Rechercher dans ce blog

lundi 1 mars 2021

Colonie de la Mauritanie, Colonie de la riviere Orange, Colonie de la rivière Orange, Colonie de la rivière Rouge, Colonie de la rivière Swan,

Colonie de la Mauritanie: La colonie de la Mauritanie était une colonie française intégrée à l'Afrique-Occidentale française (AOF), couvrant une grande partie du territoire de l'actuel état de Mauritanie. Trouve plus

Colonie de la riviere Orange: Trouve plus

Colonie de la rivière Orange: La colonie de la rivière Orange (Orange River Colony) était une colonie britannique d'Afrique du Sud fondée à partir de l'annexion de la république boer de l'État libre d'Orange en 1900, au cours de la Seconde Guerre des Boers. En 1910, elle fut intégrée comme province du nouveau dominion de l'Union d'Afrique du Sud sous son ancienne appellation d'État libre d'Orange Trouve plus

Colonie de la rivière Rouge: La colonie de la rivière Rouge (en anglais : Red River Colony ou Selkirk Settlement) était un projet de colonisation imaginé par Thomas Douglas, 5e comte de Selkirk en 1811 sur un territoire de 300 000 km2 que lui avait accordé la Compagnie de la Baie d'Hudson selon les termes de la « Selkirk Concession ». La colonie établie le long de la Red River of the North sera un échec. Des changements dans le développement territorial du Canada au XIXe siècle font de la colonie le centre de l'actuelle province du Manitoba, bien qu'une grande partie de son territoire d'origine se trouve aujourd'hui aux États-Unis. Trouve plus

Colonie de la rivière Swan: La colonie du fleuve Swan (en anglais « Swan River Colony ») était une colonie britannique établie sur la Swan sur la côte ouest de l'Australie en 1829. Strictement parlant, la colonie du fleuve Swan n'exista qu'entre 1829 et 1832, et comprenait seulement les terres situées aux environs et au sud de la rivière. Quand le Lieutenant-Gouverneur de la colonie, le capitaine (devenu plus tard : Amiral Sir) James Stirling, reçut sa commission en 1832, la colonie devint officiellement l'Australie-Occidentale, et ses terres furent étendues jusqu'à couvrir l'ensemble du tiers occidental de l'Australie. Toutefois le nom de « Swan River Colony » resta plusieurs années en usage de façon informelle. Trouve plus

Colonie de la vigne et de l'olivier: Trouve plus

Colonie de Lagos: La colonie de Lagos est une colonie britannique autour de la ville de Lagos, dans l'actuel Nigeria. Elle a existé du 5 mars 1862, jusqu'en février 1906 date de son intégration dans le protectorat du Nigeria du Sud. En 1872, Lagos était un comptoir marchand de 60 000 habitants. Portail du Nigeria Portail de l'histoire Trouve plus

Colonie de l'île de Vancouver: Trouve plus

Colonie de Madagascar: Trouve plus

Colonie de Madagascar et dépendances: La colonie de Madagascar et dépendances est une colonie française ayant existé de 1897 à 1946, avant de devenir un territoire d'outre-mer jusqu'à 1958. Elle administrait le territoire de l'ancien protectorat français de Madagascar, auquel ont été rattachés successivement d'autres territoires sous souveraineté française, qualifiés de dépendances : l'archipel des Comores (dont Mayotte et les îles Glorieuses), l'atoll Bassas da India, l'île Juan de Nova, l'île Europa, le territoire antarctique de la Terre Adélie ainsi que les territoires subantarctiques des île Amsterdam, île Saint-Paul, archipel des Crozet et archipel des Kerguelen. Trouve plus

Colonie de Malte et dépendances: La colonie de Malte et dépendances désigne une colonie ayant existé de 1813 à 1964. Devenue colonie de la Couronne en 1813, la possession britannique sur l'archipel est confirmée par le traité de Paris en 1814. Trouve plus

Colonie de Mayotte: Trouve plus

Colonie de Mayotte et dépendances: La colonie de Mayotte et dépendances est une entité administrative qui a duré du 6 janvier 1886 au 23 janvier 1896, puis du 9 septembre 1899 au 25 juillet 1912, avant que les îles de l'Archipel des Comores ne soient toutes intégrées à la colonie de Madagascar et dépendances. Elle était formée de Mayotte, Mohéli, Anjouan, la Grande-Comore et les Îles Glorieuses (incluant le Banc du Geyser). À l'intérieur de cette colonie, Mohéli, Anjouan, la Grande-Comore avaient des statuts de protectorats et étaient placées sous l'autorité du gouverneur de Mayotte. Ce dernier détenait l'autorité sur les trois autres îles depuis 1887, suite aux traités de protectorats signés en 1886. Mayotte, française depuis 1841 par son achat au sultan Andriantsoly est favorisée au détriment des autres îles. Entre 1896 et 1899, la colonie a été administrée depuis La Réunion. Trouve plus

Colonie de Mettray: Trouve plus

Colonie de Molotschna: Trouve plus

Colonie de Nahal: Trouve plus

Colonie de Natal: Trouve plus

Colonie de New Haven: La Colonie de New Haven était un établissement colonial anglais en Amérique du Nord entre 1637 et 1662, dans l'actuel Connecticut. Trouve plus

