Rechercher dans ce blog

mercredi 3 mars 2021

Comments on Inorganic Chemistry, Commeny, Commequiers, Commer, Commer (automobile),

Comments on Inorganic Chemistry: Comments on Inorganic Chemistry (abrégé en Comments Inorg. Chem.) est une revue scientifique mensuelle à comité de lecture qui publie des articles concernant la chimie inorganique. D'après le Journal Citation Reports, le facteur d'impact de ce journal était de 1,0 en 2014. L'actuel directeur de publication est John P. Fackler Jr. Trouve plus

Commeny: Commeny est une commune française située dans le département du Val-d'Oise, en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Commenois. Trouve plus

Commequiers: Commequiers est une commune de l'ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire. Trouve plus

Commer: Commer est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 1 227 habitants (les Commérois). Trouve plus

Commer (automobile): Trouve plus

Commer Véhicules Commerciaux: Commer était un fabricant anglais de véhicules utilitaires entre 1905 et 1979. Commer construisait des fourgons et fourgonnettes dérivés de voitures, des camions moyens et lourds, des véhicules militaires et des bus. L'entreprise a conçu et construit ses propres moteurs diesel pour ses véhicules utilitaires lourds. Le siège était basé à Luton dans le Bedfordshire. Trouve plus

Commérages: Commérages (Affair with a Stranger) est un film américain réalisé par Roy Rowland et sorti en 1953. Trouve plus

Commérages (film, 1953): Trouve plus

Commerçant: Commerçant peut faire référence à : Commerce de détail ; Commerçant en droit français ; E-commerçant. Trouve plus

Commerçant (droit français): Trouve plus

Commercant en droit francais: Trouve plus

Commerçant en droit français: En droit français, un commerçant est une personne physique ou morale qui exerce des actes de commerce et en fait sa profession habituelle (Article L121-1 du Code du Commerce). En droit, le statut de commerçant est une qualité. Selon la définition traditionnelle, un acte de commerce consiste à acheter des biens mobiliers, dans l'intention de les revendre avec un bénéfice. Le commerce se définit donc par sa finalité qui est de gagner le plus d'argent possible, avant toutes autres considérations. Ces biens peuvent être matériels (marchandises), ou immatériels (titres financiers, services, brevets, assurances, prêts bancaires, courtage,..). La coutume et la loi mettent de nombreuses choses "hors du commerce", c'est-à-dire qu'elles interdisent de les vendre et de les acheter. Sous la pression des pays anglo-saxons, en particulier de l'Organisation mondiale du commerce, la notion de commerce, avec sa finalité qui est d'optimiser le profit, est progressivement étendue à toutes les activités lucratives. Trouve plus

Commerçants: Trouve plus

Commerce: Le commerce désigne l'activité économique d'achat et de revente de biens et de services, en particulier l'achat dans le but de revendre avec un profit ou un bénéfice. Le commerce a ses lois propres qui sont recueillies dans les Code de commerce et ses propres juridictions nationales ou internationales. Ayant d'autres finalités que de faire un profit, beaucoup d'activités économiques ou professionnelles comme l'éducation, la police, la culture, la médecine, la justice, l'architecture, la religion, etc. ne relèvent pas du domaine du commerce, mais des lois et des tribunaux civils ou administratif. Avec ses puissants relais d'opinion, l'Organisation mondiale du commerce s'efforce d'étendre sa compétence et ses principes de profitabilité sur toutes les activités non commerciales en leur contestant le droit d'avoir des législations et des valeurs désintéressées. Il résulte du mouvement de spécialisation croissante qui affecte les sociétés humaines : division technique du travail à l'échelon des postes de travail ; division sociologique du travail à l'échelon des individus ou groupes d'individus ; division internationale du travail à l'échelon des territoires et/ou des pays.Le développement de ces spécialisations explique pourquoi — en retour — les échanges et transactions se sont accrus : entre individus, entre organisations, ou entre individus et organisations (associations ou entreprises) sur un même ou entre territoires/pays. Le commerce est le prolongement naturel de l'activité de production de biens et services qui peuvent ainsi trouver un débouché dans la commercialisation en direction des marchés et clients potentiellement intéressés. Par extension, le terme — un commerce — est utilisé en français pour désigner le lieu d'exercice ou l'organisation dans lesquels les participants de cette activité pratiquent leur métier. Trouve plus

Commerce (Californie): Commerce est une ville située dans le comté de Los Angeles, dans l'État de Californie, aux États-Unis. Sa population s'élevait à 12 823 habitants lors du recensement de 2010, estimée à 12 947 habitants en 2017. Trouve plus

Commerce (homonymie): Le commerce peut désigner différentes notions : Trouve plus

