Rechercher dans ce blog

mardi 9 mars 2021

Concerto pour piano no 2 de Saint-Saens, Concerto pour piano nº 2 de Saint-Saëns, Concerto pour piano no 2 de Tchaikovski, Concerto pour piano no 2 de Tchaïkovski, Concerto pour piano nº 2 de Tchaïkovski,

Concerto pour piano no 2 de Saint-Saens: Trouve plus

Concerto pour piano nº 2 de Saint-Saëns: Le concerto pour piano no 2 en sol mineur (op. 22) de Camille Saint-Saëns fut composé en moins de trois semaines en 1868 pour le pianiste Anton Rubinstein, grand ami du premier. Lors de sa première représentation, le 13 mai 1868 à Paris, le compositeur se mit au clavier et le pianiste à la direction. Le concerto est dédicacé à Madame A. de Villers, née de Haber. Trouve plus

Concerto pour piano no 2 de Tchaikovski: Trouve plus

Concerto pour piano no 2 de Tchaïkovski: Le Concerto pour piano no 2 en sol majeur, op. 44, de Piotr Ilitch Tchaïkovski fut composé de 1879 à 1880, publié en février 1881 et dédié à Nikolaï Rubinstein. Trouve plus

Concerto pour piano nº 2 de Tchaïkovski: Trouve plus

Concerto pour piano nº 20 de Mozart: Le Concerto pour piano no 20 en ré mineur (c'est le seul concerto pour piano de Mozart dans cette tonalité), K.466 est un concerto pour piano du compositeur Wolfgang Amadeus Mozart. Il est composé en 1785, quelques mois avant le Concerto pour piano en ut majeur K. 467 et créé au Mehlgrube (de) à Vienne le 11 février 1785 avec Mozart comme soliste. Trouve plus

Concerto pour piano no 21 de Mozart: Trouve plus

Concerto pour piano nº 21 de Mozart: Le Concerto pour piano no 21 en ut majeur, K. 467, est un concerto pour piano du compositeur classique Wolfgang Amadeus Mozart. Il fut composé le 9 mars 1785 à Vienne, peu de temps après le Concerto pour piano en ré mineur, K. 466. Trouve plus

Concerto pour piano nº 22 de Mozart: Le Concerto pour piano no 22 en mi bémol majeur, K. 482 est un concerto pour piano, ou piano-forte, du compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart. Il fut composé le 16 décembre 1785 à Vienne. Il suit de quelques mois le Concerto pour piano no 21 en ut majeur, K. 467. Trouve plus

Concerto pour piano no 23 de Mozart: Trouve plus

Concerto pour piano nº 23 de Mozart: Le Concerto pour piano no 23 en la majeur, K. 488, est un concerto pour piano du compositeur classique Wolfgang Amadeus Mozart. Le second mouvement Adagio figure parmi les œuvres les plus connues du compositeur. Trouve plus

Concerto pour piano nº 24 de Mozart: Le Concerto pour piano no 24 en do mineur, K. 491, est un concerto pour piano du compositeur classique Wolfgang Amadeus Mozart. Trouve plus

Concerto pour piano nº 25 de Mozart: Le Concerto pour piano no 25 en ut majeur, K. 503, est un concerto pour piano de Mozart. Achevé à Vienne le 4 décembre 1786 pour le public pragois de même que la Symphonie no 38 « Prague », il reçut un accueil triomphal des habitants de la Bohême. Trouve plus

Concerto pour piano nº 26 de Mozart: Le Concerto pour piano no 26 en ré majeur dit du Couronnement, K. 537, est un concerto pour piano de Mozart. Composé au début de 1788, il a été joué le 15 octobre 1790 à Francfort à l'occasion du couronnement de Léopold II. Il doit sa popularité à l'écriture qui doit beaucoup au style galant. Trouve plus