Colonie de Nouvelle-Galles du Sud: La colonie de Nouvelle-Galles du Sud (en anglais : Colony of New South Wales) est une ancienne colonie britannique qui a existé de 1788 à 1901. À l'origine, la colonie était beaucoup plus étendue que l'actuel État de Nouvelle-Galles du Sud puisqu'elle incluait ce qui allait devenir plus tard les colonies britanniques du Queensland, du Victoria, de Tasmanie, d'Australie-Méridionale et de Nouvelle-Zélande. Trouve plus

Colonie de Nouvelle-Zélande: La colonie de Nouvelle-Zélande (en anglais : Colony of New Zealand) est une ancienne colonie britannique qui a existé de 1841 à 1907. En 1907, la colonie devient le dominion de Nouvelle-Zélande. Portail de la Nouvelle-Zélande Portail de l'Empire britannique Trouve plus

Colonie de peintres de Nagybánya: Trouve plus

Colonie de peuplement: Une colonie de peuplement est une colonie vers laquelle un État envoie des personnes (hommes, femmes et enfants), afin d'établir une présence pérenne et autonome et d'y bâtir une société. Cette nouvelle société s'épanouit et se développe en particulier grâce à l'agriculture, à la chasse et au commerce. Elle s'oppose à la colonie-comptoir. Trouve plus

Colonie de Plymouth: La colonie de Plymouth (en anglais Plymouth Colony) était une colonie anglaise qui exista de 1620 à 1691. Elle fut la seconde colonie permanente anglaise après Jamestown en Virginie (fondée en 1607, mais qui disparut à la fin du siècle, en 1699, à la suite d'un incendie), la première colonie permanente de la Nouvelle-Angleterre, et la première colonie anglaise fondée par des dissidents anglais, les Pères pèlerins, arrivés en Amérique du Nord à bord du Mayflower. À son apogée, elle occupait la majeure partie du sud-est de l'actuel État du Massachusetts. Trouve plus

Colonie de Rhode Island: Trouve plus

Colonie de Rhode Island et des plantations de Providence: La colonie de Rhode Island et des plantations de Providence (anglais : Colony of Rhode Island and Providence Plantations) est une des treize colonies fondatrices des États-Unis et qui deviendra l'État du Rhode Island. Trouve plus

Colonie de roanoke: Trouve plus

Colonie de Santiago: Santiago est une ancienne colonie espagnole au sein des Indes occidentales espagnoles correspondant aujourd'hui à la Jamaïque. Trouve plus

Colonie de Saybrook: La colonie de Saybrook a été fondée à la fin de l'année 1635, à l'embouchure du fleuve Connecticut, dans ce qui est maintenant Old Saybrook, par John Winthrop, fils de John Winthrop, père, le gouverneur de la colonie de la baie du Massachusetts. Winthrop, fils, fut nommé gouverneur par les premiers colons, qui comptaient notamment parmi eux le colonel George Fenwick et le capitaine Lion Gardiner. Ils prirent possession de la terre par l'intermédiaire d'un acte de cession de Robert Rich, 2e comte de Warwick. La colonie fut nommée en l'honneur de deux Lords : William Fiennes, 1er vicomte Saye et Sele, et Robert Greville, 2e baron Brooke, d'éminents parlementaires et propriétaires des concessions territoriales de la colonie. Les premiers colons étaient d'ardents partisans d'Oliver Cromwell et de la démocratie. Dans les années 1630, dans ce qui est devenu depuis le Connecticut, la rumeur circulait que Cromwell s'apprêtait à émigrer de l'Angleterre vers Saybrooke, accompagné par d'autres illustres promoteurs puritains de la colonie, tels que John Pym, John Hampden, Arthur Haselrig, et les Lords Saye et Brooke. Jusqu'à la fin des années 1770, les résidents d'Old Saybrook discutaient encore de quelles terres donner à d'éminents parlementaires. Les préparatifs pour l'émigration de ces éminents personnages inclurent l'envoi d'un navire à la cargaison inhabituelle, composée notamment de pièces de fer destinées à une herse et à des pont-levis, le tout accompagné même d'un ingénieur militaire chevronné[2]. Le fort de Saybrook devait être le plus solide de la Nouvelle-Angleterre. Cependant, ils[Qui ?] apprirent bientôt que leur plan de quitter l'Angleterre avait été éventé et craignirent qu'ils[Qui ?] ne seraient pas autorisés à vendre leurs biens pour prendre le bateau. En 1638, les plans de départ pour Saybrook furent abandonnés. Les difficultés financières de Cromwell dissipées par un héritage providentiel, il quitta Huntingdon pour s'établir à Ely, tout proche. Ainsi, les promoteurs restèrent en Angleterre et purent jouer leurs rôles politiques et militaires respectifs durant la première révolution anglaise et ses suites. La colonie souffrit de ceci et, en 1644, Fenwick décida de fusionner la colonie avec celle, plus prospère, du Connecticut, à quelques miles de là, en amont du fleuve Connecticut. En 1647, le major John Mason prit le commandement du fort de Saybrook, qui contrôlait les voies de commerce et d'approvisionnement vers la haute vallée du fleuve Connecticut. Le fort fut complètement détruit par un incendie mystérieux, mais un autre fut rapidement construit à proximité. Mason passa les douze années suivantes à cet endroit et occupa les fonctions de commissaire de la confédération de Nouvelle-Angleterre, de chef militaire, de magistrat, et d'officier de maintien de la paix. Il fut constamment appelé à négocier équitablement l'achat de terres indiennes, à écrire un traité ou encore à arbitrer certains différends. Trouve plus

