Rechercher dans ce blog

mercredi 10 mars 2021

Conflit interne au Soudan du Sud de 2013-2014, Conflit inter-soudanais (2011), Conflit inter-soudanais (depuis 2011), Conflit inter-soudanais de 2011, Conflit inter-soudanais de 2011-2012,

Conflit interne au Soudan du Sud de 2013-2014: Trouve plus

Conflit inter-soudanais (2011): Trouve plus

Conflit inter-soudanais (depuis 2011): Trouve plus

Conflit inter-soudanais de 2011: Trouve plus

Conflit inter-soudanais de 2011-2012: Trouve plus

Conflit interyéménite de 1972: Trouve plus

Conflit inter-yéménite de 1972: Le conflit inter-yéménite de 1972 est un conflit armé qui a lieu en 1972 entre la République arabe du Yémen (dite Yémen du Nord ou Nord-Yémen) et la République démocratique populaire du Yémen (dite Yémen du Sud ou Sud-Yémen). Ce conflit est aussi connu comme la guerre inter-yéménite de 1972, le premier conflit inter-yéménite ou encore la première guerre inter-yéménite,. Il est déclenché, à l'initiative du Yémen du Nord, le 26 septembre 1972,, date du dixième anniversaire du début de la « révolution de 1962 ». Il prend fin 23 jours plus tard, le 19 octobre par un cessez-le-feu. Celui-ci est suivi d'un accord conclu au Caire le 28 octobre et prévoyant la réunification du Yémen dans un États « républicain, national et démocratique », basé sur des élections « libres et directes ». Trouve plus

Conflit inter-yéménite de 1979: Le conflit inter-yéménite de 1979 est un conflit qui a lieu entre la République arabe du Yémen et la République démocratique populaire du Yémen. Il fait suite au conflit inter-yéménite de 1972. Trouve plus

Conflit israelo-arabe: Trouve plus

Conflit israélo-arabe: Le conflit israélo-arabe est le nom donné aux relations tendues entre l'État d'Israël et les États arabes environnants, depuis la création d'Israël le 14 mai 1948. Il a eu pour points d'orgue sept conflits armés : la guerre de 1948, la guerre de Suez en 1956, la guerre des Six Jours en 1967, la guerre d'usure en 1967, la guerre du Kippour en 1973, la première guerre du Liban en 1982, et la seconde guerre du Liban en 2006. Ce conflit occupe une place majeure dans la géopolitique du Proche-Orient, où plusieurs problématiques l'accompagnent : l'instabilité de la région (à cause de la non-reconnaissance de l'État d'Israël par la majorité des pays arabes), le contrôle par Israël des lieux saints de Jérusalem (ville sacrée des trois monothéismes), les colonies israéliennes de la Cisjordanie et du Golan, et le contrôle par Israël du bassin du lac de Tibériade (importante ressource d'eau potable). Le conflit israélo-arabe est parallèle et en partie lié au conflit israélo-palestinien, caractérisé par la question des réfugiés palestiniens, par l'exacerbation du sentiment national palestinien (né dans les années 1920 mais jamais concrétisé par la création d'un État) et par l'apparition à la fin des années 1960 de groupes d'activistes palestiniens perpétrant des attentats, des prises d'otages et des détournements d'avions. Trouve plus

Conflit israélo-libanais: Le conflit israélo-libanais, ou conflit du Sud-Liban, désigne une série d'affrontements militaires impliquant Israël, le Liban et la Syrie, l'Organisation de libération de la Palestine, ainsi que diverses milices agissant depuis l'intérieur du Liban. Le conflit a atteint son point culminant dans les années 1980, pendant la guerre civile libanaise, mais il a depuis décliné. L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a recruté des militants au Liban parmi les familles de réfugiés palestiniens qui avaient été expulsés ou avaient fui en raison de la création d'Israël en 1948,. Après que la direction de l'OLP et sa brigade du Fatah ont été expulsées de Jordanie en 1970-71 pour avoir fomenté une révolte, elles sont entrées au Sud-Liban, ce qui a entraîné une augmentation de la violence interne et transfrontalière. Pendant ce temps, les tensions démographiques liées au Pacte national libanais ont conduit à la guerre civile libanaise (1975-1990). L'OLP a été l'un des facteurs clés de l'éclatement de la guerre civile libanaise et ses âpres batailles avec les factions libanaises ont provoqué une intervention étrangère. L'invasion du Liban par Israël en 1978 a poussé l'OLP au nord du Litani, mais l'OLP a poursuivi sa campagne contre Israël. Israël envahit à nouveau le Liban en 1982, en alliance avec les principales milices chrétiennes libanaises, les Forces libanaises et le parti Kataeb, et expulse de force l'OLP. En 1983, Israël et le Liban ont signé l'accord du 17 mai, qui fournit un cadre pour l'établissement de relations bilatérales normales entre les deux pays, mais les relations ont été perturbées par la prise de contrôle des milices chiites et druzes au début de 1984. Israël s'est retiré de la plus grande partie du Liban en 1985, mais a gardé le contrôle d'une zone tampon de sécurité de 20 kilomètres, tenue avec l'aide de militants mandataires de l'Armée du Liban Sud (ALS). En 1985, le Hezbollah, un mouvement radical chiite libanais parrainé par l'Iran, a appelé à la lutte armée pour mettre fin à l'occupation israélienne du territoire libanais. Lorsque la guerre civile libanaise a pris fin et que les autres factions belligérantes ont accepté de désarmer, le Hezbollah et l'ALS ont refusé. Le combat avec le Hezbollah a affaibli la résolution israélienne et a conduit à l'effondrement de l'ALS et au retrait israélien en 2000 de son côté de la frontière désignée par l'ONU (Ligne bleue). Invoquant le contrôle israélien du territoire des fermes de Chebaa, le Hezbollah a poursuivi ses attaques transfrontalières par intermittence au cours des six années suivantes. Le Hezbollah cherche maintenant à obtenir la libération de citoyens libanais détenus dans des prisons israéliennes et a utilisé avec succès la tactique consistant à capturer des soldats israéliens comme moyen de pression pour un échange de prisonniers en 2004,. La capture de deux soldats israéliens par le Hezbollah a déclenché la guerre du Liban en 2006. Son cessez-le-feu appelle au désarmement du Hezbollah et au respect de l'intégrité territoriale et de la souveraineté du Liban par Israël. Les hostilités ont été suspendues le 8 septembre 2006. En 2015, la situation est restée généralement calme, malgré les deux parties qui ont violé les accords de cessez-le-feu ; Israël en effectuant des survols quasi quotidiens du territoire libanais, et le Hezbollah en ne désarmant pas. Trouve plus

