Rechercher dans ce blog

mardi 16 mars 2021

Corythopis à collier, Corythopis de Delalande, Corythopis delalandi, Corythopis torquatus, Corythoraptor,

Corythopis à collier: Le Corythopis à collier (Corythopis torquatus) est une espèce de passereau de la famille des Tyrannidae. Trouve plus

Corythopis de Delalande: Le Corythopis de Delalande (Corythopis delalandi) est une espèce de passereau de la famille des Tyrannidae. Il est nommé ainsi en honneur à Pierre Antoine Delalande (1787 - 1823), naturaliste et explorateur français. Trouve plus

Corythopis delalandi: Trouve plus

Corythopis torquatus: Trouve plus

Corythoraptor: Corythoraptor (signifiant « raptor à crête ») est un genre éteint de dinosaures théropodes, un oviraptoridé à crête découvert dans la formation de Nanxiong (en) (Crétacé supérieur) en Chine. Une seule espèce est connue, C. jacobsi, nommée d'après le paléontologue Louis L. Jacobs (en) et décrite en 2017 par le célèbre paléontologue chinois Lü Junchang et ses collègues. Trouve plus

Corythoraptor jacobsi: Trouve plus

Corythornis: Corythornis est un genre d'oiseaux de la famille des Alcedinidae. Trouve plus

Corythornis cristatus: Trouve plus

Corythornis leucogaster: Trouve plus

Corythornis madagascariensis: Trouve plus

Corythornis nais: Trouve plus

Corythornis thomensis: Trouve plus

Corythornis vintsioides: Trouve plus

Corythosaure: Trouve plus

Corythosaurini: Trouve plus

Corythosaurus: Corythosaurus est un genre éteint de dinosaures ornithopodes de la famille des hadrosauridés et de la sous-famille des lambéosaurinés. Il a vécu au Crétacé supérieur (Campanien), il y a environ 76 à 75 Ma (millions d'années),, en actuelle Amérique du Nord. Ses fossiles ont été découverts en Alberta, au Canada. Corythosaurus est connu par de nombreux spécimens quasiment complets, dont l'holotype découvert par Barnum Brown en 1911. Ces nombreux spécimens ont donné lieu, dans un premier temps, à l'érection de plusieurs espèces. Seules deux sont aujourd'hui considérées comme valides : † Corythosaurus casuarius Brown, 1914 (espèce type) ; † Corythosaurus intermedius (Parks, 1923). Trouve plus

Corythosaurus casuarius: Trouve plus

Corythosaurus intermedius: Trouve plus

Corythucha: Corythucha est un genre d'insectes de l'ordre des hémiptères, du sous-ordre des hétéroptères (punaises), de la famille des Tingidae, de la sous-famille des Tinginae et de la tribu des Tingini. Trouve plus

Corythucha arcuata: Trouve plus

Corythucha ciliata: Trouve plus

Corythucha elegans: Corythucha elegans, la punaise réticulée des peupliers, est une espèce d'insectes de l'ordre des hémiptères, du sous-ordre des hétéroptères (punaises), de la famille des Tingidae, de la sous-famille des Tinginae et de la tribu des Tingini. Elle est trouvée en Amérique du Nord, d'où elle est aussi connue sous son nom anglais : the willow lace bug (qui pourrait se traduire par "la punaise dentelée des saules"). Trouve plus

Corytophanes: Corytophanes est un genre de sauriens de la famille des Corytophanidae. Trouve plus

Corytophanes chamaeleopsis: Trouve plus

Corytophanes cristatus: Corytophanes cristatus est une espèce de sauriens de la famille des Corytophanidae. Trouve plus

Corytophanes hernandesii: Corytophanes hernandesii est une espèce de sauriens de la famille des Corytophanidae. Trouve plus

Corytophanes mexicanus: Trouve plus

Corytophanes percarinatus: Corytophanes percarinatus est une espèce de sauriens de la famille des Corytophanidae. Trouve plus

Corytophanidae: Les Corytophanidae sont une famille de sauriens. Elle a été créée par Leopold Fitzinger en 1843. Trouve plus