Concerto pour piano nº 27 de Mozart: Le Concerto pour piano no 27 en si bémol majeur (K. 595) est le dernier concerto pour piano de Wolfgang Amadeus Mozart. Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 (Kabalevski): Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 (Rachmaninov): Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 (Rautavaara): Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 (Tchaïkovski): Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 d'André Mathieu: Le concerto no 3 d'André Mathieu en ut mineur op. 25 est une œuvre dont la composition s'échelonna du 30 janvier au 20 juin 1943, alors que le compositeur a 14 ans. Cette pièce, qui est la plus connue d'André Mathieu, fut appelée Symphonie Romantique et Concerto Romantique, mais on la connaît surtout sous le nom de Concerto de Québec. Elle fut employée en 1947 dans le film canadien La Forteresse, tourné à Québec, qui lui donna beaucoup de popularité. Le 12 mai 2016, Alain Lefèvre révéla à Montréal lors d'une émission radiophonique avoir découvert que son enregistrement du concerto no 3 est basé sur une partition qui a eu des modifications (arrangements) pour le film La Forteresse, et que la partition originale a été découverte. Alain Lefèvre annonça un nouvel enregistrement et un concert, première mondiale, basé sur cette partition inédite. Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Bartok: Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Bartók: Le Concerto pour piano no 3, Sz 119, BB 127 est un concerto pour piano et orchestre de Béla Bartók. Dernier des concertos pour piano, il est écrit par le compositeur en 1945. Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Bartók: Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Beethoven: Le Concerto pour piano et orchestre no 3 en ut mineur, opus 37 est le troisième des cinq concertos pour piano de Ludwig van Beethoven. Composé tout juste après l'écriture du Testament de Heiligenstadt et contemporain de sa Troisième symphonie (1803 - 1804), ce concerto s'éloigne du style mozartien des deux précédents et est devenu depuis le XIXe siècle un modèle du genre par son équilibre formel et par sa conduite du discours musical, qui repose sur l'association de la virtuosité du soliste à la densité de l'orchestre. Ce n'est pas la première œuvre majeure de Beethoven en ut mineur préfigurant le romantisme : le compositeur avait déjà écrit la Sonate « pathétique » (1798 - 1799) ainsi que le Quatuor à cordes no 4 op. 18 (1799 - 1800). Suivra quelques années plus tard la Cinquième symphonie (1808), qui sera très influencée par ce concerto, par exemple du fait que son pont suive exactement le même système tonal. Ce troisième concerto conserve toujours une structure classique en trois mouvements, le premier étant de forme sonate, le deuxième de forme lied et le dernier un mélange entre le rondo et la forme sonate (procédé souvent utilisé par Beethoven), mais est l'une des premières œuvres du compositeur à reposer sur des éléments pré-romantiques, illustrant bien le début de « la période du milieu » chez le compositeur. Il possède aujourd'hui une grande place dans le répertoire pianistique et a été interprété par de nombreux solistes, depuis sa création en 1803 au Theater an der Wien par le compositeur lui-même, tels Arthur Rubinstein, Emil Guilels, Wilhelm Kempff, Alfred Brendel, Martha Argerich, Sviatoslav Richter, ou encore plus récemment Evgeny Kissin ou Murray Perahia à la Salle Pleyel en novembre 2012 avec l'Academy of St Martin-in-the-Fields. Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Beethoven: Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Hummel: Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Kabalevski: Le Concerto pour piano nº 3 en ré majeur, op. 50 (sous titré Jeunesse) est le troisième des Concertos pour piano écrit par Dmitri Kabalevski. Il a été écrit en 1952 et est dédié à tous les jeunes interprètes de l'Union soviétique et créé à Moscou le 1er février 1953 par Vladimir Ashkenazy, sous la direction du compositeur. Cette pièce ensoleillée et mélodieuse parvient à combiner l'efficace pyrotechnie pianistique avec l'intériorité de certains passages, permettant aux étudiants d'exprimer toute la palette de leur technique. Le concerto comporte trois mouvements : I. Allegro molto II. Andante con moto III. PrestoLe mouvement initial commence par une fanfare de trompettes