Rechercher dans ce blog

lundi 1 mars 2021

Colonies confédérées, Colonies d'Albermale, Colonies dans la Première Guerre mondiale, Colonies de fourmis, Colonies de Nahal,

Colonies confédérées: Les colonies confédérées (en anglais : Confederate colonies) sont composées d'émigrants en provenance des États confédérés d'Amérique, qui fuient les États-Unis après que l'Union gagne la guerre de Sécession (1861-1865). Ils s'installent dans de nombreux pays latino-Américains, notamment le Brésil et Mexique. Trouve plus

Colonies d'Albermale: Trouve plus

Colonies dans la Première Guerre mondiale: Les colonies des Empires français et britannique ont joué un rôle important pendant la Première Guerre mondiale, fournissant aux Alliés des soldats, de la main-d'œuvre et des matières premières. Trouve plus

Colonies de fourmis: Trouve plus

Colonies de Nahal: Les colonies de Nahal, en hébreu : היאחזות נח"ל, sont des avant-postes puis des colonies établies par des soldats de Nahal en Israël et dans les territoires occupés par Israël. Chaque colonie de Nahal devait devenir une colonie civile et servir de première ligne de défense contre de futures invasions arabes potentielles. Cette méthode de colonisation était particulièrement efficace dans les régions moins convoitées, principalement dans le Néguev, en Galilée, l'Arabah et, après la guerre des Six Jours en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, sur les hauteurs du Golan et dans la péninsule du Sinaï. La première colonie de Nahal est Nahal Oz, fondée en 1951. Elle est située dans le nord-ouest du désert du Néguev, près de la frontière avec la bande de Gaza. Un certain nombre des anciennes colonies de Nahal sont dorénavant totalement civiles. De nombreux kibboutz actuels, sont, à l'origine, des colonies de Nahal. La dernière colonie de Nahal a été fermée en 2001. Trouve plus

Colonies de peuplement: Trouve plus

Colonies de vacances: Trouve plus

Colonies des détroits: Trouve plus

Colonies espagnoles: Trouve plus

Colonies européennes: Trouve plus

Colonies française: Trouve plus

Colonies françaises: Trouve plus

Colonies françaises (liste): Trouve plus

Colonies grecques: Trouve plus

Colonies israéliennes: Les colonies israéliennes (dénommées « hitnahalut » (התנחלות) par les Israéliens traduit par « implantations »), sont des communautés de citoyens israéliens qui ont été établies depuis la guerre des Six Jours en 1967 dans la péninsule du Sinaï, les territoires palestiniens occupés ( dont Jérusalem-Est et sa proche banlieue), ainsi que dans le Plateau du Golan. Elles totalisent en 2020 plus de 705 000 habitants répartis comme suit : environ 440 000 personnes en Cisjordanie, plus de 230 000 à Jérusalem-Est et dans les villes créées aux alentours (réservées aux Israéliens), environ 35 000 sur le Golan, devenu par une loi votée par la Knesset le 14 décembre 1981 territoire israélien et sous-district du district Nord d'Israël. Elles sont réparties dans près de 150 implantations en Cisjordanie et plus de 35 sur le plateau du Golan,,,. Certaines colonies sont devenues des villes, comme Ma'aleh Adumim qui compte près de 40 000 habitants ou Ariel qui en compte 20 000. De nombreuses ont été rattachées au territoire israélien par la barrière de séparation. L'établissement de colonies en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et au plateau du Golan ont débuté dès 1967 mais se sont accélérés à partir de 1977 et l'arrivée du Likoud au pouvoir. À la suite des accords de Camp David en 1982, la totalité des colonies du Sinaï furent évacuées et en 2005, la totalité de celles de la bande de Gaza, représentant plus de 7 000 personnes, furent démantelées. L'implantation s'est réintensifiée depuis l'arrivée de Benyamin Netanyahou au pouvoir en 2009. L'implantation de colonies par Israël a été condamné par des votes de l'Assemblée générale des Nations unies dans le cadre de résolutions du Conseil de sécurité. Ainsi, elles sont jugées illégales au regard du droit international, ce que le gouvernement israélien conteste ; ainsi que les États-Unis, depuis le 18 novembre 2019. Trouve plus

Colonies israéliennes des territoires occupés: Trouve plus

Colonies juives: Trouve plus

Colonies mennonites du Terek: Les colonies mennonites du Terek (en russe, Терские меннонитские колонии) formaient des regroupements de populations allemandes mennonites qui exploitaient des terres agricoles de Ciscaucasie le long du Soulak, au sud de la plaine koumyke dans l'actuel Daghestan (fédération de Russie). Ils s'y sont installés à partir de 1901. Leurs villages dépendaient de l'oblast du Terek. Trouve plus