Corytophaninae: Trouve plus

Coryza: Le coryza peut désigner : un rhume ou une rhinopharyngite, en médecine humaine ; une maladie infectieuse du chat, le coryza du chat ; le coryza gangréneux, une maladie infectieuse des bovins causée par l'herpèsvirus ovin de type 2 (OVH-2) associant abattement, hyperthermie, atteinte oculaire et respiratoire, évoluant rapidement vers la mort, et sans traitement connu. Trouve plus

Coryza du chat: Le coryza du chat, aussi appelé rhinotrachéite virale féline, est un syndrome commun à plusieurs maladies des chats. Le principal agent infectieux est l'herpèsvirus félin de type 1 (FeHV-1), mais il en existe deux autres : le calicivirus félin et la bactérie Chlamydophila felis. La maladie peut être grave, voire mortelle, si elle n'est pas soignée. Elle est très contagieuse, ce qui impose dans les élevages la mise en quarantaine du chat infecté. Prise à temps, la maladie se soigne bien. Trouve plus

Corzano: Corzano est une commune italienne d'environ 1 400 habitants située dans la province de Brescia dans la région Lombardie dans le nord de l'Italie. Trouve plus

Corze: Trouve plus

Corzé: Corzé est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. Trouve plus

Corzoneso: Trouve plus

Corzuela: Corzuela est une ville de la province du Chaco et le chef-lieu du département de General Belgrano en Argentine. Son nom provient du corzuela, un mammifère quadrupède qui habite la région du Chaco. La ville accueille un grand festival de musique folklorique pendant le mois de novembre. Portail de l'Argentine Trouve plus

Corzuela parda: Trouve plus

Cos: Trouve plus

Cós: Cós ou Coz est une paroisse (fréguesia) portugaise de la municipalité (conselho) d'Alcobaça, avec une superficie de 14,82 km2 et une population de 2 043 habitants (2001), soit une densité de 137,9 hab/km². Trouve plus

Cos & Mos: Trouve plus

Cos & mos (bande dessinée): Trouve plus

Cos (Ariege): Trouve plus

Cos (Ariège): Cos est une commune française, limitrophe de la ville de Foix, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie. Ses habitants s'appellent les Cossois. Trouve plus

Cos (Dodécanèse): Trouve plus

Cos (groupe): Cos est un groupe belge fondé à Bruxelles en 1974 autour de Daniel Schell et Pascale Son. La composition du groupe évolue fortement au fil du temps. Chaque album possède son propre univers, mais le style peut être rapproché avec divers sous-genres du rock progressif, à savoir l'École de Canterbury, le Krautrock et le Zeuhl. « Cos » est un mot qui existe dans bien des langues et peut désigner diverses choses. Par exemple, il peut faire référence à l'île grecque qui a été témoin d'événements mythologiques. Néanmoins, ce terme fait spécialement référence au lincos (lingua cosmica), cette langue construite par Hans Freudenthal dans son ouvrage Lincos: Design of a Language for Cosmic Intercourse (1960), dédiée à la communication avec des vies extraterrestres. Le groupe Cos travaille d'ailleurs sur sa propre version du lincos en associant du vocabulaires de plusieurs langues européennes, qu'il intègre dans ses compositions. Trouve plus

Cos (Immobilier): Trouve plus

Cos (urbanisme): Trouve plus

COS B: Trouve plus

Cos Cob: Cos Cob est une census-designated place à l'est de la ville de Greenwich (Connecticut), dans le Comté de Fairfield au Connecticut. Sa population était de 6 770 habitants en 2010. Portail du Connecticut Trouve plus

Cos et Mos: Cos et Mos est une bande dessinée humoristique et insolite de Richard Marazano te Abel Chen. Cette série a été publiée aux éditions Pif Gadget et Carabas. Trouve plus

Cos Phi: Trouve plus

Cosa: Cosa est une commune d'Espagne, dans la Comarque du Jiloca, province de Teruel, communauté autonome d'Aragon. Trouve plus

