Rechercher dans ce blog

samedi 20 février 2021

Cinema hongkongais, Cinéma hongkongais, Cinéma hongrois, Cinéma Impero, Cinema in Sudan: conversations with Gadalla Gubara,

Cinema hongkongais: Trouve plus

Cinéma hongkongais: Le cinéma hongkongais est un des quatre courants du cinéma chinois, avec celui de la Chine continentale, de Taïwan et de Singapour. Étant une ancienne colonie britannique, Hong Kong a bénéficié d'une liberté économique et politique que n'avaient pas la Chine continentale et Taïwan. Elle est devenue un centre de production cinématographique pour le monde sinophone, y compris la diaspora, ainsi que pour l'Asie de l'Est en général. Pendant des décennies, Hong Kong a été le troisième producteur de films après Hollywood et Bollywood. Malgré la crise du milieu des années 1990, et le retour à la souveraineté chinoise en 1997, les films hongkongais ont gardé leur identité et continuent de jouer un rôle important sur la scène du cinéma mondial. En Occident, le cinéma hongkongais populaire a toujours été très apprécié et peut être aujourd'hui considéré comme un élément de la culture dominante. Son influence a été considérable, notamment sur les récents films d'action hollywoodiens. Trouve plus

Cinéma hongrois: Cet article traite du cinéma en Hongrie. Trouve plus

Cinéma Impero: Le cinéma Impero est un édifice Art déco situé à Asmara, capitale de l'Érythrée. Édifié durant la colonisation italienne (1885-1941), il ouvre ses portes en 1937. Il doit son nom à la proclamation de l'« Empire italien » par Benito Mussolini après la conquête de l'Éthiopie en 1936. Le cinéma se trouve sur la Harnet Avenue à moins de 150 métres de la synagogue d'Asmara. Dans la capitale érythréenne se trouvent plusieurs autres salles datant également de l'époque coloniale : le Capitol, le Roma et l'Odeon. Trouve plus

Cinema in Sudan: conversations with Gadalla Gubara: Trouve plus

Cinema independant: Trouve plus

Cinéma indépendant: « Cinéma indépendant » définit l'ensemble du cinéma produit en dehors des conglomérats médiatiques et réclamant une certaine autonomie par rapport aux méthodes de production, conventions et politiques du cinéma populaire. Par extension, cette catégorie peut inclure le cinéma amateur, le cinéma expérimental, le cinéma de guérilla et, dans une certaine mesure, le cinéma de genre et certains cinémas nationaux comme Dogme95. Trouve plus

Cinema indien: Trouve plus

Cinéma indien: Le cinéma indien, au sens large, rassemble les productions cinématographiques réalisées en Inde ou considérées comme étant indiennes pour diverses raisons. Il a acquis une immense popularité dans le pays et produit dans diverses langues indiennes près de 1600 films chaque année. Au cours de son histoire, depuis le XXe siècle, suivie d'Hollywood et des industries du cinéma chinois, le cinéma indien est devenu une entreprise mondiale et est considéré comme l'industrie la plus prolifique du monde,. L'industrie cinématographique indienne est le troisième marché télévisuel de la planète. Des films en provenance de l'Inde sont projetés dans près de 90 pays, et est quelquefois présenté comme un concurrent potentiel pour le cinéma américain. Trouve plus

Cinéma indonésien: Le cinéma indonésien a une longue histoire. Le cinéma est apparu en Indonésie dès 1926, durant l'époque coloniale. Un cinéma national se développe peu après l'indépendance, notamment dans les années 1950 et 1960. Parmi les réalisateurs majeurs de ce nouveau cinéma national, le réalisateur Usmar Ismail fait figure de pionnier. L'industrie cinématographique est actuellement l'industrie culturelle qui connaît la plus forte croissance du pays. Cependant, cette croissance est encore récente et le cinéma indonésien a traversé une longue période de difficultés et demeure aujourd'hui un cinéma émergent sur la scène internationale. Le nombre d'entrées en salles s'éleve à plus de 42 millions en 2017. En 2018, l'Indonésie compte environ 1 700 écrans et devrait en atteindre 3 000 en 2020 selon les prévisions du gouvernement indonésien. Le secteur de l'exploitation est dominé par plusieurs grands groupes, notamment 21 Cineplex, CGV Cinemas et Cinemaxx. Trouve plus

