Rechercher dans ce blog

mercredi 24 mars 2021

Culture de Shulaveri-Shomu, Culture de Siba, Culture de Sierra Leone, Culture de singapour, Culture de Sintachta,

Culture de Shulaveri-Shomu: La culture de Shulaveri-Shomu est la plus ancienne culture du Néolithique de la partie centrale de la Transcaucasie. Elle tire son nom de deux sites archéologiques : Shomutepe dans l'ouest de l'Azerbaïdjan et Shulaveri dans l'est de la Géorgie. Elle a été caractérisée dans les années 1960 par I. Narimanov. Ses origines sont méconnues. Des influences méridionales et occidentales sont vraisemblables. Jusqu'à présent, on ne connaît quasiment rien du peuplement des régions occupées par cette culture avant son développement,. Trouve plus

Culture de Siba: La culture de Siba (1900-1500 AEC) est une culture chinoise de l'Âge du bronze. Elle est située dans le corridor du Hexi, entre les populations de l'Ouest qui apportaient la métallurgie du bronze et l'élevage du bétail et du cheval, et celles de l'Est, parmi lesquelles la culture de Qijia, sa voisine immédiate à l'est. Elle a aussi reçu des influences culturelles provenant de Chine centrale. Trouve plus

Culture de Sierra Leone: La culture de la Sierra Leone (Afrique de l'Ouest) désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 6 500 000 d'habitants. La culture de Sierra Leone présente quelques similitudes avec celle de ses voisins immédiats, la Guinée et le Liberia, autres petits États côtiers avec un arrière-pays montagneux et un climat tropical humide. La Sierra Leone est aussi marquée par les traites négrières, son passé colonial au sein de l'Afrique occidentale britannique et, plus récemment, par la guerre civile qui y a sévi entre 1991 et 2002. Dans l'intervalle (2012), le pays a retrouvé le chemin de la démocratie et de l'alternance politique, même si son indice de développement humain (IDH) reste parmi les plus faibles (180e rang sur 187 en 2011). Trouve plus

Culture de singapour: Trouve plus

Culture de Sintachta: La culture de Sintachta, également connue sous le nom de culture Sintachta-Petrovka ou bien culture Sintachta-Arkaïm, est une culture archéologique de l'âge du bronze du nord de la steppe eurasienne sur les piedmonts sud de l'Oural en Russie, datée de la période 2100-1800 avant notre ère. Les plus anciens chars de combat légers (avec deux roues à rayons) ont été retrouvés dans les tombes de Sintachta, et la culture est considérée comme une candidate sérieuse pour l'origine de cette technologie, laquelle s'est étendue à travers l'ancien monde et a joué un rôle important dans la guerre antique. Les établissements de Sintachta sont aussi remarquables pour l'intensité de l'extraction du cuivre et de la métallurgie du bronze qui y sont effectuées, ce qui est inhabituel pour une culture des steppes. En raison de la difficulté d'identifier les restes des sites Sintachta existants sous les restes de cultures ultérieures qui se sont établies sur les mêmes sites, la culture n'a été que récemment distinguée de la culture d'Andronovo. Elle est maintenant reconnue comme une entité séparée faisant partie de « l'horizon Andronovo ». Trouve plus

Culture de Sintashta: Trouve plus

Culture de Sopot: La culture de Sopot est une culture néolithique et archéologique de Slavonie orientale dans la Croatie actuelle. Elle prend la suite de la culture de Starčevo et est fortement influencée par la culture Vinča (Samatovci, Sopot, Otok, Privlaka, Vinkovci-Ervenica, Osijek, Bapska, Županja et Klokočevik). Elle s'est propagée dans le nord de la Bosnie depuis sa zone d'origine à l'ouest jusqu'au nord-ouest de la Croatie et au nord vers la Hongrie, où elle a aidé la Culture de Lengyel à débuter. Cette culture date d'environ 5000 ans avant Jésus-Christ. Les colonies ont été élevées sur les berges de la rivière de Bosut, autour de la zone de la ville moderne de Vinkovci. Trouve plus

Culture de Sredny Stog: La culture de Sredny Stog (ainsi dénommé d'après le village de Seredny Stih en Ukraine, où elle fut localisée en premier, Sredny Stog étant sa désignation traditionnelle en russe ; stog signifiant « meule de foin »), est une culture marquant la jonction du Néolithique au Chalcolithique. Elle remonte à la période comprise entre 4500 et 3500 av. J.-C. Elle était située précisément au nord de la mer d'Azov entre le Dniepr et le fleuve Don. L'un des sites les plus célèbres associé à cette culture est Dereivka, situé sur la rive droite de l'Omelnik, un affluent du Dniepr et constitue le site le plus impressionnant de la culture de Serednij Stih, s'étendant sur une superficie d'environ 2000 m2. Trouve plus

Culture de Sroubna: La culture de Sroubna, également désignée sous les termes de culture des tombes à charpente (en russe : Сру́бная культу́ра, et en ukrainien : Зрубна́ культу́ра), de culture de Sroubnaïa et culture de Sroubnik, est une culture de l'âge du bronze moyen et attestée aux XVIe – XIIe siècle av. J.-C. (voire entre XVIIe et XIIe siècles av. J.-C.),,. Cette culture succède à la culture Yamna et à la culture d'Abashevo,. Trouve plus

Culture de Srubna: Trouve plus

Culture de Star Trek: « Espace, frontière de l'infini vers laquelle voyage notre vaisseau spatial. Sa mission de cinq ans : explorer de nouveaux mondes étranges, découvrir de nouvelles vies, d'autres civilisations et au mépris du danger, avancer vers l'inconnu. » L'univers de fiction de Star Trek est riche en objets de « civilisations » par définition. Cette catégorie est assez « floue ». Elle contient tout ce qui a trait avec des traditions culturelles. Il peut s'agir d'objets, de rituels, de croyances, de langages… Les sociétés sont répertoriées dans la rubrique « Ethnologie de Star Trek ». Les « Mondes de Star Trek » listent les différents « habitats » de ces sociétés. La rubrique « Technologies de Star Trek » contient les outils de ces civilisations. Les « vaisseaux de Star Trek » étant très nombreux sont traités à part. Deux listes recensent le jargon de Star Trek. Jargon de Star Trek (lexique français) Star Trek/Le petit glossaire de Star Trek (traductions du canon)Les éléments culturels ne donnant pas lieu à rédiger un article sont réunis dans les listes détaillées communes au jargon. Trouve plus