Cosa étrusque: Cosa est un site archéologique étrusque près d'Orbetello, en Maremme grossetane (Italie). Ce site est celui d'une ville étrusque citée par Strabon, Virgile et Rutilius (Cossa ou Cossae pour les latinistes, et placée sur l'éperon rocheux d'Ansedonia pour les lettrés médiévaux), qui devint ensuite une colonie romaine. En 1950, Emeline Hill Richardson, une étruscologue américaine qui avait obtenu une bourse de formation à l'Académie américaine de Rome, y effectua des fouilles. Le site est caractéristique, entre autres, par : le Spacco della regina (une anfractuosité naturelle dans la roche traçant une via Cava chère aux étrusques) la Torre della Tagliata le temple de Jupiter le forum les Mura di Cosa (fortifications du IIIe siècle av. J.-C.)Certaines des pièces trouvées sur son site sont conservées au Musée archéologique national d'Ansedonia. Trouve plus

Cosa nostra: Cosa nostra (« ce qui est à nous » ou « notre chose » en italien) est le nom de la mafia sicilienne (bien qu'une seconde organisation, la Stidda, soit implantée dans le sud de l'île). Elle est surnommée la Piovra (la « pieuvre ») pour ses réseaux tentaculaires. Les membres de Cosa nostra sont appelés « mafieux » en français, « mafioso » au singulier et « mafiosi » au pluriel en italien ; le terme « Mafia » désignait originellement Cosa nostra jusqu'à ce qu'on apprenne son véritable nom, lequel aurait commencé à être utilisé après la Seconde Guerre mondiale. On parlait auparavant de mafia ou de Società onorata (l'« honorable société »), appellation qui viendrait du fait que la mafia sicilienne aurait eu des règles d'honneur strictes, telles que l'interdiction théorique du mensonge entre membres, de l'adultère et du proxénétisme. Aujourd'hui, la plupart de ces principes ont été nettement délaissés, notamment l'interdiction du proxénétisme et le mépris du trafic de stupéfiants, peut-être sous l'influence de la mafia américaine (25 familles italo-américaines). Du fait de l'émigration massive d'Italiens du Mezzogiorno à la fin du XIXe siècle, elle est également présente aux États-Unis et au Canada. Elle était considérée par de nombreux spécialistes comme l'organisation criminelle la plus influente en Europe jusqu'à la fin du XXe siècle. Mais la répression des autorités semble l'avoir affaiblie au profit de la 'Ndrangheta qui posséderait, depuis 2006, 80 % du trafic de cocaïne en Europe. Trouve plus

Cosa nostra (film): Trouve plus

Cosa Nostra (homonymie): Cosa nostra, l'organisation mafieuse sicilienne. Cosa Nostra, film policier franco-italien de Terence Young sorti le 6 janvier 1972. Cosa Nostra International, un groupe musical congolais fondé par Juicy. Trouve plus

Cosa voglio di più: Trouve plus

COSAC: COSAC est un sigle qui signifie : Conférence des Organes Spécialisés dans les Affaires Communautaires, un organe de l'Union européenne, COmité Sectoriel Aérospatial de Certification de la Confédération Française pour les Essais Non Destructifs Trouve plus

Cosael: Trouve plus

COSAFA: Trouve plus

Cosafa Castle Cup: Trouve plus

Cosafa Cup: Trouve plus

COSAFA Cup 1997: Trouve plus

Cosama sa: Trouve plus

Cosan: Cosan est une entreprise brésilienne spécialisée dans la production de bioéthanol, la production de sucre et l'énergie. Trouve plus

Cosandey: Cosandey est un nom de famille notamment porté par : David Cosandey (?-), essayiste suisse ; Fanny Cosandey (1950-), historienne française ; Florian Cosandey (1897-1982) enseignant et botaniste suisse ; Maurice Cosandey (1918-2018), ingénieur civil suisse ; Trouve plus

Cosanlije: Trouve plus

Cosaque: Trouve plus

Cosaque du Don: Trouve plus

Cosaque zaporogue: Trouve plus

Cosaques: Cosaque en russe : kazak (казак) - pluriel : kazaki (казаки), en ukrainien : kozak (козак) - pluriel : kozaky (козаки), en polonais : Kozak - pluriel : Kozacy, est le nom donné à un groupe de populations en majorité slaves d'Europe orientale adjacente au Caucase et à l'Asie et autrefois à l'Empire ottoman. Trouve plus