Cinema International Corporation: Cinema International Corporation (CIC) fondée en 1971 et dissoute en 1981, est une coentreprise de distribution de films américaine entre Paramount Pictures (alors propriété de Gulf+Western) et Universal Pictures (alors filiale de MCA) destinée à distribuer les films de ces studios hors-États-Unis et Canada. Trouve plus

Cinéma inuit: Le cinéma nunavois est le cinéma qui est produit par les Nunavois, principalement dans le territoire canadien du Nunavut. Les Nunavois forment une majorité inukophone dans le territoire canadienne du Nunavut. Trouve plus

Cinéma irakien: Le cinéma irakien sort d'une longue récession, sous le régime de Saddam Hussein. Le développement actuel du cinéma en Irak reflète les changements drastiques que l'Irak a connus au XXe siècle. La guerre actuelle en Irak influence énormément les nombreux films en cours de production. Trouve plus

Cinéma iranien: Le cinéma iranien ou cinéma persan est l'activité cinématographique de l'Iran. L'industrie cinématographique voit le jour en Iran dès 1900, quand la cour rapporte un cinématographe de France. Une production spécifiquement iranienne se développe au long du XXe siècle. L'émergence du cinema motafavet ou cinéma différent dans les années 1960 - 1970 marque un tournant dans l'histoire de l'industrie du film en Iran, tout comme la révolution iranienne de 1979. Les nouvelles contraintes qui pèsent sur les réalisateurs à la suite de l'avènement du régime islamique vont influencer le cinéma iranien tout au long des années 1980. À partir des années 1990, le cinéma iranien connaît une reconnaissance croissante sur la scène internationale : des films iraniens obtiennent fréquemment des récompenses dans les festivals internationaux, et des festivals voués au cinéma iranien se tiennent régulièrement dans le monde. Trouve plus

Cinéma irlandais: Le cinéma irlandais fait référence au système de production, de distribution et de diffusion des films en Irlande. Les récompenses annuelles du cinéma irlandais sont les Irish Film and Television Awards. Le Festival international du film de Dublin est le festival cinématographique le plus important d'Irlande. Trouve plus

Cinéma islandais: Le cinéma islandais est caractérisé par la nature particulière de sa production qui relève plus de l'artisanat que de l'industrie. Longtemps confié à des passionnés capables d'hypothéquer leurs propriétés pour tourner un film, le cinéma islandais se tourne depuis les années 2000 vers des longs-métrages destinés à l'exportation. Si la figure tutélaire du cinéma islandais reste Friðrik Þór Friðriksson, de nouveaux auteurs tendent à se faire connaître internationalement, comme Baltasar Kormákur ou Dagur Kári. Trouve plus

Cinéma israélien: Le cinéma israélien (hébreu : קולנוע ישראלי, Kolnoa Yisraeli) fait référence à l'industrie cinématographique en Israël depuis sa fondation en 1948. La plupart des films produits sont tournés en hébreu. Israël a été nommé pour plus d'Oscar du meilleur film en langue étrangère que tous les autres pays du Moyen-Orient. Trouve plus

Cinema italien: Trouve plus

Cinéma italien: Le cinéma italien, qui est le cinéma produit ou réalisé en Italie, est l'un des principaux cinémas nationaux de l'histoire du cinéma. L'histoire du cinéma italien a commencé quelques mois après que les frères Lumière eurent présenté au public leur appareil original, le Cinématographe, le 28 décembre 1895 à Paris : ce sont eux qui l'introduisent en Italie au cours de l'année 1896. À la fin de l'après-guerre, le cinéma italien était l'un des cinémas nationaux les plus influents et reconnus au niveau mondial, avec des mouvements très forts comme celui du néoréalisme. Le cinéma italien se déploie dans de nombreux sous-genres, dont le fameux western spaghetti ou le giallo. Souvent méprisé par la critique, le cinéma de genre italien a pourtant donné de véritables œuvres d'art et inspiré le reste du cinéma mondial. D'un point de vue technique, le cinéma italien se caractérise par la généralisation dès l'après-guerre de la post-synchronisation, technique de doublage consistant à réenregistrer en studio a posteriori les dialogues d'un film. Ceci facilitera l'emploi de grandes vedettes étrangères dans les films italiens, en faisant substituer par des acteurs italiens la voix d'acteurs s'étant exprimés dans des langues différentes lors du tournage. De très nombreuses coproductions franco-italiennes font que le cinéma italien croise souvent le chemin du cinéma français. Dans les années 2000 et 2010, c'est toujours un cinéma très actif et primé. Trouve plus