Culture de Starčevo: La culture de Starčevo ou Starceviens est une culture archéologique néolithique d'Europe de l'est et des Balkans datée entre -6200 à -5600 av. J.-C.. Elle tire son nom de Starčevo, une localité de Serbie située sur la rive du Danube, en face de Belgrade. Elle précède la culture de Vinča. Trouve plus

Culture de Stentinello: La culture de Stentinello est une culture du Néolithique de l'Italie dont le développement débute à partir du milieu du VIe millénaire av. J.-C. environ Elle est éponyme du site de Stentinello près de Syracuse dans le sud-est de la Sicile. Ce village préhistorique a été fouillé partiellement à la fin du XIXe siècle par Paolo Orsi. De nouvelles recherches y ont été menées au début du XXe siècle et dans les années 1960,. Trouve plus

Culture de Tachtyk: La culture de Tachtyk est une culture archéologique de l'Âge du fer, établie entre les Ier siècle av. J.-C. et IVe siècle de notre ère dans la dépression de Minoussinsk, au sud de la ville moderne de Krasnoïarsk, dans l'est de l'oblast de Kemerovo. Elle succède dans la même région à la culture de Tagar,. Trouve plus

Culture de Tagar: La culture de Tagar (en russe : Тагарская культура) est une culture archéologique de l'Âge du bronze, qui s'est développée entre les VIIIe et IIe siècles av. J.-C. dans le sud de la Sibérie, sur les territoires actuels de la république de Khakassie, la partie sud du kraï de Krasnoïarsk et la partie orientale de l'oblast de Kemerovo. Elle tire son nom d'une ile sur l'Ienisseï face à la ville de Minoussinsk. Cette culture est l'un des plus importants foyers de la métallurgie du bronze de l'ancienne Eurasie. Trouve plus

Culture de Taïwan: La culture taïwanaise (des 23 500 000 Taïwanais environ en 2018, et davantage en raison de la diaspora chinoise) est un mélange hybride de cultures confucianiste, Han Chinois, japonaise, européenne, américaine, et de celle des aborigènes taïwanais, souvent perçu dans un sens à la fois traditionnel et moderne. L'expérience sociopolitique commune à Taïwan a développé peu à peu une identité culturelle taïwanaise et une sensation de conscience culturelle taïwanaise, qui ont été largement été débattues à Taïwan,,. Reflétant la controverse continuelle entourant le statut politique de Taïwan, la politique continue à jouer un rôle dans la conception et le développement d'une identité culturelle taïwanaise, surtout dans le cadre dominant préalable d'un dualisme taïwanais et Chinois. Ces dernières années, le concept de multiculturalisme taïwanais a été proposé comme une vue alternative relativement apolitique, qui tient compte de l'inclusion de continentaux et d'autres groupes de minorités dans la redéfinition continuelle de la culture taïwanaise comme modèle de pensée et de comportement partagé par le peuple de Taïwan,. Trouve plus

Culture de Tambora: La culture de Tambora désigne un village (d'environ 10 000 habitants) et une culture perdue de l'île de Sumbawa, en Indonésie, détruite par l'éruption du Tambora en 1815. Trouve plus

Culture de Tashtyk: Trouve plus

Culture de Tcherniakhov: La culture de Tcherniakhov (dite aussi de Dridu ou de Sânta-Ana de Mureș en Moldavie et Roumanie) est une culture pré-slave du IIe au Ve siècle qui s'est développée de la Biélorussie au basin du bas-Danube en passant par l'Ukraine. Les sites éponymes sont le village de Tcherniakhov dans l'oblast de Kiev en Ukraine, fouillé dans les premières années du XXe siècle, et ceux de Dridu en Valachie et de Sânta-Ana de Mureș en Transylvanie. Son existence est attestée par un millier de sites archéologiques et, en dépit des traits homogènes à travers toute son étendue (les territoires des actuelles Ukraine, Moldavie, Roumanie et Pologne méridionale) son unité est discutée, les sites biélorusses et ukrainiens étant souvent présentés comme proto-slaves, et les sites moldaves et roumains comme proto-roumains. Trouve plus

Culture de Tcherniakov: Trouve plus

Culture de Tchernyakov: Trouve plus

Culture de Teuchitlan: La Culture de Teuchitlan est une société précolombienne complexe qui occupait les zones correspondant aux États mexicains modernes de Nayarit et de Jalisco. Bien que les premières traces d'architecture appartenant à la tradition de Teuchitlan soient apparues dès 300 av. J.-C., son essor est généralement daté de la fin de la période formative, en 200 de notre Ère . La tradition s'est éteinte subitement à la fin de la Période Classique, vers 900 apr. J.-C.. La tradition Teuchitlan est remarquable par ses places centrales circulaires et ses pyramides coniques. Selon le chercheur Phil Weigand, ces structures inhabituelles sont "uniques dans toute l'architecture méso-américaine et n'existent même nulle part ailleurs dans le monde". La tradition de Teuchitlan est le développement d'une culture plus ancienne, la culture des tombes à puits, mais avec un glissement à partir de petits centres vers des sites plus grands tels que Guachimontones. Trouve plus

Culture de Thule: Trouve plus

Culture de thulé: Trouve plus

Culture de Tisza: La culture de Tisza est une culture archéologique du Néolithique moyen, qui s'est développée dans la plaine de Pannonie, en Hongrie, Transylvanie, et Slovaquie, d'environ 4 200 à 3 200 av. J.-C.. Trouve plus