Colonies pénitentiaires de Loos: Les colonies pénitentiaires de Loos sont deux colonies pénitentiaires, destinées à réhabiliter de jeunes délinquants par le travail de la terre et situées à Loos. Trouve plus

Colonies portugaises: Trouve plus

Colonies romaines: Trouve plus

Colonies suédoises: Trouve plus

Colonies Unies de l'île de Vancouver et de Colombie-Britannique: Trouve plus

Colonies-Unies d'Amérique: Trouve plus

Colonieu: En France : 99 personnes portent le nom de famille Colonieu. Il est le 91 158e nom le plus porté en France. Colonieu peut désigner : Alice Colonieu, céramiste, sculptrice et peintre française Sauveur Colonieu, politicien français Victor Colonieu, général français (1826-1902) dont une rue de Rueil-Malmaison porte le nom. Il est connu pour avoir tracé la ligne de chemin de fer transsaharien. Joseph Colonieu, maire de Courthézon de 1894 à 1901. Albert Colonieu, une école maternelle à Courthézon Une caserne militaire à Mostaganem. Trouve plus

Colonina: Colonina est un genre de mollusques gastéropodes de la famille des Annulariidae. L'espèce-type est Colonina fortunensis. Trouve plus

Colonisateur: Trouve plus

Colonisation: La colonisation est une expression utilisée dans différents contextes, mais toujours dans le sens du peuplement et de l'occupation d'un espace. À l'origine, il s'agissait de décrire des processus historiques et des faits qui ont varié au cours de l'histoire. Enjeu majeur à l'origine de la géopolitique mondiale et pièce majeure de l'Histoire, la colonisation désigne alors la conquête de territoires et son peuplement par un pays. Cependant, la biogéographie du XIXe siècle a utilisé le terme pour décrire ce type de relation de tout être vivant dans son milieu naturel, notamment les animaux, les plantes, et les micro-organismes. Un autre sens est l'action de mise en tutelle d'un territoire moins développé et peu peuplé par les ressortissants d'une métropole. Le but pouvant être de l'occuper et d'en exploiter les richesses. En pratique, les processus de colonisation ont pu être de caractère économique, politique, militaire ou culturel, ou se manifester d'autres manières ; voire se développer de manière violente ou pacifique. La colonisation est un processus d'expansion territoriale et/ou démographique qui se caractérise par des flux migratoires se déroulant sous la forme d'une migration, d'une occupation plus ou moins rapide voire d'une invasion brutale d'un territoire. Dans ses formes les plus extrêmes, la colonisation peut s'accompagner d'une marginalisation, d'une réduction et - dans les cas les plus féroces - de massacres ou de génocide des populations autochtones. La colonisation peut avoir pour but l'exploitation d'avantages réels ou supposés (matière première, main-d'œuvre, position stratégique, espace vital, etc.) d'un territoire au profit de sa métropole à travers l'État qui taxe soit ses colons, soit les sociétés exploitant les ressources minières ou autres. Les arguments avancés par les colonisateurs pour motiver la colonisation sont souvent le « développement de la civilisation » ou la « mission civilisatrice ». Ceci conduit à la création d'infrastructures, qui restent en place après la fin de la colonisation, l'exploitation d'un espace géographique, la mise sous tutelle et suivant le cas la domination économique, politique, culturelle, voire religieuse. La colonisation sert alors indirectement des intérêts, étatiques ou privés, mercantiles et peu portés sur les valeurs. L'époque romaine a conduit à l'établissement de colonies en Europe, dont certaines sont devenues de grandes villes comme Cologne ou Marseille. Par la suite de nombreux territoires ont été colonisés sur de nombreux continents jusqu'à ce que des processus d'indépendance, de décolonisation ou d'assimilation y mette fin. Il faut distinguer les colonies des protectorats, par exemple attribués par la SDN le temps de conduire une colonie d'un pays vaincu (Cameroun, colonie allemande, Syrie et Liban, colonies ottomanes) à l'autonomie. La colonisation pose la question des relations entre les colonisateurs et les colonisés, et l'évolution des valeurs morales qui conduit aujourd'hui à avoir un regard critique sur ces faits passés, notamment dans des œuvres culturelles: la Controverse de Valladolid (1550-1551) donne un aperçu de la bonne conscience des colonisateurs espagnols persuadés de l'infériorité de la culture des peuplades américaines. Le dominicain Bartolomé de Las Casas aura fort à faire pour convaincre ceux qui justifient l'emploi de la force « qu'il ne saurait y avoir d'esclaves par nature, ni de gens sans liberté et pouvoirs, ni de peuples sans souveraineté. » Sa vision aura pourtant gain de cause. le film La Victoire en chantant (Oscar du meilleur film étranger 1977) retraduit l'absurdité de la transposition du conflit européen de 1914-18 dans une colonie africaine française.Le processus de colonisation se différencie : d'une simple occupation militaire d'un territoire car elle revendique plus ou moins ouvertement des intérêts ou des projets de nature économique, politique, idéologique ou religieuse ; d'une annexion pure et simple car, si la colonisation se caractérise par l'envoi massif (colonie de peuplement) ou non (comptoir, protectorat…) de colons issus du pays colonisateur afin de gérer la colonie, il en résulte l'instauration d'une différenciation entre le citoyen et le colonisé (différence de traitement, de droits ou de statut juridique octroyé au colonisé, en défaveur de ce dernier) ; de l'immigration, laquelle ne découle pas systématiquement d'un processus politique, qu'elle s'accompagne ou non de zones où l'autochtone n'est plus admis.Le colonialisme en tant que doctrine ou idéologie défend le processus de colonisation, en s'efforçant de légitimer des éléments qui ne vont pas de soi : Occupation de territoires voire d'un État, domination politique, exploitation économique des colons par leur État d'origine ou des intérêts étrangers. Il crée les conditions favorables à des politiques expansionnistes d'occupation, avec l'établissement d'une ou plusieurs colonies et la mise sous influence étrangère d'autres territoires qui seront contraints d'accepter des liens de dépendance. Est qualifiable d'impérialisme le fait qu'une volonté politique exerce ou projette d'exercer — au nom de ses intérêts propres — une domination politique sur un territoire étranger et d'en assujettir ses habitants . Trouve plus

