Rechercher dans ce blog

mardi 2 mars 2021

Comité central d'entreprise en France, Comite central des catholiques allemands, Comité central des catholiques allemands, Comité central des houillères de France, Comité central des Juifs en Pologne,

Comité central d'entreprise en France: Trouve plus

Comite central des catholiques allemands: Trouve plus

Comité central des catholiques allemands: Le Comité central des catholiques allemands (ZdK : Zentralkomitees der deutschen Katholiken) est la structure officielle qui représente les laïcs au sein de l'Église catholique romaine en Allemagne. Il regroupe 125 associations et institutions catholiques, représentant en tout plusieurs millions de membres (en 2006, on compte 26 millions de catholiques en Allemagne pour une population totale de 82 millions). Le siège du ZdK est à Bonn. Il est présidé par Hans Joachim Meyer, ancien ministre des cultes en Bavière, issu du parti démocrate-chrétien allemand, la CDU. Trouve plus

Comité central des houillères de France: Le Comité central des houillères de France (CCHF) est une organisation patronale française. Trouve plus

Comité central des Juifs en Pologne: Le Comité Central des Juifs de Pologne (CCJP, en polonais Centralny Komitet Żydów w Polsce, abréviation CKŻP, en yiddish צענטראל קאמיטעט פון די יידו אין פוילו; Centraler Komitet fun di Jidn in Pojln) est une représentation politique de la communauté juive polonaise survivante à la Shoah, créé sous l'égide du nouveau régime communiste qui s'installe en Pologne avant la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Elle existe de 1944 à 1950. Trouve plus

Comité central des juifs polonais: Trouve plus

Comité central des milices antifascistes de Catalogne: Le Comité central des milices antifascistes (en catalan Comitè Central de Milícies Antifeixistes de Catalunya, en espagnol Comité Central de Milicias Antifascistas de Cataluña, en abrégé CCMA) est une entité administrative créée en Catalogne le 21 juillet 1936 par le Président de la Generalité, Lluís Companys, en contexte de révolution sociale et sous la pression exercée par les centrales syndicales anarchistes CNT et FAI qui avaient réussi, par les luttes ouvrières dans les rues de Barcelone, à faire échouer le soulèvement fasciste contre la Seconde République espagnole du 19 juillet 1936. Le CCMA est dissous le 1er octobre 1936. Trouve plus

Comite central du Parti communiste chinois: Trouve plus

Comité central du parti communiste chinois: Trouve plus

Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique: Le Comité central du Parti communiste de l'Union soviétique (CCPCUS) (en russe Центральный комитет Коммунистической партии Советского Союза, Tsentral'ny komitet Kommounistitcheskoï parti Sovietskovo Soïouza, en abrégé ЦК КПСС, TsK KPSS) était la plus haute instance du Parti communiste de l'Union soviétique (PCUS). Le Comité central dirigeait toutes les activités du parti et du gouvernement entre chaque congrès du Parti communiste de l'Union soviétique. Les membres du Comité étaient élus lors des congrès tous les cinq ans. En dehors de la désignation du secrétariat du comité et de son secrétaire général, le Comité central avait également pour rôle d'élire le Politburo ainsi que le secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique. De 1919 à 1952, l'Orgburo était également élu en réunion plénière du comité. Trouve plus

