Rechercher dans ce blog

vendredi 19 mars 2021

Course aérienne Portsmouth-Johannesbourg 1936, Course aéronautique, Course anglo-allemande aux armements navals, Course au dépôt, Course au large,

Course aérienne Portsmouth-Johannesbourg 1936: La Course aérienne Portsmouth-Johannesbourg (également connue sous le nom du Course Schlesinger ou Course du Rand) est une course aérienne de l'entre-deux-guerres. Elle s'est tenue en septembre 1936. L'objectif était de rejoindre la ville de Johannesbourg en Afrique du Sud, en partant de la ville de Portsmouth en Angleterre. Trouve plus

Course aéronautique: Trouve plus

Course anglo-allemande aux armements navals: Trouve plus

Course au dépôt: Trouve plus

Course au large: La course au large est un type de compétition sportive à la voile de longue distance. Le plus souvent, ces courses sont transocéaniques ou autour du monde et peuvent être courues en solitaire, en double ou en équipage. Elles se déroulent tous les ans, tous les deux ans ou tous les quatre ans. Elle se distingue de la régate qui se déroule sur un parcours fermé plus ou moins court délimité par des bouées. Au milieu du xxe siècle, quelques marins téméraires réalisent des tours du monde à la voile, comme l'Argentin Vito Dumas en 1943, après trois escales et 272 jours de mer. Mais c'est le Britannique Francis Chichester en 1967, qui après 226 jours réalise la meilleure performance. Parallèlement à ces tours du monde, naissent les premiers défis et compétitions. Ainsi, en 1960, le magazine britannique The Observer organisent ce qui sera considérée comme la première course transatlantique en solitaire : la Transat anglaise. Huit ans plus tard, le magazine britannique, The Sunday Times, organise avec Francis Chichester, la première course autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance, dénommée Golden Globe Challenge. Sur neuf concurrents engagés, seul Robin Knox-Johnston termine l'épreuve. Cette course inspirera plus tard la création du Vendée Globe en 1989. De nos jours, la course au large est pratiquée aussi bien par des écuries et des navigateurs professionnels que par des amateurs et il existe aujourd'hui un grand nombre de compétitions et de catégories différentes, allant des simples voiliers de séries aux trimarans prototypes les plus sophistiqués. Trouve plus

Course au leadership: Trouve plus

Course au sérum de 1925: La course au sérum de 1925 (connue aussi sous le nom de la Grande course de la Miséricorde) est un transport improvisé et en urgence en Alaska, par chemins de fer puis par traîneaux à chiens, d'une caisse de sérum anti-diphtérique sur plus de mille kilomètres entre Anchorage et Nome affligée par une épidémie en 1925. Trouve plus

Course automobile: Trouve plus

Course automobile de Magny-Cours de GP2: La Course de Magny-Cours est une course de monoplaces, qui a généralement servit de support au Grand Prix automobile de France. De 1992 à 2004, l'épreuve comptait pour le championnat international de Formule 3000, puis pour le GP2 series de 2005 à 2008. Trouve plus

Course automobile de Monaco de Formule 2: La Course de Monaco de Formule 2 est une course de monoplaces, qui généralement sert de support au Grand Prix automobile de Monaco. De 2006 à 2016, l'épreuve comptait pour le GP2 series, puis, à partir de 2017, pour le championnat de Formule 2 FIA. Trouve plus

Course automobile de Spa-Francorchamps de Formule 2: La Course de Spa-Francorchamps de Formule 2 est une course de monoplaces, qui généralement sert de support au Grand Prix automobile de Belgique. De 2005 à 2016, l'épreuve comptait pour le GP2 series, puis, à partir de 2017, pour le championnat de Formule 2 FIA. Trouve plus

Course automobile du Castellet de Formule 2: La Course du Castellet de Formule 2 est une course de monoplaces, qui sert de support au Grand Prix automobile de France. L'épreuve remplace l'épreuve de Magny-Cours et compte pour le championnat de Formule 2 FIA depuis 2018. Trouve plus

Course automobile Paris-Madrid: La Course automobile Paris-Madrid via Bordeaux est une course qui n'a connu qu'une seule édition. Elle est considérée comme étant le VIIIe Grand Prix automobile de l'ACF. Commencée le dimanche 24 mai 1903 à 3 h 30 du matin à Versailles et initialement prévue pour s'étendre sur trois journées, les 24, 26 et 27 mai, elle est arrêtée par les autorités avant son terme, à Bordeaux, en raison du grand nombre d'accidents, coûtant notamment la vie au pilote Marcel Renault. Trouve plus