dramatique, suivie par une écriture pianistique tourbillonnante qui le rapproche des plus grands concertos pour piano de Tchaïkovski et de Rachmaninov. Il y a une cadence centrale dramatique avant le retour du thème d'ouverture, le mouvement se terminant par la même fanfare courte. Le deuxième mouvement commence en sol mineur dans un style beaucoup plus austère, avec des notes aux cordes en pizzicato sur lequel une mélodie est jouée en octaves au piano. Il y a une section chatoyante centrale à un rythme plus rapide qui se déplace à travers différentes tonalités majeures avant que le thème mineur du début ne réapparaisse, mais cette fois accompagné par un forte de l'orchestre au complet. L'atmosphère calme du début revient finalement à la fin de ce mouvement. Le dernier mouvement commence à une vitesse vertigineuse, qui est brièvement interrompue en son milieu par une petite marche. Juste avant la fin, une mélodie romantique déjà entendue dans le premier mouvement est jouée à plein volume avant que le concerto ne s'achève par une coda prestissimo. L'œuvre utilise des thèmes déjà présents dans la Rhapsodie pour piano et orchestre op.75 (thème de la chanson «Années d'école»). Portail de la culture russe Portail de la musique classique Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Prokofiev: Sergei Prokofiev écrivit le Concerto pour piano no 3 en do majeur, opus 26 en 1921 en utilisant des ébauches qu'il avait écrites en 1913. Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Rachmaninov: Le Concerto pour piano en ré mineur, op. 30, est le troisième des quatre Concertos pour piano composés par Sergueï Rachmaninov. Il fut créé par l'auteur le 28 novembre 1909 à New York sous la direction de Walter Damrosch. Considéré comme l'une des partitions les plus difficiles du répertoire du fait de l'extrême virtuosité technique exigée du pianiste, son exécution en public représente pour l'interprète, étant donné sa facture pianistique monumentale et foisonnante, une vraie prouesse artistique. Il est avec son deuxième concerto son œuvre la plus populaire. Le concerto suit la structure classique en trois mouvements : Allegro ma non troppo en ré mineur. Le premier mouvement tourne autour d'une mélodie diatonique déjà développée vers une figuration pianistique complexe. Le second thème s'ouvre avec des échanges calmes entre l'orchestre et le piano avant tout dans une clé majeure. La première partie du premier mouvement du premier thème s'articule à haute voix dans une section qui ouvre une toccata comme des croches et atteint un accord. L'ensemble du développement montre des similitudes à un canon. Intermezzo : Adagio en ré mineur. Le second mouvement s'ouvre avec l'orchestre et celui-ci commence par des variations autour d'un unique luxe. Puis le thème arrive en fa dièse mineur. Une mélodie romantique s'accentue par une note tonique majeure, et après le premier thème de développement et de récapitulation, la mélodie principale du premier mouvement réapparaît. Le second mouvement se termine en ré bémol majeur, où le piano occupe une partie de la cadence. Finale : Alla breve en ré mineur. Le troisième mouvement paraît rapide et vigoureux dans les variations qui le suivent. Cependant, celui-ci se régule et monte en ré majeur dans le second thème, où il s'achève avec les mêmes notes, selon la signature de Rachmaninov.Son exécution complète dure 37 à 43 minutes en moyenne. Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Rachmaninov: Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Rautavaara: Le Concerto pour piano no 3 (sous-titré Gift of Dreams) a été écrit par Einojuhani Rautavaara en 1998. Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Saint-Saëns: Le concerto pour piano no 3 en mi bémol majeur (op. 29) de Camille Saint-Saëns fut composé en 1869. Le concerto comporte 3 mouvements. Lorsque le concerto a été créé par Saint-Saëns en personne à Leipzig le 25 novembre 1869, il n'a pas été très bien accueilli, peut-être à cause de ses audaces harmoniques. Le troisième concerto de Saint-Saëns n'est pas aussi souvent joué que le fameux second concerto, le quatrième ou le cinquième concerto, mais il reste une pièce majeure dans le répertoire des concertos pour piano. Il est dédié à Elie Miriam Delaborde, un pianiste que l'on pense être le fils naturel de Charles-Valentin Alkan. Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Tchaikovski: Trouve plus