Comité central du Parti communiste d'Union soviétique: Trouve plus

Comité central du Parti des travailleurs de Corée: Trouve plus

Comité central du Parti du travail de Corée: Le Comité central du Parti du travail de Corée (en chosŏn'gŭl 조선로동당 중앙위원회) est l'organe suprême du Parti du travail de Corée du Nord (PTCN, 1946-1949) puis du Parti du travail de Corée (PTC, depuis 1949) entre les Réunions nationales du Parti des travailleurs de Corée. Selon les règles du PTC, le comité central est élu par le congrès du parti du travail et la conférence du parti peut se voir accorder le droit de renouveler sa composition. Dans la pratique, le Comité central a la capacité de révoquer et de nommer de nouveaux membres sans consulter le PTC lors de ses sessions plénières. Le 1er comité central a été élu lors du 1er congrès du Parti du travail de Corée du Nord, en 1946. Il était composé de 43 membres. Le nombre de membres du Comité central a augmenté depuis lors : le 7e congrès, qui s'est tenu en 2017, en a élu 235. Les membres sans droit de vote, officiellement désignés comme membres suppléants, ont été présentés au 2e congrès. Le Comité central se réunit au moins une fois par an pour une session plénière (« réunion » ou « plénums ») et doit servir de forum de discussion sur les questions importantes de politique. Il opère sur le principe du système idéologique monolithique et de la théorie du Grand Chef. Le rôle du Comité central a varié au cours de l'histoire. Au début de son histoire jusqu'à l'incident de la faction d'août, c'était un forum dans lequel différentes factions étaient en compétition. Depuis 1956, il exerce généralement son pouvoir par le biais de procédures formelles définies dans les règles du parti. Cependant, sa capacité réelle à influer sur les résultats des décisions prises au niveau national est inexistante, cette fonction étant généralement exercée dans la pratique par la Dynastie Kim et le Politburo. Néanmoins, les plénums du Comité central fonctionnent comme des lieux où la politique est officiellement mise en œuvre et les annonces publiques faites. Les décisions sont rendues publiques sous la forme de « résolutions » ou de « décisions ». Trouve plus

Comité central du PCUS: Trouve plus

Comité central national: Le Comité central national (en polonais: Komitet Centralny Narodowy (KCN)), organe de coordination de l'organisation clandestine des Rouges, créé en juin 1862 à Varsovie afin de prendre le contrôle de l'ensemble des mouvements de conspiration dans le Royaume du Congrès. Le Comité central national dirige les préparatifs de l'insurrection janvier, élargi l'organisation clandestine, prélève un impôt national, appelle à la création d'une police nationale. Le 12 août 1862, le Comité proclame l'abolition du servage sans compensation pour les propriétaires terriens, le rachat des terres, ainsi que l'égalité des droits pour les Juifs. Dans sa proclamation du 1er septembre 1862, le Comité se déclare le véritable gouvernement de la nation et exige l'obéissance de l'ensemble de la société. L'organe officiel de presse du Comité est Ruch. Agaton Giller (pl) en est le rédacteur en chef. Trouve plus

Comite central national ukrainien: Trouve plus

Comité central national ukrainien: Trouve plus

Comité central pour la paix du Pakistan oriental: Le Comité central pour la paix du Pakistan oriental, également connu sous le nom de Comité Nagorik Shanti (Comité des citoyens pour la paix), ou plus communément Comité de paix ou Comité Shanti, était l'un des nombreux comités formés au Pakistan oriental (aujourd'hui le Bangladesh) en 1971 par l'armée du Pakistan pour soutenir ses efforts visant à écraser la rébellion en faveur de l'indépendance du Bangladesh. Nurul Amin, en tant que chef du Parti démocratique pakistanais (en), a dirigé la formation du Comité Shanti pour contrecarrer les Mukti Bahini qui ont lutté pour l'indépendance du Bangladesh,,. Trouve plus

Comité central pour l'inspection disciplinaire du Parti communiste chinois: Le Comité central pour l'inspection disciplinaire du Parti communiste chinois ou Commission centrale de contrôle de la discipline (en chinois simplifié : 中国共产党中央纪律检查委员会 ; chinois traditionnel : 中國共產黨中央紀律檢查委員會 ; pinyin : Zhōngguó Gòngchăndăng Zhōngyāng Jìlǜ Jiănchá Wĕiyuánhuì, souvent abrégé en 中纪委) est une organisation du Congrès national du Parti communiste chinois chargé de la lutte contre la corruption parmi les cadres du parti. Son secrétaire actuel est Zhao Leji qui est également membre du Comité permanent. Il siège à Pékin. Trouve plus

Comite central republicain des Vingt arrondissements: Trouve plus

Comité central républicain des vingt arrondissements: Trouve plus

Comité central révolutionaire: Trouve plus

Comité central révolutionnaire: Trouve plus

Comité central révolutionnaire bulgare: Comité central révolutionnaire bulgare est la structure centrale du mouvement national-révolutionnaire bulgare, fondée en 1869, avec l'objectif de reprendre les idées révolutionnaires et de contribuer à la préparation idéologique et politique de la révolution nationale bulgare. Trouve plus

Comité central socialiste révolutionnaire: Le Comité central socialiste révolutionnaire (CCSR) est une organisation politique socialiste française, de tendance blanquiste. Fondé en 1889, à la suite d'une scission au sein du Comité révolutionnaire central, le CCSR a constitué l'aile gauche du mouvement boulangiste. Trouve plus