Culture de Tlatilco: La culture de Tlatilco est une culture qui a été florissante dans la vallée de Mexico entre les années 1250 et 800 av. J.-C., au cours de la période préclassique ancienne en Mésoamérique. Tlatilco, Tlapacoya, et Coapexco étaient les principaux sites de la culture de Tlatilco. La culture de Tlatilco témoigne d'une augmentation marquée de la spécialisation par rapport aux cultures antérieures, y compris d'autres modèles d'organisation complexes, avec des professions spécialisées, et des structures sociales stratifiées. En particulier, le développement des sièges de chefferie à Tlatilco et Tlapacoya est une caractéristique déterminante de la culture de Tlatilco. Cette période a également vu une augmentation significative du commerce à longue distance, en particulier du minerai de fer, l'obsidienne, et des pierres vertes, commerce qui a probablement facilité l'influence olmèque au sein de cette culture, et peut expliquer la découverte de poteries de style Tlatilco près de Cuautla, à 90 km au sud Trouve plus

Culture de Trialeti: La culture de Trialeti (en géorgien თრიალეთის კულტურა), également connue sous les noms de culture de Trialeti-Vanadzor, ou culture de Trialeti-Kirovakan, est une culture de l'âge du Bronze moyen,,. Cette culture archéologique, qui s'est développée entre la fin du IIIe millénaire av. J.-C. et le milieu du IIe millénaire av. J.-C. (du XXIe jusqu'au XIVe siècle av. J.-C.) doit son nom à Trialeti, une région montagneuse située en Géorgie. La culture de Trialeti s'est diffusée au sein d'une aire recouvrant le sud du Caucase, la partie orientale de l'Anatolie, le nord-ouest de l'Arménie, le nord-ouest de l'Iran et l'ouest de l'Azerbaïdjan. Sur ce même territoire, la culture de Trialeti est précédée par la culture kouro-araxe. La culture de Trialeti et sa périodisation ont été définies et établies par l'archéologue russe Boris Kouftine en 1941, après des fouilles et des excavations conduites dans la région éponyme durant les années 1930,,,. Son faciès archéologique est caractérisé par des artefacts métalliques dont des pendentifs filigranés et granulés ainsi que des gobelets confectionnés en argent ou en or et des céramiques (notamment des pièces de vaissellerie) à chromatique rouge ou noir, certaines de forme biconique,,. Trouve plus

Culture de Tsaroubintsy: La culture de Tsaroubintsy ou de Zarubinets s'est épanouie du IIIe siècle av. J.-C. au Ier siècle au nord de la Mer Noire, depuis la haute et moyenne vallée du Dniepr et la vallée de la Pripiat jusqu'au sud de la vallée de la Bug à l'ouest. Les sites archéologiques de Tsaroubintsy sont particulièrement nombreux entre les vallées de la Desna et du Ros, ainsi qu'au bord de la Pripiat. Ils ont été décrits en 1899 par l'archéologue Tchéco-ukrainien V. V. Chvojka, et cette culture, maintenant attestée par 500 sites de fouilles, tire son nom d'un village des bords du Dniepr où des urnes funéraires ont été exhumées. La culture de Tsaroubintsy est généralement associée aux Protoslaves. Trouve plus

Culture de Tuvalu: Trouve plus

Culture de Veloucha-Porodin: La culture de Veloucha-Porodin est une culture préhistorique qui a existé sur le territoire de la République de Macédoine du Nord au Néolithique. Il s'agit d'une culture périphérique de l'ensemble balkano-anatolien qui a évolué d'une façon particulière. Elle est apparue en Pélagonie, plaine isolée du sud-ouest du pays et elle doit son nom à deux sites, Veloucha (en macédonien Велуша) et Porodin (Породин), situés sur les rives de la rivière Tsrna. la culture apparaît vers 5500 av. J.-C et connu quatre phases (Veloucha-Porodin I-IV). Les habitations de la culture ont un plan rectangulaire ou plus rarement trapézoïdal, des murs en clayonnage et un sol couvert d'agile. Peu d'outils en pierre ont été retrouvés car ils sont surtout faits en os, et les rites sépulcraux sont très peu connus. Les poteries sont le plus souvent de forme sphérique avec un col allongé, de couleur rouge et décorées de motifs en triangle de peinture blanche. On a également retrouvé des autels en terre cuite et des statuettes très particulières, les magna mater, petites figures de maisons avec un corps de femme à la place de la cheminée. La culture se caractérise enfin par la production de nombreuses figurines au cou allongé, parfois assises. La phase I se caractérise par de la vaisselle à pieds conniques ainsi que par des ornements en « 3 », qui se retrouvent aussi pendant la phase II. Des bandes et des ovales sont particuliers des phases III et IV. La phase IV se démarque par des motifs en argile rajoutés sur les parois. Les magna mater furent essentiellement produites pendant la phase III. Trouve plus

Culture de Véraza: La culture de Véraza ou Vérazien est le nom d'une culture matérielle propre à un groupe de peuplement préhistorique ayant vécu entre 3500 et 2000 av. J.-C. (à la fin du Néolithique et au Chalcolithique) dans la Catalogne et dans les départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales dans la région Languedoc-Roussillon, autour de la rivière de Lavalette (et de l'actuelle commune de Véraza dans l'Aude). Trouve plus