Conflit israelo-libanais de 2006: Trouve plus

Conflit israélo-libanais de 2006: Le conflit israélo-libanais de 2006 (aussi appelé la « Guerre des Trente-trois-jours »), épisode du conflit israélo-arabe, est un conflit armé qui a opposé Israël au Liban (principalement des forces armées comme le Hezbollah de Hassan Nasrallah, et dans une moindre mesure l'armée libanaise) à compter du 12 juillet 2006. Une trêve correspondant à la résolution 1701 de l'ONU est intervenue le 11 août, au plus fort des combats. Cette guerre est connue en Israël comme la deuxième guerre du Liban, au Liban comme la guerre de juillet. Trouve plus

Conflit israelo-palestinien: Trouve plus

Conflit israélo-palestinien: Le conflit israélo-palestinien (CIP) désigne le conflit qui oppose Palestiniens et Israéliens au Proche-Orient. Il oppose deux nationalismes (le nationalisme juif et le nationalisme arabe palestinien) et inclut une dimension religieuse importante, notamment du fait qu'Israël est un État juif, à majorité juive et que les Palestiniens sont majoritairement musulmans. L'opposition arabe au sionisme se marque dès le début du mandat britannique sur la Palestine, avec de nombreuses émeutes et massacres et une révolte arabe entre 1936 et 1939. Après la Seconde Guerre mondiale, ce sont les Juifs qui se révoltent. Ne pouvant plus le gérer, les Britanniques transmettent le dossier à l'Organisation des Nations unies qui fin 1947 vote le partage de la Palestine. Le lendemain, la guerre civile éclate qui six mois plus tard est suivie de la première guerre israélo-arabe. La région voit l'exode d'Arabes palestiniens pendant cette guerre, l'arrivée en Israël de réfugiés juifs en provenance des pays arabes entre 1948 et 1952, puis un nouvel exode depuis la Cisjordanie vers la Jordanie, pendant la guerre des Six Jours ainsi que l'arrivée en Israël de près de 600 000 Juifs en provenance des pays arabes, chassés de chez eux. Les mouvements de populations ont débouché sur le problème des réfugiés palestiniens, qui sont près de 5 millions aujourd'hui. Israël présente aussi une minorité d'environ 2 millions d'Arabes israéliens. Les Nations unies ont à ce jour émis près d'une centaine de résolutions par le Conseil de Sécurité et l'Assemblée générale, afin de résoudre le conflit. Plusieurs négociations et conférences de paix ont également eu lieu. Trouve plus

Conflit israëlo-palestinien: Trouve plus

Conflit judéo-arabe: Trouve plus

Conflit judéo-arabe de 1947-1949: Trouve plus

Conflit juridique: Trouve plus

Conflit kurde en Irak: Les Kurdes, peuple sans État, ont développé au XXe siècle un mouvement visant à l'autonomie ou à l'indépendance de la région kurde d'Irak. Ce mouvement, avec sa branche armée, les peshmergas, soutient une série d'insurrections ponctuées de trêves sous la République d'Irak pendant une grande partie du XXe siècle avec une intensification du conflit entre 1961 et 1991. Malgré les dures campagnes de répression menées par l'armée irakienne, ces insurrections aboutissent à l'autonomie de la Région du Kurdistan à partir de 1991 puis de manière renforcée durant les années 2000 après la guerre d'Irak. Trouve plus

Conflit kurde en Turquie: Le conflit kurde en Turquie a lieu au Kurdistan turc depuis 1984. La question kurde, née principalement à la fin de la Première Guerre mondiale et de la chute de l'Empire ottoman, agite la vie géopolitique du pays depuis la naissance de la République turque en 1923. Trouve plus