Concerto pour piano no 3 de Tchaïkovski: Le Concerto pour piano no 3 de Piotr Ilitch Tchaïkovski est une œuvre au destin singulier et plus ou moins reconstruite, par le compositeur lui-même puis par Sergueï Taneiev, qui avait été son élève. Trouve plus

Concerto pour piano nº 3 de Tchaïkovski: Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 (Anton Rubinstein): Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 (Rachmaninov): Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 d'André Mathieu: Le concerto nº4 en mi mineur d'André Mathieu est une œuvre écrite entre 1947 et 1949. Le compositeur en aurait amorcé la composition à la suite de son séjour à Paris durant l'année 1946, où il a fréquenté en particulier Arthur Honegger. Grâce à Alain Lefèvre, cette pièce connait un regain de popularité : quelques-uns des plus grands orchestres du monde ont demandé au pianiste d'interpréter cette pièce pour l'année 2010-2011, dont le Komische Oper Berlin. Trouve plus

Concerto pour piano no 4 d'Anton Rubinstein: Le Concerto pour piano et orchestre no 4 en ré mineur est un concerto pour piano d'Anton Rubinstein. Composé en 1864, il est contemporain du premier concerto pour piano de Brahms également en ré mineur. Trouve plus

Concerto pour piano no 4 de Beethoven: Le Concerto pour piano en sol majeur, op. 58 est le quatrième des cinq concertos pour piano de Ludwig van Beethoven. Il fut composé en 1806 avec cependant des premières esquisses dès février 1804. Sa composition est à peu près contemporaine de sa quatrième symphonie, de son concerto pour violon et de sa sonate Appassionnata. Il a été exécuté seulement deux fois du vivant de Beethoven dont la première en 1807, à titre privé, au palais du Prince Lobkowitz. Il a été créé en public lors d'un concert « historique » le 22 décembre 1808 au Theater an der Wien, comportant à son programme, outre cette pièce, les créations de sa cinquième et de sa sixième symphonie, ainsi que de sa fantaisie chorale. Le soliste en était le compositeur lui-même, handicapé par sa surdité partielle. Il est dédié à l'archiduc Rodolphe d'Autriche, son élève, dédicataire également de son cinquième concerto. Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 de Beethoven: Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 de Martinů: Le Concerto pour piano et orchestre no 4 (Incantation) H.358 est un concerto du compositeur tchèque Bohuslav Martinů. Composé en 1955-56, il fut créé le 4 décembre 1956 par l'Orchestre Philharmonique de New York dirigé par Leopold Stokowski avec Rudolf Firkusny au piano. Pour le musicologue Marc Vignal, il est le plus grand concerto du compositeur. Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 de Prokofiev: le Concerto pour piano no 4 pour la main gauche en si bémol majeur, opus 53 a été écrit en 1930 par Serge Prokofiev. Il s'agit du quatrième des cinq concertos pour piano du compositeur, écrit neuf ans après le précédent et deux ans avant son dernier. Il est, à peu près, contemporain de sa quatrième symphonie. Il fait partie de plusieurs œuvres pour la main gauche commandées par le pianiste autrichien Paul Wittgenstein, amputé du bras droit au cours de la Première Guerre mondiale. Le dédicataire n'apprécia cependant pas la partition et refusa de l'inclure dans son répertoire. Prokofiev envisagea l'idée de réécrire le concerto pour deux mains, mais ne le fit jamais. L'œuvre fut créée à Berlin, trois ans après la mort du compositeur, le 5 septembre 1956 par Siegfried Rapp, pianiste ayant également perdu son bras droit mais durant la Seconde Guerre mondiale, avec l'orchestre radio symphonique de Berlin Ouest sous la direction de Martin Rich. L'accueil fut mitigé. D'une grande exigence technique pour le pianiste et d'une orchestration à la beauté aérienne, l'œuvre est en quatre mouvements. Beaucoup moins populaire que celui de Maurice Ravel, ce concerto s'achève par un final déconcertant d'une durée d'une minute et vingt secondes, ce qui a sans doute contribué à son peu de succès. Trouve plus

Concerto pour piano no 4 de Rachmaninov: Le Concerto pour piano no 4 en sol mineur, op. 40, est le quatrième et dernier concerto pour piano et orchestre de Sergueï Rachmaninov. Écrit en 1926 aux États-Unis mais déjà commencé en Russie avant la Révolution d'Octobre, la partition a été reprise par le compositeur en 1928, puis en 1941 : jugé trop long par Rachmaninov à la lecture du conducteur, il l'amputera d'une centaine de mesures, ce qui nuira certainement à l'unité de l'œuvre. Elle est dédicacée au compositeur et pianiste russe Nikolaï Medtner. Ce concerto est sûrement le moins connu de ceux qu'a écrits Rachmaninov, mais il est régulièrement joué en Russie. Il y aurait plusieurs raisons pour ce délaissement. La structure même du concerto a été critiquée pour être décousue et difficile à assimiler à la première écoute (voir les critiques de l'époque) : dans les premier et troisième mouvements s'enchaînent des cadences et des passages virtuoses ; seul le deuxième (Largo) montre un thème, un simple motif de quatre notes, encore qu'il soit proche du Concerto pour piano en la mineur de Schumann. En outre, le quatrième concerto fait partie des dernières œuvres de Rachmaninov, marquées par des chromatismes audacieux et l'influence du jazz. Comme les trois autres concertos de Rachmaninov, le Quatrième Concerto comporte trois mouvements et son exécution dure environ vingt-cinq minutes : I - Allegro vivace (sol mineur) II - Largo (do majeur) III - Allegro vivace (sol mineur → ré bémol majeur → sol majeur) Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 de Rachmaninov: Trouve plus

Concerto pour piano no 4 de Saint-Saens: Trouve plus

Concerto pour piano nº 4 de Saint-Saëns: Le concerto pour piano no 4 en do mineur (op. 44) a été composé par Camille Saint-Saëns en 1875 et constitue le quatrième des cinq concertos pour piano. Il a été créé au Théâtre du Châtelet à Paris le 31 octobre 1875 par le compositeur au piano, l'Orchestre Colonne dirigé par Édouard Colonne. Il porte la dédicace « À Monsieur Antoine Door, professeur de piano au Conservatoire de Vienne ». Il a été édité chez Durand en 1877. Trouve plus

Concerto pour piano no 5 de Beethoven: Le Concerto pour piano en mi bémol majeur opus 73 (connu aussi sous le nom de L'empereur ou Concerto Empereur, allemand : Emperor, mais non de l'invention du compositeur) est le dernier des cinq concertos pour piano de Ludwig van Beethoven. Sa composition commence vers 1808-1809 et est à peu près contemporaine de celle de ses Cinquième et Sixième symphonies. Sa première représentation a eu lieu en janvier 1811 avec l'archiduc Rodolphe d'Autriche en soliste, son élève, à qui sera dédié le concerto. Si l'on a pu dire du quatrième que c′était son plus intime, on peut désigner le cinquième comme son plus explicite, son plus ouvert. Trouve plus