Cinema ivoirien: Trouve plus

Cinéma ivoirien: Le cinéma ivoirien englobe les films et l'ensemble de la filière cinématographique en Côte d'Ivoire. Depuis l'avènement du numérique en 2004, de nouveaux films sont créés régulièrement : citons Coupé décaler de Fadiga Demilano, Les bijoux du sergent Digbeu d'Alex Quassy, Signature d'Alain Guikou ou encore Un homme pour deux sœurs de Marie-Louise Asseu. On compte actuellement la sortie d'un film tous les trois mois en moyenne. Le cinéma ivoirien souffre cependant d'un manque criant de professionnalisme, tandis qu'il est particulièrement difficile pour les producteurs ivoiriens de trouver un financement décent et qu'il n'existait aucune école de cinéma en Côte d'Ivoire. Desormais les passionnés du 7e art ont à leurs dispositions des ecoles et structures de cinéma afin d'être plus compétents . Trouve plus

Cinéma japonais: Le cinéma japonais a une histoire qui date des débuts du cinéma. C'est actuellement le troisième cinéma mondial pour le nombre de films produits derrière le cinéma indien et le cinéma chinois. Trouve plus

Cinema Jenin: Le Cinema Jenin est un cinéma de la ville de Jénine, en Cisjordanie. Le nouveau bâtiment offre des sièges en tissu pouvant recevoir plus de 300 spectateurs, un café de plein air, une galerie d'art, un parc et terrain de jeux pour enfants, et une bibliothèque sponsorisée par le Goethe-Institut allemand. La bibliothèque et le cinéma offriront des expositions culturelles et des cours d'allemand. Il remplace un cinéma fermé en 1987 . Trouve plus

Cinéma jordanien: Le cinéma jordanien bénéficie d'une bonne variété de paysages susceptibles d'intéresser réalisateurs et publics de partout. Il reçoit un soutien substantiel de la part du gouvernement jordanien. Quelques films tournés en Jordanie méritent le respect, dont: Indiana Jones et la Dernière Croisade, tourné à Pétra en 1988 Lawrence d'Arabie, réalisé par David Lean, tourné au Wadi Rum en 1961 The Hurt Locker, réalisé par Kathryn Bigelow Redacted, réalisé par Brian De Palma certaines scènes de Transformers 2 : La Revanche (Transformers: Revenge of the Fallen) une partie de Fair Game, avec Sean Penn une partie de Battle for Haditha, réalisé par Nick Broomfield et quelques films jordaniens, dont Captain Abu Raed Trouve plus

Cinema Journal: Cinema Journal est une revue de cinéma américaine publiée par les University of Texas Press pour le compte de la Society for Cinema and Media Studies (en) (ancienne « Société d'études Cinématographiques »). La revue traite des film studies, television studies, de la sociologie des médias, des arts visuels, des cultural studies, de l'histoire des films et des medias et de l'analyse de film. Trouve plus

Cinema Jove International Film Festival: Trouve plus

Cinéma kazakh: L'expression de cinéma kazakhstanais recouvre l'ensemble des activités de production et réalisation au Kazakhstan, d'abord comme composante du cinéma russe et soviétique puis de façon indépendante à partir de 1991. La production kazakhe des années qui précèdent l'indépendance peut être distinguée de la production russe par la langue de tournage des films concernés ou par la nationalité de leurs réalisateurs. Trouve plus

Cinéma kirghiz: L'expression de cinéma kirghiz recouvre l'ensemble des activités de production et réalisation au Kirghizistan, d'abord comme composante du cinéma russe et soviétique puis de façon indépendante à partir de 1991. La production kirghize des années qui précèdent l'indépendance peut être distinguée de la production russe par la langue de tournage des films concernés ou par la nationalité de leurs réalisateurs. Trouve plus

Cinéma koweïtien: Le cinéma au Koweït est encore mineur. Le premier long métrage du Koweït, Bas Bahar ya (en), a été réalisé en 1972. Trouve plus