Colonisation (biologie): En biologie, une colonisation est le processus dans lequel une espèce se propage dans de nouveaux habitats. Le terme est généralement utilisé quand cette dernière se répand par des moyens naturels et de manière spontanée, par opposition à une espèce introduite (du fait de l'homme) et qui peut devenir dans certains cas une espèce envahissante,. Trouve plus

Colonisation (écologie): Trouve plus

Colonisation albanaise du Kosovo: La colonisation albanaise du Kosovo fait référence à la colonisation du territoire du Kosovo-Metohija par les Albanais d'Albanie. Trouve plus

Colonisation allemande des Ameriques: Trouve plus

Colonisation allemande des amériques: Trouve plus

Colonisation anglaise des Amériques: Trouve plus

Colonisation assistée: La colonisation assistée, ou migration assistée, est une stratégie utilisée en biologie de la conservation qui consiste en l'introduction intentionnelle d'espèces animales et végétales dans un milieu se trouvant en dehors de leurs aires de répartition originelles. Ce processus de conservation s'intègre dans un contexte de perte de biodiversité et de changement climatique. La colonisation assistée a pour but de littéralement venir en aide à ces espèces en les déplaçant volontairement dans un nouveau milieu qui correspondra sur le long terme à la niche écologique de l'espèce. Contrairement à d'autres méthodes de conservation qui ont pour but la réintroduction des espèces au sein de leurs aires de répartition naturelle, la colonisation assistée présente des risques conséquents liés au fait que les espèces ou variétés déplacées n'étaient pas primitivement présentes dans le milieu colonisé. Certaines mesures visent à réduire ces risques, qui peuvent par exemple engendrer des proliférations indésirables (problématiques d'espèces invasives) ou de la compétition due au recouvrement de niches écologiques d'espèces déjà présentes sur le site d'introduction par l'espèce colonisatrice. La colonisation assistée est aussi parfois utilisée à des fins économiques (cf. exemple sur les langoustes de Tasmanie). La migration assistée reste majoritairement théorique, à part pour quelques exemples d'applications. Ceci est dû au fait que cette stratégie de conservation est un sujet de débat dans le domaine de l'environnement et de la conservation. Un consensus sur son acceptabilité n'a pas encore[Quand ?] été atteint. Trouve plus

Colonisation autrichienne des îles Nicobar: La colonisation autrichienne des îles Nicobar est une tentative d'une courte durée et infructueuse de la monarchie de Habsbourg de faire des îles Nicobar (un archipel dans l'est de l'océan Indien) une colonie. La colonie s'établit en 1778. Auparavant, une colonie danoise y a été présente et l'Autriche s'y installe en supposant faussement que le Danemark avait abandonné ses prétentions sur les îles. Toutefois, en raison du manque de soutien de l'empire, les derniers colons autrichiens abandonnent en 1783. Trouve plus

