouve plus

Culture villanovienne: Trouve plus

Culture Vinča: Trouve plus

Culture vivrière: Trouve plus

Culture wallonne: Cet article présente différents aspects de la culture de la Wallonie, une région occupant le sud de la Belgique appartenant principalement au domaine linguistique roman, par opposition au domaine linguistique germanique du nord. Parler de culture de la Wallonie semble relativement récent[Depuis quand ?] mais c'était déjà en réalité l'intention de Jules Destrée lors de l'Exposition de Charleroi de 1911 que d'établir la légitimité de ce concept. Même si le volet culture de l'exposition de cette année-là possédait la raison sociale Arts anciens du Hainaut, on sent la volonté de convoquer lors de l'exposition, tout ce qui se rattache aux arts et aux sciences (comme on disait alors), pour désigner une culture enracinée en Wallonie, les modalités de cet enracinement pouvant être multiples, partagées avec d'autres peuples comme les Français et les Flamands, tous les Européens, tous les autres êtres humains car l'Art est universel. La démarche a pu trouver une sorte de consécration dans l'ouvrage Histoire culturelle de la Wallonie paru en 2012. Trouve plus

Culture Wilton: La culture Wilton ou Wilton est un faciès culturel préhistorique répandu en Afrique australe et orientale au Later Stone Age, environ 6000 ans av. J.-C. Cette culture est notamment caractérisée par la présence de microlithes et une diversité typologique plus marquée que les cultures antérieures. Elle a été définie par John Hewitt suite à la fouille d'une grotte de la ferme Wilton en collaboration avec C. W. Wilmot. Trouve plus

Culture Yamna: La culture Yamna (en russe et ukrainien : Ямная культура, « culture des tombes en fosse », du russe et de l'ukrainien яма, « fosse ») est une culture du Néolithique final et de l'Âge du bronze ancien, qui s'est développée dans la région du Boug / Dniepr / Don / basse Volga, c'est-à-dire la steppe pontique. Elle s'étend d'environ 3600 à 2300 av. J.-C.. Cette culture est aussi connue en français sous les noms de culture pontique des tombes en fosse ou à puits, ou encore culture des tombes à ocre. Cette culture correspond à des populations essentiellement nomades, des peuples cavaliers pratiquant un peu de culture le long des fleuves et construisant quelques castros. Depuis l'hypothèse kourgane de Marija Gimbutas émise en 1956, la culture Yamna a été associée aux Proto-Indo-Européens tardifs (PIE) et proposée comme le plus solide « candidat » pour être le foyer de l'indo-européen commun. Depuis les années 2000, plusieurs études génétiques ont montré qu'une migration très importante s'est produite à partir du début du IIIe millénaire av. J.‑C. depuis les steppes pontiques vers le centre de l'Europe, puis les autres parties de l'Europe, ainsi que vers l'Asie centrale puis l'Asie du Sud. Trouve plus

Culture zayane: Les Zayanes ou Zayanis sont une tribu berbère de la région de Khénifra, dans le Moyen Atlas, au Maroc et en Italie, qui vivaient dans les montagnes, leur espace vital qui va de la grande cédraie d'Ajdir jusqu'à Boujaad frontière des tribus arabophones. La tribu Zayane est nomade se déplaçant deux fois par an : en hiver vers l'Azaghar où les conditions climatiques sont clémentes, en été vers le Jbel. Les tribus Zayanes sont connues par leur ténacité guerrière surtout lors de la colonisation sous la conduite de Mouha ou Hammou Zayani qui avait mis les colons en difficulté lors de la conquête de Khénifra. Malgré la défaite française du 13 novembre 1914 à bataille d'Elhri où l'armée française fut humiliée, les stratèges de la colonisation furent déterminés à ne pas abandonner la lutte contre les Zayanis qui constituent un bastion de la rébellion. La culture Zayane fait partie de la grande culture Amazighe, avec ses spécificités, qui la distinguent des autres cultures, l'exemple le plus concret de la culture amazighe (berbère) se trouve chez les Ait Hdidou (grande tribu des Ait Yaflmane) d'Imilchil où s'organise annuellement un grand festival d'une dimension typiquement culturelle propre aux Amazighes. Bien qu'ils soient parmi les premiers habitants du Maroc venus du nord et de l'est, et ce dès l'époque néolithique, les Berbères du Moyen Atlas vivaient en communauté très enclavée, renfermée et hermétique, contrairement à la thèse des explorateurs européens qui supposent l'homogénéité entre les tribus. Or la tribu constitue une entité avec ses spécifiés sans relations évidentes même avec les tribus voisines. Parler de « Tamazgha » (territoire Maghrébin) en tant qu'aire géographique purement berbère reste un sujet tabou[réf. nécessaire]. Au Moyen Atlas et ailleurs les berbères n'ont jamais été confédérées. Malgré les diverses incursions phéniciennes, romaine, vandale, arabe, …. Ces populations vivaient isolées sans contact avec les civilisations ayant conquis le Maghreb. Les tribus les plus représentatives des Zayanes sont les Ait Bouhadou, les Imrabten, Ibouhssousen et les Ait Lahsen ou Said qui représentent 65 % des tribus zayanes. Trouve plus