Concerto pour piano nº 5 de Beethoven: Trouve plus

Concerto pour piano nº 5 de Martinů: Le Concerto pour piano et orchestre no 5 en si bémol majeur (Fantasia concertante) H.366 est un concerto du compositeur tchèque Bohuslav Martinů composé entre le 2 septembre 1957 et le 3 janvier 1958 alors que Martinů est en résidence chez les Sacher à Schönenberg. Il fut créé à Berlin le 31 janvier 1959 sous la baguette du chef d'orchestre Gotthold Ephraim Lessing avec le Radio-Symphonie-Orchester Berlin avec Margrit Weber, la dédicataire au piano. La première américaine se situe à Boston les 4 et 5 mars 1960 avec l'orchestre symphonique de Boston sous la direction de son chef Charles Munch avec la soliste suisse. C'est le dernier concerto pour piano et orchestre du compositeur. Il est édité à Vienne par Universal Edition en 1959. Trouve plus

Concerto pour piano nº 5 de Mozart: Le Concerto pour piano no 5 en ré majeur K. 175 est un concerto pour piano et orchestre de Mozart. Il est composé à l'âge de 17 ans en décembre 1773 à Salzbourg. Mozart le joue à Vienne avec un nouveau finale, le Rondeau en ré majeur K.382 (1782). Bien qu'il porte le numéro 5 il s'agit du tout premier concerto pour piano de Mozart. Les concertos 1 à 4 ont été certes écrit par Mozart mais d'après des œuvres d'autres compositeurs (surtout Hermann Friedrich Raupach et Leontzi Honauer), c'était en quelque sorte un entraînement pour Mozart à la composition du concerto pour piano. Trouve plus

Concerto pour piano nº 5 de Prokofiev: Le Concerto pour piano no 5 en sol majeur, opus 55, a été composé en 1932 par Serge Prokofiev. Il s'agit de son dernier concerto pour piano, écrit un an après son précédent. Il fut créé à Berlin le 31 octobre 1932 par le compositeur au piano sous la direction de Wilhelm Furtwängler avec l'orchestre philharmonique de Berlin. Son premier titre était musique pour piano et orchestre pour marquer la partie très importante dévolue à l'orchestre. L'œuvre est en cinq mouvements, dont quatre sont des divertissements, musicalement apparentés au ballet, le Larghetto étant plus long et plus profond. Moins populaire que les premier et troisième concertos, il n'en demeure pas moins un de ses ouvrages les plus réussis et novateurs. En février 1941, à Odessa, Prokofiev remarque Sviatoslav Richter, l'entend jouer l'oeuvre et lui commande de l'interpréter pour un concert en approche. L'interprétation du pianiste restera, jusqu'aujourd'hui, l'une des versions les plus rigoureuses de l'oeuvre, en termes de profondeur. Trouve plus

Concerto pour piano no 5 de Saint-Saens: Trouve plus

Concerto pour piano nº 5 de Saint-Saëns: Le Concerto pour piano et orchestre no 5 en fa majeur, opus 103, de Camille Saint-Saëns, fut composé en 1896. Trouve plus

Concerto pour piano no 6 de Beethoven: Le Concerto pour piano en ré majeur, Hess 15, est une ébauche de concerto pour piano composée par Ludwig van Beethoven entre 1814 et 1815. Trouve plus

Concerto pour piano nº 6 de Beethoven: Trouve plus

Concerto pour piano nº 6 de Mozart: Le Concerto pour piano no 6 en si bémol majeur K. 238 est un concerto pour piano et orchestre de Mozart composé en janvier 1776 à Salzbourg. Trouve plus

Concerto pour piano nº 7 de Mozart: Le Concerto pour piano no 7 en fa majeur K. 242 est un concerto pour trois pianos de Mozart, composé en février 1776 à la demande de la comtesse Antonia Lodron (it), sœur du prince archevêque Hieronymus Colloredo, qui voulait une œuvre spéciale qu'elle jouerait avec ses deux filles Aloisia et Josepha. Trouve plus

Concerto pour piano nº 8 de Mozart: Le Concerto pour piano no 8 en ut majeur K.246 est un concerto pour piano et orchestre de Mozart. Il est composé en avril 1776 sur une commande de la comtesse Maria Antonia Josefa Czernin von Chudenitz (1750-1801), seconde épouse du général Johann Nepomuk Gottfried Lützow (1742–1822), commandant de la citadelle de Salzbourg. Il comporte trois mouvements. Le travail de soliste n'est pas très exigeant, mais il nécessite de l'agilité. Trois cadences différentes ont survécu de difficulté variable pour des artistes de niveau étudiant à professionnel. Trouve plus

Concerto pour piano nº 9 de Mozart: Le Concerto pour piano no 9 en mi bémol majeur, dit « Jeunehomme », K. 271, de Wolfgang Amadeus Mozart fut écrit à Salzbourg en 1777, alors que Mozart était âgé de 21 ans. Cette œuvre est connue sous le nom du Concerto « Jeunehomme » car Mozart l'aurait écrit pour une pianiste française de passage à Salzbourg portant ce nom de famille, dont l'identité resta longtemps un mystère pour les spécialistes de l'histoire de la musique. Mais en 2006, le musicologue Michael Lorenz a suggéré que cette pianiste était en fait Louise Victoire Jenamy (1749–1812), une fille de Jean-Georges Noverre, lui-même danseur connu et l'un des meilleurs amis de Mozart. Trouve plus