Conflit kurdo-turc: Trouve plus

Conflit libanais de 2008: Le conflit libanais de 2008 est une série d'affrontements armés de grande ampleur entre factions politiques pro-gouvernement et des factions politiques opposées. La crise éclate dans un contexte politique tendu, après qu'une paralyse politique de 18 mois dégénère hors de contrôle. Le conflit débute lorsque le gouvernement du Liban renvoie le directeur de la sécurité de l'aéroport de Beyrouth et ordonne de démanteler le réseau de télécommunication du Hezbollah. Le 8 mai 2008, dans un discours télévisé, son chef Hassan Nasrallah affirme que ceci est une déclaration de guerre du gouvernement, une volonté de soumission à l'américano-sionisme, et que son mouvement politique répondra. Le premier ministre refuse de reculer, et, peu après, des violents affrontements éclatent partout dans Beyrouth. Des miliciens attaquent le siège du mouvement du futur ainsi que plusieurs journaux. La maison de Saad Hariri est attaquée par des tirs de lance-roquettes alors que les membres du gouvernement, encerclés, sont protégés par l'armée. Dans les jours qui suivent, des affrontements entre partis politiques ont lieu partout dans le pays, notamment dans Tripoli à la frontière avec la Syrie. Au sein du Mont Liban, des tirs entre membres du Hezbollah et du Parti Socialiste Progressiste dégénèrent en affrontements aux mortiers. Le 21 mai 2008, les accords de Doha mettent fin à 18 mois de conflit politique qui ont failli déboucher sur une guerre civile. Trouve plus

Conflit lié à l'eau: Trouve plus

Conflit linguistique: Trouve plus

Conflit linguistique valencien: Trouve plus

Conflit malien de 2012-2013: Trouve plus

Conflit maritime inter-coréen: Le conflit maritime inter-coréen, également connu sous le nom de guerre du Crabe, est une suite d'incidents maritimes frontaliers entre la Corée du Nord et la Corée du Sud en mer Jaune. Les États-Unis et la République populaire de Chine se sont dits préoccupés par ce conflit, espérant une solution diplomatique. Trouve plus

Conflit maroco-ottoman: Trouve plus

Conflit materiel: Trouve plus

Conflit matériel: Un conflit matériel est un problème détecté par un système d'exploitation indiquant que deux ou plusieurs composants utilisent une même ressource (comme une même interruption). Trouve plus

Conflit militaire: Trouve plus

Conflit militaire indo-pakistanais de 2019: Trouve plus

Conflit moderne: Trouve plus

Conflit négatif: Trouve plus

Conflit non violent: La théorie du conflit non violent, conçue par Peter Ackerman, affirme que les mouvements qui prennent la décision stratégique de renoncer à la violence réussissent beaucoup plus souvent à renverser un despote que les mouvements violents. À l'origine de cette idée, Gene Sharp, qui a remis en question l'image romantique entourant les révolutionnaires du tiers-monde. Sharp, en s'appuyant sur Hannah Arendt et Max Weber, affirme que les marxistes se méprenaient sur la nature du pouvoir : les régimes oppressifs ne survivent pas parce qu'ils monopolisent la violence de la société mais parce qu'ils obtiennent l'assentiment de la société : « L'obéissance est au cœur du pouvoir politique ». À la différence de Gandhi, Ackerman n'opte donc pas pour la non-violence en raison de sa supériorité morale mais pour son efficacité. Il observe que les mouvements qui réussissent sont ceux qui se fixent des objectifs limités et accessibles. Trouve plus

Conflit non-violent: Trouve plus

Conflit nord irlandais: Trouve plus

Conflit nord-irlandais: Le conflit nord-irlandais, appelé aussi « les Troubles » (en anglais : the Troubles ; en irlandais : Na Trioblóidi ; en scots : The Truibils), est une période de violences et d'agitation politique en Irlande du Nord dans la seconde moitié du XXe siècle. Il débute à la fin des années 1960 et est considéré comme terminé entre 1997 et 2007 selon les interprétations. La violence continue cependant après cette date, mais de façon occasionnelle et à petite échelle, tandis que la plupart des groupes belligérants déposent les armes. Le conflit commence dans la seconde moitié des années 1960 par un mouvement pour les droits civiques contre la ségrégation confessionnelle que subit la minorité catholique. L'opposition entre républicains et nationalistes (principalement catholiques) d'une part, loyalistes et unionistes (principalement protestants) d'autre part sur l'avenir de l'Irlande du Nord entraîne une montée de la violence qui dure pendant trente ans. Elle est le fait de groupes armés républicains, comme l'IRA provisoire dont le but est de mettre fin à l'autorité britannique en Irlande du Nord et de créer une République irlandaise sur l'ensemble de l'île, et loyalistes, comme l'Ulster Volunteer Force formée en 1966 pour stopper ce qu'il perçoit comme la détérioration du caractère britannique du pays, mais aussi d'émeutes populaires et des forces de sécurité de l'État britannique (armée et police). La collaboration entre les forces de sécurité britanniques et les paramilitaires unionistes, niée par les gouvernements successifs, est désormais admise. Le conflit nord-irlandais est diversement défini par plusieurs de ses acteurs, soit comme une guerre,, un conflit ethnique, une guérilla ou une guerre civile. L'action des groupes armés républicains (principalement l'IRA provisoire) est considérée comme du terrorisme par les forces de sécurité britanniques, mais aussi comme une révolution, une insurrection ou une résistance militaire à l'occupation et à l'impérialisme britannique par leurs partisans. Les historiens sont partagés sur ces qualifications,, certains refusant l'usage du terme « terrorisme »,. Ce conflit affecte la vie quotidienne de la plupart des Nord-Irlandais, ainsi qu'incidemment celle des Anglais et des Irlandais du Sud de l'île. En plusieurs occasions entre 1969 et 1998, ce conflit manque de se transformer en une véritable guerre civile. Par exemple en 1972 après le Bloody Sunday à Derry/Londonderry ou pendant la grève de la faim de prisonniers en 1981, quand se forment des mobilisations massives et hostiles des deux parties. En 1998, un processus de paix apporte une fin au conflit en s'appuyant sur l'accord du Vendredi saint. La reconnaissance par le gouvernement britannique pour la première fois de la « dimension irlandaise », le principe que le peuple de l'île d'Irlande dans son ensemble puisse résoudre les problèmes entre le Nord et le Sud par consentement mutuel, sans intervention extérieure, permet d'obtenir l'accord des loyalistes et des républicains. Elle établit aussi en Irlande du Nord un gouvernement consociatif, composé obligatoirement d'unionistes et de nationalistes. Trouve plus