Commerce (immobilier): En immobilier, un commerce est un espace où s'accomplit une activité dite « vente », activité essentiellement axée sur la distribution, le traitement et le transfert d'informations. Les commerces constituent un domaine d'étude particulier, ayant des exigences de localisation très différents des autres activités. Trouve plus

Commerce (métro de Paris): Commerce est une station de la ligne 8 du métro de Paris, située dans le 15e arrondissement de Paris. Trouve plus

Commerce (Missouri): Commerce est un village américain situé dans le comté de Scott, dans le Missouri. C'est l'une des premières colonies françaises dans l'État au XVIIIe siècle. Trouve plus

Commerce (Oklahoma): La ville américaine de Commerce est située dans le comté d'Ottawa, dans l'Oklahoma. Lors du recensement de 2010, elle comptait 2 473 habitants. Trouve plus

Commerce (revue française): Commerce est une revue littéraire fondée en 1924 par Paul Valéry, Léon-Paul Fargue et Valery Larbaud. Dirigée par Marguerite Caetani, elle publie vingt-neuf numéros entre 1924 et 1932. Jean Paulhan participe aussi à sa rédaction. Elle propose en son premier numéro les premiers extraits traduits en français d'Ulysse de James Joyce et dans son dernier numéro une des premières traductions en français d'une nouvelle de William Faulkner : Une rose pour Emily. Trouve plus

Commerce (revue québécoise): Commerce est une revue publiée à Montréal de janvier 1950 à décembre 2009, comme continuité du Bulletin de la chambre de commerce du district de Montréal, publié à partir du 1er mai 1899. Qualifié de « vieille dame digne des périodiques québécois », il s'agissait, au moment de sa fermeture, d'un des plus anciens magazines du Québec,. Trouve plus

Commerce (revue): Trouve plus

Commerce (riviere): Trouve plus

Commerce (rivière): Le Commerce ou la rivière du Commerce est une petite rivière normande, dans le département de la Seine-Maritime, affluent droit de la Seine. Trouve plus

Commerce (Texas): La ville de Commerce est située dans le comté de Hunt, dans l'État du Texas, aux États-Unis. Sa population s'élevait à 8 078 habitants lors du recensement de 2010, estimée à 9 091 habitants en 2016. Trouve plus

Commerce (tramway de Nantes): Commerce est le nom du principal pôle d'échanges des transports en commun de l'agglomération nantaise gérés par la Semitan. Situé en plein centre-ville, il doit sa dénomination à la place du Commerce située à proximité, et sur laquelle la station était aménagée jusque dans les années 1970, avant d'être transférée à son emplacement actuel sur le Cours Franklin-Roosevelt et le Cours des 50-Otages. Il accueille les 3 lignes du tramway, 2 lignes de Chronobus, 3 lignes de bus, 1 navette vers l'aéroport Nantes Atlantique, 3 lignes nocturnes « Luciole », ainsi que des services commerciaux et de renseignements du réseau TAN. Avec 60 000 montées et descentes par jour, Commerce est l'arrêt le plus fréquenté du réseau TAN. Ce pôle d'échanges majeur est parfois surnommé la « Croisée des trams », en raison des trois lignes de tramway qui s'y croisent. Trouve plus

Commerce à la Réunion: Trouve plus

Commerce associé: Trouve plus

Commerce B to B: Trouve plus

Commerce Bank International Championship: Trouve plus

Commerce Bank Lancaster Classic: Trouve plus

Commerce Bank Reading Classic: Trouve plus

Commerce biologique: Trouve plus

Commerce breton: Trouve plus

Commerce City: Commerce City est une ville américaine située dans le comté d'Adams dans l'État du Colorado. Selon le recensement de 2010, sa population s'élève à 45 913 habitants. La municipalité s'étend sur une superficie de 34,72 milles carrés (89,92 km2), dont 34,29 milles carrés (88,81 km2) de terres. Trouve plus