Comité central ukrainien: Trouve plus

Comité Centre et Sud: Le Comité Centre et Sud, anciennement dénommé Grocep (Groupement du Centre des producteurs de plants de pommes de terre), est un syndicat agricole français spécialisé dans l'obtention de nouvelles variétés de pomme de terre et la production de plants certifiés de pomme de terre. Il est, aux côtés de Bretagne-Plants et Comité Nord, l'une des trois organisations de producteurs qui constituent la Fédération nationale des producteurs de plants de pommes de terre (FN3PT). Il exploite une station de sélection variétale, la station de Lavergne, située à Laurière (Haute-Vienne). Sur le plan juridique, ce groupement a le statut d'une SICA (Société d'intérêt collectif agricole) qui regroupe les producteurs de plants de pomme de terre du centre et du Sud de la France. Trouve plus

Comité civique pro-Santa Cruz: Le Comité civique pro-Santa Cruz est fondé en 1950 afin de « défendre les intérêts de Santa Cruz face à l'État. » Il est composé de quelque trois cents organisations. Son siège est situé à Santa Cruz de la Sierra, dans l'orient bolivien. Trouve plus

Comité Cobra: Trouve plus

Comite Colbert: Trouve plus

Comité Colbert: Le Comité Colbert est une association fondée en 1954 à l'initiative de Jean-Jacques Guerlain, qui se consacre à la promotion de l'industrie française du luxe en France et à l'étranger. Il est parfois considéré comme le lobby du luxe français, voire du luxe européen, et rassemble, par l'intermédiaire de ses membres, jusqu'à 130 métiers différents. Le Comité Colbert regroupe 83 maisons du luxe français et 16 grandes institutions culturelles. Trouve plus

Comité conjoint du renseignement: Trouve plus

Comité constitutionnel syrien: Trouve plus

Comité consultatif: Trouve plus

Comité Consultatif à l'Identité Bretonne: Trouve plus

Comité consultatif à l'identité bretonne: Trouve plus

Comité consultatif constitutionnel: Le Comité consultatif constitutionnel (CCC) est un comité qui a siégé en 1958, en France, formé principalement de membres de l'Assemblée nationale et du Conseil de la République, et également de membres nommés par le pouvoir exécutif, dont la mission était d'étudier l'avant-projet de ce qui deviendra la constitution du 4 octobre 1958 et d'en proposer des modifications. Son rôle, consultatif, était prévu par la loi constitutionnelle du 3 juin 1958. Trouve plus

Comité consultatif de bioéthique: Trouve plus

Comité consultatif de Bioéthique de Belgique: Le Comité consultatif de bioéthique est une instance belge indépendante des autorités, créé par l'accord de coopération du 15 janvier 1993 signé par l'État fédéral, la Communauté française, flamande et germanophone ainsi que la Commission communautaire commune. Trouve plus

Comite consultatif de Bretagne: Trouve plus

Comité consultatif de bretagne: Trouve plus

Comité consultatif de la Communauté européenne du charbon et de l'acier: Le Comité consultatif de la Communauté européenne du charbon et de l'acier est un organe créé par l'article 18 du traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l'acier. Trouve plus

Comité consultatif de la législation et de la réglementation financières: Le pouvoir réglementaire français, pour les établissements de crédit et, s'il y a lieu, pour les sociétés de financement, est directement exercé par le ministre chargé de l'économie (cf. articles L. 611-1 nouveau et suivants du code monétaire et financier). Il est assisté dans sa tâche par le Comité consultatif de la législation et de la réglementation financière (CCLRF). Le CCLRF donne un avis sur l'ensemble des projets de textes normatifs à portée générale touchant au domaine bancaire, financier et des assurances, sur saisine du ministre de l'économie, en excluant les textes ayant trait à l'Autorité des marchés financiers (AMF) ou entrant dans les compétences de cette dernière. Les textes normatifs peuvent prendre la forme de loi, d'ordonnance, de décret, d'arrêté, de règlement européen ou de directive européenne, mais aussi, d'engagements professionnels. Le CCLRF complète le Comité consultatif du secteur financier, ou CCSF. Trouve plus

Comité consultatif de la recherche scientifique et technique: Le Comité consultatif de la recherche scientifique et technique est un comité scientifique français créé le 29 novembre 1958 en remplacement du Conseil supérieur de la recherche scientifique dirigé alors par Henri Longchambon. Il est à l'origine de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique. Trouve plus