Conflit nucléaire: Trouve plus

Conflit oromo: Trouve plus

Conflit parents-progéniture: Le terme de conflit parents-progéniture fut introduit en 1974 par Robert Trivers. Il est utilisé en écologie évolutive pour décrire les différences d'intérêts entre les parents et leur progéniture dans l'investissement parental optimal. Ce concept découle d'une vision de la sélection naturelle au niveau du gène et de l'individu. Trouve plus

Conflit PKK-Turquie: Trouve plus

Conflit psychique: Le conflit psychique est, en psychanalyse, une notion fondatrice et structurante du fonctionnement normal et de son développement, elle est aussi essentiellement à la source des névroses et des psychoses. En solidarité avec les mécanismes de défense, le conflit psychique se manifeste par l'organisation des symptômes en tant qu'expression des exigences internes en opposition, telles que désirs, représentations ou forces pulsionnelles antagonistes. Trouve plus

Conflit psychique (psychanalyse): Trouve plus

Conflit religieux: Trouve plus

Conflit russo-géorgien: Trouve plus

Conflit russo-géorgien de 2008: Trouve plus

Conflit senegalo-mauritanien: Trouve plus

Conflit sénégalo-mauritanien: Entre 1989 et 1991, le conflit sénégalo-mauritanien a opposé le long du fleuve Sénégal deux pays riverains, la Mauritanie et le Sénégal. Cette crise s'est soldée par la rupture de leurs relations diplomatiques pendant plusieurs années, des dizaines de milliers de victimes dans les deux pays, des milliers de réfugiés de part et d'autre, sans parler des répercussions non négligeables sur la politique intérieure sénégalaise. Elle a marqué durablement les relations entre les différentes communautés. Trouve plus

Conflit sexuel: En biologie évolutive, le conflit sexuel se produit dès que les mâles et les femelles d'une même espèce ont des intérêts évolutifs (fitness) opposés par rapport à un caractère qu'ils partagent (ou trait d'histoire de vie partagé) ,. Par exemple, lorsque les femelles ont un intérêt évolutif à la diminution du caractère partagé et les mâles un intérêt évolutif à l'augmentation du caractère partagé. La zone grisée du graphique ci-contre illustre cette situation. L'intuition principale pour comprendre le conflit sexuel est que les femelles, par définition, produisent des gamètes plus gros, couteux et donc en quantité limitée alors que les mâles produisent des gamètes plus petits, moins couteux et en grand nombre. C'est cette différence de taille des gamètes entre les sexes (anisogamie) qui sélectionne des stratégies reproductives différentes et potentiellement conflictuelles ente les sexes. Ainsi, les mâles sont en compétitions pour les gamètes femelles en quantité limité et seront sélectionnés pour des stratégies qui leur permettent de s'accaparer la paternité sur le plus grand nombre possible de gamète femelle. Cependant, ces stratégies peuvent nuire indirectement aux partenaires sexuelles femelles elles-mêmes, en les empêchant d'adopter des stratégies qui maximisent leur propre fitness (cf; mise en évidence expérimentale du conflit sexuel). Le conflit sexuel est donc un cas biologique de tragédie des communs, où le commun est la capacité reproductive totale de la population (ou quantité totale d'œufs produite par les femelles dans la population), qui se retrouve diminuée indirectement par les stratégies adoptées par les mâles. En biologie évolutive, le conflit sexuel est un cas particulier de sélection sexuelle, non mutuellement exclusif des autres formes de sélection sexuelles et sélections naturelles. C'est aussi un cas particulier de sélection antagoniste qui se produit entre les sexes d'une même espèce. Le conflit sexuel touche toutes les espèces sexuées (dont les hermaphrodites) dans beaucoup d'aspects de leur biologie,. Il a surtout été étudié chez les animaux mais il y a aussi des preuves de conflit sexuel chez les plantes. À titre d'exemples, il peut y avoir confit sexuel par rapport à la fréquence des accouplements, par rapport à l'investissement parental, par rapport à la longueur des pattes à l'âge adulte, par rapport au nombre de partenaire sexuel, par rapport à l'expression d'un gène à tel moment du développement, par rapport à la séquence d'un gène dans le génome, etc. Sur le plan génétique, il est important de comprendre que les deux sexes ne sont pas sélectionnés pour les mêmes stratégies évolutives et ne produisent pas les mêmes gamètes alors même qu'ils partagent le même génome autosomal (chromosomes sexuels mis à part). On comprend alors que, si l'expression d'un gène autosomal favorise la spermatogenèse chez les mâles mais diminue l'ovogenèse s'il s'exprime chez les femelles, alors il y aura conflit sexuel par rapport au taux d'expression de ce gène puisqu'il est présent chez les deux sexes (voir deuxième étude de cas). On distingue en fait deux types de conflits sexuels au niveau génétique, selon le nombre de locus en conflit dans le génome : le conflit intra-locus et inter-locus. (voir section dédiée). L'une des conséquences possibles est la coévolution antagoniste des sexes dans une course à l'armement où chacun des sexes est sélectionné pour des traits d'histoire de vie (ou caractères) qui lui sont favorables mais qui sont délétères pour l'autre sexe. Une autre conséquence peut être la résolution du conflit par l'apparition d'un dimorphisme sexuel ,. Par exemple, lorsqu'il y a conflit par rapport à l'expression d'un gène, il est théoriquement possible que ce gène évolue un taux d'expression différent dans les deux sexes, leur permettant chacun une adaptation propre à leur intérêt sans que cela n'impacte l'autre sexe. Cependant, par exemple, lorsqu'il y a conflit sexuel par rapport à la fréquence des accouplements dans la population, cette fréquence est par définition la même pour les mâles et les femelles, ainsi, ce conflit ne peut pas être résolu. En théorisant les divergences d'intérêts évolutifs entre les sexes au sein d'une même espèce sexuée, cette théorie permet une compréhension scientifique de l'évolution de certains caractères qui semblaient contre-intuitifs avant. C'est le cas pour les inséminations traumatiques, la présence d'agents anti-aphrodisiaques dans le sperme, les combats pré-copulatoires, etc. Un des articles fondateur date de 1976. Trouve plus