Commerce coopératif et associé: Le commerce coopératif et associé désigne une organisation de réseaux de points de vente (magasins, agences, hôtels,…) constitués et contrôlés par des entrepreneurs indépendants, qui se sont associés au sein d'un groupement dans le but de mettre en place des actions et des outils communs résultant de la mutualisation de leurs moyens et de leurs savoir-faire. Propriétaires de leurs affaires et de leur réseau/enseigne, ils en sont les acteurs et les décideurs. En grande majorité, ces groupements sont organisés autour d'une Société Anonyme Coopérative de commerçants à capital variable . Il recense aujourd'hui environ 97 groupements couvrant de nombreux secteurs tels que l'alimentaire (E. Leclerc, les Mousquetaires, Système U, Biomonde...), le sport (Intersport, Sport 2000, Unifrance, Europêche…), le jouet et la puériculture (JouéClub, Bébé 9…), l'équipement de la personne (Passion Beauté, Julien d'Orcel, la Guilde des Orfèvres,…), l'équipement de la maison (Gedimat, Culinarion, Master Pro, Monsieur Meuble, Europiscine…), l'hôtellerie et la restauration (Best Western, Inter-Hotel, C10…), l'immobilier (L'Adresse, Orpi..), la pharmacie et la parapharmacie (Giropharm, Giphar, Astera, Welcoop, Techniciens de santé...), le tourisme (Selectour…), l'optique (Atol, Optic 2000, Krys, Visual, Lissac…), l'automobile (Axial, Roady, Bestrepair…)… Le secteur des services est également concerné avec notamment le groupement d'auto-écoles ECF, le réseau de conseil et d'expertise comptable Cerfrance ou encore la MDSAP pour les services à la personne. Trouve plus

Commerce Court North: Commerce Court North est un gratte-ciel de Toronto. Il a été bâti en 1931, mesure 145 mètres, et compte 34 étages. L'édifice est l'œuvre du cabinet Pearson and Darling. La tour était à sa construction le bâtiment le plus élevé du Canada ainsi que de l'Empire britannique, jusqu'à l'érection en 1962 de la Place Ville-Marie à Montréal. Après avoir été le bâtiment le plus élevé de la ville jusqu'à la construction en 1967 de la TD Tower, la tour est aujourd'hui le 25e plus haut édifice de Toronto, après l'Exchange Tower (146 mètres, 30 étages, appartenant au complexe First Canadian Place, et devant la Simpson Tower (144 mètres, 33 étages). Immeuble de bureaux, elle a abrité originellement le siège social de la Canadian Bank of commerce, jusqu'à sa fusion pour constituer la banque CIBC qui hérite des locaux. Commerce Court North fait partie d'un ensemble de quatre bâtiments, distingués par un nom référant à un point cardinal, érigés à différentes époques, et dans des styles divers également. La tour est la seconde par sa hauteur et la première par son antériorité. Trouve plus

Commerce Court West: La Commerce Court West est un gratte-ciel situé à Toronto, au Canada. Construite en 1972, œuvre du cabinet d'architectes Ieoh Ming Pei, elle a été rénovée en 1993. Mesurant 239 mètres, et comptant 57 étages, elle fut jusqu'en 1976 le plus haut édifice de bureaux de la ville, dépassant la TD Tower, jusqu'à la construction de la First Bank Tower. Elle accueille le siège social de la Banque Canadienne Impériale de Commerce et la firme d'avocats Blakes. Commerce Court West fait partie d'un complexe de quatre bâtiments, distingués par un nom référant à un point cardinal, érigés à différentes époques, et dans des styles divers également. Trouve plus

Commerce d'armes: Trouve plus

Commerce d'organes: Trouve plus

Commerce d'armes: Trouve plus

Commerce de Bordeaux: Trouve plus

Commerce de Bordeaux (1785): Le Commerce de Bordeaux est un vaisseau de 74 canons de la classe Téméraire lancé en 1785. Il s'agit de l'un des nombreux bâtiments de force mis sur cale depuis le milieu des années 1740 selon les normes définies par les constructeurs français de cette époque avec l'idée d'obtenir un bon rapport coût/manœuvrabilité/armement afin de pouvoir tenir tête à la Royal Navy qui dispose de beaucoup plus de navires. Lancé au milieu des années 1780, il bénéficie aussi des plans types standardisés des ingénieurs Sané et Borda. Trouve plus

Commerce de cadavres: Trouve plus

Commerce de compensation: Le commerce de compensation est l'échange de biens ou de services qui sont payés, en tout ou partie, par échange avec d'autres biens ou de services, plutôt que de l'argent. Dans les relations entre États souverains, on utilise le terme commerce bilatéral. Le commerce de compensation désigne « toute transaction impliquant l'échange de biens ou de services pour quelque chose de valeur égale[réf. nécessaire]. » Trouve plus

Commerce de détail: Le commerce de détail est le maillon final de la chaîne de distribution. Il se distingue ainsi du commerce en gros. L'activité est double : achat des produits auprès d'un fournisseur, d'un producteur ou d'un importateur, soit directement ou par l'intermédiaire d'un semi-grossiste ; revente de la marchandise à l'unité ou par petite quantité à un client dans un magasin, une boutique ou par correspondance à l'aide d'un catalogue ou d'un site Internet. Trouve plus