Comité consultatif de l'enseignement public: En France, le Comité consultatif de l'enseignement public était une instance instituée par l'arrêté du 25 mars 1873, dont les dispositions ont été modifiées par le décret du 11 mai 1880. Il était divisé en trois sections correspondant aux trois ordres d'enseignement : supérieur, secondaire et primaire. Trouve plus

Comite consultatif de protection des personnes dans la recherche biomedicale: Trouve plus

Comité consultatif de protection des personnes dans la recherche biomédicale: En France, les Comité consultatif de protection des personnes dans la recherche biomédicale (CCPPRB) étaient des instances créées au début des années 1990 lors de la mise en application de la loi dite Huriet-Sérusclat. Ils étaient chargées de donner un avis, favorable ou défavorable, avant la mise en œuvre de tout projet de recherche biomédicale chez l'homme. Dans les textes, cet avis, seulement consultatif, pouvait être ou non suivi par Le Ministre de la Santé. En pratique, les contrats d'assurance pris pour couvrir les risques de la recherche (obligation légale) incluant le plus souvent une clause de nullité en cas d'avis défavorable du CCPPRB, sauf exception, seules les études ayant reçu un avis favorable ont réellement eu lieu. Leur avis était fondé sur divers critères, les plus importants étant de vérifier que le projet obéissait aux règles de l'éthique, que la sécurité des personnes participant à l'étude était assurée au mieux et enfin et surtout que ces participants (patients ou sujets sains) y avaient formellement consenti après avoir reçu une information détaillée, compréhensible et honnête (« consentement libre et éclairé »). Depuis la mise en application de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004, prise dans le cadre de la transposition de la directive européenne 2001/20 sur les essais cliniques de médicaments, les CCPPRB ont été remplacés par des Comités de protection des personnes (CPP) dont les compétences et la responsabilité ont été élargies. 40 CPP ont été agréés en juin et juillet 2006 par le Ministre chargé de la santé. Leur compétence territoriale est adossée aux interrégions de recherche clinique. Les membres des CPP sont nommés par le Préfet de région compétent et les membres nommés doivent déclarer leurs différents intérêts vis-à-vis des promoteurs et des investigateurs de recherches biomédicales. Pour qu'une recherche biomédicale puisse se dérouler en France, chaque projet doit avoir reçu un avis favorable d'un CPP ainsi que l'autorisation de l'une des deux autorités compétentes (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ou Ministre chargé de la santé) selon le thème de recherche. Les dispositions réglementaires relatives à ce nouvel encadrement juridique de la recherche biomédicale en France sont opérationnels depuis le 27 août 2006 et se substituent à la loi dite « Huriet-sérusclat ». Trouve plus

Comité consultatif des Églises orthodoxes orientales: Le Comité consultatif des Églises orthodoxes orientales (en anglais : Consultative Committee of Oriental Orthodox Churches) est une entité qui rassemble des représentants des différentes Églises orthodoxes orientales. Il se réunit à l'occasion des dialogues théologiques ou rencontres œcuméniques pour coordonner les positions de cette famille ecclésiale. Trouve plus

Comité consultatif des réseaux d'observation météorologique: Le Comité consultatif des réseaux d'observation météorologique ou CCROM est un organisme météorologique français créé en décembre 2004 par le ministère des Transports. Il est chargé d'instaurer un dialogue entre les différents intervenants, dans le domaine de l'observation météorologique. Il se réunit au moins une fois par an. Trouve plus

Comité consultatif d'urbanisme: Un comité consultatif d'urbanisme (parfois abrégé CCU) est, au Québec, une instance municipale chargée de faire des recommandations aux conseils municipaux en matière d'urbanisme, d'aménagement du territoire et, parfois, de patrimoine culturel. Il a un rôle consultatif ; il revient au conseil municipal élu, investi du pouvoir décisionnel, d'entériner ses recommandations. Bien que certains comités d'urbanisme existaient dans les plus grandes villes, l'introduction d'un pouvoir de créer de tels comités dans la Loi sur l'aménagement et l'urbanisme vient systématiser leur existence dans les municipalités locales du Québec, et l'introduction de nouveaux règlements à caractère discrétionnaire vient renforcer leur rôle. Trouve plus