Cinéma kurde: Pour des raisons liées à la fois au contexte politique et aux conditions de développement économique et technique, le cinéma kurde se développe tardivement dans l'histoire globale du cinéma. Il prend son essor peu à peu dans la diaspora, à partir des années 1980. Les évolutions technologiques, à partir de la deuxième moitié des années 1990, vont permettre à de jeunes réalisateurs de réaliser des films dans de meilleures conditions. La plupart des productions du cinéma kurde met en scène, au premier ou au second plan, les conditions de vie difficiles du peuple kurde. Trouve plus

Cinéma l'amour: Trouve plus

Cinéma laotien: Le cinéma laotien est peu développé, que ce soit en termes de production ou de distribution. Le public potentiel est peu abondant, sauf à viser les thaïlandais d'Isan, qui parlent également laotien. Le Laos ne possède aucune salle de cinéma en dehors de la capitale Vientiane. Trouve plus

Cinéma Le Capitole: Trouve plus

Cinéma Le Capitole (Uzès): Trouve plus

Cinéma le Castillet: Trouve plus

Cinéma Le Château: Le Cinéma Le Château est une salle de spectacle située dans Rosemont–La Petite-Patrie à Montréal. Le bâtiment est classé immeuble patrimonial le 7 février 2002. Trouve plus

Cinéma Le Darcy: Le Cinéma Le Darcy est un complexe cinématographique situé au 8, place Darcy à Dijon dans son secteur sauvegardé. Trouve plus

Cinéma Le Drive in: Trouve plus

Cinéma Le Palace (Tunis): Le cinéma Le Palace, anciennement appelé Politeama Rossini ou Rossini Palace, est un bâtiment tunisien situé sur l'avenue Habib-Bourguiba à Tunis. Il sert de nos jours de salle de cinéma. Cet établissement initialement appelé le Coq d'Or, Brasserie de la Paix,La Poule au pot, était une brasserie tenue par Monsieur Canova;le maître de salle s'appelait Raymond Canova, le fils du propriétaire. Trouve plus

Cinéma Le Palace (Valenciennes): Le Cinéma Le Palace est un ancien cinéma de Valenciennes situé dans le département du Nord. Si ce dernier a fermé 1981, il est situé dans un îlot qui fait l'objet en 2015 d'un programme de réhabilitation (Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés) piloté par l'ANRU. Voué à la destruction pour laisser place à une vingtaine de logement, sa façade Art déco est protégé en 2019 suite à son inscription aux Monuments historiques. Trouve plus

Cinéma Le Royal (Toulouse): Trouve plus

Cinéma l'Eden: Trouve plus

Cinéma letton: Le cinéma letton désigne la totalité des activités de production, de diffusion, et de consommation de films, en Lettonie, et/ou par et pour des Lettons. Trouve plus

Cinéma libanais: Le cinéma libanais a produit son premier film en 1929 avec le premier long métrage, Aventures d'Elias Mabrouk de Giordano Pidutti. Le premier cinema au Liban était à Douma. Trouve plus

Cinéma libre: Trouve plus

Cinéma lituanien: L'histoire du cinéma lituanien remonte à l'année 1909 avec les courts métrages tournés par Antanas Račiūnas et Ladislas Starewitch. Parmi les grands cinéastes européens, figurent Šarūnas Bartas (1964-) et Marc Sorkin (1902-1986). Sont également reconnus au niveau international le documentariste Audrius Stonys (en), ainsi que Arunas Matelis, Kristijonas Vildžiūnas et Valdas Navasaitis. Sont d'origine lituanienne les frères Adolfas Mekas et Jonas Mekas. Trouve plus

Cinema luxembourgeois: Trouve plus

Cinéma luxembourgeois: Cet article recense l'ensemble des productions cinématographiques tournées au Luxembourg. Trouve plus

Cinéma Mac Mahon: Trouve plus

Cinéma macédonien: L'industrie cinématographique de la République de Macédoine du Nord hérite d'une longue histoire qui commence en 1905. Cependant, le cinéma macédonien ne commence à devenir important qu'après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la proclamation de la République socialiste de Macédoine. Il suit alors la vague idéologique yougoslave, avant de se diversifier pendant les années 1980. Depuis 1994, le pays est représenté à l'étranger par Milcho Manchevski, qui a reçu un Lion d'or à la Mostra de Venise pour son film Before the Rain. Trouve plus

Cinema maison: Trouve plus

Cinéma maison: Trouve plus

Cinema malaisien: Trouve plus

Cinéma malaisien: Le cinéma malaisien désigne l'industrie cinématographique de la Malaisie, et par extension les films produits et réalisés en Malaisie et/ou par ses ressortissants. Trouve plus