Commerce de gros: Le commerce de gros ou commerce inter-entreprises ou négoce correspond à l'ensemble des entreprises (allant des TPE/PME aux grands groupes internationaux) qui achètent et/ou vendent des biens et des services exclusivement à d'autres entreprises ou acheteurs professionnels. Cette fonction s'est beaucoup modernisée grâce au développement de la notion de « service » entre fabricants et acheteurs professionnels. Qui plus est, ce secteur d'activité connaît une croissance régulière : en France, il représente 790 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 120 000 entreprises (à 95 % des PME), et près d'un million de salariés (source Insee 2015). Trouve plus

Commerce de la fourrure: Trouve plus

Commerce de la fourrure en Nouvelle-France: Pendant environ 200 ans, la fourrure a été la ressource la plus importante de la Nouvelle-France et ensuite de la province de Québec. Certains peuples amérindiens devinrent dépendants du commerce des fourrures. Mais, au tournant des années 1800, les conditions ont changé. Le commerce des fourrures entra dans un certain déclin. La demande étant moins forte en Europe, les prix chutèrent sur le marché. Pendant ce temps, ici, on devait aller chercher la fourrure de plus en plus loin, ce qui augmentait les coûts de transport. De plus, la compagnie de la Baie d'Hudson et la compagnie du Nord-Ouest se livraient une concurrence féroce pendant ces années. Ils utilisaient la fourrure pour faire des haut-de-forme. En 1821, la compagnie de la Baie d'Hudson absorba la compagnie du Nord-Ouest. Dorénavant, la fourrure sortit surtout par la baie d'Hudson ce qui fit que Montréal, longtemps le centre par excellence de cette activité, fut à peu près écarté de ce commerce. La fourrure devint de plus en plus une activité marginale, loin derrière le bois et le blé. Trouve plus

Commerce de la fourrure en Nouvell-France: Trouve plus

Commerce de la glace: Le commerce de la glace est une industrie du XIXe siècle dont l'objet est la récolte de blocs de glace d'origine naturelle, ensuite vendus aux commerçants, aux industriels et aux particuliers. La glace était récoltée à la surface des étangs et des cours d'eau gelés puis stockée dans des glacières avant d'être transportée par navire ou par train jusqu'aux clients dans le monde entier. Ce commerce révolutionna l'industrie agroalimentaire, mais fut supplanté au début du XXe siècle par la production artificielle de glace. Cette industrie, très importante sur la côte Est des États-Unis et en Norvège, existait également dans d'autres pays, dont la France et la Suisse. Le commerce fut initié en Nouvelle-Angleterre par l'homme d'affaires Frederic Tudor en 1806. Ce dernier vendait initialement la glace aux membres de l'élite européenne en Martinique dans les Caraïbes puis ses activités s'étendirent à Cuba et dans le Sud des États-Unis. Dans les années 1830 et 1840, le développement des navires à vapeur permit le transport de la glace récoltée en Amérique du Nord jusqu'en Europe, en Inde, en Amérique du Sud et en Australie. Néanmoins, le commerce de la glace commença à se concentrer sur l'approvisionnement des villes américaines en pleine croissance de la côte Est et des commerçants dans le Midwest. L'utilisation de glace dans des wagons frigorifiques (en) permit aux abattoirs de Chicago et de Cincinnati de transformer la viande sur place avant son transport vers la côte et les marchés étrangers. La glace permit également le développement du transport au niveau national des fruits et légumes qui ne pouvaient auparavant être consommés que localement. L'utilisation de glace pour conserver les prises permit aux pêcheurs américains et britanniques de rester plus longtemps en mer tandis que les brasseries pouvaient à présent fonctionner toute l'année. Avec la diminution des exportations américaines dans les années 1870, la Norvège devint un producteur de premier plan et exportait de grandes quantités de glace au Royaume-Uni et en Allemagne. À son apogée à la fin du XIXe siècle, l'industrie de la glace américaine employait environ 90 000 personnes, générait un chiffre d'affaires annuel d'environ 28 millions de dollars (environ 21 milliards de dollars de 2012) et utilisait des glacières pouvant contenir jusqu'à 250 000 tonnes de glace tandis que la Norvège exportait un million de tonnes de glace par an grâce à un réseau de lacs artificiels. La fin du XIXe siècle vit néanmoins le développement de techniques de production de glace artificielle. D'abord coûteuses et peu fiables, ces méthodes permirent de produire une glace compétitive en Australie et en Inde respectivement dans les années 1850 et 1870 ; à la veille de la Première Guerre mondiale en 1914, la production artificielle de glace aux États-Unis dépassa la quantité récoltée pendant l'hiver. L'entre-deux-guerres vit ainsi l'effondrement total du commerce de la glace dans le monde. Aujourd'hui, la glace est occasionnellement récoltée pour pratiquer la sculpture sur glace mais il reste peu de vestiges du réseau industriel de glacières du XIXe siècle. Trouve plus