Course automobile Paris-Madrid (1903): Trouve plus

Course automobile Paris-Vienne: Paris-Vienne est une course automobile organisée par l'Automobile Club de France, en collaboration avec l'Österreichischer Automobil-Club (de) (l'ÖAC, créé en 1898), entre les capitales Paris et Vienne (Autriche), du 26 au 29 juin 1902. Elle est considérée comme étant le VIIe Grand Prix automobile de l'ACF. Une autre course de 1902 lors de la coupe automobile Gordon Bennett, de 900 km en parallèle entre Paris et Innsbruck, est remportée par le pilote australien Selwyn Edge au volant d'une Napier. Trouve plus

Course aux armements: Une course aux armements a lieu lorsque plusieurs États rivalisent entre eux pour créer les forces armées les plus puissantes et les armements les plus performants. Par extension, le terme de « course aux armements » désigne toute circonstance où deux groupes (deux espèces vivantes, deux systèmes, etc.) opposés se dotent successivement de mesures et de contre-mesures, l'un ripostant à l'autre. La course à l'armement présente la caractéristique d'un système concurrentiel fort, où les différents agents (pouvant être des ethnies, des groupes d'individus ou des nations) cherchent à acquérir des systèmes défensifs ou offensifs. Trouve plus

Course aux armements navals entre l'Argentine et le Chili: À la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle, les nations sud-américaines d'Argentine et du Chili se lancèrent dans une course aux armements navals coûteuse pour s'assurer que l'autre ne gagnerait pas la suprématie dans le Cône Sud. Bien que les marines argentines et chiliennes possédaient des forces navales insignifiantes dans les années 1860, avec respectivement zéro et cinq navires de guerre, la préoccupation de l'Argentine concernant la marine de guerre chilienne la guerre du Chili contre l'Espagne les amenèrent à ajouter des navires de guerre à leur flottes dans les années 1870. Au cours de cette période, les relations diplomatiques entre l'Argentine et le Chili se détériorèrent en raison de conflits de frontières, en particulier en Patagonie. Au début des années 1880, après la guerre du Pacifique, le gouvernement chilien possédait potentiellement la plus puissante marine des Amériques. Ils avaient prévu d'y ajouter un crédit en 1887 pour un cuirassé, deux croiseurs protégés et deux canonnières torpilleurs. L'Argentine répondit un an plus tard avec une commande de deux cuirassés. La course aux armements navals se déroula au cours des années suivantes, chaque pays achetant et passant commande de navires un peu plus performant que le précédent, mais les Argentins finirent par acquérir plusieurs croiseurs de la classe Giuseppe Garibaldi. La course prit fin en 1902 avec les Pactes de Mai, arbitrés par les Britanniques, qui contenaient un accord contraignant de limitation des armements navals. Les deux gouvernements vendirent ou annulèrent les navires qu'ils avaient commandés, et trois grands navires de guerre furent principalement désarmés pour équilibrer les flottes. Les pactes se révélèrent être la réponse aux disputes argentines et chiliennes, car les pays connurent par la suite une période de relations chaleureuses. La tentative du gouvernement brésilien de reconstituer ses propres forces navales déclencha une nouvelle course aux armements impliquant les trois pays. Ils commandèrent de nouveaux dreadnoughts révolutionnaires, de puissants cuirassés dont les capacités dépassaient de loin celles des navires plus anciens des marines du monde entier. Trouve plus

Course aux armements nucléaires: La course aux armements nucléaires est la course aux armements, pour la suprématie en cas de guerre nucléaire, qui a eu lieu entre les États-Unis, l'Union soviétique et leurs alliés respectifs pendant la guerre froide. Elle sera à l'origine de l'initiative de défense stratégique lancée par Ronald Reagan. Durant cette période, en plus des stocks des États-Unis et de l'Union soviétique d'autres pays ont également développé des armes nucléaires, bien qu'aucun ne se soit engagé dans la production d'ogives à la même échelle que les deux superpuissances : il s'agit de la France, du Royaume-Uni, de la République populaire de Chine, d'Israël, de l'Inde, de l'Afrique du Sud et du Pakistan. Trouve plus