Cinéma malgache: Le cinéma de Madagascar fait référence à l'industrie cinématographique à Madagascar. Le réalisateur le plus notable est Raymond Rajaonarivelo, réalisateur de films tels que Quand les étoiles rencontrent la mer et Tabataba (La diffusion de rumeurs). La plus ancienne production cinématographique entièrement produite à Madagascar par un Malgache est un film en noir et blanc de 22 minutes intitulé Rasalama Martiora (Rasalama, le martyr). Dirigé en 1937 par le diacre Philippe Raberojo, il a marqué le centenaire de la mort du martyr protestant Rafaravavy Rasalama. Philippe Raberojo était président d'une association de citoyens français d'origine malgache, où il avait la possibilité d'utiliser une caméra de 9,5 mm avec laquelle il a pu réaliser son film. Le film est considéré comme perdu . Au cours des années suivantes, Madagascar fut secoué par plusieurs crises politiques. En 1960, Madagascar a recouvré son indépendance, mais souffre encore d'instabilité politique. Cette période post-coloniale compliquée n'a pas seulement conduit à la fermeture ou à la transformation des cinémas du pays en lieux de culte, mais aussi, quasiment toute l'industrie cinématographique a disparu. Il n'y a pas encore de cinéma public à Madagascar. L'industrie du film a commencé à se redresser lentement vers 2006 en raison de la fondation des Rencontres du Film Court (RFC). Jusqu'à présent, le RFC est le seul festival du film à Madagascar. La plupart des productions malgaches ne reçoivent aucun financement public. Néanmoins, environ 60 courts métrages et un ou deux longs métrages sont réalisés chaque année. En malgache, le mot cinéma est traduit par Sarimihetsika qui signifie littéralement "image en mouvement". Trouve plus

Cinema malien: Trouve plus

Cinéma malien: Le cinéma malien s'est développé depuis l'indépendance du Mali en 1960. Trouve plus

Cinema marocain: Trouve plus

Cinéma marocain: Le cinéma marocain regroupe à la fois les films, téléfilms et les productions cinématographiques produits au Maroc. Trouve plus

Cinema mauritanien: Trouve plus

Cinéma mauritanien: Le cinéma mauritanien apparaît dans les années 1970, époque où sont installées les premières salles de cinéma de la jeune République islamique de Mauritanie. Les films mauritaniens sont pour la plupart produits en exil. Trouve plus

Cinéma Max Linder: Trouve plus

Cinéma Métropole: Le cinéma Métropole est un bâtiment de style Art déco qui fut édifié par l'architecte Adrien Blomme à Bruxelles en Belgique. Trouve plus

Cinema mexicain: Trouve plus

Cinéma mexicain: Le cinéma mexicain est le cinéma produit au Mexique. Il est l'un des plus développés d'Amérique latine, avec le cinéma argentin et le cinéma brésilien. Son histoire remonte au début du XXe siècle lorsque ses pionniers entreprirent de documenter les évènements de l'époque, notamment la révolution mexicaine. La première œuvre filmée au Mexique est un court métrage du français Gabriel Veyre, El Presidente de la República Paseando a Caballo en el Bosque de Chapultepec, en 1896. La première fiction est due au réalisateur Salvador Toscano, pionnier du cinéma mexicain : Don Juan Tenorio, en 1898. Le premier film mexicain sonore est Santa, réalisé en 1932 par Antonio Moreno à partir d'une histoire de Federico Gamboa. Il utilise un procédé inventé par les frères Rodríguez Ruelas. L'époque de 1935 à 1958 est considérée comme l'âge d'or du cinéma mexicain. Trouve plus

Cinéma militant: Trouve plus

Cinéma moldave: Le cinéma moldave, développé au début des années 1960 sous l'URSS, connaît une période de grande activité pendant environ quinze ans. S'ensuit alors une stagnation du cinéma moldave et, suite à l'indépendance de la Moldavie en 1991, l'industrie disparaît presque entièrement. Trouve plus

Cinema mongol: Trouve plus

Cinéma mongol: Le cinéma mongol désigne la production cinématographique de Mongolie. Il se démarque des autres courants cinéma d'Asie de l'Est, car il est grandement influencé par le cinéma russe. Trouve plus