Cosaques d'Astrakhan: L'armée des cosaques d'Astrakhan (en russe : Астраханское казачье войско) est une communauté de cosaques présente sur le cours inférieur de la Volga depuis l'annexion du Khanat d'Astrakhan par la Russie en 1556. Trouve plus

Cosaques d'Azov: L'armée cosaque d'Azov (en russe : Азовское казачье войско, en ukrainien : Азовське козацьке військо) est une communauté cosaque de l'empire russe formée en 1832 sur les rives de la mer d'Azov à partir de Cosaques zaporogues de la sitch du Danube. Les Cosaques d'Azov étaient chargé de la défense du littoral. Entre 1852 et 1864 les Cosaques furent graduellement transférés dans le Kouban et l'armée cosaque d'Azov liquidée en 1865. Trouve plus

Cosaques de la ligne du Caucase: L'armée cosaque de la ligne du Caucase (en russe : Кавказское линейное казачье войско) est une communauté cosaque de l'empire russe officialisée en 1832 en Ciscaucasie pour défendre une ligne fortifiée de l'embouchure du Kouban à celle du Terek. Elle exista jusque dans les années 1860. Trouve plus

Cosaques de la mer Noire: L'armée cosaque de la Mer Noire (Черноморское казачье войско) est une communauté cosaque de l'empire russe formée en 1787 à partir de Cosaques zaporogues dans le sud de l'Ukraine. Dans les années 1790 l'armée cosaque est transférée dans le bassin du Kouban où elle exista jusque dans les années 1860. Trouve plus

Cosaques de la Volga: Les cosaques de la Volga (en russe : Волжские казаки) formaient une communauté de cosaques libre en Russie au XVIe siècle. Les cosaques de la Volga participèrent à la conquête de la Sibérie par Ermak Timofeïévitch. Après la création de la ligne de fortifications de Tsaritsyne au XVIIIe siècle le gouvernement décida d'organiser les cosaques en une « armée cosaque de la Volga » (Волгское казачье войско). Celle-ci regroupait 1057 familles (essentiellement des cosaques du Don) et avait son état-major à Doubovka, au nord de Tsaritsyne. Les cosaques de la Volga furent impliqués dans le soulèvement de Pougatchev en 1773-1775. De 1770 à 1777 la majorité des cosaques de la Volga furent transférés en Ciscaucasie et intégrés à l'armée des cosaques du Terek. L'armée des cosaques de la Volga fut dissoute au début du XIXe siècle et ses restes reversés dans l'armée des cosaques d'Astrakhan et les Cosaques du Terek, en Ciscaucasie . Portail de la Russie Portail de l'histoire militaire Trouve plus

Cosaques de l'Oural: Les cosaques de l'Oural (en russe : Уральские казаки) ou l'armée cosaque de l'Oural (Ура́льское каза́чье во́йско) est une communauté cosaque de l'empire russe située dans le bassin de l'Oural. La communauté remonte au XIVe siècle et elle portait, jusqu'en 1775, le nom de cosaques du Iaïk. L'état-major était situé à Ouralsk. Trouve plus

Cosaques de l'Oussouri: Les cosaques de l'Oussouri (en russe : Уссури́йские казаки́) ou l'armée cosaque de l'Oussouri (Уссури́йское каза́чье во́йско) est une communauté cosaque de l'empire russe située dans l'oblast de Primorié. Elle date de 1889 et exista jusqu'à la révolution russe. L'état-major était situé à Vladivostok puis à Iman. Trouve plus

Cosaques de Poniatowski: Trouve plus

Cosaques de Semiretchie: Les cosaques de Semiretchie (en russe : Семиреченские казаки́) sont une communauté cosaque de l'empire russe située dans l'oblast de Semiretchie (région des sept rivières, actuellement au Kazakhstan et Kirghizistan). Elle date de 1867 et exista jusqu'à la révolution russe. L'état-major était situé à Verniy. Trouve plus

Cosaques de Sibérie: Les cosaques de Sibérie (en russe : Сиби́рские казаки́) ou l'armée cosaque de ligne de Sibérie (Сиби́рское Линейное Каза́чье Во́йско) est une communauté cosaque de l'empire russe située en Sibérie. Elle apparu au XVIe siècle avec la conquête de la Sibérie par Ermak Timofeïévitch et exista jusqu'à la guerre civile russe. L'état-major était situé à Omsk. Trouve plus