Course aux dreadnoughts en Amérique du Sud: Une course à l'armement naval entre l'Argentine, le Brésil et le Chili, les pays les plus puissants et les plus riches d'Amérique du Sud, commença au début du XXe siècle, lorsque le gouvernement brésilien commanda trois « dreadnoughts », de formidables cuirassés dont les capacités dépassaient de loin celles des anciens navires des marines du monde entier. En 1904, la marine brésilienne se trouvait bien derrière les marines argentine et chilienne en qualité et en tonnage total. Quelques navires avaient été commandés depuis la chute de l'empereur brésilien Pierre II en 1889, et les rébellions navales en 1891 et en 1893-94, tandis que ses rivaux continentaux, l'Argentine et le Chili, venaient de terminer une course à l'armement naval qui avait duré quinze ans et rempli leurs arsenaux de navires de guerre modernes. La demande croissante pour le café et le caoutchouc augmenta fortement les revenus de l'État brésilien, et le gouvernement se prononça pour l'affectation d'une partie de ces recettes au comblement de ce déséquilibre naval. Il pensait que la construction d'une marine forte jouerait un rôle essentiel dans son objectif de faire du pays une puissance internationale. Le gouvernement brésilien commanda trois petits cuirassés à la société britannique Armstrong Whitworth à la fin de 1905, mais l'apparition du navire de guerre britannique révolutionnaire HMS Dreadnought en 1906, leur fit rapidement abandonner ces plans. Au lieu de cela, les Brésiliens commandèrent trois dreadnoughts de la classe Minas Geraes, un type de navire de guerre qui rapidement était devenu un symbole de prestige international, semblable aux armes nucléaires aujourd'hui. Cette décision attira l'attention du monde sur ce nouveau pays en pleine ascension : les journaux et les politiciens des grandes puissances craignaient que le Brésil ne vendît les navires à une nation belligérante, les gouvernements argentins et chiliens annulèrent alors immédiatement leur pacte naval limitatif et commandèrent deux dreadnoughts chacun (respectivement de classes Rivadavia et Almirante Latorre). Pendant ce temps, le troisième dreadnought brésilien devait faire face à une bonne partie de l'opposition politique en raison du ralentissement économique et de la révolte du fouet, durant laquelle les équipages de deux des cuirassés flambant neufs se mutinèrent et menacèrent de tirer sur Rio de Janeiro si leurs demandes n'étaient pas satisfaites. Malgré ces pressions, Armstrong réussit à contraindre les Brésiliens à honorer leurs engagements contractuels. La construction du nouveau navire, préalablement nommé Rio de Janeiro, fut interrompue à plusieurs reprises en raison de modifications répétées de conception. Le boom du café et du caoutchouc brésiliens s'acheva peu après. Craignant que leur cuirassé ne soit surclassé par des super-dreadnoughts plus grands, ils revendirent le navire inachevé à l'Empire ottoman en décembre 1913. La Première Guerre mondiale marqua la fin de la course aux armements navals, les pays d'Amérique du Sud se retrouvèrent incapables d'acheter des navires de guerre supplémentaires. Le gouvernement brésilien commanda un nouveau cuirassé, le Riachuelo en mai 1914, mais le conflit fit annuler la commande. Les Britanniques achetèrent les deux cuirassés chiliens avant leur achèvement ; l'un fut revendu au Chili en 1920. Les deux dreadnoughts de l'Argentine, construits aux États-Unis, alors pays neutre, échappèrent à ce sort et furent mis en service en 1914 et 1915. Bien que plusieurs plans d'après-guerre d'expansion navale en Amérique du Sud nécessitassent des dreadnoughts, aucune unité supplémentaire ne fut construite. Trouve plus

Course aux honneurs: Trouve plus

Course aux libertés: Une course aux libertés (japonais : semeai, 攻め合い ; coréen : soosangjeon, 수상전 ; chinois : duisha, 对杀) est une situation tactique du jeu de go apparaissant lorsque deux groupes s'affrontent dans une région fermée du goban, chacun essayant de capturer l'autre. Dans le cas le plus fréquent, l'un des joueurs « gagne la course » en capturant le groupe adverse (dans les situations les plus simples, ce résultat se détermine à l'avance en comptant les libertés des groupes). D'autres résultats sont possibles, comme un seki ou une bataille de ko. Trouve plus

Course aux mégapixels: La course aux mégapixels est une recherche technique et commerciale visant à proposer la définition d'image – la quantité maximale d'information que cette image peut contenir – la plus importante possible pour les appareils photo numériques. Trouve plus

Course aux points: La course aux points est une épreuve de cyclisme sur piste disputée par 20 à 30 coureurs sur une distance maximum de 40 kilomètres pour les hommes et 25 kilomètres pour les femmes. Le classement final s'établit aux points gagnés et accumulés par les coureurs lors des sprints intermédiaires et par tour gagné. Trouve plus

Course aux points amateur: Trouve plus

Course aux points feminine: Trouve plus

Course aux points féminine: Trouve plus

Course aux points féminine aux Jeux olympiques d'été de 1996: La course aux points féminine est l'une des huit compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 1996. Elle consistait en 96 tours de piste (24 kilomètres). 12 sprints étaient disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premières. Les points du dernier sprint sont doublés. La Française Nathalie Even-Lancien devient la première championne olympique de la course aux points féminine. Trouve plus

Course aux points féminine aux Jeux olympiques d'été de 2000: La course aux points féminine est l'une des douze compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 2000. Elle consistait en 100 tours de piste (25 kilomètres). 10 sprints étaient disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premiers. Les points du dernier sprint sont doublés. Trouve plus

Course aux points féminine aux Jeux olympiques d'été de 2004: La course aux points féminine est l'une des douze compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 2004. Elle consistait en 100 tours de piste (25 kilomètres). 10 sprints étaient disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premiers. Les cyclistes qui prenaient un tour au peloton gagnaient 20 points alors que ceux qui étaient perdaient un tour sur le peloton perdaient 20 points. Cette course a eu lieu le 25 août 2004. Trouve plus