Conflit sino-soviétique: Le nom de conflit sino-soviétique peut faire référence à plusieurs épisodes de conflit ou incidents armés entre la Chine et l'Union soviétique : le conflit sino-soviétique de 1929 le conflit frontalier sino-soviétique de 1969. Trouve plus

Conflit sino-soviétique (1929): Le conflit sino-soviétique de 1929 (en chinois : 1929年 中東路事件; en russe : Конфликт на Китайско-Восточной железной дороге) est un conflit armé mineur entre l'Union soviétique et le seigneur de guerre Zhang Xueliang qui dirigeait la clique du Fengtian et dominait la République de Chine. Ce conflit porta sur le contrôle du chemin de fer de l'Est chinois (également appelé CER). Lorsque les Chinois s'emparent du chemin de fer de l'Est chinois en 1929, une rapide intervention militaire de l'Armée rouge met rapidement fin à la crise et force les Chinois à accepter le rétablissement de l'administration conjointe soviéto-chinoise du chemin de fer,. Trouve plus

Conflit sino-soviétique de 1929: Trouve plus

Conflit sociocognitif: Le conflit sociocognitif est un élément moteur dans l'approche « néo-piagétienne » des théories psychosociales et sociocognitives de l'apprentissage et du développement. Apparaissant vers 7-8 ans, le conflit sociocognitif est la confrontation à un problème entre plusieurs enfants. Il est formateur dans la mesure où il permet à l'enfant de prendre conscience du point de vue d'autrui et de reformuler le sien. Après avoir pris du recul sur le problème, l'enfant va construire son esprit en jaugeant laquelle des solutions est la plus adéquate. Portail de la psychologie Trouve plus

Conflit sud-yéménite: Le conflit sud-yéménite ou Mouvement pacifique du sud, est un conflit politique et social puis armé opposant le gouvernement du Yémen et le mouvement du Sud depuis 2009. Trouve plus

Conflit syrien de 2011-2012: Trouve plus

Conflit tchado-libyen: Le conflit tchado-libyen est un conflit entre le Tchad et la Libye pour le contrôle de la bande d'Aozou entre 1978 et 1987, avec un soutien important de la France au premier (opération Manta puis opération Épervier). Prolongement de la première guerre civile tchadienne qui oppose tout d'abord le pouvoir central tchadien et les différents mouvements de rébellion, puis le pouvoir central et ses alliés rebelles aux rebelles soutenus par la Libye, elle voit la victoire finale d'Hissène Habré, rebelle tchadien porté au pouvoir durant le conflit, qui expulse les forces libyennes de Mouammar Kadhafi du territoire tchadien. Trouve plus

Conflit territorial de Caledonia: La conflit territorial de Caledonia est une crise politique qui oppose la Réserve des Six Nations et l'État ontarien depuis le 28 février 2006 au Canada. Elle a lieu à Caledonia, dans le comté d'Haldimand, près de Hamilton. Trouve plus

Conflit territorial des îles Senkaku: Le conflit territorial des îles Senkaku, en japonais : 尖閣諸島問題, en chinois simplifié : 钓鱼岛及其附属岛屿主权问题, désigne depuis 1971 la rivalité entre le Japon, la République populaire de Chine (RPC) et Taïwan au sujet de la revendication et du contrôle des îles Senkaku, un petit archipel inhabité situé en mer de Chine orientale, au large de la Chine, au nord-est de l'île de Taïwan et à l'ouest des îles Ryūkyū. L'archipel est appelé îles Senkaku (尖閣諸島, Senkaku-shotō, littéralement « archipel Senkaku ») en japonais et îles Diaoyutai (chinois simplifié : 钓鱼台群岛 ; chinois traditionnel : 釣魚台群島 ; pinyin : Diàoyútái Qúndǎo) en chinois. Trouve plus