Culture de villanova: Trouve plus

Culture de Vinča: La culture de Vinča (prononcé /vinʧa/), également connue sous le nom de culture de Turdaș ou culture de Turdaș-Vinča, est une culture archéologique du Néolithique, localisée dans les Balkans et datée de 5 500 à 3 500 ans av. J.-C.. Elle doit son nom au site de Vinča-Belo brdo ou Vinča, situé à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Belgrade, sur les bords du Danube, en Serbie,. Cette culture archéologique, qui succède à la culture de Starčevo, est marquée par une période de prospérité démographique dans la région, grâce à une pratique plus développée de l'agriculture. On y a trouvé de nombreux villages bien organisés, des poteries, des figurines en argile anthropomorphes ou zoomorphes, et des artefacts présentant de nombreux signes qui pourraient former la plus ancienne proto-écriture connue. Les plus anciennes traces connues de métallurgie du cuivre ont été découvertes dans cette culture,,. Les outils sont cependant encore essentiellement en pierre taillée ou polie ou en os. Plus récemment on y a découvert aussi les plus anciens objets en bronze du monde. Trouve plus

Culture de Volosovo: La culture de Volosovo est une culture archéologique de Russie de l'ouest de l'Oural. L'assemblage archéologique associé à cette culture se retrouve au niveau de la moyenne Volga et du bassin de la rivière Kama. La culture de Volosovo a émergé entre le troisième et le quatrième millénaire avant J.C. et a duré jusqu'au deuxième millénaire avant JC. Une estimation plus spécifique était la période entre 1800 et 1500 BC, chevauchant avec la culture de Fatianovo-Balanovo de l'Âge du bronze ancien. Les individus associés à la culture Volosovo présentent les caractéristiques de chasseurs-cueilleurs en milieu forestier. Trouve plus

Culture de Vucedol: Trouve plus

Culture de Vučedol: La Culture de Vučedol (en croate : Vučedolska kultura) est une culture archéologique chalcolithique de la partie orientale de la Slavonie, sur la rive droite du Danube. Elle s'est développée entre 3000 et 2200 av. J.C. et précède la culture de Cetina (voir culture de Laterza) et le complexe Somogyvâr-Vinkovci. Elle tire son nom de la localité Vučedol ('vallée des loups'), en Croatie, près de Vukovar. On estime que le site abritait autrefois environ 3000 habitants, ce qui en fait l'un des centres européens les plus grands et les plus importants de son temps.Selon Bogdan Brukner, les proto-Illyriens sont issus de cette vague de colons indo-européens.Colombe de Vučedol : La dernière interprétation en fait un vase de la forme d'une perdrix mâle, un symbole de fertilité démontrant un comportement défensif boiteux contre l'attaque de prédateurs sur un nid de perdrix au sol le liait à un chaman forgeron boiteux, selon la récente interprétation d'Aleksandar Durman de Zagreb. Cette représentation est un remarquable exemple de création artistique et de symbolisme religieux associé à un culte de la Grande déesse. Trouve plus

Culture de Wartberg: La culture de Wartberg (en allemand Wartbergkultur), dénommée parfois groupe de Wartberg (Wartberggruppe) ou encore culture des bouteilles à collet (Kragenflaschenkultur) est une culture préhistorique datant de 3 600 à 2 800 av. J.-C. du néolithique d'Europe centrale. La culture de Wartberg se trouve principalement dans le centre-ouest de l'Allemagne. Elle tire son nom de son site type, le Wartberg, une colline (306 m d'altitude) près de Niedenstein-Kirchberg dans le nord de la Hesse, en Allemagne. La culture de Wartberg est notamment connue pour son architecture mégalithique de grandes galeries tombes qui se distingue de celle des régions adjacentes, mais présente une ressemblance frappante avec des monuments similaires du bassin parisien et de la Bretagne Trouve plus

Culture de Weimar: La culture de Weimar est le développement des arts et des sciences en Allemagne pendant la République de Weimar, la période de l'entre-deux-guerres qui va entre la défaite allemande en 1918 et l'arrivée de Hitler au pouvoir en 1933. Le Berlin des années 1920 était au centre de la culture de Weimar. Bien que ne faisant pas partie de la République de Weimar, certains auteurs incluent également l'Autriche, pays germanophone, et notamment Vienne, dans le cadre de la culture de Weimar. L'Allemagne, et Berlin en particulier, a été un terrain fertile pour l'activité intellectuelle, artistique et plus généralement pour l'innovation dans de nombreux domaines pendant ces années. L'environnement social était tumultueux et les conflits acharnés. Une grande quantité d'intellectuels juifs ont eu de positions de premier plan. Le physicien Albert Einstein, les sociologues Karl Mannheim, Erich Fromm, Theodor Adorno, Max Horkheimer et Herbert Marcuse, les philosophes Ernst Cassirer et Edmund Husserl, les politologues Arthur Rosenberg (à ne pas confondre avec Alfred Rosenberg, théoricien nazi) et Gustav Meyer. Neuf citoyens allemands ont reçu des prix Nobel pendant la période Weimar, dont cinq étaient des scientifiques juifs. Avec la montée du nazisme et l'accession au pouvoir d'Adolf Hitler en 1933, de nombreux intellectuels et personnalités culturelles allemandes, juives et non-juives, ont fui l'Allemagne pour les États-Unis, le Royaume-Uni et d'autres pays. Les intellectuels associés à l'Institut de Recherche sociale (aussi connu sous le nom de École de Francfort) ont fui aux États-Unis et rétabli l'institut à New York. Selon Marcus Bullock, professeur émérite d'anglais à l'Université du Wisconsin-Milwaukee, « le monde de Weimar, remarquable par la façon dont il est né d'une catastrophe, plus remarquable encore par la façon dont il est disparu dans une catastrophe encore pire, représente le modernisme dans son manifestation la plus vive. » La culture des années Weimar a par la suite été source d'inspiration pour des intellectuels de gauche des années 1960, notamment en France. Trouve plus

Culture de Wielbark: La culture de Wielbark (aussi appelée culture de Willenberg en allemand) est une culture proto-historique que les archéologues identifient avec celle des Goths ; elle est apparue dans la première moitié du Ier siècle dans la vallée de la basse Vistule, en Poméranie Orientale, où elle a supplanté la culture d'Oksywie, liée à la culture de Przeworsk. Trouve plus