Course aux points féminine aux Jeux olympiques d'été de 2008: La course aux points féminine, épreuve de cyclisme sur piste des Jeux olympiques d'été de 2008, a lieu le 18 août 2008 sur le Vélodrome de Laoshan de Pékin. La course est remportée par la Néerlandaise Marianne Vos. Cette épreuve consiste en une course individuelle de 100 tours de piste (25 kilomètres). 16 sprints sont disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premières. Les cyclistes qui prennent un tour au peloton principal gagnent 20 points alors que celles qui perdent un tour sur le peloton perdent 20 points. Trouve plus

Course aux points masculine aux Jeux olympiques d'été de 1992: La course aux points masculine est l'une des sept compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 1992. Elle a lieu sur 30 kilomètres pour le premier tour et 50 kilomètres pour la finale. Trouve plus

Course aux points masculine aux Jeux olympiques d'été de 1996: La course aux points masculine est l'une des huit compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 1996. Elle consistait en 160 tours de piste (40 kilomètres). 20 sprints étaient disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premiers. Les points du dernier sprint sont doublés. Trouve plus

Course aux points masculine aux Jeux olympiques d'été de 2000: La course aux points masculine est l'une des douze compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 2000. Elle consistait en 160 tours de piste (40 kilomètres). 16 sprints étaient disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premiers. Les points du dernier sprint sont doublés. Trouve plus

Course aux points masculine aux Jeux olympiques d'été de 2004: La course aux points masculine est l'une des douze compétitions de cyclisme sur piste aux Jeux olympiques de 2004. Elle consistait en 160 tours de piste (40 kilomètres). 16 sprints étaient disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premiers. Les cyclistes qui prenaient un tour au peloton gagnaient 20 points alors que ceux qui perdaient un tour sur le peloton perdaient 20 points. Cette course a eu lieu le 24 août. Trouve plus

Course aux points masculine aux Jeux olympiques d'été de 2008: La course aux points masculine, épreuve de cyclisme sur piste des Jeux olympiques d'été de 2008, a lieu le 16 août 2008 sur le Vélodrome de Laoshan de Pékin. La course est remportée par le coureur espagnol Joan Llaneras. Cette épreuve consiste en une course individuelle de 160 tours de piste (40 kilomètres). 16 sprints sont disputés donnant respectivement 5, 3, 2 et 1 points aux quatre premiers. Les cyclistes qui prennent un tour au peloton principal gagnent 20 points alors que ceux qui perdent un tour sur le peloton perdent 20 points. Les favoris au titre sont l'Espagnol Joan Llaneras, le Biélorusse Vasil Kiryienka et le champion olympique en titre, le Russe Mikhail Ignatiev. Trouve plus

Course aux points professionnel: Trouve plus

Course avec épouse sur le dos: Trouve plus

Course camarguaise: La course camarguaise est un sport dans lequel les participants tentent d'attraper des attributs primés fixés au frontal et aux cornes d'un bœuf appelé cocardier ou biòu (bœuf en provençal), mais auquel on confère parfois la dignité de taureau en l'appelant : taureau cocardier. Ce jeu sportif, sans mise à mort, est pratiqué dans les départements français du Gard, de l'Hérault, une large partie des Bouches-du-Rhône, ainsi que dans quelques communes de Vaucluse. La compétition sportive est organisée en trois trophées avec le Trophée des As, le Trophée des Raseteurs et le Trophée de l'Avenir. La course camarguaise se distingue de la course andalouse par de nombreux aspects : « du taureau intègre que l'on met à mort (Espagne), on passe au taureau castré, glorifié de son vivant, d'un idéal de domination de l'officiant à un idéal de domination de l'animal consacré (Camargue). Une contradiction aussi remarquable n'empêche pas pour autant un grand nombre d'amateurs de courses camarguaises de suivre les corridas qui sont présentées dans leurs région sans éprouver de malaise particulier au moment de la mise à mort ». La course camarguaise est pratiquée dans une région qui s'étend bien au-delà du pays camarguais, des portes d'Avignon jusqu'à Montpellier, réunissant autour du delta du Rhône une partie du Languedoc, et de la Provence, selon une tradition qui remonte au Moyen Âge. Trouve plus

Course chevaline: Trouve plus

Course contre la montre: Trouve plus

Course contre la mort: Trouve plus

Course Contre le Cancer: Trouve plus

Course contre l'enfer: Course contre l'enfer (Race with the Devil) est un film américain réalisé par Jack Starrett, sorti en 1975. Le film a été en compétition lors du Festival international du film fantastique d'Avoriaz 1976. Trouve plus

Course Croisière Edhec: Trouve plus

Course cycliste: Trouve plus

Course cycliste en ligne masculine aux Jeux olympiques d'été de 2008: Trouve plus