Commerce de l'horlogerie suisse: Dès les origines de l'horlogerie, la Suisse fait partie des grands pays producteurs dans ce domaine, avec notamment la France et l'Angleterre. Dès la fin du XIIIe siècle, des foires ont lieu à Genève et les étrangers y présentent des pièces d'orfèvrerie. Les Suisses portent tout de suite un grand intérêt à cet art mais, au XVIe siècle, Jean Calvin interdit le port d'objet d'orfèvrerie, obligeant les Suisses à se tourner vers l'horlogerie. À cette époque, les maîtres artisans établis en Suisse sont le plus souvent des émigrés Français protestants, fuyant les persécutions religieuses dont ils sont victimes dans leur pays. Il est donc possible que les grands horlogers genevois des XVIIIe siècle et XIXe siècle aient des origines françaises. Trouve plus

Commerce de l'ivoire: Le commerce de l'ivoire est l'activité économique d'achat et de revente d'ivoire animal provenant des défenses d'éléphants, de morses, de narvals, de mammouths, voire d'hippopotames. Lorsque ce commerce est illégal, il est désigné sous le nom de trafic d'ivoire. L'ivoire est commercialisé depuis des siècles par les humains, y compris dans certaines régions comme le Groenland, l'Alaska et la Sibérie. Ce marché, plus récemment, met certaines espèces en danger d'extinction, ce qui a entraîné des restrictions et des interdictions. L'ivoire était à l'origine utilisé pour confectionner des touches de piano et d'autres objets décoratifs du fait de sa couleur blanche. L'industrie du piano l'a abandonné dans les années 1970. Ce commerce est le principal facteur responsable du déclin des populations d'éléphants d'Afrique, dont les deux espèces (éléphant de savane et éléphant de forêt) sont aujourd'hui classées " vulnérable " et " en danger", respectivement, par l'Union internationale pour la conservation de la nature. Trouve plus

Commerce de Marseille: Le Commerce de Marseille est un navire de guerre en service dans la Marine française de 1788 à 1793, puis dans la Royal Navy britannique jusqu'en 1802. C'est un vaisseau de ligne de premier rang, portant 118 canons sur trois ponts. Ce vaisseau ne doit pas être confondu avec le Commerce de Marseille (en), septième navire de la classe Téméraire, lancé en 1785. C'est un bâtiment qui est construit selon les plans types standardisés des ingénieurs Sané et Borda. Il est capturé par la Royal Navy au siège de Toulon et termine sa carrière en tant que bateau-prison quelques années plus tard. Trouve plus

Commerce de Marseille (1788): Trouve plus

Commerce de pangolins: Le commerce du pangolin est le braconnage, le trafic et la vente illégale de pangolins, de parties de pangolins ou de produits dérivés du pangolin. Les pangolins seraient le mammifère le plus trafiqué au monde, représentant jusqu'à 20% du commerce illégal d'espèces sauvages. Selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), plus d'un million de pangolins ont été braconnés au cours de la décennie précédant 2014. Les animaux sont victimes de trafic principalement pour leurs écailles, qui sont censées traiter une variété de conditions de santé dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC) et comme aliment de luxe au Vietnam et en Chine. En Afrique, les pangolins sont vendus sous forme de viande de brousse, à des fins rituelles ou spirituelles, et utilisés en médecine traditionnelle africaine. Plusieurs fois, l'animal est victime de trafic uniquement pour les vêtements et la mode. La Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES), qui réglemente le commerce international des espèces sauvages, a imposé des restrictions sur le marché des pangolins depuis 1975 et, en 2016, elle a ajouté les huit espèces de pangolins à son annexe I, réservée aux interdictions les plus strictes animaux menacés d'extinction. Ils sont également inscrits sur la Liste rouge de l'UICN, tous avec des populations et des désignations décroissantes allant de Vulnérable à En danger critique d'extinction. Trouve plus

Commerce de Paris: Conçu par Jacques-Noël Sané, le Commerce de Paris est un navire de ligne à trois ponts de 110 canons de la Marine nationale française, premier navire de la classe du même nom (en), dont la construction débuta en décembre 1804 et qui fut lancé en août 1806. Trouve plus

Commerce de proximité: Le commerce de proximité désigne les commerces pratiquant la vente au détail dans lesquels le consommateur se rend fréquemment, voire quotidiennement ; il inclut également des commerces implantés dans certaines rues ou quartiers commerçants des villes. On parle par exemple de commerce de proximité concernant les boulangeries, librairies indépendantes, épiceries, drogueries ou cordonneries. C'est un commerce qui a fortement régressé avec l'avènement de la grande distribution (supermarchés et hypermarchés) et du commerce en ligne, mais qui, selon certains scénarios prospectifs, pourrait être amené à se renouveler et se (re)développer . Trouve plus