Colonisation bactérienne chronique de l'intestin grêle: La colonisation bactérienne chronique de l'intestin grêle (CBCG), aussi appelé SIBO (pour Small Intestinal Bacterial Overgrowth), consiste en une prolifération excessive et pathologique de bactéries au niveau de l'intestin grêle. Normalement, c'est dans le côlon que se trouve la majorité du microbiote intestinal, soit 1 à 2 kilos de bactéries, selon les individus. En cas de CBCG, la lumière et la paroi de l'intestin grêle, voire du duodénum, abritent en surnombre bactéries et virus qui en détruisent le mucus protecteur, altèrent profondément l'architecture de la barrière muqueuse intestinale qui doit en assurer l'imperméabilité, perturbent le bon fonctionnement des entérocytes et du système immunitaire sous-jacent (tissu lymphoïde associé au tube digestif ou GALT en anglais). Il s'ensuit une malabsorption progressive de nutriments alimentaires dont se nourrissent les bactéries. S'installe alors un cercle vicieux infectieux, amplifié par les carences nutritionnelles ainsi que par une dysimmunité induite via la stimulation des lymphocytes T régulateurs. Trouve plus

Colonisation basque des Amériques: La colonisation basque des Amériques a lieu de 1517 ou peut-être plus tôt, jusqu'en 1767. Elle consiste principalement en des postes saisonniers de pêche à la morue et de chasse à la baleine, dans le golfe Saint-Laurent et les environs. Trouve plus

Colonisation britannique de Malte: Trouve plus

Colonisation britannique des Ameriques: Trouve plus

Colonisation britannique des amériques: Trouve plus

Colonisation chrétienne: Trouve plus

Colonisation courlandaise a Tobago: Trouve plus

Colonisation courlandaise à tobago: Trouve plus

Colonisation courlandaise des Ameriques: Trouve plus

Colonisation courlandaise des amériques: Trouve plus

Colonisation culturelle: Trouve plus

Colonisation danoise des Ameriques: Trouve plus

Colonisation danoise des amériques: Trouve plus

Colonisation de Callisto: La colonisation de Callisto fait référence à la possibilité d'une présence humaine permanente sur la surface de cette lune. En 2003, la NASA effectua une étude théorique appelée "Human Outer Planets Exploration" (HOPE - Exploration humaine des planètes externes) concernant l'exploration humaine du système solaire externe. L'étude s'est plus particulièrement intéressée à Callisto, une lune de Jupiter. Le plan prévoyait la construction d'une base à la surface de Callisto qui produirait du combustible afin de mener l'exploration ultérieure du reste du système solaire. Le choix s'est porté sur Callisto pour deux raisons : la première est sa faible exposition à la ceinture de radiations de Jupiter et la seconde sa stabilité géologique. Une base y permettrait d'explorer par la suite Europe et pourrait servir de station de ravitaillement jovienne pour des vaisseaux allant explorer les régions plus externes du système solaire. Ces vaisseaux effectueraient un fly-by à faible altitude de Jupiter après avoir quitté Callisto afin d'utiliser l'assistance gravitationnelle de cette planète pour se propulser. Trouve plus

Colonisation de Ceres: Trouve plus

Colonisation de Cérès: Cérès a été désigné comme, une cible possible de la colonisation du système solaire interne par l'humanité. Trouve plus

Colonisation de Ganymède: Trouve plus

Colonisation de Io: Trouve plus

Colonisation de Jupiter: La colonisation de Jupiter fait référence à une présence humaine permanente sur Jupiter. Jupiter pourrait accueillir des habitats aérostats et villes flottantes. Jupiter a plusieurs couches dans son atmosphère, certaines ont la même pression que la pression atmosphérique terrestre au niveau de la mer, ou encore un ciel bleu semblable au nôtre. Depuis l'entrée de Galileo dans l'atmosphère de la planète, nous savons que Jupiter a une couche atmosphérique qui a une température moyenne équivalente à celle de la surface terrestre, et dont la pression est d'environ 5 bars. Toutefois, même ici, les habitats aérostats tels que les villes flottantes sont peu envisageables, dû au fait que Jupiter a une gravité de surface de 2,4 g près de la surface de son atmosphère, et aussi à cause des vents très puissants, dangereux pour d'éventuelles colonies flottantes. Les isotopes d'hydrogène et d'hélium sont présents en grande quantité dans l'atmosphère jovienne. Du fait de cette forte concentration, une fuite de dioxygène gazeux ou liquide dans l'atmosphère pourrait causer une explosion catastrophique. Les radiations et la pesanteur sont susceptibles de rendre infaisable l'exploitation de l'hélium 3. Toutefois, sa gravité est un avantage considérable puisqu'elle permettrait de fournir un appui gravitationnel à un engin spatial pour raccourcir le temps de voyage vers les autres géantes gazeuses. Trouve plus