Comité consultatif international télégraphique et téléphonique: Trouve plus

Comité consultatif international téléphonique et télégraphique: Trouve plus

Comité consultatif médical: Trouve plus

Comité consultatif national: En France, le comité consultatif national est une instance de la fonction publique hospitalière chargée de représenter certains corps à gestion nationale. Le paritarisme dans la fonction publique hospitalière s'exerce en principe à l'échelon local, via les comités techniques paritaires, puis les comités techniques d'établissement. Toutefois, cette disposition ne peut s'appliquer à l'égard de certains corps de cadres dirigeants car ils sont très peu nombreux localement et surtout ils y exercent des fonctions d'autorité ne leur permettant pas facilement de s'exprimer en tant que salariés. Concrètement, le comité consultatif national, unique depuis la réforme de 2016, concerne les directeurs d'hôpitaux, les directeurs d'établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux et les directeurs des soins. Trouve plus

Comité consultatif national d'éthique: Trouve plus

Comite consultatif national d'ethique: Trouve plus

Comité consultatif national d'éthique: Le Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé, souvent abrégé en Comité consultatif national d'éthique (CCNE), est un organisme consultatif français ayant le statut d'autorité administrative indépendante, dont la mission est de « donner des avis sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé ». Trouve plus

Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie: Trouve plus

Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé: Trouve plus

Comité consultatif pour l'uranium: Trouve plus

Comité consultatif pour la réforme des comptabilités locales: Le Comité consultatif pour la réforme des comptabilités locales est un groupe de travail administratif français qui a été créé en 1990. Ses travaux ont conduit à la modernisation de la gestion budgétaire et comptable des collectivités territoriales françaises. Trouve plus

Comité consultatif pour la révision de la Constitution: Le Comité consultatif pour la révision de la Constitution, dit commission ou comité Vedel, était un comité de réflexion institué le 2 décembre 1992 sous la présidence du juriste français Georges Vedel chargé de proposer des réformes institutionnelles pour la Cinquième République. Il a rendu le 15 février 1993 son rapport au président de la République, François Mitterrand. Trouve plus

Comite consultatif pour l'uranium: Trouve plus

Comité consultatif pour l'uranium: À la suite de la lettre envoyée par Einstein au président Roosevelt pour le mettre en garde contre les avancées possibles des physiciens allemands en ce qui concerne l'utilisation de l'énergie nucléaire (Recherches atomiques sous le régime nazi), le président demande à Lyman James Briggs, directeur du National Bureau of Standards, de mettre sur pied secrètement un « Comité consultatif pour l'uranium ». La première réunion de ce comité a lieu le 21 octobre 1939 à Washington. 6 000 dollars ont été attribués pour les expériences sur les neutrons de Fermi et de Szilárd à l'université Columbia. Quatre aspects du problème de l'uranium apparaissent dès le départ comme critiques : Trouver des sources sûres de minerai d'uranium, à des endroits protégés des menaces étrangères. Développer des méthodes de production de masse pour extraire l'uranium 235 du minerai et/ou fabriquer du plutonium. Faire des bombes utilisant la réaction en chaîne (de l'uranium) Engendrer de la chaleur de la fission contrôlée afin, d'une part, de récupérer l'énergie pour les machines, et d'autre part, créer des isotopes.Le 14 avril 1941, Lyman Briggs reçoit une note d'Eugene Wigner, affirmant que ; Dans l'intervalle, le National Defense Research Committee (NDRC), Commission Nationale de recherche de défense, sous la direction de Vannevar Bush, explore les possibilités d'utiliser l'énergie nucléaire pour des applications pacifiques. Un rapport d'Arthur Compton et de la National Academy of Sciences conclut de manière favorable le 17 mai 1941. Après consultation avec Roosevelt, Bush crée l'Office of Scientific Research and Development (OSRD), Bureau de recherche et d'innovation scientifique. Le 1er juillet 1941, Bush prend la responsabilité de toutes les recherches sur la fission, et le Comité consultatif devient le projet S1 du NDRC, avec Lyman Briggs sous l'autorité de Bush. À la fin août 1941, Marcus Oliphant découvrira que Briggs n'a pas transmis aux autres membres du comité une copie du rapport produit par des scientifiques britanniques (commission MAUD) qui affirme qu'il est possible de fabriquer une bombe suffisamment légère pour être transportée par la voie des airs. Trouve plus