Course d'escaliers: Trouve plus

Course d'orientation: Trouve plus

Course d'accélération: Trouve plus

Course d'Allemagne des voitures de tourisme: La Course d'Allemagne des voitures de tourisme (FIA WTCC Race of Germany) est une épreuve du Championnat du monde des voitures de tourisme depuis 2011. Cette épreuve a eu lieu toutes les années entre 2005, début du WTCC moderne, et 2011 sur le circuit d'Oschersleben. À partir de 2015, l'épreuve a lieu sur la boucle nord du mythique circuit du Nürburgring en tant que course support des 24H du Nürburgring. Le circuit étant particulièrement long (25km), les courses se déroulent sur seulement 3 tours. Trouve plus

Course d'Argentine des voitures de tourisme: La Course d'Argentine des voitures de tourisme (FIA WTCC Race of Argentina) est une épreuve du Championnat du monde des voitures de tourisme depuis 2013. Cette épreuve a lieu sur l'Autódromo Termas de Río Hondo. En 2013, lors de la première édition, la course 2 a été remportée par José María López qui disputait alors son premier meeting WTCC. Trouve plus

Course d'aviation Paris-Madrid: Trouve plus

Course de bateaux en carton: Une course de bateaux en carton, également appelée régate de bateaux en carton, est une compétition apparue dans des universités des États-Unis. La première mention d'une course apparaît dans un exercice de conception proposé par Davis Pratt à la Southern Illinoy University en 1962. Trouve plus

Course de camion: Trouve plus

Course de camions: La course de camions (« truck racing » en anglais ) est une discipline de sport automobile se déroulant sur circuit fermé asphalté. Les camions utilisés sont des tracteurs routiers et doivent avoir des similitudes avec les camions de séries en ce qui concerne la cabine, le châssis ou bien encore la boîte de vitesses, et sont bridés pour des raisons de sécurité. Cette discipline est surtout populaire en Europe, mais elle est déployée sur tous les continents du globe. Le principal championnat est le championnat d'Europe de courses de camions. Des compétitions ont également lieu sur des tracés de rallycross dans le cadre de courses de camions cross. Il existe également le trial camion, une des variétés du sport appelé trial, qui ne se déroule pas sur circuit. Trouve plus

Course de chameaux: Trouve plus

Course de chars: Les courses de chars (en grec ancien : ἁρματοδρομία / harmatodromia, en latin : ludi circenses) constituaient l'événement à nature sportive et religieuse majeure de l'Antiquité grecque, de l'Empire romain et de l'Empire byzantin, pratiquées dans le cadre de nombreux jeux panhelléniques. Les graves blessures et quelquefois la mort que ces courses pouvaient entraîner pour les participants donnaient à l'épreuve une dimension spectaculaire qui contribua à son succès auprès du public. Chaque char était tiré par un, deux (bige, originellement un jeu étrusque), trois (trige), quatre (quadrige) ou six chevaux. Les chars de compétition étaient conduits par des auriges. Dans les courses de chars romains, les équipes représentaient différents groupes de bailleurs de fonds souvent concurrents pour obtenir les services de pilotes qualifiés. Les conflits entre les fidèles des différentes équipes étaient parfois politisés, ce qui explique le souci qu'avaient les empereurs romains puis byzantins de contrôler des équipes. La course de chars déclina après la chute de l'Empire romain d'Occident, ne survivant que pour un temps dans l'Empire byzantin, où le rôle politique de premier plan des factions traditionnelles romaines persista voire s'accentua. Leur rivalité atteignit son apogée lors des émeutes de Nika, qui marqua le début du déclin progressif de ce sport. La course de chars antique, ancêtre direct de la course attelée, reste un sujet artistique populaire, notamment à travers le roman et les films de Ben-Hur, mais aussi différents tableaux, spectacles, et des reconstitutions modernes. Trouve plus

Course de chevaux: Une course de chevaux est une course impliquant plusieurs cavaliers montés sur des chevaux, ou plusieurs conducteurs d'attelages de chevaux. Que ce soit comme sport, comme divertissement ou comme jeu, la course de chevaux existe dans de multiples pays et depuis des époques très reculées. Sa codification sous l'influence des anglais donne naissance au sport hippique, au XIXe siècle, qui est une forme particulière et organisée de courses de chevaux. Il existe de nombreuses formes de courses de chevaux, depuis celles qui ont lieu en Mongolie lors du Naadam, jusqu'au palio de Sienne. La course de chevaux a inspiré des jeux populaires, comme le jeu des petits chevaux et le jeu mongol de la course de chevaux, à base d'osselets, en Mongolie. Trouve plus