Culture.gouv.fr: Trouve plus

Culturebox: Culturebox est un site internet, lancé en octobre 2008, par France 3, devenu, le 19 juin 2013, l'offre groupée des contenus culturels du groupe France Télévisions, consistant en une plateforme d'actualité et de contenus vidéos. Cette offre est complétée par une chaîne de télévision thématique française de service public éphémère, dont la diffusion commence le 1er février 2021 en France métropolitaine, sur le canal 19 de la TNT, à la place vacante laissée par France Ô et son arrêt en août 2020. Tout ceci dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et la fermeture des lieux culturels en France. Trouve plus

Cultureel Brabant: Le Cultureel Brabant (CuBra) est une fondation néerlandaise associée à un site internet du même nom (cubra.nl) qui a pour objectif de donner la plus large information possible en matière d'histoire de l'art (beaux-arts) et de culture au sens large (culture populaire). Une grande partie des pages de CuBra est interactive, renseignée par les contributions des visiteurs examinées par un comité de rédaction. Un travail d'actualité mais aussi historique sur le Brabant est réalisé avec le soutien de l'université de Tilbourg en particulier la faculté des Arts, de la Culture et de la Communication dont les serveurs assurent la maintenance du site. Le site abrite notamment un riche « musée du perroquet » en français et néerlandais et de nombreuses pages également dans les deux langues sur les artistes parisiens du XIXe siècle. Trouve plus

Culturel: Trouve plus

Culturelle: Trouve plus

Culturellement: Trouve plus

Culturelles: Trouve plus

Culture-piège: Une culture-piège est une culture qui sert à attirer et tenir éloignés les ravageurs habituels, insectes le plus souvent, d'une culture principale qui, ainsi, reste saine. Cette pratique a pour avantage de réduire, voire d'éliminer, les traitements par insecticides,. La culture-piège peut être plantée en périphérie du champ à protéger, ou à l'intérieur sous forme de rangs intercalés. Biologiquement, la plante du piège peut être très proche de celle qui doit être récoltée, puisque, par exemple, des rangs d'une variété précoce de pomme de terre, sacrifiés, peuvent détourner d'une culture de pomme de terre les doryphores sortant du sol au printemps. Trouve plus

Cultures: Cultures est une commune française située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Culturois. Trouve plus

Cultures & conflits: Cultures est une commune française située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Culturois. Trouve plus

Cultures : À la découverte du Vinland: Cultures : À la découverte du Vinland (Cultures: Die Entdeckung Vinlands) est un jeu vidéo de type city-builder développé par Funatics et édité par JoWooD Entertainment, sorti en 2000 sur Windows. Il a été réédité sur iOS en 2014. Trouve plus

Cultures 2 : Les Portes d'Asgard: Cultures 2 : Les Portes d'Asgard (Cultures 2: Die Tore Asgards) est un jeu vidéo de type city-builder développé par Funatics et édité par JoWooD Entertainment, sorti en 2002 sur Windows. Trouve plus

Cultures adolescentes: La locution cultures adolescentes, généralement employée au pluriel, recouvre l'ensemble des pratiques culturelles, artistiques et des passions actuelles des adolescents. Les jeunes âgés de 11 à 18 ans cultivent des passions et intérêts communs tournés notamment vers le numérique. Ainsi, ils construisent ensemble leur propre communauté aux conduites et pratiques qui leur sont propres. On peut parler de cultures adolescentes. Le terme culture désigne ce qui est de l'ordre de l'acquis. On entend par là l'ensemble de comportements et de modes de vie qui s'appuie sur des valeurs, un contexte donné, sur des choses que l'on a intégrées par imprégnation. Trouve plus

Cultures alternatives: Trouve plus

Cultures antiques de l'Égypte: Les cultures de l'Égypte sont le fruit de plus de 5 000 ans d'histoire. L'Égypte antique fait partie des plus anciennes civilisations. Durant des millénaires, l'Égypte est incroyablement complexe et stable ce qui influença des cultures plus tardives d'Europe, du Moyen-Orient et d'Afrique. Après l'ère pharaonique, elle a elle-même été influencée par l'hellénisme, le christianisme, puis l'islam. De nos jours, de nombreux aspects de la culture égyptienne sont en interaction avec des éléments plus modernes, en particulier l'influence de l'Occident. Trouve plus