Colonie de Sierra Leone: Trouve plus

Colonie de Tasmanie: La colonie de Tasmanie (en anglais : Colony of Tasmania) est une ancienne colonie britannique qui a existé sur l'île de Tasmanie de 1856 à 1901. Portail de la Tasmanie Portail de l'Empire britannique Trouve plus

Colonie de Terre-Neuve: La colonie de Terre-Neuve est une colonie britannique établie en 1610 sur l'île de Terre-Neuve puis sur les côtes du Labrador. Elle devient le Dominion de Terre-Neuve en 1907 puis la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador en 1949. Trouve plus

Colonie de vacances: Une colonie de vacances (souvent abrégée colo dans le langage familier) est un hébergement et un programme de loisirs destiné à des groupes d'enfants mineurs, le plus souvent pendant les vacances séparant deux années scolaires. Le terme est à présent remplacé par celui de « séjour de vacances ». En France, on parle également, de façon officielle, d'accueil collectif de mineurs (ACM). Trouve plus

Colonie de Virginie: La colonie de Virginie (en anglais : Colony of Virginia ou Virginia Colony et parfois Dominion and Colony of Virginia) est une colonie britannique d'Amérique du Nord qui existe du XVIe siècle jusqu'à la Révolution américaine. La colonie de Virginie est ainsi baptisée en l'honneur de la reine Élisabeth Ire d'Angleterre, surnommée « La reine vierge » (en anglais vierge se dit virgin) parce qu'elle ne se marie pas. Après la Première révolution anglaise, au milieu du XVIIe siècle, la colonie de Virginie est surnommée The Old Dominion (« l'ancien dominion ») par le roi Charles II en raison de son apparente loyauté à la couronne lors de la période dite du Commonwealth d'Angleterre. Après son indépendance du Royaume de Grande-Bretagne, à la fin du XVIIIe siècle, la partie sud-est de la colonie de Virginie devient le Commonwealth de Virginie, l'un des treize États originels des États-Unis, adoptant officiellement le surnom de Old Dominion. Après la formation des États-Unis, le territoire de la colonie de Virginie donne naissance aux États de Virginie-Occidentale, Kentucky, Indiana et Illinois, ainsi qu'à une partie de l'Ohio. Trouve plus

Colonie de Wessagusset: La colonie de Wessagusset (parfois appelée colonie de Weston ou colonie de Weymouth) est une colonie anglaise éphémère en Nouvelle-Angleterre, située à l'emplacement actuel de la ville de Weymouth au Massachusetts. Elle fut fondée en août 1622 par entre cinquante et soixante colons mal préparés pour la vie coloniale, sans provisions adéquates, et a été dissoute à la fin mars 1623 après que les relations avec les Amérindiens de la région se sont dégradées. Les colons survivants ont rejoint la colonie de Plymouth ou sont retournés en Angleterre. Trouve plus

Colonie des détroits: Trouve plus

Colonie des Îles de la Reine-Charlotte: La colonie des Îles de la Reine-Charlotte était une colonie de la Couronne britannique qui s'est fusionnée en 1863 à la colonie de la Colombie-Britannique. La colonie fut fondée en réponse à la recrudescence des activités de la marine américaine en raison d'une ruée vers l'or sur les îles en 1851. Cependant, l'obtention du statut de colonie est arrivée trop tard, soit en 1853. La colonie, gardée sous l'autorité de la colonie de l'Île de Vancouver et de son gouverneur, n'exista ensuite que sur papier. Elle fut absorbée par la colonie de la Colombie-Britannique dix ans plus tard. Trouve plus

Colonie Dignidad: La colonie Dignidad (en espagnol : Colonia Dignidad, litt. « colonie de la dignité », initialement et officiellement Sociedad Benefactora y Educacional Dignidad, Société de Bienfaisance et d'Éducation dans la Dignité) est une communauté sectaire fondée au sud de Santiago du Chili en 1961 par Paul Schäfer (ou Schaefer), un ancien brancardier de la Wehrmacht, et dont les membres vivaient en autarcie complète, pratiquement sans contact avec le monde exterieur. Elle devint tristement célèbre non seulement parce qu'elle servit de centre de détention et de torture d'opposants politiques sous la dictature militaire d'Augusto Pinochet, mais encore parce qu'elle fut le cadre d'abus sexuels pratiqués sur les mineurs de la colonie. Après le retour de la démocratie, en 1991, la colonie perdit son statut de société de bienfaisance et en 2005, sur la suggestion du marchand d'armes Gerhard Mertins, elle fut rebaptisée « Villa Baviera ». Le site se trouve à environ 400 kilomètres au sud de la capitale, Santiago du Chili, sur le territoire "Parral VII", à 33 kilomètres au sud-est de la commune de Parral dont elle dépend, dans la province de Linares, région du Maule, au bord du Río Perquelauquén (es), qui forme la frontière avec la municipalité de San Fabián (région de Ñuble),. Trouve plus