Commerce de quartier: Trouve plus

Commerce des armes: Trouve plus

Commerce des cadavres: Trouve plus

Commerce des Coolies: Trouve plus

Commerce des épices: Trouve plus

Commerce des esclaves: L'esclave est une « personne qui n'est pas de condition libre et se trouve sous la dépendance absolue d'un maître dont elle est la propriété ». Qui dit propriété dit possibilité d'échange : avec l'esclavage a probablement toujours existé un commerce des esclaves qui peut s'analyser comme une activité économique à part entière (qu'elle soit licite ou illicite, morale ou immorale). Le commerce des esclaves remonte très certainement à la nuit des temps historiques. Ses formes actuelles sont définies par l'expression « trafic d'êtres humains ». Trouve plus

Commerce des esclaves en Suède: Le commerce des esclaves en Suède a commencé au début de l'histoire de la Suède et a prospéré aux XVIIe et XVIIIe siècles au moment de la mise en place de l'empire colonial suédois en Amérique du Nord (1638) et en Afrique (1650). Il a été interdit en 1813. La Suède a signé des traités avec la Grande-Bretagne et la France au sujet du commerce d'esclaves, et des navires suédois ont été impliqués dans le commerce triangulaire. Entre 1784 et 1878, le pays a possédé quelques petites colonies dans les Caraïbes. L'île suédoise de Saint-Barthélemy a été un port franc et une plaque tournante du commerce des esclaves dans les Caraïbes. Les esclaves étaient amenés sans payer de taxes par des navires suédois et étrangers, et les autorités suédoises récupéraient ensuite une taxe quand les esclaves étaient « exportés » hors de l'île. La Suède a été un important fournisseur de chaînes en fer utilisées pour le commerce d'esclaves. La Suède a aussi signé des traités avec les États de la côte des Barbaresques, principalement pour vendre des domestiques femmes ou des esclaves sexuels à Constantinople ainsi que dans d'autres possessions ottomanes. L'esclavage a été mis hors-la-loi en 1335 par Magnus IV de Suède dans le cas de thralls « nés de parents chrétiens » dans le Västergötland et le Värend. En 1847, l'esclavage a été aboli partout en Suède et dans ses colonies, à la suite d'une décision prise en 1846. Les derniers esclaves légalement possédés à Saint-Barthélemy ont été achetés puis libérés par l'État suédois, le 9 octobre 1847. Trouve plus

Commerce des indulgences: Le commerce des indulgences vient de la possibilité dans l'Église catholique romaine d'acheter des indulgences (du latin indulgere,« accorder »), c'est-à-dire la rémission totale ou partielle devant Dieu de la peine temporelle parfois nommée pénitence encourue en raison d'un péché déjà pardonné, concrètement par le sacrement de réconciliation. Cette pratique qui remonte au IIIe siècle reçoit une définition juridique dans les décrétales pontificales au XIIe siècle. L'indulgence obtenue en contrepartie d'un acte de piété (pèlerinage, prière, mortification, don), notamment dans le but de raccourcir le passage par le purgatoire d'un défunt, au cours du temps s'est transformée en un commerce lucratif. Trouve plus

Commerce des influences: Trouve plus

Commerce d'esclaves: Trouve plus

Commerce digital: Le terme commerce digital (ou commerce numérique) se propage dans le langage professionnel du commerce électronique, du commerce de détail, des grandes surfaces spécialisées, des chaines de magasins, et plus généralement de la distribution. Le commerce digital est de fait une politique de distribution. Trouve plus

Commerce d'ivoire: Trouve plus

Commerce d'organe: Trouve plus

Commerce d'organes: Trouve plus

Commerce du bois britannique: Le commerce du bois britannique consiste en l'importation de bois de la Baltique, puis de l'Amérique du Nord, par les Britanniques. Au cours du Moyen Âge et de la période Stuart, la Grande-Bretagne disposait d'importantes ressources domestiques en bois, et particulièrement appréciés, les célèbres chênes britanniques constituaientt l'épine dorsale de nombreuses industries, telles que la construction navale; mais pas la fonderie du fer, qui utilisait du charbon de bois dérivé du bois de divers autres arbres. Trouve plus

Commerce du bois carré: Le commerce du bois carré désigne le commerce des bois équarris, qui au XIXe siècle s'oppose partiellement au bois de sciage, ou au bois à brûler, dans son histoire, ses applications, et sa logistique de transports. Trouve plus