Culture de Willenberg: Trouve plus

Culture de Xiajiadian inférieur: La culture de Xiajiadian inférieur (夏家店) est une culture préhistorique de l'Âge du bronze dans le nord-est de la Chine, datant d'environ 2 000 à 1 400 avant l'ère commune. Le site éponyme se trouve dans la préfecture de Chifeng en Mongolie-Intérieure. Trouve plus

Culture de Xiajiadian supérieur: La culture de Xiajiadian supérieur, dans le nord-est de la Chine, est une culture archéologique d'éleveurs nomades à l'époque de l'Âge du bronze. La Chine du Nord est alors en pleine expansion. Cette culture est marquée par l'adoption du cheval qui pousse ce peuple initialement sédentaire vers le nomadisme. Elle fait suite, sur le site archéologique éponyme, par sa position supérieure à la culture de Xiajiadian inférieur. Le site éponyme, dans la préfecture de Chifeng, en Mongolie-Intérieure, comporte plusieurs niveaux archéologiques, dont le niveau inférieur (2000-1500 AEC) et le niveau supérieur (1000-300 AEC), lequel dérive de la tradition du bronze de la steppe eurasiatique et de la culture d'Andronovo. Trouve plus

Culture de Xiajiadian supérieure: Trouve plus

Culture de Xinglongwa: La culture de Xinglongwa (興隆洼文化), de 6 200 à 5 200 avant notre ère, est la plus ancienne culture néolithique connue du Nord de la Chine . On la trouve principalement sur les limites actuelles des provinces de Mongolie-Intérieure et du Liaoning, dans les bassins des fleuves Xiliao et Daling. Trouve plus

Culture de Xinle: La culture de Xinle (chinois simplifié : 新乐文化 ; chinois traditionnel : 新樂文化 ; pinyin : xīnlé wénhuà), d'environ 5 500 à 4 800 ans av. J.-C., est la plus ancienne culture archéologique néolithique du Nord-est de la Chine. Elle était située autour de la rivière Liao et de la péninsule du Liaodong. Cette culture maitrisait l'élevage du cochon et la culture du millet, le panic, bien adapté au froid. Trouve plus

Culture de Xituanshan: Trouve plus

Culture de Yamna: Trouve plus

Culture de Yamnaya: Trouve plus

Culture de Yangshao: Par culture de Yangshao (chinois : 仰韶文化 ; pinyin : Yǎngsháo wénhuà) on désigne des cultures du Néolithique moyen chinois (4500 à 3000 av. J.-C.) dans la région du fleuve Jaune, dans le Nord de la Chine, qui se caractérisent par leur céramique de qualité aux formes nombreuses. Certaines céramiques Yangshao sont peintes avec des motifs figuratifs stylisés ou avec des motifs géométriques, peut-être symboliques. Ces cultures ont été précédées par plusieurs cultures du Néolithique ancien entre 5500 et 4500, que l'on nomme « pré-Yangshao », dans un environnement de chasseurs-cueilleurs. Les premiers indices de néolithisation dans la région remontant vers 7000 av. J.-C. Trouve plus

Culture de Yankovskaya: La culture de Yankovskaya est une culture archéologique du début de l'âge du fer (-900 à -300) sur la côte occidentale de la mer du Japon dans le kraï du Primorié ainsi que sur le cours supérieur de l'Oussouri et sur le lac Khanka. Définie en 1880 par M.I. Yankovski, elle est caractérisée par la présence d'amas coquillier. Elle est probablement issue de la culture néolithique de Zaisanovskaia sans que de nouveaux migrants soient arrivés. L'agriculture (orge et millet) et l'élevage sont pratiqués. Les animaux élevés sont les cochons et les chiens et probablement des bovins, des chevaux, des chèvres ou des moutons. La pêche en mer avec des filets et des harpons tenait un rôle très important tout comme l'utilisation des fruits de mer. La chasse était aussi pratiquée. Les mollusques les plus représentés sont l'huitre creuse et la moule Crenomytilus grayanus tandis que pour les poissons ce sont les poissons plats (23 %), le maquereau (16 %), le « dogfish » (13 %), la carpe (9 %), le hareng (8 %), la perche (6 %), le thon et le saumon (1 %). La plupart des outils étaient en pierre ou bien en os ou en corne (aiguilles, harpons). Le fer commençait seulement à être utilisé pour les têtes de bêche. Rassemblées en gros villages, les maisons étaient rectangulaires et semi-enterrées (env. 100 à 200 m2) avec des tombes à l'intérieur. La taille et le nombre des sites montrent que la côte sud du Primorié était alors plus densément peuplée que lors des périodes précédentes. Les poteries étaient encore préparées à la main mais les techniques de traitement des surfaces et la cuisson ont été améliorées en utilisant des fours simples et une température de 700 à 750 °C. Deux types de récipients étaient produits : ouverts ou avec un orifice réduit. Ces derniers ont une taille allant de 10 à 60 cm. Les sites principaux sont la péninsule Peschany en face de Vladivostok et la grotte de Possiet. La culture de Yangovskaya laisse finalement sa place à celle de Krounovskaya (- 400 à +200) venue de Chine voisine. Trouve plus

Culture de Zarzi: Trouve plus

Culture d'El Argar: La culture d'El Argar est une culture archéologique de l'Âge du bronze qui s'est développée au sud-est de la péninsule Ibérique, de la fin du IIIe au IIe millénaire av. J.‑C. Le site d'El Argar, à Antas, en est le site type. Il s'agit du premier état d'Europe occidentale montrant une société aussi hiérarchisée. Il disparait selon les auteurs vers 1 550 ou vers 1 150 av. J.-C., peut-être victime d'une révolte interne. Trouve plus