Colonie Dona Francisca: La Colonie Dona Francisca (en portugais : Colônia Dona Francisca) était l'ancien nom de la ville actuelle de Joinville au Brésil. La colonie fut démarquée par la loi brésilienne 166 du 29 septembre 1840, par laquelle l'empereur du Brésil, dom Pedro II, avait démarqué 25 lieues carrés qui formeraient la dot de mariage de sa soeur, la princesse Françoise du Brésil. Lors du mariage de Françoise à François d'Orléans, prince de Joinville, les terres, non habitées, passent à la possession du fils du roi des Français, Louis-Philippe Ier, et prennent le nomme de la principauté de Joinville. Après la révolution française de 1848, les Orléans partent en exil en Angleterre, et François décide de mettre en valeurs ses terres au sud du Brésil. Il le fera à travers la Société Colonisatrice de Hambourg, créée en 1849 dans la ville allemande de Hambourg. Un contrat fut signé en ce sens entre le prince de Joinville et le marchand et sénateur Christian Mathias Schroeder, président de la compagnie. Officiellement nommée Joinville, la colonie sera officiellement fondée en 9 mars 1851, à l'arrivée de 117 colons allemands venus de Hambourg et de 74 norvégiens venus de Rio de Janeiro. Ceux-ci s'établirent sur les rives du cours d'eau Cachoeira, à environ 6 lieues de la ville de São Francisco do Sul. En 1860, la colonie comptait 185 colons allemands. La colonie accueillit ainsi près de 17 000 personnes, venues principalement d'Europe, entre 1850 et 1888. Le premier directeur de la colonie fut l'allemand Eduardo Schroeder, fils du sénateur. Dans la colonie, le vice-consul de France Léonce Aubé représentait les intérêts du prince. À son départ, en 1869, il fut remplacé par Johann Otto Louis Niemeyer, alors directeur de la colonie. À partir de 1869, la colonie est administrée conjointement par son directeur, nommé par la "Société Colonisatrice de Hambourg", et par le président de la chambre municipale, dont les représentants sont élus par les habitants. Portail de Santa Catarina Portail de l'histoire Trouve plus

Colonie du Brésil: Trouve plus

Colonie du cap: Trouve plus

Colonie du Cape Fear: La colonie du Cape Fear fut l'un des premiers établissements durables d'Européens en Caroline du Nord, vers le milieu du XVIIe siècle, sur laquelle prirent appui les autres colonies de la région. La colonie se trouvait, sous sa première forme, le long de la rivière du Cape Fear, se jetant près du Cape Fear. Une petite communauté venue du Massachusetts y vécut, de 1661 à 1663 avant de repartir car la rente exigée à partir de la charte de 1663 par les Lord Proprietors ne leur permettait plus de conserver une existence viable.. Une partie des premiers habitants retourna au Massachusetts et certains restèrent mais végétèrent misérablement. Ces colons étaient arrivés par le biais de la "New England Company" créée en 1649 par le Parlement anglais, qui avait entre autres pour mission d'évangéliser les Amérindiens, ce qu'elle tenta d'effectuer. Ils avaient utilisé les services d'un capitaine de vaisseau anglais William Hilton, qui remonta la rivière jusqu'à l'emplacement de la ville actuelle de Wilmington et laissa un manuscrit, disponible à Royal Society de Londres, complété par un texte de Nicholas Shapley, en novembre 1662. Le récit de l'expédition témoigne d'une exploration assez poussée de la région et de nombreux contacts avec les Amérindiens. La charte de 1663, signée en mars, ce sont cette fois les huit lords propriétaires de Caroline, ses bénéficiaires qui recoururent en octobre 1663 aux services du même capitaine William Hilton, qui fit une seconde expédition mais cette fois avec un groupe de planteurs de la Barbade, financés par sir John Yeamans et John Vassall, qui restèrent d'octobre à décembre, puis revinrent en mai 1664, toujours menés par John Vassal. Ils fondèrent en décembre 1664, vingt miles plus loin, une colonie du nom de Charles Town du Cape Fear, qui sera elle abandonnée en 1667, en partie en raison de l'hostilité des Amérindiens. Thomas Smith proposera un autre établissement en 1713 à l'emplacement de la ville actuelle de Wilmington. En janvier 1665, ces nouveaux colons venus de la Barbade, qui jusque-là n'étaient pas parvenus à un accord avec les Lords Proprietors, finissent par en signer un avec William Yeamans, fils de Sir John Yeamans un planteur de la Barbade. La charte de 1663 fut réécrite pour inclure tous les territoires, en incluant la colonie d'Albemarle, beaucoup plus au nord, et les colons vinrent s'établir à l'embouchure même du Cape Fear et absorbèrent ce qui pouvait rester de la première fondation. On appela le nouvel établissement comté de Clarendon, du nom d'un des huit Lords Proprietors, beau-frère du duc d'York Jacques II et du roi d'Angleterre. Les nouveaux venus absorbèrent les débris de la première colonie. Sir John Yeamans, leur gouverneur, un riche planteur de sucre venu de la Barbade, avait reçu pour instruction de William Berkeley, gouverneur de la Virginie voisine, de se montrer conciliant avec les quelques colons de la Nouvelle-Angleterre encore sur place, afin d'éviter les conflits avec les colonies de la côte nord-américaine, plus peuplées. L'un des sites de la colonie, censé être sa capitale, fut baptisé Charles Town. En octobre, John Yeamans, qui remontait la rivière rencontra les colons de Charles Town du Cape Fear, qui étaient en manque cruel de vivres et promit de leur envoyer de l'aide, mais cette partie de la colonie a très vite disparu et une nouvelle colonie de Charleston est fondée par le même John Yeamans en 1670 à deux cents miles au sud. John Yeamans exploita le bois des environs pour approvisionner la Barbade en barriques à mélasse, puis amena des esclaves. Dès 1666, environ 600 hommes vivaient dans cette nouvelle colonie. La région du Cape fear est riche en grands pins et possède l'un des moins mauvais ports de la côte, au niveau de Wilmington. En 1671, ce vaste territoire fut divisé en deux comtés, le comté de Clarendon et le comté d'Albemarle, lui-même divisé en trois districts, Berkeley, Carteret et Shaftsbury, portant les noms de trois Lords Proprietors nommés dans la charte de 1663 La juridiction de Yeamans allait du Cape Fear à la rivière St. John située sur l'actuelle Floride. Cet établissement devint permanent avec dès 1674 une population de 4 000 habitants. En 1677 des agents du gouvernement se présentèrent, qui demandaient un penny sur chaque livre de tabac envoyée en Nouvelle-Angleterre, ce à quoi résistèrent les colons menés par John Culpeper, qui emprisonna le gouverneur et six de ses lieutenants, saisit les fonds qu'ils avaient prélevés et nomma de nouveaux magistrats et juges. Trouve plus