Concerto pour piano solo: Le Concerto pour piano solo (extrait des Études, opus 39 nos 8 à 10) est une des œuvres les plus difficiles écrite pour piano par Charles-Valentin Alkan. Elle fut publiée en 1857. Cette œuvre se compose de trois mouvements : 1er mouvement : Allegro Assai - Allegro con brio 2e mouvement : Adagio 3e mouvement : Allegretto alla BarbarescaSur le plan tonal, le concerto commence en sol#mineur et se termine en fa#majeur, avec des changements de tonalités incessants, ce qui ne rent que plus difficile la mémorisation de cette œuvre de près de cinquante minutes soit environ 120 pages. Cependant, Alkan certainement conscient de la monstruosité de cette pièce a autorisé un raccourci de 40 pages. En effet, à la page 18 du 1er mouvement, une note de l'auteur invite l'interprète s'il le souhaite à sauter une section de 40 pages. Trouve plus

Concerto pour piano, trompette et cordes (Chostakovitch): Trouve plus

Concerto pour pilotes: Concerto pour pilotes est le treizième tome de la série Michel Vaillant. Il met en présence pilotes de chasse et pilotes automobiles, à l'occasion d'un défi amical. Trouve plus

Concerto pour quatre clavecins BWV 1065: Le concerto pour quatre clavecins en la mineur, BWV 1065, du compositeur allemand Jean-Sébastien Bach (1685-1750) est un concerto pour quatre clavecins, ensemble à cordes avec basse continue, appartenant à sa série de quatorze concertos pour clavecin, BWV 1052-1065. Cette composition baroque en 3 mouvements est une transcription, un arrangement et une adaptation de 1735 du concerto pour 4 violons et violoncelle en si mineur RV 580, 10e de la série de 12 concertos de L'estro armonico opus 3 (L'invention harmonique) publiés en 1711 par Antonio Vivaldi (1678-1741),. Trouve plus

Concerto pour saxophone: Trouve plus

Concerto pour saxophone (Glazounov): Le concerto pour saxophone et orchestre à cordes en mi bémol majeur, op. 109-bis est le dernier des cinq concertos instrumentaux écrit par Alexandre Glazounov. Il le compose en 1934, inspiré par le succès de son quatuor pour saxophones qui a été créé à la fin de l'année précédente. Le travail lui prend trois mois. L'œuvre est dédiée au saxophoniste virtuose Sigurd Rascher. C'est lui qui crée l'œuvre le 25 novembre 1934 à Nyköping, Suède. Glazounov lui-même semble ne jamais avoir entendu son concerto. Jean Leduc a demandé au compositeur Christian Lauba de composer une nouvelle cadence en option à celle d'A.Petiot intitulée " cadence pour le concerto de saxophone de Glazounov ", 13 ème étude de style dédiée au saxophoniste Richard Ducros, également publiée aux éditions Leduc. Trouve plus

Concerto pour saxophone de Glazounov: Trouve plus

Concerto pour timbales: Un concerto pour timbales est un morceau de musique écrit pour des timbales solistes accompagnées par un orchestre. Les premiers concertos pour timbales ont été composés au cours des périodes baroque et classique. On peut surtout citer la Symphonie pour huit timbales de Johann Fischer ainsi que le Concerto pour six timbales de Georg Druschetzky. On ne trouve ensuite aucun concerto pour timbales au cours de la période romantique. C'est véritablement au XXe siècle que le genre trouve son autonomie et que le répertoire grandit de façon significative. Parmi les œuvres importantes de l'époque moderne on trouve : le Concerto pour timbales et orchestre (1983) de William Kraft (en) (qui sera suivi en 2005 d'un deuxième concerto pour la même formation, The Grand Encounter) le Concerto pour timbales, op.54 (1987–88) de Kurt Schwertsik la Fantaisie concertante pour deux timbaliers et orchestre (en) (2000) de Philip Glass Raise the Roof (2003) de Michael Daugherty le Concerto pour timbales et orchestre (2003) de Ney Rosauro (en) Portail de la musique classique Trouve plus

Concerto pour trompette (Telemann): Trouve plus

Concerto pour trompette de Joseph Haydn: Le Concerto pour trompette et orchestre en mi bémol majeur Hob. VIIe/1 est un concerto du compositeur autrichien Joseph Haydn. Il fut composé en 1796 pour son dédicataire le trompettiste Anton Weidinger, musicien à la Cour de Vienne qui inventa une trompette à clé capable de jouer tous les degrés de la gamme chromatique d'une manière parfaitement juste. Cette invention motiva Haydn à lui écrire cette partition, créée le 22 mars 1800 mais éditée seulement au XXe siècle, en 1929. Trouve plus