Cinéma Moscou: Cinéma Moscou (en arménien : Մոսկվա կինոթատրոն) est la plus grande salle de cinéma de la capitale arménienne d'Erevan. Elle est située Place Charles-Aznavour le long de la rue Abovyan. Elle fut construite en 1937 sur l'emplacement de l'ancienne église Saint-Pierre-et-Saint-Paul détruite par les autorités soviétiques dans les années 1930. Trouve plus

Cinema muet: Trouve plus

Cinéma muet: Le cinéma muet se caractérise par l'absence de dialogues enregistrés sur un support mécanique (disque ou pellicule) qui permettrait leur transport dans une salle et leur audition par un public en même temps qu'il regarderait les images, et par l'absence sur le même support de musique et de bruits ou d'ambiances sonores. En anglais, ce sont les silent films. Les premiers films de Thomas Edison, réalisés par son assistant, William Kennedy Laurie Dickson, de 1891 à 1895, sont tournés sans le moindre son avec le kinétographe, et présentés au public en cet état grâce au kinétoscope, appareil de visionnage individuel. Leur durée est courte : pas plus de 50 secondes. Dès 1892, Émile Reynaud organise des projections de fictions animées sur grand écran, devant un public assemblé, qui durent beaucoup plus, jusqu'à 5 minutes. Ce sont les pantomimes lumineuses, les premiers dessins animés de l'histoire, dessinés directement sur la pellicule. Persuadé qu'un tel spectacle se doit d'être accompagné par une musique soulignant les ambiances et expliquant les non-dits, Reynaud commande au pianiste Gaston Paulin qui les interprète à chaque séance, les premières musiques du cinéma, les premières bandes originales. Des contacts électriques, le long de sa bande image de 70 mm de large, déclenchent la frappe d'un marteau, ou le tintement d'une cloche. Aussi, en principe, serait-il impossible d'affirmer que les projections de Reynaud (de 1892 à 1900) étaient « muettes », mais la période étant ainsi nommée, le Théâtre optique de Reynaud fait bien partie de cette ère dite du cinéma muet. Lorsque sont présentées les vues photographiques animées réalisées par Louis Lumière à partir de 1895 avec le cinématographe, la durée de chaque projection est identique à celle des films américains : 30 à 60 secondes, beaucoup plus courte que les pantomimes lumineuses. Pour couvrir le bruit de cliquetis de l'appareil de projection, et détendre le public plongé dans la pénombre, les frères Lumière ont la bonne idée de faire comme Reynaud : un pianiste improvise en bas de l'écran, suivant les rythmes de l'image. Le cinéma rencontre un succès grandissant. Il est encore muet, c'est ainsi que l'histoire le qualifiera, mais dans les salles qui projettent les films muets sur grand écran, les séances sont loin de se dérouler dans le silence. Elles sont le plus souvent accompagnées de bruitages réalisés en direct avec des instruments ingénieux dont certains, issus de la scène, sont encore de nos jours utilisés par les bruiteurs. Le plus souvent, l'opérateur qui instrumente la projection improvise des commentaires annonçant les sujets qu'il va passer. Durant la première décennie du cinéma, les bobineaux ne dépassent pas une minute chacun. Mais le projectionniste, déjà responsable de son stock de pellicules (il présente tour à tour une dizaine de bobineaux, qui constitue le spectacle) et du bon fonctionnement de sa machine, est très vite secondé par un bonimenteur qui lit le commentaire fourni avec le film, ou à défaut l'improvise. Les films antérieurs à l'invention du cinéma sonore (1927) n'ont pas été qualifiés de muets par leurs contemporains, et pour cause, les dénominations cinéma muet et film muet ne datent que des années 1930, après que le cinéma sonore s'est imposé. Trouve plus