Cultures archéologiques: Trouve plus

Cultures associées: Trouve plus

Cultures bactériennes: Trouve plus

Cultures biologiques: Trouve plus

Cultures cynégétiques: Trouve plus

Cultures de cellules: Trouve plus

Cultures de Karasuk: Trouve plus

Cultures de l'honneur: Trouve plus

Cultures de Qujialing et Shijiahe: Les cultures de Qujialing (屈家嶺文化, hanyu pinyin Qūjiālǐng Wénhuà) (3400-2500 av. J.-C.) et Shijiahe (石家河文化, hanyu pinyin Shíjiāhé Wénhuà) (2500-2000 av. J.-C.) sont plus précisément les deux sites principaux correspondant à deux époques, qui se recoupent partiellement, mais relevant d'une seule culture : Quijialing-Shijiahe, au cours du Néolithique final en Chine, et elle est centrée sur le Hubei. Ce sont deux sites voisins dans l'espace, à 17 km l'un de l'autre, sur le moyen Yangzi, quoique séparés dans le temps, et représentatifs d'un ensemble qui s'est étendu sur une très vaste surface. Elles ont été précédées par une autre culture, du Néolithique ancien : la culture de Daxi, qui s'était étendue sur une zone moins vaste et plus à l'Ouest. Trouve plus

Cultures de Seima-Turbino: Les cultures de Seima-Turbino correspondent à un ensemble de sites funéraires comportant des objets en bronze similaires, datant de 2 100 à 1 900 avant J.-C., découverts dans le nord de l'Eurasie, de la Finlande à la Mongolie. Ces vestiges suggèrent une origine culturelle commune, fondée sur une technologie de travail du bronze avancée pour l'époque, et montrent un phénomène de diffusion dont la rapidité reste inexpliquée. Trouve plus

Cultures de Yangshao: Trouve plus

Cultures dérobées: Trouve plus

Cultures des vases à entonnoir: Trouve plus

Cultures du vieillissement: Les cultures du vieillissement constituent un ensemble d'approches théoriques hétérogènes qui réunit des chercheurs en sciences humaines et sociales s'intéressant aux pratiques culturelles par lesquelles le vieillissement est vécu au quotidien. Pouvant être affilié aux champs d'études Aging Studies, études culturelles et gérontologie critique, cet ensemble est multidisciplinaire, regroupe principalement des chercheurs en communication, sociologie, éducation, et est d'envergure internationale (Montréal, Boston, Gloucestershire, pour ne nommer que ces lieux). Ce genre de travaux est particulièrement émergeant depuis les années 2000, et regroupe notamment plusieurs chercheurs membre du réseau Ageing, Communication and Technology, situé à Montréal. Trouve plus

Cultures en transition: Cultures en transition (titre international: Voices of Transition) est un film documentaire français écrit, réalisé et produit par Nils Aguilar, sorti en 2012. Le film met en garde contre les dangers contre les dépendances en agriculture d'intrants chimiques et de ressources énergétiques. Le film décrit des alternatives agricoles en France, le mouvement des Villes en transition et le changement de paradigme agricole à Cuba comme des exemples préfigurateurs d'un nouveau mode de production agricole, à petite échelle et décentralisé. La sortie en salles en Allemagne a eu lieu le 2 mai 2013, Le film a été édité en langue française par les Éditions Montparnasse. et il est distribué en seize langues par Milpa Films Trouve plus

Cultures énergétiques: Trouve plus

Cultures épistémiques: Les cultures épistémiques (la plupart du temps employé au pluriel), correspondent à un concept introduit et développé dans les années 1990 par la sociologue des sciences Karin Knorr Cetina, dans son livre Epistemic Cultures, how the sciences make knowledge. Par opposition à une vision moniste de l'activité scientifique (selon laquelle il existerait UNE méthode scientifique), Karin Knorr Cetina définit le concept des cultures épistémiques comme une diversité de façons de faire de la science selon les disciplines, non seulement dans les méthodes et les outils mais aussi dans les raisonnements, les façons d'établir la preuve, et les rapports entre empirie et théorie. Le travail qu'elle fournit explicite la diversité de ces cultures du savoir et, en représentant leurs différences remet en question la vision acceptée d'une science unifiée. Trouve plus

Cultures et conflits: Trouve plus

Cultures et conflits. Sociologie politique de l'international: Trouve plus

Cultures fondatrices du Néolithique: Les cultures fondatrices du Néolithique du Proche-Orient sont les huit espèces de plantes qui ont été domestiquées par les premières communautés d'agriculteurs de l'Holocène dans la région du Croissant fertile, au Moyen-Orient (Néolithique précéramique B). Elles comprennent le lin, trois céréales et quatre légumineuses, qui sont les premières plantes domestiquées connues dans le monde. Bien que le seigle domestiqué (Secale cereale) apparaisse au Natoufien (épipaléolithique final) à Tell Abu Hureyra, en Syrie (c'est la plus ancienne attestation d'espèce de plante domestiquée), il est resté insignifiant pendant la période néolithique en Asie du Sud-Ouest, et n'est devenu commun qu'avec la diffusion de l'agriculture en Europe septentrionale, plusieurs millénaires plus tard. Trouve plus

Cultures fourragères: Trouve plus

Cultures France: Trouve plus

Cultures humaines: Trouve plus

Cultures intermédiaires à vocations énergétiques: Trouve plus

Cultures intermédiaires pièges à nitrates: Trouve plus

Cultures légumières: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...