Comité contre la torture (Russie): Le Comité contre la torture est une organisation à but non lucratif russe dans le domaine de la défense des droits de l'homme. Elle a été créée en 2000 à Moscou pour pousser les services de procureur à l'action contre ce type des crimes et pour traduire les responsables en justice. Le cas le plus connu est "L'affaire de Mikheev", à la suite duquel la Fédération de la Russie a été jugée responsable de la torture. L'organisation est aussi reconnue pour une enquête sur des passages à tabac massives à Blagovechtchensk. Elle aussi examine les questions sur les droits de l'homme au Caucase. Avant d'être jugée un agent étranger, le Comité avait été financé par la Commission européenne des droits de l'homme. Trouve plus

Comité contre le viol (Genève): Trouve plus

Comité coréen de la technologie spatiale: Le Comité coréen de la technologie spatiale (en anglais : Korean Committee of Space Technology, KCST, chosŏn'gŭl : 조선우주공간기술위원회, hanja : 朝鮮宇宙空間技術委員會) est l'agence spatiale de la Corée du Nord, responsable du programme spatial national. Trouve plus

Comité Côte d'Argent: Trouve plus

Comité créé par la résolution 1267: Le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1267 (1999) concernant Al-Qaida, les talibans et les personnes et entités qui leur sont associées ou Comité 1267 du conseil de sécurité des Nations unies aussi connu comme le Comité des sanctions contre Al-Qaida et les talibans créé par le Conseil de sécurité des Nations unies à la suite de la résolution 1267 du 15 octobre 1999 votée à l'unanimité est chargé de la promotion de la lutte contre Al-Qaïda, les talibans et les personnes et entités qui leur sont associées. Trouve plus

Comité créé par la résolution 1267 (1999): Trouve plus

Comité créé par la résolution 1540: Le Comité 1540 du Conseil de sécurité des Nations unies créé en vertu du paragraphe 4 de la résolution 1540 du Conseil du 28 avril 2004 est officiellement désigné sous le nom de « Comité créé par la résolution 1540 (2004) ». Trouve plus

Comite cree par la resolution 1540 (2004): Trouve plus

Comité créé par la résolution 1540 (2004): Trouve plus

Comite d'action antibolchevique: Trouve plus

Comité d'action antibolchévique: Le Comité d'action antibolchévique (CAA) est une organisation collaborationniste française pendant l'Occupation allemande. Trouve plus

Comité d'action civil de Pretoria: Trouve plus

Comité d'action de la Résistance: Trouve plus

Comité d'action lycéen: Trouve plus

Comité d'Action Politique Motocycliste (CAPM): Trouve plus

Comité d'action pour la défense de la langue flamande: Trouve plus

Comité d'action socialiste: Trouve plus

Comité d'alerte sur les dépenses d'assurance-maladie: Trouve plus

Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté: Trouve plus

Comité d'entreprise: Trouve plus

Comité d'épuration de la race française: Trouve plus

Comité d'État pour la famille, la femme et l'enfant de la République d'Azerbaïdjan: Trouve plus

Comité d'État pour le travail avec la diaspora: Le Comité d'État pour le Travail avec la Diaspora de la République d'Azerbaïdjan (en azerbaïdjanais: Azərbaycan Respublikasının Diasporla İş üzrə Dövlət Komitəsi) est un organisme gouvernemental au sein du Cabinet de l'Azerbaïdjan chargé d'établir et de maintenir des contacts avec l'Azerbaïdjan à l'étranger et à la soutenir monde dans leurs efforts pour l'unité nationale. Le Comité est dirigé par Fouad Mouradov. Trouve plus

Comité d'Etat pour les Associations religieuses de la République d'Azerbaïdjan: Trouve plus

Comité d'étude et d'information sur les drogues: Trouve plus

Comité d'étude et de liaison des intérêts bretons: Trouve plus

Comité d'études historiques et scientifique de l'Afrique-Occidentale française: Trouve plus

Comité d'études sur les formations d'ingénieurs: Trouve plus

Comité d'histoire du ministère de la Culture et des institutions culturelles: Trouve plus

Comité d'histoire parlementaire et politique: Trouve plus

Comité d'hygiène: Trouve plus

Comité d'hygiène et de sécurité: Trouve plus

Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail: Trouve plus

Comite d'information et de liaison pour l'archeologie, l'etude et la mise en valeur du patrimoine industriel: Trouve plus

Comité d'information et de liaison pour l'archéologie, l'étude et la mise en valeur du patrimoine industriel: Trouve plus

Comité d'information et de mobilisation pour l'emploi: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...