Cosaques de Transbaïkalie: Les cosaques de Transbaïkalie (en russe : Забайка́льские казаки́) ou l'armée cosaque de Transbaïkalie (Забайка́льское каза́чье во́йско) est une communauté cosaque de l'empire russe située en Transbaïkalie. Elle date du XVIIe siècle et exista jusqu'à la révolution russe. L'état-major était situé à Tchita. Trouve plus

Cosaques d'Orenbourg: Les cosaques d'Orenbourg (en russe : Оренбургские казаки ou оренбуржские казаки) ou l'armée cosaque d'Orenbourg (Оренбургское каза́чье во́йско) est une communauté cosaque de l'empire russe située dans le gouvernement d'Orenbourg au sud de l'Oural. L'état-major était situé à Orenbourg. Trouve plus

Cosaques du Boug: L'armée cosaque du Boug (en russe : Бугское казачье войско, en ukrainien : Бузьке козацьке військо) est une communauté cosaque formée en 1769 à partir de Cosaques, Ukrainiens, Valaques, Serbes et Bulgares ayant soutenu la Russie lors de la guerre russo-turque de 1768-1774. Leur régiment, commandé par l'ataman Skrajinski, s'installe après le conflit sur le cours du Boug méridional, la nouvelle frontière entre les empires russe et ottoman. Au cours de la guerre russo-turque de 1787-1792 trois régiments de cosaques de Boug participent à la prise d'Otchakov. Skrajinski est à cette occasion décoré de l'ordre de Saint-Georges de 4e classe. En 1797 l'armée cosaque du Boug est supprimée, les Cosaques devenant des serfs de l'État russe. Les nombreuses requêtes des anciens Cosaques adressées aux empereur Paul Ier et Alexandre Ier débouchent en 1803 sur la reformation de l'armée, dont le quartier général est alors 1803 la stanitsa Sokol. L'armée reçoit le droit d'accueillir dans ses rangs les réfugiés des Balkans (Chrétiens fuyant la domination turque). Les Cosaques prennent part à la guerre russo-turque de 1806-1812 et à la guerre patriotique de 1812 (au sein du corps d'armée de Matveï Platov). Ils font partie des troupes coalisées lors de la bataille de Paris (1814). En 1817, l'armée cosaque et deux régiments ukrainiens sont réunis pour former la nouvelle division de Uhlans du Boug. Portail de l'Empire russe Portail de l'Ukraine Portail de l'histoire militaire Trouve plus

Cosaques du Danube: L'armée des cosaques du Danube (ukrainien : Дунайське козаче військо; russe : Дунайское Казачье Войско) est une armée cosaque de l'empire russe formée en 1828 dans le sud-est du gouvernement de Bessarabie à la veille de la guerre russo-turque de 1828-1829, sur ordre de Nicolas Ier, à partir de descendants des cosaques zaporogues. Trouve plus

Cosaques du don: Trouve plus

Cosaques du fleuve Amour: Les cosaques du fleuve Amour (en russe : Амурские казаки́) ou l'armée cosaque du fleuve Amour (Амурское каза́чье во́йско) est une communauté cosaque de l'empire russe située en extrême-orient russe. Elle date de 1858 et exista jusqu'à la révolution russe. L'état-major était situé à Blagovechtchensk. Trouve plus

Cosaques du Ienisseï: Les cosaques du Ienisseï (en russe : Енисейские казаки́) sont une communauté cosaque de l'Empire russe située sur le cours du Ienisseï, en Sibérie. C'est une branche des Cosaques de Sibérie qui remonte à la fondation du fort de Ienisseïsk en 1619. Trouve plus

Cosaques du Kouban: Les Cosaques du Kouban (en russe : Кубанские кaзаки, Koubanskie kazaki) ou Koubaniens (кубанцы) sont des Cosaques qui vivent dans la région du Kouban, en Russie. Trouve plus