Cinéma multisalles: Trouve plus

Cinema narratif: Trouve plus

Cinéma narratif: Le cinéma narratif est une catégorie cinématographique caractérisée par la narration d'une histoire qui est à la fois présentée par le cinéaste et interprétée par le spectateur. Le premier réalisateur est Héry Raharison. Le film narratif repose sur plusieurs facteurs pour transmettre le sens du récit au spectateur, tel, par exemple, l'ordre dans lequel les évènements sont présentés. Le cinéma utilise souvent une narration non-linéaire, où le récit n'est pas présenté chronologiquement (flashbacks, flashforwards ou ellipses, voire narration inversée comme dans Memento de Christopher Nolan). Une autre facette importante du cinéma narratif est le montage, ou la juxtaposition des images. Le plus important étant sans doute les images elles-mêmes : le choix d'un cinéaste de ce qu'il veut montrer ou ne pas montrer est essentiel à la compréhension de son travail en tant qu'artiste et que conteur. Le recours au symbolisme de l'image, comme dans le cinéma minimaliste ou le cinéma moral, est aussi un outil majeur au service de la narration. Le cinéma narratif est cependant sujet à débat. Certains théoriciens avancent que l'interprétation de la narration est subjective, soumise à des facteurs personnels à chaque spectateur. Un autre sujet d'étude concerne les facteurs qui distinguent le cinéma narratif de la narrativité dans d'autres formes artistiques. Enfin, certains cinéastes comme Robert Bresson déplorent que le cinéma narratif emprunte trop à la narration au théâtre, négligeant la palette offerte par ce qu'il nomme le cinématographe, qui exploite les aspects que le cinéma a en commun avec la photographie. Il pense en effet que le cinéma n'est qu'un théâtre filmé tandis que le cinématographe invente une écriture nouvelle avec des images en mouvement et des sons mis en relation par le montage. Portail du cinéma Trouve plus

Cinéma national: En critique et en études cinématographiques, le terme cinéma national (anglais : National cinema) désigne l'ensemble de la filmographie d'une nation. Associé au protectionnisme culturel, il est une façon de promouvoir la sauvegarde des marchés domestiques du cinéma. Un film est considéré dans un cinéma national quand son contenu, son contexte, les intentions des créateurs et la réception de l'œuvre le place dans une culture nationale particulière. Trouve plus

Cinéma national populaire: Cinéma national populaire, plus généralement connu sous son sigle CNP, est une ancienne société d'exploitation cinématographique française qui possédait trois cinémas classés Art et Essai à Lyon : CNP Terreaux (4 salles), CNP Bellecour (3 salles) et CNP Odéon (1 salle). Ces salles rouvrent sous le nom des Cinémas Lumière en 2016, incluant le cinéma La Fourmi, aussi racheté par l'Institut Lumière. Trouve plus

Cinema neerlandais: Trouve plus

Cinéma néerlandais: Le cinéma néerlandais a une production modeste — une vingtaine de films par an en moyenne — par comparaison avec d'autres pays. Il s'est longtemps fait connaître à travers ses documentaires. La réputation de réalisateurs tels que Joris Ivens, Bert Haanstra, Paul Verhoeven ou Jan de Bont n'est plus à faire. À quatre reprises, des films néerlandais ont remporté un Oscar à Hollywood : Glass (Haanstra) en 1959, L'Assaut (De Aanslag) en 1986, Antonia et ses filles (Antonia) en 1995 et Karakter en 1997. Trouve plus

Cinéma néoréaliste: Trouve plus

Cinéma néo-zélandais: Le cinéma néo-zélandais peut faire référence aux films produits par des compagnies cinématographiques néo-zélandaises mais aussi aux films réalisés par des personnalités néo-zélandaises (qui travaillent souvent avec des compagnies étrangères, notamment australiennes ou américaines), voire aux films dont l'histoire se déroule en Nouvelle-Zélande. Peter Jackson et Jane Campion sont parmi les réalisateurs néo-zélandais les plus connus dans le monde. Les récompenses annuelles du cinéma néo-zélandais sont les New Zealand Film and Television Awards. Trouve plus

Cinema nepalais: Trouve plus

Cinéma népalais: Le cinéma népalais, au sens large, rassemble les productions cinématographiques réalisées en Népal ou considérées comme étant népalaises pour diverses raisons. L'histoire du cinéma népalais aurait commencé avec Aama, un film produit par le gouvernement royal du Népal et sorti en salles le 7 octobre 1964, puis avec Satya Harishchandra de D. B. Pariyar, qui fut le premier film en langue népalaise, sorti le 14 septembre 1951 en Inde. Le premier film en couleurs fut Kumari (en), produit par la Corporation Royale du Film Népalais en 1975/1977. D'après le célèbre réalisateur népalais Suman Rimal, le premier film népalais en Inde fut Paral ko Aago, un film en noir et blanc produit par le gouvernement du Bengale de l'ouest, en Inde, en collaboration avec les studios Cineroma Movies Ltd. de Calcutta. Paral ko Aago a été réalisé par Pratap Subba, sur un scénario de Guru Prasad Mailali. Ces films ont pourtant perdu en popularité, et l'industrie du film au Népal en a beaucoup souffert. La coproduction népalaise la plus célèbre en France est le film de 2000 d'Éric Valli, Himalaya : L'Enfance d'un chef. Trouve plus