Conflit territorial des îles Senkaku / Diaoyu: Trouve plus

Conflit territorial des îles Senkaku/Diaoyu: Trouve plus

Conflit territorial en mer de Chine meridionale: Trouve plus

Conflit territorial en mer de chine méridionale: Trouve plus

Conflit Turquie-PKK: Trouve plus

Conflits: Trouve plus

Conflits algéro-chérifiens: Trouve plus

Conflits algéro-hispanique: Trouve plus

Conflits algéro-hispaniques: Les conflits entre la Régence d'Alger et l'Espagne, ou les conflits algéro-hispaniques sont une série de guerres entre d'une part la régence d'Alger et ses alliés — les sultanats locaux ou confédérations tribales — et l'Empire espagnol. Les origines de ces conflits entre les deux rives sont multiples. Les sultans zianides apportent un soutien économique et militaire à l'émirat de Grenade lors de la Reconquista. D'autre part, en mer, les navires espagnols sont régulièrement attaqués par les Algériens. Sur la lancée de la Reconquista, les Espagnols envisagent dès lors de s'établir durablement sur les côtes nord-africaines avec la prise de Mers el-Kébir (1504), d'Oran (1509), Béjaïa (1510) et imposant un peñon (forteresse îlot) face à Alger (1510). Ces succès Espagnols du début du XVIe siècle induisent le ralliement progressif de villes et tribus aux frères Barberousse. C'est le début de la régence d'Alger, qui reprend les villes du littoral algérien et ravive le corso en Méditerranée. À partir de 1775, l'Espagne va lancer une série d'expéditions qui auront pour objectif de réduire l'influence algérienne en Méditerranée, dans le cadre de la Guerre hispano-algérienne (1775-1785). Trouve plus

Conflits armés: Trouve plus

Conflits asymétrique: Trouve plus

Conflits asymétriques: Trouve plus

Conflits au Cambodge en 1997: Trouve plus

Conflits d'intérêts: Trouve plus

Conflits de la Période républicaine: Trouve plus

Conflits de la Période républicaine (Brésil): La Période républicaine se situe après celle de l'Empire et est divisée en "Vieille République" (1889-1930), "Estado Novo" (1930-1945), "Troisième République" (1945-1964), "Régime Militaire" (1964-1985) et "Nouvelle République" (depuis 1985). Elle a aussi eu ses nombreux conflits, révoltes et insurrections dans l'historique des conflits latino-américains, qui perdurent jusqu'à nos jours à travers la répression des mouvements sociaux, notamment celui de lutte pour le droit à la terre. Trouve plus

Conflits de l'Empire: Les conflits de l'Empire sont les conflits qui ont marqué l'histoire militaire et politique de l'Empire du Brésil. Il s'agit d'une période de troubles intenses dans l'histoire des conflits latino-américains, qui se termine, le 15 novembre 1889, par un coup d'État qui met en place la République. Cependant, ce coup d'État n'amène pas la stabilité au Brésil, qui connaît désormais les conflits de la Période républicaine. Trouve plus

Conflits de l'Empire (Brésil): Trouve plus

Conflits d'intérêt: Trouve plus

Conflits d'intérêts: Trouve plus

Conflits d'intérêts sur Wikipédia: Les conflits d'intérêts lors de l'édition de Wikipédia surviennent lorsque des contributions sont faites pour mettre en avant des intérêts personnels (politiques, économiques, professionnels...) plutôt que ceux de ce projet d'encyclopédie. Plusieurs organisations et individus ont tenté de modifier ainsi des articles du site. En conséquence, le projet s'est doté de plusieurs règles visant à contrer ce biais et à maintenir la neutralité de point de vue. En juin 2014, onze grandes firmes de relations publiques (RP) ont signé une déclaration où elles s'engagent à respecter les politiques de Wikipédia concernant les conflits d'intérêts. La déclaration prend acte que ces firmes n'ont pas toujours agi ainsi dans le passé et qu'elles ont modifié les pages concernant leur clients pour retirer de l'information négative à leur endroit. Trouve plus

Conflits du Cachemire: Trouve plus

Conflits en Érythrée: Trouve plus

Conflits endémiques: Un conflit endémique est un état de guerre continuel ou fréquent comme on le trouve dans certaines sociétés tribales (ce terme ne se limite cependant pas qu'aux sociétés tribales). Les combats rituels (ou batailles rituelles ou guerres rituelles) permettent l'affirmation du courage, de la masculinité et l'expression d'émotions tout en entraînant relativement peu de blessures et encore moins de morts. Une telle pratique peut donc être considérée comme une forme de résolution de conflit et/ou comme un exercice psychosocial. Les amérindiens se livraient souvent à ce genre d'activité, mais la fréquence des conflits dans la plupart des cultures de chasseurs-cueilleurs est encore un sujet de controverse. La guerre est un terme connu dans la plupart des sociétés tribales, mais certaines de ces sociétés développent un accent particulier sur l'exaltation de la culture guerrière (comme les Nuer du Soudan du Sud, les Maoris de Nouvelle-Zélande, les Dugum Dani de Papouasie, les Yanomami (surnommés " le peuple féroce ") d'Amazonie ou les tribus celtiques et germaniques durant l'âge du fer, en Europe). La culture de la guerre intertribale est présente depuis longtemps en Nouvelle-Guinée. Les sociétés communales sont capables de faire dégénérer les conflits en guerres d'annihilation totale. C'est pourquoi, dans le bassin amazonien, les tribus Jívaro faisaient preuve d'une animosité perpétuelle envers leurs voisins. Il y a une différence fondamentale entre un conflit au sein d'une même tribu et une guerre contre une tribu voisine, ainsi « les guerres entre différentes tribus sont en principe des guerres d'extermination ». Les Yanomami d'Amazonie pratiquaient traditionnellement un système d'escalade de la violence en plusieurs étapes. Tout d'abord, un duel de coups sur la poitrine ou un duel de gifles sur le flanc. Pour les infractions plus graves, comme le vol de nourriture ou lorsqu'un homme convoite la femme d'un autre, un combat de masse a lieu. Les deux hommes se donnent des coups à tour de rôle sur la tête à l'aide d'une masse en bois. Une nouvelle escalade peut se traduire par des raids sur les villages concernés dans le but de tuer au moins un membre de la faction hostile ou d'enlever des femmes. Enfin, le stade le plus élevé de violence est le Nomohoni, une forme de traîtrise. Les ennemis sont généralement invités sous un prétexte amical et ensuite massacrés. Des coutumes similaires sont connues des Dugum Dani et des Chimbu de Nouvelle-Guinée, des Nuer du Soudan et des Indiens des plaines d'Amérique du Nord. Chez les Chimbu et les Dugum Dani, le vol de cochon était la cause la plus fréquente de conflit, encore plus que l'enlèvement de femmes. Chez les Yanomami, la cause initiale de guerre la plus répandue part d'une accusation de sorcellerie. Dans ces communautés, les conflits servent à apaiser les tensions intra-groupe et possèdent des aspects d'un « jeu », un "football trop enthousiaste". Les conflits des Dugum Dani ont tout particulièrement un élément de jeu remarquable, avec un exemple documenté d'une bataille interrompue lorsque les deux camps ont été distraits par un pigeon qui passait et lui ont jeté des pierres. Trouve plus