Culture d'entreprise: La culture d'entreprise est un ensemble de connaissances, de valeurs et de comportements qui facilitent le fonctionnement d'une entreprise en étant partagé par la plupart de ses membres. Selon Elliot Jacques cet ensemble doit être appris et admis de façon le plus souvent implicite par les nouveaux membres pour qu'ils soient acceptés dans l'entreprise. « La culture caractérise l'entreprise et la distingue des autres, dans son apparence et, surtout, dans ses façons de réagir aux situations courantes de la vie de l'entreprise »La culture d'entreprise a cette étrange qualité d'être la chose la plus partagée et la moins formalisée. Dans le monde de la formalisation, l'informel nous échappe alors qu'il constitue la vraie différenciation d'avec les concurrents. Trouve plus

Culture d'Erligang: La culture d'Erligang, datée de 1580 à 1400/1300 avant l'ère commune, est une culture de l'Âge du bronze en Chine. Elle succède à la culture d'Erlitou (vers 1900-1500), dans le Henan. Certains archéologues la considèrent comme une des premières « civilisations » en Chine. Elle correspond peut-être à une période d'épanouissement de l'« État » dans la vallée du fleuve Jaune et bien plus au sud. Son rayonnement correspond au développement intense de la métallurgie du bronze, caractéristique de la Chine pré-antique. Elle doit son nom au site d'Erligang, mis au jour à partir de 1951 dans un faubourg - Erligang - de la ville de Zhengzhou, dans le Henan, où ont été identifiées les premières traces de cette culture. Puis de nombreux sites ont été découverts, datant de la période qui suit, ou phase moyenne d'Erligang, dans une zone étendue à une grande partie de la plaine centrale de Chine, et jusque dans la vallée du Moyen Yangzi Jiang. Le site majeur de cette culture a été mis au jour sous l'actuelle ville de Zhengzhou, donc à proximité du site éponyme de la période : c'était pour l'époque une ville immense et fortifiée. Le déclin d'Erligang se manifeste rapidement au cours de la phase finale, vers 1300 avant l'ère commune. Trouve plus

Culture d'Erlitou: La culture d'Erlitou (chinois : 二里頭) est une culture du début de l'Âge du bronze en Chine. Elle a constitué un des premiers États sur l'actuel territoire chinois, (v. 1900/1800 - 1500 avant l'ère commune). Elle tire son nom d'un de ses sites à Zhaizhen (chinois : 翟鎮), sur le territoire de la commune de Yanshi (chinois : 偃師), dans le Henan de l'Ouest, et dans la région de Luoyang. Peut être liée à ses débuts à la culture de Longshan, elle s'est développée au centre-ouest du bassin du Henan, non loin de la commune de Zhengzhou, sur le cours moyen du fleuve Jaune au Sud, jusqu'à la rivière Dan au Sud-ouest. Le bassin de Yiluo, le long du cours des rivières Yi (chinois : 伊), Luo (chinois : 洛), Ying (chinois : 潁), Tu (chinois : 汝), ainsi que du cours inférieur de la Fen (chinois : 汾), au sud du Shanxi, semblent constituer le cœur de cette culture. Lors de sa phase tardive elle a connu une certaine expansion dans le Hubei et le Shaanxi. Elle est donc située au Henan et au Shanxi, sur le cours moyen du Fleuve jaune. Une centaine de sites importants lui sont rattachés, mais on trouve quelques sites avec des éléments de la culture d'Erlitou au Sud sur le cours du moyen Yangzi et au Sud-ouest sur la rivière Dan dans le Shaanxi. Elle était considérée par un grand nombre d'archéologues chinois comme correspondant à la dynastie Xia, en suivant l'approche traditionaliste et historiographique. Mais la démarche la plus consensuelle en 2012 pense autrement et accorde moins d'importance à la tradition historiographique. Cependant l'identification d'Erlitou avec une capitale de l'hypothétique dynastie des Xia - dont l'histoire a été rédigée un millier d'années après les faits - reste l'objet de discussions interminables, car non fondée sur des faits archéologiques. Or, les musées de Chine emploient encore systématiquement cette dynastie dans les cartels actuels, comme si elle n'était pas un mythe, et la culture d'Erlitou est ainsi confondue en Chine avec la dynastie Xia. Cette culture a été et elle reste encore l'objet de nombreux débats. Les fouilles archéologiques se sont réparties sur une cinquantaine d'années et ont concerné une centaine de sites (en 2013). Après cette culture (1800-1500) du premier âge du bronze en Chine, la période d'Erligang (vers 1600/1500-1400/1300) a, semble-t-il, permis le développement d'un État, voire de la première « civilisation » en Chine. Trouve plus

Culture dérobée: En agriculture et horticulture, une culture dérobée, ou culture intermédiaire, est une culture intercalaire, à croissance rapide, qui est cultivée entre deux cultures principales annuelles successives, pendant la période plus ou moins longue dite d'interculture. Par exemple, des radis, qui sont mûrs 25 à 30 jours après le semis, peuvent être cultivés entre des rangs d'autres légumes et être récoltés bien avant la maturité de la culture principale. De même, une culture dérobée peut être semée entre une récolte de printemps et les plantations ou semis d'automne de certaines cultures. Dans le cadre d'un assolement, la culture dérobée permet d'optimiser l'utilisation des terres agricoles disponibles. Les cultures dérobées permettent le plus souvent de récolter des fourrages pour l'alimentation des animaux, des plantes destinée à la valorisation énergétique, ou peuvent être enfouies comme engrais verts. Elles peuvent aussi servir à piéger des éléments minéraux du sol pour éviter ou limiter le phénomène de lessivage, de l'azote par exemple. Trouve plus

Culture d'Ertebolle: Trouve plus

Culture d'Ertebølle: La culture d'Ertebølle est une culture du Mésolithique final du sud de la Scandinavie. Elle s'est développée d'environ 5 300 à 4 000 av. J.-C.. Sa phase finale est caractérisée notamment par la production de céramique. Trouve plus