Cosaques du terek: Trouve plus

Cosaques enregistrés de la Fédération de Russie: Les cosaques enregistrés de la Fédération de Russie sont les groupes paramilitaires cosaques remplissant une charge officielle définie par la loi fédérale de la Fédération de Russie no 154-FZ du 5 décembre 2005 « Du service public des cosaques de Russie ». En temps de paix les missions des cosaques enregistrés sont principalement liées à la conservation, protection et restauration des forêts, l'éducation de la jeunesse selon des valeurs patriotiques et la préparation au service militaire, l'aide lors de catastrophes naturelles, accidents, incendies et états d'urgence. Il existe aussi des polices municipales cosaques. Actuellement la Fédération de Russie reconnaît onze groupes (ou armées) cosaques, ces derniers ont le droit de porter des uniformes et signes distinctifs, un fouet et une épée (dans certains cas aussi des armes à feu). Les rangs cosaques à partir de iessaoul et supérieurs sont décernés par un représentant du président, le rang de général cosaque est décerné par le président en personne. Les autres rangs sont décernés par les commandants des unités concernées. Trouve plus

Cosaques pendant la Seconde Guerre mondiale: Pendant la Seconde Guerre mondiale, des Cosaques ayant survécu à la terreur rouge, aux famines soviétiques de 1921-1922 et 1931-1933 et aux purges, s'allièrent à la Wehrmacht sous le commandement du colonel allemand Helmuth von Pannwitz, qu'ils élurent hetman. Certains autres se distinguèrent aussi dans les rangs des bolcheviks et combattirent dans les régiments de cavalerie cosaque reconstitués par Staline en 1936 afin de faire face aux armées nazies. Les formations de cavalerie cosaques de l'Armée Rouge sont dissoutes dès 1945 car le régime se méfiait de la cosaquerie, dont beaucoup de membres avaient combattu avec les Russes blancs durant la guerre civile russe et avaient fini au Goulag. Les milliers de cosaques ayant combattu au côté des Allemands ont été remis après-guerre par les Alliés occidentaux aux autorités soviétiques, sauf quelques dizaines qui s'étaient réfugiés au Liechtenstein, neutre. Parmi ceux qui devaient être remis aux Soviétiques, la plupart se suicidèrent en se mutinant et en attaquant leurs gardiens armés à mains nues, pour échapper à une mort cruelle dans les camps de Staline. Trouve plus

Cosaques zaporogues: Les Cosaques zaporogues (en ukrainien : Запорозькі козаки) ou simplement Zaporogues (en ukrainien : Запорожці), sont des Cosaques qui vivaient au-delà des Rapides du Dniepr (c'est-à-dire en amont), dans la région historique de l'Ukraine centrale dénommée Zaporoguie (en ukrainien : Запоріжжя). De nos jours, une grande partie de ce territoire est arrosée par le réservoir de Kakhovka. Des serfs fuyant la République des Deux Nations s'installèrent dans la région, sur l'île de Khortytsia et créèrent la Sitch zaporogue qui s'est constituée en une entité politique très respectée dotée d'un système de gouvernement parlementaire. Au cours des 16e, 17e et 18e siècles, les Cosaques zaporogues sont une force politique et militaire forte qui a défié l'autorité de la République des Deux Nations, du Tsarat de Russie et du Khanat de Crimée. Les troupes cosaques ont traversé une série de conflits et d'alliances impliquant les trois puissances, notamment en soutenant un soulèvement au 18e siècle. Leur chef a signé un traité avec les Russes. Ce groupe a été dissous de force à la fin du XVIIIe siècle par l'Empire russe, la majeure partie de la population ayant été transférée dans la région du Kouban, à l'extrémité sud de l'Empire russe. Les cosaques ont joué un rôle précieux en conquérant les tribus du Caucase et jouissaient en retour d'une liberté considérable accordée par les tsars. Le nom Zaporogue vient de l'emplacement de leur forteresse, la Sitch, à Zaporijjia : "terre au-delà des rapides", de l'ukrainien za "au-delà" et poróhy "rapides". Trouve plus

Cosara: COSARA (Comptoirs Saigonnais de Ravitaillement) était une compagnie aérienne et de transport de l'Indochine française fondée en 1947 par Maurice Loubière à Saïgon. Trouve plus

Cosas que nunca te dije: Trouve plus

Cosatu: Trouve plus

COSAVE: Trouve plus

Cosavoir: Trouve plus

Co-savoir: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...