Colonie du Connecticut: La colonie du Connecticut (anglais : Connecticut Colony) est une colonie britannique située dans l'Amérique britannique. Faisant partie des Treize Colonies, elle est devenue l'État américain du Connecticut. Initialement connue sous le nom de la colonie de la rivière (anglais : River Colony), elle a été fondée le 3 mars 1636 comme un havre pour les nobles puritains. Après des combats avec les Hollandais, les Britanniques ont pris le contrôle de la colonie de façon permanente à la fin des années 1630. La colonie a plus tard été le théâtre d'une sanglante guerre entre les Britanniques et les Amérindiens, connue comme la guerre des Pequots. Elle a joué un rôle important dans l'établissement de l'autonomie gouvernementale dans le Nouveau Monde avec son refus de se remettre sous l'autorité locale du Dominion de Nouvelle-Angleterre. Deux autres colonies britanniques dans l'État actuel du Connecticut ont été fusionnées dans la colonie du Connecticut : la colonie de Saybrook en 1644 et la colonie de New Haven en 1662. Trouve plus

Colonie du Dahomey: La colonie du Dahomey désigne la période de colonisation française de l'actuel Bénin de 1894 à 1958, c'est-à-dire de la fin de la seconde Guerre du Dahomey, jusqu'à la proclamation de la République du Dahomey. Trouve plus

Colonie du Delaware: La colonie du Delaware (anglais : Delaware Colony) est une colonie britannique située dans l'Amérique britannique. Les premiers colons européens étaient les Suédois et les Hollandais, mais le pays était sous contrôle anglais dès 1664. En 1681, William Penn reçut du duc d'York une charte pour les comtés inférieurs du Delaware indépendamment de l'acte qu'il tenait déjà pour la province de Pennsylvanie. Le Delaware a été gouverné par la Pennsylvanie de 1682 à 1701, date à laquelle les comtés inférieurs ont obtenu une législature coloniale indépendante. Les deux colonies ont toutefois partagé le même gouverneur jusqu'en 1776, date de la déclaration d'indépendance des Etats-Unis. Portail du monde colonial Portail des États-Unis Portail de l'Empire britannique Trouve plus

Colonie du Gabon: La colonie du Gabon était une colonie de l'Empire colonial français qui a existé de 1906 à 1960, date à laquelle elle a pris son indépendance pour former la République gabonaise. Trouve plus

Colonie du Groenland: De 1950 à 1953, le Groenland était une colonie du Danemark avec un gouverneur. Sa création a fait suite à l'unification du Groenland du Nord et du Groenland du Sud en 1950. En 1953, le Groenland est devenu une partie égale du Danemark en tant qu'amt. Trouve plus

Colonie du Kenya: Trouve plus

Colonie du Moyen-Congo: Trouve plus

Colonie du Natal: Trouve plus

Colonie du Niger: La colonie du Niger était une colonie française intégrée à l'Afrique-Occidentale française (AOF), couvrant une grande partie du territoire de l'actuel État du Niger, ainsi qu'une partie du Mali, du Burkina Faso et de Tchad. Elle existait sous des diverses formes et divers noms de 1900 à 1960, mais a été organisé en tant que Colonie du Niger de 1922 à 1958. Trouve plus

Colonie du Pylone: Trouve plus

Colonie du Pylône: La colonie du Pylône est une maison située sur la commune de Mimizan, dans le département français des Landes. Elle doit sa notoriété au fait d'avoir été louée par Coco Chanel de 1924 à 1930 et employée par cette dernière comme centre de vacances pour ses mannequins et petites mains de la région parisienne. Trouve plus

Colonie du Sénégal: La Colonie du Sénégal désigne l'entité territoriale française établie à partir de l'embouchure du fleuve Sénégal en 1626 par la Compagnie normande de Rouen. Elle est considérée comme la plus ancienne des colonies africaines de la France. À la fin du XIXe siècle, elle devient une colonie de l'Afrique-Occidentale française. Elle succède notamment aux royaumes précoloniaux et deviendra le Territoire du Sénégal membre de l'Union française en 1946. Trouve plus