Commerce du bois d'œuvre sur la rivière des Outaouais: Le commerce du bois d'œuvre sur la rivière des Outaouais (en anglais désigné traditionnellement par Ottawa River timber trade, Ottawa Valley timber trade ou Ottawa River lumber trade), correspond à la production de produits du bois au XIXe siècle par le Canada sur la zone couverte par la Rivière des Outaouais, destinée aux marchés britannique et américain. C'est l'industrie principale des colonies historiques du Haut-Canada et du Bas-Canada, et elle crée un type d'entrepreneur connu sous le nom de lumber baron, baron du bois d'œuvre. Le commerce du bois carré (squared timber), puis du bois scié, conduit à la croissance de la population et la prospérité des collectivités dans la vallée de l'Outaouais, en particulier la ville de Bytown (aujourd'hui Ottawa, la capitale du Canada). Les produits étaient principalement Pinus resinosa et Pinus strobus. L'industrie a duré jusqu'en 1900 environ, lorsque les marchés et les stocks ont diminué. Cette industrie est créée à la suite du blocus continental de 1806 par Napoléon Bonaparte en Europe, obligeant le Royaume-Uni à trouver une nouvelle source de bois, en particulier pour sa marine de guerre et pour la construction navale en général. Plus tard, l'application par le Royaume-Uni de tarifs préférentiels croissants, progressivement accroitront les importations canadiennes. La première partie de l'industrie, le commerce du bois équarri (ou bois carré), dure jusque vers les années 1850. Le transport du bois brut est d'abord réalisé par le moyen du flottage sur la rivière des Outaouais, éprouvée 1806 par Philemon Wright. Les bois équarris sont assemblés en grands radeaux (raft) qui servent de lieu d'hébergement à des hommes, le temps des six semaines de leur voyage à destination du port de Québec, qui disposait de grandes installations d'exportation, et permettait un accès facile à l'océan Atlantique. La deuxième partie de l'industrie concerne le commerce du bois scié, et les barons américains du bois d'œuvre (American lumber barons), et dure principalement de 1850 à 1900-1910 environ. Le traité de réciprocité canado-américain provoque un déplacement des marchés américains. La source de bois en Grande-Bretagne change, et sa connexion aux bois de la Baltique est rétabli, et elle ne prévoit plus de tarifs préférentiel à l'importation. Des États-Unis, les entrepreneurs commencent alors à établir leurs opérations près de la rivière des Outaouais, créant ainsi certaines des plus grandes scieries du monde à cette époque. Ces hommes, connus sous le nom de « barons du bois » (lumber barons), portant des noms tels que John Rudolphus Booth et Henry Franklin Bronson, créent des usines qui contribuent à la prospérité et à la croissance d'Ottawa. L'industrie du bois scié bénéficie d'améliorations dans les transports, notamment le canal Rideau , reliant Ottawa à Kingston sur le lac Ontario, et bien plus tard, les chemins de fer, qui sont créés entre les villes canadiennes. Peu après 1900, le dernier train de bois descend la rivière des Outaouais. Les stocks de pins diminuent et la demande aussi. À ce moment, le Royaume-Uni est en mesure de reprendre ses approvisionnements en provenance de la baltique, et sa politique, en particulier la réduction des règles protectionnistes favorables à ses colonies, entraîne une baisse des marchés britanniques. La construction navale se tourne vers l'acier. Avant 1950, de nombreuses opérations commencent à s'arrêter, puis de nombreuses usines sont complètement supprimées et les terres dégradées commencent à être restaurées dans les politiques de rénovation urbaine d'Ottawa. L'industrie grandement contribue à la croissance démographique et à la croissance économique de l'Ontario et du Québec. Trouve plus

Commerce du bois des Pays-Bas: Environ 3% du total des importations de bois aux Pays-Bas sont constitués de bois et de produits dérivés des tropiques. Un large éventail d'industries de transformation du bois utilise du bois tropical en raison des propriétés spéciales de bon nombre de ces types de bois. Au fil des ans, les réglementations nationales, européennes et internationales ont de plus en plus influencé le commerce néerlandais des bois tropicaux. Pays quasi-dépourvu de forêts, profitant de ses connections avec la Baltique, le Rhin, et de ses colonies sud-asiatiques. le commerce du bois aux Pays-Bas, est une industrie importante depuis le Siècle d'or néerlandais, Trouve plus

Commerce du cafe: Trouve plus

Commerce du café: Trouve plus

Commerce du riz: Le commerce du riz désigne le processus de commercialisation du riz. Trouve plus

Commerce electronique: Trouve plus

Commerce électronique: Trouve plus

Commerce électronique en Tunisie: Le commerce électronique en Tunisie est un secteur qui tarde à se lancer en Tunisie, bien que ce soit le premier pays de la rive sud de la Méditerranée à s'intéresser au commerce électronique. Trouve plus