Colonisation de Jupiter et de Saturne: Trouve plus

Colonisation de l'espace: Trouve plus

Colonisation de l'Islande: Trouve plus

Colonisation de la Bessarabie: La colonisation de la Bessarabie fut un processus d'immigration, de colonisation et d'acculturation qui s'est déroulé de 1812 à 1917 en Bessarabie tsariste, dans l'empire russe, et de 1940 à 1941 puis de 1944 à 1990 en Bessarabie soviétique, dans l'URSS. Cette colonisation a eu des effets durables sur la population et la structure ethnique de cette moitié orientale du territoire moldave. La domination russe soutenait une politique d'immigration des populations venant de Nouvelle-Russie, ce qui conduit à des changements majeurs dans la structure ethnique de cette région. Sur le plan territorial, l'immigration ne fut pas uniforme. Elle fut intense dans le nord et le sud de la Bessarabie, dans les anciennes rayas (marches militaires) turques que les Ottomans avaient razziées, en partie dépeuplées de leurs paysans sédentaires chrétiens et concédées aux Tatars musulmans nomades pour qu'ils en fassent des pâturages pour leurs chevaux et leurs ovins : ce fut le cas autour de Hotin, de Cetatea Albă et dans le Boudjak où, après le départ des musulmans consécutif à l'annexion russe, les colons arrivèrent en masse et devinrent plus nombreux que les autochtones roumanophones. En revanche, dans le centre du pays, administré jusqu'en 1812 par la principauté de Moldavie, les autochtones roumanophones, dits Moldaves, sont restés majoritaires, notamment en milieu rural : la colonisation fut plus modérée et se concentra surtout dans les villes. Trouve plus

Colonisation de la Cisjordanie: Trouve plus

Colonisation de la Grande-Bretagne par les Anglo-Saxons: La colonisation de la Grande-Bretagne par les Anglo-Saxons concerne la migration de plusieurs peuples germaniques des côtes ouest de l'Europe continentale et leur installation en Grande-Bretagne au Ve siècle. La date exacte n'est pas connue, il est seulement avéré qu'elle débuta au départ des dernières troupes de l'Empire romain en 410 et dura plusieurs années. Leur arrivée est nommée Adventus Saxonum dans les textes en latin, terme utilisé pour la première fois par Gildas le Sage aux alentours de 540. Trouve plus

Colonisation de la lune: Trouve plus

Colonisation de la Mésoamérique: Trouve plus

Colonisation de la Normandie: La colonisation de la Normandie est le processus d'implantation de populations d'origine germanique occidentale, notamment franques et saxonnes, puis anglo-scandinaves dans la province ecclésiastique de Rouen qui sert de cadre géographique à la Normandie pour l'essentiel. Cette dernière tient d'ailleurs son nom des envahisseurs vikings, car les chroniqueurs les nommaient parfois en latin médiéval Nortmanni / Normanni « Normands » (pluriel de Nortmannus, Normannus), étymologiquement « hommes du Nord ». Après la concession de terre au chef scandinave Rollon par le roi des Francs en 911, cette partie de la Neustrie prend peu à peu le nom de Normandie. La colonisation de cette contrée a fait l'objet de recherches toponymiques, anthroponymiques et archéologiques. Son ampleur donne lieu à des débats historiographiques. Trouve plus

Colonisation de l'Algérie: Trouve plus

Colonisation de l'Australie: Trouve plus

Colonisation de l'espace: La colonisation de l'espace, ou colonisation spatiale, est au-delà d'un sujet classique de fiction, un projet astronautique d'habitation humaine permanente et en grande partie auto-suffisante en dehors de la Terre. Elle est liée à la conquête de l'espace. Plusieurs groupes de développement de la NASA, de l'ESA, des Agences spatiales russe et chinoise ainsi que d'autres scientifiques ont étudié la faisabilité de projets de colonies spatiales en divers endroits du Système solaire. Bien qu'ils aient déterminé qu'il y a des matières premières exploitables sur la Lune et les astéroïdes géocroiseurs, que l'énergie solaire est disponible en grande quantité et qu'aucune nouvelle découverte scientifique majeure n'est nécessaire, ils ont évalué qu'il faudrait des prouesses techniques d'ingénierie, une meilleure connaissance de l'adaptation humaine à l'espace et surtout d'énormes moyens financiers pour concrétiser de tels projets. Presque tous les projets sont donc réduits à un niveau d'évaluation théorique ou ont même été abandonnés. La seule présence humaine permanente dans l'espace est actuellement celle de la station spatiale internationale, qui n'est cependant pas autonome. En 2008, l'unique projet avec un plan de financement était une base permanente de quatre astronautes sur la Lune qui utiliserait des ressources locales prévue par la NASA pour 2019-2024, mais son budget a été remis en question en 2010. L'ESA, ainsi que les agences spatiales russe, japonaise et chinoise projettent quant à elles d'établir un avant-poste sur la Lune après 2025. D'autres études théoriques de colonies spatiales situées sur d'autres satellites naturels, astéroïdes ou planètes comme Mars ont été étudiées par les scientifiques, et certains d'entre eux pensent que les premières colonies pourraient être des stations spatiales situées en orbite planétaire ou solaire. Des études encore plus prospectives et ambitieuses ont été réalisées, depuis la colonisation des lunes de Jupiter jusqu'à l'établissement de colonies de centaines de milliers d'individus ou de la terraformation de certaines planètes, mais celles-ci sont encore plus théoriques et nécessiteront de grandes avancées scientifiques et techniques qui ne seront possibles qu'à très long terme. Le directeur de la NASA jusqu'en 2009, Michael Griffin, a identifié la colonisation de l'espace comme étant l'objectif ultime des programmes spatiaux actuels, mais la nécessité pour l'humanité de coloniser l'espace dans un futur proche ou lointain n'est cependant pas unanimement acceptée par la communauté scientifique, et un débat a toujours lieu à ce sujet. Trouve plus