Colonie du Tchad: Trouve plus

Colonie du Transvaal: Trouve plus

Colonie espagnole: Trouve plus

Colonie et dominion de Virginia: Trouve plus

Colonie et dominion de Virginie: Trouve plus

Colonie et protectorat de Gambie: La colonie et le protectorat de Gambie correspondent à l'administration coloniale britannique de la Gambie de 1821 à 1965, territoire alors sous la tutelle de l'Empire britannique. La colonie se situait dans les environs immédiats de Bathurst (l'actuel Banjul) et le protectorat aux terres intérieures de Gambie, délimitées en 1894. L'établissement de la colonie se déroule en 1815 et 1816, respectivement à Fort James et à Bathurst. Dans les premières décennies de son existence, elle est subordonnée à la colonie de Sierra Leone. En 1888, elle devient une entité autonome avec un gouveneur nommé à vie. La colonie prend fin en 1965 lorsque le pays devient un État indépendant au sein du Commonwealth, avec Dawda Jawara au poste de Premier ministre. Trouve plus

Colonie et Protectorat de la Sierra Leone: La Colonie et Protectorat de la Sierra Leone est une colonie britannique couvrant le territoire de l'actuel Sierra Leone de 1808 à 1961. La colonie de la Couronne, qui comprenait la région entourant Freetown, a été créée en 1808. Le protectorat a été créé en 1896 et a inclus l'intérieur de ce qu'on appelle aujourd'hui la Sierra Leone. Freetown a servi de capitale de l'Afrique occidentale britannique de 1808 à 1874. La colonie et le protectorat ont duré jusqu'à 1961 lorsque la Sierra Leone s'est vu accorder l'indépendance de l'Empire en tant que domaine du Commonwealth, la reine Elizabeth II étant son monarque. Il est resté un royaume du Commonwealth pendant une décennie jusqu'en 1971, date à laquelle le pays est devenu la République de Sierra Leone d'aujourd'hui. Trouve plus

Colonie et protectorat du Kenya: La colonie et protectorat du Kenya (en anglais : Colony and Protectorate of Kenya) est un État colonial de l'Empire britannique existant de 1920 à 1963 et équivalent au territoire actuel du Kenya. La bande de terre de 10 000 milles longeant l'océan Indien constitue le protectorat et le reste la colonie. L'entité succède au protectorat d'Afrique orientale britannique et est parfois ortographiée Kenia, d'après le mont Kenia. Trouve plus

Colonie et protectorat du Nigeria: La colonie et protectorat du Nigeria (en anglais : Colony and Protectorate of Nigeria) est une colonie britannique couvrant le territoire de l'actuel Nigeria de 1914 à 1960. Elle est issue de la fusion des protectorats du Nigeria du Sud et du Nigeria du Nord. Le Nigeria accède à l'indépendance le 1er octobre 1960. Trouve plus

Colonie fermée: Trouve plus

Colonie française: Trouve plus

Colonie française de Cochinchine: Trouve plus

Colonie française du Darién: La colonie française du Darién est apparue dans l'isthme de Panama, sur la terre ferme en face des îles San Blas, un peu avant la guerre de la Ligue d'Augsbourg à la fin du XVIIe siècle. Elle dura jusqu'en 1761, sans aucune existence légale ni reconnaissance officielle de la France, si ce n'est sa participation, plus ou moins partielle, à l'expédition de Carthagène menée par les flibustiers de Saint-Domingue en 1697. Trouve plus

Colonie grecque: Trouve plus

Colonie israelienne: Trouve plus

Colonie israélienne: Trouve plus

Colonie italienne d'Érythrée: Trouve plus

Colonie juive: Trouve plus

Colonie libertaire: Trouve plus

Colonie libertaire d'Aiglemont: Trouve plus

Colonie libertaire de Ciorfoli: C'est à Ciorfoli, lieu-dit de la commune de Cognocoli-Monticchi, en Corse, que s'établit en 1906 une colonie libertaire, initiée par Maurice Fournié et qui compta jusqu'à six participants. Elle fut créée grâce au soutien de Louis Costa, notaire à Cognocoli, secrétaire de la fédération socialiste corse et sympathisant du mouvement anarchiste. Trouve plus

Colonie libre de Nouvelle-France: La colonie libre de Nouvelle-France est une escroquerie organisée par le français Charles du Breil, marquis de Rays, entre 1877 et 1882. Lancé le 26 juillet 1877, ce projet relayé par de nombreux médias visait à créer une colonie française en Nouvelle-Guinée orientale, qu'aucune puissance coloniale ne possédait . Bien que Charles de Rays n'y fût jamais allé, et qu'il n'y eût rien développé, le projet attira de nombreux souscripteurs attirés par la perspective de gains alléchants et il parvint à lever plus de 9 millions de francs ; il fit partir entre 1879 et 1881 sur quatre navires successifs : le trois-mâts Chandernagor quitte Flessingue le 14 septembre 1879, emmenant une centaine de migrants qui débarquent quatre mois plus tard sur la rive sud de l'île ; mais les colons se heurtent à une nature hostile, à une terre ingrate et sont victimes de maladies, notamment le paludisme, sans compter l'hostilité des Papous. D'autres bateaux suivent : le Génil, parti de Barcelone, arrive à Port Breton en août 1880 ; l'India, avec 300 colons italiens ensuite ; le Nouvelle-Bretagne enfin. En tout plus de 570 Européens débarquèrent à destination de Port-Breton, hypothétique siège de la colonie, en fait un lieu inexistant situé à la pointe sud, inhospitalière et non développée, de la Nouvelle-Irlande. Arrivés sur place, les colons sont confrontés à l'absence complète d'infrastructures et à des conditions sanitaires et sécuritaires difficiles ; une centaine meurent d'épuisement, de faim ou de maladie. Ceux qui n'avaient pu quitter par eux-mêmes les lieux sont évacués vers l'Australie en février 1882 par les Britanniques. Arrêté en juillet 1882 en Espagne et extradé en France, Charles de Rays est condamné en 1884 à six ans de prison et 3 000 francs d'amende par le tribunal de la Seine. Cette affaire qui fit grand bruit en son temps et fait encore régulièrement l'objet de publications contribua à l'évangélisation de la région par les missionnaires du Sacré-Cœur de Jésus et accéléra les revendications australiennes et allemandes sur l'archipel. Trouve plus