Commerce en gros: Trouve plus

Commerce en ligne: Le commerce en ligne ou commerce électronique est l'échange pécuniaire de biens, de services ou d'informations par l'intermédiaire des réseaux informatiques, notamment Internet. Dans le cadre du commerce interentreprises, les commerçants utilisent depuis de nombreuses années des réseaux de type échange de données informatisé (EDI). Des transactions électroniques se réalisent également sur les réseaux téléphoniques mobiles. Ce commerce par mobile se dit commerce mobile. Dans un contexte de contraintes environnementales fortes, le développement de la vente à distance tend à transformer les problématiques de logistique liées au monde du commerce. Le terme « commerce en ligne » comprend également la circulation mondiale des données. Trouve plus

Commerce equitable: Trouve plus

Commerce équitable: Le commerce équitable est un système d'échange dont l'objectif est de proposer une plus grande équité dans le commerce conventionnel, voire une alternative à celui-ci, basée notamment sur la réappropriation des échanges marchands par ceux qui les pratiquent. Sa démarche consiste à utiliser le commerce comme un levier de développement et de réduction des inégalités, en veillant à la juste rétribution des producteurs et travailleurs. À cette perspective économique s'ajoutent des préoccupations éthiques, sociales et environnementales qui ne font pas toujours l'unanimité, ne nécessitant pas l'intermédiaire des États et la modification des législations nationales. En 2009, les ventes de produits certifiés équitables étaient estimées à plus 3,4 milliards d'euros. On estime - ces chiffres ne sont pas vérifiés et sont pratiquement invérifiables - que près de 1,5 million de producteurs bénéficient directement du commerce équitable, ce qui reste relativement faible. Trouve plus

Commerce Équitable France: Commerce Équitable France est le collectif national de représentation des acteurs français du commerce équitable. Fondée en 1997 sous le nom de plate-forme pour le commerce équitable (PFCE) est un collectif, qui regroupe la majorité des acteurs français du commerce équitable ayant une dimension nationale. Le collectif change de nom, le 6 décembre 2017 à l'occasion de ses 20 ans. Trouve plus

Commerce et distribution: Depuis le XXIe siècle, le commerce et la distribution forment le secteur économique, traditionnellement connu sous le nom de négoce, qui regroupe toutes les activités des entreprises spécialisées dans l'échanges de biens d'équipements et de biens de consommation entre ceux qui les vendent, les fournisseurs, et ceux qui les achètent, les clients. La distribution est la partie du commerce ou du négoce qui correspond à la vente de détail au consommateur final. Elle peut être faite directement par le producteur, par exemple dans les marchés ou chez des producteurs qui possèdent un réseau commercial intégré ou franchisé. Trouve plus

Commerce et économie chez les Bamilékés: Trouve plus

Commerce et Investissement britannique: Trouve plus

Commerce éthique: Le commerce éthique vise à favoriser et à développer de bonnes conditions de travail chez les producteurs. La notion d'éthique vient du grec et possède une connotation moins péjorative que le mot "morale". Cette notion se réfère à une certaine idée du "bien". Trouve plus

Commerce extérieur: Trouve plus

Commerce extérieur de La Réunion: Le commerce extérieur de La Réunion est, selon la définition la plus stricte, la branche du commerce international qui concerne La Réunion. La plupart du temps, néanmoins, on désigne par ces termes l'ensemble du commerce impliquant cette île avec le reste du monde et du territoire national, et ils recoupent alors, en plus des échanges internationaux, ses échanges avec la France métropolitaine et le reste de l'Outre-mer. Trouve plus

Commerce extérieur de l'Union européenne: Le commerce extérieur de l'Union européenne est l'échange de biens, de services et de capitaux entre l'Union européenne et le reste du monde. Trouve plus

Commerce exterieur du Mexique: Trouve plus

Commerce extérieur du mexique: Trouve plus

Commerce extérieur du Pakistan: Le commerce extérieur du Pakistan est un élément important de l'économie du pays, incluant ses importations et exportations vers les pays étrangers. Le pays tente d'augmenter ses exportations pour développer son économie, mais fait face à une balance commerciale déficitaire. Il est membre de plusieurs organisations commerciales, comme l'Organisation mondiale du commerce ou l'Accord de libre-échange de l'Asie du Sud. Le pays exporte surtout du coton et des produits textiles, ainsi que du ciment et de la nourriture. Il importe l'essentiel de ses besoins en énergie ainsi que des produits à plus fortes valeurs ajoutées (technologies et transports surtout). Son principal partenaire commercial est la Chine, qui compte pour près de 20 % du commerce total du Pakistan. Trouve plus

Commerce fluvial: Trouve plus

Commerce illicite d'espèces protégées: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...