Course de chevaux (jeu mongol): La course de chevaux est l'un des jeux les plus communs de Mongolie, avec le shagai. Plusieurs osselets sont alignés pour représenter la piste, d'autres os sont placés à côté pour représenter le cheval du joueur. Les joueurs jettent les osselets et peuvent déplacer leur cheval d'une case pour chaque osselet atterrissant sur le côté « cheval ». Le premier joueur qui atteint la fin de la piste et qui revient est le vainqueur. Portail équestre Portail des jeux Trouve plus

Course de chevaux (Mongolie): Trouve plus

Course de chevaux libres : La Mossa: Course de chevaux libres : La Mossa est une peinture à l'huile sur papier marouflé sur toile de Théodore Géricault réalisée vers 1817. L'œuvre fait partie d'une série d'études préparatoires pour un grand tableau sur la course des chevaux sur le corso pendant le carnaval de Rome qui ne fut jamais concrétisé. Il en existe plusieurs études à l'huile dont celle-ci conservée au musée du Louvre (inventaire RF 2042). Trouve plus

Course de chiens de traîneau: Trouve plus

Course de chiens de traineaux: Trouve plus

Course de chiens de traîneaux: Une course de chiens de traîneaux est une compétition sportive désignant une course dans laquelle des attelages de chiens d'attelage tirent des traîneaux conduit par un musher sur la neige ou la glace au moyen de harnais et des lignes de trait. L'équipe finissant la course en un minimum de temps est déclarée vainqueur. Ce sport peut également être pratiqué l'été, les chiens tirant alors un véhicule sur roue. Trouve plus

Course de chiens de traîneaux aux Jeux olympiques de 1932: Une course de chiens de traîneaux est incluse en tant que sport de démonstration aux Jeux olympiques d'hiver de 1932 à Lake Placid. 5 concurrents du Canada et 7 des États-Unis participent à la compétition. L'épreuve, courue sous les règles du New England Sled Dog Club, consiste à parcourir deux fois un parcours de plus de 40,5 km. Avec six chiens par traîneau, chaque traîneau part à trois minutes d'intervalle et des temps intermédiaires sont données aux mushers à 6,44 km, 17,06 km et 36,14 km. Trouve plus

Course de chiens de traîneaux aux Jeux olympiques d'hiver de 1932: Trouve plus

Course de Chiètres: La course de Chiètres (en allemand : Kerzerslauf) est une épreuve de course à pied sur route de 15 kilomètres se déroulant à Chiètres dans le canton de Fribourg, en Suisse. Trouve plus

Course de Chine des voitures de tourisme: La Course de Chine des voitures de tourisme (FIA WTCC Race of China) est une épreuve du Championnat du monde des voitures de tourisme depuis 2011. Le tracé utilisé est le même que pour la Formule 1. Lors de la saison 2014 deux course ont eu lieu en chine après l'abandon de la manche américaine. La première manche s'est déroulée au Goldenport Park Circuit et la deuxième sur le Circuit international de Shanghai. La course 2 se déroulant au Goldenport Park Circuit voit la toute première victoire d'une voiture Lada. Trouve plus

Course de cote: Trouve plus

Course de côte: La course de côte (ou simplement « la côte » dans le jargon) est une discipline de sport automobile et motocycliste, plus rarement en cyclisme, qui consiste à parcourir le plus rapidement possible un tracé au dénivelé relativement important. En anglais, les courses en côte à vélo sont appelées Hillclimbing alors qu'en français, le terme est réservé aux compétitions extrêmes en motocyclisme : Hill climbing ou montée impossible. Trouve plus

Course de côte al Fito: La Course de côte al Fito (ou Subida Internacional al Fito - Memorial Ángel Martínez Noriega depuis 1991) est une compétition automobile espagnole, disputée dans les Asturies depuis 1970, dans la sierra del Sueve, près de l'église de San Miguel (à partir de laquelle se déroulent les excursions jusqu'au pic le plus élevé, le Pienzu, qui culmine dans la chaîne à 1 161 mètres d'altitude). Elle est sous la responsabilité de la Real Federación Española de Automovilismo. Trouve plus

Course de côte Ampus - Draguignan: La Course de côte Ampus - Draguignan appelée familièrement par les Dracénois la "côte d'Ampus" était une compétition automobile organisée par l'Automobile Club du Var (l'ACV) durant trois jours au mois d'avril (parfois mars) et empruntant la route départementale n°49 sur environ sept kilomètres (la moitié du trajet Ampus-Draguignan). Elle était ouverte à des véhicules de tourisme, de production, des prototypes, des monoplaces... mais aussi à des motocyclettes, des side-cars, et même à des vélos, à ses débuts. Trouve plus

Course de côte automobile du mont Washington: Trouve plus

Course de côte Bolzano - Col de Mendola: La Course de côte Bolzano - col de Mendola (Cronoscalate Bolzano - passo della Mendola en italien, Bozen - Mendelpass Bergrennen en allemand) était une compétition automobile italienne pour voitures de course et -autrefois- motocyclettes disputée en été, le plus souvent entre la mi-juin et la mi-juillet. Le départ était donné du sud-ouest de Bolzano (Trentin-Haut-Adige), et l'arrivée se disputait sur les flancs du passo della Mendola. Trouve plus