Colonie musulmane de Lucera: La colonie musulmane de Lucera est une colonie fondé dans les années 1220 après qu'une révolte fut lancée par un dénommé Ibn 'Abbad (Mirabetto) à Iato et Entella en Sicile contre l'empereur Frédéric II qui fit déporter les musulmans révoltés à Lucera dans les Pouilles, dans le sud de l'Italie. Entre 1243 et 1245, d'autres révoltés musulmans seront déportés à Lucera. La colonie a prospéré pendant environ 75 ans. En 1300, Lucera fut détruite par les forces chrétiennes de Charles II et les habitants musulmans qui refusèrent le baptême furent exilés ou vendus en esclavage. Trouve plus

Colonie néerlandaise: Trouve plus

Colonie ouverte: Trouve plus

Colonie pénale: Une colonie pénale ou colonie pénitentiaire est un centre de détention destiné à extraire les condamnés également appelés internés, de la société en les enfermant dans une structure éloignée de toute agglomération ou zone économiquement développée, jadis souvent une île voire un territoire colonial, tout en y formant les détenus à des tâches, soit artisanales, soit agricoles. Compte tenu de leur vocation primairement pénitentiaire, de l'association avec la pratique de travaux pénibles voire de travaux forcés, des conditions de détentions généralement spartiates et de l'éloignement, elles étaient qualifiées de « bagne ». C'est pourquoi il est historiquement question de « colonisation pénale » entre 1850 et 1930, ces détenus étant devenus, concomitamment avec les esclaves ou subséquemment, les premiers colons de territoires d'outre-mer, comme la Guyane ou l'île de la Réunion. En pratique, les colonies pénitentiaires étaient des réserves de main d'œuvre gratuite pour les travaux pénibles et dangereux comme le défrichage ou l'exploitation des mines souterraines, utilisées notamment par les britanniques, les français et les russes dans leurs colonies en Amérique du Nord, en Australie, l'île de Sakhaline, etc. Trouve plus

Colonie pénitentiaire: Colonie pénitentiaire peut désigner : un bagne ; une colonie pénale ; une colonie pénitentiaire agricole ou maritime pour jeunes mineurs délinquants : Colonie pénitentiaire de Mettray Colonie pénitentiaire du Luc (1856-1904), aujourd'hui Campestre-et-Luc. Colonies pénitentiaires de Loos (Nord) Colonie pénitentiaire agricole et maritime de Belle-Île-en-Mer La Colonie pénitentiaire, une nouvelle de Franz Kafka ; Dans la colonie pénitentiaire Dans la colonie pénitentiaire, un album de bande dessinée adapté de la nouvelle de Kafka. Trouve plus

Colonie penitentiaire de Mettray: Trouve plus

Colonie pénitentiaire de mettray: Trouve plus

Colonie perdue: Colonie perdue est le cinquième tome de la série littéraire Artemis Fowl, écrite par Eoin Colfer. Trouve plus

Colonie Popham: Trouve plus

Colonie Popham du Maine: La Colonie Popham du Maine, ou simplement Colonie Popham, a été fondée au tout début du XVIIe siècle à Phippsburg, dans l'actuel État du Maine, aux États-Unis. Trouve plus

Colonie romaine: Les colonies romaines étaient des établissements créés par l'État romain et destinés au contrôle d'un territoire récemment conquis, à la différence des colonies puniques, comptoirs commerciaux, ou des colonies grecques, colonies de peuplement. Elles mêlent dans le même cadre urbain, religieux et institutionnel les citoyens romains et les autochtones vaincus, esclaves, affranchis et pérégrins. D'abord garnisons militaires au IVe siècle av. J.-C., elles deviennent des colonies de peuplement offrant des terres aux prolétaires (déduction de colonies) à partir du IIIe siècle av. J.-C., et aux vétérans démobilisés à partir de Sylla, qui leur offre les terres confisquées aux proscrits. L'action de fonder une colonie ou d'établir une garnison de colons était la deductio : deductio oppidorum : fondation de villes in oppida militum deductio : établissement de garnisons dans les villes Trouve plus

Colonie romaine de Cosa: Cosa est une cité antique d'Étrurie, qui fut colonie romaine (aujourd'hui Ansedonia au sud-est d'Orbetello) sur la mer Tyrrhénienne. Trouve plus