Colonisation de l'espace dans la fiction: La colonisation de l'espace est un thème majeur de science-fiction, aussi bien en littérature qu'au cinéma, bande dessinée ou en jeux vidéo. Ce qui suit ne prétend pas donner un relevé exhaustif de toutes les œuvres sorties à ce sujet, mais à donner un historique des œuvres considérées parmi les plus innovantes ou les plus connues,,,. Trouve plus

Colonisation de l'espace en fiction: Trouve plus

Colonisation de l'Islande: La colonisation de l'Islande (en islandais : Landnámsöld, littéralement « âge de la colonisation ») est la période de l'histoire de l'Islande se déroulant entre 870 et 930 durant laquelle l'île, jusque-là inhabitée, est peuplée par les Scandinaves dans le cadre de l'expansion territoriale survenue durant l'âge des Vikings et les premières structures gouvernementales créées jusqu'à la fondation en 930 de l'État libre islandais. L'histoire de la colonisation nous est connue principalement par le « Livre de la colonisation » (Landnámabók) et le « Livre des Islandais » (Íslendingabók), ainsi que par les sagas des Islandais. Cependant ces textes écrits seulement à partir du XIIe siècle ont une fiabilité douteuse et l'archéologie est indispensable afin de vérifier les faits racontés dans ces écrits. Au IVe siècle av. J.-C., le navigateur grec Pythéas mentionne une terre nommée Thulé, qui sera citée par d'autres auteurs de l'Antiquité et du Moyen Âge. Néanmoins, il s'agissait a priori plutôt de la côte norvégienne. Le premier à mentionner une terre étant vraisemblablement l'Islande est l'Irlandais Dicuil vers 825 apr. J.-C., qui parle d'une terre au nord où des moines auraient séjourné. Vers 860, des marins scandinaves découvrent l'Islande habitée par quelques moines irlandais, les papar, ce qui concorde avec le récit de Dicuil. Le premier résident permanent scandinave de l'île est, d'après la légende, Ingólfr Arnarson, qui s'installe à Reykjavik vers 874. S'ensuivent soixante ans durant lesquels des Vikings venus de Norvège principalement, accompagnés de leurs familles et de leurs serviteurs, colonisent l'île. En l'an 930, un parlement commun à toute l'île est fondé, l'Althing : c'est le début de l'État libre islandais. Les colons, principalement originaires de l'Ouest de la Norvège, s'installent sur la côte, les plaines et les vallées fluviales, dans des fermes isolées, où ils vivent selon les mœurs vikings : ils ne possèdent pas de gouvernement centralisé mais se réunissent dans des things locaux où les hommes libres peuvent exposer librement leur opinion. Bénéficiant de conditions favorables à l'époque sur l'île, qui se dégraderont par la suite à cause de l'exploitation des ressources, leur économie repose sur la chasse, la pêche et l'élevage. Trouve plus

Colonisation de Llanquihue: La colonisation de Llanquihue est le processus historique survenu dans le Sud du Chili au cours du XIXe siècle, par lequel des colons se sont établis sur le territoire des peuples cunco et huilliche, correspondant en grande partie aux régions actuelles de Los Ríos et de Los Lagos (environs de Valdivia, Osorno et Llanquihue). Cette colonisation a été en très grande partie le fait de colons venus d'Allemagne, au nombre de 30 à 40 000, dans le cadre de la loi de colonisation (Ley de Colonización) promulguée à l'initiative du président chilien Manuel Bulnes en 1845. Ils auraient aujourd'hui 300 à 400 000 descendants vivant au Chili. Portail du Chili Trouve plus