Course de côte Cesana - Sestrières: La Course de côte Cesana - Sestrières (ou Cronoscalata Cesana-Sestriere, ou Trofeo Giovanni Agnelli depuis 2007) est toujours une compétition automobile italienne pour voitures de course dans la discipline des courses de côte, courue durant les trois dernières semaines du mois de juillet et organisée par l'Automobile Club di Torino. Trouve plus

Course de côte Coni - Col de la Madeleine: La Course de côte Coni - Col de la Madeleine (Cronoscalate Cuneo-Colle della Maddalena) était une compétition automobile italienne disputée en été sous la direction de l'ACI di Cuneo, au début du mois d'août à trois reprises consécutives pendant les années 1920, puis vers la fin du mois de juin. Trouve plus

Course de côte de Chamrousse: La course de côte de Chamrousse est une compétition automobile de courses de côte se disputant à 30 kilomètres au sud-est de Grenoble dans le massif de Belledonne traditionnellement le dernier week-end du mois d'août (en juillet durant les années 1970), organisée depuis 1992 par l'Association chamroussienne des rendez-vous mécaniques (ACRVM) du comité Rhône-Alpes et par son président Yan Parvi, en Isère sous l'égide de l'ASA dauphinoise (d'Eybens). Trouve plus

Course de côte de Chanteloup: La course de côte de Chanteloup-les-Vignes, dite « Côte de Chanteloup », était une compétition automobile disputée au nord-ouest de Paris, les premières années au mois de novembre, puis les dernières durant celui de mars. La première édition, initiée par Paul Meyan, alors directeur de La France Automobile, date de 1898, en présence du Président de l'Automobile Club de France, et sans aucun accident de course notoire. Trouve plus

Course de côte de Château-Thierry: La Course de côte de Château-Thierry était une compétition automobile disputée non loin de Reims, au début de l'automne jusqu'en 1908, puis en avril à partir de 1924, ce jusqu'à sa disparition. Conçue pour automobiles et motocyclettes, elle fut organisée par le journal parisien L'Auto. Trouve plus

Course de côte de Dobratsch: La Course de côte de Dobratsch, ou Grossen Bergpreis von Österreich am Dobratsch (Grand Prix d'Autriche de la montagne) était une compétition automobile de course de côte des années 1970 courue en Carinthie au sud du pays, pour voitures de sport mais également pour motos, fin septembre, puis surtout fin avril ou début mai comme deuxième manche de championnat continental à compter de 1971, reportée plus tard dans la saison de courses de montagne en 1977 et 1978, avant d'être fixée fin-mai ou début juin jusqu'en 1981. Trouve plus

Course de côte de Falperra: La Rampa da Falperra (exactement Rampa Internacional da Falperra) est une compétition automobile portugaise, toujours disputée à la mi-mai, près de Braga. Elle est organisée par le Clube Automóvel do Minho (le CAM) depuis 1976, au nord du pays, en Braga. Trouve plus

Course de côte de Gaillon: La Course de côte de Gaillon est une ancienne compétition automobile de courses de côte disputée annuellement dans l'Eure, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Rouen, sur le kilomètre (départ arrêté ou lancé) de la butte (ou rampe) de Sainte-Barbe en fin d'année mais le plus souvent au mois d'octobre, grâce au quotidien L'Auto. Trouve plus

Course de côte de Gometz-le-Châtel: La Course de côte de Gometz-le-Châtel était une compétition automobile disputée à vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris, dans une commune de près de 600 habitants, essentiellement durant les années 1920. Trouve plus

Course de côte de la Serra da Estrela: La Rampa da Serra da Estrela (ou Rampa da Covilhã) est une compétition automobile portugaise organisée par le Clube Aventura do Minho (ou CAMI), près de Covilhã, dans le centre-est du pays sur la route nationale 339. Trouve plus

Course de côte de l'Ecce Homo: La course de côte de l'Ecce Homo ou course de côte de Šternberk (Český Šternberk, en allemand : Sternberg, ou Mährisch-Sternberg) est une compétition automobile tchèque disputée en Moravie pour voitures de course et – autrefois – motocyclettes, dans la région d'Olomouc sur les pentes du massif de Jeseniky, recouvert de champs et dominé par le Château de Sternberg. Le nom de la course vient du fait que plusieurs statues du christ jalonnent le parcours, jusqu'au sommet. Avec les montées du Mont Washington (1899) et de Shelsley Walsh (1905 également), elle est l'une des plus anciennes courses de la spécialité encore en activité. Trouve plus

Course de côte de Malchamps: La Course de côte de Malchamps était une compétition automobile organisée par le Royal Automobile Club liégeois, le plus souvent entre le mois de juin et la mi-septembre. Motos et motocyclettes de plus et de moins de 50 kilos se mêlaient aussi annuellement à cette montée. Trouve plus