Culture d'érythrocytes: Trouve plus

Culture des « tombes à fosses »: Trouve plus

Culture des amphores globulaires: La culture des amphores globulaires (en allemand « Kugelamphoren »), de 3400 à 2800 av. J.-C. environ, est une culture archéologique qui surplombait la zone centrale occupée par la culture de la céramique cordée. Vers le sud et l'ouest, elle avait sa frontière avec la culture de Baden. Au nord-est, se trouvait la culture de Narva. Elle occupa en grande partie la même zone que la culture des vases à entonnoir. Son nom a été forgé par Gustaf Kossinna en raison de sa céramique caractéristique, des récipients en forme globulaire avec deux à quatre anses. Trouve plus

Culture des bonsai: Trouve plus

Culture des bonsaï: Trouve plus

Culture des cafes: Trouve plus

Culture des cafés: La culture des cafés se réfère historiquement à un mouvement culturel d'intellectuels européens qui, à partir du XIXe siècle, entraîna un essor culturel en arts et en philosophie. Par extension, cette expression prend au XXe siècle le sens d'un style de vie centré sur un travail de création dans un café. Trouve plus

Culture des Cafés viennois: Les cafés de Vienne sont une institution gastronomique typiquement viennoise qui reste une des traditions emblématiques de la capitale autrichienne. La Wiener Kaffeehauskultur (la culture des cafés viennois) a été inscrite à l'inventaire national du patrimoine culturel immatériel autrichien en 2011,,. Au sujet de sa jeunesse à Vienne, Stefan Zweig écrit dans ses mémoires Le Monde d'Hier :« Le Kaffeehaus représente une institution d'un genre particulier, qui ne peut être comparée à aucune autre au monde » Trouve plus

Culture des castros: La culture des castros (cultura castreja en portugais ; cultura castrexa en galicien ; cultura castreña en espagnol et en asturien) est une expression utilisée en archéologie pour désigner la culture du nord-ouest de la péninsule Ibérique (région qui correspond approximativement au Portugal, à la Galice et aux Asturies) pour une période qui va de la fin de l'âge du bronze (IXe siècle av. J.-C.) jusqu'au Ier siècle. La caractéristique la plus notable de cette culture sont les villages fortifiés et les hill forts, connus sous le nom de castros (du latin castrum : « château »). La zone géographique de ces villages s'étend du Douro au sud à la rivière Cares à l'est. La région qui borde la rivière Ave (en) dans la zone centrale de cette culture possède les plus grands castros, connus sous les noms de citânias ou cividades (du latin civitas : « cité »), en raison de leur structure quasi-urbaine : citânia de Sanfins, citânia de Briteiros, cividade de Bagunte et cividade de Terroso. Cependant, il existe au moins un castro de taille moyenne de la région, le castro do Vieito, qui partage avec ces grandes agglomérations certains des éléments considérés comme révélateurs d'un proto-urbanisme (rues pavées, organisation en quartiers, cabane communautaire). Trouve plus

Culture des catacombes: La culture des catacombes, entre 2800 et 2200 av. J.-C., désigne une culture de l'Âge du bronze ancien qui occupait essentiellement ce qui constitue aujourd'hui l'Ukraine. Elle succède à la culture du Dniepr moyen. Elle avait des liens avec la culture Yamna et semble être plus un terme géographique qui recouvre plusieurs cultures archéologiques plus petites qui lui sont liées. Trouve plus

Culture des champignons: Trouve plus

Culture des champs d'urnes: La culture des champs d'urnes rassemble les cultures archéologiques de la « Céramique à cannelures légères » (d'environ 1 350 à 1150 av. J.-C.) et du « groupe Rhin-Suisse-France orientale » (d'environ 1 150 à 950 av. J.-C.), ce qui correspond à l'étape moyenne du bronze final (bronze final IIb et IIIa),. C'est l'époque où des cultures et techniques du bronze et céramiques nouvelles se diffusent en Europe, avant de se terminer au tout début de l'âge du fer. Cette culture se caractérise par des nécropoles d'urnes en bronze enterrées. Trouve plus

Culture des communications: Trouve plus

Culture des comores: Trouve plus

Culture des Comores (pays): Trouve plus

Culture des Cyclades: La culture des Cyclades est une culture archéologique du Néolithique final et du début de l'Âge du bronze, qui s'est développée dans les iles de l'archipel des Cyclades (Grèce) au IIIe millénaire av. J.-C. L'archéologue grec Chrístos Tsoúntas a suggéré à la fin du XIXe siècle, après avoir rapproché diverses découvertes sur de nombreuses iles, que les Cyclades auraient été englobées dans une unité culturelle au IIIe millénaire av. J.‑C. : la civilisation cycladique. Elle est célèbre pour ses idoles de marbre travaillé à l'obsidienne, retrouvées jusqu'au Portugal et aux bouches du Danube, ce qui prouve son dynamisme. La culture des Cyclades est un peu plus ancienne que la civilisation minoenne de Crète. Les débuts de la civilisation minoenne furent influencés par la culture cycladique : des statuettes cycladiques furent importées en Crète et les artisans locaux imitèrent les techniques cycladiques, les sites d'Aghia Photia et d'Archánes en ont apporté les preuves archéologiques. De même, le cimetière d'Aghios Kosmas en Attique a révélé des tombes de type cycladique contenant des objets cycladiques pouvant indiquer soit la présence d'une colonie cycladique, soit une forte proportion de la population d'origine cycladique, en tout cas une influence cycladique certaine. On distingue traditionnellement trois grandes périodes : le Cycladique Ancien I (CA I) (3200 - 2800) dit aussi culture ou période Grotta-Pelos ; le Cycladique Ancien II (CA II) (2800 - 2300) dit aussi culture ou période Kéros-Syros, souvent considérée comme l'apogée de la culture cycladique ; le Cycladique Ancien III (CA III) (2300 - 2000) dit aussi culture ou période Phylakopi. Trouve plus