Colonie tibétaine de Palrabling: La colonie tibétaine de Palrabling, aussi appelée colonie de Dhobi, est située près de la rive de la rivière Sutlej, à 25 km du district de Kullu de l'Himachal Pradesh et de la ville de Manali. En septembre 2018, elle est l'une des plus gravement touchées par les inondations provoquées par les pluies incessantes en Inde du Nord. Trouve plus

Colonie Warburg: La colonie Warburg (en russe : Колония Варбурга) est un quartier de la ville Brest (Biélorussie) composé de maisons, toutes construites en bois, qui forme un ensemble unique d'architecture biélorusse datant du premier tiers du XXe siècle. Trouve plus

Colonie-comptoir: Trouve plus

Colonies: Trouve plus

Colonies (biologie): Trouve plus

Colonies allemandes: L'histoire du colonialisme allemand commence dès l'époque médiévale sur les marches orientales de l'Europe avec le « Drang nach Osten ». L'initiative de ce mouvement d'expansion est parfois attribuée à Charlemagne qui, ne pouvant plus s'étendre vers l'ouest, repoussa la frontière orientale de la Germanie de l'Elbe, atteinte par les Slaves au moment des grandes invasions, à l'Oder, qui séparera les aires linguistiques germanique et slave sous Othon Ier. Mais la plupart de ces territoires furent perdus par suite de révoltes slaves. L'expansion allemande ne put reprendre qu'au milieu du XIe siècle. Les « croisades nordiques » menées par l'ordre Teutonique permirent la reconquête des territoires perdus et l'installation de nouveaux colons, cet « ancrage » germanique sur les côtes de la Baltique favorisant la naissance et le développement d'une importante ligue commerciale, financière et maritime, la Hanse. Toutefois, au contraire des « compagnies des Indes » européennes, la Hanse ne se lança jamais dans une politique de conquêtes coloniales au niveau planétaire, ses banquiers se limitant, jusqu'à l'époque de l'Unification allemande, à financer les rares entreprises coloniales « privées » allemandes. À l'issue de la Guerre de Trente Ans, qui vit la disparition de la Hanse, Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg tenta d'établir des colonies sur les îles antillaises de Saint-Thomas et Tertholen. Cependant, ces possessions revinrent finalement aux Danois et aux Néerlandais respectivement. Ses tentatives africaines n'eurent guère plus de succès, ces échecs marquant ainsi un temps d'arrêt dans l'histoire du colonialisme allemand jusqu'au XIXe siècle. Jusqu'à leur unification en 1871, les États allemands n'avaient pas été en mesure de se consacrer au développement d'une marine et c'est cette situation qui avait essentiellement empêché toute participation allemande à la course aux colonies lointaines d'outremer. Les États allemands d'avant 1870 avaient conservé des structures et des objectifs politiques distincts et la politique étrangère allemande jusqu'aux premières années du mandat du Chancelier du Reich Otto von Bismarck resta concentrée sur la résolution de la « question allemande » en Europe et la garantie les intérêts allemands sur le continent. Mais, sous son impulsion, l'Allemagne était destinée dès les années 1880 à rattraper rapidement le temps perdu. En une vingtaine d'années, le Reich allemand allait en effet, grâce à la politique prudente du « Chancelier de fer », se tailler un empire colonial qui s'étendra des côtes atlantiques de l'Afrique à l'Océan Pacifique en passant par Zanzibar et la Chine, rivalisant avec succès avec les grandes puissances coloniales de l'époque que furent la France et le Royaume-Uni, tandis qu'une importante diaspora allemande vers le continent américain allait y laisser une empreinte économique, politique et socio-culturelle significative et durable, notamment en Amérique du Sud. Sa défaite à l'issue de la Première Guerre mondiale marquera la fin de cet empire et du colonialisme allemand outremer. Trouve plus

Colonies Amana: Les colonies Amana sont une zone urbaine fondée en 1855 par une communauté d'Allemands piétistes dans l'État de l'Iowa, aux États-Unis. La colonie de peuplement, avant de s'installer dans l'Iowa, avait initialement été fondée dans l'État de New York, à proximité de Buffalo. Les colonies comprennent sept villages différents et furent appelées la société Ebenezer ou la communauté de la vraie inspiration (die Gemeinde der wahren Inspiration). La communauté intentionnelle d'Amana a pu être décrite comme formant, jusqu'à la première moitié du XXe siècle, une société communiste, le terme devant être compris dans son sens étymologique de mise en commun des biens matériels. Dans les années 1930, les colonies ont abandonné le système strictement communautaire pour passer à une économie plus traditionnelle, en confiant la gestion des entreprises locales et des terres cultivables à une société créée par elles à cet effet, Amana Society, Inc. L'économie des colonies Amana continue de reposer en partie sur l'agriculture et l'artisanat, mais la société Amana Society s'occupe également de produire des réfrigérateurs, des congélateurs et divers produits ménagers, en partenariat avec Whirlpool Corporation. Les colonies Amana sont aujourd'hui un lieu du tourisme de mémoire aux États-Unis et sont inscrites comme site historique national par le Registre national des lieux historiques. Trouve plus

Colonies américaines: Trouve plus

Colonies anglaises: Trouve plus

Colonies anglaises en Amérique du Nord: Trouve plus

Colonies australiennes: Trouve plus

Colonies belges: Trouve plus

Colonies britanniques: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...