Cinéma nigérian: Trouve plus

Cinema nigerien: Trouve plus

Cinéma nigérien: Cet article fournit diverses informations sur le cinéma du Niger. Trouve plus

Cinéma nord coréen: Trouve plus

Cinema nord-coreen: Trouve plus

Cinéma nord-coréen: Le cinéma nord-coréen existe depuis la proclamation d'indépendance du pays en 1948. En raison du caractère autoritaire du régime nord-coréen, le cinéma est utilisé comme un outil de propagande. Le cinéma nord-coréen prend comme toile de fond les périodes de l'histoire nationale (résistance, période coloniale japonaise, guerre). La production des films entièrement contrôlée par l'État n'empêche pas la présence de certaines caractéristiques cinématographiques propres au cinéma coréen et au cinéma asiatique plus généralement. Ce contrôle étatique se manifeste concrètement par l'acceptation du synopsis et du film par le parti. 150 acteurs et 30 metteurs en scène sont employés par l'État. Trouve plus

Cinema norvegien: Trouve plus

Cinéma norvégien: Moins connu à l'étranger que le théâtre de son pays (Ibsen, Jon Fosse, Arne Lygre), le cinéma norvégien est longtemps resté centré sur le marché intérieur, alors que ses voisins immédiats, le cinéma danois et le cinéma suédois, voyaient très tôt leurs longs métrages appréciés hors de leurs frontières. La situation en Norvège a changé au cours de ces dernières années[évasif], plusieurs films ont été sélectionnés ou récompensés lors des grands festivals et en 2006 la production nationale a battu des records avec la sortie de 21 longs métrages (la moyenne est plutôt comprise entre 12 et 20). Les films pour enfants et les documentaires font partie des spécialités du pays. Trouve plus

Cinéma Nova: Le Cinéma Nova est un cinéma de recherche bruxellois. Trouve plus

Cinema Novo: Cinema Novo est un mouvement cinématographique brésilien auquel appartenaient plusieurs réalisateurs brésiliens des années 1950 et 1960 qui a d'abord été influencé par le néoréalisme italien puis la Nouvelle Vague française. Les membres les plus représentatifs du cinema novo sont Glauber Rocha, Nelson Pereira dos Santos, Carlos Diegues et Joaquim Pedro de Andrade rejoints ensuite par Walter Lima Júnior et Ruy Guerra. Leurs films représentent la réalité sociale du pays, son passé historique ainsi que la pauvreté, à la fois dans les grandes villes et dans la désolation du Nordeste. Ils sont en rupture avec les films grandiloquents sur le thème du carnaval et des comédies paysannes qui résumaient la production cinématographique brésilienne avant les années 1950 à cause de la concurrence du cinéma des États-Unis. Ils créent même une société de production Difilm qui va très bien marcher. Son influence touche toujours le cinéma brésilien actuel et est palpable dans des films comme Central do Brasil de Walter Salles (1998) ou de La Cité de Dieu (Cidade de Deus) de Fernando Meirelles (2002). Trouve plus

Cinéma Novo: Trouve plus

Cinema numerique: Trouve plus

Cinéma numérique: Le cinéma numérique désigne la production et la diffusion d'œuvres cinématographiques à partir d'un format numérique professionnel normalisé et sécurisé par des normes internationales ISO. Projetés au moyen d'appareils numériques, les longs métrages peuvent être distribués en salle sur support physique (disque dur) ou par satellite,,. Le projecteur numérique est calibré en colorimétrie et en luminance, et couplé à un serveur de contenus sécurisés. Ces derniers sont des fichiers DCP stockés sur disques durs dans un serveur dédié et remplacent aujourd'hui le film argentique, quasi disparu. Trouve plus

Cinema Numerique Ambulant: Trouve plus

Cinéma numérique ambulant: Le Cinéma numérique ambulant (CNA) est un réseau international d'associations installées en Afrique et en Europe qui crée et gère des unités mobiles de projection cinéma numérique à destination des régions enclavées ou des populations défavorisées. Trouve plus

Cinéma nunavois: Trouve plus

Cinema oceanien: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...