Culture des Emirats Arabes Unis: Trouve plus

Culture des Émirats arabes unis: La culture des Émirats arabes unis est celle de l'État fédéral créé en 1971, au Moyen-Orient, par l'union de sept émirats. Façonnée au fil des décennies par différentes composantes nationales, qui forment l'identité du pays, elle se caractérise par sa grande diversité. Trouve plus

Culture des États fédérés de Micronésie: La culture de la Micronésie est riche d'une histoire millénaire qu'attestent des sites archéologiques d'importance. Trouve plus

Culture des États-Unis: La culture des États-Unis tire ses origines et est principalement fondée sur la culture occidentale (européenne), mais est aussi influencée par de nombreuses autres cultures et peuples comme les Afro-Américains, les Amérindiens, les Asio-Américains, les Polynésiens et les Latino-américains. Elle possède toutefois ses propres caractéristiques sociales et culturelles, notamment sa langue (l'anglais américain), sa musique, son cinéma, ses arts, ses codes sociaux, sa cuisine et son folklore. Les États-Unis d'Amérique sont un pays divers ethniquement en conséquence d'immigrations massives en provenance de nombreux pays tout au long de leur histoire. Beaucoup d'éléments de la culture américaine, et particulièrement la culture populaire, se sont répandus à travers le monde par le biais des médias de masse modernes ; son extension rapide est d'ailleurs souvent associée à la mondialisation (voire américanisation). Selon ses détracteurs (y compris des Américains), la culture américaine est soit une sous-culture, soit une culture trop jeune, soit une culture impérialiste, ou encore un mélange des trois. Selon ses défenseurs, elle promeut les valeurs de liberté et de responsabilité personnelle. Presque personne ne conteste le fait que la culture américaine a exercé et exerce encore une grande influence sur le monde contemporain. Trouve plus

Culture des Fidji: Cet article aborde différents aspects de la culture des Fidji. Trouve plus

Culture des Îles Cook: Trouve plus

Culture des îles Féroé: La culture des îles Féroé a ses racines dans la culture nordique. Les îles Féroé ont longtemps été isolées des mouvements culturels qui ont traversé l'Europe au fil des siècles, elles ont donc conservé une grande partie de leur culture traditionnelle. Trouve plus

Culture des îles Marshall: La culture des Îles Marshall se rattache à l'aire culturelle océanienne et au sous-groupe micronésien. La culture y est avant tout orale et les arts plastiques s'expriment avant tout dans l'expression du sacré. Les arts décoratifs existent également au sens où les objets du quotidien sont très souvent décorés avec goût. Trouve plus

Culture des Îles Salomon: Trouve plus

Culture des kiribati: Trouve plus

Culture des Maldives: Cet article aborde différents aspects de la culture des Maldives (environ 400 001 habitants en 2019). Trouve plus

Culture des Palaos: Trouve plus

Culture des Pays de la Loire: Cet article traite de différents aspects de la culture des Pays de la Loire, une région de l'ouest de la France regroupant les départements de la Loire-Atlantique, de Maine-et-Loire, de la Mayenne, de la Sarthe et de la Vendée. Trouve plus

Culture des pays-bas: Trouve plus

Culture des perles: Trouve plus

Culture des philippines: Trouve plus

Culture des rosiers: La culture des rosiers se pratique soit dans un cadre professionnel : pépiniéristes rosiéristes, gestionnaires d'espaces verts publics, soit dans un cadre privé, les jardins de particuliers sont rarement sans rosiers. Cette activité peut avoir pour objectif la production de fleurs coupées pour le secteur de la fleuristerie ou de plants de rosiers vendus le plus souvent par la filière des jardineries ou des grandes surfaces, ou bien l'ornementation des jardins publics ou privés. Trouve plus

Culture des Salomon: Trouve plus

Culture des Seychelles: La culture des Seychelles, petit archipel d'Afrique australe, désigne d'abord les pratiques culturelles observables de ses 100 000 habitants (estimation 2019). Trouve plus

Culture des tikar: Trouve plus

Culture des Tikars: Trouve plus

Culture des tombes à fosses: La culture des « tombes à fosses » se développe sur le versant tyrrhénien de l'Italie du sud en Calabre, Campanie et Ischia au Xe siècle av. J.-C. Cette culture se caractérise par le mode d'inhumation des morts qui lui a donné son nom. Trouve plus

Culture des tombes à puits: La culture des tombes à puits est un ensemble de traits culturels imbriqués dans les États mexicains de l'ouest, Jalisco, Nayarit et, dans une moindre mesure, Colima, au Sud, au cours d'une période allant, environ, de 300 av. J.-C. à 400 apr. J.-C., bien qu'il n'existe pas un large consensus sur la date de fin. En effet, presque tous les objets associés à cette culture des puits funéraires ont été découverts par des pillards et sont sans provenance, ce qui rend leur datation problématique. La première tombe à puits intacte associée à cette culture ne fut découverte qu'en 1993, à Huitzilapa, près de Jalisco. Initialement considérée comme d'origine tarasque, une civilisation contemporaine des Aztèques, il est apparu au milieu du XXe siècle, à la suite de nouvelles recherches, que les artéfacts et les tombes étaient plus anciens d'au moins 1000 ans. Jusqu'à récemment, les objets provenant des tombes pillées étaient le seul témoignage connu du peuple et de la culture ou des cultures qui avaient creusé les tombes à puits. Donc, on en savait si peu, en fait, qu'une importante exposition consacrée à ces artéfacts en 1998 était sous-titrée: « l'art et archéologie d'un passé inconnu » ,. On pense maintenant que, bien que les tombes à puits soient largement répandues dans toute cette zone géographique, la région n'était pas un espace culturel unifié. Les archéologues cependant, s'opposent encore pour identifier et nommer les cultures de l'Ouest du Mexique durant cette période. Trouve plus

Culture des tombes à puits de l'Ouest du Mexicain: Trouve plus

Culture des tombes à puits de l'Ouest Mexicain: Trouve plus

Culture des tumuli: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...