Colonisation de mars: Trouve plus

Colonisation de mercure: Trouve plus

Colonisation de Pluton: Pluton, planète naine, a été placée, en 2003, sur l'agenda des 200 prochaines années de colonisation de l'espace, du programme de vol établi par les planificateurs de la NASA du programme spatial américain. C'est cependant dès les années 1990 que l'attention du public avait été attirée sur la possibilité d'une exploration humaine de Pluton, avec la mise en vente aux États-Unis d'une série de timbres-poste sur le thème de l'exploration spatiale. Celui représentant Pluton portait la légende « Not Yet Explored » (pas encore explorée). Selon Alan Stern, planétologue et responsable de la mission New Horizons vers Pluton, l'état de la technologie laisse cependant « difficilement imaginer » un voyage habité vers Pluton. Bien que les technologies actuelles, employées pour la mission New Horizons demandent un trajet de 9 ans aller simple, les recherches récentes montrent que de nouvelles solutions de propulsion nucléaire pourraient permettre un voyage aller-retour en 4 ans. D'autres analystes envisagent que les évolutions de ces moteurs puissent permettre d'atteindre Pluton en moins d'un mois, rendant alors possible des voyages, qui n'altéreraient pas l'état de santé des astronautes comme c'est le cas lors de longs séjours en impesanteur. Stern table sur une Pluton habitable dans 5,7 milliards d'années, quand le Soleil deviendra une géante rouge. Trouve plus

Colonisation de titan: Trouve plus

Colonisation de Venus: Trouve plus

Colonisation de vénus: Trouve plus

Colonisation des Amériques: Trouve plus

Colonisation des asteroides: Trouve plus

Colonisation des astéroïdes: Les astéroïdes ou plus exactement les objets mineurs, ont été envisagés depuis longtemps comme site pour la colonisation humaine. L'idée est classique en science-fiction. L'exploitation minière des astéroïdes pour extraire des matières précieuses tels que des métaux du groupe du platine et d'autres minerais métalliques nécessaires à la colonisation de l'espace, demanderait l'établissement de bases permanentes sur les astéroïdes ciblés. La NASA n'envisage pas d'après un rapport du 21 novembre 2003 d'envoyer des robots sur des astéroïdes pour préparer une éventuelle exploitation avant au mieux 2060. En avril 2012, Planetary Resources société fondée par quelques milliardaires américains (Sergey Brin, Eric Schmidt de Google, le réalisateur James Cameron et quelques autres) se propose d'exploiter aux alentours de 2025 les ressources de ces corps célestes. Deep Space Industries s'est manifestée dans le même domaine en janvier 2013. Trouve plus

Colonisation des lunes de Jupiter: Les satellites de Jupiter, ou plus précisément satellites naturels de la planète Jupiter sont des candidats potentiels pour la colonisation de l'espace. En date du 30 janvier 2012, on a confirmé 67 lunes connues de Jupiter; c'est le plus grand nombre de satellites ouverts de toutes les planètes du système solaire. En outre, Jupiter possède un système d'anneaux. Trois lunes de Jupiter, Europe, Ganymède et Callisto, sont les principaux candidats à la colonisation du système solaire, avec Mars, Vénus, la Lune, Mercure et la ceinture d'astéroïdes dans laquelle se situe Cérès, Pallas, Junon, Vesta, Astrée, Hébé, etc. Trouve plus

Colonisation des objets transneptuniens: Freeman Dyson a proposé que les objets transneptuniens, plus que les planètes, sont les sources majeures d'une vie potentielle dans l'espace. Plusieurs milliers d'astéroïdes se déplacent au-delà de l'orbite de Neptune dans la Ceinture de Kuiper et des trillions (1018) de comètes glacées constituent le Nuage d'Oort. Ils devraient contenir les ingrédients nécessaires à la vie et à la survie (eau glacée, ammoniac, et composants carbonés), ainsi que du deutérium et de l'hélium 3[réf. nécessaire]. Les colons pourraient y construire des habitats spatiaux comme la sphère de Bernal où ils vivraient grâce à des réacteurs à fusion pour des milliers, ou des millions d'années avant de se déplacer. Dyson et Carl Sagan ont envisagé que l'humanité pourrait migrer vers les systèmes stellaires voisins, en utilisant les objets normaux comme des vaisseaux interstellaires lents, avec des ressources naturelles substantielles. De telles colonies interstellaires pourraient également servir de stations pour des vaisseaux interstellaires plus rapides et plus petits. Trouve plus

Colonisation des points de Lagrange: La colonisation des points de Lagrange est un thème abordé dans les ouvrages de science-fiction portant sur la colonisation de l'espace. Elle consiste en l'installation d'habitats artificiels permanents situés à un des cinq points d'équilibre gravitationnel qui peuvent exister entre une étoile et une planète ou entre une planète et sa lune. Ces points présentent deux avantages : un objet artificiel qui y serait installé consommerait peu d'énergie pour s'y maintenir et se situerait à un emplacement idéal pour rejoindre les deux objets célestes auxquels il est associé. Ces points existent à plusieurs endroits du Système solaire mais seule la colonisation des points de Lagrange des systèmes Terre-Lune et Soleil-Terre a fait l'objet d'études spéculatives. Depuis une colonie installée à un de ces points, un véhicule spatial peut atteindre la Lune, la Terre ou un des nombreux objets géocroiseurs au prix d'une dépense d'énergie relativement faible. Trouve plus