Concerto pour tuba (Vaughan Williams): Le Concerto pour tuba en fa mineur est un concerto pour tuba basse et orchestre de Ralph Vaughan Williams. Composé en 1954, il fut créé le 13 juin 1954 par l'Orchestre symphonique de Londres dirigé par John Barbirolli avec Philip Catelinet au tuba. Vaughan Williams a écrit ce concerto pour Philip Catelinet. Trouve plus

Concerto pour un chien: Trouve plus

Concerto pour un exil: Concerto pour un exil est un court-métrage franco-ivoirien réalisé par Désiré Écaré en 1968. Il présente des portraits d'étudiants africains à Paris. Trouve plus

Concerto pour une fête (Rodrigo): Concerto pour une fête (Concierto para una fiesta) est un concerto pour guitare et orchestre de Joaquín Rodrigo. Trouve plus

Concerto pour une vieille dame: Concerto pour une vieille dame est un livre-jeu écrit par François Thiéry en 1987, et édité par Magnard dans la collection C'est toi : C'est toi... le détective, dont c'est le deuxième tome. Trouve plus

Concerto pour une voix: Concerto pour une voix est une pièce musicale composée par Saint-Preux en 1969. Trouve plus

Concerto pour violon: Un concerto pour violon est un concerto pour violon solo et ensemble instrumental, habituellement un orchestre. Depuis la période baroque, de nombreux compositeurs importants ont contribué au répertoire du concerto pour violon. Les concertos pour violon les plus célèbres sont ceux de Vivaldi, Bach, Leclair, Mozart, Beethoven, Paganini, Mendelssohn, Brahms, Lalo,Tchaikovsky, Sibelius, Bruch, Bartók, Prokofiev, Berg et Shostakovich. Les concertos pour violon sont traditionnellement en trois mouvements. Mais certains compositeurs modernes (Dmitri Shostakovich, Igor Stravinsky) ont également écrit des concertos en quatre mouvements. Certains concertos pour violon, notamment ceux de la période baroque et de la période moderne, sont accompagnés non pas par un orchestre complet, mais par un ensemble plus petit, comme un orchestre de chambre. Par exemple, les concertos de Vivaldi sont souvent accompagnés par seulement quatre violons, deux altos, un violoncelle et un clavecin. On peut aussi signaler le premier concerto de Allan Pettersson pour violon et quatuor à cordes. Il existe également des concertos pour deux violons (Bach, Vivaldi, Arnold, Holst, Martinů), voire plus (Vivaldi). Trouve plus

Concerto pour violon (Brahms): Trouve plus

Concerto pour violon (Britten): Le concerto pour violon, op. 15, dont la composition a commencé en Angleterre en 1938 et s'est achevée aux États-Unis en 1939, est l'unique concerto pour violon de Benjamin Britten, créé à New York le 29 mars 1940 par Antonio Brosa avec le New York Philharmonic Orchestra dirigé par sir John Barbirolli. Une version révisée de ce concerto a été préparée dans les années cinquante pour la partie solo du violon, avec l'aide de Manoug Parikian. Trouve plus

Concerto pour violon (Delius): Le Concerto pour violon et orchestre de Frederick Delius est composé en 1916. Il est créé le 30 janvier 1919 par Albert Sammons sous la direction d'Adrian Boult. Trouve plus

Concerto pour violon (Dutilleux): Le Concerto pour violon et orchestre d'Henri Dutilleux a été composé au début des années 1980 (1983-1985), à la suite d'une commande de Radio France. Connu sous le titre : L'Arbre des songes, il fut créé, avec succès, le 5 novembre 1985 par son dédicataire Isaac Stern et l'Orchestre national de France dirigé par Lorin Maazel. L'œuvre est jouée d'un seul tenant, les quatre parties enchaînées et reliées par de brefs interludes. Trouve plus

Concerto pour violon (Dvořák): Trouve plus

Concerto pour violon (Elgar): Trouve plus

Concerto pour violon (Glazounov): Le Concerto pour violon en la mineur op. 82 d'Alexandre Glazounov est une œuvre pour violon et orchestre composé en 1904. Il fut créé le 15 février 1905 par la Société musicale russe de Saint-Pétersbourg et son dédicataire, le violoniste Leopold Auer, avec Glazounov à la direction. Il fut publié par Mitrofan Petrovitch Belaïev à Saint-Pétersbourg en 1905. Trouve plus