Course de côte de Montjuich: Trouve plus

Course de côte de Montseny: La Course de côte de (Santa Fe de) Montseny est une ancienne compétition automobile espagnole de Catalogne, disputée dans la sierra de Montseny (comarque de Vallès Oriental) essentiellement entre la fin du mois de mai et le début de celui de juin, organisée par le Real Automovil Club de Cataluña (RACC), sous l'égide de la Federació Española d'Automobilisme (avec la collaboraton fréquente de la Caixa de Barcelona). Trouve plus

Course de côte de Roche d'Or: Trouve plus

Course de côte de Roche-d'Or: La Course de côte de Roche-d'Or, également connue sous le nom de Course de côte Rocourt-Roche-d'Or ou Slalom en côte de Roche-d'Or, était une compétition automobile suisse, disputée entre 1964 et 2004 à Roche-d'Or, ancienne commune du canton du Jura. Trouve plus

Course de côte de Shelsley Walsh: La Course de côte de Shelsley Walsh, ou Shelsley Walsh Speed Hill Climb, est une compétition automobile anglaise disputée à Shelsley Walsh (littéralement sur la pente des gallois, petit village du Worcestershire, près du Pays de Galles) depuis 1905 sur un yard (914 mètres) immuable (sauf en 1905). Avec les montées du Mont Washington (1899) et de Sternberg (1905), elle est l'une des épreuves de côte les plus anciennes encore en activité, la seule établie sans discontinuer, périodes de guerre exceptées. Le Midland Automobile Club (le MAC) se charge de son organisation, sur un trajet incliné en moyenne à près de onze pourcents (seize au maximum). Elle est ouverte à des pilotes amateurs et professionnels Trouve plus

Course de côte de Trier: La Course de côte de Trier, ou Grosser Automobil-Bergpreis von Deutschland International Trierer ADAC RTT, est une compétition automobile de course de côte allemande courue à la mi-juin et organisée par le Racing Team Trier e.V.. Trouve plus

Course de côte de Val-Suzon: La Course de côte de Val-Suzon était une compétition automobile organisée par l'Automobile Club Bourguignon et disputée dans le département de la Côte-d'Or, à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Dijon, le plus souvent à la fin du mois de juin ou de celui de juillet. Trouve plus

Course de côte della Consuma: La Course de côte della Consuma (ou Coppe della Consuma) était une compétition automobile italienne pour voitures de course et motocyclettes, disputée avant-guerre essentiellement à la mi-juin puis en octobre, sur un trajet d'environ 15 kilomètres. Elle fut organisée par le Club Automobilisti Fiorentini, devenu l'Automobile Club di Firenze (placé sous l'égide du Touring Club Italiano, devenu Reale Automobile Club d'Italia). Elle est la deuxième course de côte recensée en Italie (après Madonna del Pilone - Pino Torinese en 1900), et elle a donné lieu à 26 courses en 63 ans. Trouve plus

Course de côte des Tatras: La course de côte des Tatras (Wyscig Tatrzanski en polonais) est une compétition automobile polonaise qui a été disputée à cinq reprises consécutives à la mi-août près de l'actuelle Slovaquie dans les Tatras, montagnes qui forment la portion la plus élevée de la chaîne des Carpates (au nord de celle-ci, et où culminent les plus hauts sommets de la Pologne), et qui ont donné leur nom à l'entreprise Tatra (en 1920). Elle a été organisée par le Krakowski Klub Automobilowy (ou KKA). Trouve plus

Course de côte des Teurses d'Hebecrevon: La Course de côté des Teurses d'Hébécrevon est organisé par l'ASA du Bocage, comité Normandie. D'une longueur de 2 000 mètres avec une pente moyenne de 6 %, la course a lieu dans les communes d'Hébécrevon et d'Agneaux dans le département de la Manche. Trouve plus

Course de côte du Col du Klausen: La Course de côte du Col du Klausen (Klausenpass en allemand), ou course de côte du Klausen Altdorf (Klausenpassrennen), encore nommée Grosse Bergpreis der Schweiz, était une compétition automobile disputée en Suisse alémanique sur la route du col du Klausen (situé à près de 2 000 mètres), pour des voitures et des motocyclettes. En dix éditions, elle a toujours eu lieu au mois d'août, exception fait pour l'année 1923 (le 29 juillet). Trouve plus

Course de côte du Col du Stelvio: Trouve plus

Course de côte du Ecce Homo: Trouve plus

Course de côte du Gaisberg: La Course de côte du Gaisberg (ou Gaisbergrennen), près de Salzbourg, était une compétition automobile et pour motocyclettes autrichienne notamment disputée avant-guerre en été, à 5 reprises consécutives. Le mont lui-même culmine à 1,288 mètres d'altitude, dans le massif du Salzkammergut. Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...