Conflits entre la régence d'Alger et les dynasties chérifiennes: Les conflits entre la régence d'Alger et les dynasties chérifiennes ou conflits algéro-chérifiens sont, dans le cadre des conflits opposant le Maroc à l'Empire ottoman et ses dépendances, une série de guerres entre d'une part la régence d'Alger et ses alliés — les sultanats locaux ou confédérations tribales —, et les dynasties chérifiennes Saadiens et Alaouites régnant sur le Maroc depuis le XVIe siècle. Les origines de ces conflits sont multiples et imbriquées. L'entreprise d'établissement étatique de la régence d'Alger au Maghreb central autour d'Alger comme nouveau centre politique de premier plan et son intégration à l'Empire ottoman se fait aux dépens des Zianides de Tlemcen à l'ouest. Ces derniers en conflits récurrents au début du XVIe siècle avec la régence d'une part et les Espagnols d'autre part finissent par voir leur domaine intégré à la régence. Leur affaiblissement attise les convoitises saadiennes et leur prétention sur l'ouest algérien. Si la régence d'Alger confirme son contrôle sur Tlemcen et l'Oranie elle n'a pas les moyens de lancer de longues campagnes dans les confins sahariens qu'elle délègue à diverses confédérations tribales comme les Ouled Sidi Cheikh. Les Saadiens bloqués au nord par l'Empire Espagnol et la Régence d'Alger trouvent alors un débouché sud-saharien pour l'extension de leur Empire. Ces conflits et les accords qui en découlent préfigurent les frontières et les délimitations entre les États-nations modernes du Maghreb. Trouve plus

Conflits entre lagash et umma: Trouve plus

Conflits entre Ottomans et Portugais (1538–1559): Les conflits ottomans-portugais de 1538 à 1559 furent une série de batailles militaires entre l'Empire portugais, le Royaume d'Ormuz et l'Empire éthiopien d'une part et l'Empire ottoman et le sultanat d'Adal d'autre part. Ces conflits eurent lieu dans l'océan Indien, dans le golfe Persique, dans la mer Rouge et en Afrique de l'Est . Trouve plus