Colonisation d'Europa: Trouve plus

Colonisation d'Europe: La colonisation d'Europe fait référence à une possible présence humaine permanente sur la surface de cette lune. Le Projet Artemis, qui n'a rien à voir avec le programme Artemis, est le plan d'une entreprise privée pour coloniser des lunes dont Europe, la quatrième plus grande lune de Jupiter,. D'après ce projet, les scientifiques qui iront coloniser cette lune, habiteront des « igloos » et devront forer la croûte de glace de la surface à la recherche d'un éventuel océan. Le plan propose aussi l'utilisation de poches d'air pour les colons humains. L'exploration d'Europe et de son océan subglaciaire pourrait se faire à l'aide de sous-marins. Il existe toutefois quelques difficultés quant à la colonisation d'Europe : un des plus importants problèmes est le haut niveau de radiation provenant de la ceinture de radiation de Jupiter (qui est approximativement 10 fois plus puissante que la ceinture de Van Allen sur Terre). Un être humain ne pourrait pas survivre longtemps près de la surface sans une importante protection antiradiation ; un autre problème est que la température à la surface d'Europe reste inférieure à −170 °C. Les colons devront descendre et remonter à la surface rapidement (quand Europe passe à travers la magnétosphère de Jupiter), et rester dans leurs habitats sous la surface pendant le passage dans la magnétosphère. Trouve plus

Colonisation du congo: Trouve plus

Colonisation du systeme solaire externe: Trouve plus

Colonisation du système solaire externe: Trouve plus

Colonisation du Tibet: Trouve plus

Colonisation écossaise de l'Amérique: Trouve plus

Colonisation ecossaise des Ameriques: Trouve plus

Colonisation écossaise des amériques: Trouve plus

Colonisation espace: Trouve plus

Colonisation espagnole de la Mésoamérique: La colonisation espagnole de la Mésoamérique a été menée en deux étapes : une première phase d'expéditions de conquête initiées et dirigées par Hernán Cortés entre 1519 et 1540, puis une deuxième phase de consolidation et d'extension du pouvoir espagnol et des coutumes européennes qui a duré jusqu'à la fin du XVIIe siècle avec la deuxième guerre du Tayasal. Cette colonisation espagnole a eu pour effet direct l'assimilation ou l'abandon plus ou moins partiel et progressif de nombreuses spécificités culturelles mésoaméricaines. Trouve plus

Colonisation espagnole de la Nouvelle-Grenade: Trouve plus

Colonisation espagnole de la terre ferme d'Amérique: La colonisation espagnole de la terre ferme d'Amérique commence en 1510, après une phase de découverte au départ d'Hispaniola, la seule colonie peuplée par les Espagnols pendant 18 ans, entre 1492 et 1510. Elle est menée par une vaste expédition qui a deux chefs, Diego de Nicuesa et Alonso de Ojeda, accompagné du cosmographe de Christophe Colomb, Juan de la Cosa. S'ajoutent à eux un passager clandestin, Vasco Núñez de Balboa, qui deviendra quelques mois plus tard le vrai chef de la colonisation, car il a déjà navigué le long de cette côte en 1500, assisté de son lieutenant Francisco Pizarro. Trouve plus

Colonisation espagnole de l'Amérique: La colonisation espagnole de l'Amérique, commencée avec les voyages de Christophe Colomb vers la fin du XVe siècle, a permis à la Monarchie catholique espagnole de maîtriser une grande partie du continent (son extension maximale étant atteinte au XVIIIe siècle). L'Espagne a ensuite perdu progressivement cette domination avec l'accès à l'indépendance des territoires, et la guerre hispano-américaine de 1898, quand les dernières colonies espagnoles ont été perdues au profit des États-Unis. Les possessions du continent Amérique constituaient une grande partie de l'empire espagnol. Les premières colonies étaient situées dans les Caraïbes, puis se sont ensuite étendues à l'Amérique centrale, la partie de l'Amérique du Sud située à l'ouest du « méridien de Tordesillas », le Mexique, le Sud actuel des États-Unis et enfin une partie de l'Alaska. Au début du XIXe siècle, les colonies espagnoles en Amérique commencèrent leur processus d'indépendance qui se termina autour de 1825. Les colonies restantes de Cuba et de Porto Rico furent finalement perdues à l'issue de la guerre hispano-américaine en 1898, qui mit un terme définitif à la domination espagnole sur les Amériques. Trouve plus

Colonisation espagnole des Ameriques: Trouve plus

Colonisation espagnole des amériques: Trouve plus

Colonisation espagnole du Mexique: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...