Concerto pour violon (homonymie): Un concerto pour violon est un concerto pour violon solo et ensemble instrumental. C'est aussi le titre de nombreuses œuvres : Concerto pour violon de Jean-Sébastien Bach ; Concerto pour violon de Samuel Barber ; Concerto pour violon de Mason Bates ; Concerto pour violon de Beethoven ; Concerto pour violon d'Ernest Bloch ; Concerto pour violon de Johannes Brahms ; Concerto pour violon de Benjamin Britten ; Concerto pour violon de Frederick Delius ; Concerto pour violon d'Henri Dutilleux ; Concerto pour violon d'Edward Elgar ; Concerto pour violon de Glazounov ; Concerto pour violon d'Aram Khatchatourian ; Concerto pour violon de Korngold ; Concerto pour violon d'Édouard Lalo ; Concerto pour violon de Frank Martin ; Concerto pour violon de Carl Nielsen ; Concerto pour violon d'Ottorino Respighi ; Concerto pour violon de Robert Schumann ; Concerto pour violon d'Arnold Schönberg ; Concerto pour violon de Roger Sessions ; Concerto pour violon de Jean Sibelius ; Concerto pour violon de Richard Strauss ; Concerto pour violon d'Igor Stravinsky ; Concerto pour violon de Tchaïkovski. Trouve plus

Concerto pour violon (Jean Sibelius): Trouve plus

Concerto pour violon (Korngold): Le Concerto pour violon en ré majeur opus 35 est une œuvre pour violon et orchestre du compositeur autrichien Erich Wolfgang Korngold. Composé en 1945 dans une veine néo-classique, puisant dans les thèmes lyriques écrits par le compositeur pour des musiques de film, ce concerto est créé à St. Louis le 15 février 1947 par Jascha Heifetz et l'Orchestre symphonique de Saint-Louis sous la direction de Vladimir Golschmann. Il est aujourd'hui l'une des œuvres les plus jouées de Korngold. Trouve plus

Concerto pour violon (Martin): Le Concerto pour violon et orchestre est un concerto de Frank Martin. Composé en 1950-51 pour une commande de Paul Sacher, il est créé le 25 janvier 1952 par l'Orchestre de chambre de Bâle sous la direction de Paul Sacher avec Hansheinz Schneeberger au violon. Trouve plus

Concerto pour violon (Max Bruch): Trouve plus

Concerto pour violon (Nielsen): Le Concerto pour violon et orchestre opus 33 est un concerto de Carl Nielsen. Composé en 1911, il est créé le 28 février 1912 à Copenhague avec en soliste Peder Møller. Trouve plus

Concerto pour violon (Richard Strauss): Trouve plus

Concerto pour violon (Schönberg): Le concerto pour violon op.36 est l'unique concerto pour violon d'Arnold Schönberg, composé en 1936 Il a été composé entre 1934 (pour le premier mouvement) et 1936, pour les deux derniers, année où il écrit son quatrième quatuor à cordes. Schönberg vivait alors à Brentwood, près de Los Angeles, et venait d'accepter un poste d'enseignant à l'université de Californie à Los Angeles (il était parti en 1933 aux États-Unis pour échapper au nazisme). Il est dédicacé à Anton Webern. L'œuvre est également contemporaine de l'autre grand concerto dodécaphonique, celui d'Alban Berg, le concerto à la mémoire d'un ange. Le compositeur avait opéré un retour à la tonalité après son arrivée aux États-Unis, mais son concerto pour violon revient à sa technique dodécaphonique. Il reprend la forme ternaire traditionnelle du concerto et son exécution demande un peu plus d'une demi-heure. Poco allegro - Vivace Andante grazioso Finale: AllegroL'œuvre a été créée le 6 décembre 1940 par l'orchestre de Philadelphie dirigé par Leopold Stokowski, avec le soliste Louis Krasner, qui avait déjà créé le Concerto à la mémoire d'un ange d'Alban Berg et qui a commandé celui de Schönberg. En plus de son créateur, il a depuis été enregistré par des virtuoses tels que Christian Tetzlaff ou Hilary Hahn. Trouve plus

Concerto pour violon (Sessions): Le Concerto pour violon de Roger Sessions a été composé entre 1927 et 1935 et est écrit pour violon et un orchestre sans violons. Trouve plus

Concerto pour violon (Sibelius): Le concerto pour violon en ré mineur, op. 47, est une œuvre du compositeur finlandais Jean Sibelius, composée entre 1903 et 1904, puis révisée en 1905. Il s'agit du seul concerto du compositeur, de l'une de ses œuvres les plus jouées, et de l'un des grands concertos pour violon du XXe siècle. Au début du XXIe siècle, il existait plus de cinquante enregistrements. Il se distingue en particulier par ses ambiances sombres et minérales. Trouve plus

Concerto pour violon (Stravinsky): Trouve plus

Concerto pour violon (Tchaïkovski): Trouve plus

Concerto pour violon d'Edward Elgar: Trouve plus

Concerto pour violon de barber: Trouve plus

Concerto pour violon de Bates: Le Concerto pour violon et orchestre du compositeur américain Mason Bates a été commandé conjointement par l'Orchestre symphonique de Pittsburgh et la violoniste Anne Akiko Meyers. Le concerto a été créé par Meyers et l'Orchestre symphonique de Pittsburgh dirigé par le chef d'orchestre Leonard Slatkin le 7 décembre 2012. Trouve plus

Concerto pour violon de beethoven: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...