Conflits entre Umma et Lagash: Trouve plus

Conflits féodaux dans les Marches de Normandie et d'Ile-de-France: Trouve plus

Conflits féodaux dans les Marches de Normandie et d'Île-de-France: À partir du XIe siècle et jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans, de nombreux conflits féodaux éclatent entre la Normandie et l'Ile-de-France. Ces deux territoires sont alors séparés l'un de l'autre par sept pays : Saosnois, Perche, Thymerais, Drouais, Pays d'Yveline, Mantois et Vexin français. Le moment le plus violent de cet affrontement entre Normands et Français s'étale de la fin du XIe au début du XIIIe siècle, soit la période s'étendant entre l'arrivée de Guillaume le Conquérant sur le trône d'Angleterre et la confiscation de la Normandie au souverain anglais par Philippe II Auguste. Les seigneurs de cette région de marche mènent alors une véritable lutte pour la survie, afin d'éviter l'invasion normande, l'assimilation française et le ravage permanent de leurs fiefs. La Maison de Montfort apparaît comme la famille noble locale la plus impliquée dans cette série de conflits. Les sept pays des Marches ne sont pas une région unifiée à l'époque, ils partagent juste l'emploi du patois francien, parlé avec l'accent traînant et grave normand et leurs grandes maisons sont très liées les unes aux autres. Ils partagent également la caractéristique d'être revendiqués par le duc de Normandie comme par le roi de France et d'être en permanence ravagés par les conflits féodaux entre les deux camps. Trois bords existent alors dans la région : les pro-normands, les pro-français et les partisans de l'unité et de l'indépendance locales. Le Perche est largement pro-normand et domine de fait le Saosnois. Le Thymerais et le Pays d'Yveline sont partisans d'une union entre seigneurs locaux, s'opposant aux Normands et aux Français, s'alliant tour à tour avec les uns et les autres pour survivre. Le Drouais est divisé entre une partie contrôlée par le roi de France et une autre dirigée par la Maison de Montfort. Le Mantois "propre" ne se limite plus qu'à la partie occidentale de son étendue (autour de Mantes et de Maule), les parties centrale et orientale (Poissy, Saint-Germain-en-Laye, Nanterre et leurs environs) étant alors déjà intégrées au domaine royal. Mantes est tenue par les seigneurs du Vexin français. Les seigneurs de Maule sont plutôt pro-français, mais ils sont aussi proches de Montfort. À partir du XIIe siècle, le Vexin français est largement acquis à la cause française, en raison des attaques incessantes des Normands. Sous l'impulsion d'Amaury III de Montfort et de ses vassaux Milon de Chevreuse et Gui le Rouge, le conflit prend une tournure différente entre 1104 et 1124. Ce n'est plus alors un simple combat entre Normandie et Ile-de-France, mais un affrontement à trois, les seigneurs des Marches s'unissant pour faire face aux deux bords. Les trois alliés principaux sont alors Amaury III de Montfort, Hugues II de Châteauneuf (à l'opposé de son grand-père pro-normand) et Galéran de Meulan. Avant cela, Amaury de Montfort avait rendu effective l'indépendance du Pays d'Yveline en vainquant Louis VI le Gros sur la Mauldre et à Chevreuse, mais en échouant néanmoins à s'emparer durablement du Mantois central, de l'Hurepoix et de la Beauce stampienne. Après avoir pris Alençon, L'Aigle, Breteuil, Evreux et Pacy-sur-Eure, suite au refus d'Henri Beauclerc de laisser à Amaury de Montfort la jouissance de son héritage d'Evreux, les coalisés sont vaincus, le Thymerais ne parvient pas à rallier le Perche à la cause commune et le Mantois est envahi. Seule l'intervention intéressée de Louis VI le Gros en faveur des coalisés permet de rétablir la paix avec les Normands. Après cet échec, le projet d'unité de la région meurt et les pays sont rattachés, au fur et à mesure des siècles, à la France, le Pays d'Yveline et la partie du Drouais qu'il domine étant les derniers sur la liste, intégrés à la France en 1547. Les batailles les plus importantes ont eu lieu à L'Aigle, Evreux et Breteuil pour celles s'étant déroulées en Normandie, Longny-au-Perche, Montfort-l'Amaury, Chevreuse, Mantes-la-Jolie et Houdan pour celles s'étant déroulées dans les Marches de Normandie et d'Ile-de-France et Montlhéry et Corbeil pour celles s'étant déroulées en Ile-de-France. Certaines, comme celle de Longny-au-Perche ont vu s'affronter les seigneurs des Marches entre eux, en raison de leurs orientations différentes (en l'occurrence il s'agit d'une victoire décisive du maréchal de Longny, pro-normand, sur Hugues de Châteauneuf, pro-unité et indépendance de la région). Trouve plus

Conflits frontaliers entre la Colombie et l'Équateur: Le conflit frontalier colombo-équatorien se réfère à une série de disputes territoriales survenues entre la Colombie et l'Équateur entre la dissolution de la Grande Colombie en 1830 et la signature du traité définitif en 1916. Trouve plus

Conflits frontaliers entre le Pérou et l'Equateur: Trouve plus

Conflits frontaliers entre le Pérou et l'Équateur: Les conflits frontaliers entre le Pérou et l'Équateur furent l'un des plus longs différends frontaliers de l'histoire de l'Amérique latine. Ils débutent en effet à l'indépendance des deux pays achevée en 1830 et ne sont résolus qu'en 1998. Trouve plus

Conflits frontaliers soviéto-japonais: Une série de conflits frontaliers soviéto-japonais, sans déclaration de guerre formelle, se déroule entre 1932 et 1945. Avant l'occupation japonaise de la Mandchourie extérieure, l'Union soviétique est également engagée dans un conflit avec la Chine dans la région. Trouve plus

Conflits gaziers russo-ukrainiens: Les termes conflits gaziers russo-ukrainiens, conflit du gaz ou guerre du gaz renvoient à différents conflits qui portent sur le prix et la distribution du gaz naturel en provenance de la Russie et transitant par l'Ukraine. À cause de l'incidence élevée que ces conflits ont sur les populations de différents pays appartenant à l'Union européenne en 2009, ils ont une portée géopolitique considérable. Par exemple, en Europe centrale et orientale en date du 16 janvier 2009, « des centaines d'usines [sont] à l'arrêt et des millions de personnes [sont] privées de chauffage ». Trouve plus

Conflits intercommunautaires en inde: Trouve plus

Conflits inter-communautaires en Inde: Trouve plus

Conflits israélo-arabes: Trouve plus

Conflits liés à l'eau: Trouve plus

Conflits maroco-ottomans: Les conflits maroco-ottomans consistent en une série de confrontations qui ont lieu entre le XVIe et la fin du XVIIIe siècle, opposant le Maroc à l'Empire ottoman et sa dépendance, la Régence d'Alger. Ils résultent des interventions ottomanes dans les affaires internes des dynasties wattasside puis saadienne pendant le XVIe siècle, du souhait des Ottomans d'imposer leur suzeraineté au Maroc, ainsi que des revendications territoriales de chaque partie au détriment de l'autre. Pendant le XVIe siècle, les Ottomans interviennent militairement au Maroc à plusieurs reprises en soutenant divers prétendants au trône, en organisant l'assassinat du sultan Mohammed ech-Cheikh ainsi qu'en lançant plusieurs expéditions militaires au sein du territoire marocain, tandis que les Marocains –qui réussissent à sauvegarder leur indépendance– tentent, en vain, d'annexer l'Oranie. Le conflit, qui s'apaise à la fin du XVIe siècle, resurgira entre le XVIIe et le XVIIIe siècle quand les Alaouites, qui succèdent aux Saadiens, réaffirment leurs revendications sur l'Oranie, sans toutefois réussir à l'annexer. Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...